CREATION D'UNE SOCIETE DE PROMOTION IMMOBIUERE : "LES PROFIMM" Par. Konan Barthélemy YAO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CREATION D'UNE SOCIETE DE PROMOTION IMMOBIUERE : "LES PROFIMM" Par. Konan Barthélemy YAO"

Transcription

1 U"IYIISITI,.IIS DAUPHINE fa:è PARIS a. ca - CREATION D'UNE SOCIETE DE PROMOTION IMMOBIUERE : "LES PROFIMM" Par. Konan Barthélemy YAO Encadreur. Jean Marcel DALBARADE Maître de Conférences à l'université Paris Dauphine M0024MBAIP08 - D,l1,ar- Avril 2007 Il 2

2 Projet Professionnel, MBA-IP fj/'.- 0) ()/./'.r Par Konan Barthélemy YAO IAvril 2007 Ir (, i J (j,j)..- A toi Père, décédé au cours de ma formation. Que ton âme repose en paix... 1

3 RE MERCIEMENTS Plus qu'une simple fonnalité d'usage, je fomlule dans les lignes qui suivent ma profonde reconnaissance à des personnes dom les actions on! contribué à la réalisation de cc mémoire. Les enseignements reçus au cours de celte fonnation onl constitué une source à laquelle je me suis conslammenl référé, ils son! le socle des connaissances mobilisées. C'est pourquoi mes premiers remerciements s'adressent aux tnseignanls des différentes institutions impliquées: l'université Paris IX Dauphine. l'institut d'administration des Entreprises (IAE) de l'université Paris ( Panthéon Sorbonne el le Centre Africain d'etudes Supérieures en Gestion (CESAG). Ils ont pu nous transmenrc plus que des connaissances. un élat d'esprit: la dimension transversale des prob \ème~ rencontr6 par Ie~ organisations. Je remercie particulièrement Mon~ieur Jean Man:('l DALBARADE (coordonnateur du programme pour l'université Paris Dauphine) qui a bien voulu nous encadrer dans l'élaboration de ce travail. Aussi la collecte de documents et d' infonnations nécessaires pour produire cc travail n'a pu être possible dans des organisations, des administrations et autres que par le biais de personnes qui se sont rendues disponibles. Nous leur adressons nolrt' infinie gratitude. Ce sont nommément: Monsieur Bi Koet BA~Il, Sous Directeur du Pennis de Construire au Ministère de la Construction et de l'urbanisme de Côte d'ivoire Monsieur Tomekpa Magloire LlGBET, Ingénieur Statistien-économiste à l'institut National de la Statistique (en Côte d'ivoire) Monsieur Vangah Jean-Paul ADJOBI, Ingenieur des Travaux Publics au Bureau National d'eludes Techniques et de Developpement (en Côte d' Ivoire) Monsieur Serge SEKOU, au Service Commerciale de l'institut Nalional de la Statistique (en Côte d'ivoire) L'appui pédagogique esi incontournable dans toutes institutions de fonnation d'ou le pas que nous marquons à l'égard des assislantes du programme MBA-IP. Par delà elles, que toul le personnel de la bibliothèque, des laboratoires infonnalîques et de façon générale tous ceux qui consacrenlleur temps de travail au service des institulîons partenaires soient n:merciés. 2

4 1'r<J#' P~ MB:l-IP SOMMAIRE RESUME MANAGERIAL INTRODUCTION... 6 I-INITIA TEURS DU PROJET...,.",,,,,,,,, FORME JUR IDIQUE ET ACTIONNARIA T... 8 J ENVIRONNEMENT SQCIQ..ECONOMIQUE... 8 J. I Population... 8 J.2 Economie LE MARCIIE (il!néralité sur l'habitat Les con,u~nl$... II 4.3 Taîlle et segmentation Croissance FII<:teun ~iques S Factcurs soçio démographiquh S ETUDETECHNIQUE Mode de production S.2 Disponibilité du inputs Les terres S.2.2 Les matériau){ de construction STRATEGlE I -Anal}'$e du secteur I Ladcmande L'ofTR: AnaIYK de l'entreprise J.I. Ressources immatérielles Ressources humaines J Ressources physiques..., Synthèse analyse interne Choi){ stratégiques... ~ I Synth~se du diagnostic stratégique: SWOT Stratégie globale Stratégie MmC1ing Couverture du man>m Offre J- Mode d'li<:quisition ETUDE ORGANISA TIONNELlE S ETUDE FINANCIERE... "" Besoins de financement..... " Résultats prévisionnels,, Tableau de financtment..., &.4_Flux de tn!~rie annuelle (ANNEE I)... h S-Rentabilité... J6 CONCLUSION... J7 ANNEXES... 3& BIBLIOGRAPHIE " LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES )

5 Proi<1 P"*g;o"",,l. M8A /P RESUME MANAGERIAL Le marchê du logement connalt une ouverture au secteur privê depuis les annœs 90 ~ui~ Bu)( dlfflcultm rel"l00l"l 11'&"o5 par l'elal. Par apparition successive Il sest oonstitu~ des entreprises sur ce m/ltem. Mais 1\!S besoins en logement sont toujours prégnants notamment' Abidjan où ils s'êlbvent è unit~s par an. Le pr~nt document constitue l'êtude d'un projet qui envisage la constitution d'une sociêtê de promotion immobilibre dênommêe "LES l'rofimm '. L'initiation de ce projet est l'œuvre de personnes ayant une double qualification d'lngênieurs des Travaux Publics et en Management qui veulent s'orienter vers l'entreprelulriat. L'option de SociNé à Rl'SponsabHlté Umltœ (SARL) \!St la forme juridique retenue avec une representation à 51% des InItiateurs et 49% d'autres actionlullrcs. L'environnement &onomique du projet quoique ayant connu dc-s djfficultés r(!eentes connalt un regain de croissance depuis 2006 avec un tau~ de 1.3%. Les annœs suivanb.'s s'annoncent sous de meilleurs indicateurs oompte tenu dl's orientations de stabili té à l'issu de la signature d\!s derniers accords. Les prévisions indiquent un taux de 1.5% pour 2007 ct respt.'ctivement3.5 ~ et 5.1% pour les ann&'s 2008 et 2009 augurant d'un climat &onomique favorable pour les affaires. L'évolution du marcm n'est pas clairement déterminœ eu égard au caractère conjoncturel de la demande. Cependant d ~'ti facteurs de natun..'!l structurelles caractéristiques de l'&onomie et de la démographie sont d\!s éléments qui entretiennent le oc'soin inducteur de denmnde. Les projt.'ctions économiqut'!l préc&lentl's constituent donc un bon signai pour le Sl'Cteur. 4

6 Pmj" pmfojjio_i, MfM-IP L'étud(' stratégiqu(' m('n~ à travers l'analys<:' du St-'Cœur «'xœrn(') ('t l'analyse des ressources ct oom~te nœs (interne) nous orienœ vers une structure de petite taille. Notr(' prévision sur trois ans est la production d(' 210 log('ments à raison de 70 par an, l..l oonstance dans le volume de l'offre est compcnsœ par un(' croissanœ en terme de valeur aveç une moyenne de 32%. Le produit que nous offrons comporte une partie serviœ "d'ingénierie conseil à la modification" répondant à un lx.'soin non satisfait constituant un argument de vente de l'offre globale. Le financement nêœssaire pour l'opération est de FCFA structuré ('n FCFA ( 24%) d'apport dl.'s actionnaires et d(' FCFA ( 76%) de ddte à mobiliser, L'évaluation financière rdèv(' un(' création de valeur pour les apporteurs de fonds (actionnaires et créancier) pour un cofl\ du capital inférieur à 68% qui est le taux de r('ntabili\ê inœrne (TRI), 5

7 . INTRODUCTI ON l.a Côtc d'jvoire dès son accession l'indépendan~c n dtvcloppé une politique sociale de promotion el de production du cadre bâli. Ain~i l'l'lai a ~Ié pourvoyeur de financement pour des so<:îdés immobilihes publiq~s. Mai cene situation n'a pu duœr face' la crise: kollomiquc Iks années 80 suivie des plans d'.justement structurel obligcli1l l'etal au drsc:ngagmlcnl pour promouvoir l'offre par des sociilh pri \'~. Malgli cc libêralismc depuis les années 90, force esl de reconnaître que les ~soins en logement sont de loin satisfaits bicn qut des entreprises ne cessent de voir le jour. A cc propos l'on noie un déficit d'environ unités par an pour la seule "Hlc d'abidjan. Cc constat a suscité en nous l'idée de monter un busimss dans le 5«ICUr de l'immobilier. L'nudc de cc Projet de c~a li oa d'une so<:ifté de promotion imm obi l w~ cstl'lilic de lincxion de notre Pro~t professionnel dans le emire du Prognllnm, de Mast, r of Basin"s Administration- Jnl ~rnllional Yaris (MBA-IP)_ En effet n!pondant aux standards internationaux, ce programme ambitionne de donner du outils d'analyse CI de prise de d«ision' des manage1'$ fi fulurs managers en ronnation, Ainsi 1. maquette pédagogique outres la différents modules sous fonne de Kminairt, pcivoit un projet pro!allionnel dont la n!alis3tion témoigne de la capiuli$3.tion des COtlJ\ilissance5 ICquises au wurs de cene fonnation, L'auditeur doit être capable i!ravct5 cc travail dei: Intégrer les différents modules Passer des concepts aux implications manag~rialn R~al iser un travail personnel Apportu U/IoC rontribution cofkri1e il une ent!'('prise existante ou en création Fonnaliser un projet dans $3. globalité Intégrer si possible la dimension inlfmationale des questions managerialn Portant Sur la création d'cntreprise, le pn!sent doxument est bâti t selon la tmlme d'un business pliln qui constitue un support de recherche de financement. Ainsi seront traitées différentes rubriques clés pennenant de ",'endre" le projet car il wnstitue un document de base construit' panir de donnhs du s«teur qui servira à la prospection pour la mobîlisatiol\ de finan<:ement (associês, banques, fonds..,), 'Extrait du IUppon de ooun du module projoi prormionn<1,

8 Les grandes lignes abordées le long de ce mémoire sont; le, init iat~un du projd, les profils des pionniers du projet seront mentionnés la forlllc jurid ique, relèvera quelle forme sera choisit et l'actionnariat l'en\'ironnemenl socio-économique, il s'agit de rele ver quelques caractéristiques sociales et économiques du pays d'implantation Je m a~hé, abordées ici les questions relatives à la taille, la croissance, la segmentation seront l'élude lechnique met en lumière la disponibilité des inputs et le mode de production retenu la straté'gic, après analyse fi~era les orientations prises pour entrer dans ce marché J'étude organisation nelle, nous pcrmenra de dimensionner les mo)'cns humains et matériels nécessaires l'étude finanûèrt se penchera sur la dimension financière du projet, notamment sur les besoins el le mode de financement tout en évaluant la rentabilité, 7

9 ~ou tenance MBA-IP 29 Mai 2007 PLAN DE SOUTENANCE INTROOUCTION 1_ENVIRONNEMENT SOCIO-ECONOMIQUE Population, kooomie 2-MARCHE Conc~, ~_,,,,.,..,,... """ NITRATEGIE Ana/y$ ~, opilon stntégique g#obaie 8/ """*<lling... nude FINANCIERE F~nt. rosu#a/ d'up/oblion, ~ibie fimjrteitn, ffhiiabii~ -... " :""", CONCLUSION Projet Professionnel 1

10 Soutenance MBA-IP 29 Mai 2007 INTRODUCTION ~ Suite. des d;rr,ç..,~" (crise dei... 80). rel...! poo" ~ pa' act&urs priy6s dan. In CtOis$an!s non saii,t.iia ( ~....., po..- Abidjlln) m~ rlppl'rition ~... ~.. Ce ~ suscii6.. noua rid6e dio mont.... Mlness dans le bjIII" 01...,000.: "IOta: leiœntiiiiuancei KqI*'... dio foriniiimr ~... 1'IcIM p(iui' ~ d'un ddcunwni..... dio prœ~.. Il fino,c:e...,! (M' im. bionc!uh. lands) - ~. _.,.",---'..."100, :::"'~ 1-ENVIRONNEMENT SOCIO-ECONOMIQUE Population,. Environ 16 millioos, croissance 3,5%, Urbanisation forte:45%,. Abidjan 25% populatlon avec evolution à 4,5%,. Jeune, 45% moins de 15ans.b-,."... _~.;',"'... :Il10' Projet Professionnel 2

11 Soutenance MBA-IP 29 Mai ENVIRONNEMENT SOCIO-ECONOMIQUE Économie.. libérale, Important poids économique dans la sous région (40% de la masse monétaire et du PŒ de ru emoa),. ~s crise année 80, forte troîssaoce de 95 é 98 (moyenne 5%),. Crise poiitico-mliltalre en 99, spiral d'instabilité suivie de coonit armée en Sept 2002., Malgré cette situation reprise de crotssaoce: 1,3% (2006) avec ptojeci:ion 1,5% (2007); 3,5% (2008): 5,1% (2009).. les Oemiefs aoooois, bons signaux pour la sortie de Crise..... _~.... XIO. 2-MARCHE Concurrents (offre globale logements).. Particuliefll exclusivement locatives.. PromoteuflI uniquement en vente directe, Prés de 8000 unités/an, entre acteufll ci dessous: _._._--._ _..... _-... ""'" Projet Professioonel 3

12 Soutenance MBA-IP 29 Mai 2007 Segmentation, Axe des revenus,.~_.mtl. ~", Slrlle$ dl rl'lllul ' 1(1 PtOpirtioII dl Hatti.s..rt:MlM 2-MARCHE MII i 150 IXKI 150 i 500 IXKI, SOOOOl "" 39,10% 11,50% "'".. Axes des types de logements (sociaux, économiques, moyen standing, standing) ",, '... _,, :1007, 2-MARCHE ".. Configuration données par le rapprochement:,...,'_..._-... ~_.. ~.~ [1O,000(I12SO.IIOO) [lso.1ioo l '100.Il00) ~ SOO.IIOO, Populalion ayanl moins de F CFA exclues, En'liton 20% de 13 PCIIlUlation peut accéder... 2.'" b... _"... o Projet Professionnel 4

13 Soutenance MBA-IP 29 Mai MARCHE Croissance ~ par gr1iilhique ci-dessous._.., M.., V : l ". " ~ l _ ,"-- ---_._... ~_ '... _ ' - -0-_'" MARCHE.. T encianœ non délenninée _-- Fortement conjoncturel...._---, "... Indicateur de croissance globale (graphique Ci dessous) ~. ' :O... ::." - --,--._-""".-!;..", ':... ::IJI Projet Professionnel 5

14 Soolenance MBA-IP 29 Mai 2007 Analyses: SWOT... ', _ -... ~ 3-5TRATEGIE,- ", -... ',, ~ LnEl..'...:... U""''''''lJL~E,,,,,, _- "- ~ _'0t.< oc oc_.- - _. --.., - "-- -., -,, ,-._... '" il -- - "'--', --- " 3-5TRATEGIE Globale.. Partenariat avec les fournisseurs de travau. el d'éludes.. Petites opérations livrables rapidement, Croissance par a.e valeur (volume constant), Qbiedifs: rnlnlmlset BFR, amorcer couroe d'expérience, bâtir capltat confiance aprés QuelqUes opéfations réussies Marketing.. Produit physique'" service ("Ing'ne" e con,ell 6 la modification" ),. Imitation concept maison evoluuve'... _.~-"-.,."'_ --*,... " rojet Professionnel 6

15 Soutenance MBA IP 29 Mai 2007,. Couverture.._ Ioj 3-STRATEGIE... -, ~ '- ~... _,... >00' " 4-ETUDE FINANCIERE Financement 24% capitaux propres, 76% deite (lans) Configuration bilan économique (montant en millief FCFA) Actifs imlllobilis!s COpilDlL"{ propre BFR 1;6 812 Dette (Jans) Projet Professionnel 7

16 "Soutenance MBA-IP 29 Mai ETUDE FINANCIERE Résultat d'exploitation prévisionnel 4-ETUDE FINANCIERE Marge opérationnelle" 14%, résultat net croit de 88% et 96% Equilibre.""-, :101" rojet Professionnel 8

17 'Soutenance MBA-IP 29 Mai ETUDE FINANCIERE,. besoin de financement additionnel an 3, dette court terme Rentabilité '......, -~,..--':'::'"-"... " 4-ETUDE FINANCIERE Création do valeur pour les apporteurs de fonds ( actionnaire,banleurs) pour cool de capital < 68%.... ~..,",,"... -,~~' ~, ~ " Projet Professionnel 9

18 '"Soutenance MBA IP 29 Mai 2007 S-CONCLUSION,.Objectif, formaliser dans un document une idée,. Opportunité commerciale existante, Nécessité de financement important (BFR), Choix de petites opérations, Viabilité du projet, notamment au plan financier ( création de valeur pour coat capital<68%) car le niveau du TRI constitue un indicateur rassurant " ~' Jj, ILl ;- ", ~,rj ~'1_ ~d ':::"'r, - -,, _. -I-i 1 1,, _1:, T ~, 1,,,,, -b' Projet Professionnel

19 Par Kooon Bar-lhil."'Y YAO IA.,;I ]00; l-initiat EURS DU PROJET Les panenaires-actionnaires initiateur~ du projet au nombre de deux préselllent un profil de double qualification. De fonnation de base en génie civil (Ingénieurs des Travaux Publics). ils ont renforcé leur capacité en management par formation continue. Par ailleurs il~ ont diverses expériences par le bais d'environnements de travail varies. Le tableau ci-dessous résume leur profil. Nom et Prénnm. YAO Konatl Barthélemy Formations Expériences. Ingénieur de. Travaux Publics. Charge de travaux (Colas) (Institut Polytechnique, Yamoussoukro). Ingénieur conseil (particuliers). MBA-IP (Dauphine-IAE. Sorbonne), en. Consultant (Projet). cours. Responsable Technique (PME). Ingénieur des Travaux Publics. RespoMable Technique (PME) DOSSO Zakaria (Institut Polytechnique. Yamoussoukro). Technic(lo-Wmmerci.le (SSIl. OESS Gestion. (JAE poitier) représentant J.D EDWARD) 2-FORME J URIDIQUE ET ACJIONl\'ARIA T Dénommé «Les PROFlMl\e», la fonne juridique choisie est la SARL. L'actionnariat SCra constitué à 51 % des initiateur~ du projet (s ignalés précédemment). D'autres actionnaires potentiels feront panir du tour de table pour boucler le capital social. L'enjeu étant de présenter un dossier bancable du point de vue d'un appon reflétant l'engllgerncnt des actionnaires d'une pan. D'autre pan la détention de la majorité obéit à une sone de balancier pour maintenir le cap de la vision fondatrke du projet en cas de conflit entre actionnaires pour des dtcisions stratégiques futures. J_ENVIRONN[MENT SOCIO-F.CONOl\lIQUE J.l-I'opu lalion Située en Afrique de l'ouest la Côte d'ivoire compte environ 16 millions d'habitants a\'~ un taux de çroissance moyen de 3.5%. Cette population est fortement urbanisée al'cl: un tau:\: de 45%. La répanition par tranche d'ages indique que la population se stratifie comme suit:, Sipmanlle. Prof... ion... t. d. I tmmobili.r,

20 ru, K Q ""~ IJurlloék"", r AO /Am'/ }OO7..,~... [1 5ano.II4anoJ c. &$... Oo,.,.u, ""''''': l,v.~. RGPII l'" La ville d'abidjan, capital économique connaît unc si tuation panicu[ière du fail qu'die abrite [a majeur panie dc l'administration et le tissu industriel de production. Elle se caractérise par environ 2.5 millions d'habitants selon le dernier n..-.::ensement de 1998 progressant li un taux d'environ 4,7<'10. J.2-É:conom ie La Côte d'ivoire a opté dès SOt! indépendance en 1960 pour une l'<:onomie libérale faisant une p.1n imponame à t'initiative priv";'" l1 s'appuyant SUT un code d'investissement très incitateur. Cene politique a valu au pays d'aneindre un taux annuel de croi~sance de 1,1% ju"'lu'au milieu des années 1970 (miracle ;' oiricn'). Cette situation ronfère depuis li ce pays un poids imponant dans I"espace économique ouest afrkain. il représente 40% aussi bien du f'1b que de la masse monétaire de l'espace UEMAO I, l'ace à la détérioration économique survenue au milieu des annees 1980, le gou>'emement de la Côte d'ivoire de l'époque a décidé de ml'ure en place un progmmme de stabilisation et d'ajustement structurel pour 199-l-I996. Une fune croissance a été enregistrée de 1995 à 1998 (avcc Un rythme moyen de 50/.). consecutivement à la dévaluation du franc CFA en 1994 CI la mise en ŒuVre de refonncs structurelles conjuguées au relèvement du cours dl"; matièn.."; premières. Par la suite le pays est entré dans une spirale d'instabilité politique après le coup d'état de Décembre 1999 qui a atteint son paroxysme avec la crise année du 19 septembre t""itul National de Il Stalist;q... Appellation don çro;ssanc<: e"ponentiel[e qu '1 coon... le t"su industriel, Union MontLaire de l' Afiiq... de I"Ü\oesI 9

21 M11~ la situation moro5(' il s'annonce une embellie Ik l"érooomic IIOtammcnl une: emin.nec du PIS du faile des chantiers de la m;omlruction de L' ordre de 1.3% en 2006 'lui devra sc poursuivre cn 2007 pour atteindra 1.5% cl J,S% en 2008 puis 5.1% pour 2009 scion les services du minis t ~re de l'kollomic cl des finances. Le taux d'inflation oscille cntœ 3'Y. CI 4% à l'image de la mo)"cnnc de la!or>e kooomique. Les derniers IICrords signés consti~nl un signal fon pour la son ie dêfinili~' c de 1. crisc qui rrtinc la croissark:c konomiquc. 4 I..E MARCHE La prtsenlc recherche marketing s'cs! appuyu quasiment sur la collecte CI ['anal yse des donn~s Koondaires. En erre! différentes StruclUIl'S ont effectué des études. sbninairn, Iidim sur ~ secletjr. La di\"ersité des sources et leur fiabilité on1 pt"nnit d'extraire des indicateun 6u marche de l'immobilier scion notre centre d' intertl. 4.1 G'Qfr'liJité su r l' habitat Sur la base des résultats du n!cemment gênéral de la population et de!'habiun.1998 (RGPII 98) $eulement 28.4% de la population est propriétaire de son logement à Abidjlll1 ct 71,8% elit Ioeataire. Le nombre de personne par pièces relèl'e que 55,6% des logements abritent moilll de J per$onnes par pièce. 34.6% abritent entre 4 ct 5 personnes et 7,8% des logements abritent entre S et 6 personnes. On observe par ailleurs un nombre de personnes dans une pièce de 2,82 dans les quartiers prkaires contre 1,3 dans les quartiers de standing. La configul1llion du logement en côte d'ivoire $e pn!$enle comme l'indique le tableau 1 ci. dessous qui relève le type de IOiement oceu~ par la population: 10

22 Ty~ de conltruction Abidjan % Côte d 'ivoire % Villa mooeme , ,08 Maison simple , ,SI Logement en bande lb , ,70 Ap!W1ement immeuble ,DJ ,9~ eonceuion , ,88 Cue traditionnelle , ,53 baraque , ,72 Autre' pn!ciser ,30 - -~ ~. ND (non déterminer) , :',.,;1-1'1''- " '.. ri0' ---" -~ SooIra: 1.\'5, RGP" l'lfl 4.2.L..s coneurrenl$ Un fon d~sêquilibre apparaît enlre I"offre de logement CI lei besoins i notamment i Abidjan ou les chiffres du ministère indiquenl besoins lan rqxisentant 40% au plan national. Un peu moins de li 000 logements sont offens par an dont pris de la moitié rele, c du secteur non organisl' çonstitu~ des!w1iculiers 7 ct ~ptratcurs non enregisljts. u promotion immobilière organisl'e regroupe: plus de trente opératcurs dominés par une dizaine (l'cntreprise. De I"offre (l()cati,'cs et en vente dirrcte) faite par ces derniers sur la période il en Tl:iSOn que plus de 25%1 sont Ic fait de eirkj acteurs' qui sonl les plui d)'tlamiqucs du 5«tcur. Ainsi de r~n gn'iphique nous pouvons rrpn!senter l'essentiel du marchl!' Abidjan qui se structure comme l'indique la figure 2 ci-dessous : NoIU nous expri_ m besoins... ns de ngnquc: <1 """ dtmando (solvable).tu point de """ m.or\ce\"'1 ' l'"nn. dei pmliouliers.ii denillk """l... iv.m.n, i la Ioc.ü"" 'Cn 2", "'p... ot"nt SO% 601 offin en V~'" di,«,. produit< pv ln promot<url recensh po, le Ministère ' Cn ""."'1_': SICOOI. BATIM, SI?IM, LAURIERS, ROSIERS 11

23 CInq prlncipaux_ _~.. "",'-!Iiln. e P.fllcul... 1_u.. non "",,~iln, 4.3-TaiU~ el ""mentation Il se pose le problème de la quantifiealion de la demande solvlble de f~ on pticisc lu rrgard du coût moyen des logementl. Mais quelques indicateun nous permenent de conclure à l'uisten~e d'acquéreun potentiels. Il faut pour ce fait panir d'abord des personnes sus(:eptibles d'accéder un pitt bancaire. En effet les chiffres donnent un IIUX de baocar"î$ation de 11 % au plan national soit W1C demande potentiel selon les statistiques de 1,8 millions, La capitale éronomî<juc avo:<; ses 3W. de taw: de barkarisation affiche 1 million d'acqul'reur potentiel. Le marché peut aussi ttre vue sous un angle stratifié au regard de la disparité des revenus ct des offres selon la classification de la gamme des produits. Les données relatives à la répartition des ménages par SITlltes de rrvenu à Abidjan IIOnt dans le tableau Il les suivants : Tlbl.. u 11: IUparti'io...,...," p.. l... u.bt dt ~ n. "'... 1 SlnllleS de n"'enliji < i > Proporllon de ménage! 41,~% 39,70% 12,$0% 6, 3W.., Cette ~omposition oriente quelque peu la tailk des types d'offre destines aw: differrntes cibles qui s'adossent sur les catégories de logements suivantes: logement sociaux, logemenl «onomiques, logement moyen standing ct logement standing. 12

24 Ainsi le coût du logement aant un racleur déterminant dans l'offre du fait des IVllntagn (l«oulant des facililés fiscales ct du bénéfice des mécanismes de financement des acquéreurs. li constitue un élément de segmentation av~c ~n filignlne le niveau de revenu. Du coup la segmentation de la clientèle est perçue à travers les strates de revenus ci-dessus indiquant quatre segments' rappnxher.ux types d'offres, u tableau 111'0 ci-dcssous illustre la confiiw'ltion de cene segmentation qui indique les produits accessibles ct potentiellement deltlalldh pour chaque segment de clients: T. bleau \U, Indlo.llfd.. Iypt. d. lo,tmtnll«... lbl.. pa. [... n~~. ok rn'enu Sociaux Economiques Moym standini Standing N i,' ea~':;,~""':::::::,,,l j Cc tableau nous indique potentiellement La taille de$ différents types d'offre vu le ni,'eau de Je\'enu des populations conditionnant leur pouvoir d'achat. us logements sociaux et économiques s'absorbent plus, suivenlles moyens swidings ct enfin les standings, De fa~on approximative les.services du Ministère de la Construction esliment à environ 20% la proportion des ménages pouvant acquérir le logement par promotion immobilière, Le mardll! peut ~trt vu sous un lulu angle de seinlentalion, il s'agit de Ja localisation des offres notamment' Abidjan où la qullsi lotali\\! des produits esi proposée, 1.& situation Btoiraphique des offres pc:rmct de rel,,'er des sous marchés qui ré,'èlent des lieux de préférences des COTl$Ommateurs, Ainsi SUT la pêriode t les offres des promoteurs à travers différenles communes de la ville se repartissent comme suit dans le tableau d dessous:.. La cellule. "" fond &ri. &UQCienl le n;,' u d. revenu l U Iype de Ioam><nll """... lbtu "",ou potefioeuemen' d."",r.dl., 1..1 ~liul.l moi,,. pir Ilpifi. q.. un ~ du I... nl... fl<'ul y lc<:b:ier, noumm.nl l...'.n... de "",Inl de 1 SO 000 fcfa, 'mo'l Il

25 Projel ProjtSSiO_/. MBA_/P Par Ko""n Banht/emy YAO IA",il ]oo! Toblnu IV: Rf p.. 1ition d ~ l'off... d.ior~_n t par la promo t.~ rs parrommuna de )00 C(lm mun~ No mbre de logements réa li~ en ~. Abobo 5,99 Adjamé 0,85 Coeody 59,88 Koumassi 1.81 Plateau 0.05 POJ1 bouet 2048 Yopougon 28,94,."""rt:t!. /,,.ç. ]00] Il en ressort qkjc deux communcs (Cocody ct Yopougon) absorbent plus de 85 ~. des offres. les marchés locaux y sont plus dynamiques. L 'observation de révolution de l'offre de logement ne révèle pas dairemenl une tendance (à la hausse ou à la baisse) définilive mais indique plutôt une situation fortement CO<ljoncturelie. La figure J ci-dessous montrc la fonne prise sous un double regard: en valeur (montant invcstit) ct en volume (nombre de logement produit).... ; "'". } ".,, """,..,.., o ~ l00'j o Ncmt>re de "".""" inlestlssemnl en ",gom~ Inn'. 1 J "

26 Proj" ProfoJsiO<lNI. MBA -Ir Par K"""n Barthél.my r AO IA,,;I ]007 Une seconde observation sous l'angle de la proportion des ménages ayant acquis un toit par le biais d'une opération immobilière indique quel ques pcu la erqis>ance de ce marché ( ). La ligure 4 ci-dessous présente r évolution sur la période , ~1g ~ro ~ : Proportion d. monak"... <uput.. IoI, mu t ""quis par prom" tio. immo bil;or. j '.! O.- j 0,60% % "" Ann6e ",. Ihmllh>...,,"~.- Itv.~. ](HU OUlre le caractère conjoncturel signalé, l'existence (voir la pérennité) du marehé tire Sa source de facteurs éeonomiqucs ct sociodémographiques qui constituent des éléments structurels entretenant le besoin ct donc la demande r acteurs konomî'iues Ces facteurs constituent la faceue indiquant (ou innuençant) la c-apacité d'achat des demandeurs. Ils se fondent sur la >anté de l'écoilomie nationale Cl aussi sur la possibilité de financement du secleur, notamment les acquéreurs. Aussi faul-il ajouter les mesures incitatives fiscales" instrumc11ialisécs par les pouvoir publics qui dynamisent le secteur. Une app«'ciation de révolution de l'économie el de l'inveslissement dans le secteur pcnne! de poner un jugement. Nous présentons ci-dessous une ligure 5 comparant révolution des in\'cslisscments du secteur Cl cclie du PIB national: " Voir ~ annexc 1 15

27 , o.~ 0.= O. '~ O~,_,_ '\lut,_,_ :2 2OXI3 ôioo'i.n... Ill'e$$Of1 une progression en dent de scie en terme d'offre mais des points nous indiquent que l'environnement éoonomiquc el la stabilité conslium:nt des ~lémcl1i S catalyseurs. Un point aussi imfxlltant stimulant pour la demande concerne l'inflation dans le secteur. En effet forte est de consulter que le cool du loyer augmente de façon régulièl"t' pour les ménages. Cene situation (:(Induit Sl:lon Ics moyens à une pn!réf'cnce pour La propriété pour s'ej(uliirc de se ~ne ; c'est le cas des jeunes cadres qui $Ofl\ ainsi portés, 'er1 l'acquisition de logf.!fllcnt dés les premières années de leur carrihe. La figure 6 ci..<jessous présente révolution de l'indice de prix du logement de Va; une base 100 en ~.~ t '00 1 ~ 1 ~ ~ ~ = =

28 "*' ~/. MIlA /P L'on noic une ~r(lissançe f!\!qucme du çoûts du loyer qui est un façteur explicatif de la p!\!fércnce pour l'iccession il la p rop r iét~ Facteun so<:io dimo,raphiquh Ces facteurs sont la!\!sultantc des mutations globales de la société. La croi$$ançe de la population (J.5%) çouplée avec l'urbanisation ( 4 5 ~.) est le prc mie r indicateur de 1. pércnnité du brsoin. Des él~mcnts dnerminants liés au mode de vie sont aussi ",lever : l'individualisme, la limitation des naissances. la valeur ou symbole anacm la propriété immobilitrc. A ces éléments endogènes il f~ul ajouter 1,111 facteur cxogêne non négligeable, le nul': migratoire qui est relativement imponlllt en Côte d [voire. 5-ETUDE TECII NIQUE L.a vi abil ité d'un projet tient outre mesurc à sa faisabilité technique. De cc fail noire anal yse du secteur nous permet d'esquisser ici [es facteurs concourrant, [a possibilité de misc en cru"rc au plan teehllique de notre projet. Il,.agit de faire une lucarne sur nqw processus de produclion d'u/lc part CI d'autre part de sc ra$$urer de 1. disponibilité des brsoins en inputs et autres moyens de production Mode de Ilroductio n L.a ria[isalion des opél'llliol1$ sera enliërement sous-tnitéc i des o~rateurs du secteur. En eftet J"cxistcnce d'un ti ssu de PME tl consac!\! à la construction ayant Mjll des rc[ations éprouvées IVe(: ICI acteurs de [a filière nous conduit Il cc choix. Ceue option!\!pond Il la nalure de ['activité qui doit s'adouer, çe typc de pane""ri.t pour alléger son besoin de filwk:~nt. Dans cc scéttario une priséltclion sen r.ile pour COII5Iituer un pool de soustraitants dont [es capa<:ito techniques et financitres sont l''er<<s pour bltir un panenariat, levier de performance (coût, délais, qualité). Le suivi sera ISSU!\! par [e personnel interne en vue de palier à tous dysfonctionnements dans [a!\!a[isation des travaux, " PC1ite C1 MOY.MU Entrtprilu "

29 hojt, ~/, MBA_/P 5. 1 _ 0 ispo ni bil i t ~ d~ inp" ts La prodllelion foneihe depuis 2004 dans la filiere l4!gale regrollpe les acteurs autoriks : minist~re en ch~ de l'iirblnisme. SICOGI. AGEF. amé1llgellrs, promoteurs. L'EIaI à travers l'agef ll n'arrive phu eonstitll~ des rtsel'\'cs ur les propriétaires ~ftre nt se tourner vers les opérateu" privés, Celle prtférence esi liù à la modicité des indcmnit~s de purge des droits colltumiers CI 811 délai de paiement lrop long, (Voir Annexe 2) On estime aujourd'hui I"extension annllelle de la ville d'abidjan' pills de 400" hectares par an sc faisant de plus en pills au nord (Abobo), j, l'ouest (Yopougon) et \'Cf$ l'est (Cocody), Ainsi la disponibilité fondere maigri la pression ne pose pas Wl problcme majellr VII l'extension pêriphériqlle possible, le \ableau V ci-dessous nous indiqlle les surfaces exploitées par les promoteurs il Abidjan sur Sans (19' ) : TlblH W V : Str rl... dt rroln IU"," PO'... prornor.urs Immobilie rs PO' <omm... dt 1" %_1000 " "";;;;;;;;;: 'N' Ces chiffres nolis donnent une mo)'enne annuelle d'environ 50 ha exploités par les promoteurs SUI une production de 400 ha. le potentiel foncier POli' la ville d'abidjan est donc exisw1t. " AiHo<""" Gntion Fonc... MiniSim dt la ComIl\lC.ion. MiBil!m dt t'&<>nomie el dei FilWl<Os, Docum.mt de Travail Sbninain.1II' le Financ... n. de l'habit.. SoI:i.1 el Economiq"", H61.II~i.. (ClK< d't",i.. ) Juill.. 200' "

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Guide d élaboration du business plan

Guide d élaboration du business plan Guide d élaboration du business plan Vous avez un projet d'entreprise innovante, Sherpa Finance, structure du Groupe SAHAM, dédiée à l'accompagnement des porteurs de projet et à la promotion de la création

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés.

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés. - 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1 Objectif(s) : o Evaluation de la variation de la trésorerie d'exploitation ; o Encaissements et décaissements. Pré-requis : o Etre capable de distinguer

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

Le taux d'actualisation en assurance

Le taux d'actualisation en assurance The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 265-272 Le taux d'actualisation en assurance par Pierre Devolder* Introduction Le taux d'actualisation joue un role determinant dans Ia vie

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014

TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014 9. TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014 Aménagements apportés par la loi de finances pour 2014, rappel du dispositif et actualisation des valeurs plafonds... L

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 1 : Présentation de votre projet 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

PRINCIPES DE GESTXOY. ljectifs : thodes pédagogiques. CNJTL D'ENSEJ GNEMEhTT. * Travaux de réflexion personnelle

PRINCIPES DE GESTXOY. ljectifs : thodes pédagogiques. CNJTL D'ENSEJ GNEMEhTT. * Travaux de réflexion personnelle CNJTL D'ENSEJ GNEMEhTT PRNCPES DE GESTXOY,leau : L Fondamentale et appliquée - Mention Gestion lume horaire : Cours 4 H ; TD 3 H mbre de crédits : 04 ljectifs : :ours de Principes de gestion vise trois

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux L'INTÉRÊT COMPOSÉ 2.1 Généralités Un capital est placé à intérêts composés lorsque les produits pendant la période sont ajoutés au capital pour constituer un nouveau capital qui, à son tour, portera intérêt.

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

LE PETIT PROPRIETAIRE

LE PETIT PROPRIETAIRE Prospectus concernant les prêts hypothécaires sociaux accordés par la s.a. LE PETIT PROPRIETAIRE agréée par la région Bruxelles-Capitale inscrite en vertu d'une décision de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise 1. INTRODUCTION Chapitre 2 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE D UNE ACTIVITE Une fois la segmentation stratégique conduite et les segments identifiés, la démarche de l analyse stratégique passe à sa deuxième

Plus en détail

Sommaire. Le RSA, c est quoi? 4. Qui peut en bénéficier? 5. Mes droits. Mes obligations et engagements. La commission RSA 10

Sommaire. Le RSA, c est quoi? 4. Qui peut en bénéficier? 5. Mes droits. Mes obligations et engagements. La commission RSA 10 mode Notes Sommaire Le RSA, c est quoi? 4 Qui peut en bénéficier? 5 Mes droits l L allocation RSA l L accompagnement Mes obligations et engagements l Mes démarches d insertion l Mes démarches administratives

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT 1- Présentation. Le budget des investissements est concerné par deux catégories de projets : Les projets importants dont les effets financiers

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 3 : Les taux d intérêt Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Février 2012 Préambule «Le taux d intérêt est la rémunération de l

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE 1 Le dossier de candidature proposé par l Ecopôle Périgord Aquitaine ne constitue pas un cadre rigide et doit bien entendu être adapté au projet de votre entreprise.

Plus en détail

ANALYSE D'INVESTISSEMENT IMMOBILIER

ANALYSE D'INVESTISSEMENT IMMOBILIER ANALYSE D'INVESTISSEMENT IMMOBILIER 9 NOVEMBRE 2009 PRÉPARÉ PAR : 9, rue Chayer, Mascouche Québec, J7L 3H9 s.gariepy@devimo.ca 514-282-6669 DEVIMO inc. 16plex Montréal, Québec Sommaire 16plex, Montréal

Plus en détail

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats»

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» PHASE I : FORMATION COLLECTIVE PHASE II : ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL PHASE I PROGRAMME DE FORMATION FINANCE PME «Mieux maîtriser la

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

Devis de Construction Canada

Devis de Construction Canada États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2011 Table des matières Rapport de l'auditeur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État de l'évolution des actifs nets 4 État des résultats 5 États

Plus en détail

Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard

Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard Document réalisé par le Conseil général du Gard Direction du Développement de l Economie et de l Emploi Juin 2012 Conseil Conseil PACTE NACRE

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Brochure explicative sur la Vente en Viager en Belgique

Brochure explicative sur la Vente en Viager en Belgique Brochure explicative sur la Vente en Viager en Belgique I. Qu est-ce que le Viager? «Viage» en vieux français signifie Temps de Vie. Le contrat du viager est défini par l article 1964 du code civil comme

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

Le conseil en financement

Le conseil en financement ACTUALITE JUIN 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT LE PROJET IMMOBILIER ET SON FINANCEMENT L opération immobilière est un projet important de la vie : Comment acheter, ou faire construire?

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

LES CLEFS DU FINANCEMENT. Comment bien préparer sa demande de financement?

LES CLEFS DU FINANCEMENT. Comment bien préparer sa demande de financement? LES CLEFS DU FINANCEMENT Comment bien préparer sa demande de financement? LES CLEFS DU FINANCEMENT Dolène MINATCHY Déléguée Commerciale Professionnels BRED BANQUE POPULAIRE Marcelino BUREL Président de

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Bien présenter son dossier de création/reprise à son Banquier

Bien présenter son dossier de création/reprise à son Banquier Bien présenter son dossier de création/reprise à son Banquier 1 Financer la création/reprise de son entreprise Plan Introduction Les financements moyens longs termes classiques Le Prêt Bancaire aux Entreprises

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

La vente d immeuble en l état futur d achèvement

La vente d immeuble en l état futur d achèvement La vente d immeuble en l état futur d achèvement La Vente en l état futur d achèvement (VEFA), communément appelée «achat sur plan», ce qui résume son objet, est le contrat par lequel une personne, l acquéreur,

Plus en détail

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE Objectif d'une étude de sol sur site L'objectif d'une étude de sol d'avant projet de construction (étude géotechnique G12.) est de définir ta contrainte ou portance

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

L'an deux mil quatorze Et le vingt un octobre

L'an deux mil quatorze Et le vingt un octobre KF/TOE REPUBLIQUE DE CÔTE D'IVOIRE COUR D'APPEL D'ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D'ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE Du 21/10/2014 RG N 2848/14 Affaire : LE CREDIT IMMOBILIER DE FRANCE RHONE ALPES AUVERGNE, (C.LF.R.Â.Â.)

Plus en détail

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 Document autorisé Néant Matériel autorisé Aucun matériel n est autorisé. En conséquence, tout usage d une calculatrice est interdit

Plus en détail

GENIE STATISTIQUE GESTION DES RISQUES ET INGENIERIE FINANCIERE MARKETING QUANTITATIF ET REVENUE MANAGEMENT

GENIE STATISTIQUE GESTION DES RISQUES ET INGENIERIE FINANCIERE MARKETING QUANTITATIF ET REVENUE MANAGEMENT Remarque : Tous les cours sont en français, sauf contre-indication. Pour des traductions anglaises des titres, des descriptifs, et plus de renseignements, consultez l intégralité du Programme des enseignements

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

Maid2Clean est intéressé à parler aux personnes intéressées de licence Master au Canada.

Maid2Clean est intéressé à parler aux personnes intéressées de licence Master au Canada. Licences Maid2Clean Master Franchise au Canada Qu'est-ce qu'un Master Franchise? Un Master franchise est où une des franchises qui a un système éprouvé dans un pays (EG Maid2Clean au Royaume-Uni) propose

Plus en détail

[ ] u Une réponse du banquier sous 15 jours u Une motivation de refus de prêt. Dossier de financement modélisé

[ ] u Une réponse du banquier sous 15 jours u Une motivation de refus de prêt. Dossier de financement modélisé SPéCIAL TPE l SPéCIAL TPE l SPéCIAL TPE l SPéCIAL TPE l SPéCIAL TPE [ ] Crédits bancaires tpe de moins de 25 000 euros Les engagements : u Une réponse du banquier sous 15 jours u Une motivation de refus

Plus en détail

Montage et Financement d une acquisition

Montage et Financement d une acquisition Montage et Financement d une acquisition Philippe GALLEGO Chargé d affaire au centre d affaire du CIC de Meaux Animateur : Jean-Baptiste DREVET-DUPRE CCI Seine et Marne Conseiller en reprise et transmission

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA D UNE INTERNET SUR PUBLIÉ PAR

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA D UNE INTERNET SUR PUBLIÉ PAR L OBSERVATOIRE DES E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES A LA D UNE INTERNET ASSURANCE SANTÉ SUR PUBLIÉ PAR QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier, filiale d Alptis Assurances.

Plus en détail

Management partie 2 : Marketing

Management partie 2 : Marketing Management partie 2 : Marketing Marketing 1. L'approche marketing S'est le contexte économique qui a induit la fonction marketing. Elle est née des contraintes que rencontre l'entreprise sur son marché,

Plus en détail

Le CESAG a pour mission de contribuer, par la formation, la recherche et le conseil, au renforcement des

Le CESAG a pour mission de contribuer, par la formation, la recherche et le conseil, au renforcement des Mission du CESAG Le CESAG a pour mission de contribuer, par la formation, la recherche et le conseil, au renforcement des capacités de gestion dans la sous-région. Il met à la disposition des économies

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Agadir-Maroc 15 décembre 2007 Thierry LONGEAU www.alcantis.fr Thierry LONGEAU Dirigeant du cabinet Alcantis Experts en systèmes d informations et de gestion

Plus en détail

LE MARCHÉ DES BUREAUX DE L'AGGLOMÉRATION DE TOURS

LE MARCHÉ DES BUREAUX DE L'AGGLOMÉRATION DE TOURS 200 OBSERVATOIRE DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE LE MARCHÉ DES BUREAUX DE L'AGGLOMÉRATION DE TOURS en compte propre au sein de l'agglomération de Tours Sommaire & Chiffres clés Editorial 200 : Une année de

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé

Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé complétant la formule "Demande de versement anticipé" dans le cadre de la loi sur l'encouragement à la propriété du logement.

Plus en détail

SUJET N l CORRIGE. Mai 120 30 250 280 160 220. Mai 120 ) 170-170 50 110

SUJET N l CORRIGE. Mai 120 30 250 280 160 220. Mai 120 ) 170-170 50 110 SUJET N l CORRIGE Question 1 : Le candidat doit pouvoir présenter les deux types de coût et leurs origines. STOCK => 2 types de COUTS COUT DE PASSATION est déterminé par l'analyse des charges liées : o

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs Termes de Références pour le Recrutement de consultantsformateurs Projet : Soutenir la transition postcrise et l amélioration de la cohésion sociale en initiant une dynamique de réintégration socioéconomique

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens FEDER 2014-2020

Programmes Opérationnels Européens FEDER 2014-2020 Page 1 Axe Objectif thématique (art. 9 Règ. général et Règ. FEDER) Objectif Spécifique Priorité d'investissement (art. 5 Règ. FEDER) Intitulé de l'action Guichet unique / Rédacteur Axe 1 : investir dans

Plus en détail

Partie 1 : Évaluer le marché

Partie 1 : Évaluer le marché Partie 1 : Évaluer le marché 1.1 Établir un diagnostic de ces 2 segments. Conclure Remarques préliminaires : Forces : Faiblesses : utiliser la matrice SWOT la conclusion doit tendre vers un élargissement

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

Identifiant unique : N CIN Etablissement universitaire Gouvernorat Délégation

Identifiant unique : N CIN Etablissement universitaire Gouvernorat Délégation Identifiant unique : N CIN Etablissement universitaire Gouvernorat Délégation M O N E N T R E P R I S E P L A N D A F FA I R E S P R O M O T E U R S T R U C T U R E D A P P U I D A T E : M O I S / A N

Plus en détail

7 ème Salon de la Transmission de Cabinet

7 ème Salon de la Transmission de Cabinet 7 ème Salon de la Transmission de Cabinet 21 septembre 2012 Evaluation et financement : le point de vue du banquier Salon de la Transmission ROUEN, le 21.9.2012 2 Evaluation et financement 1. Valeur financière

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC»

Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC» Dispositif de soutien à la rénovation BBC des immeubles de logements en copropriété Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC» 1 Contexte Nantes Métropole s'est fixé comme objectif, en

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT

LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT Contrat de Réservation...2 VOTRE DOSSIER DE FINANCEMENT...3 LA SIGNATURE DE L'ACTE DE VENTE...4 DURANT LA CONSTRUCTION....5 Les Appels de Fonds...6 Les Visites du

Plus en détail

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur?

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? V3 4 juin 2015 CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? Préambule : une première version de cet article a servi pour amorcer la réflexion collective engagée le 22 mai dernier. Cette troisième

Plus en détail

Le Prêt Social de Location Accession PSLA

Le Prêt Social de Location Accession PSLA Le Prêt Social de Location Accession PSLA LES OBJECTIFS Favoriser l accession sociale à la propriété Faciliter le parcours résidentiel Permettre aux ménages à revenus modestes de devenir propriétaires

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

BUSINESS PLAN BANQUE ET CAISSE D'EPARGNE DE L'ETAT LUXEMBOURG

BUSINESS PLAN BANQUE ET CAISSE D'EPARGNE DE L'ETAT LUXEMBOURG BUSINESS PLAN BANQUE ET CAISSE D'EPARGNE DE L'ETAT LUXEMBOURG SOMMAIRE 1. L'ENTREPRISE 2. DESCRIPTION DU PROJET 3. DIAGNOSTIC DE L'ENTREPRISE 4. PLAN DE FINANCEMENT 5. PLAN D'EXPLOITATION PREVISIONNEL

Plus en détail

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE Royaume du Maroc DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE 1 Le rapport d un diagnostic stratégique est un rapport d expertise, il représente la synthèse des informations

Plus en détail

inférieur par rapport aux créances de tous les autres créanciers et ne seront remboursés qu'après règlement de toutes les autres dettes en cours à ce

inférieur par rapport aux créances de tous les autres créanciers et ne seront remboursés qu'après règlement de toutes les autres dettes en cours à ce Règlement grand-ducal du 10 janvier 2003 portant modification du règlement grand-ducal du 14 décembre 1994 pris en exécution de la loi modifiée du 6 décembre 1991 sur le secteur des assurances et précisant

Plus en détail

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 1. Mandat et objectifs La Commission canadienne des grains a été créée en 1912. Elle est l organisme fédéral qui administre les dispositions de la Loi

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier Solution globale et intégrée qui couvre l'ensemble des principaux aspects de la gestion des projets immobiliers. Depuis l'étude d'une

Plus en détail

Financer son propre logement

Financer son propre logement Financer son propre logement Plan de la présentation : fonds propres fonds propres Page 2 Comment devenir Quelles sont les étapes du d un logement? fonds propres 1. Etablissement d un budget (quel loyer

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Découvrir rapidement la création d'une entreprise

Découvrir rapidement la création d'une entreprise Découvrir rapidement la création d'une entreprise Pour construire un projet de création d'entreprise et augmenter ses chances de succès, il est recommandé d'agir avec méthode en respectant des étapes chronologiques.

Plus en détail