Analyse de qualité de l eau Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane"

Transcription

1 Analyse de qualité de l eau 212 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Entre août et octobre 212, l OBVNEBSL a procédé a des échantillonnages d eau sur son nouveau territoire afin d élargir ses connaissances sur la qualité de l eau de différents cours d eau et de préciser des problématiques relevées en 211. Ainsi, entre 4 et 5 échantillonnages ont été réalisés sur 7 stations, dont 5 dans la MRC des Basques et 2 dans la MRC de Matane. Six paramètres ont été analysés, visant à calculer l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique de l eau () : le phosphore total, les nitrites/nitrates, l azote ammoniacal, les matières en suspension, la chlorophylle a et les coliformes fécaux. Le ph, la conductivité et l oxygène dissout (OD) ont également été mesurés pour les 2 stations de la MRC de Matane. Résumé des résultats Globalement, les cours d eau échantillonnés montrent une eau de qualité douteuse ( C). Un seul échantillon présente une eau de qualité satisfaisante ( B). En général, ce sont les nitrites/nitrates, le phosphore total, les matières en suspension et les coliformes fécaux qui présentent des valeurs plus élevés que la normale. Le petit bassin versant en amont de la station B2 (B2 = C) comprend quelques entreprises agricoles. La station d épuration des eaux usées de Sainte-Françoise se situe juste en aval de cette station d échantillonnage et en amont de la station B1. Malgré que la station B1 ait un B, la station B3 plus en aval montre un C. À la fois des pratiques agricoles non adaptées, des installations septiques défectueuses et un mauvais traitement des eaux usées pourraient avoir influencées les résultats de qualité de l eau de ce secteur. Le bassin versant en amont de la station B4 est à tendance forestière. On y trouve cependant une entreprise agricole de superficie considérable. L eau échantillonnée à la station B5 provient à la fois de terres agricoles et d une tourbière exploitée. Toutes ces activités humaines ont pu avoir une incidence sur les résultats qui montrent une eau de qualité douteuse à.

2 2 Pour les 2 stations dans la MRC de Matane (M1 et M2), les 3 paramètres supplémentaires mesurés (ph, conductivité et OD) présentaient des valeurs dans la moyenne et donc satisfaisantes. Interprétation des paramètres utilisés et de l IQPB : Matières en suspension (MES) Les matières en suspension sont des particules organiques ou inorganiques présentes dans l eau et qui contribuent à en réduire la clarté. Elles affectent principalement la qualité esthétique de l eau (pollution visuelle) ainsi que son potentiel récréatif. Dans certains cas, des valeurs trop élevées de MES peuvent poser des défis importants pour l approvisionnement en eau potable et nuire à la vie aquatique. L érosion et la dégradation des bandes riveraines sont d importants facteurs favorisant la présence de matières en suspension dans l eau. Azote ammoniacal (NH 3 ) L azote ammoniacal est toxique pour la vie aquatique. Son niveau de toxicité varie selon le ph et la température de l eau. Dans les eaux naturelles, l azote ammoniacal provient principalement du lessivage des terres agricoles ainsi que des eaux usées municipales et industrielles. Nitrites (NO 2- ) et nitrates (NO 3- ) Les nitrates et les nitrites constituent la forme la plus abondante d azote dans l eau. Bien que naturellement présents en faibles quantités dans les eaux de surface, des concentrations trop élevées de nitrites-nitrates peuvent être toxiques pour la faune aquatique et provoquer une maladie infantile (méthémoglobinémie). Phosphore (Ptot) Le phosphore est un élément nutritif essentiel à la croissance des algues et des plantes aquatiques. Lorsque trop abondant dans un milieu aquatique, le phosphore risque d accélérer le processus d eutrophisation (i.e. un vieillissement accéléré du cours d eau occasionné par un excès d éléments nutritifs et engendrant la prolifération d algues, l envasement du littoral et la dégradation des réserves d oxygène). Les principaux apports en phosphore proviennent de l érosion, des activités agricoles et industrielles, des engrais et des rejets d eaux usées municipales. Le phosphore total (Ptot) est la somme du phosphore dissous et en suspension. Chlorophylle «a» La chlorophylle «a» est un pigment permettant aux végétaux d effectuer la photosynthèse. Sa concentration est un indicateur de l abondance du phytoplancton (des algues microscopiques) et aide à évaluer l eutrophisation des plans d eau. Les facteurs qui contribuent à accroître la quantité de phytoplancton sont notamment l abondance de phosphore, les températures chaudes et la faible vitesse du courant. Coliformes fécaux (CF) Les coliformes fécaux sont des indicateurs de pollution bactériologique et fécale de l eau. Il s agit d un indicateur indirect en ce sens que des taux élevés de coliformes fécaux, une

3 3 bactérie en soi inoffensive, indiquent une forte chance de retrouver d autres bactéries et virus potentiellement nuisibles et pathogènes, mais dont la présence serait plus difficile à mesurer. Les critères de qualité pour ce paramètre sont de 2 UFC par 1 ml d eau pour la baignade, et de 1 UFC / 1 ml pour les activités dites de «contacts indirects», comme la pêche et le canotage. La présence de coliformes fécaux est surtout associée aux rejets des stations d épuration municipales, à l épandage de fumier et aux installations septiques non conformes ou mal entretenues. PH, conductivité et oxygène dissout (OD) Le ph indique le caractère acide ou basique de l eau. Une eau trop acide (ph bas) peut entraîner la mise en solution de métaux souvent nocifs pour les organismes aquatiques. Ainsi, un ph neutre, entre 6,5 et 8,5 est davantage approprié pour la faune. La conductivité quant à elle informe sur la quantité de matières ioniques dissoutes dans l eau et dépend entre autres de la nature du sol. Au Bas-Saint-Laurent, la conductivité devrait se situer entre 1 et 4 μs/cm. Pour terminer, une eau bien oxygénée est favorable pour la faune aquatique. Un déficit en oxygène dissout peut être un signe de décomposition accéléré de la matière organique dans l eau et donc un présage d eutrophisation.

4 4 L : Plusieurs indicateurs d état des milieux aquatiques ont été élaborés afin de mieux rendre compte de la qualité de l eau. Toutefois, afin d avoir accès à une information simple et synthétique, l, un outil facilitant la présentation de l état de la qualité des cours d eau a été mis sur pied. La concentration mesurée de chacun des descripteurs est convertie en un sous-indice adimensionnel à l aide d une courbe d appréciation de la qualité de l eau. Par la suite, ces sous-indices sont agrégés à l aide d une formule mathématique pour produire l indice final (). Une des principales qualités de cet indice est qu il évite le masquage de l information la plus importante, soit celle concernant le descripteur limitant le plein usage du cours d eau. De ce fait, la qualité de l eau est évaluée en fonction de l ensemble des usages potentiels, soit la baignade, les activités nautiques, l approvisionnement en eau à des fins de consommation, la protection de la vie aquatique et la protection du plan d eau contre l eutrophisation, et non pas en fonction d un usage spécifique (Hébert, 1996). Dans ce tableau, les différents paramètres mesurés se retrouvent sur l abscisse (ligne horizontale en bas du tableau) tandis que l ordonnée (ligne verticale à gauche du tableau) correspond à une variable variant de à 1 et représentant un sous-indice de qualité. Les cinq classes de qualité sont définies comme suit (Hébert, 1996):

5 5 Détails des résultats : I. Secteur des Basques : B1 : rivière dite «du Bic» à Sainte-Françoise, secteur central Classes de qualité : 8-1 Bonne 6-79 Satisfaisante 4-59 Douteuse 2-39 Mauvaise -19 Très : B (68/1), eau de qualité satisfaisante : taux de nitrites/nitrates un peu élevé, dépassement d une valeur chacune de CF et de Ptot.

6 6 B2 : rivière dite «du Bic» à Sainte-Françoise, secteur amont Classes de qualité : 8-1 Bonne 6-79 Satisfaisante 4-59 Douteuse 2-39 Mauvaise -19 Très : C (55/1), eau de qualité douteuse, notamment en raison du Ptot généralement élevé. Dépassement d une valeur chacune de chlorophylle «a» et de CF. Les nitrites/nitrates sont un peu élevées. B3 : rivière dite «du Bic» à Sainte-Françoise, secteur aval Classes de qualité : 8-1 Bonne 6-79 Satisfaisante 4-59 Douteuse 2-39 Mauvaise -19 Très : C (5/1), eau de qualité douteuse : le Ptot est généralement élevé. Dépassement d une seule valeur chacune de MES et de nitrites/nitrates.

7 7 B4 : rivière Porc-Pic, secteur ouest Classes de qualité : 8-1 Bonne 6-79 Satisfaisante 4-59 Douteuse 2-39 Mauvaise -19 Très : D (33/1), eau de qualité, notamment en raison du Ptot élevé. Dépassement des nitrites/nitrates et des MES. B5 : rivière Porc-Pic, secteur est Classes de qualité : 8-1 Bonne 6-79 Satisfaisante 4-59 Douteuse 2-39 Mauvaise -19 Très : C (42/1), eau de qualité douteuse, notamment en raison du Ptot et des nitrites/nitrates élevés. Une valeur chacune de chlorophylle «a», de MES et de CF très élevée.

8 8

9 9

10 1

11 11 II. Secteur de Matane : Ma1 : rivière du Pont Michaud, secteur amont Classes de qualité : 8-1 Bonne 6-79 Satisfaisante 4-59 Douteuse 2-39 Mauvaise -19 Très : C (49/1), eau de qualité douteuse : les nitrites/nitrates sont élevées. L OD est généralement faible. Dépassement important d une seule valeur des MES. Ma2 : rivière du Pont Michaud, secteur aval Classes de qualité : 8-1 Bonne 6-79 Satisfaisante 4-59 Douteuse 2-39 Mauvaise -19 Très : D (23/1), eau de qualité : les nitrites/nitrates et le Ptot sont très élevés. Dépassement d une seule valeur de chlorophylle «a». L OD est faible.

12 12

13 13

Analyse de qualité de l eau Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 5 stations dans les MRC de Rimouski-Neigette

Analyse de qualité de l eau Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 5 stations dans les MRC de Rimouski-Neigette Analyse de qualité de l eau 12 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 5 stations dans les MRC de Rimouski-Neigette Entre mai et juillet 12, l OBVNEBSL a procédé a des échantillonnages

Plus en détail

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Figure 12.1 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 : Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre 213 12.1 Indices de qualité de l eau Ce secteur du bassin compte

Plus en détail

Portrait. Plan directeur de l eau. Diagnostic. Enjeux. Orientations. Objectifs. Plan d action. Suivi et évaluation

Portrait. Plan directeur de l eau. Diagnostic. Enjeux. Orientations. Objectifs. Plan d action. Suivi et évaluation Portrait Diagnostic Enjeux Orientations Objectifs Plan directeur de l eau Plan d action Suivi et évaluation Mai 2014 AVERTISSEMENT AU LECTEUR : Au moment de sa rédaction, l information contenue dans le

Plus en détail

5.1.1 Indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP)

5.1.1 Indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) 5. DIAGNOSTIC DU BASSIN VERSANT DE LA YAMASKA 5.1 Sous-bassin de la rivière Yamaska Sud-Est 5.1.1 Indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) N de station IQBP - 2007 Évolution 2001-2003

Plus en détail

Rapport. Sur la campagne d échantillonnage. De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez. Juillet et août 2005

Rapport. Sur la campagne d échantillonnage. De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez. Juillet et août 2005 Rapport Sur la campagne d échantillonnage De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez Juillet et août 2005 On n'hérite pas la terre de ses ancêtres, on l'emprunte à ses enfants Antoine de Saint-Exupery

Plus en détail

5.3.1 L indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP)

5.3.1 L indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) 5.3 Sous-bassin de la rivière Yamaska Nord 5.3.1 L indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) N de station IQBP - 2007 Évolution 2001-2003 et 2005-2007 Facteurs déclassants en 2007 Provenance

Plus en détail

Qualité physico-chimique Source: suivi départemental de la qualité des eaux (42) & étude préalable au SAGE

Qualité physico-chimique Source: suivi départemental de la qualité des eaux (42) & étude préalable au SAGE Qualité physico-chimique des cours d eau Une situation connue La qualité de l'eau sur le bassin est très variable entre les petits cours d'eau de montagne soumis à peu de pressions anthropiques, qui sont

Plus en détail

APPROVISIONNEMENT EN EAU

APPROVISIONNEMENT EN EAU APPROVISIONNEMENT EN EAU Pourquoi est-ce un problème prioritaire? Deux raisons principales font de l approvisionnement en eau un enjeu important pour le territoire du COBAMIL. D abord, l eau brute destinée

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

RAPPORT PRELIMINAIRE D ETUDE sur la lagune de Baraqueville (Aveyron) Rédigé par Olivier Marvallin

RAPPORT PRELIMINAIRE D ETUDE sur la lagune de Baraqueville (Aveyron) Rédigé par Olivier Marvallin Société Aquapure Pradines 12160 BARAQUEVILLE RAPPORT PRELIMINAIRE D ETUDE sur la lagune de Baraqueville (Aveyron) Rédigé par Olivier Marvallin Réhabilitation d une lagune naturelle. Fax : 0033.387.88.18.59

Plus en détail

Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la MRC Le Val Saint-François 2006-2012

Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la MRC Le Val Saint-François 2006-2012 Convergence des données de qualité de l eau : pour une gestion intégrée des ressources et du territoire Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la MRC Le Val Saint-François 2006-2012

Plus en détail

(Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau

(Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau (Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau Nicolas Mayon (PNHSFA) 8 e Rencontre entre Acteurs de la Rivière Houffalize 17 octobre 2014 Impacts

Plus en détail

DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENTAL GLOBAL

DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENTAL GLOBAL Regroupement des Associations Pour la Protection de l Environnement des Lacs et des cours d eau de l Estrie et du haut bassin de la rivière Saint-François DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENTAL GLOBAL DU BASSIN VERSANT

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

Les impacts environnementaux de l agriculture sur le Saint-Laurent 1

Les impacts environnementaux de l agriculture sur le Saint-Laurent 1 Les impacts environnementaux de l agriculture sur le Saint-Laurent 1 Louis Roy Introduction L agriculture québécoise s est grandement transformée depuis 1950. Bien que les superficies cultivées aient diminué,

Plus en détail

Plan directeur de l eau du bassin versant du Témiscamingue

Plan directeur de l eau du bassin versant du Témiscamingue Plan directeur de l eau du bassin versant du Témiscamingue CHAPITRE III : DIAGNOSTIC DU BASSIN VERSANT DU TÉMISCAMINGUE Organisme de bassin versant du Témiscamingue : 1C, rue Notre-Dame Nord Ville-Marie

Plus en détail

1 - PRESERVER OU AMELIORER LES RESSOURCES EN EAU

1 - PRESERVER OU AMELIORER LES RESSOURCES EN EAU 1 - PRESERVER OU AMELIORER LES RESSOURCES EN EAU Le diagnostic du SAGE a mis en évidence les principaux problèmes que connaît le mode de gestion actuel des ressources en eau. On distingue 4 types de problèmes

Plus en détail

, l ARLN recommande à tous les riverains de consulter l étude originale, disponible sur son site arln.org

, l ARLN recommande à tous les riverains de consulter l étude originale, disponible sur son site arln.org L Association des résidants du Lac Nicolet (ARLN) a récemment mandaté un organisme dédié à la protection de l environnement des lacs, nommé RAPPEL, pour établir un diagnostic du bassin versant du lac.

Plus en détail

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 :

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : Données d évolution : Analyse : L état qualitatif des

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la Ville de Drummondville 2006-2012

Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la Ville de Drummondville 2006-2012 Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la Ville de Drummondville 2006-2012 Ce rapport inclue les cartes des territoires de comités locaux de bassin versant suivants : Rivière Saint-Germain

Plus en détail

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Direction de santé publique Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 12 novembre 2014 MISE EN CONTEXTE Le 10

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DE L EAU

PLAN DIRECTEUR DE L EAU PLAN DIRECTEUR DE L EAU OBJECTIFS ET INDICATEURS DU BASSIN VERSANT DE LA YAMASKA 2008 Mise à jour, juin 2010 160, R U E C O W I E, S U I T E 201, G R A N B Y, J2G 3 V 3 i Photos de la couverture : C A

Plus en détail

L étang de Vendres. mars 2011

L étang de Vendres. mars 2011 7 L étang de Vendres mars 2011 1. INTRODUCTION 123 2. SUIVI HYDROLOGIQUE DU FIL MED 126 2.1. Température de l eau 126 2.2. Salinité 126 2.3. Oxygène dissous 128 3. DIAGNOSTIC DE L EUTROPHISATION 128 3.1.

Plus en détail

Qualité de l eau de la rivière Lorette

Qualité de l eau de la rivière Lorette 2009 Qualité de l eau de la rivière Lorette Table des matières Liste des tableaux... 3 Liste des figures... 3 Liste des photos... 3 Liste des annexes... 3 Description du bassin versant... 4 Données historiques

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA QUALITÉ DE L EAU DE LA RIVIÈRE SAINTE-ANNE DU NORD

DIAGNOSTIC DE LA QUALITÉ DE L EAU DE LA RIVIÈRE SAINTE-ANNE DU NORD FRANÇOIS TURGEON DIAGNOSTIC DE LA QUALITÉ DE L EAU DE LA RIVIÈRE SAINTE-ANNE DU NORD Essai présenté à madame Payse Mailhot dans le cadre du programme de maîtrise professionnelle en biogéosciences de l

Plus en détail

PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE

PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE - DEPARTEMENT DU LOT Commune de Leyme PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE Captages eau potable de la commune de Leyme. ANNEXES SOMMAIRE ANNEXE 1 : ANNEXE 2 : ANNEXE 3 : ANNEXE 4 : ANNEXE 5

Plus en détail

Pour tout renseignement sur les algues bleu-vert :

Pour tout renseignement sur les algues bleu-vert : Ce papier contient 100 % de fibres recyclées après consommation Pour tout renseignement sur les algues bleu-vert : Téléphone : Région de Québec : 418 644-4545 Région de Montréal : 514 644-4545 Ailleurs

Plus en détail

Plan de protection et/ou d aménagement de la frayère à éperlans de la rivière du Loup

Plan de protection et/ou d aménagement de la frayère à éperlans de la rivière du Loup Zone d Intervention Prioritaire du Sud-de-l Estuaire Rapport technique Plan de protection et/ou d aménagement de la frayère à éperlans de la rivière du Loup Présenté au Programme d Intendance des Habitats

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Pourquoi une analyse de sol? A) Il peut y avoir deux types de carences: La carence vraie: l élément minéral n est pas assez présent dans le sol. La carence induite:

Plus en détail

Chimie. Conductivité. Ammonium :

Chimie. Conductivité. Ammonium : Chimie Conductivité La conductivité de l'eau est l'aptitude d'une solution à permettre le passage du courant électrique. C'est à dire la capacité de l'eau à faire passer un courant électrique d'un point

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES

BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES DANS LE CADRE DU PROGRAMME DE PROTECTION DES LACS NOVEMBRE 2011 RÉSUMÉ

Plus en détail

SECTION 2 : CARACTÉRISATION DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE CENTRALE

SECTION 2 : CARACTÉRISATION DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE CENTRALE SECTION 2 : CARACTÉRISATION DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE CENTRALE 82 Table des matières SECTION 2 : CARACTÉRISATION DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE CENTRALE... 82 Table des matières... 83 Liste des

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC Alaa Maaref Sommaire Introduction Pourquoi évaluer la santé d un lac? Comment évaluer la santé d un lac? Qui doit le faire? Conclusion UN LAC, c'est un organisme vivant!

Plus en détail

Le bassin versant du lac de Saint-Damase : portrait environnemental et recommandations d intervention

Le bassin versant du lac de Saint-Damase : portrait environnemental et recommandations d intervention portrait environnemental et recommandations d intervention 2013 Réalisé dans le cadre du projet : «Protection et mise en valeur des ressources naturelles par la sensibilisation et la responsabilisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE EB.AIR/WG.1/2005/14 22 juin 2005 COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANE EXÉCUTIF DE LA CONVENTION SUR LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE À LONGUE

Plus en détail

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines - 3 - PEUPLEMENTS 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines Variabilité et rôle de la matière organique dissoute de différentes origines comme source nutritionnelle

Plus en détail

Rédaction: Mme Lisanne Chauvette, Chargée de projet PDE Mme Andréanne Paris, Chargée de projet PDE M. Simon Lemieux, Directeur général du GROBEC

Rédaction: Mme Lisanne Chauvette, Chargée de projet PDE Mme Andréanne Paris, Chargée de projet PDE M. Simon Lemieux, Directeur général du GROBEC Étape 1 : Analyse de bassin versant DIAGNOSTIC DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE BÉCANCOUR - SYNTHÈSE - ÉQUIPE DE TRAVAIL : Groupe de Concertation du bassin de la rivière Bécancour (GROBEC) 1800 ave St-Laurent

Plus en détail

Conseil régional de l environnement du Centre-du-Québec (2001), Le Portrait de l environnement du Centre-du-Québec, Drummondville, 170 p.

Conseil régional de l environnement du Centre-du-Québec (2001), Le Portrait de l environnement du Centre-du-Québec, Drummondville, 170 p. CHAPITRE 2 L EAU Chapitre 2 : L eau (Michel BERTRAND, B. Sc., géographe) 2.1 Introduction... 2.1.1 Les eaux souterraines... 2.1.2 Les eaux souterraines du Centre-du-Québec... 2.1.2.1 Bassin versant de

Plus en détail

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 Plan présentation Présentation publique le 25 juin 2013 du sommaire du rapport du groupe Hémisphère (été 2012) Critères de classification

Plus en détail

Préfecture de la Gironde

Préfecture de la Gironde Protocole relatif au fonctionnement des établissements conchylicoles en période de crise phyco-toxinique permettant la vente de coquillages mis en stockage protégé ou issus de zones non concernées. Préfecture

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité Les bonnes pratiques pour une eau de qualité en élevages de volailles label RÉSUMÉ Les résultats d une enquête menée par l ARVOL (Association Régionale des Volailles de Chair d Aquitaine) en 2004 ont montré

Plus en détail

Verts. Domicile et chalet. Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains

Verts. Domicile et chalet. Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains Domicile et chalet Verts Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Brunswickoises demeurent dans des résidences et des chalets saisonniers

Plus en détail

L' homme agit sur son environnement.

L' homme agit sur son environnement. Duong Alexis 6eB L' homme agit sur son environnement. Causes des pollutions du sol Le sommaire La pollution des sols. -Introduction p3. -1) Définition du rôle du sol p 4-5. -2) Les causes de la pollution

Plus en détail

Le soleil, source d énergie pour la biosphère

Le soleil, source d énergie pour la biosphère 3. ENTREE DE L ENERGIE DANS LE MONDE VIVANT. Le soleil, source d énergie pour la biosphère Activités pratiques Ex.A.O. De la lumière solaire à la matière organique Connaissances La lumière solaire permet,

Plus en détail

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Marie-Florence Thomas Ecole des Métiers de l Environnement Situation à risques Situation à risque

Plus en détail

Conclusions DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES SCI DU MOULIN GESTION DES EAUX PLUVIALES D UN FUTUR LOTISSEMENT ENQUETE PUBLIQUE

Conclusions DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES SCI DU MOULIN GESTION DES EAUX PLUVIALES D UN FUTUR LOTISSEMENT ENQUETE PUBLIQUE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES SCI DU MOULIN GESTION DES EAUX PLUVIALES D UN FUTUR LOTISSEMENT ENQUETE PUBLIQUE DEMANDE D AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L EAU SUR LA COMMUNE DE ST SYMPHORIEN CONCLUSIONS

Plus en détail

SAGE VILAINE. Règlement

SAGE VILAINE. Règlement SAGE VILAINE Règlement Projet pour la CLE du 29 mars 2013 1 Les Zones Humides Les zones humides jouent un rôle important dans la gestion quantitative et qualitative de l eau, en particulier sur les têtes

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

du fleuve Saint-Laurent Section canadienne

du fleuve Saint-Laurent Section canadienne Secteur préoccupant du fleuve Saint-Laurent Section canadienne Statut des altérations des utilisations bénéfiques Septembre 2010 Le fleuve Saint-Laurent draine les Grands Lacs et compte parmi les plus

Plus en détail

La réglementation métropolitaine sur l assainissement des eaux

La réglementation métropolitaine sur l assainissement des eaux La réglementation métropolitaine sur l assainissement des eaux visant la réduction des déversements de contaminants dans les ouvrages d assainissement Alain Rousseau, ing., M.Sc.A. Conseiller en recherche

Plus en détail

Séance 7 : Qualité des sols (2) Engrais et produits phytosanitaires

Séance 7 : Qualité des sols (2) Engrais et produits phytosanitaires Première ES Séance 7 : Qualité des sols (2) 1/7 THEME 2 : Nourrir l'humanité Séance 7 : Qualité des sols (2) Engrais et produits phytosanitaires NOTIONS ET CONTENUS Engrais et produits phytosanitaires

Plus en détail

PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS

PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS 1 I. OÙ TROUVER LES DONNÉES ET COMMENT LES ACQUÉRIR I. Où trouver les données et comment

Plus en détail

De 2013 à 2018, l agence de l eau apportera. Les redevances. Pollution de l eau d origine industrielle et modernisation des réseaux de collecte

De 2013 à 2018, l agence de l eau apportera. Les redevances. Pollution de l eau d origine industrielle et modernisation des réseaux de collecte Les redevances de l agence de l eau Loire-Bretagne 2 0 1 3-2 0 1 8 de l eau d origine industrielle et modernisation des réseaux de collecte J. L. Aubert De 2013 à 2018, l agence de l eau apportera 2,45

Plus en détail

PRESENTATION DES RESULTATS DES MESURES PHYSICO-CHIMIQUES ET DES PECHES ELECTRIQUES REALISEES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA MAULDRE EN 2001

PRESENTATION DES RESULTATS DES MESURES PHYSICO-CHIMIQUES ET DES PECHES ELECTRIQUES REALISEES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA MAULDRE EN 2001 PRESENTATION DES RESULTATS DES MESURES PHYSICO-CHIMIQUES ET DES PECHES ELECTRIQUES REALISEES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA MAULDRE EN 2001 La Guyonne à Bazoches-sur-Guyonne Avec la participation financière

Plus en détail

La pollution atmosphérique causée par les véhicules

La pollution atmosphérique causée par les véhicules La pollution atmosphérique causée par les véhicules Qu'est ce la pollution atmosphérique? Il s'agit d'une dégradation est généralement causée par un ou plusieurs éléments (particules, substances, matières

Plus en détail

LES MATIÈRES RÉSIDUELLES

LES MATIÈRES RÉSIDUELLES LES MATIÈRES RÉSIDUELLES SCT-4064-2 Activité notée 1 Date de remise :... Identification Nom :... Adresse :...... Tél :... Courriel :... Note :... /100 SCT-4064-2 LES MATIÈRES RÉSIDUELLES Cette activité

Plus en détail

Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec

Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec L eau faisant partie de notre patrimoine collectif, il importe d en assurer la pérennité et de favoriser l amélioration ou la

Plus en détail

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)?

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Dans une Déclaration Environnementale de Produit ou EPD, 11 catégories d impact sur l environnement sont exprimées en chiffres. Il s agit d

Plus en détail

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance 1 S Le tableau de bord du PDM p 3 Résorption des rejets diffus Evolution des ventes de produits phytosanitaires p 6 Suivi du Plan végétal pour l environnement p 7 Contractualisation des mesures agri environnementales

Plus en détail

Qualité de l'eau. L essentiel. Pertinence au regard du développement durable. Tour d horizon. Des atteintes portées à la qualité des cours d eau...

Qualité de l'eau. L essentiel. Pertinence au regard du développement durable. Tour d horizon. Des atteintes portées à la qualité des cours d eau... L essentiel Les activités humaines affectent fortement la des eaux en tout comme dans le. Si des améliorations sont réelles, le défi de la reconquête de la de l eau reste prégnant et des efforts doivent

Plus en détail

Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante

Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante Présenté par Roger Lacasse, ing., M.Sc.A. Marc a Poulin St-Hyacinthe, le 10 avril 2008 CRE Montérégie

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE «Eau, Nitrate et Agriculture durable» SYNTHESE DE L ATELIER L utilisation des nitrates : Synthèse Résume les différentes situations

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire.

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire. Calcaire En traversant les diverses couches géologiques, l'eau se charge en de nombreux minéraux et notamment en carbonate de calcium, plus communément appelé calcaire. Une eau riche en calcaire est qualifiée

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Réflexion autour de l assainissement

Réflexion autour de l assainissement ENVIRONNEMENT Le Lez à Bonac, on s y baigne et on y pêche en première catégorie. VALLÉE DU BIROS Réflexion autour de l assainissement Des habitants et élus de la haute vallée du Lez ont engagé une réflexion

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Pat de la Vatine BP 108 76134 MONT SAINT AIGNAN PROJET : EXTENSION D UN SITE DE STOCKAGE DE CEREALES ET OLEOPROTEAGINEUX ET D APPROVISIONNEMENT D541 «Le Chemin sec» 60360 DOMELIERS RESUME NON TECHNIQUE

Plus en détail

Journée d information RSDE, 23 nov 2012

Journée d information RSDE, 23 nov 2012 Journée d information RSDE, 23 nov 2012 L agence de l eau : organisation, missions programme, aides Zoom RSDE : l agence accompagne l action nationale taux d aide fixé à 50% modalités pratiques Agence

Plus en détail

Comprendre et interpréter l eau souterraine en aménagement du territoire: proposition d une solution géo-informatique

Comprendre et interpréter l eau souterraine en aménagement du territoire: proposition d une solution géo-informatique Comprendre et interpréter l eau souterraine en aménagement du territoire: proposition d une solution géo-informatique RENCONTRE PACES CHAUDIÈRE-APPALACHES 18 JUIN 2013 Contexte Approvisionnement en eau

Plus en détail

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées 1 Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées Rappel réglementaire Le décret 2007-1213 du 10 août 2007, relatif aux schémas d'aménagement et de

Plus en détail

PROJET SIMPYC QUALITÉ DE L AIR COMPARÉE ENTRE LES VILLES DE TOULON ET DE LA SEYNE-SUR-MER ET LEURS PORTS

PROJET SIMPYC QUALITÉ DE L AIR COMPARÉE ENTRE LES VILLES DE TOULON ET DE LA SEYNE-SUR-MER ET LEURS PORTS PROJET SIMPYC QUALITÉ DE L AIR COMPARÉE ENTRE LES VILLES DE TOULON ET DE LA SEYNE-SUR-MER ET LEURS PORTS Date de publication : 03/2007 Numéro de projet : MP02 SIMPYC campagne de mesure sur les ports de

Plus en détail

cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012

cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012 cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012 Les premières cartographies régionales d indicateurs réglementaires d ozone ont été réalisées pour l année 2012 à partir de la

Plus en détail

GUIDE DE CARACTÉRISATION PHYSICO- CHIMIQUE DE L ÉTAT INITIAL DU MILIEU AQUATIQUE AVANT L IMPLANTATION D UN PROJET INDUSTRIEL

GUIDE DE CARACTÉRISATION PHYSICO- CHIMIQUE DE L ÉTAT INITIAL DU MILIEU AQUATIQUE AVANT L IMPLANTATION D UN PROJET INDUSTRIEL GUIDE DE CARACTÉRISATION PHYSICO- CHIMIQUE DE L ÉTAT INITIAL DU MILIEU AQUATIQUE AVANT L IMPLANTATION D UN PROJET INDUSTRIEL 2015 Version 1 Photos de la page couverture (de haut en bas) : 1. Échantillonnage

Plus en détail

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions :

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions : 1 Qualité de l eau L eau potable est le produit alimentaire le plus surveillé. Les normes de qualité de l eau potable définies par le ministère de la Santé et le Parlement Européen sont très rigoureuses.

Plus en détail

Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008

Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008 Dossier de presse Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008 Sommaire Communiqué de presse.1 Fiche 1 : Qu est ce qu un Schéma d Aménagement et de Gestion

Plus en détail

PROJET DE SAGE ORNE AMONT

PROJET DE SAGE ORNE AMONT CONSULTATION DES ASSEMBLEES 1er janvier-1er mai 2014 PROJET DE SAGE ORNE AMONT Validé en CLE le 6 décembre 2013 Sommaire Caractéristiques du territoire Etat des masses d eau Calendrier d élaboration Condition

Plus en détail

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009 GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE 25 mars 2009 LES FONDEMENTS DE LA DEMARCHE Contexte réglementaire Contexte territorial Plan de l intervention LES DIFFERENTES ETAPES DE LA DEMARCHE

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

Mise en œuvre de la protection des cours d'eau

Mise en œuvre de la protection des cours d'eau Mise en œuvre de la protection des cours d'eau Christian Mulders et Marc Reuter, Direction du Développement Rural Herresbach, le 7 septembre 2012 Législation = ensemble des lois concernant un domaine particulier

Plus en détail

MPS : Eaux de consommation

MPS : Eaux de consommation Activité expérimentale n 1 M. Suet 2nd Compétences travaillées Compétences S approprier : Réaliser : Mobiliser et Exploiter ses connaissances : Mettre en œuvre une démarche expérimentale : Valider : Communiquer

Plus en détail

10. OZONE TROPOSPHERIQUE (O3)

10. OZONE TROPOSPHERIQUE (O3) 1.Introduction 10. OZONE TROPOSPHERIQUE (O3) L ozone est un polluant secondaire, c est-à-dire qu il n est pas produit directement dans l air ambiant par les activités humaines. Il est formé suite à des

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

Source de nourriture. Production d oxygène

Source de nourriture. Production d oxygène Les algues Qu est-ce qu une algue? Les algues sont des végétaux simples, le plus souvent unicellulaires, dont la taille est si petite que, dans bien des cas, on ne peut les voir qu au microscope. Elles

Plus en détail

Des mesures d ozone sur la façade Atlantique?

Des mesures d ozone sur la façade Atlantique? La bordure littorale atlantique évoque instinctivement l air pur. Toutefois, comme les autres régions plus continentales, elle n est pas forcement épargnée par des pointes de pollution à l ozone. L alternance

Plus en détail

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Direction de santé publique Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 12 novembre 2014 MISE EN CONTEXTE Le 10

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

L assainissement non collectif au X ème Programme. Forum aux questions

L assainissement non collectif au X ème Programme. Forum aux questions L assainissement non collectif au X ème Programme Forum aux questions Menu 1 - puits d infiltration 2 - dépense finançable HT ou TTC 3 - contrôle des dossiers financiers 4 - charge de pollution éligible

Plus en détail

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Base de connaissances effluents d élevage GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Ce document est issu du projet Caractérisation des

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2011-04-14-R-0147 commune(s) : Meyzieu objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12

CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12 CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12 Présentation Générale : Superficie : 377 km² exutoire : Baie de Somme longueur des cours d'eaux principaux : 28 km Population du bassin Versant 2006 : 58 335 hab Évolution

Plus en détail