EVALUATION ET SUIVI DES OPERATIONS DEPLACEES DU CREDIT MUTUEL DU SEN:EGAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION ET SUIVI DES OPERATIONS DEPLACEES DU CREDIT MUTUEL DU SEN:EGAL"

Transcription

1 Institut Supérieur de Gestion des Entreprises et autres Organisations I.S.G.E.O Diplôme d'etudes Supérieures Spécialisées en Administration et Gestion 5" Promotion (2006/2007) s :;1 ;-:'t' > :: e::1 i4 : : M.~ml)ir.~ de fin d'études THEME: EVALUATION ET SUIVI DES OPERATIONS DEPLACEES DU CREDIT MUTUEL DU SEN:EGAL Présenté par: Sous la Direction de : M. Souleymane BOUSSO Professeur au CESAG M0068DESAG08 2

2 DEDICACES Je dédie ce modeste travail à: Feue ma mère Aminata Mbanta SOUKHO, que son âme repose en paix; Feu mon père Abibou SARH, que son âme repose en paix; Ma grand-mère adorée Fatoumata CISSOKHO, pour tout ce qu'elle a fait pour moi; Feu mon grand-père Abdou Karim KONATE, que son âme repose en paix; Feu mon oncle Sadio KONATE, que son âme repose en paix; Feu mon grand-père Badara TOURE, que son âme repose en paix; Toute la famille KONA TE, pour leur soutien et bénédictions; Toute la famille BA des Parcelles Assainies, pour leur soutien très rare; Mon frère et mes sœurs ; Bintou BALDE, pour son affection inconditionnelle et désintéressée; Toute la famille DIA LLO de Nord Foire; La famille Diédhiou de Sédhiou, plus particulièrement ma maman Laria SAMBOU, et tous mes amis en Casamance.

3 REMERCIEMENTS ii Je remercie tout d'abord ALLAH (Soubhanahou Wa Talla), pour tous les bienfaits qu'il m'a accordés jusqu'à présent. Mes remerciements vont aussi vers: Ma sœur Fatoumata SARR, et son époux Ablaye DIALLO pour leur soutien moral et surtout financier ~ Mon frère Papa Amadou SARR, pour son soutien fraternel et surtout financier; Mon oncle Modibo Karim KONA TE, pour sa toute sa bonté; Mon oncle Hamady BA et ma tante Binta TOURE, pour leur bonté, générosité et hospitalité légendaires; Abib BA et son frère Ibou BA, pour leurs appuis considérables; Ibrahima NDAO, pour son soutien et ses encouragements; Boubacar KANTE, pour son amitié infaillible; Dr Cheikh DIENG, pour son aide et sa gentillesse remarquables; Madame DIA, Aminata DJIGO, mon professeur, pour son soutien indéfectible Dame DIENG et Mayoni THIAM, du CMS, pour leur disponibilité et courtoisie; A tous les agents du CMS surtout ceux de la CAISSE CENTRALE, pour m'avoir accueilli comme l'un des leurs; A tous ceux qui m'ont aidé de près ou de loin pour ma réussite dans cette entreprise. Je leur exprime toute ma gratitude.

4 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS III ACEP : Alliance de Crédit et d'epargne pour la Production ADIE: Association pour le Droit à l'initiative BANCO SOL : Banco Solidario BCEAO : Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest BIMAO : Banque des Institutions Mutualistes de l'afrique de l'ouest BNDA : Banque Nationale de Développement Agricole BR! : Bank Rakyat Indonesia CA: Conseil d'administration CAT: Compte A Terme CCT : Crédit Court Terme CT : Court terme CEMAC : Communauté Economique et Monétaire de l' Mrique Centrale CESAG: Centre Africain d'etudes Supérieures en Gestion CICM: Centre International du Crédit Mutuel CMS : Crédit Mutuel du Sénégal CMT : Crédit Moyen Terme CNCA : Caisse Nationale de Crédit Agricole CNCA-S : Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal COOPEC: Coopérative d'epargne et de Crédit CRS : Catholic Relief Service CT : Court Terme CVECA : Caisses Villageoises d'epargne et de Crédit Auto gérées DAT : Dépôt à Terme ECCT : Encours Crédit Court Terme ECMT : Encours Crédit Moyen Terme EMF : Etablissements de Micro finance FCCMS : Fédération des Caisses du Crédit Mutuel du Sénégal FDEA : Femme Développement Entreprise en Afrique lit : Inter-american Investment Corporation IMEC : Institution Mutualiste et Coopérative d'epargne et de Crédit

5 !MF : Institution de Micro Finance MECAP : Mutuelle d'epargne et de Crédit des Agents du Secteur Public et parapublic MUCODEC : Mutuelles Congolaises d'epargne et de Crédit IvIPE : Moyenne et Petite Entreprise Nbre: Nombre ND : Non Détenniné NP A : Nouvelle Politique Agricole OD : Opération Déplacée OHADA: Organisation pour l'harmonisation en Afrique du Droit des Affaires ONCAD' Office National de Coopération et d'assistance au Développement ONG: Organisation Non Gouvernementale ONU : Organisation des Nations Unies PARMEC : Projet d'appui à la Réglementation des Mutuelles d'epargne et de Crédit PCCT : Production Crédit Court tenne PEP : Plan Epargne Crédit PME : Petite et Moyenne Entreprise PRODEM : Fundation para la Promotion y Desarollo de le Micro empressa RECEC : Réseau des Caisses d'epargne et de Crédit REM : Réseau Européen de Micro finance REMECU : Réseau des Mutuelles d'epargne et de Crédit de l'unacois SA : Société Anonyme SENELEC : Société Nationale d'electricité SFD : Système Financier Décentralisé SIG: Système Informatique de Gestion SONATEL: Société Nationale de Télécommunication snc : Système de Transactions Inter caisses UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine UMEC : Union des Mutuelles d'epargne et de Crédit UMECU : Union des Mutuelles d'epargne et de Crédit de l'unacois-def UM-P AMECAS : Union des Mutuelles du Partenariat pour la Mobilisation de l'epargne et le Crédit au Sénégal UNACOIS : Union Nationale des Commerçants et Industriels du Sénégal IV

6 UNACOIS-DEF: Union Nationale des Commerçants et Industriel du Sénégal - Développement Economique et Financier v

7 LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES vi Tableau n 0 1 : Evolution du nombre des clients dans le SFD mondial Figure n 0 1 : Cartographie du réseau CMS Tableau n02 : Evolution du sociétariat...45 Tableau n03 : Evolution de l'épargne...45 Tableau n04 : Evolution encours crédit Tableau nos: Evolution production crédit Tableau n06 : Principales institutions d'épargne et crédit en tennes de nombres...47 Tableau n07 : Les SFD ayant collecté plus de 500 millions de francs CF A de dépôts de 2002 à Tableau n08 : Les SFD ayant octroyé plus de 500 millions de francs CF A en crédit Tableau n09 : Récapitulatif des charges liées aux opérations déplacées2006 et Tableau nolo : Produits des opérations déplacées Tableau n 0 11 : Produits des opérations déplacées

8 TABLE DES MATIERES vii Dédicaces... i Remerciements...,ii Liste des sigles et abréviations... iii Liste des tableaux et figures... vi Table des matières... vii INTRODUCTION GENERALE... '"... 1 Contexte général Objet de l'étude... 4 Problématique... 4 Objectifs de l'étude... 5 Intérêt de l'étude... 5 Délimitation du champ de l'étude... 5 Démarche de l'étude... 6 Plan...,...,... '"... 6 PREMIERE PARTIE: APERCU GENERAL SUR LES INSTITUTIONS DU SYSTEME FINANCIER DECENTRALISE... 7 INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE... 8 CHAPITRE 1 : PRESENTATION DES INSTITUTIONS DU SYSTEME FINANCIER DECENTRALISE...,...,... '"... 9 SECTION 1 LA MICRO FINANCE : UNEORGANISATIONPARTICULIERE La micro finance: évolution historique... '" Les prémices..., Les pionniers de la micro finance ( ) Une période d'euphorie..., Vers la maturité SECTION 2 TYPOLOGIE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE Le projet..., '"...,...,..., L'association à but non lucratif La mutuelle ou coopérative... 15

9 4 La société à capitaux privés CHAPITRE 2: REGLEMENTATIONS DU SECTEUR DE LA MICRO FINANCE SECTION 1 LES DIFFERENTS TypESDEREGLEMENTATION Réglementation par le «statut» Réglementation spécifique au secteur de la micro finance SECTION 2 LA MICRO FINANCE: UNE ORGANISATION DANS UN CADRE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL PARTICULIER Spécificités du cadre juridique Les différences en termes de sûretés...,..., Les différences en termes de voies d'exécution La particularité des systèmes participatifs: coopératives et CVECA L'influence de la réglementation du travail Les spécificités fiscales Les conséquences juridiques en termes de financement Spécificités du cadre institutionnel Normes prudentielles Production d'états financiers et comptabilité Contrôle interne Contrôle de la qualité des intervenants Supervision et contrôle du secteur par les autorités bancaires Supervision spécifique des réseaux mutualistes Différences en termes de critères de contrôle..., Différences en termes de qualité des informations Gestion de la concurrence et organisation générale du secteur de la micro finance Sanction des SFD..., La particularité du développement des SFD: la problématique de l'institutionnalisation Diversité des approches réglementaires CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE Vlll DEUXIEME PARTIE : ANALYSE DES OPERATIONS DEPLACEES INTRODUCTION DE LA DEUXIEME PARTIE... 33

10 CHAPITRE 1 PRESENTATION DU CMS SECTION 1 PRISE DE CONNAISSANCE AVEC LE CMS Le contexte du projet La genèse du projet Organisation du CMS Fonctionnement du CMS L'assemblée générale Le conseil d'administration Le conseil de surveillance Le comité de crédit SECTION 2 LES ACTIVITES DU CMS Les produits..., Les dépôts Les crédits '" Les crédits aux particuliers Les crédits aux professionnels... '" Les services Le dynamisme financier du CMS Au niveau interne Au niveau externe... '" CHAPITRE 2 DIAGNOSTIC DES OPERATIONS DEPLACEES SECTION EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES OPERATIONS DEPLACEES..., Evaluation qualitative des opérations déplacées Au niveau de la caisse centrale Points forts Points faibles...,... _ Le fax... _ Les suspens... _ Le téléphone Au niveau du réseau (l'ensemble des caisses) Points forts Points faibles IX

11 x Lefax Non respect des procédures... " Autres difficultés...,... "..., Evaluation quantitative des opérations déplacées SECTION 2 RECOMMANDATIONS POUR UN BON SUIVI DES OPERATIONS DEPLACEES Au niveau de la caisse centrale Le fax Les suspens Le téléphone..., Au niveau du réseau Le fax Respect des procédures Suggestions pour les autres difficultés CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE CONCLUSION GENERALE BIBIOGRAPlIIE..., ANNEXES... 64

12 INTRODUCTION GENERALE Badara SARR, sème promotion DESAG,2006/2007 1

13 Contexte Général «La dure réalité reste que la plupart des populations les plus pauvres n'ont pas encore accès à des services financiers pérennes et viables, qu'il s'agisse d'épargne, de crédit ou d'assurances. L'enjeu essentiel sera donc pour nous d'éliminer les contraintes qui excluent les plus démunis d'une pleine participation au secteur financier... Ensemble, nous pouvons et devons mettre en place des secteurs inclusifs qui aident les gens à améliorer leurs conditions de vie. l» Cette citation de Koffi ANNAN, ancien Secrétaire Général de l'onu nous renseigne sur le rôle important que la micro finance peut jouer par rapport à la lutte contre la réduction de la pauvreté. Aussi, en 1998, l'organisation des Nations Unies a proclamé l'année 2005 année du micro crédit, afin de «saluer la contribution du micro crédit à l'allègement de la pauvreté».cette consécration atteste que le micro crédit s'impose actuellement comme un instrument privilégié de lutte contre la pauvreté. En effet de tous temps, de nombreuses activités de taille très réduite (habituellement qualifiées de micro entreprises) se sont développées dans les pays du Sud pour permettre aux populations de subsister. Celles-ci regroupent des activités aussi diverses que marchands ambulants, petits artisans, kiosques à journaux, taxis, vendeurs de rue, bazar, petit maraîchage, petit élevage, etc. Au-delà de leur diversité, ces activités économiques de subsistance revêtent des caractéristiques communes: capital investi réduit et provenant exclusivement du patrimoine familial, elles emploient moins de dix personnes qui proviennent essentiellement du cercle familial, ces personnes sont généralement peu qualifiées et faiblement rémunérées, elles recourent aux horaires de travail flexibles et opèrent bien souvent partiellement ou totalement en marge des règles législatives et administratives. Parmi les multiples contraintes auxquelles sont confrontées les micro entreprises, la difficulté d'accès à des sources de financement extérieures représente encore aujourd'hui une entrave principale à leur bon développement. Elles ont en effet besoin d'un capital suffisant pour financer leurs équipements, leurs achats de fournitures, de matières premières etc. Or, ce capital leur a longtemps fait défaut, car ces petites sommes demandées par ces micros entrepreneurs, l'absence de garanties à offilr et bien souvent la nature risquée du projet rebutaient les banques commerciales traditionnelles. 1 Koffi ANNAN, ancien Secrétaire Général de l'onu, 2003 Badara SARa, Sème promotion DESAG, 2006/2007 2

14 C'est pourquoi, différents intermédiaires financiers spécialisés dans l'attention à ce type de clientèle ont vu le jour. Ces intermédiaires sont souvent qualifiés d' «institutions de micro finance» (IMF).Leur rôle consiste à offiir des services financiers de base (épargne, crédit, assurance, transfert de fonds, etc.) aux montants réduits, à des populations pauvres afin de leur donner la possibilité d'investir et de se prémunir en cas de coups durs (conditions climatiques défavorables à la production, dépenses imprévues liées à une maladie ou à la perte de biens, etc.) Par ailleurs, la micro finance favorise également des retombées positives sur la famille en général: amélioration des conditions de vie, valorisation de l'auto estime, financement de la scolarité, des soins de santé, etc. C'est ainsi qu'au Sénégal l'etat ayant compris son importance stratégique, dans sa politique sectorielle, se donne pour mission un environnement favorable au développement des marchés financiers en aidant les IMF à développer leur offre. A travers cette mission l'etat vise à atteindre les objectifs suivants: Accès des populations démunies aux services et produits financiers durables Viabilisation et pérennisation des structures Intégration du secteur de la micro finance dans le système financier. La mission et les objectifs sont déclinés en axes stratégiques: Axel: amélioration de l'environnement légal et réglementaire pour la sécurisation du secteur. Axe2 : diversification et augmentation des offres de produits et services, notamment dans les zones non encore couvertes par les IMF professionnelles. Axe3 : intégration des IMF dans le système bancaire pour le financement des MPE et PME. Axe4 : cadre institutionnel pour une gestion concertée du secteur et de la politique sectorielle. La micro finance s'inscrivait de plus en plus sur la loi du marché, en se déployant sous diverses formes. Ainsi, en faisant partie intégrante du système financier, elle rendait caduque le dualisme secteur financier formel - secteur financier informel, longtemps présent au Sénégal. Son développement et J'importance des crédits qui étaient de plus en plus élevés ont été tels que le terme de micro finance a évolué, et on parle désormais de SFD. De façon générale, l'émergence des SFD au Sénégal, intervient dans un contexte national marqué par le désengagement de l'etat, la responsabilisation des acteurs privés ruraux et par l'encouragement du financement du développement par les ressources internes mobilisées par les associations de base. Badara SARR, Sème promotion DESAG, 2006/2007 3

15 Objectifs de l'étude Notre étude se veut une contribution visant à améliorer la performance des opérations déplacées. Son objectifgénéral est d'aider le Crédit Mutuel à mieux maîtriser les OD. Les objectifs spécifiques sont: ", Evaluer le management des OD ; ", Proposer un cadre de suivi pour la bonne marche des OD ; ", Etudier la rentabilité des OD ; ", Identifier les menaces et faiblesses des OD; ", Proposer des solutions appropriées pour booster le rendement des OD. Intérêt de l'étude Cette étude présente des intérêts à plusieurs niveaux: Pour le CMS, cette étude lui permettra d'apprécier la valeur ajoutée des OD et la proportion qu'elle occupe dans son résultat financier. Elle donnera aussi au CMS la possibilité de rendre pérenne et performant les OD au grand bénéfice des sociétaires; Pour le CESAG, cette étude contribuera à enrichir sa documentation dans le secteur des IMF et dans le domaine de l'évaluation et du suivi ; Pour les auditeurs futurs, ils auront à travers cette étude un document qu'ils pourront exploiter aussi bien sur le plan de la forme que sur le plan du fond ; Pour nous-mêmes, ce travail nous offrira l'opportunité d'affermir nos connaissances eu égard aux IMF, elle est aussi un moyen privilégié pour nous de peaufiner la formation théorique reçue au CESAG et de la confronter à la réalité sur le terrain dans une dynamique d'enrichissement et de consolidation. Délimitation du champ de l'étude Notre étude a trait à l'évaluation et au suivi des OD d'une IMF, en l'occurrence le CMS. Nous procéderons à une évaluation qualitative et quantitative de cette activité. Nous nous intéresserons alors dans cette étude aux!mf pour en donner une vision globale et claire de par le monde. Badara SARR, Sème promotion DESAG,2006/2007 5

16 Le CMS existe en réseau dans tout le Sénégal. Il dispose d'agences dans presque toutes les contrées du Sénégal. Ces agences sont regroupées en six divisions régionales en fonction de leur emplacement géographique. La Direction Générale sert de lien et d'instance dirigeante à toutes ces divisions régionales. Nous traiterons donc des OD au niveau de la Direction Générale et des divisions ou' antennes régionales encore appelées réseau. Démarche de l'étude Dans ce travail, nous nous attellerons d'abord à faire une analyse documentaire ayant trait à la présentation des!mf et du CMS. Par ailleurs, par rapport au système de collecte d'informations, nous utiliserons deux méthodes ou démarches: 1) élaboration de questionnaires, observations directes et entretiens. 2) analyse et interprétation des données et études faites sur les OD au sein du CMS. Ceci nous permettra in fine de dégager nos propres suggestions et recommandations à la lumière des résultats obtenus. Plan Cette étude s'articulera de la façon suivante:.:. Une Introduction Générale.:. Une Première Partie qui servira de cadre théorique et méthodologique. Nous ferons état de la maîtrise des activités dans une institution du Système Financier Décentralisé à travers deux chapitres qui traiteront respectivement d'un aperçu général de la micro finance et des aspects juridiques et réglementaires des SFD. :. Une Deuxième Partie sera consacrée à l'analyse des OD du CMS.Nous commencerons par la présentation du CMS avant de nous évertuer à faire un diagnostic des OD en vue d'en apprécier les forces et faiblesses pour enfin émettre des remarques constructives sous forme de suggestions et de recommandations. :. Une Conclusion Générale qui va faire l'objet d'une synthèse de notre étude. Elle nous donnera aussi l'occasion de mieux appréhender les OD et de suggérer des pistes de réflexion visant à approfondir notre travail Badara SARR, Sème promotion DESAG, 2006/2007 6

17 PREMIERE PARTIE APERCU GENERAL SUR LES INSTITUTION DU SYSTEME FINANCIER DECENTRALISE Badara SARR, sème promotion DESAG, 2006/2007 7

18 INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE En une trentaine d'années seulement, la micro finance a atteint une échelle remarquable: près de 92 minions 1 de personnes" non bancables" dans le monde ont aujourd'hui accès à des services financiers comme l'épargne ou le micro crédit. La Banque mondiale a recensé institutions de micro finance dans 85 pays, au service de 16 millions de pauvres 2. En novembre 2002, a eu lieu un sommet à New York sur ce sujet qui a rassemblé 2000 délégués de plus de 100 pays. Dans un grand nombre de pays, des institutions spécialisées, dites institutions de micro finance (ou IMF), ont été créées pour offiir durablement ces services La micro finance est devenue en quelques années un véritable secteur économique, doté d'acteurs professionnels, d'institutions pérennes, mobilisant bailleurs de fonds, Etats, organisations non gouvernementales et, depuis peu, investisseurs et partenaires privés. Dans cette première partie nous tenterons d'abord de mieux faire connaître ce vaste domaine des IMF ainsi que des aspects liés à leurs dispositions juridiques et institutionnelles. 1 Le guide de la micro finance de HAJDENBERG Jérémy, BOYE Sébastien et Christine POURSAT Sébastien Paris: Editions d'organisation, 2006, p Source WIKIPEDIA Badara SA~ Sème promotion DESAG, 2006/2007 8

19 CHAPITRE 1 PRESENTATION DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE SECTION 1 LA MICRO FINANCE: UNE ORGANISATION PARTICULIERE Le Système Financier Décentralisé est apparu dans les années 1980 pour désigner des "systèmes" financiers, ayant pour caractéristique de desservir des populations exclues du système bancaire commercial, voire des banques de développement publiques car ne rentrant pas dans les critères que ceux-ci se sont donnés en terme de clientèle; en d'autres termes les SFD traitent avec les populations dont le montant des opérations financières (épargne, crédit, revenus monétaires) ne les rend pas bancables. Ils interviennent dans le secteur de la micro finance. L'objectif des SFD est donc de fournir en premier des services d'épargne et de crédit pour des populations non bancarisées parce qu'étant en dessous des critères d'éligibilité du secteur bancaire existant que l'on qualifiera de secteur bancaire classique. Dans certains cas, l'objectif des SFD est d'atteindre les plus pauvres d'une zone considérée. Cependant le terme décentralisé ne reflète pas systématiquement l'organisation de ces systèmes financiers. Si ceux organisés sous forme de réseau mutualiste ont effectivement une organisation décentralisée au niveau de chaque caisse locale, en revanche d'autres constituent une seule unité dont les agences locales sont simplement déconcentrées. Le terme exact qui n'est cependant pas usité dans la profession, serait alors celui de système financier déconcentré. Un autre terme couramment utilisé, notamment dans les pays ou organismes d'influence anglo-saxonne, est celui d'imf, pour institution de micro finance. Ce terme semble toutefois plus restrictif que le précédent.le préfixe" micro" est rejoint par le terme micro crédit: s'il est vrai que le plus souvent les SFD ou IMF effectuent du micro crédit, ce n'est pas toujours le cas; surtout l'objectif n'est pas de consentir du micro crédit, mais de prêter aux populations concernées les sommes dont elles ont besoin (micro, petit, moyen crédit...) en fonction de leur capacités de remboursement. Les sommes prêtées servant généralement au financement d'activités productives, le montant du crédit ne dépendra pas tant du patrimoine initial du bénéficiaire que de la rentabilité escomptée de l'opération. Quant au terme" institution" : celui-ci est adéquat pour désigner les systèmes constitués sous forme de sociétés et soumis à une réglementation bancaire, il est en revanche excessif concernant certaines structures expérimentales et évolutives, à l'organisation non encore formalisée. Badara SARR, ~ promotion DESAG, 2006/2007 9

20 Evaluation et Suivi des Opérations Déplacées du C,édit Mutuel du Sénégal Pour ces raisons le terme SFD sera utilisé dans la présente étude pour désigner l'ensemble des intervenants effectuant les opérations financières à destination des populations mentionnées ci-dessus, et le terme micro finance sera utilisé pour désigner le vaste secteur d'activité caractérisé par des opérations de faible montant, au service des populations n'ayant pas accès au secteur bancaire classique ou pour des opérations que ce secteur n'effectue pas. Avant d'aller plus loin, nous allons tenter de définir ce que c'est que la micro finance. Selon Maria NOW AK l, dans la préface du livre: Le guide de la micro finance de HADJENDBERG Jérémy, BOYE Sébastien et Christine POURSAT Sébastien: «L'histoire se déroule en phases et je suis convaincue que le capitalisme doit et va trouver en son sein des mécanismes de contre-pouvoir indispensables au bon fonctionnement de l'économie de marché. Ainsi la micro finance s'adresse à un marché nouveau et potentiellement rentable - 3 milliards d'habitants de la planète qui n'ont pas accès aux services financiers -, tout en se situant dans la mouvance d'investissement socialement responsable et d'économie solidaire, dont l'objectif est le développement durable, en même temps que la rentabilité financière. }) Toujours selon elle, la micro finance est un domaine nouveau à la frontière de l'économie et du social, elle contribue en quelque sorte à lutter contre l'exclusion financière, qui n'est pas seulement la conséquence mais la cause de la pauvreté et de l'exclusion sociale. Ainsi il apparaît clairement que la micro finance a pour vocation première de venir en aide aux plus démunis en leur octroyant de petits crédits qui leur permettront de s'auto gérer et même de s'enrichir. Cependant une question sérieuse se pose à savoir comment la micro finance peutelle prétendre servir le progrès économique et social, alors que ses taux d'intérêt sont souvent compris, dans les pays en développement, entre 30 % et 70 % par an. Si depuis le prix Nobel en octobre 2006 à Muhammad YUNUS, le "banquier des pauvres", on a beaucoup parlé du micro crédit, cette question n'a guère été évoquée. j nt ercssa nt comme en Bosnie Tl Il " par rappt1tl ag a r post Cl1St'S. en Argentine. en Europe orientale OH post c0nhir<;. sert a arnéliorer partie se la l'niera en, f' '1 (les ami. productifs OL qui peut concerner d. du 1 Présidente de l'adie (Association pour le Droit à l'initiative Economique) et Présidente du REM (Réseau Européen d Micro finance) Badara SARR, Sème promotion DESAG, 2006/

21 qui la micro assurance, etc Il ne en nen lh les en éducbrinrl en eatl Si ce n'est pas un au developpement. le développement li ne. TouJours selon lui, le micro crèjît ser\. ires '. " imus li ses La définition de la micro finance qui a été adoptée par les Nations Unies est la suivante: la micro finance se définit au sens large comme la provision de services financiers à petite échelle, tels que l'épargne, le crédit et autres services financiers de base, à des personnes pauvres et à faible revenu. Le terme «institution de micro finance }} s'applique désormais à un vaste éventail d'organisations qui se consacrent à offrir ces services, au nombre desquelles les organismes non gouvernementaux, les coopératives d'épargne et de crédit, les banques privées commerciales, les institutions financières non bancaires, et certaines banques d'état 1 LA MICRO FINANCE: EVOLUTION HISTORIQUE La micro finance a démontré par l'exemple deux idées ({ révolutionnaires)} : ;,. on peut concevoir des services de proximité adaptés à des populations exclues du système financier formel, et qui ont un véritable impact sur leur développement économique et social. ;,. les organisations qui offrent ces services peuvent être viables. Comment cela a-t-elle pu convaincre et essaimer, en trente années, pour permettre l'existence d'un véritable nouveau «secteur» financier, présent dans une majorité de pays? 1.1 LES PREMICES En 1849, un bourgmestre prussien, F.W. Raiffeisen, fonde en Rhénanie la première société coopérative d'épargne et de crédit, une institution qui offre des services d'épargne aux populations ouvrières pauvres et exclues des banques classiques. Progressivement, en s'appuyant sur l'épargne collectée, elle octroie des crédits à ses clients. Ces organisations sont dites«mutualistes» car elles mutualisent l'épargne de leurs membres pour la prêter à d'autres membres. De nombreuses institutions se développent sur cette base en Europe et en Amérique du Nord, puis, à partir de 1950, dans les pays du Sud, notamment en Afrique. Mais Badara SARR, 5 ème promotion DESAG, 2006/

22 elles restent à cette époque essentiellement focalisées sur l'épargne, avec des produits de crédit souvent limités. Dans les années soixante et soixante-dix., après les indépendances, les gouvernements de nombreux pays en développement prennent conscience de la nécessité de fournir aux paysans un accès au crédit. Des banques publiques de financement agricole sont alors créées dans nombre de pays du Sud, offrant aux paysans des crédits aux taux d'intérêts subventionnés. Mais ces initiatives connaissent rapidement de grandes difficultés, pour trois types de raisons. D'une part, leur gestion est soumise à de fortes pressions politiques et électoralistes. D'autre part elles sont souvent mal gérées et enregistrent de forts taux d'impayés. Enfin, les taux d'intérêt appliqués par ces banques sont trop faibles pour pouvoir espérer atteindre la pérennité financière. Après quelques années, une large part de ces banques de développement publiques a donc disparu.. et le problème de l'accès aux services financiers pour les exclus des banques reste entier. 1.2 LES PIONNIERS DE LA MICRO FINANCE ( ) C'est face à ce constat que dans la deuxième moitié des années soixante-dix, les premières expériences de micro finance «moderne» apparaissent en Amérique latine et en Asie. A partir de 1975, l'exemple de la Grameen Bank:, fondée par Mohamad YUNUS au Bangladesh, marque les esprits; la Grameen démontre non seulement que les pauvres peuvent efficacement gérer et rembourser des crédits, mais qu'ils peuvent payer des taux d'intérêt élevés, et que l'institution peut donc couvrir ses propres coûts. A partir de cet exemple, des méthodologies de crédit spécifiques sont mises au point, adaptées à une population que ni les banques commerciales, ni les banques agricoles n'avaient pu toucher durablement. En particulier, la Grameen a popularisé le «crédit solidaire», un crédit à un groupe d'individus dont chaque membre est solidaire du remboursement de tous les autres. A ce stade, l'équilibre financier n'est généralement pas un objectif central des programmes de micro finance; il paraît encore difficile d'imaginer qu'une!mf puisse fonctionner sans appui financier de bailleurs de fonds publics (gouvernements de pays donateurs,institutions financières internationales) ou privés(fondations). A la fin des années quatre-vingt, les initiatives se multiplient. Le secteur devient de moins en moins confidentiel. En Amérique latine notamment, des institutions accordant des crédits en milieu urbain commencent à couvrir les coûts sans subventions. En 1992, PRODEM, ONG Badara SARR, stme promotion DESAG, 2006/

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA -> Existence préalable de textes régissant les coopératives et mutuelles de façon générale, incluant celles faisant des opérations

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises

Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises (Articles 44 à46 bis) I. Nouveaux promoteurs : 1. Définition (art 44) : Sont considérés nouveaux promoteurs (N.P), les personnes physiques de nationalité

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Formation à la microfinance

Formation à la microfinance Formation à la microfinance Contexte de la formation : L'année internationale de la micro finance a été lancée en Mars 2005 et aujourd'hui le monde entier est tourné vers cet outil afin de réduire de manière

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES MOSTAGANEM JEUDI 30 JUIN 2011 Mesdames Messieurs ; C est avec un réel plaisir et beaucoup d intérêt que nous participons

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014)

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014) ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE SUR " PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE : ROLE DES BANQUES CENTRALES" 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS DES BANQUES

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Le 2 février 2012 CREPUQ PRÉSENTATION DE LA CREPUQ AU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DES RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES

Plus en détail

Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France

Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France Les PDE sont des démarches liées à l'établissement : accessibilité et attitudes de mobilité. Vous devez au préalable vérifier

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Le guide de la microfinance

Le guide de la microfinance Sébastien Boyé, Jérémy Hajdenberg, Christine Poursat Le guide de la microfinance Microcrédit et épargne pour le développement Préface de Maria Nowak, 2006 ISBN : 2-7081-3664-X Sommaire Préface... 11 Quelques

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023

SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023 SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023 2013 I- Historique La CRRH-UEMOA est l un des fruits de la coopération engagée en 2005 par la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest (BCEAO),

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011

RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011 Programme des Nations Unies pour le Développement RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011 1 Résultats par rapport aux objectifs Award ID Titre du projet Effet UNDAF Effet du CPAP Partenaire de mise

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application ROYAUME DU MAROC Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 12-96 portant réforme du Crédit Populaire du Maroc telle que modifiée et complétée Depuis la promulgation de la loi

Plus en détail

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE Les contributions volontaires en nature constituent des apports gratuits (en travail, biens, services) spécifiques au secteur associatif. Leur poids économique dans

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole.

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-10-20-50-20151014 DGFIP IR - Réduction d'impôt au titre des

Plus en détail

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992 Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013)

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) STATUTS Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) Les FONDATEURS soussignés : MAAF Assurances Société d'assurance mutuelle à cotisations

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE

Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE La Micro finance au Maghreb,quelles perspectives pour le développement économique et social et la lutte contre le chômage des jeunes Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE Le rôle de la BTS

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Centrales Villageoises Photovoltaïques

Centrales Villageoises Photovoltaïques Centrales Villageoises Photovoltaïques Note explicative sur les montages juridiques possibles Anne-Sophie Cichowlas Noémie Poize Contexte global L approche défendue est une approche globale et intégrée

Plus en détail

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2007 Un outil moderne haut de gamme d épargne et d investissement en faveur du financement de l économie

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés

Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés Article 60 : Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés I. - 1 Il est institué un fonds de soutien de 100 millions d euros par an pendant une durée maximale

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

25,2 millions d'euros.

25,2 millions d'euros. PREFECTURE DE LA REGION AUVERGNE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Pour la sélection d'un opérateur financier chargé de la gestion d'un fonds de participation européen régionalisé financé principalement

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Appel à projets Soutien aux actions des entreprises dans le champ de la prévention de la pénibilité au travail

Appel à projets Soutien aux actions des entreprises dans le champ de la prévention de la pénibilité au travail FONDS NATIONAL DE SOUTIEN RELATIF A LA PENIBILITE Cahier des charges de l appel à projet Date de lancement : jeudi 12 avril 2012 Date limite de dépôt des dossiers : lundi 2 septembre 2013 1 Appel à projets

Plus en détail

Formation à la gestion des banques céréalières

Formation à la gestion des banques céréalières Formation à la gestion des banques céréalières Organisation interne - PROGRAMME ~CSOQ~~ Appui associatif et coopératif aux initiatives de développement à la base Bureau international du Travail or,.lliutltlll

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier FCPI Diadème Innovation Pour concilier innovation et immobilier Diadème Innovation II, défiscalisation, innovation et immobilier Diadème Innovation II, Fonds Commun de Placement dans l Innovation, a pour

Plus en détail

E-01 Règlement relatif à la gestion financière Recueil sur la gouvernance

E-01 Règlement relatif à la gestion financière Recueil sur la gouvernance E-01 Règlement relatif à la gestion financière Anciennement «Règlement relatif à la gestion financière R-2» adopté par le C.A. le 24 avril 1985 Révisé par le C.A. les 11 décembre 2001 et 24 février 2009

Plus en détail

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT La politique de transparence est inscrite dans la dynamique de changement et de partenariat qui caractérise le plan d orientation stratégique

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement Loi du 5 septembre 2001 portant garantie d'une réduction continue de la dette publique et création d'un Fonds de vieillissement (Moniteur belge du 14 septembre 2001), modifiée par la loi du 20 décembre

Plus en détail

FICHE. La présentation du système fiscal français 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT

FICHE. La présentation du système fiscal français 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT La présentation du système fiscal français FICHE 1 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT L impôt constitue un prélèvement pécuniaire obligatoire effectué par l État et les collectivités publiques

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse :

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse : Dossier de presse Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire Contacts presse : Sandrine Bonamy Tél. : 01 56 03 59 03 06 86 17 48 76 - s.bonamy@adie.org Audrey Thirot Tél. : 01

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

Institution de délégués de site

Institution de délégués de site Institution de délégués de site Dans les établissements employant habituellement moins de onze salariés et dont l'activité s'exerce sur un même site où sont employés durablement cinquante salariés et plus,

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail