Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération"

Transcription

1 IEP de Toulouse Mémoire de recherche présenté par Mlle Justine Gay Directeur du mémoire : Serge Regourd Date : 2012 Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération

2

3 IEP de Toulouse Mémoire de recherche présenté par Mlle Justine Gay Directeur du mémoire : Serge Regourd Date : 2012 Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération

4 Avant-propos et remerciements Je tiens à remercier chaleureusement Serge Regourd pour avoir accepté de diriger mes recherches et pour m'avoir guidée vers une problématique pertinente. Je remercie également les interlocuteurs qui m'ont accordé plusieurs entretiens dans le cadre de ce mémoire, à savoir Jean-Marie Charon, Patrick Eveno, Benoît Raphaël, Nicolas Demorand, Nadine Toussaint-Desmoulins et Olivier Bourgeois.

5 Avertissement L IEP de Toulouse n entend donner aucune approbation, ni improbation dans les mémoires de recherche. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur(e).

6 Abréviations CSMP : Conseil supérieur des messageries de presse DDM : Direction Des Médias DGMIC : Direction générale des médias et des industries culturelles FAI : Fournisseur d accès à Internet LME : Le Monde Entreprises LMI : Le Monde Interactif LML : Le Monde Libre LMPA : Le Monde et Partenaires Associés PGA : Presse gratuite d annonces PGI : Presse gratuite d information PQN : Presse quotidienne nationale PQR : Presse quotidienne régionale SCPL : Société Civile des Personnels de Libération SEM : Société des éditeurs du Monde SRM : Société des rédacteurs du Monde UGC : User generated content VAD : Vente à distance

7 Sommaire Introduction... 1 Première partie - De la sous-capitalisation des entreprises de presse à leur recapitalisation Chapitre 1 - La sous-capitalisation de la presse quotidienne nationale Chapitre 2 - Les recapitalisations : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération Deuxième partie - A la recherche de nouveaux modèles économiques sur l Internet Chapitre 1-Les rédactions intégrées Chapitre 2 - De la nécessité pour les entreprises de presse d intégrer leur audience à la production et à la diffusion de l information Conclusion... 80

8 Introduction La présente étude porte sur l'analyse des stratégies de sortie de crise mises en place par les quotidiens nationaux. Cette démarche s inscrit dans un processus de réflexion directement inspiré des enseignements dispensés au sein de Sciences Po Toulouse. Eu égard aux difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes rédacteurs pour s insérer sur le marché du travail, souvent abordées lors des conférences de méthode du parcours journalisme, l opportunité d appréhender leurs causes dans le cadre d un travail de recherche était à saisir. Trois quotidiens ont servi de références dans la réalisation de ce mémoire : Le Figaro, Le Monde et Libération. Ce choix s explique de différentes manières. Tout d abord, ils appartiennent au segment haut de gamme des quotidiens nationaux qui se caractérise par la diversité des sujets (international, politique, économie, culture etc.) et par le recul et l analyse avec lesquels ils sont traités, comme le souligne Jean-Marie Charon, sociologue des médias au Centre d étude des mouvements sociaux (CNRS et EHESS). 1 La sélection de ces trois titres permet également d illustrer l évolution de la situation économique de trois quotidiens aux sympathies politiques différentes et, par conséquent, de montrer que quel que soit le bord choisi, les difficultés économiques qu ils doivent affronter sont identiques. Enfin, grâce à leur appartenance au segment haut de gamme, Le Figaro, Le Monde et Libération bénéficient d une image de marque qui attire les journalistes en herbe. Une raison supplémentaire pour justifier l étude de leur modèle économique. Il n est pas nouveau de dire que la presse écrite, et particulièrement la presse écrite payante, est en crise. Cependant, il convient aujourd hui de s interroger sur les moyens à mettre en œuvre pour redynamiser ce secteur et le bassin d emplois qui lui est inhérent. C est la raison pour laquelle cette étude s attache davantage aux solutions mises en œuvre par les entreprises de presse observées plutôt qu à une démonstration pure et simple de l étendue des dégâts. En revanche, mettre en perspective les stratégies adoptées par les acteurs pour sortir de la crise implique de revenir sur les causes qui l ont provoquée. 1 J-M. Charon, La presse quotidienne, Paris, La Découverte, p

9 Par extension, s interroger sur ces causes implique de s intéresser à l évolution des moyens de financement de la presse. 2 En ce qui concerne la presse écrite payante, les recettes proviennent de deux sources : les lecteurs et les annonceurs. Par conséquent, pour la presse quotidienne nationale, le système de financement classique est celui de la plateforme d informations, schématisé ci-dessous. 3 Le double financement de la presse : la plateforme d'informations Plate-forme : Médias : presse écrite, TV, L Internet Groupe 1 : L audience Groupe 2 : Les annonceurs Source : Nathalie Sonnac. Le thème de la crise de la presse écrite renvoie donc à la remise en question du fonctionnement économique classique des journaux, à savoir celui de la plateforme d informations ; en effet, privés de tout ou partie de leurs recettes, provenant de la publicité ou bien de la vente de leurs exemplaires, les journaux sont soumis à un «effet ciseaux», défini comme le phénomène économique au cours duquel une catégorie professionnelle voit ses revenus chuter en raison d une réduction de ses recettes, tandis que les dépenses relatives aux coûts de production restent inchangées ou augmentent. 2 M. Schweitzer, «Modèles de la gratuité et conséquences sur les contenus informationnels», L économie du journalisme, Les cahiers du journalisme, n 20, automne N. Sonnac, «L'économie de la presse : vers un nouveau modèle d'affaires», L économie du journalisme, Les cahiers du journalisme, n 20, automne

10 Les recettes provenant des lecteurs et des annonceurs constituent la majeure partie des ressources de la presse écrite payante ; en effet, d après les chiffres publiés par la direction du développement des médias 4 (DDM) en 2004, la publicité et le parrainage représentent 38 % des revenus de la presse écrite payante, tandis que les 62 % restants proviennent de ressources propres, à savoir de la vente au numéro et de la vente par abonnement. Par conséquent, toutes les modifications qui affectent les deux sources de financement des quotidiens nationaux, et plus généralement, de la presse écrite payante, ont une incidence sur l évolution de leur bilan comptable. Or, récemment, lecteurs et annonceurs ont changé de comportement vis-à-vis de la presse écrite payante. La modification de la demande d information Tout d abord, une modification de la demande d information s est produite durant les dernières décennies : cette demande n est pas en crise, comme le laissent supposer certains indicateurs, notamment celui de la diffusion. La demande d information est même croissante en raison de l augmentation du niveau moyen d études : d'après une étude sur les tendances de consommation réalisée en 2011 par L'Express Infolab, 72 % des Français déclarent s'informer plus qu'il y a cinq ans. C est donc à une mutation de cette demande que doivent faire face les entreprises de presse depuis peu, notamment les quotidiens nationaux d information générale et politique, et non pas à une crise de celle-ci. La crise des subprimes qui a démarré en 2007 aux Etats-Unis et qui a déclenché une crise économique et financière mondiale a engendré une diminution du pouvoir d'achat des consommateurs. Certains lecteurs ont donc peu à peu cessé de payer pour obtenir une information à laquelle ils pouvaient avoir accès gratuitement sur Internet. Comme le coût des dépenses incompressibles (logement et énergie) augmente davantage que les salaires, les consommateurs consacrent une part croissante de leurs revenus à des dépenses courantes et réduisent la part de leur budget destinée à la consommation de biens culturels. C'est ainsi que le concept économique de prix de réserve entre en compte : celui-ci désigne le montant maximum qu un individu est disposé à payer en échange d un produit. On peut donc dire que le prix de réserve des consommateurs pour avoir accès à l'information est en baisse. 4 Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, la direction du développement des médias se devient en 2010 la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC). 3

11 Comme il renvoie au nombre moyen d exemplaires payants diffusés par numéro en France, l indicateur «diffusion payée France» est le plus pertinent afin d apprécier cette mutation de la demande, ce qui explique l importance qui lui sera conférée tout au long de cette analyse ; en effet, il permet d illustrer l acte volontaire que restitue l achat d un quotidien. Il est donc nécessaire de s intéresser de plus près aux fluctuations que connaissent les trois quotidiens sélectionnés en matière de diffusion. Figure 1-Evolution de la diffusion des trois quotidiens haut de gamme entre 1994 et 2010 Source : OJD, chiffres arrondis au millier supérieur. 5 A l étude de ces données, la tendance générale qui se dégage est à la baisse ; en effet, depuis 1994, Le Figaro, Le Monde, et Libération enregistrent une diminution de leur diffusion payée en France. Un premier constat qui confirme la mutation de la demande d information évoquée ci-dessus. A noter cependant qu une légère reprise est observable concernant l exercice Une progression semblable à celle-ci est enregistrée entre 2006 et Or, ces deux périodes ont été marquées par la présence d enjeux électoraux, ce qui a pour effet de stimuler l intérêt des lecteurs. Par ailleurs, la campagne présidentielle relative à l élection de 2012 a commencé très tôt, avec la primaire socialiste qui s est déroulée à la fin de l année 2011, ce qui a joué en faveur des ventes du Figaro, Monde, et de Libération. 5 Libération n ayant adhéré à l OJD qu en 1984, les chiffres relatifs aux années 1960 et 1975 ne sont pas disponibles. 4

12 On relève également une augmentation du trafic sur les sites web des trois journaux en 2011 ; en effet, d après une étude publiée en avril 2012 par comscore, société spécialisée dans la mesure des audiences Internet, le trafic sur le Figaro.fr a augmenté de 45 % entre février 2011 et février 2012, celui du Monde.fr de 38 % et celui de Liberation.fr de 34 % (en termes de visiteurs uniques). 6 La fonte des recettes publicitaires Les annonceurs se sont peu à peu désolidarisés des quotidiens nationaux, et plus largement, du secteur de la presse écrite payante : les recettes publicitaires des journaux ne cessent de diminuer. Une tendance imputable à plusieurs phénomènes, notamment au fait que l Internet se soit imposé comme le quatrième média publicitaire avec près de 2,8 millions d'euros investis en France en D après les chiffres publiés en 2012 par l IREP-France Pub, les investissements des annonceurs représentaient 31,4 milliards d euros en Les recettes publicitaires des médias s élèvent, quant à elles, à 10,7 milliards d euros, soit 34 % des investissements en communication des annonceurs. 8 C est moins que les 11 milliards d euros enregistrés en 2010, en raison de la disparition de l un des principaux acteurs du marché de la presse gratuite d annonces (PGA), Paru Vendu. Si les gratuits ont précédemment été mis en cause dans la réduction des recettes publicitaires de la presse écrite payante, nous verrons ultérieurement qu ils ne sont pas épargnés par la crise. Plus précisément, en 2011, 10,6 % des investissements en communication des annonceurs ont été dirigés vers la presse écrite, 13,1 % vers la télévision et 5,3 % vers l Internet. C est 10,6 % de plus qu en 2010 pour la Toile alors que la presse écrite enregistre une baisse de 3 %. Pour aller plus loin, seul 0,7 % des dépenses en communication des annonceurs a été investis dans les quotidiens nationaux payants en 2011, contre 6,5 % pour la presse gratuite. En 2011, l Internet est donc le seul «média» (les guillemets sont justifiés par le fait que l Internet ne dispose pas d une ligne éditoriale propre) pour lequel les recettes liées aux dépenses en communication des annonceurs augmentent, avec une progression de 14 % par 6 7 N. Sonnac, «L'économie de la presse : vers un nouveau modèle d'affaires», L économie du journalisme, Les cahiers du journalisme, n 20, automne Cf. annexe n 1, p.84. 5

13 rapport à 2010 pour le display. 9 avec 37,5 %, loin devant le cinéma. C est le mobile qui enregistre la plus forte croissance Néanmoins, la progression du display et celle du mobile dans les investissements en communication des annonceurs ne sont pas les seules responsables du recul enregistré par la presse écrite ; en effet, le hors-médias capte une partie non négligeable des dépenses des annonceurs. En 2002, ces derniers investissent 60 % de leurs dépenses en communication dans ce secteur. 10 En 2011, le chiffre s élève à 63,2 %. Ainsi, comme le résume le tableau ci-dessous, depuis 2006, les investissements en communication des annonceurs à destination des quotidiens nationaux sont en constante diminution. Tableau 1 : montant des investissements en communication des annonceurs vers les quotidiens nationaux. Année En millions d euros Evolution par rapport à l'année précédente -3,5% -10,1% -3,2% -15,9% 2,5% -5,0% Sources : rapport annuel de l UDA et Le marché publicitaire français de l IREP-France Pub. En revanche, en 2010, le montant des investissements en communication des annonceurs à destination des quotidiens nationaux augmente. Une évolution qui s inscrit dans le contexte plus général de la hausse des dépenses totales en communication des annonceurs, en progression de 2,9 % par rapport à l année Une reprise qui se poursuit pour l année 2011, à un rythme toutefois moins soutenu, puisque les dépenses en communication des annonceurs augmentent de 1,9 % par rapport à Il faut également souligner que les recettes publicitaires enregistrées par les médias pour l année 2011 (publicité commerciale en provenance des annonceurs et petites annonces incluses) ont augmenté de 0,1 % par rapport à Par ailleurs, les 206 millions d euros investis en 2011 par les annonceurs en communication dans la presse quotidienne nationale ne sont en rien comparables aux 573 millions d euros investis dans la PGA et la presse gratuite d information (PGI) la même année. Après avoir observé ces tendances générales, il convient d étudier plus précisément le cas des trois quotidiens nationaux qui font l objet de cette étude. 9 Achat d espace publicitaire. 10 M. Martin, Incertitudes et crises, La presse régionale : des affiches aux grands quotidiens, Fayard,

14 Le tableau suivant donne les montants en euros des investissements en communication des annonceurs perçus par Le Figaro, Le Monde et Libération depuis Figure 2-Montant des dépenses en communication des annonceurs perçues par Le Figaro, Le Monde et Libération Source : Kantar Média, tarifs bruts hors négociation. Par conséquent, d après les chiffres communiqués par Kantar Média, Le Figaro est le quotidien national haut de gamme qui tire le mieux son épingle du jeu publicitaire. Il est d ailleurs le seul des trois titres étudiés à enregistrer une hausse importante des recettes issues des dépenses en communication des annonceurs entre 2010 et 2011 (+13,6 %). Après avoir mis en lumière les sources de financement de la presse écrite, et plus particulièrement de la presse quotidienne nationale, il convient à présent d appréhender les causes de la crise dans laquelle sont plongés les titres nationaux haut de gamme et les solutions mises en œuvre par les sociétés éditrices pour inventer de nouveaux modèles économiques. La méthodologie choisie pour conduire ces recherches est la suivante : après la lecture de nombreux ouvrages de référence sur l économie de la presse et l identification des auteurs susceptibles d apporter leur expertise, une série d entretiens a été conduite. Dans le cadre d un mémoire traitant du journalisme et de son financement, il aurait été malvenu de ne pas recourir à la technique de l interview. 11 Ces chiffres ont été recueillis suite à un échange par courriels avec une analyste de Kantar Média, un organisme en charge de la veille des investissements publicitaires. Kantar Média travaille à partir des tarifs bruts des plaquettes, hors négociations, tandis que l IREP demande aux régies publicitaires des titres de lui communiquer leur chiffre d affaires net. Une différence de méthodologie qui explique les écarts considérables entre les montants des investissements en communication des annonceurs d un organisme à l autre. 7

15 La recherche de stratégies de sortie de crise par les sociétés éditrices de quotidiens nationaux s inscrivant dans l actualité, de nombreuses conférences ont également été l occasion d approfondir le sujet. C est notamment le cas des Entretiens de l information, organisés par Jean-Marie Charon, qui se sont déroulés le 23 mars 2011, avec pour thème les rédactions du futur. Les Assises internationales du journalisme de novembre 2011 à Poitiers, réunissant bon nombre d interlocuteurs sollicités dans cette étude, sous la houlette de Jérôme Bouvier, médiateur de Radio France, ont été le théâtre de nombreux échanges portant sur l avenir de la presse écrite. Tout au long de l Histoire, l apparition d un nouveau média a suscité la crainte de voir disparaître les anciens : lorsque la radio est apparue, certains y voyaient la fin de la presse écrite. De même, lorsque les ménages se sont équipés massivement en postes de télévision, plus personne ne croyait en l avenir de la radio. Même si cette dernière a concurrencé les quotidiens en raison de sa réactivité, aucun des médias cités ne s'est trouvé réellement menacé par l'apparition du suivant. Il en va différemment avec l'avènement et la démocratisation de l Internet : désormais, les lecteurs, ou plutôt «utilisateurs», ne sont plus obligés de consommer la presse écrite sur un support papier. Ils peuvent tout aussi bien le faire sur leurs écrans : ordinateurs, téléphones mobiles ou encore tablettes. Ainsi, l arrivée des nouvelles technologies, la presse écrite et, notamment la presse quotidienne nationale, est amenée à considérer l impératif de rentabilité comme une condition sine qua none à sa survie, à celle du principe de démocratie et, par extension, à celle de l intérêt général, au nom duquel elle s était soustraite du processus industriel classique depuis la Libération. Or, la sous-capitalisation rend d'autant plus vulnérables les entreprises de presse dont la rentabilité est faible, puisqu'elles sont exposées à des pertes considérables. Précipitée par des évènements conjoncturels, cette sous-capitalisation est surtout provoquée par des origines plus anciennes. Procéder à des recapitalisations se présente donc comme la première étape pour les sociétés éditrices. Un point qui sera développé dans la première partie de ce document. Ces apports en capitaux permettent aux journaux de se lancer plus sereinement, du moins à court terme, dans la recherche de nouveaux modèles économiques, c'est-à-dire, de nouvelles sources de revenus, tous supports confondus. Pour les sociétés éditrices des quotidiens, il s agit de s acheminer vers une intégration des rédactions, mais aussi vers la prise en compte 8

16 de l audience, comme client mais aussi comme partie intégrante du processus de production des contenus, ce qui fera l objet de la deuxième partie de cette étude. 9

17 Première partie - De la sous-capitalisation des entreprises de presse à leur recapitalisation La restructuration des quotidiens est un processus en cours dans de nombreux pays européens. Le phénomène est également à l œuvre aux Etats-Unis, où les récentes cessions de parutions ainsi que les réductions d effectifs dans les titres les mieux établis montrent que les difficultés sont ressenties dans les pays développés. La presse quotidienne américaine a perdu près de 20 % de son chiffre d affaires en En France, la crise que connaît la presse quotidienne nationale (PQN), qui est avant tout une presse parisienne, est particulièrement virulente. Les difficultés que rencontrent les quotidiens paraissent insurmontables, alors qu en Angleterre ou en Allemagne, le secteur résiste mieux. D où vient cette particularité à la Française et comment y remédier? Dans l Hexagone, la conjoncture n est pas la seule responsable des difficultés auxquelles se trouve confrontée la PQN : la crise est également provoquée par des causes structurelles. Marginalisation par rapport au fonctionnement industriel classique et manque de concentration, sont autant d éléments d explication qui, conjugués à l arrivée des gratuits et à l augmentation des coûts d impression, plongent les quotidiens nationaux dans une situation économique difficile. Dans ce contexte, les recapitalisations se présentent souvent comme un impératif de survie pour les entreprises de presse. 10

18 Chapitre 1 - La sous-capitalisation de la presse quotidienne nationale Après avoir identifié les sources de financement des quotidiens nationaux, il convient de s interroger sur les raisons qui ont provoqué la sous-capitalisation des sociétés éditrices de quotidiens nationaux. En cause : des facteurs structurels comme la soustraction de la presse au fonctionnement classique de l industrie depuis la Libération ou encore le manque de concentration. Des facteurs aggravés par l avènement, puis le déclin des gratuits. L augmentation des coûts d impression et la faillite annoncée du système de distribution sont autant de difficultés conjoncturelles que les quotidiens nationaux doivent affronter. Section 1 - La PQN fragilisée par des causes structurelles Les origines de la crise de la presse sont plus anciennes que ne le laissent entendre les partisans d une explication strictement conjoncturelle. En 1980, Le Figaro est l un des seuls quotidiens à ne pas être déficitaire, comme le rappelle Jean-Marie Charon. 12 Cependant, entre 1975 et 1980, l indicateur de diffusion du Figaro a reculé de exemplaires. Par ailleurs, Le Monde connaît des difficultés similaires, avec une perte de 110 millions de francs entre 1982 et Le tirage des quotidiens nationaux passe de 4,2 millions en 1970 à 3 millions en 1980, comme l indique le spécialiste des médias. Pour faire face à cette perte globale de profits qui résulte de la baisse des ventes, les journaux ont vu leur prix s envoler : selon Jean-Marie Charon, le prix des journaux a été multiplié par quatre entre 1970 et Si cette évolution est à relativiser par rapport à l augmentation de l indice des prix moyens sur la même période, le prix des quotidiens n en demeure pas moins élevé. I. La presse se soustrait au fonctionnement traditionnel de l industrie Après la Seconde Guerre mondiale, la presse, champ qui relève de l industrie culturelle, se soustrait au processus industriel classique. Dans le souci de garantir le pluralisme des titres et l indépendance des rédactions, plusieurs ordonnances ont été adoptées. Leur objet est d interdire toute forme de concentration J-M. Charon, op. cit., 2007, p J-M. Charon, ibid., 2007, p

19 Depuis la Libération, il est entendu que la presse d information générale et politique doit servir l intérêt général. Par conséquent, il paraît difficile d envisager une compatibilité entre ce type de presse et le fonctionnement classique du marché et, par extension, de cautionner l existence de groupes de presse qui puissent réaliser des bénéfices. D ailleurs, l ordonnance du 26 août 1946 introduit le principe suivant : «un homme-un journal». Le directeur de publication ne peut cumuler son poste avec celui de directeur d une agence d information, de publicité ou d une entreprise industrielle. Cependant, les contraintes produites par cette disposition anti-concentration sont relativisées dans les années 1980 ; en effet, la loi du 23 octobre 1984 instaure un seuil de diffusion maximum pour une entreprise ou pour un groupe de presse. Si à l origine ce seuil est arrêté à 15 % de la diffusion pour une catégorie de quotidiens, il passe à 30 % de la diffusion de publications quotidiennes d information politique et générale de même nature, par l effet de l article 11 de la loi du 1 er août Par ailleurs, d après l article 41.1 de la loi du 30 novembre 1986, une entreprise ne peut cumuler plus de deux situations parmi les autres médias que sont le quotidien, la télévision hertzienne, la radio et la télévision par le câble. Pour que cette situation soit prise en compte en presse quotidienne, il faut que la diffusion de l entreprise représente 20 % de la diffusion totale, ce qui fait déjà écho à un niveau élevé de concentration dans la presse quotidienne. Par conséquent, l information n étant pas une marchandise comme les autres, les modes de régulation qui régissent la presse sont, eux aussi, différents. C est la raison pour laquelle le système des aides d Etat à la presse s est structuré depuis la Libération. Il faut distinguer les aides directes accordées par l Etat à la presse des aides indirectes. «Elles prennent la forme de remboursements des factures présentées par les éditeurs ou leurs sous-traitants [ ] et des subventions versées [ ]. Des actions ponctuelles peuvent y figurer comme l aide à la modernisation sociale de la presse quotidienne d information politique et générale devant permettre le départ de personnels de fabrication en surnombre». 14 En 2005, les aides directes représentent 77,5 millions d euros, comme l indique Jean-Marie Charon. Aux aides directes viennent s ajouter des aides indirectes apportées par l Etat au secteur de la presse : d après le sociologue, en 2005, leur montant est de 642 millions d euros. Elles se traduisent par des tarifs préférentiels, dont font partie les «accords-presse-poste», conclus entre les éditeurs et la Poste, et par des exonérations fiscales : taux de TVA à 2,1 %, 14 J-M. Charon, ibid., 2007, p

20 exonération de la taxe professionnelle. Mais pour le spécialiste des médias, ce taux de TVA réduit bénéficie avant tout à la presse magazine et à la presse professionnelle. Par ailleurs, Jean-Marie Charon déplore le «saupoudrage» de ces aides à une multitude de titres. Selon lui, il serait plus efficace d attribuer ces aides à des titres prioritaires. «L idée serait d attribuer ces sommes à des entreprises en fonction de la qualité de leurs projets. Ce système, bien qu intellectuellement intéressant, obligerait l Etat à sélectionner des titres et pas d autres. Or, un tel mode opératoire entraînerait une suspicion de partialité. Si l autorité de la concurrence de Bruxelles n a jamais attaqué le système d aide français à la presse, c est parce que les critères de sélection étaient impartiaux. Si nous adoptions un tel système, nous risquerions donc de nous attirer les foudres de Bruxelles.» 15 Jean-Marie Charon s inscrit dans la droite lignée d Aldo Cardoso, auteur d un rapport rendu aux ministres du Budget et de la Culture en septembre 2010 relatif à «la gouvernance des aides publiques à la presse». En lieu et place de l action de saupoudrage menée jusqu alors par l Etat pour aider la presse, Aldo Cardoso suggère de repenser les fondements de l intervention étatique. Le consultant propose, entre autres, de conditionner l octroi des aides à la mise en place, par les sociétés éditrices de presse, de «stratégies de redressement et d adaptation.» Ainsi, le consultant propose, de prendre en compte le taux de profit du journal, le taux de réabonnement, les effectifs ou encore le coût moyen annuel d impression dans l attribution des aides de l Etat à la presse. Par ailleurs, l article 39 bis du code général des impôts autorise les quotidiens, les mensuels d information générale et politique ainsi que les services de presse en ligne à constituer une provision sur bénéfices, «déductible du résultat imposable des exercices 1997 à 2012.» 16 Enfin, le fonds de modernisation de la presse instauré en 1997 fait également partie des aides de l Etat accordées à la presse. Ce fonds est financé par une taxe de 1 % sur le chiffre d affaires du hors-médias et concerne la presse quotidienne d information politique et générale. Le décret du 13 avril 2012 relatif à la réforme des aides à la presse et au fonds stratégique d aide à la presse 17 officialise la fusion du fonds d aide à la modernisation de la presse quotidienne et du fonds d aide à la presse en ligne, créé en On parle désormais de fonds 15 Entretien du 25 mars Cf. annexe n 2, p.85 à XT &dateTexte=

21 stratégique d aide à la presse. La création d un fonds unique était d ailleurs préconisée par le rapport Cardoso. II. «Les saltimbanques contre les géomètres» ou le manque de concentration L expression est à attribuer à Patrick Eveno, professeur à l université Paris 1 Panthéon- Sorbonne. Pour lui, la Libération s est opposée à la mainmise des trusts sur la presse, engendrant ainsi un programme de disparition de la presse quotidienne, ou sa vente à des industriels motivés par l influence et la notoriété. 18 Par conséquent, presse et industrie sont des notions qui se sont peu à peu désolidarisées au XXe siècle. Une dissociation qui n est pas du goût du critique littéraire Albert Thibaudet qui écrit : «la presse est une industrie avant d être un sacerdoce. Il y a là une matérialité à laquelle il faut se garder de toucher trop lourdement.» 19 Dans la même logique, Hubert Beuve-Méry, le fondateur du quotidien Le Monde, affirme en 1956 que «parce qu elle est une industrie, la presse ne peut se soustraire aux lois qui paraissent régir actuellement tout le développement industriel. [ ] C est ainsi que l on constate une tendance à peu près générale en Occident à la concentration des entreprises de presse.» 20 Une concentration qui n existe pas dans les faits en presse quotidienne nationale, ou du moins pas assez selon Patrick Eveno. «La presse quotidienne nationale n est pas assez concentrée. Or, une plus grande concentration permettrait de dégager des synergies entre différentes parties du système de production. L Allemagne possède de grands groupes de presse, tout comme l Angleterre avec l empire de Rupert Murdoch, ou encore l Italie qui fait état de deux grands groupes de presse. Mais les journalistes croient que la concentration est dangereuse pour leur indépendance.» 21 L éventualité d une concentration serait ainsi vécue par les journalistes comme une menace pour leur ligne éditoriale. Cette opposition est d ailleurs à la base d un débat dont l origine est concomitante à la naissance de l activité de presse : le débat entre propriété et indépendance des contenus. Une polémique qui ne serait qu un leurre d après l historien, pour qui, «si les journalistes ne sont pas indépendants, c est qu ils ne le veulent pas.» 18 P. Eveno, La presse quotidienne nationale : fin de partie ou renouveau?, Vuibert, 2008, p A. Thibaudet, «Réflexions», La nouvelle revue française, 1 er septembre H. Beuve-Méry, «Du Temps au Monde ou la presse et l argent», 24 mai 1956, dite «Conférence des ambassadeurs.» 21 Entretien téléphonique du 27 mai Cf. annexe n 3, p

Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0%

Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0% Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0% Les recettes publicitaires nettes des médias s élèvent en 2013 à 13,3 milliards,

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

STRATEGIES DES MARQUES Les médias féminins. Laure FANJEAU 5 année IMCO 1 double diplôme ESGCI

STRATEGIES DES MARQUES Les médias féminins. Laure FANJEAU 5 année IMCO 1 double diplôme ESGCI STRATEGIES DES MARQUES Les médias féminins Laure FANJEAU 5 année IMCO 1 double diplôme ESGCI Les médias féminins (magazines) MADAME FIGARO, ELLE et MARIE-CLAIRE Introduction sur le marché des magasines

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

LES ACTIVITES PRESSE DU GROUPE AMAURY PREAMBULE

LES ACTIVITES PRESSE DU GROUPE AMAURY PREAMBULE Contribution du Groupe Amaury aux Etats Généraux de la Presse Octobre 2008 LES ACTIVITES PRESSE DU GROUPE AMAURY Le Groupe Amaury représente avec Le Parisien-Aujourd hui en France et l Equipe, 40% de la

Plus en détail

PARTS DE MARCHÉ PUBLICITAIRE

PARTS DE MARCHÉ PUBLICITAIRE PRESSE 5 104 4 898 4 708 4 569 4 681 4 755 4 847 4 757 4 582 dont Presse Magazine 1 689 1 655 1 613 1 579 1 559 1 542 1 527 1 478 1 417 dont PQR 1 008 1 005 1 008 1 001 1 035 1 063 1 078 1 068 1 079 dont

Plus en détail

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE COLLOQUES TRADUIRE ÉROS 73 TRADUCTION / ÉDITION : ÉTAT DES LIEUX DELPHINE RIVET 86 COLLOQUES QUI sont les traducteurs aujourd hui? Comment leur rémunération a-t-elle

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail

Presse C H I F F R E S C L É S 2 0 1 2 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E

Presse C H I F F R E S C L É S 2 0 1 2 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Presse C H I F F R E S C L É S 2 0 1 2 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Ministère de la Culture et de la Communication Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 22 août 2011 fixant les tarifs de vente d espaces pour

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing.

Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing. Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing. Internet est la plus grande vitrine imaginable pour présenter et vendre des produits et des services. En permanence

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 EXPERT-COMPTABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'EXPERT-COMPTABLE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'EXPERT-COMPTABLE... 10 EN

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Secteur des réformes 04/10/07 Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Les principaux termes de la problématique des avoirs non réclamés de l assurance vie (parmi lesquels

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

La régie 366 remplace les régies Com Quotidiens et Quotidiens Associés.

La régie 366 remplace les régies Com Quotidiens et Quotidiens Associés. Le 12 mai 2014, les éditeurs de Presse Quotidienne Régionale annonçaient un projet de rapprochement de leurs forces commerciales parisiennes dans une seule entité commune. Ce projet se concrétise aujourd

Plus en détail

Informations Economiques. Analyse des comptes 2014 du Groupe Dépêche

Informations Economiques. Analyse des comptes 2014 du Groupe Dépêche BULLETIN D INFORMATION DU COMITE D ENTREPRISE Août 2015 Informations Economiques Analyse des comptes 2014 du Groupe Dépêche Nous avons confié comme chaque année, l analyse des comptes du Groupe Dépêche

Plus en détail

Financement du sport, crise économique et politique sportive

Financement du sport, crise économique et politique sportive Conférence SNEP: «Sport demain, enjeu citoyen», Créteil, 30-31 mars 2012 Financement du sport, crise économique et politique sportive Wladimir ANDREFF * * Professeur émérite à l Université de Paris 1 Panthéon

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009 Résultats du 1er Semestre 2009 31 août, 2009 Groupe Hi-media La plateforme de monétisation leader en Europe Hi-media est le premier groupe de media online en Europe en terme d audience et de part de marché

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports. Service des Sports Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès

Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports. Service des Sports Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès Nom de l association Sigle Numéro SIRET APE DEMANDE DE SUBVENTION ORDINAIRE ANNEE 2016 Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports Service des Sports Bâtiment Pyrène 1,

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

G uide M éthodologique

G uide M éthodologique MESURES DE PROTECTION DES MINEURS Suivez le guide!!! AVRIL 2015 G uide M éthodologique Document actualisé le 07 avril 2015 par Le Service en charge des Mesures de Protection des Mineurs de l UDAF de la

Plus en détail

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

1 er magazine des professionels du marketing et de la promotion des produits de santé KIT MEDIA 2015. Médicament Dispositif médical Dermocosmétique

1 er magazine des professionels du marketing et de la promotion des produits de santé KIT MEDIA 2015. Médicament Dispositif médical Dermocosmétique 1 er magazine des professionels du marketing et de la promotion des produits de santé KIT MEDIA 2015 Médicament Dispositif médical Dermocosmétique DISPONIBLE Depuis 20 ans, un positionnement incontournable

Plus en détail

Sommaire. 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel.

Sommaire. 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel. Sommaire 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel. 3. relaxnews : une entreprise qui se développe, recrute,

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

La Française des jeux

La Française des jeux La Française des jeux En 2006, la Cour a contrôlé les comptes et la gestion de la Française des jeux pour les exercices 1998 à 2004. Ce contrôle a donné lieu à rapport particulier communiqué à l entreprise,

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS

LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS Le cas pratique suivant est un cas anonymis,é reprenant les principales problématiques liées à une offre de reprise. Il prend pour exemple une PME de

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

MERCREDI 28 MAI 18H30 A 20H30 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA TELEVISION TELLE QUE NOUS LA CONNAISSONS EST-ELLE MORTE?

MERCREDI 28 MAI 18H30 A 20H30 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA TELEVISION TELLE QUE NOUS LA CONNAISSONS EST-ELLE MORTE? MERCREDI 28 MAI 18H30 A 20H30 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA TELEVISION TELLE QUE NOUS LA CONNAISSONS EST-ELLE MORTE? Dans le cadre des Soirées Numériques de Dauphine, le Master

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Introduction et sommaire

Introduction et sommaire Mémoire de l Association canadienne des professionnels de l insolvabilité et de la réorganisation Introduction et sommaire 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Tél. : 416-204-3242 Téléc.

Plus en détail

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME Décryptage : ce qui pourrait changer pour les propriétaires et les locataires Jean-François BUET Président de la FNAIM Etienne GINOT Président de l UNIS Point presse

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique. La commercialisation du livre dans l univers numérique

Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique. La commercialisation du livre dans l univers numérique Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique 21 octobre 2010 - Institut océanographique de Paris La commercialisation du livre dans l univers numérique IV. Webmarketing et outils sociaux

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali A la demande du Cercle des Epargnants et de Generali, le Centre d Etudes et de Connaissances

Plus en détail

ETUDE AUDIPRESSE PREMIUM L audience des marques de presse sur les cibles Premium (Cadres, Dirigeants et Hauts Revenus)

ETUDE AUDIPRESSE PREMIUM L audience des marques de presse sur les cibles Premium (Cadres, Dirigeants et Hauts Revenus) COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 15 novembre 2013 ETUDE AUDIPRESSE PREMIUM L audience des marques de presse sur les cibles Premium (Cadres, Dirigeants et Hauts Revenus) AudiPresse publie les résultats d

Plus en détail

Les médias en quelques statistiques

Les médias en quelques statistiques Les médias en quelques statistiques Daniel Giroux Secrétaire général, Centre d études sur les médias, Université Laval Avec la collaboration de Sébastien Charlton Le fait que les Québécois passent de plus

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd Titre premier : Dénomination - Siège - But - Durée Article premier Il est formé, sous la raison sociale «MODEL SA», une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants :

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : Le commerce en France : 750 000 entrepreneurs 2 millions de personnes 343 milliards d euros de chiffre d affaires Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : 167 000 adhérents La plus grande organisation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite 11, boulevard Haussman. 75009 Paris 01 58 38 65 87 / 37 www.cercledesepargnants.com contact@cercledesepargnants.com Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire

Plus en détail

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 30 mars 2011 UCPF - 88 Avenue Kléber - 75116 PARIS Tél : 01.55.73.32.32 - Fax : 01.55.73.32.33 www.ucpf.fr - email : ucpf@ucpf.fr

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

LA POLITIQUE DE COMMUNICATION. Une entreprise peut vendre un produit sans publicité mais pas sans communication. Myriem Le May COMEIT

LA POLITIQUE DE COMMUNICATION. Une entreprise peut vendre un produit sans publicité mais pas sans communication. Myriem Le May COMEIT LA POLITIQUE DE COMMUNICATION Une entreprise peut vendre un produit sans publicité mais pas sans communication La communication est l'ensemble des actions permettant de faire connaître les produits et

Plus en détail

Gestion et animation de sites web. Synthèse

Gestion et animation de sites web. Synthèse A l usage exclusif des sociétés interrogées en ligne dans le cadre de l étude Gestion et animation de sites web Les métiers, les budgets, les projets L étude de référence Effectifs Budgets Chantiers et

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES RÉSILIATIONS INTERNET

L OBSERVATOIRE DES RÉSILIATIONS INTERNET 8ème édition Pourquoi les internautes ont-ils résilié leur abonnement internet en 2014? L OBSERVATOIRE DES RÉSILIATIONS INTERNET www.ariase.com L observatoire 2 Pourquoi les internautes ont-ils résilié

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

QUEL EST LE JOUR D ENVOI LE PLUS PERFORMANT EN EMAIL MARKETING EN BtoC?

QUEL EST LE JOUR D ENVOI LE PLUS PERFORMANT EN EMAIL MARKETING EN BtoC? QUEL EST LE JOUR D ENVOI LE PLUS PERFORMANT EN EMAIL MARKETING EN BtoC? Evolution des principaux indicateurs par secteur d activité 1 ère édition V1.0 - Septembre 2008 Cabestan 4-6 rue Gambetta 93583 Saint-Ouen

Plus en détail

SolutionS éditoriales

SolutionS éditoriales SolutionS éditoriales & évènementielles conception réalisation diffusion SCIENCES i TECHNOLOGIES i SANTé Partageons les savoirs Chaque organisation suscite des récits captivants à même de démontrer une

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»:

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Paris, le 11 juin 2014 Les dernières barrières à l achat

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-85 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 15 septembre

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Rapport sur la gestion du Groupe. Comptes consolidés pro forma aux 31 décembre 2004 et 2003

Rapport sur la gestion du Groupe. Comptes consolidés pro forma aux 31 décembre 2004 et 2003 Rapport sur la gestion du Groupe Comptes consolidés pro forma aux 31 décembre 2004 et 2003 Conseil d administration du 2 février 2005 PagesJaunes Groupe, Société anonyme à Conseil d administration au capital

Plus en détail

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre Communiqué de presse 27 mai 2003 SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre La compagnie aérienne SWISS a réalisé un chiffre d affaires de 1 044 milliards de francs suisses au cours

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail