ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes Micheline CLAUDON Alain EDDI

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI"

Transcription

1 ALCOOL DU de FMC pour les médecins généralistes Micheline CLAUDON Alain EDDI

2 2 Pourquoi consomme-t-on des drogues? Pour se sentir bien Pour se sentir mieux Pour faire mieux Pour faire comme les autres Par curiosité

3 3 Qu est-ce que l Addiction? Addiction : perte de la liberté de s abstenir (de boire) P. Fouquet Dans certaines conditions, n importe quel individu peut avoir des comportements d addiction (quelque soit sa structure mentale) rencontre d 1 produit par 1 individu donné à 1 moment donné de sa vie dans 1 contexte particulier

4 4 La roue du Changement Consommateur satisfait PERSEVERANCE : arrêt depuis plus de 6 mois RECHUTE PRE-INTENTION : n envisage pas l arrêt dans les 6 mois ACTION : arrêt depuis moins de 6 mois INTENTION : envisage d arrêter dans les 6 mois PREPARATION : envisage d arrêter dans le mois à venir D'après Proschaska JO et Di Clemente CC.

5 5 La roue du Changement Consommateur satisfait PERSEVERANCE : arrêt depuis plus de 6 mois Dépistage individuel RECHUTE Aide au sevrage PRE-INTENTION : n envisage pas l arrêt dans les 6 mois ACTION : arrêt depuis moins de 6 mois Dépistage individuel INTENTION : envisage d arrêter dans les 6 mois Motivation PREPARATION : envisage d arrêter dans le mois à venir Aide au sevrage D'après Proschaska JO et Di Clemente CC.

6 A côté d une alcoologie explicite [...], l essentiel de l alcoologie est assuré implicitement par les médecins généralistes, les médecins du travail et dans les services hospitaliers et d urgence 6

7 7

8 8 Epidémiologie (1) : les chiffres Consommation d alcool en France 1980 : 19,5 l d alcool pur / pers. > 15 ans 1990 : 16 l 2000 : 14,1 l 2010 : 12 l La France reste dans le peloton de tête en Europe avec l Espagne, le Portugal et l Italie mais tendance à être rattrapée par les pays du Nord

9 9 Epidémiologie (2) 1ére cause de mortalité en nombre d années de vie perdues 2 e cause de mortalité évitable 1/4 de la mortalité liée à l alcool concerne des consommateurs non-dépendants 1/3 des morts sur la route

10 10

11 11 Différents profils de consommateurs Consommateurs à risque chronique: Concerne plus de 3 millions d hommes de > 20ans! Indispensable place des MG pour le dépistage et le soin Données IRDES Question Economie de la santé Janvier 2008

12 12 Pyramide de Skinner Alcoolodépendant (3%) Usager/consommateur nocif (10-15%) Usager/consommateur à risque (10-15%) Usager/consommateur simple (60%) Abstinence (10-15%)

13 13 Les situations à risque Consommation en une fois De plus de 5 verres pour les hommes De plus de 3 verres pour les femmes Pendant la grossesse ou l allaitement Association avec des psychotropes Consommation avant la conduite d un véhicule (loi : 0,5 g/l sang) ou d un engin dangereux Consommation chez les moins de 16 ans

14 14 Consommateurs paroxystiques Alcoolisation aiguë = de l'ivresse au coma Accidents : circulation et travail. Violence : suicide, violences conjugales Plus volontiers chez les personnes jeunes : utilité de l'intervention brève et de l'information Modification du type de consommation en France : de quotidienne à paroxystique

15 15 Le binge drinking ou «biture express» Rueff B. Les malades de l'alcool. John Libbey Paris 1995

16 16 Alcool et grossesse Syndrome d alcoolisation fœtal (SAF) Retard de croissance Anomalies du SNC Dysmorphies cranio-faciales Prévention CDA = 0 Repérage pré- et post-conceptionnel Mais savoir adapter le discours au patient Consommation = 0 surtout au 1 er trimestre Déculpabiliser si très faible quantité (1 verre) très occasionnellement

17 17

18 18 «Dépendant? Dépendant? Est-ce que j ai une gueule de dépendant?»

19 19 (Alcoolo-) dépendance Alcoolodépendance psychique Besoin intense de renouveler les prises d'alcool Sans qu'apparaisse nécessairement un syndrome de sevrage en cas d'arrêt de consommation Alcoolodépendance physique Troubles physiques d'intensité variable survenant lors de la suspension de la consommation d'alcool (syndrome de sevrage) è Seulement 10% des alcoolodépendants Nécessité d augmenter les dose pour obtenir les mêmes effets (phénomène de tolérance)

20 20

21 21 Le repérage Sur quels critères : l aspect? la déclaration? les examens complémentaires? les conséquences?

22 22 Repérage Le «délit de sale gueule»: quels symptomes? Clinique = suspicion sur l'apparence : oui, mais danger! Biologique = VGM, GGT, TG : oui, mais mauvaise sensibilité Les «dommages collatéraux» Ivresse : oui, mais non spécifique de la dépendance Signes physiques de sevrage : oui, mais < 10 % des patients Pathologie(s) en rapport avec l'alcool : oui, mais attention La «dénonciation» ou «l aveu» Intervention de l'entourage : oui, mais comment s'en servir? Déclaration spontanée des patients : oui, mais rare CDA : oui, mais problème du déni

23 23 «Alcool : Ouvrons le dialogue» Kit complet INPES 1 guide médecin 1 affichette Livret patient «Pour faire le point» (15 exemplaires) Livret patient «Pour réduire sa consommation» (15 exemplaires)

24 24 AUDIT = Alcool Use Disorders Identification Test Test de référence Auto-questionnaire : 10 questions portant sur la consommation d alcool des 12 derniers mois Fréquence, quantité, retentissement, signes de dépendances Interprétation : Score = 7-12 (H) ou 6-12 (F) : consommation nocive Score > 13 : dépendance à l'alcool

25 DETA = Diminuer Entourage Trop Alcool 25

26 FACE = Fast Alcohol Consumption Evaluation 26

27 27 Consommation déclarée d alcool (CDA) A déterminer pour tous les patients : Grade B Calculée sur 7 jours En précisant la consommation de fin de semaine Un "verre" = une dose de boisson alcoolique telle qu'elle est servie dans un café = 10g d alcool Seuils OMS +++ Homme : < 21 "verres" par semaine (210g/sem) Femme : < 14 "verres" par semaine (140g/sem) Et pas plus de 4 verres par occasion

28 28 Quelques repères Une bouteille de vin à 12 (75 cl) = 7 unités Une bouteille ou une canette de bière à 5 (25 cl) = 1 unité Une canette de bière à 10 (50 cl) = 4 unités Une bouteille de champagne à 12 (75 cl) = 7 unités Une bouteille de porto à 20 (75 cl) = 12 unités Une bouteille de whisky à 40 (70 cl) = 24 unités Une bouteille de pastis à 45 (70 cl) = 25 unités Une bouteille de digestif à 40 (70 cl) = 24 unités

29 29 Calcul de la quantité d'alcool Densité alcool = 0,8 Combien de "verres" dans une bouteille de vin à 12? 750ml * 12/100 * 0,8 = 72 g d'alcool Soit 7 "verres" Combien de verres dans une bouteille d'apéritif anisé à 45? 700ml * 45/100 * 0,8 = 250 g d'alcool Soit 25 "verres"

30 30

31 31 Le risque alcool Prévention de La rechute Soins Prévention secondaire Prévention primaire

32 32 Prise en charge adaptée (1) Abstinent De première intention? De deuxième intention? (alcoolodépendant sevré) Usager/consommateur «simple» CDA < seuils OMS, en dehors des situations à risque, et sans dommages Votre risque de dommages liés à l alcool est faible Batel P. Pour en finir avec l alcoolisme : réalités scientifiques contre idées reçues. Paris : La découverte, 2006 : 50-58

33 33 Prise en charge adaptée (2) Usager/consommateur «à risque» CDA > seuils OMS mais sans dommages, ou consommation lors de situations à risque Il est recommandé de diminuer la consommation en dessous des seuils de l OMS Usager/consommateur «nocif» CDA > seuils OMS et avec dommages Il est recommandé de diminuer la consommation en dessous des seuils de l OMS Batel P. Pour en finir avec l alcoolisme : réalités scientifiques contre idées reçues. Paris : La découverte, 2006 : 50-58

34 34 Prise en charge adaptée (3) Alcoolodépendant Dépendance physique et/ou psychique Nécessité d un aide médicale au sevrage alcoolique Sevrage ambulatoire ou institutionnel? Diazépam/Valium (7 jours) Hydratation orale suffisante Thiamine (vitamine B1) 500 mg/j * 21 jours «Après-sevrage» = soutien++, médicaments, prise en charge des addictions associées Batel P. Pour en finir avec l alcoolisme : réalités scientifiques contre idées reçues. Paris : La découverte, 2006 : 50-58

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Ouvrons le dial O gue Alcool Pour arrêter faire le de point fumer MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Pour faire le point Votre médecin vous a proposé de faire le

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

Alcoologie : Quelques définitions.

Alcoologie : Quelques définitions. Alcoologie : Quelques définitions. 1. TRANSFERRINE DEFICIENTE EN COCARBOXYLASE Jusqu à présent, le taux des GAMMA GT et le VGM (voir ces termes), volume globulaire moyen des globules rouges, permettaient

Plus en détail

Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons

Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons 19, avenue Trudaine 79 Paris Tél. : +33 (1) 48 74 82 19 Fax : +33 (1) 48 78 17 6 e-mail : ireb@ireb.com Base documentaire de l Ireb consultable sur

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance Quelques définitions : qu est ce qu une drogue? la modification de l état de conscience Étymologie de «addict» une dette de plaisir La dépendance

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE Alcoolisme

SANTE PUBLIQUE Alcoolisme SANTE PUBLIQUE Alcoolisme Cours du 5 décembre 2005 Marine Giard Plan L image de la consommation Epidémiologie Consommation d alcool Conséquences socio-économiques Définition Classifications typologiques

Plus en détail

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder L Alcool & Le Médecin de 1 er recours Avant-Propos Thierry Favrod-Coune Daniel Alhadeff Unité des dépendances SMPR BACK to BLACK Objectifs Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC PROGRAMME DE PREVENTION ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE SERVICE DE PREVENTION

Plus en détail

Lesprincipauxproduits

Lesprincipauxproduits Lesprincipauxproduits 88 L 89 L alcool, qu est-ce que c est exactement? Effets et dangers de l alcool Alcool et grossesse, les liaisons dangereuses Les chiffres d une réalité Que prévoit la loi? La sécurité

Plus en détail

ALCOOLOMÉTRIE ALCOOLOMETRIE

ALCOOLOMÉTRIE ALCOOLOMETRIE ALCOOLOMÉTRIE ALCOOLOMETRIE... Gardez la mesure! www.cramif.fr LES BOISSONS ALCOOLIQUES Elles contiennent de l'éthanol (C2 H5 OH) qui se présente sous la forme d'un liquide incolore d'odeur faible obtenu

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

Livret métier Le risque alcool. Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis

Livret métier Le risque alcool. Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis Livret métier Le risque alcool Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis Sommaire Quiz : connaissez-vous l alcool? 4 Infos pratiques : l alcoolémie 6 Infos pratiques : les équivalences

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

... l'alcool. l essentiel sur... Ξ Qu est-ce que c est? Ξ Le saviez-vous?

... l'alcool. l essentiel sur... Ξ Qu est-ce que c est? Ξ Le saviez-vous? l essentiel sur...... l'alcool Ξ Qu est-ce que c est? L alcool est un produit naturel issu de la fermentation ou de la distillation de fruits ou grains riches en glucides. Sa concentration peut être augmentée

Plus en détail

Patient alcoolo-dépendant : conduite à tenir

Patient alcoolo-dépendant : conduite à tenir Patient alcoolo-dépendant : conduite à tenir Merck Serono est une division de Merck n Sommaire Notions sur la maladie alcoolique Prise de conscience du patient Buveur excessif ou alcoolodépendant? Diagnostic

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. l'alcool

Consensus Scientifique sur. l'alcool page 1/5 Consensus Scientifique sur l'alcool Source : OMS (2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - L alcool n est pas un produit ordinaire. Il fait partie de la civilsation humaine depuis des milliers

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5 Primary Primary 2003;3:270 275 Formation continue Problèmes d alcool P. Gache, E. Sekera, H. Stalder Introduction 85% de la population suisse consomme de l alcool, la majorité sans dommages pour sa santé.

Plus en détail

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Alcool, tabac et drogues illicites : au-delà du produit consommé, c est davantage le comportement de consommation - conduite addictive - qui détermine le risque pour

Plus en détail

Prévention universelle ou sélective?

Prévention universelle ou sélective? Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière - Charles Foix Prévention universelle ou sélective? François Bourdillon Département de biostatistiques, santé publique et information médicale Les journées

Plus en détail

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud,

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud, Les idées reçues ADIJA oct 2012 Dr C Renaud, La pollution de l air est plus mauvaise pour la santé que la fumée de tabac! VRAI - FAUX FAUX La fumée est le champion des polluants, avant les moisissures

Plus en détail

pétillants de raisins, boissons aromatisées à base de raisin ou de pomme

pétillants de raisins, boissons aromatisées à base de raisin ou de pomme L alcool éthylique 1 er groupe La classification des boissons Boissons sans alcool Toutes les boissons faiblement alcoolisées, dans la limite d'un titre alcoométrique volumique de 1,2 %. Ex : bières sans

Plus en détail

9.1 Alcool. Christophe Palle

9.1 Alcool. Christophe Palle 9.1 Alcool Christophe Palle 204 Drogues et addictions, données essentielles Associé au plaisir de la table, à la richesse et la diversité des terroirs et des paysages de France, l alcool, consommé sous

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

Jeu des Familles ADDICTIONS CANNABIS ALCOOL AMPTA / LYCÉE JEAN MOULIN

Jeu des Familles ADDICTIONS CANNABIS ALCOOL AMPTA / LYCÉE JEAN MOULIN Jeu des Familles ADDICTIONS CANNABIS ALCOOL AMPTA / LYCÉE JEAN MOULIN LA LOI LA LOI LE GRAND-PÈRE LA GRAND-MÈRE Que risquez-vous pour une ivresse publique et manifeste (IPM)? a) amende b) prison c) placement

Plus en détail

Alcool et seniors Bernard Gibour Intersecteur d Alcoologie du Hainaut CH Saint-Amand-les-Eaux A- Des spécificit cificités s liées à l âge B- Boire trop, c est c combien? C- Les modalités s du mésusage

Plus en détail

Dr Dorothée Lécallier SFA - IPPSA. Saint-Brieuc 18 octobre 2011

Dr Dorothée Lécallier SFA - IPPSA. Saint-Brieuc 18 octobre 2011 Dr Dorothée Lécallier SFA - IPPSA Saint-Brieuc 18 octobre 2011 Les seniors consomment de l alcool Surtout les hommes La quantité bue est moindre qu aux autres âges de la vie L ivresse est rare (ne

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

Ouvrons le dial O gue. Alcool. Pour réduire arrêter sa de consommation MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

Ouvrons le dial O gue. Alcool. Pour réduire arrêter sa de consommation MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Ouvrons le dial O gue Alcool Pour réduire arrêter sa de consommation fumer MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Pour réduire sa consommation Vous envisagez de réduire

Plus en détail

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements Mésusage de l alcool Nouveaux concepts Nouveaux traitements L observation (1) Homme 58 ans, adressé en 05/14 pour bilan et prise en charge d une cirrhose hépatique BH perturbé: GGT 14 N, ASAT 2,5N - ALAT

Plus en détail

Alcoolémie Les risques d'une consommation excessive

Alcoolémie Les risques d'une consommation excessive Alcoolémie Les risques d'une consommation excessive Document non contractuel / Mod 3350/07-2012/ Imprimerie B.F.I - 03.28.52.69.42 Le partenaire santé qui vous change la vie Prévention L'alcool et ses

Plus en détail

Sécurité routière : Alcool : Quand on tient à quelqu'un, on le retient!

Sécurité routière : Alcool : Quand on tient à quelqu'un, on le retient! 29/08/2014 Dossier de presse Sécurité routière : Alcool : Quand on tient à quelqu'un, on le retient! En cette fin de période estivale, le préfet souhaite que tous les acteurs restent pleinement mobilisés

Plus en détail

PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE. Philippe Batel MD, PhD

PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE. Philippe Batel MD, PhD PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE Philippe Batel MD, PhD Les enjeux Evaluer l écart des connaissances Comprendre les résistances à la connaissance Analyser la variation des représentations

Plus en détail

SENSIBILISATION ALCOOL

SENSIBILISATION ALCOOL SENSIBILISATION ALCOOL PLACE DE L ALCOOL DANS L HISTOIRE DANS LA RELIGION DANS LA GASTRONOMIE DANS LA CULTURE DANS L ECONOMIE LA CONSOMMATION D ALCOOL DES FRANCAIS 14 % des Français sont des consommateurs

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE L objectif de ce document est d être un outil concret, à la disposition des infirmiers(ères) pour les aider dans leur pratique quotidienne, en ce qui concerne les pratiques de consommation d alcool, de

Plus en détail

Consommation d'alcool Quels risques sur la route...

Consommation d'alcool Quels risques sur la route... Consommation d'alcool Quels risques sur la route... Ne t'envoies pas en l'air Rémy CHAPELAIN : Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie du Doubs Association Nationale de Prévention

Plus en détail

ALCOOL ET JUSTICE. Dr B. Mordellet Service de Médecine Légale et Pénitentiaire CHU Pontchaillou. le 18 décembre 2008

ALCOOL ET JUSTICE. Dr B. Mordellet Service de Médecine Légale et Pénitentiaire CHU Pontchaillou. le 18 décembre 2008 ALCOOL ET JUSTICE Dr B. Mordellet Service de Médecine Légale et Pénitentiaire CHU Pontchaillou le 18 décembre 2008 ALCOOL ET JUSTICE : introduction Consommation d alcool [OH] modifications des fonctions

Plus en détail

Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue

Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue Alcool Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue Pour réduire sa consommation Alcool Vous envisagez de réduire votre consommation de boissons alcoolisées, mais vous vous posez des questions : vous

Plus en détail

La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets

La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets Caroline Le Lan - dépendance Mésusage - nocif - à risque Usage (socialement réglé) (sans

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

Et si on en parlait...

Et si on en parlait... plaq alcool 220312:Mise en page 1 30/03/2012 14:55 Page 1 Alcool Et si on en parlait... Ce document vise à informer les usagers des risques qui sont associés à la consommation d alcool plaq alcool 220312:Mise

Plus en détail

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre BAYONNE jeudi 25 octobre 2012 Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre De quoi parle-t-on? Conduites Addictives Les modes d

Plus en détail

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités.

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités. Addiction à l alcool I. Définitions II. Etiologie III. Epidémiologie IV. Dépistage, repérage V. Examens biologiques VI. Signes cliniques VII. Complications somatiques VIII. Prise en charge OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

Plus en détail

TROP, C EST COMBIEN? Chaque verre compte

TROP, C EST COMBIEN? Chaque verre compte Votre consommation d alcool TROP, C EST COMBIEN? Chaque verre compte Cette brochure explique les effets de l alcool sur votre santé ainsi que sur votre vie sociale, familiale et professionnelle. Elle vous

Plus en détail

Evaluation de l'addiction : DSM-5

Evaluation de l'addiction : DSM-5 Evaluation de l'addiction : DSM-5 Source : American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.) Mode d utilisation inadapté d'un produit conduisant

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

La phase pédagogique

La phase pédagogique LES LUNETTES ALCOOLÉMIE Le but : Les «lunettes Alcool» simulent ou reproduisent les sensations qu'a une personne en état d'alcoolémie et permettent de faire appréhender par le public les effets de l'alcool

Plus en détail

Le point sur les traitements de l alcoolisme

Le point sur les traitements de l alcoolisme Le point sur les traitements de l alcoolisme 1/ Quelques définitions : L alcoolisation est le fait de boire une boisson alcoolisée. Celle-ci peut être importante ou modérée. L alcoolodépendance est à distinguer

Plus en détail

Guide. pratique. pour faire le point sur votre consommation d alcool. et vous avec l alcool, vous en êtes où?

Guide. pratique. pour faire le point sur votre consommation d alcool. et vous avec l alcool, vous en êtes où? pratique Guide pour faire le point sur votre consommation d alcool et vous avec l alcool, vous en êtes où? La consommation d alcool est-elle dangereuse pour la santé? Quelle quantité d alcool contient

Plus en détail

Objectifs pédagogiques

Objectifs pédagogiques CDU_Chap01.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 3:54 15 A I Item 45 Addiction et conduites dopantes : épidémiologie, prévention, dépistage. Morbidité, comorbidité et complications. Prise en charge, traitement

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en milieu hospitalier.

Plus en détail

Mésusage sans dépendance. Particularités chez le jeune

Mésusage sans dépendance. Particularités chez le jeune Mésusage sans dépendance Particularités chez le jeune Consommations psychotropes chez les moins de 25 ans Le plus souvent Usage à risque ou nocif Beaucoup plus rarement Alcoolisme de type 2 de Cloninger

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

Note de synthèse. Lutter contre la consommation nocive d alcool Politiques économiques et de santé publique

Note de synthèse. Lutter contre la consommation nocive d alcool Politiques économiques et de santé publique Note de synthèse Lutter contre la consommation nocive d alcool Politiques économiques et de santé publique Mai 2015 Direction de l'emploi, du Travail et des Affaires sociales Le nouveau rapport phare de

Plus en détail

M É D E C I N E Un Suisse sur cinq boit trop huard. C N 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4

M É D E C I N E Un Suisse sur cinq boit trop huard. C N 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4 M É D E C I N E N. Chuard 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4 Un Suisse sur cinq boit trop Deux verres par jour, ça va encore; au-delà, bonjour les dégâts! Sans être alcooliques, les

Plus en détail

l Objectif général : Décrire, comparer et adapter sa consommation d alcool.

l Objectif général : Décrire, comparer et adapter sa consommation d alcool. Fiche pédagogique Thème : Alcool Niveau : Collège (4 ème, 3 ème ), lycée Durée : 45 Le Bar Personnes ressources : Enseignant, Infirmier scolaire, CESC l Référence au socle commun des connaissances et des

Plus en détail

res épidémiologiquespidémiologiques Quelques repères

res épidémiologiquespidémiologiques Quelques repères Quelques repères res épidémiologiquespidémiologiques Gwénaëlle Boscher 9 pl. du Général Koenig, 35 Rennes 2.23.2.14.6 cirdd@cirdd-bretagne.fr Les consommations d alcool chez les femmes en âge de procréer

Plus en détail

Alcool et jeunes : un point de vue épidémiologique

Alcool et jeunes : un point de vue épidémiologique Alcool et jeunes : un point de vue épidémiologique «Alcool à l école secondaire et dans le supérieur» 25/02/2010 Valérie Wathieu OSH Secteur Information Sanitaire Contact : observatoire.sis@hainaut.be

Plus en détail

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées.

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées. Brochure Wine in moderation Le vin: la culture de la modération La production et la consommation de vin font partie du patrimoine européen depuis des millénaires. L Union européenne est le plus grand producteur,

Plus en détail

Lutte contre les comportements à risques et les addictions

Lutte contre les comportements à risques et les addictions Lutte contre les comportements à risques et les addictions Prévention des accidents liés aux consommations :Violences sexuelles et IST Dr Frédérique Guillet-May. Pôle Régional d accueil des victimes d

Plus en détail

Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale

Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale 20 FEVRIER 2008 Colloque de Médecine Communautaire et Premier Recours MAKRIS Dionysios L apéritif du jour Vignette clinique-unité de l Alcoologie Partager

Plus en détail

CONSOMMATION D ALCOOL

CONSOMMATION D ALCOOL CONSOMMATION D ALCOOL Mortalité, morbidité En dépit d une relative stabilisation de la consommation, en 1999, la France se situait au 4ème rang européen pour la consommation d alcool avec 10,7 litres d

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT

LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT Enquête nationale Décembre 2015 Sommaire Objectifs page 3 Méthodologie page 4 Principaux enseignements page 5 Structure de l échantillon national

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT

LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT Enquête nationale Décembre 2015 Sommaire Objectifs page 3 Méthodologie page 4 Principaux enseignements page 5 Structure de l échantillon national

Plus en détail

Boire un peu trop d alcool tous les jours c est mettre sa vie en danger

Boire un peu trop d alcool tous les jours c est mettre sa vie en danger Boire un peu trop d alcool tous les jours c est mettre sa vie en danger DOSSIER DE PRESSE 10 mars 2011 CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr 1

Plus en détail

THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE (Décret du 16 Janvier 2004)

THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE (Décret du 16 Janvier 2004) Université de Poitiers Faculté de Médecine et de Pharmacie Année 2009 Thèse n THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE (Décret du 16 Janvier 2004) Présentée et soutenue publiquement Le 4 Décembre

Plus en détail

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ALCOOLISME. Dr J.C. Renversez Département de Biologie Intégrée CHU de Grenoble

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ALCOOLISME. Dr J.C. Renversez Département de Biologie Intégrée CHU de Grenoble MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ALCOOLISME Dr J.C. Renversez Département de Biologie Intégrée CHU de Grenoble ALCOOLISME: CONCEPT MAL DEFINI OMS: 3 verres pour H 2 verres pour F - Usage éventuellement à risque

Plus en détail

Dans 20 %des accidents du travail, l alcool est présent: 50 %sont mortels. Elle multiplie par 3 le risque d absentéisme.

Dans 20 %des accidents du travail, l alcool est présent: 50 %sont mortels. Elle multiplie par 3 le risque d absentéisme. 1 Près de 2/3des entreprises de plus de 50 salariés ont été confrontées à des problèmes liés à l alcool. Dans 20 %des accidents du travail, l alcool est présent: 50 %sont mortels. Elle multiplie par 3

Plus en détail

Aide au sevrage tabagique dans le cadre d un sevrage alcool hospitalier. Impact sur la motivation au changement de comportement

Aide au sevrage tabagique dans le cadre d un sevrage alcool hospitalier. Impact sur la motivation au changement de comportement Aide au sevrage tabagique dans le cadre d un sevrage alcool hospitalier Impact sur la motivation au changement de comportement Présentation de la structure Service d addictologie/hôpital René Muret(GHU

Plus en détail

Alcoolodépendance : avant le sevrage

Alcoolodépendance : avant le sevrage Alcoolodépendance : avant le sevrage Première partie Reconnaître les patients alcoolodépendants pour les amener à se soigner Préambule Pour aider les patients alcoolodépendants à se soigner, il faut que

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

q u estions Non consommateurs Consommateurs Consommateurs sans risque occasionnels Consommateurs réguliers Consommateurs 28,6 30,9

q u estions Non consommateurs Consommateurs Consommateurs sans risque occasionnels Consommateurs réguliers Consommateurs 28,6 30,9 à risque sans risque Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé méthode Repères En France, 45 000 décès d adultes de plus de 25 ans sont attribuables chaque année

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PROBLEMES LIES A l ALCOOL AU MINISTERE DE LA CULTURE :

PRISE EN CHARGE DES PROBLEMES LIES A l ALCOOL AU MINISTERE DE LA CULTURE : PRISE EN CHARGE DES PROBLEMES LIES A l ALCOOL AU MINISTERE DE LA CULTURE : ou "Comment prévenir et faire face aux risques et conséquences individuels et collectifs liés à la consommation de boissons alcoolisées"

Plus en détail

La Mère / Le Conjoint

La Mère / Le Conjoint 1 Journées de la SFA 2016 La Mère / Le Conjoint Exposition périnatale: de la conception au devenir de l enfant Prise en charge périnatale 23 Mars 2016 Dr Sarah COSCAS sarah.coscas@aphp.fr Dr Marion ADLER

Plus en détail

Biologie. Objectif disciplinaire : objectif sécurité routière :

Biologie. Objectif disciplinaire : objectif sécurité routière : Biologie 47 L Alcool Objectif disciplinaire : absorption de l alcool par le corps humain action de l alcool sur la commande des mouvements comprendre le processus de l élimination de l alcool objectif

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL **************** ANNEE 2009 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT

UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL **************** ANNEE 2009 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL **************** ANNEE 2009 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Qualification en Médecine du Travail Présentée et soutenue

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Boire ou conduire. Organisation de la séquence. Déroulement de l activité. Mathématiques

Boire ou conduire. Organisation de la séquence. Déroulement de l activité. Mathématiques Boire ou conduire Mieux mesurer les risques de la conduite avec alcool en sachant calculer un taux d alcoolémie et en connaissant son évolution. - Durée : 2 séances (4 activités) Mathématiques Organisation

Plus en détail

Réseau d Alcoologie et de Recherche sur les Conduites addictives en Isère Dr J.Bourgade

Réseau d Alcoologie et de Recherche sur les Conduites addictives en Isère Dr J.Bourgade Alcoologie Réseau d Alcoologie et de Recherche sur les Conduites addictives en Isère Dr J.Bourgade ALCOOL Al KHÔL : mot d origine arabe traduisant l anti-moine servant de fard à paupière pour se maquiller.

Plus en détail

La question du risque en addictologie

La question du risque en addictologie La question du risque en addictologie Dépendance et solitude; le risque d isolement social Karine DEGROND et Estelle PRIMAULT Assistantes sociales Centre Hospitalier de Corbie Centre de Rééducation Fonctionnelle

Plus en détail

REPROTOXICITE, GRANDS RISQUES CHEZ LA FEMME ENCEINTE

REPROTOXICITE, GRANDS RISQUES CHEZ LA FEMME ENCEINTE REPROTOXICITE, GRANDS RISQUES CHEZ LA FEMME ENCEINTE Connaitre : - Les grands risques liés à l exposition aux xénobiotiques chez la femme enceinte - Les facteurs en jeu dans la survenue d effets toxiques

Plus en détail

Plan. Présentation EPP cohorte suivi 24 mois après sevrage alcoolique au CHE

Plan. Présentation EPP cohorte suivi 24 mois après sevrage alcoolique au CHE Certification HAS V2010 Présentation EPP cohorte suivi 24 mois après sevrage alcoolique au CHE Dr Dominique Malauzat Psychiatre des hôpitaux, Chef de pôle Pôle de Santé Publique Recherche-Évaluation-Information

Plus en détail

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours 44 ème Journées de Formation Médicale Continue, Tours, septembre 2006 I - DEFINITIONS DES DIFFERENTS

Plus en détail

Réduc&on des risques en alcoologie

Réduc&on des risques en alcoologie Réduc&on des risques en alcoologie Septembre 2012 Dr G Brousse CHU Clermont Ferrand Introduc&on La réduc2on des risques Préven2on tout au long d un comportement de consomma2on. Principe de santé qui cherche

Plus en détail

Alcool : je fais le point sur ma consommation

Alcool : je fais le point sur ma consommation Alcool : je fais le point sur ma consommation Tous concernés? De quoi s agit-il? On a l habitude d évoquer un risque pour la santé au-delà de 3 verres standard par jour pour les hommes ou 2 pour les femmes,

Plus en détail

L ivresse éthylique aigüe dans les services d accueil des urgences

L ivresse éthylique aigüe dans les services d accueil des urgences N de version: 01 Date d'application : Février 2011 Réf.: CMUB-035 Pagination : 1 de 15 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 035 Rédacteurs Dr Valérie Hamelin - SAU Clinique Chenôve Date

Plus en détail

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: les faits TOUS les fumeurs savent que le tabac est nocif LA PLUPART des fumeurs savent que l arrêt du

Plus en détail

Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr. Centre MALVAU. Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC)

Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr. Centre MALVAU. Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC) Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr Centre MALVAU Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC) Centre de soins spécialisés en addictologie S.S.R.A 21, Quai

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité Routière

Sensibilisation à la Sécurité Routière 2 Sensibilisation à la Sécurité Routière 3 Historique Historique 1960-1972 : phase de détérioration (17.000 tués en 1972) 1979-1989 : phase de stabilisation (11.000 tués en 1989) 1989-2004 : de nombreuses

Plus en détail

L alcoolémie désigne la quantité d'alcool dans le sang à un moment donné.

L alcoolémie désigne la quantité d'alcool dans le sang à un moment donné. LES FAITS, SEULEMENT LES FAITS : Alcool et drogues Conduite avec facultés affaiblies et alcoolémie La notion d alcoolémie ou de taux d alcoolémie (TA) fait référence à la quantité d'alcool dans le sang

Plus en détail

Un DVD pour parler de l ALCOOL et de la POLYTOXICOMANIE

Un DVD pour parler de l ALCOOL et de la POLYTOXICOMANIE LaCATHODE UNFILMPOURENPARLER UnDVDpourparlerdel ALCOOLetdela POLYTOXICOMANIE 2filmsdeRolandMOREAU C'ESTSIBON!26mn.Fiction JEPEUXPASM'ENPASSER52mn.Témoignages PROBLÈMEAVECL ALCOOL20mn.BONUS InterviewexclusiveduDocteurJeanMichelSIGWARD

Plus en détail

Le risque alcool au travail PRÉVENIR ET AGIR

Le risque alcool au travail PRÉVENIR ET AGIR CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le risque alcool au travail PRÉVENIR ET AGIR Octobre 2007 1 LES ENJEUX DE LA PRÉVENTION DU RISQUE ALCOOL De nombreuses collectivités sont confrontées

Plus en détail