PROCESSUS D AIDE MUTUELLE DANS LE TRAVAIL SOCIAL AVEC LES GROUPES De l intérêt à distinguer entraide et aide mutuelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROCESSUS D AIDE MUTUELLE DANS LE TRAVAIL SOCIAL AVEC LES GROUPES De l intérêt à distinguer entraide et aide mutuelle"

Transcription

1 A.I.F.R.I.S. CONGRES DE TUNIS 2009 INTERVENTION DE L A.N.T.S.G. (France) Gabrielle TANGUY PROCESSUS D AIDE MUTUELLE DANS LE TRAVAIL SOCIAL AVEC LES GROUPES De l intérêt à distinguer entraide et aide mutuelle Introduction Le thème de cette intervention est le processus d aide mutuelle dans la méthodologie du Travail social avec les groupes. Sur le terrain professionnel et même en formation, je remarque un manque de précision dans le choix et l usage des mots «entraide, aide mutuelle, entraide mutuelle». Il me semble donc intéressant de distinguer les concepts d entraide et d aide mutuelle. Nous porterons une attention particulière à deux constats que nous pouvons faire en France : - D une part la problématique du lien social, centrale dans la question de la cohésion sociale : on observe l affaiblissement du lien social, et les conséquences de celui-ci : isolement et difficulté pour les personnes en situation de précarité de mobiliser leurs compétences psycho-sociales. - D autre part on constate que les contextes socio-politiques et institutionnels mobilisent les travailleurs sociaux pour qu ils participent à des projets d intérêt collectif, soit dans le cadre de démarches de développement social, soit en créant des groupes. Ainsi, un nombre important de groupes se créent : groupes de parents, groupes de femmes, de retraités, d invalides, d aidants, de convivialité, groupes de parole... Toutes ces dénominations ne disent rien sur la qualité de celui qui met en place ces groupes : bénévole ou professionnel, et sur quel type de professionnel : animateur, psychologue ou travailleur social par exemple. D où une fréquente confusion sur les valeurs qui sous-tendent ce travail, et sur les résultats attendus du groupe, en termes d aide, d entraide, d aide mutuelle, d aide thérapeutique. Le groupe étant un formidable levier pour le travail social, essayer d y voir clair permettra peut-être de faire évoluer les pratiques de travail social et donc les pratiques de formation des étudiants et des professionnels. Je propose d étudier deux axes en interaction. Le premier axe : le lien social vecteur d entraide, et le deuxième axe : le travail social avec les groupes vecteur d aide mutuelle. 1 LE LIEN SOCIAL, VECTEUR D ENTRAIDE 1.1 Définitions L entraide est pensée comme un phénomène naturel et collectif qui assure la survie et l évolution tant des espèces animales que de l espèce humaine. Ce phénomène a été étudié dans la filiation des idées de Darwin et des évolutionnistes. Ces auteurs font l hypothèse que ce phénomène de l entraide chez les hommes est un héritage de notre évolution. 1

2 L entraide, l assistance mutuelle, la coopération, l attachement sont considérés comme les fondements du sens moral chez l homme. On a longtemps considéré ce sens moral comme un facteur central de cohésion sociale. Le philosophe Alain Gouhier la présente comme une initiative improvisée, une décision de bienveillance libre, gratuite et lucide. En effet, on observe des pratiques d entraide spontanées devant une catastrophe naturelle (un tsunami, un incendie, une inondation ), devant une menace ou une atteinte à des personnes vulnérables. Certains sociologues eux, définissent l entraide comme un processus individuel et collectif latent qui se mobilise en cas de nécessité, en période de crise (emploi, logement, violences conjugales), en période d urgence (catastrophe naturelle), ou à certaines périodes de la vie (garde d enfants, dépendance). Elle est caractérisée par le fait qu elle peut être conscientisée ou non, comptabilisée ou non, identifiée comme telle ou non. Elle fait l objet de représentations extrêmement variables d une personne à une autre, aidants ou aidés, et elle se manifeste en lien avec des sentiments et le respect plus ou moins strict des normes d obligation à caractère moral. Aujourd hui, la tension entre individualisme et entraide, entre autonomie et solidarité existe bien, au sein des relations sociales. Il semble que l entraide ne soit pas toujours ce phénomène spontané et inconditionnel ; elle peut être calculée au regard de la situation de crise qui va la mobiliser, et des ressources disponibles. Elle garde néanmoins son caractère potentiel de réciprocité. Le questionnement de chacun n est-il pas de dire à quelqu un «tu peux toujours compter sur moi», et de se demander «en cas de pépins, sur qui pourrais-je compter?». Elle se traduit par des échanges de biens, d argent, de compétences ou du temps disponible. 1.2 La pratique de l entraide : des liens naturels avec la famille à des liens électifs avec son entourage Comme cela a été indiqué, l entraide est vue comme manifestation du lien social, et comme facteur de cohésion sociale. Le premier lieu qui fait société est la famille. Nous pouvons considérer que ces trois éléments : famille entraide cohésion sociale, sont en très étroite interaction pour faire société. Il me semble donc utile de s intéresser à l évolution de la famille, pour appréhender comment se sont modifiées les pratiques d entraide, vecteurs de liens sociaux. On observe que dans la famille contemporaine, la dimension intergénérationnelle ne structure plus la parenté. La famille conjugale est trop éphémère, car elle se dissout à chaque génération, et elle ne saurait garantir le maintien du lien social. Il est vrai que ce modèle de la famille nucléaire coexiste avec des structures familiales plus complexes. Aujourd hui la multiplication des modèles familiaux et le fait que parfois les liens électifs sont privilégiés aux liens naturels, posent des problèmes aux chercheurs pour comprendre comment ces nouvelles figures transforment les pratiques de solidarité intrafamiliale marquées parfois par un caractère de contrainte morale ou par un système complexe de loyauté(s). 2

3 Pour leur part, les solidarités extrafamiliales qui sont d une autre nature, sont davantage fondées sur des affinités, le partage de mêmes valeurs, ou d un même territoire. Ce sont ces liens électifs qui s ajoutent ou se substituent parfois aux liens intrafamiiaux, qu ils soient insignifiants ou au contraire vécus comme trop contraignants. Pour résumer, nous pourrions définir l entraide comme un phénomène naturel, fondement du sens moral chez l homme, potentiellement réciproque, qui se traduit par une décision lucide de bienveillance pour autrui. Elle n est pas rémunérée. Elle s exerce plutôt dans un cadre informel contrairement au bénévolat, tissant des liens plutôt choisis 1.3 Entraide familiale et aide publique, un jeu de balancier Cette triade évoquée famille entraide cohésion sociale, intéresse bien évidemment les pouvoirs publics. Par le biais des politiques sociales dont le travail social est l une de leurs dimensions, l Etat assigne aux travailleurs sociaux leur fonction d aide. L aide est un «construit» social qui s exerce dans un cadre formel par des professionnels rémunérés ; sa forme est unidirectionnelle. La conception des politiques sociales s appuie sur l utilisation des effets de balancier entre aide publique entraide. Tous les pays d Europe continentale ont connu ces dernières années une diminution de la solidarité publique en termes de politiques sociales en souhaitant remobiliser les familles et les solidarités privées. Les générations aînées ont une place centrale comme pourvoyeurs de fonds aux plus jeunes de leurs membres. C est la raison pour laquelle certains chercheurs s attachent à mieux comprendre comment les changements majeurs des systèmes de protection sociale modifient les solidarités à l intérieur des familles. Le problème est que ce retrait de l Etat social (Education, Santé, Prestations sociales, Logement..) s est traduit par une augmentation des inégalités sociales. La question de l isolement renvoie à l absence d entraide et au sentiment d inutilité sociale ressenti par les personnes isolées, ce qui généralement nuit à l estime de soi et à la capacité de faire des projets. Le travail social dans ce contexte, a pour but de construire les conditions de production de nouveaux liens, les personnes partageant affinités, mêmes valeurs, des projets communs. 2 - LE TRAVAIL SOCIAL AVEC LES GROUPES VECTEUR D AIDE MUTUELLE Les travailleurs sociaux sont conduits à élaborer des offres sociales qui prennent en compte la nécessité pour les personnes de faire ou refaire lien avec leurs différents environnements. En effet, là où il y a du lien social et du vivre-ensemble, l entraide peut se développer comme un phénomène naturel, et les intervenants sont peu interpellés. Sera présenté plus spécifiquement le travail social avec les petits groupes en tant qu intervention sociale centrée sur l aide mutuelle, et située à l interface de l aide individuelle et des modèles de développement social. Une personne isolée, en retrait ne pouvant que rarement seule, se mobiliser dans ses environnements, la situation de groupe entend favoriser les phénomènes d empowerment individuel et collectif. 3

4 Les deux principaux concepts de cette méthodologie seront brièvement abordés : groupe et aide mutuelle, ceci pour clarifier sa spécificité. Un exemple de pratique illustrera les effets que peut avoir un groupe en travail social. 2.1 Le groupe Ici, le groupe est une situation construite par le travailleur social qui va l appréhender comme un tout, et comme un lieu où vont se jouer pour les membres, de l échange, de l identité, du lien, du sens, de la reconnaissance et des capacités de décider et d agir. Le groupe est mis en place par le professionnel dans le but que toutes ces dimensions soient identifiées. Le groupe est vu aussi comme un lieu dans lequel les personnes vont «travailler» à atteindre leurs objectifs communs. Ce travail se traduit par des activités diverses : rédaction d un courrier commun, démarche, recherche d information, préparation d une sortie, d un support de communication Ces activités permettent aux personnes d exercer de nouveaux rôles (secrétaire, médiateur..), d occuper des statuts divers (personne-ressource ), de faire des apprentissages, d acquérir des compétences, de retrouver des capacités. Enfin le groupe est potentiellement un lieu de prise de conscience collective et citoyenne de l interaction problèmes/société en comprenant, que les situations individuelles et collectives existent dans un contexte social et politique déterminé, et que celles-ci sont donc influencées directement par l organisation de la société. La capacité du groupe à résoudre les problèmes que les membres ont en commun fait la démonstration qu une action de changement social est possible. On voit bien là, la complémentarité du travail social en petits groupes, et des actions de développement social. 2.2 L aide mutuelle L aide mutuelle est un concept élaboré par William SCHWARZ et retravaillé entre autres, par Lawrence SHULMAN. Ces auteurs s intéressent à la capacité du groupe à restaurer le lien social. Ils élaborent le modèle de médiation situant le groupe à l interface des personnes et de leurs environnements. Ils mettent l accent sur le processus d aide mutuelle qui va émerger du groupe. Il faut entendre l aide mutuelle, comme celle qui émane des capacités des membres et qui se substitue à l aide professionnelle de l intervenant. Shulman a émis l idée que l aide mutuelle est un processus de groupe qui doit être activé par le travailleur social qui en a les compétences. L aide mutuelle n est donc pas un phénomène naturel comme l entraide, mais une situation sociale construite pour une durée limitée, permettant aux membres de ressentir et de partager des expériences personnes et collectives, bien réelles dans un cadre adéquat dont le travailleur social est le garant. C est un processus engendrant la possibilité de résoudre des problèmes, mais aussi des prises de conscience sociale, voire politique, conduisant au développement de l empowerment. Si l on admet que l aide mutuelle est un processus, on pourrait appeler son résultat «aide mutualisée». 4

5 2.3 L aide mutualisée dans une situation de travail social avec un groupe L exemple choisi sera celui d une action auprès d un groupe de 13 personnes représentant 11 familles en situation de surendettement, mis en place par deux professionnelles : une assistante de service social et une conseillère en économie sociale et familiale. L objectif professionnel était que les personnes du groupe puissent retrouver un rôle d acteur dans leur situation, en s intéressant notamment au dispositif de la Banque de France en déposant un dossier de surendettement. Ces personnes avaient une représentation très négative de ce dispositif et y étaient même hostiles, bien qu aucune autre alternative ne pouvait être envisagée par les travailleurs sociaux. Ceux-ci ont été formés au travail social avec les groupes : elles ont été garantes des règles et des valeurs qui sous-tendent l action. Les membres du groupe n ont pu se confronter à la question budgétaire qu après avoir ensemble dans le groupe, commencé un travail de revalorisation de soi, et ressenti l espoir possible de s en sortir. Au début du travail du groupe, l intérêt des membres s est porté progressivement sur le partage du ressenti de leur situation qu ils ont qualifiée de situation de harcèlement de la part des créanciers. Ils ont pu évoquer de graves troubles psycho-sociaux : désespoir, tentatives de suicide, troubles de l anxiété, phobies du courrier et du téléphone, repli sur soi, inhibition. Ce tableau du harcèlement s accompagne pour eux, de la nécessité de devoir garder leur situation secrète : les proches voire les conjoints étaient tenus dans l ignorance des problèmes. Les travailleurs sociaux en phase avec les attentes des membres du groupe ont créé un climat favorable aux échanges, chacun étant compétent pour comprendre les différentes situations et donner ses points de vue. Elles ont progressivement cédé la place au leadership de groupe, restant néanmoins attentives à la dynamique des interactions. Ce climat a favorisé l émergence du processus d aide mutuelle qui s est traduite par un travail de revalorisation de soi et d empowerment. Un recul plus lucide leur a permis d écouter et de s emparer d informations de nature à pouvoir réajuster leurs propres représentations de soi, des autres, de ses problèmes et des solutions, et ainsi, de modifier leur situation. En sécurité dans le groupe, les membres ont trouvé du soulagement à pouvoir partager cette souffrance, qui jusque là était considérée comme un sujet tabou. En mobilisant le processus d aide mutuelle, l essentiel du travail de ce groupe a été réalisé à partir des trois priorités qui étaient les leurs : - la question de l isolement volontaire : peur des achats compulsifs, peur d être démasqués, éloignement de la famille, privation de biens culturels ou de loisirs notamment pour les enfants ; aller mieux - la méconnaissance des règles bancaires et de crédit, - la compréhension de la procédure de la Banque de France. Le groupe s est réuni 12 fois : l aide mutualisée a permis aux 11 familles de déposer un dossier de surendettement à la Banque de France, ces dossiers ont tous été déclarés recevables. Les membres du groupe ont retrouvé le pouvoir d agir (sans l aide d un travailleur social), restauré leurs compétences à faire face aux démarches administratives. En outre certaines mères ont pu réaliser un projet auquel elles étaient énormément attachées : préparer un séjour de vacances pour leurs enfants, et le financer. 5

6 Lors de la dernière réunion, les travailleurs sociaux invitent le groupe à se livrer à trois taches : l évaluation du travail réalisé et des résultats, le travail de séparation du groupe, et une réflexion sur l après-groupe. Il est rare qu à l issue d un groupe, les participants n aient pas l envie de donner une suite à leur travail sous des formes diverses : rejoindre des associations ou des collectifs qui les intéressent, avoir une action de communication sur les expériences qu ils ont vécues, créer des supports d information par exemple. On peut y repérer trois dimensions : - celle de l empowerment individuel qui augmente la capacité d agir des personnes, - celle de l action citoyenne (ou empowerment collectif) pour ceux qui ont pris conscience des liens d interdépendance entre les individus et la société. Ex : rejoindre des collectifs organisés dans le cadre d un projet social territorial - celle de la dynamique du lien social qui consiste pour les personnes, à redonner à l extérieur ce qu elles ont acquis à l intérieur du groupe par l aide mutualisée. Ex : permettre à un auditoire de changer les représentations qu il peut avoir sur les personnes surendettées. En effet, certains des membres de ce groupe ont témoigné auprès d un groupe de travailleurs sociaux de ce qu ils ont appris et acquis dans leur groupe, et ce faisant, ils les ont amenés à modifier leurs représentations de ce public ; ils ont proposé de participer à l animation de certaines rencontres avec des groupes réunissant des personnes en situation de surendettement pour leur permettre de se remobiliser. Conclusion Nous avons choisi de centrer notre intervention en présentant : - l axe lien social entraide (phénomène naturel) - l axe isolement processus d aide mutuelle (construit professionnel) empowerment et aide mutualisée. Il serait intéressant d approfondir l interaction aide mutualisée entraide, dans le contexte qui est le nôtre en France. Des actions sont menées au Québec notamment dans le champ de la santé mentale, cette province disposant d un tissu social bien différent du nôtre. L A.N.T.S.G. dispose d une bonne connaissance des actions relevant du travail social avec les groupes, et peut en analyser la portée pour les usagers des services sociaux. Elle considère que l activation de ce processus d aide mutuelle relève d un travail basé sur un ensemble d interactions réelles entre le groupe et l intervenant. Le positionnement de ce dernier est un ensemble d habiletés à acquérir et à conscientiser. Ces compétences professionnelles se construisent en formation continue et par la supervision de la pratique professionnelle, et évoluent grâce à la mutualisation des connaissances et des compétences, dimension que nous trouvons dans la lecture des travaux professionnels, et dans les colloques. Nous saluons le travail de nos collègues chercheurs canadiens notamment francophones, qui publient leurs travaux témoins de l évolution des pratiques de groupe, et qui sont lus avec beaucoup d intérêt en France. Nous remercions les organisateurs de ce colloque de Tunis de permettre des rencontres et des confrontations d idées, pour faire évoluer les pratiques des formateurs et des chercheurs. 6

7 BIBLIOGRAPHIE BONVALET, Catherine et OGG Jim, Enquête sur l entraide familiale en Europe, INED, 3/2006 HEAP, Ken, La pratique du travail social avec les groupes, Les Editions ESF, 1987 MASSA, Hélène, La pratique du travail social avec des groupes, Editions ASH, 2006 RENAUD, Carole, Du phénomène de l entraide au processus d aide mutuelle en service social des groupes, sous la direction de Lise TESSIER, Université Laval, Québec, 1993 SHULMAN, Lawrence, Une technique de travail social avec des groupes, Le modèle de médiation, A.N.T.S.G., Paris,1989 TURCOTTE, Daniel et LINDSAY, Jocelyn, L intervention sociale auprès des groupes, 2 ème édition, Gaëtan Morin Editions, Montréal, 2008 Revue Sciences Humaines, les Grands Dossiers, L origine des sociétés, n 9, février

Annexe III : Le stage professionnel, réalisés au titre de l ISAP ou de l ISIC, doit permettre l identification de ces différents mécanismes.

Annexe III : Le stage professionnel, réalisés au titre de l ISAP ou de l ISIC, doit permettre l identification de ces différents mécanismes. Annexe III : Intervention professionnelle en service sociale : Intervention sociale d'aide à la personne (ISAP) et intervention sociale d'intérêt collectif (ISIC) - définitions et exemples - Dans le cadre

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Intéresser les étudiants au travail social de groupe : récit d une pratique belge

Intéresser les étudiants au travail social de groupe : récit d une pratique belge Intéresser les étudiants au travail social de groupe : récit d une pratique belge par Mme Dominique Louise Warin Enseignante en travail social Haute École Libre Mosane (HELMO-ESAS) Liège, Belgique Courriel

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr

Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr Enjeux Enjeux Surendettement déclaré en hausse constante depuis 20 ans : 230 000 dossiers

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Des conclusions qui appellent à la mobilisation Rapport du RIOCM sur le sous-financement des organismes communautaires de

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

La place des seniors dans le bénévolat

La place des seniors dans le bénévolat La place des seniors dans le bénévolat On sait que les seniors jouent un rôle très important dans le bénévolat, notamment en qualité d élus aux seins des associations, bénéficiant de l expérience qu ils

Plus en détail

Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale

Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale Hélène Duclos Trans-Formation 1 er février 2013 - Brest Auto-évaluation de l utilité sociale d une structure Auto-évaluation dans le cadre d un accompagnement

Plus en détail

Accompagnement des managers : la solution coaching

Accompagnement des managers : la solution coaching Accompagnement des managers : la solution coaching Dans sa circulaire DGOS/RH4/2013/295 du 19 juillet 2013, la Ministre des Affaires sociales et de la santé indique les axes et actions prioritaires à mettre

Plus en détail

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE La profession de conseiller en économie sociale familiale a fait l objet d investigations importantes en terme d inscription professionnelle,

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE Le cadre de planification proposé par l unité de concertation «Seniors actifs 1» comprend : - six objectifs spécifiques à atteindre endéans les cinq ans ; - une série d objectifs intermédiaires, à initier

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

JEJC.2008.23 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE

JEJC.2008.23 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE Afin de contribuer de manière efficace et concrète à l Accès au Droit et à la Justice des plus démunis, le Barreau de Paris a développé, depuis de nombreuses années, des

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES

CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES ET DE LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES EN MILIEU SCOLAIRE CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES INTERVENANTS DANS LES ECOLES, COLLEGES, LYCEES Août 2013 PREAMBULE L École est un lieu d

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Plan Comment écouter les enfants vivant dans la pauvreté? Ce que l on en apprend? Comment traduire

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Un réseau d entraide dans mon syndicat. Un facteur de. Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc.

Un réseau d entraide dans mon syndicat. Un facteur de. Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc. Un réseau d entraide dans mon syndicat Un facteur de protection Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc. Hôtel Delta Trois-Rivières 25 octobre 2010 1 Un réseau d entraide dans mon syndicat

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF Tél. : 04 42 21 06 22 Fax : 04 42 21 27 04 Mail : if.conseil@wanadoo.fr Site : www.ifconseil.eu Un partenariat Basé sur la lecture attentive

Plus en détail

École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV

École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV proposée par L institut francophone pour la Communication NonViolente antenne France Cette école a pour vocation La formation

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Martin Camiré. Colloque AITQ-RISQ Trois-Rivières 20 octobre 2014

Martin Camiré. Colloque AITQ-RISQ Trois-Rivières 20 octobre 2014 Martin Camiré Colloque AITQ-RISQ Trois-Rivières 20 octobre 2014 Plan de présentation Intervention de groupe Définition, constats et enjeux Formation expérientielle à l intervention de groupe Le projet

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER

PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER «ENSEMBLE» : La fidélité au manifeste universel du mouvement EMMAUS est fondatrice et respectueuse justement du ENSEMBLE. Nous prônons le FAIRE ENSEMBLE comme

Plus en détail

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE 1 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours SOMMAIRE LE CADRE

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Service d Intervention Psychosocial Urgente (Sisu)

Service d Intervention Psychosocial Urgente (Sisu) 4 ème Congrès national «Aide psychologique d urgence et assistance spirituelle» Berne 20 août 2010 OFPP-RAPNU-Université de Berne Service d Intervention Psychosocial Urgente (Sisu) Olivier Nyssens Anthropologue

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR CHANTAL COUVREUR Sociologue, Docteur en Santé Publique Présidente de «Mediteam» Si l on s intéresse à l histoire des soins palliatifs, on constate

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise Table des matières Biographies des auteurs... III Tables des Focus et des Exemples.... XIX Introduction (à la 4 e édition).... XXV Partie I RH pour l entreprise Chapitre 1 Gérer les ressources humaines....

Plus en détail

"Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute.

Allô Parents Marseille Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. "Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. " Mieux faire connaître ce

Plus en détail

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Dans la prise en charge d adolescents en grande difficulté, de nombreuses personnes sont mobilisées autour

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Apports de l économie sociale et solidaire en contexte de pénurie et de précarité; examen du cas Centrafrique

Apports de l économie sociale et solidaire en contexte de pénurie et de précarité; examen du cas Centrafrique Apports de l économie sociale et solidaire en contexte de pénurie et de précarité; examen du cas Centrafrique Gervais Douba Université de Rouen Email: gervais.douba@univ-rouen.fr Trame d intervention 3

Plus en détail

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137»

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137» LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8 Code de vie du «137» Bienvenue parmi nous! Ce code de vie est conçu pour expliquer le fonctionnement du «137». Étant donné que cet

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Montréal, 2002 Ville de Montréal Le contenu de cette présentation est tiré du guide d aménagement «Pour un environnement urbain sécuritaire»

Plus en détail

L analyse des pratiques : une démarche facilitatrice pour la construction et l évolution de l identité professionnelle... 4

L analyse des pratiques : une démarche facilitatrice pour la construction et l évolution de l identité professionnelle... 4 FICHES TECHNIQUES La carrière de l'enseignant : comment durer dans le métier? Comment optimiser les ressources des professeurs expérimentés? Usure, adaptation, épreuves et ressources.... 3 L analyse des

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

CONVENTION DE COOPÉRATION

CONVENTION DE COOPÉRATION CONVENTION DE COOPÉRATION ENTRE : L ÉTAT Représenté par la Secrétaire d'état chargée du Numérique, auprès du ministre de l Économie, de l Industrie et du Numérique Madame Axelle LEMAIRE Ci-après dénommé

Plus en détail

Procuration et compte conjoint

Procuration et compte conjoint Procuration et compte conjoint Ce qu il faut savoir Table des matières La procuration... 04 Qu est-ce qu une procuration?... 04 Quels types de procurations sont utilisés au Canada?... 06 Le choix du mandataire...

Plus en détail

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015 L Etat dans l Eure Juin 2015 SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure A compter du 1er juin, le Service Civique devient universel : tout jeune de 16 à 25 ans qui voudra s'engager

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

Vous avez dit pandémie? Planification et coordination de la communication du gouvernement du Québec en cas de pandémie d influenza

Vous avez dit pandémie? Planification et coordination de la communication du gouvernement du Québec en cas de pandémie d influenza Vous avez dit pandémie? Planification et coordination de la communication du gouvernement du Québec en cas de pandémie d influenza Planification de la communication Une première ligne Réseau de la santé

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr www.ville-stains.fr SOMMAIRE page 4 INFORMATION ET ORIENTATION page 6 ACCES AU DROIT page 8 AIDE AUX VICTIMES page 10 MEDIATION page 12 ECRIVAIN PUBLIC page 14 LEXIQUE + NOS PARTENAIRES EDITO Pour la Municipalité,

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux Livret 5 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 5 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une liste non exhaustive d indicateurs

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques.

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Anne-Sophie Bellair et Nicole Pignier, Université de Limoges Le projet présenté ici, Créadona, est un exemple

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail