Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération"

Transcription

1 IEP de Toulouse Mémoire de recherche présenté par Mlle Justine Gay Directeur du mémoire : Serge Regourd Date : 2012 Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération

2

3 IEP de Toulouse Mémoire de recherche présenté par Mlle Justine Gay Directeur du mémoire : Serge Regourd Date : 2012 Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération

4 Avant-propos et remerciements Je tiens à remercier chaleureusement Serge Regourd pour avoir accepté de diriger mes recherches et pour m'avoir guidée vers une problématique pertinente. Je remercie également les interlocuteurs qui m'ont accordé plusieurs entretiens dans le cadre de ce mémoire, à savoir Jean-Marie Charon, Patrick Eveno, Benoît Raphaël, Nicolas Demorand, Nadine Toussaint-Desmoulins et Olivier Bourgeois.

5 Avertissement L IEP de Toulouse n entend donner aucune approbation, ni improbation dans les mémoires de recherche. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur(e).

6 Abréviations CSMP : Conseil supérieur des messageries de presse DDM : Direction Des Médias DGMIC : Direction générale des médias et des industries culturelles FAI : Fournisseur d accès à Internet LME : Le Monde Entreprises LMI : Le Monde Interactif LML : Le Monde Libre LMPA : Le Monde et Partenaires Associés PGA : Presse gratuite d annonces PGI : Presse gratuite d information PQN : Presse quotidienne nationale PQR : Presse quotidienne régionale SCPL : Société Civile des Personnels de Libération SEM : Société des éditeurs du Monde SRM : Société des rédacteurs du Monde UGC : User generated content VAD : Vente à distance

7 Sommaire Introduction... 1 Première partie - De la sous-capitalisation des entreprises de presse à leur recapitalisation Chapitre 1 - La sous-capitalisation de la presse quotidienne nationale Chapitre 2 - Les recapitalisations : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération Deuxième partie - A la recherche de nouveaux modèles économiques sur l Internet Chapitre 1-Les rédactions intégrées Chapitre 2 - De la nécessité pour les entreprises de presse d intégrer leur audience à la production et à la diffusion de l information Conclusion... 80

8 Introduction La présente étude porte sur l'analyse des stratégies de sortie de crise mises en place par les quotidiens nationaux. Cette démarche s inscrit dans un processus de réflexion directement inspiré des enseignements dispensés au sein de Sciences Po Toulouse. Eu égard aux difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes rédacteurs pour s insérer sur le marché du travail, souvent abordées lors des conférences de méthode du parcours journalisme, l opportunité d appréhender leurs causes dans le cadre d un travail de recherche était à saisir. Trois quotidiens ont servi de références dans la réalisation de ce mémoire : Le Figaro, Le Monde et Libération. Ce choix s explique de différentes manières. Tout d abord, ils appartiennent au segment haut de gamme des quotidiens nationaux qui se caractérise par la diversité des sujets (international, politique, économie, culture etc.) et par le recul et l analyse avec lesquels ils sont traités, comme le souligne Jean-Marie Charon, sociologue des médias au Centre d étude des mouvements sociaux (CNRS et EHESS). 1 La sélection de ces trois titres permet également d illustrer l évolution de la situation économique de trois quotidiens aux sympathies politiques différentes et, par conséquent, de montrer que quel que soit le bord choisi, les difficultés économiques qu ils doivent affronter sont identiques. Enfin, grâce à leur appartenance au segment haut de gamme, Le Figaro, Le Monde et Libération bénéficient d une image de marque qui attire les journalistes en herbe. Une raison supplémentaire pour justifier l étude de leur modèle économique. Il n est pas nouveau de dire que la presse écrite, et particulièrement la presse écrite payante, est en crise. Cependant, il convient aujourd hui de s interroger sur les moyens à mettre en œuvre pour redynamiser ce secteur et le bassin d emplois qui lui est inhérent. C est la raison pour laquelle cette étude s attache davantage aux solutions mises en œuvre par les entreprises de presse observées plutôt qu à une démonstration pure et simple de l étendue des dégâts. En revanche, mettre en perspective les stratégies adoptées par les acteurs pour sortir de la crise implique de revenir sur les causes qui l ont provoquée. 1 J-M. Charon, La presse quotidienne, Paris, La Découverte, p

9 Par extension, s interroger sur ces causes implique de s intéresser à l évolution des moyens de financement de la presse. 2 En ce qui concerne la presse écrite payante, les recettes proviennent de deux sources : les lecteurs et les annonceurs. Par conséquent, pour la presse quotidienne nationale, le système de financement classique est celui de la plateforme d informations, schématisé ci-dessous. 3 Le double financement de la presse : la plateforme d'informations Plate-forme : Médias : presse écrite, TV, L Internet Groupe 1 : L audience Groupe 2 : Les annonceurs Source : Nathalie Sonnac. Le thème de la crise de la presse écrite renvoie donc à la remise en question du fonctionnement économique classique des journaux, à savoir celui de la plateforme d informations ; en effet, privés de tout ou partie de leurs recettes, provenant de la publicité ou bien de la vente de leurs exemplaires, les journaux sont soumis à un «effet ciseaux», défini comme le phénomène économique au cours duquel une catégorie professionnelle voit ses revenus chuter en raison d une réduction de ses recettes, tandis que les dépenses relatives aux coûts de production restent inchangées ou augmentent. 2 M. Schweitzer, «Modèles de la gratuité et conséquences sur les contenus informationnels», L économie du journalisme, Les cahiers du journalisme, n 20, automne N. Sonnac, «L'économie de la presse : vers un nouveau modèle d'affaires», L économie du journalisme, Les cahiers du journalisme, n 20, automne

10 Les recettes provenant des lecteurs et des annonceurs constituent la majeure partie des ressources de la presse écrite payante ; en effet, d après les chiffres publiés par la direction du développement des médias 4 (DDM) en 2004, la publicité et le parrainage représentent 38 % des revenus de la presse écrite payante, tandis que les 62 % restants proviennent de ressources propres, à savoir de la vente au numéro et de la vente par abonnement. Par conséquent, toutes les modifications qui affectent les deux sources de financement des quotidiens nationaux, et plus généralement, de la presse écrite payante, ont une incidence sur l évolution de leur bilan comptable. Or, récemment, lecteurs et annonceurs ont changé de comportement vis-à-vis de la presse écrite payante. La modification de la demande d information Tout d abord, une modification de la demande d information s est produite durant les dernières décennies : cette demande n est pas en crise, comme le laissent supposer certains indicateurs, notamment celui de la diffusion. La demande d information est même croissante en raison de l augmentation du niveau moyen d études : d'après une étude sur les tendances de consommation réalisée en 2011 par L'Express Infolab, 72 % des Français déclarent s'informer plus qu'il y a cinq ans. C est donc à une mutation de cette demande que doivent faire face les entreprises de presse depuis peu, notamment les quotidiens nationaux d information générale et politique, et non pas à une crise de celle-ci. La crise des subprimes qui a démarré en 2007 aux Etats-Unis et qui a déclenché une crise économique et financière mondiale a engendré une diminution du pouvoir d'achat des consommateurs. Certains lecteurs ont donc peu à peu cessé de payer pour obtenir une information à laquelle ils pouvaient avoir accès gratuitement sur Internet. Comme le coût des dépenses incompressibles (logement et énergie) augmente davantage que les salaires, les consommateurs consacrent une part croissante de leurs revenus à des dépenses courantes et réduisent la part de leur budget destinée à la consommation de biens culturels. C'est ainsi que le concept économique de prix de réserve entre en compte : celui-ci désigne le montant maximum qu un individu est disposé à payer en échange d un produit. On peut donc dire que le prix de réserve des consommateurs pour avoir accès à l'information est en baisse. 4 Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, la direction du développement des médias se devient en 2010 la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC). 3

11 Comme il renvoie au nombre moyen d exemplaires payants diffusés par numéro en France, l indicateur «diffusion payée France» est le plus pertinent afin d apprécier cette mutation de la demande, ce qui explique l importance qui lui sera conférée tout au long de cette analyse ; en effet, il permet d illustrer l acte volontaire que restitue l achat d un quotidien. Il est donc nécessaire de s intéresser de plus près aux fluctuations que connaissent les trois quotidiens sélectionnés en matière de diffusion. Figure 1-Evolution de la diffusion des trois quotidiens haut de gamme entre 1994 et 2010 Source : OJD, chiffres arrondis au millier supérieur. 5 A l étude de ces données, la tendance générale qui se dégage est à la baisse ; en effet, depuis 1994, Le Figaro, Le Monde, et Libération enregistrent une diminution de leur diffusion payée en France. Un premier constat qui confirme la mutation de la demande d information évoquée ci-dessus. A noter cependant qu une légère reprise est observable concernant l exercice Une progression semblable à celle-ci est enregistrée entre 2006 et Or, ces deux périodes ont été marquées par la présence d enjeux électoraux, ce qui a pour effet de stimuler l intérêt des lecteurs. Par ailleurs, la campagne présidentielle relative à l élection de 2012 a commencé très tôt, avec la primaire socialiste qui s est déroulée à la fin de l année 2011, ce qui a joué en faveur des ventes du Figaro, Monde, et de Libération. 5 Libération n ayant adhéré à l OJD qu en 1984, les chiffres relatifs aux années 1960 et 1975 ne sont pas disponibles. 4

12 On relève également une augmentation du trafic sur les sites web des trois journaux en 2011 ; en effet, d après une étude publiée en avril 2012 par comscore, société spécialisée dans la mesure des audiences Internet, le trafic sur le Figaro.fr a augmenté de 45 % entre février 2011 et février 2012, celui du Monde.fr de 38 % et celui de Liberation.fr de 34 % (en termes de visiteurs uniques). 6 La fonte des recettes publicitaires Les annonceurs se sont peu à peu désolidarisés des quotidiens nationaux, et plus largement, du secteur de la presse écrite payante : les recettes publicitaires des journaux ne cessent de diminuer. Une tendance imputable à plusieurs phénomènes, notamment au fait que l Internet se soit imposé comme le quatrième média publicitaire avec près de 2,8 millions d'euros investis en France en D après les chiffres publiés en 2012 par l IREP-France Pub, les investissements des annonceurs représentaient 31,4 milliards d euros en Les recettes publicitaires des médias s élèvent, quant à elles, à 10,7 milliards d euros, soit 34 % des investissements en communication des annonceurs. 8 C est moins que les 11 milliards d euros enregistrés en 2010, en raison de la disparition de l un des principaux acteurs du marché de la presse gratuite d annonces (PGA), Paru Vendu. Si les gratuits ont précédemment été mis en cause dans la réduction des recettes publicitaires de la presse écrite payante, nous verrons ultérieurement qu ils ne sont pas épargnés par la crise. Plus précisément, en 2011, 10,6 % des investissements en communication des annonceurs ont été dirigés vers la presse écrite, 13,1 % vers la télévision et 5,3 % vers l Internet. C est 10,6 % de plus qu en 2010 pour la Toile alors que la presse écrite enregistre une baisse de 3 %. Pour aller plus loin, seul 0,7 % des dépenses en communication des annonceurs a été investis dans les quotidiens nationaux payants en 2011, contre 6,5 % pour la presse gratuite. En 2011, l Internet est donc le seul «média» (les guillemets sont justifiés par le fait que l Internet ne dispose pas d une ligne éditoriale propre) pour lequel les recettes liées aux dépenses en communication des annonceurs augmentent, avec une progression de 14 % par 6 7 N. Sonnac, «L'économie de la presse : vers un nouveau modèle d'affaires», L économie du journalisme, Les cahiers du journalisme, n 20, automne Cf. annexe n 1, p.84. 5

13 rapport à 2010 pour le display. 9 avec 37,5 %, loin devant le cinéma. C est le mobile qui enregistre la plus forte croissance Néanmoins, la progression du display et celle du mobile dans les investissements en communication des annonceurs ne sont pas les seules responsables du recul enregistré par la presse écrite ; en effet, le hors-médias capte une partie non négligeable des dépenses des annonceurs. En 2002, ces derniers investissent 60 % de leurs dépenses en communication dans ce secteur. 10 En 2011, le chiffre s élève à 63,2 %. Ainsi, comme le résume le tableau ci-dessous, depuis 2006, les investissements en communication des annonceurs à destination des quotidiens nationaux sont en constante diminution. Tableau 1 : montant des investissements en communication des annonceurs vers les quotidiens nationaux. Année En millions d euros Evolution par rapport à l'année précédente -3,5% -10,1% -3,2% -15,9% 2,5% -5,0% Sources : rapport annuel de l UDA et Le marché publicitaire français de l IREP-France Pub. En revanche, en 2010, le montant des investissements en communication des annonceurs à destination des quotidiens nationaux augmente. Une évolution qui s inscrit dans le contexte plus général de la hausse des dépenses totales en communication des annonceurs, en progression de 2,9 % par rapport à l année Une reprise qui se poursuit pour l année 2011, à un rythme toutefois moins soutenu, puisque les dépenses en communication des annonceurs augmentent de 1,9 % par rapport à Il faut également souligner que les recettes publicitaires enregistrées par les médias pour l année 2011 (publicité commerciale en provenance des annonceurs et petites annonces incluses) ont augmenté de 0,1 % par rapport à Par ailleurs, les 206 millions d euros investis en 2011 par les annonceurs en communication dans la presse quotidienne nationale ne sont en rien comparables aux 573 millions d euros investis dans la PGA et la presse gratuite d information (PGI) la même année. Après avoir observé ces tendances générales, il convient d étudier plus précisément le cas des trois quotidiens nationaux qui font l objet de cette étude. 9 Achat d espace publicitaire. 10 M. Martin, Incertitudes et crises, La presse régionale : des affiches aux grands quotidiens, Fayard,

14 Le tableau suivant donne les montants en euros des investissements en communication des annonceurs perçus par Le Figaro, Le Monde et Libération depuis Figure 2-Montant des dépenses en communication des annonceurs perçues par Le Figaro, Le Monde et Libération Source : Kantar Média, tarifs bruts hors négociation. Par conséquent, d après les chiffres communiqués par Kantar Média, Le Figaro est le quotidien national haut de gamme qui tire le mieux son épingle du jeu publicitaire. Il est d ailleurs le seul des trois titres étudiés à enregistrer une hausse importante des recettes issues des dépenses en communication des annonceurs entre 2010 et 2011 (+13,6 %). Après avoir mis en lumière les sources de financement de la presse écrite, et plus particulièrement de la presse quotidienne nationale, il convient à présent d appréhender les causes de la crise dans laquelle sont plongés les titres nationaux haut de gamme et les solutions mises en œuvre par les sociétés éditrices pour inventer de nouveaux modèles économiques. La méthodologie choisie pour conduire ces recherches est la suivante : après la lecture de nombreux ouvrages de référence sur l économie de la presse et l identification des auteurs susceptibles d apporter leur expertise, une série d entretiens a été conduite. Dans le cadre d un mémoire traitant du journalisme et de son financement, il aurait été malvenu de ne pas recourir à la technique de l interview. 11 Ces chiffres ont été recueillis suite à un échange par courriels avec une analyste de Kantar Média, un organisme en charge de la veille des investissements publicitaires. Kantar Média travaille à partir des tarifs bruts des plaquettes, hors négociations, tandis que l IREP demande aux régies publicitaires des titres de lui communiquer leur chiffre d affaires net. Une différence de méthodologie qui explique les écarts considérables entre les montants des investissements en communication des annonceurs d un organisme à l autre. 7

15 La recherche de stratégies de sortie de crise par les sociétés éditrices de quotidiens nationaux s inscrivant dans l actualité, de nombreuses conférences ont également été l occasion d approfondir le sujet. C est notamment le cas des Entretiens de l information, organisés par Jean-Marie Charon, qui se sont déroulés le 23 mars 2011, avec pour thème les rédactions du futur. Les Assises internationales du journalisme de novembre 2011 à Poitiers, réunissant bon nombre d interlocuteurs sollicités dans cette étude, sous la houlette de Jérôme Bouvier, médiateur de Radio France, ont été le théâtre de nombreux échanges portant sur l avenir de la presse écrite. Tout au long de l Histoire, l apparition d un nouveau média a suscité la crainte de voir disparaître les anciens : lorsque la radio est apparue, certains y voyaient la fin de la presse écrite. De même, lorsque les ménages se sont équipés massivement en postes de télévision, plus personne ne croyait en l avenir de la radio. Même si cette dernière a concurrencé les quotidiens en raison de sa réactivité, aucun des médias cités ne s'est trouvé réellement menacé par l'apparition du suivant. Il en va différemment avec l'avènement et la démocratisation de l Internet : désormais, les lecteurs, ou plutôt «utilisateurs», ne sont plus obligés de consommer la presse écrite sur un support papier. Ils peuvent tout aussi bien le faire sur leurs écrans : ordinateurs, téléphones mobiles ou encore tablettes. Ainsi, l arrivée des nouvelles technologies, la presse écrite et, notamment la presse quotidienne nationale, est amenée à considérer l impératif de rentabilité comme une condition sine qua none à sa survie, à celle du principe de démocratie et, par extension, à celle de l intérêt général, au nom duquel elle s était soustraite du processus industriel classique depuis la Libération. Or, la sous-capitalisation rend d'autant plus vulnérables les entreprises de presse dont la rentabilité est faible, puisqu'elles sont exposées à des pertes considérables. Précipitée par des évènements conjoncturels, cette sous-capitalisation est surtout provoquée par des origines plus anciennes. Procéder à des recapitalisations se présente donc comme la première étape pour les sociétés éditrices. Un point qui sera développé dans la première partie de ce document. Ces apports en capitaux permettent aux journaux de se lancer plus sereinement, du moins à court terme, dans la recherche de nouveaux modèles économiques, c'est-à-dire, de nouvelles sources de revenus, tous supports confondus. Pour les sociétés éditrices des quotidiens, il s agit de s acheminer vers une intégration des rédactions, mais aussi vers la prise en compte 8

16 de l audience, comme client mais aussi comme partie intégrante du processus de production des contenus, ce qui fera l objet de la deuxième partie de cette étude. 9

17 Première partie - De la sous-capitalisation des entreprises de presse à leur recapitalisation La restructuration des quotidiens est un processus en cours dans de nombreux pays européens. Le phénomène est également à l œuvre aux Etats-Unis, où les récentes cessions de parutions ainsi que les réductions d effectifs dans les titres les mieux établis montrent que les difficultés sont ressenties dans les pays développés. La presse quotidienne américaine a perdu près de 20 % de son chiffre d affaires en En France, la crise que connaît la presse quotidienne nationale (PQN), qui est avant tout une presse parisienne, est particulièrement virulente. Les difficultés que rencontrent les quotidiens paraissent insurmontables, alors qu en Angleterre ou en Allemagne, le secteur résiste mieux. D où vient cette particularité à la Française et comment y remédier? Dans l Hexagone, la conjoncture n est pas la seule responsable des difficultés auxquelles se trouve confrontée la PQN : la crise est également provoquée par des causes structurelles. Marginalisation par rapport au fonctionnement industriel classique et manque de concentration, sont autant d éléments d explication qui, conjugués à l arrivée des gratuits et à l augmentation des coûts d impression, plongent les quotidiens nationaux dans une situation économique difficile. Dans ce contexte, les recapitalisations se présentent souvent comme un impératif de survie pour les entreprises de presse. 10

18 Chapitre 1 - La sous-capitalisation de la presse quotidienne nationale Après avoir identifié les sources de financement des quotidiens nationaux, il convient de s interroger sur les raisons qui ont provoqué la sous-capitalisation des sociétés éditrices de quotidiens nationaux. En cause : des facteurs structurels comme la soustraction de la presse au fonctionnement classique de l industrie depuis la Libération ou encore le manque de concentration. Des facteurs aggravés par l avènement, puis le déclin des gratuits. L augmentation des coûts d impression et la faillite annoncée du système de distribution sont autant de difficultés conjoncturelles que les quotidiens nationaux doivent affronter. Section 1 - La PQN fragilisée par des causes structurelles Les origines de la crise de la presse sont plus anciennes que ne le laissent entendre les partisans d une explication strictement conjoncturelle. En 1980, Le Figaro est l un des seuls quotidiens à ne pas être déficitaire, comme le rappelle Jean-Marie Charon. 12 Cependant, entre 1975 et 1980, l indicateur de diffusion du Figaro a reculé de exemplaires. Par ailleurs, Le Monde connaît des difficultés similaires, avec une perte de 110 millions de francs entre 1982 et Le tirage des quotidiens nationaux passe de 4,2 millions en 1970 à 3 millions en 1980, comme l indique le spécialiste des médias. Pour faire face à cette perte globale de profits qui résulte de la baisse des ventes, les journaux ont vu leur prix s envoler : selon Jean-Marie Charon, le prix des journaux a été multiplié par quatre entre 1970 et Si cette évolution est à relativiser par rapport à l augmentation de l indice des prix moyens sur la même période, le prix des quotidiens n en demeure pas moins élevé. I. La presse se soustrait au fonctionnement traditionnel de l industrie Après la Seconde Guerre mondiale, la presse, champ qui relève de l industrie culturelle, se soustrait au processus industriel classique. Dans le souci de garantir le pluralisme des titres et l indépendance des rédactions, plusieurs ordonnances ont été adoptées. Leur objet est d interdire toute forme de concentration J-M. Charon, op. cit., 2007, p J-M. Charon, ibid., 2007, p

19 Depuis la Libération, il est entendu que la presse d information générale et politique doit servir l intérêt général. Par conséquent, il paraît difficile d envisager une compatibilité entre ce type de presse et le fonctionnement classique du marché et, par extension, de cautionner l existence de groupes de presse qui puissent réaliser des bénéfices. D ailleurs, l ordonnance du 26 août 1946 introduit le principe suivant : «un homme-un journal». Le directeur de publication ne peut cumuler son poste avec celui de directeur d une agence d information, de publicité ou d une entreprise industrielle. Cependant, les contraintes produites par cette disposition anti-concentration sont relativisées dans les années 1980 ; en effet, la loi du 23 octobre 1984 instaure un seuil de diffusion maximum pour une entreprise ou pour un groupe de presse. Si à l origine ce seuil est arrêté à 15 % de la diffusion pour une catégorie de quotidiens, il passe à 30 % de la diffusion de publications quotidiennes d information politique et générale de même nature, par l effet de l article 11 de la loi du 1 er août Par ailleurs, d après l article 41.1 de la loi du 30 novembre 1986, une entreprise ne peut cumuler plus de deux situations parmi les autres médias que sont le quotidien, la télévision hertzienne, la radio et la télévision par le câble. Pour que cette situation soit prise en compte en presse quotidienne, il faut que la diffusion de l entreprise représente 20 % de la diffusion totale, ce qui fait déjà écho à un niveau élevé de concentration dans la presse quotidienne. Par conséquent, l information n étant pas une marchandise comme les autres, les modes de régulation qui régissent la presse sont, eux aussi, différents. C est la raison pour laquelle le système des aides d Etat à la presse s est structuré depuis la Libération. Il faut distinguer les aides directes accordées par l Etat à la presse des aides indirectes. «Elles prennent la forme de remboursements des factures présentées par les éditeurs ou leurs sous-traitants [ ] et des subventions versées [ ]. Des actions ponctuelles peuvent y figurer comme l aide à la modernisation sociale de la presse quotidienne d information politique et générale devant permettre le départ de personnels de fabrication en surnombre». 14 En 2005, les aides directes représentent 77,5 millions d euros, comme l indique Jean-Marie Charon. Aux aides directes viennent s ajouter des aides indirectes apportées par l Etat au secteur de la presse : d après le sociologue, en 2005, leur montant est de 642 millions d euros. Elles se traduisent par des tarifs préférentiels, dont font partie les «accords-presse-poste», conclus entre les éditeurs et la Poste, et par des exonérations fiscales : taux de TVA à 2,1 %, 14 J-M. Charon, ibid., 2007, p

20 exonération de la taxe professionnelle. Mais pour le spécialiste des médias, ce taux de TVA réduit bénéficie avant tout à la presse magazine et à la presse professionnelle. Par ailleurs, Jean-Marie Charon déplore le «saupoudrage» de ces aides à une multitude de titres. Selon lui, il serait plus efficace d attribuer ces aides à des titres prioritaires. «L idée serait d attribuer ces sommes à des entreprises en fonction de la qualité de leurs projets. Ce système, bien qu intellectuellement intéressant, obligerait l Etat à sélectionner des titres et pas d autres. Or, un tel mode opératoire entraînerait une suspicion de partialité. Si l autorité de la concurrence de Bruxelles n a jamais attaqué le système d aide français à la presse, c est parce que les critères de sélection étaient impartiaux. Si nous adoptions un tel système, nous risquerions donc de nous attirer les foudres de Bruxelles.» 15 Jean-Marie Charon s inscrit dans la droite lignée d Aldo Cardoso, auteur d un rapport rendu aux ministres du Budget et de la Culture en septembre 2010 relatif à «la gouvernance des aides publiques à la presse». En lieu et place de l action de saupoudrage menée jusqu alors par l Etat pour aider la presse, Aldo Cardoso suggère de repenser les fondements de l intervention étatique. Le consultant propose, entre autres, de conditionner l octroi des aides à la mise en place, par les sociétés éditrices de presse, de «stratégies de redressement et d adaptation.» Ainsi, le consultant propose, de prendre en compte le taux de profit du journal, le taux de réabonnement, les effectifs ou encore le coût moyen annuel d impression dans l attribution des aides de l Etat à la presse. Par ailleurs, l article 39 bis du code général des impôts autorise les quotidiens, les mensuels d information générale et politique ainsi que les services de presse en ligne à constituer une provision sur bénéfices, «déductible du résultat imposable des exercices 1997 à 2012.» 16 Enfin, le fonds de modernisation de la presse instauré en 1997 fait également partie des aides de l Etat accordées à la presse. Ce fonds est financé par une taxe de 1 % sur le chiffre d affaires du hors-médias et concerne la presse quotidienne d information politique et générale. Le décret du 13 avril 2012 relatif à la réforme des aides à la presse et au fonds stratégique d aide à la presse 17 officialise la fusion du fonds d aide à la modernisation de la presse quotidienne et du fonds d aide à la presse en ligne, créé en On parle désormais de fonds 15 Entretien du 25 mars Cf. annexe n 2, p.85 à XT &dateTexte=

21 stratégique d aide à la presse. La création d un fonds unique était d ailleurs préconisée par le rapport Cardoso. II. «Les saltimbanques contre les géomètres» ou le manque de concentration L expression est à attribuer à Patrick Eveno, professeur à l université Paris 1 Panthéon- Sorbonne. Pour lui, la Libération s est opposée à la mainmise des trusts sur la presse, engendrant ainsi un programme de disparition de la presse quotidienne, ou sa vente à des industriels motivés par l influence et la notoriété. 18 Par conséquent, presse et industrie sont des notions qui se sont peu à peu désolidarisées au XXe siècle. Une dissociation qui n est pas du goût du critique littéraire Albert Thibaudet qui écrit : «la presse est une industrie avant d être un sacerdoce. Il y a là une matérialité à laquelle il faut se garder de toucher trop lourdement.» 19 Dans la même logique, Hubert Beuve-Méry, le fondateur du quotidien Le Monde, affirme en 1956 que «parce qu elle est une industrie, la presse ne peut se soustraire aux lois qui paraissent régir actuellement tout le développement industriel. [ ] C est ainsi que l on constate une tendance à peu près générale en Occident à la concentration des entreprises de presse.» 20 Une concentration qui n existe pas dans les faits en presse quotidienne nationale, ou du moins pas assez selon Patrick Eveno. «La presse quotidienne nationale n est pas assez concentrée. Or, une plus grande concentration permettrait de dégager des synergies entre différentes parties du système de production. L Allemagne possède de grands groupes de presse, tout comme l Angleterre avec l empire de Rupert Murdoch, ou encore l Italie qui fait état de deux grands groupes de presse. Mais les journalistes croient que la concentration est dangereuse pour leur indépendance.» 21 L éventualité d une concentration serait ainsi vécue par les journalistes comme une menace pour leur ligne éditoriale. Cette opposition est d ailleurs à la base d un débat dont l origine est concomitante à la naissance de l activité de presse : le débat entre propriété et indépendance des contenus. Une polémique qui ne serait qu un leurre d après l historien, pour qui, «si les journalistes ne sont pas indépendants, c est qu ils ne le veulent pas.» 18 P. Eveno, La presse quotidienne nationale : fin de partie ou renouveau?, Vuibert, 2008, p A. Thibaudet, «Réflexions», La nouvelle revue française, 1 er septembre H. Beuve-Méry, «Du Temps au Monde ou la presse et l argent», 24 mai 1956, dite «Conférence des ambassadeurs.» 21 Entretien téléphonique du 27 mai Cf. annexe n 3, p

I. Les parties et l opération

I. Les parties et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-76 du 5 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Le Nouvel Observateur du Monde par la société Le Monde Libre L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Presse quotidienne : quelles solutions face à la crise de la vente au n? Janvier 2010

Presse quotidienne : quelles solutions face à la crise de la vente au n? Janvier 2010 Presse quotidienne : quelles solutions face à la crise de la vente au n? Janvier 2010 Evolution du chiffre d affaires de la PQN et PQR pages 2-3 Evolution des ventes au n de la PQN page 4 Zoom sur les

Plus en détail

2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group

2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group ONMEDIA Dossier Décembre 2011 2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group 2011-2012 : croissance mondiale au ralenti Dans son rapport publié en septembre dernier, le FMI prédit

Plus en détail

Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0%

Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0% Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0% Les recettes publicitaires nettes des médias s élèvent en 2013 à 13,3 milliards,

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation»

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Nicolas Marguerite INITIAL ISEFAC Année scolaire 2009-2010 Bachelor de communication «Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Référent du mémoire : Caroline

Plus en détail

COMMISSION 1. Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole

COMMISSION 1. Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole Conseil de Développement COMMISSION 1 Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole Par lettre en date du 10 février 2005, le Bureau de Saint-Etienne Métropole, par l intermédiaire

Plus en détail

Contribution du Syndicat de la Presse Quotidienne Nationale

Contribution du Syndicat de la Presse Quotidienne Nationale 27 septembre 2011 CONSULTATION SUR LA PREPARATION DU PLAN FRANCE NUMERIQUE 2020 Contribution du Syndicat de la Presse Quotidienne Nationale CONFIDENTIEL Le SPQN (Syndicat de la Presse Quotidienne Nationale)

Plus en détail

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 76 I LFP Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 5.1 LA TRANSPARENCE FINANCIÈRE DU FOOTBALL FRANÇAIS 5.2 UN FOOTBALL PROFESSIONNEL BÉNÉFICIAIRE QUI INVESTIT DES RÉSULTATS FINANCIERS TOUJOURS

Plus en détail

Pour un nouveau régime des chaînes thématiques

Pour un nouveau régime des chaînes thématiques 1 Pour un nouveau régime des chaînes thématiques Dans le cadre d une réforme structurelle de la réglementation de l audiovisuel annoncée par la Ministre de la culture et de la communication en début d

Plus en détail

LE REGROUPEMENT DES CARPA

LE REGROUPEMENT DES CARPA LE REGROUPEMENT DES CARPA Assemblée générale du 27 novembre 2009 Les CARPA, associations de la loi de 1901, telles que nous les connaissons aujourd hui trouvent leur fondement à l article 53 alinéa 9 de

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Après la mauvaise passe du début des années 90, la situation financière des entreprises de la Martinique s est améliorée, mais pas

Plus en détail

STRATEGIES DES MARQUES Les médias féminins. Laure FANJEAU 5 année IMCO 1 double diplôme ESGCI

STRATEGIES DES MARQUES Les médias féminins. Laure FANJEAU 5 année IMCO 1 double diplôme ESGCI STRATEGIES DES MARQUES Les médias féminins Laure FANJEAU 5 année IMCO 1 double diplôme ESGCI Les médias féminins (magazines) MADAME FIGARO, ELLE et MARIE-CLAIRE Introduction sur le marché des magasines

Plus en détail

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE COLLOQUES TRADUIRE ÉROS 73 TRADUCTION / ÉDITION : ÉTAT DES LIEUX DELPHINE RIVET 86 COLLOQUES QUI sont les traducteurs aujourd hui? Comment leur rémunération a-t-elle

Plus en détail

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 6 LES POINTS

Plus en détail

Les chaînes de télévision et la production audiovisuelle indépendante

Les chaînes de télévision et la production audiovisuelle indépendante Liza BENGUIGUI Alexandra De TIMARY Les chaînes de télévision et la production audiovisuelle indépendante Le secteur français de l audiovisuel a, jusque dans les années 80, fait l objet d un monopole étatique.

Plus en détail

Epargne salariale et actionnariat : quelques repères

Epargne salariale et actionnariat : quelques repères Epargne salariale et actionnariat : quelques repères Implication des salariés au capital des entreprises : renforcer l épargne salariale par un renforcement des incitations fiscales pour les entreprises

Plus en détail

PUBLICITÉ COMMERCIALE

PUBLICITÉ COMMERCIALE 2005 TARIFS 2005 PUBLICITÉ COMMERCIALE http://www.mondepub.fr Un Monde en 7 séquences 1 INTERNATIONAL Union Européenne 2 FRANCE 3 SOCIÉTÉ Régions Politique étrangère, questions stratégiques et problématique

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

«Les méfaits de l impôt sur la fortune en France depuis 1981 Un exemple à ne pas suivre»

«Les méfaits de l impôt sur la fortune en France depuis 1981 Un exemple à ne pas suivre» «Les méfaits de l impôt sur la fortune en France depuis 1981 Un exemple à ne pas suivre» Nous publions le texte de la conférence donnée à Liège le 8 décembre 2011, à l occasion du Property Day, par Paul

Plus en détail

La presse régionale : un enjeu de politique nationale

La presse régionale : un enjeu de politique nationale La presse régionale : un enjeu de politique nationale Julia CAGE Une nouvelle étude montre que la presse régionale a atteint de nouveaux seuils de concentration. Malgré la révolution apportée par internet

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

La Française des jeux

La Française des jeux La Française des jeux En 2006, la Cour a contrôlé les comptes et la gestion de la Française des jeux pour les exercices 1998 à 2004. Ce contrôle a donné lieu à rapport particulier communiqué à l entreprise,

Plus en détail

La zone Euro renoue avec la croissance. La télévision conserve sa position dominante

La zone Euro renoue avec la croissance. La télévision conserve sa position dominante La croissance des investissements publicitaires mondiaux devrait retrouver son niveau d avant-crise Les investissements sont dopés par la reprise économique, l achat programmatique et le mobile ZenithOptimedia

Plus en détail

Kantar Media présente son bilan publicitaire annuel : Une Année de Pub 2012. I. Panorama du marché publicitaire plurimédia 2012

Kantar Media présente son bilan publicitaire annuel : Une Année de Pub 2012. I. Panorama du marché publicitaire plurimédia 2012 Communiqué de presse Chambourcy, le 04 février 2013 Kantar Media présente son bilan publicitaire annuel : Une Année de Pub 2012 Avec 27,9 milliards d euros d investissements publicitaires bruts plurimédia,

Plus en détail

PARTS DE MARCHÉ PUBLICITAIRE

PARTS DE MARCHÉ PUBLICITAIRE PRESSE 5 104 4 898 4 708 4 569 4 681 4 755 4 847 4 757 4 582 dont Presse Magazine 1 689 1 655 1 613 1 579 1 559 1 542 1 527 1 478 1 417 dont PQR 1 008 1 005 1 008 1 001 1 035 1 063 1 078 1 068 1 079 dont

Plus en détail

Vendredi 9 Juillet 2010

Vendredi 9 Juillet 2010 Vendredi 9 Juillet 2010 Méthodologie Segments de la communication online Display Search Affiliation Comparateurs E-mailing Annuaires Mobile Régies 1 2 Agences Déclaratif sous huissier + entretiens Confrontation

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 22 août 2011 fixant les tarifs de vente d espaces pour

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

La régie 366 remplace les régies Com Quotidiens et Quotidiens Associés.

La régie 366 remplace les régies Com Quotidiens et Quotidiens Associés. Le 12 mai 2014, les éditeurs de Presse Quotidienne Régionale annonçaient un projet de rapprochement de leurs forces commerciales parisiennes dans une seule entité commune. Ce projet se concrétise aujourd

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE EST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Marc BESNARD Sept. 2012

Marc BESNARD Sept. 2012 Marc BESNARD Sept. 2012 Table des matières INTRODUCTION... 1 1. Le marché de la VOD... 2 1.1. De la consommation illégale à la consommation légale... 2 1.2. Eviter le phénomène de VOD à prix bradé... 2

Plus en détail

Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30

Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30 Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30 Présentation par Philippe Marini, président de la commission des finances, de sa feuille de route pour une fiscalité numérique neutre et équitable

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE?

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? par Jean Luc SCEMAMA Membre du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Président du Comité Transmission d Entreprise du CSOEC Club Reprise

Plus en détail

LES ACTIVITES PRESSE DU GROUPE AMAURY PREAMBULE

LES ACTIVITES PRESSE DU GROUPE AMAURY PREAMBULE Contribution du Groupe Amaury aux Etats Généraux de la Presse Octobre 2008 LES ACTIVITES PRESSE DU GROUPE AMAURY Le Groupe Amaury représente avec Le Parisien-Aujourd hui en France et l Equipe, 40% de la

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1 C O M M U N I Q U E Boulogne-Billancourt, le 29 décembre 2009 Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-après le Communiqué de Presse du SNPTV relatif au bilan de l audience TV et de la publicité TV

Plus en détail

MEDIAKIT 2014 L A 1 È R E S O U R C E D I N F O R M A T I O N P O U R C I B L E R L E S P R O F E S S I O N N E L S D E L A S S U R A N C E

MEDIAKIT 2014 L A 1 È R E S O U R C E D I N F O R M A T I O N P O U R C I B L E R L E S P R O F E S S I O N N E L S D E L A S S U R A N C E MEDIAKIT 2014 L A 1 È R E S O U R C E D I N F O R M A T I O N P O U R C I B L E R L E S P R O F E S S I O N N E L S D E L A S S U R A N C E LE GROUPE INFOPRO DIGITAL Fichiers & Leads Presse & Edition Sites

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Préface FREDERIC JENNY

Préface FREDERIC JENNY FREDERIC JENNY Professeur d Économie, ESSEC Business School Co-directeur du Centre Européen de Droit et d Economie Président du Comité de la concurrence de l OCDE Ce livre explore les relations entre la

Plus en détail

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE!

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS : AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! (Résumé) Septembre 2015 FEDERATION FRANCAISE DU BATIMENT 1 Le Régime Social des Indépendants (RSI), qui constitue la Sécurité

Plus en détail

Optimisation fiscale. La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises

Optimisation fiscale. La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises Optimisation fiscale La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises La fiscalité a un impact significatif sur l entreprise :

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 EXPERT-COMPTABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'EXPERT-COMPTABLE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'EXPERT-COMPTABLE... 10 EN

Plus en détail

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT Le seuil de rentabilité de la production de crédit est défini comme le taux en deçà duquel les établissements vendraient à perte leur production

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES RÉSILIATIONS INTERNET

L OBSERVATOIRE DES RÉSILIATIONS INTERNET 8ème édition Pourquoi les internautes ont-ils résilié leur abonnement internet en 2014? L OBSERVATOIRE DES RÉSILIATIONS INTERNET www.ariase.com L observatoire 2 Pourquoi les internautes ont-ils résilié

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable Examiner à la loupe la situation économique, sociale et financière de l entreprise Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable 50 rue Tudelle 45100 ORLEANS Tel : 06 71 23 21 33

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE DES ENTREPRISES

GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE DES ENTREPRISES CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2012 CONCOURS EXTERNE 5ème épreuve d admissibilité GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE DES ENTREPRISES (durée : cinq heures coefficient 2) Une composition portant sur la gestion

Plus en détail

1 er BAROMETRE DE L ECONOMIE NUMERIQUE Novembre 2008

1 er BAROMETRE DE L ECONOMIE NUMERIQUE Novembre 2008 1 er BAROMETRE DE L ECONOMIE NUMERIQUE Novembre 2008 La crise actuelle, qui touche les marchés de la finance, et qui s est communiquée à un certain nombre d activités industrielles et de service, affecte-t-elle

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Presse C H I F F R E S C L É S 2 0 1 2 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E

Presse C H I F F R E S C L É S 2 0 1 2 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Presse C H I F F R E S C L É S 2 0 1 2 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Ministère de la Culture et de la Communication Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

PANEL 100. Synthèse. Enquête annuelle. Imprimerie Brochure Dorure

PANEL 100. Synthèse. Enquête annuelle. Imprimerie Brochure Dorure Enquête annuelle PANEL 100 Édition 200 9 Imprimerie Sérigraphie Reliure Brochure Dorure Synthèse L évolution de l emploi et de la formation dans les Industries de la Communication Graphique et du Multimédia

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens Fiscalité 1 Le cloisonnement des revenus en différentes catégories, en fonction de l activité, ne simplifie pas l imposition des pluriactifs. Cela engendre des charges administratives lourdes (plusieurs

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

Jérôme Fourquet* UN SECTEUR PERÇU COMME PORTANT UNE IMPORTANTE. * Directeur du département «Opinion et stratégie d entreprise», Ifop

Jérôme Fourquet* UN SECTEUR PERÇU COMME PORTANT UNE IMPORTANTE. * Directeur du département «Opinion et stratégie d entreprise», Ifop NOTE n 149 - Fondation Jean-Jaurès - 18 décembre 2012 - page 1 Jérôme Fourquet* * Directeur du département «Opinion et stratégie d entreprise», Ifop UN SECTEUR PERÇU COMME PORTANT UNE IMPORTANTE RESPONSABILITÉ

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE

LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

Résultats annuels 2011. 22 février 2012

Résultats annuels 2011. 22 février 2012 Résultats annuels 2011 22 février 2012 Sommaire Profil du groupe Spir Communication Résultats consolidés 2011 Médias Généralistes Médias Thématique Immobilier Médias Thématique Automobile Imprimeries Distribution

Plus en détail

It Works! Global. Conditions Générales de Distribution en France

It Works! Global. Conditions Générales de Distribution en France It Works! Global Conditions Générales de Distribution en France Mises à jour en avril 2013 CONDITIONS GÉNÉRALES DE DISTRIBUTION EN FRANCE 1. BASES DE LA COLLABORATION : 1.1. La société It Works! (ci-après

Plus en détail

Enjeux économiques de la distribution des contenus. Ce document est conçu d'après une étude de Charbonnel, Le Blanc et Zakaria CERNA - 2004

Enjeux économiques de la distribution des contenus. Ce document est conçu d'après une étude de Charbonnel, Le Blanc et Zakaria CERNA - 2004 Enjeux économiques de la distribution des contenus Ce document est conçu d'après une étude de Charbonnel, Le Blanc et Zakaria CERNA - 2004 Introduction - propos de l'étude Etude qui présente l'hypothèse

Plus en détail

LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE. Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC

LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE. Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC Le contentieux est la manifestation d approches opposant les intérêts de parties différentes

Plus en détail

Mettre en place un audit social grâce à l outil «Diagnostic social, outil de détection et de prescription»

Mettre en place un audit social grâce à l outil «Diagnostic social, outil de détection et de prescription» Mettre en place un audit social grâce à l outil «Diagnostic social, outil de détection et de prescription» Véronique Argentin Consultante en droit social Infodoc-experts 1 Audit social Définition de l

Plus en détail

Les salaires des frontaliers sous la loupe du fisc belge

Les salaires des frontaliers sous la loupe du fisc belge La décision de la Cour Administrative est ainsi motivée au regard des garanties du contribuable et de sa protection à l'égard de l'impôt. Les salaires des frontaliers sous la loupe du fisc belge JANIQUE

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

6 mois d action de la majorité. Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle. www.chaynessekhirouni.com

6 mois d action de la majorité. Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle. www.chaynessekhirouni.com 6 mois d action de la majorité Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle www.chaynessekhirouni.com 6 mois de travail et d actions Chères Amies, Chers Amis Je sais que vous vous interrogez parfois

Plus en détail

Commission des Finances CRÉDIT IMMOBILIER DE FRANCE : OBSERVATIONS DE FRANÇOIS MARC

Commission des Finances CRÉDIT IMMOBILIER DE FRANCE : OBSERVATIONS DE FRANÇOIS MARC - 1 - Commission des Finances CRÉDIT IMMOBILIER DE FRANCE : OBSERVATIONS DE FRANÇOIS MARC M. François MARC (Socialiste et Républicain Finistère) Rapporteur - 2 - - 3 - S O M M A I R E Pages LES OBSERVATIONS

Plus en détail