«Démarche participative & Méthodes de concertation» Annexe au guide d Accompagnement à l élaboration du PEDT. Préambule

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Démarche participative & Méthodes de concertation» Annexe au guide d Accompagnement à l élaboration du PEDT. Préambule"

Transcription

1 «Démarche participative & Méthodes de concertation» Annexe au guide d Accompagnement à l élaboration du PEDT Préambule Ce document a été construit en complément du «Guide d accompagnement à l élaboration du PEDT» afin d accompagner les collectivités territoriales qui mettent en place la réforme sur les rythmes scolaires et qui ont choisi de rédiger un projet éducatif territorial (PEDT). Dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme, chaque collectivité pourra constituer un comité de pilotage. Cet outil a pour objectif de présenter différentes manières de se concerter afin de favoriser les échanges entre les différents membres du comité de pilotage et d ainsi élaborer le PEDT dans une réelle démarche participative. Ces techniques ne sont que des pistes de travail et ne revêtent bien évidemment aucun caractère obligatoire. Remarque : Afin de vous permettre de mieux vous approprier ces techniques de concertation, la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) du Loiret, en partenariat avec la Direction des services départementaux de l éducation nationale (DSDEN) et la Caisse d Allocations Familiales (CAF) du Loiret, organisent en parallèle des journées de formation (gratuites), animées par la SCOP L Engrenage (dates et lieux à préciser). 1 Mise à jour : 14 octobre 2013

2 Avant toute chose : créer un cadre propice à la participation La concertation commence par le cadre que l on pose pour les débats. Loin d être anecdotiques, les éléments qui suivent permettent de favoriser la libre parole, de faciliter les échanges et d encourager la participation de tous aux débats. Un bon aménagement de l espace favorise et influence le comportement des personnes et les relations entre celles-ci. La disposition des tables peut se faire en fonction du nombre de participants et de l objectif de la réunion : - des tables en U : favorisent les échanges - des tables rondes type cabaret : favorisent le travail en petit groupe et permettent la convivialité entre les personnes. La prise de parole entre les participants doit être égalitaire car certaines personnes étant plus à l aise à l oral que d autres, elles ont tendance à monopoliser la parole. Pour cela, on peut désigner un animateur qui sera en charge de distribuer la parole. Cet animateur peut par ailleurs avoir recours à d autres techniques : - le bâton de parole, qui permet de symboliser la parole : la personne qui détient le bâton est la seule à pouvoir parler, les autres écoutent sans l interrompre ; une fois sa prise de parole terminée, elle donne le bâton à une autre personne qui souhaite s exprimer. - le système de tickets : chaque participant détient trois tickets ; à chaque prise de parole, il rend un de ses tickets ; une fois qu il n a plus de ticket, il n a plus le droit d intervenir. La gestion du temps permet de conserver la motivation et l implication des participants. Les travaux en petits groupes : les réunions en grand groupe peuvent être parfois intimidantes pour certaines personnes mal à l aise à l oral ; celles-ci n osent par conséquent pas s exprimer en grand groupe, alors que leurs idées/suggestions/remarques permettraient d enrichir les débats. Les travaux en petits groupes favorisent au contraire les échanges, l expression de chacun, les débats, l écoute attentive ; ils permettent en outre souvent d avancer de réelles pistes de solutions, qui pourront ensuite être partagées en réunion plénière. 2 Mise à jour : 14 octobre 2013

3 Méthodes de concertation et de conduites de réunion participatives : L objectif de ces méthodes est d amener les participants à être réellement acteurs des réunions. Cela permet également d adapter la forme des débats à l objectif recherché. Formes de débats permettant à chacun d exposer ses idées pour arriver à un consensus, dans le respect de chacun Le débat butiné : une même problématique est donnée sur plusieurs petites tables qui accueillent chacune un petit groupe. Chaque groupe désigne un(e) secrétaire qui prend des notes pendant le débat. Après quelques minutes de débat, tous les secrétaires changent de table et font le compte rendu de ce qui s est dit au sein de leur précédent groupe. Ensuite, le débat reprend avec un nouveau secrétaire qui à son tour changera de table une fois le temps des échanges terminés. On continue de procéder ainsi jusqu à ce que tout le monde ait changé une fois de table. Ce dispositif permet de connaître les arguments de chacun sur un thème donné pour, à la fin, arriver à une délibération commune. Par exemple, lors de l élaboration du PEDT, vous pourriez mettre en place un débat butiné pour débattre autour du choix du jour de la 9 e demi-journée (mercredi matin ou samedi matin?). Le grodébat : à l inverse du débat butiné, ce débat implique plusieurs thématiques réparties sur plusieurs tables. Sur chaque table, il y a un animateur qui distribue la parole et un secrétaire qui prend des notes afin d effectuer un compte-rendu de ce qui se dit à la table. Chaque participant peut changer de table quand il le souhaite. Exemples de problématiques liées à un PEDT qui pourraient être débattues à travers un grodébat : 1. Quelles activités proposer aux enfants? 2. Quels intervenants peuvent intervenir lors de ces activités? 3. Faut-il une participation financière des familles? Si oui, sur quels critères va-t-on se baser? 4. Etc. Le débat en étoile : un grand groupe est séparé en petits groupes, qui débattent chacun sur une même thématique pendant un temps limité (exemple : 20 minutes), en désignant chacun un rapporteur. Ensuite, l ensemble des participants s installe en cercle ; les rapporteurs des groupes s assoient au centre et présentent aux autres les propositions qui ont été émises par leur groupe ; à cette étape, seuls les rapporteurs peuvent s exprimer (les autres participants écoutent, prennent des notes, mais n interviennent pas) ; les rapporteurs essaient de trouver un consensus ; ils doivent cependant respecter ce qui a été proposé dans leur groupe ; au besoin, ils demandent à retourner échanger avec leur groupe en prenant en compte ce qui a été évoqué en grand groupe. On reconduit ainsi le débat jusqu à une décision commune soit prise. cette méthode permet de mieux s écouter les uns et les autres, et de parler au nom du groupe et non en son propre nom. Elle permet également de trouver un consensus. Ce type de débat peut être par exemple utilisé pour choisir les activités qui pourraient être mises en place sur les temps périscolaires. Ou encore, pour décider de l organisation des journées et de la semaine scolaire. Il peut être intéressant/pertinent de définir la composition des sous-groupes, afin de favoriser une bonne représentativité des différents acteurs impliqués dans le PEDT dans chacun d entre eux (enseignants, associations d animation, parents d élèves, élus, etc.) 3 Mise à jour : 14 octobre 2013

4 Méthode qui permet d identifier, de dégager des objectifs partagés. Le KJ (diagramme KJ ou diagramme des affinités) : à partir d une question ou d une problématique de départ, chaque participant écrit sur un ou plusieurs post-it, une idée, une phrase, une expression qui lui semble donner des réponses à la question posée. Il est important que cette question ait été en amont clairement comprise par tous les participants (elle peut être au besoin reformulée). On regroupe ensuite l ensemble des post-it sur un support (un mur par exemple) afin d avoir une vision globale des idées de chacun. Chaque post-it est lu, et au besoin reformulé afin d être sûr, là encore, que les idées sont clairement comprises par chacun. S en suit un travail collectif d analyse : l ensemble des participant regroupe les post-it qui proposent des idées similaires, faisant ainsi ressortir plusieurs «familles». Certains post-it peuvent se retrouver seuls. Les participants donnent un titre à chaque «famille» d idées ; pour les grandes familles, il est possible de pousser la réflexion afin de les diviser et d être ainsi plus précis ; inversement, les petites familles peuvent intégrer une famille plus large. Ces décisions sont à prendre collectivement. Pour finir, chaque participant choisit les trois familles d idées qui lui paraissent les plus importantes, et les classent par ordre hiérarchique en leur attribuant plus ou moins de points (5 points, 3 points, 1 point). Cela permet de mettre en avant les thématiques les plus importantes aux yeux du groupe et de construire un consensus. Cette méthode peut être utilisée dans la formulation des enjeux de la réforme, des objectifs ou bien encore sur les critères d évaluation. Technique qui permet aux membres du groupe de mieux se connaître, d échanger sur le rôle de chacun, et d ainsi créer une dynamique de groupe Le groupe d intervention mutuelle (GIM) : Les participants sont répartis par groupe de trois ; une personne raconte une expérience de façon descriptive (par exemple une expérience de participation réussie ou ratée) tandis que les deux autres écoutent et prennent des notes ; chacun raconte son expérience pendant environ 7 minutes ; à la suite des trois récits, on ressort les freins et les moteurs de la participation afin de les partager avec le grand groupe et d établir une synthèse. Cet outil peut être utilisé en particulier lors d une première réunion, afin de permettre aux participants de bien se connaître. On peut également y avoir recours pour dégager des pistes d action possible en fonction des objectifs que l on s est fixés (par exemple, si l on souhaite proposer des actions favorisant l ouverture culturelle des enfants, les participants peuvent présenter les actions ratées ou réussies qu ils ont déjà menées dans ce domaine, afin de dégager un type d action à privilégier). 4 Mise à jour : 14 octobre 2013

5 Méthode qui permet de cliver, de faire émerger un conflit Pour qu il y ait concertation, il faut effectivement que, dans un premier temps, les contradictions puissent s exprimer ; elles sont ensuite analysées, faisant ainsi avancer la réflexion collective et permettant de cheminer vers un éventuel consensus. Le débat mouvant : Dans un débat mouvant, une question est soulevée par l animateur du groupe. Ensuite chacun doit se positionner physiquement dans la salle selon qu il est pour ou contre cette affirmation : les participants sont amenés à se mettre debout et se placer, par exemple, en colonne selon qu ils sont «d accord» ou «pas d accord».une fois le positionnement effectué, chaque groupe prépare des arguments qu il expose ensuite à l autre groupe. Chaque groupe présente un à un ses arguments ; certaines personnes peuvent changer de camp en fonction des arguments énoncés et ce, autant de fois qu ils le désirent. Techniques qui permettent d ouvrir la réflexion, de proposer plusieurs idées et d éviter certains écueils : Le brainstorming : L animateur lance une problématique. Les participants suggèrent des idées, celles qui leur passent par la tête. La première phase est d amener une multitude d idées de manière spontanée, dans un temps limité, sans échanges, critiques ou débats (l objectif étant à ce stade de libérer la parole et les idées de chacun). La deuxième phase vise à sélectionner les idées, à les regrouper afin de créer des familles. A cette étape, les échanges et les débats sont encouragés, puisqu ils développent l argumentation, précisent les idées avancées et favorisent la réflexion collective. Le brainstorming inversé : Contrairement au brainstorming, on suggère les éléments, les idées qui vont à l inverse de la réussite : tout ce qui ferait que l action ne se réaliserait pas correctement. Cette méthode permet d anticiper les difficultés et d ainsi favoriser la réussite de l action. 5 Mise à jour : 14 octobre 2013

6 Exemples de mise en pratique : Les méthodes de concertation au cœur de la rédaction du PEDT A chaque étape d élaboration du PEDT, le comité de pilotage peut s appuyer sur des méthodes participatives et de concertation. Par exemple : Pour se présenter : au-delà des classiques tours de table qui permettent à chacun de connaître les noms et fonctions des participants, il peut être intéressant d utiliser la technique du GIM (groupe d interview mutuelle) pour aller plus loin dans les échanges, et surtout découvrir les expériences menées par chacun, ainsi que leurs pratiques professionnelles. Pour identifier les besoins des enfants sur le territoire (caractéristiques du public), le groupe peut procéder à un débat butiné. Pour définir les priorités qui lui semblent les plus importants en matière d éducation (quels sont les objectifs poursuivis? quels sont les effets attendus?), le groupe pourra s appuyer sur un brainstorming ou bien utiliser le diagramme KJ (ou diagramme des affinités) qui permet d aboutir sur une vision commune et partagée. Pour choisir l organisation des journées et de la semaine scolaire, le débat en étoile peut être pertinent : chaque petit groupe doit réfléchir séparément sur l organisation qui lui semble la plus adaptée pour les enfants (quelle durée pour la pause méridienne? sur quel jour est placé la 9 e demi-journée : le mercredi ou le samedi? quels horaires de début et de fin de la journée scolaire? etc.) Pour établir un diagnostic de territoire (inventaire de l offre locale des activités dans les champs culturels, sportifs, artistiques existant avant la réforme) : au-delà de la collecte de données «froides» (chiffres, statistiques ), il peut être intéressant d associer le public concerné via par exemple des questionnaires, des entretiens, des espaces de réflexion collectifs, ou encore un grodébat dans lequel chaque table correspondrait alors à un type d activités : sportives, culturelles (lecture, jeux de société ), artistiques (théâtre, arts plastiques, musique ), scientifiques (éducation à l environnement, expériences ludiques ), etc. Pour trouver de nouvelles actions adaptées à la reforme, on peut procéder à un brainstorming inversé : les idées ainsi émises permettraient de prendre en compte différentes contraintes (liées au territoire, aux financements, aux acteurs, etc.) Pour proposer des actions en réponse aux besoins repérés, les partenaires peuvent, dans un premier temps, présenter les actions qu ils ont déjà menées auprès d enfants en utilisant la méthode du GIM afin d en faire ressortir les éléments qui favorisent la réussite (atteinte des objectifs fixés) ou ceux qu il faut peut-être améliorer. Il est à noter que cette même méthode pourra contribuer à créer un partenariat de qualité entre les enseignants d une part, et les animateurs/intervenants extérieurs d autre part, favorisant ainsi une bonne continuité entre les actions menées en périscolaire, le programme suivi par les enseignants et le projet d école. Pour définir les critères d évaluation, la méthode du diagramme KJ peut être utilisée. 6 Mise à jour : 14 octobre 2013

RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL

RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL Date : Jeudi 30 Mai 2013, Salle du Conseil de l Hôtel de Ville Participants : annexe 1 Déroulement de la réunion 1. Accueil par Monsieur

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

CONSTRUCTION, ANIMATION ET

CONSTRUCTION, ANIMATION ET 2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D'UN ATELIER RECIT Celine Lorenz Réd. Celine Lorenz 14/06/2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D UN ATELIER Ce kit vous permettra de réaliser

Plus en détail

LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES

LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES Ville de Saint André lez Lille LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES Propositions du groupe de travail du groupe scolaire Schuman Groupe scolaire Schuman 1 SOMMAIRE Les enjeux de la réforme Le cahier des charges

Plus en détail

Animer un groupe de parole. Outils et techniques d animation de groupe

Animer un groupe de parole. Outils et techniques d animation de groupe Animer un groupe de parole Outils et techniques d animation de groupe Les techniques et idées listées ci-après ne sont ni exhaustives, ni contraignantes. Le type d animation doit être choisi en fonction

Plus en détail

Mercredi 26 juin 2013 Mairie d Aytré

Mercredi 26 juin 2013 Mairie d Aytré Mercredi 26 juin 2013 Mairie d Aytré Décret 2013-77 du 24 janvier 2013 relatif à l organisation du temps scolaire RAPPEL Ce qui ne change pas 36 semaines d école (180 jours d école) 24 heures d enseignement

Plus en détail

Projet pédagogique. Association des Centres de Loisirs Centre de Loisirs le Clos d'espiès 11, avenue Dr Valois 38610 Gières

Projet pédagogique. Association des Centres de Loisirs Centre de Loisirs le Clos d'espiès 11, avenue Dr Valois 38610 Gières Association des Centres de Loisirs Centre de Loisirs le Clos d'espiès 11, avenue Dr Valois 38610 Gières Projet pédagogique Rappel: définition du Ministère de la jeunesse et des Sports du Centre de Loisirs.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

PEDT Saint Symphorien d ozon 2015-2017

PEDT Saint Symphorien d ozon 2015-2017 PEDT Saint Symphorien d ozon 2015-2017 Réforme des rythmes scolaires OCDE moyenne 187 jours France 144 jours Nombre de jours le plus faible de ces pays. Apprentissages Une concentration du temps inadaptée

Plus en détail

Commune péri-urbaine de 7269 habitants située en Martinique qui compte 980 enfants scolarisés

Commune péri-urbaine de 7269 habitants située en Martinique qui compte 980 enfants scolarisés Commune péri-urbaine de 7269 habitants située en Martinique qui compte 980 enfants scolarisés Projet communal : La commune dispose seule des compétences scolaires, périscolaires et extrascolaires. Elle

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Le nouvel enjeu de la réforme des rythmes scolaires pour les clubs sportifs

Le nouvel enjeu de la réforme des rythmes scolaires pour les clubs sportifs Le nouvel enjeu de la réforme des rythmes scolaires pour les clubs sportifs 1) Aux origines de la réforme des rythmes scolaires Le mauvais classement de la France à l enquête PISA (Programme International

Plus en détail

ANIMATION AUTOUR DU REPAS

ANIMATION AUTOUR DU REPAS ANIMATION AUTOUR DU REPAS Objectifs pédagogiques : - respecter au mieux le rythme des enfants, - rendre l enfant le plus autonome possible, - apprendre à ce dernier à vivre en collectivité (ce qui implique

Plus en détail

COMITE DE PILOTAGE SUR LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES DU 28 JANVIER 2015

COMITE DE PILOTAGE SUR LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES DU 28 JANVIER 2015 COMITE DE PILOTAGE SUR LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES DU 28 JANVIER 2015 Mme DUPONT, ouvre la séance. Mme CHABAGNO, fait un historique de la mise en place des TAP. Présentation des retours des questionnaires,

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 L expression et la participation des personnes concernées sont des sujets consensuels, mais leur mise en œuvre effective

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A :

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau Famille et parentalités Personnes chargées

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE Temps d Activités Périscolaires

PROJET PEDAGOGIQUE Temps d Activités Périscolaires Association Laïque des Accueils de Loisirs Educatifs Quartier de la plaine 40800 Aire sur l Adour PROJET PEDAGOGIQUE Temps d Activités Périscolaires Eugénie Les bains Année 2014/15 Projet pédagogique TAP

Plus en détail

Évaluer par compétences

Évaluer par compétences Évaluer par compétences - Rapport final - Collège Jean Rostand LUXEUIL LES BAINS Résumé du projet : Mise en place progressive d un système d évaluation par compétences en regard du socle commun de connaissances

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 SOMMAIRE I / Préambule II/ Remarques générales et préalables

Plus en détail

Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement. Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités?

Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement. Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités? Organisation et encadrement des activités Modalités d encadrement Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités? Un

Plus en détail

APPEL à PROJETS. Année scolaire 2014-2015

APPEL à PROJETS. Année scolaire 2014-2015 SERVICE ENFANCE- JEUNESSE APPEL à PROJETS Année scolaire 2014-2015 POUR LA MISE EN PLACE D ATELIERS A CARACTERE SPORTIF, ARTISTIQUE ET CULTUREL DANS LE CADRE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES Pour les

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes

PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes 1 Rappel des objectifs du projet associatif : Le projet de la Maison des jeunes s inscrit dans le projet de l APEJ voté par les élus en 2010 : 1.1 Accompagner

Plus en détail

Réforme des rythmes scolaires: Information aux parents de St Manvieu-Norrey. Juillet 2014

Réforme des rythmes scolaires: Information aux parents de St Manvieu-Norrey. Juillet 2014 Réforme des rythmes scolaires: Information aux parents de St Manvieu-Norrey Juillet 2014 De la concertation aux activités Depuis décembre 2013: une large concertation est mise en place avec les parents,

Plus en détail

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports Direction Régionale Caisse d Allocations et Départementale Familiales de la Jeunesse et du Calvados des Sports CAHIER DES CHARGES POUR LES LOISIRS DES PRÉADOLESCENT(E)S ET ADOLESCENT(E)S SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) de Tuteur d entreprise. INTITULÉ

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES A L ECOLE PRIMAIRE

LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES A L ECOLE PRIMAIRE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES A L ECOLE PRIMAIRE Décret n 2013-77 du 24 janvier 2013 1 SOMMAIRE Les textes Pourquoi la réforme? Les objectifs Le cadrage du temps scolaire L obligation de service des

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche DIRECTION DE L ACTION EDUCATIVE ET DE L ENFANCE MCPS/VM 2000/191.11 PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche Préambule MCPS/VM 2000/259.12 La circulaire du 30 novembre 2000 (Bulletin Officiel de

Plus en détail

LES CENTRES DE JEUNES ET DE SÉJOURS DU FESTIVAL D AVIGNON

LES CENTRES DE JEUNES ET DE SÉJOURS DU FESTIVAL D AVIGNON LES CENTRES DE JEUNES ET DE SÉJOURS DU FESTIVAL D AVIGNON QUI SOMMES-NOUS? CDJSFA (Centres de Jeunes et de Séjours du Festival d Avignon) est une association loi 1901, créée en 1959 qui a pour objet de

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

LABEL SPORT ET DEVELOPPEMENT DURABLE

LABEL SPORT ET DEVELOPPEMENT DURABLE LABEL SPORT ET DEVELOPPEMENT DURABLE Guide pratique de demande de label Date : 1 PRESENTATION DU GUIDE PRATIQUE Téléchargeable sur : www.franceolympique.com A- Règlement du Label «Développement durable,

Plus en détail

Guide méthodologique de l accompagnement de projets collectifs en Nord Pas-de-Calais

Guide méthodologique de l accompagnement de projets collectifs en Nord Pas-de-Calais Guide méthodologique de l accompagnement de projets collectifs en Nord Pas-de-Calais Extrait de l étude : «La Diversification des Activités Agricoles et son Insertion dans les Territoires Ruraux» L analyse

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

Projet Pédagogique Centre Social Intercommunal de Guérigny ACCUEILS DE LOISIRS Maternels (3-6 ans) Primaires (6-12 ans)

Projet Pédagogique Centre Social Intercommunal de Guérigny ACCUEILS DE LOISIRS Maternels (3-6 ans) Primaires (6-12 ans) Projet Pédagogique Centre Social Intercommunal de Guérigny ACCUEILS DE LOISIRS Maternels (3-6 ans) Primaires (6-12 ans) 1- Présentation du projet éducatif du CSI de Guérigny: Le Centre Social Intercommunal

Plus en détail

RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES

RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES Phase de consultation Le conseil municipal, après avoir consulté la communauté éducative, a décidé de reporter la mise en place de la réforme des rythmes scolaires en 2014

Plus en détail

Le projet éducatif local

Le projet éducatif local Plan départemental Autour des Questions portant sur l Enfance et la Jeunesse Le projet éducatif local Cet outil a vocation à sensibiliser les acteurs locaux à l intérêt d inscrire leur territoire dans

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT-SULPICE LA POINTE LES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES RENTREE 2014. Elaboré par la Direction des actions aux Publics Commune (24-05-2014)

COMMUNE DE SAINT-SULPICE LA POINTE LES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES RENTREE 2014. Elaboré par la Direction des actions aux Publics Commune (24-05-2014) COMMUNE DE SAINT-SULPICE LA POINTE LES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES RENTREE 2014 Elaboré par la Direction des actions aux Publics Commune (24-05-2014) 1 PRESENTATION La réforme relative à l organisation

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LE JARDIN D ENFANTS

PROJET EDUCATIF LE JARDIN D ENFANTS PROJET EDUCATIF LE JARDIN D ENFANTS A) Le public concerné Le jardin d enfants est un lieu d accueil pour les enfants de 2,5ans à 4 ans, scolarisés à temps plein en 1 ère année d école maternelle. Il fonctionne

Plus en détail

Guide de la réforme des rythmes scolaires.

Guide de la réforme des rythmes scolaires. Guide de la réforme des rythmes scolaires. Commission management Réseau Petites Villes JANVIER 2014 Page 1 SOMMAIRE PREAMBULE Références de la réforme : p.3 I CADRE DE LA REFORME p.4 1) Principes de la

Plus en détail

Elaboration du Projet Educatif Local 2012-2015

Elaboration du Projet Educatif Local 2012-2015 Communauté de communes de l Ile d Oléron Elaboration du Projet Educatif Local 2012-2015 Mise en place des groupes thématiques Mercredi 24 octobre 2012 LES INSTANCES GLOBALES D ELABORATION ET DE DECISION

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT DE BOUJAILLES-COURVIERES. Année 2015 Vacances scolaires d'hiver, d été et d automne 2015.

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT DE BOUJAILLES-COURVIERES. Année 2015 Vacances scolaires d'hiver, d été et d automne 2015. PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT DE BOUJAILLES-COURVIERES Année 2015 Vacances scolaires d'hiver, d été et d automne 2015. Projet écrit par Elizabeth BOULAIN 1 LE CONTEXTE : Depuis

Plus en détail

Le Centre de Loisirs Associé à l Ecole (C.L.A.E) Fédération des Œuvres Laïque du Maine et Loire

Le Centre de Loisirs Associé à l Ecole (C.L.A.E) Fédération des Œuvres Laïque du Maine et Loire Le Centre de Loisirs Associé à l Ecole (C.L.A.E) Page 1 sur 8 Le CLAE, «centre de loisirs associé à l école», est une forme particulière d accueil de loisirs, imaginé dans les années 1970 par des enseignants

Plus en détail

Écrire le scénario d'une vidéo 1jour1question avec sa classe?

Écrire le scénario d'une vidéo 1jour1question avec sa classe? Écrire le scénario d'une vidéo 1jour1question avec sa classe? LE PROJET Tout au long de sa scolarité, l élève reçoit une éducation aux médias et à l information. Au cycle 3, les enseignants peuvent s appuyer

Plus en détail

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège La loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l école de la République confie

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous quelques propositions et pistes de travail pour vous aider à accueillir au mieux des «Enfants du Voyage» dans votre école.

Vous trouverez ci-dessous quelques propositions et pistes de travail pour vous aider à accueillir au mieux des «Enfants du Voyage» dans votre école. ACCUEILLIR ET ACCOMPAGNER LES «ENFANTS DU VOYAGE» A L ECOLE «Si je veux réussir à accompagner un être vers un but précis, je dois le chercher là où il est, et commencer là, justement là» S.Kierkegaard

Plus en détail

BTS. Assistant de manager. Lycée public de Saint-Just CADRE DE TRAVAIL FORMATION & EPREUVES

BTS. Assistant de manager. Lycée public de Saint-Just CADRE DE TRAVAIL FORMATION & EPREUVES BTS Assistant de manager Lycée public de Saint-Just CADRE DE TRAVAIL FORMATION & EPREUVES Formation 1. FINALITES ET APS Les enseignements de finalités permettent d acquérir un ensemble de compétences professionnelles,

Plus en détail

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse SOMMAIRE Préambule...2 Principes...6 Finalités et valeurs éducatives...7 Axes de développement...10 Synthèse du diagnostic PEL mené en 2009...10 4 axes de développement pour 2010-2014...11 Instances de

Plus en détail

Les Fiches techniques

Les Fiches techniques Les Fiches techniques LES PORTES DU TEMPS en Languedoc Roussillon Sommaire Les Portes du Temps : Qu est ce que c est?... 2 Mode d emploi. 3 Comment y participer?..... 4 Fiche technique Gestionnaires d

Plus en détail

Document d accompagnement

Document d accompagnement Document d accompagnement Plateforme pédagogique Autour de Wadjda Projet professionnel Master 1 ingénierie des médias pour l éducation Alexandre Bibiano, Claire Billerot, Maïlys Mével, Pascaline Roussel

Plus en détail

FORMATION L ENFANT ET LE JEU

FORMATION L ENFANT ET LE JEU FORMATION L ENFANT ET LE JEU Le jeu est au cœur du métier de l animateur car il est un moyen de connaître, de comprendre et d accompagner l enfant dans son développement. Les enjeux éducatifs liés au jeu

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Chambre des associations PJ2I Mars 2012

Chambre des associations PJ2I Mars 2012 Le projet démarre en 2008, la Cda participe en tant que membre de la Mission d'accueil et d'information des Associations (MAIA) du Val de Marne à une étude sur l engagement bénévole des jeunes de 16-25

Plus en détail

REPERES METHODOLOGIQUES

REPERES METHODOLOGIQUES REFORME DES RYTHMES EDUCATIFS DANS LE CANTAL REPERES METHODOLOGIQUES ELABORER, METTRE EN OEUVRE ET SUIVRE UN PROJET EDUCATIF TERRITORIAL PREFET DU CANTAL Direction Départementale de la Cohésion Sociale

Plus en détail

CHSCT CENTRAL Le 15 novembre 2000 SOCOTEC SA. Objet : PROCES-VERBAL DE REUNION DE CHSCT CENTRAL DU 4 MAI 2000

CHSCT CENTRAL Le 15 novembre 2000 SOCOTEC SA. Objet : PROCES-VERBAL DE REUNION DE CHSCT CENTRAL DU 4 MAI 2000 CHSCT CENTRAL Le 15 novembre 2000 SOCOTEC SA Objet : PROCES-VERBAL DE REUNION DE CHSCT CENTRAL DU 4 MAI 2000 Class t Ordre du jour 035 B 1 Approbation des procès-verbaux des réunions des 9 et 29 novembre

Plus en détail

PROJET PÉDAGOGIQUE Accueil de Loisirs Associé à l Ecole (3/11 ans) de Villaudric

PROJET PÉDAGOGIQUE Accueil de Loisirs Associé à l Ecole (3/11 ans) de Villaudric PROJET PÉDAGOGIQUE Accueil de Loisirs Associé à l Ecole (3/11 ans) de Villaudric INTRODUCTION La municipalité de Villaudric, soucieuse de mettre en place un service Enfance Jeunesse cohérent sur son territoire,

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL PROJET EDUCATIF TERRITORIAL DDCSPP LA RÉGLEMENTATION DES ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES Journées décentralisées 2013 PEDT/Rythmes scolaires Soustons, Haut-Mauco, Labrit, Mimizan LES MODALITÉS D ACCUEIL DES ENFANTS

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

Commune de Plonévez-Porzay. Réforme des rythmes scolaires. Avant-projet communal

Commune de Plonévez-Porzay. Réforme des rythmes scolaires. Avant-projet communal Commune de Plonévez-Porzay Réforme des rythmes scolaires Avant-projet communal 14 mars 2013 1 - Organisation de la semaine scolaire Cadre horaire: Une journée de classe de 5H30 maximum. Une demi-journée

Plus en détail

Compte-rendu. Rencontre d échanges thématique. "Impliquer les jeunes dans le cadre de la mise en œuvre d un chantier " Vendredi 14 Mars 2014 - Kpalimé

Compte-rendu. Rencontre d échanges thématique. Impliquer les jeunes dans le cadre de la mise en œuvre d un chantier  Vendredi 14 Mars 2014 - Kpalimé Compte-rendu Rencontre d échanges thématique "Impliquer les jeunes dans le cadre de la mise en œuvre d un chantier " Vendredi 14 Mars 2014 - Kpalimé Jeudi 20 Mars 2014 Lomé Espace Volontariats Togo Rédigée

Plus en détail

Projet Educatif Territorial Commune de Laroche St Cydroine

Projet Educatif Territorial Commune de Laroche St Cydroine Projet Educatif Territorial Commune de Laroche St Cydroine Introduction La manière dont l enfant met à profit son temps libre en dehors du temps est importante pour : - sa réussite, - l épanouissement

Plus en détail

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION Introduction Dans la recherche de développement de l association, la création d une nouvelle section est une des solutions

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

Mode d emploi des indicateurs

Mode d emploi des indicateurs INDICATEURS RETENUS ET MODE D EMPLOI Projet IPPE Construction d indicateurs de la participation des parents dans l enseignement obligatoire Version définitive Mode d emploi des indicateurs Ce mode d emploi

Plus en détail

Centre d Action Jeunesse

Centre d Action Jeunesse 1 Centre d Action Jeunesse 2 PREAMBULE L intégration des jeunes à leur ville est un souci permanent pour tout responsable de la jeunesse. Il s agit d aider le jeune citoyen à devenir progressivement un

Plus en détail

La rédaction du rapport d expérience en situations d accompagnement : Guide méthodologique

La rédaction du rapport d expérience en situations d accompagnement : Guide méthodologique La rédaction du rapport d expérience en situations d accompagnement : Guide méthodologique Ce rapport est à rédiger à la fin de votre parcours de formation. Il conditionne l obtention du diplôme. Il est

Plus en détail

Une résidence-mission sur le territoire

Une résidence-mission sur le territoire La Direction Régionale des Affaires Culturelles du Nord Pas-de-Calais, Le Pôle de Recherche et d Enseignement Supérieur Université Lille Nord de France (PRES ULNF), en partenariat avec L Université du

Plus en détail

COMPTE RENDU DE REUNION 15 DECEMBRE 2015 COMITE DE PILOTAGE

COMPTE RENDU DE REUNION 15 DECEMBRE 2015 COMITE DE PILOTAGE COMPTE RENDU DE REUNION 15 DECEMBRE 2015 COMITE DE PILOTAGE Objet : REFORME DES RYTMES SCOLAIRES BILAN DU 1 ER TRIMESTRE 2014-2015 Présents : La Municipalité : M. JUBAULT, Maire de Varennes-Jarcy M. DARMON,

Plus en détail

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes)

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) COFOR SANTE Des interventions* en : - Communication - Management - Relation client - Qualité - Gestion Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) * cf. nos programmes

Plus en détail

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION ACADEMIE DE POITIERS Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles Concours externe - Session 2014 PREMIERE EPREUVE D ADMISSION Statistiques Discipline Moyenne Ecart-type NB candidats

Plus en détail

Rencontres avec les collectivités ayant mis en place la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2013

Rencontres avec les collectivités ayant mis en place la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2013 Rencontres avec les collectivités ayant mis en place la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2013 Rencontres des 23 et 30 septembre 2013 Direction des Services Départementaux de l Education Nationale

Plus en détail

Prévention Risques Professionnels

Prévention Risques Professionnels Prévention Risques Professionnels Évaluation des risques professionnels Aide à la réalisation du Document Unique Aide à la réalisation du Document Unique 2 Objectifs Vous présenter le contexte de l évaluation

Plus en détail

Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté

Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté I - Définition du Projet Territorial Concerté - PTC Le "Projet Territorial Concerté" est une démarche de coopération et de mutualisation des

Plus en détail

Charte d'engagements réciproques. Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial

Charte d'engagements réciproques. Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial Direction départementale de la cohésion sociale - Vienne Charte d'engagements réciproques Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial Ecole

Plus en détail

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille L actuelle loi scolaire prévoit que l école «seconde» la famille en matière d éducation. L avant-projet lui donne un rôle «complémentaire» à celui des parents en matière d éducation. L école doit en effet

Plus en détail

Animation de la vie sociale

Animation de la vie sociale Animation de la vie sociale Pour un projet social répondant aux critères d agrément Document à l usage des gestionnaires des structures Département des Interventions Sociales Document réalisé par les Pôles

Plus en détail

Rentrée scolaire 2015-2016. Campagne d inscriptions aux activités périscolaires. du 1er juin au 4 juillet 2015 inclus

Rentrée scolaire 2015-2016. Campagne d inscriptions aux activités périscolaires. du 1er juin au 4 juillet 2015 inclus Rentrée scolaire 2015-2016 Campagne d inscriptions aux activités périscolaires du 1er juin au 4 juillet 2015 inclus Edito Chers parents, Vos enfants sont bien souvent les personnes qui comptent le plus

Plus en détail

Les petites lanternes magiques

Les petites lanternes magiques FESTIVAL DU FILM D ANIMATION SCOLAIRE Les petites lanternes magiques Juin 2008, Tournefeuille, cinéma Utopia Le G.R.A.P.E & La Menagerie Pour la troisième édition du Festival Les Petites Lanternes Magiques,

Plus en détail

- SERVICE JEUNESSE - Projet pédagogique et de fonctionnement 2012/2013

- SERVICE JEUNESSE - Projet pédagogique et de fonctionnement 2012/2013 Mairie de La Flocellière Service Animation Enfance - Jeunesse 1 - SERVICE JEUNESSE - Projet pédagogique et de fonctionnement 2012/2013 Les caractéristiques Les objectifs pédagogiques Le rôle de l animateur

Plus en détail

Suivi-évaluation. Fiches outils. Piloter l action par la décision, Eclairer la décision par l action

Suivi-évaluation. Fiches outils. Piloter l action par la décision, Eclairer la décision par l action Suivi-évaluation Fiches outils Piloter l action par la décision, Eclairer la décision par l action La société SEVALPRO SAS, filiale du groupe MGDIS créée en Janvier 2010, consacre son activité à la réalisation

Plus en détail

1. Pourquoi organiser une réunion de concertation?

1. Pourquoi organiser une réunion de concertation? MODALITÉS D ÉCHANGES AVEC LES PARTIES PRENANTES : LES RÉUNIONS DE CONCERTATION FICHE N 3 Informer préalablement les parties prenantes sur l objet, les caractéristiques, les enjeux et objectifs, les plusvalues

Plus en détail

Sponsoring et mécénat

Sponsoring et mécénat Sponsoring et mécénat Sponsoring : association à un événement (retomber commercial) Mécénat : aide (mais pas forcement de retomber médiatique, publique restreint ) Introduction : Il existe un démarche

Plus en détail

Objectifs linguistiques : enrichir le vocabulaire lié aux médias, faire des hypothèses, formuler des questions.

Objectifs linguistiques : enrichir le vocabulaire lié aux médias, faire des hypothèses, formuler des questions. Bandesannonces Caractéristiques générales : 1. Résumé du contenu d une émission, d un programme en images avec une voix off. 2. Date, heure de diffusion. 3. Nom de l émission, du programme, nom des personnes

Plus en détail

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE L ENQUETE SOCIALE en neuf pas... Une enquête sociale, qu est-ce que c est? Une enquête sociale, pourquoi? Qui fait l

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

OBSTACLES ET REUSSITES

OBSTACLES ET REUSSITES OBSTACLES ET REUSSITES Description de l obstacle Pistes de résolution COMPETENCE : COMPRENDRE A L ORAL Comprendre des consignes orales Tout au long de la journée, utiliser des mots de vocabulaire simples

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR

RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR RAM de l Albigeois-Règlement intérieur-version adoptée le 3 juillet 2012 Page 1 PREAMBULE Le territoire de la communauté d'agglomération

Plus en détail

Les TPE (Travaux Personnels Encadrés) Fiche outil

Les TPE (Travaux Personnels Encadrés) Fiche outil Nature de l épreuve : Les TPE (Travaux Personnels Encadrés) Fiche outil Vous travaillerez en équipe de 2 à 4 élèves sur un sujet de votre choix tiré d un des thèmes proposés dans votre série et impliquant

Plus en détail

PARTICIPATION DES HABITANTS

PARTICIPATION DES HABITANTS Synthèse des rencontres de réseau «Conseil Citoyen» Les 25.02.2016 (Pas-de-Calais) et 24.03.2016 (Nord) Ces deux rencontres de réseau, organisées au siège de la Communauté d Agglomération d Hénin- Carvin

Plus en détail

Refondation de l él. école Réforme des rythmes scolaires

Refondation de l él. école Réforme des rythmes scolaires Refondation de l él école Réforme des rythmes scolaires 1 Réforme des rythmes scolaires Textes de référence Loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l école

Plus en détail

Préconisations. pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I

Préconisations. pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I Préconisations pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I Enjeux principaux Diversité et attractivité Les enjeux liés à l existence d espaces d expressions des cultures

Plus en détail

ORGANISATION DU PPP année 2012 2013 (C. Ospital)

ORGANISATION DU PPP année 2012 2013 (C. Ospital) ORGANISATION DU PPP année 2012 2013 (C. Ospital) (document transmis aux étudiants et à l équipe pédagogique : à conserver) Cette année ont été prévues des séances de TD plutôt que des séances d amphi pour

Plus en détail

RP2 / Lecture publique : empilement des compétences et des financements ou vraies complémentarités?

RP2 / Lecture publique : empilement des compétences et des financements ou vraies complémentarités? RP2 / Lecture publique : empilement des compétences et des financements ou vraies complémentarités? Animateur : Vice-président de l Association des bibliothécaires de France Deux thèmes apparaissent prégnants

Plus en détail

Réunions et entretiens

Réunions et entretiens Réunions et entretiens Quelques conseils! Introduction Notre métier de consultant s inscrit essentiellement dans une dynamique relationnelle entre les divers acteurs de l entreprise concernés par les Systèmes

Plus en détail