PNF-04-P CONTENTION ET MANIPULATION DES POISSONS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PNF-04-P CONTENTION ET MANIPULATION DES POISSONS"

Transcription

1 PNF-04-P CONTENTION ET MANIPULATION DES POISSONS Justification Cette procédure normalisée de fonctionnement doit être connue de toute personne (= opérateur) qui maîtrise physiquement ou chimiquement des poissons dans le cadre d études sur le terrain ou en laboratoire. Autorité Les personnes (étudiants, techniciens, biologistes, chercheurs) effectueront des contentions de poissons sous la supervision directe ou indirecte du chercheur, de l auxiliaire de recherche, du chargé de projet ou du vétérinaire. Formation préalable des opérateurs : Bonne connaissance : de l anatomie, de la physiologie et du comportement de l espèce de poisson de la composition, de l'action et des règlements associés aux produits utilisés pour la contention chimique (anesthésiologie/pharmacologie/règlements sur les produits contrôlés). de santé et sécurité : Prévention des blessures Notions de biosécurité (prévention des morsures/blessures, zoonoses, désinfection et asepsie) Si applicable (travaux sur le terrain) : formation sur les risques inhérents au travail en mer (navires, petites embarcations, hélicoptère) Si applicable : SIMDUT Principe directeur du CCPA: Le chercheur doit choisir une méthode efficace qui permet de réduire les risques de blessures physiques et de stress physiologique tout en assurant la sécurité des manipulateurs. Le degré de contention et la durée des procédures doivent être réduits au minimum. La contention doit être effectuée par un personnel ayant reçu une formation complète sur les procédures prévues de contentions et sur les méthodes de rechange (CCPA, lignes directrices sur le soin et l utilisation des animaux sauvages, no 17) Autres principes directeurs du CCPA concernant le soin et l utilisation d animaux sauvages (annexe 1) principes directeurs généraux : #1, 2, 3, 6, 10, 11 et 12 principes directeurs spécifiques à la contention des animaux sauvages : #18, 19, 22, 23, 24

2 Autres principes directeurs du CCPA concernant le soin et l utilisation des poissons: (annexe 1) principe directeurs généraux : # 1, 2, 3, 4, 5, 11, 22 principes directeurs spécifiques à la contention des poissons : # 73 à 80 inclusivement Méthodes de contention Contention physique dans l eau Utilisation d un filet ou d une puise Utilisation d un bassin restreint Contention physique hors de l eau Contention chimique 1) Contention physique dans l eau Ce type de contention physique consiste à immobiliser un ou des poissons à même le bassin dans lequel ils sont placés afin d effectuer des manipulations non douloureuses et de courte durée. Matériel PNF-03 : nettoyage et désinfection du matériel et le matériel qui s y rapporte PNF-02 : euthanasie des poissons et le matériel qui s y rapporte (si nécessaire). Bassin de contention aux parois lisses et sans danger d abrasion pour le poisson, adapté aux types de manipulations qui seront effectuées et équipé d un système de bullage et/ou d approvisionnement en eau continu et d un système de maintien de la température Bassin de récupération (si nécessaire) aux parois lisses et sans danger d abrasion pour le poisson et équipé d un système de bullage et/ou d approvisionnement en eau continu et d un système de maintien de la température. Bac ou autre récipient de transport aux parois lisses sans danger d abrasion pour transporter le poisson d un bassin à un autre (si nécessaire) Salinomètre, thermomètre et oxymètre Chronomètre Au besoin, trousse pour l évaluation de la qualité de l eau (taux d ammoniac) Puise ou filet sans nœud adapté à la taille des individus manipulés Gants Trousse de premiers soins

3 Note : Tout matériel qui entre en contact avec le poisson lors des manipulations doit avoir des surfaces lisses (ex. filet sans nœuds) et être conçu pour minimiser les risques d abrasion et de blessures. Préparation Nettoyer et désinfecter les bassins et le matériel qui seront utilisés (PNF-03) S assurer que le tout le matériel nécessaire est prêt avant de commencer les manipulations. Déterminer le nombre d individus dans le bassin de contention. Si plus d un poisson doit être manipulé en même temps on doit garder à l esprit que la densité d individus dans le bassin doit être minimale pour faciliter la contention, éviter un surcroit de stress, des blessures, de la morbidité et une détérioration de la qualité de l eau. Déterminer la quantité d eau minimale que doit contenir le bassin de contention en fonction du nombre de poissons qu il devra contenir : 1) pour assurer une bonne contention; 2) pour minimiser le stress, les risques de blessures et de morbidité et; 3) pour conserver une bonne qualité d eau. Déterminer le temps maximal acceptable de la contention en fonction de l espèce, de la taille de l individu, de son degré de stress et de sa condition physiologique. Si un bassin de récupération est utilisé pour le suivi du poisson après sa manipulation, déterminer sa capacité de support en terme de densité d individus tout en respectant le bien-être des poissons et en gardant une bonne qualité d eau. Si possible, mettre les poissons à jeun 18 à 72 heures avant les manipulations et la contention Procédure Pour prélever des poissons d un bassin d élevage, utiliser une puise sans noeud adaptée à la taille des individus. Les poissons prélevés sont immédiatement placés dans le bassin de contention ou placés dans un bac de transport si le déplacement du poisson à partir de son milieu de prélèvement (milieu naturel, bassin d élevage, etc.) jusqu au bassin de contention prend plus de 30 secondes. L eau du bac de transport provient du milieu de prélèvement ou possède des conditions similaires. En général le bac de transport contient peu d eau et pas de système de maintien de la qualité de l eau (ex. système de bullage, de maintien de température, etc.). Par conséquent, le poisson ne doit, en aucun cas, être mis en attente dans ce type de bac. Prévoir un bassin d attente pour une telle éventualité.

4 La contention du poisson peut être effectuée en utilisant un bassin restreint qui empêche le poisson de se déplacer La contention peut être effectuée à l aide d une puise sans noeud, remplie au tiers de sa profondeur pour minimiser les mouvements du poisson et le stress. Il peut également être contenu à l aide d un filet sans nœud. Le poisson est manipulé de façon à limiter le stress et les blessures (abrasion, perte d écaille, etc.). Le poisson doit rester en tout temps immergé dans l eau tant que les manipulations le permettent. Idéalement il est maintenu à l écart des parois pour éviter l abrasion de la peau et les mouvements brusques doivent être évités. L immobilisation du poisson dans l eau et les manipulations ne doivent pas empêcher celui-ci de respirer (ne pas empêcher le mouvement des opercules pendant les manipulations). Si le poisson est trop nerveux et qu il est impossible de le contenir sans risquer de le blesser inutilement ou de compromettre les manipulations, la contention doit être abandonnée et le poisson relâché. Une contention chimique peut être envisagée (voir plus bas). La contention ne doit pas dépasser le temps maximal établi pour l espèce et sa condition. Après la manipulation, le poisson est libéré le plus rapidement possible et remis dans un bassin de récupération ou d élevage. Selon le type de procédures effectuées et le temps que passe le poisson dans le bassin de contention la qualité de l eau doit être mesurée (température, oxygène et ammoniac) durant les manipulations afin de s assurer que ces paramètres restent stables et à un niveau acceptable pour les besoins du ou des poissons. Il en est de même pour le bassin de récupération s il y a lieu. S il y a dégradation de la qualité de l eau, l eau du bassin doit être renouvelée. Une fois la contention terminée, le poisson est remis dans son bassin d élevage ou dans un bassin de récupération et un suivi sera effectué afin de s assurer de son rétablissement et de ses chances de survie. Nettoyer et désinfecter le matériel utilisé lors des manipulations Note : Il est possible d effectuer la contention à même le bassin d élevage si les manipulations le permettent et s il est jugé qu elles ne créent pas trop de perturbations pouvant nuire aux autres individus dans le bassin. 2) Contention physique hors de l eau Ce type de contention physique consiste à immobiliser le poisson hors de l eau. Cette méthode est utilisée pour des manipulations sans douleur et de très courtes durées (moins de 30 secondes).

5 Matériel PNF-03 : désinfection du matériel et le matériel qui s y rapporte PNF-01 : anesthésie des poissons et le matériel qui s y rapporte (si nécessaire) PNF-02 : euthanasie des poissons et le matériel qui s y rapporte (si nécessaire) Bassin de récupération (si nécessaire) aux parois lisses et sans danger d abrasion pour le poisson et équipé d un système de bullage et/ou d approvisionnement en eau continu. Bac ou autre récipient de transport aux parois lisses et sans danger d abrasion pour le poisson (si nécessaire) Puise sans nœud adaptée à la taille des individus prélevés pour la contention Matériel et vêtements de protection Chronomètre Serviette humide Produit désinfectant (alcool, éthanol) Préparation Nettoyer et désinfecter les bassins utilisés (PNF-03). S assurer que le tout le matériel nécessaire est prêt avant de commencer les manipulations. S assurer que les paramètres de l eau (température, salinité, oxygène) des bassins utilisés sont similaires à ceux du milieu d élevage ou du milieu naturel d où le poisson à été prélevé et que ces paramètres sont stables. Déterminer la densité de poisson que peuvent contenir les bassins utilisés 1) pour minimiser le stress, les risques de blessure et de morbidité et; 2) conserver une bonne qualité d eau. Déterminer le temps maximal de la contention hors de l eau que peut supporter l individu en fonction de l espèce, de la taille et de sa condition physiologique. En général ça ne doit pas dépasser 30 secondes. Procédure Les poissons sont prélevés au fur et à mesure des manipulations. Si le transport du poisson à partir de son milieu de prélèvement (milieu naturel, bassin d élevage) jusqu au lieu de manipulation prend plus de 30 secondes, ce dernier sera placé dans un bac de transport. L eau du bac de transport provient du milieu de prélèvement ou possède des conditions similaires. En général, le bac de transport contient peu d eau et pas de système de maintien de la qualité de l eau (ex. système de bullage, de maintien de température, etc.). Par conséquent, le poisson ne doit, en

6 aucun cas, être mis en attente dans ce type de bac. Prévoir un bassin d attente pour une telle éventualité. Les poissons doivent être adéquatement supportés lorsqu ils sont hors de l eau et ne doivent pas être manipulés seulement par la partie caudale. Un support au niveau ventral est nécessaire. Les surfaces entrant en contact avec le poisson lorsqu il est hors de l eau doivent être nettoyées et désinfectées avant et après la manipulation d un individu. Toute surface entrant en contact avec le poisson lorsque ce dernier est hors de l eau doit être propre, lisse et humide pour minimiser l abrasion, la perte de mucus et autres blessures. Le temps de contention physique hors de l eau ne doit pas dépasser le temps maximal établi en fonction de l espèce et de la condition de l individu (maximum 30 secondes en général sauf pour les anguilles et les poissons-chats qui peuvent tolérer des périodes plus longues). Limiter au maximum la luminosité de l endroit où sont effectuées les manipulations. La peau et les branchies du poisson doivent rester humides durant les manipulations quitte à les irriguer. Si le poisson est trop nerveux et qu il est impossible de le contenir sans risquer de le blesser inutilement ou de compromettre les manipulations, ce dernier doit être remis à l eau ou une contention chimique doit être utilisée (voir plus bas). Après la manipulation, le poisson doit être placé le plus rapidement possible dans son bassin d élevage ou dans un bassin de récupération et un suivi est effectué afin de s assurer de son rétablissement et de ses chances de survie. Si le poisson ne récupère pas et montre des signes anormaux de comportement ou de morbidité, une euthanasie devra être effectuée (PNF-02). Il en est de même si le poisson a subi des blessures non prévues par la manipulation et dont les chances de guérison sont faibles. Disposer des carcasses selon le protocole PNF-05 Nettoyer et désinfecter le matériel et les bassins utilisés pour les manipulations (PNF- 03) 3) Faible dose d anesthésiant Matériel PNF-01 : anesthésie des poissons et le matériel qui s y rapporte. PNF-03 : nettoyage et désinfection du matériel et le matériel qui s y rapporte PNF-02 : euthanasie des poissons et le matériel qui s y rapporte (si nécessaire)

7 Préparation Déterminer le type d anesthésique qui convient le mieux pour l espèce, la taille des individus, le type et les manipulations qui seront faites par la suite. En général on utilise le MS222 Déterminer la dose d anesthésique nécessaire pour obtenir une sédation sans anesthésie complète en fonction de l espèce et de la condition des individus. Ex. Salmonidés : Échantillonnage 0,6 g/5 L de MS-222 Déterminer le temps d exposition à l anesthésique pour obtenir une sédation suffisante pour réaliser les manipulations prévues Nettoyer et désinfecter les bassins et le matériel qui sera utilisé S assurer que les paramètres de l eau dans les bassins utilisés sont similaires à ceux du milieu d où provient le poisson (milieu d élevage, milieu naturel) et que ces derniers sont stables. Procédure Appliquer le PNF-01 en appliquant les doses établies afin d obtenir un effet de sédation. Une anesthésie complète est nécessaire seulement dans le cas où il est prévu que la contention effectuée engendre de la douleur, des blessures ou un stress important. Consulter le tableau 2 du PNF anesthésie des poissons pour la description du comportement à observer selon le degré de sédation. Le poisson doit rester sous surveillance continuelle durant la contention chimique. Les étapes de la contention chimique sont chronométrées et notées pour affiner la méthode. Dès la fin des manipulations, les poissons sont immédiatement placés dans un bassin de réveil contenant de l eau saine et oxygénée jusqu à ce que les effets de l anesthésie aient disparus. Le rétablissement est effectué sous surveillance continue et si le poisson ne se rétablit pas ou montre des problèmes de comportement une fois que le temps de réveil est passé, ce dernier doit être euthanasié dans les plus brefs délais (PNF-02) si après avoir été ventilé, il ne se rétablit pas. Disposer des carcasses selon le protocole PNF- 05 Nettoyer et désinfecter le matériel ayant servi à l anesthésie Disposer de l eau contenant l anesthésique selon la réglementation en vigueur à l UQAR Approuvées par la résolution UQAR-CPA du 17 avril 2008 Modifiée par la résolution UQAR-CPA du 20 février 2014

PNF-01-P ANESTHÉSIE DES POISSONS

PNF-01-P ANESTHÉSIE DES POISSONS PNF-01-P ANESTHÉSIE DES POISSONS Justification Cette procédure normalisée de fonctionnement doit être connue de toute personne (= opérateur) qui anesthésie des poissons dans le cadre d études sur le terrain

Plus en détail

PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS

PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS Justification : Cette procédure normalisée de fonctionnement doit être connue de toute personne qui effectue l euthanasie de poissons dans le cadre d études sur le terrain

Plus en détail

E-IV-2.3V1 : PROCEDURE PARTICULIERE RELATIVE AUX PRELEVEMENTS DES EAUX DE PISCINES EN VUE DE LEURS ANALYSES BACTERIOLOGIQUES ET CHIMIQUES

E-IV-2.3V1 : PROCEDURE PARTICULIERE RELATIVE AUX PRELEVEMENTS DES EAUX DE PISCINES EN VUE DE LEURS ANALYSES BACTERIOLOGIQUES ET CHIMIQUES E-IV-2.3V1 : PROCEDURE PARTICULIERE RELATIVE AUX PRELEVEMENTS DES EAUX DE PISCINES EN VUE DE LEURS ANALYSES BACTERIOLOGIQUES ET CHIMIQUES 1. Objet Cette procédure a pour objet d expliciter les modalités

Plus en détail

Point limite éthique ou obligation d intervenir

Point limite éthique ou obligation d intervenir Atelier national 2015 du CCPA Point limite éthique ou obligation d intervenir Christian Demers Coordonnateur CIPA CRCHUM 30 mai 2015 Montréal, QC Lignes directrices du CCPA La déclaration de principes

Plus en détail

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM Optimisation des conditions de manutention et de stockage du naissain dans le cadre de la nouvelle stratégie de préélevage Rapport final Dossier n o 710.141 Rapport commandité par la SODIM Octobre 2008

Plus en détail

Direction de l expertise sur la faune et ses habitats Service de la biodiversité et des maladies de la faune

Direction de l expertise sur la faune et ses habitats Service de la biodiversité et des maladies de la faune Mesures de biosécurité et de décontamination applicables aux visites de cavernes, grottes et mines à des fins récréatives, touristiques ou de recherche sur les chiroptères, pour prévenir la transmission

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI TITRE : PROCÉDURE D UTILISATION ET DE PRÊT DU MATÉRIEL DE GÉOGRAPHIE DU DÉPARTEMENT DE BIOLOGIE, CHIMIE ET GÉOGRAPHIE CODE : APPROUVÉ PAR : COMITÉ EXÉCUTIF RÉS. : EX-686-4669 22-04-2008 EN VIGUEUR : 22-04-2008

Plus en détail

Banalisation des risques = danger!

Banalisation des risques = danger! Banalisation des risques = danger! Claude Millette Conseiller en prévention Forum Santé et sécurité du travail Centre des congrès de Québec 24 avril 2013 Prévention des blessures - Association sectorielle

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Sylvie Poirier Avocate à la mise en application BULLETIN N 3673 514 878-2854 Le 20 septembre 2007 spoirier@ida.ca Discipline

Plus en détail

RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE

RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE [BÉNÉFICIAIRE UNIQUE] III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1 Caroline QUINTIN URC Paris Nord - Formation DU 1 INTRODUCTION Les documents et données relatifs à la recherche constituent les documents essentiels qui composent le dossier permanent de la recherche. Ces

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par :

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par : CODE DU TRAVAIL Art. R. 231-60.- La présente section fixe les règles particulières de prévention et de protection des travailleurs contre les risques résultant d'une exposition à des agents biologiques.

Plus en détail

Procédure de premiers secours et de premiers soins

Procédure de premiers secours et de premiers soins Procédure de premiers secours et de premiers soins D I R E C T I O N S A N T É E T M I E U X - Ê T R E A U T R A V A I L : : : Université Laval TABLE DES MATIÈRES 1. BUT... 3 2. OBJECTIFS... 3 3. DÉFINITIONS...

Plus en détail

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

Guide de clôtures de piscine

Guide de clôtures de piscine Guide de clôtures de piscine ottawa.ca/enceintesdepiscine Le présent guide vous aidera à obtenir un permis pour l enceinte qui entoure votre piscine (voir la définition plus bas). En vertu du Règlement

Plus en détail

Change d une couche lavable

Change d une couche lavable Change d une couche lavable (à destination des professionnelles de l EAJE) Organisation Attention, les couches lavables nécessitent des changes fréquents, ne pas dépasser 2 h : noter l'heure de change

Plus en détail

JORF n 0243 du 18 octobre 2013. Texte n 51

JORF n 0243 du 18 octobre 2013. Texte n 51 Le 18 octobre 2013 JORF n 0243 du 18 octobre 2013 Texte n 51 ARRETE Arrêté du 8 octobre 2013 relatif aux règles sanitaires applicables aux activités de commerce de détail, d entreposage et de transport

Plus en détail

INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM

INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM 1 SOMMAIRE Avant propos... page 3 Introduction... page 4 1 - Objet... page 4 2 - Définitions des termes...

Plus en détail

Corpus Vitrearum Directives pour la conservation et la restauration des vitraux Deuxième édition, Nuremberg 2004

Corpus Vitrearum Directives pour la conservation et la restauration des vitraux Deuxième édition, Nuremberg 2004 1 INTRODUCTION 1.1 Les présentes directives ont pour objectif de définir les principes déontologiques qui régissent la conservation et la restauration des vitraux, de toutes époques. Elles sont conçues

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

DRAXIMAGE MD Xénon Xe 133

DRAXIMAGE MD Xénon Xe 133 FICHE SIGNALÉTIQUE DRAXIMAGE MD Xénon Xe 133 Date de révision: juillet 2011 Révision No.: 3 Section 1. Identification du produit chimique et de la compagnie Nom du produit : DRAXIMAGE MD Xénon Xe 133 Fabriquant

Plus en détail

Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3.

Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3. Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3. Annexe III.8.11. de l arrêté royal du 16 janvier 2006 fixant les modalités des agréments, des

Plus en détail

Elles sont précisées ci-dessous : 1. - Les espaces d évolution

Elles sont précisées ci-dessous : 1. - Les espaces d évolution DSB2 / 01 06 2012 La modification des dispositions du code du sport relatives à la plongée subaquatique suite à la publication des arrêtés du 05 janvier 2012 et du 06 avril 2012 En sus des règles relatives

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage et Maître d Oeuvre. Commune de VUE.

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage et Maître d Oeuvre. Commune de VUE. MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage et Maître d Oeuvre Commune de VUE Objet du marché RENOVATION DE L EGLISE SAINTE ANNE à VUE Remise des offres

Plus en détail

Les Protections Collectives

Les Protections Collectives Les Protections Collectives Le risque d intoxication 4 voies de pénétration des toxiques dans l organisme. Voie pulmonaire : inhalation. Voie oculaire : projection. Voie cutanée : contact avec la peau.

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : IOC VEHICULE NET

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : IOC VEHICULE NET Nom du produit : IOC VEHICULE NET Informations sur la société : 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Institut Œnologique de Champagne Z.I. de Mardeuil BP 25 51201 EPERNAY Cedex Tel : + 33 (0)

Plus en détail

ADOPTION : Comité de direction

ADOPTION : Comité de direction PROCÉDURE PROCÉDURE SUR LA GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES DATE : 26 mai 2015 SECTION : Procédure NUMÉRO : PR305 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des ressources humaines ADOPTION : Comité de direction MODIFICATIONS

Plus en détail

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études ANNEXE 2010-CA544-17-R5717 Politique sur la santé et la sécurité 12 avril 2010 Avant-propos La politique sur la santé et la sécurité affirme la volonté de l UQTR de protéger la santé, la sécurité et l

Plus en détail

Politique institutionnelle concernant le bien-être des animaux utilisés en enseignement, en recherche et dans les tests

Politique institutionnelle concernant le bien-être des animaux utilisés en enseignement, en recherche et dans les tests Politique institutionnelle concernant le bien-être des animaux utilisés en enseignement, en recherche et dans les tests L application de cette politique est sous la responsabilité de la Direction générale

Plus en détail

Lignes directrices en matière de placement. Conformément à l approbation du conseil de gouvernance

Lignes directrices en matière de placement. Conformément à l approbation du conseil de gouvernance Conformément à l approbation du conseil de gouvernance En vigueur : 18 septembre 2015 Table des matières N o de page 1 Objectif... 3 2 Aperçu... 3 3 Responsabilités... 3 4 Conflit d intérêts... 4 5 Passifs...

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR INSCRIPTION AU C2i R (Certificat Informatique et Internet) GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR Nicolas Cazin 2 Table des matières 1 Un mot sur ce manuel 3 2 Votre rôle, vos responsabilités 3 3

Plus en détail

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures NOVEMBRE 2014 Examen des rapports d enquête microbiologique Sommaire Introduction... 2 Les rapports d enquête microbiologique... 2 Contenu commun

Plus en détail

Un cadre éthique et pratique pour le soin et l utilisation des poissons

Un cadre éthique et pratique pour le soin et l utilisation des poissons Un cadre éthique et pratique pour le soin et l utilisation des poissons Dr. Jean-Guy Godin Chancellor s Professor Department of Biology Carleton University Ottawa, Ontario Principes de base Les poissons

Plus en détail

Plan de préparation et d intervention en cas en cas d urgence

Plan de préparation et d intervention en cas en cas d urgence Page i Annexe D: Plan de préparation et d intervention en cas d urgence, plans de sécurité et de santé Page ix Plan de préparation et d intervention en cas en cas d urgence Le plan d intervention en cas

Plus en détail

Ce document contient de l'information et des champs de formulaire. Pour lire l'information, appuyez sur la flèche vers le bas à partir d'un champ de formulaire. Lignes directrices d'étude de viabilisation

Plus en détail

Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux

Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux Date de publication : janvier

Plus en détail

EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS

EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Service : Microbiologie Méthode technique Mise en service de la première version : Mise en application de cette version : EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Rédaction : BLETTNER.C

Plus en détail

UNE POLITIQUE ALCOOL ET STUPÉFIANTS QUI PRÉVIENT Colloque 2015 Via Prévention. J.Jacques Alary C.A.É., F.C.I.L.T.,CCLP. j.alary@alaryplus.

UNE POLITIQUE ALCOOL ET STUPÉFIANTS QUI PRÉVIENT Colloque 2015 Via Prévention. J.Jacques Alary C.A.É., F.C.I.L.T.,CCLP. j.alary@alaryplus. UNE POLITIQUE ALCOOL ET STUPÉFIANTS QUI PRÉVIENT Colloque 2015 Via Prévention J.Jacques Alary C.A.É., F.C.I.L.T.,CCLP. j.alary@alaryplus.ca Plan de la présentation Les obligations américaines Le contexte

Plus en détail

RAPPELS : CONSIGNES POUR RENSEIGNER LE MAP

RAPPELS : CONSIGNES POUR RENSEIGNER LE MAP ANNEXE 1 RAPPELS : Selon l arrêté du 11 avril 2012 relatif à la conception des aéronefs civils qui circulent sans aucune personne à bord, aux conditions de leur emploi et sur les capacités requises des

Plus en détail

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes.

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes. Ces analyses permettent de vérifier la salubrité et la qualité hygiénique des denrées périssables que l on remet au consommateur. Elles doivent donc être représentatives des produits que l on remet au

Plus en détail

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999)

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) NIMP n 10 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) Produit par le Secrétariat

Plus en détail

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Editeur responsable: Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire WTC III 21

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CTCS/WP.7/2015/15 Conseil économique et social Distr. générale 14 septembre 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité directeur des capacités et des

Plus en détail

PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur

PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur Introduction et champ d application La FNDPL (Fédération Nationale des Détaillants en Produits Laitiers)

Plus en détail

PROTOCOLE. La Commission locale d information de Flamanville, représentée par Michel LAURENT, Président,

PROTOCOLE. La Commission locale d information de Flamanville, représentée par Michel LAURENT, Président, PROJET PROTOCOLE pour la réalisation de prélèvements et de mesure dans l environnement relatifs aux émissions ou rejets des installations du centre nucléaire de production d électricité EDF de Flamanville

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT Plan PASAF pour la volaille Le programme d assurance de la salubrité des aliments à la ferme (PASAF) est un programme qui a été développé par les

Plus en détail

La connaissance est le pouvoir

La connaissance est le pouvoir La connaissance est le pouvoir Le moment venu de concevoir un programme de carte commerciale, la connaissance est le pouvoir le pouvoir de rendre les dépenses d entreprise les plus efficaces et conviviales

Plus en détail

BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE

BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS PARTICULIÈRES BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE PHASE DE RETOUR III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l'article II.1, les définitions suivantes s'appliquent

Plus en détail

Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux

Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux (171) Le choix d une technologie de traitement et d élimination des déchets de soins médicaux doivent toujours être

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

Fiche de données de sécurité (91/155/CEE)

Fiche de données de sécurité (91/155/CEE) 1.Identification du produit et de la compagnie 1.1 Nom du Produit: Uniglue 1.2 Constructeur / Fournisseur Compagnie: egger Otoplastik+Labortechnik GmbH Aybühlweg 59 87439 Kempten Téléphone: + 49 8 31 5

Plus en détail

Impact sanitaire de la vague de chaleur en France survenue en août 2003. Rapport d étape. 29 août 2003

Impact sanitaire de la vague de chaleur en France survenue en août 2003. Rapport d étape. 29 août 2003 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE Impact sanitaire de la vague de chaleur en France survenue en août 2003 Rapport d étape 29 août 2003 Département des maladies chroniques et traumatismes Département santé environnement

Plus en détail

MAÎTRISE - Physique. Faculté des sciences

MAÎTRISE - Physique. Faculté des sciences MAÎTRISE - Physique Faculté des sciences Formation à la maîtrise Faculté des sciences QU EST-CE QUE LE PLAN DE FORMATION? Le plan de formation est une composante déterminante du parcours de formation aux

Plus en détail

Guide santé sécurité sur. l orientation. nouveaux travailleurs. des. Première édition

Guide santé sécurité sur. l orientation. nouveaux travailleurs. des. Première édition Guide santé sécurité sur l orientation des nouveaux travailleurs Première édition Orientation des nouveaux travailleurs Objectif Portée Ce guide présente aux nouveaux travailleurs un survol des sujets

Plus en détail

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE»

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» Josée e Allard et Sandra Hulmann Enseignantes à l École des métiers des Faubourgs-de-Montréal de la Commission scolaire de Montréal

Plus en détail

DIRECTIVES ADMINISTRATIVES UTILISATION DES INSTALLATIONS DE LA SOCIÉTÉ DU PARC INDUSTRIEL ET PORTUAIRE DE BÉCANCOUR

DIRECTIVES ADMINISTRATIVES UTILISATION DES INSTALLATIONS DE LA SOCIÉTÉ DU PARC INDUSTRIEL ET PORTUAIRE DE BÉCANCOUR DIRECTIVES ADMINISTRATIVES UTILISATION DES INSTALLATIONS DE LA SOCIÉTÉ DU PARC INDUSTRIEL ET PORTUAIRE DE BÉCANCOUR 1. PRÉAMBULE La Société a comme mission de favoriser le développement économique du Québec

Plus en détail

Modifié par : - Arrêté n 27 CM du 9 janvier 2013 ; JOPF du 17 janvier 2013, n 3, p. 788. Le Président de la Polynésie française,

Modifié par : - Arrêté n 27 CM du 9 janvier 2013 ; JOPF du 17 janvier 2013, n 3, p. 788. Le Président de la Polynésie française, ARRETE n 1750 CM du 14 octobre 2009 relatif aux normes d hygiène applicables dans les établissements mobiles ou provisoires qui proposent, à titre gratuit ou onéreux, des denrées alimentaires animales

Plus en détail

Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance. Saison 2014/2015

Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance. Saison 2014/2015 Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance Saison 2014/2015 La présente annexe a pour objet de définir, en application de l article 6.4 du chapitre 1 du Titre

Plus en détail

AUTOCERTIFICATION RÈGLEMENT SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE

AUTOCERTIFICATION RÈGLEMENT SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 27 novembre 2013 AUTOCERTIFICATION

Plus en détail

I. Evaluation des risques. Question 8 du label SGS

I. Evaluation des risques. Question 8 du label SGS I. Evaluation des risques Question 8 du label SGS I. Evaluation des risques Une évaluation des risques est une enquête systématique de tous les risques liés aux postes de travail, aux équipements de travail

Plus en détail

Contrat de maintenance Informatique

Contrat de maintenance Informatique Contrat de maintenance Informatique Réalisé par Info Tools Solutions : Etudes et conseils en informatique Contrat de maintenance informatique Entre les soussignées : Info Tools Solutions études et conseils

Plus en détail

AdAptAteur téléphone 2 GuIde d InStAllAtIon et Mode d emploi

AdAptAteur téléphone 2 GuIde d InStAllAtIon et Mode d emploi Adaptateur Téléphone 2 GUIDE D INSTALLATION et MODE D EMPLOI 2 Sommaire Mises en garde générales et consignes de sécurité 5 Introduction 8 Présentation de l Adaptateur Téléphone 2 9 Installation 11 Activer

Plus en détail

PLONGEUR (P1) Plongeur CMAS 1* Plongeur Encadré NBN EN 14153-1 STANDARDS

PLONGEUR (P1) Plongeur CMAS 1* Plongeur Encadré NBN EN 14153-1 STANDARDS PLONGEUR (P1) Plongeur CMAS 1* Plongeur Encadré NBN EN 14153-1 STANDARDS (Version 2012/01) Table des matières 1 Généralités... 4 1.1 Compétences du plongeur 1*... 4 1.2 Prérogatives du plongeur 1*... 4

Plus en détail

LE CHOIX DES GANTS DE PROTECTION

LE CHOIX DES GANTS DE PROTECTION Service Hygiène et sécurité LE CHOIX DES GANTS DE PROTECTION Réglementation Fiche 15 Novembre 2011 GENERALITES Conformément à l article L 4121-1 du code du travail, l employeur doit doter les agents d

Plus en détail

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Le Programme des chaires de recherche du Canada s engage à favoriser l excellence de la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Arrêté du 19 février 2014 fixant le référentiel national de compétences de sécurité civile relatif à l unité d enseignement «surveillance

Plus en détail

HACCP (Analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise)

HACCP (Analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise) Plan HACCP Le Système de l Analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise (HACCP) est une approche logique, scientifique et systématique visant à identifier et maîtriser tout problème de sécurité

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION

RÈGLES DE CERTIFICATION Revu par : Valide pour : Révision : No. : Estelle MAILLER DNV GL Business Assurance France 19 PSY03 Approuvé par : Date : Replace : Pages : Antoine Thomassin 2015-10-07 18 1 sur 8 RÈGLES DE CERTIFICATION

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

AVIS (A)040205-CDC-247

AVIS (A)040205-CDC-247 Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél.: 02/289.76.11 Fax: 02/289.76.09 COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ AVIS (A)040205-CDC-247

Plus en détail

DEMANDE - PERMIS DE MODIFICATION D UN COURS D EAU ou D UNE TERRE HUMIDE

DEMANDE - PERMIS DE MODIFICATION D UN COURS D EAU ou D UNE TERRE HUMIDE DEMANDE - PERMIS DE MODIFICATION D UN COURS D EAU ou D UNE TERRE HUMIDE (Conformément au Règlement sur la modification des cours d eau et des terres humides de la Loi sur l assainissement de l eau, chapitre

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE A partir du mois d Avril, la formation s achève par un stage professionnel obligatoire d une durée minimale

Plus en détail

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN Circulaire n 14/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 avril 2008 Màj juin 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

LISI AUTOMOTIVE. Convention logistique pour la fourniture de fixations mécaniques

LISI AUTOMOTIVE. Convention logistique pour la fourniture de fixations mécaniques LISI AUTOMOTIVE Convention logistique pour la fourniture de fixations mécaniques 1 / Objet La présente Convention définit les modalités des engagements "logistiques" que les sociétés du groupe LISI Automotive

Plus en détail

531235 - Instruction n 86/88 du 02-05-1988. Sommaire BO courant Archives BO Table des matières cumulée BO Sommaire RMLR

531235 - Instruction n 86/88 du 02-05-1988. Sommaire BO courant Archives BO Table des matières cumulée BO Sommaire RMLR Sommaire BO courant Archives BO Table des matières cumulée BO Sommaire RMLR Instruction n o 86/88 du 2 mai 1988 prise pour l application du décret n o 74-725 du 11 juillet 1974 relative à la réglementation

Plus en détail

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE LA GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION Révision : 2008-09, NN GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION 1. EXPLICATION DE CETTE INQUIÉTUDE C est décidé, l officiel en

Plus en détail

Norme de l industrie du miel pour les récipients de vrac

Norme de l industrie du miel pour les récipients de vrac Le Conseil canadien du miel Recommandations du Comité sur les normes relatives aux fûts / barils Norme de l industrie du miel pour les récipients de vrac 1.0 LE BUT o présenter une norme qui respectera

Plus en détail

«EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL

«EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL Logo de l entreprise L entreprise XYZ Inc. «EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL de L ENTREPRISE XYZ INC. Avril 2008 BUT DE LA POLITIQUE...2 DÉFINITIONS...2 CHAMP D

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

4 service interne: le service interne pour la prévention et la protection au travail;

4 service interne: le service interne pour la prévention et la protection au travail; Arrêté royal du 15 décembre 2010 relatif aux premiers secours dispensés aux travailleurs victimes d un accident ou d un malaise (M.B. 28.12.2010; erratum: M.B. 8.2.2011) Modifié par: (1) arrêté royal du

Plus en détail

Politique sur les conflits d intérêts en recherche

Politique sur les conflits d intérêts en recherche Politique sur les conflits d intérêts en recherche Adoptée par le conseil d administration le 9 octobre 2012 (295 e assemblée, résolution n o 2562) Modifiée le 6 octobre 2015 (312 e assemblée, résolution

Plus en détail

Guide d utilisation de l employeur Sondage sur la rétroaction des employés

Guide d utilisation de l employeur Sondage sur la rétroaction des employés Madame, Monsieur, Guide d utilisation de l employeur Sondage sur la rétroaction des employés Nous vous félicitons de votre décision de mener ce Sondage sur la rétroaction des employés. Le sondage vous

Plus en détail

P.A.C. - CONDITIONNALITE

P.A.C. - CONDITIONNALITE P.A.C. - CONDITIONNALITE D o m a i n e S a n t é p u b l i q u e, s a n t é a n i m a l e e t v é g é t a l e PROTECTION ANIMALE DANS LES ELEVAGES F i c h e B 1 8 mise à jour le 15 septembre 2015 QUEL

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE L audit interne

Plus en détail

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Référentiel en vigueur disponible sur http://www.global-standard.org ou transmis sur simple demande. 1 Sommaire 1/ Référentiel GOTS International

Plus en détail

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr PREFET DE L YONNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle Alimentation 3 rue Jehan Pinard B.P. 19 89010 Auxerre Cedex Tél. : 03 86 72 69 57 Fax : 03 86

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Equipements de travail et machines

Equipements de travail et machines GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 19 août 2002 ITM-CL 61.2 Equipements de travail et machines Prescriptions de sécurité types Les présentes prescriptions comportent 7 pages Sommaire Article Page

Plus en détail

ANNEXE I PIECES CONSTITUTIVES D UNE DEMANDE DE CERTIFICAT DE CAPACITE POUR LA VENTE OU LE TRANSIT D ANIMAUX D ESPECES NON DOMESTIQUES (cas général)

ANNEXE I PIECES CONSTITUTIVES D UNE DEMANDE DE CERTIFICAT DE CAPACITE POUR LA VENTE OU LE TRANSIT D ANIMAUX D ESPECES NON DOMESTIQUES (cas général) ANNEXE I PIECES CONSTITUTIVES D UNE DEMANDE DE CERTIFICAT DE CAPACITE POUR LA VENTE OU LE TRANSIT D ANIMAUX D ESPECES NON DOMESTIQUES (cas général) Le dossier de demande de certificat de capacité, adressé

Plus en détail

Version révisée n 3. Mars 2009. Remplace la version d octobre 2005

Version révisée n 3. Mars 2009. Remplace la version d octobre 2005 Bonnes Pratiques de Fabrication des Encres utilisées sur la face non en contact des aliments des emballages de denrées alimentaires et d articles destinés au contact des aliments Version révisée n 3 Remplace

Plus en détail

POLITIQUE DE PREMIERS SECOURS ET PREMIERS SOINS ONGLET 18

POLITIQUE DE PREMIERS SECOURS ET PREMIERS SOINS ONGLET 18 POLITIQUE DE PREMIERS SECOURS ET PREMIERS SOINS ONGLET 18 Date Résolution Adoptée 9 mai 1995 CC-4022-95 Réadoptée 18 août 1998 CC-172-98 La Commission scolaire Harricana, consciente de ses responsabilités

Plus en détail

Centre de la petite enfance Trois Petits Points

Centre de la petite enfance Trois Petits Points POLITIQUE DE SANTÉ DE L INSTALLATION Centre de la petite enfance Trois Petits Points Ajournée le 5 mai 2015, adoptée le 14 mai 2015 Lors d une séance ordinaire du conseil d administration TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail