EVALUATION ET SUIVI DES OPERATIONS DEPLACEES DU CREDIT MUTUEL DU SEN:EGAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION ET SUIVI DES OPERATIONS DEPLACEES DU CREDIT MUTUEL DU SEN:EGAL"

Transcription

1 Institut Supérieur de Gestion des Entreprises et autres Organisations I.S.G.E.O Diplôme d'etudes Supérieures Spécialisées en Administration et Gestion 5" Promotion (2006/2007) s :;1 ;-:'t' > :: e::1 i4 : : M.~ml)ir.~ de fin d'études THEME: EVALUATION ET SUIVI DES OPERATIONS DEPLACEES DU CREDIT MUTUEL DU SEN:EGAL Présenté par: Sous la Direction de : M. Souleymane BOUSSO Professeur au CESAG M0068DESAG08 2

2 DEDICACES Je dédie ce modeste travail à: Feue ma mère Aminata Mbanta SOUKHO, que son âme repose en paix; Feu mon père Abibou SARH, que son âme repose en paix; Ma grand-mère adorée Fatoumata CISSOKHO, pour tout ce qu'elle a fait pour moi; Feu mon grand-père Abdou Karim KONATE, que son âme repose en paix; Feu mon oncle Sadio KONATE, que son âme repose en paix; Feu mon grand-père Badara TOURE, que son âme repose en paix; Toute la famille KONA TE, pour leur soutien et bénédictions; Toute la famille BA des Parcelles Assainies, pour leur soutien très rare; Mon frère et mes sœurs ; Bintou BALDE, pour son affection inconditionnelle et désintéressée; Toute la famille DIA LLO de Nord Foire; La famille Diédhiou de Sédhiou, plus particulièrement ma maman Laria SAMBOU, et tous mes amis en Casamance.

3 REMERCIEMENTS ii Je remercie tout d'abord ALLAH (Soubhanahou Wa Talla), pour tous les bienfaits qu'il m'a accordés jusqu'à présent. Mes remerciements vont aussi vers: Ma sœur Fatoumata SARR, et son époux Ablaye DIALLO pour leur soutien moral et surtout financier ~ Mon frère Papa Amadou SARR, pour son soutien fraternel et surtout financier; Mon oncle Modibo Karim KONA TE, pour sa toute sa bonté; Mon oncle Hamady BA et ma tante Binta TOURE, pour leur bonté, générosité et hospitalité légendaires; Abib BA et son frère Ibou BA, pour leurs appuis considérables; Ibrahima NDAO, pour son soutien et ses encouragements; Boubacar KANTE, pour son amitié infaillible; Dr Cheikh DIENG, pour son aide et sa gentillesse remarquables; Madame DIA, Aminata DJIGO, mon professeur, pour son soutien indéfectible Dame DIENG et Mayoni THIAM, du CMS, pour leur disponibilité et courtoisie; A tous les agents du CMS surtout ceux de la CAISSE CENTRALE, pour m'avoir accueilli comme l'un des leurs; A tous ceux qui m'ont aidé de près ou de loin pour ma réussite dans cette entreprise. Je leur exprime toute ma gratitude.

4 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS III ACEP : Alliance de Crédit et d'epargne pour la Production ADIE: Association pour le Droit à l'initiative BANCO SOL : Banco Solidario BCEAO : Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest BIMAO : Banque des Institutions Mutualistes de l'afrique de l'ouest BNDA : Banque Nationale de Développement Agricole BR! : Bank Rakyat Indonesia CA: Conseil d'administration CAT: Compte A Terme CCT : Crédit Court Terme CT : Court terme CEMAC : Communauté Economique et Monétaire de l' Mrique Centrale CESAG: Centre Africain d'etudes Supérieures en Gestion CICM: Centre International du Crédit Mutuel CMS : Crédit Mutuel du Sénégal CMT : Crédit Moyen Terme CNCA : Caisse Nationale de Crédit Agricole CNCA-S : Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal COOPEC: Coopérative d'epargne et de Crédit CRS : Catholic Relief Service CT : Court Terme CVECA : Caisses Villageoises d'epargne et de Crédit Auto gérées DAT : Dépôt à Terme ECCT : Encours Crédit Court Terme ECMT : Encours Crédit Moyen Terme EMF : Etablissements de Micro finance FCCMS : Fédération des Caisses du Crédit Mutuel du Sénégal FDEA : Femme Développement Entreprise en Afrique lit : Inter-american Investment Corporation IMEC : Institution Mutualiste et Coopérative d'epargne et de Crédit

5 !MF : Institution de Micro Finance MECAP : Mutuelle d'epargne et de Crédit des Agents du Secteur Public et parapublic MUCODEC : Mutuelles Congolaises d'epargne et de Crédit IvIPE : Moyenne et Petite Entreprise Nbre: Nombre ND : Non Détenniné NP A : Nouvelle Politique Agricole OD : Opération Déplacée OHADA: Organisation pour l'harmonisation en Afrique du Droit des Affaires ONCAD' Office National de Coopération et d'assistance au Développement ONG: Organisation Non Gouvernementale ONU : Organisation des Nations Unies PARMEC : Projet d'appui à la Réglementation des Mutuelles d'epargne et de Crédit PCCT : Production Crédit Court tenne PEP : Plan Epargne Crédit PME : Petite et Moyenne Entreprise PRODEM : Fundation para la Promotion y Desarollo de le Micro empressa RECEC : Réseau des Caisses d'epargne et de Crédit REM : Réseau Européen de Micro finance REMECU : Réseau des Mutuelles d'epargne et de Crédit de l'unacois SA : Société Anonyme SENELEC : Société Nationale d'electricité SFD : Système Financier Décentralisé SIG: Système Informatique de Gestion SONATEL: Société Nationale de Télécommunication snc : Système de Transactions Inter caisses UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine UMEC : Union des Mutuelles d'epargne et de Crédit UMECU : Union des Mutuelles d'epargne et de Crédit de l'unacois-def UM-P AMECAS : Union des Mutuelles du Partenariat pour la Mobilisation de l'epargne et le Crédit au Sénégal UNACOIS : Union Nationale des Commerçants et Industriels du Sénégal IV

6 UNACOIS-DEF: Union Nationale des Commerçants et Industriel du Sénégal - Développement Economique et Financier v

7 LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES vi Tableau n 0 1 : Evolution du nombre des clients dans le SFD mondial Figure n 0 1 : Cartographie du réseau CMS Tableau n02 : Evolution du sociétariat...45 Tableau n03 : Evolution de l'épargne...45 Tableau n04 : Evolution encours crédit Tableau nos: Evolution production crédit Tableau n06 : Principales institutions d'épargne et crédit en tennes de nombres...47 Tableau n07 : Les SFD ayant collecté plus de 500 millions de francs CF A de dépôts de 2002 à Tableau n08 : Les SFD ayant octroyé plus de 500 millions de francs CF A en crédit Tableau n09 : Récapitulatif des charges liées aux opérations déplacées2006 et Tableau nolo : Produits des opérations déplacées Tableau n 0 11 : Produits des opérations déplacées

8 TABLE DES MATIERES vii Dédicaces... i Remerciements...,ii Liste des sigles et abréviations... iii Liste des tableaux et figures... vi Table des matières... vii INTRODUCTION GENERALE... '"... 1 Contexte général Objet de l'étude... 4 Problématique... 4 Objectifs de l'étude... 5 Intérêt de l'étude... 5 Délimitation du champ de l'étude... 5 Démarche de l'étude... 6 Plan...,...,... '"... 6 PREMIERE PARTIE: APERCU GENERAL SUR LES INSTITUTIONS DU SYSTEME FINANCIER DECENTRALISE... 7 INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE... 8 CHAPITRE 1 : PRESENTATION DES INSTITUTIONS DU SYSTEME FINANCIER DECENTRALISE...,...,... '"... 9 SECTION 1 LA MICRO FINANCE : UNEORGANISATIONPARTICULIERE La micro finance: évolution historique... '" Les prémices..., Les pionniers de la micro finance ( ) Une période d'euphorie..., Vers la maturité SECTION 2 TYPOLOGIE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE Le projet..., '"...,...,..., L'association à but non lucratif La mutuelle ou coopérative... 15

9 4 La société à capitaux privés CHAPITRE 2: REGLEMENTATIONS DU SECTEUR DE LA MICRO FINANCE SECTION 1 LES DIFFERENTS TypESDEREGLEMENTATION Réglementation par le «statut» Réglementation spécifique au secteur de la micro finance SECTION 2 LA MICRO FINANCE: UNE ORGANISATION DANS UN CADRE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL PARTICULIER Spécificités du cadre juridique Les différences en termes de sûretés...,..., Les différences en termes de voies d'exécution La particularité des systèmes participatifs: coopératives et CVECA L'influence de la réglementation du travail Les spécificités fiscales Les conséquences juridiques en termes de financement Spécificités du cadre institutionnel Normes prudentielles Production d'états financiers et comptabilité Contrôle interne Contrôle de la qualité des intervenants Supervision et contrôle du secteur par les autorités bancaires Supervision spécifique des réseaux mutualistes Différences en termes de critères de contrôle..., Différences en termes de qualité des informations Gestion de la concurrence et organisation générale du secteur de la micro finance Sanction des SFD..., La particularité du développement des SFD: la problématique de l'institutionnalisation Diversité des approches réglementaires CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE Vlll DEUXIEME PARTIE : ANALYSE DES OPERATIONS DEPLACEES INTRODUCTION DE LA DEUXIEME PARTIE... 33

10 CHAPITRE 1 PRESENTATION DU CMS SECTION 1 PRISE DE CONNAISSANCE AVEC LE CMS Le contexte du projet La genèse du projet Organisation du CMS Fonctionnement du CMS L'assemblée générale Le conseil d'administration Le conseil de surveillance Le comité de crédit SECTION 2 LES ACTIVITES DU CMS Les produits..., Les dépôts Les crédits '" Les crédits aux particuliers Les crédits aux professionnels... '" Les services Le dynamisme financier du CMS Au niveau interne Au niveau externe... '" CHAPITRE 2 DIAGNOSTIC DES OPERATIONS DEPLACEES SECTION EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES OPERATIONS DEPLACEES..., Evaluation qualitative des opérations déplacées Au niveau de la caisse centrale Points forts Points faibles...,... _ Le fax... _ Les suspens... _ Le téléphone Au niveau du réseau (l'ensemble des caisses) Points forts Points faibles IX

11 x Lefax Non respect des procédures... " Autres difficultés...,... "..., Evaluation quantitative des opérations déplacées SECTION 2 RECOMMANDATIONS POUR UN BON SUIVI DES OPERATIONS DEPLACEES Au niveau de la caisse centrale Le fax Les suspens Le téléphone..., Au niveau du réseau Le fax Respect des procédures Suggestions pour les autres difficultés CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE CONCLUSION GENERALE BIBIOGRAPlIIE..., ANNEXES... 64

12 INTRODUCTION GENERALE Badara SARR, sème promotion DESAG,2006/2007 1

13 Contexte Général «La dure réalité reste que la plupart des populations les plus pauvres n'ont pas encore accès à des services financiers pérennes et viables, qu'il s'agisse d'épargne, de crédit ou d'assurances. L'enjeu essentiel sera donc pour nous d'éliminer les contraintes qui excluent les plus démunis d'une pleine participation au secteur financier... Ensemble, nous pouvons et devons mettre en place des secteurs inclusifs qui aident les gens à améliorer leurs conditions de vie. l» Cette citation de Koffi ANNAN, ancien Secrétaire Général de l'onu nous renseigne sur le rôle important que la micro finance peut jouer par rapport à la lutte contre la réduction de la pauvreté. Aussi, en 1998, l'organisation des Nations Unies a proclamé l'année 2005 année du micro crédit, afin de «saluer la contribution du micro crédit à l'allègement de la pauvreté».cette consécration atteste que le micro crédit s'impose actuellement comme un instrument privilégié de lutte contre la pauvreté. En effet de tous temps, de nombreuses activités de taille très réduite (habituellement qualifiées de micro entreprises) se sont développées dans les pays du Sud pour permettre aux populations de subsister. Celles-ci regroupent des activités aussi diverses que marchands ambulants, petits artisans, kiosques à journaux, taxis, vendeurs de rue, bazar, petit maraîchage, petit élevage, etc. Au-delà de leur diversité, ces activités économiques de subsistance revêtent des caractéristiques communes: capital investi réduit et provenant exclusivement du patrimoine familial, elles emploient moins de dix personnes qui proviennent essentiellement du cercle familial, ces personnes sont généralement peu qualifiées et faiblement rémunérées, elles recourent aux horaires de travail flexibles et opèrent bien souvent partiellement ou totalement en marge des règles législatives et administratives. Parmi les multiples contraintes auxquelles sont confrontées les micro entreprises, la difficulté d'accès à des sources de financement extérieures représente encore aujourd'hui une entrave principale à leur bon développement. Elles ont en effet besoin d'un capital suffisant pour financer leurs équipements, leurs achats de fournitures, de matières premières etc. Or, ce capital leur a longtemps fait défaut, car ces petites sommes demandées par ces micros entrepreneurs, l'absence de garanties à offilr et bien souvent la nature risquée du projet rebutaient les banques commerciales traditionnelles. 1 Koffi ANNAN, ancien Secrétaire Général de l'onu, 2003 Badara SARa, Sème promotion DESAG, 2006/2007 2

14 C'est pourquoi, différents intermédiaires financiers spécialisés dans l'attention à ce type de clientèle ont vu le jour. Ces intermédiaires sont souvent qualifiés d' «institutions de micro finance» (IMF).Leur rôle consiste à offiir des services financiers de base (épargne, crédit, assurance, transfert de fonds, etc.) aux montants réduits, à des populations pauvres afin de leur donner la possibilité d'investir et de se prémunir en cas de coups durs (conditions climatiques défavorables à la production, dépenses imprévues liées à une maladie ou à la perte de biens, etc.) Par ailleurs, la micro finance favorise également des retombées positives sur la famille en général: amélioration des conditions de vie, valorisation de l'auto estime, financement de la scolarité, des soins de santé, etc. C'est ainsi qu'au Sénégal l'etat ayant compris son importance stratégique, dans sa politique sectorielle, se donne pour mission un environnement favorable au développement des marchés financiers en aidant les IMF à développer leur offre. A travers cette mission l'etat vise à atteindre les objectifs suivants: Accès des populations démunies aux services et produits financiers durables Viabilisation et pérennisation des structures Intégration du secteur de la micro finance dans le système financier. La mission et les objectifs sont déclinés en axes stratégiques: Axel: amélioration de l'environnement légal et réglementaire pour la sécurisation du secteur. Axe2 : diversification et augmentation des offres de produits et services, notamment dans les zones non encore couvertes par les IMF professionnelles. Axe3 : intégration des IMF dans le système bancaire pour le financement des MPE et PME. Axe4 : cadre institutionnel pour une gestion concertée du secteur et de la politique sectorielle. La micro finance s'inscrivait de plus en plus sur la loi du marché, en se déployant sous diverses formes. Ainsi, en faisant partie intégrante du système financier, elle rendait caduque le dualisme secteur financier formel - secteur financier informel, longtemps présent au Sénégal. Son développement et J'importance des crédits qui étaient de plus en plus élevés ont été tels que le terme de micro finance a évolué, et on parle désormais de SFD. De façon générale, l'émergence des SFD au Sénégal, intervient dans un contexte national marqué par le désengagement de l'etat, la responsabilisation des acteurs privés ruraux et par l'encouragement du financement du développement par les ressources internes mobilisées par les associations de base. Badara SARR, Sème promotion DESAG, 2006/2007 3

15 Objectifs de l'étude Notre étude se veut une contribution visant à améliorer la performance des opérations déplacées. Son objectifgénéral est d'aider le Crédit Mutuel à mieux maîtriser les OD. Les objectifs spécifiques sont: ", Evaluer le management des OD ; ", Proposer un cadre de suivi pour la bonne marche des OD ; ", Etudier la rentabilité des OD ; ", Identifier les menaces et faiblesses des OD; ", Proposer des solutions appropriées pour booster le rendement des OD. Intérêt de l'étude Cette étude présente des intérêts à plusieurs niveaux: Pour le CMS, cette étude lui permettra d'apprécier la valeur ajoutée des OD et la proportion qu'elle occupe dans son résultat financier. Elle donnera aussi au CMS la possibilité de rendre pérenne et performant les OD au grand bénéfice des sociétaires; Pour le CESAG, cette étude contribuera à enrichir sa documentation dans le secteur des IMF et dans le domaine de l'évaluation et du suivi ; Pour les auditeurs futurs, ils auront à travers cette étude un document qu'ils pourront exploiter aussi bien sur le plan de la forme que sur le plan du fond ; Pour nous-mêmes, ce travail nous offrira l'opportunité d'affermir nos connaissances eu égard aux IMF, elle est aussi un moyen privilégié pour nous de peaufiner la formation théorique reçue au CESAG et de la confronter à la réalité sur le terrain dans une dynamique d'enrichissement et de consolidation. Délimitation du champ de l'étude Notre étude a trait à l'évaluation et au suivi des OD d'une IMF, en l'occurrence le CMS. Nous procéderons à une évaluation qualitative et quantitative de cette activité. Nous nous intéresserons alors dans cette étude aux!mf pour en donner une vision globale et claire de par le monde. Badara SARR, Sème promotion DESAG,2006/2007 5

16 Le CMS existe en réseau dans tout le Sénégal. Il dispose d'agences dans presque toutes les contrées du Sénégal. Ces agences sont regroupées en six divisions régionales en fonction de leur emplacement géographique. La Direction Générale sert de lien et d'instance dirigeante à toutes ces divisions régionales. Nous traiterons donc des OD au niveau de la Direction Générale et des divisions ou' antennes régionales encore appelées réseau. Démarche de l'étude Dans ce travail, nous nous attellerons d'abord à faire une analyse documentaire ayant trait à la présentation des!mf et du CMS. Par ailleurs, par rapport au système de collecte d'informations, nous utiliserons deux méthodes ou démarches: 1) élaboration de questionnaires, observations directes et entretiens. 2) analyse et interprétation des données et études faites sur les OD au sein du CMS. Ceci nous permettra in fine de dégager nos propres suggestions et recommandations à la lumière des résultats obtenus. Plan Cette étude s'articulera de la façon suivante:.:. Une Introduction Générale.:. Une Première Partie qui servira de cadre théorique et méthodologique. Nous ferons état de la maîtrise des activités dans une institution du Système Financier Décentralisé à travers deux chapitres qui traiteront respectivement d'un aperçu général de la micro finance et des aspects juridiques et réglementaires des SFD. :. Une Deuxième Partie sera consacrée à l'analyse des OD du CMS.Nous commencerons par la présentation du CMS avant de nous évertuer à faire un diagnostic des OD en vue d'en apprécier les forces et faiblesses pour enfin émettre des remarques constructives sous forme de suggestions et de recommandations. :. Une Conclusion Générale qui va faire l'objet d'une synthèse de notre étude. Elle nous donnera aussi l'occasion de mieux appréhender les OD et de suggérer des pistes de réflexion visant à approfondir notre travail Badara SARR, Sème promotion DESAG, 2006/2007 6

17 PREMIERE PARTIE APERCU GENERAL SUR LES INSTITUTION DU SYSTEME FINANCIER DECENTRALISE Badara SARR, sème promotion DESAG, 2006/2007 7

18 INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE En une trentaine d'années seulement, la micro finance a atteint une échelle remarquable: près de 92 minions 1 de personnes" non bancables" dans le monde ont aujourd'hui accès à des services financiers comme l'épargne ou le micro crédit. La Banque mondiale a recensé institutions de micro finance dans 85 pays, au service de 16 millions de pauvres 2. En novembre 2002, a eu lieu un sommet à New York sur ce sujet qui a rassemblé 2000 délégués de plus de 100 pays. Dans un grand nombre de pays, des institutions spécialisées, dites institutions de micro finance (ou IMF), ont été créées pour offiir durablement ces services La micro finance est devenue en quelques années un véritable secteur économique, doté d'acteurs professionnels, d'institutions pérennes, mobilisant bailleurs de fonds, Etats, organisations non gouvernementales et, depuis peu, investisseurs et partenaires privés. Dans cette première partie nous tenterons d'abord de mieux faire connaître ce vaste domaine des IMF ainsi que des aspects liés à leurs dispositions juridiques et institutionnelles. 1 Le guide de la micro finance de HAJDENBERG Jérémy, BOYE Sébastien et Christine POURSAT Sébastien Paris: Editions d'organisation, 2006, p Source WIKIPEDIA Badara SA~ Sème promotion DESAG, 2006/2007 8

19 CHAPITRE 1 PRESENTATION DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE SECTION 1 LA MICRO FINANCE: UNE ORGANISATION PARTICULIERE Le Système Financier Décentralisé est apparu dans les années 1980 pour désigner des "systèmes" financiers, ayant pour caractéristique de desservir des populations exclues du système bancaire commercial, voire des banques de développement publiques car ne rentrant pas dans les critères que ceux-ci se sont donnés en terme de clientèle; en d'autres termes les SFD traitent avec les populations dont le montant des opérations financières (épargne, crédit, revenus monétaires) ne les rend pas bancables. Ils interviennent dans le secteur de la micro finance. L'objectif des SFD est donc de fournir en premier des services d'épargne et de crédit pour des populations non bancarisées parce qu'étant en dessous des critères d'éligibilité du secteur bancaire existant que l'on qualifiera de secteur bancaire classique. Dans certains cas, l'objectif des SFD est d'atteindre les plus pauvres d'une zone considérée. Cependant le terme décentralisé ne reflète pas systématiquement l'organisation de ces systèmes financiers. Si ceux organisés sous forme de réseau mutualiste ont effectivement une organisation décentralisée au niveau de chaque caisse locale, en revanche d'autres constituent une seule unité dont les agences locales sont simplement déconcentrées. Le terme exact qui n'est cependant pas usité dans la profession, serait alors celui de système financier déconcentré. Un autre terme couramment utilisé, notamment dans les pays ou organismes d'influence anglo-saxonne, est celui d'imf, pour institution de micro finance. Ce terme semble toutefois plus restrictif que le précédent.le préfixe" micro" est rejoint par le terme micro crédit: s'il est vrai que le plus souvent les SFD ou IMF effectuent du micro crédit, ce n'est pas toujours le cas; surtout l'objectif n'est pas de consentir du micro crédit, mais de prêter aux populations concernées les sommes dont elles ont besoin (micro, petit, moyen crédit...) en fonction de leur capacités de remboursement. Les sommes prêtées servant généralement au financement d'activités productives, le montant du crédit ne dépendra pas tant du patrimoine initial du bénéficiaire que de la rentabilité escomptée de l'opération. Quant au terme" institution" : celui-ci est adéquat pour désigner les systèmes constitués sous forme de sociétés et soumis à une réglementation bancaire, il est en revanche excessif concernant certaines structures expérimentales et évolutives, à l'organisation non encore formalisée. Badara SARR, ~ promotion DESAG, 2006/2007 9

20 Evaluation et Suivi des Opérations Déplacées du C,édit Mutuel du Sénégal Pour ces raisons le terme SFD sera utilisé dans la présente étude pour désigner l'ensemble des intervenants effectuant les opérations financières à destination des populations mentionnées ci-dessus, et le terme micro finance sera utilisé pour désigner le vaste secteur d'activité caractérisé par des opérations de faible montant, au service des populations n'ayant pas accès au secteur bancaire classique ou pour des opérations que ce secteur n'effectue pas. Avant d'aller plus loin, nous allons tenter de définir ce que c'est que la micro finance. Selon Maria NOW AK l, dans la préface du livre: Le guide de la micro finance de HADJENDBERG Jérémy, BOYE Sébastien et Christine POURSAT Sébastien: «L'histoire se déroule en phases et je suis convaincue que le capitalisme doit et va trouver en son sein des mécanismes de contre-pouvoir indispensables au bon fonctionnement de l'économie de marché. Ainsi la micro finance s'adresse à un marché nouveau et potentiellement rentable - 3 milliards d'habitants de la planète qui n'ont pas accès aux services financiers -, tout en se situant dans la mouvance d'investissement socialement responsable et d'économie solidaire, dont l'objectif est le développement durable, en même temps que la rentabilité financière. }) Toujours selon elle, la micro finance est un domaine nouveau à la frontière de l'économie et du social, elle contribue en quelque sorte à lutter contre l'exclusion financière, qui n'est pas seulement la conséquence mais la cause de la pauvreté et de l'exclusion sociale. Ainsi il apparaît clairement que la micro finance a pour vocation première de venir en aide aux plus démunis en leur octroyant de petits crédits qui leur permettront de s'auto gérer et même de s'enrichir. Cependant une question sérieuse se pose à savoir comment la micro finance peutelle prétendre servir le progrès économique et social, alors que ses taux d'intérêt sont souvent compris, dans les pays en développement, entre 30 % et 70 % par an. Si depuis le prix Nobel en octobre 2006 à Muhammad YUNUS, le "banquier des pauvres", on a beaucoup parlé du micro crédit, cette question n'a guère été évoquée. j nt ercssa nt comme en Bosnie Tl Il " par rappt1tl ag a r post Cl1St'S. en Argentine. en Europe orientale OH post c0nhir<;. sert a arnéliorer partie se la l'niera en, f' '1 (les ami. productifs OL qui peut concerner d. du 1 Présidente de l'adie (Association pour le Droit à l'initiative Economique) et Présidente du REM (Réseau Européen d Micro finance) Badara SARR, Sème promotion DESAG, 2006/

21 qui la micro assurance, etc Il ne en nen lh les en éducbrinrl en eatl Si ce n'est pas un au developpement. le développement li ne. TouJours selon lui, le micro crèjît ser\. ires '. " imus li ses La définition de la micro finance qui a été adoptée par les Nations Unies est la suivante: la micro finance se définit au sens large comme la provision de services financiers à petite échelle, tels que l'épargne, le crédit et autres services financiers de base, à des personnes pauvres et à faible revenu. Le terme «institution de micro finance }} s'applique désormais à un vaste éventail d'organisations qui se consacrent à offrir ces services, au nombre desquelles les organismes non gouvernementaux, les coopératives d'épargne et de crédit, les banques privées commerciales, les institutions financières non bancaires, et certaines banques d'état 1 LA MICRO FINANCE: EVOLUTION HISTORIQUE La micro finance a démontré par l'exemple deux idées ({ révolutionnaires)} : ;,. on peut concevoir des services de proximité adaptés à des populations exclues du système financier formel, et qui ont un véritable impact sur leur développement économique et social. ;,. les organisations qui offrent ces services peuvent être viables. Comment cela a-t-elle pu convaincre et essaimer, en trente années, pour permettre l'existence d'un véritable nouveau «secteur» financier, présent dans une majorité de pays? 1.1 LES PREMICES En 1849, un bourgmestre prussien, F.W. Raiffeisen, fonde en Rhénanie la première société coopérative d'épargne et de crédit, une institution qui offre des services d'épargne aux populations ouvrières pauvres et exclues des banques classiques. Progressivement, en s'appuyant sur l'épargne collectée, elle octroie des crédits à ses clients. Ces organisations sont dites«mutualistes» car elles mutualisent l'épargne de leurs membres pour la prêter à d'autres membres. De nombreuses institutions se développent sur cette base en Europe et en Amérique du Nord, puis, à partir de 1950, dans les pays du Sud, notamment en Afrique. Mais Badara SARR, 5 ème promotion DESAG, 2006/

22 elles restent à cette époque essentiellement focalisées sur l'épargne, avec des produits de crédit souvent limités. Dans les années soixante et soixante-dix., après les indépendances, les gouvernements de nombreux pays en développement prennent conscience de la nécessité de fournir aux paysans un accès au crédit. Des banques publiques de financement agricole sont alors créées dans nombre de pays du Sud, offrant aux paysans des crédits aux taux d'intérêts subventionnés. Mais ces initiatives connaissent rapidement de grandes difficultés, pour trois types de raisons. D'une part, leur gestion est soumise à de fortes pressions politiques et électoralistes. D'autre part elles sont souvent mal gérées et enregistrent de forts taux d'impayés. Enfin, les taux d'intérêt appliqués par ces banques sont trop faibles pour pouvoir espérer atteindre la pérennité financière. Après quelques années, une large part de ces banques de développement publiques a donc disparu.. et le problème de l'accès aux services financiers pour les exclus des banques reste entier. 1.2 LES PIONNIERS DE LA MICRO FINANCE ( ) C'est face à ce constat que dans la deuxième moitié des années soixante-dix, les premières expériences de micro finance «moderne» apparaissent en Amérique latine et en Asie. A partir de 1975, l'exemple de la Grameen Bank:, fondée par Mohamad YUNUS au Bangladesh, marque les esprits; la Grameen démontre non seulement que les pauvres peuvent efficacement gérer et rembourser des crédits, mais qu'ils peuvent payer des taux d'intérêt élevés, et que l'institution peut donc couvrir ses propres coûts. A partir de cet exemple, des méthodologies de crédit spécifiques sont mises au point, adaptées à une population que ni les banques commerciales, ni les banques agricoles n'avaient pu toucher durablement. En particulier, la Grameen a popularisé le «crédit solidaire», un crédit à un groupe d'individus dont chaque membre est solidaire du remboursement de tous les autres. A ce stade, l'équilibre financier n'est généralement pas un objectif central des programmes de micro finance; il paraît encore difficile d'imaginer qu'une!mf puisse fonctionner sans appui financier de bailleurs de fonds publics (gouvernements de pays donateurs,institutions financières internationales) ou privés(fondations). A la fin des années quatre-vingt, les initiatives se multiplient. Le secteur devient de moins en moins confidentiel. En Amérique latine notamment, des institutions accordant des crédits en milieu urbain commencent à couvrir les coûts sans subventions. En 1992, PRODEM, ONG Badara SARR, stme promotion DESAG, 2006/

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA -> Existence préalable de textes régissant les coopératives et mutuelles de façon générale, incluant celles faisant des opérations

Plus en détail

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ~ UEMOA RÈGLEMENT D'EXECUTION N~(t..~.:.~.9.1 RELATIF AUX REGLES PRUDENTIELLES PORTANT SUR LES RISQUES COURTS, AUX MECANISMES DE GARANTIE ET

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Atelier du Forum économique et financier Hanoï, 10 et

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L'AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L'EST ET AUSTRALE

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L'AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L'EST ET AUSTRALE Quels modes d interventions pour améliorer la contribution de la microfinance au financement de l agriculture Fida : la problématique du financement de l'agriculture en Afrique de l'est et Australe (4/6)

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, relative à l'épargne retraite, TRANSMISE PAR M.

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

Avancées dans le domaine des performances sociales en microfinance, et applications en Europe. Cécile Lapenu, Cerise

Avancées dans le domaine des performances sociales en microfinance, et applications en Europe. Cécile Lapenu, Cerise Avancées dans le domaine des performances sociales en microfinance, et applications en Europe Cécile Lapenu, Cerise Septembre 2008 1 Cécile Lapenu, CERISE Dans le secteur de la microfinance, les performances

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi»

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Paris, 9 avril 2015 Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Le Fonds Adie : Le fonds de dotation de l'adie lance 3 fonds pour l emploi - Jeunes, Femmes, Microfranchise solidaire - pour un programme philanthropique

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER

IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER 1 - EVOLUTION DU SYSTEME BANCAIRE 1.1 - Textes réglementaires Le projet de loi-cadre sur la conception d un cadre légal et réglementaire favorable à l émergence d entreprises

Plus en détail

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 - Amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire Les entreprises

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de c

Plus en détail

Livret 2. Mise à jour février 2008. Département Tertiaire

Livret 2. Mise à jour février 2008. Département Tertiaire Déterminer mes choix juridiques Livret 2 Les modes d hébergement aidés de l entreprise Mise à jour février 2008 Département Tertiaire Avertissement au lecteur Le présent fascicule fait l'objet d'une protection

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 09/2007/CM/UEMOA PORTANT CADRE DE REFERENCE DE LA POLITIQUE D'ENDETTEMENT PUBLIC ET DE GESTION

Plus en détail

VI - REALISATION DE LA CENTRALE DES BILANS DES ENTREPRISES DE L UMOA (CBE/UMOA)

VI - REALISATION DE LA CENTRALE DES BILANS DES ENTREPRISES DE L UMOA (CBE/UMOA) VI - REALISATION DE LA CENTRALE DES BILANS DES ENTREPRISES DE L UMOA (CBE/UMOA) Dans le cadre de la mise en oeuvre de la réforme des Directives Générales de la Monnaie et du Crédit, adoptée en septembre

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif général

OBJECTIFS. Objectif général Le Programme d action pour la promotion et le financement des PME dans l UEMOA est une déclinaison de la Politique Industrielle Commune (PIC) de l UEMOA. Il vise la création de mécanismes de financement

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

Réponse de la MAIF à la consultation de la Commission européenne sur son Livre vert «Le cadre de la gouvernance d entreprise dans l UE».

Réponse de la MAIF à la consultation de la Commission européenne sur son Livre vert «Le cadre de la gouvernance d entreprise dans l UE». Réponse de la MAIF à la consultation de la Commission européenne sur son Livre vert «Le cadre de la gouvernance d entreprise dans l UE». A propos de la MAIF La MAIF (Mutuelle d Assurance des Instituteurs

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest,

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest, INSTRUCTION N 001-01-2015 ETABLISSANT LA LISTE DES DOCUMENTS ET INFORMATIONS CONSTITUTIFS DU DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT EN QUALITE DE BUREAU D INFORMATION SUR LE CREDIT Le Gouverneur de la Banque Centrale

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS)

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) 1) PRÉSENTATION La Caisse Régionale de Normandie Seine fournit de nombreux types

Plus en détail

Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants

Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants WSM SOLIDARITE MONDIALE WORLD SOLIDARITY PROGRAMME ~

Plus en détail

Fiche Technique n 2. Le cycle de projet à la Banque Mondiale. Étapes du cycle

Fiche Technique n 2. Le cycle de projet à la Banque Mondiale. Étapes du cycle Fiche Technique n 2 Le cycle de projet à la Banque Mondiale Étapes du cycle Stratégie d'assistance au pays La Banque reconnaît que l'assistance fournie dans le passé, y compris par ses propres services,

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Annexe 10 1. Association de création artistique Question : Dans quels cas les activités des associations de création artistique sont-elles exonérées

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI

N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE relatif à certaines activités

Plus en détail

Le Conseil des Ministres

Le Conseil des Ministres UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------- Le Conseil des Ministres UEMOA DIRECTIVE N 0 2 / 07 /CM/UEMOA PORTANT CREATION D'UN ORDRE NATIONA DES EXPERTS-COMPTABLE ET DES COMPTABLES AGREES

Plus en détail

Notre approche pour les investissements en bourse

Notre approche pour les investissements en bourse blt Notre approche pour les investissements en bourse Introduction Ce document présente la troisième version de la stratégie d investissement dans les entreprises cotées en bourse adoptée par Triodos Investment

Plus en détail

Economie solidaire : présentation de la FEBEA

Economie solidaire : présentation de la FEBEA Economie solidaire : présentation de la FEBEA BIM - 29 juin 2004 Anne-Claude CREUSOT Le 25 mai dernier, nous faisions un tour d'horizon des produits d'épargne solidaire et éthique en. Aujourd'hui, le BIM

Plus en détail

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 1 Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 2 1. Fidèles aux principes de fraternité et de solidarité entre les peuples, tel que stipulés dans

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Open IT For Development Résumé - Page 1 / 6 ASSOCIATION OPEN IT FOR DEVELOPMENT RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Document: Résumé plan d'affaires, du 2012-05-24 Entreprise: Siège: Activités: Rédaction: Relecture:

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C.

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République du

Plus en détail

GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION SUR LE CREDIT ET PRINCIPALES ORIENTATIONS DU PROJET DE L'UMOA

GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION SUR LE CREDIT ET PRINCIPALES ORIENTATIONS DU PROJET DE L'UMOA Séances de sensibilisation et d'information des principaux acteurs impliqués dans le projet de promotion des Bureaux d'information sur le Crédit dans l'umoa THEME N 1 : GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP SPI Proximité 2014» (le «Fonds»)

Plus en détail

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L EST ET AUSTRALE M.BRADLEY, FIDA, 2001 RESUME DE LA COMMUNICATION

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L EST ET AUSTRALE M.BRADLEY, FIDA, 2001 RESUME DE LA COMMUNICATION Le financement de l agriculture familiale dans le contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?/ Séminaire de Dakar, 21-24 janvier 2002 / Contribution FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU

Plus en détail

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E.

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Organisé par l Institut Multilatéral d Afrique et la Banque Africaine du Développement en partenariat avec le Fond Monétaire International

Plus en détail

Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID

Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID LA MICROFINANCE CLASSIQUE LA MICROFINANCE ISLAMIQUE L IMPACT ECONOMIQUE ET SOCIAL L EXPÉRIENCE DE LA BID 1.La Microfinance? la Grameen Bank

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

GLOSSAIRE DES TERMES USUELS EN MICROFINANCE ----------------------------------- PROGRAMME D APPUI A LA MICROFINANCE (PAMIF) VOLET 1

GLOSSAIRE DES TERMES USUELS EN MICROFINANCE ----------------------------------- PROGRAMME D APPUI A LA MICROFINANCE (PAMIF) VOLET 1 REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ---------------------- MINISTERE DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITE NATIONALE, DE L'ENTREPRENARIAT FEMININ ET DE LA MICRO FINANCE ----------------------

Plus en détail

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Nature : épreuve écrite portant sur l'étude d'un cas ou de situations pratiques pouvant être accompagnées de commentaires d'un ou plusieurs documents

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana. Loi n 96-020

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana. Loi n 96-020 REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana Loi n 96-020 portant réglementation des activités et organisation des institutions financières mutualistes EXPOSE DES MOTIFS La Mobilisation

Plus en détail

RÈGLEMENT N 03/2010/CM/UEMOA RELATIF AUX OBLIGATIONS SECURISEES DANS L'UEMOA

RÈGLEMENT N 03/2010/CM/UEMOA RELATIF AUX OBLIGATIONS SECURISEES DANS L'UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE --------------------- Le Conseil des Ministres RÈGLEMENT N 03/2010/CM/UEMOA RELATIF AUX OBLIGATIONS SECURISEES DANS L'UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE Prêt PRCTA Prêt à 0% du Programme Régional à la Création et à la Transmission en Agriculture Date de remise des manifestations

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Arrêtons: Chapitre 1er - De l'agrément et du plan d'activités

Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Arrêtons: Chapitre 1er - De l'agrément et du plan d'activités Règlement grand-ducal pris en exécution de la loi modifiée du 6 décembre 1991 sur le secteur des assurances précisant les modalités d'agrément et d'exercice des entreprises de réassurances Nous Henri,

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole.

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit :

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit : Loi relative au régime juridique particulier des associations de LOI n 2000-043 du 26 juillet 2000 relative au régime juridique particulier des associations de. In JO 30 Octobre 2000 N 985 L'Assemblée

Plus en détail

CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION PLAN DE PRESENTATION INTODUCTION Partie I : 1. QUELQUES FAITS HISTORIQUES Partie II : PROGRAMME NATIONAL D'ASSAINISSEMENT ET DE RESTRUCTURATION

Plus en détail

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013)

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013) Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement.

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Règle du CIF. Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Cette formation vous permet. Conditions pour en bénéficier

Règle du CIF. Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Cette formation vous permet. Conditions pour en bénéficier Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Règle du CIF C'est un droit d'absence de l'entreprise, financé par le Fongecif, accordé sous certaines conditions, vous permettant de suivre la formation

Plus en détail

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT 1 REUNIONS STATUTAIRES DE L'ACI POUR L'AFRIQUE --------------------- Cotonou, du 21 au 25 Août 2000 -=-=-=-=-=-=- LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT Dr Oumar OUATTARA

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S I~,0:.----------, c 1 M A CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES.'.- 1. ~ 0 0 0 SI: C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S REGLEMENT N,.ICIMAlPCMA/ CE/ SG/ 2DD9

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet:

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72 PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: 3290 e session du Conseil de l'union européenne (AFFAIRES ÉCONOMIQUES

Plus en détail

Des attentes irréalistes qui mettent en péril le secteur

Des attentes irréalistes qui mettent en péril le secteur Des attentes irréalistes qui mettent en péril le secteur Adrian Gonzalez, Chercheur, Microfinance Information Exchange Dans un récent article du New York Times, Muhammad Yunus a proposé que les gouvernements

Plus en détail

DECRET N 2000-05/PM/MCAT PORTANT REGLEMENTATION DES AGENCES ET BUREAUX DE VOYAGES.

DECRET N 2000-05/PM/MCAT PORTANT REGLEMENTATION DES AGENCES ET BUREAUX DE VOYAGES. DECRET N 2000-05/PM/MCAT PORTANT REGLEMENTATION DES AGENCES ET BUREAUX DE VOYAGES. LE PREMIER MINISTRE, Sur Rapport du Ministre du Commerce, de L'Artisanat et du Tourisme VU La constitution du 20 Juillet

Plus en détail

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Avocat au Barreau DIPLOME DE L INSTITUT DE DROIT DES AFFAIRES D.E.S.S. DE FISCALITE DES ENTREPRISES DIPLOME JURISTE CONSEIL D ENTREPRISE LE CHOIX D UN PACTE D ASSOCIES DANS

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail