Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE"

Transcription

1 Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE

2 sensibiliser Citer de situations où la ressource est rare, les contraintes possibles :! Un espace limité pour ranger ses vêtements, un temps restreint dans la journée pour faire beaucoup d activités la rareté relative est celle des éléments qui sont reproductibles :qui peut évoluer selon l'intensité des efforts éventuellement pour reproduire et accroître le nombre et/ou la disponibilité!

3 I) Les choix dépendent de l utilité des biens A)De la rareté des ressources aux choix des individus 1) La rareté des ressourcesdocument1p14 Q1) Une ressource c est ce qui peut être utilisé pour produire autre chose d après P Krugman. Les ressources comprennent la terre y compris l eau les matières premières et énergétiques, le temps de travail offert par les travailleurs, le capital comme les machines,le capital humain c est à dire les travailleurs selon leur niveau d éducation et de qualification.

4 Document1 suite Q2) La rareté des ressources signifie que les ressources ne sont pas suffisantes pour assurer les besoins des hommes. Le temps de travail est limité.donc les richesses créées sont aussi limitées. Q3) Les ménages et la société doivent faire des choix car il est impossible de

5 Document1 suite de satisfaire tous les désirs. Q4) L économie est l étude de la manière dont la société gère les ressources rares selon GN Mankiw et MP Taylor

6 La rareté concerne les ressources disponibles pour produire les biens et services qui permettront de satisfaire les besoins et aspirations des individus, qu il s agisse des ressources naturelles, des biens de production ou de la quantité de travail dont dispose une société à un moment donné. De ce fait, et alors que l on considère généralement que les aspirations sont illimitées, il n est pas possible de produire de tout en quantité illimitée, ce qui pose la question de l allocation des ressources et de la répartition des biens et services.

7 Tout choix impliquant un renoncement, le coût de ce renoncement est pris en considération par l analyse économique sous le terme de «coût d opportunité»., ce concept indique que, dans un monde de rareté où il est impossible de tout obtenir à la fois, toute décision implique un sacrifice, un manque à gagner ; il est d une portée très générale et s applique à tous les arbitrages, qu il s agisse des choix des individus, des entreprises, des pouvoirs publics.

8 Des arbitrages Face à la rareté, les individus et sociétés sont contraints de faire des choix et donc de réaliser des arbitrages : la science économique est l analyse des choix rendus nécessaires par la rareté des ressources

9 Condillac fait le lien entre rareté et utilité et consécutivement entre utilité et valeur La rareté d'un élément, appréciée en regard de l'intensité du besoin qu'il peut satisfaire,de l'utilité et de la capacité qu'il représente pour satisfaire ce besoin,influence de manière déterminante sa valeur.

10 La démarche de l économiste Pour étudier le comportement des agents face à ces choix, et afin de dégager des éléments de compréhension et d interprétation, les économistes posent des hypothèses et proposent des représentations partielles de la réalité, autrement dit élaborent des «modèles». La démarche peut être illustrée par les choix auxquels sont confrontés les individus en matière de consommation ou d usage de leur temps.

11 2-L utilité varie selon la rareté du bien. L abondance est le contraire de la rareté.. L utilité de l eau dépend de sa rareté : elle est plus utile «dans un lieu aride». L utilité et la valeur d un bien dépendent de sa rareté, mais assez paradoxalement la valeur ne dépend pas de l utilité

12 3 L utilité varie selon la quantité document1 p16 l utilité totale et l utilité marginale Q1.L utilité totale de Claire quand elle consomme 4 parts de pizza par rapport à son utilité quand elle consomme 1 part de pizza : 48/15 ou 3,2 Consommer 4 parts de pizza procure une satisfaction 3,2 fois supérieure à celle obtenue par une part de pizza. Q2. L utilité totale n est pas toujours croissante elle diminue après la 9 ème part de pizza car la satisfaction du consommateur n augmente pas indéfiniment

13 Document1 p16 suite Q3) Quand les quantités de parts de pizza augmentent l utilité marginale l utilité due à la dernière part de pizza consommée diminue :15 pour la première part de pizza,7 pour la cinquième,1 pour la huitième

14 conclusion Prenons l exemple de l eau.donc chaque verre supplémentaire augmente notre satisfaction, mais de - en fortement L utilité marginale est donc la satisfaction apportée par un verre supplémentaire.

15 L utilité totale est la satisfaction apportée par tous les verres d eau bus (le 1er, le 2e, etc.) alors que l utilité marginale est la satisfaction apportée par le dernier verre bu. L utilité marginale est décroissante car chaque verre bu en plus apporte une satisfaction de moins en moins forte. Mais elle est positive car on suppose que chaque verre supplémentaire augmente, même un minimum, notre utilité totale. La somme des utilités marginales est égale à l utilité totale.

16 B)Les choix dépendent des contraintes budgétaires 1-Les choix dépendent du budget 1) les choix dépendent des prix Prix relatif : Le prix relatif de deux biens est le prix du bien en quantité de l'autre bien. Si un DVD vaut 16 et qu une place de cinéma coûte 8 alors le prix relatif d un DVD équivaut à 2 places de cinéma Prix nominal :C'est le prix exprimé en unités monétaires.prix réel :C'est le prix d'un bien, compte tenu de l'effet de l'inflation. Le prix relatif du tabac correspond au prix nominal du tabac divisé par l'indice général des prix

17 2) Les choix dépendent du budget la contrainte budgétaire : la limite imposée par les revenus et les prix des biens et services aux possibilités de consommation pour un individu ou un ménage Appelée aussi droite de budget, n'est rien d'autre que le revenu dont dispose le consommateur lui permettant d'acheter des biens dont les prix sont inférieurs à son revenu. L'agent économique considère donc le budget comme une contrainte, les produits sont dans une situation concurrentielle

18 Explications document2 p16 Q4) M Martin ne peut pas partir 6jours au ski et 3 jours à la mer: cela lui couterait 1500 euros alors qu il ne dispose que de 1000 euros. La combinaison 6,3 n est pas située sur la droite de budget. Il peut partir 4 jours au ski et 2 jours à la mer: cela lui coute 1000 euros. La combinaison 4,2 est bien sur la droite de budget. L équation de la droite de budget est 1000 = 200 x nombre de jours de ski x nombre de journées à la mer/200+5

19 Document2 suite Le nombre de journées au ski dépend donc du prix relatif d une journée à la mer par rapport à une journée de ski et du budget dont dispose M Martin divisé par le prix d une journée au ski.

20 le consommateur n'a pas de marge de manœuvre, il lui est impossible de dépasser son budget. Le panier de consommation optimal est celui qui maximise son utilité, sa satisfaction. Avec cette représentation on visualise les possibilités de consommation, la satisfaction selon les quantités consommées de deux biens (il ne peut consommer plus de l un qu en consommant moins de l autre.

21 Document2 suite Q5) M Martin n est pas rationnel s il décide de partir 3jours au ski (cout 600 euros) et un jour à la mer (cout 100 euros). Il dépense 700 euros alors qu il pourrait dépenser 1000 euros. La combinaison3,1 n est pas situé sur la droite de budget. Mr Martin ne maximise pas sa satisfaction sous sa contrainte budgétaire

22 Document 2 suite Q6) La contrainte budgétaire dépend du budget du consommateur et du prix relatif des biens ou des services consommés

23 document2 1. Point A : l individu consacre tout son revenu (1 000 ) à consommer des pizzas, soit 100 pizzas à 10 pièce. Point B : l individu consacre tout son revenu à consommer du Pepsi, soit 500 verres à 2 pièce. Point C : l individu décide de dépenser ses de revenu en consommant 250 verres de Pepsi (soit 2 x 250 = 500 ) et 50 pizzas (soit 10 x 50 = 500)

24 Document2 suite 2. La contrainte budgétaire est de 1 000, c est le montant maximum que l individu peut consommer (mais il n est pas obligé de tout consommer, il peut aussi épargner). 3. Le triangle AOB représente tous les choix possibles de consommation pour l individu : s il se situe sur la droite AB, il consomme tout, s il se situe dans le triangle, il ne consomme pas tout.

25 . II)Les échanges marchands permettent de se procurer tout ce dont on a besoin A) L interdépendance et l échange

26 1)La nécessité des échanges marchands selon Adam Smith Q1. La division du travail signifie, d après ce texte, que chacun, dans une société, est spécialisé dans une activité particulière : l un produit des arcs, l autre du bétail.

27 Q2. En se spécialisant, les hommes deviennent efficaces dans leur activité, échangent ce qu ils produisent soit contre d autres marchandises (troc), soit contre de la monnaie (échange marchand), pour ensuite acquérir d autres marchandises. Chaque individu est alors plus riche en se spécialisant. C est donc par «calcul d intérêt» que les hommes se spécialisent : ils y sont gagnants économiquement.

28 Q3. Il y a entre les hommes une «diversité de talents» qui est mise à profit par la division du travail et les échanges. Selon Smith, les individus sont mus par un penchant naturel à échanger, d où la division du travail pour pouvoir échanger ce que l on a produit (et donc satisfaire ce penchant naturel) ; Cette division du travail s appuie sur la «diversité de talents», c est-à-dire les différences entre individus. Cela crée une interdépendance.

29 Adam Smith Q4. La division du travail peut s exercer aussi au sein d une entreprise (taylorisme) et également entre les nations : les unes produiront des denrées agricoles, les autres des produits industriels par exemple. Adam Smith a lui-même perçu ces différentes dimensions de la division du travail, avec l exemple de la manufacture d épingles (division dans l entreprise) et la théorie des avantages absolus

30 se spécialiser dans la production où le pays est le meilleur et acheter le reste..>division entre les nations). Exemple :Un jour de travail par homme actif permet de produire une certaine quantité de produits.! Quelle est la production mondiale de blé et de textile en l'absence de commerce international? La production mondiale de blé est de 3 unités, celle du textile est de 10 unités en l'absence de commerce international.

31 Supposons que chaque pays se spécialise où il dispose d un avantage absolu quel bien sera produit par chaque pays et en quelle quantité? Les Etats unis vont se spécialiser dans la production de blé et pourront produire 4 unités (le travailleur du textile abandonne son travail pour travailler dans l agriculture), La Grande Bretagne va se spécialiser dans le textile et va produire 12unités Ainsi, la division du travail apparaît comme un élément essentiel pour comprendre l ensemble des mécanismes qui sont à l origine de l apparition du capitalisme et de la grande industrie dans nos sociétés.

32 2)- les moyensselon Adam Smith : 1er moyen d augmenter la production est de diviser le travail. 2nd moyen d enrichir la nation est de laisser les individus s enrichir ; car en oeuvrant pour leur intérêt personnel, ils enrichissent naturellement la nation toute entière ; c est la fameuse notion de «main invisible». pour s enrichir, les individus doivent créer des activités, qui profiteront à toute la société. 3ème moyen pour s enrichir consiste à se procurer les produits au meilleur prix. Sur le marché intérieur, cela est possible par la concurrence que se livrent les différentes industries. Il est également possible d acheter à l extérieur ce que le marché intérieur ne peut offrir à un prix plus bas. Smith préconise donc le libre-échange entre les nations.

33 B)La spécialisation favorise l efficacité et les gains à l échange Avantages de la spécialisation En exerçant toujours la même activité, on devient très habile, les gestes deviennent presque automatiques, ce qui rend le salarié plus efficace, plus productif : il réalise, pour un même temps de travail, plus de production. Inconvénients Avoir toujours la même activité peut devenir lassant, ennuyeux, voire déqualifiant. Le salarié met alors moins de cœur à l ouvrage, ce qui peut devenir contre-productif

34 Ricardo David Dans la théorie des avantages comparatifs (de David Ricardo), la spécialisation est la capacité d'un pays à concentrer sa capacité de production sur un type de biens pour lequel sa compétence est la meilleure ou la moins désavantageuse.

35 B) La spécialisation favorise l efficacité et les gains à l échange Tout le monde est il gagnant à l échange? 732,8 x3,9 Selon la cnuced 87 % Gagnante perdants exportations

Modèle de flux d échanges

Modèle de flux d échanges Modèle de flux d échanges La théorie des avantages absolus et comparatifs Département du Commerce et du Tourisme (OEA) Présenté par Valérie Lacarte Juin 2008 Structure de la présentation 1) Contexte 2)

Plus en détail

Objectifs de savoir : définir les termes salaire et profit / donner la décomposition des revenus primaires

Objectifs de savoir : définir les termes salaire et profit / donner la décomposition des revenus primaires ECONOMIE - THEME N I : LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES PLAN Sensibilisation p.3 Méthodologie (proportionnalité) p.3 1. Dans un monde aux ressources limitées, comment faire des choix?

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES.

CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES. PREMIERE PARTIE SCIENCE ECONOMIQUE CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES. Section 1: Comment représenter l'économie? Nous allons montrer dans cette section que la représentation

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

Les fondements théoriques du libre-échange. Remy Katshingu

Les fondements théoriques du libre-échange. Remy Katshingu Chapitre 2 Théories explicatives des échanges internationaux Les fondements théoriques du libre-échange Remy Katshingu 1 Introduction Ces théories essaient de donner une réponse logique gq à la question

Plus en détail

Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève

Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève 1 - Des échanges indispensables Document 1 : Pourquoi échangeons-nous? Pourquoi des échanges internationaux? Drôle de question Effectivement

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

L avantage comparatif

L avantage comparatif L avantage comparatif Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année The theory of comparative advantage is the only result in social science that is

Plus en détail

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Sandra Nevoux Sciences Po Jeudi 24 Septembre 2015 1 / 49 L'essentiel à retenir 1 Revenu et consommation 2 3 4 5 2 / 49 Courbe d'expansion d'engel

Plus en détail

Chapitre 2 L économie et l échange

Chapitre 2 L économie et l échange Chapitre 2 L économie et l échange Pourquoi vivre en société? Plan du chapitre Spécialisation : quels sont les causes de la «division du travail»? Apprentissage : l intérêt dynamique de la spécialisation

Plus en détail

Le modèle ricardien: les avantages comparatifs

Le modèle ricardien: les avantages comparatifs Le modèle ricardien: les avantages comparatifs - modèle très simple - résultats non triviaux sur la spécialisation internationale - message: explique pourquoi les pays très différents ont intérêt à commercer

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information Université de Cergy-Pontoise Licence d économie et de Gestion Parcours : Economie et finance, Economie et mathématiques. Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011 TD 4 : Asymétries d information

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

ECHANGE INTERNATIONAL ET CROISSANCE : L ANALYSE DE D RICARDO

ECHANGE INTERNATIONAL ET CROISSANCE : L ANALYSE DE D RICARDO ECHANGE INTERNATIONAL ET CROISSANCE : L ANALYSE DE D RICARDO I. D Ricardo et la théorie des avantages comparatifs A. L auteur des «principes de l économie politique et de l impôt» 1817 1. Biographie, contexte

Plus en détail

1 ère Année Sciences Economiques et de Gestion

1 ère Année Sciences Economiques et de Gestion COURS INTRODUCTION A L ECONOMIE 1 ère Année Sciences Economiques et de Gestion Ridha CHKOUNDALI UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS 2006 Introduction à l Economie Ridha CHKOUNDALI

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Séquence 1. Les grandes questions que se posent les économistes. Sommaire

Séquence 1. Les grandes questions que se posent les économistes. Sommaire Séquence 1 Les grandes questions que se posent les économistes Sommaire 1. Dans un monde aux ressources limitées, comment faire des choix? 2. Pourquoi acheter à d autres ce que l on pourrait faire soi-même?

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1

P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1 Les instruments de la politique commerciale - tarifs: source de revenu et protection des industries nationales -pécifiques : montant fixe par unité de bien importé (exemple: 100 par voiture) -Ad-valorem:

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

LA THÉORIE DU CHOIX DU CONSOMMATEUR À LA FIN DE CE CHAPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE

LA THÉORIE DU CHOIX DU CONSOMMATEUR À LA FIN DE CE CHAPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE À L FIN DE CE CHPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE de comprendre pourquoi une contrainte budgétaire représente les choix qui s offrent au consommateur d expliquer comment les courbes d indifférence peuvent représenter

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Pourquoi échanger? Vertus et contraintes du libre-échange

Pourquoi échanger? Vertus et contraintes du libre-échange Pourquoi échanger? Vertus et contraintes du libre-échange Cet article fait suite à l article du 30 décembre 2014 sur le protectionnisme, sur ce blog, intitulé : Libre-échange ou protectionnisme? Deuxième

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui Plan du cours : - Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui - I. Les théories du commerce international - les avantages comparatifs (Ricardo) - les dotations de facteurs (HOS)

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

Chapitre 10: le commerce international

Chapitre 10: le commerce international Chapitre 10: le commerce international Chapitre 3 et 9 29/03/2015 Macro chap 10 1 I. Le gain de l échange Plus les économies se perfectionnent, plus les techniques évoluent, plus l échange se développe

Plus en détail

Ferme familiale et planification testamentaire. La relève de votre ferme dans votre testament

Ferme familiale et planification testamentaire. La relève de votre ferme dans votre testament Ferme familiale et planification testamentaire La relève de votre ferme dans votre testament RBC Banque Royale Ferme familiale et planification testamentaire 2 L article suivant a été écrit par Services

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Plan de la fiche 1. Notions de base 2. Problèmes économiques et sociaux 3. Théories et auteurs 4. Repères historiques La croissance économique dans le monde est-elle

Plus en détail

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE - le libéralisme - le socialisme - le keynésianisme I. Le courant libéral (XVIII s) Adam SMITH (1723-1790) un des pères fondateurs du courant libéral (son ouvrage principal

Plus en détail

Introduction à l économie

Introduction à l économie L2S3 (UFR Histoire) Introduction à l économie Notes de cours 2 Avertissement - Ces notes concernent la théorie du cours. Elles sont susceptibles d être révisées régulièrement. - Leur usage par les étudiants

Plus en détail

TENS Corrigé Sciences économiques

TENS Corrigé Sciences économiques 1. Lequel des besoins suivants n est pas un besoin primaire? a) Se loger b) Se nourrir c) S instruire d) Se vêtir 2. Parmi les besoins suivants, lequel est un besoin tertiaire? a) Manger b) Se déplacer

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS)

EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS) EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS) 01. La macroéconomie est l'étude de l'ensemble des phénomènes suivants

Plus en détail

Derrière les grands titres à la une des journaux :

Derrière les grands titres à la une des journaux : Derrière les grands titres à la une des journaux : À qui le plafond plus élevé du céli profite-t-il vraiment? (Resumé) PAR Jonathan Rhys Kesselman* Juin 2015 * Jonathan Rhys Kesselman occupe la chaire

Plus en détail

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens.

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens. Chapiittrre 1 : L uttiilliitté ((lles ménages)) Définitions > Utilité : Mesure le plaisir / la satisfaction d un individu compte tenu de ses goûts. (On s intéresse uniquement à un consommateur rationnel

Plus en détail

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale DISSERTATION INTRODUCTION L évolution du contexte économique, technique et socioculturel amène les entreprises à adopter une stratégie qui leur permettra d établir des axes de développement afin de rester

Plus en détail

Les fondements du commerce

Les fondements du commerce Les fondements du commerce international Le libre-échange, chacun s'en réclame mais personne ne le pratique. Dans tous les pays du monde, on veut exporter sans pour autant subir la pénétration des produits

Plus en détail

3-203-99 Gestion de Portefeuille.

3-203-99 Gestion de Portefeuille. 3-203-99 Gestion de Portefeuille. Professeur. Kodjovi Assoé Service de l'enseignement de la finance, HEC Montréal 1 Étude de cas: La SCPI Présentation La SGT abandonne un régime à prestations déterminées

Plus en détail

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1)

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1) rendement interne (1) Rappel : L éducation peut être considérée comme un investissement dont on peut mesurer : le rendement interne privé (pour l individu), le rendement social (pour la société), le rendement

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES PLAN ET RÉFÉRENCES Plan du chapitre I. Circuit et équilibre macro-économique II. La consommation et l épargne III. L investissement Références Généreux (2) Mankiw

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels 1.3 Le PIB 1.3.1 L'approche en termes de circuit Le PIB permet de synthétiser en un seul chiffre la valeur d'ensemble

Plus en détail

Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt

Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt Le taux d'intérêt est un autre nom généralement employé pour désigner le rendement à la maturité d'une obligation. De plus, nous avons aussi discuté du rapport

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Variations du modèle de base

Variations du modèle de base 1 Variations du modèle de base Dans ce chapitre nous allons utiliser le modèle de base du chapitre précédent pour illustrer certaines questions économiques simples. Ainsi, le modèle précédent nous permettra

Plus en détail

Dans la représentation habituelle du problème de décision du consommateur, la démarche est la suivante :

Dans la représentation habituelle du problème de décision du consommateur, la démarche est la suivante : SURLUS DES CONSOMMATEURS ET SURLUS DES RODUCTUERS EFFICACITE DU MARCHE EN CONCURRENCE ARFAITE I- DEMANDE ET SURLUS DES CONSOMMATEURS. Dans la représentation habituelle du problème de décision du consommateur,

Plus en détail

4. L élasticité et ses applications

4. L élasticité et ses applications Le chapitre précédent nous a montré que : Demande = fonction {prix (-), revenus (+/-), prix produits comparables (+/-), goûts (+), anticipations (+/-), nombre de consommateurs (+)}. Offre = fonction {prix

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7 Les coûts de la production Microéconomie, chapitre 7 1 Sujets à aborder Quels coûts faut-il considérer? Coûts à court terme Coûts à long terme Courbes de coûts de court et de long terme Rendements d échelle

Plus en détail

Actualisation. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012

Actualisation. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Actualisation - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Plan du cours 1. Transferts de richesse et allocation intertemporelle de la consomma Déterminants des taux d intérêt d équilibre

Plus en détail

CHOIX ET DECISIONS ECONOMIQUES Introduction aux Principes de l Economie par Alain de Crombrugghe

CHOIX ET DECISIONS ECONOMIQUES Introduction aux Principes de l Economie par Alain de Crombrugghe CHOIX ET DECISIONS ECONOMIQUES Introduction aux Principes de l Economie par Alain de Crombrugghe EXERCICES ET CORRIGES Mis à la disposition de tous les lecteurs Par l auteur et l équipe d assistants de

Plus en détail

Chapitre 2. Économiser

Chapitre 2. Économiser Chapitre 2 Économiser 2. L essentiel 1. Constituez votre épargne progressivement et sans efforts. 2. Comprenez les mécanismes du taux d intérêt. 3. Augmentez au cours du temps le niveau de votre épargne.

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

4. Offre et demande, les forces du marché

4. Offre et demande, les forces du marché 4. Offre et demande, les forces du marché Trois événements : a) Quand une vague de froid s abat sur l Espagne, le prix du jus d orange grimpe dans tous les supermarchés du pays. b) Quand la chaleur estivalle

Plus en détail

Le progrès technique au cœur de notre modèle de développement «Fourastié Sauvy»

Le progrès technique au cœur de notre modèle de développement «Fourastié Sauvy» Le progrès technique au cœur de notre modèle de développement «Fourastié Sauvy» L économiste et démographe du XXème siècle, Alfred Sauvy (1898-1990), rapporte cette anecdote au début de son livre «La machine

Plus en détail

1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique

1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique 1. Croissance, fluctuations et crises 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique I/ Intérêts et limites du PIB comme

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE LES ECHANGES EXTERIEURS

ECONOMIE GENERALE LES ECHANGES EXTERIEURS IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE 3 ème PARTIE : LES MOTEURS DE LA CROISSANCE MOTS CLES CHAPITRE 11 LES ECHANGES EXTERIEURS - Balance commerciale, des capitaux, des

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

Chapitre 2 La demande du consommateur

Chapitre 2 La demande du consommateur Chapitre 2 La demande du consommateur Plan du cours I. La fonction de demande et l élasticité. II. III. Analyse des demandes et des biens correspondants. Demande de loisir et offre de travail I. La fonction

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Redécouvrir Ricardo au sujet du commerce international : un paradoxe? Gilbert Faccarello Journées de l économie Lyon, 14-16 novembre 2013

Redécouvrir Ricardo au sujet du commerce international : un paradoxe? Gilbert Faccarello Journées de l économie Lyon, 14-16 novembre 2013 Redécouvrir Ricardo au sujet du commerce international : un paradoxe? Gilbert Faccarello Journées de l économie Lyon, 14-16 novembre 2013 1 Table 2 1. L héritage théorique à l époque de Ricardo 2. Qu apporte

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

Enjeux - Gestion de patrimoine CFA-Québec 4 février 2015. Denis Preston, CPA, CGA, FRM, Pl. fin.

Enjeux - Gestion de patrimoine CFA-Québec 4 février 2015. Denis Preston, CPA, CGA, FRM, Pl. fin. Enjeux - Gestion de patrimoine CFA-Québec 4 février 2015 Denis Preston, CPA, CGA, FRM, Pl. fin. 2 Enjeux - Gestion de patrimoine 1.La planification financière personnelle 2.Finance personnelle versus finance

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT I) L'internationalisation des échanges A) Mesurer les échanges La balance des paiements Le taux d'ouverture La part de marché Le taux de pénétration

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Economie du risque (2)

Economie du risque (2) Economie du risque (2) Assurance et Conditions de l assurance Partage de risque et risque non diversifiable. - ENASS - Arnold Chassagnon - novembre 2012 Plan 1 Introduction 2 Représentations du risque

Plus en détail

Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie

Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie Enseignant : Rémy Oddou code examen:. UPC-S2-A-2013-14 QCM : 1 seule bonne réponse parmi les 4 proposées. 1 point par bonne réponse,

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Question 1: Maxime, un consommateur rationnel, reçoit 1900 euros en t1 et 1210 euros en t2. Sa fonction d utilité

Plus en détail

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES L'observation scientifique des mécanismes économiques a conduit à l'identification de certaines informations qui reviennent systématiquement et qui apparaissent ainsi, essentielles

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Warrants (3) : les stratégies

Warrants (3) : les stratégies - 1 - Warrants (3) : les stratégies Mots clés : Sommaire :! Call! Cash! Couverture! Delta! Prime! Prix d'exercice! Put! Sous-jacent! Straddle! Strangle! Stratégie! Support! Warrant 1. Stratégie avec un

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie. NOM(S) (en majuscules): Prénom(s):

Examen d Introduction à la Macroéconomie. NOM(S) (en majuscules): Prénom(s): Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours du Prof. Federica Sbergami, 2010-2011 Juin 2011 Version A NOM(S) (en majuscules):... Prénom(s):... N o d étudiant:... Ces pages constituent un cahier de données

Plus en détail

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 10 novembre 2014 Marianne Tenand Monitorat ENS (2014-2015) marianne.tenand@ens.fr A rendre au plus tard dans mon casier du bâtiment B le mercredi

Plus en détail

Adieu les primes! Pourquoi les propriétaires de petite entreprise pourraient vouloir privilégier les dividendes plutôt que les primes

Adieu les primes! Pourquoi les propriétaires de petite entreprise pourraient vouloir privilégier les dividendes plutôt que les primes Septembre 2015 Adieu les primes! Pourquoi les propriétaires de petite entreprise pourraient vouloir privilégier les dividendes plutôt que les primes Jamie Golombek Directeur gestionnaire, Planification

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

Monnaie, chômage et capitalisme

Monnaie, chômage et capitalisme Franck Van de Velde Monnaie, chômage et capitalisme Presses Universitaires du Septentrion internet : www.septentrion.com Sommaire Introduction Générale 7 1. Monnaie 7 2. Monnaie et capitalisme 10 3. Monnaie,

Plus en détail

Relations monétaires internationales Cours de Mr Christian Bordes

Relations monétaires internationales Cours de Mr Christian Bordes Relations monétaires internationales Cours de Mr Christian Bordes Problème (12 points) Examen TD8 - Correction Durée de l examen : 1h30 Documents interdits, calculatrices non-graphiques autorisées. Sur/sous-évaluation

Plus en détail

LIBRE ECHANGE ET INEGALITES

LIBRE ECHANGE ET INEGALITES LIBRE ECHANGE ET INEGALITES Par Jean Pierre LANDAU Dans quelle mesure la mondialisation économique et financière conduit-elle à une aggravation des inégalités dans nos pays? Quelles conséquences faut-il

Plus en détail