Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LES DIFFÉRENTS TYPES DE FRAIS BANCAIRES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LES DIFFÉRENTS TYPES DE FRAIS BANCAIRES"

Transcription

1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE FRAIS BANCAIRES

2 Les frais bancaires Introduction En France, il est presque impossible de vivre normalement sans compte bancaire : en effet, la plupart des dettes dont le montant est supérieur à 1500 euros (par exemple, un salaire) ne peut être payée en espèces. Par conséquent, l'ouverture d'un compte bancaire est quasiment indispensable. Pour cette raison, le législateur a prévu l'obligation pour les banques d'ouvrir un compte bancaire à toute personne justifiant qu'elle n'en a pas. Cette ouverture de compte est accompagnée de services de base (carte bancaire avec autorisation de paiement préalable), encaissement de chèques, délivrance de formules de chèques, édition de relevés d'identité bancaire, virements, prélèvements). Néanmoins, la tenue d'un compte bancaire a un coût, et occasionne souvent des frais, susceptibles de varier d'un établissement à un autre. Quels sont les frais qu'une banque peut facturer? Quels sont les montants réglementaires que votre établissement de crédit ne peut pas dépasser? 1. Les frais courants de gestion de compte Les obligations d'information du banquier La première obligation d'information du banquier intervient à l'ouverture d'un compte bancaire. L'article 2 de l'arrêté du 8 mars 2005 prévoit le contenu des conventions de compte : ces dernières, en matière de tarifs doivent stipuler : Les tarifs des opérations telles que l'obtention, et la gestion des moyens de paiement (carte bancaire, chèque, virement) ; mais aussi des incidents de paiement. Les conséquences d'une position débitrice, autorisée ou non (si le découvert est autorisé, il est possible pour la banque d'annexer une convention de découvert autorisé) Les modalités d'évolution des tarifs (une indexation est possible : en ce cas, il sera inutile d'en aviser le client à chaque évolution de l'indice retenu), et l'obligation par la banque de prévenir son client trois mois avant que l'évolution n'intervienne, afin qu'il puisse résilier sa convention. Le client a alors deux mois pour se manifester contre ces nouveaux tarifs. Au-delà de ce délai, on considérera qu'il les a acceptés. Les dates de valeur éventuelles (c'est-à-dire le temps pour la banque entre l'encaissement d'un paiement, et la mise à disposition effective des fonds) D'autre part, le banquier doit fournir au consommateur de manière mensuelle (sauf si la convention prévoit un autre délai) un relevé des opérations ayant eu lieu sur son compte, parmi lesquelles figure une éventuelle cotisation mensuelle, ou annuelle. Enfin, depuis le 1er janvier 2009, les établissements de crédit sont tenus de communiquer avant le 31 janvier de chaque année aux personnes physiques et aux associations un relevé qui recense la totalité des frais que la banque a encaissé sur la totalité de l'année précédente. Ce relevé doit être détaillé, c'est-à-dire que doivent y figurer les montants prélevés (y compris au titre d'une position débitrice), et leur motif. Enfin, un total de ces montants doit être réalisé. Page 1 / 5

3 Dans le cadre du renforcement de l'information des consommateurs, depuis le 1er janvier 2011, les brochures tarifaires des banques doivent désormais préciser les frais réellement prélevés sur le compte d'un client pour dix prestations de référence bien définies. La banque doit obligatoirement publier sur son site internet les tarifs bancaires standards, qu'elle applique pour les opérations suivantes: l'accès aux services bancaires via internet Assurance, perte ou vol des moyens de paiement frais de prélèvement produit offrant des alertes SMS sur la situation du compte virement SEPA occasionnel externe dans la zone euro la carte de paiement du retrait dans un distributeur de billets de la zone euro de la mise en place d'une autorisation de prélèvement ou encore de la "commission d'intervention" en cas d'incident de paiement Les frais de tenue de compte bancaire Tous les frais exposés précédemment, s'ils ne sont pas prévus à la convention de compte, ne peuvent pas être appliqués (ainsi, l'opération sera gratuite). En position créditrice, le client sera soumis aux éventuels frais de gestion de compte, et notamment ceux liés à ses moyens de paiement (carte bleue, chéquier, etc.). On peut y ajouter dans le cadre de «packs» de nombreux services, tels que des assurances en cas de vol... Néanmoins, concernant ces packs, l'article L du code monétaire et financier dispose qu' «est interdite la vente ou offre de vente de produits ou de prestations de services groupés sauf lorsque les produits ou prestations de services inclus dans l'offre groupée peuvent être achetés individuellement ou lorsqu'ils sont indissociables». En clair, cela signifie même s'il existe un «pack de services» au sein d'une banque, c'est qu'il est possible de souscrire chacun de ces services à la carte, sans contrat. Il convient aussi d'évoquer les frais de clôture de compte : ils n'existent plus : le consommateur peut clore son compte gratuitement, comme un engagement du 9 novembre 2004 pris par les professionnels du secteur bancaire le prévoit (applicable depuis le 1er janvier 2005). Enfin concernant les personnes qui se sont vues refuser l'ouverture d'un compte, et qui ont été contraintes de saisir la Banque de France en vue de se faire désigner un établissement de crédit : L'établissement de crédit est contraint en application de l'article L du Code monétaire et financier, et de l'article D d'offrir à son client les services suivants : 1 L'ouverture, la tenue et la clôture du compte ; 2 Un changement d'adresse par an ; 3 La délivrance à la demande de relevés d'identité bancaire ; 4 La domiciliation de virements bancaires ; 5 L'envoi mensuel d'un relevé des opérations effectuées sur le compte ; 6 La réalisation des opérations de caisse ; 7 L'encaissement de chèques et de virements bancaires ; 8 Les dépôts et les retraits d'espèces au guichet de l'organisme teneur de compte ; 9 Les paiements par prélèvement, titre interbancaire de paiement ou virement bancaire ; 10 Des moyens de consultation à distance du solde du compte ; 11 Une carte de paiement dont chaque utilisation est autorisée par l'établissement de crédit qui l'a émise ; 12 Deux Page 2 / 5

4 formules de chèques de banque par mois ou moyens de paiement équivalents offrant les mêmes services. Ces douze services sont octroyés gratuitement pour les personnes concernées. 2. Les frais occasionnés par des difficultés financières Les frais de découvert bancaire Depuis le 1er janvier 2014, pour les particuliers, les frais bancaires pour incident de paiement sont désormais plafonnés. Pour tous les clients, les frais ne pourront donc pas excéder 8 euros par opération et 80 euros par mois. Pour les personnes en situation de fragilité financière (souscrivant une offre adaptée de nature à limiter les incidents de paiement), le plafond est alors fixé à 4 euros par opération et 20 euros par mois. Ces frais sont définis par la convention de compte. Ils distingueront souvent le découvert autorisé, du découvert non autorisé (plus onéreux). La seule limite à ces agios, commissions divers frais de forçage prévus à la convention de compte; intérêts, et frais divers est la législation sur l'usure : L'article L du code de la consommation, reproduit à l'article L du code monétaire et financier dispose que «Constitue un prêt usuraire tout prêt conventionnel consenti à un taux effectif global qui excède, au moment où il est consenti, de plus du tiers, le taux effectif moyen pratiqué au cours du trimestre précédent par les établissements de crédit pour des opérations de même nature comportant des risques analogues, telles que définies par l'autorité administrative après avis du Comité consultatif du secteur financier.» Par ailleurs, l'article L du même code dispose que quiconque accordant un prêt à taux usuraire à un consommateur est passible de peines de euros d'amende (multipliés par 5 pour une personne morale), et de deux ans de prison. Que faut-il prendre en compte dans le calcul d'un taux effectif global? L'article L du code de la consommation dispose que «dans tous les cas, pour la détermination du taux effectif global du prêt, comme pour celle du taux effectif pris comme référence, sont ajoutés aux intérêts les frais, commissions ou rémunérations de toute nature, directs ou indirects, y compris ceux qui sont payés ou dus à des intermédiaires intervenus de quelque manière que ce soit dans l'octroi du prêt, même si ces frais, commissions ou rémunérations correspondent à des débours réels». Le taux à partir duquel un prêt est usuraire est de 20,63% à partir du 1er juillet 2009 (ce taux varie tous les trimestres). Le décret n du 1er février 2011 (publié au Journal officiel du 3 février 2011) définit, à compter du 1er mai 2011, les nouvelles modalités de calcul du taux effectif global (TEG). Le nouveau TEG devra figurer dans toutes les publicités, les fiches d'information et les contrats. Page 3 / 5

5 Surtout, le décret du 1er février 2011 énonce que pour toutes les opérations de crédit autres que pour financer l'achat d'immeubles à usage d'habitation ou à usage professionnel d'habitation (ou encore l'achat de terrains destinés à la construction d'immeubles destinés à ce même usage), le taux effectif global est dénommé " taux annuel effectif global ". A ce titre, le décret précise que pour le calcul de ce dernier taux, ne sont pas pris en compte les frais d'acte notarié établis en application du décret n du 8 mars 1978 portant fixation du tarif des notaires Les frais occasionnés par des incidents de paiement L'article D du code monétaire et financier dispose que constitue un incident de paiement tout rejet d'un ordre de paiement reçu par la banque du payeur en raison d'un défaut ou d'une insuffisance de provision, quel que soit le moyen de paiement utilisé. Les incidents de paiement peuvent concerner les chèques, ou tout autre moyen de paiement. Rejet d'un paiement Depuis le 1er janvier 2014, pour les particuliers, les frais bancaires pour incident de paiement sont désormais plafonnés. Pour tous les clients, les frais ne pourront donc pas excéder 8 euros par opération et 80 euros par mois. Pour les personnes en situation de fragilité financière (souscrivant une offre adaptée de nature à limiter les incidents de paiement), le plafond est alors fixé à 4 euros par opération et 20 euros par mois. Rejet d'un chèque bancaire Aux termes de l'article D du Code monétaire et financier, les frais perçus par la banque au titre du rejet d'un chèque ne peuvent excéder : 30 euros si le chèque rejeté est d'un montant inférieur ou égal à 50 euros 50 euros pour les chèques d'un montant supérieur à 50 euros Un chèque ne peut être rejeté qu'une fois tous les 30 jours : s'il est rejeté une seconde fois pendant ce délai, il ne sera pas possible de percevoir de nouveau les frais Les frais de saisie sur compte bancaire L'avis à tiers détenteur (concerne uniquement le Trésor Public), et la saisie consistent à faire prélever sur un compte bancaire dont le solde est créditeur, une créance. L'opposition administrative consiste à bloquer les sommes dues sur un compte bancaire jusqu'à ce que ces dernières soient versées. (Le solde bancaire insaisissable ne peut être bloqué ou saisi : il est notamment constitué du RSA, et de diverses pensions). Les frais d'opposition administrative prélevés par la banque ne peuvent pas dépasser 10% des sommes dues au trésor public (articles 147 et 148 de la loi de finances rectificative pour 2006). Concernant la saisie en compte, par un créancier, ainsi que l'opposition administrative, les frais bancaires ne sont pas limités par la loi. Page 4 / 5

6 Page 5 / 5 Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015 CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015 PRODUITS ET SERVICES POUR LES PARTICULIERS GUYANE 1 Vs trverez dans ce dépliant, les conditions tarifaires pr les particuliers en vigueur au 1 er

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014 CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014 PRODUITS ET SERVICES POUR LES PARTICULIERS GUYANE 1 Vs trverez dans ce dépliant, les conditions tarifaires pr les particuliers en vigueur au 1 er juin

Plus en détail

Tarifs et Conditions. Extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013. Sous réserve d évolution du taux de tva

Tarifs et Conditions. Extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013. Sous réserve d évolution du taux de tva Tarifs et Conditions Extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Sous réserve d évolution du taux de tva Tarifs et Conditions Extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Sous réserve d évolution

Plus en détail

Conditions de banque aux particuliers

Conditions de banque aux particuliers Conditions de banque aux particuliers 1 er janvier 2011 Convention Clarté Pour bien utiliser nos produits et services, l idéal est de bien les connaître. Fidèle à ses convictions, le Crédit Mutuel Maine-Anjou,

Plus en détail

Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation

Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation Les articles L 311-1 et suivants protègent le consommateur pour tout crédit, location vente

Plus en détail

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de : service public www.mlbs.fr Thème 3 LA REMUNERATION

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de : service public www.mlbs.fr Thème 3 LA REMUNERATION Thème 3 LA REMUNERATION Comment le salaire est-il fixé? Généralement déterminé en fonction de la qualification du salarié et de l emploi occupé, le salaire peut être calculé : au temps, en fonction de

Plus en détail

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011 021 Vivre sans chéquier L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire 2 4 6 8 12 14 18 22 24 Introduction La délivrance d un chéquier est-elle obligatoire? Comment

Plus en détail

GUIDE DE TARIFICATION. Tarifs en vigueur au 1 er février 2013

GUIDE DE TARIFICATION. Tarifs en vigueur au 1 er février 2013 GUIDE DE TARIFICATION Tarifs en vigueur au 1 er février 2013 MONABANQ. De loin la banque en ligne la plus proche de ses clients monabanq. est l un des leaders français de la banque en ligne depuis 15 ans.

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE octobre 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 FINANCE ISLAMIQUE Conditions et tarifs 2011 C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 Sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 FONCTIONNEMENT DU COMPTE 4 SUIVI DU COMPTE 4 INFORMATIONS ET DOCUMENTS 5 MOYENS

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 RÉSILIER UN CONTRAT D'ASSURANCE MOTO, SCOOTER, DEUX-ROUES

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 RÉSILIER UN CONTRAT D'ASSURANCE MOTO, SCOOTER, DEUX-ROUES RÉSILIER UN CONTRAT D'ASSURANCE MOTO, SCOOTER, DEUX-ROUES La résiliation du contrat d'assurance deux-roues: Moto, scooter, quad Introduction La résiliation d'un contrat d'assurance d'un deux-roues, comme

Plus en détail

clarté Particuliers 2012

clarté Particuliers 2012 convention clarté Particuliers 2012 EXTRAIT DE LA TARIFICATION des principaux produits et services à usage des particuliers, au 1 er janvier 2012 convention clarté Particuliers 2012 Sommaire 1 Extrait

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 RÉSILIER SON CONTRAT D'ASSURANCE AUTO

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 RÉSILIER SON CONTRAT D'ASSURANCE AUTO RÉSILIER SON CONTRAT D'ASSURANCE AUTO La résiliation du contrat d'assurance Automobile Introduction La résiliation d'un contrat d'assurance automobile, comme toute résiliation de contrat de prestation

Plus en détail

Extrait Standard des tarifs

Extrait Standard des tarifs BANQUE MISR SUCCURSALE DE PARIS Extrait Standard des tarifs 1) Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte a) Ouverture, transformation, clôture gratuit b) Relevés de compte gratuit c) Service de

Plus en détail

B 5 35. du 3 décembre 2010

B 5 35. du 3 décembre 2010 Loi concernant un pont-retraite en faveur du personnel assuré par la Caisse de prévoyance des fonctionnaires de police et de la prison (LPRCP) (10742) B 5 35 du 3 décembre 2010 Le GRAND CONSEIL de la République

Plus en détail

Extrait de tarification. monabanq.

Extrait de tarification. monabanq. Extrait de tarification monabanq. Tarifs en vigueur au 1er décembre 2008 Avec monabanq. Économisez jusqu à 56% sur les frais de gestion courante de votre compte Pourquoi payer plus! Exemple d économie

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES COMPTE BANCAIRE BforBANK Au 26 mai 2015 Retrouvez l ensemble de nos tarifs sur www.bforbank.com SOMMAIRE 1 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 5 OFFRES GRPÉES DE SERVICES 2 VERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Particuliers I. FONCTIONNEMENT DE COMPTE CONDITIONS GENERALES APPLICABLES AU 01/01/2011. ARRETES MENSUELS des comptes

Particuliers I. FONCTIONNEMENT DE COMPTE CONDITIONS GENERALES APPLICABLES AU 01/01/2011. ARRETES MENSUELS des comptes Particuliers CONDITIONS GENERALES APPLICABLES AU 01/01/2011 I. FONCTIONNEMENT DE COMPTE ARRETES MENSUELS des comptes INTERETS DEBITEURS Découvert Les agios sont décomptés au taux de base bancaire de la

Plus en détail

La banque au quotidien

La banque au quotidien La banque au quotidien En savoir plus sur les tarifs et les services bancaires 5856_EdEp-F&P_LaBanqueAuQuotidien.indd 1 23/11/2015 14:06 L association Finances & Pédagogie a été créée en 1957 par les Caisses

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS EXTRAIT DES PRIX ET SERVICES (TTC) AU 01/04/2016 SOUS RÉSERVE D ÉVOLUTION DU TAUX DE TVA

TARIFS ET CONDITIONS EXTRAIT DES PRIX ET SERVICES (TTC) AU 01/04/2016 SOUS RÉSERVE D ÉVOLUTION DU TAUX DE TVA TARIFS ET CONDITIONS EXTRAIT DES PRIX ET SERVICES (TTC) AU 01/04/2016 SOUS RÉSERVE D ÉVOLUTION DU TAUX DE TVA Page 2 sur 8 l Tarifs & Conditions - Avril 2016 TARIFS ET CONDITIONS EXTRAIT DES PRIX ET SERVICES

Plus en détail

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 1 Thèmes Avant la loi Après la loi Plafonnement des frais d incidents et

Plus en détail

La CRPN peut accorder des prêts destinés à financer exclusivement :

La CRPN peut accorder des prêts destinés à financer exclusivement : Destination de l aide au logement Article 1 : La CRPN peut accorder des prêts destinés à financer exclusivement : Prêts au affiliés actifs et retraités La construction d'un pavillon individuel ou l'achat

Plus en détail

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

LIRE UN BULLETIN DE PAIE. Quels sont les différents éléments qui composent une fiche de paie, et comment les lire?

LIRE UN BULLETIN DE PAIE. Quels sont les différents éléments qui composent une fiche de paie, et comment les lire? LIRE UN BULLETIN DE PAIE Quels sont les différents éléments qui composent une fiche de paie, et comment les lire? 1. L' identification de votre employeur : raison sociale, adresse et convention collective

Plus en détail

[ J u i l l e t 2 0 0 8 ] Convention Clarté. Principales conditions aux professionnels

[ J u i l l e t 2 0 0 8 ] Convention Clarté. Principales conditions aux professionnels [ J u i l l e t 2 0 0 8 ] Convention Clarté Principales conditions aux professionnels Opérations sur comptes Ouverture de compte Comptage de billets grands remettants Comptage de monnaie triée grands remettants

Plus en détail

Mon argent au quotidien. Simplifiez-vous la banque avec l Eurocompte

Mon argent au quotidien. Simplifiez-vous la banque avec l Eurocompte Mon argent au quotidien Simplifiez-vous la banque avec l Eurocompte Pourquoi l Eurocompte? Avec l Eurocompte, le Crédit Mutuel vous propose un contrat clair et avantageux intégrant tous les services bancaires

Plus en détail

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES Janvier 2011 CCSF/CFONB A/ Opérations au crédit du compte 1 Versement d'espèces Le compte est crédité du montant d'un versement d'espèces.

Plus en détail

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique Infos financières Octobre 2014 Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique L IEOM établit l observatoire public des tarifs bancaires dans les COM du Pacifique, conformément

Plus en détail

GENERALISATION DE L EURO. dans l usage des instruments de paiement scripturaux

GENERALISATION DE L EURO. dans l usage des instruments de paiement scripturaux GENERALISATION DE L EURO dans l usage des instruments de paiement scripturaux 16 FICHES 31 Octobre 2001 1/23 La généralisation de l usage de l euro dans les instruments de paiement de détail pourra, dans

Plus en détail

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13 Sommaire AXA Banque se réserve la possibilité de facturer toute opération ayant généré un coût spécifique et en informera préalablement le Client. Toute mesure d ordre législatif ou règlementaire ayant

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 QUELLES CHARGES SOCIALES VAIS-JE PAYER SUR LES DIVERSES INDEMNITÉS DE RUPTURE D'UN CONTRAT DE TRAVAIL?

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 QUELLES CHARGES SOCIALES VAIS-JE PAYER SUR LES DIVERSES INDEMNITÉS DE RUPTURE D'UN CONTRAT DE TRAVAIL? QUELLES CHARGES SOCIALES VAIS-JE PAYER SUR LES DIVERSES INDEMNITÉS DE RUPTURE D'UN CONTRAT DE TRAVAIL? Les cotisations de sécurité sociale des indemnités de rupture du contrat de travail Introduction Cette

Plus en détail

PROFESSIONNELS & ASSOCIATIONS

PROFESSIONNELS & ASSOCIATIONS PROFESSIONNELS & ASSOCIATIONS GUIDE TARIFAIRE DES PRINCIPALES OPÉRATIONS Au 1 er Avril 2016 www.tfbank.fr SOMMAIRE OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI

Plus en détail

PROFESSIONNELS t 2015 Conditions et tarifs des principales prestations 691343 - Juille financières applicables au 1er juillet 2015

PROFESSIONNELS t 2015 Conditions et tarifs des principales prestations 691343 - Juille financières applicables au 1er juillet 2015 PROFESSIONNELS Conditions et tarifs des principales prestations financières applicables au 1 er juillet 2015 Fidèle à sa démarche d information et de transparence, BPE vous présente dans ce dépliant les

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 Pourvoi n 12-29063 Pourvoi n 13-11448 Publié au bulletin Rejet Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 N

Plus en détail

Lors de la conclusion du bail le prix du loyer est fixé librement, étant généralement fondé sur la valeur locative des locaux.

Lors de la conclusion du bail le prix du loyer est fixé librement, étant généralement fondé sur la valeur locative des locaux. Le bail commercial Le bail commercial est un contrat relatif à la location d'un immeuble en vue de l'exercice d'une activité artisanale ou commerciale, qui permet au locataire de bénéficier d'une protection

Plus en détail

Spécialistes INDEX 4. PAIEMENT... 2 4.1 MODE DE PAIEMENT... 2 4.2 DÉLAI DE PAIEMENT... 2

Spécialistes INDEX 4. PAIEMENT... 2 4.1 MODE DE PAIEMENT... 2 4.2 DÉLAI DE PAIEMENT... 2 INDEX INDEX Page.............................................. 2 4.1 MODE DE PAIEMENT.......................................... 2 4.2 DÉLAI DE PAIEMENT.......................................... 2 4.3 FACTURATION

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente I. DEFINITIONS On entend par "TOUZEAU Informatique" où «NOUS», L'entreprise TOUZEAU Informatique La Maison de Célina, Le Bourg 43150 Les Estables - France. «TOUZEAU Informatique»

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Janvier 2013 Le coût des services bancaires la Maison de la consommation et de l environnement a comparé, à partir des grilles tarifaires applicables en janvier 2013 de 10 établissements bancaires d Ille-et

Plus en détail

OPéRATIONS ET SERVICES BANCAIREs. CONDITIONs et TARIFS APPLICABLEs. AU 1 er JANVIER 2013. Mise à jour du 01.06.2013

OPéRATIONS ET SERVICES BANCAIREs. CONDITIONs et TARIFS APPLICABLEs. AU 1 er JANVIER 2013. Mise à jour du 01.06.2013 OPéRATIONS ET SERVICES BANCAIREs CONDITIONs et TARIFS APPLICABLEs à LA CLIENTèLE DES particuliers AU 1 er JANVIER 2013 Mise à jour du 01.06.2013 Opé et Service Banquaire particulier JUIN_2013.indd 1 13/06/13

Plus en détail

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique Infos financières Avril 215 Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique L IEOM établit l observatoire public des tarifs bancaires dans les COM du Pacifique, conformément

Plus en détail

FICHE D INFORMATION COMPTE DE PARTICULIERS Valable 15 jours à compter de la date d édition

FICHE D INFORMATION COMPTE DE PARTICULIERS Valable 15 jours à compter de la date d édition FICHE D INFORMATION COMPTE DE PARTICULIERS Valable 15 jours à compter de la date d édition Fiche d'information délivrée en application de l article L 111-1 du Code de la consommation ou des articles L

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE 1 er JUILLET 2015 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE OUVERTURE TRANSFORMATION CLOTURE Ouverture d'un compte avec remise de la Convention

Plus en détail

Au 23 octobre 2015. Retrouvez cette Convention sur www.bforbank.com

Au 23 octobre 2015. Retrouvez cette Convention sur www.bforbank.com CONVENTION DU COMPTE BANCAIRE BforBANK Au 23 octobre 2015 Retrouvez cette Convention sur www.bforbank.com CONVENTION DU COMPTE BANCAIRE BforBANK Au 23 octobre 2015 Les présents articles régissent le compte

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur,

Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur, Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur, Nous vous informons que depuis le 1 er novembre 2009, le dispositif législatif français résultant de la transposition de la Directive 2007/64/CE (dite Directive

Plus en détail

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS Tarifs en vigueur au 1 er avril 2016 Sommaire Sommaire... 2 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS... 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE... 3 OUVERTURE,

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SERVICES BANCAIRES : PLUS DE TRANSPARENCE POUR LE CONSOMMATEUR

DOSSIER DE PRESSE SERVICES BANCAIRES : PLUS DE TRANSPARENCE POUR LE CONSOMMATEUR DOSSIER DE PRESSE SERVICES BANCAIRES : PLUS DE TRANSPARENCE POUR LE CONSOMMATEUR Bercy, le 1 er février 2016 1 Sommaire Proposer le premier comparateur public et gratuit des tarifs bancaires en France

Plus en détail

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique Infos financières Octobre 215 Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique L IEOM établit l observatoire public des tarifs bancaires dans les COM du Pacifique, conformément

Plus en détail

Le contrat de prêt immobilier

Le contrat de prêt immobilier Le contrat de prêt immobilier samedi 8 septembre 2007, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2007). LE CONTRAT DE PRET IMMOBILIER I. Les documents à fournir pour une demande

Plus en détail

Ces informations n ont qu une valeur indicative et ne se substituent pas à la documentation officielle de l administration.

Ces informations n ont qu une valeur indicative et ne se substituent pas à la documentation officielle de l administration. Fiscalité des Etats-Unis Ces informations n ont qu une valeur indicative et ne se substituent pas à la documentation officielle de l administration. Généralités Les Etats-Unis étant un Etat fédéral, les

Plus en détail

GUIDE TARIFAIRE CONDITIONS TARIFAIRES VOS CONTACTS AUX PARTICULIERS CHOISISSEZ VOTRE MODE D ACCÈS DES PRINCIPAUX PRODUITS ET SERVICES

GUIDE TARIFAIRE CONDITIONS TARIFAIRES VOS CONTACTS AUX PARTICULIERS CHOISISSEZ VOTRE MODE D ACCÈS DES PRINCIPAUX PRODUITS ET SERVICES Attestations pour organismes sociaux... 3,60 Relevé global trimestriel, semestriel, annuel... 3,60 Frais de mise à disposition de fond.... 20,25 Recherche simple ou antériorité < 1 an... Recherche complexe

Plus en détail

Associations Guadeloupe

Associations Guadeloupe Associations Guadeloupe Guide des Conditions Tarifaires au 1 er avril 2012 www.bred.fr - 1 - Le fonctionnement de votre compte n Ouverture de compte - 2 - n Frais de renouvellement automatique de chéquiers

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET SERVICES ASSOCIÉS DE LA CAISSE D EPARGNE CONDITIONS GÉNÉRALES I CLIENTÈLE DES PARTICULIERS I 1 ER FÉVRIER 2016

CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET SERVICES ASSOCIÉS DE LA CAISSE D EPARGNE CONDITIONS GÉNÉRALES I CLIENTÈLE DES PARTICULIERS I 1 ER FÉVRIER 2016 CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET SERVICES ASSOCIÉS DE LA CAISSE D EPARGNE CONDITIONS GÉNÉRALES I CLIENTÈLE DES PARTICULIERS I 1 ER FÉVRIER 2016 www.caisse-epargne.fr - 2 - SOMMAIRE Champ d application

Plus en détail

Le bulletin de salaire

Le bulletin de salaire Le bulletin de salaire Traitement brut, net à payer, total charges patronales Que signifient les indications portées sur le bulletin de salaire? A quoi correspondent les sommes déduites du salaire brut?

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET DE SERVICES BANCAIRES DE LA BANQUE BCP. Conditions générales ( clientèle des particuliers )

CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET DE SERVICES BANCAIRES DE LA BANQUE BCP. Conditions générales ( clientèle des particuliers ) CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET DE SERVICES BANCAIRES DE LA BANQUE BCP Conditions générales ( clientèle des particuliers ) En vigueur à partir du 1 er février 2016 SOMMAIRE LE COMPTE DE DÉPÔT ET LES SERVICES

Plus en détail

N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation

N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation L objectif de l'ordonnance du 25 mars 2016, prise en vertu de de la loi n

Plus en détail

Annexe 11 ARTICLES L. 312-1-1 ET SUIVANTS DU CODE MONÉTAIRE ET FINANCIER

Annexe 11 ARTICLES L. 312-1-1 ET SUIVANTS DU CODE MONÉTAIRE ET FINANCIER Annexe 11 ARTICLES L. 312-1-1 ET SUIVANTS DU CODE MONÉTAIRE ET FINANCIER Étude réalisée par la Faculté de droit de l Université Lyon 3 pour le CCSF 141 Article L. 312-1-1 (Loi nº 2003-706 du 1 août 2003

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE 1 ER NOVEMBRE 2014 104, avenue des Champs-Elysées, 75008 PARIS Tél. : 01 53 76 84 00 Fax +33(0)1 45 63 57 00 Swift : FRAFFRPP S.A. au capital de 18 000 179,40

Plus en détail

UNE TARIFICATION SIMPLE, TRANSPARENTE, MOINS CHÈRE. Abonnement à des services de banque à distance (internet) Gratuit 1. Frais de tenue de compte

UNE TARIFICATION SIMPLE, TRANSPARENTE, MOINS CHÈRE. Abonnement à des services de banque à distance (internet) Gratuit 1. Frais de tenue de compte TARIFS Tarifs en vigueur à partir du 29 février 2016 UNE TARIFICATION SIMPLE, TRANSPARENTE, MOINS CHÈRE Pour tout renseignement ou opération ne figurant pas dans cette tarification, contactez-nous au 01

Plus en détail

N 141 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1969-1970 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE

N 141 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1969-1970 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE PROJET DE LOI adopté le 27 juin 1970. N 141 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1969-1970 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE portant diverses dispositions d'ordre économique et financier.

Plus en détail

FINANCEMENT DE L EXPLOITATION DES ENTREPRISES. Jeudi 31 juillet 2014 Une présentation des Banques de la Zone VKP

FINANCEMENT DE L EXPLOITATION DES ENTREPRISES. Jeudi 31 juillet 2014 Une présentation des Banques de la Zone VKP FINANCEMENT DE L EXPLOITATION DES ENTREPRISES Jeudi 31 juillet 2014 Une présentation des Banques de la Zone VKP Définition de la trésorerie Constat et causes des difficultés de trésorerie Solutions de

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI. modifiant le régime du travail dans les ports maritimes. (Texte définitif.)

SÉNAT PROJET DE LOI. modifiant le régime du travail dans les ports maritimes. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 26 mai 1992 N 136 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992 PROJET DE LOI modifiant le régime du travail dans les ports maritimes. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté sans modification,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE BANQUE

CONDITIONS GENERALES DE BANQUE Tarification applicable aux nouveaux contrats de crédit et aux comptes épargne Conditions applicables au 1 août 2015 Informations Produits Taux GE Money Bank Seuils de l'usure au 3ème trimestre 2015 REGROUPEMENT

Plus en détail

Pour une plus grande transparence. des prix de nos produits et services. www.ca-tourainepoitou.fr. Tarif au 1 er Avril 2006

Pour une plus grande transparence. des prix de nos produits et services. www.ca-tourainepoitou.fr. Tarif au 1 er Avril 2006 Pour une plus grande transparence des prix de nos produits et services. Tarif au 1 er Avril 2006 www.ca-tourainepoitou.fr Prix de nos services Conditions Générales et tarifs applicables au 1 er Avril 2006

Plus en détail

CONDITIONS generales DE BANQUE Applicables

CONDITIONS generales DE BANQUE Applicables CONDITIONS generales DE BANQUE Applicables à compter du 1 er Janvier 2015 a LA CLIENTELE DES PARTICULIERS I - CONDITIONS GENERALES DU COMPTE Montants Hors Taxes (HT) et en FCFA aux enteprises et ong I

Plus en détail

Votre confiance mérite toute notre transparence

Votre confiance mérite toute notre transparence Votre confiance mérite toute notre transparence Extrait des tarifs au 15/02/2012 applicables aux PARTICULIERS Extrait standard des tarifs * Les Tarifs ci-dessous sont hors offre groupée de services (package)

Plus en détail

Prêt à taux zéro (PTZ)

Prêt à taux zéro (PTZ) Page 1 sur 8 Accueil particuliers > Argent > Crédit immobilier > Prêt à taux zéro (PTZ) Fiche pratique Prêt à taux zéro (PTZ) Vérifié le 07 janvier 2016 - Direction de l'information légale et administrative

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL FICHE 4 LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60

Plus en détail

provisionnement des créances et des engagements par signature des banques et établissements financiers (JO 2014-56)]

provisionnement des créances et des engagements par signature des banques et établissements financiers (JO 2014-56)] Nº14-03 du 16 février 2014 relatif aux classement et provisionnement des créances et des engagements par signature des banques et établissements financiers [NB - Règlement de la Banque d Algérie n 14-03

Plus en détail

Conditions générales d adhésion et d utilisation au 01/12/2015

Conditions générales d adhésion et d utilisation au 01/12/2015 Les conditions générales ci-après précisent les dispositions qui régissent les relations entre Play Alpes, les adhérents et les bénéficiaires de l offre Play Alpes 1. Définitions Adhésion : désigne la

Plus en détail

Livret de Développement Durable

Livret de Développement Durable Livret de Développement Durable Résumé : Le Livret Développement durable est un livret d épargne permettant d épargner jusqu à 12 000 euros à un taux de 1,00 % depuis le 1er août 2014, tout en conservant

Plus en détail

EXTRAIT STANDARD DES TARIFS

EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Référence CE 10025 ( 1 er janvier 2016) CONDITIONS & TARIFS DES OPÉRATIONS ET SERVICES BANCAIRES AUX PARTICULIERS ET AUX ASSOCIATIONS DE PROXIMITÉ AU 1 ER JANVIER 2016* * Concernent les clients des départements

Plus en détail

Le paiement sans contact

Le paiement sans contact OCTOBRE 2015 N 37 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le paiement sans contact Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

LES OPÉRATIONS ASSOCIATIONS DE PROXIMITÉ ET SERVICES BANCAIRES AUX PROFESSIONNELS ET. au 1 er juin 2015

LES OPÉRATIONS ASSOCIATIONS DE PROXIMITÉ ET SERVICES BANCAIRES AUX PROFESSIONNELS ET. au 1 er juin 2015 LES OPÉRATIONS ET SERVICES BANCAIRES AUX PROFESSIONNELS ET ASSOCIATIONS DE PROXIMITÉ au 1 er juin 2015 Toutes les nuances de tarifs pour bien comprendre sa banque. FORFAITS DE SERVICE FONCTIONNEMENT DU

Plus en détail

DISPOSITIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES. Sommaire

DISPOSITIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES. Sommaire DISPOSITIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES Sommaire I. Régime des congés payés dans les professions du bâtiment et des travaux publics a. Règles d'affiliation b. Organisation et fonctionnement des caisses

Plus en détail

CONCLUSION DU CONTRAT DE TRAVAIL

CONCLUSION DU CONTRAT DE TRAVAIL Introduction Abordée sous la forme de questions-réponses, cette synthèse a pour objet d éclairer les salariés des hôtels, cafés, restaurants sur les principales dispositions prévues par leur convention

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT CLIENT N NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AU 1ER NOVEMBRE 2009 AVENANT A LA CONVENTION DE COMPTE COURANT ET AUX CONTRATS DE SERVICES DE PAIEMENT ASSOCIES (HORS CARTES

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL INTERMITTENT

LE CONTRAT DE TRAVAIL INTERMITTENT LE CONTRAT DE TRAVAIL INTERMITTENT Article 4.5 de la CCNS Le contrat de travail intermittent est un contrat à durée indéterminée (CDI) qui permet de pourvoir des postes permanents de la structure qui comportent

Plus en détail

Des avantages concrets avec ASTRÉA

Des avantages concrets avec ASTRÉA AU L ESSENTIEL POUR GÉRER AU VOTRE ARGENT DES QUESTIONS? UN CONSEIL? Disposez de solutions simples et efficaces pour optimiser la gestion de votre compte bancaire QU ATTENDEZ-VOUS DE VOTRE? Vous recherchez

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES / CLIENTÈLE PRIVÉE

CONDITIONS TARIFAIRES / CLIENTÈLE PRIVÉE CONDITIONS TARIFAIRES / CLIENTÈLE PRIVÉE À COMPTER DU 1 ER MARS 2016 VOTRE SATISFACTION AU CŒUR DE NOS PRIORITÉS La Banque Palatine a pris 4 engagements, manifestant ainsi sa volonté de vous apporter une

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015

Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015 Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015 Une ordonnance vient de fixer les conditions de recours au portage salarial en précisant les principes applicables au salarié porté, à l'entreprise

Plus en détail

12 2002, 2001-017 18 2001 49 11 2002 LE MINISTRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE, LE MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

12 2002, 2001-017 18 2001 49 11 2002 LE MINISTRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE, LE MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Arrêté conjoint n 035/METPS/MINEFI du 12 juillet 2002, fixant les modalités d application de la loi n 2001-017 du 18 décembre 2001 portant réaménagement des procédures de recouvrement des cotisations sociales,

Plus en détail

SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013)

SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013) SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013) 1. Définition Solution Libre Revenu est une offre présentée sous forme d un contrat unique et structurée autour d un compte d épargne

Plus en détail

BANCO DO BRASIL Agence de Paris 10, Avenue de la Grande Armée 75017 Paris France

BANCO DO BRASIL Agence de Paris 10, Avenue de la Grande Armée 75017 Paris France Autres pays européens hors zone euro, par opération 2,50 + 1,7% Reste du monde par opération 2,50 + 2,7% RETRAIT BRESIL «Online» aux guichets Base T.T.C Frais de retrait (montant limité à BRL 9.999,99)

Plus en détail

DOCUMENT LES NOUVEAUX MONTANTS EN EUROS APPLICABLES AU 1 ER JANVIER 2002 INC I. LES MONTANTS EN EUROS PUBLIÉS DANS LES TEXTES LÉGISLATIFS

DOCUMENT LES NOUVEAUX MONTANTS EN EUROS APPLICABLES AU 1 ER JANVIER 2002 INC I. LES MONTANTS EN EUROS PUBLIÉS DANS LES TEXTES LÉGISLATIFS DOCUMENT LES NOUVEAUX MONTANTS EN EUROS APPLICABLES AU 1 ER JANVIER 2002 Rappel : depuis le 1er janvier 2002, tous les montants (seuils, taux, plafonds ) encore libellés en francs dans les lois et règlements

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Nouvelle édition valable à compter du 28 avril 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 QU'EST CE QUE LA LOA LOCATION AVEC OPTION D'ACHAT? QUAND Y RECOURIR?

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 QU'EST CE QUE LA LOA LOCATION AVEC OPTION D'ACHAT? QUAND Y RECOURIR? QU'EST CE QUE LA LOA LOCATION AVEC OPTION D'ACHAT? QUAND Y RECOURIR? La location avec option d'achat-loa Introduction Le développement de la consommation de masse a fait apparaître un nouveau mode de financement

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires ENTREPRENEURS ET PROFESSIONNELS LIBÉRAUX Votre Chargé d Affaires se tient à votre disposition pour vous apporter toute information complémentaire. Ou connectez-vous sur www.bnpparibas.net/entrepros BNP

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION RÈGLEMENT INTÉRIEUR Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) PRÉAMBULE Dans le cadre du présent règlement : - l association sera dénommée «SIMT», - le membre

Plus en détail

Quels sont les différents types de contrôle auxquels vous pouvez faire l objet?

Quels sont les différents types de contrôle auxquels vous pouvez faire l objet? Quels sont les différents types de contrôle auxquels vous pouvez faire l objet? 1 Le contrôle sur pièces L examen de votre déclaration permet à l agent de l administration fiscale d examiner de son bureau

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

Notice explicative. Date de dépôt de la déclaration

Notice explicative. Date de dépôt de la déclaration Notice explicative Le prélèvement forfaitaire obligatoire sur les produits de placements à revenu fixe, prévu au I de l article 125 D du code général des impôts (CGI), et le prélèvement forfaitaire libératoire,

Plus en détail

ASA Avocats Newsletter

ASA Avocats Newsletter ASA Avocats Newsletter Lettre d information trimestrielle sur l actualité juridique Aktuelles zu Gesetzgebung und Rechtsprechung Spécial : INCIDENCES DE LA LOI «LME» EN DROIT ECONOMIQUE Septembre 2008

Plus en détail

Départ et mise à la retraite : les règles en 2010

Départ et mise à la retraite : les règles en 2010 Départ et mise à la retraite : les règles en 2010 L'âge légal Les changements n'ont pas impacté l'âge légal de départ à la retraite, qui reste toujours fixé à 60 ans. Toutefois, une remise en cause de

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

Les RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES de la Haute-Garonne vous informent

Les RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES de la Haute-Garonne vous informent REMUNERATION DES ASSISTANTES MATERNELLES Montant Brut Net SMIC horaire 9 (au 01/01/11) Montant minimum du salaire de base pour une journée d accueil de 8 heures: SMIC x 2,25 h (fixé par la loi de 1992)

Plus en détail

Monsieur /Madame., né (e) le. à.., de nationalité Française, demeurant. N de SS :.

Monsieur /Madame., né (e) le. à.., de nationalité Française, demeurant. N de SS :. CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE Entre les soussignés : La, société de droit Français, dont le siège est situé, Siren N.. code NAF et N URSSAF.. représentée aux fins des présentes par son PDG dûment

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 CADRE JURIDIQUE ET INTÉRÊT DE L'ESCOMPTE

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 CADRE JURIDIQUE ET INTÉRÊT DE L'ESCOMPTE CADRE JURIDIQUE ET INTÉRÊT DE L'ESCOMPTE L'escompte Introduction Les délais de paiement que les PME sont souvent contraintes d'accorder à leurs cocontractants peuvent être un vrai handicap à leur développement.

Plus en détail