La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire-

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire-"

Transcription

1 La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire-

2

3 En radiologie conventionnelle 1. Tube radiogène produisant des rayons X 2. Faisceau incident homogène 3. Patient atténuant le faisceau 4. Faisceau résiduel 5. Système de réception du faisceau résiduel

4 Paramètres généraux de l'irradiation : Quelle que soit la technique, la dose de rayons X délivrée par un tube répond à l'équation de base de l'émission des rayons X, et on peut considérer que la dose, exprimée en Gray, est : proportionnelle à l'intensité du courant traversant le filament, exprimée en milliampères (ma) et à la durée d'émission, exprimée en secondes (s), donc évoluant linéairement avec les mas. proportionnelle au carré de la tension appliquée au tube exprimée en KV inversement proportionnelle au carré de la distance tube - récepteur,

5 Le tube radiogène Sur le plan radioprotection toujours privilégier les kv aux mas

6 Examen irradiant Facile à réaliser Rapide Attention aux doses! Au scanner

7 Le pitch Au scanner

8 Les kv Au scanner

9 Care dose Au scanner

10 Au scanner REDUCTION DE LA DOSE PAR : Longueur des spires Nombre de spires Pitch Constantes

11

12

13

14

15

16

17

18 Quelle dose au patient? Le système «Diamentor» comporte une chambre d ionisation placée à la sortie du tube et associée à une unité d édition, qui indique pour chaque cliché la dose en PDS en mgy.cm² et le temps d exposition.

19

20 Paramètres pour le calcul de la dose au patient Source des données pour le calcul : publications CIPR 53 et 80 Exemples de dose (adulte 70 kg) Scintigraphie osseuse (Tc-99m-DPD: 10 MBq/kg).3,99 msv Perfusion pulmonaire (Tc-99m-MAA: 2MBq/kg)....1,54 msv Scintigraphie myocardique au stress (Tc-99m-sestamibi: 5MBq/kg)...2,77 msv Scintigraphie myocardique au repos (Tc-99m-sestamibi: 10MBq/kg)..6,30 msv

21 Réduction de la dose en médecine nucléaire 1. La justification

22 Réduction de la dose en médecine nucléaire 2. Optimisation Quantité de radioactivité injectée (poids patient) Choix du radionucléide : type de rayonnement émis (rayonnement β en cas de radiothérapie métabolique, période) Choix du traceur : période effective Adéquation avec le matériel Organiser l information du patient (hydratation, élimination)

23

24

25

26 Réalisation de l examen : femme en âge de procréer Une règle générale : toujours interroger sur un éventuel état de grossesse à toutes les étapes de prise en charge (prise de RV, accueil, réalisation de l'acte)

27

28

29 Conduite à tenir en cas d'examen à réaliser chez une femme enceinte ou susceptible de l'être Conduite à tenir pragmatique fondée sur les recommandations de la CIPR 1. Pas de retard de règles mais peut être début de grossesse - approbation de l'indication par le radiologue - informer la patiente de l'absence de danger réel pour une grossesse en phase préimplantatoire (dans les deux dernières semaines du cycle : loi du tout ou rien)

30 Conduite à tenir en cas d'examen à réaliser chez une femme enceinte ou susceptible de l'être 2. Retard de règles : grossesse avérée ou probable Deux possibilités : - décision thérapeutique peut être différée = examen reporté après l accouchement, avec accord du médecin prescripteur et de la patiente - examen radiologique nécessaire = réalisé avec accord entre le radiologue et le médecin prescripteur et avec accord de la femme Le radiologue reçoit la patiente (et sa famille) et l'informe Relevé PDS ou PDL noté sur CR Noter la dose de radionucléide injectée

31 Conduite à tenir femme enceinte 1. Reconnaître la grossesse : interrogatoire Adapter la technique CIPR 84 : absence de risque tératogène < 100 mgy

32 Femme en âge de procréer Des interrogations sur l'opportunité d'être enceinte après un examen ou un traitement de médecine nucléaire peuvent survenir. La CIPR recommande de reporter le début de grossesse éventuel jusqu'à ce que la dose résiduelle au fœtus apportée par le radiopharmaceutique soit inférieure à 1 mgy. Ceci est rarement pris en compte sauf pour la thérapie par l iode 131, car sa longue période et son temps de résidence élevé amènent à différer une éventuelle grossesse de 6 mois.

33 Femme enceinte La présence de radionucléides dans le corps de la mère participe à l'exposition du fœtus. Pour de nombreux radiopharmaceutiques, une hydratation importante et des mictions fréquentes permettent alors de réduire la dose au fœtus après administration. L'irradiation du fœtus provient de l'irradiation externe du fait de la présence de radioactivité dans les tissus et organes de la mère ainsi que, parfois, du passage du radiopharmaceutique à travers la barrière placentaire et de sa distribution dans le corps du fœtus. Les propriétés physiques, chimiques et biologiques du radiopharmaceutique sont des paramètres essentiels de l'éventuel passage placentaire. L'utilisation d'activités administrées plus faibles et de temps d'acquisition plus longs permet de réduire la dose au fœtus. Ceci est possible si la patiente n'est pas trop nauséeuse et peut rester immobile. Parfois, le protocole de l'examen et le choix du radiopharmaceutique peuvent être adaptés pour réduire la dose au fœtus.

34 Exemple pratique : Recherche d EP chez une femme enceinte Dose reçue par l utérus : TDM thoracique = 0,2 msv Scinti perfusion/ventilation = 0,8 msv Inférieure à la différence d exposition naturelle annuelle selon les régions (~1 msv) Aucun risque malformatif Augmentation hypothétique et extrêmement faible du risque de cancérogénèse

35 Thérapie à l'iode et grossesse La thérapie à l'iode est hautement contre-indiquée chez la patiente enceinte. L'iode traverse aisément la barrière placentaire et la thyroïde du fœtus devient fonctionnelle et capte l'iode à partir de 10 semaines de grossesse. Si un traitement de cancer thyroïdien doit être réalisé, il doit être reporté après la naissance. Dans ce cas, le médecin doit avoir à l'esprit que l'iode est excrété dans le lait maternel et que l'allaitement doit être interrompu après l'administration du radiopharmaceutique, le risque d'hypothyroïdie ou de cancer futur étant élevé. si la grossesse est méconnue : Le plus souvent, la grossesse est précoce et le principal problème est l'exposition externe (par le rayonnement g) au corps entier du fœtus liée à la concentration de l'iode dans la vessie de la mère. Au cours de la grossesse, la dose corps entier à l'embryon est comprise entre 50 et 100 mgy/mbq administré. Cette dose peut être réduite par une hydratation abondante de la mère et par des mictions fréquentes. Si l'embryon est âgé de plus de 8 semaines (la thyroïde fœtale est fonctionnelle) et que la grossesse est découverte dans les 12 h après administration de l'iode, la prise par la mère de 60 à 130 mg d'iode stable (iodure de potassium) bloquera partiellement le fonctionnement de la thyroïde du fœtus et réduira la dose thyroïdienne. Au-delà de 12 h cette solution n'est plus efficace.

36 Allaitement certains radiopharmaceutiques peuvent être transférés à l'enfant via le lait maternel. L'interruption de l'allaitement pendant une période à définir en fonction du radiopharmaceutique est recommandée pour certains examens de médecine nucléaire. L'allaitement est habituellement interrompu pendant : 3 semaines pour tous les radiopharmaceutiques à l iode 131, sauf pour l'hippurate marqué, et après administration de gallium 67 ou thallium 201 ; 12 heures d'interruption sont recommandées après administration d'hippurates marqués à l'iode et tous les produits technétiés (sauf hématies marquées, les phosphonates et DTPA) 4 h d interruption préconisée pour les hématies marquées, les phosphonates et DTPA

37 Cas particulier de l'enfant Attention ++++ Plus vulnérable que l'adulte (cellules en croissance) Espérance de vie longue : plus grande susceptibilité aux effets stochastiques Risque du cumul des examens irradiants (plus d'effets déterministes) Effets des faibles doses??? Résister à la pression de la famille et du demandeur

38 ENFANT : exemple de calcul de dose Il existe trois façons de calculer la dose à injecter à un enfant. On peut le faire avec l âge, le poids ou la surface corporelle. La méthode la plus connue est celle du calcul selon l âge. Il s agit de multiplier la dose adulte par le facteur (âge+1)/(âge+7). Les deux autres méthodes sont surtout utilisées lorsqu un enfant est plus grand ou plus petit que la moyenne (Tableau 1).

39 ENFANT : exemple de calcul de dose «adulte» : Il s agit de la Dose adulte

40 ENFANT : Immobilisation Pour ce qui est des moyens de contention, ils ne se résument pas seulement à la planche d immobilisation. Les parents ou les technicines peuvent immobiliser l enfant. Dans certains cas, il est aussi efficace de divertir l enfant par la télévision ou par des jouets qu il aime. Lorsque l examen est fait sur un jeune bébé, il peut être intéressant de faire correspondre l heure de la mise en images avec celle de la sieste ou juste après son biberon.

41 Cas particulier de l'enfant Utiliser au des moyens de contention Utiliser au des moyens de contention Si la famille aide au maintien : protection

42 Les contrôles de qualité Contrôle qualité des équipements Contrôle de qualité des équipements de développement des films

RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE

RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE 1 - Dose délivrées : RX conventionnelle TDM Médecine nucléaire Radiothérapie 2 - Effets des ray. sur la grossesse : malformatifs cancérogènes 3 - Situations

Plus en détail

Irradiation Médicale et Grossesse

Irradiation Médicale et Grossesse Nucléaire et Santé février 2013 Irradiation Médicale et Grossesse Médecin chef des services Laroche Professeur au Val de grâce Service de Protection Radiologique des Armées INTRODUCTION Manque de connaissance

Plus en détail

Grossesse et exposition médicale

Grossesse et exposition médicale 7 Grossesse et exposition médicale L exposition aux RX d une femme enceinte, patiente ou professionnelle engendre très souvent une inquiétude disproportionnée au risque et des conduites inadaptées. La

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC)

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) SOMMAIRE I. Réglementation II. Radioprotection du personnel III. Effets des rayonnements ionisants I. Réglementation

Plus en détail

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots Pierre NAULET Quelques QCM L'irradiation naturelle par an en France est de l'ordre de : Ø A : 3 Gy Ø B : 3,5 msv Ø C : 3500 Bq Ø D : 10 msv

Plus en détail

Grossesse et exposition aux RX : réalité des risques et conduite à tenir

Grossesse et exposition aux RX : réalité des risques et conduite à tenir Grossesse et exposition aux RX : réalité des risques et conduite à tenir Préambule nformation insuffisante ustification Activités médicales Activités industrielles Objectifs Effets des rayons X sur la

Plus en détail

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie Septembre 2008 ; N 17 IMAGERIE THORACIQUE Principales causes des examens inutiles Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics Prescription d un examen d imagerie Grossesse et protection de l embryon

Plus en détail

(18,5 à 370 MBq) 0,5 mg 1,9 mg 7,8 mg 0,9 mg pour 1 ml

(18,5 à 370 MBq) 0,5 mg 1,9 mg 7,8 mg 0,9 mg pour 1 ml I-123 Injection Composition Principes actifs: 123-Iodure de sodium, solution injectable au moment du calibrage (18,5 à 370 MBq) Excipients: Acétate de sodium Bicarbonate de sodium Chlorure de sodium Anti-oxydant:

Plus en détail

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE 1/8 Dans le cadre de l optimisation de la radioprotection, on s attachera : à utiliser les valeurs des paramètres d exposition les plus adaptés : temps, voltage, ampérage, longueur explorée et surtout

Plus en détail

5DGLRSURWHFWLRQ. 5HFRPPDQGDWLRQVSRXUOD SURWHFWLRQGHVHQIDQWVj QDvWUHHWGHVQRXUULVVRQV LUUDGLpVORUVG H[SRVLWLRQV GHVSDUHQWVjGHVILQV PpGLFDOHV

5DGLRSURWHFWLRQ. 5HFRPPDQGDWLRQVSRXUOD SURWHFWLRQGHVHQIDQWVj QDvWUHHWGHVQRXUULVVRQV LUUDGLpVORUVG H[SRVLWLRQV GHVSDUHQWVjGHVILQV PpGLFDOHV 5DGLRSURWHFWLRQ 5HFRPPDQGDWLRQVSRXUOD SURWHFWLRQGHVHQIDQWVj QDvWUHHWGHVQRXUULVVRQV LUUDGLpVORUVG H[SRVLWLRQV GHVSDUHQWVjGHVILQV PpGLFDOHV &RPPLVVLRQÃHXURSpHQQH Commission européenne 5DGLRSURWHFWLRQ 5HFRPPDQGDWLRQVSRXUODSURWHFWLRQGHVHQIDQWVjQDvWUHHW

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT CISNAF 100 MBq/mL, solution injectable 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 1 ml contient 100 MBq de fluorure ( 18 F) de sodium

Plus en détail

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Les rayonnements ionisants, c est quoi? Dans le domaine du radiodiagnostic, les rayonnements ionisants sont des rayons X produits à partir

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

Analyse des modalités de protection de la femme enceinte contre les radiations ionisantes recommandations de la CPR

Analyse des modalités de protection de la femme enceinte contre les radiations ionisantes recommandations de la CPR B Eidgenössische Kommission für Strahlenschutz und Überwachung der Radioaktivität Commission fédérale de protection contre les radiations et de surveillance de la radioactivité Commissione federale della

Plus en détail

FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS

FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS Organisée par l équipe des Personnes Compétentes en Radioprotection et le Radiophysicien de la SAS Scanner Poitou-Charentes Orateurs : Dr Thierry DIESCE

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 sur 8 13/11/2015 12:17 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANSM - Mis à jour le : 07/11/2013 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT NaF MetaTrace 2000 MBq/ ml, solution injectable 2. COMPOSITION QUALITATIVE

Plus en détail

Youssef Ech chaykhy Master TNRP

Youssef Ech chaykhy Master TNRP Youssef Ech chaykhy Master TNRP 1 1. Généralités PLAN 2. Protection contre les rayonnements ionisants 3. Principes de la protection contre l irradiation externe 4. Objectifs de la protection et de la sûreté

Plus en détail

ANALYSE DES ÉVALUATIONS DE DOSE UTÉRINE REALISEES À L IRSN

ANALYSE DES ÉVALUATIONS DE DOSE UTÉRINE REALISEES À L IRSN ANALYSE DES ÉVALUATIONS DE DOSE UTÉRINE REALISEES À L IRSN Bilan 2004-2008 Congrès National SFRP - ANGERS Juin 2009 Présenté par Cécile ETARD IRSN Contexte (1) Lorsqu une exposition médicale aux RI concerne

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection en salle d endoscopie. R Pirlot Institut Paul Lambin HE Léonard de Vinci Janvier 2015

Sensibilisation à la Radioprotection en salle d endoscopie. R Pirlot Institut Paul Lambin HE Léonard de Vinci Janvier 2015 Sensibilisation à la Radioprotection en salle d endoscopie R Pirlot Institut Paul Lambin HE Léonard de Vinci Janvier 2015 Que savez-vous de la radioprotection? Contenu de l exposé 1. Pourquoi se protéger?

Plus en détail

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements 15.10.08 Mr Bouzaïd Anatomie-Physiologie-Pharmacologie L'IMAGERIE MEDICALE I)Présentation de l'imagerie A)Historique des rayons X B)Début de la radiologie II)Les différents types d'appareils A)Le radiodiagnostic

Plus en détail

Les dangers et les risques des techniques d imagerie médicale évaluation, réglementation, gestion

Les dangers et les risques des techniques d imagerie médicale évaluation, réglementation, gestion Les dangers et les risques des techniques d imagerie médicale évaluation, réglementation, gestion à chacun ses risques ultrasons rayonnements non ionisants rayonnements ionisants les vrais risques aurengo@wanadoo.fr

Plus en détail

Organismes internationaux, législation européenne, législation et réglementation française La protection des travailleurs

Organismes internationaux, législation européenne, législation et réglementation française La protection des travailleurs DES de radiologie : 15 Janvier 2010 Organisation de la radioprotection Organismes internationaux, législation européenne, législation et réglementation française La protection des travailleurs Professeur

Plus en détail

LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI

LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI INTRODUCTION La réglementation r actuelle : CIPR 60 Recommandations internationales Directive 90/641/EURATOM Directive 96/29/EURATOM Directive 97/43/EURATOM Nouvelles contraintes

Plus en détail

Radioprotection des patients

Radioprotection des patients Radioprotection des patients Radioprotection des patients - Santé du patient = Objectif du médecin - Plusieurs acteurs au sein d un service : Acteurs Rôles Médecin PSRPM Personnel hospitalier - Prescripteur

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT YTRACIS, précurseur radiopharmaceutique, en solution. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 1 ml de solution stérile contient 1,850

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie. Hôpital Robert Debré, Paris

Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie. Hôpital Robert Debré, Paris Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie C. GUEGAN, A.NADOUR,M.ALISON,G.SEBAG Hôpital Robert Debré, Paris Plan INTRODUCTION A - EXPRESSION

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 14 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-024264 Monsieur le Directeur CHRU de Strasbourg Nouvel Hôpital Civil 1 place de l hopital BP 426 67091 Strasbourg

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

Configuration usuelle de l installation

Configuration usuelle de l installation LE SCANNER OU TOMODENSITOMETRIE DEFINITION Le scanner ou tomodensitométrie (TDM) est un examen radiographique qui utilise les rayons X en faisceau très étroit, avec leur propriété de traverser les tissus

Plus en détail

Scintigraphie. Radioélément : élément radioactif que l on peut administrer soit seul, ou fixer sur une molécule

Scintigraphie. Radioélément : élément radioactif que l on peut administrer soit seul, ou fixer sur une molécule MEDECINE NUCLEAIRE la scintigraphie est une technique d imagerie fonctionnelle. Elle apporte souvent des arguments complémentaires à l imagerie morphologique (radiodiagnostic) Scintigraphie Radioélément

Plus en détail

LA PRISE D IODE STABLE EN

LA PRISE D IODE STABLE EN LA PRISE D IODE STABLE EN CAS D ACCIDENT NUCLÉAIRE TOUT PUBLIC " UN MOYEN EFFICACE DE PROTECTION CONTRE UNE CONTAMINATION RADIOACTIVE DE LA GLANDE THYROÏDE " E n cas d accident grave, certaines installations

Plus en détail

Indications et stratégies des principaux examens d imagerie

Indications et stratégies des principaux examens d imagerie Indications et stratégies des principaux examens d imagerie Pr Jean- Christophe Ferré CHU Rennes, Service de Radiologie et Imagerie Médicale jean-christophe.ferre@chu-rennes.fr 6 octobre 2014 2 Imagerie

Plus en détail

4.5. Radiologie ostéoarticulaire

4.5. Radiologie ostéoarticulaire 4.5. Radiologie ostéoarticulaire télécharger ces fiches au format.pdf - rachis cervical (Os1) - rachis thoracique (Os2) - rachis lombo-sacré (Os3) - bassin standard (Os4) - hanche standard face et profil

Plus en détail

Captation et scintigraphie thyroïdienne

Captation et scintigraphie thyroïdienne Examens thyroïdiens ; parathyroïdiens et surrénales: Captation et scintigraphie thyroïdienne Cet examen permet de vérifier le fonctionnement de la glande thyroïde et de voir la forme de celle-ci. Il est

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS P o u r l a s a n t é a u t r a v a i l LES RAYONNEMENTS IONISANTS L'homme est soumis aux rayonnements ionisants émis par la radioactivité naturelle de l'environnement : rayonnement cosmique, rayonnement

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Risque Radiologique AFGSU 2

Risque Radiologique AFGSU 2 Risque Radiologique AFGSU 2 Risque radiologique ou nucléaire En préhospitalier : plan Piratome Hospitalier : annexe NRBC plan Blanc En cas de risque de contamination: Organisation zonale des secours Dr

Plus en détail

Radioprotection C. BARRET S. PAYEN. Service de Radioprotection. Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE

Radioprotection C. BARRET S. PAYEN. Service de Radioprotection. Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE Radioprotection 2010 C. BARRET S. PAYEN Service de Radioprotection Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE 1 Respecter les champs d intervention des acteurs et les règles de collaboration L employeur responsable

Plus en détail

Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale

Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale S3 3.03 Expérience de terrain: travail en interprofessionalité Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale Présenté par Marjorie Boyer 2015 Sommaire I/ Introduction: II/ Objectifs : III/ Déroulement

Plus en détail

Sommaire MILIEU INTERIEUR

Sommaire MILIEU INTERIEUR Sommaire Préfaces, par François GREMY XI MILIEU INTERIEUR Chapitre 1. Compartiments liquidiens de l organisme 3 Liquides et solutions 3 L eau et les solutés dans l organisme 9 Mesure des stocks d eau et

Plus en détail

VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM CÉRÉBRALE, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR?

VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM CÉRÉBRALE, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR? VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM CÉRÉBRALE, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR? Votre médecin vous a prescrit une IRM cérébrale. Cet examen, qui dure 15 à 30 minutes, se pratique dans un cabinet de radiologie ou dans un service

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

Comment se déroule un scanner?

Comment se déroule un scanner? Comment se déroule un scanner? Vous serez allongé sur un lit qui se déplace dans un large anneau, le plus souvent sur le dos et seul dans la salle d examen ; nous pourrons communiquer avec vous grâce à

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il?

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Service Interprofessionnel de Santé au Travail de la Manche www.sistm50.com SOMMAIRE Principales utilisations...p.2 Modes d exposition...p.2-3 Effets biologiques...p.3

Plus en détail

Fiche Piratome n 2 : Bleu de Prusse

Fiche Piratome n 2 : Bleu de Prusse Edition du 19 novembre 2010 Groupe de travail Piratox/Piratome Groupe de travail Piratox/Piratome Edition du 30 novembre 2010 Mise à jour le 23 janvier 2014 Fiche Piratome n 2 : Bleu de Prusse! Points

Plus en détail

Résumé du protocole d étude

Résumé du protocole d étude Résumé du protocole d étude Titre de la demande: No du protocole: Catégorisation: Demandeur: Autres collaborateur/trice(s): Version de la demande / date: Irradiation crânienne précoce et prophylactique

Plus en détail

Item 20 : Prévention des risques fœtaux Irradiation

Item 20 : Prévention des risques fœtaux Irradiation Item 20 : Prévention des risques fœtaux Irradiation Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 2 I Les principaux

Plus en détail

Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique!

Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique! Imagerie médicale Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique! http://www.geekdad.fr/2013/09/operation-chirurgicale-dun-ours-en-peluche/ Deux possibilités

Plus en détail

Risques et protection du patient en R. A. Roche

Risques et protection du patient en R. A. Roche Risques et protection du patient en R A. Roche Janv 2010 RI thérapeutique : principalement RX (essentiellement scopie et partiellement scanographie). Interventionnel = 1% de l ensemblel des procédures

Plus en détail

Ytracis est dépourvu de substances porteuses et ne contient pas de conservateur antimicrobien.

Ytracis est dépourvu de substances porteuses et ne contient pas de conservateur antimicrobien. Information professionell Ytracis Composition a. Principe actif Chlorure d yttrium [ 90 Y] b. Excipients Acide chlorhydrique à 30%, eau pour préparations injectables Forme galénique et quantité de principe

Plus en détail

Médicaments grossesse et allaitement. Pharmacologie clinique

Médicaments grossesse et allaitement. Pharmacologie clinique Médicaments grossesse et allaitement Pharmacologie clinique Sommaire Introduction Particularité pharmacocinétique au cours de la grossesse Médicaments tératogènes Médicaments à risque tératogène important

Plus en détail

Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle

Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle Dr. Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP ANMTEPH La Baule le 9 octobre 2009 Plan Définition de la radiologie interventionnelle

Plus en détail

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS Page 1 sur 5 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 06/M0/003/09/V01 06/M0/003/09/V02 06/M0/003/09/V03 06/M0/003/09/V04 06/M0/003/09/V05 06/M0/003/09/V06 Titre et objet de la révision DOSIMETRIE

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme

Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme André Aurengo Académie nationale de médecine Les rayonnements émis par les substances radioactives sont dits «rayonnements ionisants»

Plus en détail

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE;

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; Dans la grande majorité des situations de suspicion de pathologie osseuse bénigne, l exploration radiologique conventionnelle constitue l examen de

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie D. Régent, D. Mandry, V. Croise-Laurent, A. Oliver, F. Jausset, V. Lombard RÉSUMÉ Le tube radiogène reste le facteur limitant dans

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

1.Fondements de la radioprotection. Faculté de Médecine P2. Les RI peuvent être dangereux!

1.Fondements de la radioprotection. Faculté de Médecine P2. Les RI peuvent être dangereux! Faculté de Médecine P2 Radioprotection Année Universitaire it i 2007/2008 1. Fondements de la radioprotection 2. Les rayonnements ionisants : natures et origines La radioactivité Les rayons X Sources d

Plus en détail

Professeur Jean-Philippe VUILLEZ

Professeur Jean-Philippe VUILLEZ UE3-1 : Biophysique Chapitre 6 : Radioprotection Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Doses absorbée, équivalente,

Plus en détail

sques déterministes de l exposition au rayonnements ionisants Y-S Cordoliani

sques déterministes de l exposition au rayonnements ionisants Y-S Cordoliani sques déterministes de l exposition au rayonnements ionisants Y-S Cordoliani Petit point sémantique Irradiation Les rayons sont utilisés pour en obtenir un effet biologique déterminé Guérir un cancer Stériliser

Plus en détail

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux Dr Alban GERVAISE Facteurs comportementaux A ne pas négliger! Sûrement les facteurs les plus importants +++ 3 grands principes

Plus en détail

Contrôle radioprotection dans une clinique vétérinaire

Contrôle radioprotection dans une clinique vétérinaire Fiche issue d un incident français Contrôle radioprotection dans une clinique vétérinaire Circonstances Conformément à la réglementation en vigueur, un docteur vétérinaire a pris contact avec un organisme

Plus en détail

5DGLRSURWHFWLRQ. 5DGLRSURWHFWLRQjODVXLWHGXQH WKpUDSLHjOLRGH H[SRVLWLRQVGXHVDX[SDWLHQWV H[WHUQHVRXDX[SDWLHQWV KRVSLWDOLVpVVRUWDQWV

5DGLRSURWHFWLRQ. 5DGLRSURWHFWLRQjODVXLWHGXQH WKpUDSLHjOLRGH H[SRVLWLRQVGXHVDX[SDWLHQWV H[WHUQHVRXDX[SDWLHQWV KRVSLWDOLVpVVRUWDQWV 5DGLRSURWHFWLRQ 5DGLRSURWHFWLRQjODVXLWHGXQH WKpUDSLHjOLRGH H[SRVLWLRQVGXHVDX[SDWLHQWV H[WHUQHVRXDX[SDWLHQWV KRVSLWDOLVpVVRUWDQWV &RPPLVVLRQÃHXURSpHQQH Commission européenne 5DGLRSURWHFWLRQ 5$',23527(&7,21Ã

Plus en détail

Radiothérapie externe Accélérateur de particules

Radiothérapie externe Accélérateur de particules RADIOPROTECTION MÉDICALE Radiothérapie externe Accélérateur de particules Les procédures décrites dans cette fiche concernent l utilisation des accélérateurs produisant des faisceaux de photons et d électrons.

Plus en détail

Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3

Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3 Forum Tchernobyl - principales conclusions 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3 Le 5 septembre 2005 le Forum Tchernobyl 4 a publié, sous l égide de l AIEA, de l OMS et du PNUD, un rapport de 600

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT QUADRAMET, solution injectable. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque ml de solution contient 1.3 GBq Samarium [ 153 Sm]

Plus en détail

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino 1 Effets cellulaires Effets liés à l exposition Effets déterministes Effets stochastiques Les sources d exposition de l être humain

Plus en détail

Examen partiel d imagerie médicale (février 2004)

Examen partiel d imagerie médicale (février 2004) Examen partiel d imagerie médicale (février 2004) I LES QUESTIONS Première question : Répondre par vrai ou faux aux affirmations suivantes. Entourer la bonne réponse ou barrer la mauvaise (0.2 points par

Plus en détail

Techniques et résultats d évaluations dosimétriques des extrémités chez les opérateurs en imagerie interventionnelle

Techniques et résultats d évaluations dosimétriques des extrémités chez les opérateurs en imagerie interventionnelle Techniques et résultats d évaluations dosimétriques des extrémités chez les opérateurs en imagerie interventionnelle L. Donadille, F. Tagnard-Mérat, J.-L. Rehel Institut de radioprotection et de sûreté

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR GLUSCAN 500, solution injectable, Fludésoxyglucose ( 18 F).

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR GLUSCAN 500, solution injectable, Fludésoxyglucose ( 18 F). NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR GLUSCAN 500, solution injectable, Fludésoxyglucose ( 18 F). CETTE NOTICE EST DESTINEE AU PATIENT Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Radiographie, quels risques pour le patient?

Radiographie, quels risques pour le patient? Radiographie, quels risques pour le patient? Qu est-ce qu un rayon X? Quel est le risque? Quels outils pour vous aider? Les rayons X sont des rayonnements électromagnétiques ionisants; ils peuvent traverser

Plus en détail

Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne

Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Indications...1 2 Aspects techniques... 2 3 Les pièges... 3 4 Résultats attendus... 4 5 Légendes des illustrations...5

Plus en détail

Campagne. Information sur le risque nucléaire et les mesures de protection à appliquer en cas d urgence à la centrale de Gentilly-2.

Campagne. Information sur le risque nucléaire et les mesures de protection à appliquer en cas d urgence à la centrale de Gentilly-2. Campagne 2012 Information sur le risque nucléaire et les mesures de protection à appliquer en cas d urgence à la centrale de Gentilly-2 Zone de 8 km LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE Gentilly-2 La centrale nucléaire

Plus en détail

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Dr A. BUONACCORSI Infirmière aux URGENCES DE NUIT FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Présentation d un cas clinique Risques Biologiques Travail de nuit Stress aux urgences FEMME ENCEINTE

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP Guide du curriculum Ce document peut être utilisé comme guide lors de l'élaboration de matériel didactique afin de satisfaire les compétences requises. Ce n est pas l intention de l association de dicter

Plus en détail

NOR : SANC0323527A. (Journal officiel du 13 novembre 2003)

NOR : SANC0323527A. (Journal officiel du 13 novembre 2003) Arrêté du 1er septembre 2003 définissant les modalités de calcul des doses efficaces et des doses équivalentes résultant de l'exposition des personnes aux rayonnements ionisants SP 4 436 354 NOR : SANC0323527A

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Les médications pour traiter le TDA/H et leur utilisation pendant la grossesse.

Les médications pour traiter le TDA/H et leur utilisation pendant la grossesse. Les médications pour traiter le TDA/H et leur utilisation pendant la grossesse. La reconnaissance récente du TDA/H comme un trouble qui persiste tout au long de la vie et qui touche 3 à 5 % de la population

Plus en détail

Remplissage du formulaire relatif à l activité administrée aux patients pour les examens en médecine nucléaire

Remplissage du formulaire relatif à l activité administrée aux patients pour les examens en médecine nucléaire Remplissage du formulaire relatif à l activité administrée aux patients pour les examens en médecine nucléaire 17 décembre 2014 Contact: Thibault VANAUDENHOVE Agence fédérale de contrôle nucléaire Santé

Plus en détail

Dosimétrie des examens sur appareils hybrides : TEP & SPECT. ACOMEN Groupe Radioprotection

Dosimétrie des examens sur appareils hybrides : TEP & SPECT. ACOMEN Groupe Radioprotection Dosimétrie des examens sur appareils hybrides : TEP & SPECT ACOMEN Groupe Radioprotection PLAN Présentation de l ACOMEN et du groupe Radioprotection Travaux réalisés sur la dosimétrie patients en TDM Pré

Plus en détail

IMAGERIE MEDICALE DU VIGNOBLE FICHE D INFORMATION POUR LES EXAMENS SCANNOGRAPHIQUES

IMAGERIE MEDICALE DU VIGNOBLE FICHE D INFORMATION POUR LES EXAMENS SCANNOGRAPHIQUES IMAGERIE MEDICALE DU VIGNOBLE FICHE D INFORMATION POUR LES EXAMENS SCANNOGRAPHIQUES 53C rue de Turckheim - 68000 COLMAR Tel : 03.89.226.226 Docteur WILDY Valérie Docteur HOLL Nathalie Docteur ROTUNNO Antoine

Plus en détail

Cone beam pratique en odontostomatologie Partie II

Cone beam pratique en odontostomatologie Partie II Cone beam pratique en odontostomatologie Partie II Principe, technique, qualité d image, artéfacts, types d appareil, indications Auteur_ Dr Norbert Bellaïche, France Fig. 27 Fig. 28 Fig. 27_Dose absorbée

Plus en détail

APPLICATION PRATIQUE

APPLICATION PRATIQUE APPLICATION PRATIQUE du décret n 2003-296 du 31/3/03 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants PAR LE MEDECIN DU TRAVAIL BINO JACKY service de santé au travail

Plus en détail

DOSIMETRIE DANS LES APPLICATIONS DIAGNOSTIQUES

DOSIMETRIE DANS LES APPLICATIONS DIAGNOSTIQUES DOSIMETRIE DANS LES APPLICATIONS DIAGNOSTIQUES Bernard AUBERT Unité d'expertise en radioprotection Médicale IRSN/DRPH/SER Master de Physique Médicale PM2-RM1.12 le 18 novembre 2004 Médecine Nucléaire La

Plus en détail

Bordeaux, le 20/07/2015. N/Réf. : CODEP-BDX-2015-026466. Polyclinique du Sidobre Chemin Saint Hippolyte 81100 CASTRES

Bordeaux, le 20/07/2015. N/Réf. : CODEP-BDX-2015-026466. Polyclinique du Sidobre Chemin Saint Hippolyte 81100 CASTRES REPUBLIQUE FRANCAISE DIVISION DE BORDEAUX Bordeaux, le 20/07/2015 N/Réf. : CODEP-BDX-2015-026466 Polyclinique du Sidobre Chemin Saint Hippolyte 81100 CASTRES Objet : Inspection n INSNP-BDX-2015-0410 des

Plus en détail

ACTUALITÉS S EN RADIOPROTECTION : RADIOBIOLOGIE, RÉGLEMENTATION INTERNATIONALE ET NATIONALE,

ACTUALITÉS S EN RADIOPROTECTION : RADIOBIOLOGIE, RÉGLEMENTATION INTERNATIONALE ET NATIONALE, ACTUALITÉS S EN RADIOPROTECTION : RADIOBIOLOGIE, RÉGLEMENTATION R INTERNATIONALE ET NATIONALE, PRATIQUES VÉTÉRINAIRESV Catherine Roy, Francis Desbrosse, Ghislaine Jançon, Bruno Pelletier Académie veterinaire

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet de la pré-éclampsie

Ce que vous devez savoir au sujet de la pré-éclampsie Ce que vous devez savoir au sujet de la pré-éclampsie La pré-eclampsie est beaucoup plus courante que ce que la plupart des gens ne pensent en fait, c est la plus courante des complications graves de la

Plus en détail

Comment répondre aux contraintes réglementaires en matière de dosimétrie dans un service d imagerie de CHG ou un cabinet de radiologie

Comment répondre aux contraintes réglementaires en matière de dosimétrie dans un service d imagerie de CHG ou un cabinet de radiologie Comment répondre aux contraintes réglementaires en matière de dosimétrie dans un service d imagerie de CHG ou un cabinet de radiologie JFR 2004 Poster exposé sur le panneau «divers 11» Résumé p 1507 du

Plus en détail

Exposition des patients aux rayonnements ionisants lors d explorations cardiovasculaires en imagerie coronarographique, tomodensitométrique et

Exposition des patients aux rayonnements ionisants lors d explorations cardiovasculaires en imagerie coronarographique, tomodensitométrique et Exposition des patients aux rayonnements ionisants lors d explorations cardiovasculaires en imagerie coronarographique, tomodensitométrique et scintigraphique PLAN 1ere Partie Rayonnements ionisants Effets

Plus en détail

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier.

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. BASES PHYSQUES DE LA RADOLOGE D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. PLAN DU COURS (5 heures) magerie de transmission par rayons X Le tube X et ses réglages L image de transmission

Plus en détail

Le nombre d ions d électrolytes par sachet reconstitué sous forme de solution de 125 ml est le suivant :

Le nombre d ions d électrolytes par sachet reconstitué sous forme de solution de 125 ml est le suivant : RÉSUME DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Movolax 13,7 g, Poudre pour solution buvable, sachet 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque sachet contient les composants

Plus en détail

S.Gerber*, L.Préti*, M.Vettese*, F.Garcia*, J.Valette**, Ch.Dias**, J.P.Lajonchère*, M.Zins*

S.Gerber*, L.Préti*, M.Vettese*, F.Garcia*, J.Valette**, Ch.Dias**, J.P.Lajonchère*, M.Zins* S.Gerber*, L.Préti*, M.Vettese*, F.Garcia*, J.Valette**, Ch.Dias**, J.P.Lajonchère*, M.Zins* * Groupe Hospitalier Paris St Joseph **DoseWatch GE-Healthcare Rapporter l expérience du GHPSJ, avec un recul

Plus en détail

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale Solutions de consultance en radioprotection médicale 1021, Avenue de Toulouse - Espace ARC-EN-CIEL (Hall 3) 34070 MONTPELLIER - www.nova-radioprotection.com courriel : contact@nova-radioprotection.com

Plus en détail

analyse de composition corporelle NOTICE D INFORMATION ET CONSENTEMENT

analyse de composition corporelle NOTICE D INFORMATION ET CONSENTEMENT PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTE analyse de composition corporelle NOTICE D INFORMATION ET CONSENTEMENT Analyse de composition corporelle QU EST-CE QUE LE BILAN «ANALYSE DE COMPOSITION CORPORELLE»? Vous

Plus en détail