Laboratoire de Chimie Analytique Pharmaceutique- Genève. L électrophorèse capillaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laboratoire de Chimie Analytique Pharmaceutique- Genève. L électrophorèse capillaire"

Transcription

1 Laboratoire de Chimie Analytique Pharmaceutique Genève L électrophorèse capillaire EC

2 Historique 1930 Séparation de protéines sous forme de bandes contiguës dans un tube en quartz en forme de «U» Électrophorèse par zones et isotachophorèse 1960 Électrophorèse sur gel de polyacrylamide (PAGE) et SDS PAGE 1970 premier instrument d électrophorèse capillaire ( CZE et CIEF) 1980 Ère moderne de l électrophorèse capillaire (CZE, MECK et CIEF)

3 Domaines d application Analyse pharmaceutique ( formulations pharmaceutiques et fluides biologiques ) Analyse biochimique ( protéines, ADN, ) Analyse clinique et toxicologique Analyse environnementale ( pesticides, ) Analyse phytochimique ( métabolites secondaires )

4 Appareillage

5 Principe de l EC Séparation basée sur la migration différentielle des solutés sous s l influence d un champ électrique. Séparation s effectue dans des tubes de silice fondue de petit diamètre d (20 μm à 100 μm m d.i.). Hauts voltages (0 à 30 kv) et hauts champs électriques (100 à V/cm) sont appliqués aux extrémités du capillaire. Haute résistance du capillaire limite la génération de courant (quelques( μa) et l effet Joule. Grande efficacité (N > 10 5 à 10 6 ) et rapidité d analyse. Détection «en ligne» (pas de cellule externe). Petits volumes d injection (nl( nl) Petites quantités de solvant pour l analyse (μl).( Attention à l électrolyse du tampon! Différents modes de séparation et application. Séparation en milieu aqueux et nonaqueux. Couplage à divers détecteurs (UV, fluorimétrie,, masse). Automatisation possible.

6 Principe de l EC Capillaire en silice vierge diamètre interne: μm longueur: cm) Détecteur à barrette de diodes ( nm) Détection Anode (Pt) Injection Flacons remplis d une solution tampon (5 150 mm) + _ Cathode (Pt) V 300 μa 6 W

7 Le capillaire Tubes résistants (polyimide( polyimide) ) remplis de silice vierge, enduite ou greffée La silice est dénudée sur 5 à 10 mm pour la détection UV en ligne (longueurs total et effective) Diamètre interne de 20 μm m à 100 μm Diamètre externe de 70 μm m à 500 μm Haute constante diélectrique (isolant)

8 La cassette

9 Les tampons, les électrolytes et les additifs CE UV CE MS Tampons: Additifs: * citrate * acide formique * phosphate Aqueux * formate d ammonium * borate * acétate d ammonium * carbonate d ammonium * modificateurs * mélanges (MeOH( MeOH/MeCN) organiques Nonaqueux contenant des électrolytes volatiles * micelles (ex: SDS) * possibilité d utiliser du SDS * sélecteurs chiraux et des CDs avec remplissage (ex: Cyclodextrines) partiel du capillaire * Electrochromatographie

10 Tension appliquée et volume injecté Voltage: 0 à 30 kv!!! Courant: 0 à 300 μa Puissance: 0 à 6 W Injection: hydrodynamique pression (mbars.sec) vide gravité électromigration (voltage, courant)

11 La détection UV Abs A B Abs A B t t detection à λ 1 detection à λ 2

12 La détection par spectrométrie de masse Les avantages du couplage CEMS CE Grande efficacité Séparation rapide Faibles volumes MS Sélectivité Sensibilité Information structurale

13 La détection par spectrométrie de masse L appareillage CEESIMS: interface de type «électrospray» Capillary Nebulisation Gas Sheath liquid makeup Skimmer Octopole Drying Gaz Detector Capillaire MS Fragmentation zone («upfront» CID) Lenses Quadrupole Pression atmosphérique Vide : 1 Torr 10 2 Torr 10 5 Torr

14 La séparation en EC L électrophorèse capillaire est une méthode qui permet de séparer les constituants d un mélange en solution en se fondant sur leur différence de migration, lorsqu ils sont soumis à un champ électrique. Initialement, ce procédé s applique aux particules chargées positivement ou négativement qui se déplacent par application d un champ électrique avec des vitesses apparentes variables. Les constituants d un mélange se séparent dans le temps sous l effet de 2 facteurs principaux appelés: Mobilité électrophorétique: μ ep Mobilité électroosmotique: μ eo

15 Mobilité électrophorétique La mobilité (ou migration) électrophorétique μ ep correspond au déplacement des molécules chargées (les substances neutres n ont pas de μ ep ) dans un électrolyte «supposé immobile» vers l électrode de signe opposée. μ ep = q i / (6πη πηr i ) en m 2 V 1 s 1 et V ep = μ ep q i et r i : caractéristiques ristiques physicochimique chimique de l ion, l η : viscosité (cp) ep E La mobilité électrophorétique tique μ ep et donc la vitesse électrophorétique tique V ep dépend du milieu: ph et composition du tampon (force ionique, viscosité, )

16 Mobilité électroosmotique Le second paramètre qui contrôle le mouvement des solutés est appelé pelé écoulement électroosmotique μ os (ou électroosmose). La paroi interne du capillaire est tapisée de groupements silanol qui s ionisent à partir de ph2 pour former r une paroi intérieure chargée négativement. Afin d assurer la neutralité, les cations du milieu tampon viennent recouvrir la paroi ce qui donne lieu à la formation d une double couche (potentiel Zeta). Sous l influence du champ électrique, les cations de cette double couche se mettent en mouvement et migrent en direction de la cathode. Ainsi, ils entrainent la solution tampon et créent un flux appelé é écoulement électroosmotique. μ eo eo = [(εδ / 4πη4 πη) ) E ] en m 2 V 1 s 1 et V eo = μ eo ε : constante diélectrique du milieu, δ : potentiel Zeta (mv), η : viscosité (cp) L écoulement électroosmotique peut être contrôlé en modifiant la tension, le ph ou la nature du capillaire (silice greffée), e), ou en introduisant des additifs. eo E

17 Mobilité apparente et ordre d élution La mobilité apparente correspond à la vitesse réelle de migration n des molécules au sein du capillaire et correspond donc à la somme de la mobilité électrophorétique et de la mobilité électroosmotique: μ app = μ ep + μ eo et V app = V ep + V eo V eo Mais aussi: V ep + V app +

18 La séparation en EC Fonction de Charge Taille Injection ANODE N N N N CATIONS NEUTRES ANIONS + + EOF Figure 2. Principe de l électrophorèse capillaire de zone + = + ++ EOF EP EM EOF = EOF EP EM = EM Détection CATHODE _ Capillaire

19 L électrophorèse capillaire de zone (CZE) L électrophorèse capillaire de zone est basée sur la migration différentielle d des espèces chargées, sous l effet d un champ électrique. Les analytes sont séparés selon leur rapport charge effective / rayon hydrodynamique et migrent vers le pôle de signe opposé. En CZE il n est pas possible de séparer les espèces neutres. Le choix d un tampon est primordial car de sa concentration (ou de sa force ionique) ainsi que de son ph dépendront les mobilités électrophorétiques et électroosmotiques,, et donc la rapidité et les performances des séparations. La CE en milieu nonaqueux aqueux: : le tampon est constitué d un ou plusieurs solvants organiques (MeOH( MeOH, AcN) ) auxquels on ajoute un sel (acétate d ammonium, acide acétique, TFA) pour assurer la conductivité du milieu. Ce type d analyse d s accompagne généralement d un gain significatif au niveau des sélectivités s et des efficacités. Les autres avantages sont la possibilité d effectuer r des séparations rapides (<1 min) par l utilisation conjointe de capillaires courts et de champs électriques élevés, le couplage à la spectrométrie de masse, la séparation de composés peu solubles et peu stables en milieu aqueux.

20 L électrophorèse capillaire de zone (CZE) μ ep anions μ ep N (= 0) μ ep cations + _ N N _ Ecoulement électroosmotique Réponse du détecteur Composés cationiques Composés neutres Composés anioniques Temps

21 L électrophorèse capillaire micellaire (MECK) Cette méthode est principalement destinée aux molécules qui ont tendence à migrer sans séparation (analytes neutres), mais aussi pour les composés chargés difficilement séparables. En mode micellaire, on ajoute dans la phase mobile un tensioactif f cationique ou anionique, tel le dodecylsulfate de sodium (SDS). Il se forme alors dans le tampon des micelles dont la partie intérieure possède un caractère hydrophobe. Ces micelles forment une pseudophase phase stationnaire. Le séparation des composés neutres se fait selon un mécanisme de partage du type hydrophile / hydrophobe.

22 L électrophorèse capillaire micellaire (MECK) m MC m MC m MC + EOF t 0 t R t MC

23 L électrophorèse capillaire chirale La séparation énantiomérique en CE Mode direct Séparation des énantiomères par addition d un sélecteur chiral dans l électrolyte Sélecteurs chiraux utilisés en CE Antibiotiques (rifamicine( rifamicine, vancomycine, teicoplanine,,...) Protéines (α( 1 AGP, BSA,...) A B C Sélecteur Chiral C A B C Enantiomères A B μ S μ R Formation de diastéréomères «insitu» Capillaire Ethers de couronne Cyclodextrines (CD) natives (αcd,( βcd, γcd) dérivées (2hydroxypropyl hydroxypropylβcd) chargées (sulfobutyléther( sulfobutylétherβcd) 1. Inclusion Cavité hydrophobe * O C CH CH O OH OH CH CH 3 N O C CH OH O 2. Interactions secondaires avec les substituants * N CH CH3

24 Les autres modes de l électrophorèse capillaire Electrochromatographie capillaire: : capillaire rempli d une phase e stationnaire chromatographique. Focalisation isoélectrique capillaire: : création au sein du capillaire d un gradient de ph croissant de l anode à la cathode à l aide d un mélange m d ampholytes. Electrophorèse capillaire sur gel: : le capilaire est rempli avec un électrolyte contenant un gel qui stabilise le milieu contre le phénomène de convection, limite la diffusion et joue le rôle d un tamis permettant aussi une séparation des molécules en fonction de leur taille. Isotachophorèse capillaire: : le capillaire est rempli avec plusieurs tampons de conductivités variables.

25 Applications 1. Identification et quantification des éphédrines dans l urine CH OH CH CH 3 N H CH 3 OH CH CH CH 3 N H CH 3 1: Ephedrine 2: Pseudoephedrine mau CH OH CH CH 3 NH 2 3: Norephedrine (phenylpropanolamine) N OH CH CH CH 3 NH 2 4: Norpseudoephedrine (cathine) CH min O OOCCH CH OH 2 Conditions: 260 mm Trisphosphate, ph=3.5, 13.3 mm DMβCD 30 kv (I=61 μa), 25 C, capillaire: 48.5 cm, 75 μm m i.d. UV directe à 195 nm 5: Scopolamine (SI)

26 Applications 2. Dosage des CDT (transférine déficiente en glucose) La transferrine déficiente en hydrate de carbone (CDT) Marqueur de l abus d alcool

27 Applications 2. Dosage des CDT (transférine déficiente en glucose) CDT Isoformes Val. réf. (#) Analyse d un échantillon de sérum d un patient par électrophorèse capillaire (CE) UV. Valeur des CDT : 8.7 % : mau Asialo ND (< 0.5 %) Monosialo ND (<0.9%) Disialo < 2.5 % Trisialo % Tétrasialo % Pentasialo % Hexasialo 1 3 % asialo disialo trisialo tetrasialo pentasialo hexasialo Heptasialo < 1.5 % 50 Octasialo ND Conditions: kit Ceofix CDT (Analis( Analis) 28 kv, 20 C, capillaire: 40 cm, 50 μm m i.d. UV indirecte à 200 nm Time [min]

28 Applications 3. Purification du GHB urinaire CH CH 2 CH 2 O OH mau DAD1 A, Sig=300,80 Ref=214,10 (050310\MK D) OH Gammahydroxybutyric Acid GHB min Conditions: 4 mm acide nicotique et 3mM Spermine,, ph= kv (I=61 μa), 25 C, capillaire: 48.5 cm, 75 μm m i.d. UV indirecte à 214 nm

29 Applications 4. Analyse des hémoglobines (humaine et synthétique) mau DAD1 A, Sig=415,30 Ref=off (050422\MK D) Hb A Globules rouges 40 Hb A min Conditions: kit Ceofix HbA 2 (Analis) 29 kv (I=80 μa), 25 C, capillaire: 36 cm, 25 μm m i.d. UV indirecte à 415 nm Hémoglobine humaine Oxyglobine (tétramère)

30 Applications 4. Analyse des hémoglobines (humaine et synthétique) mau DAD1 A, Sig=415,30 Ref=off (050422\MK D) Hb A 1 mau DAD1 A, Sig=415,30 Ref=off (070607\JB D) Hb A Oxyglobin 40 Hb A min min Conditions: kit Ceofix HbA 2 (Analis) 29 kv (I=80 μa), 25 C, capillaire: 36 cm, 25 μm m i.d. UV indirecte à 415 nm

31 Applications 5. Analyse chirale des amphétamines Amphétamine (A) Metamphétamine (MA) 3,4methylenedioxyamphétamine (MDA) 3,4 methylenedioxymetamphétamine (MDMA) Conditions: 100 mm Trisphosphate, ph=2.5, 25 mg/ml (2hydroxy hydroxy)propylβcd 30 kv, 25 C, capillaire: 64.5 cm, 50 μm m i.d. UV directe à 200 nm

EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES

EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES METHODES CHROMATOGRAPHIQUES. METHODES ELECTROPHORETIQUES. DOSAGES SPECIFIQUES. CHROMATOGRAPHIE SUR PAPIER. CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE. CHROMATOGRAPHIE

Plus en détail

ELECTROPHORESE CAPILLAIRE

ELECTROPHORESE CAPILLAIRE Université de Strasbourg (U D S) Formation continu ELECTRPHRESE CAPILLAIRE TRAVAUX DIRIGES 1 I Epreuve de Notion d'échelle dans les méthodes de séparation Master 2 Sciences Analytiques (M. François) (1

Plus en détail

Électrophorèse capillaire

Électrophorèse capillaire Mode de séparation vue d ensemble En solution libre (CZE) Isotachophorèse (CITP) Séparation par pi (CIEF) EC avec gel (CGE) Ampholyte + échantillon Gardient de ph Mobilité libre dans une solution électrolyte

Plus en détail

électrophorèse capillaire pour le dosage de principes actifs contenus dans différentes formulations pharmaceutiques

électrophorèse capillaire pour le dosage de principes actifs contenus dans différentes formulations pharmaceutiques Développement et validation d une méthode m d analyse d utilisant l él électrophorèse capillaire pour le dosage de principes actifs contenus dans différentes formulations pharmaceutiques Genève, le 4 juillet

Plus en détail

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines 1.Isolement des protéines A. Choix d une source de protéines B. Techniques de solubilisation C. Stabilisation des protéines D. Détection des protéines E.

Plus en détail

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Modules d'enseignements de Chimie M3303 : Techniques Spectroscopiques (Johan Alauzun S3) M4104 : Analyses Électrochimiques (Olivier Fontaine fin S3) et

Plus en détail

Purification de protéines - stratégies

Purification de protéines - stratégies Purification de protéines - stratégies Propriétés des protéines et stratégie de purification Instabilité à la température Stabilité au ph Stabilité au solvants organiques Nécessité d utiliser des détergents

Plus en détail

La chromatographie aspects généraux

La chromatographie aspects généraux La chromatographie aspects généraux Méthode de séparation et de quantification de composés présents dans une phase homogène liquide ou gazeuse. Le principe est basé sur les équilibres successifs des composés

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Electrophorèse.

TD de Biochimie 4 : Electrophorèse. TD de Biochimie 4 : Electrophorèse. Synthèse de l expérience 1 Les questions posées durant l expérience 1 Exposé sur les méthodes de séparation des molécules : Paramètres de séparation Méthodes : l électrophorèse

Plus en détail

Chromatographie liquide haute performance (CHLP)

Chromatographie liquide haute performance (CHLP) Chromatographie liquide haute performance (CHLP) La chromatographie liquide haute performance (CHLP en français, HPLC en anglais) est une technique analytique très générale d emploi. Elle correspond à

Plus en détail

ÉLECTROPHORÈSE. , sur un ion avec une charge q dans un champ électrique d intensité, E, est: F électrique. = qe

ÉLECTROPHORÈSE. , sur un ion avec une charge q dans un champ électrique d intensité, E, est: F électrique. = qe ÉLECTROPHORÈSE A. Théorie -l électrophorèse, la migration d un ion dans un champ électrique, est utilisée dans les séparations analytiques des molécules biologiques - selon les lois de l électrostatique,

Plus en détail

Chromatographie Liquide de Haute Performance (CLHP-HPLC) Introduction

Chromatographie Liquide de Haute Performance (CLHP-HPLC) Introduction Chromatographie Liquide de Haute Performance (CLHP-HPLC) Introduction Principe de la CLHP Séparation de constituants dans un mélange complexe Mise en solution dans un solvant ou un mélange de solvant (éluant)

Plus en détail

ELECTROPHORESE : Bases physique & Applications Médicales

ELECTROPHORESE : Bases physique & Applications Médicales ELECTROPHORESE : Bases physique & Applications Médicales Dr K CHATTI, 2010 Population cible Etudiants 1 ère Année Médecine Pré-requis Généralités sur la solution, potentiel chimique, propriétés colligatives

Plus en détail

Fiche TP n 1 : Initiation aux techniques biochimiques

Fiche TP n 1 : Initiation aux techniques biochimiques Fiche TP n 1 : Initiation aux techniques biochimiques Préparation de la solution mère : Bleu de méthylène (10-5 et 0.5x10-5 M). Lire la densité optique à l aide d un spectrophotomètre des deux solutions

Plus en détail

LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE

LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE CHANTAL ZEDDE SERVICE HPLC SPCMIB/ICT/PICT TOULOUSE III QUEL MOYEN D ÉVALUATION? Chromatographie sur couche mince Rapide à mettre en œuvre Faible coût Insuffisant

Plus en détail

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE 6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE OBJECTIFS Connaître les particularités de la chromatographie en fluide supercritique et des chromatographies sur couche mince ou sur papier Comprendre les avantages et

Plus en détail

Ionisation Chimique à Pression Atmosphérique

Ionisation Chimique à Pression Atmosphérique UNIVERSITE D ANGERS Institut Supérieur de la Santé et des Bioproduits d Angers 16, Bd Daviers, 49045 ANGERS Cedex L2 Ingénierie et Management de la Santé Spectrométrie de masse Ionisation Chimique à Pression

Plus en détail

Solutions tampons de ph (2 ème partie)

Solutions tampons de ph (2 ème partie) Résumé (1 ère partie) Solution tampon de ph = Solution aqueuse constituée d un mélange d un acide faible + sa base conjuguée (ou l inverse) ܝܙ ܛ ܕܚܗ ܕܚܗ ܗܔ ۹ ܘ ۶ ܘ l ajout de petites quantités d acide

Plus en détail

4.0 Techniques d électrophorèse capillaire

4.0 Techniques d électrophorèse capillaire 4.0 Techniques d électrophorèse capillaire 1 Conversion d unités 1 Joule (J) 1 kg.m 2.s -2 1 centipoise (cp) 10-3 kg. m -1.s -1 10-3 Pa.s 1 psi 6.8948x10 3 Pa 1 Coulomb (C) 1 J.V -1 1 kg.m 2.s -2.V -1

Plus en détail

Manipulation des acides nucléiques

Manipulation des acides nucléiques Manipulation des acides nucléiques (voir chapitre 6 du Voet et Voet) - les acides nucléiques forment des polymères : ADN et ARN - ils sont composés de 4 nucléotides: A, C, G et T pour l ADN A, C, G et

Plus en détail

Les protéines fibreuses:

Les protéines fibreuses: D- Hiérarchie dans la conformation des protéines Les protéines fibreuses: Le collagène: Le derme de la peau est formé d'un dense treillis de fibres de collagène La kératine : Les ongles, la couche cornée

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

ANTITHROMBINE III HUMAINE (CONCENTRÉ D ) Antithrombinum III humanum densatum

ANTITHROMBINE III HUMAINE (CONCENTRÉ D ) Antithrombinum III humanum densatum NOTERELATIVEÀLAMONOGRAPHIE Cettemonographieaétécorrigéepourréintroduire et décrire in extenso la méthode de titrage de l héparine qui, jusqu au Supplément 8.3 de la Ph. Eur., figurait dans le chapitre

Plus en détail

De la CCM à la CPL : Trucs et astuces

De la CCM à la CPL : Trucs et astuces De la CCM à la CPL : Trucs et astuces Jean-Marc Roussel cccm juin 2009 11/06/2009 Jean-Marc Roussel Page 1 Développement de méthode en CCM 3 phases sont à prendre en compte : Phase vapeur Échantillon Phase

Plus en détail

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES I. ISOLEMENT D UNE PROTEINE RESPONSABLE D UNE FONCTION : On s intéresse au fait d isoler la chymotrypsine, enzyme pancréatique sécrétée dans le tube digestif et responsable

Plus en détail

POSTER 8. O. Ludemann-Hombourger (1), N. Bourges (1), H. Muhr (2), E. Plasari (2)

POSTER 8. O. Ludemann-Hombourger (1), N. Bourges (1), H. Muhr (2), E. Plasari (2) POSTER 8 Développement d une méthode de détermination du diagramme de solubilité énantiomères - solvant en vue de leur séparation par cristallisation couplée à la chromatographie préparative O. Ludemann-Hombourger

Plus en détail

L analyse toxicologique, un outil de vigilance et de réduction des risques?

L analyse toxicologique, un outil de vigilance et de réduction des risques? L analyse toxicologique, un outil de vigilance et de réduction des risques? Damien RICHARD, Nicolas AUTHIER SERVICE DE PHARMACOLOGIE MEDICALE Laboratoire de Pharmacologie -Toxicologie Centre Addictovigilance

Plus en détail

Note d application. Auteur. Extrait. Produits biologiques et biosimilaires

Note d application. Auteur. Extrait. Produits biologiques et biosimilaires Auteur M.Sundaram Palaniswamy Agilent Technologies Pvt Ltd Bangalore, Inde Quantification d agrégats d anticorps monoclonaux et de conjugués anticorps-médicaments par chromatographie d exclusion stérique

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET REMPLACEMENT 2010 France métropolitaine Option : ANABIOTEC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE E2 DU DEUXIÈME GROUPE SCIENCES ET TECHNIQUES DE LA MATIÈRE Durée : 3 heures Matériel(s) et document(s)

Plus en détail

V- Purification des Protéines

V- Purification des Protéines V- Purification des Protéines = séparation des autres constituants de la cellule Protéine assez enrichie pour que tout contaminant puisse être tenu comme valeur négligeable : «raisonnement pure» Plusieurs

Plus en détail

Connaissances Capacités Exemples d'activités L'ION : COMPRENDRE LA CONDUCTION ÉLECTRIQUE DANS LES SOLUTIONS AQUEUSES.

Connaissances Capacités Exemples d'activités L'ION : COMPRENDRE LA CONDUCTION ÉLECTRIQUE DANS LES SOLUTIONS AQUEUSES. Niveau 3 ème Document du professeur 1/ 9 Physique Chimie La chimie, science de la transformation de la matière. Nature du courant électrique dans les solutions aqueuses ioniques. Migration des ions. Programme

Plus en détail

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie UV-Visible Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie d absorption UV-Visible I. Introduction. Spectroscopie : Etude

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Session 2014 PHYSIQUE-CHIMIE Série S Enseignement de Spécialité Durée de l épreuve : 3 heures 30 Coefficient : 8 L usage des calculatrices est autorisé. Ce sujet ne nécessite pas de

Plus en détail

Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D

Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D 24 1. Dosage de la vitamine D par RP-HPLC 1.1. Principe de la méthode Pour réaliser une séparation d'un mélange on le fait diluer dans un solvant approprié,

Plus en détail

Intérêt de l HPTLC comme aide à l amélioration des procédés de synthèse, méthode complémentaire, alternative et orthogonale

Intérêt de l HPTLC comme aide à l amélioration des procédés de synthèse, méthode complémentaire, alternative et orthogonale Intérêt de l HPTLC comme aide à l amélioration des procédés de synthèse, méthode complémentaire, alternative et orthogonale Louise Vicard Club CCM (ex-sanofi, Neuville) Introduction La plupart du temps,

Plus en détail

Spectrométrie de masse. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectrométrie de masse. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectrométrie de masse Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectrométrie de masse I. Généralités. Technique analytique permettant de séparer

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE Durée : 4 heures L usage des calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Analyse chirale de stimulants du groupe «éphédrine» par électrophorèse capillaire

Analyse chirale de stimulants du groupe «éphédrine» par électrophorèse capillaire Analyse chirale de stimulants du groupe «éphédrine» par électrophorèse capillaire Par la présente, je soussigné, Pierre Schlungs, né le 17 mai 1985 à Luxembourg, déclare avoir réalisé ce travail par mes

Plus en détail

Les solvants. Des produits. 1 Million de tonnes par an. Dont 550 000 tonnes de solvants organiques neufs* 15 % des salariés exposés

Les solvants. Des produits. 1 Million de tonnes par an. Dont 550 000 tonnes de solvants organiques neufs* 15 % des salariés exposés Les solvants Des produits 1 Million de tonnes par an Dont 550 000 tonnes de solvants organiques neufs* 15 % des salariés exposés * Source INRS ( ND2230) 1 Les solvants Contexte réglementaire - l utilisation

Plus en détail

Électrophorèse capillaire CHM 3102

Électrophorèse capillaire CHM 3102 1 Vue d ensemble Tampon Électrode Échantillon Alimentation électrique Détecteur Tampon Électrode Séparation basée sur la migration différentielle des solutés sous l influence d un champ électrique. Séparation

Plus en détail

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides»

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» (Méthode du flacon) 1. I N T R O D U C T I O N C o n n a i s s

Plus en détail

Galan Briceño Juana, Bonvin Grégoire, 14.11.2005 Origa Magali, Osini Stéphanie

Galan Briceño Juana, Bonvin Grégoire, 14.11.2005 Origa Magali, Osini Stéphanie ANALYSE DE PROTEINES DANS LA LEVURE. I. But : Le but de ce TP est l analyse quantitative d une protéine de levure, l hexokinase, qui joue un rôle essentiel dans le mécanisme de la glycolyse. Nous utiliserons

Plus en détail

Chapitre 10 Entretien des matériaux

Chapitre 10 Entretien des matériaux Chapitre 10 Entretien des matériaux I. Les tensioactifs I.1. Tension superficielle (rappels) Un liquide, au contraire d un gaz, ne tend pas à occuper tout l espace qui lui est offert : ses molécules sont

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

I- Spectres UV-visible

I- Spectres UV-visible Objectif : Comprendre comment l étude de spectre donne des informations sur les composés chimiques. I- Spectres UV-visible 1. Activité 1 p 88 Matériel : B : un spectrophotomètre et ses cuves ; une solution

Plus en détail

Professeur SAALAOUI Ennouamane

Professeur SAALAOUI Ennouamane Professeur SAALAOUI Ennouamane الأستاذ السعلاوي النعمان Filière SVI : S5 Élément de module: Méthodes de séparation et d analyses Biologiques Année universitaire 2011/2012 Bonne réussite pour cette année

Plus en détail

Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique

Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique laboratoire de Chimie Industrielle - Génie des Procédés O. CHEDEVILLE, M. DEBACQ, C. PORTE Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique Présentation

Plus en détail

2. L eau Structure et propriétés

2. L eau Structure et propriétés 2. L eau Structure et propriétés Structure simple aux propriétés complexes Comportement physico-chimique anormal comparé à H 2 S (structure voisine) Abondance des liaisons hydrogène Constante des milieux

Plus en détail

Support d échange ionique HyperCel STAR AX

Support d échange ionique HyperCel STAR AX Life Sciences USD 2831(2) Support d échange ionique Support de chromatographie d échange d anions «tolérant aux conditions salines» Support de chromatographie d échange d anions utilisable à l échelle

Plus en détail

Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat

Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat I. Solutions acides faibles 1.1. Observation Le ph d une solution d acide éthanoïque CH 3 COOH de concentration molaire c A = 10 2 mol/l est égale à 3,4. 1.2. Interprétation

Plus en détail

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU METABOLISME DES IONS ET DE l EAU 1 GENERALITES Le corps humain est composé de 60 à 70% d eau. Cette eau se répartit dans deux compartiments, intra et extracellulaire. Ce dernier peut être lui même scindé

Plus en détail

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres.

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres. 1. Objet E.II.4.V1 DOSAGE DES CYANURES TOTAUX ET LIBRES : MÉTHODES D ANALYSE EN FLUX CONTINU Cette procédure a pour objet la détermination de la teneur en cyanures libres, en cyanures non oxydables au

Plus en détail

4. CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE

4. CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE 4. CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE OBJECTIFS Comprendre les principaux mécanismes de la séparation chromatographique Savoir les utilisations principales de chaque type de chromatographie liquide Comprendre pratiquement

Plus en détail

CHIMIE-RESUME DE LA DEUXIEME PARTIE DEUXIEME PARTIE ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES

CHIMIE-RESUME DE LA DEUXIEME PARTIE DEUXIEME PARTIE ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES DEUXIEME PARTIE ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES CHAPITRE 4 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Rappels [H 3 O + ] = 10 -ph ou ph = - log [H 3 O + ] (Le ph d une solution dépend

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS QUELQUES EAUX POTABLES OU NON POTABLES

OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS QUELQUES EAUX POTABLES OU NON POTABLES OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS THEORIE REGION DE PICARDIE NOTE NOM PRENOM LYCEE Que signifie l adjectif potable? Peutêtre bu sans danger QUELQUES EAUX POTABLES

Plus en détail

Liquides externes. Liquides externes. Liquides externes Collyres Injectables. Collyres Injectables

Liquides externes. Liquides externes. Liquides externes Collyres Injectables. Collyres Injectables Préparations des médicaments Cours de 2ème en petites Année quantités de Master en Pharmacie, Préparation collyres, injectables des médicaments en petites quantités Section des Sciences pharmaceutiques

Plus en détail

Physicochimie & comportement des détergents dans l eau

Physicochimie & comportement des détergents dans l eau Physicochimie & comportement des détergents dans l eau Maïté PATERNOSTRE URA 2096, CEA-CNRS DBJC/SBFM Cea-Saclay, F-91191 Gif/Yvette Les lipides Définition : un lipide est une molécule de poids moléculaire

Plus en détail

Spectroscopie infrarouge

Spectroscopie infrarouge Spectroscopie infrarouge I Spectroscopies d absorption 1. Généralités Reposent sur les interactions entre la matière et la lumière absorption : excitation après absorption d un quanta d énergiehν transitions

Plus en détail

Chapitre 7 Structures tridimensionnelles des protéines

Chapitre 7 Structures tridimensionnelles des protéines Chapitre 7 Structures tridimensionnelles des protéines Stabilité des protéines - Forces électrostatiques - Forces des liaisons hydrogène -Interactions hydrophobes - Ponts disulfure - Dénaturation des protéines

Plus en détail

Changement de réactif pour la formation d un ester

Changement de réactif pour la formation d un ester HAPITRE 11 NTRÔLE DE L ÉVLUTIN DES SYSTÈMES HIMIQUES hangement de réactif pour la formation d un ester 1. Pourquoi changer de réactif? Les réactions d estérification et hydrolyse sont lentes, inverses

Plus en détail

ELECTROPHORESE CAPILLAIRE

ELECTROPHORESE CAPILLAIRE Université de Strasbourg (U D S) Formation continu ELECTRPHRESE CAPILLAIRE TRAVAUX DIRIGES 1 I Epreuve de Notion d'échelle dans les méthodes de séparation Master 2 Sciences Analytiques (M. François) (1

Plus en détail

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés physico-chimiques IV.1. Dénaturation Définition : Perte d activité biologique

Plus en détail

Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs».

Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs». Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs». Dosage de la nicotine et de la cotinine urinaires par chromatographie liquide haute performance

Plus en détail

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines - 3 - PEUPLEMENTS 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines Variabilité et rôle de la matière organique dissoute de différentes origines comme source nutritionnelle

Plus en détail

Mesure de l activité enzymatique

Mesure de l activité enzymatique Mesure de l activité enzymatique - dans cette section, nous traiterons des aspects plus pratiques de la mesure de l activité d une enzyme A. Principes de base - l activité enzymatique est influencée à

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

La composition chimique de la matière vivante Chapitre 2 Anatomie

La composition chimique de la matière vivante Chapitre 2 Anatomie La composition chimique de la matière vivante Chapitre 2 Anatomie La matière vivante est constituée d éléments simples appelés atomes qui entrent dans la composition de la substance minérale et organique.

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

Physique Chimie. Analyse physico-chimique des acides d un vin

Physique Chimie. Analyse physico-chimique des acides d un vin Physique Chimie PSI 4 heures Calculatrices autorisées Analyse physico-chimique des acides d un vin 2014 Les résultats numériques donnés par les candidats tiendront compte du nombre de chiffres significatifs

Plus en détail

Calculs fondamentaux de chromatographie

Calculs fondamentaux de chromatographie Calculs fondamentaux de chromatographie t r : A : 0,82 ; B : 1,48 ; C : 2,51 ; D : 2,86 ; E : 3,99 ; F : 5,28 ; G : 6 06 ; H : 9,95 Temps mort : t m = 40 s. 1. Calculer le facteur de capacité des 4 derniers

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * * SESSION 2006 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE Durée : 2 heures Les calculatrices sont autorisées * * * NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Le tableau périodique

Le tableau périodique Le tableau périodique Le développement du tableau périodique à l époque de Mendeleïev, on n avait même pas encore découvert l électron Mendeleïev était convaincu que les propriétés des éléments avaient

Plus en détail

Thème 4 Chapitre 1 Activité 2

Thème 4 Chapitre 1 Activité 2 Thème 4 Chapitre 1 Activité 2 EXTRACTION ET ANALYSE DE L HEXOKINASE DE SACCHAROMYCES CEREVISIAE Éléments de réponse ANALYSE DES RÉSULTATS 1.1. Cela permet de faciliter la lyse alcaline de la membrane de

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Concours d entrée - mai 2012. A remplir par le candidat : Nom :.. Prénom :.. Centre de passage de l examen : N de place :.

Concours d entrée - mai 2012. A remplir par le candidat : Nom :.. Prénom :.. Centre de passage de l examen : N de place :. A remplir par le candidat : Nom : Prénom :.. Centre de passage de l examen : N de place :. Note : Concours filière Technicien Supérieur et er cycle filière Ingénieur Concours nd cycle filière Ingénieur

Plus en détail

Purification des acides nucléiques Centrifugation en gradient de saccharose Centrifugation en gradient de densité (ClCs2)

Purification des acides nucléiques Centrifugation en gradient de saccharose Centrifugation en gradient de densité (ClCs2) Les techniques de la biologie moléculaire Préparation des acides nucléiques Isolement des noyaux La centrifugation Purification des acides nucléiques Centrifugation en gradient de saccharose Centrifugation

Plus en détail

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti L eau dans le processus de lavagedésinfection et de stérilisation: conditions de mesure des paramètres 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti Les normes Normes sur l eau purifiée (pharma, laboratoire,

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

Biochromatographie. Bioline

Biochromatographie. Bioline Biochromatographie Bioline Une base solide Les systèmes KNAUER LC de bio-chromatographie utilisent des instruments et des logiciels sophistiqués pour obtenir en permanence des séparations efficaces. Le

Plus en détail

Désolvatation et ionisation de molécules biologiques par électronébullisation

Désolvatation et ionisation de molécules biologiques par électronébullisation Désolvatation et ionisation de molécules biologiques par électronébullisation Guillaume van der Rest Equipe «Spectrométrie de masse analytique» DCMR Ecole Polytechnique 91128 Palaiseau Cedex Plan Un peu

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

Principe de la séparation sur une résine échangeuse d ions

Principe de la séparation sur une résine échangeuse d ions Principe de la séparation sur une résine échangeuse d ions La réaction d échange entre la résine et le mélange à séparer dépend de l affinité relative de la résine pour le contre ion qu elle porte et pour

Plus en détail

Les préparations ophtalmiques

Les préparations ophtalmiques Les préparations ophtalmiques Pharmacie galénique Objectifs Définir les. Connaître les critères de qualité de ces préparations. Distinguer entre les différentes formes de ces préparations, leurs spécificités

Plus en détail

Estimation de la biomasse microbienne par électrophorèse en gel d agarose

Estimation de la biomasse microbienne par électrophorèse en gel d agarose Version : 1 Page : 1 / 8 microbienne par Version Date Modificateur Descriptif 1 22/10/2012 M. Lelievre MAJ mise en page (en tete, filigrane) et corrections générales Version : 1 Page : 2 / 8 1- Mots clés

Plus en détail

Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie

Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie Fond de l éprouvette avec solvant mobile La tache verte ne touche pas le solvant Chromatographie des pigments chlorophylliens Bandelette de papier

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Exercice 1 : Détermination de constantes acido-basiques par électrophorèse capillaire (32,5 points)

Exercice 1 : Détermination de constantes acido-basiques par électrophorèse capillaire (32,5 points) E.T.S.L. BREVET de TECHNICIEN SUPERIEUR de BIOPHYSICIEN Session 2010 ÉPREUVE de TECHNIQUES d ANALYSES SPECTRALES & SEPARATIVES ÉPREUVE SUR 80 POINTS Aucun document autorisé. Machine à calculer autorisée.

Plus en détail

Spectroscopie infra-rouge

Spectroscopie infra-rouge Chimie organique 8 : Spectroscopie infra-rouge Jusqu au début du XX ème siècle, l identification de molécules organiques constituait un lourd travail. Les grosses molécules étaient d abord fragmentées

Plus en détail

Mesure de la conductivité des eaux

Mesure de la conductivité des eaux Mesure de la conductivité des eaux La conductivité est utilisée pour la détermination de quantité de matière dans une solution (nombre de moles dissoutes par litre). Les applications industrielles de mesure

Plus en détail

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Le domaine UV-visible s'étend environ de 800 à 10 nm. visible : 800 nm (rouge) - 400 nm (indigo) proche-uv : 400 nm - 200

Plus en détail

TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme.

TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme. TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme. Les objectifs de cette séance : - Apprendre à faire une réaction enzymatique. - Adapter les manipulations de chimie en TP de biologie. - Savoir

Plus en détail

Résumé. Introduction

Résumé. Introduction Résumé Dans cette expérience, nous nous sommes familiarisées avec la spectrophotométrie d absorption moléculaire (UV-Visible) à l aide de la molécule de pyridoxine. Introduction La première partie de cette

Plus en détail

Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm

Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 103 %TUV 1.0 Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm 2016-02-03 (révision

Plus en détail

JBS Kit d Initiation à la Cristallisation des Protéines

JBS Kit d Initiation à la Cristallisation des Protéines Cat. No. CS-401FR Amount 1 Kit seulement pour utilisation in vitro garantie de qualité pendant 12 mois entreposer à 4 C Introduction Il existe principalement deux méthodes pour déterminer la structure

Plus en détail

Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie

Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie Chromatographie des pigments chlorophylliens Bandelette de papier Whatmann Sur laquelle on écrase un morceau de feuille Cache opaque empêchant la photooxydation

Plus en détail

Programme de khôlles

Programme de khôlles Programme de khôlles Semaines 7 et 8 (du 3 au 16 novembre 2014) Les lentilles minces 1. Savoir qu une lentille épaisse est un système centré, formé de deux dioptres sphériques qui délimitent un milieu

Plus en détail