stratégie de gestion des connaissances de l Alliance mondiale pour les personnels de santé pour

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "stratégie de gestion des connaissances de l Alliance mondiale pour les personnels de santé pour 2009-2011"

Transcription

1 stratégie de gestion des connaissances de l Alliance mondiale pour les personnels de santé pour

2 Photo on the cover: Chris Black/WHO stratégie de gestion des connaissances de l Alliance mondiale pour les personnels de santé pour

3 01 INTRODUCTION Pourquoi l Alliance mondiale pour les personnels de santé (GHWA) a-t-elle besoin d une stratégie de gestion des connaissances? L examen des objectifs et des priorités stratégiques de l Alliance souligne la fonction cognitive de celle-ci. Le document The way forward énonce que l objectif général de l Alliance est de travailler avec les partenaires pour soutenir le leadership des pays en ce qui concerne la planification et la gestion nationales et ainsi améliorer la situation des ressources humaines pour la santé et répondre à la pénurie d agents de santé, notamment dans les 57 pays en crise parmi les plus pauvres. Un autre objectif consiste à relever les défis en matière de politique mondiale en prenant des mesures basées sur les données factuelles pour résoudre des problèmes transnationaux dans des domaines tels que l insuffisance de ressources, les contraintes budgétaires relatives aux dépenses dans le secteur de la santé, les migrations, la recherche des priorités et la coopération entre tous les partenaires. Ces objectifs seront atteints grâce à l adoption accélérée d actions dans les pays, à la promotion d une synergie entre partenaires, au plaidoyer, à l infomédiation et au suivi de l efficacité des interventions. La stratégie de gestion des connaissances, telle qu elle est présentée ici, cherche à mettre en oeuvre les fonctions d infomédiation de l Alliance conformément aux deux principaux objectifs auxquels elle est inextricablement liée. Cette stratégie recensera les questions, les programmes, les modèles et les études de cas destinés à atteindre les objectifs énoncés. Elle diffusera également l information sur ce qui marche et ne marche pas afin d en tirer des enseignements. La Figure 1 page suivante présente schématiquement les rapports entre les objectifs de l Alliance, l infomédiation et les quatre autres stratégies de l Alliance, ainsi que la manière dont l infomédiation sera mise en oeuvre. Quelle niche occupe l Alliance? L Alliance doit être l institution que les responsables politiques, les donateurs, les professionnels de la santé et les experts de la santé mondiale souhaitent consulter pour avoir des informations au sujet des politiques ayant trait au personnel de santé, des modèles de la planification des ressources humaines pour la santé, du coût des plans relatifs à ces ressources humaines, de l accélération et du développement des moyens ainsi que des enseignements à tirer au niveau des pays sur ce qui fonctionne et ne fonctionne pas. En tant qu Alliance, l institution jouit d une position privilégiée : sa documentation en matière de gestion des connaissances lui permet de s appuyer sur ses partenaires, ses membres et diverses entités qui n en font pas encore partie pour recueillir, filtrer et diffuser l information sous différents formats et au moyen de divers canaux, notamment en ayant recours à l Internet, à des conférences et aux technologies électroniques. Cinq stratégies de l Alliance 1. Accélération des actions dans les pays 2. Promotion de la synergie 3. Sensibilisation 4. Suivi de l efficacité des interventions Communautés de pratique Dialogues au niveau mondial Lancement d activités de recherche et d appels à proposition Figure 1. Stratégie de gestion des connaissances - 2 objectifs clés de l Alliance 1 : Soutenir le leadership des pays en matière de planification et de gestion nationales 5. Infomédiation : mise en oeuvre d activités pour atteindre les objectifs clés Comité/conseil consultatif en matière de connaissances Établissement de liens avec les associations et réseaux de professionnels de la santé Elargissement de l accès au cyberapprentissage, à l enseignement à distance et aux nouvelles techniques pédagogiques 2 : Résoudre les difficultés politiques mondiales au moyen de mesures fondées sur les faits Discussions en ligne Centre de connaissances sur le site Web de l Alliance Participation à des réunions, des séminaires et des conférences Accès hors ligne au renforcement des moyens Activités d infomédiation 1. Diffuser : - Des outils et des lignes directrices - Des bases factuelles émanant des groupes spéciaux et des groupes de travail ou de nouvelles bases factuelles par l intermédiaire de nouveaux organismes - Des stratégies (préexistantes et nouvelles) pour résoudre la crise relative au personnel de santé 2. Identifier : - Les lacunes dans le domaine des ressources humaines pour la santé - Des modèles de bonnes pratiques 3. Rassembler des données, des statistiques et fournir des informations actualisées provenant de diverses sources 4. Fournir des études de cas 5. Lancer des activités de recherche 6. Faciliter les liens vers les réseaux/institutions afin de contribuer au renforcement des moyens pour les professionnels de santé 7. Soutenir la fourniture de connaissances sur les ressources humaines pour la santé auprès des professionnels de santé Stratégie de gestion des connaissances GHWA

4 01 Définir l infomédiation Il peut y avoir une certaine confusion dans l esprit des partenaires, des membres et du grand public sur les aspects des connaissances dont s occupe l Alliance. La gestion du savoir en général au sein des organisations comprend des stratégies et processus destinés à identifier, saisir, structurer, évaluer, utiliser et partager les produits intellectuels desdites organisations afin d améliorer leur fonctionnement et d accroître leur rentabilité. Cela est fondé sur deux activités importantes, a) la gestion explicite et systématique des connaissances vitales, b) la diffusion de celles-ci au sein de l organisation en vue d atteindre les objectifs de cette dernière. L infomédiation est le partage des bonnes pratiques, qui contribue au développement d un personnel qualifié et motivé en lui fournissant des preuves au sujet de ce qui marche et des liens vers l information en matière de formation et de renforcement des moyens. Par ailleurs, elle révèle l ampleur de la crise qui affecte les ressources humaines grâce aux données fournies par les partenaires. À ce point, il est important de noter que l objectif de l infomédiation pour l Alliance n est pas équivalent à celui de la gestion du savoir au sein d une entreprise. Cette gestion est conçue en fonction des objectifs internes de l organisation tandis que l infomédiation consiste davantage à assurer le partage de l information entre des organisations ou entités. Objectifs de la stratégie de gestion des connaissances 1. Assurer la fonction d agent dans le transfert ou la diffusion de données, d éléments de recherche, de publications, d outils et de faits ayant une importance cruciale pour les gouvernements nationaux afin de résoudre la crise mondiale des personnels de santé. L un des buts essentiels est de perfectionner les connaissances pour pouvoir remédier à la pénurie. 2. Diffuser des modèles des meilleures pratiques relatives à la planification, aux politiques et à l intensification de l éducation et de la formation des ressources humaines pour la santé. 3. Fournir des informations pouvant être utilisées par les membres et les partenaires à des fins de sensibilisation et de communication. La stratégie de gestion des connaissances sera bidirectionnelle et par conséquent synergique. Cela veut dire que l information sera collectée, examinée et diffusée, et la rétro-information encouragée. Elle est également liée à d autres stratégies de l Alliance ainsi qu à la Déclaration de Kampala et au Programme pour une action mondiale (voir les annexes I et II). 02 Objectif et priorités pour Objectif général : en collaboration avec les partenaires et les membres ou par leur intermédiaire, générer et diffuser les connaissances relatives au personnel de santé, qu une vaste gamme de parties prenantes, et notamment les responsables politiques et les professionnels de la santé, pourra utiliser. Domaines d intérêt prioritaire Identifier des exemples d outils et de bonnes pratiques et notamment ce qui marche ou ne marche pas. Offrir un soutien financier aux partenaires à l appui des bases de données régionales (par exemple des observatoires régionaux) qui fournissent des informations sur les statistiques relatives au personnel de santé et les tendances. 1. Observatoire d Amérique latine et des Caraïbes pour le suivi des ressources humaines dans la réforme du secteur de la santé 2. Alliance Asie-Pacifique pour une action sur les ressources humaines pour la santé 3. Observatoire régional de la Méditerranée orientale sur le personnel de santé 4. Observatoire sur le personnel de santé en Afrique 5. Autres réseaux potentiels Fournir des données factuelles que les responsables politiques, les professionnels de la santé, les ONG s intéressant au personnel de santé et divers organismes compétents pourront consacrer à la prise de décision, à l aide de technologies à la fois en ligne et hors ligne disponibles aux niveaux national, régional ou mondial. Ordonner des recherches (génération de connaissances) lorsque des lacunes sont identifiées au niveau mondial. Soutenir les centres d information sanitaire à l intention des professionnels de la santé, dans les zones rurales de certains pays. En s appuyant sur les lacunes recensées dans les connaissances, convoquer des groupes spéciaux le cas échéant pour relever les défis mondiaux en matière de politiques et pour préconiser et/ou fournir un financement initial en vue d une mise en oeuvre aux niveaux national, régional ou mondial selon le cas. Faciliter le renforcement des moyens des professionnels de la santé au niveau des pays en utilisant le portail de connaissance IBP Knowledge Gateway sur la mise en application des meilleures pratiques afin de générer des connaissances permettant de mettre en place des modes de Stratégie de gestion des connaissances GHWA

5 02 pratique (par exemple les communautés de pratique) dans les pays où l Alliance offre déjà son appui. Créer une revue des publications sur les personnels de santé et une base de données regroupant des articles pouvant être consultés sur ce sujet. Établir des liens vers des bases de données préexistantes présentant des documents et activités sur les personnels de santé, y compris les stratégies nationales dans ce domaine situées sur d autres sites Web. Faciliter l intensification des activités d éducation et de formation en utilisant le portail de connaissance sur les bonnes pratiques IBP Knowledge Gateway afin de créer des liens entre les professionnels de santé s intéressant à ces questions et mettre ceux-ci en contact les uns avec les autres (nord-sud et sud-sud). Mobilisation du savoir : méthodes à suivre Échanger des courriels donnant accès au portail de connaissance en matière de bonnes pratiques (liens bientôt disponibles vers les communautés de pratique de 190 pays). Consulter les observatoires régionaux (données sur le personnel de santé utilisées pour le suivi). Mettre en place des systèmes d information sanitaire au niveau des pays (par l intermédiaire d activités dans les pays). Consulter les produits/données factuelles émanant de groupes spéciaux en s appuyant sur les campagnes financées par l Alliance. Consulter les gouvernements, les responsables politiques, les partenaires, les membres au sujet des politiques, plans et meilleures pratiques figurant dans d autres documents sur les personnels de santé. Se documenter auprès des associations de professionnels de la santé, de la société civile et des réseaux régionaux. Publications Articles Conférences/séminaires destinés à des publics nationaux, régionaux ou mondiaux Consultation des membres des groupes spéciaux et de travail Partenaires et membres Le cadre de la stratégie de gestion des connaissances susmentionné indique qu il est nécessaire de recueillir des données auprès de divers publics et sources variées et par des moyens différents, par exemple en participant à des séminaires/conférences et également en consultant l Internet et en constituant des réseaux. Il s agit d un processus continu et interactif au coeur des travaux que nous menons en tant qu Alliance, lequel doit être souple pour suivre l évolution des technologies (par exemple, utilisation de téléphones portables à des fins pédagogiques). Il est possible d intégrer ce processus et de le promouvoir auprès de nos partenaires une fois que l on s est assuré qu il permettait de renforcer les moyens. La stratégie de gestion des connaissances de l Alliance vise par conséquent à remplir ses objectifs clés, notamment en recueillant et en diffusant l information et les statistiques ; en réunissant les gens pour étudier des questions d intérêt réciproque en vue d une prise de décision ou d un apprentissage ; en se tenant au courant des derniers renseignements ou outils destinés à améliorer la prise de décision et la planification et en fournissant des exemples de bonnes pratiques. Elle est conçue pour répondre aux besoins de ceux qui l utilisent et instaurer des synergies entre toutes les autres stratégies de l Alliance autant que possible. Il est important de noter que la mise en oeuvre de cette stratégie de gestion des connaissances en est à ses débuts et qu elle exigera à l avenir un effort concentré et concerté pour parvenir à son plein développement. Assister à des réunions/conférences/ séminaires axés précisément sur le partage des connaissances/données factuelles/statistiques sur les questions relatives au personnel de santé dans le cadre du mandat de l Alliance. Méthodes de diffusion du savoir en ligne et hors ligne Communautés de pratique Lire des publications et des documents imprimés telles que des revues, des documents conceptuels et des exposés de position. Dialogues mondiaux Stratégie de gestion des connaissances GHWA

6 Annexe 1 Liens avec les autres stratégies de l Alliance La section ci-après énonce brièvement comment la stratégie de gestion des connaissances rejoint deux autres stratégies de l Alliance (Promotion et Communication et Collaboration avec les pays). Liens vers la stratégie de promotion et de communication Reconditionner les faits, les outils, la recherche, les nouvelles informations orientées sur les politiques ayant trait au personnel de santé dans des formats adaptés à la promotion, lesquels sont ciblés vers différents publics qui participent aux stratégies de l Alliance. Ainsi qu il est mentionné dans la stratégie de communication de l Alliance, il faut documenter et promouvoir la façon dont les stratégies ayant trait au personnel de santé sont mises en oeuvre. La stratégie de communication intègre également la reconnaissance du fait que l information et le savoir doivent être fournis par l Alliance dans le cadre de la position centrale qu elle occupe pour diffuser les connaissances sur la crise touchant les personnels de santé et ses solutions. L une des principales caractéristiques qui seront introduites sur le site Web sera la création d un centre de vulgarisation de la connaissance, qui regroupera divers types d information, données factuelles et outils émanant des groupes spéciaux et des groupes de travail, des statistiques, des études de cas dans les pays et des exemples de plans relatifs aux personnels de santé. Ce centre répondra aux besoins manifestés par les pays, les partenaires et les membres. Liens vers la stratégie de collaboration avec les pays Il est impératif que les connaissances qui sont soit produites soit recueillies par l Alliance puissent être utilisées de façon concrète dans les pays. Un cadre de collaboration avec ces derniers est en cours d élaboration pour accélérer l action à leur niveau. Par l intermédiaire de ses activités d infomédiation, l Alliance diffusera des avis sur la façon de reproduire et d accélérer les bonnes pratiques. Cela peut également être un moyen de canaliser l information sur les bonnes pratiques liées à l intensification et sur la manière de mettre largement à la portée des donateurs les outils et données des pays utilisés dans le modèle de pays, principalement dans les 57 pays en crise, et favoriser ainsi une bonne collaboration et un bon apprentissage sud-sud. Les communautés de pratique permettent à l Alliance d avoir une certaine souplesse dans son aptitude à faire face à l évolution des besoins des pays ou aux lacunes dans les connaissances recensées soit au niveau mondial soit au niveau des pays. Il est possible de retrouver tout ce qui précède dans la Déclaration de Kampala et le Programme pour une action mondiale. Programme pour une action mondiale 2. créer des capacités en vue d une riposte pertinente fondée sur une base factuelle et un apprentissage en commun Bien que les gouvernements soient de plus en plus actifs dans l élaboration et la mise en oeuvre de politiques, plans et programmes efficaces concernant les personnels de santé, leurs efforts en ce sens se heurtent à un grave manque de capacités pour étayer ces plans à l aide de données de base, d informations et d analyses de bonne qualité qui soient spécifiques aux pays. Ces pays ont en outre besoin d informations et d analyses leur permettant de traiter des enjeux de politique mondiale qui affectent les conditions de travail des personnels de santé. 2.3 Au niveau des pays, les institutions académiques publiques et privées renforceront leur collaboration dans l enseignement, la formation et la recherche en matière de politiques, ceci afin de contribuer à la constitution de bases factuelles et de remplir leurs engagements vis-à-vis du plan national des personnels de santé. Les échanges régionaux et internationaux entre institutions académiques, et notamment les collaborations Sud-Sud et Sud- Nord, seront encouragés. Annexe 2 Liens vers la Déclaration de Kampala et le Programme pour une action mondiale Stratégie de gestion des connaissances Par l intermédiaire des communautés de pratiques et dans le cadre de la diffusion des connaissances pour intensifier l éducation et la formation, l Alliance réunira des établissements d enseignement dans le nord et dans le sud (apprentissage nord-sud et sud sud), afin de favoriser le cyberapprentissage et l agrément de nouveaux programmes d enseignement (par exemple pour les agents de santé communautaire). Mettre en rapport les professionnels de santé en vue de l utilisation de la bibliothèque numérique e-granary et d outils tels que la base de données Illuminate pour le tutorat et l échange d idées et de pratiques en ligne. Stratégie de gestion des connaissances GHWA

7 Programme pour une action mondiale Stratégie de gestion des connaissances 3. renforcer l éducation et la formation des personnels de santé Outre la création d une synergie des partenaires et la préconisation d un accroissement du financement du secteur de la santé de la part des Le passage à l échelle massif de l enseignement et de la formation qui est gouvernements nationaux et de donateurs extérieurs, le rôle de la gestion des exigé pour obtenir l augmentation nécessaire des effectifs de santé impliquera connaissances, ici, consiste à adopter des techniques nouvelles et innovantes une action coordonnée et un engagement de la part de chaque pays et pour aborder le problème de l intensification de façon rapide et efficace. Des de la communauté internationale. Outre un important accroissement des mesures ont été prises pour enseigner à l Alliance comment passer de la financements dédiés à long terme, il faudra élaborer des approches nouvelles connaissance à la pratique en lui permettant d établir des liaisons, dans le et innovantes en matière d enseignement et de formation. Des expériences cadre de la fourniture d un appui, avec de multiples communautés de pratique concluantes fournissent aujourd hui des enseignements sur les stratégies en place dans les 190 pays déjà mentionnés. nécessaires pour étendre avec rapidité et efficacité l éducation et la formation des personnels de santé. 3.4 Aux côtés des institutions d enseignement supérieur et de formation publiques et privées, les gouvernements étudieront des approches innovantes et pragmatiques pour développer et utiliser les facultés, infrastructures et partenariats nouveaux et préexistants afin de permettre une augmentation équilibrée et significative des capacités d enseignement, de formation et de recherche. L extension de l enseignement et de la formation se fera en lien avec les systèmes d information sur les personnels de santé, et en utilisant des méthodes systématiques de suivi et d amélioration de la qualité. Ce portail a été mis au point au départ en vue de la collaboration avec les partenariats, l Alliance étant un bon exemple dont on peut s inspirer. Il offre de multiples utilisations telles que la formation/le cyberapprentissage, le travail conjoint sur des documents (par exemple par les groupes spéciaux et les groupes de travail de l Alliance, dans les associations professionnelles des pays et les professionnels de la santé), les réunions en ligne, les discussions sur le Web, les dialogues au niveau mondial et les bibliothèques numériques. Ce portail a été particulièrement conçu pour utiliser une technologie à faible résolution qui la rend accessible hors des zones urbaines dans les pays en développement. Obtenir des informations de la part des systèmes d information sanitaire dans les pays pionniers où l Alliance est active et contribuer à soutenir les efforts déployés par les partenaires pour améliorer les systèmes nationaux d information en matière de gestion sanitaire. Programme pour une action mondiale 4. Fidéliser un personnel de santé efficace, réactif et équitablement réparti La fidélisation de personnels de santé compétents dans les soins de santé, la gestion et l appui technique, ainsi que leur répartition équitable afin d assurer à tous un accès à des services de qualité, sont deux aspects fondamentaux. Des avantages financiers et non-financiers influencent la motivation des personnels de santé, leur aptitude et leur propension à agir de façon productive et efficace, aussi bien que leur volonté de conserver leur emploi. Garantir à tous un accès aux services de santé nécessite de prêter la plus grande attention à la répartition nationale de l ensemble des personnels de santé, ainsi qu au besoin de promouvoir et mieux gérer la collaboration entre les services publics, non lucratifs et privés. L insuffisance des informations concernant les personnels de santé empêche, dans bien des pays, l analyse comme la définition d actions adaptées, ainsi que le suivi des résultats en matière de fidélisation et d accès. Ce déficit d information a un effet déstabilisant sur la continuité essentielle qui doit exister entre planification, formation, affectation et gestion. 4.1 les gouvernements mettront en place des avantages adéquats ainsi qu un environnement de travail favorable et sécurisé afin de fidéliser et répartir équitablement le personnel de santé. 4.2 en collaboration avec les institutions académiques, les ministères de la santé encourageront et appuieront la constitution d une masse critique de gestionnaires efficaces dans le secteur public, capables de mettre en oeuvre des stratégies de fidélisation bien conçues, complètes et cohérentes. Stratégie de gestion des connaissances L Alliance, dans le cadre de ses activités de fidélisation du personnel, soutient une campagne quinquennale visant la création d un environnement de pratiques positives qui aura des effets à deux niveaux : au niveau politique pour engager les gouvernements à intégrer des politiques destinées à conserver les personnels de santé dans leur pays d origine autant que possible ; au niveau des établissements, cela se concrétisera par de meilleures conditions de travail des personnels de santé, une meilleure gestion hiérarchique, l adoption de pratiques réflexives, etc. L Alliance diffusera des renseignements sur la mise en oeuvre d un environnement de pratiques positives au niveau des pays. Il faut concevoir la stratégie de gestion des connaissances pour lui donner de la souplesse et lui permettre de s adapter à l évolution de la situation à mesure que l on identifie les lacunes et que l on tente de les combler. Le lancement de recherches destinées à recenser les domaines préoccupants pour les responsables politiques fait partie intégrante de la stratégie de gestion des connaissances et a déjà commencé par l intermédiaire des partenaires de l Alliance. Dans les activités cognitives qui seront encouragées, le cyberapprentissage est inclus comme l un des mécanismes qui permettront de former les gens et de renforcer les compétences sans avoir à détourner les personnels de santé de leur lieu de travail alors qu ils sont déjà peu nombreux et que les frais de voyage inhérents au suivi d une formation dans un lieu extérieur font que la difficulté d accès et l ampleur des coûts deviennent des facteurs d inhibition. Afin de soutenir les efforts susmentionnés, l Alliance peut préconiser et soutenir la mise en place de centres d information sanitaire/centres de ressources qui existent actuellement en Afrique du Sud mais qui sont d abord conçus pour favoriser l échange de méthodes d enseignement et d informations entre les membres de la communauté. Il est possible d adapter cela dans des contextes communautaires et d encourager ainsi le renforcement des moyens et l examen collégial entre personnels de santé et agents communautaires (initiative de l organisation AEMRN, membre proposé de l Alliance). L Alliance favorisera également les discussions sur le dosage des compétences en tant qu élément important à considérer dans la prestation des soins de santé; elle fournira des modèles qui se sont avérés efficaces et ont été établis à partir d exemples recueillis auprès de partenaires, de membres et d autres entités dans le cadre d un site Web plus interactif, site qu il est prévu de réviser en matière de promotion et de communication. Stratégie de gestion des connaissances GHWA

8 Annexe 3 Documentation de l Alliance Certains documents de l Alliance créés à partir de 2006 jusqu à ce jour comprennent les sujets suivants : Examen passé et présent des agents de santé communautaire en Afrique Étude sur les équipes villageoises de santé en Ouganda Examen de l étude de cas du Kosovo sur l agent de santé communautaire Ressources humaines en Afrique ; expériences, défis et réalités (Douala) Intensification des recommandations sur l éducation et la formation Développement des ressources humaines pour le Cadre d action RHS (outil HAF) Études de cas sur l intensification dans dix pays (quatre publiées à ce jour) Agrément des sites de formation clinique spécialisés et actualisation des programmes d enseignement en Afrique de l Est, Afrique centrale et Afrique australe Lignes directrices incitatives à l intention des professionnels de la santé Diffusion de l information relative à l Alliance dans le cadre d une revue d Afrique basée sur les pays et axée sur la poursuite de l éducation en matière de pratiques ; cette revue est conçue pour être diffusée et lue par le ministère de la santé et les professionnels de la santé aux niveaux des régions et des districts (nouveau) Etudes menées en collaboration avec l Alliance pour la recherche sur les politiques et les systèmes de santé ayant trait : à l étude de Makerere sur les effets des changements apportés dans l enseignement préalable à l autorisation d exercer qui est dispensé au personnel de santé au sujet du recrutement des agents de santé ; au salaire du personnel de santé dans trois pays d Amérique latine ; à l examen systématique de l émigration des agents de santé ; au rapport sur l identification des questions de recherche prioritaires sur les ressources humaines pour la santé ; à l appel à propositions relatives au salaire des agents de santé.

9 Alliance mondiale pour les personnels de santé Organisation mondiale de la Santé Avenue Appia Genève 27 Suisse Tel: Fax:

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS

Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS Contexte Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS De nombreux pays publient régulièrement des rapports sur la performance de leur système de

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

L avenir des dispositions en matière de TIC dans l éducation des enfants à BEP?

L avenir des dispositions en matière de TIC dans l éducation des enfants à BEP? Les Technologies de l Information et de la Communication (TIC) dans l éducation des enfants à Besoins Educatifs Particuliers (BEP) Projection dans les domaines politique, pratique et de la recherche et

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/ENERGY/GE.7/2015/3 Conseil économique et social Distr. générale 28 juillet 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE Adopté par le conseil associatif de l Agence universitaire de la Francophonie

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

Bienvenue dans le module de formation en ligne du Fonds mondial, «Comprendre le tableau relatif aux lacunes programmatiques».

Bienvenue dans le module de formation en ligne du Fonds mondial, «Comprendre le tableau relatif aux lacunes programmatiques». Bienvenue dans le module de formation en ligne du Fonds mondial, «Comprendre le tableau relatif aux lacunes programmatiques». Cliquez sur «Suivant» pour continuer. 1 Cette formation vous permet de : comprendre

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

Remarques et conseils à propos du stage long 2

Remarques et conseils à propos du stage long 2 Remarques et conseils à propos du stage long 2 Zentrum für schulpraktische Studien: Stand April 2012 INSTITUT DE FORMATION DES MAÎTRES DE FRIBOURG Département pour la formation professionnelle scolaire

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

JOINT CTF-SCF/TFC.15/4 26 octobre 2015. Réunion conjointe des Comités du CTF et du SCF Washington (États-Unis) Lundi 9 novembre 2015

JOINT CTF-SCF/TFC.15/4 26 octobre 2015. Réunion conjointe des Comités du CTF et du SCF Washington (États-Unis) Lundi 9 novembre 2015 Réunion conjointe des Comités du CTF et du SCF Washington (États-Unis) Lundi 9 novembre 2015 JOINT CTF-SCF/TFC.15/4 26 octobre 2015 Point 4 de l ordre du jour PROPOSITION CONCERNANT L AVENIR DU FORUM DE

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser le pilotage de projets au cours de leur mise en œuvre. 1

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont :

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont : The following information is an excerpt from the Letter of Intent submitted to the J.W. McConnell Family Foundation in response to the RECODE Request for Proposals of Spring 2014. Cégep de Sherbrooke Description

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CST(3)/4 Conseil économique et social Distr.: Générale 8 octobre 2012 Français Original: Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité de statistique

Plus en détail

Dossier des documents de suivi formatif des stages

Dossier des documents de suivi formatif des stages Filières secondaires Dossier des documents de suivi formatif des stages Haute Ecole Pédagogique Documents à l usage des étudiants et des praticiens formateurs Version: 17.08.2010 Pour désigner les personnes,

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

La gestion et le gestionnaire

La gestion et le gestionnaire Chapitre 3 La gestion et le gestionnaire Objectifs pédagogiques Après avoir lu ce chapitre l étudiant doit être capable de : Donner une description de la nature de la gestion. Expliquer le processus de

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

Les membres d ENQA adhèrent aux principes qui suivent et invitent tous les participants au Processus de Bologne à les prendre en considération.

Les membres d ENQA adhèrent aux principes qui suivent et invitent tous les participants au Processus de Bologne à les prendre en considération. Document de politique d ENQA sur la garantie de la qualité dans l espace européen de l enseignement supérieur à l occasion de la conférence des ministres responsables de l enseignement supérieur à Leuven

Plus en détail

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces Synthèse des besoins et recommandations Dans le document «La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces»,

Plus en détail

La connaissance est le pouvoir

La connaissance est le pouvoir La connaissance est le pouvoir Le moment venu de concevoir un programme de carte commerciale, la connaissance est le pouvoir le pouvoir de rendre les dépenses d entreprise les plus efficaces et conviviales

Plus en détail

Restructurations. Analyse des besoins des élus. Réponses apportées par le cabinet VRILLAC. Cabinet Barbara VRILLAC- Avocat

Restructurations. Analyse des besoins des élus. Réponses apportées par le cabinet VRILLAC. Cabinet Barbara VRILLAC- Avocat Restructurations Plan de Sauvegarde de l Emploi Analyse des besoins des élus Réponses apportées par le cabinet VRILLAC Introduction Même si elles sont devenues fréquentes, les restructurations d entreprises

Plus en détail

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session Tbilissi (Géorgie), 15-18 septembre 2008 Point 9 d) de l ordre du jour provisoire EUR/RC58/Inf.Doc./2 28 juillet 2008 80849 ORIGINAL : ANGLAIS Désignation

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB)

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Prix UNESCO de la ville apprenante Note de synthèse

Prix UNESCO de la ville apprenante Note de synthèse Prix UNESCO de la ville apprenante Note de synthèse Le nombre de citadins dans le monde a crû à une rapidité inégalée ces dernières années : plus de la moitié de la population mondiale vit actuellement

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE :

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE : POSTE À POURVOIR Titre : directeur de la communication Département : communications Responsable hiérarchique : directeur exécutif Subordonnés directs : attachés de presse (2), agents des communications

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES Le législateur exige de l employeur qu il évalue les risques auxquels sont soumis les salariés, alors même qu aucun accident du travail ne s est produit et qu

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2009/6 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 15 septembre 2009 Français Original: anglais Troisième session Doha, 9-13

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Méthodologie 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Outil et méthodologie 2 Table des matières 3 Table des matières (suite) 4 Aperçu de l outil Évaluation des capacités de la GI 5 Contexte

Plus en détail

PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION. AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES

PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION. AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES sous la responsabilité du vice-rectorat aux études Février 2010 INTRODUCTION Le Programme d innovation en formation aux 1 er, 2 e et 3 e

Plus en détail

Politique sur la santé et le mieux être au travail

Politique sur la santé et le mieux être au travail Politique sur la santé et le mieux être au travail Politique adoptée au conseil administration Le 9 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. DÉFINITIONS... 3 2. CHAMP D APPLICATION... 4 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué.

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Points de vue Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Afin d accélérer leur croissance tout en continuant d opérer dans un contexte

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Assistant ressources humaines de l Université Lille 2 - Droit et Santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Mandat du Conseil des ingénieurs en chef

Mandat du Conseil des ingénieurs en chef Association des transports du Canada Mandat du Conseil des ingénieurs en chef Énoncé de mission Le Conseil des ingénieurs en chef de l Association des transports du Canada offre une tribune d excellence

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR LES MÉNAGES À FAIBLE REVENU Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE... 5 2. COLLABORATION AVEC LES ASSOCIATIONS DE CONSOMMATEURS... 5 3. ENTENTES DE PAIEMENT...

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Direction : Direction générale Effectifs supervisés : Trois personnes Supérieur immédiat : Directrice générale 1. Sommaire de la fonction Sous

Plus en détail

Réseau muséal et patrimonial du Saguenay Lac-Saint-Jean Annie Perron annieperron@gmail.com

Réseau muséal et patrimonial du Saguenay Lac-Saint-Jean Annie Perron annieperron@gmail.com Gestion de projet Ce document propose de bonnes pratiques en gestion de projet afin d améliorer la gestion et l efficience des activités de médiation culturelle. Sous forme de listes à cocher, vous pourrez

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Au sein d un Service météorologique et hydrologique national (SMHN) ou d un service apparenté, différents

Plus en détail

Fiche entreprise : E4

Fiche entreprise : E4 Fiche entreprise : E4 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est la seule qui soit rattachée aux ressources humaines dans l entreprise et, à ce titre, elle s occupe

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous :

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous : POLITIQUE NUMÉRO 32 de soutien à l intégration scolaire et d éducation à la citoyenneté Responsable : Direction des études Dernière mise à jour : CA/2004-361.08.4, le 26 mai 2004 Prochaine date de révision

Plus en détail

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes.

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes. POLITIQUE N O : DSA-RH-219-13-11 Page 1 TITRE Politique cadre relative à la santé globale et au mieux-être au travail. Cette politique réfère aux processus organisationnels du CQA : nos 8 et 9 : Titre

Plus en détail

B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ

B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ DIRECTIVE ADMINISTRATIVE B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Date d émission : le 25 mars 2000 Dates de révision : le 24 mars 2007, le 2 juin 2010, le 25 août 2014 Page 1 de 6

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Juin 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. À propos de l

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Renforcement des compétences pour la Promotion de l Egalité entre les sexes en Afrique et dans les pays d Asie de l ouest

Renforcement des compétences pour la Promotion de l Egalité entre les sexes en Afrique et dans les pays d Asie de l ouest Division de la Promotion de la Femme, Département des Affaires économiques et sociales et Centre africain pour le Genre et le Développement, Commission économique pour l Afrique Renforcement des compétences

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE. Deuxième session ordinaire du Conseil d administration. Rome, 9 13 novembre 2009

F Distribution: GÉNÉRALE. Deuxième session ordinaire du Conseil d administration. Rome, 9 13 novembre 2009 Deuxième session ordinaire du Conseil d administration Rome, 9 13 novembre 2009! "#$% F Distribution: GÉNÉRALE 9 octobre 2009 ORIGINAL: ANGLAIS Le tirage du présent document a été restreint. Les documents

Plus en détail

Le numérique au service de l École

Le numérique au service de l École Le numérique au service de l École L essentiel > Notre monde connaît aujourd hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que celle de l invention de l imprimerie au XV e siècle. La

Plus en détail

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?)

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Observatoire des Fonctions Publiques Africaines Gouvernement de la République du Bénin VERS UNE ADMINISTRATION ET UNE

Plus en détail

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Faits saillants Étant donné que, d après les prévisions, la croissance du trafic aérien doublera au cours des 15 prochaines années, il faut s occuper proactivement

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

Première partie LE CONTEXTE

Première partie LE CONTEXTE 13 Première partie LE CONTEXTE LA LOI SUR LA SANTÉ PUBLIQUE ET LE PROGRAMME NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE 2003-2012 Le Programme national de santé publique 2003-2012 a été institué par la Loi sur la santé

Plus en détail

Convention inter parcs SIT PNR PACA

Convention inter parcs SIT PNR PACA Convention inter parcs SIT PNR PACA Page 1 Sommaire Article I Préambule... 3 Article II Objet de la convention... 43 Article III Les Membres... 43 Article IV Les partenaires... 53 Article V Mise en œuvre

Plus en détail

RC-2/4 : Décision sur la fourniture d une assistance technique régionale et nationale

RC-2/4 : Décision sur la fourniture d une assistance technique régionale et nationale : Décision sur la fourniture d une assistance technique régionale et nationale La Conférence des Parties, Rappelant les travaux menés par le secrétariat en vue de présenter à la première réunion de la

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Organisme : Université Claude Bernard Lyon1 Dates : février 2013- septembre 2013 Présentation

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel Programme d accueil et d intégration Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

Plan d intégration des TIC

Plan d intégration des TIC Plan d intégration des TIC 2 0 1 0 / 2 0 1 5 1 PRÉAMBULE En 2010, le Cégep de Thetford déposait son Plan stratégique 2010-2015 dans lequel on retrouve une cible qui précise, entre autres, l orientation

Plus en détail

Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques. Aperçu

Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques. Aperçu Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques Aperçu Le présent document offre un aperçu du texte sur Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques, 3e édition,

Plus en détail

Lignes directrices d UNI-Europa sur les comités d entreprise européens. Adoptées par le Comité exécutif d UNI Europa le 29 mars 2011 Version courte

Lignes directrices d UNI-Europa sur les comités d entreprise européens. Adoptées par le Comité exécutif d UNI Europa le 29 mars 2011 Version courte Lignes directrices d UNI-Europa sur les comités d entreprise européens Adoptées par le Comité exécutif d UNI Europa le 29 mars 2011 Version courte matières APPROCHE COMMUNE... 3 BUTS D UNI EUROPA.... 3

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

Conseils consultatifs des aînés. Cadre de référence 1

Conseils consultatifs des aînés. Cadre de référence 1 Conseils consultatifs des aînés Cadre de référence 1 Dénomination. L article 1122-35 du Code de la démocratie locale et de la décentralisation consacre l appellation «conseil consultatif». Il convient

Plus en détail

Gestion de la succession

Gestion de la succession Gestion de la succession Concevoir Construire Attirer Préparer la succession, c est préparer la réussite Les membres de Comités de direction et les cadres dirigeants connaissent l importance d une bonne

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada Aviron ou RCA) 1.2 TITRE : Directeur du développement

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATION À LA LOI SUR LE PILOTAGE

PROJET DE MODIFICATION À LA LOI SUR LE PILOTAGE Position de la Société de développement économique du Saint-Laurent sur le PROJET DE MODIFICATION À LA LOI SUR LE PILOTAGE Document présenté à Transports Canada Québec, le jeudi 8 mars 2007 mars 2007 1

Plus en détail