Protection des majeurs vulnérables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Protection des majeurs vulnérables"

Transcription

1 Protection des majeurs vulnérables Frédérique CLAUDOT Maître de Conférence des Universités Praticien Hospitalier Service de Médecine Légale et Droit de la Santé Faculté de Médecine Légale Responsable des Affaires Juridiques - CHU Nancy 1

2 La personne majeure la "majorité" est le statut juridique que la loi attache à la personne qui a atteint l'âge de 18 ans. Sous réserve du régime auquel sont soumis les majeurs protégés, la personne devenue majeure acquiert la pleine capacité juridique pour conclure des contrats dont elle peut tirer profit mais qui, en revanche, engagent son patrimoine. Frédérique CLAUDOT 2 2

3 La capacité juridique La capacité est l'aptitude définie par la Loi de conclure un acte juridique valable ayant pour conséquence d'engager la responsabilité de celui qui le souscrit dans le cas où il n'exécuterait pas les obligations mises à sa charge par le contrat et qui, en conséquence, engage son patrimoine. Frédérique CLAUDOT 3 3

4 Les textes de référence Loi n du 05 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs Certaines mesures entrées directement en vigueur Attente de décrets d applications Application effective de la loi au 1 ier janvier décrets et 2 arrêtés publiés entre le 23 novembre 2008 et le 2 janvier 2009 Frédérique CLAUDOT 4 4

5 Quand? 1. Altération des facultés personnelles suscitant le besoin de protection 2. Santé ou sécurité menacée ou compromise 5

6 Quand? Art. 425 C.civ Toute personne dans l'impossibilité de pourvoir seule à ses intérêts en raison d'une altération, médicalement constatée, soit de ses facultés mentales, soit de ses facultés corporelles de nature à empêcher l'expression de sa volonté peut bénéficier d'une mesure de protection juridique prévue au présent chapitre. S'il n'en est disposé autrement, la mesure est destinée à la protection tant de la personne que des intérêts patrimoniaux de celle-ci. Elle peut toutefois être limitée expressément à l'une de ces deux missions. Frédérique CLAUDOT 6 6

7 Une altération des facultés mentales Le C. civ ne précise plus les causes possibles de cette altération (maladie, infirmité, affaiblissement dû à l âge - anc. Art. 490 C.civ) Approche + large, non limitée Champ d application large : Maladies et handicaps : «de naissance», liés à des accidents, des maladies, altérations définitives, durables, temporaires, conjoncturelles ex : Handicaps cérébraux, pathologie psychiatrique, déficiences intellectuelles, dépression, amnésie, sénilité, maladie d Alzheimer, coma Frédérique CLAUDOT 7 7

8 Une altération des facultés corporelles Ne justifie pas en elle même une mesure de protection Il faut que l altération du corps «empêche l expression de la volonté» Facultés de communication/possibilités pour la personne de se faire comprendre A vérifier : l étendue de la déficience ou de l atteinte physique surtout retentissement sur la capacité de la personne à s exprimer, d une façon ou d une autre par tout moyen humain ou technologique possible Frédérique CLAUDOT 8 8

9 Disparition de la protection pour prodigalité, intempérance et oisiveté Caractères dépensiers ou addictifs aux jeux Les alcooliques chroniques ou d habitude Tempérament nonchalants, peu travailleurs Plus de mesures de curatelles Frédérique CLAUDOT 9 9

10 Altération des facultés établie par certificat médical Art. 431 C. civ et Art CPC Tout requérant d une demande d ouverture d une mesure de protection - y compris requête du Proc. Rép. doit accompagner sa demande d un certificat médical circonstancié à peine d irrecevabilité Forme du certificat décrit dans le code de procédure civil Frédérique CLAUDOT 10 10

11 Le certificat médical Harmonisation des contenus des certificats Unification des tarifs des médecins experts => 160 Recentre la mission du médecin Éléments diagnostic et de pronostic de l altération strictement nécessaires et indispensables à la prise de décision judiciaires Doit faciliter l établissement de certificats Frédérique CLAUDOT 11 11

12 Le certificat médical art CPC Le certificat médical circonstancié prévu par l'article 431 du code civil : 1 Décrit avec précision l'altération des facultés du majeur à protéger ou protégé ; 2 Donne au juge tout élément d'information sur l'évolution prévisible de cette altération ; 3 Précise les conséquences de cette altération sur la nécessité d'une assistance ou d'une représentation du majeur dans les actes de la vie civile, tant patrimoniaux qu'à caractère personnel, ainsi que sur l'exercice de son droit de vote. Le certificat indique si l'audition du majeur est de nature à porter atteinte à sa santé ou si celui-ci est hors d'état d'exprimer sa volonté. Le certificat est remis par le médecin au requérant sous pli cacheté, à l'attention exclusive du procureur de la République ou du juge des tutelles. Frédérique CLAUDOT 12 12

13 Le certificat médical art CPC Le certificat médical circonstancié prévu par l'article 431 du code civil : 1 Décrit avec précision l'altération des facultés du majeur à protéger ou protégé ; 2 Donne au juge tout élément d'information sur l'évolution prévisible de cette altération et lui permet de fixer la durée de la mesure ; 3 Précise les conséquences de cette altération sur la nécessité d'une assistance ou d'une représentation du majeur dans les actes de la vie civile, tant patrimoniaux qu'à caractère personnel, ainsi que sur l'exercice de son droit de vote. Le certificat indique si l'audition du majeur est de nature à porter atteinte à sa santé ou si celui-ci est hors d'état d'exprimer sa volonté. Le certificat est remis par le médecin au requérant sous pli cacheté, à l'attention exclusive du procureur de la République ou du juge des tutelles. Frédérique CLAUDOT 13 13

14 Le certificat médical Le certificat médical circonstancié prévu par l'article 431 du code civil : 1 Décrit avec précision l'altération des facultés du majeur à protéger ou protégé ; 2 Donne au juge tout élément d'information sur l'évolution prévisible de cette altération ; 3 Précise les conséquences de cette altération sur la nécessité d'une assistance ou d'une représentation du majeur dans les actes de la vie civile, tant patrimoniaux qu'à caractère personnel, ainsi que sur l'exercice de son droit de vote. Le juge doit se prononcer sur le maintien ou la suppression du droit de vote, à défaut de décision la personne conserve son droit de vote Le certificat indique si l'audition du majeur est de nature à porter atteinte à sa santé ou si celui-ci est hors d'état d'exprimer sa volonté. Le certificat est remis par le médecin au requérant sous pli cacheté, à l'attention exclusive du procureur de la République ou du juge des tutelles. Frédérique CLAUDOT 14 14

15 Le certificat médical art CPC Le certificat médical circonstancié prévu par l'article 431 du code civil : 1 Décrit avec précision l'altération des facultés du majeur à protéger ou protégé ; 2 Donne au juge tout élément d'information sur l'évolution prévisible de cette altération ; 3 Précise les conséquences de cette altération sur la nécessité d'une assistance ou d'une représentation du majeur dans les actes de la vie civile, tant patrimoniaux qu'à caractère personnel, ainsi que sur l'exercice de son droit de vote. L avis du médecin dispense l audition de la personne protégée non seulement si cette audition est de nature à porter atteinte à sa santé mais également si la personne est hors d état d exprimer sa volonté Le certificat indique si l'audition du majeur est de nature à porter atteinte à sa santé ou si celui-ci est hors d'état d'exprimer sa volonté. Le certificat est remis par le médecin au requérant sous pli cacheté, à l'attention exclusive du procureur de la République ou du juge des tutelles. Frédérique CLAUDOT 15 15

16 Le certificat médical art CPC Le certificat médical circonstancié prévu par l'article 431 du code civil : 1 Décrit avec précision l'altération des facultés du majeur à protéger ou protégé ; 2 Donne au juge tout élément d'information sur l'évolution prévisible de cette altération ; 3 Précise les conséquences de cette altération sur la nécessité d'une assistance ou d'une représentation du majeur dans les actes de la vie civile, tant patrimoniaux qu'à caractère personnel, ainsi que sur l'exercice de son droit de vote. Le certificat indique si l'audition du majeur est de nature à porter atteinte à sa santé ou si celui-ci est hors d'état d'exprimer sa volonté. Le certificat est remis par le médecin au requérant sous pli cacheté, à l'attention exclusive du procureur de la République ou du juge des tutelles. (préservation de la confidentialité en raison de la nature des informations contenues dans le certificat.) Frédérique CLAUDOT 16 16

17 Besoin de protection Recommandation n R99 Conseil de l Europe Lorsqu une mesure de protection est nécessaire, elle doit être proportionnelle au degré de capacité de la personne concernée et adaptée aux circonstances particulières de cette dernière Classification des mesures judiciaires de protections Sauvegarde de justice Curatelle Tutelle Le choix de la mesure dépend du degré d altération Le contenu de la mesure doit être individualisé en fonction de cette altération Frédérique CLAUDOT 17 17

18 Quand? 1. Altération des facultés personnelles suscitant le besoin de protection 2. Santé ou sécurité menacée ou compromise 18

19 Exclusion et ancienne tutelle aux prestations sociales Jusqu à présent prise en charge judiciaire (JT) lorsque échec des prises en charges réalisées par services sociaux Aujourd hui : Objectif : repousser le plus loin possible prise en charge judiciaire Création de mesures d accompagnement social personnalité (MASP) Tutelles aux prestations sociales deviennent des mesures d accompagnement judiciaire (MAJ) Frédérique CLAUDOT 19 19

20 Dispositifs alternatifs Pour les personnes relevant plus de l accompagnement social que de la protection juridique, la loi du 5 mars 2007 propose des mesures graduées. Premier échelon : repose sur la libre adhésion du bénéficiaire, prend la forme d une mesure d accompagnement social personnalisé (MASP). Second échelon : si cette mesure échoue, intervient alors la mesure d accompagnement judiciaire (MAJ), pour les personnes qui ont besoin d une mesure réellement contraignante pour s en sortir. Frédérique CLAUDOT 20 20

21 Quelles mesures? Altération des facultés personnelles - sauvegarde de justice - curatelle - tutelle Santé ou sécurité menacée ou compromise - Mesures d accompagnement social - Mesure d aide judiciaire Les mandats de protections futures 21

22 Altération des facultés personnelles médicalement constatées Santé ou sécurité compromise en raison des difficultés à gérer les prestations sociales Sauvegarde de justice Mesure d Accompagnement Sociale Personnalisé Curatelle Non Cumulables Tutelle Mesure d Accompagnement Judiciaire Frédérique CLAUDOT 22 22

23 Quelles mesures? Altération des facultés personnelles - sauvegarde de justice - curatelle - tutelle Santé ou sécurité menacée ou compromise - Mesures d accompagnement social - Mesure d aide judiciaire Les mandats de protections futures 23

24 La sauvegarde de justice Mesure provisoire et très souple La personne conserve l exercice de ses droits civils et civiques (sauf divorce) de la gestion de ses revenus, comptes et papiers Intérêt : actes plus facilement annulables qu une personne non protégée Frédérique CLAUDOT 24 24

25 La curatelle Régime d assistance et de contrôle dans les actes de la vie civile Peut-être modifiée en fonction de l évolution de l état de santé de la personne Curatelle simple Curatelle renforcée Essentiellement pour protéger un patrimoine immobilier, placements financier la personne est apte à gérer son quotidien sur le plan budgétaire et administratif Les plus fréquentes : personne plus en mesure de gérer ses revenus, de payer ses charges courantes et de faire ses papiers administratifs Frédérique CLAUDOT 25 25

26 La tutelle Art. 459 C.civ : le majeur protégé peut réaliser des actes relatifs à sa personne si son état le permet Choix tutelle/curatelle renforcée? Personne protégée n est plus à même d émettre un avis éclairé sur les actes importants de gestion de ses biens Gestion : compte rendu de la gestion 1x/ ans au JT = curatelle renforcée Frédérique CLAUDOT 26 26

27 Quelles mesures? Altération des facultés personnelles - sauvegarde de justice - curatelle - tutelle Santé ou sécurité menacée ou compromise - Mesures d accompagnement social - Mesure d aide judiciaire Les mandats de protections futures 27

28 Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) Objectifs de la mesure? Éviter l aggravation immédiate dans la gestion de ses ressources Quelle forme prend-elle? Contrat entre la personne concernée et le Président du Conseil Général Frédérique CLAUDOT 28 28

29 Mesure d accompagnement judiciaire Pourquoi et quand une mesure d accompagnement judiciaire? Échec de la MASP qui n a pas permis à son bénéficiaire une gestion satisfaisante de ses prestations sociales et que sa santé ou sa sécurité est comprise Quel est l objectif d une MAJ? Rétablir une gestion autonome des prestations sociales via une action éducative Frédérique CLAUDOT 29 29

30 Quelles mesures? Altération des facultés personnelles - sauvegarde de justice - curatelle - tutelle Santé ou sécurité menacée ou compromise - Mesures d accompagnement social - Mesure d aide judiciaire Les mandats de protections futures 30

31 Le Mandat de Protection Future (MPF) C est un contrat qui permet d organiser à l avance la protection de sa personne et de ses biens et de désigner la ou les personnes qui en seront chargées, pour le jour où l état de santé de la personne ne lui permettra plus de le faire ellemême. Elle peut décider que cette protection concernera son patrimoine et sa personne l ensemble des questions relatives à sa personne sa santé, ses relations aux autres, son logement, ses déplacements, ses loisirs, etc. son patrimoine concerne l ensemble des actes d administration de vos biens. Elle peut limiter cette protection à certains biens ou la prévoir pour l ensemble de ses biens seulement l un des deux Frédérique CLAUDOT 31 31

32 Comment engager la mesure de protection? Mesures de protections judiciaires (MPJ) Mesures d accompagnement sociales Mandat de protection future 32

33 Personnes pouvant demander l ouverture d une MPJ La famille ou les proches L intéressé, son conjoint, le partenaire, le concubin, parent, allié : ascendants, descendants, frères, sœurs, (lien de sang) La personne entretenant des liens étroits et stables avec la personne, la personne exerçant une protection juridique Frédérique CLAUDOT 33 33

34 Personnes pouvant demander l ouverture d une MPJ Le procureur de la République d office sur la demande d un tiers Signalement par les services de police De gendarmerie Services administratifs ou sociaux Requête de la famille Suppression du pouvoir discrétionnaire du JT de s auto saisir Frédérique CLAUDOT 34 34

35 Sauvegarde de justice Peut résulter d une déclaration faite par le médecin au Procureur de la République Obligatoire pour les malades hospitalisés dans les hôpitaux psychiatriques départementaux à conditions qu ils remplissent les conditions générales de protection des majeurs Les autres établissements de santé, pour tout malade mental qui y séjournerait, le directeur de l établissement doit prendre les mesures nécessaires dans les 48H (sauvegarde de justice non visée) Frédérique CLAUDOT 35 35

36 Pratique hospitalière Mise sous sauvegarde de justice permet une protection rapide en cas d urgence, notamment personnes dépourvues de liens familiaux Principe et modalités maintenues par la loi du 05 mars 2007 Changements = durée plus longue et modalités de renouvellement Frédérique CLAUDOT 36 36

37 Déclaration facultative pour le médecin «de ville» Cabinet libéral ou cliniques privées MT ou non Si constatation de la nécessité de protection d une personne dans les actes de la vie civile en raison altération Le médecin peut le déclarer au Proc. du lieu du traitement Déclaration corroborée par un certificat conforme émanant d un psychiatre pour entraîner le placement d une personne sous sauvegarde de justice Frédérique CLAUDOT 37 37

38 Mention sur le répertoire spécial du Parquet Mention sur le répertoire spécial tenu par le parquet Déclarations aux fins de faire cesser la sauvegarde Radiations Déclarations de renouvellement Frédérique CLAUDOT 38 38

39 Durée de la sauvegarde Un an renouvelable 1x (avant 6 mois) Renouvellement par voie judiciaire uniquement Frédérique CLAUDOT 39 39

40 Fin de la mesure Par déclaration du médecin au Proc. Par radiation de la déclaration médicale par le Proc. En toutes hypothèse à la fin d une période de un an éventuellement renouvelé Par ouverture d une mesure de curatelle ou de tutelle à partir du jour où la nouvelle mesure prend effet Frédérique CLAUDOT 40 40

41 Comment engager la mesure de protection? Mesures de protections judiciaires (MPJ) Mesures d accompagnement sociales Mandat de protection future 41

42 MASP Quels engagements? Le bénéficiaire s engage à suivre les actions éducatives qui lui sont proposées Le département s engage à apporter une aide à la gestion des prestations sociales et à mobiliser les moyens nécessaires au rétablissement de l autonomie du majeur Durée de la MASP? De 6 mois à 2 ans Maximum de 4 ans renouvellement compris Financement de la MASP? Une contribution financière peut être demandée au majeur, fixée par le Président du CG Fixation encadrée selon les ressources du majeur, dans les limites fixées par décret Frédérique CLAUDOT 42 42

43 MASP Pourquoi une mesure d accompagnement «personnalisée»? Le contenu de la MASP est adapté aux besoins du bénéficiaire via une gradation dans les outils de mise en œuvre Quel mode d intervention? Simple aide à la gestion (conseils, assistance,etc...) Gestion DIRECTE Quid en cas de manquement aux obligations contractuelles? Le PCG peut solliciter du juge l autorisation de verser directement les prestations sociales au bailleur Le PCG transmet un rapport circonstancié d évaluation au procureur de la République, aux fins d ouverture d une MAJ ou d une autre mesure Frédérique CLAUDOT 43 43

44 MAJ Durée de la MAJ? 2 ans (4 ans maximum avec renouvellement) Par qui la MAJ est-elle exercée? Seulement un mandataire à la protection juridique des majeurs inscrit sur la liste Quid en cas d échec de la MAJ? Mise en place d une mesure de tutelle ou de curatelle, voire d une MASP Frédérique CLAUDOT 44 44

45 MAJ Quelques précisions à propos de la MAJ : remplace l actuelle TPSA (Tutelle aux Prestations Sociales Adultes) la MAJ est sans incidence sur la «capacité» du bénéficiaire la MAJ est insérée dans le code civil seules les prestations sociales sont gérées pas de MAJ lorsque le bénéficiaire est marié et que le régime matrimonial permet une gestion satisfaisante des prestations par le conjoint interdiction de cumuler une MAJ avec une autre mesure Frédérique CLAUDOT 45 45

46 Comment engager la mesure de protection? Mesures de protections judiciaires (MPJ) Mesures d accompagnement sociales Mandat de protection future 46

47 Mise en œuvre du mandat de protection future 2 conditions : il faut que l incapacité du mandant soit médicalement constatée par un médecin agréé le mandataire enregistre le mandat au greffe du tribunal Possibilité de mettre en place en parallèle une mesure de protection si l étendue du mandat ne permet pas une protection suffisante Effets sur le mandant : peuvent être rescindés ou réduits les actes passés par le mandant Frédérique CLAUDOT 47 47

48 La fin du mandat de protection future le rétablissement des facultés personnelles du mandant le décès du mandant ou son placement sous tutelle ou curatelle (sauf décision contraire du juge) le décès du mandataire ou son placement sous tutelle, sous curatelle, la révocation du mandat par le juge des tutelles Frédérique CLAUDOT 48 48

49 MPF pour autrui (par acte authentique devant notaire) Principe : permet à des parents de désigner une ou plusieurs personnes qui assumeront la protection de cet enfant le jour où ils ne seront plus en mesure de faire eux-mêmes Le mandant : les parents ou le dernier vivant des père et mère ne doivent pas être eux-mêmes sous mesure de protection doivent exercer l autorité parentale si l enfant est mineur doivent assumer la charge affective et matérielle si l enfant est majeur Le choix du ou des mandataires s impose au juge sauf : le mandataire refuse la mission si le mandataire est dans l impossibilité d exercer la mission si l intérêt de la personne commande de l écarter Frédérique CLAUDOT 49 49

50 Procédure des MPJ 1. Le JT avise le Procureur de la République 2. Ministère de l avocat n est pas obligatoire 3. Instruction de l affaire Audition de la personne à protéger : modalité substantielle sauf avis médical Auditions et enquête sociale (éventuelles) Placement provisoire sous sauvegarde de justice facultatif Transmission du dossier au Parquet Communication aux parties Audience Jugement Notification aux intéressés Frédérique CLAUDOT 51 50

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

Guide. du curateur ou du tuteur familial

Guide. du curateur ou du tuteur familial Guide du curateur ou du tuteur familial PREAMBULE La France compte aujourd hui plus de 700 000 personnes sous mesure de protection et ce nombre est en constante augmentation. Dans l Oise, environ 10 000

Plus en détail

IV. Les mesures d accompagnement. Le rôle du Conseil général La mesure d accompagnement social personnalisé La mesure d accompagnement judiciaire

IV. Les mesures d accompagnement. Le rôle du Conseil général La mesure d accompagnement social personnalisé La mesure d accompagnement judiciaire Sommaire I. les mesures de protection juridique Les différentes mesures de protection juridique L ouverture d une mesure de protection juridique Présentation du mandat de protection future Mise en œuvre

Plus en détail

SOMMAIRE. Réalisé par le collectif : ATMP - CMBD - SPES - UDAF de Seine-Maritime

SOMMAIRE. Réalisé par le collectif : ATMP - CMBD - SPES - UDAF de Seine-Maritime SOMMAIRE 1 S ADRESSER AU JUGE DES TUTELLES 2 LES RECOURS 3 OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES DU TUTEUR FAMILIAL 4 DISPOSITIONS À PRENDRE A L OUVERTURE D UNE MESURE 5 PROCEDURE INVENTAIRE 6 PROCEDURE ELABORATION

Plus en détail

Les dispositions à prendre en cours de fonction

Les dispositions à prendre en cours de fonction TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction de Curateur dans le cadre d une curatelle dite renforcée (article 472 du code civil) Ces dispositions ne concernent

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

Les aides légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne

Les aides légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne guide pratique Les aides légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DES AÎNÉS eslégalesà

Plus en détail

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

Guide du curateur ou du tuteur familial

Guide du curateur ou du tuteur familial L e s G u i d e s C o n s e i l s d e l a C a i s s e d'epa r g n e Guide du curateur ou du tuteur familial 4 ème trimestre 2009 4 ème édition préambule 1 L e grand âge, la maladie, le handicap, les accidents

Plus en détail

Curateur ou tuteur familial. Suivez le guide!

Curateur ou tuteur familial. Suivez le guide! Curateur ou tuteur familial Suivez le guide! Curateur ou tuteur familial Suivez le guide! Vous aider à protéger vos proches Une personne de votre famille ou parmi vos proches est en difficultés ; vous

Plus en détail

Un de vos proches devient inapte

Un de vos proches devient inapte Un de vos proches devient inapte Comment le protéger? Le Curateur public du Québec À la rencontre de la personne Table des matières Qu est-ce que l inaptitude?... 4 Qu est-ce que le besoin de protection?....

Plus en détail

FICHE 1 L INVENTAIRE

FICHE 1 L INVENTAIRE FICHE 1 L INVENTAIRE Vous avez été nommé curateur (curatelle renforcée) ou tuteur d un de vos proches. A ce titre, vous avez l obligation de réaliser un inventaire de ses biens mobiliers et immobiliers

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

NOTICE D'INFORMATION

NOTICE D'INFORMATION 04 Union Départementale des Associations Familiales des Alpes de Haute-Provence NOTICE D'INFORMATION 39 Boulevard Victor Hugo Le Florilège 04000 DIGNE LES BAINS 1/14 Présentation du dispositif de protection

Plus en détail

La protection juridique

La protection juridique Entre le fort et le faible, c est la loi qui libère et la liberté qui asservit. juridique de la personne âgée dépendante Tome 1 Henri Lacordaire IAL-08-06/10 Signatures : contact@signatures.eu Dr Carol

Plus en détail

Ce texte peut être retrouvé maquetté dans la Revue du Praticien, 20, 50, Décembre 2000, 2285-2294

Ce texte peut être retrouvé maquetté dans la Revue du Praticien, 20, 50, Décembre 2000, 2285-2294 Hospitalisation à la demande d un tiers et hospitalisation d office, tutelle, curatelle, sauvegarde de justice : principes d application et principes d utilisation Ce texte peut être retrouvé maquetté

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale Centre Communal d Action Sociale 01.34.90.89.73 Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale - Livret de Famille

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

Édition 2012-2013. Le Guide de la Protection Juridique des Majeurs. www.capretraite.fr

Édition 2012-2013. Le Guide de la Protection Juridique des Majeurs. www.capretraite.fr Édition 2012-2013 Le Guide de la Protection Juridique des Majeurs www.capretraite.fr 0800 891 491 ÉDITO Comme de nombreuses familles faisant face à l'altération des facultés de leur proche, vous vous interrogez

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

G uide M éthodologique

G uide M éthodologique MESURES DE PROTECTION DES MINEURS Suivez le guide!!! AVRIL 2015 G uide M éthodologique Document actualisé le 07 avril 2015 par Le Service en charge des Mesures de Protection des Mineurs de l UDAF de la

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14 Table des matières Titre 1 La séparation des époux 7 Bibliographie sommaire 9 Introduction 11 Chapitre 1 13 Les principes régissant la séparation des époux 13 Section 1. La rupture de la vie commune 13

Plus en détail

Le Tuteur Familial. Comment assurer la protection d un membre de sa famille ou d un proche 3 ème édition - 1 er semestre 2005

Le Tuteur Familial. Comment assurer la protection d un membre de sa famille ou d un proche 3 ème édition - 1 er semestre 2005 Les Guides Conseils de la Caisse d Epargne N hésitez pas à contacter : Votre agence Caisse d Epargne Web:http://www.caisse-epargne.fr www.associatis.com CNCEP RCS PARIS B 383 680 220 - Photo Comstock/Alto/Goodshoot

Plus en détail

Information DES CURATEURS (Curatelle Renforcée)

Information DES CURATEURS (Curatelle Renforcée) Commentaire [1]: 308entetead.wp d Entête de lettre avec destinataire (intégrant charte graphique) Tribunal d instance de RAMBOUILLET Service de la Protection des majeurs Information DES CURATEURS (Curatelle

Plus en détail

Bien réagir en cas de séparation

Bien réagir en cas de séparation MARS 2013 N 2 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien réagir en cas de séparation Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

les axes majeurs de la loi (1)

les axes majeurs de la loi (1) 1 les axes majeurs de la loi (1) 1- Pas en cause les principes fondamentaux de la protection judiciaire des majeurs vulnérables 2- Introduction de mesures de prise en compte sociale des mesures 3- Professionnaliser

Plus en détail

F I N D E M E S U R E : C O M P T E D E G E S T I O N D É F I N I T I F

F I N D E M E S U R E : C O M P T E D E G E S T I O N D É F I N I T I F F I N D E M E S U R E : C O M P T E D E G E S T I O N D É F I N I T I F La mesure de protection de la personne protégée a pris fin. En application de l'article 514 du Code civil, vous devez remettre un

Plus en détail

Règlement de Fonctionnement

Règlement de Fonctionnement Règlement de Fonctionnement Service Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs Le règlement de fonctionnement est établi conformément aux dispositions du décret N 2008-1504 du 30 décembre 2008.

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

SYNDIC. - Création d une immatriculation obligatoire de toutes les copropriétés au sein d un registre national.

SYNDIC. - Création d une immatriculation obligatoire de toutes les copropriétés au sein d un registre national. SYNDIC 1- Immatriculation de la copropriété 2- Gestion de la copropriété 3- Transparence et prévention des difficultés 1- Immatriculation de la copropriété Portée - Création d une immatriculation obligatoire

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Le congé de présence parentale

Le congé de présence parentale Le congé de présence parentale 1. Définition Ce congé non rémunéré est prévu par l article 60 sexies de la loi du 26 janvier 1984 qui dispose que le congé de présence parentale est accordé au fonctionnaire

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT Thème ANCIENNES DISPOSITIONS NOUVELLES DISPOSITIONS Appellation Hospitalisation sur demande d un tiers Soins psychiatriques sur demande d un

Plus en détail

I - Effets de la mesure de protection :

I - Effets de la mesure de protection : NOTICE à L USAGE du TUTEUR d un parent ou d un proche sous tutelle Vous venez d être nommé en qualité de tuteur d un parent proche. La tutelle est une mesure destinée à protéger sa personne et ses biens.

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Guide pratique genevois. Guide sur les successions

Guide pratique genevois. Guide sur les successions Guide pratique genevois Guide sur les successions Edition janvier 2011 Sommaire Sommaire Préambule 3 Compétence de la Justice de paix 4 Qui sont les héritiers? 5 Comment s acquiert la successions? 6 Quels

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail

Les violences conjugales

Les violences conjugales MINISTÈRE le point sur Femmes/égalité Lutte contre les violences envers les femmes Les violences conjugales Les victimes de violences craignent le plus souvent de s exprimer. Paralysées par la peur, une

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 2 La personne Me Micheline Montreuil 1 Contenu La personne physique La personne morale 2 Objectifs Après la lecture du chapitre, l étudiant doit pouvoir : Différencier

Plus en détail

Organisation de l administration des biens dans le cadre d une curatelle

Organisation de l administration des biens dans le cadre d une curatelle Organisation de l administration des biens dans le cadre d une curatelle I. Situation de départ L APEA X. est en train d affiner la procédure relative aux placements financiers en collaboration avec le

Plus en détail

Marseille 12 13 Octobre 2006. Table ronde n 6 : La famille

Marseille 12 13 Octobre 2006. Table ronde n 6 : La famille 1 er COLLOQUE DES NOTARIATS EUROMEDITERRANEENS Marseille 12 13 Octobre 2006 Table ronde n 6 : La famille Rapporteur Général : Monsieur Umberto Morello, Professeur de droit à l Université de Gênes (Italie).

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ----- NOR : SAA0402629DL DELIBERATION N 2005-13 APF DU 13 JANVIER 2005 portant modification de la délibération n 2001-200 APF du 4 décembre 2001 portant code de procédure

Plus en détail

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse DSE Sous réserve

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Section Gestion comptable publique n 14-0005

Section Gestion comptable publique n 14-0005 DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES Section Gestion comptable publique n 14-0005 NOR : BUDE1404824J Instruction du 7 février 2014 MODALITES DE GESTION PAR LES COMPTABLES PUBLICS DES FONDS ET DEPOTS

Plus en détail

Grands principes du droit du divorce

Grands principes du droit du divorce Grands principes du droit du divorce En Belgique, il existe deux procédures de divorce: - la procédure DCM ( Divorce par Consentement Mutuel) - la procédure DDI ( Divorce pour Désunion Irrémédiable) 1.

Plus en détail

Grille indicative des honoraires

Grille indicative des honoraires Cabinet TISSEYRE - VIDAL Avocats "Le Jacques Cartier" 394, rue Léon BLUM 34000 MONTPELLIER Grille indicative des honoraires Tarifs applicables à compter du 1 er janvier 2012 Tél. : 04 67 66 27 25 Fax :

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale RÉPUBLIQUE FRANÇAISE NOR : [ ] AVANT-PROJET DE LOI Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale L article 372-2 du code civil

Plus en détail

Vous divorcez, vous vous séparez?

Vous divorcez, vous vous séparez? Service Com&Doc - Crédit image : drx - Fotolia.com - Imprimerie Caf35 - Mars 2014 Vous divorcez, vous vous séparez? 5 questions pour mieux comprendre Vous informer et vous aider dans vos démarches Vous

Plus en détail

Le divorce. Procédures

Le divorce. Procédures Vos droits Institutions Acteurs F i c h e P r a t i q u e Le divorce Procédures Le divorce Les procédures de divorce sont aujourd hui pacifiées et simplifiées. Toutefois, les conséquences restent les mêmes

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE souscrit par l Union Nationale Interprofessionnelle des Mutuelles Cogérées auprès de Matmut Protection Juridique NOTICE D INFORMATION UMC JURIS Ayant

Plus en détail

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante :

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante : CIRCULAIRE AD 94-2 DU 18 JANVIER 1994 Tri et conservation des archives des établissements publics de santé : documents produits après 1968 par les services administratifs chargés de la gestion des hospitalisations

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Protéger la personne et son patrimoine. Protéger la personne et son patrimoine. Quand elle n est pas ou plus en mesure de le faire seule

Protéger la personne et son patrimoine. Protéger la personne et son patrimoine. Quand elle n est pas ou plus en mesure de le faire seule Protéger la personne et son patrimoine 1 Protéger la personne et son patrimoine Quand elle n est pas ou plus en mesure de le faire seule 2 Protéger la personne et son patrimoine DANS CE GUIDE... Introduction

Plus en détail

«Droit successoral : Et quand je ne serai plus là?»

«Droit successoral : Et quand je ne serai plus là?» Conférence donnée par Me Antoine Rochat, notaire, Lausanne «Droit successoral : Et quand je ne serai plus là?» 6 mars 2012 Plan de l exposé : joint Les parentèles : joint I : Introduction I.1 : Définition

Plus en détail

Loi du 26 juillet 2013 relative à l arrêté d admission en qualité de pupille de l Etat. Note d information

Loi du 26 juillet 2013 relative à l arrêté d admission en qualité de pupille de l Etat. Note d information MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DELEGUE CHARGE DE LA FAMILLE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE 31 décembre 2013 Loi du 26 juillet 2013 relative à l arrêté d admission en

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

l'avenir de de décès

l'avenir de de décès Assurer l'avenir de votre famille en cas de décès Mutuelles santé prévoyance AUTONOMIE retraite Pourquoi souscrire un contrat de prévoyance? Le décès, un risque trop fréquemment sous-estimé 1 personne

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York ITALIE L'Italie est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Les recours possibles pour les patients OBTENIR DES EXPLICATIONS Si un patient

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Lorsqu il estime avoir été victime, de la part d un établissement ou d un

Plus en détail

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE Le cadre général Lorsque le juge aux affaires familiales a fixé la pension alimentaire pour un époux ou pour les enfants, cette décision s'impose

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Le couple. et l argent

Le couple. et l argent LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Le couple Mariage, PACS, ou concubinage, la vie à deux implique le plus souvent des choix mais aussi des obligations. Alors, qu en est-il en matière de gestion

Plus en détail

L INDIVISION. légal conventionnelle régime conventionnel

L INDIVISION. légal conventionnelle régime conventionnel L INDIVISION L indivision peut résulter d une convention. Elle permet d organiser la propriété de plusieurs personnes : copropriété familiale, dont la communauté de biens entre époux est l exemple le plus

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

REGIMES MATRIMONIAUX

REGIMES MATRIMONIAUX REGIMES MATRIMONIAUX Le sujet est vaste et complexe. L exposé se limitera au rappel des règles essentielles et à l examen des problèmes les plus fréquemment rencontrés. Un rappel : il existe un régime

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE

REGLEMENT MUTUALISTE 19 REGLEMENT MUTUALISTE Chapitre I - OBJET DU REGLEMENT Article 1. - Objet et modalités de modification du règlement Le présent règlement établi selon l article L.114-1 du Code de la Mutualité a pour objet

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des adultes I. Préambule... 2 II. Gestion du patrimoine dans

Plus en détail

FORMULAIRE DE DÉCLARATION DE PATRIMOINE

FORMULAIRE DE DÉCLARATION DE PATRIMOINE FORMULAIRE DE DÉCLARATION DE PATRIMOINE TYPE DE DÉCLARATION: Entrée en Fonction Référence : Loi du 20 Février 2008 et Moniteur No. 17 Sortie de Fonction Titre de la Fonction Date de la déclaration../ /.

Plus en détail

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE CHRONIQUE JURIDIQUE chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Lors de notre congrès de Lille, une motion a été proposée par la commission «métier» sur les

Plus en détail

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Le présent document est établi sur base de l article 17, paragraphe 1 er, alinéa 2 du règlement grand-ducal du 10 juin 2009 portant organisation

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

L inventaire de patrimoine et les comptes rendus de gestion

L inventaire de patrimoine et les comptes rendus de gestion L inventaire de patrimoine et les comptes rendus de gestion 1/ L inventaire de patrimoine : L inventaire est une pièce d une réelle importance qui sert de référence pour apprécier l évolution du patrimoine

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Le pouvoir adjudicateur : Syndicat Intercommunal du Cimetière des Joncherolles (SICJ) Objet du marché : Mission de contrôle technique pour la création d une

Plus en détail

CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE

CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE souscrit par la Mutuelle Familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information ASSISTANCE JURIDIQUE «VIE PRIVEE» PROTECTION JURIDIQUE

Plus en détail

CONSERVER SON EMPLOI. c est normal et c est possibie. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014

CONSERVER SON EMPLOI. c est normal et c est possibie. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 CONSERVER SON EMPLOI c est normal et c est possibie Les bonnes questions à se poser Quelles démarches? Les aides de l Agefiph dont vous

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12 IMPOT SUR LE REVENU. IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. ALLEGEMENT DES OBLIGATIONS DECLARATIVES DES AYANTS DROIT DU DEFUNT

Plus en détail

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE L activité principale de l expert-comptable doit être l expertise comptable telle que définie à l article 2, alinéas 1 et

Plus en détail

Assurance Voyage Notice d Assurance

Assurance Voyage Notice d Assurance Assurance Voyage Notice d Assurance contrat n 302.867 Garanties : Annulation Interruption de séjour Mondial Assistance Leader mondial de l assistance et de l assurance voyage Assureur : ELVIA (une société

Plus en détail

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent?

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Lorsque l enfant vit au domicile de l un de ces parents, ce qui est,

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

La gestion de patrimoine des personnes protégées : enfants mineurs, majeurs incapables

La gestion de patrimoine des personnes protégées : enfants mineurs, majeurs incapables La gestion de patrimoine des personnes protégées : enfants mineurs, majeurs incapables Par Henry Royal, juillet 2011 I. - Actes d administration, de disposition, de conservation II. - L enfant mineur III.

Plus en détail

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles.

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles. REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles A/ ONT L HONNEUR D EXPOSER : (* biffer les mentions inutiles)

Plus en détail

LA DEMANDE EN DIVORCE

LA DEMANDE EN DIVORCE LA DEMANDE EN DIVORCE MESURES À ENVISAGER COMMENTAIRES : INTRODUCTION La première étape d un dossier de divorce est avant tout l entrevue faite conformément à la liste de contrôle «L ENTREVUE EN MATIÈRE

Plus en détail

Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 LE GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE

Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 LE GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE REPUBLIQUE FRANCAISE Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 Direction des affaires civiles et du Sceau Bureau du droit des personnes et de la famille Direction des services judiciaires Bureau

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

Demande d'ouverture de sauvegarde

Demande d'ouverture de sauvegarde Demande d'ouverture de sauvegarde Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Situation matrimoniale (en cas de mariage, préciser

Plus en détail