1 Cinématique du solide

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Cinématique du solide"

Transcription

1 TBLE DES MTIÈRES 1 Cinématique du solide Coordonnées d un point dans l espace Repère et référentiel Sens trigonométrique Coordonnées cartésiennes Coordonnées cylindriques Coordonnées sphériques Relations Position et orientation d un solide Solides et repères associés Solides Repères associés Trajectoire et vitesse d un point matériel Point mobile par rapport à un référentiel Trajectoire Vitesse et accélération d un point Vecteur vitesse de rotation Exemple : vitesse et accélération de la valve d une roue Compléments mathématiques Exemple : vitesse et accélération de la valve d une roue Cinématique du solide Solide indéformable Champ des vecteurs vitesse d un solide Composition des vecteurs vitesses Composition des vecteurs vitesses de rotation Cinématique du contact ponctuel entre deux solides

2 1.5.6 Exemple guide : Moteur 2 temps Modélisation cinématique d un solide : le torseur Exemple guide : Moteur 2 temps - suite Liaisons cinématiques et mécanismes Mécanismes Liaison élémentaire Corrigés

3 CHPITRE 1 CINÉMTIQUE DU SOLIDE La cinématique du solide est l étude des mouvements des corps solides indépendamment des causes de ces mouvements. Objectif : Déterminer la position d un point dans l espace, sa vitesse et son accélération Déterminer la position d un solide dans l espace, sa vitesse et son accélération Déterminer la position et la vitesse d un solide par rapport à un autre 1.1 Coordonnées d un point dans l espace Repère et référentiel On montre qu il est possible décrire de manière unique la position d un point dans l espace à partir de sa projection dans un repère constitué d un point origine et d une base de trois vecteurs orthonormés (orthogonaux et de norme unitaire). Lorsque c est trois vecteurs sont orientés dans le sens direct, on dit que l on a un repère orthonormé direct. La figure 1.1 présente deux repères orthonormés directs et la méthode de la main droite pour tracer un repère direct. Remarque : L usage en Sciences Industrielles est de noter la base de travail avec le nom des axes soit ( x, y, z ) Sens trigonométrique Il est important pour l étude et la description des mouvements de faire attention au sens direct.

4 y (D 3 ) (O, y) (O, x) z x k y 1 x 1 (D 1 ) i O j (D 2 ) z 1 (O, z) FIGURE 1.1 Repères orthonormés Le sens direct dans le plan ( O, x, y ) se confond avec le sens trigonométrique (figure 1.2(a)). La figure 1.2 précise l orientation directe dans les autres plans. y z x z s x y z O P z x y x s y s (a) Sens direct dans le plan ( O, x, y ) (b) Sens direct dans le plan ( O, y, z ) (c) Sens direct dans le plan (O, z, x ) (d) trièdre dans le sens direct FIGURE 1.2 Sens direct Coordonnées cartésiennes La manière la plus naturelle pour décrire la position d un point est d utiliser les coordonnées cartésiennes (figure 1.3), pour cela, on définit un repère orthonormée direct dit repère cartésien constitué de 3 vecteurs unitaires orthogonaux deux à deux et d un point pour origine. Il est nécessaire de préciser 3 dimensions pour décrire de manière unique la position d un point. Sur l exemple de la figure 1.3 le vecteur OH s écrit : OH X i + Y j + Z k On note (X,Y,Z) les coordonnées cartésiennes du vecteur OH dans la base ( x, y, z ). X, Y et Z sont les trois projections de suivant les axes (O, x ), (O, y ) et (O, z ) de OH.

5 z Z H z x O y Y y X x FIGURE 1.3 Coordonnées cartésiennes Coordonnées cylindriques Le système de coordonnées cylindrique (figure 1.4) est une extension du système de coordonnées polaires utilisé dans le plan, en ajoutant à l angle polaire orienté et au rayon polaire un troisième dimension perpendiculaire au plan. Sur la figure 1.4, le vecteur OH est défini par : OH R n + Z z Le vecteur n est précisé par l angle θ tel que θ ( x, n ) et la figure de calcul (figure 1.5). Le vecteur OH est décrit de manière unique par les trois dimensions : R, θ et Z Coordonnées sphériques Un point en coordonnées sphériques est défini par une distance et deux angles. Le vecteur OH s écrit OH ρ u. avec ρ la distance entre l origine du repère et le point H et u le vecteur unitaire porté par la droite (OH). le vecteur OH est défini par : OH ρ u Le vecteur n est porté par la projection de la droite (OH) dans le plan ( O, x, y ). Le vecteur OH est décrit de manière unique par les trois dimensions ρ, ϕ et θ. Le vecteur u est défini par les deux figures de calculs de la figure 1.6.

6 z Z R H z x O y n R Y y X x θ FIGURE 1.4 Coordonnées cylindriques y n θ x FIGURE 1.5 Figure de calcul y n n u θ x ϕ z FIGURE 1.6 figures de calculs coordonnées sphériques Relations Coordonnées Cartésiennes : Cylindriques : Sphériques : OH X x + Y y + Z z OH R n + Z z OH ρ u

7 z H ϕ ρ z u x O y n R Y y X x θ FIGURE 1.7 Coordonnées sphériques Relations Cartésiennes Cylindriques : X R cosθ Y R sinθ Z Z Cartésiennes Sphériques : X ρ sinϕ cosθ Y ρ sinϕ sinθ Z ρ cosϕ Cylindriques Sphériques : { R ρ sinϕ Z ρ cosϕ R X 2 + Y 2 θ arctan Y X Z Z ρ X 2 + Y 2 + Z 2 θ arctan Y X X 2 + Y 2 ϕ arctan Z ρ R 2 + Z 2 ϕ arctan R Z 1.2 Position et orientation d un solide Si pour décrire la position d un point, trois dimensions sont nécessaires et suffisante, ce n est plus suffisant pour décrire la position d un solide et son orientation :

8 En ne précisant qu un point, le solide peut pivoter librement autour de ce point. En précisant deux points, le solide a une direction imposée, mais il peut tourner librement autour de l axe formé par les deux points. En précisant, trois points non colinéaires, la position du solide est complètement définie. Soit trois points, B et C non colinéaires d un solide, on peut écrire les relations suivantes pour préciser la position du solide : O B X B x + YB y + Z B z O X x + Y y + Z z O C X C x + YC y + Z C z À ces trois relations vectorielles se rajoutent la distance entre chaque point : q d B (X B X )2 + (YB Y )2 + (Z B Z )2 q d C (X C X )2 + (YC Y )2 + (Z C Z )2 q d BC (X C X B )2 + (YC YB )2 + (Z C Z B )2 On montre donc, à partir de ces 6 équations, qu il est nécessaire de préciser 6 dimensions pour positionner complètement le solide (système de 6 équations avec 9 inconnues de rang 6). Plutôt que de positionner le solide avec 3 points on préfère lui associer un repère et positionner ce repère dans l espace avec 3 distances et trois angles(figure 1.8). z 1 x 1 B z O C y 1 y x F IGURE 1.8 Position d un solide dans l espace et repère associé La figure 1.9 montre l orientation d un solide dans l espace à l aide de 3 angles. Exercice 1- ngles d Euler Corrigé page?? Q1. À partir d une recherche sur Internet, définir les angle d Euler.

9 FIGURE 1.9 Orientation d un solide dans l espace Soit une repère R ( ) O, x, y, z et R1 ( ) O, x 1, y 1, z 1. Q2. Définir les trois rotations qui permettent de passer du repère R au repère R Solides et repères associés Solides En mécanique classique, nous supposerons que les solides sont indéformables.,b S B d avec S un solide, et B deux points du solide S et d une constante. Ce modèle sera précisé plus loin dans ce cours Repères associés chaque solide, on convient d associer un repère représentant le solide. Sur la figure 1.1, pour quelques solides de la bicyclette sont précisés les repères associés : L origine de chaque repère est placé sur un point caractéristique du solide (l axe de la roue arrière, l axe du pédalier,...).

10 Les axes du repère sont orientés en fonctions des caractéristiques du solide (pour le pédalier, un des axes est porté par l axe de rotation, l autre par le bras du pédalier). z c y c z r y r x c z p z s O P x p y s x r y p O P x s FIGURE 1.1 Solides et repères Le passage d un repère à un autre est représenté graphiquement par des figures nommées figure plane de changement de base ou figure de calcul. Sur cette figure, on représente la rotation plane qui permet de passer d une base à une autre, ainsi sur la figure 1.11(a) on précise le passage de la base liée au cadre à celle liée au pédalier par une rotation d angle α autour de l axe x p x c. z p z c z r z c y p y r α y c β y c x p x c (a) passage du repère du cadre au repère du pédalier x p x c (b) passage du repère du cadre au repère de la roue arrière FIGURE 1.11 figures planes de changement de base de la bicyclette Remarque : les figures planes sont très utiles pour déterminer les projections d un vecteur d une base dans une autre mais pour éviter les erreurs de signe, il est important de toujours représenter des angles compris entre et π 2 et de toujours utiliser des bases orthonormées directes.

11 Exercice 2- Repères et figures plane Corrigé page?? On considère, la salle, la porte de la salle et sa poignée. Q1. ssocier à chacun des solides un repère, précisez les axes et points caractéristiques de chaque solide. Q2. Tracer les figures planes qui permettent de décrire la position et l orientation de chaque solide. Exercice 3- Repères et figures planes de la bicyclette Corrigé page?? On reprend l exemple de la bicyclette à partir de la figure FIGURE 1.12 Bicyclette et repères Q1. Préciser pour chaque repère, dans chaque vue, les axes, le point origine. Q2. Préciser les rotations et translations à réaliser pour passer du repère lié au cadre, à celui lié à la roue avant. Q3. Tracer les figures planes correspondantes

12 1.4 Trajectoire et vitesse d un point matériel Point mobile par rapport à un référentiel On appelle point matériel ou corps ponctuel tout corps ou toute partie de corps très petit à l échelle d observation. Par extension, c est également un corps dont on ne peut définir le mouvement de rotation sur lui-même Trajectoire On appelle trajectoire de M par rapport R l ensemble des positions successives de M par rapport à R quand la date t varie. La trajectoire est une courbe liée à R. Pour déterminer l équation paramétrique de la trajectoire d un point, on écrira les projections dans le référentiel d étude de OM. La trajectoire dépend du repère R dans lequel elle est décrite. On utilise généralement une représentation paramétrique en fonction temps t pour décrire la trajectoire. La courbe C M/R qui décrit la trajectoire dans un repère cartésien est donc de la forme : x f 1 (t) C M/R y f 2 (t) z f 3 (t) avec f 1 (t), f 2 (t) et f 3 (t) trois fonction de la variable t. Pour la suite ces trois fonction seront nommées x(t), y(t) et z(t). a ) Exemple : trajectoire de la valve d une roue de vélo Le repère R ( ) O, x, y, z est lié au sol. Le repère R 1 ( ) O 1, x 1, y 1, z 1 est lié à la roue avec O1 confondu avec l axe de rotation de la roue par rapport au cadre. On suppose que la roue reste dans le plan vertical donc z z 1. On note θ ( ) x, x 1 l angle orienté de x vers x 1. Cet angle est proportionnel à la vitesse angulaire de la roue θ ω t. Le point V associé à la valve est défini par : O 1 V R v x 1. Le vélo se déplace à la vitesse v(t) suivant x, la roue ne patine pas, elle roule sans glisser, on a donc v R ω. Pour la suite nous supposerons que la vitesse est constante : v(t) v. La position du centre de la roue (O 1 ) par rapport au sol est donc définie par : O O 1 v t x + R y. La position de la valve (V) par rapport au sol est définie par : O V v t x + R y + R v x 1.

13 La trajectoire de la valve par rapport au sol est l ensemble des positions successives du point V dans le repère R. soit : O V v t x + R y + R v (cosθ ) x + sinθ y O V (v t + R v cosθ) x + (R + R v sinθ) y O V ( R ω t + R v cos(ω t)) x + (R + R v sin(ω t)) y finalement on obtient l équation paramétrique de la trajectoire dans le repère R : { x(t) R ω t + Rv cos(ω t) y(t) R + R v sin(ω t) Dans le repère R 1 la trajectoire de la valve est un cercle. y y 1 y x 1 O x θ x FIGURE 1.13 Trajectoire de la valve Vitesse et accélération d un point a ) Vitesse d un point On note V M/R le vecteur vitesse de M par rapport à R. Par définition : [ ] d V M/R O M (1.1) B vec O origine du repère R et B base de R Le vecteur vitesse d un point M dans une base donnée correspond à la dérivée de ce vecteur dans cette base. On appelle B la base de dérivation, il ne faut pas confondre cette base avec la base de projection. Le vecteur vitesse est tangent en M à la trajectoire.

14 b ) ccélération d un point on note Γ M/R le vecteur accélération de M par rapport à R Par définition : [ d Γ M/R V M/R ]B [ d 2 ] 2 O M Le vecteur accélération du point M dans son mouvement par rapport au repère R, correspond à la dérivée du vecteur vitesse de ce point dans cette base. Remarque importante : ces grandeurs dépendent du repère (de la base) par rapport auquel on étudie le mouvement. Il est possible de décrire le mouvement par rapport à n importe quel repère. Nous verrons dans le chapitre suivant comment calculer ces dérivées vectorielles. B Vecteur vitesse de rotation De la même manière que l on définit le vecteur vitesse d un point, on définit le vecteur vitesse de rotation d un repère par rapport à un autre. On note Ω R1 /R le vecteur vitesse de rotation du repère R 1 par rapport au repère R. a ) Cas d une rotation plane Soit le repère R 1 en mouvement de rotation autour de l axe ( O, z ) par rapport au repère R, avec θ ( ) x, x 1 ( ) y, y 1. Le vecteur rotation est porté par le vecteur perpendiculaire au plan de la rotation (ici z z 1 ) et sa mesure algébrique est la dérivée du paramètre angulaire de mouvement entre les deux repères. y 1 y θ x 1 x Ω R1 /R dθ z θ. z b ) Cas général le mouvement de rotation du repère R 1 par rapport au repère R est constitué de plusieurs rotations élémentaires d angle θ i autour de l axe ( ) O i, e i. lors : Ω R1 /R n dθ i e i n. θ i Le vecteur vitesse de rotation se construit comme la somme des vecteurs vitesses de rotations élémentaires. e i

15 1.4.5 Exemple : vitesse et accélération de la valve d une roue - 1 avec : Par définition [ ] d V V/R O V B O V v t x + R y + R v x 1 [ ] d V V/R v t x + R y + R v x 1 Pour aller plus loin, il faut définir la dérivation vectorielle! B Compléments mathématiques Ce petit chapitre apporte quelques notions qui ne sont pas encore (ou ne sont plus) abordées dans le cours de mathématiques. Ces notions à peine détaillées ici (non démontrées) sont très importantes et doivent être sues. Elles seront complétées au fur et à mesure des besoins. C M 1: Produit scalaire Soit u et v deux vecteurs alors avec ( u, v ) : l angle orienté de u vers v Si u et v sont définis dans la base B : alors u v u v cos ( u, v ) u x u x + y u y + z u z v x v x + y v y + z v z C M 2: Produit vectoriel Soit u et v deux vecteurs alors u v x u x v + y u y v + z u z v u v u v sin ( u, v ) w avec ( u, v ) : l angle orienté de u vers v w : le vecteur unitaire perpendiculaire aux deux vecteurs u et v tel que ( u, v, w ) forme un trièdre direct (figure 1.2(d)).

16 Soit B ( x, y, z ) une base orthonormée directe alors : x y z y z x z x y Distributivité : y x z z y x x z y u ( v + w ) u v + u w (1.2) Linéarité λ u µ v λ µ ( u v ) anti-symétrie : u v v w ttention : Le produit vectoriel est anti-symétrique. Si u et v sont définis dans la même base B : u x u x + y u y + z u z v x v x + y v y + z v z u v x u y u x v y v z u z v + ( ) y u z v y v z u x + (z u x v z v x u ) y + ( ) x u y v x v y u z On utilisera la petite figure mnémotechnique ci-dessous pour mémoriser le produit vectoriel. sens + sens - x u x v y u z v y v z y u y u v z u x v z v x u z u z v x u y v x v y u x u C M 3: Produit mixte Le produit mixte est la quantité notée ( u, v, w ) et définie par ( u, v, w ) u ( v w ) Le produit mixte se conserve par permutation circulaire ( u, v, w ) ( v, w, u ) ( w, u, v ) u ( v w ) v ( w v ) w ( u v ) x v

17 C M 4: Double produit vectoriel u ( v w ) ( u w ) v ( u v ) w C M 5: Dérivation vectorielle d une somme de vecteurs Si a et b sont deux scalaires et u et v deux vecteurs alors : [ ] d a u + b v d a [ ] d B u + a u + db [ ] d B v + b v B C M 6: dérivation d un vecteur de la base de dérivation Si u a x +b y +c z est un vecteur dont les coordonnées (a,b,c ) dans de la base B ( ) x, y, z sont constantes alors : [ ] d v B C M 7: Dérivation d un vecteur quelconque Il est toujours possible de projeter le vecteur quelconque dans la base de dérivation et utiliser les propriétés ci-dessus pour n avoir à dériver que les coordonnées, mais souvent cela n est pas recommandé. Dans le cas général : Soit u 1 un vecteur défini dans la base B 1, et B la base de dérivation alors [ [ ] d d u 1 u 1 Ω R1 /R ]B u 1 B 1 + avec Ω R1 /R le vecteur rotation du repère R 1 par rapport au repère R La quantité Ω R1 /R u 1 est le produit vectoriel du vecteur Ω R1 /R et du vecteur u Exemple : vitesse et accélération de la valve d une roue - 2 près cet intermède mathématique, reprenons la détermination de la vitesse du point V de la valve par rapport au sol (R ). [ d V V/R V V/R ] v t x + R y + R v x 1 [ d v t x ]B + V V/R d v t x + v t v et R et R v sont constants : [ d V V/R v x + v t B [ [ ] d d R y + ]B R v x 1 [ ] d x y + R B + dr x + R ]B B [ ] d y + dr v B [ [ ] d d y + R v x 1 ]B [ d x 1 + R v B ] x 1 B

18 [ [ ] d d x et y car x ]B et y sont deux vecteurs constants de la base B. B [ d V V/R v x + R v pour continuer, on peut soit, projeter x 1 dans B, soit utiliser les propriétés de la dérivation d un vecteur quelconque. Projection de x 1 : [ d V V/R v x + R v V V/R v x + R v Dérivation d un vecteur quelconque : ] x 1 ] cosθ x + sinθ y B [ ] d cos(ω t) x + sin(ω t) y B V V/R v x ω R v sin(ω t) x + ω R v cos(ω t) y V V/R (v ω R v sin(ω t)) x + ω R v cos(ω t) y [ d V V/R v x + R v ] x 1 V V/R v x + + R v.θ z x 1 V V/R v x + R v.θ y 1 V V/R v x + R v ω y 1 B + R v Ω R1 /R x 1 B 1 Remarque Importante : : La seconde méthode est toujours préférable à la première. La seconde méthode permet de remarquer que la vitesse comporte, une composante portée par x et par une composante portée par y 1, ces informations disparaissent lorsque l on projette dans une base. On utilisera la première uniquement si on demande de présenter les résultats dans une base donnée. Détermination de l accélération de V par rapport à R. [ d Γ V/R ] V V/R B Γ V/R R v ω 2 x 1 (avec v et ω constants)

19 Exercice 4- Éolienne Corrigé page?? Soit l éolienne de la figure La nacelle (1) pivote autour du mas () suivant l axe ( ) ( ) O, z. On note θ x, x 1 le paramètre de rotation. L hélice (2) pivote autour de l axe ( ), x 1. On note β ( ) z, z 1 le paramètre de rotation. O a x 1 B le point à l extrémité de la pale B b z 2 avec b 2,3m. Q1. Tracer les deux figures de changement de base Q2. Déterminer la vitesse du point et du point B par rapport au repère R ( ) O, x, y, z Q3. Déterminer l accélération de ces deux points. Q4. la vitesse maximale admissible au bout de la pale est V max 7m s 1, en déduire ω 21 dβ(t) pour θ constant. z 2 B z x Nacelle 1 Mas O Hélice 2 x 1 y FIGURE 1.14 Éolienne

20 1.5 Cinématique du solide Comme pour la position d un solide, il ne suffit pas de déterminer la vitesse d un point d un solide pour avoir le mouvement de celui-ci. Le mouvement d un solide peut se décomposer en 6 mouvements élémentaires : 3 translations le long des axes du repère d étude. 3 rotations autours de ces mêmes axes. Nous allons établir l outil mathématique qui permet de décrire ce mouvement en commençant par définir le modèle du solide Solide indéformable a ) Solide réel choix d un modèle La notion usuelle de solide est en fait le plus souvent déterminée par opposition aux états liquides et gazeux. Si l on essaie de préciser quelques caractéristiques d un solide on s aperçoit qu il est difficile de déterminer un modèle simple représentant les solides. Dimensions : les dimensions d un solide peuvent être considérées comme constantes sauf si les efforts appliqués sont trop importants (déformation voire destruction). Masse : constante à l usure et à la corrosion près. L évolution dans le temps n est en général pas connue, déformation sous des efforts maintenus ou répétitif (fluage, fatigue du matériau,...)... La notion de solide regroupe en fait un ensemble de caractéristiques qui sont difficilement représentables par un unique modèle. Dans le cadre de la mécanique générale nous utiliserons le modèle du solide indéformable. b ) Modèle du solide indéformable Un solide indéformable est un solide dont la masse est constante et indépendante du temps et dont les dimensions sont invariantes quelles que soient les actions extérieures. Un solide indéformable est constitué d un ensemble de points matériels pour lesquels les distances mutuelles sont constantes et indépendantes du temps. Si et B sont deux points d un solide S alors,b S B d Ce modèle permet d étudier les mouvements du solide sous des efforts extérieurs, il ne permet pas d étudier la déformation du solide, il ne permet pas de modéliser les solides «élastiques». Remarque : le choix d un modèle est une étape importante dans la représentation de la réalité. Nous ne pouvons étudier et anticiper le comportement d un système réel qu à partir d une modélisation de la réalité. Nous avons défini ici un modèle très limité d un solide, nous

21 définirons ultérieurement un modèle pour représenter les efforts. Tous ces modèles sont plus ou moins parfaits et il est nécessaire d en connaître les limites pour valider les résultats de nos calculs. c ) Équivalence repère solide chaque solide on associe un repère lié. Les notations relatives aux solides seront équivalentes aux notations par rapport aux repères. insi nous noterons aussi bien V M S2 /R pour parler de la vitesse du point M appartenant au solide 2 par rapport au repère R que V M R2 /R, voire pour simplifier la notation V M 2/ Champ des vecteurs vitesse d un solide Soit un solide S 1, le repèrer 1 est associé au solide S 1. Ce solide est en mouvement par rapport au repère R. un point du solide S 1. On note V S1 /R la vitesse du point appartenant au solide S 1 dans son mouvement par rapport au repère R, de même V B S1 /R la vitesse du point B. L ensemble des vecteurs vitesse des points du solide S 1 par est appelé champ des vecteurs vitesse (figure 1.15). V S1 /R y 1 z y z 1 O 1 S 1 B C V B S1 /R O S x x 1 FIGURE 1.15 Champ des vecteurs vitesse On se propose de déterminer une relation entre V S1 /R et V B S1 /R la vitesse des deux points et B du solide S 1 par rapport au repère R. On peut écrire une première égalité : [ ] d B [ ] d B B B [ ] d OB B [ ] d O V B S1 /R V S1 /R B

22 puis une deuxième en déterminant cette dérivée à partir de la définition de la dérivée vectorielle d un vecteur quelconque : [ ] [ ] d d B B + Ω R1 /R B B B 1 [ ] d avec B car B est un vecteur constant dans R 1 B 1 [ ] d B Ω R1 /R B en égalant : B V B S1 /R V S1 /R Ω R1 /R B La relation entre les vitesses de deux points d un solide s écrit finalement : V B S1 /R V S1 /R + Ω R1 /R B On nomme cette relation : relation de changement de point, relation de transport, relation de Varignon. Cette relation est importante et doit être sue. Elle est caractéristique du champ de vecteurs équiprojectifs. Elle va nous permettre, connaissant le vecteur vitesse de rotation et la vitesse d un des points du solide par rapport à une repère, de déterminer la vitesse de tous les points du solide par rapport à ce repère. a ) Équiprojectivité du champ des vecteurs vitesses Soit et B deux points d un solide S 1, on a alors : en dérivant cette relation B d ou B 2 d 2 d B 2 d B B (car constant) [ ] ([ ] 2 d B B 2 d B OB B ( ) 2 B V B S1 /R V S1 /R B [ ] d O B )

23 d où la relation : V B S1 /R B V B S1 /R B V S1 /R La vitesse d un point d un solide S 1 projetée sur le droite qui relie la droite (,B) est égale à la la vitesse du point B projetée sur cette même droite. Cette relation est caractéristique de l équiprojectivité du champ des vecteurs vitesses. V S1 /R B b ) Mouvement de translation FIGURE 1.16 Équiprojectivité Dans un mouvement de translation du solide S 1 par rapport au solide R : Ω R1 /R,B S 1, V B S1 /R V S1 /R c ) Mouvement de rotation autour d un axe fixe Soit I un point de S 1 tel que V I S1 /R et Ω 1/. alors V S1 /R I et V S1 /R Ω 1/. Si on pose : V I S1 /R V S1 /R + Ω 1/ I V S1 /R + Ω 1/ I V S1 /R Ω 1/ I V S1 /R I Ω 1/ Ω 1/ ω w I R u + λ w avec w u alors V S1 /R I Ω 1/ V S1 /R ( R v + λ w ) ω w V S1 /R R ω w La vitesse du point est proportionnelle à la distance entre et l axe instantané de rotation et elle est portée par la perpendiculaire à I et Ω 1/ (figure 1.17(a)). Si le point I n est pas unique, alors, l ensemble des points I tels que V I S1 /R forme l axe instantanée de rotation. Le mouvement est un mouvement de rotation autour d un axe fixe dans le repère d étude. Si le point I est unique alors le mouvement est un mouvement de rotation autour d un point (mouvement sphérique).

24 w Ω 1/ B I u v S 1 z V B S1 /R V S1 /R y V 1/ I R u x O y S x xe instantané de rotation (a) Mouvement de rotation (b) xe instantané de rotation FIGURE 1.17 Mouvement de rotation d ) Mouvement plan : CIR On dit qu un mouvement est plan lorsque : S 1, V S1 /R Ω 1/ L instersection de l axe instantané de rotation avec le plan contenant les vitesses est appelé centre instantané de rotation (CIR). ssocié avec l equiprojectivité, ces deux propriétés, permettent de déterminer graphiquement toutes les vitesse d un solide dans un mouvement plan sur plan. y I 1 x O V S1 /R V B S1 /R B e ) Mouvement hélicoïdal FIGURE 1.18 CIR On dit qu un mouvement hélicoïdal lorsque la vitesse d un point I est colinéaire à la vitesse de rotation : I tel que V I 1/ λ Ω 1/ Composition des vecteurs vitesses On se propose de déterminer la relation entre la vitesse du point P du solide S 2 en mouvement par rapport au solide S 1 lui-même en mouvement par rapport au solide S. chacun de ces solides on associe un repère (figure 1.19).

25 P S 2 V P 2/ z 1 y 1 z O 1 S 1 O x 1 x S y FIGURE 1.19 Composition des vitesses Déterminons : V P 2/. Par définition : [ ] d V P 2/ O P [ ] d O O 1 [ d + ] O 1 P Premier terme : on reconnaît la vitesse du point O 1 de S 1 par rapport à R. [ ] d O O 1 V O1 1/ (1.3) [ ] d Second terme : on ne peut pas calculer directement la dérivée O 1 P, car ni le point O 1 et P ne sont des points fixes de R, il faut donc utiliser la relation de dérivation vectorielle d un vecteur quelconque en passant par le repère R 1 : [ ] [ ] d d O 1 P O 1 P Ω 1/ O 1 P on a donc : + 1 avec Ω 1/ le vecteur [ vitesse ] de rotation de S 1 par rapport à S (R 1 par rapport à R ). d On reconnaît : O 1 P V P 2/1, la vitesse du point P de S 2 dans son mouvement par 1 rapport au référentiel R 1 ( ) O 1, x x1, y x1, z x1 y1 z 1. [ ] d O 1 P V P 2/1 + Ω 1/ O 1 P V P 2/ V O1 1/ + V P 2/1 + Ω 1/ O 1 P V P 2/ V P 2/1 + V O1 1/ + Ω 1/ O 1 P

26 Si on considère le point P du solide S 1 qui coïncide avec le point P de S 2, on reconnaît alors dans cette relation la vitesse de P de S 1 dans son mouvement par rapport à S V O1 1/ + Ω 1/ O 1 P V P 1/ On obtient finalement la relation de composition des vitesses : V P 2/ V P 2/1 + V P 1/ La vitesse d un point P d un solide S 2 par rapport à un repère R est égale à la somme de la vitesse du point P appartenant à S 2 par rapport au solide S 1 ( repère R 1 ) et de la vitesse du point P fixe dans le solide S 1 par rapport au repère R. On appelle : V P 2/ : vitesse absolue, la vitesse du point P d un solide S 2 par rapport à un référentiel R. V P 2/1 : Vitesse relative, la vitesse du point P d un solide S 2 par rapport au un référentiel R 1 mobile par rapport au référentiel R. V P 1/ : Vitesse d entraînement, la vitesse du point P fixe dans le référentiel R 1 par rapport au référentiel R.. Généralisation : Soit P un point du solide S i+1 mobile par rapport au solide S i lui même mobile par rapport au solide S i 1,...,lui même mobile par rapport au solide S 1, lui même mobile par rapport à S. lors V P (i+1)/ V P (i+1)/i + V P i /(i 1) + + V P 2/1 + V P 1/ Composition des vecteurs vitesses de rotation Soit deux référentiels R 1 et R 2 en mouvement par rapport à un référentiel R. soit Ω R2 /R 1 et Ω R1 /R les vecteurs rotation de R 2 par rapport à R 1 et der 2 par rapport à R On peut alors écrire la loi de composition des vecteurs rotation : Ω R2 /R Ω R2 /R 1 + Ω R1 /R Cinématique du contact ponctuel entre deux solides Soit deux solides S 1 et S en contact ponctuel au point I (figure 1.2). On note n, la normale au plan tangent passant par I. t et u deux vecteurs unitaires du plan tangent en I tel que t u n. Les mouvements possibles entre les deux solides sont : une translation dans le plan tangent, décomposable en deux translations élémentaires suivant t et u ; une rotation autour de l axe ( I, n ), (on nomme cette rotation, le pivotement) ;

27 une rotation dans le plan tangent (le roulement) décomposable en deux rotations élémentaires suivant les axes ( I, t ) et ( I, u ). Le mouvement entre les deux solides peut donc être décrit par { Ω1/ Ωp 1/ + Ωr 1/ V I 1/ Vt 1/ + Vu 1/ { Ω1/ ω p n + ω t t + ω u u V I 1/ V t t + V u u n R n R t I R u t T t T u u FIGURE 1.2 Conctact ponctuel On appelle V I 1/ la vitesse de glissement de S 1 par rapport à S Si V I 1/ et Ωr 1/, on dit que le mouvement est un roulement sans glissement.

28 1.5.6 Exemple guide : Moteur 2 temps Les deux animation ci-dessous permettent de visualiser la cinématique d un moteur 2 temps d un petit avion de modélisme. nimation 3D :http://sciences-indus-cpge.papanicola.info/img/mp4/moteur2temps.mp4 nimation 2D : On se propose de déterminer les vitesses des différents points caractéristiques des solides constituants le mécanisme. y 2 y S 3 B S 2 x 1 S 1 O x S FIGURE 1.21 Moteur de modélisme On considère les solides suivants : S : constitué du carter et de la chemise, repère R ( ) O, x, y, z est associé à ce solide, le point O est sur l axe de rotation entre le vilebrequin et le carter ; S 1 : le vilebrequin et l hélice, repère R 1 ( ) O, x 1, y 1, z 1 avec z z 1, θ ( ) x, x 1, O a x 1 ; S 2 : la bielle repère R 2 ( ), x 2, y 2, z 2 avec z z 2, le point est sur l axe de rotation entre la bielle et le vilebrequin, β ( ) ( ) y, y 2 x, x 2, B L y 2 ;

29 S 3 : le piston. repère R ( ) B, x, y, z O B λ y Q1. Identifier les mouvements entre chaque solide ( S 1 /S, S 2 /S 1, S 3 /S 2, S 3 /S ), préciser les axes et points caractéristiques. Q2. Tracer les différentes figures de calculs. Précisez les vecteurs rotations. Q3. Déterminer la loi d entrée sortie du mécanisme, c est à dire relation entre θ et λ. Q4. En déduire V B 3/ la vitesse de B de S 3 par rapport à R. 1.6 Modélisation cinématique d un solide : le torseur Nous avons vu que la relation entre les vitesses de deux points d un solide S 1, par rapport à un repère R, s écrit : V B S1 /R V S1 /R + Ω R1 /R B Il suffit donc de connaître la vitesse d un point et le vecteur vitesse de rotation entre les deux solides pour définir le comportement cinématique du solide. Le torseur est l entité mathématique permettant de synthétiser la vitesse d un solide. On note : { V1/ { Ω1/ V 1/ Le torseur cinématique du mouvement du solide S 1 par rapport au solide S 1. Ω 1/ et sont les éléments de réductions du torseur { V 1/ en. V 1/ Un torseur est constitué de deux vecteurs, un vecteur résultante, ici Ω 1/, indépendant du point d écriture du torseur et un vecteur moment, ici V 1/, dépendant du point d écriture. Ce même torseur s écrit en B : { V1/ { Ω1/ V B 1/ B { Ω 1/ V B 1/ V S1 /R + Ω R1 /R B On utilise la relation de changement de point pour déterminer V B 1/. On peut aussi écrire ce torseur en précisant les composantes des vecteurs dans une base B ( ) x, y, z. { V1/ { Ω1/ V 1/ ω 1x ω 1y ω 1y V x V y V z x, y, Pour aller plus loin, nous allons étudier les propriétés mathématiques des torseurs. ( z ) B

30 C M 8: Torseurs Un torseur est un outil mathématique utilisé principalement en mécanique du solide indéformable permettant de synthétiser sous une forme vectorielle, aussi bien les actions mécaniques que les mouvement d un solide. On note : { R { T un torseur défini au point, il est constitué : d une résultante : R. d un moment : M défini au point.. R et M sont les éléments de réductions du torseur en La résultante est un invariant du torseur, elle ne dépend pas du point d écriture du torseur. Remarques : : ne jamais omettre le point de réduction du torseur ; le torseur est constitué de deux vecteurs, il est possible de le représenter en détaillant les composantes de ces deux torseurs dans une base, il est alors nécessaire de préciser la base et le point : { R { T M M Rx R y R z M x M y M y ( x, y, z ) Le champ des moments d un torseur est équiprojectif et réciproquement tout champ équiprojectif est le champ de moment d un torseur. La formule de Varignon permet de déterminer le moment en un autre point : M B M + B R Changement de point de réduction Le torseur { T en B s écrit donc : Égalité de deux torseurs : { R { T M B B deux torseurs { { R 1 T 1 { R M + B R M 1 B et { { R 2 T 2 M 2 sont égaux s ils ont même éléments de réduction en un point, réciproquement s ils ont mêmes éléments de réduction en un même point, ils sont égaux. { R1 M 1 { R2 M 2 R 1 R 2 M 1 M 2 L égalité des composantes des vecteurs ne peut s écrire que dans une même base.

31 Torseur nul : Un torseur est nul, si ses éléments de réductions en un point sont nuls. Ces éléments de réduction sont alors nuls en tout point. ddition de deux torseurs : Soit { { R 1 T 1 et { { R 2 T 2 deux torseurs écrits au même M 1 point alors la somme des torseurs s écrit : { T { T1 + { T2 { R1 { { R1 + R 2 T M 1 + M 2 M 1 M 2 + { R2 M 2 Les composantes ne peuvent s additionner que si les torseurs sont écrits au même point dans la même base : { 1x M 1x R 2x M 2x T R R 1y M 1y + R 2y M 2y R 1z M 1z Multiplication par un scalaire : Soit { { R 1 T 1 R 2z M 2z ( x, y, z ) ( x, y, z ) { 1x + R 2x M 1x + M 2x T R R 1y + R 2y M 1y + M 2y R 1z + R 2z M 1z + M 2z ( x, y, z ) M 1 λ {T { R 1 1 λ M 1 un torseur et λ un réel, alors. { λ R 1 λ M 1 Comoment ou produit de deux torseurs : On appelle comoment le scalaire : { T1 { T2 { R1 M 1 { R2 M 2 { { T1 T2 R 1 M 2 + R 2 M 1 Pour calculer ce produit, il est nécessaire d écrire les torseurs en un même point. Le comoment est un invariant, il ne dépend pas du point de réduction des torseurs. On appelle automoment, le comoment d un torseur avec lui même : { T1 { T1 { R1 M 1 { { T1 T1 2 R 1 M 1 { R1 M 1

32 Formes particulières : Torseur couple : un torseur couple est un torseur particulier pour lequel la résultante est nulle : { { T M Le moment d un torseur couple est le même en tout point de l espace. L automoment du torseur couple est nul : P { T1 { T1 { Torseur glisseur : un torseur est dit torseur glisseur s il existe un point tel que le moment en ce point est nul. { { R T Exemple guide : Moteur 2 temps - suite On reprend le moteur de mendélisme de la figure 1.21 Q5. Écrire les torseurs cinématiques entre les solides S 1 et S, S 2 et S 1, S 3 et S 2, S 3 et S. Q6. En déduire le torseur cinématique de S 2 par rapport à S, proposez deux formes différentes pour ce torseur.

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4 SOAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Prouit ou comoment e eux torseurs 4 2.2 Torseurs élémentaires 4 2.2.1 Torseur couple 4 2.2.2 Torseur

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

CHAPITRE II : STATIQUE

CHAPITRE II : STATIQUE CHPITRE II : STTIQUE - Généralités : I. NTIN DE RCE : En mécanique, les forces sont utilisées pour modéliser des actions mécaniques diverses (actions de contact, poids, attraction magnétique, effort ).

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Ecole Polytechnique de l Université de Nice - Sophia Antipolis CiP1 Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Patrizia Vignolo Jean-Michel Chauveau Thibault Gayral Sommaire : Introduction

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

Repérage d un point - Vitesse et

Repérage d un point - Vitesse et PSI - écanique I - Repérage d un point - Vitesse et accélération page 1/6 Repérage d un point - Vitesse et accélération Table des matières 1 Espace et temps - Référentiel d observation 1 2 Coordonnées

Plus en détail

Géométrie en trois dimensions

Géométrie en trois dimensions 1 Géométrie en trois dimensions Il s agit de visualiser des objets en trois dimensions sur un plan, pour nous l écran de l ordinateur. Pour ce faire, nous allons simplifier les choses au maximum. Nous

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

Sciences industrielles Cours

Sciences industrielles Cours Lycée Blaise Pascal Mathématiques supérieures et spéciales Sciences industrielles Cours Mathématiques supérieures GENERALITE 7 QUELQUES INFORMATIONS SUR LES SYSTEMES 9 I Introduction 9 II Définition 9

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle.

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. TP force centrifuge Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : Étudier la force centrifuge dans le cas d un objet ponctuel en rotation uniforme autour d un axe fixe. 1 Présentation

Plus en détail

Michel Henry Nicolas Delorme

Michel Henry Nicolas Delorme Michel Henry Nicolas Delorme Mécanique du point Cours + Exos Michel Henry Maître de conférences à l IUFM des Pays de Loire (Le Mans) Agrégé de physique Nicolas Delorme Maître de conférences à l université

Plus en détail

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique ELECTROTATIQUE - 2 1. Rappels 2. Outils mathématiques 2.1. ystèmes classiques de coordonnées 2.2. Volume élémentaire dans chaque système de coordonnées 2.3. Intégrales des fonctions de points 2.4. Circulation

Plus en détail

Exercice 1 Trouver l équation du plan tangent pour chaque surface ci-dessous, au point (x 0,y 0,z 0 ) donné :

Exercice 1 Trouver l équation du plan tangent pour chaque surface ci-dessous, au point (x 0,y 0,z 0 ) donné : Enoncés : Stephan de Bièvre Corrections : Johannes Huebschmann Exo7 Plans tangents à un graphe, différentiabilité Exercice 1 Trouver l équation du plan tangent pour chaque surface ci-dessous, au point

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

en utilisant un point-virgule.

en utilisant un point-virgule. 6 Chapitre Chapitre 6. Géométrie analytique Ce chapitre présente les possibilités de votre calculatrice dans le domaine de la géométrie analytique, tout particulièrement pour les problèmes liés aux espaces

Plus en détail

par Gilbert Gastebois

par Gilbert Gastebois Le gyroscope 1. Schémas par Gilbert Gastebois 2. Étude du mouvement d'une toupie. Une toupie est un gyroscope dont l'une des extrémités de l'axe est posée sur le sol sans possibilité de glissement. : vitesse

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

TABLE DES MATIERES #! #! # $ #!!

TABLE DES MATIERES #! #! # $ #!! MECANIQUE 1 2 TABLE DES MATIERES! "!! $!! 3 ! $!!!!! "! 4 $% % & ' % % %! $ %!! 5 $ ' $ $ %! % $!!! " ( "! ( $ ) " 6 $ $* $ $ " " % 7 8 UTILISATION DU COURS Il est conseillé aux utilisateurs de ce cours

Plus en détail

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES RAPPELS DE MATHEMATIQUES ORTHOPHONIE Première année 27 28 Dr MF DAURES 1 RAPPELS DE MATHEMATIQUES I - LES FONCTIONS A - Caractéristiques générales des fonctions B - La fonction dérivée C - La fonction

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

Outils Mathématiques 4

Outils Mathématiques 4 Université de Rennes1 Année 5/6 Outils Mathématiques 4 Intégrales de surfaces résumé 1 Surfaces paramétrées éfinition 1.1 Une surface paramétrée dans l espace, est la donnée de trois fonctions de classes

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

S2I. La robotique au service du handicap

S2I. La robotique au service du handicap I Introduction S2I PSI 4 heures Calculatrices autorisées La robotique au service du handicap 2010 Les avancées technologiques récentes des actionneurs électriques ont permis le développement du champ d

Plus en détail

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test Navigation PY401os (2011-2012) Collège École de Commerce PER Université Impressum Connecté sous le nom «Bernard Vuilleumier» (Déconnexion) Réglages Outils de travail Outils de travail Accueil Cours Collège

Plus en détail

les forces en physique sont des grandeurs vectorielles, définies par :

les forces en physique sont des grandeurs vectorielles, définies par : STATIQUE STATIQUE PLANE (Statics) Définition : étude de l équilibre des corps. En statique plane les actions et les forces étudiées appartiennent toutes à un même plan Les forces et les moments : une action

Plus en détail

Chapitre 7 Leschangementsde référentiels

Chapitre 7 Leschangementsde référentiels Chapitre 7 Leschangementsde référentiels 59 7.1. Introduction 7.1.1. Position du problème L étude des trajectoires di ère selon le référentiel dans lequel on se place. Par exemple, observons la valve d

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces

GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces non parallèles Si un solide soumis à l'action de 3 forces A

Plus en détail

MACHINES SIMPLES, MÉCANISMES ET TECHNIQUES

MACHINES SIMPLES, MÉCANISMES ET TECHNIQUES MACHINES SIMPLES, MÉCANISMES ET TECHNIQUES Ce document s adresse à des adultes. 2010-2011 La mécanique Quelques définitions Mécanique Mécanisme Utilité d un mécanisme Mise en fonction des mécanismes Force

Plus en détail

Produit scalaire dans l Espace

Produit scalaire dans l Espace Produit scalaire dans l Espace Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 014/015 Table des matières 1 Produit scalaire du plan 1.1 Différentes expressions du produit scalaire............................... 1.

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Étude statique du tire bouchon

Étude statique du tire bouchon Méthodologie MP1 Étude statique Tire-bouchon Étude statique du tire bouchon On s intéresse à l aspect statique du mécanisme représenté en projection orthogonale sur la figure 1. Le tire bouchon réel est

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

PeiP Polytech Paris-Sud

PeiP Polytech Paris-Sud PeiP Polytech Paris-Sud Année 1 - Semestre 2 MECANIQUE 2011-2012 C.Pasquier Polycopié réalisé avec la suite libre Openoffice.org 3.3.0 (http://www.openoffice.org) Cours de mécanique S2-PoPS et L1: C.Pasquier,

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

LA STATIQUE MODELISATION DES ACTIONS MECANIQUES

LA STATIQUE MODELISATION DES ACTIONS MECANIQUES I- Introduction L MECNIQUE C est la science mise à notre disposition afin de déterminer : les efforts, les caractéristiques d un mouvement, les dimensions, les déformations, les conditions de fonctionnement

Plus en détail

13. Géométrie analytique

13. Géométrie analytique 13. Géométrie analytique La géométrie analytique permet de résoudre par le calcul des problèmes de géométrie. Il convient toutefois de ne pas perdre de vue que la géométrie analytique est d abord de la

Plus en détail

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos 1 Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos - créer ou modifier un mouvement - déformer un corps odélisation des actions mécaniques.1. Notion de

Plus en détail

La perte d équilibre d un cube

La perte d équilibre d un cube La perte d équilibre d un cube P. Coullet et M. Monticelli 20 mars 2003 Introduction Un parallélépipède homogène de section carré est posé sur un plan que l on peut incliner (voir figure ). Les revêtements

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES FERME-PORTE (ou «groom») Un «groom» est un système hydro-mécanique de fermeture automatique de porte. Description du fonctionnement La figure montre le dispositif

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014

Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014 DA 5 pour le 15 avril 2014 Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014 Problème : Essuie-vitre à détecteur de pluie Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail

Dispositif d essuie-glace de la Renault Scenic II

Dispositif d essuie-glace de la Renault Scenic II S si Dispositif d essuie-glace de la Renault Scenic II TD 1. Présentation du dispositif Introduction Les essuie-glaces sont des raclettes en caoutchouc, montées sur des bras actionnés par un moteur électrique,

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR COMPORTEMENT DYNAMIQUE D UN VEHICULE AUTO-BALANCÉ DE TYPE SEGWAY Partie I - Analyse système Poignée directionnelle Barre d appui Plate-forme Photographies 1 Le support

Plus en détail

Modèle d une automobile.

Modèle d une automobile. Modèle d une automobile. On modélise une automobile par deux disques homogènes identiques de masse m de rayon a, de moment d inertie J = (1/) m a par rapport à leurs axes respectifs, de centre C, en contact

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

On peut mesurer l intensité (ou la «valeur») d une force à l aide d un dynamomètre. L intensité d une force s exprime en newton, symbole : N

On peut mesurer l intensité (ou la «valeur») d une force à l aide d un dynamomètre. L intensité d une force s exprime en newton, symbole : N CH5 FORCES ET PRINCIPE D INERTIE A) POURQUOI LE MOUVEMENT D UN OBJET EST-IL MODIFIE? POURQUOI SE DEFORME-T-IL? I - RAPPELS. L existence d une force est conditionnée à l identification d une interaction,

Plus en détail

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation )

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Introduction : On se place dans plan affine euclidien muni

Plus en détail

SCIENCES SUP. 2 e édition. Cours et exercices corrigés. Licence 1 re et 2 e années COURS DE PHYSIQUE MÉCANIQUE DU POINT. Alain Gibaud Michel Henry

SCIENCES SUP. 2 e édition. Cours et exercices corrigés. Licence 1 re et 2 e années COURS DE PHYSIQUE MÉCANIQUE DU POINT. Alain Gibaud Michel Henry SCIENCES SUP Cours et exercices corrigés Licence 1 re et 2 e années COURS DE PHYSIQUE MÉCANIQUE DU POINT 2 e édition Alain Gibaud Michel Henry COURS DE PHYSIQUE MÉCANIQUE DU POINT Alain Gibaud Professeur

Plus en détail

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles 1 Inspection d une spécification portée sur un dessin Les étapes : Définir selon la norme (ISO) la

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Nombres complexes et géométrie euclidienne

Nombres complexes et géométrie euclidienne 19 Nombres complexes et géométrie euclidienne Le corps C des nombres complexes est supposé construit voir le chapitre 7. On rappelle que C est un corps commutatif et un R-espace vectoriel de dimension,

Plus en détail

Synthèse d'image avancée

Synthèse d'image avancée Plan Snthèse d'image avancée Cours 2: Transformations, perspective et caméras Motivation Rappels d algèbre linéaire Transformations Caméra sténopé, projection Sources: Xavier Granier, Nicolas Holzschuch

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

1 Exercices d introduction

1 Exercices d introduction Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD 4 : accélération, mouvement parabolique, mouvement oscillant 1 Exercices d introduction 1. Evolution de la population mondiale Année (1er janvier) 1500 1600

Plus en détail

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie?

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Nom : Groupe : Date : Verdict Chapitre 11 1 La communication graphique Pages 336 et 337 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Les dessins de fabrication. Les schémas.

Plus en détail

Vent, courant, caps, vitesses et routes

Vent, courant, caps, vitesses et routes Vent, courant, caps, vitesses et routes Olivier Parodi olivier.parodi@gmail.com Démons et merveilles Vents et marées... J. Prévert 1 Introduction On trouve trop souvent, dans des articles ou dans des contributions

Plus en détail

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011 Baccalauréat S Métropole 1 juin 011 EXERCICE 1 Les deux parties A et B peuvent être traitées indépendamment. 4 points Les résultats seront donnés sous forme décimale en arrondissant à 10 4. Dans un pays,

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL OBJECTIFS Jusqu à présent, nous avons rencontré deux méthodes pour obtenir l équation du mouvement d un point matériel : - l utilisation du P.F.D. - et celle du

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Vecteurs Translation et rotation

Vecteurs Translation et rotation HPTR 10 Vecteurs Translation et rotation bjectifs Établir une relation entre les vecteurs et la translation. onstruire un représentant du vecteur somme à l aide d un parallélogramme. onstruire et caractériser

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Précession du périhélie de Mercure

Précession du périhélie de Mercure Préparation à l Agrégation de Sciences Physiques ENSP - Montrouge François Levrier Problème de mécanique Précession du périhélie de Mercure 1 er décembre 25 Ce problème, qui est basé en partie sur celui

Plus en détail

Machines synchrones. Gérard-André CAPOLINO. Machines synchrones

Machines synchrones. Gérard-André CAPOLINO. Machines synchrones Gérard-ndré CPOLINO 1 Machine à pôles lisses Concept (machine à 2 pôles) Le stator est un circuit magnétique circulaire encoché Un bobinage triphasé est placé dans les encoches Le rotor est également un

Plus en détail

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011 Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 010-011 novembre 010 I Définition d une conique en terme d équation cartésienne On se place dans le repère orthonormé direct (0, i, j ).

Plus en détail

Analyse en Composantes Principales

Analyse en Composantes Principales Analyse en Composantes Principales Anne B Dufour Octobre 2013 Anne B Dufour () Analyse en Composantes Principales Octobre 2013 1 / 36 Introduction Introduction Soit X un tableau contenant p variables mesurées

Plus en détail

Courbes paramétrées. 1 ère étude

Courbes paramétrées. 1 ère étude Courbes paramétrées. ère étude Dans le programme de maths sup, l étude des courbes paramétrées est prévue en début d année à un moment où l on manque d outils en analyse. Le présent chapitre se place dans

Plus en détail

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : notion de vecteur, transformation de points par translation et vecteurs égaux Exercice 2 : parallélogramme

Plus en détail

C est un mouvement plan dont la trajectoire est un cercle ou une portion de cercle. Le module du vecteur position OM est constant et il est égal au

C est un mouvement plan dont la trajectoire est un cercle ou une portion de cercle. Le module du vecteur position OM est constant et il est égal au 1 2 C est un mouvement plan dont la trajectoire est un cercle ou une portion de cercle. Le module du vecteur position est constant et il est égal au rayon du cercle. = 3 A- ouvement circulaire non uniforme

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL Version simplifiée de la Session 2003 Série S Sciences de l ingénieur

BACCALAUREAT GENERAL Version simplifiée de la Session 2003 Série S Sciences de l ingénieur BACCALAUREAT GENERAL Version simplifiée de la Session 2003 Série S Sciences de l ingénieur Composition écrite de Sciences de l'ingénieur Durée 4 heures Étude d'un système pluritechnique. Sont autorisés

Plus en détail

Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO»

Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO» ECOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 212 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES INGENIEURS DU CONTROLE DE LA NAVIGATION AERIENNE Epreuve optionnelle obligatoire de SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGENIEUR

Plus en détail

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal 1 Introduction Dans les premiers chapitres d électrocinétique, nous avons travaillé sur les régimes transitoires des circuits comportant conducteur ohmique,

Plus en détail

Prise en main du logiciel GeoGebra

Prise en main du logiciel GeoGebra Prise en main du logiciel GeoGebra 1 Introduction 1.1 Principes GeoGebra est un logiciel de géométrie dynamique permettant d effectuer des constructions de figures de façon purement géométrique mais également

Plus en détail

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME c A vos cours 2001 1 Concours CCP 2001 PSI PREMIERE COMPOSITION DE SC. PHYSIQUES (Durée : 4 heures) Les calculatrices programmables et alphanumériques sont autorisées, sous réserve des conditions définies

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail