Conjoncture économique et financière Nil BAYIK, Economiste Direction des fonds d épargne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conjoncture économique et financière Nil BAYIK, Economiste Direction des fonds d épargne"

Transcription

1 Conjoncture économique et financière Nil BAYIK, Economiste Direction des fonds d épargne Rencontre annuelle CDC-USH Midi-Pyrénées, Toulouse, 30 mai 2013

2 Conjoncture économique et financière 1. Conjoncture zone euro : une économie morose, sans surprise 2. Conjoncture France : la confiance des entrepreneurs est très faible 3. Inflation : situation actuelle et perspectives 4. Taux français : niveaux historiquement faibles 5. Taux du livret A : quel calibrage à long terme? 2 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

3 Le commerce mondial a soutenu de façon régulière la croissance. Cela préserve la zone euro d une récession plus sévère. 135 Exportations mondiales (volume, base 100=2009) Source CPB 0,2 Zone euro : croissance du PIB réel (%, T/T) ,2-0, , ,8-1 Zone euro France Allemagne Italie Espagne T T Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

4 Zone euro : un scénario prudent pour 2013 Scénario prudent : consensuel Les facteurs qui limitent la reprise sont, du côté de la demande intérieure : Revenus/emplois Crédits Politique budgétaire Confiance Croissance du PIB réel Prévisions de mai 2013 de la Commission Européenne (CE) 2012 Acquis 2013 à T (CE) Zone euro -0,6-0,7-0,4 Allemagne 0,7-0,3 0,4 France 0-0,3-0,1 Italie -2,1-1,5-1,3 Espagne -1,4-1,3-1,5 Portugal -3,2-2,3-2,3 4 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

5 Zone euro : faiblesse du crédit et hausse du chômage Resserrem ent des conditions de crédit Détente des conditions 5 L offre de crédit est toujours restrictive et restreinte. La demande de crédit s affaiblit également dans un contexte de faible croissance et de hausse du chômage. Après une légère baisse en 2011, le nombre de chômeurs n a cessé de progresser en zone euro. Zone Euro : conditions d'otroi des crédits (enquête BCE) Entreprises Ménages (immobilier) Ménages (consommation) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013 Zone euro : évolution du nombre de chômeurs (milliers) Niveau Différence (MM3M, éch. D.)

6 La politique budgétaire est contra-cyclique 2 1,5 1 0,5 0-0,5-1 Zone euro : effort budgétaire (variation de la balance primaire structurelle, % PIB) Commission Européenne, mai ,6 1,2 0,8 0,4 0 Zone euro : effort budgétaire en 2013; estimations CE mai (% PIB) Grèce 5,5 pts 6 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

7 Conjoncture économique et financière 1. Conjoncture zone euro : une économie morose, sans surprise 2. Conjoncture France : la confiance des entrepreneurs est très faible 3. Inflation : situation actuelle et perspectives 4. Taux français : niveaux historiquement faibles 5. Taux du livret A : quel calibrage à long terme? 7 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

8 France : les entrepreneurs français sont très pessimistes. PMI Zone euro et France Zone euro, manufacturier Zone euro, services France, manufacturier France, services France : climat général des affaires, INSEE Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

9 France : l investissement des entreprises et des ménages corrige France : investissement et enquête Investissement des entreprises (%, GA) Tendance récente de production, INSEE(éch. D.) France : investissement des ménages (%, GA) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

10 France : la consommation recule mais ne chute pas (grâce à la désépargne). France : revenu et consommation (%, GA) Revenu disponible brut réel Consommation des ménages 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0-0,2-0,4 France : croissance du revenu disponible et de l'épargne des ménages (%, T/T, nominal) -0,6 janv.-10 janv.-11 janv.-12 janv.-13 Revenu disponible brut Epargne (éch. D.) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

11 Conjoncture économique et financière 1. Conjoncture zone euro : une économie morose, sans surprise 2. Conjoncture France : la confiance des entrepreneurs est très faible 3. Inflation : situation actuelle et perspectives 4. Taux français : niveaux historiquement faibles 5. Taux du livret A : quel calibrage à long terme? 11 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

12 France : le contexte demeure celui d une inflation faible France : inflation (%, GA) Source: France : inflation (%, GA) 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0-0, Inflation totale Inflation sous-jacente 12 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

13 France : la désinflation est actuellement accentuée par des phénomènes techniques/saisonniers France : prix des services de télécommunications (%, GA) France : prix de l'énergie (%, GA) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

14 France : l inflation restera modérée dans les prochaines années L inflation restera modérée : 1. Un redémarrage lent de l économie et un écart à la production potentielle durable, 2. Les effets de «second tour» par une hausse des coûts de production (salaires, prix des matières premières) limités France : taux de chômage et inflation (%) ,5 2 1,5 1 0,5 0 France : croissance des prix sur un an (%) Taux de chômage (éch.g. inversée) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, Prix à la consommation Inflation hors éléments volatils 30 mai 2013 Prix de production

15 France : désinflation importée, perspectives La désinflation importée : de nouvelles perspectives en Europe, La hausse des salaires dans les émergents : elle est à rapporter aux gains de productivité Zone Euro : coût salarial unitaire nominal (indice 2000:100) Allemagne France Italie Espagne Portugal Irlande Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai Etats-Unis: prix des importations en provenance de Chine (sur un an, yuan)

16 Inflation : les problématiques de long terme Les risques à la long terme : 1. Le risque dû à la création monétaire : un lien empirique non évident 2. Un changement de mandat de la BCE? Exemple de la Fed 3. La raréfaction des matières premières : pourrait engendrer de l inflation, mais ne pas sous-estimer l essor des technologies vertes, les avancées technologiques, Les anticipations de long terme (des investisseurs ou des économistes) n ont d ailleurs que peu évoluées Zone euro : croissance de la masse monétaire et croissance des prix (%, GA) M3 Inflation, Rencontres HCPI CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai Etats-Unis : prime d'inflation de long terme (inflation forward, 5 ans dans 5 ans)

17 Conjoncture économique et financière 1. Conjoncture zone euro : une économie morose, sans surprise 2. Conjoncture France : la confiance des entrepreneurs est très faible 3. Inflation : situation actuelle et perspectives 4. Taux français : niveaux historiquement faibles 5. Taux du livret A : quel calibrage à long terme? 17 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

18 Des rendements monétaires durablement bas, la BCE a récemment baissé son taux directeur principal et pourrait prendre davantage de mesures non conventionnelles. Taux du marché monétaire Taux repo Eonia Euribor 3 mois 18 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

19 Taux longs français : historiquement très bas L environnement plaide pour un régime de taux d intérêt bas pour les taux sans risque : Une croissance faible, Une inflation contenue, Des taux directeurs très bas et qui vont durablement le rester, Des liquidités mondiales très abondantes. La signature France est jugée comme un «taux sans risque» France : taux des obligations à 10 ans Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai France : écart du taux à 10 ans contre Allemagne 0 01/ / / / /2013

20 Conjoncture économique et financière 1. Conjoncture zone euro : une économie morose, sans surprise 2. Conjoncture France : la confiance des entrepreneurs est très faible 3. Inflation : situation actuelle et perspectives 4. Taux français : niveaux historiquement faibles 5. Taux du livret A : quel calibrage à long terme? 20 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

21 TLA de long terme : quel calibrage? EONIA Euribor 3 mois Inflation TLA Max 4 2 Inflation :inflation hors tabac française HT HT ; Inflation HT 0,25% Quelle inflation européenne de long terme? Cf. discussion précédente Le mandat de la BCE est inscrit dans le Traité de Maastricht La BCE reste vigilante et crédible : la crise ne remet pas en cause l hypothèse d une inflation «inférieure et proche de 2%». 21 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

22 TLA de long terme : quel calibrage? EONIA Euribor 3 mois Inflation HT TLA Max ; Inflation 4 2 Quelle inflation française hors TABAC de long terme? 0,25% L écart historique entre l inflation française et l inflation zone euro est de 0,3% : Cet écart persistera tant qu il n y aura pas eu de convergence des niveaux de prix (des PIB/tête) en zone euro. HT 5 Inflation hors tabac sur un an oct-01 oct-02 oct-03 oct-04 oct-05 oct-06 oct-07 oct-08 oct-09 oct-10 oct-11 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013 Zone euro France Ecart (Zone euro-france)

23 TLA de long terme : quel calibrage? TLA EONIA Euribor 3 mois Max 4 Inflation 2 HT ; Inflation HT 0,25% Partie taux courts monétaires : Taux BCE «neutre» réel : selon la «règle d or», il est égal à la croissance potentielle du PIB nominal (=PIB réel + inflation) de la zone euro. Croissance potentielle de la zone euro : une hypothèse de 1,5% (OCDE : 1,4%) qui prend en compte des effets démographiques et l impact potentiel de la crise démarrée en Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

24 TLA de long terme : quel calibrage? TLA EONIA Euribor 3 mois Max 4 Inflation 2 HT ; Inflation HT 0,25% Taux BCE = 1,5% + 2% = 3,5% Taux EONIA : Actuellement, très inférieur au taux repo MAIS ce sont des circonstances exceptionnelles. A long terme, lorsque le marché interbancaire se sera normalisé on retrouvera : Taux Eonia = taux BCE + 5 pb = 3,56% Taux Euribor 3 mois : Les circonstances actuelles sont exceptionnelles. A long terme, la normalisation implique un retour vers des standards historiques : Taux Euribor 3 mois = taux Eonia + 6 pb = 3,61% Taux euribor 3 mois - taux eonia "3 mois" (pb) (le taux eonia 3 mois n'est disponible que depuis juillet 2005) Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

25 TLA de long terme : quel calibrage? TLA EONIA Euribor 3 mois Max 4 Inflation 2 HT ; Inflation HT 0,25% Taux BCE Ecart Eonia- BCE Ecart Euribor 3M- Eonia Eonia Euribor Inflation hors tabac Calcul avant arrondi TLA de long terme 3,5% 5 pb 6 pb 3,55% 3,61% 1,7% 2,64% 2,75% 25 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

26 Annexe : Prix et hausses de taxes 5 Zone euro : inflation et taxes (%, GA) Impact théorique des taxes (diffusion totale et immédiate) Inflation totale Inflation à taux de taxation constant Source : Insee 26 Rencontres CDC/USH Midi-Pyrénées, 30 mai 2013

27 Points d actualité de la Caisse des Dépôts

28 Points d actualité de la Caisse des Dépôts : Evolution des processus et du système d information des prêts sur fonds d épargne Par Marc de Dumast

29 Introduction Depuis 2010, la Caisse des Dépôts a entrepris un vaste projet de modernisation de ses processus et de son système d information dédié à l instruction des prêts sur fonds d épargne. Ce projet a pour principal objectif d apporter un meilleur service à ses clients dans un contexte de diversification et de croissance de son activité : Simplifier et accélérer l instruction et la gestion des prêts Adapter l offre de prêts en développant de nouveaux produits, en simplifiant la gamme des prêts et en améliorant sa lisibilité Assurer une communication plus fluide avec ses clients Des évolutions ont été proposées sur le processus de garanties dès juillet 2012 et d autres vont intervenir à compter de juin 2013 Chiffres clés Plus de prêts signés annuellement* et traités par notre système d information Plus de contrats actuellement en gestion Une croissance des prêts de plus de 41,2 % depuis 2008 Chiffres

30 De nouvelles pratiques proposées : un scénario simplifié La délibération de garantie s effectue sur la base des éléments contenus dans le contrat et non plus sur ceux contenus dans l accord de principe (ou lettre d offre), La CDC n exige plus la signature du contrat par le(s) garant(s). Instruction da la demande de financement émission de la lettre d offre Délibération de garantie Émission et signature des contrats Délibération de garantie Versements La mise en place de ce nouveau dispositif permet : de conduire certaines étapes de façon simultanée, de simplifier les flux de documents et d informations. 4

31 Les principales évolutions A compter de juin 2013, le déploiement du nouveau système d information, à la fois plus rapide, plus souple et plus sûr, se traduit concrètement par 4 évolutions : La simplification de notre offre de prêts La reconfiguration de nos formulaires de demande de prêt L actualisation et l harmonisation de nos documents contractuels : lettre d offre et contrat La création d un contrat «multi-prêts» 5

32 Offre de prêts et demandes de prêts L offre de prêts Regroupement des produits règlementés ayant le même agrément Regroupement de la gamme «réhabilitation» dans un seul produit Découpage des produits «PEX» en fonction de leurs caractéristiques financières Mise en place d un catalogue produits «électronique» pour une plus grande adaptabilité de l offre : Les demandes de prêt Mise en cohérence des formulaires avec la logique du nouveau système d information pour permettre un traitement plus rapide de vos demandes A terme, mise en place de formulaires électroniques de demande de prêts pour faciliter la saisie (masques de saisie dynamiques, menus déroulants, etc.) 3 modalités de révision pour tous les produits : Simple Révisabilité, Double Révisabilité, Double Révisabilité Limitée Délais optimisés de mise à disposition de produits offrant de nouvelles combinatoires de caractéristiques financières 6

33 Lettre d offre et contrat La lettre d offre Le contrat 3 évolutions majeures Durée de validité de 12 mois Date limite de validité de la cotation précisée pour les prêts basés sur les index soumis à des barèmes mensuels Tableau des caractéristiques financières plus lisible et plus complet, qui détaille notamment : la phase d amortissement les modalités de révision du taux 22 articles au lieu de 15 précédemment pour un engagement plus explicite Les informations concernant l offre sont redistribuées principalement au sein de 4 articles : Article 5 : définitions Article 9 : tableau des caractéristiques financières Article 10 : détermination des taux Article 17 : remboursements anticipés et leurs conditions financières NB : ces 4 articles contiennent toutes les données qui servent généralement à alimenter vos propres outils de gestion Jusqu à la fin de l année 2013, coexistence possible des contrats issus du nouveau système avec les contrats issus du système actuel 7

34 Le contrat multi-prêts Le contrat multi-prêts Possibilité de réunir, au sein d un seul et même contrat, l ensemble des financements qui concernent une même opération Chaque ligne de financement est appelée «ligne du prêt» (ex. PLUS construction, PLUS foncier, etc.) Chaque «ligne du prêt» est autonome et possède : Son numéro, corrélé à celui du contrat Son tableau d amortissement Son échéancier de versement En revanche, les obligations juridiques de la CDC restent solidaires : Une seule date d effet pour toutes les lignes du prêt Une seule délibération de garantie pour toutes les lignes du prêt. Aucune ligne du prêt ne peut être versée tant que la garantie n est pas produite. 8

35 Le dispositif d information Client Support imprimé Communication sur CDC-Net 1 plaquette d information accompagnant systématiquement nos envois de documents L Offre de prêts La demande de prêt La Lettre d offre Le Contrat Dans le prolongement de la communication réalisée lors de la mise en place du nouveau dispositif de garantie, communication sur CDC- Net Habitat Annonce des évolutions Plaquette à télécharger Formulaires de demande de prêt FAQ A compter du 17 juin

36 Points d actualité de la Caisse des Dépôts : Par Olivier Livrozet

37 La Caisse des Dépôts, c est aussi Tenue de comptes Services annexes Consignations Si comptabilité privée La recherche du plus haut niveau de sécurité Un interlocuteur de proximité au sein de la DDFiP Une banque en ligne bénéficiant de profondes améliorations Financements court terme Préfinancement prêts DFE Une offre d épargne salariale avec Fongépar Une offre prévoyance avec l IPSEC Des services d encaissement «à façon» Construction : 5% du prix convenu des locaux à usage d habitation Travaux privés Droit monétisé des CET Consignations administratives Sommes en déshérence 1 1

38 Réunion des organismes de logement social de Midi-Pyrénées 30 mai 2013

39 Synthèse de la situation financière des organismes de logement social de la région, sur la base de l analyse des comptes

40 Objectifs de l étude sur les organismes de logement social de la région Midi-Pyrénées Synthétiser la situation financière des organismes de logement social de la région : Avec une approche globale entre 2005 et 2011 Et une approche, permettant une comparaison des organismes régionaux avec les résultats nationaux, basée sur les comptes

41 Etude sur les organismes HLM de la région Midi-Pyrénées L étude porte sur les bilans et comptes de résultat de 26 organismes de logement social de la région : 9 Entreprises Sociales pour l Habitat, 13 Offices Publics de l Habitat, 4 autres (SEM, Coopérative, UES, PACT) 4

42 Organismes inclus dans le périmètre Le périmètre de l étude est celui des OPH, des ESH et AUTRES. OPH ESH OPH DE L'AVEYRON OPH DE RODEZ OPM HLM MILLAU ET REGION OPH DE DECAZEVILLE OFFICE PUBLIC DE L HABITAT 31 OFFICE PUBLIC HABITAT GERS OPH LOT HABITAT OPH TARN HABITAT OPHLM TARN ET GARONNE HABITAT OPH DES HAUTES PYRENEES OPH HABITAT TOULOUSE OPH ARIEGE OFFICE PUBLIC DE CASTRES NOUVEAU LOGIS MERIDIONAL SA GASCONNE HLM DU GERS SUD MASSIF CENTRAL HABITAT PATRIMOINE SA LANGUEDOCIENNE LA CITE JARDINS SA SAHLM COLOMIERS HABITAT SA HLM LES CHALETS PROMOLOGIS IMMOBILIERE MIDI-PYRENEES AUTRES STE COOP HLM LES MAISONS CLAIRES U.E.S. HABITER 12 H.S.P 81 SAEM CONST. TARBES 5

43 Quelques précisions Les données proviennent de la saisie des comptes de 26 organismes de la région (Liasse Berger Levrault, liasse du dispositif d autocontrôle des SEM et balance des comptes): bilan, compte de résultat et annexes (état du parc locatif, état de la dette, ) Comparaison avec les données nationales : moyennes calculées à partir des comptes 2011 collectés par la CDC sur un échantillon de 596 organismes de statuts OPH, ESH et SEM. 6

44 7 Le Patrimoine

45 Evolution du Parc HLM en Midi-Pyrénées de 2005 à 2011 nombre de logements, en milliers Logements ,3 115,7 116,9 119,1 122,3 126, ,

46 Mises en chantier : comparaison entre données régionales et données nationales Mises en chantier 2011 / parc fin 2011 : 3 ème rang national, et 1er en excluant les DOM-TOM Moyenne nationale pondérée = 1,74% 8% 7% Moyenne nat = 1,74 % 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% 9 Alsace Aquitaine Auvergne Bourgogne Basse-Normandie Bretagne Champagne- Ardenne Corse Centre Franche-Comté Haute-Normandie Ile-de-France Limousin Lorraine Languedoc- Roussillon Midi-Pyrénées Nord-Pas-de- Calais PACA Poitou-Charentes Picardie Pays-de-la-Loire Rhône-Alpes Antilles-Guyane Nlle- Calédonie polynésie Réunion Océan indien

47 Evolution de la vacance (en nombre de logements) Evolution de la vacance (nombre de logements) Vacance Totale Vacance > 3 mois Vacance technique 10

48 La taille du parc locatif par organismes Une taille moyenne du parc en-dessous des moyennes nationales (OPH et ESH) 11

49 12 Les données financières sur l exploitation

50 Evolution de la «masse» des loyers nets Evolution de la «masse» des loyers nets à un rythme annuel moyen de 4,55% 600 M % 6, ,91 4,91 4,73 4,82 5, ,30 3,65 4, , , , ,00 13 Loyers nets % d'évolution

51 Loyer moyen mensuel par organisme / logt Moyenne nat OP : 293 Moyenne nat ESH = Moyenne Région = Y U Z W X Q O M G J C S I E V F K T P R A L N B H D Organismes 14

52 Evolution du service de la dette Point bas du ratio annuités sur loyers observé en En M Evolution de l'annuité de dette en M En % des loyers Annuité de dette en M En % des loyers

53 Annuité (hors RA) en % loyers en fonction de l âge moyen du patrimoine L annuité, bien que plus importante que les moyennes nationales Annuité, en % des loyers 70% 60% 50% 40% 30% D B H N F P Moyenne Région = 46,6 % R A T V Z O K S L W I Moyenne nat ESH = 46,5 % E Q X M J Y C G U 20% Moyenne nat OPH = 37,8 % 10% Ans 16 demeure corrélée à l âge moyen du patrimoine (28 ans).

54 17 Coûts de gestion et de fonctionnement ( / logement/ an) hors prélèvement sur potentiel financier

55 Evolution de l effort de maintenance 70 En M En % des loyers 15, ,5 14, , ,09 13, , ,54 13,5 13,0 12,5 12, , , ,5 11,0 10, ,0 18 Dépenses nettes GE Entretien courant Maintenance en % des loyers

56 Dépenses de maintenance par organisme ( / par logement / an) Un effort de maintenance qui se situe /logt EFFORT DE MAINTENANCE (EC+GE) par logement Moyenne nat OPH : 601 Moyenne nat ESH = Moyenne Région = R P F H X G T I C V Q B J M W D N S K Y L O A E Z U Gros entretien Entretien courant 19 en dessous des moyennes nationales.

57 Coût de la vacance (à + 3 mois) et des impayés en % des loyers % loyers 18% 16% Moyenne nat OPH : 4,9% Moyenne nat ESH = 3,1 % 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 20 0% G B O T D H W P N Z ARO-HLM 2007 Caisse des dépôts et consignations L R Y I J A F S M V E U Q K C X Organismes

58 Evolution de la marge brute d autofinancement locative En K En % des loyers % 26% % 39% 24% % % MBAL en K dont produits financiers MBAL en % des loyers 21 ARO-HLM 2007 Caisse des dépôts et consignations

59 Ratio MBA locative / loyers Un autofinancement locatif au dessus des moyennes nationales (OPH et ESH). 25% 20% Moyenne nat OPH : 7,9 % Moyenne nat ESH : 8,4 % Moyenne Région en 2011 = 9,1 % 15% 10% 5% 0% -5% 22-10% D A Q X K Y C F S E H M B O W U Z R T N V P I L J G ARO-HLM 2007 Caisse des dépôts et consignations MBAL en % des loyers en 2010 MBAL en % des loyers en 2011

60 23 Poids de la MBA globale en % des produits

61 Les données sur la structure financière 24

62 Evolution de la structure financière à terminaison En M En M Ressources semi-permanentes FDRNT au 31/12 Potentiel Financier Trésorerie 0 25

63 Potentiel financier à terminaison des opérations par logement Une structure financière se hissant au dessus des moyennes nationales OPH et ESH /logt Moyenne nationale = Moyenne régionale = A H S X J K V Q O I Y P D U E Z B C F W M T R L N G Organismes

64 PGE par logement ( / logement / an) /logt F Moyenne régionale : 418 H Z Y N L J K B M I S R D P G W C T Q E O U X V A Organismes 27

65 Trésorerie en mois de loyers + charges Une trésorerie supérieure aux moyennes nationales ESH et OPH Mois 30 V moyenne régionale : 8 mois F 25 moyenne nationale OPH : 5 mois moyenne nationale ESH : 7 mois R H N J K A O G S I X T Q E P C Y Z L Organismes W B U D M

66 29 Merci de votre attention

67 Coûts de production des logements sociaux en Midi Pyrénées Amélie STOBBART Service études économiques et marketing Direction des fonds d épargne

68 Etude sur les coûts de production des logements sociaux ( ) Contexte: l objectif de construction de logements sociaux par an pèse sur les équilibres financiers des organismes La maîtrise des coûts de production : un des facteurs déterminants de la pérennité du modèle économique du secteur du logement social, la hausse actuelle des coûts n est pas soutenable Cette étude vise à alimenter les réflexions des acteurs et partenaires du logement social 2

69 Etude sur les coûts de production des logements sociaux ( ) Données issues des plans de financement des opérations Périmètre de l étude: Logements locatifs sociaux familiaux collectifs neufs Financés de 2005 à 2012 Echantillon retraité : environ logements (dont un peu plus de 6% en Midi Pyrénées) 3

70 Hausse des coûts très marquée au niveau national Evolution du prix de revient hors Ile-de-France (par m² habitable) 4

71 Pas de déformation significative de la structure des coûts sur la période Prix de revient total au m² et décomposition par composante en 2005 et 2012 hors IDF 5

72 Focus sur les coûts de construction: facteurs explicatifs de la hausse Des facteurs pris en compte dans les indices de référence (BT01, ICC): Hausse du coût des facteurs de production : matières premières, énergie, salaires Tensions sur l appareil de production Et un «effet qualité»: Réglementations thermiques Accessibilité Observation d un tassement des coûts à court terme pour des raisons conjoncturelles 6

73 Focus sur Midi Pyrénées Agglomération toulousaine Hors Agglomération toulousaine Hors Ile de France 7

74 Focus sur Midi Pyrénées Prix de revient total au m² et décomposition par composante en 2005 Prix de revient total au m² et décomposition par composante en

75 Focus sur Midi Pyrénées : évolution du plan de financement des opérations Plan de financement en 2005 Plan de financement en 2012 Note : opérations de construction de logements familiaux dont le prêt majoritaire est un prêt PLUS 9

76 Conclusion En Midi Pyrénées, comme dans les autres régions, se pose la question de la maîtrise des coûts de construction à long terme Plusieurs pistes sont évoquées au niveau national Sur le foncier, Quelles explications à l évolution maîtrisée des coûts dans l agglomération toulousaine? Quelles perspectives de maîtrise du coût du foncier dans le reste de la région? 10

77 Contact: Abonnement aux publications:

78 Direction régionale Midi-Pyrénées Toulouse 30 mai 2013 Actualités du fonds d épargne Catherine Pèrenet, Directeur des prêts et de l habitat Direction des fonds d épargne

79 1. Le modèle du fonds d épargne : quelques repères utiles 2. Livrets réglementés : une collecte 2012 exceptionnelle 3. Emplois du fonds d épargne d ici Réponse apportée par le fonds d épargne 2

80 3 Le modèle du fonds d épargne

81 Les missions du fonds d épargne Le fonds d épargne : Centralise une partie de l épargne réglementée : livret A, livret de développement durable (LDD) et livret d épargne populaire (LEP), taux de centralisation : 65 % pour le LA et le LDD / 70 % pour le LEP. Transforme la part centralisée de cette épargne à vue en prêts à long terme aux secteurs d intérêt général identifiés par l État, tout particulièrement le logement social. 4

82 L économie générale du fonds d épargne Rémunérer et sécuriser l épargne Liquidité Prêter pour l intérêt général Logement social Rénovation urbaine Infrastructures durables Portefeuille Rémunérer les réseaux bancaires collecteurs Coût des commissions Rémunérer l État Prélèvement 72 Md entre 1984 et 2012 (valeur non actualisée) 5

83 Le bilan du fonds d épargne Épargne collectée par tous les réseaux Livret A et LDD 343 Md + LEP 52 Md Collecte centralisée au fonds d épargne 256 Md + Autres passifs 14 Md Prêts 147 Md Actifs financiers 123 Md Logement social et politique de la ville 128 Md Aménagement 19 Md Taux 90 % Actions 10 % Résultat Fonds propres Rémunération de la garantie de l État Source : rapport de gestion du fonds d épargne 31/12/

84 7 Les ressources en 2012

85 La quantité et le coût de la ressource disponible au fonds d épargne dépendent principalement : du niveau des dépôts des épargnants ; du taux de centralisation ; du taux du livret A ; Les ressources disponibles du taux de commissionnement, dont dépend l équilibre financier du fonds d épargne et sa capacité à financer les priorités définies par les pouvoirs publics. Chaque modification d un de ces paramètres peut améliorer ou perturber l équilibre du fonds d épargne et sa capacité à prêter pour financer les priorités publiques. 8

86 Une forte augmentation des dépôts Le relèvement des plafonds en 2012 / 2013 : Un évènement rare : le plafond du livret A n avait pas été relevé depuis 1991, sa réévaluation à hauteur de l inflation le porterait autour de ; Le plafond du livret A a été relevé en deux temps (octobre 2012 et janvier 2013), jusqu à à ce jour ; Le plafond du LDD a été doublé dès le mois d octobre à

87 Une forte augmentation des dépôts Un record de collecte en 2012 sur les deux livrets (+49 Md ) dont 65 % au service de priorités formulées par l État. 10

88 11 Les emplois du fonds d épargne d ici à 2020

89 Évolution prévisionnelle des encours de prêts ÉVOLUTION DES ENCOURS DES PRÊTS SUR FONDS D'ÉPARGNE ENCOURS AUTRES PRÊTS (31/12) Prévisions 288 Md ENCOURS HABITAT VILLE (31/12) 225 Md En millions d'euros Md 147 Md

90 Les prêts sur fonds d épargne : un modèle original Tarification des prêts sur la base du livret A, modulée selon le caractère social des opérations financées 60 Durées moyennes / volumes de prêts signés en 2012 Logement très social Durée moyenne (années) : Nouvel Éco-prêt Réhabilitation thermique Renouvellement urbain Réhabilitation classique Portage foncier Logement social Hébergement spécifique Infrastructures durables Projets urbains Logement intermédiaire 2013 : nouvelle enveloppe Collectivités locales et EPS % -0.60% -0.40% -0.20% 0.00% 0.20% 0.40% 0.60% 0.80% 1.00% 1.20% 1.40% 1.60% 1.80% 2.00% Marge sur TLA (pbs) Coût de la ressource à fin 2012 = taux du livret A + 61 bps 13

91 Une activité de financement en forte croissance en Md Signatures de prêts sur fonds d'épargne 30 Autres activités (dt OSEO, NACRE) 25 Infrastructures durables * Refinancement PLS PLI Habitat ville * 22,3 Md 24,0 Md 20 15,6 Md 17,2 Md ,4 Md 13,5 Md * y compris opérations exceptionnelles. Habitat ville : logement locatif social, projets urbains, hébergement pop. spécifiques. Année de signature 14

92 Une activité de financement en forte croissance Évolution des signatures de prêts* - DR Midi-Pyrénées M 715 M 720 M M M M en M Logement locatif social Projets urbains Habitat spécifique Infras. durables * y compris opérations exceptionnelles. 15

93 Les perspectives de prêts au logement social Les principaux objectifs des pouvoirs publics : Financer constructions de logements par an : Actions et conseil CDC : Une part d enveloppe de PLS plus importante proposée par la CDC, Optimisation de l utilisation des fonds propres, Gestion de dette : développement du prêt de haut de bilan (PCPF) et optimisation de l effet de levier de la dette, Adaptation du prêt GAÏA pour favoriser les opérations d aménagement. Réhabiliter thermiquement logements par an : Un nouvel Éco-prêt à TLA -0,75 pdb, Impact considérable sur le résultat des fonds d épargne, Un périmètre élargi à la classe D, (détermination des conditions d éligibilité en cours). 16

94 Des perspectives de prêts au logement social en très nette hausse Une augmentation de l activité de prêts en conséquence : Augmentation du rythme de production de prêts, Nette accélération des «Éco-prêts», Prêts à l UESL (1 Md par an pendant trois ans). Les prêts au logement social et à la politique de la ville atteindraient 17 à 18 Md / an en moyenne au cours des cinq prochaines années (moins de 5 Md en 2004). 17

95 Nombre de logements sociaux financés depuis 1892 et prévisions

96 La réorganisation de l offre de financement du secteur public local s appuie sur le fonds d épargne Une enveloppe de 20 Md de prêts sur fonds d épargne en faveur des investissements locaux (collectivités locales et EPS) de 2013 à 2017 : Poursuite de l action de la CDC depuis 2004 pour financer les projets prioritaires s amortissant à très long terme (15 Md d enveloppes), Champs d intervention définis par les pouvoirs publics, Une intervention complémentaire et compatible avec le financement du logement social, cœur de métier incontestable du fonds d épargne. 19

97 Enveloppe de 20 Md de prêts sur fonds d épargne en faveur des investissements du secteur public local Composition de l enveloppe de 20 Md Tarification : TLA bps pour toute maturité. Durée : Ventilation : Supérieur à 20 ans et jusqu à 40 ans. 5 Md maximum par an. Thématiques : Rénovation lourde des bâtiments publics, notamment thermique ou parasismique, Hôpitaux, Très haut débit, Rénovation réseaux d eau potable et infrastructures de traitement des eaux usées, Travaux de prévention des inondations, Construction/rénovation d infrastructure de valorisation des matières issues des déchets, Construction/ régénération des transports en commun & matériels roulants, Infrastructures portuaires (hors ports de plaisance), Universités (extinction de l enveloppe actuelle + continuité), Subventions CL pour le logement social. 20 Contreparties éligibles : Collectivités territoriales et groupements, EPL (modalités à définir), EPS, EPU, sociétés projet dans le cadre des PPP.

98 Plus et mieux? Les ressources du fonds d épargne seront-elles suffisantes pour faire face à ces ambitions? OUI, sans modification des paramètres du modèle (taux de centralisation notamment). Le modèle du fonds d épargne permettra-t-il de financer mieux et moins cher? NON, la révision du taux de commissionnement des banques, a permis de façon anticipée d abaisser le taux des prêts réhabilitation thermique (Éco-prêt). 21

99 22 Quelle réponse apportée par le fonds d épargne?

100 L approche globale opérateur Une approche personnalisée et prospective en rupture avec la notion d équilibre unitaire des opérations. 23

101 L analyse financière prospective : une démarche partagée? L analyse financière rétrospective Calage des opérations Votre PSP Votre PMT Le scénario commun 24 Analyse financière prospective Une offre commerciale adaptée Une politique d engagement partagée

Le financement de long terme des projets du secteur public local

Le financement de long terme des projets du secteur public local Le financement de long terme des projets du secteur public local 2 3 1. Les missions du fonds d épargne Les missions du fonds d épargne Au sein de la Caisse des Dépôts, le fonds d épargne a pour missions

Plus en détail

COLLECTIVITÉS TERRITORIALES

COLLECTIVITÉS TERRITORIALES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES L offre de prêts sur fonds d épargne de la Caisse des Dépôts Pour la réussite de tous les projets La Caisse des Dépôts, financeur de long terme des territoires Partager vos

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Le financement de l habitat d insertion

Le financement de l habitat d insertion Le financement de l habitat d insertion L offre de prêts de la Caisse des Dépôts Créateur de solutions durables Des financements au service de l intérêt général Vos initiatives Acteurs publics (organismes

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Rapport annuel 2008 des fonds d épargne. Le long terme se construit au quotidien

Rapport annuel 2008 des fonds d épargne. Le long terme se construit au quotidien Rapport annuel 2008 des fonds d épargne Le long terme se construit au quotidien sommaire 01 03 04 05 05 06 07 08 08 09 13 13 13 14 17 17 20 21 22 22 23 25 27 27 29 Introduction Avant-propos du directeur

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Nouveautés Salvia Financements 14.0

Nouveautés Salvia Financements 14.0 Nouveautés Salvia Financements 14.0 Table des matières 1. Méthode durée ajustable de la Caisse des Dépôts et Consignations...4 2. Financement collecteurs indexé sur le livret A...6 3. Expertise par programme...8

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER Edito Sommaire Madame, Monsieur, Aujourd hui, l économie va très vite. Tout change, avance, évolue sans cesse. Certaines décisions politiques ou économiques peuvent avoir un impact fort sur l évolution

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

L EMPLOI EN FRANCE ET EN ZONE EURO : VERS LA REPRISE?

L EMPLOI EN FRANCE ET EN ZONE EURO : VERS LA REPRISE? La Lettre du Centre Etudes & Prospective du Groupe ALPHA N 17 Février 215 L EMPLOI EN FRANCE ET EN ZONE EURO : VERS LA REPRISE? L horizon s éclaircit pour l économie européenne : la baisse de l euro, conjuguée

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

REGION BASSE-NORMANDIE

REGION BASSE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION BASSE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

Financement de la réhabilitation des logements

Financement de la réhabilitation des logements Financement de la réhabilitation des logements Quels instruments disponibles? La gamme des outils Aides directes de l Etat et des collectivités locales Subventions nationales et locales Défiscalisation

Plus en détail

MESURES. de l investissement et de l activité Mercredi 8 avril 2015 POUR UNE ACCÉLÉRATION. Pour plus d'informations : www.gouvernement.

MESURES. de l investissement et de l activité Mercredi 8 avril 2015 POUR UNE ACCÉLÉRATION. Pour plus d'informations : www.gouvernement. PREMIER MINISTRE MESURES POUR UNE ACCÉLÉRATION de l investissement et de l activité Mercredi 8 avril 2015 Pour plus d'informations : www.gouvernement.fr Mesures pour une accélération de l investissement

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008 Conférence de presse 26 février 2009 Groupe Banque Populaire Résultats 2008 Avertissement Cette présentation peut inclure des prévisions basées sur des opinions et des hypothèses actuelles relatives à

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER AU 1 er SEMESTRE 2014 «Réalité et pragmatisme» Avec la participation de A CONJONCTURE ÉCONOMIQUE Jean-François BUET, Président FNAIM ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT

GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE DE COMMERCE GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT MAI 2013 Compte de commerce Gestion de la dette et

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Guide Prêt Locatif Social (PLS)

Guide Prêt Locatif Social (PLS) Investir dans un logement destiné à la location. Qu est-ceque c est? Le prêt locatif social (PLS) s adresse à tout investisseur qui achète un logement pour le louer. Le PLS est destiné à financer des appartements

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes

Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes PRESENTATION Depuis de nombreuses années, le ministère des affaires étrangères et européennes souhaitait réaliser

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

REGION HAUTE-NORMANDIE

REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013 MAI 2013 NOTE CONJONCTURELLE Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél.

Plus en détail

Un partenariat de long terme

Un partenariat de long terme Le fonds d épargne au service des collectivités territoriales Créateur de solutions durables Un partenariat de long terme pour développer vos territoires Outre son offre de prêt en faveur de la politique

Plus en détail

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2013 COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE Mai 2014 Comptes d opérations monétaires Compte 953 - Pertes

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

12/14 octobre 2010 Créteil / La Rapée Page 1

12/14 octobre 2010 Créteil / La Rapée Page 1 Vos projets évoluent, Votre épargne financière aussi 12/14 octobre 2010 Créteil / La Rapée Page 1 En introduction Une approche de notre épargne définie en fonction : d objectifs, de durée, de capacités

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER,

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, SON EVOLUTION ET DE LA «MAISON POUR 15 EUROS PAR JOUR» Synthèse Le Pass-foncier est un dispositif social d accompagnement des politiques locales

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

www.caissedesdepots.fr Fonds d épargne l épargne de tous au service de l intérêt général

www.caissedesdepots.fr Fonds d épargne l épargne de tous au service de l intérêt général www.caissedesdepots.fr Fonds d épargne l épargne de tous au service de l intérêt général édito par Jean-Pierre Jouyet Directeur général de la Caisse des Dépôts Au cœur de la Caisse des Dépôts, le fonds

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 POINT LOGEMENT Ivry Confluences 42 avenue Jean Jaurès Construction de 51 logements locatifs sociaux en VEFA par l ESH Logis Transports Garantie communale

Plus en détail