CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO."

Transcription

1 CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO. DEFINITION. - Cervicalgie : douleur susceptible d intéresser la région s étendant de l occiput, à la partie haute du thorax (plan de la 1 côte, passant par la 1 dorsale : en arrière, le processus épineux immédiatement sous jacent au relief le plus marqué à la base du cou = épineuse de la 7 vertèbre cervicale ; en avant la région juxta claviculaire). Parler de douleur de l axe rachidien sans faire allusion aux douleurs rapportées est un non sens pour deux raisons : - soit la cervicalgie est très dominante, et le patient en oublie de parler de certaines irradiations ; celles-ci méconnues peuvent égarer le diagnostic, et l interrogatoire programmé et approfondi doit rechercher un certain nombre de douleurs régionales «associées». L on exclue toutefois la névralgie cervico-brachiale avec retentissement sensitivomoteur sur la racine correspondante (racine = nerf issu de l espace entre deux vertèbres adjacentes), dont le diagnostic peut être complexe et le pronostic incertain au début de l évolution,et qui exclue pratiquement le recours aux thérapeutiques manuelles dans les 6 premières semaines au moins. - soit le symptôme d appel est une douleur rapportée (une céphalée par exemple = mal de tête) et l examen spécialisé va rattacher cette algie trompeuse à son origine rachidienne cervicale. L on situera à part dans ce chapitre les troubles de l équilibre, qui doivent faire l objet d une enquête étiologique (recherche de la cause) médicale poussée, avant toute proposition thérapeutique, quelle qu elle soit. - Commune : la cervicalgie ne doit pas être révélatrice d une pathologie au pronostic sévère : 1- parce que l on se trouve en présence d une lésion intrinsèque grave (spondylodiscite = inflammation du disque le plus souvent infectieuse, véritable abcès ; hernie discale ; lésions métastatiques d origine cancéreuse ; lésion vasculaire ; tumeur du tronc cérébral ) 2- parce que la cervicalgie est un symptôme révélateur parmi d autres, d une pathologie générale de pronostic souvent sévère : irradiation d origine cardiovasculaire (dissection aortique, infarctus du myocarde), artérites (maladie de Horton ) ; polyartrite rhumatoïde, rhumatisme psoriasique, pelvispondylite rhumatismale, chondrocalcinose articulaire diffuse ; lymphomes (maladies du sang), et d autres encore. POSER LE DIAGNOSTIC DE CERVICALGIE COMMUNE IMPLIQUE UNE SOLIDE CONNAISSANCE ANATOMIQUE, PHYSIOPATHOLOGIQUE,CLINIQUE, et il n est pas présomptueux de dire qu il s agit d un diagnostic relevant de certaines spécialités médicales : neurologue, rhumatologue, médecin de rééducation, médecine interne, possédant une formation de base en médecine manuelle déjà conséquente. Il ne s agit donc pas d un diagnostic relevant d un non médecin, et la responsabilité d un geste mal conduit en reviendrait automatiquement et sans réserve au médecin qui en amont n aurait pas fait le bon diagnostic, afin d orienter favorablement son patient vers le praticien compétent.

2 Photo 1 de face Principales projections douloureuses(vue postérieure) Photo 2 de dos Principales projections douloureuses (vue antérieure) LE DIAGNOSTIC POSITIF. Repose sur un interrogatoire extrêmement précis et complet, véritablement «policier». A- L interrogatoire. 1-Douleur aigüe. a) traumatique le traumatisme peut être modéré, sans malaise rapproché, avec parfaite conservation de la conscience. La mobilité du rachis cervical est limitée partiellement, sans attitude antalgique marquée. A l évidence il n existe pas de lésion anatomique sévère. b) non traumatique Divers modes de survenue sont retrouvés : * matin au réveil (ou parfois la nuit) : évoque un déterminisme postural avec éventuel trouble statique préexistant * douleur de fin de journée: évoque fatigabilité musculaire (postures fixes maintenues, attention soutenue, problèmes visuels associés surtout si travail sur écrans) * autres stress (physique : froid.) ou psychique : évoque participation des tissus péri articulaires (musculo-tendineuse, sans préjuger d une lésion anatomique particulière: mais le stress peut révéler une hypertension chez un patient vasculaire)

3 * la douleur est plutôt calmée par le mouvement (évoque contractures musculaires simples résolutives à l échauffement, ou rôle de structures musculaires dorsales hautes : trapèzes ) 2- Douleur chronique. Importance des notions d âge, d horaire préférentiel, de signes d accompagnement, d effet de divers médicaments. AGE : enfant < 15 ans se méfier (notamment de lésions tumorales) ; chez l adulte jeune (< 40 ans) l on a affaire en général à des lésions mécaniques souvent post traumatiques retardées, ou d ordre professionnel, mais se méfier d un rhumatisme inflammatoire chronique débutant ; chez l adulte d âge moyen (40 à 65 ans) l on se situe plutôt dans le chapitre des affections dégénératives (arthrose +/- sur dysplasies diverses) ; chez le sujet âgé (> 65 ans) penser aux affections déminéralisantes, tumorales secondaires, coxopathies, radiculalgies, chondrocalcinose entre autres. HORAIRE PREFERENTIEL : la cervicalgie commune est plutôt diminuée par l exercice (d où un dérouillage matinal spontané souvent limité), mais se réveille habituellement à la fatigue en fin de journée. SIGNES D ACCOMPAGNEMENT : en+ ou en - Maux de tête (unilatéraux ++) Scapulalgies : supérieure et postérieure notamment Absence de troubles de l équilibre Absence de troubles visuels EFFETS DES MEDICAMENTS : Antalgiques : action rapide mais pas constante dans le temps : efficacité plus inconstante dans la cervicalgie commune chronique. Anti-inflammatoires : par leur action à la fois antalgique, mais également anti-rhumatismale, leur effet est souvent plus constant, mais leur emploi est limité par les effets secondaires potentiels (cardio-vasculaires, rénaux, digestifs) Raison pour laquelle la Médecine Manuelle trouve dans la cervicalgie commune toute son utilité et son succès. B- L Examen physique. L examen doit être systématisé, PROGRAMMÉ, afin de s entourer de toutes les sécurités diagnostiques et thérapeutiques. 1- Un examen neurologique complet est réalisé avant toute chose : étude des fonctions de la moëlle épinière, des paires crâniennes, des voies de l équilibre. 2- Un examen à orientation vasculaire est ensuite réalisé. Auscultation du cœur et des vaisseaux du cou, étude des pouls crâniofaciaux (à la recherche de vascularite), étude de la racine des membres supérieurs (pouls, et avec postures facilitatrices à la recherche de conflit au défilé cervico-thoracique) 3- Un examen de l appareil locomoteur peut alors être proposé. L étude posturale du rachis dans sa globalité s impose.

4 Etude de la statique et de la mobilité lombaire et dorsale, puis étude de la mobilité cervicale (et en particulier de postures combinées : ex. rotation d un côté en extension puis en flexion : ces techniques apportent des renseignements très précieux mais ne sont pas assez mises en pratiques : leur intérêt est fondamental en expertise ) ; l examen des épaules en passif et actif + testing musculaire ; l examen des mains (certains atteintes orientant davantage vers une pathologie inflammatoire chronique plutôt que dégénérative «arthrosique») en extension indifférente, les rotations à droite et à gauche affichent très peu de différence en extension forcée, la rotation droite est manifestement limitée par rapport à son homologue gauche

5 4- Un examen général conclut l examen physique. Accordant en particulier une attention sur la loge thyroïdienne, les aires ganglionnaires, la peau et les muqueuses. C- Examens complémentaires. - La prise de la Tension Artérielle est incontournable, surtout en présence de céphalées associées. - La réalisation de radiographies standard du rachis : cervical bien sûr (incidences de face + profils en flexion et extension + incidences dites de ¾), mais également du rachis dorsal lorsque l examen clinique a révélé des dysfonctions dorsales et notamment supérieures Au terme de toutes ces investigations, l on a regroupé un certain nombre d éléments permettant d éliminer une cervicalgie par lésion intrinsèque grave, ou une cervicalgie symptôme d une affection générale de pronostic sévère. Au chapitre du diagnostic différentiel ( immense comme on peut le supposer) nous citerons, de façon volontairement très limitative, quelques pièges classiques et fréquents. Ceci doit motiver médecin traitant et patient à la plus grande prudence. LE DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL : dans une formule très restreinte. * Association cervicalgie et maux de tête - maladie de HORTON (affection grave en raison du pronostic oculaire à court terme et nécessitant une mise sous corticothérapie, à dose suffisante et en urgence) - tumeurs du tronc cérébral (à suspecter en particulier chez le sujet jeune) - Hypertension artérielle - Coronarite dans sa forme cervico-scapulaire (chez les sujets à risque, penser au test à la trinitrine) * Présence d une dorsalgie interscapulaire - une hernie discale dorsale médiane ou para médiane peut simuler ou s associer à une algie d origine cervicale - les pathologies digestives hautes restent un piège fréquent (d autant que l on se trouve devant des patients médicamentés au long cours (hernies hiatales, ulcères gastriques, ) * Cervicalgie et pathologies inflammatoires - dans certaines pathologies rachidiennes l on se situe dans le cadre d une affection inflammatoire chronique (spondylites : polyarthrite rhumatoïde, rhumatisme psoriasique, pelvispondylite rhumatismale) - certaines affections viscérales de voisinage ont pour expression prédominante une cervicalgie (thyroïdites) - certains lymphomes prennent le masque de cervicalgies, d allure chronique et résistant aux propositions thérapeutiques classiques.

6 CONDUITE THÉRAPEUTIQUE. En première intention : distinguer l effet des antalgiques par rapport aux antiinflammatoires. En effet, un rôle spectaculaire des seconds par rapport aux premiers, doit rendre prudent dans l indication d un traitement physique et notamment manuel. Immobilisation partielle du rachis cervical : Dans les phases de relâchement du contrôle postural, c est à dire principalement lors du sommeil. Une serviette éponge roulée autour du cou (et soigneusement fixée) est souvent mieux supportée qu un collier (plus rigide et moins adaptable aux variations de courbures du rachis, notamment sur une scoliose). La serviette se moule parfaitement à l anatomie du sujet, sans contrainte sur le maxillaire inférieur Le positionnement en rotation gauche montre la bonne contention du cou Les traitements manuels : - massages des grands haubanages : préalable sinon indispensable, du moins très souhaitable à notre sens. On insiste en particulier sur la relaxation des muscles trapèzes, scalènes, sternocleido-mastoïdiens, et ne pas oublier dans bon nombre de cas les pectoraux (en particulier dans les syndrômes irritatifs cervico-thoraciques)

7 - la détente axiale du rachis : passive bien sûr, qui permet de tester le degré d extensivité intervertébral et en cas de douleur se limiter dans les techniques manuelles en première intention. Mais surtout active et en particulier grâce aux techniques dites en dissociation cervico-scapulaires. - les mobilisations antalgiques en utilisant le schéma en étoile de Yvon LESAGE et Robert MAIGNE, et qui permettent de tester les limites de mobilisations intervertébrales dans des incidences plus complexes, sachant que 3 directions sur les 6 de base sont indispensables pour se situer dans les zones à faibles risques d effets secondaires ( les 6 axes : flexion, extension, inflexions latérales D et G, rotations D et G) - les manipulations vertébrales peuvent être indiquées, lorsque les étapes précédentes se sont déroulées normalement. C est la raison pour laquelle, en règle générale, l on déconseille de manipuler un(e) patient(e) dès la première séance. Les tests de postures restent à notre avis très utiles, et nous ont permis de dépister un nombre non négligeable d hypoplasie d artère vertébrale, ou syndrôme vertébro-basilaire athéromateux. La pratique d un doppler lors de l examen du patient se discute, en phase prémanipulative : reste à définir les limites légales de ce type d examen, c est à dire sa validation. CONCLUSION. Le chapitre de la cervicalgie commune est sans doute le plus sensible de la pathologie ostéo-articulaire.

8 La phase diagnostique est essentielle, et nous avons vu qu elle doit être confiée à un médecin entraîné, afin d assurer le maximum de sécurité au patient. La phase thérapeutique découle directement de la précédente et s y mêle intimement, pour peu que le médecin qui établit le diagnostic soit compétent en médecine manuelle, ou travaille de concert avec un médecin diplômé en médecine manuelle (diplôme universitaire) RAPPEL MÉDICO-LÉGAL L ARTICLE 3 du décret N du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d exercice de l ostéopathie précise qu après un diagnostic établi par un médecin attestant l absence de contre indication médicale à l ostéopathie, le praticien justifiant d un titre d odtéopathe est habilité à effectuer les manipulations du rachis cervical. Ce certificat engage la responsabilité du médecin. Il ne doit donc être délivré qu après examen clinique soigneux, et pratique d examens complémentaires, au terme d une démarche spécifique. Il est clair à la lecture de cet article que la position idéale pour le patient est celle de la prise en charge diagnostique et thérapeutique par le même praticien, donc un médecin aguerri et titulaire d un diplôme universitaire en Médecine Manuelle.

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie)

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) Le diagnostic d une douleur du genou est sans doute l un des plus délicats à poser, si l on

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

Les douleurs projetées d origine cervicale 1

Les douleurs projetées d origine cervicale 1 Les douleurs projetées d origine cervicale 1 Les douleurs provenant du rachis cervical se caractérisent par la fréquence avec laquelle elles s associent à des projections dans des territoires à distance

Plus en détail

Rééducation Posturale Globale

Rééducation Posturale Globale Rééducation Posturale Globale R.P.G. Créateur de la méthode : Philippe E. SOUCHARD France Petit guide à l attention de nos patients La Rééducation Posturale Globale est apparue en 1980 à la suite de plus

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

ATELIER 3. Imputabilité, état antérieur, consolidation, rechute. 2 cas pratiques. 10èmes JNMA 21 Octobre 2011 NANTES

ATELIER 3. Imputabilité, état antérieur, consolidation, rechute. 2 cas pratiques. 10èmes JNMA 21 Octobre 2011 NANTES ATELIER 3 Imputabilité, état antérieur, consolidation, rechute 2 cas pratiques 10èmes JNMA 21 Octobre 2011 NANTES Docteur Pascal ARRIVE, animateur Docteur Jean-Michel MAUREL, expert Un agent de 48 ans

Plus en détail

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION Parfois sous estimées, les orthèses de compression contention augmentent le niveau de vigilance par leur mécanisme de «rappel à l ordre», préviennent les récidives

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie 4 Item 53 Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie et l orthophonie Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Argumenter les principes d'utilisation

Plus en détail

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat rappeler l examen clinique du rachis Reconnaître les signes d alertes(red flags) Distinguer la lombalgie commune d une lombalgie

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 La chiropraxie pour les seniors : Pathologies, prévention et traitement Avec une espérance de vie qui ne cesse de croître, les chiropracteurs sont de plus en plus confrontés

Plus en détail

MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS

MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS Le mal de dos? Nous sommes pratiquement tous concernés! En effet, plus de 80% de la population

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Pathologie de l épaule.

Pathologie de l épaule. Pathologie de l épaule. 99 % de la population fera une tendinite du sus épineux dans sa vie. C est une tendinite quasi-inévitable et anatomique. Certains ont une tendinite chronique qui peut durer des

Plus en détail

La manutention manuelle et la prévention des maux de dos. Plan de la présentation

La manutention manuelle et la prévention des maux de dos. Plan de la présentation La manutention manuelle et la prévention des maux de dos. Joëlle Harrisson Prévention-Inspection, CSST Colloque CSST 2014, Abitibi-Témiscamingue Plan de la présentation Anatomie de la colonne vertébrale

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

Centre Européen d Enseignement Supérieur d Ostéopathie de Lyon. Rapport de Stage. Observation Clinique à la Britisch School Of Osteopathy (BSO)

Centre Européen d Enseignement Supérieur d Ostéopathie de Lyon. Rapport de Stage. Observation Clinique à la Britisch School Of Osteopathy (BSO) Centre Européen d Enseignement Supérieur d Ostéopathie de Lyon Rapport de Stage Observation Clinique à la Britisch School Of Osteopathy (BSO) SOARES BENJAMIN, TROGER CAMILLE 5 D2, année universitaire 2012-2013

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne

Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne L adaptation de l environnement Ceci concerne les objets usuels adaptés pour limiter les efforts afin de ne pas se luxer : des ouvres bouteilles,

Plus en détail

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011 T. Sacroug L. Brulhart D. Nguyen Lombalgie, syndrome radiculaire: quelle imagerie pour qui et à quel moment? Patient de 67 ans En vacances à Genève, retour à Moscou prévu 15 jours après notre 1 ère consultation.

Plus en détail

Prévenir... le mal de dos

Prévenir... le mal de dos Prévenir... le mal de dos 5 Mal de dos mal du siècle Qui n a pas un jour souffert du mal de dos? 8 personnes sur 10 souffrent ou souffriront du dos Plus d un français sur trois déclare avoir souffert du

Plus en détail

Préfaces... 6. Introduction... 8

Préfaces... 6. Introduction... 8 Préfaces... 6 Introduction... 8 Comment aborder une problématique musculosquelettique chronique?... 10 Termes importants... 12 La douleur... 14 Repérage anatomique... 24 Les principaux syndromes musculosquelettiques...

Plus en détail

Solva Thérapie traitement de la douleur, de la mobilité réduite et de la distorsion posturale

Solva Thérapie traitement de la douleur, de la mobilité réduite et de la distorsion posturale Solva Thérapie traitement de la douleur, de la mobilité réduite et de la distorsion posturale Cours de la formation continue dans les thérapies manuelles Pour ceux qui veulent ajouter des techniques efficaces,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

LE MAL AU DOS "mal du siècle" Christian BABY. Kinésithérapeute. Moniteur Cadre de Santé. Copyright, 1996 Dale Carnegie & Associates,

LE MAL AU DOS mal du siècle Christian BABY. Kinésithérapeute. Moniteur Cadre de Santé. Copyright, 1996 Dale Carnegie & Associates, LE MAL AU DOS "mal du siècle" Christian BABY Kinésithérapeute Moniteur Cadre de Santé Copyright, 1996 Dale Carnegie & Associates, Le mal de dos: le mal du siècle. Personne ou presque n'y échappe D'après:

Plus en détail

La névralgie d Arnold existe-t-elle? Les symptômes particuliers du rachis cervical F.MEYER AHP - 05 / 12 / 2009 Introduction Grande variété de symptômes : Céphalées Hémicrânies Douleur sus, retro-orbitaire

Plus en détail

Objec&fs. Hugues De Lachevrotière Janvier 2012. Savoir faire un examen du rachis dorsolombaire. Savoir reconnaître les principales pathologies

Objec&fs. Hugues De Lachevrotière Janvier 2012. Savoir faire un examen du rachis dorsolombaire. Savoir reconnaître les principales pathologies Hugues De Lachevrotière Janvier 2012 Objec&fs Savoir faire un examen du rachis dorsolombaire Et comprendre ce que l on fait! Savoir reconnaître les principales pathologies 1 Plan Anatomie Examen physique

Plus en détail

Une approche médicale naturelle

Une approche médicale naturelle Publications des chiropraticiens suisses: La chiropratique - une approche médicale naturelle La chiropratique et la hernie discale La chiropratique et la sciatique La chiropratique et le mal de tête La

Plus en détail

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM Résumé de la soirée et conclusions du Dr Brigitte CHAPOT par rapport aux pathologies traitées

Plus en détail

I N S T I T U T M c K E N Z I E F r a n c e

I N S T I T U T M c K E N Z I E F r a n c e PROGRAMME 1 DETAILLE DE LA FORMATION LONGUE McKENZIE COMPOSEE DES 4 MODULES A, B, C ET D DE 28H CHACUN SUR 4 JOURS SOIT 112 HEURES SUR 16 JOURS AU TOTAL : PROGRAMME 2 DETAILLE DU COURS McKENZIE A : Le

Plus en détail

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE La colonne vertébrale présente des courbures normales (physiologiques) : lordoses et cyphoses qu'il convient de différencier de courbures pathologiques (cyphose accentuée,

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

De l huile de massage et une serviette de bain.

De l huile de massage et une serviette de bain. 1 er Séminaire / 29 et 30 Octobre 2011 Introduction théorique du Yin Yang et les 12 méridiens. Le concept viscéral les massages libération LE SACRUM : Les muscles fessiers méridien de Vessie Sacrum postérieur

Plus en détail

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS Le mal de dos s améliore en bougeant Ce que vous devez savoir En général, le mal de dos n est pas causé par

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE «Les pièges et difficultés» Quand le patient décrit sa douleur de hanche, il évoque une région douloureuse et non l articulation coxo-fémorale La souffrance de la coxo-fémorale

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS

ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS Qu est ce que l ergonomie d un poste de travail? ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS Un poste de travail ergonomique est un poste qui offre un environnement et des équipements permettant de créer

Plus en détail

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Minimum requis pour l examen : Question Internat 227 : Syndrome de la queue de cheval : diagnostic Objectifs de la Société Française de Neurologie (à titre d exemple des

Plus en détail

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil LA LOMBALGIE Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil 1. INTRODUCTION La pathologie dégénérative du rachis lombaire est fréquente : la majorité

Plus en détail

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Introduction Le rôle du médecin MPR : poser les indications Réflexion pluridisciplinaire Définir les objectifs

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Plan Généralités sur la douleur Les différents publics et leurs spécificités Prévention des douleurs et traumatismes La douleur Classification : 3 types de douleur

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Définition et facteurs de risque 2 Définition Contraintes bio-mécaniques,

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

ANALYSE ET REEDUCATION DES RACHIALGIES

ANALYSE ET REEDUCATION DES RACHIALGIES ANALYSE ET REEDUCATION DES RACHIALGIES Actuellement, les rachialgies représentent la première cause d arrêts maladie et de consultations en France ce qui pose un réel problème de Santé publique. Dans ce

Plus en détail

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE PARTICIPATION GRATUITE 26 ES programme PRÉLIMINAIRE* *sous réserve de modifications RENCONTRES DE RHUMATOLOGIE PRATIQUE JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 CAP 15 1-13, quai de Grenelle - Paris 15 e PRÉSIDENT

Plus en détail

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps...

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... Gestes et Postures À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... INTRODUCTION La compétence que vous avez développé pendant ce stage et qui s affinera avec le temps s inscrit dans le cadre

Plus en détail

L articulation temporo-mandibulaire - Cas clinique Jan De Laere - Physiothérapeute et thérapeute manuel - Direction TMNO

L articulation temporo-mandibulaire - Cas clinique Jan De Laere - Physiothérapeute et thérapeute manuel - Direction TMNO L articulation temporo-mandibulaire - Cas clinique Jan De Laere - Physiothérapeute et thérapeute manuel - Direction TMNO Un patient de 35 ans souffre d un syndrome crâniomandibulaire depuis qu il a reçu

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail

Pathologie de l épaule

Pathologie de l épaule Centre d Enseignement et de Centre d Enseignement et de Développement de l Homéopathie Développement de l Homéopathie 2 ème Rencontres Régionales de Méditerranée Pathologie de l épaule Aix-en-Provence

Plus en détail

J.MERCIER. Pourquoi cet examen? EXAMEN MEDICAL D APTITUDE DAPTITUDE AU SPORT. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 01/10/12 LIPCOM-RM)

J.MERCIER. Pourquoi cet examen? EXAMEN MEDICAL D APTITUDE DAPTITUDE AU SPORT. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 01/10/12 LIPCOM-RM) 2 ème cycle DCEM MT4.7/2 (Nîmes) Examen médical d aptitude au sport Année Universitaire 2012-2013 EXAMEN MEDICAL D APTITUDE DAPTITUDE AU SPORT Département de Physiologie Service Central de Physiologie

Plus en détail

Contenu de formation kinésithérapie Collège des Masso-Kinésithérapeutes du Québec

Contenu de formation kinésithérapie Collège des Masso-Kinésithérapeutes du Québec 1. Système Crânio-sacrée 1.1 Théorie 1.2 Structure et anatomie 1.3 Mouvement du MRP 1.4 Phase du MRP 1.5 Rôle du MRP 1.6 Perturbation du MRP 1.7 Cause 1.8 Traitement clinique 1.9 Bio-mécanique Contenu

Plus en détail

Mal de dos : où en êtes-vous?

Mal de dos : où en êtes-vous? Mal de dos : où en êtes-vous? Le saviez-vous? Quand on souffre d un mal de dos, il s agit le plus souvent d une lombalgie. Le terme de lombalgie désigne en effet toute douleur siégeant dans la partie basse

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Cyphose posturale et pathologique

Cyphose posturale et pathologique Cyphose posturale et pathologique Brice Ilharreborde CHU Robert Debré Université Paris VII Introduction Verticalisation = antéversion du bassin Mise en place progressive des courbures 3 mois: port de tête

Plus en détail

Agir au lieu de souffrir

Agir au lieu de souffrir Agir au lieu de souffrir Achevé d imprimer Centre pour la médecine des douleurs Directeur et médecin en chef Dr méd. W. Schleinzer, MSc Médecin spécialisé FMH anesthésiologie Médecine des douleurs spécialisée

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Remerciements...v Préface... vii Avant-propos... xi Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Nomenclature française traditionnelle et terminologie anatomique officielle...xvii Table des matières...

Plus en détail

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos des instruments ayant une très faible efficacité. Le Nubax Trio est maintenant soutenu par de nombreux brevets et distributeurs à travers le monde. Cet appareil

Plus en détail

Les lombalgies DOSSIER

Les lombalgies DOSSIER DOSSIER Les lombalgies Un symptôme courant, les douleurs lombaires (ou lombalgies) constitue un problème majeur de santé publique dans les pays industrialisés, et leur coût va croissant. 70% des personnes

Plus en détail

Sommaire des objectifs par conférence - Demande d accréditation

Sommaire des objectifs par conférence - Demande d accréditation Sommaire des objectifs par conférence - Demande d accréditation Atelier : Perles cliniques en dermatologie chez l adulte 1. reconnaître les différents types de lésions cutanées; 2. utiliser le diagnostic

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

Item 215 : Rachialgies

Item 215 : Rachialgies Item 215 : Rachialgies COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...5 SPECIFIQUE :...5 I Cervicalgies... 6 I.1 Quand faut-il

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES Assurance individuelle TABLE DES MATIÈRES À propos du guide... 4 Conditions médicales Accident vasculaire cérébral (AVC)...5 Accident ischémique transitoire (AIT)...5

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

MacMut. Méthodes et Actes Curatifs chez les Mutualistes

MacMut. Méthodes et Actes Curatifs chez les Mutualistes MacMut Méthodes et Actes Curatifs chez les Mutualistes ANALYSE DES TERMES UTILISES PAR LES CHIROPRATICIENS POUR CARACTERISER LEURS DIAGNOSTICS SYNTHESE GRAPHIQUE DE L UTILISATION DE CES TERMES Groupe de

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Des gestes simples pour vous protéger

Des gestes simples pour vous protéger artisans taxi Des gestes simples pour vous protéger www.rsi.fr/prevention Des gestes simples pour vous protéger Les risques liés à la manutention et aux gestes et postures.............. 2 Le risque routier......................

Plus en détail

L ergonomie, une véritable préoccupation de santé au travail. L ergonome : un métier. Définition de l ergonomie

L ergonomie, une véritable préoccupation de santé au travail. L ergonome : un métier. Définition de l ergonomie Prévention des maux de dos et des Troubles Musculo- Squelettiques (T.M.S) 1 Le secteur de la santé Secteur à risques Positions pénibles liées à la taille des personnes soignées et aux soins apportés, Évolution

Plus en détail

Université Tunis El Manar Faculté de Médecine de Tunis 5 ème Année de Médecine

Université Tunis El Manar Faculté de Médecine de Tunis 5 ème Année de Médecine Université Tunis El Manar Faculté de Médecine de Tunis 5 ème Année de Médecine Session de Janvier 2014 Epreuve de Médecine du Travail et de l Environnement (9 pages) Durée : 75 mn Total = 80 points 1.

Plus en détail

Formation à la Méthode Mézières Paris

Formation à la Méthode Mézières Paris Formation à la Méthode Mézières Paris 2015-2016 Les organisateurs Présentation La Méthode Mézières est une méthode de rééducation globale et individuelle conçue et élaborée dès 1947 par Françoise Mézières,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 Service ALD et accords conventionnels - 1 - SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES I. INTRODUCTION Les lombalgies

Plus en détail

ECN n 118 PRINCIPES DE REEDUCATION APPLIQUES A LA PATHOLOGIE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR INTRODUCTION

ECN n 118 PRINCIPES DE REEDUCATION APPLIQUES A LA PATHOLOGIE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR INTRODUCTION PRINCIPES DE REEDUCATION APPLIQUES A LA PATHOLOGIE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR Question Pr Philippe THOUMIE Service de Médecine Physique et Réadaptation Fonctionnelle Hôpital Rothschild APHP - Paris INTRODUCTION

Plus en détail

4 Le traitement chez le sportif. Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur

4 Le traitement chez le sportif. Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur 4 Le traitement chez le sportif Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur Préventif Examen annuel Support de la radio panoramique obligatoire Prévoir d agir bien avant les compétitions

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT Communiqué de presse Santé des pieds Le 10 février 2015 ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT L Ordre National des Pédicures-Podologues (ONPP) est le garant de

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Intérêt dans la prévention et le traitement des LOMBALGIES, SCIATIQUES et RACHIALGIES et dans les MANUTENTIONS DE CHARGES

Plus en détail

SOFMMOO 2008 docteur D.CYPEL

SOFMMOO 2008 docteur D.CYPEL SOFMMOO 2008 docteur D.CYPEL Co-fondateur de la spécialité de Rééducation et Réadaptation fonctionnelle, et membre permanent du jury parisien. Ancien chef de service de MPR à l hôpital Foch (Suresnes).

Plus en détail

Que faire quand on a mal au coude?

Que faire quand on a mal au coude? Que faire quand on a mal au coude? 7 étapes sont proposées dans un ordre croissant de perturbations (du moins perturbant au plus perturbant). FAIRE DES ETIREMENTS REGULIEREMENT On parle trop souvent de

Plus en détail

Examen d histoire de cas Cahier objectif. Répondre aux questions après l examen objectif LIGNES DIRECTRICES

Examen d histoire de cas Cahier objectif. Répondre aux questions après l examen objectif LIGNES DIRECTRICES Examen d histoire de cas Cahier objectif Répondre aux questions après l examen objectif LIGNES DIRECTRICES Groupe national d orthopédie de l ACP. (Cet examen ne doit pas être reproduit sans la permission

Plus en détail

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE D. VAN LINTHOUDT La Chaux-de-Fonds Lausanne, le 19.11.2004 SYNDROMES DOULOUREUX PAR SURCHARGE DU MEMBRE SUPERIEUR épaule

Plus en détail

Le muscle ilio-psoas : pathologies distales

Le muscle ilio-psoas : pathologies distales Le muscle ilio-psoas : pathologies distales Docteur François Prigent L'anatomie 1 - Le conflit ilio-psoas / prothèse de hanche,. 2 - La bursopathie ilio-pectinée, Le ressaut antérieur. Constitué de deux

Plus en détail

w w w. m e d i c u s. c a

w w w. m e d i c u s. c a www.medicus.ca En appelant la colonne vertébrale «arbre de vie» ou «fleuve sacré qui irrigue tout le corps», les Anciens voyaient juste. De tout temps considéré comme fragile, cet axe du corps se révèle

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail