Conjoncture économique et financière Nil BAYIK, Economiste Direction des fonds d épargne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conjoncture économique et financière Nil BAYIK, Economiste Direction des fonds d épargne"

Transcription

1 Conjoncture économique et financière Nil BAYIK, Economiste Direction des fonds d épargne Rencontre annuelle CDC-USH Midi-Pyrénées, Toulouse, 30 mai 2013

2 Conjoncture économique et financière 1. Conjoncture zone euro : une économie morose, sans surprise 2. Conjoncture France : la confiance des entrepreneurs est très faible 3. Inflation : situation actuelle et perspectives 4. Taux français : niveaux historiquement faibles 5. Taux du livret A : quel calibrage à long terme? 2 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

3 Le commerce mondial a soutenu de façon régulière la croissance. Cela préserve la zone euro d une récession plus sévère. 135 Exportations mondiales (volume, base 100=2009) Source CPB 0,2 Zone euro : croissance du PIB réel (%, T/T) ,2-0, , ,8-1 Zone euro France Allemagne Italie Espagne T T Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

4 Zone euro : un scénario prudent pour 2013 Scénario prudent : consensuel Les facteurs qui limitent la reprise sont, du côté de la demande intérieure : Revenus/emplois Crédits Politique budgétaire Confiance Croissance du PIB réel Prévisions de mai 2013 de la Commission Européenne (CE) 2012 Acquis 2013 à T (CE) Zone euro -0,6-0,7-0,4 Allemagne 0,7-0,3 0,4 France 0-0,3-0,1 Italie -2,1-1,5-1,3 Espagne -1,4-1,3-1,5 Portugal -3,2-2,3-2,3 4 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

5 Zone euro : faiblesse du crédit et hausse du chômage Resserrem ent des conditions de crédit Détente des conditions 5 L offre de crédit est toujours restrictive et restreinte. La demande de crédit s affaiblit également dans un contexte de faible croissance et de hausse du chômage. Après une légère baisse en 2011, le nombre de chômeurs n a cessé de progresser en zone euro. Zone Euro : conditions d'otroi des crédits (enquête BCE) Entreprises Ménages (immobilier) Ménages (consommation) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013 Zone euro : évolution du nombre de chômeurs (milliers) Niveau Différence (MM3M, éch. D.)

6 La politique budgétaire est contra-cyclique 2 1,5 1 0,5 0-0,5-1 Zone euro : effort budgétaire (variation de la balance primaire structurelle, % PIB) Commission Européenne, mai ,6 1,2 0,8 0,4 0 Zone euro : effort budgétaire en 2013; estimations CE mai (% PIB) Grèce 5,5 pts 6 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

7 Conjoncture économique et financière 1. Conjoncture zone euro : une économie morose, sans surprise 2. Conjoncture France : la confiance des entrepreneurs est très faible 3. Inflation : situation actuelle et perspectives 4. Taux français : niveaux historiquement faibles 5. Taux du livret A : quel calibrage à long terme? 7 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

8 France : les entrepreneurs français sont très pessimistes. PMI Zone euro et France Zone euro, manufacturier Zone euro, services France, manufacturier France, services France : climat général des affaires, INSEE Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

9 France : l investissement des entreprises et des ménages corrige France : investissement et enquête Investissement des entreprises (%, GA) Tendance récente de production, INSEE(éch. D.) France : investissement des ménages (%, GA) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

10 France : la consommation recule mais ne chute pas (grâce à la désépargne). France : revenu et consommation (%, GA) Revenu disponible brut réel Consommation des ménages 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0-0,2-0,4 France : croissance du revenu disponible et de l'épargne des ménages (%, T/T, nominal) -0,6 janv.-10 janv.-11 janv.-12 janv.-13 Revenu disponible brut Epargne (éch. D.) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

11 Conjoncture économique et financière 1. Conjoncture zone euro : une économie morose, sans surprise 2. Conjoncture France : la confiance des entrepreneurs est très faible 3. Inflation : situation actuelle et perspectives 4. Taux français : niveaux historiquement faibles 5. Taux du livret A : quel calibrage à long terme? 11 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

12 France : le contexte demeure celui d une inflation faible France : inflation (%, GA) Source: France : inflation (%, GA) 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0-0, Inflation totale Inflation sous-jacente 12 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

13 France : la désinflation est actuellement accentuée par des phénomènes techniques/saisonniers France : prix des services de télécommunications (%, GA) France : prix de l'énergie (%, GA) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

14 France : l inflation restera modérée dans les prochaines années L inflation restera modérée : 1. Un redémarrage lent de l économie et un écart à la production potentielle durable, 2. Les effets de «second tour» par une hausse des coûts de production (salaires, prix des matières premières) limités France : taux de chômage et inflation (%) ,5 2 1,5 1 0,5 0 France : croissance des prix sur un an (%) Taux de chômage (éch.g. inversée) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, Prix à la consommation Inflation hors éléments volatils 30 mai 2013 Prix de production

15 France : désinflation importée, perspectives La désinflation importée : de nouvelles perspectives en Europe, La hausse des salaires dans les émergents : elle est à rapporter aux gains de productivité Zone Euro : coût salarial unitaire nominal (indice 2000:100) Allemagne France Italie Espagne Portugal Irlande Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai Etats-Unis: prix des importations en provenance de Chine (sur un an, yuan)

16 Inflation : les problématiques de long terme Les risques à la long terme : 1. Le risque dû à la création monétaire : un lien empirique non évident 2. Un changement de mandat de la BCE? Exemple de la Fed 3. La raréfaction des matières premières : pourrait engendrer de l inflation, mais ne pas sous-estimer l essor des technologies vertes, les avancées technologiques, Les anticipations de long terme (des investisseurs ou des économistes) n ont d ailleurs que peu évoluées Zone euro : croissance de la masse monétaire et croissance des prix (%, GA) M3 Inflation, Rencontres HCPI CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai Etats-Unis : prime d'inflation de long terme (inflation forward, 5 ans dans 5 ans)

17 Conjoncture économique et financière 1. Conjoncture zone euro : une économie morose, sans surprise 2. Conjoncture France : la confiance des entrepreneurs est très faible 3. Inflation : situation actuelle et perspectives 4. Taux français : niveaux historiquement faibles 5. Taux du livret A : quel calibrage à long terme? 17 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

18 Des rendements monétaires durablement bas, la BCE a récemment baissé son taux directeur principal et pourrait prendre davantage de mesures non conventionnelles. Taux du marché monétaire Taux repo Eonia Euribor 3 mois 18 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

19 Taux longs français : historiquement très bas L environnement plaide pour un régime de taux d intérêt bas pour les taux sans risque : Une croissance faible, Une inflation contenue, Des taux directeurs très bas et qui vont durablement le rester, Des liquidités mondiales très abondantes. La signature France est jugée comme un «taux sans risque» France : taux des obligations à 10 ans Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai France : écart du taux à 10 ans contre Allemagne 0 01/ / / / /2013

20 Conjoncture économique et financière 1. Conjoncture zone euro : une économie morose, sans surprise 2. Conjoncture France : la confiance des entrepreneurs est très faible 3. Inflation : situation actuelle et perspectives 4. Taux français : niveaux historiquement faibles 5. Taux du livret A : quel calibrage à long terme? 20 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

21 TLA de long terme : quel calibrage? EONIA Euribor 3 mois Inflation TLA Max 4 2 Inflation :inflation hors tabac française HT HT ; Inflation HT 0,25% Quelle inflation européenne de long terme? Cf. discussion précédente Le mandat de la BCE est inscrit dans le Traité de Maastricht La BCE reste vigilante et crédible : la crise ne remet pas en cause l hypothèse d une inflation «inférieure et proche de 2%». 21 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

22 TLA de long terme : quel calibrage? EONIA Euribor 3 mois Inflation HT TLA Max ; Inflation 4 2 Quelle inflation française hors TABAC de long terme? 0,25% L écart historique entre l inflation française et l inflation zone euro est de 0,3% : Cet écart persistera tant qu il n y aura pas eu de convergence des niveaux de prix (des PIB/tête) en zone euro. HT 5 Inflation hors tabac sur un an oct-01 oct-02 oct-03 oct-04 oct-05 oct-06 oct-07 oct-08 oct-09 oct-10 oct-11 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013 Zone euro France Ecart (Zone euro-france)

23 TLA de long terme : quel calibrage? TLA EONIA Euribor 3 mois Max 4 Inflation 2 HT ; Inflation HT 0,25% Partie taux courts monétaires : Taux BCE «neutre» réel : selon la «règle d or», il est égal à la croissance potentielle du PIB nominal (=PIB réel + inflation) de la zone euro. Croissance potentielle de la zone euro : une hypothèse de 1,5% (OCDE : 1,4%) qui prend en compte des effets démographiques et l impact potentiel de la crise démarrée en Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

24 TLA de long terme : quel calibrage? TLA EONIA Euribor 3 mois Max 4 Inflation 2 HT ; Inflation HT 0,25% Taux BCE = 1,5% + 2% = 3,5% Taux EONIA : Actuellement, très inférieur au taux repo MAIS ce sont des circonstances exceptionnelles. A long terme, lorsque le marché interbancaire se sera normalisé on retrouvera : Taux Eonia = taux BCE + 5 pb = 3,56% Taux Euribor 3 mois : Les circonstances actuelles sont exceptionnelles. A long terme, la normalisation implique un retour vers des standards historiques : Taux Euribor 3 mois = taux Eonia + 6 pb = 3,61% Taux euribor 3 mois - taux eonia "3 mois" (pb) (le taux eonia 3 mois n'est disponible que depuis juillet 2005) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

25 TLA de long terme : quel calibrage? TLA EONIA Euribor 3 mois Max 4 Inflation 2 HT ; Inflation HT 0,25% Taux BCE Ecart Eonia- BCE Ecart Euribor 3M- Eonia Eonia Euribor Inflation hors tabac Calcul avant arrondi TLA de long terme 3,5% 5 pb 6 pb 3,55% 3,61% 1,7% 2,64% 2,75% 25 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

26 Annexe : Prix et hausses de taxes 5 Zone euro : inflation et taxes (%, GA) Impact théorique des taxes (diffusion totale et immédiate) Inflation totale Inflation à taux de taxation constant Source : Insee 26 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

27 Points d actualité de la Caisse des Dépôts

28 Points d actualité de la Caisse des Dépôts : Evolution des processus et du système d information des prêts sur fonds d épargne Par Marc de Dumast

29 Introduction Depuis 2010, la Caisse des Dépôts a entrepris un vaste projet de modernisation de ses processus et de son système d information dédié à l instruction des prêts sur fonds d épargne. Ce projet a pour principal objectif d apporter un meilleur service à ses clients dans un contexte de diversification et de croissance de son activité : Simplifier et accélérer l instruction et la gestion des prêts Adapter l offre de prêts en développant de nouveaux produits, en simplifiant la gamme des prêts et en améliorant sa lisibilité Assurer une communication plus fluide avec ses clients Des évolutions ont été proposées sur le processus de garanties dès juillet 2012 et d autres vont intervenir à compter de juin 2013 Chiffres clés Plus de prêts signés annuellement* et traités par notre système d information Plus de contrats actuellement en gestion Une croissance des prêts de plus de 41,2 % depuis 2008 Chiffres

30 De nouvelles pratiques proposées : un scénario simplifié La délibération de garantie s effectue sur la base des éléments contenus dans le contrat et non plus sur ceux contenus dans l accord de principe (ou lettre d offre), La CDC n exige plus la signature du contrat par le(s) garant(s). Instruction da la demande de financement émission de la lettre d offre Délibération de garantie Émission et signature des contrats Délibération de garantie Versements La mise en place de ce nouveau dispositif permet : de conduire certaines étapes de façon simultanée, de simplifier les flux de documents et d informations. 4

31 Les principales évolutions A compter de juin 2013, le déploiement du nouveau système d information, à la fois plus rapide, plus souple et plus sûr, se traduit concrètement par 4 évolutions : La simplification de notre offre de prêts La reconfiguration de nos formulaires de demande de prêt L actualisation et l harmonisation de nos documents contractuels : lettre d offre et contrat La création d un contrat «multi-prêts» 5

32 Offre de prêts et demandes de prêts L offre de prêts Regroupement des produits règlementés ayant le même agrément Regroupement de la gamme «réhabilitation» dans un seul produit Découpage des produits «PEX» en fonction de leurs caractéristiques financières Mise en place d un catalogue produits «électronique» pour une plus grande adaptabilité de l offre : Les demandes de prêt Mise en cohérence des formulaires avec la logique du nouveau système d information pour permettre un traitement plus rapide de vos demandes A terme, mise en place de formulaires électroniques de demande de prêts pour faciliter la saisie (masques de saisie dynamiques, menus déroulants, etc.) 3 modalités de révision pour tous les produits : Simple Révisabilité, Double Révisabilité, Double Révisabilité Limitée Délais optimisés de mise à disposition de produits offrant de nouvelles combinatoires de caractéristiques financières 6

33 Lettre d offre et contrat La lettre d offre Le contrat 3 évolutions majeures Durée de validité de 12 mois Date limite de validité de la cotation précisée pour les prêts basés sur les index soumis à des barèmes mensuels Tableau des caractéristiques financières plus lisible et plus complet, qui détaille notamment : la phase d amortissement les modalités de révision du taux 22 articles au lieu de 15 précédemment pour un engagement plus explicite Les informations concernant l offre sont redistribuées principalement au sein de 4 articles : Article 5 : définitions Article 9 : tableau des caractéristiques financières Article 10 : détermination des taux Article 17 : remboursements anticipés et leurs conditions financières NB : ces 4 articles contiennent toutes les données qui servent généralement à alimenter vos propres outils de gestion Jusqu à la fin de l année 2013, coexistence possible des contrats issus du nouveau système avec les contrats issus du système actuel 7

34 Le contrat multi-prêts Le contrat multi-prêts Possibilité de réunir, au sein d un seul et même contrat, l ensemble des financements qui concernent une même opération Chaque ligne de financement est appelée «ligne du prêt» (ex. PLUS construction, PLUS foncier, etc.) Chaque «ligne du prêt» est autonome et possède : Son numéro, corrélé à celui du contrat Son tableau d amortissement Son échéancier de versement En revanche, les obligations juridiques de la CDC restent solidaires : Une seule date d effet pour toutes les lignes du prêt Une seule délibération de garantie pour toutes les lignes du prêt. Aucune ligne du prêt ne peut être versée tant que la garantie n est pas produite. 8

35 Le dispositif d information Client Support imprimé Communication sur CDC-Net 1 plaquette d information accompagnant systématiquement nos envois de documents L Offre de prêts La demande de prêt La Lettre d offre Le Contrat Dans le prolongement de la communication réalisée lors de la mise en place du nouveau dispositif de garantie, communication sur CDC- Net Habitat Annonce des évolutions Plaquette à télécharger Formulaires de demande de prêt FAQ A compter du 17 juin

36 Points d actualité de la Caisse des Dépôts : Par Olivier Livrozet

37 La Caisse des Dépôts, c est aussi Tenue de comptes Services annexes Consignations Si comptabilité privée La recherche du plus haut niveau de sécurité Un interlocuteur de proximité au sein de la DDFiP Une banque en ligne bénéficiant de profondes améliorations Financements court terme Préfinancement prêts DFE Une offre d épargne salariale avec Fongépar Une offre prévoyance avec l IPSEC Des services d encaissement «à façon» Construction : 5% du prix convenu des locaux à usage d habitation Travaux privés Droit monétisé des CET Consignations administratives Sommes en déshérence 1 1

38 Réunion des organismes de logement social de Midi-Pyrénées 30 mai 2013

39 Synthèse de la situation financière des organismes de logement social de la région, sur la base de l analyse des comptes

40 Objectifs de l étude sur les organismes de logement social de la région Midi-Pyrénées Synthétiser la situation financière des organismes de logement social de la région : Avec une approche globale entre 2005 et 2011 Et une approche, permettant une comparaison des organismes régionaux avec les résultats nationaux, basée sur les comptes

41 Etude sur les organismes HLM de la région Midi-Pyrénées L étude porte sur les bilans et comptes de résultat de 26 organismes de logement social de la région : 9 Entreprises Sociales pour l Habitat, 13 Offices Publics de l Habitat, 4 autres (SEM, Coopérative, UES, PACT) 4

42 Organismes inclus dans le périmètre Le périmètre de l étude est celui des OPH, des ESH et AUTRES. OPH ESH OPH DE L'AVEYRON OPH DE RODEZ OPM HLM MILLAU ET REGION OPH DE DECAZEVILLE OFFICE PUBLIC DE L HABITAT 31 OFFICE PUBLIC HABITAT GERS OPH LOT HABITAT OPH TARN HABITAT OPHLM TARN ET GARONNE HABITAT OPH DES HAUTES PYRENEES OPH HABITAT TOULOUSE OPH ARIEGE OFFICE PUBLIC DE CASTRES NOUVEAU LOGIS MERIDIONAL SA GASCONNE HLM DU GERS SUD MASSIF CENTRAL HABITAT PATRIMOINE SA LANGUEDOCIENNE LA CITE JARDINS SA SAHLM COLOMIERS HABITAT SA HLM LES CHALETS PROMOLOGIS IMMOBILIERE MIDI-PYRENEES AUTRES STE COOP HLM LES MAISONS CLAIRES U.E.S. HABITER 12 H.S.P 81 SAEM CONST. TARBES 5

43 Quelques précisions Les données proviennent de la saisie des comptes de 26 organismes de la région (Liasse Berger Levrault, liasse du dispositif d autocontrôle des SEM et balance des comptes): bilan, compte de résultat et annexes (état du parc locatif, état de la dette, ) Comparaison avec les données nationales : moyennes calculées à partir des comptes 2011 collectés par la CDC sur un échantillon de 596 organismes de statuts OPH, ESH et SEM. 6

44 7 Le Patrimoine

45 Evolution du Parc HLM en Midi-Pyrénées de 2005 à 2011 nombre de logements, en milliers Logements ,3 115,7 116,9 119,1 122,3 126, ,

46 Mises en chantier : comparaison entre données régionales et données nationales Mises en chantier 2011 / parc fin 2011 : 3 ème rang national, et 1er en excluant les DOM-TOM Moyenne nationale pondérée = 1,74% 8% 7% Moyenne nat = 1,74 % 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% 9 Alsace Aquitaine Auvergne Bourgogne Basse-Normandie Bretagne Champagne- Ardenne Corse Centre Franche-Comté Haute-Normandie Ile-de-France Limousin Lorraine Languedoc- Roussillon Midi-Pyrénées Nord-Pas-de- Calais PACA Poitou-Charentes Picardie Pays-de-la-Loire Rhône-Alpes Antilles-Guyane Nlle- Calédonie polynésie Réunion Océan indien

47 Evolution de la vacance (en nombre de logements) Evolution de la vacance (nombre de logements) Vacance Totale Vacance > 3 mois Vacance technique 10

48 La taille du parc locatif par organismes Une taille moyenne du parc en-dessous des moyennes nationales (OPH et ESH) 11

49 12 Les données financières sur l exploitation

50 Evolution de la «masse» des loyers nets Evolution de la «masse» des loyers nets à un rythme annuel moyen de 4,55% 600 M % 6, ,91 4,91 4,73 4,82 5, ,30 3,65 4, , , , ,00 13 Loyers nets % d'évolution

51 Loyer moyen mensuel par organisme / logt Moyenne nat OP : 293 Moyenne nat ESH = Moyenne Région = Y U Z W X Q O M G J C S I E V F K T P R A L N B H D Organismes 14

52 Evolution du service de la dette Point bas du ratio annuités sur loyers observé en En M Evolution de l'annuité de dette en M En % des loyers Annuité de dette en M En % des loyers

53 Annuité (hors RA) en % loyers en fonction de l âge moyen du patrimoine L annuité, bien que plus importante que les moyennes nationales Annuité, en % des loyers 70% 60% 50% 40% 30% D B H N F P Moyenne Région = 46,6 % R A T V Z O K S L W I Moyenne nat ESH = 46,5 % E Q X M J Y C G U 20% Moyenne nat OPH = 37,8 % 10% Ans 16 demeure corrélée à l âge moyen du patrimoine (28 ans).

54 17 Coûts de gestion et de fonctionnement ( / logement/ an) hors prélèvement sur potentiel financier

55 Evolution de l effort de maintenance 70 En M En % des loyers 15, ,5 14, , ,09 13, , ,54 13,5 13,0 12,5 12, , , ,5 11,0 10, ,0 18 Dépenses nettes GE Entretien courant Maintenance en % des loyers

56 Dépenses de maintenance par organisme ( / par logement / an) Un effort de maintenance qui se situe /logt EFFORT DE MAINTENANCE (EC+GE) par logement Moyenne nat OPH : 601 Moyenne nat ESH = Moyenne Région = R P F H X G T I C V Q B J M W D N S K Y L O A E Z U Gros entretien Entretien courant 19 en dessous des moyennes nationales.

57 Coût de la vacance (à + 3 mois) et des impayés en % des loyers % loyers 18% 16% Moyenne nat OPH : 4,9% Moyenne nat ESH = 3,1 % 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 20 0% G B O T D H W P N Z ARO-HLM 2007 Caisse des dépôts et consignations L R Y I J A F S M V E U Q K C X Organismes

58 Evolution de la marge brute d autofinancement locative En K En % des loyers % 26% % 39% 24% % % MBAL en K dont produits financiers MBAL en % des loyers 21 ARO-HLM 2007 Caisse des dépôts et consignations

59 Ratio MBA locative / loyers Un autofinancement locatif au dessus des moyennes nationales (OPH et ESH). 25% 20% Moyenne nat OPH : 7,9 % Moyenne nat ESH : 8,4 % Moyenne Région en 2011 = 9,1 % 15% 10% 5% 0% -5% 22-10% D A Q X K Y C F S E H M B O W U Z R T N V P I L J G ARO-HLM 2007 Caisse des dépôts et consignations MBAL en % des loyers en 2010 MBAL en % des loyers en 2011

60 23 Poids de la MBA globale en % des produits

61 Les données sur la structure financière 24

62 Evolution de la structure financière à terminaison En M En M Ressources semi-permanentes FDRNT au 31/12 Potentiel Financier Trésorerie 0 25

63 Potentiel financier à terminaison des opérations par logement Une structure financière se hissant au dessus des moyennes nationales OPH et ESH /logt Moyenne nationale = Moyenne régionale = A H S X J K V Q O I Y P D U E Z B C F W M T R L N G Organismes

64 PGE par logement ( / logement / an) /logt F Moyenne régionale : 418 H Z Y N L J K B M I S R D P G W C T Q E O U X V A Organismes 27

65 Trésorerie en mois de loyers + charges Une trésorerie supérieure aux moyennes nationales ESH et OPH Mois 30 V moyenne régionale : 8 mois F 25 moyenne nationale OPH : 5 mois moyenne nationale ESH : 7 mois R H N J K A O G S I X T Q E P C Y Z L Organismes W B U D M

66 29 Merci de votre attention

67 Coûts de production des logements sociaux en Midi Pyrénées Amélie STOBBART Service études économiques et marketing Direction des fonds d épargne

68 Etude sur les coûts de production des logements sociaux ( ) Contexte: l objectif de construction de logements sociaux par an pèse sur les équilibres financiers des organismes La maîtrise des coûts de production : un des facteurs déterminants de la pérennité du modèle économique du secteur du logement social, la hausse actuelle des coûts n est pas soutenable Cette étude vise à alimenter les réflexions des acteurs et partenaires du logement social 2

69 Etude sur les coûts de production des logements sociaux ( ) Données issues des plans de financement des opérations Périmètre de l étude: Logements locatifs sociaux familiaux collectifs neufs Financés de 2005 à 2012 Echantillon retraité : environ logements (dont un peu plus de 6% en Midi Pyrénées) 3

70 Hausse des coûts très marquée au niveau national Evolution du prix de revient hors Ile-de-France (par m² habitable) 4

71 Pas de déformation significative de la structure des coûts sur la période Prix de revient total au m² et décomposition par composante en 2005 et 2012 hors IDF 5

72 Focus sur les coûts de construction: facteurs explicatifs de la hausse Des facteurs pris en compte dans les indices de référence (BT01, ICC): Hausse du coût des facteurs de production : matières premières, énergie, salaires Tensions sur l appareil de production Et un «effet qualité»: Réglementations thermiques Accessibilité Observation d un tassement des coûts à court terme pour des raisons conjoncturelles 6

73 Focus sur Midi Pyrénées Agglomération toulousaine Hors Agglomération toulousaine Hors Ile de France 7

74 Focus sur Midi Pyrénées Prix de revient total au m² et décomposition par composante en 2005 Prix de revient total au m² et décomposition par composante en

75 Focus sur Midi Pyrénées : évolution du plan de financement des opérations Plan de financement en 2005 Plan de financement en 2012 Note : opérations de construction de logements familiaux dont le prêt majoritaire est un prêt PLUS 9

76 Conclusion En Midi Pyrénées, comme dans les autres régions, se pose la question de la maîtrise des coûts de construction à long terme Plusieurs pistes sont évoquées au niveau national Sur le foncier, Quelles explications à l évolution maîtrisée des coûts dans l agglomération toulousaine? Quelles perspectives de maîtrise du coût du foncier dans le reste de la région? 10

77 Contact: Abonnement aux publications:

78 Direction régionale Midi-Pyrénées Toulouse 30 mai 2013 Actualités du fonds d épargne Catherine Pèrenet, Directeur des prêts et de l habitat Direction des fonds d épargne

79 1. Le modèle du fonds d épargne : quelques repères utiles 2. Livrets réglementés : une collecte 2012 exceptionnelle 3. Emplois du fonds d épargne d ici Réponse apportée par le fonds d épargne 2

80 3 Le modèle du fonds d épargne

81 Les missions du fonds d épargne Le fonds d épargne : Centralise une partie de l épargne réglementée : livret A, livret de développement durable (LDD) et livret d épargne populaire (LEP), taux de centralisation : 65 % pour le LA et le LDD / 70 % pour le LEP. Transforme la part centralisée de cette épargne à vue en prêts à long terme aux secteurs d intérêt général identifiés par l État, tout particulièrement le logement social. 4

82 L économie générale du fonds d épargne Rémunérer et sécuriser l épargne Liquidité Prêter pour l intérêt général Logement social Rénovation urbaine Infrastructures durables Portefeuille Rémunérer les réseaux bancaires collecteurs Coût des commissions Rémunérer l État Prélèvement 72 Md entre 1984 et 2012 (valeur non actualisée) 5

83 Le bilan du fonds d épargne Épargne collectée par tous les réseaux Livret A et LDD 343 Md + LEP 52 Md Collecte centralisée au fonds d épargne 256 Md + Autres passifs 14 Md Prêts 147 Md Actifs financiers 123 Md Logement social et politique de la ville 128 Md Aménagement 19 Md Taux 90 % Actions 10 % Résultat Fonds propres Rémunération de la garantie de l État Source : rapport de gestion du fonds d épargne 31/12/

84 7 Les ressources en 2012

85 La quantité et le coût de la ressource disponible au fonds d épargne dépendent principalement : du niveau des dépôts des épargnants ; du taux de centralisation ; du taux du livret A ; Les ressources disponibles du taux de commissionnement, dont dépend l équilibre financier du fonds d épargne et sa capacité à financer les priorités définies par les pouvoirs publics. Chaque modification d un de ces paramètres peut améliorer ou perturber l équilibre du fonds d épargne et sa capacité à prêter pour financer les priorités publiques. 8

86 Une forte augmentation des dépôts Le relèvement des plafonds en 2012 / 2013 : Un évènement rare : le plafond du livret A n avait pas été relevé depuis 1991, sa réévaluation à hauteur de l inflation le porterait autour de ; Le plafond du livret A a été relevé en deux temps (octobre 2012 et janvier 2013), jusqu à à ce jour ; Le plafond du LDD a été doublé dès le mois d octobre à

87 Une forte augmentation des dépôts Un record de collecte en 2012 sur les deux livrets (+49 Md ) dont 65 % au service de priorités formulées par l État. 10

88 11 Les emplois du fonds d épargne d ici à 2020

89 Évolution prévisionnelle des encours de prêts ÉVOLUTION DES ENCOURS DES PRÊTS SUR FONDS D'ÉPARGNE ENCOURS AUTRES PRÊTS (31/12) Prévisions 288 Md ENCOURS HABITAT VILLE (31/12) 225 Md En millions d'euros Md 147 Md

90 Les prêts sur fonds d épargne : un modèle original Tarification des prêts sur la base du livret A, modulée selon le caractère social des opérations financées 60 Durées moyennes / volumes de prêts signés en 2012 Logement très social Durée moyenne (années) : Nouvel Éco-prêt Réhabilitation thermique Renouvellement urbain Réhabilitation classique Portage foncier Logement social Hébergement spécifique Infrastructures durables Projets urbains Logement intermédiaire 2013 : nouvelle enveloppe Collectivités locales et EPS % -0.60% -0.40% -0.20% 0.00% 0.20% 0.40% 0.60% 0.80% 1.00% 1.20% 1.40% 1.60% 1.80% 2.00% Marge sur TLA (pbs) Coût de la ressource à fin 2012 = taux du livret A + 61 bps 13

91 Une activité de financement en forte croissance en Md Signatures de prêts sur fonds d'épargne 30 Autres activités (dt OSEO, NACRE) 25 Infrastructures durables * Refinancement PLS PLI Habitat ville * 22,3 Md 24,0 Md 20 15,6 Md 17,2 Md ,4 Md 13,5 Md * y compris opérations exceptionnelles. Habitat ville : logement locatif social, projets urbains, hébergement pop. spécifiques. Année de signature 14

92 Une activité de financement en forte croissance Évolution des signatures de prêts* - DR Midi-Pyrénées M 715 M 720 M M M M en M Logement locatif social Projets urbains Habitat spécifique Infras. durables * y compris opérations exceptionnelles. 15

93 Les perspectives de prêts au logement social Les principaux objectifs des pouvoirs publics : Financer constructions de logements par an : Actions et conseil CDC : Une part d enveloppe de PLS plus importante proposée par la CDC, Optimisation de l utilisation des fonds propres, Gestion de dette : développement du prêt de haut de bilan (PCPF) et optimisation de l effet de levier de la dette, Adaptation du prêt GAÏA pour favoriser les opérations d aménagement. Réhabiliter thermiquement logements par an : Un nouvel Éco-prêt à TLA -0,75 pdb, Impact considérable sur le résultat des fonds d épargne, Un périmètre élargi à la classe D, (détermination des conditions d éligibilité en cours). 16

94 Des perspectives de prêts au logement social en très nette hausse Une augmentation de l activité de prêts en conséquence : Augmentation du rythme de production de prêts, Nette accélération des «Éco-prêts», Prêts à l UESL (1 Md par an pendant trois ans). Les prêts au logement social et à la politique de la ville atteindraient 17 à 18 Md / an en moyenne au cours des cinq prochaines années (moins de 5 Md en 2004). 17

95 Nombre de logements sociaux financés depuis 1892 et prévisions

96 La réorganisation de l offre de financement du secteur public local s appuie sur le fonds d épargne Une enveloppe de 20 Md de prêts sur fonds d épargne en faveur des investissements locaux (collectivités locales et EPS) de 2013 à 2017 : Poursuite de l action de la CDC depuis 2004 pour financer les projets prioritaires s amortissant à très long terme (15 Md d enveloppes), Champs d intervention définis par les pouvoirs publics, Une intervention complémentaire et compatible avec le financement du logement social, cœur de métier incontestable du fonds d épargne. 19

97 Enveloppe de 20 Md de prêts sur fonds d épargne en faveur des investissements du secteur public local Composition de l enveloppe de 20 Md Tarification : TLA bps pour toute maturité. Durée : Ventilation : Supérieur à 20 ans et jusqu à 40 ans. 5 Md maximum par an. Thématiques : Rénovation lourde des bâtiments publics, notamment thermique ou parasismique, Hôpitaux, Très haut débit, Rénovation réseaux d eau potable et infrastructures de traitement des eaux usées, Travaux de prévention des inondations, Construction/rénovation d infrastructure de valorisation des matières issues des déchets, Construction/ régénération des transports en commun & matériels roulants, Infrastructures portuaires (hors ports de plaisance), Universités (extinction de l enveloppe actuelle + continuité), Subventions CL pour le logement social. 20 Contreparties éligibles : Collectivités territoriales et groupements, EPL (modalités à définir), EPS, EPU, sociétés projet dans le cadre des PPP.

98 Plus et mieux? Les ressources du fonds d épargne seront-elles suffisantes pour faire face à ces ambitions? OUI, sans modification des paramètres du modèle (taux de centralisation notamment). Le modèle du fonds d épargne permettra-t-il de financer mieux et moins cher? NON, la révision du taux de commissionnement des banques, a permis de façon anticipée d abaisser le taux des prêts réhabilitation thermique (Éco-prêt). 21

99 22 Quelle réponse apportée par le fonds d épargne?

100 L approche globale opérateur Une approche personnalisée et prospective en rupture avec la notion d équilibre unitaire des opérations. 23

101 L analyse financière prospective : une démarche partagée? L analyse financière rétrospective Calage des opérations Votre PSP Votre PMT Le scénario commun 24 Analyse financière prospective Une offre commerciale adaptée Une politique d engagement partagée

Le financement de long terme des projets du secteur public local

Le financement de long terme des projets du secteur public local Le financement de long terme des projets du secteur public local 2 3 1. Les missions du fonds d épargne Les missions du fonds d épargne Au sein de la Caisse des Dépôts, le fonds d épargne a pour missions

Plus en détail

Financement du logement social Enjeux et actualités du Fonds d épargne

Financement du logement social Enjeux et actualités du Fonds d épargne Financement du logement social Enjeux et actualités du Fonds d épargne Réunion annuelle d information Direction régionale Midi-Pyrénées Josselin KALIFA Directeur des prêts et de l habitat Toulouse 20 mai

Plus en détail

Nouveaux outils financiers annoncés au Congrès de l USH pour le développement et l'amélioration du logement social

Nouveaux outils financiers annoncés au Congrès de l USH pour le développement et l'amélioration du logement social Nouveaux outils financiers annoncés au Congrès de l USH pour le développement et l'amélioration du logement social 7 octobre 2015 V3 Arnaud de Cambiaire Direction régionale Ile de France Prêt à taux fixe

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière?

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Observatoire de la Microfinance Juillet 2012 Introduction Observatoire de la microfinance de la Banque de France

Plus en détail

Réunion des directeurs financiers des Grandes villes & Grandes communautés

Réunion des directeurs financiers des Grandes villes & Grandes communautés Réunion des directeurs financiers des Grandes villes & Grandes communautés Jean-Charles Flaus Responsable financement des infrastructures durables Direction des fonds d épargne 1 8 et 11 décembre 2008

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Préfecture de Haute-Saône Rencontres territoriales Les prêts sur Fonds d épargne Enveloppe PSPL 20 Md

Préfecture de Haute-Saône Rencontres territoriales Les prêts sur Fonds d épargne Enveloppe PSPL 20 Md Préfecture de Haute-Saône Rencontres territoriales Les prêts sur Fonds d épargne Enveloppe PSPL 20 Md Gray, mardi 29 avril 2014 Le texte de référence La Caisse des dépôts et consignations et ses filiales

Plus en détail

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 29 novembre 2013 SERVICE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 1- Marché des logements neufs : nouvelle baisse des ventes et des mises en vente au 3 ème trimestre 2013 Après

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Conférence de presse mardi 31 mai 2016. Lancement du prêt de haut de bilan bonifié Caisse des Dépôts Action Logement

Conférence de presse mardi 31 mai 2016. Lancement du prêt de haut de bilan bonifié Caisse des Dépôts Action Logement Conférence de presse mardi 31 mai 2016 Lancement du prêt de haut de bilan bonifié Caisse des Dépôts Action Logement 2 SOMMAIRE PRET DE HAUT DE BILAN BONIFIE CAISSE DES DEPOTS ACTION LOGEMENT FICHE TECHNIQUE

Plus en détail

RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX

RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX L offre de prêts sur fonds d épargne de la Caisse des Dépôts Pour la réussite de tous les projets Une offre globale pour vos opérations de réhabilitation La Caisse

Plus en détail

Conseil d administration du 20 juin 2013

Conseil d administration du 20 juin 2013 Conseil d administration du 20 juin 2013 Synthèse du rapport de gestion de l exercice 2012 2 Rapport de gestion de l exercice 2012 L Opievoy en ordre de marche malgré une année compliquée par les départs

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. 23/09/2014 CRD SU Rhône Alpes

Offre de la Caisse des Dépôts dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. 23/09/2014 CRD SU Rhône Alpes Offre de la Caisse des Dépôts dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville 1 quartiers prioritaires Le financement La CDC intervient dans le cadre de la politique de la Ville sur les volets

Plus en détail

LES ORGANISMES DE LOGEMENT SOCIAL

LES ORGANISMES DE LOGEMENT SOCIAL LES ORGANISMES DE LOGEMENT SOCIAL XXXXXXXX 1 212 chiffres clés Le logement social en France Situation financière et indicateurs des SA d HLM et des Offices Publics de l Habitat www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Françoise ROHKEN, Dexia Crédit Local

Françoise ROHKEN, Dexia Crédit Local CONFERENCE TECHNIQUE 30 septembre 2010 Auditorium Maison de l Habitat 17h00 Les prêts bonifiés Françoise ROHKEN, Dexia Crédit Local 1 Relever le défi de la rénovation énergétique Une démarche innovante

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Direction générale des entreprises ANNEE 2014

Direction générale des entreprises ANNEE 2014 Direction générale des entreprises SERVICE DE L ACTION TERRITORIALE, EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE SOUS DIRECTION DE LA RÉINDUSTIALISATION ET DES RESTRUCTURATIONS D ENTREPRISES BUREAU DE LA FORMATION ET

Plus en détail

Dexia, le partenaire du développement

Dexia, le partenaire du développement Dexia, le partenaire du développement ensemble, à essentiel Dexia joue un rôle majeur dans le financement des équipements collectifs et des infrastructures, Dexia des secteurs de la santé et logement social,

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011 Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011 10 novembre 2011 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur

Plus en détail

Le Prêt Social Location Accession...10 ans après

Le Prêt Social Location Accession...10 ans après Le Prêt Social Location Accession...10 ans après Denis Tesner L essor du PSLA Les mises en chantier par famille d organismes d Hlm Journées de formation des directeurs Grenoble - Janvier 2014 Nombre de

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Habitat construction Caisse de garantie du logement locatif social Délibération n o 2005-61 du 21 décembre 2005 du conseil d administration de la Caisse de garantie du logement

Plus en détail

L Etat et le financement de l économie

L Etat et le financement de l économie L Etat et le financement de l économie Présentation du rapport public thématique Jeudi Le financement de l économie Intermédiation Epargne ménages secteur financier Etat sociétés non financières ménages

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

7 clés pour optimiser vos projets. Livret technique des prêts sur fonds d épargne de la Caisse des Dépôts

7 clés pour optimiser vos projets. Livret technique des prêts sur fonds d épargne de la Caisse des Dépôts 7 clés pour optimiser vos projets Livret technique des prêts sur fonds d épargne de la Caisse des Dépôts sommaire Préambule 4 1. Comprendre nos index 6 2. Optimiser votre prêt avec des options sur-mesure

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

Les garanties des prêts au logement social

Les garanties des prêts au logement social Les garanties des prêts au logement social Marina Mauclaire Directrice des prêts - Direction régionale Centre Orléans - 11 juin 2015 Le système de financement du logement social sur Fonds d Epargne Rémunérer

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION LA CONJONCTURE DU BÂTIMENT Activité en baisse en 2003, vive reprise fin 2003 et début 2004 Activité prévue Activité passée Enquête INSEE : l opinion des chefs d entreprise

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

Les jeudis du patrimoine

Les jeudis du patrimoine Les jeudis du patrimoine Quelles solutions pouvez-vous envisager pour réduire votre impôt sur le revenu? Le 29 novembre 2012 19h30 07/12/2012 1 Présentation des héros du jour Couple : Sophie et Marc, 2

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FSE)

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FSE) Page 1 Axe 2 - Renforcer la cohésion sociale et poursuivre l effort de qualification et de professionnalisation de la population active Service instructeur DIECCTE Dates agréments CLS 3 Juillet 2008 2

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE Service économique & financier MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE METROPOLITAINE 45 40 35 30 25 20 15 10 5 milliers de logements par trimestre 96 97 98

Plus en détail

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Soutien du pouvoir d'achat par des mesures ciblées Impact de la mesure en 009 en mio Adaptation du barème d impôt à l inflation

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Rapport annuel 2009 du fonds d épargne

Rapport annuel 2009 du fonds d épargne Rapport annuel 2009 du fonds d épargne sommaire 01 Introduction 02 Avant-propos du Directeur général 03 Avant-propos du Directeur des fonds d épargne 04 Le contexte en 2009 04 Contexte macro-économique

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

COLLECTIVITÉS TERRITORIALES

COLLECTIVITÉS TERRITORIALES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES L offre de prêts sur fonds d épargne de la Caisse des Dépôts Pour la réussite de tous les projets La Caisse des Dépôts, financeur de long terme des territoires Partager vos

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 POINT LOGEMENT Ivry Confluences 42 avenue Jean Jaurès Construction de 51 logements locatifs sociaux en VEFA par l ESH Logis Transports Garantie communale

Plus en détail

Comptes et plans d épargne-logement

Comptes et plans d épargne-logement Page 1 of 6 Alerte Banques n 2 - avril 2006 ARCHIVES I IMPRIMER Comptes et plans d épargne-logement L avis du CNC relatif à la comptabilisation des CEL et PEL pose le principe suivant : les conséquences

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

La situation financière consolidée des organismes HLM 1Particularités des OLS de la région Nord

La situation financière consolidée des organismes HLM 1Particularités des OLS de la région Nord SOMMAIRE 1. Particularités des OLS de la région Nord 2. Plans de financement des programmes 3. Evolution des capacités d autofinancement 4. Conditions pour maintenir les programmes de construction de logement

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique Perspectives économiques 1999-2004 Annexe statistique Avril 1999 Le Bureau fédéral du Plan Le Bureau fédéral du Plan (BFP) est un organisme d intérêt public. Le BFP réalise des études sur les questions

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP)

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE CONSEIL D ADMINISTRATION 25 FEVRIER 2014 INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) AC/DAF La GBCP : définition GBCP = Gestion

Plus en détail

Cadrage macroéconomique

Cadrage macroéconomique Cadrage macroéconomique Le scénario macroéconomique repose sur des hypothèses réalistes : 2013 : une nouvelle année de croissance faible (0,1 %), dans un contexte de crise européenne Reprise progressive

Plus en détail

Guide Prêt Locatif Social (PLS)

Guide Prêt Locatif Social (PLS) Investir dans un logement destiné à la location. Qu est-ceque c est? Le prêt locatif social (PLS) s adresse à tout investisseur qui achète un logement pour le louer. Le PLS est destiné à financer des appartements

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ VOUS AVEZ DES BESOINS PROS NOUS AVONS DES SOLUTIONS PROS Pour vos projets et vos investissements,

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail