Eau sur mesure pour l industrie alimentaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eau sur mesure pour l industrie alimentaire"

Transcription

1 Eau sur mesure pour l industrie alimentaire Jean Pierre Bas Process development manager 0032 (0)

2 Structure de l exposé Principes de classification Prétraitements de l eau Traitements de l eau Conclusion

3 Classification des usages de l eau dans l industrie alimentaire Pas de contact avec les aliments Contact avec les aliments ou l emballage Eau comme produit fini Eau pour des usages spécifiques

4 Composition de l eau Composition minérale Composés organiques inertes Microbiologie viable

5 Classification des traitements Axe usage de l eau: contact ou non avec aliment, usage spécifique Axe composition mineral/organique

6 Prétraitements de l eau Modification de ph avec CO2 Avec additifs Modification du potentiel rédox avec O2 Avec additifs (oxydants puissants) Modification des charges électriques sur les solides = coagulation/ floculation redox partic

7 Effet du ph sur l élimination de composants Exemple de l action d un oxyde d alumine OH OH OH OH OH OH AL +2 AL +1 Acidification Al 0 Alcalinisation Al -1 Al -2 OH OH 2 OH OH Un ph acide favorise la rétention d un composant chargé négatif Un ph alcalin favorise la rétention d un composé chargé positif

8 Conséquences du prétraitement de l eau Changement de la composition de l eau Si des gaz sont utilisés (CO2,O2) Changement significatif de la composition de l eau Danger d effets collatéraux Precipitation Corrosion contaminants

9 Décantation et flottation Décantation Vitesse de 0,5 à 2,0 m.h -1 Décantation lamellaire Flottation Vitesse de 5 à 10 m.h -1

10

11

12

13 Filtration Filtration sur lit granulaire avec pouvoir de coupure de 5µm Vitesse de 5 à 20 m.h -1 Regeneration par contrelavage Possibilité de média multicouches Filtration sur cartouches Vitesse de 1 m.h -1 Système souvent jetable Possibilité de stérilisation et de filtration stérilisante

14 Classification des traitements Axe usage de l eau: contact ou non avec aliment, usage spécifique Eau intacte Décantation/flotta tion Filtration Pas de changement de composition Axe composition mineral/organique

15 Adsorption Le média est choisi en fonction des caractéristiques de l élément à retirer. Adsorpion sur oxydes Adsorption sur charbon activé

16 Principe du traitement par adsorption Treatment Backwash/regeneration Used backwash water Well Well water tank (Alternative backwash) Media Waste chemical Disposal Chemical delivery Chemical storage Backwash Waste Product water tank Filler

17 Principes de la réaction Première étape: adsorption sélective rapide sur les sites en surface Deuxième étape: oxydation catalytique lente Vitesse de filtration de 5 à 20 m.h -1 Régénération: Naturelle Avec base/acide Avec oxydants

18 Détail de la première étape Média avec structure instables autogénérées Média dopant Média adsorbant pur

19 Cas de l alumine (F - ) Règles de fonctionnement et de régénération Teneur [Al tot ] Anion (fluor,aso3) (solide) Al Cation (Mn,Fe) adsorption ph

20 Adsorption sur charbon actif Adsorption sur oxydes principalement pour des minéraux Adsorption sur charbon actif pour composés organiques Vitesse de filtration: 20 m.h -1 Régénération par traitement thermique Charbon activé aussi utilisé pour la neutralisation des oxydants

21

22 Classification des traitements Axe usage de l eau: contact ou non avec aliment, usage spécifique Eau intacte Décantation/flotta tion Filtration Eau saine Adsorption sur oxydes Adsorption sur charbon * Désinfection Eau potable Ajustements «de transport» Changement de la composition d eau Axe composition mineral/organique

23 Desinfection Desinfection is the last step of water preparation when : all toxic elements have been removed all potentially reactive element with oxidants have been removed (TOC< 3 mg/l) Choice of desinfectant without additive (UV, pulse light) chlorine and derivates More expansive such as ozone and ClO2

24 Ion exchange Change of water composition No conductivity change Exchange of elements with the same electric charge Softening: exchange of Ca ++, Mg ++ with 2 Na + Denitratation: exchange of NO 3- with Cl - Regeneration with high concentration solution

25 Classification des traitements Axe usage de l eau: contact ou non avec aliment, usage spécifique Eau intacte Eau saine Eau potable Usage spécifique Décantation/flotta tion Adsorption sur oxydes Ajustements «de transport» Echange ionique Filtration Adsorption sur charbon * Désinfection Changement de la composition d eau Axe composition mineral/organique

26 Different types of membrane filtration

27 Osmose inverse

28 Difference with other techniques Advantage Liquid waste Reduction of treatment steps Open the way to water reuse Desavantage Energy consumption fooling

29 Classification des traitements Axe usage de l eau: contact ou non avec aliment, usage spécifique Eau intacte Eau saine Eau potable Décantation/flotta Techniques membranaires: Adsorption sur tion oxydes Micro,ultra, nano et osmose inverse Filtration Adsorption sur charbon * Ajustements «de transport» Désinfection Axe composition mineral/organique

30 Classification des traitements Axe usage de l eau: contact ou non avec aliment, usage spécifique Eau intacte Eau saine Eau potable Usage spécifique Décantation/flotta tion Adsorption sur oxydes Ajustements «de transport» Echange ionique Filtration Adsorption sur charbon * Désinfection Nettoyage sol Eau de rinçage Eau de distribution Eau de Eau embouteillée Eau de conditionnement Eau ingrédient chaudière refroidissement electronique Axe composition mineral/organique

31 Merci de votre attention

32

33 Example of an Eh-Ph diagram for a manganese oxyhydroxide 2 1,6 Eh en Volt 1,2 0,8 0,4 0-0,4 Précipitation zone of the oxyhydroxide Stability zone of dissolved Mn ph de l'eau à traiter zone border zone border

34

35

36

37 Les éléments positifs (cations) seront adsorbés en conditions alcalines

38 Les éléments négatifs (anions) seront adsorbés en conditions acides %adsorbé F - SO 4 AsO ph

Traitement des micropolluants: aspects technique

Traitement des micropolluants: aspects technique Traitement des micropolluants: aspects technique Mise en œuvre des filières de traitement des micropolluants Didier Rubin Les filières de traitement Filières principales en eaux usées communales Ozonation

Plus en détail

Qualité d eau pour le remplissage de circuits Groupe E Entretec SA Qualité d eau de circuits

Qualité d eau pour le remplissage de circuits Groupe E Entretec SA Qualité d eau de circuits Qualité d eau pour le remplissage de circuits Groupe E Entretec SA Qualité d eau de circuits I Page 1 I ... 14h MOTS DE BIENVENUE M. Freddy Moret, secrétaire romand de suissetec... 14h05 REMANIEMENT DE

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion V.1. Propriétés physiques V.1.a. Le rayon atomique Dans une même colonne quand on change de période n d'une unité, le volume effectif de l atome croît brusquement dans une même colonne r quand n. Au sein

Plus en détail

Tours aéro-réfrigérantes: évolution de la réglementation et meilleure prise en compte de l impact environnemental

Tours aéro-réfrigérantes: évolution de la réglementation et meilleure prise en compte de l impact environnemental Tours aéro-réfrigérantes: évolution de la réglementation et meilleure prise en compte de l impact environnemental 1 Les intervenants Dalila CHERRAD Bernard BECHOFF Ingénieur Traitement des Eaux ESIP Directrice

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

Eau potable: traitement et qualité d eau Marina Salvadori Veolia Eau 9 Décembre 2010

Eau potable: traitement et qualité d eau Marina Salvadori Veolia Eau 9 Décembre 2010 Eau potable: traitement et qualité d eau Marina Salvadori Veolia Eau 9 Décembre 2010 1 - Présentation ENS- 9 décembre 2010- Marina Salvadori- Veolia Eau L eau potable : du milieu naturel au robinet Les

Plus en détail

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel Phase : Faisabilité du projet d injection Etape : Considérations générales 11 pages version 19/08/2011 Sommaire

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

SOLUTIONS MOBILES DE TRAITEMENT DE L EAU. Des solutions flexibles et économiques pour garantir la continuité de votre production

SOLUTIONS MOBILES DE TRAITEMENT DE L EAU. Des solutions flexibles et économiques pour garantir la continuité de votre production SOLUTIONS MOBILES DE TRAITEMENT DE L EAU Des solutions flexibles et économiques pour garantir la continuité de votre production Janvier 2013 SOMMAIRE Le savoir-faire de Degrémont Industry au service des

Plus en détail

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau Journée d information & d échanges des fontainiers La désinfection de l eau La désinfection de l eau Le but de la désinfection La désinfection par le Chlore Les méthodes Le dosage Mesurer la teneur en

Plus en détail

stockage de classe 1

stockage de classe 1 Etude du gisement et évaluation du comportement de déchets mercuriels en scénarios de stockage de classe 1 INSAVALOR AETV Balard Contexte t de l étude Le mercure, enjeu majeur des politiques environnementales

Plus en détail

Dr. BESSEDIK Madani. m_bessedik@mail.univ-tlemcen.dz mabessedik@yahoo.fr

Dr. BESSEDIK Madani. m_bessedik@mail.univ-tlemcen.dz mabessedik@yahoo.fr Dr. BESSEDIK Madani m_bessedik@mail.univ-tlemcen.dz mabessedik@yahoo.fr 1 Chapitre I Traitement de l eau brute pour la rendre potable Chapitre II Critères généraux pour les installations de traitement

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES Water Treatment Chemicals L eau pure nécessite des solutions extrêmement pures Même les eaux d égout doivent répondre à des normes strictes. Les habitants

Plus en détail

Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration

Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration Dimensionnement GTZ-MNE Gérard PROVIN 2007 Capacité de production Capacité Nominale 3000 t/jour de Tomates Fraîches Durée

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT ET D ANALYSE DES EAUX USÉES EN VUE DE LEUR RÉUTILISATION («REUSE»)

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT ET D ANALYSE DES EAUX USÉES EN VUE DE LEUR RÉUTILISATION («REUSE») LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT ET D ANALYSE DES EAUX USÉES EN VUE DE LEUR RÉUTILISATION («REUSE») Novembre 2014 Problématique et solutions Le recyclage des eaux usées traitées («Reuse» ou «Reut») est pratiquée

Plus en détail

Traitement des eaux en industrie d Outotec

Traitement des eaux en industrie d Outotec Traitement des eaux en industrie d Outotec Le service de traitement des eaux en industrie d Outotec (ou IWT Industrial Water Treatment) propose des solutions sur mesure de traitement des eaux pour la production

Plus en détail

Les polluants : les nitrates

Les polluants : les nitrates Les polluants : les nitrates L azote est un élément essentiel de la matière vivante. Sa quantité et sa forme chimique dans le milieu aquatique y conditionnent le développement de la vie. [ 1 ] L azote

Plus en détail

INVENTAIRE DES OPERATIONS UNITAIRES DES TRAITEMENTS D EAUX RESIDUAIRES. Kliaguine Guennady

INVENTAIRE DES OPERATIONS UNITAIRES DES TRAITEMENTS D EAUX RESIDUAIRES. Kliaguine Guennady INVENTAIRE DES OPERATIONS UNITAIRES DES TRAITEMENTS D EAUX RESIDUAIRES Kliaguine Guennady (Université nationale technique, Donetsk, Ukraine) Tel. : +38(062)305 24 69; E-mail: dfst@dgtu.donetsk.ua Résumé

Plus en détail

Série G Quand résistance signifie performance...

Série G Quand résistance signifie performance... Série G Quand résistance signifie performance... Pompes doseuses à membrane mécanique simples et robustes Pompes doseuses Série G Trois modèles de pompes doseuses, compactes et légères (de 7 à 40 kg),

Plus en détail

arium advance EDI Désionisation électrochimique parfaitement fiable Avantages Description Applications ijust

arium advance EDI Désionisation électrochimique parfaitement fiable Avantages Description Applications ijust arium advance EDI Désionisation électrochimique parfaitement fiable Avantages Eau de type 2 de qualité constamment élevée grâce à la technologie EDI moderne Consommation d eau optimisée auto matique ment

Plus en détail

Vannes à boisseau sphérique Ball valves

Vannes à boisseau sphérique Ball valves Vannes à boisseau sphérique Ball valves Gamme de produits et données techniques Product overview and technical data GESTION DES FLUIDES, VANNES, MESURE ET REGULATION VALVES, MEASUREMENT AND CONTROL SYSTEMS

Plus en détail

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Traitement de l'eau - Annexe 1-1/8 Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Comme il n existe pas d eau pure pour le transfert thermique, il faut veiller

Plus en détail

DosaSkid Dispositif de dosage clé en main

DosaSkid Dispositif de dosage clé en main 2 versions : Pompes skidées (montées sur châssis) Skid d injection avec cuve de stockage Solutions compactes, modulaires et complètes, idéales pour stocker, doser et injecter les solutions de réactifs

Plus en détail

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante XVIII èmes Rencontres Professionnelles Colmar, 15 décembre 2011 «Engrais minéraux issus de l organique : intérêts et limites» Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution

Plus en détail

Les essentiels Zolux. " l équilibre Tests et analyses"

Les essentiels Zolux.  l équilibre Tests et analyses Les essentiels Zolux " l équilibre Tests et analyses" SOMMAIRE Introduction L aquarium, un processus biologique d autorégulation naturelle: Un aquarium est un milieu vivant, équilibré, stable et quasiment

Plus en détail

DIRECTIVES CHUV 300 SANITAIRE

DIRECTIVES CHUV 300 SANITAIRE DIRECTIVES CHUV 300 SANITAIRE 303 SOMMAIRE Chapitres Pages Répertoire directives 0. INTRODUCTION 0.1. Généralités 0.1.1. Références...4 0.1.2. Liste des fournisseurs...5 1. ADOUCISSEURS 1.1. Installation

Plus en détail

Réactions d oxydo-réduction

Réactions d oxydo-réduction Réactions d oxydo-réduction Définition Les réactions d oxydo-réduction sont des réactions pendant lesquelles les entourages électroniques des atomes (donc les structures des ions et molécules) changent

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Le traitement du fer et du manganèse dans les eaux minérales. Note technique n 14

Le traitement du fer et du manganèse dans les eaux minérales. Note technique n 14 Le traitement du fer et du manganèse dans les eaux minérales Note technique n 14 Mars 1999 DIVISION NATIONALE DES EAUX MINÉRALES ET THERMALES BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES R É S U M É Le

Plus en détail

Compétences municipales

Compétences municipales Compétences municipales Bien que les puits privés soient sous la responsabilité des résidents, les compétences municipales portent sur la salubrité générale ainsi que sur la protection de l environnement.

Plus en détail

Pour plus d informations sur nos partenariats : aqua-etiam.com

Pour plus d informations sur nos partenariats : aqua-etiam.com Pour plus d informations sur nos partenariats : +31(0)88 7865847 + 31 (0) 88 7865099 info@ Eau saine au goût agréable. Rétention de minéreaux essentiels. Système membranaire inégalé et breveté. Plus de

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES T.T. Nguyen, L. Barandiaran, C. Petuya, J.L. Bruneel, D. Talaga, A. Desmedt* Groupe de Spectroscopie Moléculaire,

Plus en détail

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes?

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? Alfa Arzate, ing., Ph.D. Journées Acéricoles Hiver 2010 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION L objectif premier de cette présentation

Plus en détail

Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique?

Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique? Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique? Pourquoi adoucir l eau? Une eau dure est une eau riche en ions calcium (Ca 2+ ) et / ou magnésium (Mg 2+ ). Elle ne présente aucun danger pour

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

Operating instructions / Instructions d'utilisation

Operating instructions / Instructions d'utilisation Operating instructions / Instructions d'utilisation IntensiveClear Bypass Cartridge / Cartouche de dérivation To prevent misuse read these instructions before installation or use. en, fr - US, CA Afin

Plus en détail

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE. Bénédicte WELTE

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE. Bénédicte WELTE TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE Bénédicte WELTE AVANT TOUT TRAITEMENT SE POSER TROIS QUESTIONS POURQUOI TRAITER? QUE TRAITER? COMMENT TRAITER? POURQUOI TRAITER? L'eau est toujours recyclée

Plus en détail

Pollution automobile. Normes et dépollution

Pollution automobile. Normes et dépollution Pollution automobile Normes et dépollution Cycle ECE X 4 Cycle EUDC C a r a c t é r i s t i q u e s U n i t é E C E 1 5 E U D C D i s t a n c e k m 4 1. 0 1 3 = 4. 0 5 2 6. 9 5 5 D u r é e s 4 1 9 5 =

Plus en détail

Précipitation - Produit de solubilité

Précipitation - Produit de solubilité Précipitation Produit de olubilité A Introduction : Lor de l addition de certain ion ( O H, Cl,...) dan une olution contenant de cation métallique, nou contaton qu il apparaît une phae olide. L apparition

Plus en détail

Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur

Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur Des Systèmes Complets Innovants Pourquoi l air comprimé sec et propre est-il important? Dans la majorité des industries, l air comprimé est un fluide

Plus en détail

Dureté de l eau et son traitement

Dureté de l eau et son traitement I - Introduction : Dureté de l eau et son traitement L eau bien que sans danger n est pas chimiquement pure. Après son évaporation, il reste des sels minéraux dont certains rendent l eau dure. Ces sels

Plus en détail

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403 ANNEXE : RISQUES ASSOCIES AUX GAZ COMPRIMES GAZ COMBUSTIBLES DIHYDROGÈNE : H 2 H220 - extrêmement inflammable. SGH02 Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Aucune Masse molaire 2 g.mol -1 Masse

Plus en détail

Metrohm Water Solutions

Metrohm Water Solutions Metrohm Water Solutions Commandez avant le 30 juin 2012 et vous recevrez GRATUITEMENT 1 logiciel MagIC Net TM 1 kit d ultrafiltration ou 1 kit de dilution intelligente 1 colonne Metrosep A Supp 7 250/4.0

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

La technologie effi cace pour la purifi cation de l eau : le PolyAluminium Chloride (PAC)

La technologie effi cace pour la purifi cation de l eau : le PolyAluminium Chloride (PAC) La technologie effi cace pour la purifi cation de l eau : le PolyAluminium Chloride (PAC) Installations pour la production de coagulant (AI n CI 3n-m )X Les coagulants pour la purification de l eau Les

Plus en détail

Ajustement de la valeur du ph

Ajustement de la valeur du ph Entretien du spa Ajustement de la valeur du ph Afin de garantir un entretien réussi de l'eau, il est important que la valeur du ph se situe entre 7,0 et 7,4. C est lorsque le ph est situé dans cette fourchette

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Chapitre 3 : Liaisons chimiques GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Contenu 1. Liaisons ioniques 2. Liaisons covalentes 3. Liaisons métalliques 4. Liaisons moléculaires 5. Structure de Lewis 6. Électronégativité

Plus en détail

Metrohm Water Solutions

Metrohm Water Solutions Metrohm Water Solutions Commandez avant le 30 juin 2012 et vous recevrez GRATUITEMENT 1 logiciel MagIC Net TM 1 kit d ultrafiltration ou 1 kit de dilution intelligente 1 colonne Metrosep A Supp 7 250/4.0

Plus en détail

Sciences et Technologies Bioindustrielles. Module 1 Qualité

Sciences et Technologies Bioindustrielles. Module 1 Qualité Sciences et Technologies Bioindustrielles L enseignement de Sciences et technologies bioindustrielles sera assuré par un professeur de Biochimie- Génie Biologique. Il est recommandé que ce professeur intervienne

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

CHIMIE VOLUME HORAIRE TOTAL = 120 HEURES 1. CHIMIE GENERALE VOLUME HORAIRE TOTAL = 45 HEURES

CHIMIE VOLUME HORAIRE TOTAL = 120 HEURES 1. CHIMIE GENERALE VOLUME HORAIRE TOTAL = 45 HEURES 7 CHIMIE VOLUME HORAIRE TOTAL = 120 HEURES COURS = 72 heures. TRAVAUX PRATIQUES = 24 heures TRAVAUX DIRIGES = 24 heures. 1. CHIMIE GENERALE VOLUME HORAIRE TOTAL = 45 HEURES COURS = 27 heures. TRAVAUX PRATIQUES

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Puissant et écologique à la fois

Puissant et écologique à la fois Puissant et écologique à la fois La technologie innovante de désinfection et d oxydation à l ozone économique et écologique www.prominent.com L ozone Un puissant désinfectant La plus-value à la clé : une

Plus en détail

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries Contrôle de chlore sur tours de refroidissement Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide LA LEGIONELLOSE Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries La légionelle vit dans l eau. Elle est

Plus en détail

Optimisation des procédés de clarification : Utilisation des polymères cationiques

Optimisation des procédés de clarification : Utilisation des polymères cationiques TECHNOLOGIES DE L EAU - Alimentation en Eau Potable - 00AEP00 Optimisation des procédés de clarification : Utilisation des polymères cationiques Isabelle BAUDIN Angélique FABRE Etude financée par l'agence

Plus en détail

ENERGIES FOSSILES STOCKAGE DE CO 2 HYDROGÈNE François Guyot Université Paris Diderot (7) Institut de Physique du Globe de Paris guyot@impmc.upmc.

ENERGIES FOSSILES STOCKAGE DE CO 2 HYDROGÈNE François Guyot Université Paris Diderot (7) Institut de Physique du Globe de Paris guyot@impmc.upmc. ENERGIES FOSSILES STOCKAGE DE CO 2 HYDROGÈNE François Guyot Université Paris Diderot (7) Institut de Physique du Globe de Paris guyot@impmc.upmc.fr 1. La combustion des matières carbonées; énergie «naturelle»

Plus en détail

NETTOYAGE ET DESINFECTION DES RESERVOIRS D EAU POTABLE. Limoges, le 17 Octobre 2007

NETTOYAGE ET DESINFECTION DES RESERVOIRS D EAU POTABLE. Limoges, le 17 Octobre 2007 NETTOYAGE ET DESINFECTION DES RESERVOIRS D EAU POTABLE XIII ème colloque Aquatech Laurent PISSAVY Limoges, le 17 Octobre 2007 PLAN LA REGLEMENTATION SANITAIRE LES RISQUES DE CONTAMINATION LES PRODUITS

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 520 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT OCTOBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES Section assainissement

Plus en détail

Elaboration conforme à l arrêté du 5 janvier 1993 modifié transposant la directive 91/155/CEE et au règlement REACH

Elaboration conforme à l arrêté du 5 janvier 1993 modifié transposant la directive 91/155/CEE et au règlement REACH Elaboration conforme à l arrêté du 5 janvier 1993 modifié transposant la directive 91/155/CEE et au règlement REACH 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ Identification du produit : Utilisation

Plus en détail

Directive relative au règlement pour l examen professionnel d exploitant/d exploitante de station d épuration avec brevet fédéral

Directive relative au règlement pour l examen professionnel d exploitant/d exploitante de station d épuration avec brevet fédéral Directive relative au règlement pour l examen professionnel d exploitant/d exploitante de station d épuration avec brevet fédéral Bases mathématiques Les candidats doivent posséder les bases arithmétiques

Plus en détail

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2 C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) - JANVIER 2008 INTRODUCTION La fabrication de semi-conducteurs nécessite un environnement de production extrêmement stable en température et hygrométrie.

Plus en détail

EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION

EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION CONCOURS EXTERNES IT 2014 EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION Durée : 1 heures 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 91 Corps : Technicien de la recherche BAP : B : Analyse chimique Sciences des matériaux Synthèse chimique

Plus en détail

Technologies «vertes» in situ appliquées à l assainissement des sols et des eaux

Technologies «vertes» in situ appliquées à l assainissement des sols et des eaux Technologies «vertes» in situ appliquées à l assainissement des sols et des eaux Présenté par Dr. Gamsonré Christophe Somlimdou Université du Québec à Montréal Les chiffres 73 % Pourcentage de terrains

Plus en détail

Planification et gestion de votre réseau d alimentation en eau potable en région rurale

Planification et gestion de votre réseau d alimentation en eau potable en région rurale Ministère des Services aux collectivités Section de l évaluation et de l impôt foncier Demandes de renseignements 667-5268 Rez-de-chaussée, édifice principal du gouvernement, 2 e Avenue www.gov.yk.ca/depts/community/index.html

Plus en détail

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Tableau de choix d analyseurs Domaines d application Paramètres mesurés en continu Hydrocarbures HC DCO Nitrates NO 3 Ions Ammonium NH 4 + Température C ph

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations :

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : PATHOLOGIE DU BETON Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : Physiques : - retrait - actions thermiques - actions mécaniques Chimiques - internes - externes Electrochimiques

Plus en détail

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1 Introduction

Plus en détail

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l Dans une goutte d eau Cuivre Le cuivre (Cu) est présent à l état naturel dans la roche, le sol, les plantes, les animaux, l eau, les sédiments et l air. Le cuivre est souvent présent sous forme de minéraux,

Plus en détail

SCT-8255 janvier 2008

SCT-8255 janvier 2008 Méthodes analytiques en spectrométrie de masse des isotopes stables et légers Jean-François Hélie Responsable du laboratoire d analyse des isotopes stables SCT-8255 janvier 2008 4 étapes Collecte des échantillons

Plus en détail

LES MURS DES MONUMENTS HISTORIQUES A PIERRE CALCAIRE : altérations et restaurations in situ du point de vue scientifique.

LES MURS DES MONUMENTS HISTORIQUES A PIERRE CALCAIRE : altérations et restaurations in situ du point de vue scientifique. LES MURS DES MONUMENTS HISTORIQUES A PIERRE CALCAIRE : altérations et restaurations in situ du point de vue scientifique. I/. Composition des altérations physico-chimiques de la pierre calcaire. 1)- Les

Plus en détail

Eau. Eau de boisson. Systèmes de traitement : actualisation des données. en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite

Eau. Eau de boisson. Systèmes de traitement : actualisation des données. en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite Eau Eau de boisson en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite Systèmes de traitement : actualisation des données Eau Eau de boisson en élevage avicole un levier majeur de réussite

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2 Chimie : Séance n 2 I. Réaction entre l acide acétique et l ion borate : On mélange 25,0 ml d une solution d acide acétique de concentration 2,50.10 2.L 1 et 75,0 ml d une solution de borate de sodium

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité 4 pages dont cet en tête FICHE DE DONNEES DE SECURITE DE L'ANTI-MOISISSURES 1 L D ate d impression : 11:52 revue le 26/09/03 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification

Plus en détail

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales Version du 22/04/2009 SOMMAIRE I OBJET ET DONNEES DE BASE... 3 A. OBJET... 3 B. DONNEES DE BASES... 3 II DESCRIPTIF... 6 Saint Dizier

Plus en détail

Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat

Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat Matériel : ph-mètre + papier indicateur de ph Solutions tampon ph = 4 et ph = 7. Produits d entretien Balance, coupelle, verre de montre

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

La légionellose et les tours aéroréfrigérantes

La légionellose et les tours aéroréfrigérantes 68 After a brief survey on legionnaires desease in France and on new regulations, some recommendations are presented for the prevention of the proliferation of legionella in cooling towers La légionellose

Plus en détail

PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE. Du gaz de Lacq à l'acide sulfurique

PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE. Du gaz de Lacq à l'acide sulfurique PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE Du gaz de Lacq à l'acide sulfurique Le sujet de chimie inorganique comporte quatre parties indépendantes consacrées à différentes étapes mises en jeu lors de la synthèse industrielle

Plus en détail

CATALYZED HYDROGEN PEROXIDE (CHP process) Traitement d une pollution COHV pure (DNAPL) en milieu urbain

CATALYZED HYDROGEN PEROXIDE (CHP process) Traitement d une pollution COHV pure (DNAPL) en milieu urbain CATALYZED HYDROGEN PEROXIDE (CHP process) Traitement d une pollution COHV pure (DNAPL) en milieu urbain INTERSOL Lyon Mercredi 27 mars 2013 Guillaume Garcia +33 (0)6 81 58 59 48 ERT France 109 av Lespinet

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

GUIDE DE L ENTRETIEN

GUIDE DE L ENTRETIEN GUIDE DE L ENTRETIEN DU FEU Matériel de ramonage cheminées et chaudières Produits chimiques pour cheminées et chaudières Entretien et contrôle de combustion des brûleurs Entretien des cuves à fioul Traitement

Plus en détail

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Chimie des Aerosols Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) nouvelles particules dans l atmosphère. Les particules formées sont ultra-fines et par conséquent difficiles à détecter, mais

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

HI 9811 ph/conductivité/tds-mètre portable

HI 9811 ph/conductivité/tds-mètre portable HI 9811 ph/conductivité/tds-mètre portable NOTICE D UTILISATION Ces instruments sont conformes aux directives de la Communauté Européenne CE Instrument : HI 9811 1/12 Nous vous remercions d avoir choisi

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme Travaux Pratique Chimie Analytique Semestre d hiver 1999 Julien Hutin Laurent Beget Alexandre Myalou Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Eau pour l usage pharmaceutique

Eau pour l usage pharmaceutique Introduction à la formulation Cours de pharmaceutique 2ème Année de Master en Pharmacie Préparation pharmaceutique en petites quantités Section des Sciences pharmaceutiques 1 Introduction à la formulation

Plus en détail

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Contexte et objectif Recycler le P comme engrais phosphaté

Plus en détail