I. Pour vous, bourgmestre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Pour vous, bourgmestre"

Transcription

1 I. Pour vous, bourgmestre Questions sur la surveillance par caméras dans l espace public

2 Préface En l espace d une vingtaine d années, les caméras de surveillance qui étaient principalement utilisées dans des espaces privés (banques, centres commerciaux, résidences privées,etc.) le sont aujourd hui aussi dans bon nombre d espaces publics. La plupart du temps, les autorités locales qui installent des caméras ont les mêmes ambitions: combattre la criminalité, diminuer les nuisances, réduire le sentiment d insécurité, améliorer les recherches et optimaliser les interventions des services de police. Mais les caméras peuvent-elles tenir de telles promesses? Les études scientifiques qui ont été menées jusqu à présent ne permettent pas de donner à cette question une réponse univoque, laquelle dépend par ailleurs de plusieurs paramètres comme par exemple la forme de criminalité visée 1. La surveillance par caméras n offre donc pas une solution miracle mais constitue un outil au sein d une approche intégrale. Pour garantir l efficacité d un système de caméras de surveillance, tous les aspects doivent donc être pris en compte. Une caméra de haute technologie installée au mauvais endroit, sans objectif clair, sans mesures organisationnelles et de suivi coûtera très cher mais n apportera aucun résultat. Un système de vidéosurveillance ne peut, en effet, être efficace que s il s inscrit dans une politique plus large et dans un ensemble étendu de mesures préventives cohérentes ainsi que dans une approche commune. Avec le plan d action Camera Consult, la Direction Sécurité locale intégrale du SPF Intérieur entend soutenir les communes, pas à pas, dans le démarrage du processus de réflexion en leur dispensant des conseils objectifs et qualitatifs sur mesure. Dans le cadre de ce plan d action, un groupe d experts composé de représentants des police locale et fédérale, des communes et du secteur privé a été créé. Ces experts ont eu l occasion de réaliser des audits dans 5 villes et communes de référence qui ont déjà acquis une expérience en matière de surveillance par caméras. Ces visites de terrain ont permis la réalisation d un guide méthodologique correspondant un maximum à la réalité et répondant aux besoins, attentes et difficultés rencontrés par les acteurs locaux. Ce guide a comme ambition d être une source d informations intéressantes pour toute autorité locale souhaitant lancer un projet de vidéosurveillance dans l espace public. Ce guide fournit au lecteur à la fois de précieuses informations quant à la stratégie globale de sécurité entourant la vidéosurveillance mais aussi quant au processus de mise en place du projet, son cadre légal et technique. A l image de la technologie de surveillance par caméras, ce guide sera en évolution perpétuelle. Vous serez à cet égard tenus informés des actualisations de celui-ci via notre site web: Néanmoins, nous ne pourrons réaliser cet objectif de renforcement constant des connaissances que si nous sommes nourris des expériences, outils et meilleures pratiques des acteurs locaux. Je tiens dès lors à vous encourager à nous transmettre vos questions, remarques, propositions d ajouts, instruments et bonnes pratiques à l adresse suivante: Avant de conclure, je souhaiterais laisser la parole aux Bourgmestres des villes de Mouscron et de Saint-Trond afin d entendre leurs points de vue quant à l utilisation (ou non) de la surveillance par caméras dans l espace public. Leurs remarques et réflexions permettent sans aucun doute de faire avancer les débats en la matière. Enfin, j espère que ce guide apportera à chaque acteur concerné, du Bourgmestre au gestionnaire du projet de vidéosurveillance, le soutien nécessaire dans le développement de vos projets locaux. Philip Willekens Directeur, Direction Sécurité locale intégrale Direction générale Sécurité et Prévention 1. Selon certaines études, la vidéosurveillance aurait, en tant que mesure préventive, plus d impact dans la lutte contre les délits contre les biens et le vandalisme plutôt que contre les faits de violence, qui sont plus impulsifs. 3

3 Il y a quelques mois, j ai été contacté par la Direction générale Sécurité et Prévention du SPF Intérieur pour participer, avec mes services, à l élaboration d un manuel concernant la vidéosurveillance urbaine à l attention des autorités et décideurs locaux. Ce manuel, le voilà donc édité. A la fois complet et pratique, il est aussi agrémenté de références utiles aux expériences et bonnes pratiques existantes. La réalisation de ce manuel a été un travail de longue haleine, réalisé avec méthode et de manière critique. L initiative est d autant plus à souligner que ce type d ouvrage n existe pas actuellement, ni en Belgique, ni de manière aussi aboutie dans les autres pays où la surveillance des espaces publics par caméras est une réalité quotidienne. La parution de ce document permettra sans aucun doute d éclairer et de renseigner tous ceux qui se posent des questions préalables à l installation d un système de vidéosurveillance urbaine. Elle apportera également des sources de réflexions aux autorités qui, comme à Mouscron, ont décidé d utiliser la surveillance par caméras dans leur approche sécuritaire, mais qui s interrogent cependant régulièrement sur les choix à prendre ou les développements à envisager. Au sein de la ville de Mouscron, les autorités ont tenu à marquer l ancrage communal fort du système de vidéosurveillance urbaine. C est à ce titre, par exemple, que la centrale de télésurveillance se trouve dans les installations de l administration communale. C est aussi dans ce but que le conseil communal a mis sur pied un Comité d éthique et, plus récemment, a voté un Code de bonne pratique et d éthique. Au quotidien, c est une équipe de pilotage qui veille au bon usage du système. Cette équipe est présidée par le Chef de Corps de la zone de police. Celui-ci représente l implication entière de la zone de police dans le projet de vidéosurveillance urbaine. Cette formule apporte un important gage de sécurité quant à l utilisation qui est faite du système dans la mesure où elle responsabilise également différents intervenants dans l entretien et la maintenance de l infrastructure. La vidéosurveillance urbaine est-elle efficace? Il est impossible d y répondre si la question n est pas posée avec un angle d attaque particulier ou en rapport avec un objectif précis. Car en effet, quelles sont les bonnes solutions à adopter pour lutter contre l insécurité? La réponse n est pas simple et certainement pas unique. Elle repose sur l analyse des spécificités locales et sur le développement de projets sur mesure dans une approche intégrale et intégrée des phénomènes. Je crois qu au niveau local, c est bien là que le rôle du bourgmestre prend toute son importance, à la fois comme chef d orchestre, mais aussi comme clé de voûte des initiatives locales. C est dans cet esprit que la ville de Mouscron s est lancée en 2004 dans l installation d un système de vidéosurveillance urbaine qui compte aujourd hui 53 caméras. Le présent manuel apportera sans aucun doute des éléments d éclairage que chacun saura apprécier. Alfred Gadenne Bourgmestre Ville de Mouscron Bien sûr, les caméras ne règlent pas tout. Il ne s agit pas de l arme absolue La surveillance de l espace public par caméras ne prend d ailleurs tout son sens que dans la perspective d une approche large des problèmes d insécurité. Elle ne peut montrer son efficacité que si on la considère comme un des maillons ou un des outils permettant de renforcer la chaîne de la sécurité. Dans ce contexte, il est important de préciser, outre les investissements importants que demandent ces systèmes, la nécessité également de les monitorer quasi au jour le jour avec l ensemble des acteurs concernés (les élus, les services communaux, les gardiens de la paix, les stewards urbains, les services de police). 4 5

4 J estime que la réalisation d un manuel pratique à l attention des bourgmestres est une bonne initiative de la part du Service public fédéral (SPF) Intérieur. Une telle démarche devrait avoir lieu plus souvent et concernant un plus grand nombre de thèmes. Ce genre de manuels, et donc également celui concernant la problématique du recours ou non à des caméras dans la politique de sécurité locale, doivent toutefois être conçus de manière pratique et ne peuvent pas être trop volumineux et/ou trop techniques. Les bourgmestres doivent tracer des orientations politiques, les aspects techniques étant (dans ce cas-ci) pour les chefs de corps. En outre, la gestion des villes et communes en général, et en particulier pour les bourgmestres, devient de plus en plus compliquée et difficile, sans même parler de la responsabilité (personnelle) croissante. En ce qui me concerne, cette évolution porte même atteinte à une bonne partie de la qualité démocratique de la politique communale, car en fait seuls quelques hommes politiques professionnels sont à même d encore tout suivre (et d y assurer un suivi). Avec des publications comme celle-ci, il convient de tenir compte de ce qui précède si on ne veut pas que celles-ci atterrissent directement à l administration, dans ce cas-ci (généralement) chez les zones de police locale, ou qu elles finissent tout droit sur une étagère. Pour un bourgmestre, il est important de pouvoir évaluer dans la politique de sécurité globale la mise en œuvre éventuelle de caméras en termes d impact sur le nombre de policiers et sur l utilisation qui en sera faite dans une commune/ville et/ou zone de police locale. Par définition, on part quasiment du principe selon lequel le recours aux caméras fera que moins de personnel (de police) sera requis. Or, c est inexact : les images doivent également être visionnées et analysées. De plus en plus de partenaires privés viennent sur le terrain avec des conseils relatifs à l utilisation de caméras. Et, qui plus est, on arrive tout juste à tenir à jour les évolutions techniques. Me basant sur mes antécédents idéologiques et ma vision selon laquelle la politique de sécurité doit être en principe l affaire des pouvoirs publics, déjà rien que par égard pour le contrôle démocratique, j estime qu il s agit là d une évolution défavorable. Pour ma part, les bourgmestres doivent être avertis à ce sujet. Les pouvoirs publics doivent acquérir eux-mêmes suffisamment de savoir-faire en ce domaine. L installation de caméras paraît sans doute populaire à court terme aux yeux du public, mais ses effets à long terme ont à peine été mesurés, voire pas du tout. Je voudrais donc lancer une nouvelle fois un plaidoyer pour que soit tenu d urgence un débat sociétal sur les rapports entre le secteur privé et les pouvoirs publics dans le paysage de la sécurité. Le législateur doit avoir l ambition d anticiper là-dessus au lieu de toujours être en train de rédiger des lois au sujet de situations et/ ou techniques qui, sur le terrain, sont déjà appliquées depuis des lustres. L inclusion de bons exemples concrets issus de communes/ villes étrangères et/ou belges ne pourra que contribuer à rendre de tels manuels plus pratiques et plus utiles pour les bourgmestres. Ludwig Vandenhove Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont participé activement à la mise en œuvre du projet Camera Consult. Grâce à leur implication dans le projet, nous avons pu réaliser le présent guide. Les personnes suivantes ont contribué au projet: Anthuenis Filip, Burgemeester van Lokeren; Atas Caroline, Attaché, Direction Contentieux et Appui juridique, SPF Intérieur; Beaupere Christian, Chef de corps, police de Liège; Collier Alain, Commissaris PZ Sint-Niklaas; d Ambrosio Nathalie, Conseiller en technoprévention, commune d Etterbeek; Delaere Christian, Secrétaire communale, ville de Mouscron; Demeyer Willy, Bourgmestre de Liège; De Raeymaecker Tom, Technopreventief Adviseurs, Vilvoorde; De Smet Dirk, Commissaris - Veiligheidsofficier Lokale Politie Lokeren; De Vos Franck, Directeur du département des Opérations, zone de police Montgomery; De Wolf Vincent, Bourgmestre d Etterbeek; Flahaux Jean-Jacques, Bourgmestre de Braine-le-Comte; Gadenne Alfred, Bourgmestre de Mouscron; Geraerts Guy, Directeur du centre de gestion des évènements, police de Liège; Guilmot Luc, Fonctionnaire dirigeant du service informatique de la Commune de Braine-le-Comte; Haleng Frédérique, Conseillère, cabinet du Bourgmestre de la Ville de Liège; Janssens Patrick, Burgemeester van Antwerpen; Joseph Jean-Michel, Commissaire Divisionnaire ZP Mouscron; Lévêque Maurice, Commissaire divisionnaire ZP Ottignies-Louvain-la-Neuve; Mertens Laurent, Conseiller en technoprévention, Koekelberg; Renwa Daniel, Directeur du Plan Zonal de Sécurité, police de Liège; Roland Jean-Luc, Bourgmestre d Ottignies-Louvain-la-Neuve; Ruypers Hubert, Diensthoofd Telecommunicatiecentrum, Lokale Politie Antwerpen; Sabbe Dirk, Alia Security; Snoeck Christof, Diensthoofd Integrale Veiligheid, Stad Lokeren; Stals Rudy, ALIA Security; Tossings Armand, Responsable du service de prévention, police de Liège; Van den Eynde Peter, Commission de protection de la vie privée; Vandenhove Ludwig, Burgemeester van Sint-Tuid; Van der Stock Eddy, Informatieveiligheidsconsulent Stad Lokeren, Diensthoofd ICT; Vandierendonck Philippe, Hoofdinspecteur Lokale Politie Damme-Knokke-Heist; Van Lierde Gilles, Gerechtelijk commissaris, Directie van de technische en Wetenschappelijke Politie, Federale gerechtelijke Politie; Vanmedegael Jan, Gerechtelijk commissaris, Directie van de technische en Wetenschappelijke Politie, Federale gerechtelijke Politie; Vlietinck Eefje, Bedrijfseenheid Samen Leven, Stad Antwerpen; Wouters Koen, Commissaris Politiezone Leuven. Rédaction: Deroover Marijke - D hauwe Lieven - Grimmeau Cathy Murengerantwari Sylvie - Valerio Eric - Vanbesien Didier Coordination: Willekens Philip, Directeur de la Direction Sécurité locale intégrale Bourgmestre Ville de Saint-Trond 6 7

5 Préambule A qui ce guide est-il destiné? Ce guide s adresse aux autorités locales soucieuses de développer un système de surveillance par caméras dans l espace public. Il peut également être utilisé par des communes qui ont déjà développé leur système et ce, en vue de le parfaire. Il s adresse plus particulièrement aux Bourgmestres mais aussi aux gestionnaires de projet qui seront désignés par celui-ci pour développer le système de surveillance par caméras au sein de la commune. Comment est-il structuré? Afin de faciliter sa lecture, le guide est subdivisé en 5 parties. La première partie, adressée au Bourgmestre, renseigne sur les questions principales liées à la surveillance par caméras dans l espace public. Ces questions vont de l efficacité du système jusqu à son coût. La seconde partie s adresse davantage à la personne chargée de mettre le projet en œuvre et présente les 10 étapes incontournables du processus de mise en place d un système de vidéosurveillance. La troisième, plus développée, est la partie technique. Elle s adresse plus particulièrement aux responsables techniques pour les aider à spécifier le projet de surveillance par caméras. La quatrième partie présente le cadre légal qui règle l installation et l utilisation des caméras de surveillance et qui doit donc parfaitement être connu. SOMMAIRE II. Pour vous, bourgmestre: Questions sur la surveillance par caméras dans l espace public...10 Que signifie l abréviation CCTV?...10 Qu entendons-nous par «espace public» dans ce guide?...10 A quoi peut servir la surveillance par caméras? Quelles sont les questions à se poser avant de se lancer dans un projet CCTV?...13 Quel est l apport de la surveillance par caméras dans la baisse effective de la criminalité? Dans quels lieux est-elle plus efficace? Contre quelles formes de délinquance agit-elle principalement?...14 Combien coûte l installation et l exploitation de caméras de surveillance dans l espace public?...15 Quel investissement en temps faut-il prévoir pour mener à bien un tel projet?...16 Quelles sont les étapes à suivre lorsque l on souhaite mettre en place un système de surveillance par caméras dans l espace public?...18 II. Pour vous, gestionnaire du projet: Les 10 étapes du processus de mise en place d un système de surveillance par caméras Enfin, la cinquième partie rassemble plusieurs bonnes pratiques nationales et internationales ayant pour objectif de vous inspirer. III. Pour vous, expert technique: Le projet technique IV. Pour vous, expert juridique: Le cadre légal V. Bonnes pratiques nationales et internationales 8 9

6 I. POUR VOUS, BOURGMESTRE: Questions sur la surveillance par caméras (CCTV) dans l espace public Que signifie l abréviation CCTV? CCTV est l abréviation de «Closed Circuit Television», qui signifie «système de caméras en circuit fermé». A quoi peut servir la surveillance par caméras? 3 Dissuasion et contribution à la prévention de la délinquance La certitude de la sanction est un facteur dissuasif fort. Certaines personnes, les auteurs mineurs notamment, ne prennent conscience du risque pénal que très tardivement. Ils adoptent un comportement désinhibé et passent à l acte facilement. Le fait de savoir que l on est vu modifie certains comportements. Bien entendu, la dissuasion est meilleure si les personnes concernées ont connaissance de cas élucidés grâce à la surveillance par caméras. La surveillance par caméras est très efficace pour prévenir certaines infractions telles que les vols, les dégradations. Elle permet aussi de réduire les atteintes aux personnes comme les vols avec violence. L outil est particulièrement efficace dans les endroits clos qui ont fait l objet d un traitement complet de sécurisation. On mentionne souvent l exemple du parking souterrain, public ou privé, qui est repeint et éclairé, dont les accès sont placés sous contrôle, en direct, grâce à la surveillance par caméras. Le CCTV est une technologie de surveillance. Plus spécifiquement, il s agit d un système dans lequel une série de caméras sont reliées dans un circuit fermé et où les images peuvent être observées directement sur un ou plusieurs moniteurs et enregistrées parallèlement sur un support de stockage. Les plus grandes installations sont, quant à elles, reliées à une pièce de contrôle d où les opérateurs observent sur un ensemble de moniteurs. L effet de dissuasion de la surveillance par caméras est inopérant sur ce qui relève d un acte commis sous l emprise de l alcool ou d un acte terroriste effectué par un individu qui accepte sa propre mort. L outil n en demeure pas moins efficace pour autant. Toutefois, les images recueillies permettent de savoir ce qui s est réellement passé et d identifier rapidement l auteur. Outre la collecte d informations à des fins policières, ce système peut favoriser le sentiment subjectif de sécurité. Il permet également le déploiement plus approprié des forces de police, la gestion des lieux lors du maintien et de la restauration de l ordre public, etc. Aide à l intervention Qu entendons-nous par «espace public» dans ce guide? Par espace public, sont visés «les lieux ouverts» au sens de la loi du 21 mars 2007 réglant l installation et l utilisation de caméras de surveillance (dite «loi caméras»). Ceux-ci sont définis comme étant «tout lieu non délimité par une enceinte et accessible librement au public». Il faut souligner que l efficacité d un système lors d une infraction flagrante suppose qu un opérateur la détecte (idéalement en temps réel), parvienne à visualiser de façon satisfaisante l espace contrôlé pour identifier l auteur, tout en alertant les services de police qui procèdent alors à son interpellation. Cela suppose une formation et une organisation adaptée. Cela impose de réfléchir lors de la conception du projet aux objectifs assignés au système de surveillance par caméras et notamment à la fonction de chacune de ses caméras. Le critère est double: l enceinte/la délimitation et le libre accès au (grand) public. Outil d investigation Par «enceinte», il faut au minimum comprendre une délimitation visuelle. Pour pouvoir être considéré comme ouvert, le lieu ou l espace ne doit en aucune façon pouvoir être distingué du reste de l espace ouvert. Exemples de lieux ouverts: la voie publique, une place de marché, un grand parking, les rues, les rues commerçantes, les places, les jardins publics, les parcs, les plaines de jeu, etc 2. La surveillance par caméras est un outil apprécié par les services de police, car elle leur apporte souvent des éléments d information décisifs dans le cadre de la police judiciaire ou administrative, qui n auraient pas pu être recueillis par d autres moyens. L efficacité d un système peut varier sensiblement selon plusieurs critères. 2. Commission de protection de la vie privée, note relative à la loi réglant l installation et l utilisation de la caméra de surveillance, 27/01/2010, p.4 3. Comité de Pilotage Stratégique pour le développement de la vidéoprotection, Votre projet de vidéoprotection. Guide méthodologique. Préambule, France, p

7 Prenons l exemple hypothétique d un système dont l objectif opérationnel est de reconnaître toutes les personnes circulant sur le trottoir: son efficacité pourra varier selon de nombreux critères. On peut citer quelques exemples: - affluence: reconnaître une personne circulant dans une foule est plus difficile que reconnaître un individu isolé et statique; - qualité du système: certains systèmes apporteront une meilleure qualité d images que d autres; - stratégie d évitement: quelqu un qui ne veut pas être reconnu pourra être tenté de recourir à des stratégies permettant de neutraliser les possibilités de la surveillance par caméras: cagoule, lunettes, tête baissée, etc. Néanmoins, cette attitude alertera l opérateur et la tenue ou le comportement de l individu peuvent servir d éléments d enquête, à défaut d identification formelle; - conditions d éclairage et climatiques: dans un lieu fermé, elles sont stables. Ce n est pas le cas en extérieur. En fonction des besoins, on s orientera vers un système de surveillance par caméras dit passif ou un système supervisé, c est-à-dire doté d opérateurs surveillant les images. Un système passif peut tout à fait répondre à un objectif ne nécessitant pas une réactivité face à un évènement donné. Exemple: enregistrer les plaques de tous les véhicules entrant dans un parking. C est la définition des besoins opérationnels qui détermine le système et l organisation adaptés. La lecture des enregistrements des images permet très souvent l identification a posteriori de l auteur d une infraction. Moyen de gérer les évènements d ordre public Quelles sont les questions à se poser avant de se lancer dans un projet CCTV? 4 La surveillance par caméras apporte, dans certains cas, une réponse technologique adaptée à un problème de sécurité donné et est donc une voie à examiner parmi d autres. Elle n apporte pas pour autant une réponse universelle et positive dans tous les cas de figures. Quelques réflexions doivent impérativement être menées avant de songer à l installation de tout système de surveillance par caméras dans l espace public: D abord, la nécessité. Existe-t-il sur le territoire un problème (de criminalité, le plus souvent) qui justifie le recours aux caméras? La commune peut, pour ce faire, réaliser un Diagnostic local de Sécurité qui expose le problème et servira ensuite de point de départ pour l évaluation de l efficacité du dispositif. Ensuite, la subsidiarité. Des mesures alternatives ont-elles été envisagées? Il ne suffit donc pas qu un problème de criminalité existe; encore faut-il que les autres mesures aient échoué ou soient inapplicables. On peut également envisager à ce stade d insérer la surveillance par caméras dans un plan de sécurité intégral au sein duquel l ensemble des maillons de la chaîne de sécurité ainsi que tous les partenaires concernés par la problématique seront représentés. Par évènements d ordre public, il faut entendre tous les troubles occasionnés dans l espace public (voie, place, etc.). Il peut s agir: - de rassemblements festifs ou revendicatifs; - de protection des déplacements d autorités gouvernementales ou de régulation de la circulation au quotidien; - de levée de doute faisant suite à une demande d intervention des forces de l ordre ou des secours. Enfin, la proportionnalité. la décision d installer des caméras étant prise, il n en faut pas davantage, ni mobiliser une technologie plus intrusive que nécessaire pour s attaquer au problème. Si l on souhaite surveiller un parking souterrain, est-il vraiment nécessaire d utiliser une résolution permettant l identification des visages? 5 4. CERTU, «Surveillance par caméras des espaces publics. Le projet technique» février 2001, p Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix (FUNDP), «Urban Eyes : Pour une politique raisonnée de surveillance urbaine», Premier rapport, Etat de l art, Janvier 2010, p

8 Quel est l apport de la surveillance par caméras dans la baisse effective de la criminalité? Dans quels lieux est-elle plus efficace? Contre quelles formes de délinquance agit-elle principalement? Plusieurs études 6 révèlent que la surveillance par caméras ne possède pas un impact déterminant sur le volume de la délinquance dans les espaces complexes et étendus. Ce constat s applique en particulier aux grandes stations de métro londoniennes. Cet impact a été mesuré sur l évolution des vols à l arrachée, des vols à la tire et des agressions. En effet, la majorité des vols sont commis par des pickpockets dont l action (rapide et discrète) peut aisément échapper à la vigilance d un opérateur qui doit manipuler une trentaine de caméras à la fois. Et quand bien même il serait repéré à l écran, l auteur d un vol pourrait facilement prendre la fuite dans les méandres de la station. Ce constat a été corroboré par les résultats d une analyse menée sur trois villes de tailles différentes qui avaient équipé certaines rues de leur centre-ville. Combien coûte l installation et l exploitation de caméras de surveillance dans l espace public? L installation d un système de surveillance par caméras au sein d une commune représente un investissement financier qui n est pas des moindres. Les coûts dépendent d une série de facteurs tels que la technologie retenue, le nombre de caméras installées, les procédures d exploitation, le personnel affecté, etc. Cette même étude assure que la surveillance par caméras possède des effets distincts selon la nature des délits, un impact relatif sur certaines atteintes à la propriété et quasiment aucun s agissant des atteintes aux personnes, parce que ces dernières sont le plus souvent commises de manière impulsive. Ainsi, certains espaces sont plus propices à une surveillance par caméras que d autres, notamment certains lieux fermés accessibles au public comme les parkings ou les centres commerciaux. Par ailleurs, elle est plus performante pour les délits prémédités (en particulier les vols) que pour les délits de type «impulsif», comme par exemple ceux commis sous l emprise de l alcool. Il est généralement admis qu il faut compter en moyenne euros par caméra installée. Ensuite, il ne faut pas oublier de tenir compte des frais annuels liés à l entretien du système. Estimation des coûts Une autre enquête 7 apporte des résultats similaires. Elle démontre que la surveillance par caméras peut faire baisser la plupart des délits, mais elle obtient ses meilleurs résultats sur les délits visibles commis par des délinquants craignant la confrontation. De même, elle affirme que l outil est plus efficace dans les lieux fermés d où les délinquants ne peuvent fuir facilement une fois l infraction commise. Par ailleurs, un dispositif de surveillance par caméras qui augmente réellement la capacité du personnel à détecter et à intervenir offre d excellentes chances de faire reculer durablement la délinquance visée. Enfin, la publicité amplifie les résultats à court terme des dispositifs implantés. Voici un aperçu général des coûts que la commune doit prendre en compte. Ces coûts sont donnés à titre purement indicatif. Ceux-ci dépendront bien sûr d une série de critères tels que la taille de la commune, le nombre de caméras installées, la disponibilité des personnes impliquées dans le projet, etc. Coûts fixes: - Coût d entretien et de remplacement des vieux appareils. - Coût de personnel: formation initiale et continue, salaires des opérateurs, suivi des images. - Coûts secondaires: éclairage supplémentaire à proximité des caméras, entretien de la végétation, placement des mâts pour les caméras, dispositions architecturales complémentaires. - Coût de nettoyage: les caméras doivent être nettoyées 4 à 6 fois par an. - Coût de transmission des données: location de matériel spécifique. 6. Gill, Marin et Spriggs, Angela, 2005 Assessing the Impact of CCTV, Home Office Research Study 292, Home Office Research, Development and Statistics Directorate, Londres février. 7. Granmaison, Tremblay, «Evaluation des effets de la télésurveillance sur la criminalité commise dans 13 stations de métro de Montréal» Criminologie, 40, 1997, p

9 Coûts variables: - Coût d acquisition des appareils: caméras, supports physiques, alimentation électrique transmetteur, récepteur, stockage des images, logiciels, poste de travail des opérateurs, aménagement des salles de visionnage, techniques, d exploitation et de relecture: climatisation et sécurisation. Les coûts dépendront du nombre de caméras. Les performances technologiques en la matière sont en constante évolution. Il sera donc important d opter pour un système évolutif qui correspond aux besoins. - Coût des adaptations infrastructurelles: - Coût de terrassement et d asphaltage pour le placement des liaisons en réseau fibre optique ou des liaisons radiophoniques. Ces frais peuvent atteindre 50 % du coût total du projet. D autres technologies sont moins coûteuses: technologie sans fil, location de bande passante. - Coût de la mise en place d un poste central (salle de visionnage): faux plancher, faux plafond, climatisation, alimentation, éclairage. Ces frais sont assez variés. - Coûts liés au transport d images. - Coût de déplacement: si un endroit connaît une nette amélioration en matière de sécurité, les caméras peuvent être déplacées Aperçu de la durée Voici un schéma récapitulatif des différentes étapes avec une estimation du temps moyen requis. Etapes Temps moyen requis (après la décision politique) Phase d élaboration 9 mois Constitution du comité de pilotage Constitution d un comité éthique 2 mois Réalisation d un Diagnostic local de Sécurité Détermination des objectifs vers un autre endroit. - Coût de placement des pictogrammes Réalisation d un plan caméras Choix des caméras 3 mois Quel investissement en temps faut-il prévoir pour mener à bien un tel projet? Finalisation de l avant-projet L implémentation d un système de surveillance par caméras au sein d une commune est difficile à évaluer au niveau de l investissement en temps nécessaire car la situation d une commune n est pas celle d une autre. Toutefois, nous pouvons dire qu il faut compter au moins une année entre le moment où la décision politique est prise et l installation effective des premières caméras. Estimation des coûts Réalisation d un cahier des charges Analyse des offres et choix de l entreprise prestataire Mise en place des protocoles de coopération 4 mois Phase de réalisation Installation des caméras Mise en place des infrastructures de visionnage Formation des opérateurs Mise en place des procédures de visionnage 4 mois TOTAL : 13 mois 16 17

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation Analyse du sondage A. Les problématiques Les personnes sondées ont été questionnées sur divers problèmes et un classement a été établi sur base de ce qu elles considèrent être la problématique la plus

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL Le présent document comprend une série de recommandations pouvant aider les conseillers en technoprévention dans le cadre de leur communication

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école

Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école www.besafe.be Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école Mons - Projet Bien-être à l école 1 Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école SPF Intérieur

Plus en détail

COMMUNE D HAUTERIVE CONSEIL GENERAL

COMMUNE D HAUTERIVE CONSEIL GENERAL COMMUNE D HAUTERIVE CONSEIL GENERAL RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL CONCERNANT L ADOPTION D UN REGLEMENT DE VIDEOSURVEILLANCE DANS LES ECOPOINTS SITUES SUR LE TERRITOIRE COMMUNAL Monsieur

Plus en détail

COMMUNE D HAUTERIVE CONSEIL GENERAL

COMMUNE D HAUTERIVE CONSEIL GENERAL COMMUNE D HAUTERIVE CONSEIL GENERAL RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL CONCERNANT L ADOPTION D UN REGLEMENT DE VIDEOSURVEILLANCE DANS LES ECOPOINTS SITUES SUR LE TERRITOIRE COMMUNAL Monsieur

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable Le concept de développement durable est aujourd hui incontournable

Plus en détail

Comptabilité par internet isobec

Comptabilité par internet isobec Comptabilité par internet isobec Sobec a investi dans la réalisation d un logiciel de saisie et de mise à disposition de données comptables. Grâce aux codes qui vous sont fournis, vous avez accès à votre

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG : Synergie Qualité Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :. L éthique humanitaire. La gouvernance associative. La gestion des ressources humaines. Le cycle de

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE VIDEOSURVEILLANCE Introduction 2.1 Vidéosurveillance : pourquoi? 2.2 Architecture d une installation de vidéosurveillance 2.2.1 Vidéosurveillance en circuit fermé et circuit

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Plan de Vidéoprotection pour Paris

Plan de Vidéoprotection pour Paris LA PRÉFECTURE DE POLICE la préfecture de police Plan de Vidéoprotection pour Paris Information sur le dispositif RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité À quoi sert la vidéoprotection? Les caméras

Plus en détail

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité.

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. 1 vous êtes collectivité : Collectivité territoriale Administration

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise I. INTRODUCTION COACHING JRT 35, rue LeGuerrier Blainville (Québec) J7E 4H5 514-236-1729 info@coachingjrt.com www.coachingjrt.com Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2016

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2016 COMPRENDRE VOTRE OBLIGATION DE MISE EN PLACE DE LA GARANTIE FRAIS DE SANTE DANS 3 4 VOTRE ENTREPRISE 2 5 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2016 Votre salarié a l obligation de

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Parole d électricien. La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux

Parole d électricien. La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux Parole d électricien La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché pour moi. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux La sécurité? J ai commencé par l éclairage

Plus en détail

La vidéosurveillance : instrument miracle pour une meilleure sécurité urbaine? Francisco R. Klauser, Université de Neuchâtel, 22.11.

La vidéosurveillance : instrument miracle pour une meilleure sécurité urbaine? Francisco R. Klauser, Université de Neuchâtel, 22.11. La vidéosurveillance : instrument miracle pour une meilleure sécurité urbaine? Francisco R. Klauser, Université de Neuchâtel, 22.11.2013 1. Partie Où? Qui? Comment? Pourquoi? 1.1. Où? 1.2. Qui? Caméras

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS SOLUTIONS GMAO. performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr

CATALOGUE DE PRESTATIONS SOLUTIONS GMAO. performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr CATALOGUE DE PRESTATIONS 1 2 3 SOLUTIONS GMAO performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr Présentation de nos prestations ACSSIOM vous apporte : - Par sa présence régionale, une garantie

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance.

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. I-] Contexte général. Le contexte réglementaire français en matière d élimination des

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

curité publique pour les établissements recevant du public

curité publique pour les établissements recevant du public Les études de sûrets reté et de sécurits curité publique pour les établissements recevant du public 1 De quelle sûreté parle t on? Le terme «sûreté» concerne ici la prévention des actes de malveillance

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation FINALITÉS DE L ACTION (à établir avec le commanditaire) Quels sont les objectifs finals du commanditaire (ses finalités : économiques,

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

A SFALIA. Il est des idées novatrices dont tout le monde a le sentiment d avoir déjà entendu parler, Asfalia est de celles-ci.

A SFALIA. Il est des idées novatrices dont tout le monde a le sentiment d avoir déjà entendu parler, Asfalia est de celles-ci. A SFALIA TELECONCIERGERIE Il est des idées novatrices dont tout le monde a le sentiment d avoir déjà entendu parler, Asfalia est de celles-ci. Le contexte : Une demande croissante de sécurité Une situation

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective régime d assurance collective L heure d adhérer Ma ligne de vie Ma ligne de santé Ma ligne de protection de revenu 2 Bonjour, je suis Fiche Adhésion, la toute dernière de la série des fiches. Ma mission

Plus en détail

!"!#!$% & $' # ("#! ) (' $ '*$ & $'+,

!!#!$% & $' # (#! ) (' $ '*$ & $'+, "#$% & $' # "# ) ' $ '*$ & $'+, - «Peut-on espérer, dans un avenir proche, que la nature soit ouverte à tous et soit donc accessible aux personnes handicapées?» «et comment envisager l accessibilité comme

Plus en détail

Plan d action DE développement durable 2014-2015. de l Administration portuaire de Québec

Plan d action DE développement durable 2014-2015. de l Administration portuaire de Québec Plan d action DE développement durable 2014-2015 de l Administration portuaire de Québec 1 Plan d action DE développement durable 2014-2015 L Administration portuaire de Québec (APQ) publie son premier

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire LES SERVICES DE L ETAT SE MOBILISENT POUR LUTTER CONTRE LES CAMBRIOLAGES DANS LA LOIRE our ceux qui en sont victimes, un cambriolage est un vrai traumatisme

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

Lignes directrices sur la surveillance vidéo au moyen d appareils non dissimulés dans le secteur privé Mars 2008

Lignes directrices sur la surveillance vidéo au moyen d appareils non dissimulés dans le secteur privé Mars 2008 FEDERAL Commissaire à la protection de la vie privée du Canada PROVINCIAL Commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'alberta Commissaire à l'information et à la protection de

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Particuliers ou Professionnels

Particuliers ou Professionnels Particuliers ou Professionnels ABSOLUT SECURITE est une société spécialisée dans le gardiennage et la sécurité des biens et des personnes. La prévention, la sécurité et la protection sont les devises de

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Au terme de cette journée, il nous a paru important de dégager, sur base des différentes interventions,

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 Objet : Recrutement d un chargé de mission chargé de la formation interne au sein de l Administration générale des Personnels de l Enseignement Réseaux : tous réseaux Niveaux

Plus en détail

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Montréal, 2002 Ville de Montréal Le contenu de cette présentation est tiré du guide d aménagement «Pour un environnement urbain sécuritaire»

Plus en détail

Quels avantages apportent les systèmes de sécurité modernes à l aide de l informatique et de l intégration? Par exemple:

Quels avantages apportent les systèmes de sécurité modernes à l aide de l informatique et de l intégration? Par exemple: 1 En parlant d intégration de systèmes on imagine plutôt une intégration de systèmes informatiques. À l époque romaine il y 2 000 ans l informatique était inexistante. Par contre les principes de la sécurité

Plus en détail

C est l affaire de tous

C est l affaire de tous C est l affaire de tous Il appartient aux élus de la mettre en œuvre avec toutes les difficultés que cela comporte. Attentifs aux préoccupations des citoyens en matière de sécurité des personnes et des

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif L école éloignée en réseau Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement Au plan administratif La gestion et l organisation d un projet ÉÉR dans une commission

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

FICHE D EVALUATION ANNUELLE

FICHE D EVALUATION ANNUELLE FICHE D EVALUATION ANNUELLE Objectifs de la fiche d évaluation annuelle L évaluation porte sur le travail accompli par le collaborateur. Elle n est pas un jugement, mais une évaluation, pas sur ce qu il

Plus en détail

LE SPF INTÉRIEUR ET LA

LE SPF INTÉRIEUR ET LA LE SPF INTÉRIEUR ET LA VIDÉOSURVEILLANCE Caroline Atas, Sylvie Murengerantwari, Sofie Van Waes LE SPF INTÉRIEUR ET LA VIDÉOSURVEILLANCE I. LE CADRE JURIDIQUE II. OFFRE DE SOUTIEN DU SPF INTÉRIEUR I. LE

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail