I.E.S Joseph Cressot 15 Avenue Jean Mermoz CHAUMONT Tél :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I.E.S Joseph Cressot 15 Avenue Jean Mermoz 52000 CHAUMONT Tél : 03 25 02 92 41 ies-sessad@adpep-52.fr"

Transcription

1 I.E.S Joseph Cressot 15 Avenue Jean Mermoz CHAUMONT Tél :

2 NOTRE OREILLE Constituée de trois parties L oreille externe : - Le pavillon - Le conduit auditif oreille externe oreille moyenne L oreille moyenne : - Le tympan - Les osselets (marteau, enclume, étrier) oreille interne L oreille interne - la cochlée - le nerf auditif.

3 L oreille, comment fonctionne t elle? Quand tu parles, Quand tu chantes, Quand tu fais du bruit, Tu émets des vibrations que l on appelle des ondes sonores. Ces vibrations entrent dans l oreille par le CONDUIT AUDITIF

4 Les cellules de la cochlée envoient un message au cerveau par le NERF AUDITIF Le tympan fait vibrer les trois petits os de l oreille : le marteau, l enclume et l étrier Les vibrations font vibrer le tympan comme une peau de tambour L Etrier transmet les vibrations à la COCHLEE qui ressemble à un escargot Alors le cerveau reconnaît les sons : paroles, musique, bruit. A côté de la COCHLEE il y a les canaux SEMI-CIRCULAIRES Ils permettent de garder l EQUILIBRE. Même si tu as les yeux fermés, tu ne tombes pas, et tu sais si tu te penches, en avant, en arrière, ou sur le côté.

5 SURDITE HANDICAP La surdité est un état pathologique caractérisé par une perte partielle ou totale de l ouie. Dans le langage médical, il est synonyme d hypoacousie. Pour la perte complète, on parle de cophose. L enfant malentendant est reconnu handicapé (après avoir déposé un dossier MDPH) par la Commission des Droits et de l Autonomie (CDA). Loi du 11 février 2005 Les premières lignes rappellent les droits fondamentaux des personnes handicapées et définissent le HANDICAP. «Constitue un handicap au sens de la loi toute limitation d activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d une altération substantielle durable ou définitive d une ou plusieurs fonctions physiques sensorielles mentales cognitives ou psychiques d un poly handicap ou d un trouble de santé invalidant». L ensemble des besoins de l enfant est évalué afin de proposer un Plan Personnalisé de Compensation en accord avec le Plan Personnalisé de Scolarisation PPS. L enseignant référent travaille en lien avec les enseignants, les soignants rééducateurs, les parents et organise les équipes de suivi de scolarisation. L équipe prépare le PPS proposé à la CDA.

6 TYPES DE SURDITE Selon la zone anatomique touchée, on distingue : - La surdité de transmission : Elle se caractérise par une atteinte de l oreille externe ou moyenne. Ce type de surdité est rarement sévère et souvent opérable. On peut ajouter à cette catégorie les surdités provisoires de l otite aiguë et l otite séreuse. Dans le cas de l otospongiose c est le déplacement de la chaîne des osselets qui est limité. Pour le cholestéatome il s agit d une tumeur bénigne mais d évolution insidieuse à l origine d interventions chirurgicales répétées et compliquées. - La surdité de perception : Elle se caractérise par une atteinte de l oreille interne. - La surdité mixte : C est une combinaison des deux surdités précédentes. Elle associe un obstacle de transmission du son et une atteinte de l oreille interne. - La surdité d origine nerveuse : (atteinte rétro cochléaire)

7 CLASSIFICATION DES SURDITES On peut classer la déficience auditive selon différents critères qui sont le plus souvent, l importance de la perte auditive ou la localisation de l altération auditive. La déficience auditive se caractérise par la différence entre le niveau minimum perçu normalement et le niveau minimum perçu par la personne sourde ; la perception auditive est mesurée en décibels.

8 0 db 20 db PAS DE PERTE ENTRE 0 ET 20 db 40 db SURDITE LEGERE : LA PERTE SE SITUE ENTRE 20 ET 40 Db ON NE COMPREND PAS TOUS LES MOTS SURDITE MOYENNE : LA PERTE SE SITUE ENTRE 40ET 70 Db ON ENTEND QUELQU UN QUI PARLE MAIS IL FAUT REGARDER LES LEVRES POUR COMPRENDRE. ON N ENTEND PAS LES OISEAUX CHANTER. 70 db SURDITE SEVERE : LA PERTE SE SITUE ENTRE 70 ET 90 Db ON ENTEND QUELQU UN QUI CRIE MAIS ON NE COMPREND RIEN. ON N ENTEND PAS LA SONNERIE DU TELEPHONE. 90 db SURDITE PROFONDE : LA PERTE EST SUPERIEURE A 90 Db ON SENT DES VIBRATIONS SI QUELQU UN PARLE TRES FORT TOUT PRES DE NOTRE OREILLE OU QUAND LA MUSIQUE EST TRES FORTE. SURDITE TOTALE : PAS D AUDITION MESURABLE

9 AUDIOGRAMME C est un graphique qui permet de visualiser la capacité auditive d un sujet. L audiogramme tonal se base sur des sons purs dans des fréquences choisies. On mesure le seuil d audition pour les différentes fréquences. On le fait tour à tour pour chaque oreille au moyen d un casque (audiogramme par voie aérienne) puis par un vibreur appliqué sur le crâne (audiogramme par voie osseuse).

10 SURDITE ET MALADIES La surdité peut être d origine congénitale (majorité des cas). La surdité n est acquise que dans 16 % des cas. La surdité congénitale est d origine génétique dans trois quarts des cas. On distingue des surdités génétiques isolées et des surdités génétiques appartenant à un syndrome. Exemple surdité génétique isolée : c est le cas d une anomalie de synthèse de la protéine connexine 26 en raison d une anomalie sur le chromosome 13 de transmission autosomique récessive. Exemple : - Syndrome de WARDENBURG - Syndrome CHARGE qui associe : C : coloboma (atteinte de la rétine et parfois du nerf optique : conséquence atteinte de la vision et du champ visuel H : anomalie cardiaques A : atrésie des choanes R : retard de croissance et de développement G : anomalies génitales et testiculaires E : anomalies de l oreille et perte d audition

11 D autres surdités congénitales : La grande prématurité représente un risque élevé de 2 à 4 % contre 1 pour 1000 pour les autres enfants. Les infections virales et parasitaires (toxoplasmose et rubéole). D autres surdités post natales : - Suite de méningite - Autotoxicité médicamenteuse - Traumatisme sonore (exemple : explosion : le bruit entraîne une surdité par destruction de l oreille interne).

12 LES AIDES AUDITIVES Le contour d oreille Il se place derrière l oreille et permet la correction de la quasi-totalité de la perte auditive. Il peut se retirer et/ ou s éteindre Les intra-auriculaires Quasi invisible ; se glisse au creux de l oreille.. L implant cochléaire Un implant cochléaire est constitué d'un élément implanté (l'implant proprement dit) et d'un dispositif externe (le processeur vocal). Le processeur vocal est généralement un contour d'oreille similaire à celui d'une aide auditive, mais relié à une petite antenne que l'on place sur la peau au niveau de la partie implantée. Avec des cheveux longs, elle reste invisible.

13 LES APPAREILS H.F : Ils sont complémentaires des contours d oreille ou d implant cochléaire. Les signaux électriques sont émis en modulation de fréquence CFMI par un microphone émetteur que l enseignant porte sur la poitrine ou dépose à faible distance sur son bureau ou sur la table de l élève appareillé. Limite les interactions des autres élèves ; permet un meilleur confort dans la réception des paroles de l enseignant. Le système HF évite à l élève sourd beaucoup d efforts pour entendre son professeur. L appareil ne transforme pas un enfant non-entendant en enfant entendant. La réception du message par la voix auditive est lacunaire. Quelques précautions : Tous les appareils auditifs doivent être retirés en cas de contact avec l eau.

14 LA PRISE EN CHARGE PSYCHOLOGIQUE DE L ENFANT SOURD

15 . Transmission des traumatismes IMPLICATION DE L ANNONCE DU HANDICAP - Comment se dégager de cette étape de sidération - La culpabilité. Le manque du code linguistique commun RELATION PARENTS-ENFANTS IDENTITE DE L ENFANT SOURD - Identification primaire - Identification œdipienne - Identification sociale L ACCEPTATION DE LA SURDITE - la recherche de réparation CE QUI A LIEU DE METTRE EN PLACE RAPIDEMENT pour l enfant afin d éviter les difficultés affectives et cognitives.

16 LA PRISE EN CHARGE ORTHOPHONIQUE DE L ENFANT SOURD

17 BUT DE LA PRISE EN CHARGE ORTHOPHONIQUE - Donner à l enfant la possibilité d être un bon interlocuteur en maîtrisant la langue orale et par la suite la langue écrite - Amener l enfant à oraliser mais avant tout à communiquer LE BILAN ORTHOPHONIQUE est indispensable. L ACCOMPAGNEMENT PARENTAL est essentiel dans la prise en charge du très jeune enfant sourd.

18 LES GRANDES LIGNES DE LA PRISE EN CHARGE Etablir ou rétablir le dialogue et la communication entre le bébé et ses parents Travail d éducation auditive : mettre du sens dans les sons entendus Travail d éducation vocale et articulatoire réalisé Renforcer toutes les étapes de l acquisition du langage du fait de l absence de bain de langage pour l enfant sourd. Favoriser l entrée dans le langage écrit Favoriser la mise en place des structures logiques nécessaires aux mathématiques.

19 Quand on entend bien, on parle une LANGUE ORALE sans s en rendre compte. Pour un enfant sourd, c est plus difficile d apprendre à parler. LES AIDES POUR APPRENDRE LECTURE LABIALE : lire sur les lèvres d une personne en train de parler, mais certains sons se ressemblent ou ne se voient pas : exemple : pain main bain (même mouvement sur les lèvres). LANGAGE PARLE COMPLETE : LPC : on parle et en même temps on fait des codes avec la main au niveau du visage qui permettent de représenter les sons. LE FRANCAIS SIGNE : on apporte le signe en support du mot

20 LANGUE DES SIGNES FRANCAISE : LSF : c est une langue que l on voit puisqu elle se dit avec les mains, l expression du visage et le corps. C est une langue à part entière. LES GESTES BOREL: à chaque son de la langue correspond un geste qui rappelle certaines caractéristiques du son et qui va ainsi faciliter sa production. LA METHODE VERBOTONALE : un mouvement de tout le corps va amener à la production du son.

21 CONSEQUENCES DE LA DEFICIENCE AUDITIVE Tendance à s isoler car problème de communication L enfant parle fort Acquisition du langage perturbée : - retard de langage (vocabulaire pauvre, construction des phrases altérée) - retard de parole : troubles articulatoires Difficultés de compréhension : le contexte, les attitudes corporelles, les mimiques, les gestes sont absolument nécessaires pour éveiller son intérêt et l aider à comprendre les messages Parfois, troubles de l équilibre Fatigabilité plus importante Troubles psychiques : - Comportements instables - Agressivité - Hyperactivité - Hyper émotivité

22 QUELQUES ADAPTATIONS EN CLASSE PRINCIPE DE BASE : PRIVILEGIER TOUT CE QUI EST VISUEL 1 L élève en classe : - L élève sourd est un élève : la surdité n explique pas tout des possibles difficultés d apprentissage ou de comportement. - Comprendre ses limites auditives : ne pas penser qu il entend «quand il veut». - Parler normalement et les interroger comme tout autre élève - Adapter le plus possible la pédagogie au moyen des supports visuels complémentaires - Se placer face à lui, éviter de déambuler dans la classe - Utiliser les mimiques, gestes pour marquer les sentiments - Garder à l esprit que la compréhension de la parole demande en permanence un effort cognitif important - Plus fatigable que les autres enfants => décrochage (récréation importante) - 2 Message oral : - Parler naturellement, ni trop vite, ni trop lentement ; ne pas sur articuler - Ne pas crier - Reformuler les consignes et les informations données - Expliquer tout nouveau terme même s il paraît simple - Enrichir le vocabulaire, apporter des synonymes - L enfant doit toujours pouvoir lire sur nos lèvres pour mieux comprendre le message

23 Compréhension du message oral : - Vous devez vous assurer que l élève a bien compris le message ou la consigne : en lui demandant de reformuler vos propos en lui donnant des explications avec des mots du langage courant - L enfant à l audition déficiente ne perçoit pas toujours les raisons de ce qui se passe autour de lui : expliquer par exemple si la classe se met à rire (jeux de mots ) si les élèves se lèvent, expliquer ce qui se passe (sirène qui a retenti, quelqu un qui frappe à la porte ) bruits extérieurs - Bien matérialiser par un geste, la personne qui parle - Utiliser au maximum le tableau Place en classe : - Au deuxième rang : pour voir votre visage et vos gestes - Dos à la lumière - Entre deux camarades : pour prendre des indications et bénéficier de leur aide éventuelle - Pour les travaux de groupe, pensez à utiliser la disposition en U

24 Merci de votre attention Questions?

25 QUELQUES SITES INTERNET - Centre d information sur la surdité : - Centre d information sur la surdité et l implant cochléaire, association de personnes implantées : - URAPEDA : Apprentissage de la L.S.F : - VISUEL LANGUE DES SIGNES Dijon : Association LANGRES SIGNES : Mme FLAMAND Véronique - Association «des gestes pour comprendre» à Reims

Handicaps sensoriels La surdité

Handicaps sensoriels La surdité La surdité 1 2. Classification des différents types de handicap Handicaps sensoriels La surdité La surdité est un état pathologique caractérisé par une perte partielle ou complète de l ouïe. Dans le langage

Plus en détail

La surdité, un handicap qui ne se voit pas

La surdité, un handicap qui ne se voit pas Mme Voisin Marie-José enseignante spécialisée, IES de Langres La surdité, un handicap qui ne se voit pas Et dont on se moque parfois. 1) Quand est-on sourd? Anatomie de l oreille: L oreille est constituée

Plus en détail

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Surdités...4

Plus en détail

I.E.S Joseph Cressot 15 Avenue Jean Mermoz CHAUMONT Tél :

I.E.S Joseph Cressot 15 Avenue Jean Mermoz CHAUMONT Tél : I.E.S Joseph Cressot 15 Avenue Jean Mermoz 52000 CHAUMONT Tél : 03 25 02 92 41 ies-sessad@adpep-52.fr NOTRE OREILLE Constituée de trois parties L oreille externe : - Le pavillon - Le conduit auditif oreille

Plus en détail

Langage et Intégration Centre Rabelais. Sensibilisation à la surdité et repérage

Langage et Intégration Centre Rabelais. Sensibilisation à la surdité et repérage Langage et Intégration Centre Rabelais Sensibilisation à la surdité et repérage Qui sommes-nous? Le Centre Rabelais est : -un établissement médico-social pour les enfants déficients auditifs et/ou avec

Plus en détail

Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels.

Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels. Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels. Avec le concours des associations intervenant dans le domaine du handicap 1) Le handicap moteur : En France, on estime

Plus en détail

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité Formation A.V.S. Lundi 06 janvier La Surdité Table des matières I) La surdité Qu est ce que l audition? Les différentes surdités Les différents appareillages et leurs répercussions sur l audition II)

Plus en détail

Selon le Ministère de la Santé, on évalue à 6,6 % de la population le nombre de Français porteurs d un déficit auditif.

Selon le Ministère de la Santé, on évalue à 6,6 % de la population le nombre de Français porteurs d un déficit auditif. INFORMATION SUR LA SURDITE Selon le Ministère de la Santé, on évalue à 6,6 % de la population le nombre de Français porteurs d un déficit auditif. 1) Les différents degrés de surdité : - En dessous de

Plus en détail

Formation des AVS 9 décembre 2014 Lycée Jacques Amyot

Formation des AVS 9 décembre 2014 Lycée Jacques Amyot Formation des AVS 9 décembre 2014 Lycée Jacques Amyot Présentation : La ou les surdités? Sourds ou malentendants? Les textes qui régissent la prise en charge des élèves sourds AVS et enseignants spécialisés

Plus en détail

L AUDITION AVEC L ÂGE :

L AUDITION AVEC L ÂGE : L AUDITION AVEC L ÂGE : BRISER LE SILENCE Gérard Larouche, MA, audiologiste CRDP-CA Le 9 avril 2014 BRISER LE SILENCE, POURQUOI? Prévalence importante dans la population Augmentation de la longévité Sujet

Plus en détail

Comment communiquer avec des personnes présentant des difficultés d élocution et/ou de communication?

Comment communiquer avec des personnes présentant des difficultés d élocution et/ou de communication? Comment communiquer avec des personnes présentant des difficultés d élocution et/ou de communication? Solenn Bocoyran Orthophoniste Service de Rééducation Neurologique CH Aunay sur Odon AG de l AFTC -

Plus en détail

L audition représente la qualité de vie

L audition représente la qualité de vie Amplifon SA Sihlbruggstrasse 109 CH-6340 Baar L audition représente la qualité de vie Emmanuel Kant avait écrit Ne pas voir éloigne l homme des choses. Ne pas entendre éloigne l homme des hommes. L ouïe

Plus en détail

L orthophonie en déficience auditive clientèle adulte

L orthophonie en déficience auditive clientèle adulte L orthophonie en déficience auditive clientèle adulte Pourquoi interpeller une orthophoniste? Au service des personnes ayant une déficience physique Il est important de mentionner que le contenu de cette

Plus en détail

Accompagner un élève déficient auditif. Avril 2009 ASH 04

Accompagner un élève déficient auditif. Avril 2009 ASH 04 Accompagner un élève déficient auditif Avril 2009 ASH 04 1 Les différents types de déficiences d auditives La déficience auditive se caractérise par l absence, la diminution ou la déformation de la perception

Plus en détail

Langage et communication d enfants avec autisme

Langage et communication d enfants avec autisme Langage et communication d enfants avec autisme Estelle Petit Orthophoniste Troubles autistiques Triade autistique : Trouble des interactions sociales Trouble de la communication Intérêts restreints, stéréotypés

Plus en détail

Le code LPC : un sésame pour faciliter l'intégration scolaire en langue française des jeunes déficients auditifs

Le code LPC : un sésame pour faciliter l'intégration scolaire en langue française des jeunes déficients auditifs Le code LPC : un sésame pour faciliter l'intégration scolaire en langue française des jeunes déficients auditifs Valia GUILLARD http://coquelicot.asso.free.fr Page 1 Plan de la présentation! L association

Plus en détail

MERCREDI 30 NOVEMBRE 2011

MERCREDI 30 NOVEMBRE 2011 L ENFANT SOURD MERCREDI 30 NOVEMBRE 2011 Valérie BRUN CAPASH option A Enseignante de l Education Nationale SSEFIS Arc en Ciel Virginie WAVRANT Educatrice spécialisée au SSEFIS Arc en Ciel MERCREDI 30 NOVEMBRE

Plus en détail

Ce document a été reproduit et adapté* avec l accord du détenteur du droit d auteur pour ce même document.

Ce document a été reproduit et adapté* avec l accord du détenteur du droit d auteur pour ce même document. 1 Ce document a été reproduit et adapté* avec l accord du détenteur du droit d auteur pour ce même document. Cette autorisation nous a été accordée par Acfos représenté par Madame Coraline Coppin, coordonnatrice.

Plus en détail

Surdité et système de santé

Surdité et système de santé Surdité et système de santé LA SURDITE EN QUESTION L ACCESSIBILITÉ EN RÉPONSE Association des parents d'enfants déficients auditifs de Franche-Comté Maison de la famille 12, rue de la Famille 25000 Besancon

Plus en détail

QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE

QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Date d envoi : Date de réception : QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Demande d admission - Niveau secondaire Ce document doit être complété par le titulaire de classe ou par l orthopédagogue Nom de l élève :

Plus en détail

Un élève sourd dans votre classe

Un élève sourd dans votre classe Préface Sommaire Madame, Monsieur, Nous vous remercions d accueillir un élève sourd dans votre classe. Cette brochure vous permettra de mieux comprendre la particularité de l élève sourd. Elle vous guidera

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie )

PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie ) PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie ) Références : - Loi n 2005-380 du 23 avril 2005 d orientation sur l éducation.

Plus en détail

HANDICAP COGNITIF. Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr

HANDICAP COGNITIF. Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr HANDICAP COGNITIF Mieux prendre en compte les aspects neuropsychologiques et cognitifs dans le Guide d évaluation multidimensionnelle

Plus en détail

La surdité Qu'est-ce que c'est??

La surdité Qu'est-ce que c'est?? La surdité Qu'est-ce que c'est?? 58, boulevard Victor Hugo - 44200 NANTES www.urapeda-paysdelaloire.fr SOMMAIRE 1 La Surdité : qu est-ce que c est?... 5 1.1 L oreille et le son chez un entendant... 5 1.2

Plus en détail

1- La conduction du son :

1- La conduction du son : SITE INTERNET LES OUTILS DE COMPENSATION INDISPENSABLES A L ACCESSIBILITE DU MESSAGE ORAL Les aides auditives, indispensables pour un meilleur accès au son, ne font pas des «oreilles neuves». Elles permettent

Plus en détail

«J entends tout et vous ne voyez rien.»

«J entends tout et vous ne voyez rien.» www.groupeforget.com les aides auditives «J entends tout et vous ne voyez rien.» Retrouvez le plaisir d'entendre Prêts pour l appareillage! L ouïe est sans doute l un des sens les plus importants de l

Plus en détail

SEMINAIRE HANDICAP ET EPS VENDREDI 4 MAI 2012 LYCEE BRANLY LYON 5ème LA SURDITÉ :UN HANDICAP INVISIBLE

SEMINAIRE HANDICAP ET EPS VENDREDI 4 MAI 2012 LYCEE BRANLY LYON 5ème LA SURDITÉ :UN HANDICAP INVISIBLE SEMINAIRE HANDICAP ET EPS VENDREDI 4 MAI 2012 LYCEE BRANLY LYON 5ème LA SURDITÉ :UN HANDICAP INVISIBLE La surdité est un handicap à part car il ne se voit pas. La diversité des degrés de surdité : légère

Plus en détail

EVALUATION SE PROTEGER DU BRUIT

EVALUATION SE PROTEGER DU BRUIT Année 2011 / 2012 EVALUATION MODULE 7 Première BAC Prévention Santé Environnement Date :. Nom : Prénom : Classe :.. Orthographe-présentation :../1 NOTE :./20 EVALUATION SE PROTEGER DU BRUIT Compétences

Plus en détail

A) Les mécanismes mis en jeu dans la lecture et l écriture

A) Les mécanismes mis en jeu dans la lecture et l écriture Les logiciels pour les apprentissages scolaires des enfants dysphasiques. Efficaces dans quels cas? Comment les choisir et les utiliser? Jack Sagot, jack.sagot@inshea.fr «Pénalisé dans l expression, il

Plus en détail

Volet : Développement personnel 2.1 Apprendre à apprendre

Volet : Développement personnel 2.1 Apprendre à apprendre F Titre : J apprends à apprendre Activité pouvant servir d amorce au volet développement personnel. Le questionnaire est suivi d une compréhension en lecture et de questions générales. Un livre de référence

Plus en détail

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Le dépistage systématique des déficiences, l écoute des parents (en particulier des mères) et une attention accrue dans certaines situations

Plus en détail

Cours de Phonétique. Citation. Branches de la phonétique. Phonétique / phonologie. Cours 1 (19 sept. 2006)

Cours de Phonétique. Citation. Branches de la phonétique. Phonétique / phonologie. Cours 1 (19 sept. 2006) Citation Cours de Phonétique Cours 1 (19 sept. 2006) J ai exprimé ailleurs à plusieurs reprises mon attitude vis-à-vis de la doctrine de Troubetzkoy et des phonologues. [ ] L essence de ma critique consiste

Plus en détail

TRAVAILLER A L EDUCATION NATIONALE AVEC UN HANDICAP, C EST POSSIBLE

TRAVAILLER A L EDUCATION NATIONALE AVEC UN HANDICAP, C EST POSSIBLE TRAVAILLER A L EDUCATION NATIONALE AVEC UN HANDICAP, C EST POSSIBLE Exposition réalisée dans le cadre de la Journée internationale des personnes handicapées 3 decembre 2015 MERCI...... à tous les personnels

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

Mon enfant est malentendant

Mon enfant est malentendant Mon enfant est malentendant Guide pour les parents Vous n êtes pas seul Sommaire Vous n êtes pas seul 3 Perte auditive 5 Méthodes de tests auditifs 6 Audiogramme 7 Types et origines des pertes auditives

Plus en détail

Ce dossier est renvoyé sous pli cacheté au Pôle académique du DNB, accompagné de l avis du médecin de secteur.

Ce dossier est renvoyé sous pli cacheté au Pôle académique du DNB, accompagné de l avis du médecin de secteur. NOTE d INFORMATION à DESTINATION des CANDIDATS et/ou des FAMILLES CONCERNANT les AMENAGEMENTS des CONDITIONS d EXAMENS POUR LE DIPLOME NATIONAL DU BREVET Les personnes en situation de handicap candidates

Plus en détail

A DESTINATION DES CANDIDATS ET/OU DES FAMILLES CONCERNANT

A DESTINATION DES CANDIDATS ET/OU DES FAMILLES CONCERNANT NOTE D INFORMATION A DESTINATION DES CANDIDATS ET/OU DES FAMILLES CONCERNANT LES AMENAGEMENTS DES CONDITIONS D EXAMEN POUR LE DIPLOME NATIONAL DU BREVET ET LE CERTIFICAT DE FORMATION GENERALE - SESSION

Plus en détail

COMPRÉHENSION SÉANCE 3

COMPRÉHENSION SÉANCE 3 ENSEIGNER LA COMPRÉHENSION SÉANCE 3 Formation des enseignants de cycle 3 Circonscription d IRIGNY SOUCIEU MORNANT Patrick Luyat IEN IRIGNY SOUCIEU MORNANT 1 RAPPEL DES OBJECTIFS GÉNÉRAUX Mettre en œuvre

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction 1. Première partie. Deuxième partie

SOMMAIRE. Introduction 1. Première partie. Deuxième partie SOMMAIRE Introduction 1 Première partie ACCOMPAGNER LES PERSONNES SOUFFRANT D ACOUPHÈNES 1. COMPRENDRE LES ACOUPHÈNES 5 2. ÊTRE SOPHROLOGUE SPÉCIALISÉ DANS LES ACOUPHÈNES 17 Deuxième partie MISE EN PRATIQUE

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit

Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit Manon Fabi, inf. M.Sc. Coach professionnelle certifiée PNL Présentation Un peu de définition Objectifs Réalité quotidienne Stratégie d intervention

Plus en détail

Les composantes de la réussite scolaire

Les composantes de la réussite scolaire Les composantes de la réussite scolaire Cognitives Culturelles Physiologiques Psychologiques Sociologiques Que devons-nous privilégier dans cette notion polysémique? Sa mesure (évaluations, signalements,

Plus en détail

Systèmes de Communication Augmentatifs et Alternatifs (CAA) FNO / ANCRA

Systèmes de Communication Augmentatifs et Alternatifs (CAA) FNO / ANCRA Systèmes de Communication Augmentatifs et Alternatifs (CAA) FNO / ANCRA Développement des fonctions de communication non verbale «Il faut avoir recours à des modifications des processus d apprentissage,

Plus en détail

Appel à projets de l AFSSU pour 2011

Appel à projets de l AFSSU pour 2011 Appel à projets de l AFSSU pour 2011 Titre «Au théâtre de la citoyenneté, il fait bon vivre» Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mmes Cécile Leveugle, Aude Deneuville, Ghislaine Lubaska.

Plus en détail

UNE JUSTE PLACE UNE PLACE JUSTE

UNE JUSTE PLACE UNE PLACE JUSTE UNE JUSTE PLACE UNE PLACE JUSTE LA PROBLEMATIQUE D UN ACCOMPAGNEMENT REUSSI Martine BEIGBEDER, Coordonnatrice Sylvie LAXAGUE, CPC Biarritz et ASH Ouest LE HANDICAP «L indifférence aux différences crée

Plus en détail

Les principes de la communication orale

Les principes de la communication orale Cours 2 Les principes de la communication orale LIN2512 La communication orale : fondements et didactique UQAM Christian Dumais 20 janvier 2009 Plan de la rencontre Intentions de la rencontre : Connaître

Plus en détail

vous informer Le bruit n Passeport santé www.msa.fr

vous informer Le bruit n Passeport santé www.msa.fr vous informer Le bruit n Passeport santé www.msa.fr L oreille Notre oreille sert à capter, à canaliser les sons pour les transmettre à un nerf, le nerf auditif, puis au cerveau qui va interpréter et comprendre

Plus en détail

Prise en charge de l enfant sourd profond ou sévère. Les fonctions de l audition. Généralités. Perception de l environnement sonore

Prise en charge de l enfant sourd profond ou sévère. Les fonctions de l audition. Généralités. Perception de l environnement sonore Prise en charge de l enfant sourd profond ou sévère Les fonctions de l audition Perception de l environnement sonore fonction d alerte la structuration temporo-spatiale La communication orale la boucle

Plus en détail

À toi de jouer! Contre les préjugés. Dans la liste suivante, coche les phrases qui expriment des préjugés :

À toi de jouer! Contre les préjugés. Dans la liste suivante, coche les phrases qui expriment des préjugés : À toi de jouer! Contre les préjugés Dans la liste suivante, coche les phrases qui expriment des préjugés : Les enfants handicapés peuvent aller à l école comme tout le monde. C est à cause des étrangers

Plus en détail

Surdités de l enfant Implantation Cochléaire

Surdités de l enfant Implantation Cochléaire Surdités de l enfant Implantation Cochléaire Cours d Imagerie d de l Oreille l Moyenne 30 et 31 mars 2007 Dr. Valérie Franco Vidal, Dr. Sandrine Molinier Dr. Xavier Barreau Surdités s de l Enfantl Surdité

Plus en détail

Qu est-ce que la lecture?

Qu est-ce que la lecture? Qu est-ce que la lecture? La lecture peut être définie comme une construction de sens résultant de la rencontre, dans un contexte particulier, entre un sujet et un texte écrit. Cette interaction permet

Plus en détail

Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs

Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs Objectif : Comprendre le principe de détection et de correction d erreurs lors de la transmission d une information numérique. Compétences : Utiliser

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

L autisme est un syndrome caractérisée par un repli sur soi-même, une perte de contact avec la réalité et une difficulté à communiquer avec autrui.

L autisme est un syndrome caractérisée par un repli sur soi-même, une perte de contact avec la réalité et une difficulté à communiquer avec autrui. L autisme 1 2.2. Handicaps mentaux L autisme est un syndrome caractérisée par un repli sur soi-même, une perte de contact avec la réalité et une difficulté à communiquer avec autrui. Selon le Manuel Diagnostique

Plus en détail

Comité de concertation associatif représentatif

Comité de concertation associatif représentatif Vendredi 21 Mars 2008 RENCONTRE AVEC MONSIEUR JEAN-FRANÇOIS VITOUX DIRECTEUR DE LA MAISON DÉPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPÉES DU PAS-DE-CALAIS Rencontre Monsieur VITOUX Vendredi 21 mars 2008 1 sur

Plus en détail

Préparation concours SESAME Toulouse

Préparation concours SESAME Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation concours SESAME Toulouse SOMMAIRE : I. Concours SESAME : définition

Plus en détail

Guide. à l usage des organisateurs et conférenciers. Pour une communication réussie avec un auditoire d aînés

Guide. à l usage des organisateurs et conférenciers. Pour une communication réussie avec un auditoire d aînés Guide à l usage des organisateurs et conférenciers Pour une communication réussie avec un auditoire d aînés Préambule Ce document s adresse aux personnes qui organisent des activités pour des per sonnes

Plus en détail

La méthode Jaques-Dalcroze au service du musicien actuel

La méthode Jaques-Dalcroze au service du musicien actuel 1 La méthode Jaques-Dalcroze au service du musicien actuel I Définition La rythmique Jaques-Dalcroze est une méthode d éducation musicale qui met en relation les liens naturels et bénéfiques entre le mouvement

Plus en détail

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...13 CHAPITRE 1: MON ENFANT EST DIFFÉRENT DES AUTRES...19 Devenir parents...21 Devenir les parents d un enfant avec une déficience... 23 Réactions à cette situation...24

Plus en détail

Déficience et production

Déficience et production Arpih MSP 13 A & MSP 13 B 1 Déficience et production Objectif du cours * Adapter des mesures spécifiques en vue d optimiser la production et promouvoir le bien-être de la personne en situation de déficience.

Plus en détail

Institut Jean-Pierre Lallemand

Institut Jean-Pierre Lallemand Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (2 e partie) (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2011-2012 Cours de

Plus en détail

REPERES POUR UNE PROGRESSIVITE DES APPRENTISSAGES EN PHONOLOGIE

REPERES POUR UNE PROGRESSIVITE DES APPRENTISSAGES EN PHONOLOGIE REPERES POUR UNE PROGRESSIVITE DES APPRENTISSAGES EN PHONOLOGIE Trois types de critères sont à prendre en compte : 1) Critères relatifs à la nature des unités linguistiques : Taille des unités : mot, syllabe,

Plus en détail

C est quoi la surdité? Une histoire à partager entre petits et grands

C est quoi la surdité? Une histoire à partager entre petits et grands C est quoi la surdité? Une histoire à partager entre petits et grands Découvre dans ce livre des réponses aux questions que les enfants et les parents se posent sur la surdité. Qui es-tu? Prénom Nom Ton

Plus en détail

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 39 14 1. Professeur : Je vais le faire au tableau. Moi je n ai placé

Plus en détail

Mercredi 13 février 2013 Présentation de la scolarité d un enfant sourd

Mercredi 13 février 2013 Présentation de la scolarité d un enfant sourd Mercredi 13 février 2013 Présentation de la scolarité d un enfant sourd Accompagnement par un SSESAD Service de Soins et d Education Spécialisée A Domicile ou d un SSEFIS Service de Soutien à l Education

Plus en détail

Lexique de termes à privilégier

Lexique de termes à privilégier Lexique de termes à privilégier Introduction Les mots que l'on emploie ont une influence sur la manière dont on perçoit les personnes ayant une limitation et renforcent la perception acquise. Ils peuvent

Plus en détail

Des stratégies à mettre en œuvre dès la petite enfance pour soutenir le développement du raisonnement et de la numératie

Des stratégies à mettre en œuvre dès la petite enfance pour soutenir le développement du raisonnement et de la numératie Des stratégies à mettre en œuvre dès la petite enfance pour soutenir le développement du raisonnement et de la numératie Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département

Plus en détail

Association de Zoothérapie de Paris et de la région parisienne

Association de Zoothérapie de Paris et de la région parisienne Dossier de Presse Association de Zoothérapie de Paris et de la région parisienne www.azp.fr Qu est ce que la Zoothérapie? «Zoothérapie : Thérapie Assistée par l Animal (TAA)» Utilisée comme auxiliaire

Plus en détail

POLLUTION SONORE ET ÉCOLOGIE AUDITIVE

POLLUTION SONORE ET ÉCOLOGIE AUDITIVE POLLUTION SONORE ET ÉCOLOGIE AUDITIVE Jean-Baptiste Lemasson Audioprothésiste D.E. Audiologie D.U. Vendredi 3 avril 2015 TRAVAIL AUTOUR DE LA COCHLÉE 1. Introduction 2. Notions & épidémiologie 3. Fatigue

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

La démarche du message clair

La démarche du message clair La démarche du message clair Au fil des mois passés à la maternelle, l enfant prend de plus en plus conscience des liens qui le lient aux autres et de l importance de développer une saine interdépendance

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

Rencontre du CCED. Processus CIPR. le mardi 15 octobre 2013

Rencontre du CCED. Processus CIPR. le mardi 15 octobre 2013 Rencontre du CCED Processus CIPR le mardi 15 octobre 2013 000008 Processus du comité d identification, de placement et de révision (CIPR) et du comité d appel Les dispositions particulières au processus

Plus en détail

Module 1 Les représentations

Module 1 Les représentations 1/5 permettent de structurer toute action éducative. Elles dépendent du cognitif («ce que je sais»), de l affectif («ce que je ressens», «ce que j aime») et de l environnement (médiatique, social et culturel...).

Plus en détail

LE CAP ESTHÉTIQUE À DISTANCE

LE CAP ESTHÉTIQUE À DISTANCE LE CAP ESTHÉTIQUE À DISTANCE Contactez-nous 03 20 41 30 00 - www.formadist.fr Formadist - Le CAP esthétique à distance - Page 1 sur 6 L Univers de la beauté vous passionne, mais vous ne pouvez pas vous

Plus en détail

Impédance. A. Vocale

Impédance. A. Vocale SURDITES Déficit de l audition Ressentie ou non par le patient Causes variables Diagnostic rapide chez l enfant Prise en charge adéquate Que faire? Objectiver l hypoacousie ressentie Cibler le terrain

Plus en détail

Les fiches techniques du CCAH Juin 2012. La scolarité des enfants en situation de handicap

Les fiches techniques du CCAH Juin 2012. La scolarité des enfants en situation de handicap Les fiches techniques du CCAH Juin 2012 La scolarité des enfants en situation de handicap QUE DIT LA LOI? La scolarité des enfants en situation de handicap La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des

Plus en détail

AMENAGEMENTS de PARCOURS SCOLAIRES. Rôle du médecin Education Nationale et Dispositifs

AMENAGEMENTS de PARCOURS SCOLAIRES. Rôle du médecin Education Nationale et Dispositifs AMENAGEMENTS de PARCOURS SCOLAIRES Rôle du médecin Education Nationale et Dispositifs Service médical en faveur des élèves, DSDEN 59,Dr DELOMEZ Dr SHAKESHAFT 12/10/2013 Rôle du médecin Education Nationale

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DES BESOINS SPÉCIAUX LIÉS À LA SANTÉ OU AU HANDICAP DANS LE PROCESSUS DE FORMATION

PRISE EN COMPTE DES BESOINS SPÉCIAUX LIÉS À LA SANTÉ OU AU HANDICAP DANS LE PROCESSUS DE FORMATION PRISE EN COMPTE DES BESOINS SPÉCIAUX LIÉS À LA SANTÉ OU AU HANDICAP DANS LE PROCESSUS DE FORMATION LIGNES DIRECTRICES Besoins spéciaux et processus de formation Page 1 TABLE DES MATIÈRES 1. Objectifs...

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

La nouvelle Ecole fondamentale en 12 points

La nouvelle Ecole fondamentale en 12 points La nouvelle Ecole fondamentale en 2 points. Au total, il existe 54 écoles fondamentales à travers le pays. Chaque école est organisée en cycles d apprentissage qui remplacent les années d études. Chaque

Plus en détail

2005-2015. 1 million d établissement recevant du public : commerce, théâtres, cinémas, cabinets libéraux, mairies, établissements scolaires, etc

2005-2015. 1 million d établissement recevant du public : commerce, théâtres, cinémas, cabinets libéraux, mairies, établissements scolaires, etc 2005-2015 12 millions de français déclarent avoir un problème important de santé depuis au moins 6 mois et rencontrer des difficultés importantes dans leur activité quotidienne ou avoir un accident de

Plus en détail

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016.

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. La prévention de la santé en entreprise comprend différentes facettes. Découvrez neuf de nos prestations actuelles. Bienvenue! La santé en entreprise

Plus en détail

Présentation de la section LV1 espagnol en 2nde au lycée Pasteur- 2015/2016

Présentation de la section LV1 espagnol en 2nde au lycée Pasteur- 2015/2016 Présentation de la section LV1 espagnol en 2nde au lycée Pasteur- 2015/2016 La section LV1 espagnol a ouvert ses portes cette année au lycée Pasteur. L objectif scolaire de cette section est: - d assurer

Plus en détail

C est quoi la surdité? Une histoire à partager entre petits et grands

C est quoi la surdité? Une histoire à partager entre petits et grands C est quoi la surdité? Une histoire à partager entre petits et grands Dans ce livre, grâce à Lucas, Manon et Léa, on pourra découvrir des réponses aux questions que l on peut se poser sur la surdité chez

Plus en détail

THEMATIQUE. «L accompagnement d un jeune Déficient Auditif présentant des Troubles Envahissants du Développement»

THEMATIQUE. «L accompagnement d un jeune Déficient Auditif présentant des Troubles Envahissants du Développement» THEMATIQUE «L accompagnement d un jeune Déficient Auditif présentant des Troubles Envahissants du Développement» Présenté par Mme Julie NORESKAL Chef de service éducatif. SSOCIATION ARTINIQUAISE POUR L

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

CONTINUER À TRAVAILLER ET À PROGRESSER

CONTINUER À TRAVAILLER ET À PROGRESSER En tant qu employeur de la fonction publique, vous pouvez être amené à recruter des apprentis, y compris des personnes en situation de handicap. Vous trouverez ici toutes les informations pratiques pour

Plus en détail

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles Centre Claude Bernard Livret d accueil à l usage des familles Vous avez bien voulu nous faire confiance pour vous aider à traiter les problèmes que vous rencontrez actuellement avec votre enfant. Afin

Plus en détail

Faire rédiger des synthèses en grammaire

Faire rédiger des synthèses en grammaire Faire rédiger des synthèses en grammaire 1/5 Observer la langue, la décrire sont des activités qui font partie intégrante du cours de français. Elles appartiennent à l univers des élèves depuis leur apprentissage

Plus en détail

Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation

Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation Nom : Date : Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation Vous pouvez utiliser ce jeu-questionnaire pour évaluer les idées fausses que vous avez peut-être sur les personnes handicapées. Répondez aux

Plus en détail

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION ACADEMIE DE POITIERS Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles Concours externe - Session 2014 PREMIERE EPREUVE D ADMISSION Statistiques Discipline Moyenne Ecart-type NB candidats

Plus en détail

Le matériel (photocopieuse ordinateurs, magnétophone - machine à lire, micro HF ou micro cravate1, télé agrandisseurs, ordinateurs portables)

Le matériel (photocopieuse ordinateurs, magnétophone - machine à lire, micro HF ou micro cravate1, télé agrandisseurs, ordinateurs portables) 2 Fiche de lieu Notice La fiche de lieu est très générale car elle est adaptée à tous les types de lieu (restaurants, bars, cinémas, universités, musées ). Nous avons donc décidé de mettre en place cette

Plus en détail

L aide personnalisée : un dispositif d aide aux élèves en difficulté

L aide personnalisée : un dispositif d aide aux élèves en difficulté L aide personnalisée : un dispositif d aide aux élèves en difficulté Année scolaire 2008-2009 BO n 25 du 19 juin 2008 Organisation de l'aide Un cadre souple et évolutif. Une formalisation simple qui soit

Plus en détail

ACCUEILLIR UN ENFANT DEFICIENT VISUEL EN MILIEU ORDINAIRE

ACCUEILLIR UN ENFANT DEFICIENT VISUEL EN MILIEU ORDINAIRE Julie Fehrenbach Enseignante spécialisée, déficience visuelle (maîtresse B) SAAAIS (Service d Aide à l Acquisition de l Autonomie et à l Intégration Scolaire) julie.fehrenbach@yahoo.fr ACCUEILLIR UN ENFANT

Plus en détail

LES FORMATIONS EN PÉDAGOGIE MUSICALE ADAPTÉE AUX PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

LES FORMATIONS EN PÉDAGOGIE MUSICALE ADAPTÉE AUX PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ASSOCIATION RESSOURCE NATIONALE - PÉDAGOGIE MUSICALE ET HANDICAP LES FORMATIONS EN PÉDAGOGIE MUSICALE ADAPTÉE AUX PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP........................ CATALOGUE DE FORMATIONS 2015-2016

Plus en détail

EP2 : prise en charge de l usager

EP2 : prise en charge de l usager Se former tout au long de la vie SECRÉTAIRE MÉDICAL(E) ET MÉDICOSOCIAL(E) EXAMEN SESSION 2012 EP2 : prise en charge de l usager Sur 60 points Durée de l épreuve : 2 heures SUJET - Les feuilles de réponses

Plus en détail

Des stratégies individuelles de compensation à la conception pour tous. Mardi 25 Novembre 2008

Des stratégies individuelles de compensation à la conception pour tous. Mardi 25 Novembre 2008 Des stratégies individuelles de compensation à la conception pour tous Mardi 25 Novembre 2008 Handicap : de quoi parle-t-on? Origine historique liée au domaine sportif : les milieux turfistes Apparition

Plus en détail