Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances"

Transcription

1 Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances Pierre Maret, Département Informatique et LIRIS, INSA de Lyon Jacques Calmet, IAKS, Université de Karlsruhe, Allemagne Le principe général sous-jacent aux approches de gestion de documents, de gestion des compétences et d ingénierie des connaissances est celui de la centralisation objective des connaissances. Dans ces approches en effet, une base de documents, de données ou de connaissances centralise l information (éventuellement en la redistribuant sur différents sites), et un schéma de structuration unique organise cette connaissance. Cette base unique et ce schéma de structuration unique sont considérés comme étant, si ce n est les meilleurs possibles, tout au moins acceptables par tous. Nous estimons que cette approche pour la gestion des connaissances n est pas compatible avec la nature même des connaissances. Nous constatons également que le fonctionnement des organisations repose toujours plus sur la circulation de l information et des connaissances, et sur les moyens mis en œuvre pour cela (concept d entreprise informationnelle). En accord avec les travaux théoriques et les observations pratiques nous pouvons affirmer que les connaissances dans une organisation sont nécessairement subjectives et distribuées. Il nous apparaît ainsi nécessaire de fonder une nouvelle approche de la gestion des connaissances sur des bases qui permettront de prendre en compte très en amont les caractéristiques suivantes : Distribution des connaissances : Les connaissances de l entreprise sont distribuées dans l ensemble de l entreprise. La montée en puissance de l informatique distribuée et pervasive (mobilité, autonomie, interopérabilité ) nécessite de développer une approche prenant en compte tout autant les individus, que les systèmes individuels et les «gros» systèmes informatiques ; Autonomie des entités porteuses de connaissances : Les perceptions de chaque individu sont subjectives et les connaissances de chacun sont différentes. De même, les systèmes informatiques ne sont pas systématiquement compatibles et consistants entre eux. Ils ne sont pas nécessairement conçus pour coopérer naturellement entre eux et chacun possède sa logique propre, sa couverture sémantique, sa représentation de connaissances, etc. Le fonctionnement de l organisation repose pourtant sur la circulation de l information. Il est donc nécessaire de concevoir une approche permettant de concilier à la fois autonomie et échanges de connaissances. Une approche multi-agents des connaissances dans l entreprise Les systèmes multi-agents ont été mis au point dans un but méthodologique dans le domaine de l informatique distribuée en intelligence artificielle. Ils ont ensuite évolués pour devenir à la fois une méthode de gestion et une technique d ingénierie logicielle conduisant à la conception de systèmes proches des systèmes orientés objets. A la différence des objets qui sont des entités activables depuis l extérieur (via les méthodes publiques), les agents sont des entités autonomes. L agent reçoit des messages ou perçoit son environnement, il interprète ces données et il choisit son action. L objet n a au contraire pas de capacité de choix. Il exécute la méthode invoquée depuis une entité qui lui est extérieur, un autre objet par exemple 1. L intérêt d aborder la gestion des connaissances avec une approche multi-agents réside dans la compatibilité et les convergences entre ces deux domaines. En effet, si l on considère qu un agent représente une entité dans l organisation porteuse d information ou de connaissances (une personne, un mobile, une base de données, un capteur simple ou complexe, ) alors on peut aborder de façon non tronquée les notions fondamentales caractérisant les connaissances en entreprise : distribution des données et des connaissances, autonomie des entités et simultanément interactions complexes entre elles (négociation, partage d information, coordination), comportements dynamiques, adaptation aux changements, hétérogénéité des points de vue, etc. L utilisation d une approche multi-agent dans le domaine de la gestion des connaissances n est pas nouvelle. La plupart des propositions en ce sens portent sur des fonctionnalités telles que l extraction de connaissances à partir de bases de documents, l identification de profils d utilisateurs, la diffusion ciblée de connaissances. Cependant chacune de ces propositions ne couvre qu un domaine de la gestion des connaissances et n envisage pas une approche globale des connaissances présentes dans une organisation. Généralement, le niveau d abstraction reste insuffisant pour se défaire réellement de l approche centralisée et pour mettre en avant les échanges entre agents autonomes. 1 Un programme orienté-objet peut permettre de simuler partiellement des agents, en particulier par l usage intensif d instructions «Case of» et de variables globales ou passées en paramètres. Mais cette remarque ne change pas les différences de fond décrites.

2 Le paradigme Agent Oriented Abstraction (AOA, cf. article dans ce numéro) a été introduit dans le but de proposer une abstraction agent, c est à dire non fondée sur des extensions des principes du paradigme Orientée Objet. Dans l approche AOA, un agent est une entité autonome qui comporte des connaissances annotées et un mécanisme de décision basé sur ces connaissances. Le paradigme AOA permet d aborder la gestion des connaissances en considérant les entités de l organisation, leurs connaissances et leurs capacités d échanges. L exploitation de ce paradigme nous amène ainsi à considérer de façon uniforme toute entité de l organisation : individus, systèmes informatiques, capteurs Une personne possède par exemple des connaissances liées à son domaine de spécialité, des connaissances propres à ses modes de communications avec ses collègues et avec des systèmes informatisés, des connaissances portant sur informations qu elle peut ou veut transmettre à chacun de ses collègues, etc. Parmi les décisions qu une personne peut prendre, se trouvent celles de diffuser ou de rechercher des connaissances dans son environnement. Dans ce même cadre, nous pouvons décrire un système informatique : agent porteur de connaissances et, au travers de fonctions d utilités adéquates, capable de décisions en vue de diffuser ou de collecter des connaissances. L exemple d un serveur de documents nous permet une rapide illustration : la connaissance consiste en diverses informations telles que les documents et leur description, les niveaux de confidentialité attachés aux documents, les algorithmes de cryptage, etc. Des fonctions de décision simples consistent par exemple à autoriser la diffusion d un document à une autre entité (une personne, un système) et à sélectionner la méthode de cryptage utilisée pour cette transmission. Aucun modèle particulier de représentation des connaissances des agents n est imposé a priori. Diverses représentations peuvent même coexister entre agents (et au sein d un même agent), sous réserve de leur capacité à traduire une connaissance d une représentation à une autre. Ainsi, pour chaque implémentation de notre approche le modèle de représentation qui sera le plus adapté au contexte pourra être choisi. D un point de vue générique, une connaissance est une entité x, simple ou complexe, et qui peut aussi bien représenter un chiffre, une collection de données, un document, une autorisation, une compétence, etc. Nous utilisons le terme ontologie pour désigner les connaissances d un agent. Ce terme est généralement utilisé pour désigner des connaissances partagées et consensuelles au sein d une organisation. Notre approche nous amène à exclure l existence d une unique base de connaissances commune aux agents. Chaque agent possède ainsi sa propre ontologie. Une connaissance effectivement commune aux agents constituera un cas particulier, également couvert par notre approche, plus générale. La capacité de compréhension (par traduction, par contextualisation) de connaissances acquises consiste en une connaissance que l agent peut posséder ou acquérir. Les capacités à exploiter, protéger, diffuser, quérir (etc.) des connaissances, et les différentes stratégies qui peuvent être mise en œuvre pour cela, sont des caractéristiques propres à chaque agent. Elles sont potentiellement évolutives. Communautés de connaissances Nous définissons une communauté de connaissances comme étant un groupement temporaire d agents portant un intérêt commun pour un sujet donné et échangeant des connaissances en lien avec ce sujet. Une première remarque consiste tout d abord à situer cette définition dans la suite de la gestion des connaissances d une organisation à travers l approche AOA (paragraphe précédent). La notion de groupements temporaires implique de la part des agents des capacités dynamiques d adhésion et de participation aux communautés. Au moins un agent doit posséder la capacité de création dynamique de communautés, c est à dire la capacité de définition d un sujet et sa diffusion. L idée d un intérêt commun pour un sujet donné implique l évaluation de ce sujet par chaque agent qui le reçoit, au regard de ses objectifs. De même, la notion de connaissances en lien avec le sujet de la communauté de connaissances nécessite l évaluation d une distance entre des connaissances et un sujet. L échange des connaissances implique que les agents peuvent aussi bien acquérir des connaissances qu en transmettre. Ils doivent pour cela posséder la capacité d intérioriser des connaissances reçues et d extérioriser/diffuser des connaissances propres. Les primitives élémentaires associées aux communautés de connaissances sont les suivantes : créer/terminer une communauté (Create, Delete), rejoindre/quitter une communauté (Join, Leave), envoyer une connaissance, demander une connaissance (Send inform, Send request). Nous avons envisagé plusieurs modèles et processus de fonctionnement des communautés de connaissances. Les contraintes principales que nous imposions étaient l effort de non centralisation des connaissances, l autonomie des agents, et enfin la préservation de l ouverture du système d agents, c est à dire la possibilité d entrée et de sortie d agents sans remise en cause du système global. Nos travaux nous ont amenés à utiliser une approche de type «de proche en proche» pour mettre en oeuvre le partage des connaissances. Chaque agent possède, entre autres connaissances, une liste d agents «proches» et auxquels il est susceptible de transmettre des connaissances ou des requêtes. Un agent peut à chaque instant rejoindre des communautés (qu il connait) ou décider d'en créer une nouvelle. L agent initiateur d une communauté informe ses voisins du thème de la nouvelle communauté. Les agents adhérant à une communauté peuvent s'échanger des messages. Ces messages consistent en des inform (transmission de connaissances) et des request (demande de connaissances). L évaluation du contenu des messages est propre à chaque agent. Aucun objet ou agent ne centralise les communautés ou les échanges. Nous avons développé sous forme de prototypes (Java, plate-forme Jade) des programmes de simulation (fig.1) ainsi que des applications avec interface utilisateur : assistant personnel de

3 connaissances, systèmes de diffusion d information, système d échange de connaissances en milieu pervasif (fig.2). Bilan Les approches traditionnelles de gestion des connaissances d une organisation reposent sur le principe de la centralisation objective. L approche que nous développons est centrée non pas sur l accumulation de connaissances mais sur l échange de connaissances. L adoption d un point de vue multi-agent, et plus spécialement du paradigme Abstraction Orienté Agent, nous permet de poser les fondements nécessaires à la prise en compte la dimension distribuée de la connaissance dans une organisation tout autant que ceux relatifs à la question de l autonomie des entités (personnes et systèmes). La connaissance au sein de l organisation est ainsi vue comme la somme des connaissances des entités la composant, ces entités étant dotées de capacités de communication et d apprentissage. L approche que nous proposons est assez générique pour être utilisée et servir de support dans de très nombreuses situations. Des simulations, des systèmes d aide ou des systèmes partiellement ou totalement automatisés peuvent être bâtis sur ces bases. Nos travaux se poursuivent d une part vers la formulation plus en avant du cadre théorique général permettant de couvrir le domaine de la gestion des connaissances dans les organisations, et d autre part vers l implémentation de systèmes exploitant cette approche. Fig.1 : Simulation du partage de connaissances entre agents autonomes. Fig.2 : Partage de connaissances en mobilité

4 Bibliographie J. Calmet, P. Maret, and R. Endsuleit. Agent oriented abstraction. RACSAM (Revista Real Academia de Ciencias, Serie A de Matemticas, Spain) Vol. 98 (1), P. Maret, M. Hammond and J. Calmet. Agent Societies for Corporate Knowledge Issues. International Workshop ESAW04, Toulouse, France, November P. Maret and J. Calmet. Corporate Knowledge in Cyberworlds. IEICE Journal. Information and Systems. Special Issue on Cyberworlds. Vol.E88-D, N.5. May P. Maret, J. Calmet. Modeling Corporate Knowledge within the Agent Oriented Abstraction. International Conference on Cyberworlds (CW), IEEE Computer Society, November 18-20, 2004, Tokyo, Japan.

5 P. Maret, J.-M. Pinon. Ingénierie des savoir-faire. Compétences individuelles et mémoire collective. In : Paris: HERMES, Collection Informatique et Gestion, 1997, 186 pages ISBN N

Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome

Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome ENNAJI Mourad LASC université de Metz Ile du Saulcy B.P 80794 57 012 METZ Ennaji@lasc.sciences.univ-metz.fr Résumé Cet

Plus en détail

Réseau Sociaux Plan. 1. Historique. 2. Définition et fonctionnalités. 3. Usages actuels. 4. Tendances. 5. Problématiques de recherche

Réseau Sociaux Plan. 1. Historique. 2. Définition et fonctionnalités. 3. Usages actuels. 4. Tendances. 5. Problématiques de recherche Réseaux Sociaux Révolution des usages sur Internet, et nouvelles problématiques de recherche Pierre Maret, Laboratoire Hubert Curien, St-Etienne Adrien Joly, Alcatel-Lucent Bell Labs France, Villarceaux

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

Masses de données. 1. Introduction 2. Problématiques 3. Socle de formation (non présenté) 4. Liens avec Formation INSA

Masses de données. 1. Introduction 2. Problématiques 3. Socle de formation (non présenté) 4. Liens avec Formation INSA Masses de données 1. Introduction 2. Problématiques 3. Socle de formation (non présenté) 4. Liens avec Formation INSA Rédacteurs : Mjo Huguet / N. Jozefowiez 1. Introduction : Besoins Informations et Aide

Plus en détail

ADELFE : Atelier de développement de logiciels à fonctionnalité émergente

ADELFE : Atelier de développement de logiciels à fonctionnalité émergente ADELFE : Atelier de développement de logiciels à fonctionnalité émergente Gauthier Picard*, Carole Bernon*, Valérie Camps**, Marie- Pierre Gleizes* * Institut de Recherche en Informatique de Toulouse Université

Plus en détail

FSAB 1402 - Suggestions de lecture

FSAB 1402 - Suggestions de lecture FSAB 1402 - Suggestions de lecture 2006 Concepts, techniques and models of computer programming Cours 1 - Intro Chapitre 1 (sections 1.1, 1.2, 1.3, pages 1-3) Introduction aux concepts de base Chapitre

Plus en détail

Concevoir des applications Web avec UML

Concevoir des applications Web avec UML Concevoir des applications Web avec UML Jim Conallen Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09172-9 2000 1 Introduction Objectifs du livre Le sujet de ce livre est le développement des applications web. Ce n est

Plus en détail

Une méthode d apprentissage pour la composition de services web

Une méthode d apprentissage pour la composition de services web Une méthode d apprentissage pour la composition de services web Soufiene Lajmi * Chirine Ghedira ** Khaled Ghedira * * Laboratoire SOIE (ENSI) University of Manouba, Manouba 2010, Tunisia Soufiene.lajmi@ensi.rnu.tn,

Plus en détail

Master Informatique Aix-Marseille Université

Master Informatique Aix-Marseille Université Aix-Marseille Université http://masterinfo.univ-mrs.fr/ Département Informatique et Interactions UFR Sciences Laboratoire d Informatique Fondamentale Laboratoire des Sciences de l Information et des Systèmes

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

Jeux Pervasifs. Mail: Stephane.Lavirotte@unice.fr Web: http://stephane.lavirotte.com/ Université de Nice - Sophia Antipolis

Jeux Pervasifs. Mail: Stephane.Lavirotte@unice.fr Web: http://stephane.lavirotte.com/ Université de Nice - Sophia Antipolis Jeux Pervasifs Mail: Stephane.Lavirotte@unice.fr Web: http://stephane.lavirotte.com/ Université de Nice - Sophia Antipolis Quelques Définitions Savoir de quoi on parle 16/03/2015 S. Lavirotte 2 Jouer partout

Plus en détail

Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes

Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes 303 Schedae, 2007 Prépublication n 46 Fascicule n 2 Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes Samya Sagar, Mohamed Ben Ahmed Laboratoire

Plus en détail

Études sur la traduction et le multilinguisme

Études sur la traduction et le multilinguisme Études sur la traduction et le multilinguisme Contrôle de la qualité de documents dans les administrations publiques et les organisations internationales Résumé 2/2013 Traduction Europe Direct est un service

Plus en détail

Le rapport entre l analyse de contexte de travail et la formation

Le rapport entre l analyse de contexte de travail et la formation Le rapport entre l analyse de contexte de travail et la formation Apports de la didactique professionnelle comme démarche théorico-méthodologique pour l élaboration de curriculums Raquel Becerril Ortega,

Plus en détail

MASTER INFORMATIQUE ET INGENIERIE DES SYSTEMES COMPLEXES PARCOURS SIGNAL ET TELECOMMUNICATIONS

MASTER INFORMATIQUE ET INGENIERIE DES SYSTEMES COMPLEXES PARCOURS SIGNAL ET TELECOMMUNICATIONS MASTER INFORMATIQUE ET INGENIERIE DES SYSTEMES COMPLEXES PARCOURS SIGNAL ET TELECOMMUNICATIONS Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation Nature de la formation : Diplôme national

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Programmation de services en téléphonie sur IP

Programmation de services en téléphonie sur IP Programmation de services en téléphonie sur IP Présentation de projet mémoire Grégory Estienne Sous la supervision du Dr. Luigi Logrippo Introduction La téléphonie sur IP comme support à la programmation

Plus en détail

LICENCE INFORMATIQUE

LICENCE INFORMATIQUE COLLEGIUM SCIENCES ET TECHNOLOGIES LICENCE RMATIQUE Parcours Informatique (Nancy ou Metz) et Parcours ECS (Metz) OBJECTIFS DE LA FORMATION La licence Informatique délivre les connaissances et les compétences

Plus en détail

TRAVAIL AUTOUR D ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF DANS LE CADRE DE L UTILISATION D ORDINATEURS PORTABLES AU COLLÈGE.

TRAVAIL AUTOUR D ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF DANS LE CADRE DE L UTILISATION D ORDINATEURS PORTABLES AU COLLÈGE. N 332 - RANUCCI Jean Francis 1 TRAVAIL AUTOUR D ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF DANS LE CADRE DE L UTILISATION D ORDINATEURS PORTABLES AU COLLÈGE. Introduction Etude empirique de l apport de l usage des

Plus en détail

Indicateur Typologique d Alert. Se connaître soi-même pour mieux comprendre les autres ALTI ALTI

Indicateur Typologique d Alert. Se connaître soi-même pour mieux comprendre les autres ALTI ALTI Indicateur Typologique d Alert Se connaître soi-même pour mieux comprendre les autres ALTI ALTI Êtes-vous intéressé par des questions telles que: Comment une équipe peut-elle travailler plus efficacement?

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

Fungus VALVASSORI MOÏSE. 9 avril 2004

Fungus VALVASSORI MOÏSE. 9 avril 2004 Fungus VALVASSORI MOÏSE 9 avril 2004 Plan 1. Vie Artificielle 2. Plateforme de simulation 3. Travaux et perspectives 9 avril 2004 séminaire IARM - P8 Valvassori Moïse 1 Vie Artificielle biologie du possible

Plus en détail

Repoussez vos frontières

Repoussez vos frontières Repoussez vos frontières Avec la plateforme d applications la plus rapide et agile au monde Vos applications métier disponibles tout le temps, partout. La Liberté de Choisir Client/Serveur - Applications

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

INF6304 Interfaces Intelligentes

INF6304 Interfaces Intelligentes INF6304 Interfaces Intelligentes filtres collaboratifs 1/42 INF6304 Interfaces Intelligentes Systèmes de recommandations, Approches filtres collaboratifs Michel C. Desmarais Génie informatique et génie

Plus en détail

IRIT, Université Paul Sabatier, 118 Route de Narbonne, 31062 Toulouse Cedex 9, France

IRIT, Université Paul Sabatier, 118 Route de Narbonne, 31062 Toulouse Cedex 9, France VERS DES SERVICES WEB ADAPTES : COMMENT INTEGRER LE CONTEXTE DANS LES DIFFERENTES ARCHITECTURES DE SERVICES WEB? Bouchra SOUKKARIEH, Dana KUKHUN, Florence SEDES {sokarieh,kukhun,sedes}@irit.fr IRIT, Université

Plus en détail

Outil SANTE: Détection d erreurs par analyse statique et test structurel des programmes C

Outil SANTE: Détection d erreurs par analyse statique et test structurel des programmes C Outil SANTE: Détection d erreurs par analyse statique et test structurel des programmes C Omar Chebaro LIFC, Université de Franche-Comté, 25030 Besançon France CEA, LIST, Laboratoire Sûreté des Logiciels,

Plus en détail

Jean-Marie DUCREUX Maurice MARCHAND-TONEL STRATÉGIE. Les clés du succès concurrentiel. Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3153-2

Jean-Marie DUCREUX Maurice MARCHAND-TONEL STRATÉGIE. Les clés du succès concurrentiel. Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3153-2 Jean-Marie DUCREUX Maurice MARCHAND-TONEL STRATÉGIE Les clés du succès concurrentiel Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3153-2 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 ANALYSER CHAPITRE 1 L effet d expérience...9

Plus en détail

PPF Apprentice. Projet RICONFOR. Madeth May. Lyon, 15 mai 2009. Présenté par. madeth.may@insa-lyon.fr

PPF Apprentice. Projet RICONFOR. Madeth May. Lyon, 15 mai 2009. Présenté par. madeth.may@insa-lyon.fr PPF Apprentice Projet RICONFOR Présenté par Madeth May madeth.may@insa-lyon.fr Lyon, 15 mai 2009 Plan Vue globale du projet RiConfor Evolution de Confor vers RiConfor Objectifs du projet RiConfor Conception

Plus en détail

Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique

Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Copyright 2015 Polytech Annecy-Chambéry

Plus en détail

INTRODUCTION AUX RÉSEAUX SANS INFRASTRUCTURE DÉDIÉE

INTRODUCTION AUX RÉSEAUX SANS INFRASTRUCTURE DÉDIÉE INTRODUCTION AUX RÉSEAUX SANS INFRASTRUCTURE DÉDIÉE Par Michèle Germain Consultante Edition 2 / Février 2011 QUELS SONT-ILS? La forme élémentaire d un réseau est une dorsale filaire sur laquelle se raccordent

Plus en détail

de proposer avec un kit de développement style carte arduino accompagné de 2 ou 3 capteurs et câbles par étudiant.

de proposer avec un kit de développement style carte arduino accompagné de 2 ou 3 capteurs et câbles par étudiant. D-3000 D-3000 à pour but de penser l aménagement des ateliers de l option design au sein de l isdat, en lien avec l enseignement apporté, c est-à-dire de penser des espaces de travail et des éléments qui

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Informations Personnelles

CURRICULUM VITAE. Informations Personnelles CURRICULUM VITAE Informations Personnelles NOM: BOURAS PRENOM : Zine-Eddine STRUCTURE DE RATTACHEMENT: Département de Mathématiques et d Informatique Ecole Préparatoire aux Sciences et Techniques Annaba

Plus en détail

Le meilleur de la gestion numérique de l immobilier

Le meilleur de la gestion numérique de l immobilier Le meilleur de la gestion numérique de l immobilier Des documents complets et cohérents constituent un facteur de compétitivité indéniable. Architrave veille à la disponibilité, à tout moment, des documents

Plus en détail

Profil appel à candidatures : Contacts et adresses correspondance : Spécifications générales de cet appel à candidatures :

Profil appel à candidatures : Contacts et adresses correspondance : Spécifications générales de cet appel à candidatures : Appel à candidatures : Année de campagne : 2014 N appel à candidatures : ATER0318 Publication : 12/02/2014 Etablissement : Lieu d'exercice des fonctions : Section1 : 27 - Informatique Quotité du support

Plus en détail

Francis JAMBON Laboratoire d Informatique de Grenoble

Francis JAMBON Laboratoire d Informatique de Grenoble Francis JAMBON Laboratoire d Informatique de Grenoble Mise en œuvre de l oculométrie dans différents contextes d usage Analyse ergonomique Tuteurs intelligents IHM adaptatives Interaction via le regard

Plus en détail

Thème 2: Approche globale du client: le partage de l information

Thème 2: Approche globale du client: le partage de l information Association internationale de la sécurité sociale Conférence internationale sur les technologies de l'information et de la communication dans la sécurité sociale Les technologies de l'information et de

Plus en détail

Système tutoriel intelligent pour l apprentissage de travail procédural et collaboratif

Système tutoriel intelligent pour l apprentissage de travail procédural et collaboratif Système tutoriel intelligent pour l apprentissage de travail procédural et collaboratif Cédric Buche buche@enib.fr Pierre De Loor deloor@enib.fr Ronan Querrec querrec@enib.fr Laboratoire d Ingénierie Informatique

Plus en détail

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Daniela Dragomirescu 1,2, Michael Kraemer 1,2, Marie-Line Boy 3, Philippe Bourdeau d Aguerre 3 1 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil

Plus en détail

Les apports de l informatique. Aux autres disciplines

Les apports de l informatique. Aux autres disciplines Les apports de l informatique Aux autres disciplines Le statut de technologie ou de sous-discipline est celui de l importation l et de la vulgarisation Le statut de science à part entière est lorsqu il

Plus en détail

IODAA. de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage / 21

IODAA. de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage / 21 IODAA de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage IODAA Informations générales 2 Un monde nouveau Des données numériques partout en croissance prodigieuse Comment en extraire des connaissances

Plus en détail

l Intelligence Artificielle

l Intelligence Artificielle 1 Introduction à l Intelligence Artificielle Antoine Cornuéjols antoine@lri.fr http://www.iie.cnam.fr/~cornuejols/ I.I.E. & L.R.I., Université d Orsay Intelligence Artificielle : plan 2 1-2- 3-4- 5-6-

Plus en détail

Adaptation d'applications à de nouveaux contextes d'utilisation: le projet SECAS. Tarak Chaari

Adaptation d'applications à de nouveaux contextes d'utilisation: le projet SECAS. Tarak Chaari FRE 2672 Adaptation d'applications à de nouveaux contextes d'utilisation: le projet SECAS Tarak Chaari INSA de Lyon Encadreurs: André Flory & Frédérique Laforest Laboratoire d'informatique en Image et

Plus en détail

Sujet de thèse Prise en compte des recommandations de l utilisateur dans les services numériques intelligents

Sujet de thèse Prise en compte des recommandations de l utilisateur dans les services numériques intelligents Sujet de thèse Prise en compte des recommandations de l utilisateur dans les services numériques intelligents Directeur de thèse : Bruno Zanuttini GREYC, UMR 6072 UNICAEN/CNRS/ENSICAEN, équipe MAD Démarrage

Plus en détail

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM PRODUITS BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM Avantages de la Business Intelligence Assurer une visibilité intégrale des activités Identifier de nouvelles opportunités Détecter et résoudre les problèmes Remplacer

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

Il y a de l'ia dans les programmes de l'agence Nationale de la Recherche Bertrand Braunschweig Responsable de programmes Paris, 3 Novembre 2006

Il y a de l'ia dans les programmes de l'agence Nationale de la Recherche Bertrand Braunschweig Responsable de programmes Paris, 3 Novembre 2006 Il y a de l'ia dans les programmes de l'agence Nationale de la Recherche Bertrand Braunschweig Responsable de programmes Paris, 3 Novembre 2006 www.agence-nationale-recherche.fr Bref historique Un objectif

Plus en détail

Le cinquième chapitre

Le cinquième chapitre Le cinquième chapitre Objectif : présenter les supports matériels ou immatériels permettant d'étayer cette nouvelle approche de la fonction maintenance. I. Evolution du domaine technique - Différents domaines

Plus en détail

[ Former des ingénieurs UTC par la voie de l apprentissage

[ Former des ingénieurs UTC par la voie de l apprentissage UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE DE COMPIÈGNE Formation Ingénieur par apprentissage [ Former des ingénieurs par la voie de l apprentissage Le contenu, l organisation et la structure de la formation d ingénieur

Plus en détail

FICHE D ACTIVITE N 4 : APPLICATION SMARTPHONE DE GESTION DE FRAIS (ANDROID)

FICHE D ACTIVITE N 4 : APPLICATION SMARTPHONE DE GESTION DE FRAIS (ANDROID) FICHE D ACTIVITE N 4 : APPLICATION SMARTPHONE DE GESTION DE FRAIS (ANDROID) Table des matières I. Pôle de compétences concernées... 3 II. Circonstance et contexte... 3 III. Situation professionnelle et

Plus en détail

Présentation des technologies pour la collaboration Étude des logiciels pour les groupes (groupware)

Présentation des technologies pour la collaboration Étude des logiciels pour les groupes (groupware) Manuele Kirsch Pinheiro Maître de conférences en Informatique Centre de Recherche en Informatique Université Paris 1 Panthéon Sorbonne Manuele.Kirsch-Pinheiro@univ-paris1.fr http://mkirschp.free.fr Objectif:

Plus en détail

Les enjeux de la mobilité et de la réalité augmentée dans les jeux éducatifs localisés. GéoEduc3D

Les enjeux de la mobilité et de la réalité augmentée dans les jeux éducatifs localisés. GéoEduc3D Les enjeux de la mobilité et de la réalité augmentée dans les jeux éducatifs localisés Le projet de recherche GéoEduc3D Sylvain GENEVOIS Chargé d études et de recherche (INRP, équipe EducTice) Docteur

Plus en détail

PC1 :192.168.1.87 PC2 :192.168.1.180

PC1 :192.168.1.87 PC2 :192.168.1.180 Utilisation du serveur WEB avec le logiciel AUTOMGEN 1 Introduction Le serveur WEB d AUTOMGEN permet de réaliser des applications de supervision accessibles à partir d un navigateur Internet PC1 :192.168.1.87

Plus en détail

Master Sciences et technologies Mention MI : Management de l Innovation

Master Sciences et technologies Mention MI : Management de l Innovation Master Sciences et technologies Mention MI : Management de l Innovation M2 Spécialité Ingénierie et Management de la Formation (IMFL ) Présentation des UE UE de spécialité UE1 «Management des connaissances

Plus en détail

KNOWLEDGE MANAGEMENT, LE NOUVEAU DÉFI

KNOWLEDGE MANAGEMENT, LE NOUVEAU DÉFI KNOWLEDGE MANAGEMENT, LE NOUVEAU DÉFI DES? 1 KNOWLEDGE MANAGEMENT, LE NOUVEAU DÉFI DES? PLAN I. GÉRER LES CONNAISSANCES, UNE NOUVELLE ACTIVITÉ? II. L ABSENCE DESRH DANS LA RÉFLEXION SUR LEKM III. INVESTIGUER

Plus en détail

«Mission On Mars» Robot Challenge

«Mission On Mars» Robot Challenge «Mission On Mars» Robot Challenge MathWorks organise la seconde édition de la compétition de programmation robotique «Mission On Mars Robot Challenge» le 3 juillet 2015 lors du salon Innorobo à Lyon. La

Plus en détail

Cas d étude appliqué à l ingénierie logicielle

Cas d étude appliqué à l ingénierie logicielle ypbl : une méthodologie pédagogique pour la professionnalisation d une formation Cas d étude appliqué à l ingénierie logicielle Ernesto Exposito 1,2, Anne Hernandez 2 1 CNRS ; LAAS ; 7 av. du Colonel Roche,

Plus en détail

Audition candidature thèse IFSTTAR début Septembre 2013 Christophe CONIGLIO

Audition candidature thèse IFSTTAR début Septembre 2013 Christophe CONIGLIO Sujet de thèse : «Détection, suivi et ré-identification de passagers dans un réseau de cameras. Application à la gestion des flux de voyageurs en contexte multimodal». Audition candidature thèse IFSTTAR

Plus en détail

Yannick Prié UFR Informatique Université Claude Bernard Lyon 1 M1 MIAGE SIMA / M1 Informatique MIF17 2008 2009

Yannick Prié UFR Informatique Université Claude Bernard Lyon 1 M1 MIAGE SIMA / M1 Informatique MIF17 2008 2009 Yannick Prié UFR Informatique Université Claude Bernard Lyon 1 M1 MIAGE SIMA / M1 Informatique MIF17 2008 2009 Notion de méthode de conception de SI Méthodes OO de conception Généralités sur les méthodes

Plus en détail

Documentation technique. [EIP] TransLSF. Henri HARDILLIER - Thomas MOREL - Florian JOUSSEAU Alexis MONNIER - Keo KHEMARA - Leo MARTIN Stéphane RICARDO

Documentation technique. [EIP] TransLSF. Henri HARDILLIER - Thomas MOREL - Florian JOUSSEAU Alexis MONNIER - Keo KHEMARA - Leo MARTIN Stéphane RICARDO Documentation technique [EIP] TransLSF Henri HARDILLIER - Thomas MOREL - Florian JOUSSEAU Alexis MONNIER - Keo KHEMARA - Leo MARTIN Stéphane RICARDO Résumé Ce document présente la partie technique de TransLSF.

Plus en détail

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les informations traitées par l ordinateur (nombres, instructions,

Plus en détail

Mise en place d un système d assistance personnalisée dans une application existante

Mise en place d un système d assistance personnalisée dans une application existante Mise en place d un système d assistance personnalisée dans une application existante Blandine Ginon 1,2, Stéphanie Jean-Daubias 1,3 et Pierre-Antoine Champin 1,3 1 Université de Lyon, CNRS, 2 INSA-Lyon,

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

MarioUS Plombier génétique. IFT615 Intelligence artificielle. IFT630 Processus concurrents et parallélisme

MarioUS Plombier génétique. IFT615 Intelligence artificielle. IFT630 Processus concurrents et parallélisme MarioUS Plombier génétique IFT615 Intelligence artificielle IFT630 Processus concurrents et parallélisme Présenté par Gabriel P. Girard 07 173 738 Marc-Alexandre Côté 07 166 997 Simon Renaud-Deputter 07

Plus en détail

ANNEXE - INNOVATIONS. processus, nom masculin

ANNEXE - INNOVATIONS. processus, nom masculin ANNEXE - INNOVATIONS» processus, nom masculin sens 1 - Suite d'opérations ou d'événements. Synonyme : évolution sens 2 - Ensemble d'actions ayant un but précis. NOS ACCESSOIRES INTELLIGENTS DONNER VIE

Plus en détail

248 Le siècle de la voiture intelligente

248 Le siècle de la voiture intelligente TABLE DES MATIERES PREMIERE PARTIE - Le siècle de la voiture intelligente...5 Introduction...7 Les «TIQUE s» et les «TIC s»...7 L ère des «TIQUE s»...7 L ère des «TIC s»...10 Les grands problèmes de l

Plus en détail

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser Utilisation d algorithmes de deep learning pour la reconnaissance d iris. jonathan.milgram@morpho.com Dans ce cadre, l'unité de recherche et technologie a pour but de maintenir le leadership Au sein de

Plus en détail

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013»

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» I Objectifs Niveau fondamental : «on se fixe pour objectif la

Plus en détail

La plate-forme DIMA. Master 1 IMA COLI23 - Université de La Rochelle

La plate-forme DIMA. Master 1 IMA COLI23 - Université de La Rochelle La plate-forme DIMA Master 1 IMA COLI23 - Université de La Rochelle DIMA Bref aperçu Qu'est-ce? Acronyme de «Développement et Implémentation de Systèmes Multi-Agents» Initié par Zahia Guessoum et Jean-Pierre

Plus en détail

1 L adéquation des systèmes d information actuels

1 L adéquation des systèmes d information actuels 1 L adéquation des systèmes d information actuels 1.1 Le contexte de la question 1.1.1 La tendance à l omniprésence informatique LG : Les «objets communicants» vont générer énormément d informations de

Plus en détail

Conception et contrôle des SMA tolérants aux fautes

Conception et contrôle des SMA tolérants aux fautes Conception et contrôle des SMA tolérants aux fautes Une plate-forme multiagents tolérante aux fautes à base de réplication Nora FACI Contexte SMA large échelle Nombre important d agents Ressources éloignées

Plus en détail

Les Systèmes Multi-Agents

Les Systèmes Multi-Agents Les Systèmes Multi-Agents Définition d un SMA Un système multi-agents est un ensemble organisé d agents. Il est constitué d une ou plusieurs organisations qui structurent les règles de cohabitation et

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Méthode de de gestion de de projets au au SITEL (SPM :: SITEL Project Management)

Méthode de de gestion de de projets au au SITEL (SPM :: SITEL Project Management) Méthode de de gestion de de projets au au SITEL (SPM :: SITEL Project Management) 24.10.2005-1/12 Méthode d organisation simple pour les projets du SITEL Les méthodes d organisation de projets les plus

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voies : Mathématiques, physique et sciences de l'ingénieur (MPSI) Physique, chimie et sciences de l ingénieur (PCSI) Physique,

Plus en détail

Approches innovantes vers le Cloud, la Mobilité et les outils sociaux de formation

Approches innovantes vers le Cloud, la Mobilité et les outils sociaux de formation Présentation de la solution SAP SAP Education SAP Workforce Performance Builder Objectifs Approches innovantes vers le Cloud, la Mobilité et les outils sociaux de formation Développement des compétences

Plus en détail

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS ESIEE Unité d'informatique IN101 Albin Morelle (et Denis Bureau) QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS 1- ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT D UN ORDINATEUR Processeur Mémoire centrale Clavier Unité d échange BUS

Plus en détail

Introduction à la conception de systèmes d information

Introduction à la conception de systèmes d information Introduction à la conception de systèmes d information 2008-2009 M1 MIAGE SIMA / M1 Informatique MIF17 Yannick Prié UFR Informatique - Université Claude Bernard Lyon 1 Objectifs de ce cours Présentation

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER,

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, SON EVOLUTION ET DE LA «MAISON POUR 15 EUROS PAR JOUR» Synthèse Le Pass-foncier est un dispositif social d accompagnement des politiques locales

Plus en détail

Concevez les prototypes des armoires électriques en 3D

Concevez les prototypes des armoires électriques en 3D Concevez les prototypes des armoires électriques en 3D Société EPLAN Software & Service développe et commercialise des solutions pluridisciplinaires d ingénierie électromécanique et conseille les entreprises

Plus en détail

Plateforme de communication robuste et de disponibilité augmentée pour des robots mobiles de sauvetage

Plateforme de communication robuste et de disponibilité augmentée pour des robots mobiles de sauvetage Sujet de thèse IFI-MSI / Université de Caen Plateforme de communication robuste et de disponibilité augmentée pour des robots mobiles de sauvetage Contexte Le contexte de ce travail est le projet AROUND

Plus en détail

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MOBILE Gaël Crochet 1 & Gilles Santini 2 1 Médiamétrie, 70 rue Rivay, 92532 Levallois-Perret, France, gcrochet@mediametrie.fr 2 Vintco SARL, 8 rue Jean

Plus en détail

Le recrutement CSI/LRDE

Le recrutement CSI/LRDE Le recrutement CSI/LRDE Otto Laboratoire de Recherche et Développement de l EPITA (LRDE) 10 déc 2007 (rév. 489) Otto (LRDE) CSI 10 déc 2007 1 / 32 Le recrutement CSI/LRDE 1 L option CSI 2 3 Otto (LRDE)

Plus en détail

Bachelor of Science en. Informatique. Informatique. Haute école spécialisée bernoise Informatique La Haute Route 80 2502 Bienne

Bachelor of Science en. Informatique. Informatique. Haute école spécialisée bernoise Informatique La Haute Route 80 2502 Bienne Haute école spécialisée bernoise Informatique La Haute Route 80 2502 Bienne Téléphone +41 32 321 63 23 office.ti@bfh.ch ti.bfh.ch/informatique Bachelor of Science en Informatique En tant qu informaticien

Plus en détail

Projet PLUME/RELIER. Un outil au service des laboratoires http://www.projet-plume.org/relier. Violaine Louvet

Projet PLUME/RELIER. Un outil au service des laboratoires http://www.projet-plume.org/relier. Violaine Louvet Projet PLUME/RELIER Un outil au service des laboratoires http://www.projet-plume.org/relier Violaine Louvet Institut Camille Jordan Université Lyon 1 & CNRS http://www.projet-plume.org/ V.Louvet (ICJ /

Plus en détail

Concepteur Développeur Informatique Option Nomade

Concepteur Développeur Informatique Option Nomade Concepteur Développeur Informatique Option Nomade Module : Espace ouvert de formation (2 semaines) Ce module est composée de plusieurs parties : - le module développement durable (14 heures), qui traite

Plus en détail

MODELES, LOGICIELS, BASES DE DONNEES

MODELES, LOGICIELS, BASES DE DONNEES MODELES, LOGICIELS, BASES DE DONNEES PRINCIPES JURIDIQUES NATHALIE MORCRETTE, INRA UCPI SOMMAIRE Modèles, quelle protection? Rappel des principes de protection des logiciels Focus sur les logiciels libres

Plus en détail

Analyse de la démographie des objets dans les systèmes Java temps-réel

Analyse de la démographie des objets dans les systèmes Java temps-réel Analyse de la démographie des objets dans les systèmes Java temps-réel Nicolas BERTHIER Laboratoire VERIMAG Responsables du stage : Christophe RIPPERT et Guillaume SALAGNAC le 29 septembre 26 1 Introduction

Plus en détail

Horaire élève réglementaire : 1h30 (groupe) 25 élèves

Horaire élève réglementaire : 1h30 (groupe) 25 élèves Séance N Lycée : A. HONNORAT BARCELONNETTE Planification prévisionnelle des enseignements de technologie. Mise en œuvre des programmes de 4 ème (00/0). La planification prévisionnelle est le résultat de

Plus en détail

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 8 - Simulation for Product Driven Systems

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 8 - Simulation for Product Driven Systems Présentation livre Simulation for Supply Chain Management Chapitre 8 - Simulation for Product Driven Systems Auteurs = Pierre CASTAGNA, Pascal BLANC, Olivier CARDIN André THOMAS, Rémi PANNEQUIN, Thomas

Plus en détail

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours 0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage 3- Organisation du cours Le présent cours constitue une introduction pour situer le langage C++, beaucoup des concepts

Plus en détail

Conquérir une autonomie en communication. Une plateforme de formation à distance. pour des publics en difficulté en lecture et écriture

Conquérir une autonomie en communication. Une plateforme de formation à distance. pour des publics en difficulté en lecture et écriture Conquérir une autonomie en communication. Une plateforme de formation à distance pour des publics en difficulté en lecture et écriture Yves Ardourel Laboratoire : CEMIC/GRESIC, Bordeaux, France Etablissement

Plus en détail

Représentation virtuelle d un produit dans le processus de conception centrée utilisateur : Cas d un seau à Champagne

Représentation virtuelle d un produit dans le processus de conception centrée utilisateur : Cas d un seau à Champagne Représentation virtuelle d un produit dans le processus de conception centrée utilisateur : Cas d un seau à Champagne J. GARDAN a, L. ROUCOULES b a. AZTECH, Recherche et développement d identification

Plus en détail

Présentation de la plateforme WINDCHILL. Invitation à rejoindre la plateforme

Présentation de la plateforme WINDCHILL. Invitation à rejoindre la plateforme Présentation de la plateforme WINDCHILL WINDCHILL est une plateforme de travail collaboratif qui vous permettra, entre autres, de partager des documents et de gérer votre projet. L interface est 100% web

Plus en détail

La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon

La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon Réalisé par le commandant Franck-Emmanuel Dubois, ingénieur pédagogique de l Ecole d Application de la Sécurité Civile

Plus en détail

INTRODUCTION AUX LANGAGES...

INTRODUCTION AUX LANGAGES... C/C++/ Ch 1 Introduction I. INTRODUCTION AUX LANGAGES... 1 A. NOTION DE PROGRAMME... 1 B. LANGAGES DE PROGRAMMATION... 2 C. FAMILLES DE LANGAGES DE PROGRAMMATION... 2 1. Générations de langages... 2 2.

Plus en détail

BIG DATA en Sciences et Industries de l Environnement

BIG DATA en Sciences et Industries de l Environnement BIG DATA en Sciences et Industries de l Environnement François Royer www.datasio.com 21 mars 2012 FR Big Data Congress, Paris 2012 1/23 Transport terrestre Traçabilité Océanographie Transport aérien Télémétrie

Plus en détail

Les activités de recherche sont associées à des voies technologiques et à des opportunités concrètes sur le court, moyen et long terme.

Les activités de recherche sont associées à des voies technologiques et à des opportunités concrètes sur le court, moyen et long terme. Mémoires 2010-2011 www.euranova.eu EURANOVA R&D Euranova est une société Belge constituée depuis le 1er Septembre 2008. Sa vision est simple : «Être un incubateur technologique focalisé sur l utilisation

Plus en détail

Mémoires 2011-2012. Euranova R&D. Objet du document. Contenu

Mémoires 2011-2012. Euranova R&D. Objet du document. Contenu Euranova R&D Euranova est une société Belge constituée depuis le 1er Septembre 2008. Sa vision est simple: «Être un incubateur technologique focalisé sur l utilisation pragmatique des connaissances». Les

Plus en détail