Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération"

Transcription

1 IEP de Toulouse Mémoire de recherche présenté par Mlle Justine Gay Directeur du mémoire : Serge Regourd Date : 2012 Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération

2

3 IEP de Toulouse Mémoire de recherche présenté par Mlle Justine Gay Directeur du mémoire : Serge Regourd Date : 2012 Les stratégies de sortie de crise des quotidiens nationaux : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération

4 Avant-propos et remerciements Je tiens à remercier chaleureusement Serge Regourd pour avoir accepté de diriger mes recherches et pour m'avoir guidée vers une problématique pertinente. Je remercie également les interlocuteurs qui m'ont accordé plusieurs entretiens dans le cadre de ce mémoire, à savoir Jean-Marie Charon, Patrick Eveno, Benoît Raphaël, Nicolas Demorand, Nadine Toussaint-Desmoulins et Olivier Bourgeois.

5 Avertissement L IEP de Toulouse n entend donner aucune approbation, ni improbation dans les mémoires de recherche. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur(e).

6 Abréviations CSMP : Conseil supérieur des messageries de presse DDM : Direction Des Médias DGMIC : Direction générale des médias et des industries culturelles FAI : Fournisseur d accès à Internet LME : Le Monde Entreprises LMI : Le Monde Interactif LML : Le Monde Libre LMPA : Le Monde et Partenaires Associés PGA : Presse gratuite d annonces PGI : Presse gratuite d information PQN : Presse quotidienne nationale PQR : Presse quotidienne régionale SCPL : Société Civile des Personnels de Libération SEM : Société des éditeurs du Monde SRM : Société des rédacteurs du Monde UGC : User generated content VAD : Vente à distance

7 Sommaire Introduction... 1 Première partie - De la sous-capitalisation des entreprises de presse à leur recapitalisation Chapitre 1 - La sous-capitalisation de la presse quotidienne nationale Chapitre 2 - Les recapitalisations : les exemples du Figaro, du Monde et de Libération Deuxième partie - A la recherche de nouveaux modèles économiques sur l Internet Chapitre 1-Les rédactions intégrées Chapitre 2 - De la nécessité pour les entreprises de presse d intégrer leur audience à la production et à la diffusion de l information Conclusion... 80

8 Introduction La présente étude porte sur l'analyse des stratégies de sortie de crise mises en place par les quotidiens nationaux. Cette démarche s inscrit dans un processus de réflexion directement inspiré des enseignements dispensés au sein de Sciences Po Toulouse. Eu égard aux difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes rédacteurs pour s insérer sur le marché du travail, souvent abordées lors des conférences de méthode du parcours journalisme, l opportunité d appréhender leurs causes dans le cadre d un travail de recherche était à saisir. Trois quotidiens ont servi de références dans la réalisation de ce mémoire : Le Figaro, Le Monde et Libération. Ce choix s explique de différentes manières. Tout d abord, ils appartiennent au segment haut de gamme des quotidiens nationaux qui se caractérise par la diversité des sujets (international, politique, économie, culture etc.) et par le recul et l analyse avec lesquels ils sont traités, comme le souligne Jean-Marie Charon, sociologue des médias au Centre d étude des mouvements sociaux (CNRS et EHESS). 1 La sélection de ces trois titres permet également d illustrer l évolution de la situation économique de trois quotidiens aux sympathies politiques différentes et, par conséquent, de montrer que quel que soit le bord choisi, les difficultés économiques qu ils doivent affronter sont identiques. Enfin, grâce à leur appartenance au segment haut de gamme, Le Figaro, Le Monde et Libération bénéficient d une image de marque qui attire les journalistes en herbe. Une raison supplémentaire pour justifier l étude de leur modèle économique. Il n est pas nouveau de dire que la presse écrite, et particulièrement la presse écrite payante, est en crise. Cependant, il convient aujourd hui de s interroger sur les moyens à mettre en œuvre pour redynamiser ce secteur et le bassin d emplois qui lui est inhérent. C est la raison pour laquelle cette étude s attache davantage aux solutions mises en œuvre par les entreprises de presse observées plutôt qu à une démonstration pure et simple de l étendue des dégâts. En revanche, mettre en perspective les stratégies adoptées par les acteurs pour sortir de la crise implique de revenir sur les causes qui l ont provoquée. 1 J-M. Charon, La presse quotidienne, Paris, La Découverte, p

9 Par extension, s interroger sur ces causes implique de s intéresser à l évolution des moyens de financement de la presse. 2 En ce qui concerne la presse écrite payante, les recettes proviennent de deux sources : les lecteurs et les annonceurs. Par conséquent, pour la presse quotidienne nationale, le système de financement classique est celui de la plateforme d informations, schématisé ci-dessous. 3 Le double financement de la presse : la plateforme d'informations Plate-forme : Médias : presse écrite, TV, L Internet Groupe 1 : L audience Groupe 2 : Les annonceurs Source : Nathalie Sonnac. Le thème de la crise de la presse écrite renvoie donc à la remise en question du fonctionnement économique classique des journaux, à savoir celui de la plateforme d informations ; en effet, privés de tout ou partie de leurs recettes, provenant de la publicité ou bien de la vente de leurs exemplaires, les journaux sont soumis à un «effet ciseaux», défini comme le phénomène économique au cours duquel une catégorie professionnelle voit ses revenus chuter en raison d une réduction de ses recettes, tandis que les dépenses relatives aux coûts de production restent inchangées ou augmentent. 2 M. Schweitzer, «Modèles de la gratuité et conséquences sur les contenus informationnels», L économie du journalisme, Les cahiers du journalisme, n 20, automne N. Sonnac, «L'économie de la presse : vers un nouveau modèle d'affaires», L économie du journalisme, Les cahiers du journalisme, n 20, automne

10 Les recettes provenant des lecteurs et des annonceurs constituent la majeure partie des ressources de la presse écrite payante ; en effet, d après les chiffres publiés par la direction du développement des médias 4 (DDM) en 2004, la publicité et le parrainage représentent 38 % des revenus de la presse écrite payante, tandis que les 62 % restants proviennent de ressources propres, à savoir de la vente au numéro et de la vente par abonnement. Par conséquent, toutes les modifications qui affectent les deux sources de financement des quotidiens nationaux, et plus généralement, de la presse écrite payante, ont une incidence sur l évolution de leur bilan comptable. Or, récemment, lecteurs et annonceurs ont changé de comportement vis-à-vis de la presse écrite payante. La modification de la demande d information Tout d abord, une modification de la demande d information s est produite durant les dernières décennies : cette demande n est pas en crise, comme le laissent supposer certains indicateurs, notamment celui de la diffusion. La demande d information est même croissante en raison de l augmentation du niveau moyen d études : d'après une étude sur les tendances de consommation réalisée en 2011 par L'Express Infolab, 72 % des Français déclarent s'informer plus qu'il y a cinq ans. C est donc à une mutation de cette demande que doivent faire face les entreprises de presse depuis peu, notamment les quotidiens nationaux d information générale et politique, et non pas à une crise de celle-ci. La crise des subprimes qui a démarré en 2007 aux Etats-Unis et qui a déclenché une crise économique et financière mondiale a engendré une diminution du pouvoir d'achat des consommateurs. Certains lecteurs ont donc peu à peu cessé de payer pour obtenir une information à laquelle ils pouvaient avoir accès gratuitement sur Internet. Comme le coût des dépenses incompressibles (logement et énergie) augmente davantage que les salaires, les consommateurs consacrent une part croissante de leurs revenus à des dépenses courantes et réduisent la part de leur budget destinée à la consommation de biens culturels. C'est ainsi que le concept économique de prix de réserve entre en compte : celui-ci désigne le montant maximum qu un individu est disposé à payer en échange d un produit. On peut donc dire que le prix de réserve des consommateurs pour avoir accès à l'information est en baisse. 4 Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, la direction du développement des médias se devient en 2010 la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC). 3

11 Comme il renvoie au nombre moyen d exemplaires payants diffusés par numéro en France, l indicateur «diffusion payée France» est le plus pertinent afin d apprécier cette mutation de la demande, ce qui explique l importance qui lui sera conférée tout au long de cette analyse ; en effet, il permet d illustrer l acte volontaire que restitue l achat d un quotidien. Il est donc nécessaire de s intéresser de plus près aux fluctuations que connaissent les trois quotidiens sélectionnés en matière de diffusion. Figure 1-Evolution de la diffusion des trois quotidiens haut de gamme entre 1994 et 2010 Source : OJD, chiffres arrondis au millier supérieur. 5 A l étude de ces données, la tendance générale qui se dégage est à la baisse ; en effet, depuis 1994, Le Figaro, Le Monde, et Libération enregistrent une diminution de leur diffusion payée en France. Un premier constat qui confirme la mutation de la demande d information évoquée ci-dessus. A noter cependant qu une légère reprise est observable concernant l exercice Une progression semblable à celle-ci est enregistrée entre 2006 et Or, ces deux périodes ont été marquées par la présence d enjeux électoraux, ce qui a pour effet de stimuler l intérêt des lecteurs. Par ailleurs, la campagne présidentielle relative à l élection de 2012 a commencé très tôt, avec la primaire socialiste qui s est déroulée à la fin de l année 2011, ce qui a joué en faveur des ventes du Figaro, Monde, et de Libération. 5 Libération n ayant adhéré à l OJD qu en 1984, les chiffres relatifs aux années 1960 et 1975 ne sont pas disponibles. 4

12 On relève également une augmentation du trafic sur les sites web des trois journaux en 2011 ; en effet, d après une étude publiée en avril 2012 par comscore, société spécialisée dans la mesure des audiences Internet, le trafic sur le Figaro.fr a augmenté de 45 % entre février 2011 et février 2012, celui du Monde.fr de 38 % et celui de Liberation.fr de 34 % (en termes de visiteurs uniques). 6 La fonte des recettes publicitaires Les annonceurs se sont peu à peu désolidarisés des quotidiens nationaux, et plus largement, du secteur de la presse écrite payante : les recettes publicitaires des journaux ne cessent de diminuer. Une tendance imputable à plusieurs phénomènes, notamment au fait que l Internet se soit imposé comme le quatrième média publicitaire avec près de 2,8 millions d'euros investis en France en D après les chiffres publiés en 2012 par l IREP-France Pub, les investissements des annonceurs représentaient 31,4 milliards d euros en Les recettes publicitaires des médias s élèvent, quant à elles, à 10,7 milliards d euros, soit 34 % des investissements en communication des annonceurs. 8 C est moins que les 11 milliards d euros enregistrés en 2010, en raison de la disparition de l un des principaux acteurs du marché de la presse gratuite d annonces (PGA), Paru Vendu. Si les gratuits ont précédemment été mis en cause dans la réduction des recettes publicitaires de la presse écrite payante, nous verrons ultérieurement qu ils ne sont pas épargnés par la crise. Plus précisément, en 2011, 10,6 % des investissements en communication des annonceurs ont été dirigés vers la presse écrite, 13,1 % vers la télévision et 5,3 % vers l Internet. C est 10,6 % de plus qu en 2010 pour la Toile alors que la presse écrite enregistre une baisse de 3 %. Pour aller plus loin, seul 0,7 % des dépenses en communication des annonceurs a été investis dans les quotidiens nationaux payants en 2011, contre 6,5 % pour la presse gratuite. En 2011, l Internet est donc le seul «média» (les guillemets sont justifiés par le fait que l Internet ne dispose pas d une ligne éditoriale propre) pour lequel les recettes liées aux dépenses en communication des annonceurs augmentent, avec une progression de 14 % par 6 7 N. Sonnac, «L'économie de la presse : vers un nouveau modèle d'affaires», L économie du journalisme, Les cahiers du journalisme, n 20, automne Cf. annexe n 1, p.84. 5

13 rapport à 2010 pour le display. 9 avec 37,5 %, loin devant le cinéma. C est le mobile qui enregistre la plus forte croissance Néanmoins, la progression du display et celle du mobile dans les investissements en communication des annonceurs ne sont pas les seules responsables du recul enregistré par la presse écrite ; en effet, le hors-médias capte une partie non négligeable des dépenses des annonceurs. En 2002, ces derniers investissent 60 % de leurs dépenses en communication dans ce secteur. 10 En 2011, le chiffre s élève à 63,2 %. Ainsi, comme le résume le tableau ci-dessous, depuis 2006, les investissements en communication des annonceurs à destination des quotidiens nationaux sont en constante diminution. Tableau 1 : montant des investissements en communication des annonceurs vers les quotidiens nationaux. Année En millions d euros Evolution par rapport à l'année précédente -3,5% -10,1% -3,2% -15,9% 2,5% -5,0% Sources : rapport annuel de l UDA et Le marché publicitaire français de l IREP-France Pub. En revanche, en 2010, le montant des investissements en communication des annonceurs à destination des quotidiens nationaux augmente. Une évolution qui s inscrit dans le contexte plus général de la hausse des dépenses totales en communication des annonceurs, en progression de 2,9 % par rapport à l année Une reprise qui se poursuit pour l année 2011, à un rythme toutefois moins soutenu, puisque les dépenses en communication des annonceurs augmentent de 1,9 % par rapport à Il faut également souligner que les recettes publicitaires enregistrées par les médias pour l année 2011 (publicité commerciale en provenance des annonceurs et petites annonces incluses) ont augmenté de 0,1 % par rapport à Par ailleurs, les 206 millions d euros investis en 2011 par les annonceurs en communication dans la presse quotidienne nationale ne sont en rien comparables aux 573 millions d euros investis dans la PGA et la presse gratuite d information (PGI) la même année. Après avoir observé ces tendances générales, il convient d étudier plus précisément le cas des trois quotidiens nationaux qui font l objet de cette étude. 9 Achat d espace publicitaire. 10 M. Martin, Incertitudes et crises, La presse régionale : des affiches aux grands quotidiens, Fayard,

14 Le tableau suivant donne les montants en euros des investissements en communication des annonceurs perçus par Le Figaro, Le Monde et Libération depuis Figure 2-Montant des dépenses en communication des annonceurs perçues par Le Figaro, Le Monde et Libération Source : Kantar Média, tarifs bruts hors négociation. Par conséquent, d après les chiffres communiqués par Kantar Média, Le Figaro est le quotidien national haut de gamme qui tire le mieux son épingle du jeu publicitaire. Il est d ailleurs le seul des trois titres étudiés à enregistrer une hausse importante des recettes issues des dépenses en communication des annonceurs entre 2010 et 2011 (+13,6 %). Après avoir mis en lumière les sources de financement de la presse écrite, et plus particulièrement de la presse quotidienne nationale, il convient à présent d appréhender les causes de la crise dans laquelle sont plongés les titres nationaux haut de gamme et les solutions mises en œuvre par les sociétés éditrices pour inventer de nouveaux modèles économiques. La méthodologie choisie pour conduire ces recherches est la suivante : après la lecture de nombreux ouvrages de référence sur l économie de la presse et l identification des auteurs susceptibles d apporter leur expertise, une série d entretiens a été conduite. Dans le cadre d un mémoire traitant du journalisme et de son financement, il aurait été malvenu de ne pas recourir à la technique de l interview. 11 Ces chiffres ont été recueillis suite à un échange par courriels avec une analyste de Kantar Média, un organisme en charge de la veille des investissements publicitaires. Kantar Média travaille à partir des tarifs bruts des plaquettes, hors négociations, tandis que l IREP demande aux régies publicitaires des titres de lui communiquer leur chiffre d affaires net. Une différence de méthodologie qui explique les écarts considérables entre les montants des investissements en communication des annonceurs d un organisme à l autre. 7

15 La recherche de stratégies de sortie de crise par les sociétés éditrices de quotidiens nationaux s inscrivant dans l actualité, de nombreuses conférences ont également été l occasion d approfondir le sujet. C est notamment le cas des Entretiens de l information, organisés par Jean-Marie Charon, qui se sont déroulés le 23 mars 2011, avec pour thème les rédactions du futur. Les Assises internationales du journalisme de novembre 2011 à Poitiers, réunissant bon nombre d interlocuteurs sollicités dans cette étude, sous la houlette de Jérôme Bouvier, médiateur de Radio France, ont été le théâtre de nombreux échanges portant sur l avenir de la presse écrite. Tout au long de l Histoire, l apparition d un nouveau média a suscité la crainte de voir disparaître les anciens : lorsque la radio est apparue, certains y voyaient la fin de la presse écrite. De même, lorsque les ménages se sont équipés massivement en postes de télévision, plus personne ne croyait en l avenir de la radio. Même si cette dernière a concurrencé les quotidiens en raison de sa réactivité, aucun des médias cités ne s'est trouvé réellement menacé par l'apparition du suivant. Il en va différemment avec l'avènement et la démocratisation de l Internet : désormais, les lecteurs, ou plutôt «utilisateurs», ne sont plus obligés de consommer la presse écrite sur un support papier. Ils peuvent tout aussi bien le faire sur leurs écrans : ordinateurs, téléphones mobiles ou encore tablettes. Ainsi, l arrivée des nouvelles technologies, la presse écrite et, notamment la presse quotidienne nationale, est amenée à considérer l impératif de rentabilité comme une condition sine qua none à sa survie, à celle du principe de démocratie et, par extension, à celle de l intérêt général, au nom duquel elle s était soustraite du processus industriel classique depuis la Libération. Or, la sous-capitalisation rend d'autant plus vulnérables les entreprises de presse dont la rentabilité est faible, puisqu'elles sont exposées à des pertes considérables. Précipitée par des évènements conjoncturels, cette sous-capitalisation est surtout provoquée par des origines plus anciennes. Procéder à des recapitalisations se présente donc comme la première étape pour les sociétés éditrices. Un point qui sera développé dans la première partie de ce document. Ces apports en capitaux permettent aux journaux de se lancer plus sereinement, du moins à court terme, dans la recherche de nouveaux modèles économiques, c'est-à-dire, de nouvelles sources de revenus, tous supports confondus. Pour les sociétés éditrices des quotidiens, il s agit de s acheminer vers une intégration des rédactions, mais aussi vers la prise en compte 8

16 de l audience, comme client mais aussi comme partie intégrante du processus de production des contenus, ce qui fera l objet de la deuxième partie de cette étude. 9

17 Première partie - De la sous-capitalisation des entreprises de presse à leur recapitalisation La restructuration des quotidiens est un processus en cours dans de nombreux pays européens. Le phénomène est également à l œuvre aux Etats-Unis, où les récentes cessions de parutions ainsi que les réductions d effectifs dans les titres les mieux établis montrent que les difficultés sont ressenties dans les pays développés. La presse quotidienne américaine a perdu près de 20 % de son chiffre d affaires en En France, la crise que connaît la presse quotidienne nationale (PQN), qui est avant tout une presse parisienne, est particulièrement virulente. Les difficultés que rencontrent les quotidiens paraissent insurmontables, alors qu en Angleterre ou en Allemagne, le secteur résiste mieux. D où vient cette particularité à la Française et comment y remédier? Dans l Hexagone, la conjoncture n est pas la seule responsable des difficultés auxquelles se trouve confrontée la PQN : la crise est également provoquée par des causes structurelles. Marginalisation par rapport au fonctionnement industriel classique et manque de concentration, sont autant d éléments d explication qui, conjugués à l arrivée des gratuits et à l augmentation des coûts d impression, plongent les quotidiens nationaux dans une situation économique difficile. Dans ce contexte, les recapitalisations se présentent souvent comme un impératif de survie pour les entreprises de presse. 10

18 Chapitre 1 - La sous-capitalisation de la presse quotidienne nationale Après avoir identifié les sources de financement des quotidiens nationaux, il convient de s interroger sur les raisons qui ont provoqué la sous-capitalisation des sociétés éditrices de quotidiens nationaux. En cause : des facteurs structurels comme la soustraction de la presse au fonctionnement classique de l industrie depuis la Libération ou encore le manque de concentration. Des facteurs aggravés par l avènement, puis le déclin des gratuits. L augmentation des coûts d impression et la faillite annoncée du système de distribution sont autant de difficultés conjoncturelles que les quotidiens nationaux doivent affronter. Section 1 - La PQN fragilisée par des causes structurelles Les origines de la crise de la presse sont plus anciennes que ne le laissent entendre les partisans d une explication strictement conjoncturelle. En 1980, Le Figaro est l un des seuls quotidiens à ne pas être déficitaire, comme le rappelle Jean-Marie Charon. 12 Cependant, entre 1975 et 1980, l indicateur de diffusion du Figaro a reculé de exemplaires. Par ailleurs, Le Monde connaît des difficultés similaires, avec une perte de 110 millions de francs entre 1982 et Le tirage des quotidiens nationaux passe de 4,2 millions en 1970 à 3 millions en 1980, comme l indique le spécialiste des médias. Pour faire face à cette perte globale de profits qui résulte de la baisse des ventes, les journaux ont vu leur prix s envoler : selon Jean-Marie Charon, le prix des journaux a été multiplié par quatre entre 1970 et Si cette évolution est à relativiser par rapport à l augmentation de l indice des prix moyens sur la même période, le prix des quotidiens n en demeure pas moins élevé. I. La presse se soustrait au fonctionnement traditionnel de l industrie Après la Seconde Guerre mondiale, la presse, champ qui relève de l industrie culturelle, se soustrait au processus industriel classique. Dans le souci de garantir le pluralisme des titres et l indépendance des rédactions, plusieurs ordonnances ont été adoptées. Leur objet est d interdire toute forme de concentration J-M. Charon, op. cit., 2007, p J-M. Charon, ibid., 2007, p

19 Depuis la Libération, il est entendu que la presse d information générale et politique doit servir l intérêt général. Par conséquent, il paraît difficile d envisager une compatibilité entre ce type de presse et le fonctionnement classique du marché et, par extension, de cautionner l existence de groupes de presse qui puissent réaliser des bénéfices. D ailleurs, l ordonnance du 26 août 1946 introduit le principe suivant : «un homme-un journal». Le directeur de publication ne peut cumuler son poste avec celui de directeur d une agence d information, de publicité ou d une entreprise industrielle. Cependant, les contraintes produites par cette disposition anti-concentration sont relativisées dans les années 1980 ; en effet, la loi du 23 octobre 1984 instaure un seuil de diffusion maximum pour une entreprise ou pour un groupe de presse. Si à l origine ce seuil est arrêté à 15 % de la diffusion pour une catégorie de quotidiens, il passe à 30 % de la diffusion de publications quotidiennes d information politique et générale de même nature, par l effet de l article 11 de la loi du 1 er août Par ailleurs, d après l article 41.1 de la loi du 30 novembre 1986, une entreprise ne peut cumuler plus de deux situations parmi les autres médias que sont le quotidien, la télévision hertzienne, la radio et la télévision par le câble. Pour que cette situation soit prise en compte en presse quotidienne, il faut que la diffusion de l entreprise représente 20 % de la diffusion totale, ce qui fait déjà écho à un niveau élevé de concentration dans la presse quotidienne. Par conséquent, l information n étant pas une marchandise comme les autres, les modes de régulation qui régissent la presse sont, eux aussi, différents. C est la raison pour laquelle le système des aides d Etat à la presse s est structuré depuis la Libération. Il faut distinguer les aides directes accordées par l Etat à la presse des aides indirectes. «Elles prennent la forme de remboursements des factures présentées par les éditeurs ou leurs sous-traitants [ ] et des subventions versées [ ]. Des actions ponctuelles peuvent y figurer comme l aide à la modernisation sociale de la presse quotidienne d information politique et générale devant permettre le départ de personnels de fabrication en surnombre». 14 En 2005, les aides directes représentent 77,5 millions d euros, comme l indique Jean-Marie Charon. Aux aides directes viennent s ajouter des aides indirectes apportées par l Etat au secteur de la presse : d après le sociologue, en 2005, leur montant est de 642 millions d euros. Elles se traduisent par des tarifs préférentiels, dont font partie les «accords-presse-poste», conclus entre les éditeurs et la Poste, et par des exonérations fiscales : taux de TVA à 2,1 %, 14 J-M. Charon, ibid., 2007, p

20 exonération de la taxe professionnelle. Mais pour le spécialiste des médias, ce taux de TVA réduit bénéficie avant tout à la presse magazine et à la presse professionnelle. Par ailleurs, Jean-Marie Charon déplore le «saupoudrage» de ces aides à une multitude de titres. Selon lui, il serait plus efficace d attribuer ces aides à des titres prioritaires. «L idée serait d attribuer ces sommes à des entreprises en fonction de la qualité de leurs projets. Ce système, bien qu intellectuellement intéressant, obligerait l Etat à sélectionner des titres et pas d autres. Or, un tel mode opératoire entraînerait une suspicion de partialité. Si l autorité de la concurrence de Bruxelles n a jamais attaqué le système d aide français à la presse, c est parce que les critères de sélection étaient impartiaux. Si nous adoptions un tel système, nous risquerions donc de nous attirer les foudres de Bruxelles.» 15 Jean-Marie Charon s inscrit dans la droite lignée d Aldo Cardoso, auteur d un rapport rendu aux ministres du Budget et de la Culture en septembre 2010 relatif à «la gouvernance des aides publiques à la presse». En lieu et place de l action de saupoudrage menée jusqu alors par l Etat pour aider la presse, Aldo Cardoso suggère de repenser les fondements de l intervention étatique. Le consultant propose, entre autres, de conditionner l octroi des aides à la mise en place, par les sociétés éditrices de presse, de «stratégies de redressement et d adaptation.» Ainsi, le consultant propose, de prendre en compte le taux de profit du journal, le taux de réabonnement, les effectifs ou encore le coût moyen annuel d impression dans l attribution des aides de l Etat à la presse. Par ailleurs, l article 39 bis du code général des impôts autorise les quotidiens, les mensuels d information générale et politique ainsi que les services de presse en ligne à constituer une provision sur bénéfices, «déductible du résultat imposable des exercices 1997 à 2012.» 16 Enfin, le fonds de modernisation de la presse instauré en 1997 fait également partie des aides de l Etat accordées à la presse. Ce fonds est financé par une taxe de 1 % sur le chiffre d affaires du hors-médias et concerne la presse quotidienne d information politique et générale. Le décret du 13 avril 2012 relatif à la réforme des aides à la presse et au fonds stratégique d aide à la presse 17 officialise la fusion du fonds d aide à la modernisation de la presse quotidienne et du fonds d aide à la presse en ligne, créé en On parle désormais de fonds 15 Entretien du 25 mars Cf. annexe n 2, p.85 à XT &dateTexte=

21 stratégique d aide à la presse. La création d un fonds unique était d ailleurs préconisée par le rapport Cardoso. II. «Les saltimbanques contre les géomètres» ou le manque de concentration L expression est à attribuer à Patrick Eveno, professeur à l université Paris 1 Panthéon- Sorbonne. Pour lui, la Libération s est opposée à la mainmise des trusts sur la presse, engendrant ainsi un programme de disparition de la presse quotidienne, ou sa vente à des industriels motivés par l influence et la notoriété. 18 Par conséquent, presse et industrie sont des notions qui se sont peu à peu désolidarisées au XXe siècle. Une dissociation qui n est pas du goût du critique littéraire Albert Thibaudet qui écrit : «la presse est une industrie avant d être un sacerdoce. Il y a là une matérialité à laquelle il faut se garder de toucher trop lourdement.» 19 Dans la même logique, Hubert Beuve-Méry, le fondateur du quotidien Le Monde, affirme en 1956 que «parce qu elle est une industrie, la presse ne peut se soustraire aux lois qui paraissent régir actuellement tout le développement industriel. [ ] C est ainsi que l on constate une tendance à peu près générale en Occident à la concentration des entreprises de presse.» 20 Une concentration qui n existe pas dans les faits en presse quotidienne nationale, ou du moins pas assez selon Patrick Eveno. «La presse quotidienne nationale n est pas assez concentrée. Or, une plus grande concentration permettrait de dégager des synergies entre différentes parties du système de production. L Allemagne possède de grands groupes de presse, tout comme l Angleterre avec l empire de Rupert Murdoch, ou encore l Italie qui fait état de deux grands groupes de presse. Mais les journalistes croient que la concentration est dangereuse pour leur indépendance.» 21 L éventualité d une concentration serait ainsi vécue par les journalistes comme une menace pour leur ligne éditoriale. Cette opposition est d ailleurs à la base d un débat dont l origine est concomitante à la naissance de l activité de presse : le débat entre propriété et indépendance des contenus. Une polémique qui ne serait qu un leurre d après l historien, pour qui, «si les journalistes ne sont pas indépendants, c est qu ils ne le veulent pas.» 18 P. Eveno, La presse quotidienne nationale : fin de partie ou renouveau?, Vuibert, 2008, p A. Thibaudet, «Réflexions», La nouvelle revue française, 1 er septembre H. Beuve-Méry, «Du Temps au Monde ou la presse et l argent», 24 mai 1956, dite «Conférence des ambassadeurs.» 21 Entretien téléphonique du 27 mai Cf. annexe n 3, p

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail

Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0%

Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0% Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0% Les recettes publicitaires nettes des médias s élèvent en 2013 à 13,3 milliards,

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Les Annonceurs et l affiliation en France

Les Annonceurs et l affiliation en France Les Annonceurs et l affiliation en France Publication Mars 2011 Copyright 2011 Collectif des Plateformes d Affiliation Tous droits réservés Reproduction soumise à autorisation Table des matières i. A propos

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group

2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group ONMEDIA Dossier Décembre 2011 2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group 2011-2012 : croissance mondiale au ralenti Dans son rapport publié en septembre dernier, le FMI prédit

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse. «La presse à l ère numérique : comment ajouter de la valeur à l information?»

Présentation de la Note d analyse. «La presse à l ère numérique : comment ajouter de la valeur à l information?» Paris, le 30 novembre 2011 Présentation de la Note d analyse «La presse à l ère numérique : comment ajouter de la valeur à l information?» Mercredi 30 novembre 2011 par Vincent Chriqui, Directeur général

Plus en détail

I. Les parties et l opération

I. Les parties et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-76 du 5 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Le Nouvel Observateur du Monde par la société Le Monde Libre L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR Les fondamentaux du prêt d honneur FIR 1. Les finalités du prêt d honneur FIR Par rapport au créateur : Le prêt d honneur constitue un coup de pouce à la création/reprise

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Vision La newsletter de l Omsyc Téléphonie fixe Europe : en 212, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Les données utilisées pour la rédaction de cette lettre sont issues de la Database

Plus en détail

Presse quotidienne : quelles solutions face à la crise de la vente au n? Janvier 2010

Presse quotidienne : quelles solutions face à la crise de la vente au n? Janvier 2010 Presse quotidienne : quelles solutions face à la crise de la vente au n? Janvier 2010 Evolution du chiffre d affaires de la PQN et PQR pages 2-3 Evolution des ventes au n de la PQN page 4 Zoom sur les

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE DES ENTREPRISES

GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE DES ENTREPRISES CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2012 CONCOURS EXTERNE 5ème épreuve d admissibilité GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE DES ENTREPRISES (durée : cinq heures coefficient 2) Une composition portant sur la gestion

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais

Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais Merci de mentionner «Source IREP FRANCE PUB 2013» Pour toute reproduction de ces résultats. Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais Au 1 er semestre 2013, les recettes publicitaires nettes

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS

REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS Réalité, tendances et comparaisons des marchés publicitaires espagnols et français en. ETUDE 2005 REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS - 1 -

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Administration publique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

1. Quelle(s) stratégie(s) ont été mises en œuvre jusqu à présent?

1. Quelle(s) stratégie(s) ont été mises en œuvre jusqu à présent? Étude de cas n 2 Le Monde 1. Quelle(s) stratégie(s) ont été mises en œuvre jusqu à présent? La stratégie de J.M. Colombani a comporté de 1994 à 2007 quatre volets complémentaires : - un changement rédactionnel

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014

Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014 1 Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014 QUI EST RECYCLEMÉDIAS? 2 RecycleMédias est un organisme privé à but non lucratif. Formé en décembre 2000 et agréé par le

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE 2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE Les graphiques ci-dessous illustrent l évolution historique de la facture énergétique régionale et de sa décomposition par acteur, par vecteur

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014 Direction des programmes DPAC Novembre 2014 Sommaire Services assujettis à la contribution réglementaire Définitions et obligations Assiettes et contribution réglementaire Ensemble des services de télévision

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Le placement en Assurance-vie

Le placement en Assurance-vie Communiqué de presse - Lextenso éditions - Communiqué de presse - Lextenso éditions - Communiqué de presse D e f r é n o i s G a z e t t e d u P a l a i s G u a l i n o é d i t e u r J O L Y é d i t i

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient

Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient Après une année 2011 stable, les recettes publicitaires des médias enregistrent, en valeur nette, une baisse significative de - 4,6%

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DIRECTION DES FINANCES Sous-Direction des Partenariats Public-Privé Bureau des Sociétés d Economie Mixte 2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? La dette du Québec est-elle légitime? Louis Gill le 1 er avril 2012 La dette totale du gouvernement du Québec, désignée comme sa dette brute, était de 184 milliards de dollars (55 % du PIB) le 31 mars

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants :

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants : Décret n 2001-609 du 9 juillet 2001 pris pour l application du 3 ème de l article 27 et de l article 71 de la loi n 86-1067 du 30 septembre 1986 et relatif à la contribution des éditeurs de services de

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Presse C H I F F R E S C L É S 2 0 1 2 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E

Presse C H I F F R E S C L É S 2 0 1 2 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Presse C H I F F R E S C L É S 2 0 1 2 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Ministère de la Culture et de la Communication Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant.

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Communiqué de presse 9 octobre 2012 bsw leading swiss agencies Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Les agences

Plus en détail

Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables

Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables UNIVERSITÉ DE GAND FACULTÉ D ÉCONOMIE ET D AFFAIRES ACADÉMIQUE 2010 2011 Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables Frederik Verplancke sous la supervision de Prof. dr.

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

LE MARCHÉ PUBLICITAIRE FRANÇAIS EN 2012 Un marché de nouveau en baisse

LE MARCHÉ PUBLICITAIRE FRANÇAIS EN 2012 Un marché de nouveau en baisse Source IREP FRANCE PUB 2012 LE MARCHÉ PUBLICITAIRE FRANÇAIS EN 2012 Un marché de nouveau en baisse LES RECETTES PUBLICITAIRES DES MÉDIAS - 3,5% LES DÉPENSES DE COMMUNICATION DES ANNONCEURS - 1,3% Les recettes

Plus en détail

Les aides aux petites et moyennes entreprises

Les aides aux petites et moyennes entreprises FICHE 9 Les aides aux petites et moyennes entreprises Les petites et moyennes entreprises «jouent un rôle décisif dans la création d emplois et, d une manière plus générale, représentent un facteur de

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr L ANALYSE FINANCIERE : éléments de base Nous avons vu les différentes composantes du bilan et

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Le temps de la convalescence? Les recettes publicitaires des médias : -2,5% Les dépenses de communication des annonceurs : -1,6%

Le temps de la convalescence? Les recettes publicitaires des médias : -2,5% Les dépenses de communication des annonceurs : -1,6% Le temps de la convalescence? Les recettes publicitaires des médias : -2,5% Les dépenses de communication des annonceurs : -1,6% Les recettes publicitaires nettes des médias s élèvent en 2014 à 13 milliards,

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Taxe professionnelle 2 Impôt de solidarité sur la fortune 4 Editorial Le cabinet Simon Associés s agrandit et développe un pôle fiscal en accueillant Pierrick

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Jean-Pierre Nadir. Président Fondateur du site Easyvoyage.com

Jean-Pierre Nadir. Président Fondateur du site Easyvoyage.com Jean-Pierre Nadir Président Fondateur du site Easyvoyage.com Relations presse Agence Wellcom Esthel Joubert-Gaillard - Sonia El Ouardi ejg@wellcom.fr se@wellcom.fr Tél. : 01 46 34 60 60 Fax : 01 46 34

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

QCM d autoévaluation

QCM d autoévaluation QCM d autoévaluation Concernant les techniques d analyse stratégique Philippe Massol Vous devez pouvoir répondre à toutes les questions de ce QCM pour pouvoir considérer que vous êtes à l aise avec les

Plus en détail

Évaluations statistiques

Évaluations statistiques 1 / 20 Évaluations statistiques Statistiques annuelles 2010, analyses pour l'ensemble de la Suisse Informations et formulaires de demande: www.leprogrammebatiments.ch 2 / 20 18.03.2011 Centre national

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Créer une entreprise comporte une part de risque mais la reprise d une structure déjà existante également! Les risques

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Extrait du rapport d expertise SEXTANT sur les comptes de l entreprise réalisés 2011 et prévisionnels 2012 En rouge les commentaires de l équipe CFDT

Extrait du rapport d expertise SEXTANT sur les comptes de l entreprise réalisés 2011 et prévisionnels 2012 En rouge les commentaires de l équipe CFDT Le Groupe Amadeus : En 2011 et 2012, la reprise du trafic aérien entrevue en 2010 se confirme tout particulièrement au Moyen-Orient et en Amérique latine Le modèle économique du Groupe Amadeus et son positionnement

Plus en détail