Cours d Electromagnétisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours d Electromagnétisme"

Transcription

1 Année Universitaire Licence de Physique (S4) Cours d Electromagnétisme Chargé du Cours : M. Gagou Yaovi Maître de Conférences, HDR à l Université de Picardie Jules Verne, Amiens 1

2 Table des matières 1 Rappels d électrocinétique Notion de courant électrique Vecteur densité de courant et intensité du courant Conservation de la charge Loi d Ohm Champ d induction magnétique créé par un courant électrique Introduction Loi de Biot et Savart Théorème d Ampère Circulation du vecteur induction Généralisation du théorème d Ampère Equation de Maxwell-Ampère Théorème de Stokes Equation de Maxwell-Ampère Potentiel vecteur de l induction magnétostatique B est créé par un courant filiforme B est créé par un courant non filiforme Courant surfacique Courant volumique Remarque Conclusion Conservation du flux d induction Dipôle magnétique Définition Potentiel scalaire et induction magnétique créés par un dipôle magnétique Forces électromagnétiques Loi fondamentale de Laplace Travail des forces électromagnétiques Energie potentielle électromagnétique Régime quasi-stationnaire Introduction Force électromotrice d induction Hypothèses Circulation du champ électromoteur Induction électromagnétique - LOI DE FARADAY Loi de Faraday Sens du courant induit : Loi de Lenz Phénomènes d induction dans un circuit fixe placé dans un champ B variable

3 2.4.1 Expression mathématique du champ électromoteur Extension de la notion de champ électrique Relation de Maxwell-Faraday Coefficient d induction mixte Inductance propre et inductance mutuelle Principe de conservation de la charge Loi d Ohm en régime quasi-stationnaire Conclusion Energie électromagnétiques Définition Energie électromagnétique dans un circuit unique Cas de deux circuits filiformes (c 1 ) et (c 2 ) Généralisation Densité volumique d énergie électromagnétique Energie électromagnétique Localisation de l énergie électromagnétique : densité d énergie électromagnétique Energie électromagnétique dans le cas des circuits non filiformes Introduction 27 4 Série de Fourier Définitions Représentation Complexe Représentation spectrale Harmoniques Spectre Symétrie et Changement de l origine des temps Etude du circuit [R,L,C] série Méthode de Fresnel Notation en Complexe Valeur maximale, Valeur efficace Puissance Instantanée, Puissance moyenne Puissance active, Puissance réactive Rappels Champs stationnaires Champs quasi-stationnaires Régimes Variables (rapidement) Passage en régime variable

4 7.1.1 Difficultés d ordre mathématique Difficultés d ordre physique Que se passe-t-il réellement entre les armatures du condensateur? L équation de Maxwell-Ampère, Résumé des Equations de Maxwell Justification des Equations de Maxwell Les potentiels Equation de propagation du champ Cas général Cas où le milieu est considéré comme un diélectrique parfait Equations aux dimensions de ǫµ Les potentiels : Conditions de Lorentz Cas général d un milieu quelconque Définition d une onde plane Onde plane se propageant suivant un axe (Oz) Caractère transversale de l onde Relation entre les champs E et B Integration des équations de propagation Détermination de la composante (E x (z,t)) Détermination de B y (z,t) Détérmination de l onde (E y (z,t), B x (z,t)) Discussions Ondes progressives et régréssives Propriétés de l onde progressive Cas général : Onde plane de direction quelconque Notion de polarisation Définitions O.E.M. plane sinusoïdale et polarisée rectilignement Propagation suivant une direction quelconque Cas particulier d une propagation suivant Oz O.E.M. plane sinusoïdale et polarisée circulairement et elliptiquement Onde plane sinusoïdale se propageant rectilignement (notations complexes) Rappels 54 4

5 18 Calcul de l énergie électromagnétique Causes de la variation de l énergie électromagnétique Méthode de calcul Discussion Conservation de l énergie électromagnétique Cas d un volume non chargé Cas d un volume chargé

6 Chapitre 1 RAPPELS ET COMPLEMENTS DE MAGNETOSTATIQUE 1 Rappels d électrocinétique 1.1 Notion de courant électrique L ensemble des électrons d un conducteur peuvent être répartie en deux catégories : charges fixes fortement liées au noyau et les électrons de conduction. Tout ceci constitue un ensemble électriquement neutre avec une moyenne de vitesse nulle en l absence de champ électrique appliqué. En présence d un champ électrique constant E, les charges sont soumises à des électriques F = qe (1) et à des forces de frottement F r dues à des collisions des électrons contre les ions. Un état de régime s établit où les charges q sont animées d un mouvement d ensemble de vitesse v : c est le courant électrique. 1.2 Vecteur densité de courant et intensité du courant Soit ρ la quantité de charges mobiles par unité de volume. Pendant un intervalle de temps dt suffisamment petit les charges mobiles qui ont traversé l élément de surface ds sont contenues dans un petit volume cylindrique dτ de base ds et de génératrice parallèle à v. On a : dτ contient la charge, dτ = ds. vdt = v. ndsdt (2) dq = ρdτ = ρ v. ndsdt (3) Par définition, on appelle vecteur densité de courant au point M, le vecteur j = ρ v (4) par définition on appelle intensité du courant traversant l élément ds la grandeur : on en déduit : di = dq dt = j. ds = j. nds (5) I = Σ j. ds (6) Si dq est la charge ayant traversée le circuit pendant dt alors on a : I = dq dt 6

7 1.3 Conservation de la charge Soit Σ une surface entièrement fermée prise à l intérieur du conducteur et délimitant le volume τ, soit n la normale à la surface en tout point. L intensité du courant I ayant traversé Σ sera : I = j. nds = dq dt Σ où Q est la charge contenue dans D (le signe - pour traduire la diminution de charge dans τ due aux charges sortantes du conducteur). Or, Q = D ρ.dτ donc ρ j. nds = Σ D.dτ Par ailleurs d après le théorème de Green Ostrogradski, alors, on en déduit, Σ D j. nds = D div( j)dτ (div j + ρ )dτ = 0 (7) div j = ρ (8) En régime stationnaire ρ est partout constant dans le conducteur et alors div j = 0 (courant conctant). 1.4 Loi d Ohm F e = q. E est la force dont est soumisse la charge q en tout point du conducteur. E dérive du potentiel appliqué au conducteur. Ces charges sont soumises aussi aux forces de frottement : F r = λ v en regime permanent, v=constante et le PFD s écrit : m dv dt = F e + F r Conclusion : soit q. E λ v = 0 v = q λ E 7

8 d où j = ρ v = ρq λ E = σ E (9) avec σ = ρq Cette relation (loi d Ohm) indique que le vecteur j est colinéaire au champ E et donc lui λ est proportionnel. σ est appelé conductivité du matériaux. La quantité γ = 1 est appelé résistivité σ du matériaux. Les grandeurs γ et σ permettent de classer les matériaux en trois types : isolant, semi-conducteurs et conducteurs. 1.5 Champ d induction magnétique créé par un courant électrique Introduction La force électrostatique sur une charge q placée dans un champ électrique E est : F = q E L expérience montre que si q se déplace à la vitesse v 0, elle engendre en plus du champ E un champ d induction magnétique B. Lorentz a montré qu une particule de charge q se déplaçant à la vitesse v en présence des champs E et B créés par une charge quelconque Q, subit la force F = q.( E + v B) (10) A la force d origine électrostatique s est donc ajoutée une force d origine magnetique F m = q. v B. Le courant électrique étant la circulation de charges électriques, il en résulte qu un circuit éléctrique parcouru par une charge électrique produira en tout point M un champ d induction magnétique B et que l action de ce champ sur un autre circuit se traduira par l apparition de forces s exerçant sur ce circuit Loi de Biot et Savart a) Courant filiforme Considérons un fil métallique dans le plan π, dl = PP. Par definition la quantité Idl est appelé élément de courant au point P. Soit M un point quelconque de l espace tel que PM = r = r u, alors l élément de courant Idl crée au point M un vecteur induction magnétique élémentaire db dont : - le support est perpendiculaire au plan défini par (Idl, PM) - le sens est tel que le trièdre ( dl, r, db) soit direct - le module est défini par : db = µ 0I 4πr 2dlsinθ, où θ désigne l angle ( dl, u), µ 0 est la perméabilité du vide. Vectoriellement on écrit : db = µ 0I 4πr 3 dl r = µ 0I 4πr 2 dl u (11) 8

9 L induction magnétique B créée en un point M par un circuit filiforme fermé s obtient par intégration de la relation précédente. B = db Exemple : Un fil rectiligne infini traversé par un courant I crée en un point M situé à une distance a du fil crée l induction magnétique B de module : (c) B = µ 0I 2πa (12) Le sens de B est donné par la règle du tire-bouchon ou celle des trois doigts de la main. b) Courant surfacique Soit k le vecteur densité surfacique de courant, l élement de courant au point de la surface crée au point M un champs magnétique : En intégrant sur la surface on a : B = db = µ 0 k r ds (13) 4π r 3 (c) db = (c) µ 0 k r ds 4π r 3 c) Courant volumique Un volume élémentaire cylindrique de section ds est traversé par un courant di = j. ds. L élément de courant au point P pris à l intérieur du conducteur est alors di. dl = j. ds. dl = j.dτ on en deduit : d où, 1.6 Théorème d Ampère B = Circulation du vecteur induction (c) db = µ 0 j r dτ 4π r 3 db = (c) µ 0 j r dτ (14) 4π r 3 Soit Γ le cercle de rayon r centré en un point d un fil infini traversé par le courant I. Le sens de parcours de Γ étant choisi de sorte que le courant I entre par sa face sud et sorte par le nord. B = B r B θ B z = 0 µ 0 I 2πr 0 9

10 La circulation du vecteur induction magnétique B le long de Γ s écrit : C = B. dm µ 0 I = B θ.r.dθ = 2πr.r.dθ = µ 0I (15) on peut écrire aussi : (Γ) (Γ) C = (Γ) (Γ) H. dm = I car H = B µ 0, qui est vecteur exitation du champ magnétique ou (champ magnétique, tout court ) Généralisation du théorème d Ampère Cas d une distribution de courant filiforme Soit (Γ) le contour fermé enlaçant certains courants; la circulation du vecteur induction magnétique s écrit : C = (Γ) B. dm = µ 0 (±In ) (16) les courants sud-nord sont comptés positivement et les nord-sud négativement. Cas d une distribution de courant non filiforme C = B. dm = µ Equation de Maxwell-Ampère Théorème de Stokes Hypothèses : (Γ) (Σ) j. ds (17) a.) Soit (Σ) une portion de surface délimitée par un contour (Γ); on suppose que cette surface et continument orientable et que le contour fermé (Γ) est orienté par la règle du tire-bouchon. b.) Soit A(M) un champ vectoriel continu sur (Σ) (Γ) et possédant des dérivées partielles premières continues en tout point de (Σ) : Le théorème de Stokes stipule que la circulation du vecteur A(M) le long de la courbe (Γ) est égal au flux du rotationnel de A(M) à travers la surface orientée (Σ); c est à dire : A(M). dm = rot A(M). ds (18) remarque : cas général soit, (Γ) rot A(M). ds = A(M). n.ds = ds(, A, n) = ds( n ). A est une grandeur (physique ou mathématique) quelconque (Γ) (Σ) dm = ds( n ) (19) (Σ) 10

11 1.7.2 Equation de Maxwell-Ampère D après Stokes on peut écrire : on en déduit que : d où (Γ) (Γ) Σ B. dm = µ 0 Σ j. ds B dm = rot B. ds Σ rot B. ds = Σ µ 0 j. ds rot B = µ 0 j (20) 1.8 Potentiel vecteur de l induction magnétostatique B est créé par un courant filiforme Posons db = µ 0I 4πr 3 dl r alors db = da = rot( da) On en déduit que B = db = rot( da) (c) (c) c est à dire : B = rot A avec A = µ 0I 4π (c) B est créé par un courant non filiforme Courant surfacique da = µ 0I dl 4πr (21) dl r da = µ 0I kds 4π r avec k=vecteur densité surfacique de courant. On deduit A = µ 0I 4π (c) k ds (22) r 11

12 1.8.4 Courant volumique da = µ 0I didl avec di = j ds 4π r = µ 0I j dτd où 4π r da = µ 0I 4π j ds. dl r A = µ 0I 4π (c) j dτ (23) r Remarque Dans tous les cas A est défini à un gradient près. En effet, si A = A+ gradf alors B = rot A = rot A Conclusion Comme pour E ( E = gradv) on a : B = rot A A et V ont grossomodo la même forme. et Enfin, de rot( B) = µ 0 j et B = rot A on a : ( A) = µ 0 j (. A) (. ) A = µ 0 j grad(div A) A = µ 0 j soit, V = 1 ρ dτ (24) 4πǫ 0 (c) r A = µ 0I 4π (c) j dτ (25) r A+µ 0 j = 0 (26) 1.9 Conservation du flux d induction Puisque B = rot A, on a div B = div( rot A) = 0 (27) B est à flux conservateur c est à dire : Σ B. ds = Cste 12

13 1.10 Dipôle magnétique Définition C est une boucle (spire) traversée par un courant I et dont les dimensions sont très petites devant la distance r séparant le centre de la spire et un point M de l espace choisi pour étude. Soit S la surface de cette spire, par définition, le moment magnétique de la spire est : M = I S = IS n, pour N spires on a : M = NIS n Potentiel scalaire et induction magnétique créés par un dipôle magnétique L élément Idl de la spire crée en M une induction magnétique : db = µ 0I 4πr 3 dl r Soit B = µ 0I dl r 4π r 3 Imaginons un déplacement élémentaire dλ = MM du point M. La circulation infinitésimale de B s écrit : dc = B. dλ = µ 0I dλ. 4π dc = µ 0I 4π (c) (c) dl r r 3 dλ.( dl r r 3 ) (28) soit dc = µ 0I 4π (c) dl ( dλ) ). r r (29) 3 Quand l on passe de M pour aller en M, l angle solide Ω sous lequel de M on voit la spire, change de dω : or dω = (c) ( dl dλ) r 3 ). r alors Si nous posons V = µ 0I Ω, alors on peut écrire : 4π dc = dv, soit B. dλ = gradv. dλ dc = µ 0I dω (30) 4π B = gradv (31) Pardéfinition,V estlepotentielscalairemagnétostatiquedontdérivelevecteurinductionmagnétique B. Remarque : Géométriquement, Ω est l angle solide sous lequel on voit la face sud du dipôle magnétique S. r Ω = 4πr 3 on déduit V = µ 0I. M. r 4π r 3 13

14 1.11 Forces électromagnétiques Loi fondamentale de Laplace L expérience montre qu un petit élément de courant I dl placé dans une région où règne un champ magnétique B créé par un courant indépendant de I, subit la force : Travail des forces électromagnétiques a) Flux d induction magnétique df = I. dl B (32) Par définition, le flux ϕ du vecteur à travers une surface (S) est défini par : ϕ = (S) B. ds = (S) rot A. ds = (Γ) A. dl (33) Si (Γ) est un circuit (C) parcouru par un courant I, alors on parle de flux de B à travers (S). Si on lui fait subir un déplacement élémentaire dλ, le travail de la force magnétique agissant sur I dl est δ 2 W = df. dλ δ 2 W = I( dl B). dλ δ 2 W = I( dλ dl). B δ 2 W = Id 2 Σ. B(avec)( d 2 Σ = dλ dl) δ 2 W = Id 2 Σ. B δ 2 W = Id 2 ϕ c (34) ϕ c est le flux coupé par l élément de courant I dl au cours de son déplacement sur (C). On déduit : Le travail total mis en jeu est : avec ϕ c est la variation du flux entre deux positions M et M. a) Force et couple subis par les circuits mobiles De δw = F. dm = F x.dx+f y.dy +F z.dz (en repère cartésien) et δw = Idϕ c = I( ϕc ϕc ϕc dx+ dy + dz) x y z on déduit : δw = Idϕ c (35) W = I ϕ c (36) F x = I ϕ c x,f y = I ϕ c y,f z = I ϕ c z (37) 14

15 b) Dipôle magnétique dans un champ extérieur Soit un dipole magnétique (C) d axe parallèle à B. Déplaçons (C) dans la direction de son axe d une distance dλ. On a : dϕ = 0 δw = 0 Par conséquent, la résultante des forces appliquées est nulle. Tout se passe comme si (C) est soumis à un couple de force tendant à le touner de façon à rendre n B Au cours d une rotation dθ le travail des forces magnétiques est : δw = Γdθ (Γ est le moment du Couple) δw = Γdϕ où ϕ = B. S = BScosθ On a : Γdθ = ISBsinθdθ d où Γ = ISBsinθ = I dϕ dθ (38) On peut remarquer que cette écriture est la même chose que : Γ = M B (39) Energie potentielle électromagnétique δw = F. dλ = I.dϕ = de p On en déduit : Ep = I.ϕ (40) Un dipôle magnétique plongé dans un champ magnétique extérieur B est le siège d une énergie potentielle électromagnétique qui s écrit sous la forme : Comme δw = F. dλ alors E p = M. B (41) F = gradep = M. B = M. B (42) 15

16 Chapitre 2 ETUDE DES REGIMES QUASI-STATIONNAIRES 2 Régime quasi-stationnaire 2.1 Introduction Ce sont des régimes lentement (quasiment) variables pour que les lois en régime stationnaire puissent être appliquées instantanément. 2.2 Force électromotrice d induction Hypothèses Soit dans un référentiel galiléen (R) un circuit (C) parcouru par un courant d intensité I, et placé dans un champ induction magnétique B (uniforme et constant). Une charge quelconque q de (C) se déplace à la vitesse v a par rapport à (R). On peut écrire v a = v r + v e où v r et v e sont respectivement, les vitesses relative et d entrainement de q par rapport au référentiel (R). La charge q est soumise à la force de Laplace F = q v a B = q( v r + v e ) B (43) Posons E m = v a B = ( v r + v e ) B On a alors F = q E m (44) E m est par définition, le champ électromoteur Circulation du champ électromoteur Considérons un déplacement élémentaire dl = v r dt de chaque charge dans le circuit (C). On a par définition : dc = E m. dl dc = ( v r + v e ) B. dl dc = ( v r, B, dl)+( v e, B, dl) dc = ( v e, B, dl) 16

17 car le premier terme est nul (dl v e ) dc = ( v e dl). B d où C = (c) E m. dl = ( v e dl). B (45) (c) Remarque : pendant l intervalle de temps dt l élément dl s est déplacé de dλ = v e dt. dλ a balayé une surface élémentaire d 2 Σ = dλ dl = ( v e dl)dt le flux coupé correspondant à d 2 Σ est d 2 ϕ = B. d 2 Σ = B.( v e dl)dt, c est à dire, le flux dϕ c coupé par le circuit (C) au cours de son déplacement élémentaire dλ a pour valeur : dϕ c = (C) B.( v e dl)dt = dt (C) ( v e dl). B Par conséquent,la circulation du champ électromoteur le long du contour (C) a pour valeur : E m. dl = dϕ c = (C) dt }{{} dϕ dt * car le flux coupé est égale à la variation du flux à travers le circuit (C) dans son déplacement. Par définition, on appelle force électromotrice d induction exercée sur le circuit (C) la quantité : e = E m. dl (47) Et donc, on a : (C) (46) e = dϕ c dt = dϕ dt (48) 2.3 Induction électromagnétique - LOI DE FARADAY C est une généralisation du résultat(50) et qui tient compte des résultats expérimentaux suivants: - le résultat (50) est valable pour les circuits non filiformes - le résultat (50) est valable lorsque la variation du flux de B résulte du cas de figure circuit fixe - Induction B variable Loi de Faraday Si on fait varier par un procédé quelconque le flux d induction magnétique ϕ à travers un circuit fermé, ce circuit est le siège d un courant induit. Faraday a expliqué l apparition de ce courant induit par l existence de la force électromotrice d induction. e i = dϕ dt (49) 17

18 2.3.2 Sens du courant induit : Loi de Lenz Le courant engendré par la force électromotrice d induction (courant induit) a un sens tel que le flux d induction produit dans le circuit par ce courant s oppose à la variation du flux qui lui a donné naissance (flux inducteur) d où le signe (-) dans la relation (51). Convention de signe Etant donné un circuit (C), on choisit un sens positif de parcours du courant. Le flux de B à travers (C) est positif s il traverse le circuit de la face Sud à la face Nord. La force électromotrice d induction e est positive si le courant qu elle crée dans le circuit (courant induit) est dirigé dans le sens positif choisi sinon, il joue le role d une force contre-électromotrice. 2.4 Phénomènes d induction dans un circuit fixe placé dans un champ B variable Expression mathématique du champ électromoteur Soit un circuit (C) plongé dans un champ B variable. ϕ c = A. dl = rot A. ds = (C) S S B. ds = ϕ On deduit : On peut donc écrire localement : dϕ dt = d dt (C) A. dl = (C) A dl = E m. dl (50) (C) E m = A (51) Lorsque les deux phénomènes coexistent ( circuit(c) mobile dans une induction B variable), le champ électromoteur s écrit sous la forme : E m = v a B A (52) Le champ électromoteur est parfois appelé champ électrique d induction. Il présente des propriétés différentes de celles du champ électrostatique Extension de la notion de champ électrique Supposons qu en plus des phénomènes d induction, il règne dans la région considérée un champ E s d origine électrostatique : E s = gradv. D une part, une charge q du circuit sera soumise à la force totale : F t = q( E m + E s ) (53) 18

19 F t = q( v a B A gradv) (54) D autre part, la force de Lorentz qui s exerce sur cette charge est égale à : F m = q( E + v a B) (55) Par identification des relations (56) et (57) on en déduit l expression de E = gradv A (56) Par définition, le vecteur E de la relation (58) s appelle vecteur champ électrique généralisé Relation de Maxwell-Faraday De la relation (58) on en déduit : rot E = rot( gradv) rot A rot E = rot A = ( rot A) = B rot E = B Cette équation dite de Maxwell-Faraday constitue une relation générale et fondamentale de l électromagnétisme C est l une des équations de Maxwell dans la théorie de propagation des ondes. Rappel : Nous avons déjà établi : div B = 0 Par ailleurs de la relation (58) on deduit : div E = div( gradv) div A (57) div E = V div A (58) En régine quasi-stationnaire, on peut comme en régime stationnaire choisir A de façon à ce que diva = 0. Cette condition est appelée jauge de Coulomb : Si B = rot A alors B = rot A, toute fois que A = A+ gradf. On a alors, en s appuyant sur le théorème de Gauss, div E = ρ ǫ 0 (59) div E = 0 si la région est dépourvue de charges statiques (dans le vide, par exemple). Remarque : La jauge de Coulomb implique que : diva = diva+div( gradϕ) = 0, c est à dire div( gradϕ) = 0 c est à dire ϕ = 0 (potentiel harmonique). 19

20 2.5 Coefficient d induction mixte Soit une série de N circuits en influence les uns par rapport aux autres et vice versa. Ces circuits sont plongés dans un champ variable. Le flux coupé par le k ième circuit s écrit : n ϕ k = L k I k + M kl I l (60) l=1(l k) L k est le coefficient d auto-induction ou Self ou inductance propre. La force électromotrice d induction magnétique e i créée dans le circuit (c k ) est alors : la quantité e k a = d(l ki k ) dt Remarque e k i = dϕ k dt = d(l ki k ) dt n l=1(l k) d(m kl I l ) dt s appelle force électromotrice d auto-induction. Les L k et M kl ne dépendent que de la forme des circuits. Dans le cas des circuits indéformables (L k et M kl ) on peut alors écrite : e k a = L k di k dt (61) (62) e k i = dϕ k dt = L k di k dt n l=1(l k) di l M kl dt (63) 2.6 Inductance propre et inductance mutuelle Soit une série de n circuits indépendants et traversés par les courants I 1,I 2,...,I n. Ces circuits interagissent entre eux par une variation de flux les uns par rapport aux autres ϕ B et B I donc ϕ I Soit ϕ k le flux traversant le k ième circuit et I k le courant le traversant. On a : n ϕ k = L k I k + M kl I l (64). ϕ 1 ϕ 2 ϕ n l=1(l k) L 1 M 12 M 1n = M 21 L 22 M 2n M n1 M n2 L nn I 1 I 2 I n (65) Les éléments diagonaux sont appelés inductances propres (L k > 0). Les éléments non diagonaux portent le nom d induction mutuelles ou coeficients d induction mutuelle. Le principe de l interaction nous permet de montrer que M kl = M lk. Les unités sont exprimées en Henry. 20

21 2.7 Principe de conservation de la charge Le principe général qui décrit que la charge est conservée en un point M du conducteur est : div j + ρ = 0 (66) En régime quasi-stationnaire, ρ varie lentement avec le temps de telle sorte qu on a, comme en régime stationnaire : div j = 0 (67) Cela veut dire qu en régime quasi-stationnaire, les lois de Kirchoff relatives aux noeuds restent valables. 2.8 Loi d Ohm en régime quasi-stationnaire # En régime stationnaire on a : j = σ E avec σ la conductivité électrique du matériau. # En régime quasi-stationnaire : j = σ( E s + E m ) D après la loi d Ohm le courant induit à l instant t qui apparait dans un circuit de résistance R sera : i = e R = 1 dϕ R dt La quantité de charge induite entre les instants t 1 et t 2 vaut : (68) soit, Q = t2 t2 idt = 1 dϕ (69) t 1 R t 1 Q = ϕ 1 ϕ 2 R # La loi de Pouillet va s écrire alors sous la forme : (70) E = RI (71) E est somme algébrique des f.é.m et f.c.é.m appliquées et induites. R est la résistante totale du circuit, I est l intensité du courant traversant le circuit (C). 2.9 Conclusion On pourra appliquer en régime quasi-stationnaire les mêmes lois qu en régime permanent, à savoir : - les lois d ohm - les lois de Kirchoff relatives aux noeuds et aux mailles à condition d ajouter aux f.e.m appliquées, les forces électromotrices d induction. 21

22 2.10 Energie électromagnétiques Définition Considérons un circuit(c) parcouru par un courant d intensité I. Soit ϕ, son flux d auto-induction. On appelle énergie électromagnétique du circuit (C) le travail minimal que l on doit lui fournir pour faire passer l intensité du courant et son flux propre des valeurs initiales 0, aux valeurs I et ϕ, respectivement Energie électromagnétique dans un circuit unique SoituncircuitR,L,contenantungénérateurdef.é.m.E,sionfermesoninterrupteurKilapparaît un courant dans le circuit. i(t) vérifie l équation : E +e = R.i e = dϕ dt et ϕ = Li, e étant la f.e.m induite de la bobine. On a : E = L dϕ dt +R.i En multipliant les deux membres par idt, on a : Discussion : E.idt = L dϕ dt.idt+r.i2 dt (72) 1. La quantité E.idt représente l énergie ou le travail fourni par le générateur pendant l intervalle de tps dt 2. La quantité R.i 2 dt représente l énergie calorifique dissipée par effet joule dans le circuit pendant l intervalle de temps dt. 3. Le terme L.idi = d( 1 2 L.i2 ) = dw m représente l énergie absorbée pour faire passer le courant malgré la f.é.m d induction. Il correspond à l accroissement du flux d auto-induction à travers le circuit pendant l intervalle de temps dt. C est l augmentation de l énergie électromagnétique du circuit l énergie. Si i(t) passe de 0 (à l instant t=0) à I (à l instant t) alors l énerie électromagnétique emmmagasinée dans le circuit est : Comme ϕ = L.I on a : W m = I Cette énergie sera restituée à la rupture du courant. 0 L.idi = 1 2 LI2 (73) W m = 1 ϕ.i (74) Cas de deux circuits filiformes (c 1 ) et (c 2 ) Deux circuits (c 1 ) et (c 2 ) étant caractérisés par les éléments respectifs ci-après : (c 1 ) = {E 1,R 1,L 1,i 1 } et (c 2 ) = {E 2,R 2,L 2,i 2 }. 22

23 Soit M le coefficient d induction mutuelle entre (c 1 ) et (c 2 ). La loi d Ohm dans les deux circuits s écrit : (c 1 ) E 1 +e 1 = R.i 1 avec e 1 = dϕ 1 dt et ϕ 1 = L 1.i 1 +M.i 2 (c 2 ) E 2 +e 2 = R.i 2 avec e 2 = dϕ 2 dt et ϕ 2 = L 2.i 2 +M.i 1 Ceci aboutit au système d équations ci-dessous : { E 1 = e 1 +Ri 1 E 2 = e 2 +Ri 2 (75) soit, { { E 1 = e 1 +R 1 i 1 E 2 = e 2 +R 2 i 2 (76) di E 1 = L 1 1 +R dt 1i 1 +M di 2 dt di E 2 = L 2 2 +R (77) dt 2i 2 +M di 1 dt Multiplions les deux membres par i k dt, respectivement k = 1,2; on a : { E 1 i 1 dt = R 1 i 2 1 dt+l 1 i 1 di 1 +Mi 1 di 2 (78) E 2 i 2 dt = R 2 i 2 2 dt+l 2 i 2 di 2 +Mi 2 di 1 Le bilan énergétique correspondant au système, s écrit : E 1 i 1 dt+e 2 i 2 dt = R 1 i 1 2 dt+r 2 i 2 2 dt+l 1 i 1 di 1 +L 2 i 2 di 2 +Mi 1 di 2 +Mi 2 di 1 (79) et comme dans le paragraphe précédent, dw m = L 1 i 1 di 1 dt+l 2 i 2 di 2 dt+mi 1 di 2 +Mi 2 di 1 = d( 1 2 L 1i L 2i 2 2 )+d(mi 1 i 2 ) (80) représente l accroissement de l énergie électromagnétique du système formé par les deux circuits. Quand i 1 passe de 0 à I 1 et i 2 passe de 0 à I 2, on trouve par intégration,l énergie électromagnétique ou l accroissement de l énergie électromagnétique sous la forme : soit, puisque : { W m = 1 2 L 1I L 2I 2 2 +MI 1 I 2 (81) on a : ϕ 1 = L 1 I 1 +MI 2 ϕ 2 = L 2 I 2 +MI 1 (82) W m = 1 2 I 1ϕ I 2ϕ 2 (83) Généralisation Soient les circuits (c 1 ), (c 2 )... et (c n ), n circuits caractérisés par leur éléments respectifs (c 1 ) = {E 1,R 1,L 1,i 1 }, (c 2 ) = {E 2,R 2,L 2,i 2 },..., et (c n ) = {E n,r n,l n,i n } Lorsqu on ferme les circuits, l énergie électromagnétique mise en jeu, s écrit : W m = 1 n I k ϕ k (84) 2 23 k=1

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction Electricité et magnétisme - TD n 1 Induction 1. Inductance mutuelle - transformateur On considère un solénoïde de section circulaire, de rayon R 1, de longueur, et constitué de N 1 spires. A l intérieur

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

PHÉNOMÈNES D INDUCTION ÉLECTROMAGNÉTIQUE

PHÉNOMÈNES D INDUCTION ÉLECTROMAGNÉTIQUE PSI Brizeux Ch. E4 Phénomènes d induction électromagnétique 49 CHAPITRE E4 PHÉNOMÈNES D INDUCTION ÉLECTROMAGNÉTIQUE Tout ce chapitre est placé dans le cadre de l ARQS : le champ magnétique sera donné par

Plus en détail

CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance.

CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance. XIII. 1 CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance. Dans les chapitres précédents nous avons examiné des circuits qui comportaient différentes

Plus en détail

Induction électromagnétique. Aspects énergétiques. Applications.

Induction électromagnétique. Aspects énergétiques. Applications. Sébastien Bourdreux Agrégation de Physique Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand Induction électromagnétique. Aspects énergétiques. Applications. Novembre 2002 TABLE DES MATIÈRES 2 Table des matières

Plus en détail

Plan du cours : électricité 1

Plan du cours : électricité 1 Semestre : S2 Module Physique II 1 Electricité 1 2 Optique géométrique Plan du cours : électricité 1 Partie A : Electrostatique (discipline de l étude des phénomènes liés aux distributions de charges stationnaires)

Plus en détail

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE Titulaire : A. Rauw 5h/semaine 1) MÉCANIQUE a) Cinématique ii) Référentiel Relativité des notions de repos et mouvement Relativité de la notion de trajectoire Référentiel

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

5. Les conducteurs électriques

5. Les conducteurs électriques 5. Les conducteurs électriques 5.1. Introduction Un conducteur électrique est un milieu dans lequel des charges électriques sont libres de se déplacer. Ces charges sont des électrons ou des ions. Les métaux,

Plus en détail

Travaux dirigés de magnétisme

Travaux dirigés de magnétisme Travaux dirigés de magnétisme Année 2011-2012 Christophe GATEL Arnaud LE PADELLEC gatel@cemesfr alepadellec@irapompeu Travaux dirigés de magnétisme page 2 Travaux dirigés de magnétisme page 3 P r é s e

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

PHY 235 : T.D corrigés 2011. est plongée dans un champ uniforme orthogonal à, un cercle de rayon. Si

PHY 235 : T.D corrigés 2011. est plongée dans un champ uniforme orthogonal à, un cercle de rayon. Si PHY 235 : TD corrigés 2011 Force de Lorentz 29(M) Sachant que le flux du champ magnétique est conservatif, décrire (qualitativement) la trajectoire d une particule chargée dans un champ magnétique non

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

Syllabus d électricité. G. Barmarin

Syllabus d électricité. G. Barmarin Syllabus d électricité G. Barmarin 2012-2013 1 2 3 Table des matières 4 Electrostatique Histoire 5 Expérience : Conclusion : il existe deux types de charges que l on qualifiera de positive et négative

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires 25 Lechapitreprécédent avait pour objet l étude decircuitsrésistifsalimentéspar dessourcesde tension ou de courant continues. Par

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Introduction Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Le terme électricité provient du grec ἤλεκτρον

Plus en détail

Révision d algèbre et d analyse

Révision d algèbre et d analyse Révision d algèbre et d analyse Chapitre 9 : Intégrales triples Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Mai 2013 suivant Chapitre 9 Intégrales triples 9.1 Motivation, définition et calcul de l intégrale

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Michel Henry Nicolas Delorme

Michel Henry Nicolas Delorme Michel Henry Nicolas Delorme Mécanique du point Cours + Exos Michel Henry Maître de conférences à l IUFM des Pays de Loire (Le Mans) Agrégé de physique Nicolas Delorme Maître de conférences à l université

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite PHYSIQUE - Épreuve écrite WARIN André I. Remarques générales Le sujet de physique de la session 010 comprenait une partie A sur l optique et une partie B sur l électromagnétisme. - La partie A, à caractère

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Repérage d un point - Vitesse et

Repérage d un point - Vitesse et PSI - écanique I - Repérage d un point - Vitesse et accélération page 1/6 Repérage d un point - Vitesse et accélération Table des matières 1 Espace et temps - Référentiel d observation 1 2 Coordonnées

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Les machines électriques Électricité 2 Électrotechnique Christophe Palermo IUT de Montpellier Département Mesures Physiques & Institut d Electronique du Sud Université Montpellier 2 e-mail : Christophe.Palermo@univ-montp2.fr

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Cours 1. Bases physiques de l électronique

Cours 1. Bases physiques de l électronique Cours 1. Bases physiques de l électronique Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Champ électrique et ses propriétés Ce premier cours introduit

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré.

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré. LA ORCE CENTRIUGE Introduction La force centrifuge est assez connue du public, elle fait d ailleurs l objet d une question pouvant être posée pour l obtention du permis de conduire. En effet, cette force

Plus en détail

CHAPITRE XII : L'induction électromagnétique et les inducteurs

CHAPITRE XII : L'induction électromagnétique et les inducteurs CHAPITRE XII : L'induction électromagnétique et les inducteurs XII. 1 Nous avons vu dans le chapitre XI qu'un courant produisait un champ magnétique. A la suite de cette observation, les scientifiques

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

TP filtres électriques

TP filtres électriques P filtres électriques Objectif : Étudier les caractéristiques de gain et de phase de quelques filtres classiques 1 Introduction oute cette partie est informative : la non compréhension de certains paragraphes

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Chapitre 10 : Condensateur et circuit RC I. Notions de base en électricité : a) Courant électrique

Plus en détail

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS 2004-203 Frédy Oberson et Fred Lang LES RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS Lorsque deux solides non conformes sont mis en contact 2, ils se touchent initialement en un point

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Cours de Magnétostatique

Cours de Magnétostatique Université Joseph Fourier DEUG Sma SP- Cours de Magnétostatique Jonathan Ferreira Année universitaire - Plan du cours I- Le champ magnétique. Introduction a. Bref aperçu historique b. Nature des effets

Plus en détail

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur 1. PROPRIETES DES MILIEUX FERROMAGNETIQUES La réalisation de transformateurs nécessite l utilisation de matériaux fortement aimantables. Ce sont les ferromagnétiques.

Plus en détail

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes Mathématiques Quantiques Discrètes Didier Robert Facultés des Sciences et Techniques Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes email: v-nantes.fr Commençons par expliquer le titre.

Plus en détail

PHY2723 Hiver 2015. Champs magnétiques statiques. cgigault@uottawa.ca. Notes partielles accompagnant le cours.

PHY2723 Hiver 2015. Champs magnétiques statiques. cgigault@uottawa.ca. Notes partielles accompagnant le cours. PHY2723 Hiver 2015 Champs magnétiques statiques cgigault@uottawa.ca otes partielles accompagnant le cours. Champs magnétiques statiques (Chapitre 5) Charges électriques statiques ρ v créent champ électrique

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté CHAPITE IV Oscillations ibres des Systèmes à plusieurs derés de liberté 010-011 CHAPITE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs derés de liberté Introduction : Dans ce chapitre, nous examinons

Plus en détail

Charges électriques - Courant électrique

Charges électriques - Courant électrique Courant électrique Charges électriques - Courant électrique Exercice 6 : Dans la chambre à vide d un microscope électronique, un faisceau continu d électrons transporte 3,0 µc de charges négatives pendant

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux Fonctions de plusieurs variables Sébastien Tordeux 22 février 2009 Table des matières 1 Fonctions de plusieurs variables 3 1.1 Définition............................. 3 1.2 Limite et continuité.......................

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique PGA & SDUEE Année 008 09 Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n. Résonance magnétique : approche classique Première interprétation classique d une expérience de résonance magnétique On

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

Equations différentielles linéaires à coefficients constants

Equations différentielles linéaires à coefficients constants Equations différentielles linéaires à coefficients constants Cas des équations d ordre 1 et 2 Cours de : Martine Arrou-Vignod Médiatisation : Johan Millaud Département RT de l IUT de Vélizy Mai 2007 I

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

1 Systèmes triphasés symétriques

1 Systèmes triphasés symétriques 1 Systèmes triphasés symétriques 1.1 Introduction Un système triphasé est un ensemble de grandeurs (tensions ou courants) sinusoïdales de même fréquence, déphasées les unes par rapport aux autres. Le système

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Propriétés électriques de la matière

Propriétés électriques de la matière 1 Propriétés électriques de la matière La matière montre des propriétés électriques qui ont été observées depuis l antiquité. Nous allons distinguer les plus fondamentales de ces propriétés. 1 Propriétés

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Cours 9. Régimes du transistor MOS

Cours 9. Régimes du transistor MOS Cours 9. Régimes du transistor MOS Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 005 Dans ce document le transistor MOS est traité comme un composant électronique.

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail