Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail"

Transcription

1 Par France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Catherine Martel, conseillère en soins infirmiers, service de la formation 29 novembre 2012

2 » Présentation des animatrices» Formation continue en simultané via visioconférence (de jour seulement)» Importance de compléter les fiches de présences» Formation volontaire (non rémunérée)» Durée de la formation et période de questions à la fin

3 » Comprendre l importance de la vaccination.» Reconnaître nos responsabilités professionnelles.» Se familiariser avec le calendrier de base.» Être en mesure de promouvoir la vaccination.» Être capable de répondre aux questions et craintes de la population.» Prendre conscience de nos propres croyances et attitudes.

4 » Histoire des vaccins et leur évolution» Le système immunitaire» Les prises de position des ordres professionnels» Le calendrier de vaccination au cours d une vie» Les différents impacts» Prérequis souhaités des travailleurs de la santé» Allégations et pistes de réflexion

5 » On dit que les Chinois et les Indiens connaissaient la «variolisation» avant le XI e siècle. Ils essayaient de combattre la variole (petite vérole) en mettant en contact des personnes saines avec le contenu de pustules des malades.» Le mot vaccination (latin vaccinae) signifie étymologiquement «envachement». C est le terme apparu vers 1880 suite aux travaux de Jenner qui avait immunisé des patients contre la variole de la vache.

6 » Par la suite, c est Louis Pasteur qui a expliqué le principe d action de la vaccination. Il s est basé sur les études de Koch mettant en relation les microbes et la maladie.» La première vaccination humaine fut celle d un enfant contre la rage le 6 juillet L enfant avait été mordu par un chien enragé et Pasteur accepta le défi de le vacciner.

7 1798 : Variole 1885 : Rage 1896 : Typhoïde, choléra 1923 : Anatoxine diphtérique 1926 : Anatoxine tétanique 1927 : BCG 1936 : Fièvre jaune 1945 : Grippe 1955 : Poliomyélite 1963 : Rougeole 1967 : Oreillons 1969 : Rubéole 1980 : Haemophilus influenzae b conjugué 1981 : Hépatite B 1992 : Encéphalite japonaise 1995 : Varicelle, hépatite A 1998 : Rotavirus 2006 : Papillomavirus

8 » Selon l Organisation mondiale de la santé (OMS), de toutes les interventions sanitaires, la vaccination est l une des plus efficaces.» Il est établi que la vaccination permet de combattre et d éliminer des maladies infectieuses potentiellement mortelles et on estime qu ainsi plus de 2 à 3 millions de décès par an sont évités.» C est l un des investissements les plus rentables dans le domaine de la santé.

9 Immunité acquise Active Passive Naturelle (infection) Artificielle (vaccination) Naturelle (anticorps maternels) Artificielle (immunoglobulines)

10 Un produit biologique fabriqué à partir de: bactéries ou de virus complets; de leurs constituants (polysaccharides, protéines ); OU de leur produit (toxines) dont on enlève par différents procédés la capacité de produire la maladie Les vaccins peuvent être vivants atténués ou inactivés.

11 » La plupart des maladies évitables par les vaccins sont dues à des virus ou des bactéries.» Les vaccins contiennent généralement des virus ou des bactéries atténués ou inactivés, spécifiques de la maladie.» Les vaccins permettent à l'organisme de reconnaître et de combattre ces microorganismes au moindre contact avec ces derniers.

12 » La vaccination permet à l'organisme de combattre une maladie en plusieurs étapes : Le vaccin est administré. Au cours des semaines qui suivent, l'organisme fabrique des anticorps et des cellules à mémoire dirigés contre les microorganismes atténués ou tués dans le vaccin.

13 Désormais, si les virus ou les bactéries responsables de cette maladie envahissent l'organisme, ils sont détruits par les anticorps circulants, et la personne ne tombe pas malade. Les anticorps et les cellules à mémoire persistent dans l'organisme pendant des années après la vaccination et le protègent contre les micro-organismes responsables de la maladie. Certains vaccins doivent avoir des rappels afin d assurer une mémoire immunitaire pour la vie.

14 Vaccins vivants atténués Vaccins inactivés Entiers À protéines purifiées Polysaccharidiques Conjugués (polysaccharides + protéines)

15

16 » Le Code de déontologie des infirmières auxiliaires (OIIAQ), à l article , mentionne : Le membre doit coopérer en toute circonstance à la conservation de la vie, au soulagement de la souffrance, au traitement de la maladie et à la promotion de la santé. La vaccination est un incontournable des activités de prévention de la maladie et de promotion de la santé.

17 » Comme professionnelles, les infirmières et infirmières auxiliaires ont: L obligation de faire preuve de compétence, L obligation de faire preuve d habileté, L obligation de tenir compte des limites de leurs connaissances et leurs habiletés, L obligation de faire preuve de diligence.

18 » Depuis l entrée en vigueur de la loi modifiant le code des professions en 2003, l infirmière peut vacciner sans ordonnance collective ou individuelle conformément au Protocole d Immunisation du Québec.» L infirmière auxiliaire peut contribuer à la vaccination en vertu du code des professions.

19 L OIIQ considère que toutes les infirmières doivent, quelles que soient leurs propres attitudes et croyances en matière de vaccination:» faire preuve de sens critique relativement aux messages véhiculés par divers groupes anti-vaccination;» donner de l information fondée sur des preuves scientifiques;» se rappeler que le bien-être du client prime sur leurs convictions personnelles.

20 » De plus, les infirmières doivent promouvoir la vaccination dans toutes les situations cliniques, la recommander clairement lorsqu elle est indiquée et procéder à la vaccination des clientèles.» Les infirmières, particulièrement celles qui sont en contact direct avec les clientèles, doivent s assurer d avoir une immunité de base et recevoir annuellement le vaccin contre l influenza.

21 » Pour pouvoir faire la promotion de la vaccination il faut connaître: les recommandations du Protocole d Immunisation du Québec (PIQ), le calendrier vaccinal de base, les effets secondaires des vaccins, les informations nécessaires pour être en mesure de répondre aux questions, aux craintes et aux réticences de la personne à vacciner.

22

23

24

25

26

27

28

29 2 mois DCaT Polio Hib Pneumocoque conjugué Rotavirus 4 mois DCaT Polio Hib Pneumocoque conjugué Rotavirus 6 mois DCaT Polio Hib Influenza (selon la période)

30 1 an RRO Varicelle Pneumocoque conjugué Méningocoque conjugué sérogroupe C 18 mois DCaT Polio Hib RRO 4 à 6 ans dcat Polio

31 9 à 11 ans Hépatite B VPH (filles pour le moment) présentement offert en 4 e année du primaire 14 à 16 ans dcat d 2 t 5 aux 10 ans présentement offert en 3 e secondaire

32 50 ans dcat d 2 t 5 OU 60 ans Influenza annuellement (clientèle générale) 65 ans Pneumocoque polysaccharidique (1 fois pour la clientèle générale)

33 » La fréquence accrue des voyages internationaux augmente le risque pour une personne de contracter une maladie infectieuse endémique dans le pays visité et de transmettre diverses maladies à son retour au pays.» Les voyageurs doivent recevoir les vaccins obligatoires ou recommandés selon les pays visités.» La clinique du voyageur existe dans Lanaudière afin de répondre à ce besoin/exigence.

34 » Actuellement, aucune loi ni la Charte des droits et libertés de la personne n oblige les professionnels de la santé à se faire vacciner.» L immunisation constitue toutefois une mesure volontaire de protection qui peut protéger d autres personnes en brisant la chaîne de transmission.» Les autorités de la santé publique recommandent ce moyen de prévention aux travailleurs de la santé.

35 » La décision de se faire vacciner repose alors sur des principes éthiques puisque dans la société l avantage que présente la vaccination sur le plan collectif est considéré comme supérieur au risque minimal encouru par la personne vaccinée!

36 » La vaccination annuelle contre l influenza est capitale pour les travailleurs de la santé qui sont en contact direct avec des clients.» Recevoir le vaccin contre l influenza constitue pour l infirmière un comportement responsable et professionnel.

37

38 Les manifestations possibles après la vaccination sont:» Réactions locales: Très courant (10à49%): douleur, érythème œdème Courant(1 à 9%) :douleur importante, érythème et œdème important Rare(1 à 9 pour ): nodule persistant» Réactions systémiques: Très courant(10 à 49%): fièvre(38 C), agitation et pleurs, diminution de l appétit, somnolence, irritabilité Courant(1 à 9%): fièvre à plus de 39.5 C» Réactions d hypersensibilité (ou réactions allergiques): Risque infime à 1 pour à 1 million d avoir une anaphylaxie

39 » Évanouissement (hypotension transitoire)» Réaction d hypotonie-hyporéactivité (vaccin anticoquelucheux)» Urticaire localisé ou généralisé (+/- 24 hrs)» Réaction d Arthus (réaction locale grave)

40

41 » Coûts direct d une éclosion d influenza (France 1999 = 34000$ 2012????)» Blouses, gants, masques» Ajout de personnel: Personnel soignant dédié pour cohorte de clientèles infectées Entretien sanitaire pour appliquer désinfection adéquate» Antibiothérapie lors de complications» Prophylaxie par antiviraux (pour les non-vaccinés)

42 » Environ 25% des travailleurs de la santé sont atteints au cours de la saison hivernale.» Chaque personne «influenza positive» peut contaminer 3 à 4 personnes de son entourage.» Le virus se transmet de façon exponentielle: Une personne 4 personnes 16 personnes etc» Hausse de l absentéisme, impact sur les autres travailleurs qui deviennent épuisés.» Débordement dans les cliniques, à l urgence.

43 » Augmentation des demandes à Info-santé;» Unités fermées, aucun transfert /admission possible le temps de l éclosion;» Report d activités, annulation de chirurgies;» Détérioration de l état de santé et décès possibles pour les usagers.

44 » %» %» CIBLE = 41%

45 Éclosions en CHSLD du 2 janvier au 12 mars 2011 Durée moyenne; 17,5 jours

46 » Pourquoi est-ce important comme travailleurs de la santé d avoir une immunisation à jour??? Contacts étroits avec clientèle à risque; Contacts avec des clientèles potentiellement infectées par Hép.B, Hép.C, VIH, tuberculose, etc» Comme travailleur on se doit de protéger les autres et il faut aussi penser à se protéger soimême!

47 Comme travailleur de la santé, je dois avoir un statut vaccinal adéquat:» Diphtérie/tétanos: vaccination de base et rappel tous les 10 ans.» Coqueluche : 1 dose du vaccin acellulaire» RRO: né(e) avant 1970: preuve sérologique né(e) depuis 1970: 2 doses de RRO ou 1 dose de RRO et 1 antirougeoleux

48 » Varicelle: histoire de varicelle ou sérologie (si sérologie négative: 2 doses de vaccin)» Hépatite B: 3 doses et sérologie anti-hbs (protection à vie si un taux anti-hbs supérieur ou égal à 10 UI/L» Influenza: vaccination à chaque automne

49 » HEP B 1-31%» HEP C 0.5%» VIH 0.3%» Chimioprophylaxie 79%

50

51 » Statistiques» Fléau» Responsabilisation» Kit de départ: CHSLD

52 » Comprendre l importance de la vaccination et être en mesure de la promouvoir!» Pour y arriver, il faut être en mesure de répondre aux interrogations, craintes et réticences possibles: Les vaccins sont-ils sécuritaires et efficaces? Qu arriverait-il si nous cessions de vacciner? Pourquoi vacciner contre des maladies qui ont pratiquement disparu de notre pays?

53 » Les vaccins sont parmi les outils les plus sécuritaires de la médecine.» La sécurité des vaccins est un préoccupation partout dans le monde; Beaucoup d études réalisées Système de surveillance: obligation de déclarer MCI Programme québecois est en lien avec l Agence de la santé publique du Canada et le programme international de l OMS

54 » Différents groupes d experts sont mandatés pour analyser les risques associés aux vaccins (Institute of Medicine, OMS, Cochrane Collaboration). Les analyses de la littérature scientifique (études réalisées partout dans le monde) montrent de façon très concluante que: Le RRO ne cause pas l autisme; Le vaccin contre Hép. B ne cause pas la sclérose en plaques ni de fatigue chronique; Les vaccins n augmentent pas le risque d asthme ou d allergies; Les vaccins ne causent pas le cancer ni le diabète

55 » Les vaccins sont très efficaces: La variole a été éradiquée de la planète; Canada exempt de poliomyélite en 1994; Plusieurs maladies sont maintenant extrêmement rares grâce aux vaccins (tétanos, diphtérie, rubéole, etc ); La première cause de méningite bactérienne chez les enfants (hib) a été mise en échec; Hép. B a pratiquement disparu dans les cohortes des jeunes vaccinés.

56 » L expérience d autres pays nous démontre clairement la réapparition de la maladie: En Irlande, diminution de la couverture vaccinale de la rougeole: le nombre de cas est passé de 148 cas en 1999 à 1603 cas en 2000 et 3 enfants sont décédés des complications de la maladie Dans l ancienne Union soviétique, la baisse de la couverture vaccinale contre diphtérie: a entraîné cas et 4000 décès entre 1990 et 2001 En Grande-Bretagne, diminution du taux de vaccination contre la coqueluche en 1974: épidémie en 1978 qui a frappé plus de personnes et entraîné 36 décès. Similaire en Suède et au Japon.

57 » À l exception de la variole, maintenant éradiquée, toutes les autres maladies circulent encore à divers degré dans le monde.» Le tétanos devenu très rare sur le continent nord-américain, existera toujours du fait qu il est causé par une bactérie vivant dans le sol.

58 » La vaccination est un grand succès de la médecine.» Beaucoup d entre nous n avons jamais vu de personnes atteintes de diphtérie, de poliomyélite ou autres.» Étant donné ces succès, les regards sont maintenant tournés plutôt vers les risques ou allégations de risques associés aux vaccins que vers les risques de la maladie.

59 » On veut vous entendre Est-ce que vous êtes plus à l aise de parler de vaccination? Pensez-vous être en mesure de mettre en pratique les choses apprises? Comment?

60 La promotion de la vaccination par les professionnels de la santé n est pas un choix, mais une responsabilité professionnelle!

61

62 » Comité d immunisation du Québec (2009). Protocole d immunisation du Québec, 5 e édition, Québec, Ministère de la Santé et des Services sociaux, Direction générale de la santé publique.» Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (2012). Recommandation de l OIIAQ concernant la vaccination annuelle contre l influenza, Montréal, OIIAQ.» Ministère de la Santé et des Services sociaux (2005). Immunisation des travailleurs de la santé, des stagiaires, et de leurs professeurs: recommandation, Québec, MSSS, Direction générale de la santé publique.» Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (2003). Guide d application de la nouvelle Loi sur les infirmières et les infirmiers et de la Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé, Montréal, OIIQ

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Explications des réponses

Explications des réponses Explications des réponses Explications des réponses Question 1 : Un vaccin, c est... (information adaptée de l ouvrage Avoir la piqûre pour la santé de votre enfant, 3e édition, page 10) La vaccination

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes De très nombreux microorganismes existent dans notre environnement. Certains sont inoffensifs, d'autres sont pathogènes, ils peuvent entraîner

Plus en détail

L immunisation des adultes. Communiquer avec vos patients

L immunisation des adultes. Communiquer avec vos patients L immunisation des adultes Communiquer avec vos patients L immunisation des adultes Les vaccins sont recommandés à tous les stades de la vie. Un professionnel de soins de santé peut aider ses patients

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES?

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES? INTRODUCTION La vaccination, est la protection d'un individu sain avant qu'il ne contracte une maladie, elle constitue l'exemple idéal de la prévention des maladies. La vaccination confère au vacciné une

Plus en détail

des travailleurs de la santé, des stagiaires et de leurs professeurs RECOMMANDATIONS

des travailleurs de la santé, des stagiaires et de leurs professeurs RECOMMANDATIONS des travailleurs de la santé, des stagiaires et de leurs professeurs RECOMMANDATIONS des travailleurs de la santé, des stagiaires et de leurs professeurs RECOMMANDATIONS Novembre 2005 Direction générale

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Section 3 : Parfois, s occuper de la paperasse semble être complètement au bas de votre liste de priorités. Quand il y a déjà à peine suffisamment d heures dans la journée à passer avec les enfants, les

Plus en détail

> Passeport pour la santé

> Passeport pour la santé SAATCHI & SAATCHI - PHOTOS : GETTY IMAGES - 313-06344-B - Août 2006 > Passeport pour la santé Le guide calendrier vaccinal des adolescents et des adultes Mis à jour au 1 er août 2006 2 3 Sommaire Vaccins

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Vaccination et Grossesse Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Objectifs 1-Enoncer la problématique de la vaccination au cours de la période gravido-puerpérale 2-Citer les 4 groupes de vaccins définis à partir

Plus en détail

Bilan de la campagne de vaccination contre l influenza et le pneumocoque 2014-2015 Linda Gagnon, inf. M.Sc.

Bilan de la campagne de vaccination contre l influenza et le pneumocoque 2014-2015 Linda Gagnon, inf. M.Sc. Rédaction Bilan de la campagne de vaccination contre l influenza et le pneumocoque 2014-2015 Linda Gagnon, inf. M.Sc. Rapport des manifestations cliniques inhabituelles après une vaccination 2014-2015

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE DE VACCINATION Voyage et mise à jour du calendrier de base

ORDONNANCE COLLECTIVE DE VACCINATION Voyage et mise à jour du calendrier de base ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE DE VACCINATION Voyage et mise à jour du calendrier de base INITIER UNE VACCINATION VOYAGE ET UNE MISE À JOUR IMMUNITAIRE RÉF. À UN PROTOCOLE : X OUI NON Titre

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

Parents Note H1N1 : n o 3

Parents Note H1N1 : n o 3 École secondaire Rosemère et écoles primaires McCaig et Pierre Elliott Trudeau Parents Note H1N1 : n o 3 Destinataires : Tous les parents de l école secondaire Rosemère et des écoles primaires McCaig et

Plus en détail

Vous aussi, protégez-vous contre la grippe. La grippe? Nous sommes vaccinés.

Vous aussi, protégez-vous contre la grippe. La grippe? Nous sommes vaccinés. Vous aussi, protégez-vous contre la grippe La grippe? Nous sommes vaccinés. Qu est-ce qu une grippe? La grippe, provoquée par le virus Influenza, est une maladie virale qui, dans certaines circonstances,

Plus en détail

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Conférence de presse du 9 septembre 2010 Pourquoi évaluer l état de santé? Collecte

Plus en détail

10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016

10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016 Section 10.5.2 Inf intranasal 10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016 Composition Un vaccin quadrivalent vivant atténué contre la grippe est distribué au Canada : Flumist

Plus en détail

Vaccination des enfants et des adolescents

Vaccination des enfants et des adolescents Information letter from the Norwegian Institute of Public Health No. 3 National vaccination programme in Norway French Last updated May 2010 www.fhi.no/publ/infoletter Vaccination des enfants et des adolescents

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Faire le suivi du statut vaccinal de l usager hémodialysé. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures thérapeutiques.

Plus en détail

Prends bien soin de moi...

Prends bien soin de moi... Réalisé par : La Direction de santé publique de Lanaudière Prends bien soin de moi... Vaccine-moi! édition 204 Document d informations pour les parents Prends bien soin de moi... Vaccine-moi! édition 204

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES HÉPATITE A L HÉPATITE A L hépatite A est une infection du foie causée par un virus. Il s agit d une maladie sérieuse qui peut nécessiter une hospitalisation. Elle est plus grave chez les personnes plus

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

GRIPPE ET GASTRO DANS TOUS CES ÉTATS : LA RÉALITÉ QUÉBÉCOISE

GRIPPE ET GASTRO DANS TOUS CES ÉTATS : LA RÉALITÉ QUÉBÉCOISE GRIPPE ET GASTRO DANS TOUS CES ÉTATS : LA RÉALITÉ QUÉBÉCOISE Présentation par Isabelle Laperrière Présidente de l AIPI 12 ème Journée romande de formation en prévention de l infection Yverdon, La Marive,

Plus en détail

NOTES DOCUMENTAIRES POUR LES ORGANISATIONS

NOTES DOCUMENTAIRES POUR LES ORGANISATIONS POUR LES ORGANISATIONS Nécessité d établir des plans d urgence en vue de la prochaine pandémie de grippe Introduction D après les experts en santé publique, ce n est qu une question de temps avant qu une

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

10.6.3 EJ : vaccin contre l encéphalite japonaise

10.6.3 EJ : vaccin contre l encéphalite japonaise 10.6.3 : vaccin contre l encéphalite japonaise Composition Un vaccin inactivé contre l encéphalite japonaise est distribué au Canada : Ixiaro (Novartis). Il s agit d un vaccin préparé à partir du virus

Plus en détail

i.d.é. Guide pratique de l infirmier(e) Questions - Réponses sur les vaccinations D après le calendrier vaccinal 2015 1

i.d.é. Guide pratique de l infirmier(e) Questions - Réponses sur les vaccinations D après le calendrier vaccinal 2015 1 i.d.é. Questions - Réponses sur les vaccinations Guide pratique de l infirmier(e) D après le calendrier vaccinal 2015 1 c 2015 105x200mm v6.indd 1 02/09/2015 14 c 2015 105x200mm v6.indd 2 02/09/2015 14

Plus en détail

l influenza Prenez en grippe! L influenza se traduit par une fièvre soudaine, une toux sèche, des douleurs musculaires Faites-vous vacciner,

l influenza Prenez en grippe! L influenza se traduit par une fièvre soudaine, une toux sèche, des douleurs musculaires Faites-vous vacciner, 6 L influenza se traduit par une fièvre soudaine, une toux sèche, des douleurs musculaires et un malaise généralisé important qui dure de cinq à sept jours. Différentes rumeurs circulent. Elles vous font

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

promotion santé La vaccination chez l enfant

promotion santé La vaccination chez l enfant promotion santé La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 promotionsante@mloz.be

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière 1. Je veux me protéger efficacement de la grippe La grippe n est pas un simple rhume. Fièvre soudaine, toux

Plus en détail

Algorithmes de viavac : règles de base

Algorithmes de viavac : règles de base Règles de base viavac 2015 1 Algorithmes de viavac : règles de base Le logiciel expert viavac repose sur des algorithmes permettant d identifier les vaccinations éventuellement manquantes, et les intervalles

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 2/ DÉPARTEMENT DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DES ÉTATS-UNIS Centre pour

Plus en détail

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt Vaccination des professionnels, patients, résidents Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 CClin Sud Est- Lyon- 17 Mars 2016 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le

Plus en détail

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses Vaccination: savoir répondre r aux controverses Marc H. Lebel, MD, FRCPC Service des maladies infectieuses 1 Objectifs Identifier les principaux effets adverses reliés à la vaccination Savoir répondre

Plus en détail

Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH

Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH (prises de notes) La Plate-Forme Prévention Sida, le Centre de Référence Sida du CHU de Charleroi et le GRÉCOS, Groupe de réflexion et de communication sur la

Plus en détail

1. Vaccination contre la grippe saisonnière

1. Vaccination contre la grippe saisonnière QUESTIONS ET RÉPONSES À L INTENTION DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIÈRE VACCINATION CONTRE LE VIRUS DE LA GRIPPE PANDÉMIQUE A(H1N1) VERSION MISE À JOUR 20 octobre 2009

Plus en détail

La grippe, c est pas un cadeau! La grippe. se traduit par une. Faites-vous vacciner, pour la protection de tous

La grippe, c est pas un cadeau! La grippe. se traduit par une. Faites-vous vacciner, pour la protection de tous 6 La grippe se traduit par une fièvre soudaine, une toux sèche, des douleurs musculaires et un malaise généralisé important qui dure de cinq à sept jours. Différentes rumeurs circulent. Elles vous font

Plus en détail

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves IMPFDIENST Brochure d information pour les parents et les élèves Service des vaccinations Chers parents, chers élèves, Le service des vaccinations effectue des vaccinations à intervalles de deux ans dans

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

IMPORTANT VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

IMPORTANT VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR GARDASIL [vaccin recombinant quadrivalent contre le virus du papillome humain (types 6, 11, 16 et 18)] Le présent dépliant constitue la troisième et dernière

Plus en détail

Hépatite B. Ce que vous devez savoir si vous avez. une hépatite B chronique.

Hépatite B. Ce que vous devez savoir si vous avez. une hépatite B chronique. Hépatite B Ce que vous devez savoir si vous avez une hépatite B chronique. Qu'est-ce que l'hépatite B? L'hépatite B est un virus qui affecte le foie et peut vous rendre gravement malade. Il peut s'écouler

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Qu est-ce que le VPH? Qu est-ce que le VPH? Quels sont les signes et les symptômes d une infection à VPH? Le VPH cause-t-il

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU 17 novembre 2010 DCEM III Vaccins et Voyage Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Vaccins et voyages Calendrier fonction du voyageur et du type de voyage

Plus en détail

Vaccination en réanimation

Vaccination en réanimation Vaccination en réanimation CÉLINE PULCINI MCU-PH SERVICE D INFECTIOLOGIE CHU DE NICE PLAN 1. Épidémiologie de quelques maladies à prévention vaccinale 2. Réponse immunologique à la vaccination en réanimation

Plus en détail

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements JUIN 2005 1. Objectif Ce document propose des lignes directrices à mettre en

Plus en détail

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d'affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1 Mieux protéger autour de la naissance Crédits photos : Fotolia - FRAN000000093 FR00825 - Juillet 2013 Les vaccinations de la maman, du bébé et de son entourage D après le calendrier vaccinal 2013 1 drier

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour Centre International de Vaccination Service Universitaire de Maladies Infectieuses et du voyageur XVIII ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

Corticoïdes et vaccination

Corticoïdes et vaccination Corticoïdes et vaccination Corticoïdes Type? Topique Infiltration Inhalation Voie générale Dose? Type de vaccin V. inactivé V. vivant atténué Fièvre jaune ROR Tuberculose Varicelle Durée de traitement?

Plus en détail

Voyager, c est d abord une question de santé!

Voyager, c est d abord une question de santé! Voyager, c est d abord une question de santé! Dominique Tessier, MD, CCFP, FCFP Le cas de Marie-Soleil Marie-Soleil est une mère monoparentale qui prépare un voyage avec ses deux enfants âgés de 10 et

Plus en détail

Vers une Charte de la qualité des services aux patients

Vers une Charte de la qualité des services aux patients Vers une Charte de la qualité des services aux patients Forum des chefs de la direction Montréal (Québec) Le 17 février 2010 D r Robert Ouellet, président sortant Association médicale canadienne Qu est-ce

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A :

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : French VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : Informations pour les parents d enfants âgés de plus de six mois et de moins de cinq ans La grippe. Protégez-vous et protégez les autres. 1 Sommaire Au sujet de

Plus en détail

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009 Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France Enquête VAXISOIN, 2009 J-P Guthmann, L. Fonteneau, C. Ciotti, E. Bouvet, G. Pellissier, D. Lévy-Bruh, D. Abiteboul XXII ème

Plus en détail

CALENDRIER VACCINAL 2006. Avis du Conseil supérieur d'hygiène publique de France SOMMAIRE

CALENDRIER VACCINAL 2006. Avis du Conseil supérieur d'hygiène publique de France SOMMAIRE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Calendrier vaccinal 2006 et autres avis du Conseil supérieur d hygiène publique en France relatifs à la vaccination Institut de veille sanitaire N 29-30/2006 18 juillet 2006 CALENDRIER

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Annie LEPRINCE, Institut national de recherche et de sécurité, Centre de Paris 1 Rappel de la hiérarchie des textes officiels Domaine

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr VIH-SIDA Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de la paix

Plus en détail

Questions fréquentes sur la vaccination en général

Questions fréquentes sur la vaccination en général Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Maladies transmissibles Etat au 9.10.2013 Questions fréquentes sur la vaccination en général 1. Qu est-ce que le système

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LA VACCINATION DES EMPLOYÉS ET DES ÉTUDIANTS EN MILIEU DE STAGE (D 19) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT

Plus en détail

1. La vaccination sauve des vies. 2. La vaccination est un acte de solidarité. 3. La vaccination permet l anticipation

1. La vaccination sauve des vies. 2. La vaccination est un acte de solidarité. 3. La vaccination permet l anticipation Pourquoi la vaccination est-elle un axe clé des politiques de santé publique? 7 bonnes raisons 1. La vaccination sauve des vies u 128 ans exactement après la mise au point du premier vaccin contre la rage

Plus en détail

Avis professionnel. sur l émission du diagnostic du trouble du spectre de l autisme (TSA) Février 2014

Avis professionnel. sur l émission du diagnostic du trouble du spectre de l autisme (TSA) Février 2014 Avis professionnel sur l émission du diagnostic du trouble du spectre de l autisme (TSA) Février 2014 Par Myriam Rousseau, Ph. D. Conseillère en gestion de programmes Chercheuse membre régulière de l Institut

Plus en détail

RÈGLEMENT D ORDRE INTÉRIEUR

RÈGLEMENT D ORDRE INTÉRIEUR RÈGLEMENT D ORDRE INTÉRIEUR NOM DU MILIEU D ACCUEIL Les petits loups de chez Mumu Ce ROI a été soumis à l ONE qui en a vérifié la conformité à la réglementation générale des milieux d accueil (2003), approuvé

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CENTRE DE LOISIRS MUNICIPAL

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CENTRE DE LOISIRS MUNICIPAL RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CENTRE DE LOISIRS MUNICIPAL Adresse du siège social : 2 rue des Écoles 89113 CHARBUY Directrice : Lucile Thibord Tél : 03.86.18.07.00 / 03.86.18.07.02 Courriel : polejeunesse@charbuy.fr

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Responsable légal Mme - M. Nom : Prénom : Lien avec l enfant : Adresse : Code postal : Ville : N Allocataire CAF :

Responsable légal Mme - M. Nom : Prénom : Lien avec l enfant : Adresse : Code postal : Ville : N Allocataire CAF : Intitulé du séjour : Dates du séjour : du.. /.. /. au.. /.. /. Option transport oui non Si oui, merci d indiquer la ville de départ :... Participant Nom et Prénom : Né(e) le : / / Age : Photo Obligatoire

Plus en détail

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet Vaccinations et grossesse C.Chatelet L Idéal en préconceptionnel S assurer vaccinations réglementaires. Vacciner patientes à risques hépatites A, B et pneumocoques. Vacciner les «voyageurs potentiels»,

Plus en détail

Plan de vaccination suisse 2015

Plan de vaccination suisse 2015 Schweizerische Eidgenossenschaft Conféderation suisse Confederazione Svizzera Confederaziun svizra Département féderal de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Etat : 2015 Office fédéral

Plus en détail

Rapport de la présidente

Rapport de la présidente Rapport de la présidente Rapport de la présidente 1. Bilan des réalisations 2013-2014 2. Priorités d actions 2014-2015 3. Deux leviers d envergure Exercice avril 2013 à mars 2014 Conseil d administration

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 263 Vaccination de populations spécifiques Dans ce chapitre, sont traités quatre types de situations

Plus en détail

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Professeur Ch. RABAUD 2007 2ème Journée Régionale d Infectiologie Nancy, 19 Octobre 2007 TUBERCULOSE Histoire d un ex-vaccin obligatoire Vaccinations

Plus en détail

17 janvier 2014. Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat

17 janvier 2014. Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat 17 janvier 2014 Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat 1. Introduction o Mieux comprendre comment la formation continue peut contribuer au développement des compétences

Plus en détail

Se faire vacciner en pharmacie une procédure simple, sûre et sans complication

Se faire vacciner en pharmacie une procédure simple, sûre et sans complication No. 61 09.2013 dosis Informations relatives à la politique de santé Berne, septembre 2013 61 Se faire vacciner en pharmacie une procédure simple, sûre et sans complication Au bon moment, au bon endroit

Plus en détail

examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH)

examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH) Juin 2013 examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH) Outil pratique pour les professionnels de la santé du Québec Édition : La Direction des communications

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION DOSSIER D INSCRIPTION Votre choix est fait et vous avez pris connaissance de nos conditions d inscription. Nous vous conseillons de procéder à votre inscription en ligne sur notre site : vacances-enfants.ufcv.fr

Plus en détail

Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités?

Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités? Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités? Gaston De Serres, MD, PhD Institut National de santé publique du Québec

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

Classification des vaccins mode de préparation

Classification des vaccins mode de préparation COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL Classification des vaccins mode de préparation Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur DIU Physiopathologie et Thérapeutiques en maladies

Plus en détail

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie Allocution de Paul N. Lucas, Président et chef de la direction, GlaxoSmithKline

Plus en détail