Drémil-Lafage La vie communale BILAN À MI-MANDAT 2008>2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Drémil-Lafage La vie communale BILAN À MI-MANDAT 2008>2011"

Transcription

1 Drémil-Lafage La vie communale BILAN À MI-MANDAT 2008>2011 n 4 - décembre

2 La Vie vie municipale COMMUNALE Hommage à Jacques BODET Jacques Bodet, conseiller municipal, délégué à l urbanisme, s est éteint le 3 septembre En 1976, il vint s installer avec sa famille à Drémil-Lafage. Il s impliqua, dès son arrivée, dans la vie associative, notamment en 1993 dans le club de football. Elu conseiller municipal en 2008, délégué à l urbanisme, durant ses trois années de mandat, son souci a toujours été de servir la collectivité. Avec Thomas Costanzo, ils formaient une équipe solide et efficace pour contrôler les réalisations et les réfections des différents bâtiments communaux. Très apprécié pour sa droiture, sa gentillesse, son amabilité constante et sa disponibilité. Jacques Bodet laissera une empreinte au sein du conseil municipal et au sein des Drémiloises et des Drémilois. Nous lui rendons hommage pour son dévouement. Ida RUSSO, Maire de Drémil-Lafage Sommaire La Vie communale n 4 Décembre 2011 Bulletin d informations municipales réalisé à l initiative de la Mairie de Drémil-Lafage. Siège social : Mairie de Drémil-Lafage 1 allée de l église - Tél. : Fax : Directeur de la publication : Ida RUSSO Responsable de la Communication : Jean-Paul COUSI Maire-Adjoint Photographies : J.-P. Cousi, P. Jaureguibert, Ph. Pastre, Phovoir. Reproduction des photos interdite Réalisation : Studio Pastre, Toulouse Editorial 3 Se déplacer en toute sécurité dans le département 4 BILAN MI-MANDAT Finances 5 Urbanisme 8 Bâtiments communaux 8 Voieries 10 Affaires sociales 11 Vie associative, sports, loisirs 13 Fêtes et animations 14 Affaires scolaires 15 Bibliothèque municipale 17 Perspectives 18 VIE COMMUNALE Le passage de la redevance (REOM) à la taxe d enlèvement des ordures ménagères(teom) 19 La taxe spéciale d équipement 19 Les conséquences de la réforme de la Taxe Professionnelle (TP) sur la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) 20 Informations «Sécheresse» 22 Politique Educative Locale 23 Affaires scolaires 24 La vie du village 25 La vie des associations 26 Etat civil 27

3 Éditorial Chers Drémiloises et Drémilois, Depuis trois ans j ai l honneur d exercer les fonctions de premier magistrat de notre village. Avec mon équipe élue sur la liste «ECOUTER, RASSEMBLER, AGIR» nous accomplissons chaque jour les actions du programme que vous avez majoritairement approuvé. Ce programme repose sur des valeurs républicaines et progressistes de liberté, de fraternité, de solidarité, de justice sociale, du droit à la tranquillité publique et du devoir de citoyen. Notre action se veut à la hauteur de ces ambitions. C est pourquoi l année 2011 est au carrefour de notre mandature municipale , donc, un moment propice à l analyse des réalisations et des résultats des trois premières années. C est aussi le moment de la préparation de la seconde partie du mandat, car nous sommes tous, nous les élus de cette municipalité, investis d une mission, celle d organiser la vie locale, de gérer les structures qui correspondent à vos besoins et de respecter les objectifs permettant d assurer l avenir de l institution dont nous avons en charge la gestion. Cette mission, nous devons l assurer en toute transparence. C est dans cet esprit que j ai souhaité vous présenter le bilan de nos actions à la tête de la Commune. Être maire, adjoint, conseiller municipal, c est avoir la charge d un mandat de six ans. Cela ne veut pas dire pour autant qu il s agit simplement de définir une stratégie à court terme, faite de promesses plus ou moins réalistes. Être élu d une commune c est avoir le courage de privilégier, avant tout, l avenir, de toujours trancher en faveur de l intérêt général, en prenant le temps d écouter, d observer et d expliquer. Ces exigences, nous tentons de les faire nôtres au quotidien. Il suffit pour s en convaincre de parcourir les pages de ce bulletin qui retracent trois ans d actions au service de vous tous, et qui fixent les axes de travail pour les trois années à venir. La première partie du mandat fut celle de mettre en place une politique sociale : abattement de 10 % sur la taxe d habitation pour les personnes handicapées, accès pour tous les jeunes aux sports et à la culture, aides aux personnes en difficultés. Mais notre action durant ces trois années ne s est pas limitée qu à cela. Il y a aussi et notamment la réalisation : de l aire de jeux pour les enfants de 3 à 8 ans, du terrain multisports pour les enfants de 8 à 12 ans, du boulodrome pour tous et notamment pour les jeunes d autrefois, de deux courts de tennis, couvert et non couvert, du club House etc l extension du parking. Et que dire de cette robe seyante dont s est parée notre commune par cette allée de l église, fleuron altier, qui a lâché ses arbres à l école élémentaire André Duperrin, pour revêtir une parure multicolore de fleurs. Cette robe a donné aux villageois la joie de circuler sans danger, de marcher sans souci, et de réapproprier la raison d être des commerces qui ont retrouvé pignon sur rue. Toutes ces actions ont été réalisées dans le souci d une stabilité fiscale du taux communal. L engagement nous semble aujourd hui parfaitement rempli et la promesse électorale tenue. La seconde partie de ce mandat sera consacrée au rayonnement de Drémil-Lafage car il s agit bien de construire ensemble la commune dans laquelle nous voulons vivre et d imaginer aujourd hui ce qu elle sera demain. C est l ambition que l équipe municipale et moi-même souhaitons vous faire partager. Vous trouverez dans ces pages les symboles concrets de cette ambition au travers de quelques réalisations. Mais je souhaite aussi un peu de place aux bonnes surprises. Nous ne manquons pas de projets pour notre commune. La concrétisation de certains d entre eux dépendra du contexte financier et économique international et institutionnel. Je vous souhaite une bonne lecture de ce bilan demi-mandat et je reste à votre disposition avec l équipe municipale pour construire avec vous le Drémil-Lafage de demain. Nous profitons de cette occasion pour vous souhaiter de bonnes fêtes de Noël et de fin d année. Nous vous présentons d ores et déjà nos meilleurs vœux pour l année 2012, qu elle soit, pour vous toutes et tous, une année solidaire et prospère. Ida RUSSO Maire de Drémil-Lafage 3

4 Se déplacer en toute sécurité dans le département La Haute-Garonne, avec km de routes et plus de 2000 ouvrages d art, gère un des plus gros réseaux routiers français. Permettre aux usagers de se déplacer en toute sécurité est une des préoccupations premières du Conseil Général. Il assure la maîtrise d ouvrage de l ensemble des travaux d investissement et d entretien du réseau départemental, il est un partenaire privilégié des mairies en subventionnant les travaux de voiries communales dans le cadre du pool routier et enfin il participe aux grands projets de l Etat sur les routes nationales, afin d assurer une meilleure circulation dans le département. Chaque année, une concertation est organisée par le Conseil Général avec les maires dans les cantons, afin de programmer les études et les travaux de voirie. Le 7 novembre dernier, nous nous sommes retrouvés à Flourens pour la réunion du canton de Toulouse 8. Ce temps d échange a permis de passer en revue les travaux en cours et à venir dans nos communes, de recenser les futurs projets. La voirie représente une part importante des budgets communaux et sans le soutien du département, il serait difficile d entretenir correctement les routes. Pour information, l année dernière, euros ont été engagés par l Assemblée Départementale sur notre territoire. Cette tribune du mois de décembre me donne l occasion de vous souhaiter, ainsi qu à vos proches, une très belle année Alain Fillola, Conseiller Général du canton de Toulouse 8 4

5 BILAN MI-MANDAT Finances Dans les Brèves de juin 2011, le spécial Finances vous a présenté le Compte Administratif 2010 détaillé ainsi que le Budget Prévisionnel Dans ce numéro, vous trouverez l évolution des résultats Compte Administratif en euros : SECTION DE FONCTIONNEMENT dépenses réelles : , , ,92 - recettes , , ,56 - excédent , , ,64 SECTION D INVESTISSEMENT - dépenses , , ,02 - recettes ( ,39 déficit antérieur de ,82) , ,33 soit ,57 excédent/déficit , , ,94 Il nous a paru opportun à mi-mandat de mesurer le positionnement de Drémil-Lafage par rapport aux autres communes au niveau des strates départementales et nationales. Cette étude a été entreprise dès la parution des résultats nationaux et départementaux 2010 durant l été Elle fait référence à des moyennes départementales pour les communes de 2000 à 3499 habitants. Les données proviennent des comptes de gestion 2008, 2009, Constats de cette étude Au 31/12/2010 Drémil-Lafage se trouve dans une situation financière très saine. Tous les indicateurs sont positifs. Les dépenses de fonctionnement sont parfaitement maîtrisées, elles permettent de disposer d une solide capacité d autofinancement ; pour financer le remboursement de la dette ainsi que la quasi-totalité de ces investissements. Aucun recours d emprunt n a été nécessaire et la collectivité a pu abonder annuellement son fonds de roulement entre 2008 et 2010 ; ce qui permet de financer hors emprunt, les dépenses d équipement de Le niveau d emprunt est raisonnable, il laisse une marge de manœuvre réelle à la commune de poursuivre sa politique d investissement. 5

6 BILAN MI-MANDAT : FINANCES I - Formation de l autofinancement L étude des charges et des produits de fonctionnement détermine comment la commune a dégagé un excédent. A) Les charges réelles diminuent de 0,3 % en 2010 Charges réelles 605 /h contre 802 /h pour les autres communes. Charges de personnel 297 /h contre 403 /h pour les autres communes Les subventions et participations diminuent de 0,2% par rapport à Les charges financières diminuent tout au long de la période. Les autres charges réelles augmentent de 3,85 % en 2010, malgré la diminution importantes des achats et variation de stocks. La hausse est due principalement aux autres charges externes ÉVOLUTION DES CHARGES RÉELLES Charges de personnel Charges financières Contingents, participations, subventions Autres charges réelles B) Les produits réels de fonctionnement progressent de 6% ils représentent 764 /habitant contre 941 /h pour la moyenne départementale les ressources fiscales représentent 56% de l ensemble des ressources, constituées essentiellement par les impôts locaux, 434 /h contre 537 /h moyenne départementale la Dotation Globale de Fonctionnement et les autres dotations progressent de 15,5 % en 2010 après une diminution en 2009 de 4,5%. Cette variation s explique en partie par le caractère variable des versements de la C.A.F. les autres produits réels diminuent en 2010 de 4,4%, baisse régulière depuis 2010 et concerne principalement les produits de l activité périscolaire. C) Capacité d autofinancement en hausse Elle représente en 2010, euros, soit 159 /h pour une moyenne de la strate à 140 /h, et correspond à 20,79 % de l ensemble des produits réels. II - L Investissement A - Le financement disponible Il représente le total des ressources (hors emprunt) dont dispose la collectivité pour investir après avoir payé ses charges et remboursé ses dettes. Le financement disponible de la commune pour 2010 s élève à B) Dépenses d équipement En 2010, 42,8 % des dépenses d équipement concernent les travaux sur le réseau d assainissement pluvial et la construction des nouveaux tennis. C) Le financement des investissements En 2010, le montant du financement disponible permet d abonder le fonds de roulement à hauteur de En 2011, sont prévus pour finaliser le programme de la construction des nouveaux tennis, et pour la réfection des toitures des locaux communaux. 6

7 FORMATION DU FINANCEMENT DISPONIBLE Emplois 08 Ressources 08 Emplois 09 Ressources 09 Emplois 10 Ressources 10 Remboursement de dettes Financement disponible CAF Autres ressources III Equilibre du bilan La mesure de l équilibre financier de la commune s effectue à travers : du fonds de roulement, du besoin en fonds de roulement et de la trésorerie. le fonds de roulement FDR soit : Le besoin en fonds de roulement (BFR) soit : Ce BFR négatif s apparente à une ressource, il est constitué pour près du tiers ( ) par les excédents issus des budgets annexes (principalement l assainissement) mais également par les dettes pour La trésorerie Elle apparaît comme la différence entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement. Trésorerie = , elle correspond à environ 10,8 mois de charges de fonctionnement. IV - Marges de manœuvre A ) Fiscalité directe locale 40,9 % taxe d habitation (TH) 30,4 % taxe foncière sur les propriétés bâties ( TFB) 2,7 % taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFNB) 26 % compensation relais (suppression de la taxe professionnelle) TH 1023 /h contre 1130 /h moyenne départementale TFB 664 /h contre 861 /h moyenne départementale TNBF 14 /h contre 17 /H moyenne départementale STRUCTURE DES PRODUITS DE LA FISCALITÉ EN 2010 TFNB 2,7% TFB 2,7 % TH 40,9 % Compensation relais 26 % Le coefficient de mobilisation du potentiel fiscal en Pour la commune 0,95, pour la moyenne départementale 0,95 ; régionale, 0,91 ; nationale 0,88. Ce coefficient était pour la commune en 2008, de 0,97. B) Analyse de l endettement L encours de la dette au 31/12/2010, est de : , soit 405 /h contre 873 /h pour les communes de la même strate départementale. Toutes ces données ont été contrôlées par la Direction des Finances Publiques. Jean-Paul Cousi Adjoint au maire Commission «Finances» 7

8 BILAN MI-MANDAT : URBANISME Lors de notre prise de fonction, nous n avons pas pu procéder à la révision du Plan Local d Urbanisme, comme nous l avions annoncé dans notre programme, en raison d une action pendante auprès du Tribunal Administratif de Toulouse. Il a donc fallu attendre que le procès ait eu lieu. Dès 2010 une modification simplifiée du Plan local d Urbanisme a été immédiatement engagée pour pouvoir sortir les deux lotissements à savoir : La Bourdette II et les Jardins de Pélenquin. Les deux permis d aménager sont aujourd hui en cours d instruction. Les travaux de construction de la Résidence Isatis à caractère social démarreront au premier trimestre Année 2012 Positionnement de la Commune auprès de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse pour une modification simplifiée du PLU concernant la zone AUO, et en même temps, nous identifierons les gîtes ruraux. Année 2013 Positionnement de la Commune auprès de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse pour une révision simplifiée du PLU. Dans un contexte difficile, il y a eu quelques réalisations qui font partie intégrante de l urbanisation : la construction des tennis, du terrain multi sports, de l aire de jeux, du boulodrome, de l extension du parking, la rénovation de tous les bâtiments communaux. Ces projets concrétisés contribuent au développement de la commune, ils permettent aussi de proposer de nombreux services et de multiples activités à tous les Drémilois. Ida Russo Maire de Drémil-Lafage BILAN MI-MANDAT : BÂTIMENTS COMMUNAUX 8 La commune possède 15 bâtiments qui doivent, pour remplir correctement leurs missions, faire l objet d un suivi attentif par des entretiens réguliers importants et de nombreuses visites de sécurité telles que les vérifications annuelles électriques, gaz, ventilation, climatisation, alarme incendie, bloc d éclairage de sécurité, désenfumage, extincteurs Ce suivi réalisé avec le service technique détermine les réparations à effectuer ou peut conduire à la mise en route de grands travaux. La commission s assure que les différents contrats sont bien renouvelés. Ces travaux sont financés par la Commune avec l aide de subventions de l Etat et notamment du Conseil Général de la haute Garonne qui développe des actions en direction du patrimoine public des communes. Voici les principaux chantiers : Mairie 2008/2011 Matériel Informatique 2008 Réfection des peintures et remplacement des faux plafonds 2009/2010 Site Internet 2009 Création d un placard dédié au serveur, coffret électrique Place du marché, bancs, système de sonorisation portable 2010 Remplacement du standard téléphonique. Serveur 2011 Réfection par les services techniques des peintures bureaux mairie Foyer rural 2010 Réfection de l armoire électrique 2011 Réfection des peintures (réalisée par le service technique) Ecole primaire Duperrin 2008 Aménagement accessibilité handicapé spécifique 2010 Mise en conformité électrique, Mise en place d un économiseur d énergie sur le système de chauffage électrique 2011 Réfection local poubelle via assurance dommage ouvrage Alarme incendie Clae Marquage au sol (ballon prisonniers, couloir de course, aire de basket)

9 Ecole maternelle 2008 Mise en conformité sécurité 2009 Remise en état de la toiture (chenaux) Création de placards 2010 Mise en conformité électrique, remplacement placo, mise en place d un système d économie d énergie sur le chauffage électrique 2011 Rénovations des revêtements de sols et peinture Sécurisation de l Ecole suite à la pose d une clôture rigide et d un portail électrique. Tennis 2010 Réparation ancien terrain de tennis 2011 Sécurisation des abords du nouveau complexe de tennis 2011 Livraison d un complexe de tennis avec un court couvert, un court extérieur et un club house. Eglise/ Presbytère 2009 Drain périphérique presbytère et église 2009/2010 Réhabilitation des pièces à vivre 2011 Remplacement de la chaudière pesbytère Réfection partielle de la toiture de l église Jardin du souvenir 201/2011 Réhabilitation du jardin du souvenir en étroite collaboration de la section Vitrail du Foyer Rural Centre village 2009 Création d un terrain de boules Extension du parking 2009/2010 Création d un terrain multisports pour les enfants de 8 à 12 ans ainsi qu une aire de jeux pour les enfants de 3 à 8 ans. Terrain de grands jeux 2009 Réhabilitation du boulodrome, Remplacement pompe d arrosage et création de chambre à vannes pour arrosage, pilotage système d éclairage Stade annexe Réfection des portes fracturées, remplacement de l armoire Electrique, remplacements des arrosseurs, regarnissage terrain, Système de pilotage chauffage 2011 Réfection de peintures extérieures du club house pétanque (réalisée par le service technique Maison des associations Mise en conformité électrique 2011 Réhabilitation des salles de musique Salle des Fêtes 2008 Réfection du plan de travail Bar Plafond coupe-feu chaufferie 2009 Rideau coupe-feu scène, support et pose écran, 2010 Mise en conformité électrique 2011 Remplacement du système d alarme incendie, porte coupe-feu Réhabilitation de la cuisine Bibliothèque 2008 Ravalement mur extérieur 2010 Remplacement de la porte d entrée Tous bâtiments 2008/2011 Renouvellement et mise en place de divers contrats de maintenance Travaux divers 2008 Plateforme abri bus 2009 Outillage personnel technique (remorque, tondeuse, marteau perforateur,..) Aménagement voirie tranche 1 chemin de Pelinquin Réseau pluvial zone artisanale 2010 Vérification et mise en conformité bornes incendie et travaux sur voirie 2011 Achats de matériels de sports (buts foot, panneaux baskets, badminton) Les budgets alloués pour ces travaux sont les suivants : Pour 2008 : Pour 2009 : Pour 2010 : Pour 2011 : ,00 euros ,00 euros ,34 euros ,45 euros Cette liste n est sûrement pas exhaustive, mais elle permet de montrer l ensemble des efforts de la municipalité pour le maintien et le développement des infrastructures locales et aussi du patrimoine. Thierry Wittlin Adjoint au maire Commission bâtiments communaux 9

10 BILAN MI-MANDAT : VOIERIE Depuis 2008, bon nombre de chemins et routes communales ont été réhabilités tout en gérant les priorités absolues qui demeurent la sécurité et le confort de tous les usagers. Les réalisations et budgets associés ont été les suivants : Nous arrivons à plus de 3 ans de mandat et nous avons le plaisir de vous présenter le bilan des actions réalisées. Rappelons auparavant que l année 2011 a été marquée par l entrée de notre commune dans la CUGT avec quelques modifications d organisation et d attribution de budget qu il est bon de noter. Avant 2011, nous déléguions les opérations de voirie au SIVU de QUINT. Ces interventions sont les suivantes Signalisation horizontale et verticale Balayage voirie Désherbage chimique Entretien des espaces verts Débroussaillage Petit entretien voirie ; point à temps Gros entretien voirie Opérations trottoirs Opérations d urbanisation Depuis 2011, nous déléguons à la CUGT et nous disposons d une enveloppe globale pour l ensemble des opérations citées ci-dessus. Le débroussaillage et les espaces verts sont désormais à la charge de la commune. Les budgets consacrés à la voirie avant 2011 s élevaient à environ 150 K TTC/an dont 56,25 % étaient subventionnés par le Conseil Général. Les opérations d urbanisation, les amendes de police et les programmes trottoirs étaient des opérations complémentaires. Depuis 2011, nous bénéficions d une enveloppe globale de 44 K TTC pour le budget de fonctionnement et de TTC en section d investissement pour l ensemble des travaux y compris les programmes trottoirs,les travaux d urbanisation et les amendes de police. Les subventions du Conseil Général restent identiques. Réalisations 2008 pour un montant global de euros Avenue des Millières : signalisation Chemin de MONTAURIOL Chemin d en Benoit Chemin de Périllou Chemin de Bordeneuve Chemin de Lafage Réalisations 2009 pour un montant global de euros Parking Mairie Chemin de Périllou 2 e phase Parc de jeux dans le jardin public Signalisation Parking Signalétique Révisions de prix 2008 Réalisations 2010 pour un montant global de euros Zone Artisanale Plate forme Poids lourds Impasse de Montauriol Rue des Accacias et rue des Peupliers Chemin de Chastel Impasse de Garennes En 2011, c est la rue des peupliers qui a été réalisée pour un montant de Un gros programme de reprise intégrale de chaussée pour un montant de plus de 160 K TTC est prévu sur la ZA avenue de la Mouyssaguèse. Cette réalisation est en attente d une étude sur le pluvial et l assainissement réalisée par la CUGT pour vérification de leurs normes réglementaires. Pour 2012, des opérations sont déjà retenues comme La Bourdette, les trottoirs du tennis et d autres besoins qui se définiront en cours d année pour mieux répondre aux attentes de nos concitoyens. La rénovation des trottoirs de Sauveterre est à l étude. Nous resterons très attentifs à vos demandes que nous soumettrons à la CUGT dans le plus grand respect des budgets et des priorités. Gilda Riquelque adjoint-maire Commission Voirie 10

11 BILAN MI-MANDAT : AFFAIRES SOCIALES Petite enfance-jeunesse Un effort budgétaire sans précédent consenti par la municipalité à mi-mandat. Pour rappel, le financement des structures d accueil enfance et jeunesse au sein de notre commune peut être synthétisé selon le schéma suivant : CAISSE DES ALLOCATIONS FAMILIALES de la HAUTE GARONNE CONTRAT ENFANCE JEUNESSE (1) FINANCEMENT DIRECT Subventions municipales COMMUNE DE DREMIL-LAFAGE Aide partielle à la dépense communale plafonnée Mises à disposition municipales (personnel, locaux, chauffage) CONVENTIONS (1) STRUCTURES D ACCUEIL PETITE ENFANCE ET JEUNESSE Crèche l Ile aux enfants Centre de loisirs Temps Déj (1) A renouveler Comme le schéma précédent l illustre bien, le financement des structures d accueil s appuie donc sur deux leviers : les aides versées par la CAF dans le cadre du contrat enfance jeunesse d une part et le financement sur fonds budgétaire municipal d autre part. Dans un contexte budgétaire restreint, la commune a poursuivi depuis 2008 une politique volontariste de soutien aux acteurs locaux comme en témoignent les données suivantes : 11

12 BILAN MI-MANDAT : AFFAIRES SOCIALES CONCERNANT LE SECTEUR JEUNESSE En faveur de la jeunesse, la commune a renforcé son action de soutien à l association «Temps Dèj» en charge de l accueil des jeunes de 3 à 16 ans (centre de loisirs associé aux écoles Evolution des subventions allouées à l association Temps Déj (centre de loisirs) % entre 2010 et CLAE ; centre de loisirs sans hébergement durant les vacances scolaires - CLSH). Pour preuve, la municipalité a accordé une augmentation de 17 % de sa subvention entre 2010 et Cela porte donc l effort budgétaire municipal à 48 % d augmentation depuis 2008 Les rapports Association Municipalité doivent être régis par une convention renouvelable périodiquement. Pour l heure la municipalité a proposé une convention de partenariat avec un regard plus marqué sur la politique éducative locale. L association, réservée par rapport à cette proposition, désirerait une convention plus axée sur le co-financement et sur les mises à disposition municipales (personnel, locaux.). C est en effet plus de qui sont consacrés par la municipalité (pris en charge partiellement par la CAF) à ses mises à disposition en plus de la subvention accordée. CONCERNANT LE SECTEUR ENFANCE Concernant la petite enfance, la municipalité soutient le partenariat avec l association l Ile aux enfants, structure en charge de l accueil des enfants de 0 à 3 ans soit près de + 21 % entre 2010 et Cela porte l effort budgétaire municipal à 46 % d accroissement depuis L effort accru a permis à la structure d étendre ses locaux pour un meilleur confort des usagers et des professionnelles et de pérenniser certains emplois en transformant des contrats d aide à l emploi (CAE) en contrat à durée indéterminée (CDI) Evolution des subventions allouées à l association l Ile aux enfants (crèche) + 21 % entre 2010 et 2011 En effet, depuis 2007/2008 l Association «l Île aux enfants» a amorcé une restructuration progressive de l ensemble de ses salariés, objectif principal de la politique salariale menée conjointement avec le Conseil d Administration et la Direction de la crèche. On peut ainsi noter une diminution des contrats aidés (14 en 2006) pour pérenniser des emplois qualifiés d Auxiliaire de puériculture titulaires du CAP petite enfance. À ce jour, les équipes de professionnelles sont composées de 4 contrats aidés, 15 CDI diplômées L objectif poursuivi par la structure depuis 2008 est d inverser progressivement les contrats CAE en contrats pérennes. Cet objectif sera quasiment atteint en C est grâce à la qualité du partenariat et au soutien de la municipalité, de la CAF et des gestionnaires bénévoles de l Association que la crèche aujourd hui fonctionne avec du personnel qualifié répondant ainsi à un accueil de qualité. A ce propos, la convention de partenariat Crèche municipalité a été renouvelée le 23 novembre

13 Evolution de l emploi au sein de l association l Île aux enfants Personnel 2006 Personnel 2011 Personnel 2012 CDI 43% CEC 9% CAE 48% CAE 18% CDD 17% CDI 65% CAE 21% CDI 79% Au niveau de la fréquentation, la structure «l Île aux enfants» affiche complet. Le pourcentage de fréquentation enfants extérieurs/ enfants de Drémil-Lafage diminuera de façon significative en 2012 et nette en En effet, les enfants extérieurs ne peuvent plus être accueillis depuis fin 2010/début Pour la compréhension des graphiques ci-après, il faut tenir compte du paramètre suivant : un enfant arrivé bébé en 2010 quittera la crèche l année de ces 3 ans courant En conclusion, à l horizon 2014, si la tendance se confirme et en tenant compte des projets d urbanisme de la commune, seuls les enfants drémilois pourront être accueillis au sein de la structure. Evolution de la fréquentation enfants extérieurs enfants de Drémil-Lafage au sein de l association l Île aux enfants Régime enfants 2010 Régime enfants 2011 Régime enfants 2012 Régime enfants 2013 Extérieurs 38% Extérieurs 43% Extérieurs 29% Extérieurs 29% Drémil-Lafage 62 % Drémil-Lafage 57 % Drémil-Lafage 71 % Drémil-Lafage 71 % CONCERNANT LE PARTENARIAT CAF MAIRIE DE DRÉMIL-LAFAGE Forte des constats précédents, la commune est également engagée dans le renouvellement du Contrat Enfance Jeunesse signé avec la CAF et arrivé à échéance en décembre La CAF demeure le PARTENAIRE ESSENTIEL POUR LE FINANCEMENT DES STRUCTURES LOCALES. Pour ce renouvellement un diagnostic est demandé par notre partenaire et doit être réalisé au sein de la commune avant tout nouvel engagement de la caisse des allocations familiales. Ce diagnostic repose ainsi sur «une analyse circonstanciée de la réalité sociale du territoire concerné afin de faire émerger un projet local global prioritaire, adaptée aux besoins des enfants et des jeunes, centré sur une fonction d accueil.» Cette analyse va s effectuer par un diagnostic pédagogique, financier et organisationnel des services existants en matière d accueil et de loisirs. Cette analyse permettra de déterminer les besoins du territoire en matière d équipements et de services éducatifs, et aussi, de définir les axes d amélioration et de développement de la politique éducative locale. Jean-Marc Rocacher, Adjoint-maire Affaires Sociales 13

14 BILAN MI-MANDAT : VIE ASSOCIATIVE, SPORTS, LOISIRS Nos réalisations depuis 2008 Les associations sont une richesse pour les Drémilois. Etre à l écoute, faciliter les échanges, le partage, la fraternité, la solidarité, la convivialité, la création, l émergence de nouveaux talents ou des activités innovantes sont des objectifs forts de notre partenariat avec les associations. Elles sont animées par des bénévoles nombreux et dynamiques qui permettent le développement de la vie associative et créent du lien social important dans notre Commune. Depuis 2008, de nouvelles associations et activités ont été créées ou relancées. Près de 40 activités sont ainsi recensées et proposées par les associations existantes dans notre Commune , c est le montant annuel des subventions directes votées au secteur associatif par la municipalité en 2011, soit une augmentation de 45,8 % par rapport à 2008 ( montant annuel attribué en 2008 aux associations). De nombreux locaux mis à disposition aux associations ont été rénovés et mis en sécurité (terrains de football, pétanque, tennis, école de musique, club des Ainés et des Jeunes du Lauragais, salle des fêtes, salle du foyer rural ). Des actions nouvelles qui s inscrivent dans le durée avec notamment : Le dispositif coupons jeunes multiactivités (prise en charge par la municipalité d une réduction sur les licences ou cotisations dont doivent s acquitter les familles lors de l inscription des jeunes Drémilois de moins de 12 ans à une association conventionnée). La brochure annuelle des associations. Le site internet de la Commune permettant à chaque association de promouvoir ses activités. Au centre du Village a été créé, en concertation avec l association locale, un second boulodrome auquel est venu s adosser en 2010 le premier terrain multiactivités (football, basket, volley ) et un terrain de jeux pour enfants. Cet espace aménagé, libre d accès au centre du Village, permet de partager en famille quelques moments de détente et de loisirs. L année 2011, a vu le déménagement des terrains de tennis avenue André Duperrin. Ainsi, la création d une salle couverte permet aux licenciés la pratique du tennis en toute saison et d accueillir, par conventionnement avec les Ecoles primaires, les enfants scolarisés deux fois par semaine. La relation avec les associations se traduit également par l organisation de nombreuses réunions extra-municipales, d un service de conseils avec le Point Information Jeunesse. Nos ambitions d ici 2014 : Favoriser le développement du tissu associatif ; Poursuite du soutien en attribuant aux associations les subventions et les moyens appropriés (logistique, communication ) ; Faciliter les relations et la concertation entre le monde associatif et les Elus. BILAN MI-MANDAT : FÊTE ET ANIMATIONS Tout au long de l année, la Commission animation se mobilise et encourage le Comité des Fêtes et les associations Drémiloises pour les fêtes et animations organisées dans notre Commune. Développer les animations existantes en diversifiant le programme des activités proposé notamment lors de la journée du carrefour annuel des associations. Ce rendez-vous annuel permet de valoriser les associations mais vise aussi à susciter l intérêt des Drémilois à rencontrer les acteurs du monde associatif, découvrir des animations, expositions ou participer à un moment festif. Sport, culture, loisirs, éducation, jeunesse, aide à la personne, solidarité, découverte, cadre de vie un très large choix d activités au sujet desquelles les Drémiloises et Drémilois peuvent se renseigner. Le programme de la manifestation était complété cette année par diverses expositions de l Amicale et du Musée AIR France, la section Philatélie et la section Peintres du Foyer Rural, une main tendue vers la Colombie, le Club des Jeunes d Autrefois, le Point Information Jeunesse L association des artisans, commerçants, entreprises de la zone artisanale (AZAD), qui participe chaque année au Carrefour des asso- 14

15 ciations, a souhaité mettre en valeur quelques entreprises locales en organisant un mini salon des entreprises faisant partie de la vie économique du Village. Cet événement a aussi été l occasion d associer le côté festif, en proposant aux enfants une animation gratuite et des jeux offerts par le Comité des Fêtes. Dans un esprit convivial et de partage, cette journée se clôture avec la tombola et le verre de l amitié qui a été offert cette année par l AZAD. Depuis 2008, le marché de l avent conserve une attractivité, en proposant au public des étals diversifiés dans une salle comble, et en partenariat avec le comité des fêtes des animations, jeux gratuits, sans oublier le goûter offert aux enfants. Pour la seconde année, la municipalité est heureuse d organiser le spectacle de Noël et d y accueillir les enfants de 3 à 10 ans. Conformément à ses engagements, la municipalité soutient les manifestations des associations patriotiques, en incitant la population et les jeunes à y participer. En mars 2010, la Commune a eu le plaisir d accueillir l Association Départementale des Combattants Prisonniers de Guerre (CPG- CATM) avec l organisation du Congrès Annuel. Fin 2010, s est déroulé une exposition sur les événements marquants de la guerre Les enfants de l école élémentaire ont été associés à cette exposition. Au travers d événements culturels et festifs, la commission a souhaité rapprocher les Drémilois en créant depuis 2008 un marché saisonnier nocturne qui a lieu annuellement le mercredi soir, veille de l Ascension. Dans une ambiance de fête, les visiteurs apprécient de flâner d un stand à l autre avant de s attabler pour déguster une assiette de moules frites, charcuterie, pizzas, crêpes. C est dans cet esprit que la commission a souhaité s inscrire annuellement à la fête de la musique, rendez-vous musical incontournable du 21 juin. Cet événement permet aux associations locales, groupes et musiciens amateurs de jouer en public, en proposant leurs concerts gratuits. L année 2011, aura été également l occasion d enrichir la programmation culturelle via des soirées à thèmes avec «Ciné-Guinguette» organisée sous l égide de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse, trois concerts musicaux sous l égide de l association Wack Label Production, un concert chorale en partenariat avec les Choeurs de l Ecole de musique de Drémil-Lafage et la Maîtrise de la Cathédrale de Toulouse. Nos ambitions d ici 2014 : Valoriser la Commune à travers divers événements culturels, Poursuivre et développer la collaboration entre la Municipalité, le Comité des Fêtes et les Associations. Bruno Vermersch Adjoint au Maire Commission animation, fêtes, sports, vie associative BILAN MI-MANDAT CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Dans le cadre du Centre Communal d Action Sociale, les actions suivantes ont été réalisées. Renouvellement du traditionnel apéritif dînatoire des Jeunes d autrefois. Doublement de la subvention qui était initialement de à Cette dernière, maintenue depuis. Amélioration du partenariat pour personnes en difficulté avec les structures existantes des services d aide à la personne (morale, matérielle et financière). Renforcement du rôle social du C.C.A.S. par le suivi des familles et personnes en difficulté. Mise en place d une distribution d un colis de Noël pour les foyers et les personnes seules à faibles ressources. Instauration d une aide au permis de conduire pour les jeunes en difficulté, pour leur permettre de trouver un emploi. Mise en place d une permanence bi-mensuelle d Avocats qui se tiendra le samedi matin de 9 h à 12 h dans le local du C.C.A.S. Ces consultations sont gratuites et réservées à tous les Drémilois et Drémiloises. Nous souhaitons développer d autres actions pour être encore plus proches des préoccupations et des problèmes des Drémilois. Isabelle Noirault Vice-Présidente du C.C.A.S. 15

16 BILAN MI-MANDAT : AFFAIRES SCOLAIRES Depuis 2008, l effort de la municipalité envers les écoles a été multiple. Concernant l investissement, voici les acquisitions faites pour les 2 écoles : Ecrans plats pour la salle informatique de l école élémentaire Un ordinateur et une imprimante pour le bureau de la directrice de l école maternelle, Un ordinateur portable et des clés Usb pour les enseignants de l école élèmentaire, L aménagement de la bibliothèque de l école élémentaire a été finalisé, Mobilier scolaire, Matériel de sport. De 2008 à 2011, ces investissements représentent : Des aménagements ont également été réalisés par la commission batiments communaux : Traçages dans la cour de l école élémentaire, Pose de panneaux de basket dans la même cour, Plantation de nouveaux arbres à l école élémentaire, Pose d un nouveau revêtement de sol à l école maternelle, Sécurisation de l école maternelle par la pose d un portail et d un grillage. Le fonctionnement des écoles reste également une priorité pour les membres de la municipalité. On peut noter les actions suivantes : Le transport des enfants de l école élémentaire pour aller à la piscine a été financé par la municipalité (1 500 pour l année 2011). Afin d aider les parents en cas de mouvement social, un Service Minimum d Accueil (le SMA) a été mis en place dès 2008 pour garantir un accueil des enfants durant le temps scolaire en l absence de leur professeur. L introduction de produits BIO dans les menus des restaurants scolaires est effective depuis la rentrée La municipalité a également mis en place le règlement des factures de cantine par prélévement automatique. Il y a désormais 76 familles qui y ont adhéré (sur 157 familles concernées). Les écoliers de Drémil-Lafage pourront très prochainement utiliser les cours de tennis 2 fois par semaine grâce à une convention signée entre le Tennis Club Drémilois (TCD), l école et la Mairie. Une convention de partenariat avec la Cité de l espace a été signée en mars 2011 afin d accueillir tous les éléves de CM2 à des tarifs préférentiels. Ces visites et le transport sont à la charge de la commune. En chiffres, le budget de fonctionnement (subventions par élèves, cooopératives, achats de fournitures) pour les 2 écoles de la commune a représenté : De 2008 à 2011, le budget de foncfionnement représente : Béatrice Jean, Adjointe en charges des affaires scolaires 16

17 BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE 2008 à 2011 : un bilan encourageant La bibliothèque fonctionne grâce au budget alloué par la municipalité. Ce budget inclut la participation des communes partenaires et les cotisations des lecteurs extérieurs. Le budget alloué assure d année en année le renouvellement des collections qui composent les fonds adultes et jeunesse. Chaque année, le budget est maitrisé et calculé en fonction des améliorations technologiques à apporter et en fonction de l achat de matériels ou de mobilier à renouveler Fonctionnement / Nombre de livres acquis Adultes Jeunesse Investissement Matériel 2 ordinateurs Couvre-livres Achat de Mobilier 1 Bac BD 2 Bacs BD Logiciel Licence + Opac Bâtiment Porte d entrée Lecteurs / Emprunts Nombre de lecteurs NC Nombre de livres prêtés NC Fonctionnement et investissement 2008 à 2011 * Postes Livres 5 202, , , ,00 papeterie 600,00 600,00 670,00 470,00 petit matériel 412,00 300,00 330,00 100,00 Adhésion Club Atalante 32,00 32,00 32,00 32,00 Maintenance logicielle 260,00 260,00 260,00 598,00 Total fonctionnement 6 246, , , ,00 Investissement mobilier 526, ,00 Bacs BD Travaux Porte vitrée 2 400,00 Matériel Informatique 1 420,00 Logiciel Paprika+ catalogue 3 811,00 en ligne Machine couvre-livres 482,00 Total investissement 1 946, , , ,00 Fonctionnement et investissement Recettes : Lecteurs hors commune et partenariat 8 192, , , ,00 624,30 656,00 942,00 17

18 BILAN MI-MANDAT Perspectives par rapport à nos engagements I - Développement du tourisme rural : 1. Création de gîtes ruraux, visites d exploitations 2. Etude des liaisons piétonnières entre certains lotissements et le centre du village en concertation avec la Communauté Urbaine du Grand Toulouse. II Service à la personne 1. Maintien des services publics, Poste, installation d un distributeur de billets. III Animation Jeunesse : 1. Associer les Jeunes à la création de nouveaux projets répondant à leurs besoins et à leurs souhaits. 2. Intensifier les actions de prévention. 3. Journées NATURE ET DECOUVERTE en participation avec le FOYER RURAL. IV Nouvel élan à l économie 1. Apport d une dynamique au centre village par la venue de nouveaux commerces et de nouvelles activités. Nous ferons tout pour que Drémil-Lafage continue à être un village dynamique, accueillant, où il fait bon vivre. Ida Russo, Maire de Drémil-Lafage 18

19 Informations FISCALES Le passage de la redevance (REOM) à la taxe d enlèvement des ordures ménagères(teom) Jusqu à l année dernière, le financement du service d enlèvement et de traitement des ordures ménagères était assuré par une REDEVANCE, en fonction du service rendu. Vous receviez de la part du SMICTON DE LAURAGAIS, deux fois par an, la facture correspondant au montant de la redevance multiplié par le nombre de personne au foyer, (environ 100 euros par personne en 2010). Soit par exemple, pour un couple avec 3 enfants : 100 x 5 = 500 par an. L entrée de la commune dans la Communauté urbaine du Grand Toulouse (CUGT) au 1 er janvier 2011 entraîne un certain nombre de changements en matière fiscale. Un de ces changements majeurs est le remplacement de la redevance d enlèvement des ordures ménagères (REOM) par la texte d enlèvement des ordures ménagères (TEOM). Qu est-ce que la taxe? La Taxe d Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM) est une imposition additionnée à la Taxe foncière (elle est donc sur votre feuille d impôt foncier de Paiement au 15 octobre de l année). Qui la paye? La TEOM porte sur l ensemble des propriétés passibles de la taxe foncière sur les propriétés bâties. C est le propriétaire au 1 er janvier de l année d imposition qui est redevable de la taxe. La TEOM est une charge qui peut être récupérée et remboursée par le locataire. Comment est-elle calculée? Elle est calculée en fonction de la surface bâtie de l habitation concernée. Elle se fonde sur la valeur locative de la propriété, appelée aussi base fiscale (mise à jour chaque année par les services fiscaux) et sur le taux d enlèvement des ordures ménagères de la Commune, voté par le grand Toulouse. (Base fiscale de votre taxe foncière (valeur locative brute) x le taux de 14,40 % = Cotisation TEOM Exemple Pour une villa type F5 d environ 115 m 2 Base 2076 Taux TEOM sur la Commune : 14,40 % Montant de la TEOM 2076 x 14,40 % = 298,94 par an. Ida Russo, Maire de Drémil-Lafage La taxe spéciale d équipement Le 24 mars 2011, les élus de l Etablissement Public Foncier Local (EPFL) du Grand Toulouse ont voté l instauration de la Taxe Spéciale d Equipement (TSE). La mise en place de cette taxe, qui reste très limitée dans son montant, n est pas directement liée à l intégration de la Commune de Drémil-Lafage à la Communauté Urbaine. Notre entrée au Grand Toulouse s effectue en effet à fiscalité constante, c est-à-dire sans augmentation d impôts locaux, comme je m y étais engagée auprès de vous. L instauration de la TSE est en fait le fruit d une réflexion récente et partagée par les 37 Maires de la Communauté Urbaine. L Etablissement Public Foncier Local mis en place en 2007, est aujourd hui l outil d action foncière de la Communauté Urbaine et de ses Communes membres. Son intervention sur le marché foncier nous permettra de peser nettement et durablement sur le prix des biens immobiliers qui, comme vous le savez, subissent les effets négatifs de comportements spéculatifs et d un fort accroissement de la demande. Demain, grâce à l action de L EPFL, vous aurez accès plus facilement à des terrains et des logements à des prix abordables. L offre de logements sociaux sera accrue et diversifiée pour mieux répondre à vos besoins. Nous pourrons également 19

20 Informations FISCALES accueillir dans des conditions beaucoup plus favorables les entreprises et les artisans qui souhaitent s installer et se développer sur notre territoire. Le produit de la TSE doit être utilisé en totalité pour l acquisition de fonciers. Chaque Commune pourra ainsi mener une politique foncière volontariste et utile au travers notamment d opérations de renouvellement urbain et la réalisation de ZAC à vocation économique ou d habitat. Ainsi à Drémil-Lafage, nous pourrons utiliser les capacités financières de portage foncier de l EPFL en cas de nécessité. Enfin, je vous indique que le montant prélevé sera d un montant inférieur à 20 euros par foyer fiscal. Le produit global ne subira pas de hausse à l avenir, car il est strictement plafonné par la loi. Les conséquences de la réforme de la Taxe Professionnelle (TP) sur la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) Quel est l objet de la réforme de la taxe professionnelle? Depuis le 1 er janvier 2010, la Taxe Professionnelle (TP) est remplacée par la Contribution Economique Territoriale (CET), composée elle-même de deux cotisations : la CVAE : la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises. Elle est égale à 1,5 % de la valeur ajoutée produite par l entreprise au cours de l année au titre de laquelle l imposition est due. Son taux est fixé au plan national. Les entreprises réalisant un chiffre d affaires inférieur à en sont exonérées. Les entreprises dont le chiffre d affaires est situé entre et bénéficient d un dégrèvement total. la CFE : la Cotisation Foncière des Entreprises est calculée sur la valeur locative des biens immobiliers passibles de la taxe foncière utilisés par l entreprise pour les besoins de son activité. Le taux, fixé par le Conseil de Communauté du Grand Toulouse, est de 32,90 % en Qu elles sont les conséquences de la réforme de la TP? La réforme de la TP élaborée par l Etat a de multiples conséquences au plan local : La perte de pouvoir sur les taux : Les impôts locaux à taux local (CFE, Taxe d Habitation, taxe sur le Foncier Bâti et Foncier Non Bâti) baissent de 22 % dans le budget du Grand Toulouse. Ainsi, en 2011, la part des impôts pour lesquels le Conseil de Communauté dispose encore de pouvoir fiscal représente 75 % des impôts. Les pertes de produit de TP sont compensées par des dotations non assurées dans le temps. En 2012, les dotations de neutralisation de la réforme (FNGIR et la DRCTP) seraient maintenues mais il reste des risques importants de diminution, dans un contexte où les autres dotations de l Etat (dont la dotation de compensation de la suppression de la part salaire de la TP) sont en baisse. La perte de dynamisme des recettes : pour calculer les dotations de neutralisation de la réforme, l État a évalué la différence entre le produit qui a été perçu en 2010 avant application de la réforme de la TP et le produit qui aurait été perçu après la réforme. En conséquence, la recette de la fiscalité des entreprises a été figée à son niveau de 2010, alors que le produit de TP a progressé en moyenne de 6,8 % entre 2005 et 2008 au Grand Toulouse. Le transfert de produit fiscal des entreprises vers les ménages : La réforme a modifié l équilibre entre imposition ménages et l imposition entreprises. En effet, la fiscalité professionnelle, qui représentait 65 % des recettes fiscales du Grand Toulouse en 2010, n en représente plus que 46 % en Quant à la fiscalité ménage, elle représentait 35 % en 2010, contre 54 % en

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016 Budget 2016 Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier Contact Presse Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01

Plus en détail

LA GAZETTE BASTIDOISE

LA GAZETTE BASTIDOISE LA GAZETTE BASTIDOISE JUILLET 2009-1 - Réunion publique du vendredi 13 février 2009 Après les votes des comptes administratifs et des comptes de gestion, avant la préparation du budget primitif 2009, une

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATIONS SIROS

BULLETIN D INFORMATIONS SIROS BULLETIN D INFORMATIONS SIROS Numéro de septembre 2014. NOUS CONTACTER Commune de Siros 20 Rue Carrerasse 64230 SIROS Tel : 05 59 68 66 05 Fax : 05 59 68 72 80 Courriel : mairie.siros@wanadoo.fr www.siros.fr

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants 2010 année de l éducation. Cette thématique, définie comme prioritaire par la municipalité, a permis de mettre en œuvre des outils novateurs au service

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS ABATTEMENTS Sommes forfaitaires qui, appliquées à la valeur locative brute d un bien, permettent de la faire baisser et donc de faire diminuer le montant de l impôt ;

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI le 9 avril 2010 LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI Le présent document a pour objet de proposer les aménagements nécessaires

Plus en détail

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE Une maîtrise des dépenses de fonctionnement : -7% - 17% sur les charges générales (consommation d énergie, consommables, prestations

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

T a r. i f s. N o u v e a u x. i c i p a u x

T a r. i f s. N o u v e a u x. i c i p a u x N o u v e a u x T a r i f s M u n i c i p a u x E D I T O municipaux liés à l enfance et à la jeunesse. Le Conseil municipal a décidé d harmoniser les tarifs des services Le nouveau dispositif, applicable

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail

Le budget, c est combien? C est quoi?

Le budget, c est combien? C est quoi? Le budget, c est combien? C est quoi? Pourquoi cette plaquette? Parce que l équipe municipale prélève et gère, dans la recherche de l intérêt commun, une partie de vos ressources, nous sommes comptables

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay -

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Juin 2014 Sommaire : Introduction 1. Première marge de manœuvre = la fiscalité 2. Deuxième marge de manœuvre = l épargne 3. Troisième

Plus en détail

Votre association a-t-elle déjà adressé une demande de subvention à la Mairie de Figeac?

Votre association a-t-elle déjà adressé une demande de subvention à la Mairie de Figeac? Nom de l association : Adresse : Votre association a-t-elle déjà adressé une demande de subvention à la Mairie de Figeac? Oui Non Votre association a-t-elle déjà reçu une subvention de la Mairie de Figeac?

Plus en détail

CENTRE UNIVERSITAIRE DE TARN-ET-GARONNE

CENTRE UNIVERSITAIRE DE TARN-ET-GARONNE CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE 3 ème RÉUNION DE 2011 Séance du 21 avril 2011 CG 11/3 è me /BP-III- 16 CENTRE UNIVERSITAIRE DE TARN-ET-GARONNE A

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1 Eco-Fiche Avril 2011 LA FISCALITE LOCALE 1 La fiscalité locale constitue la catégorie de ressources des collectivités territoriales la plus significative. Souvent jugée inégale, injuste ou encore complexe,

Plus en détail

RAPPORT A LA COMMISSION PERMANENTE. Séance du vendredi 1 juillet 2011

RAPPORT A LA COMMISSION PERMANENTE. Séance du vendredi 1 juillet 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉPARTEMENT DES YVELINES Direction Générale des Services du Département Direction du Développement Coopération internationale 2011-CP-3757 Affaire suivie par : Cédric LE BRIS Poste:

Plus en détail

V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL La séance ouverte à 19h00 est présidée par Madame Véronique SAUBLET SAINT MARS Conseil Municipal Séance du 15

Plus en détail

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE BUDGET 2015 LE BUDGET EN QUELQUES LIGNES Montant total des prévisions budgétaires : 1.811.915 Fonctionnement : 1.172.638 en légère hausse par rapport à 2014 (1.042.449 ), malgré

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 ECONOMIES D ENERGIE PERSONNES AGEES ENERGIES RENOUVELABLES MAINTIEN A DOMICILE ADAPTATION INSALUBRITE HANDICAP LOYERS MODERES LOCATION CHARGES

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 PRESENTATION BUDGETAIRE Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 Budget Bâtiments Industriels Dépenses Recettes CA 2009 BP 2010 CA 2009 BP 2010 Fonctionnement Investissement 147 092.35 155 692.15

Plus en détail

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES PORTEURS DE PROJETS DE GITES & CHAMBRES D HOTES

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES PORTEURS DE PROJETS DE GITES & CHAMBRES D HOTES PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES PORTEURS DE PROJETS DE GITES & CHAMBRES D HOTES Avec V o u s, le Conseil Général fait bouger les Vosges! Création Développement CONSEIL GENERAL DES VOSGES

Plus en détail

DOSSIER DE SUBVENTION 2016 Mode d emploi

DOSSIER DE SUBVENTION 2016 Mode d emploi DOSSIER DE SUBVENTION 2016 Mode d emploi 1- L instruction de vos demandes de subventions pour 2016 Pour 2016, le dossier complet, accompagné des pièces justificatives, doit être retourné avant le 15 octobre

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Ce dossier est préparé pour aider votre association à formuler une demande de subvention auprès de la ville de Saint Rémy L honoré. Il vous appartient de le compléter et

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

budget primitif 2015

budget primitif 2015 budget primitif 2015 Budget principal Budgets annexes Balance générale globalisée Budget principal 1 Section de fonctionnement RECETTES DEPENSES BUDGET PRIMITIF 2015 Produits d'exploitation Fonctionnement

Plus en détail

OPERATION DE MODERNISATION DES ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES, ET DE SERVICE

OPERATION DE MODERNISATION DES ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES, ET DE SERVICE REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE LA MOSELLE OPERATION DE MODERNISATION DES ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES, ET DE SERVICE Exercice 2015 REGLEMENT INTERIEUR Version du 01.03.2015 PREAMBULE Le présent

Plus en détail

CONSEIL GÉNÉRAL DU VAR Direction du Développement Économique, de l Enseignement Supérieur et du Tourisme

CONSEIL GÉNÉRAL DU VAR Direction du Développement Économique, de l Enseignement Supérieur et du Tourisme Dynamisation du commerce de proximité Article 1 : CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L APPEL À PROJETS Article 2 : PÉRIMÈTRE D INTERVENTION Article 3 : CANDIDATS À L APPEL A PROJETS Article 4 : CONDITIONS DE RECEVABILITÉ

Plus en détail

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Clamart au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des logements-foyers pour personnes âgées autonomes Châlons-en-Champagne

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

Session spéciale Réforme territoriale

Session spéciale Réforme territoriale Session spéciale Réforme territoriale Historique des textes relatifs à l organisation territoriale Lois Mauroy/Deferre de 1981 à 1983 Loi du 6 février 1992 relative à l administration territoriale de la

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 17 - Comité Local d Aide aux Projets Bisontins «CLAP» Aide Individuelle aux Loisirs par l Echange «A Tire d AILE» - Bilan 2014 et perspectives 2015

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

CONVOCATION DU CONSEIL MUNICIPAL

CONVOCATION DU CONSEIL MUNICIPAL CONVOCATION DU CONSEIL MUNICIPAL Le premier juillet deux mille neuf, convocation du Conseil Municipal de SAIX, adressée individuellement à chaque Conseiller, pour le neuf juillet deux mille neuf à dix-huit

Plus en détail

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis OBJECTIFS Aider les apprentis et les jeunes assimilés aux apprentis suivant une formation dans les Centres de Formation d Apprentis (CFA)

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. 85e Congrès de l Assemblée des Départements de France. «Les départements : modernité et proximité»

Discours de Marylise LEBRANCHU. 85e Congrès de l Assemblée des Départements de France. «Les départements : modernité et proximité» Discours de Marylise LEBRANCHU 85e Congrès de l Assemblée des Départements de France «Les départements : modernité et proximité» Troyes Jeudi 15 octobre 2015. Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 Résidence Le Lavoir Lormont (33) Un acteur majeur du logement social pour le Sud-Ouest SOMMAIRE Mésolia, entreprise sociale pour l habitat...2 Un acteur majeur du logement social...2

Plus en détail

J envisage de reprendre une entreprise Dossier de demande d avance

J envisage de reprendre une entreprise Dossier de demande d avance AIDE AUX TRES PETITES ENTREPRISES J envisage de reprendre une entreprise Dossier de demande d avance Vous devez déposer votre dossier avant de réaliser vos projets Comment remplir votre dossier de demande

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux VILLE D ANZIN Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce PREALABLE : Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux Règlement d attribution des aides financières directes

Plus en détail

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises > Entreprise artisanale JUBAN, serrurerie-métallerie (Champdieu) > Restaurant Mise en scène (Montbrison) > Restaurant Apicius (Montbrison)

Plus en détail

Conseil communal du 16 juin 2015

Conseil communal du 16 juin 2015 Conseil communal du 16 juin 2015 Présentation des Comptes annuels 2014 Anne MASSON Echevin des Finances et du Budget 1 x 100000 1. Présentation des résultats De tous les résultats présentés dans les documents

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I. PRESENTATION DU FAFCEA... 3 II. L ACTIVITE EN 2013... 5 FORMATION... 6 1) LE BUDGET DU FAFCEA... 6 Les dépenses de formation par secteur en 2013... 8 A.

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Démarrer son activité déco

Démarrer son activité déco Karine Mazeau Démarrer son activité déco Devis Factures Assurances Appels d offres Suivi de chantier Descriptifs 2013, Groupe Eyrolles ISBN : 978-2-212-13605-0 CHAPITRE 1 LE STATUT FISCAL Dans ce chapitre,

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT. Montant demandé : Euros

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT. Montant demandé : Euros Année 2016 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT Nom de l association : Montant demandé : Euros 1 ère demande Renouvellement Cadre réservé à la mairie Dossier reçu le : Dossier complet

Plus en détail

Présentation de la réforme de la taxe professionnelle. (Loi de finances pour 2010)

Présentation de la réforme de la taxe professionnelle. (Loi de finances pour 2010) Présentation de la réforme de la taxe professionnelle (Loi de finances pour 2010) I. Economie générale La réforme de la taxe professionnelle a pour vocation de lutter contre une source de déséquilibre

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Compte-rendu du conseil municipal du 14 décembre 2015

Compte-rendu du conseil municipal du 14 décembre 2015 Compte-rendu du conseil municipal du 14 décembre 2015 Ce compte rendu sommaire vous permet de connaître l'ensemble des décisions prises par le Conseil Municipal d Assieu. Approbation du procès-verbal de

Plus en détail

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Etaient présents : Mme Alexandre, Mr Carlotti, Mr Champagnat, Mr Guinaudeau, Mme Janssen, Mr Joubert, Mme Pascal-Baujoin, Mme Picault, Mr Pidancier,

Plus en détail

L ANCV, un outil de promotion pour les professionnels du Tourisme

L ANCV, un outil de promotion pour les professionnels du Tourisme L ANCV, un outil de promotion pour les professionnels du Tourisme Vous êtes un professionnel du tourisme et des loisirs et souhaitez accepter les Chèques-Vacances et/ou les Coupons Sport ancv? En vous

Plus en détail

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE Je fais un don à la Fondation de France / Fondation des promoteurs immobiliers de France de : 1.500 5.000 Engagement de soutien :

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. 02 23 62 22 34 Vendredi 6 mars 2015 Conseil municipal Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Sommaire > Communiqué

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Nombre de réponses par quartiers

Nombre de réponses par quartiers Quartier 10 Nombre de réponses par quartiers Quartier 16 Quartier 15 165 176 Quartier 14 94 Quartier 13 156 Quartier 12 229 Quartier 11 201 Quartier 10 252 Quartier 9 344 Quartier 8 200 Quartier 7 236

Plus en détail

édition 2015 fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo

édition 2015 fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo le collège édition 2015 en pratique fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo Édito La réussiste des collégiens est une priorité du Département. Il consacre cette année, malgré des contraintes

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

OPERATION URBAINE DE QUARTIERS REIMS. FISAC en ZUS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER N. Identification de l entreprise

OPERATION URBAINE DE QUARTIERS REIMS. FISAC en ZUS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER N. Identification de l entreprise OPERATION URBAINE DE QUARTIERS REIMS FISAC en ZUS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER N. Nature du projet : Identification de l entreprise Nom du dirigeant : Nom de l'entreprise : Adresse : Dossier

Plus en détail