Laboratoire de Chimie Analytique Pharmaceutique- Genève. L électrophorèse capillaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laboratoire de Chimie Analytique Pharmaceutique- Genève. L électrophorèse capillaire"

Transcription

1 Laboratoire de Chimie Analytique Pharmaceutique Genève L électrophorèse capillaire EC

2 Historique 1930 Séparation de protéines sous forme de bandes contiguës dans un tube en quartz en forme de «U» Électrophorèse par zones et isotachophorèse 1960 Électrophorèse sur gel de polyacrylamide (PAGE) et SDS PAGE 1970 premier instrument d électrophorèse capillaire ( CZE et CIEF) 1980 Ère moderne de l électrophorèse capillaire (CZE, MECK et CIEF)

3 Domaines d application Analyse pharmaceutique ( formulations pharmaceutiques et fluides biologiques ) Analyse biochimique ( protéines, ADN, ) Analyse clinique et toxicologique Analyse environnementale ( pesticides, ) Analyse phytochimique ( métabolites secondaires )

4 Appareillage

5 Principe de l EC Séparation basée sur la migration différentielle des solutés sous s l influence d un champ électrique. Séparation s effectue dans des tubes de silice fondue de petit diamètre d (20 μm à 100 μm m d.i.). Hauts voltages (0 à 30 kv) et hauts champs électriques (100 à V/cm) sont appliqués aux extrémités du capillaire. Haute résistance du capillaire limite la génération de courant (quelques( μa) et l effet Joule. Grande efficacité (N > 10 5 à 10 6 ) et rapidité d analyse. Détection «en ligne» (pas de cellule externe). Petits volumes d injection (nl( nl) Petites quantités de solvant pour l analyse (μl).( Attention à l électrolyse du tampon! Différents modes de séparation et application. Séparation en milieu aqueux et nonaqueux. Couplage à divers détecteurs (UV, fluorimétrie,, masse). Automatisation possible.

6 Principe de l EC Capillaire en silice vierge diamètre interne: μm longueur: cm) Détecteur à barrette de diodes ( nm) Détection Anode (Pt) Injection Flacons remplis d une solution tampon (5 150 mm) + _ Cathode (Pt) V 300 μa 6 W

7 Le capillaire Tubes résistants (polyimide( polyimide) ) remplis de silice vierge, enduite ou greffée La silice est dénudée sur 5 à 10 mm pour la détection UV en ligne (longueurs total et effective) Diamètre interne de 20 μm m à 100 μm Diamètre externe de 70 μm m à 500 μm Haute constante diélectrique (isolant)

8 La cassette

9 Les tampons, les électrolytes et les additifs CE UV CE MS Tampons: Additifs: * citrate * acide formique * phosphate Aqueux * formate d ammonium * borate * acétate d ammonium * carbonate d ammonium * modificateurs * mélanges (MeOH( MeOH/MeCN) organiques Nonaqueux contenant des électrolytes volatiles * micelles (ex: SDS) * possibilité d utiliser du SDS * sélecteurs chiraux et des CDs avec remplissage (ex: Cyclodextrines) partiel du capillaire * Electrochromatographie

10 Tension appliquée et volume injecté Voltage: 0 à 30 kv!!! Courant: 0 à 300 μa Puissance: 0 à 6 W Injection: hydrodynamique pression (mbars.sec) vide gravité électromigration (voltage, courant)

11 La détection UV Abs A B Abs A B t t detection à λ 1 detection à λ 2

12 La détection par spectrométrie de masse Les avantages du couplage CEMS CE Grande efficacité Séparation rapide Faibles volumes MS Sélectivité Sensibilité Information structurale

13 La détection par spectrométrie de masse L appareillage CEESIMS: interface de type «électrospray» Capillary Nebulisation Gas Sheath liquid makeup Skimmer Octopole Drying Gaz Detector Capillaire MS Fragmentation zone («upfront» CID) Lenses Quadrupole Pression atmosphérique Vide : 1 Torr 10 2 Torr 10 5 Torr

14 La séparation en EC L électrophorèse capillaire est une méthode qui permet de séparer les constituants d un mélange en solution en se fondant sur leur différence de migration, lorsqu ils sont soumis à un champ électrique. Initialement, ce procédé s applique aux particules chargées positivement ou négativement qui se déplacent par application d un champ électrique avec des vitesses apparentes variables. Les constituants d un mélange se séparent dans le temps sous l effet de 2 facteurs principaux appelés: Mobilité électrophorétique: μ ep Mobilité électroosmotique: μ eo

15 Mobilité électrophorétique La mobilité (ou migration) électrophorétique μ ep correspond au déplacement des molécules chargées (les substances neutres n ont pas de μ ep ) dans un électrolyte «supposé immobile» vers l électrode de signe opposée. μ ep = q i / (6πη πηr i ) en m 2 V 1 s 1 et V ep = μ ep q i et r i : caractéristiques ristiques physicochimique chimique de l ion, l η : viscosité (cp) ep E La mobilité électrophorétique tique μ ep et donc la vitesse électrophorétique tique V ep dépend du milieu: ph et composition du tampon (force ionique, viscosité, )

16 Mobilité électroosmotique Le second paramètre qui contrôle le mouvement des solutés est appelé pelé écoulement électroosmotique μ os (ou électroosmose). La paroi interne du capillaire est tapisée de groupements silanol qui s ionisent à partir de ph2 pour former r une paroi intérieure chargée négativement. Afin d assurer la neutralité, les cations du milieu tampon viennent recouvrir la paroi ce qui donne lieu à la formation d une double couche (potentiel Zeta). Sous l influence du champ électrique, les cations de cette double couche se mettent en mouvement et migrent en direction de la cathode. Ainsi, ils entrainent la solution tampon et créent un flux appelé é écoulement électroosmotique. μ eo eo = [(εδ / 4πη4 πη) ) E ] en m 2 V 1 s 1 et V eo = μ eo ε : constante diélectrique du milieu, δ : potentiel Zeta (mv), η : viscosité (cp) L écoulement électroosmotique peut être contrôlé en modifiant la tension, le ph ou la nature du capillaire (silice greffée), e), ou en introduisant des additifs. eo E

17 Mobilité apparente et ordre d élution La mobilité apparente correspond à la vitesse réelle de migration n des molécules au sein du capillaire et correspond donc à la somme de la mobilité électrophorétique et de la mobilité électroosmotique: μ app = μ ep + μ eo et V app = V ep + V eo V eo Mais aussi: V ep + V app +

18 La séparation en EC Fonction de Charge Taille Injection ANODE N N N N CATIONS NEUTRES ANIONS + + EOF Figure 2. Principe de l électrophorèse capillaire de zone + = + ++ EOF EP EM EOF = EOF EP EM = EM Détection CATHODE _ Capillaire

19 L électrophorèse capillaire de zone (CZE) L électrophorèse capillaire de zone est basée sur la migration différentielle d des espèces chargées, sous l effet d un champ électrique. Les analytes sont séparés selon leur rapport charge effective / rayon hydrodynamique et migrent vers le pôle de signe opposé. En CZE il n est pas possible de séparer les espèces neutres. Le choix d un tampon est primordial car de sa concentration (ou de sa force ionique) ainsi que de son ph dépendront les mobilités électrophorétiques et électroosmotiques,, et donc la rapidité et les performances des séparations. La CE en milieu nonaqueux aqueux: : le tampon est constitué d un ou plusieurs solvants organiques (MeOH( MeOH, AcN) ) auxquels on ajoute un sel (acétate d ammonium, acide acétique, TFA) pour assurer la conductivité du milieu. Ce type d analyse d s accompagne généralement d un gain significatif au niveau des sélectivités s et des efficacités. Les autres avantages sont la possibilité d effectuer r des séparations rapides (<1 min) par l utilisation conjointe de capillaires courts et de champs électriques élevés, le couplage à la spectrométrie de masse, la séparation de composés peu solubles et peu stables en milieu aqueux.

20 L électrophorèse capillaire de zone (CZE) μ ep anions μ ep N (= 0) μ ep cations + _ N N _ Ecoulement électroosmotique Réponse du détecteur Composés cationiques Composés neutres Composés anioniques Temps

21 L électrophorèse capillaire micellaire (MECK) Cette méthode est principalement destinée aux molécules qui ont tendence à migrer sans séparation (analytes neutres), mais aussi pour les composés chargés difficilement séparables. En mode micellaire, on ajoute dans la phase mobile un tensioactif f cationique ou anionique, tel le dodecylsulfate de sodium (SDS). Il se forme alors dans le tampon des micelles dont la partie intérieure possède un caractère hydrophobe. Ces micelles forment une pseudophase phase stationnaire. Le séparation des composés neutres se fait selon un mécanisme de partage du type hydrophile / hydrophobe.

22 L électrophorèse capillaire micellaire (MECK) m MC m MC m MC + EOF t 0 t R t MC

23 L électrophorèse capillaire chirale La séparation énantiomérique en CE Mode direct Séparation des énantiomères par addition d un sélecteur chiral dans l électrolyte Sélecteurs chiraux utilisés en CE Antibiotiques (rifamicine( rifamicine, vancomycine, teicoplanine,,...) Protéines (α( 1 AGP, BSA,...) A B C Sélecteur Chiral C A B C Enantiomères A B μ S μ R Formation de diastéréomères «insitu» Capillaire Ethers de couronne Cyclodextrines (CD) natives (αcd,( βcd, γcd) dérivées (2hydroxypropyl hydroxypropylβcd) chargées (sulfobutyléther( sulfobutylétherβcd) 1. Inclusion Cavité hydrophobe * O C CH CH O OH OH CH CH 3 N O C CH OH O 2. Interactions secondaires avec les substituants * N CH CH3

24 Les autres modes de l électrophorèse capillaire Electrochromatographie capillaire: : capillaire rempli d une phase e stationnaire chromatographique. Focalisation isoélectrique capillaire: : création au sein du capillaire d un gradient de ph croissant de l anode à la cathode à l aide d un mélange m d ampholytes. Electrophorèse capillaire sur gel: : le capilaire est rempli avec un électrolyte contenant un gel qui stabilise le milieu contre le phénomène de convection, limite la diffusion et joue le rôle d un tamis permettant aussi une séparation des molécules en fonction de leur taille. Isotachophorèse capillaire: : le capillaire est rempli avec plusieurs tampons de conductivités variables.

25 Applications 1. Identification et quantification des éphédrines dans l urine CH OH CH CH 3 N H CH 3 OH CH CH CH 3 N H CH 3 1: Ephedrine 2: Pseudoephedrine mau CH OH CH CH 3 NH 2 3: Norephedrine (phenylpropanolamine) N OH CH CH CH 3 NH 2 4: Norpseudoephedrine (cathine) CH min O OOCCH CH OH 2 Conditions: 260 mm Trisphosphate, ph=3.5, 13.3 mm DMβCD 30 kv (I=61 μa), 25 C, capillaire: 48.5 cm, 75 μm m i.d. UV directe à 195 nm 5: Scopolamine (SI)

26 Applications 2. Dosage des CDT (transférine déficiente en glucose) La transferrine déficiente en hydrate de carbone (CDT) Marqueur de l abus d alcool

27 Applications 2. Dosage des CDT (transférine déficiente en glucose) CDT Isoformes Val. réf. (#) Analyse d un échantillon de sérum d un patient par électrophorèse capillaire (CE) UV. Valeur des CDT : 8.7 % : mau Asialo ND (< 0.5 %) Monosialo ND (<0.9%) Disialo < 2.5 % Trisialo % Tétrasialo % Pentasialo % Hexasialo 1 3 % asialo disialo trisialo tetrasialo pentasialo hexasialo Heptasialo < 1.5 % 50 Octasialo ND Conditions: kit Ceofix CDT (Analis( Analis) 28 kv, 20 C, capillaire: 40 cm, 50 μm m i.d. UV indirecte à 200 nm Time [min]

28 Applications 3. Purification du GHB urinaire CH CH 2 CH 2 O OH mau DAD1 A, Sig=300,80 Ref=214,10 (050310\MK D) OH Gammahydroxybutyric Acid GHB min Conditions: 4 mm acide nicotique et 3mM Spermine,, ph= kv (I=61 μa), 25 C, capillaire: 48.5 cm, 75 μm m i.d. UV indirecte à 214 nm

29 Applications 4. Analyse des hémoglobines (humaine et synthétique) mau DAD1 A, Sig=415,30 Ref=off (050422\MK D) Hb A Globules rouges 40 Hb A min Conditions: kit Ceofix HbA 2 (Analis) 29 kv (I=80 μa), 25 C, capillaire: 36 cm, 25 μm m i.d. UV indirecte à 415 nm Hémoglobine humaine Oxyglobine (tétramère)

30 Applications 4. Analyse des hémoglobines (humaine et synthétique) mau DAD1 A, Sig=415,30 Ref=off (050422\MK D) Hb A 1 mau DAD1 A, Sig=415,30 Ref=off (070607\JB D) Hb A Oxyglobin 40 Hb A min min Conditions: kit Ceofix HbA 2 (Analis) 29 kv (I=80 μa), 25 C, capillaire: 36 cm, 25 μm m i.d. UV indirecte à 415 nm

31 Applications 5. Analyse chirale des amphétamines Amphétamine (A) Metamphétamine (MA) 3,4methylenedioxyamphétamine (MDA) 3,4 methylenedioxymetamphétamine (MDMA) Conditions: 100 mm Trisphosphate, ph=2.5, 25 mg/ml (2hydroxy hydroxy)propylβcd 30 kv, 25 C, capillaire: 64.5 cm, 50 μm m i.d. UV directe à 200 nm

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

ÉLECTROPHORESE : L ESSENTIEL

ÉLECTROPHORESE : L ESSENTIEL 282929 février 2007 LES MÉTHODES M D ÉD ÉLECTROPHORESE : L ESSENTIEL Premier Cycle d Etudes Médicales Faculté de Médecine Jacques Lisfranc Université Jean Monnet Aude Barani PRINCIPES DIFFERENTS TYPES

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

MC 401 Physicochimie des solutions complexes et des polymères Durée de l épreuve 2h00. 0. La calculatrice ce et les documents sont autorisés.

MC 401 Physicochimie des solutions complexes et des polymères Durée de l épreuve 2h00. 0. La calculatrice ce et les documents sont autorisés. Année universitaire 2006-2007 M1S1 1 ère session Jeudi 28 Juin 2007 MC 401 Physicochimie des solutions complexes et des polymères Durée de l épreuve 2h00. 0. La calculatrice ce et les documents sont autorisés.

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Contrôle des Connaissances. 2 ème session) (Durée : 1h30, tous documents autorisés, ordinateur interdit) Important

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Chimie des Aerosols Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) nouvelles particules dans l atmosphère. Les particules formées sont ultra-fines et par conséquent difficiles à détecter, mais

Plus en détail

Utilisation de la chaîne UPLC de l ICT

Utilisation de la chaîne UPLC de l ICT ICT FR 2599 Utilisation de la chaîne UPLC de l ICT Chantal Zedde 19/03/2014 Page 1 sur 23 SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 1 Mise en œuvre... 2 1.1 Préalable à l utilisation en libre-service... 2 1.2 Demande de

Plus en détail

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions Préparations pharmaceutique Cours de en 2ème petites Année quantités de Master en Pharmacie Liquides oraux : solutions, Préparation sirops pharmaceutique et suspensions en petites quantités Section des

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

Contribution au développement d un microsystème pour la séparation bidimensionnelle de protéines par

Contribution au développement d un microsystème pour la séparation bidimensionnelle de protéines par Contribution au développement d un microsystème pour la séparation bidimensionnelle de protéines par électrophorèse Martine Poitevin To cite this version: Martine Poitevin. Contribution au développement

Plus en détail

Chemicals Meeting your needs

Chemicals Meeting your needs Chemicals Meeting your needs CARLO ERBA Reagents Un partenaire de choix pour le laboratoire et l industrie Fort de son expérience, Carlo Erba Reagents est votre partenaire de choix, pour la fourniture

Plus en détail

1. Description sommaire d un chromatographe en phase gazeuse.

1. Description sommaire d un chromatographe en phase gazeuse. Page 1 sur 6 1. Description sommaire d un chromatographe en phase gazeuse. 2. Four. C est un four à bain d air, pourvu de résistances chauffantes et d un système de ventilation et de brassage pour l homogénéisation

Plus en détail

Vivaspin 500 µl et 2 ml

Vivaspin 500 µl et 2 ml Caractéristiques techniques et mode d emploi Vivaspin 500 µl et 2 ml À usage in vitro uniquement 85032-539-17 85032-539-17 Vivaspin 500 µl et 2 ml Introduction Conditions de stockage Durée de vie Les colonnes

Plus en détail

Famille de PBDE Méthode d analyse dans les boues et sédiments

Famille de PBDE Méthode d analyse dans les boues et sédiments Famille de PBDE Méthode d analyse dans les boues et sédiments Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Norme dont est tirée la méthode Niveau de validation selon

Plus en détail

A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L. B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L

A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L. B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L EQUILIBRE ACIDE-BASE Question 1 :l état acido-basique A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L C) La

Plus en détail

Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt

Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt 1 Position de la séquence Thème n 1: les systèmes vivants présentent une organisation particulière de la matière. 1.5 Les molécules des organismes vivants

Plus en détail

L ETAT COLLOIDAL E BIOLOGIE

L ETAT COLLOIDAL E BIOLOGIE L ETAT COLLOIDAL E BIOLOGIE Ou le grand bêtisier AVERTISSEME T: Devant la recrudescence de contre vérités de natures ignares ou purement trompeuses, destinées à alimenter un Marketing pauvre concernant

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

TP ENZYMES DE RESTRICTION, OUTILS DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE

TP ENZYMES DE RESTRICTION, OUTILS DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE THÈME : Des débuts de la génétique aux enjeux actuels des biotechnologies Niveau : Spécialité terminale S TP ENZYMES DE RESTRICTION, OUTILS DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE EXTRAIT DU BO: Notions et contenus

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

L ELECTROPHORESE FPB - L3 BCP

L ELECTROPHORESE FPB - L3 BCP L ELECTROPHORESE FPB - L3 BCP Année 2009-2010 Daniela LENER IBMC Electrophorèse sur gel de polyacrylamide Les gels de polyacrylamide sont obtenus par polymérisation de molécules linéaires d acrylamide

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

1. Œuf, trucs et astuces

1. Œuf, trucs et astuces 1. Œuf, trucs et astuces Quelle est la composition d un œuf? Expérience : Réaliser un «blanc» pour l expérience qui suivra. Pour se faire, ajouter un peu de sulfate de cuivre anhydre dans un bécher contenant

Plus en détail

SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS

SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS 19 QCMs DURÉE DE L ÉPREUVE : 1 HEURE LES CALCULATRICES NE SONT PAS AUTORISÉES Le sujet comprend 8 pages, veuillez

Plus en détail

TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT

TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT Daniela LENER IBMC Texte conseillé pour consultation : Biochimie, Voet & Voet, ed. De Boeck. Dosage des protéines Pendant une purification

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques nà5

Devoir de Sciences Physiques nà5 Exercice I : sur le zinc Devoir de Sciences Physiques nà5 L épreuve dure 1h50. L usage de la calculatrice est autorisé. Les précipitations sont naturellement acides en raison du dioxyde de carbone présent

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Professeur Patrice FAURE

Professeur Patrice FAURE UE1 : Biochimie métabolique Chapitre 2 : Méthodes d étude du glucose en biologie Professeur Patrice FAURE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

chapitre 2 chapitre 3

chapitre 2 chapitre 3 RÉSUMÉ Les protéines laitières et les polysaccharides sont des ingrédients très largement utilisés dans les industries alimentaires. Il est donc important de mieux comprendre et de contrôler les interactions

Plus en détail

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235,

Plus en détail

Biochimie des protéines membranaires ou l importance de la bonne concentration de détergent

Biochimie des protéines membranaires ou l importance de la bonne concentration de détergent Atelier «cristallisation des protéines membranaires» Carry le Rouet 26-29 Novembre 2007 Biochimie des protéines membranaires ou l importance de la bonne concentration de détergent Cecile.Breyton@ibpc.fr

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos Comment utiliser cet ouvrage? Chapitre 1 La boîte à outils du chimiste

Table des matières. Avant-propos Comment utiliser cet ouvrage? Chapitre 1 La boîte à outils du chimiste Table des matières Avant-propos Comment utiliser cet ouvrage? X XII Chapitre 1 La boîte à outils du chimiste Fiche 1 La molécule 2 Fiche 2 La mole 4 Fiche 3 Les conventions de représentation 6 Fiche 4

Plus en détail

CHIMIE VOLUME HORAIRE TOTAL = 120 HEURES 1. CHIMIE GENERALE VOLUME HORAIRE TOTAL = 45 HEURES

CHIMIE VOLUME HORAIRE TOTAL = 120 HEURES 1. CHIMIE GENERALE VOLUME HORAIRE TOTAL = 45 HEURES 7 CHIMIE VOLUME HORAIRE TOTAL = 120 HEURES COURS = 72 heures. TRAVAUX PRATIQUES = 24 heures TRAVAUX DIRIGES = 24 heures. 1. CHIMIE GENERALE VOLUME HORAIRE TOTAL = 45 HEURES COURS = 27 heures. TRAVAUX PRATIQUES

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation.

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation. Document du professeur 1/8 Niveau 2 nde THEME : LA SANTE Physique Chimie PRINCIPE DE LA CHROMATOGRAPHIE Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 LA SANTE NOTIONS ET CONTENUS COMPETENCES ATTENDUES Les médicaments

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Session 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 3 Le sujet comporte 8 pages numérotées

Plus en détail

TENSION DE SURFACE INTRODUCTION

TENSION DE SURFACE INTRODUCTION TENSION DE SURFACE INTRODUCTION Lors de son voyage sur la lune, le Capitaine Haddock fait une expérience remarquable. Il observe que son whisky, en apesanteur, est suspendu dans l espace et prend une forme

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Q1 - Parmi la liste des acides aminés cités ci-dessous, précisez ceux dont la chaîne latérale peut participer dans une structure peptidique, et à ph

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

TP biologie cellulaire 3 : chromatographie et électrophorèse

TP biologie cellulaire 3 : chromatographie et électrophorèse TP biologie cellulaire 3 : chromatographie et électrophorèse Objectifs : - Connaître le principe des techniques de chromatographie et électrophorèse. - Savoir réaliser une chromatographie sur couche mince,

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

Compétences présentes dans le programme de Sciences Physiques et Chimiques Terminale ST2S

Compétences présentes dans le programme de Sciences Physiques et Chimiques Terminale ST2S Compétences présentes dans le programme de Sciences Physiques et Chimiques Terminale ST2S Les compétences listées respectent la taxonomie qui figure au programme officiel. Le code de couleur utilisé correspond

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Département des Sciences et Génie des Matériaux Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Cours et exercices G. BARRAL B. LE GORREC C. MONTELLA (UJF) (IUT 1) (ISTG) GRENOBLE 2003 SOMMAIRE

Plus en détail

Metrohm Water Solutions

Metrohm Water Solutions Metrohm Water Solutions Commandez avant le 30 juin 2012 et vous recevrez GRATUITEMENT 1 logiciel MagIC Net TM 1 kit d ultrafiltration ou 1 kit de dilution intelligente 1 colonne Metrosep A Supp 7 250/4.0

Plus en détail

Principes généraux de la biochimie

Principes généraux de la biochimie Principes généraux de la biochimie «La biochimie a pour but de décrire, expliquer et exploiter les structures et le comportement des molécules biologiques en se servant de la chimie, de la physique et

Plus en détail

Epreuve de physique chimie tronc commun : (Durée 3h30)

Epreuve de physique chimie tronc commun : (Durée 3h30) Bac blanc Avril 2012 Lycée de la Côtière Epreuve de physique chimie tronc commun : (Durée 3h30) L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Pour faciliter le travail des correcteurs, rédiger chaque

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

ACADEMIE AIX MARSEILLE

ACADEMIE AIX MARSEILLE ACADEMIE AIX MARSEILLE XIX èmes OLYMPIADES DE LA CHIMIE 2003 Chimie et Beauté Epreuve de Travaux Pratiques Mercredi 12 février 2003 Analyses courantes pour le contrôle-qualite des produits cosmétiques

Plus en détail

stockage de classe 1

stockage de classe 1 Etude du gisement et évaluation du comportement de déchets mercuriels en scénarios de stockage de classe 1 INSAVALOR AETV Balard Contexte t de l étude Le mercure, enjeu majeur des politiques environnementales

Plus en détail

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION CORRECTION DS n 8 Cinétique et chimie organique I- SUIVI SPECTROPOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION On se propose d étudier la cinétique de la réaction totale entre les ions dichromate Cr 2 O 7 2-

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Metrohm Water Solutions

Metrohm Water Solutions Metrohm Water Solutions Commandez avant le 30 juin 2012 et vous recevrez GRATUITEMENT 1 logiciel MagIC Net TM 1 kit d ultrafiltration ou 1 kit de dilution intelligente 1 colonne Metrosep A Supp 7 250/4.0

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Micro/Nanofabrication pour la microfluidique et la biologie

Micro/Nanofabrication pour la microfluidique et la biologie 1 Workshop Dispositifs Médicaux 20 novembre 2012 Micro/Nanofabrication pour la microfluidique et la biologie Anne-Marie HAGHIRI-GOSNET LABORATOIRE DE PHOTONIQUE ET DE NANOSTRUCTURES route de Nozay, 91460

Plus en détail

«Conversion de la biomasse en

«Conversion de la biomasse en «Conversion de la biomasse en combustible par procédé plasma» (Décharge élémentaire stationnaire à la pression atmosphérique) Présentation d études préliminaires de laboratoire GFC-23 novembre 2007 Jocelyn

Plus en détail

Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat

Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat Matériel : ph-mètre + papier indicateur de ph Solutions tampon ph = 4 et ph = 7. Produits d entretien Balance, coupelle, verre de montre

Plus en détail

1.2. les schémas 2 et 3 1.3. Etude énergétique : pour cette étude, on utilisera le schéma 1 1.3.1. 1.3.2. 1.3.3. 1.3.4. 1.3.1 1.3.

1.2. les schémas 2 et 3 1.3. Etude énergétique : pour cette étude, on utilisera le schéma 1 1.3.1. 1.3.2. 1.3.3. 1.3.4. 1.3.1 1.3. Le sujet comporte 8 pages numérotées de 1/8 à 8/8. / Texte inspiré d un article de journal régional relatant un accident de la route Le temps de réaction est la durée écoulée entre l instant où un conducteur

Plus en détail

> SOMMAIRE. Avant-propos...

> SOMMAIRE. Avant-propos... > SOMMAIRE Avant-propos... XV CHAPITRE 1 : ASSURANCE QUALITÉ ET BONNES PRATIQUES DE FABRICATION... 1 1. BASES DE L ASSURANCE QUALITÉ... 4 Définitions et domaines d application... 4 Bonnes pratiques...

Plus en détail

Laurent DUHAU Sanofi R&D

Laurent DUHAU Sanofi R&D Laurent DUHAU Sanofi R&D 2 avril 2014 Immunoconjugués Une nouvelle classe de médicaments en pleine expansion dans le domaine de l oncologie Etudes cliniques en cours en 2011/2013 Immunoconjugué: structure

Plus en détail

PRP-1 79366 79443 79479 79444 79820 79445 PRP-X100 79852 (peek) - 79538 - - 79446

PRP-1 79366 79443 79479 79444 79820 79445 PRP-X100 79852 (peek) - 79538 - - 79446 Gamme PR-P et PRP-X Matrice polymérique sphérique Taille des pores : 00 et 00Å Pression limite 0 bars Nombreuses applications spécifiques La société Hamilton fabrique une gamme complète de colonnes en

Plus en détail

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003 kits Français p 1 Kit de précipitation de l ADN Version : 8003 1 Composition Quantité nécessaire pour 25 tests. - 25 ml de solution d ADN (de saumon) à 1mg/mL (tampon Tris-HCI 0,010 M, ph 8,0 en présence

Plus en détail

Guide technique. pour l élaboration des monographies de peptides synthétiques et protéines ADN. Pharmacopée Européenne

Guide technique. pour l élaboration des monographies de peptides synthétiques et protéines ADN. Pharmacopée Européenne Guide technique pour l élaboration des monographies de peptides synthétiques et protéines ADN recombinants Pharmacopée Européenne Direction Européenne de la Qualité du Médicament & Soins de Santé Edition

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2011. Durée: 3 heures Coefficient : 4

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2011. Durée: 3 heures Coefficient : 4 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2011 Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biochimie - Génie biologique Durée: 3 heures Coefficient : 4 L'emploi de toute calculatrice

Plus en détail

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme Travaux Pratique Chimie Analytique Semestre d hiver 1999 Julien Hutin Laurent Beget Alexandre Myalou Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc.

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc. PHYSIQUE-CHIMIE Traitements des surfaces Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc IA - Pour augmenter la qualité de surface d une pièce en acier, on désire recouvrir cette pièce d un alliage cuivre-zinc

Plus en détail

Spectrophotométrie atomique

Spectrophotométrie atomique ! Spectrophotométrie atomique GÉNÉRALITÉS Ces spectres font intervenir la variation de l énergie des électrons périphériques (électron de valence d un atome). On donne par exemple le cas du sodium (Z =

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

Gels. Gels Crèmes Pommades. Gels. Crèmes, pommades Préparation et gels des médicaments en petites quantités. Gels

Gels. Gels Crèmes Pommades. Gels. Crèmes, pommades Préparation et gels des médicaments en petites quantités. Gels Préparations des médicaments Cours de 2ème en petites Année quantités de Master en Pharmacie, pommades Préparation et gels des médicaments en petites quantités Section des Sciences pharmaceutiques 1 Dr.

Plus en détail

Acides et Bases en solution aqueuse. Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1

Acides et Bases en solution aqueuse. Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1 Acides et Bases en solution aqueuse Acides Exercice 1 Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1 Exercice 2 L acide nitrique est un acide fort. On dissout dans un

Plus en détail

Atelier «Le laboratoire du petit chimiste» Expériences

Atelier «Le laboratoire du petit chimiste» Expériences Atelier «Le laboratoire du petit chimiste» Expériences Expérience «Une encre qui disparaît et réapparaît» Sous l effet de différentes solutions, de l encre passe alternativement de la couleur bleue à l

Plus en détail

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Doctorant Lucas JOBIN Thèse financée par Région Rhône-Alpes

Plus en détail

Excellence in Minimum Quantity Lubrication. www.wouters-tecnolub.com

Excellence in Minimum Quantity Lubrication. www.wouters-tecnolub.com Excellence in Minimum Quantity Lubrication www.wouters-tecnolub.com 1926 La société Wouters-Tecnolub Depuis 1926, Wouters SA est spécialisée dans la fabrication de pièces mécaniques pour l'industrie du

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

9762B : BALANCE DE PRÉCISION GRADUATION 1g À 6 kg, TARE AUTOMATIQU E, DIMENSIONS 180 X 180 4 PILES (NO N FOURNIES) OU ADAPTATEUR.

9762B : BALANCE DE PRÉCISION GRADUATION 1g À 6 kg, TARE AUTOMATIQU E, DIMENSIONS 180 X 180 4 PILES (NO N FOURNIES) OU ADAPTATEUR. DÉCAMÈTRE Stupefiants R HOUSSE OU MALLETTE TEST STUPÉFIANTS 959S : HOUSSE DE TRANSPORT AVEC 0 TEST S A, D, E, G, I, J, O, R, U, W 969S : MAL LETTE PVC AVEC 0 TESTS DONT DEUX TESTS A, B, C, D, E, G, J,

Plus en détail

INRA-DRH Concours externes 2007

INRA-DRH Concours externes 2007 INRA-DRH Concours externes 2007 Page 1 of 2 AI Assistant en techniques d'analyse chimique profil n : AI07-EA-3 emploi-type n : B3C03 Orléans concours : AIB02 Lieu du concours : Orléans :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Plus en détail

Transposition de la CCM à la chromatographie préparative. Applications à l isolement d impuretés et la purification de produits à usage

Transposition de la CCM à la chromatographie préparative. Applications à l isolement d impuretés et la purification de produits à usage Transposition de la CCM à la chromatographie préparative. pplications à l isolement d impuretés et la purification de produits à usage pharmaceutique. Notre maison Le Groupe de echerche _t w véâäxüàx xà

Plus en détail

TP1 Spécificité enzymatique

TP1 Spécificité enzymatique TP1 Spécificité enzymatique L'approvisionnement en glucose commence par la digestion de macromolécules glucidiques comme l'amidon. Cette digestion s'effectue grâce à enzymes digestives. Les enzymes sont

Plus en détail

Spectrophotométrie Colorimétrie

Spectrophotométrie Colorimétrie Pharmacie 1 ere année 2002-2003 Spectrophotométrie Colorimétrie ITRODUCTIO... 1 RAPPELS THEORIQUES... 2 DEFIITIOS... 3 LOI DE BEER-LAMBERT... 5 METHODES D AALYSE SPECTROPHOTOMETRIQUE... 6 Méthode de l

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse CPG

Chromatographie en phase gazeuse CPG Chromatographie en phase gazeuse CPG Technique applicable aux composés gazeux ou susceptible d être volatilisés par élévation de T Limité aux composés thermostables et suffisamment volatils Principales

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD Livret réponses TEST 1 AVRIL 13 th, 2010 pays: BELGIUM Team: _B Noms et signatures 1 Tache 1 humidité relative de l air 1.1: Le point de rosée ( condesation) est à (indiquer

Plus en détail