Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)"

Transcription

1 Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Dr Brès 09 octobre

2 Plan Définitions, épidémiologie Causes Obstruction bronchique Clinique Examens complémentaires Histoire naturelle Exacerbations Traitements Temps Pas de signe bronchique Bronchite chronique BPCO ± emphysème Insuffisance respiratoire chronique Aérocontaminants 2

3 3

4 Définitions Bronchite chronique :toux et expectorations chroniques (au moins 3 mois par an, deux années consécutives) Emphysème : élargissement anormal et permanent des espaces aériens au delà des bronchioles terminales, associé à une destruction des parois alvéolaires Insuffisance respiratoire : hypoxémie stable Epidémiologie Prévalence 3.5 millions de personnes Incidence stable chez l homme augmente chez la femme adultes de plus de 25 ans en ALD pour insuffisance respiratoire chronique grave patients sous oxygène 4

5 BPCO : problème de santé publique Morbidité importante Diminution de la qualité de vie Diminution de la durée de vie Dépression fréquente (méconnue) Consommation de soins importante : consultations médicales ; prescriptions (médicaments, examens complémentaires) ; urgences ; hospitalisations ; réanimation; oxygénothérapie de longue durée Coût sanitaire et social pour un malade BPCO (2004) : coût direct (prise en charge) : 530 /an ; coût indirect (perte de productivité) : 1078 /an BPCO légères : 289 /an ; BPCO sévères : 2882 /an Patients admis dans une unité respiratoire pour décompensation avec PaO²<60 mmhg 5

6 Mortalité BPCO en France : inégalités v 6

7 Causes de la BPCO Tabagisme Professionnelle (Pollution) interaction gène-environnement 7

8 8

9 9

10 10

11 11

12 Lin 12

13 Pollution et BPCO Il s agit d effets à long terme pas d'association démontrée sur la mortalité hausse de la prévalence de l'hypersécrétion, de la dyspnée, des diagnostics de bronchite chronique, emphysème et BPCO dans les zones à plus forte pollution particulaire Obstruction bronchique 13

14 14

15 15

16 Emphysème Normal Emphysème centrolobulaire Emphysème panlobulaire Emphysème lésions débutantes Normal 16

17 17

18 18

19 Histoire progressive Clinique Bronchite chronique : 3 mois x 2ans Dyspnée : au départ absente effort repos absence de parallélisme avec le trouble obstructif A l occasion d une exacerbation Recherche d un facteur de risque mais 15-20% des BPCO sont non fumeurs 19

20 Modes d expression de la dyspnée dans les BPCO dyspnée fatigue troubles du sommeil irritabilité anxiété désintérêt normal deux phénotypes Examen clinique hyperinflation, murmure vésiculaire diminué, râles bronchiques poids état nutritionnel, musculaire apnées associées? 20

21 21

22 Examens complémentaires Epreuves fonctionnelles respiratoires diagnostic (obstruction) Radiographie-Scanner Gazométrie artérielle Dosage d alpha 1 antitrypsine Explorations fonctionnelles respiratoires Spiromètre portable : exploration des débits (courbe débit-volume) Peut servir au dépistage 22

23 Spiromètre électronique 23

24 Que mesure-t-on? 1 - Calibre bronchique 2 - Volume pulmonaire 3 - Echanges gazeux Courbe débit-volume Volume maximal expiré en 1 seconde (VEMS) Poumons normaux Capacité pulmonaire totale (CPT) 24

25 Courbe débit-volume VEMS baisse des débits Syndrome obstructif Emphysème BPCO Par comparaison avec le poumon normal CPT augmentée EFR( bronchopneumopathie chronique obstructive) 25

26 Sévérité de la BPCO Stades de la BPCO de 1 à 4 selon l importance de l obstruction bronchique Réversibilité - (asthme) 26

27 BPCO ou asthme? Interrogatoire EFR - réversibilité sous β2 agoniste (ex Ventoline) Test aux corticoïdes Asthme BPCO Asthme BPCO RADIOGRAPHIES SCANNER THORACIQUE 27

28 BPCO Emphysème 28

29 09/10/

30 Emphysème lésions débutantes Normal Gazométrie artérielle A ce stade : hypoxémie (PO²) modérée PCO² normale ou peu élevée 30

31 Histoire naturelle de la BPCO Diminution de la qualité de vie Questionnaires analysent les symptômes le retentissement sur les activités quotidiennes la diminution des activités physiques la vie intime anxiété-dépression - sentiment d inutilité la vie sociale 31

32 Questionnaire d évaluation clinique de la BPCO Le questionnaire «clinical COPD» Veuillez entourer le chiffre correspondant à la réponse qui décrit le mieux comment vous vous êtes senti(e) au cours des sept derniers jours En moyenne, au cours (choisissez une seule réponse par question) des 7 derniers jours, vous êtes-vous senti(e) : Jamais Presque jamais Quelquefois Assez souvent Souvent Très souvent Presque tout le temps 1- essoufflé(e) au repos? essoufflé(e) en faisant des efforts physiques? inquiet(e) à l idée d attraper un rhume ou d avoir plus de mal à respirer? déprimé(e), démoralisé(e) à cause de vos problèmes respiratoires? En général au cours des 7 derniers jours : 5- avez-vous toussé? avez-vous eu des glaires? Questionnaire d évaluation clinique de la BPCO (suite) Le questionnaire «clinical COPD» Veuillez entourer le chiffre correspondant à la réponse qui décrit le mieux comment vous vous êtes senti(e) au cours des sept derniers jours. (choisissez une seule réponse par question). En moyenne, au cours des 7 derniers jours, avez-vous été limité(e) dans les activités suivantes à cause de vos problèmes respiratoires : 7- efforts physiques intenses (monter les escaliers, se dépêcher, faire du sport, etc.)? 8- efforts physiques modérés (marcher, s occuper de la maison, porter des affaires, etc.)? 9- activités quotidiennes à la maison (s habiller, se laver, etc.)? 10- activités avec les autres (discuter, être avec des enfants, rendre visite à des amis ou de la famille, etc.)? Pas du tout limité(e) Très peu limité(e) Un peu limité(e) Moyennement limité(e) Très limité(e) Extrêmement limité(e) Complètement limité(e) ou incapable de les faire

33 Exacerbations de BPCO Définition : aggravation aiguë et soutenue, au delà des variations habituelles Causes: infection (75%), pollution Symptômes : majoration de la toux, de l expectoration ou de la dyspnée Hospitaliser? Traitement curatif et préventif (vaccin) Aggravation de la BPCO? Variations saisonnières (hiver - grippes) 33

34 Exacerbations Réduction de la qualité de vie Augmentation de la mortalité liée aux hospitalisations pour exacerbations BPCO Exacerbations Déclin accéléré du VEMS Augmentation de l utilisation des ressources de santé et des coûts directs FACTEURS PRONOSTIQUES - Poursuite du tabagisme - Facteurs respiratoires EFR (VEMS, DLCO) gaz du sang (PaCO 2 ) PAP état nutritionnel état musculaire exacerbations dyspnée Index BODE - Facteurs extra-respiratoires Niveau d activité physique Capacité d exercice (test de marche) Comorbidités cardiovasculaires anémie performances cognitives marqueurs d inflammation dépression 34

35 Il n y a pas que les bronches! BPCO= maladie inflammatoire dénutrition perte et dysfonctionnement musculaire HTAP dépression, anxiété ostéoporose Des traitements sont disponibles Arrêt du tabac Médicaments Réhabilitation, éducation Chirurgie réduction de volume transplantation 35

36 Traitements Intérêt sur la survie? Pas formellement démontré mais tendance ne changent pas le déclin du VEMS améliorent la dyspnée, la qualité de vie diminuent les exacerbations diminuent les hospitalisations Bronchodilatateurs Beta -mimétiques CA : Ventoline, Ventoline, Bricanyl, Bricanyl, Airomir Beta-mimétiques longue durée d action Sérévent, Foradil, Oslif, Onbrez Combinaison avec corticoïdes inhalés : Innovair, Symbicort, Sérétide Atropinique : Spiriva 36

37 Corticothérapie inhalée Oui, dans certains cas : BPCO évoluées - VEMS<50% norme exacerbations fréquentes BPCO à caractère spastique Cela représente 10 à 20% des BPCO Chez les répondeurs : amélioration des symptômes, diminution des exacerbations et des hospitalisations Prise en charge thérapeutique Degré de sévérité (tous : VEMS/CV < 0,7) À risque I : légère VEMS > 80 % II : modérée VEMS : % III : sévère VEMS : % IV : très sévère VEMS < 30 % Éviction du (des) facteur(s) de risque : vaccination antigrippale + bronchodilatateur à courte durée d action à la demande + bronchodilatateur à longue durée d action + réhabilitation + corticoïde inhalé associé à un bêta-2-agoniste de longue durée d action si exacerbations répétées -± OLD si insuffisance respiratoire - Envisager les traitements chirurgicaux 37

38 Vaccin contre la grippe Vaccin contre le pneumocoque Traitement des foyers infectieux dentaires et sinusiens Kinésithérapie : apprentissage si hypersecrétion Oxygénothérapie : au stade d insuffisance respiratoire Nutrition (30% des patients) Effets indésirables des traitements inhalés mycoses pharyngées pas d effet osseux effet surrénalien non prouvé pneumonies : fréquence beta mimétiques : NS atropiniques : NS (sauf Spiriva respimat) Corticoïdes inhalés 38

39 Traitement des exacerbations Antibiothérapie? Corticothérapie par voie générale? «Moins vous en ferez plus vous serez essoufflé et moins vous en ferez!» MALADIE RESPIRATOIRE Dyspnée Déconditionnement Réduction d'activité physique Dénutrition Inflammation - Stress oxydatif - Corticostéroïdes Dites à vos patients de bouger! 39

40 CONSEILS POUR LE MAINTIEN DE L ACTIVITE Activités physiques adaptées PERSONNALISÉES prescription médicale projet personnel du patient ADAPTÉES aux possibilités du patient DIVERSIFIÉES selon les goûts du patient bricolage, jardinage, voyages, sorties, etc. INTEGRÉES à la vie quotidienne Contenu de la réhabilitation respiratoire 1 - un entraînement à l exercice : exemple 4 séances par semaine pendant 8 semaines 2 - une prise en compte de la nutrition 3 - une éducation, incluant les techniques de drainage bronchique si nécessaire, visant une modification des comportements 4 - un soutien psychologique (prise en compte de l'anxiété et de la dépression) et social (accompagnement) mais le réentraînement a, par lui-même, une action sur les paramètres psycho-sociaux Importance du groupe 40

41 Avantages démontrés de la réhabilitation respiratoire dans les BPCO Améliore la capacité d'exercice à fréquence respiratoire et cardiaque égale Réduit l'intensité de l'essoufflement perçu Améliore la qualité de vie Réduit le nombre d'hospitalisations et les durées de séjour Réduit l'anxiété et la dépression liée à la BPCO L'entraînement en force et endurance des membres supérieurs améliore leur fonction Les bénéfices se poursuivent au-delà de la période d'entraînement Améliore la survie L'entraînement des muscles respiratoires est bénéfique, surtout quand il est combiné à un entraînement général Une intervention psycho-sociale est utile A A A A A A A A B Après la réhabilitation Entretien Séances moins fréquentes 41

42 Education dans la BPCO Par des infirmières ou des kinésithérapeutes compréhension de la maladie prise des médicaments inhalés gestion des exacerbations se prendre en charge Les comorbidités dans la BPCO atteinte cardiaque atteinte vasculaire cancers ORL, vessie, poumons 42

43 Conclusion La BPCO est fréquente source d altération de la qualité de vie porte d entrée vers l insuffisance respiratoire chronique peut être le plus souvent prévenue traitements modestes mais utiles intérêt d un diagnostic précoce 43

44 Chapeau aux courses de chevaux d Ascot 44

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive 5éme Journées Aurassiennes de Pneumo-phtisiologie Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009 Définition de la BPCO Maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Actualités dans la prise en charge de la BPCO Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Rappels épidémiologiques 5 10% de la population adulte 3,5 milliards d euros/an

Plus en détail

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Définitions IRC-IRA Capacité de gérontologie Cours du 6 fevrier 2007 E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique(irc): incapacité du système respiratoire à assurer l oxygénation

Plus en détail

H.PEGLIASCO Le 23/11/2010

H.PEGLIASCO Le 23/11/2010 H.PEGLIASCO Le 23/11/2010 1 La BPCO : définition (GOLD 2006) Entité unique, peut être prévenue et traitée. Limitation chronique des débits aériens. Pour affirmer le diagnostic, les mesures de fonction

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

www.stop-copd.ch Avec le précieux soutien de

www.stop-copd.ch Avec le précieux soutien de www.stop-copd.ch Avec le précieux soutien de Un projet de Testez VOTRE RISQUE DE BPCO AVANT DE PERDRE LE SOUFFLE. Apprenez l essentiel sur cette affection pulmonaire incurable qu est la bpco. Editorial

Plus en détail

L AIR DE RIEN. En France, la BPCO* c est. Pourquoi a-t-on une BPCO? 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent 16 000 morts chaque année

L AIR DE RIEN. En France, la BPCO* c est. Pourquoi a-t-on une BPCO? 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent 16 000 morts chaque année Pourquoi a-t-on une BPCO? La BPCO est une maladie des poumons et des bronches, dont la principale cause est le tabac. Des expositions professionnelles peuvent aussi être en cause. La maladie apparaît généralement

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME L asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes, caractérisée par une obstruction bronchique variable dans le temps. Sous-diagnostiqué et insuffisamment pris en charge dans la population

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 décembre 2010 ONBREZ BREEZHALER 150 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 10 gélules avec inhalateur (CIP : 399 821-7) Boîte de 30 gélules avec inhalateur

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

La BPCO. L éducation thérapeutique du patient

La BPCO. L éducation thérapeutique du patient La BPCO L éducation thérapeutique du patient Expérience du service des Maladies Respiratoires CHU de Nancy Brabois Mmes Annick Louis et Evelyne Arias 1 Mise en place et organisation de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Séminaire BPCO. Les médicaments du traitement de fond. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé

Séminaire BPCO. Les médicaments du traitement de fond. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé Séminaire BPCO Les médicaments du traitement de fond Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé 1 Mes liens d intérêt Spécialiste en médecine générale, je déclare n avoir aucun lien,

Plus en détail

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Dr SELMANI La Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) constitue un problème de santé publique majeur par le nombre de personnes touchées, le handicap

Plus en détail

Programme de formation de base en MPOC

Programme de formation de base en MPOC Programme de formation de base en MPOC et spécifiques Développé en 2009 Valérie Chabot, inhalothérapeute, conseillère aux programmes, RQAM Patricia Côté, inf., M. A., directrice générale adjointe, RQAM

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Maladies respiratoires chroniques en milieu de travail : quels enjeux, quelles actions? Le vendredi 22 avril 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé

Plus en détail

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population.

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population. Université de Batna Faculté de médecine de Batna Cours de 4 ème Année Module de Pneumologie www.aurespneumo.com Dr Djenfi - 2012 I. Définition : L asthme est un désordre inflammatoire chronique des voies

Plus en détail

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la Emphysèmes Excès d air Emphysème et dyspnée. Définition: État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la bronchiole terminale, accompagnée d une destruction des cloisons

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

BPCO: 2è partie. Etre sûr du diagnostic. Enseignement thérapeutique. Réhabilitation respiratoire: quand? comment? pour qui?

BPCO: 2è partie. Etre sûr du diagnostic. Enseignement thérapeutique. Réhabilitation respiratoire: quand? comment? pour qui? BPCO: 2è partie Idées à discuter Etre sûr du diagnostic Prof. JP Janssens Service de Pneumologie, HUG Jean-Paul.Janssens@hcuge.ch J h Quelques cas cliniques Enseignement thérapeutique Réhabilitation respiratoire:

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention Le Groupe LOURMEL soutient la FFAAIR Depuis sa création en 1953, notre groupe assure la protection sociale du secteur des industries graphiques. En complément de nos

Plus en détail

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 Par Denis Bérubé Une maladie très fréquente...15 Physiopathologie et

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

ASTHME ET SPORT. JP GRIGNET DENAIN avril 2005

ASTHME ET SPORT. JP GRIGNET DENAIN avril 2005 ASTHME ET SPORT JP GRIGNET DENAIN avril 2005 Qu est ce que l asthme? L asthme est une maladie inflammatoire chronique (durable) des bronches Les manifestations peuvent être: - La toux souvent sèche, quinteuse,

Plus en détail

Bronchopneumopathies Chroniques Obstructives BPCO االلتهاب القصبي االنسداد ي المزمن

Bronchopneumopathies Chroniques Obstructives BPCO االلتهاب القصبي االنسداد ي المزمن Bronchopneumopathies Chroniques Obstructives BPCO االلتهاب القصبي االنسداد ي المزمن M. El Biaze Unité de sommeil CHU Hassan 2 Fès www.facebook.com/elbiazem INTRODCUTION DEFINITION Selon le GOLD (Global

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ 13 OCTOBRE 2015 Dr Karine Callé Sibierski CHP de L Europe CSO Idf Ouest plan 2 Objectifs de la prise en charge médicale Les étapes de la prise en charge Focus sur

Plus en détail

L enfant avant tout. L asthme chez l enfant

L enfant avant tout. L asthme chez l enfant 14 L enfant avant tout L asthme chez l enfant Au Canada, la prévalence de l asthme chez l enfant a quadruplé au cours de la dernière décennie, et l asthme est devenu l une des principales causes d hospitalisation

Plus en détail

Guide Pratique du Souffle

Guide Pratique du Souffle Programme d information sur les maladies respiratoires chroniques : asthme, broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)... Guide Pratique du Souffle Ce guide appartient à : Nom :......... Prénom

Plus en détail

Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique

Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique Chantal Karila Hôpital Necker Enfants malades, Paris CP 2 A - 2009 Dyspnée d effort Symptôme fréquent, qui peut prendre différentes expressions Une

Plus en détail

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Société Française de Médecine du travail La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Ce qu est la BPCO Une maladie chronique inflammatoire des bronches due au tabac mais aussi à certaines expositions

Plus en détail

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Dr Florence Potier L aidant, un patient dans l ombre? Sommaire 1. Contexte

Plus en détail

Cas clinique N 1: Prise en charge d une dyspnée sifflante

Cas clinique N 1: Prise en charge d une dyspnée sifflante 15 février 2013 Cas clinique N 1: Prise en charge d une dyspnée sifflante Experts: Drs Stéphanie Bethembos et Rémi Gauthier et Mr Bruno Pierre, kiné coordinateur de Respicard Formateur: Dr Patrice Demailly

Plus en détail

DOSSIER Le pneumothorax : symptômes, diagnostic, évolution, tolérance, formes cliniques et traitement

DOSSIER Le pneumothorax : symptômes, diagnostic, évolution, tolérance, formes cliniques et traitement Juin 2007 ; N 5 ACTUALITE DE RESPIR.COM Activités et chiffres clés DOSSIER Le pneumothorax : symptômes, diagnostic, évolution, tolérance, formes cliniques et traitement FICHE INFORMATIVE Le pneumothorax

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. Campagne de sensibilisation à la BPCO

CONFÉRENCE DE PRESSE. Campagne de sensibilisation à la BPCO CONFÉRENCE DE PRESSE Campagne de sensibilisation à la BPCO Sion, jeudi 18 novembre 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 18 NOVEMBRE 2010 Ensemble contre la BPCO : des partenaires valaisans unissent leur force

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière 1. Je veux me protéger efficacement de la grippe La grippe n est pas un simple rhume. Fièvre soudaine, toux

Plus en détail

Un médecin généraliste voit en moyenne 2 ou BPCO, le rôle du généraliste. Expliquer la courbe de Fletcher en consultation.

Un médecin généraliste voit en moyenne 2 ou BPCO, le rôle du généraliste. Expliquer la courbe de Fletcher en consultation. prise en charge TOUS DROITS RESERVES - LE CONCOURS MEDICAL BPCO, le rôle du généraliste Expliquer la courbe de Fletcher en consultation Le médecin généraliste est en première ligne pour repérer une BPCO,

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD

DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD Gérer la MPOC DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD Je sais que j aurai toujours la MPOC. Que puis-je faire pour la gérer? La MPOC est une maladie chronique, c est-à-dire qu elle ne se guérit pas. Il existe

Plus en détail

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON Mlle D. est essoufflée Pierre-Antoine ODDON ses études. Elle vient vous consulter car, depuis son arrivée, elle se sent parfois essoufflée et elle voudrait bien que vous calmiez cette maudite toux qui

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge

Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge Dr Monelle BERTRAND CHU Toulouse Unité Transversale de Nutrition Clinique Dr Daniel BAJON Clinique de Saint Orens

Plus en détail

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Nombre d années de vie perdue Grover SA et al Lancet Diabetes Endocrinol. 2015 Feb;3(2):114-22 Dénutrition Définition ANAES 2003 La

Plus en détail

Comment évaluer le contrôle de l asthme en pratique quotidienne?

Comment évaluer le contrôle de l asthme en pratique quotidienne? Comment évaluer le contrôle de l asthme en pratique quotidienne? Antoine Deschildre Pneumologie pédiatriquep CHRU de Lille Toulouse, octobre 2008 SEVERITE DE L ASTHME (GINA) Symptômes diurnes Symptômes

Plus en détail

Motif de consultation «Je viens vous voir parce que cela fait déjà deux fois que j ai eu une douleur dans la poitrine.»

Motif de consultation «Je viens vous voir parce que cela fait déjà deux fois que j ai eu une douleur dans la poitrine.» ECC CARDIOLOGIE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE : Savoir faire l anamnèse d un patient avec une affection cardio-vasculaire : o Caractériser une douleur rétrosternale o Rechercher les symptômes d une insuffisance

Plus en détail

L ASTHME BRONCHIQUE. 20.03.09 Dr Dussart Pneumologie. I)Définition II)Epidémiologie III)Physiopathologie

L ASTHME BRONCHIQUE. 20.03.09 Dr Dussart Pneumologie. I)Définition II)Epidémiologie III)Physiopathologie 20.03.09 Dr Dussart Pneumologie L ASTHME BRONCHIQUE I)Définition II)Epidémiologie III)Physiopathologie A)L'inflammation bronchique B)Le bronchospasme C)L'hyperréactivité bronchique IV)Manifestations cliniques

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

N 73 ADDICTION AU TABAC

N 73 ADDICTION AU TABAC N 73 ADDICTION AU TABAC 1. Combien y a-t-il de fumeurs en France? (QRU) a. 20 millions de personnes b. 15 millions de personnes c. 10 millions de personnes d. 5 millions de personnes e. 7 millions de personnes

Plus en détail

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON Conférence du 11 janvier 2006 avec : - Dr Michel RUDELIN, pédiatre en cabinet libéral et attaché au CHRO, - Christophe MILLET, kinésithérapeute en service pédiatrie au CHRO,

Plus en détail

Aménagement des cycles et recherche de la performance

Aménagement des cycles et recherche de la performance Aménagement des cycles et recherche de la performance Docteur Carole MAITRE INSEP Cette thématique nous amène à nous poser plusieurs questions : Les cycles peuvent-ils être un frein à la performance? Le

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Déficit en alpha-1-antitrypsine: Du diagnostic aux nouvelles thérapeutiques

Déficit en alpha-1-antitrypsine: Du diagnostic aux nouvelles thérapeutiques Déficit en alpha-1-antitrypsine: Du diagnostic aux nouvelles thérapeutiques B. SABLAYROLLES 16 novembre 2012 ASPPIR PARIS Le déficit en alpha-1-antitrypsine Emphysème pan-lobulaire B.P.C.O. chez adulte

Plus en détail

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Pourquoi proposer une ET aux aidants de malades Alzheimer? Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Introduction : la maladie d Alzheimer (MA) La maladie d Alzheimer est

Plus en détail

Item 184 Asthme Collège des Enseignants de Pneumologie 2015

Item 184 Asthme Collège des Enseignants de Pneumologie 2015 Item 184 Asthme Figure 1 : Physiopathologie de l asthme Figure 2 : Courbe debit-volume typique de TVO significativement réversible. Après broncho-dilatateurs (BD), le VEMS gagne 500 ml soit 14%. Tableau

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 2 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 2 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 2 novembre 2005 SPIRIVA 18 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 3 plaquettes thermoformées de 10 gélules avec inhalateur (CIP: 368

Plus en détail

L asthme chez l enfant Quelle prise en charge scolaire? Professeur Georges Casimir Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola

L asthme chez l enfant Quelle prise en charge scolaire? Professeur Georges Casimir Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola L asthme chez l enfant Quelle prise en charge scolaire? Professeur Georges Casimir Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola DEFINITION Asthme chez l enfant (10 %) Rôle de l allergie (25%) dans l

Plus en détail

Dossier 1 BPCO. Elle est très limitée dans ses activités quotidiennes en raison d une dyspnée d effort (à la marche sur terrain plat).

Dossier 1 BPCO. Elle est très limitée dans ses activités quotidiennes en raison d une dyspnée d effort (à la marche sur terrain plat). Dossier 1 BPCO Une femme de 68 ans consulte en urgence pour une dyspnée d aggravation progressive depuis 15 jours. Elle est suivie depuis de nombreuses années pour une BPCO (stade III de la classification

Plus en détail

Asthme allergique (lié à des causes «extérieures» au patient).

Asthme allergique (lié à des causes «extérieures» au patient). Lexique ALLERGÈNE : Protéine qui provoque la formation d IGE en quantité élevée chez les patients atopiques déclenchant ensuite une réaction allergique. On distingue les allergènes alimentaires ou trophallergènes

Plus en détail

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant) CONSULTATION D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR AUTO-QUESTIONNAIRE (vaut courrier du médecin traitant) (Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

Plus en détail

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 2/ DÉPARTEMENT DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DES ÉTATS-UNIS Centre pour

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle. I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823

Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle. I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823 Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823 Particularités physiologiques du NRS Plus grande facilité

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention www.ffaair.org www.chepe.fr 148, bld Yves Farge - 69190 Saint-Fons Tél.: (33) 4 78 70 92 86 - Fax: (33) 4 78 70 92 35 e-mail : chepe@chepe.fr 2013 - CHEPE / Carole production

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie. Journée Européenne de l insuffisance cardiaque Vendredi 11 mai 2012

Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie. Journée Européenne de l insuffisance cardiaque Vendredi 11 mai 2012 1 Sommaire Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie Journée Européenne de l insuffisance cardiaque «Agir pour vivre mieux!» Communiqué de presse Société Française de Cardiologie

Plus en détail

BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON

BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON Plan de cours 1-Etiologie... 2 1.1-Terrain :... 2 1.2-Caractère saisonnier :... 2 1.3-Agents en cause :... 2 2-Pathogénie... 2 2.1-Mode de transmission... 2 2.2-Agression

Plus en détail

Vivre sainement. Fransk

Vivre sainement. Fransk Vivre sainement Fransk 1 Pourquoi vivre sainement? Le mode de vie saine est importante pour maintenir une bonne santé. Un équilibre sain entre l alimentation et l activité physique. Mais une vie saine

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?...

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?... 4 N Le magazine de votre souffle Comment les poumons partent-ils (2,3) en fumée?... p3 bpco Prise en charge de quoi s agit-il exactement? (2)...... p 4 BPCO et poids : une relation étroite (4,5,6,7)...

Plus en détail

Médicaments. (emphysème et bronchite chronique) Comment les médicaments pour la MPOC peuvent vous aider à vous sentir mieux. Qu est-ce que la MPOC?

Médicaments. (emphysème et bronchite chronique) Comment les médicaments pour la MPOC peuvent vous aider à vous sentir mieux. Qu est-ce que la MPOC? Feuillet d information Feuillet d information: Médicaments Médicaments pour la MPOC (emphysème et bronchite chronique) Comment les médicaments pour la MPOC peuvent vous aider à vous sentir mieux Les médicaments

Plus en détail

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France MARS 2013 Marqueurs cardiaques Non spécifiques : Myoglobine CK et CK-MB LDH et ASAT Spécifiques : Troponine

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014

Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014 Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014 Objectifs A la fin de l atelier les étudiants infirmiers pourront: se rendre compte des différents impacts que l adhésion à l oxygène entraine

Plus en détail

-Bronchite chronique -BPCO (Broncho-pneumopathie chronique obstructive) -Emphysème

-Bronchite chronique -BPCO (Broncho-pneumopathie chronique obstructive) -Emphysème -Bronchite chronique -BPCO (Broncho-pneumopathie chronique obstructive) -Emphysème Bronchite chronique : Est une maladie marquée par une Inflammation chronique des bronches proximales. Symptômes : Hypersécrétion

Plus en détail

BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année...

BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année... BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. *Bronchopneumopathie chronique obstructive. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année... Fondation

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

Activité physique et cancer: avant, pendant et après

Activité physique et cancer: avant, pendant et après Activité physique et cancer: avant, pendant et après Dr Corinne Delcambre Activité Physique et prévention primaire du cancer du sein et du colon En France, 34 000 et 53 000 nouveaux cas de cancer du colon

Plus en détail

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental PASS BIEN-ETRE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE EN CHAMPAGNE-ARDENNE Document expérimental Le PASS Bien-Etre Aidez-nous a prendre soin Tête et cou Bras gauche Bras droit Buste et dos Main Droite

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE L ASTHME

LES TRAITEMENTS DE L ASTHME A. LES TRAITEMENTS DE L ASTHME 08/06/09 Dr Ausias Pharmaco I. Généralités II. Thérapeutiques inhalées A. Particules B. Les différents systèmes 1. Aérosols doseurs 2. Les chambres d inhalation 3. Les inhalateurs

Plus en détail

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux ASTHME du SUJET AGE GENERALITES Deux tableaux : asthme ancien vieilli, asthme d apparition d tardive (souvent sous- diagnostiqué). EPIDEMIOLOGIE 1/ Prévalence : Plusieurs études épidémiologiques américaines

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SANTÉ POUR LES PERSONNES SANS MÉDECIN DE FAMILLE RÉSIDANT SUR LE TERRITOIRE DU CSSS DE LA HAUTE-YAMASKA

QUESTIONNAIRE SANTÉ POUR LES PERSONNES SANS MÉDECIN DE FAMILLE RÉSIDANT SUR LE TERRITOIRE DU CSSS DE LA HAUTE-YAMASKA Guichet d accès pour clientèle sans médecin de famille 294, rue Déragon Granby (Québec) J2G 5J5 Téléphone : 450 375-1442 Télécopieur : 450 375-8085 QUESTIONNAIRE SANTÉ POUR LES PERSONNES SANS MÉDECIN DE

Plus en détail

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 Point d information mensuel Jeudi 5 juillet 2007 Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 L évolution des dépenses de santé et les modalités de leur prise en charge sont au cœur de nombreuses réflexions

Plus en détail

La dyspnée : On soupçonne de l asthme lorsqu un patient se. est-ce de l asthme? Comment poser le diagnostic et procéder à l évaluation?

La dyspnée : On soupçonne de l asthme lorsqu un patient se. est-ce de l asthme? Comment poser le diagnostic et procéder à l évaluation? : est-ce de l asthme? Par Paolo Renzi, MD, FRCPC Présenté par l Université de Montréal dans le cadre des 12 e Journées annuelles du Département de médecine, le 14 novembre 2003 Le cas de Madeleine Madeleine,

Plus en détail

Arrêter de fumer Stop Smoking. Insuffisance Rénale Chronique. Chronic kidney disease chapter 7

Arrêter de fumer Stop Smoking. Insuffisance Rénale Chronique. Chronic kidney disease chapter 7 Stop Smoking Insuffisance Rénale Chronique Chronic kidney disease chapter 7 Il est démontré que fumer est une mauvaise habitude. La pratique la plus courante est l'usage de cigarettes. Les autres pratiques

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (227) J. Orehek, M.P. Lehucher-Michel, C. Pinet Novembre 2005

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (227) J. Orehek, M.P. Lehucher-Michel, C. Pinet Novembre 2005 Broncho-pneumopathie chronique obstructive (227) J. Orehek, M.P. Lehucher-Michel, C. Pinet Novembre 2005 1. Introduction Littéralement le sigle BPCO regroupe les bonchopathies et les pneumopathies qui

Plus en détail

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme DU soins infirmiers en réanimation, SSPI et urgences Module 10-surveillance postopératoire à court terme CRITERES DE SORTIE DE SSPI Critères de sortie SSPI But principal du séjour en SSPI réduire les complications

Plus en détail

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Toux Caractéristiques Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Se méfier Présence de sang dans les expectorations Altération marquée de l état général Apparition

Plus en détail

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments?

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments? Dossier 1 Un patient de 32 ans, en état de précarité, est admis pour toux chronique dans un contexte de perte de poids récente. Son principal antécédent connu est une intoxication alcoolique. La radiographie

Plus en détail

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE DÉSIR DES FUMEURS ET Les faits : SEVRAGE 20 à 30 % veulent continuer à fumer 70 à 80 % veulent changer : 56 % réduire leur consommation 28 % arrêter 14 % changer de cigarettes

Plus en détail

Activité Physique Adaptée

Activité Physique Adaptée Activité Physique Adaptée Activité Physique Adaptée Ce programme est encadré par l un de nos éducateurs médicosportifs. Ils sont formés à l éducation à la santé et vous proposent des exercices adaptés

Plus en détail

Dossier Progressif. 184 : hypersensibilité et allergies respiratoires chez l enfant et l adulte. Asthme,

Dossier Progressif. 184 : hypersensibilité et allergies respiratoires chez l enfant et l adulte. Asthme, Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail