Pham Thi Thuy Duong PD.PhD. Nguyen Thi Van

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pham Thi Thuy Duong PD.PhD. Nguyen Thi Van"

Transcription

1 RECHERCHE DE L EFFICACITE DU SYMBICORT SMART DANS LE TRAITEMENT DE LA CRISE ET LE TRAITEMENT DE FOND DE L ASTHME Pham Thi Thuy Duong PD.PhD. Nguyen Thi Van

2 introduction Base théorique et base en réalité pour le choix d étude Les compréhentions profondes de mécanisme de l inflammation dans l asthme Succès des recherches internationnales de l efficacité et des intérêts économiques de Symbicort dans le traitement de fond et le traitement de la crise Guide thérapeutique de l asthme du GINA

3

4 Anatomo-pathologie de l asthme

5 Constriction bronchique Inflammation chronique des bronches

6

7 INTRODUCTION Base théorique et base en réalité pour le choix d étude Les compréhentions profondes de mécanisme de l inflammation dans l asthme Succès des rechrches internationnales de l efficacité et des intérêts économiques de Symbicort dans le traitement de fond et le traitement de la crise Guide thérapeutique de l asthme du GINA

8 Symbicort la stratégie SMART: Stratégie basée sur des évidences

9 COMPASS: Protocol de la recherche Run-in Flutica/salmete 125/25 µg 2 BID + terbutaline à la demande n=1123 Dose ICS 500 µg R Symbicort 320/9 µg 1 BID + terbutaline à la demande n=1105 Symbicort 160/4,5 µg1 BID + Symbicort à la demande (SMART) n=1107 onsultation : semaine: COMPASS

10 COMPASS: Symptômes et prise des médicaments de secours 60 Jours de contrôle (%) 15 Réveils (% jours) 15 Consommation de ttt de secours (% jours) Flutica/salme 250/50 0 Symbicort 320/9 0 Symbicort SMART 160/4,5 Jours de contrôle = nombres du jour pas de symptômes et pas de consommation des médicaments de secours Résultats ne sont pas significatifs COMPASS

11 Exacerbation/patient COMPASS: Taux des exacerbations Flutica/Salme 250/50 Symbicort 320/9 Symbicort SMART 160/4,5 NS P<0.001 P< Jour après le temps du choix randomisé Symbicort SMART diminue des exacerbations: 39% vs flutica/salme 250/50 28% vs Symbicort 320/9 COMPASS

12 COMPASS: Conclusion Symbicort SMART est plus efficace que le traitement d association des doses fixées. Comparaison aux traitements d intervention du flutica/salmeterol et Symbicort, Symbicort SMART Taux des crises graves Nombre d hospitalisation et de soins d urgence de l asthme Dose totale de corticoïde utilisé (voie inhalée et orale) Symbicort SMART améliore l instabilité de l asthme et donne une stratégie thérapeutique basée sur des évidences pour prévenir des exacerbations.

13 introduction Base théorique et base en réalité pour le choix d étude Les compréhentions profondes de mécanisme de l inflammation dans l asthme Succès des rechrches internationnales de l efficacité et des intérêts économiques de Symbicort dans le traitement de fond et le traitement de la crise Guide thérapeutique de l asthme du GINA

14 Symbicort La stratégie SMART Traitement de secours et traitement de fond dans un turbuhaler Le patient prend régulièrement 1 inhalation / jour de Symbicort et ajoute des supplémentaires inhalations de Symbicort au besoin. Le patient ne doit pas utiliser un bronchodilatateur à action rapide comme le traitement de secours. La stratégie Symbicort SMART est la prise en charge de l asthme par un seul turbuhaler permettant de traiter le terrain inflammatoire plus tôt dès de premiers symptômes. GINA

15 objectif Evaluation de l efficacité du Symbicort dans le traitement de la crise et le traitement de fond des asthmatiques

16 Matériel d évaluation Examen clinique Spirométrie Niveau de contrôle du patient Test de contrôle de l asthme ACT 5 paliers de traitement selon GINA

17 Classification du niveau de contrôle de l asthme Caractéristiques Contrôlé (tous les critères présents) Partiellement contrôlé (1 des critères au moins) Non contrôlé Symptomes diurnes Non ( 2/semaine) 2/semaine Limitation des activités Aucune Tout limitation Symptomes norturnes Aucun Oui Recours traitement de secours Non ( 2/semaine) > 2/semaine 3 éléments /semaine de l asthme partiellement contrôlé VEMS ou DEP Normal < 80% valeur prédite Exacerbations Aucune 1/an

18

19 Matériel d évaluation Examen clinique Spirométrie Niveau de contrôle du patient Test de contrôle de l asthme (ACT) 5 paliers de traitement selon GINA

20 Augmentation Réduction Niveau de controle ACTION THERAPEUTIQUE Bien contrôlé Partiellement contrôlé Non contrôlé Maintenir le contrôle et rechercher la dose minimale efficace Evaluer la stratégie d augmentation des doses pour gagner en contrôle Evaluer la stratégie d augmentation des doses pour gagner en contrôle Exacerbation Traitement comme une exacerbation reduction CHARGE THERAPEUTIQUE augmentation Palier 1 Palier 2 Palier 3 Palier 4 Palier 5

21

22 Schéma Markov de changement du niveau de contrôle 89,4% Contrôlé 7,8% 70,0% Partiellement contrôlé 2,8% 0,1% Non influencé par le palier 11,1% 0,1% Non contrôlé Exacerbation * Transitional probability independent of time (homogeneous) Bateman et al. ERS 2006

23 POPULATION ET METHODOLOGIE 1. Population: - 86 patients de l asthme non contrôlé à la consultation du Service de l Allergologie - Immunologie clinique de Bach Mai - Durée: 01/ / Critères d inclusion: + âge de 18 à 55 ans + diagnostique positif de l asthme non contrôlé 1.2. Cirtères d exclusion 2. Méthodologie Prospectif, essais cliniques

24 Critères d exclusion La crise d origine d autre causes: BPCO, crise d asthme cardiaque, pneumothorax, pneumonie, corps étrangers de la voie respiratoire... Reflux gastro-oesophagien Age inférieur à 18 ans ou supérieur à 55 ans Maladies associées: hyperthyroide, trouble du rythme cardiaque, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, glaucome, prostatite, cystite... Enceinte, allaitement Antécédent allergique à budesonide, formoterol ou lactose inhalé Pas d accord du patient à l étude

25 schema therapeutique du symbicort smart Evaluation initiale : antécédents, clinique, spirométrie, test ACT. diagnostique positif de l asthme, classification du niveau de contrôle. Sélection des patients: asthme pas bien contrôlé Symbicort 160/4.5mcg: 2 fois/jour (1 inhalation/fois) + 1 inhalation à la demande Réevaluation du niveau de contrôle et test ACT après 1 mois, 3 mois et 6 mois Evaluation de l efficacité de ttt de secours Non contrôlé partiellement contrôlé contrôlé changer la stratégie maitenir le traitement thérapeutique Augmente Augmente Diminue (step up) (step up) (step down) non efficace

26 Population et methode Evaluation du traitement: - Traitement de fond: + Niveau de contrôle + Score du Test de Contrôle de l Asthme (ACT) Traitement de la crise: + Ajoute une inhalation à la demande, ne doit pas changer la stratégie thérapeutique Prise en charge des effets secondaires: Céphalée, raucité de la voix, toux sèche, candidose oropharyngée...

27 Population et methode Le moment de terminer la recherche: Contrôler ou ne pas encore contrôler l asthme après 6 mois. Quand il faut changer la stratégie thérapeutique. Traitement des données: SPSS 12.0.

28 resultats % Tranche d'age Tableau 3.1. Répartition du tranche d'âge

29 resultats % Asthme Asthme + Rhinite Asthme + autre allergique maladie allergique Tableau 3.2. Répartition des antécédents allergiques Maladie Trang Thanh Thuû: 72.1 NguyÔn Hữu Tr êng: 45.71

30 Lª Văn Khang: 23.8 TrÞnh Kim Oanh: 25.0 Trang Thanh Thuû: 35.3 Antécédents allergiques de la famille Anté. Familiale Antécédents Nombres des pts % 30.2 Asthme Asthme + Rhinite allergique Asthme +autres allergies Autres maladies allergiques Pas d antécédents allergiques Total

31 Facteurs déclenchants de l asthme Facteurs déclenchants Nbr des pts (N=86) Taux % Poussière de la famille Fumée du tabac Graminées Poils du chat ou chien Froid Stress autres: facteurs endocriniens ou infectieux

32 resultats 29,1% Oui 70,9% Non Tableau 3.3. Répartition du traitement de fond Trang Thanh Thuû: 72.1 AIRIAP: Asie-pacifique: 90%; ViÖt Nam: 89%.

33 resultats 11,6% Non controle partiellement controle 88,4% Tableau 3.4. Répartiton du niveau de contrôle AIRIAP: Viet Nam: 99% non contrôlé l asthme

34 resultats % ,1% <=14p 15-19p 20-24p ACT score Tableau 3.5. Répartition du score ACT

35 resultats 2. Résultats après le traitement de secours et traitement de fond par SYMBICORT Efficacité du traitement de fond du Symbicort Efficacité Oui Non Total n % n % n % 3 mois mois Lalloo (2000);Zetterstrom (2001); Bateman (2003), Buhl (2003).

36 resultats Amélioration du niveau de contrôlé après le traitement Niveau de contrôle ( N=86) Temps Non contrôlé Partiellement contrôlé Contrôlé n % n % n % p 88.4 Avant mois p< mois p< mois p<0.001

37 resultats Amélioration du score ACT après le traitement Temps score ACT (N=86) p n % n % n % n % 58.1 Avant Après 1 mois p>0.0 5 Après 3 mois p< Après 6 mois p<0.0 5

38 resultats Efficacité du traitement de secours du Symbicort Oui Non Total Efficacité n % n % n % Après 3 mois Après 6 mois

39 resultats Demande d un recours aux soins d urgence Temps Soins d urgence ( N=86) n % p 41.9 Avant Après 1 mois p>0.05 Après 3 mois p< Après 6 mois P<0.05

40 resultats Demande d autres médicaments de secours Autres médicaments de secours Temps Oui Non p n % n % 26.7 Après 1 mois p>0.05 Après 3 mois 19 22, ,9 p> Après 6 mois p>0.05

41 resultats 1. Effets du traitement de fond: Effets du traitement de fond représentent 80.2% après 3 mois et 84.9% après 6 mois. Après 1 mois, 3 mois, 6 mois: Taux des asthmatiques contrôlés augmente significativement: 6.9%, 34.9%, 70.9% en ordre (p<0.001). Taux des patients ayant le score ACT maximum (25 points) augmente significativement: 8.1%, 39.5%, 72.1% en ordre (p<0.05).

42 resultats 2. Effets du traitement de secours: Effets du traitement de secours représente 77.9% après 3 mois et 82.6% après 6 mois. Après 1 mois, 3 mois, 6 mois: demande du recours aux soins d urgence diminue signficativement 11.6%, 10.5%, 5.8% en ordre vs 41.9% d avant de traitement ( p<0.05). Après 3 mois, 6 mois: demande d autres médicaments de secours diminue significativement 14.0%, 11.6% vs 26.7% d avant de traitement (p>0.05).

43 CONCLUSION GINA s approche Symbicort SMART (Grade A) - Si un turbuhaler d association de formoterol et budesonide est choisi, il est utilisé au traitement de secours et aussi au traitement de fond. - Cette stratégie apporte des résultats de diminution des exacerbations et amélioration du contrôle des adultes et des enfants aux doses minimum. Symbicort SMART apporte aussi des intérêts économiques pour le patient

44 Partage des expériences du contrôle total de l asthme

45 Prise en charge de la maladie chronique Evaluer la clinique et le diagnostique Diagnostiquer la sévérité Donner la thérapie Eduquer le malade Evaluer l objectif reçu

46 Classification du niveau de contrôle de l asthme Caractéristiques Contrôlé (tous les critères présents) Partiellement contrôlé (1 des critères au moins) Non contrôlé Symptomes diurnes Non ( 2/semaine) 2/semaine Limitation des activités Aucune Tout limitation Symptomes norturnes Aucun Oui Recours traitement de secours Non ( 2/semaine) > 2/semaine 3 éléments /semaine de l asthme partiellement contrôlé VEMS ou DEP Normal < 80% valeur prédite Exacerbations Aucune 1/an

47 Prise en charge de l asthme selon GINA 2006 Réduction Charge thérapeutique Augmentation Palier 1 Palier 2 Palier 3 Palier 4 Palier 5 Education du patient Contrôle des facteurs environnementaux b 2 -agoniste d action rapide à la demande b 2 -agoniste d action rapide à la demande choisir une seule option choisir une seule option ajouter une ou plusieurs options ajouter une ou les 2 options Options de Contrôle faible dose de corticoïde inhalé antileucotriène faible dose de corticoïde inhalé + b 2 -agoniste à longue durée d action moyenne ou forte dose de corticoïde inhalé faible dose de corticoïde inhalé + antileucotriène moyenne ou forte dose de corticoïde inhalé + b 2 -agoniste à longue durée d action antileucotriène théophylline retard corticoïde oral (la dose la plus faible) traitement anti-ige* faible dose de corticoïde inhalé + théophylline retard

48 Patient vient de diagnostiquer l asthme, aucun de traitement (GINA 2006) Contrôlé Palier 1 Partiellement contrôlé Palier 2 Non contrôlé Palier 3

49 Patient déjà diagnotiqué et traité avant (GINA 2006) Contrôlé Diminuer palier Partielle ment contrôlé Verifier Non contrôlé Augmenter palier

50 Quelques problèmes rencontrés dans le traitement de l asthme Quels sont des patients peut-être prescrit de Symbicort SMART? Quelles sont des difficultés dans le traitement de Symbicort SMART? Quel est le dosage initial convenable? Quand -t- on peut changer la dose dans Symbicort SMART? Quel est votre opinion de l exacerbation pendant le Symbicort SMART? Quel est votre choix afin de la meilleure efficacité thérapeutique du Symbicort SMART? Quels sont des points de vue incorrectes du Symbicort SMART?

51 Quels sont des patients peut-être prescrit de Symbicort SMART? Presque tous les asthmatiques peuvent utiliser le Symbicort SMART Objectif: traitement de fond et traitement de secours à la demande

52 Quelles sont des difficultés dans le traitement de Symbicort SMART? Patients ne suivent pas complètement la thérapie à cause de la mauvaise compréhension de leur maladie. Ils ne sont pas confiants de l effet du médicament (pas de saveur du médicament) Le prix assez élevé Il n y a pas encore la bonne coopération entre le patient et des médecins consultants

53 Quel est votre choix afin de la meilleure efficacité thérapeutique du Symbicort SMART? - Choix de la première dose selon PEF (EURO SMART) Choix de la première dose selon PEF PEF > 80% de la valeur théorique: 1 bouffée matin et soir PEF < 80% de la valeur théorique: 2 bouffées matin et soir

54 Quel est votre opinion de l exacerbation pendant le traitement du Symbicort SMART? Exacerbation: plus de 6 supplémentaires inhalations / jour Risque de l exacerbation: plus de 3 supplémentaires inhalations / semaine

55 PEF RISQUE DANS L AVENIR CRISE D EXACERBATION Crise d exacerbation même dans l asthme bien contrôlé Semaine de budesonide

56 Quel est votre choix afin de la meilleure efficacité thérapeutique du Symbicort SMART? C est une maladie chronique mais on peut le bien contrôler A On peut améliorer la qualité de vie du patient si l asthme est stable B Aider le patient bien comprendre sa maladie C Plusieurs facteurs de risque Des exacerbations peuvent avoir lieu n importe quand malgré la période stable D E Sa stabilité dépend l observation de la thérapie

57 Quel est votre choix pour obtenir la meilleure efficacité thérapeutique du Symbicort SMART? Présentation et guide ménitieux de l utilisation du Symbicort dès la première rencontrée Inspirer après le clic Inspirer profondément et fortement ne pas expirer Rincer la bouche, nettoyer l inhalateur par un chiffon propre et sec, ne le mettre jamais dans l eau Toujour vérifier les doses restantes sur le compteur

58 Quel est votre choix pour obtenir la meilleure efficacité thérapeutique du Symbicort SMART? Pour les consultations suivantes Examen clinique Vérifier le test ACT ou DEP Vérifier des doses restantes et demander le patient t une fois de pratiquer Spirométrie, Radio du thorax, Gas du sang (si besoin) Changer la dose ou faire l hospitalisation si risque de la crise Fixer la durée du revoir le médecin

59 Turbuhaler Tourner la molete pas correctement Ne pas savoir le tubuhaler vide Nettoyer pas correctement Inspirer pas correctement Expirer dans le turbuhaler Ne pas rincer la bouche après inspirer le médicament Evohaler Ne pas agiter l evohaler avant d utiliser Coordoner pas correctement les doigts et la bouche Inspirer pas correctement Ne pa savoir l evohaler vide. Ne pas rincer la bouche après inspirer le médicament Quelques fautes dans l utilisation l inhalateur

60

61

62 Quels sont des points de vue incorrectes du Symbicort SMART? Pour les patients sont diagnostiqués positifs de l asthme et récidivants, Symbicort SMART n est utilisé qu aux symptômes Symbicort SMART n est utilisé que non contrôlé l asthme Il faut utiliser le Symbicort SMART aussi pendant la période de stabilité et contrôlé

63 Evidences évaluant le niveau de contrôle de l asthme dans pratique Prise en charge totalement de l asthme est un objectif important dans la thérapie. La faible dose de corticoide inhalée ne suffit pas à contrôler l asthme. La faible dose de corticoide inhalée + LABA est mieux que la forte dose de corticoide inhalée. La thérapie BUD/FOR SMART approche le contrôle de l asthme total, surtout diminue le risque d exacerbation grave(dans tous les comparations).

64 Totalement contrôlé Contrôle au moment Réduction du risque dans l avenir Réduction des symptômes Amélioration des activités physiques Diminuation des crises d exacerbation Réduction des effets secondaires Réduction du taux mortel Amélioration de la fonction respiratoire éduction de la prise des médicaments Réduction du prix d urgence Intérêts économ iques Amélioration de la qualité de vie Intérêts économ iques Amélioration de la qualité de vie Intérêts économ iques Amélioration de la qualité de vie

65 Merci beaucoup de votre attention

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux ASTHME du SUJET AGE GENERALITES Deux tableaux : asthme ancien vieilli, asthme d apparition d tardive (souvent sous- diagnostiqué). EPIDEMIOLOGIE 1/ Prévalence : Plusieurs études épidémiologiques américaines

Plus en détail

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population.

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population. Université de Batna Faculté de médecine de Batna Cours de 4 ème Année Module de Pneumologie www.aurespneumo.com Dr Djenfi - 2012 I. Définition : L asthme est un désordre inflammatoire chronique des voies

Plus en détail

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant 7- Traitement de fond de l asthme de l enfant Stratégies d adaptation F Lemoigne Les 4 points clés de la prise en charge de l asthme (1) Développer le partenariat Médecin/Patient : l objectif de ce partenariat

Plus en détail

Comment évaluer le contrôle de l asthme en pratique quotidienne?

Comment évaluer le contrôle de l asthme en pratique quotidienne? Comment évaluer le contrôle de l asthme en pratique quotidienne? Antoine Deschildre Pneumologie pédiatriquep CHRU de Lille Toulouse, octobre 2008 SEVERITE DE L ASTHME (GINA) Symptômes diurnes Symptômes

Plus en détail

Item 184 Asthme Collège des Enseignants de Pneumologie 2015

Item 184 Asthme Collège des Enseignants de Pneumologie 2015 Item 184 Asthme Figure 1 : Physiopathologie de l asthme Figure 2 : Courbe debit-volume typique de TVO significativement réversible. Après broncho-dilatateurs (BD), le VEMS gagne 500 ml soit 14%. Tableau

Plus en détail

L asthme chez l enfant Quelle prise en charge scolaire? Professeur Georges Casimir Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola

L asthme chez l enfant Quelle prise en charge scolaire? Professeur Georges Casimir Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola L asthme chez l enfant Quelle prise en charge scolaire? Professeur Georges Casimir Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola DEFINITION Asthme chez l enfant (10 %) Rôle de l allergie (25%) dans l

Plus en détail

Intérêt du NO dans la prise en charge de l asthme. Michel Miguéres Toulouse, le 22 mars 2014

Intérêt du NO dans la prise en charge de l asthme. Michel Miguéres Toulouse, le 22 mars 2014 Intérêt du NO dans la prise en charge de l asthme Michel Miguéres Toulouse, le 22 mars 2014 Notion de contrôle de l asthme Mesure de la Fe NO, un nouvel outil Diagnostique d aide au contrôle de l asthme

Plus en détail

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Dr Hakima OUKSEL Département de Pneumologie 1 Le traitement de fond de l asthme 1. Est

Plus en détail

L enfant avant tout. L asthme chez l enfant

L enfant avant tout. L asthme chez l enfant 14 L enfant avant tout L asthme chez l enfant Au Canada, la prévalence de l asthme chez l enfant a quadruplé au cours de la dernière décennie, et l asthme est devenu l une des principales causes d hospitalisation

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

E DISPOSITIFS D INHALATION ET PEAK FLOW

E DISPOSITIFS D INHALATION ET PEAK FLOW Soins de l appareil respiratoire/e Dispositifs d inhalation et Peak flow - 1 - E DISPOSITIFS D INHALATION ET PEAK FLOW E 1 - DISPOSITIFS D INHALATION DEFINITION Dispositifs permettant, par inhalation,

Plus en détail

L ASTHME BRONCHIQUE. 20.03.09 Dr Dussart Pneumologie. I)Définition II)Epidémiologie III)Physiopathologie

L ASTHME BRONCHIQUE. 20.03.09 Dr Dussart Pneumologie. I)Définition II)Epidémiologie III)Physiopathologie 20.03.09 Dr Dussart Pneumologie L ASTHME BRONCHIQUE I)Définition II)Epidémiologie III)Physiopathologie A)L'inflammation bronchique B)Le bronchospasme C)L'hyperréactivité bronchique IV)Manifestations cliniques

Plus en détail

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON Mlle D. est essoufflée Pierre-Antoine ODDON ses études. Elle vient vous consulter car, depuis son arrivée, elle se sent parfois essoufflée et elle voudrait bien que vous calmiez cette maudite toux qui

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 décembre 2010 ONBREZ BREEZHALER 150 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 10 gélules avec inhalateur (CIP : 399 821-7) Boîte de 30 gélules avec inhalateur

Plus en détail

Comment prescrire les corticoïdes inhalés chez les nourrissons à la lumière des publications récentes? Christophe Marguet

Comment prescrire les corticoïdes inhalés chez les nourrissons à la lumière des publications récentes? Christophe Marguet Comment prescrire les corticoïdes inhalés chez les nourrissons à la lumière des publications récentes? Christophe Marguet Asthme du nourrisson ou siffleur récurrent : un syndrome Phénotypes sont essentiels

Plus en détail

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme?

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? CAS CLINIQUE L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? Commencer Réalisé par le Pr Just Chef du Service d Allergologie Centre de l asthme et des Allergies Hôpital Trousseau Paris 12 Suite Paul,

Plus en détail

L asthme en 2008. Les faits importants. Les recommandations : - ANAES 2004 - GINA 2006 2007 - SPLF Asthme allergique 2007

L asthme en 2008. Les faits importants. Les recommandations : - ANAES 2004 - GINA 2006 2007 - SPLF Asthme allergique 2007 L asthme en 2008 Les faits importants Les recommandations : - ANAES 2004 - GINA 2006 2007 - SPLF Asthme allergique 2007 Gérard Peiffer Pneumologue-Allergologue CHR Metz Epidémiologie de l asthme en France

Plus en détail

Avis 26 juin 2013. FLUTIFORM 125/5 µg/dose, suspension pour inhalation en flacon

Avis 26 juin 2013. FLUTIFORM 125/5 µg/dose, suspension pour inhalation en flacon COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 26 juin 2013 FLUTIFORM 50/5 µg/dose, suspension pour inhalation en flacon Flacon de 120 doses (CIP : 34009 266 487 9 4) FLUTIFORM 125/5 µg/dose, suspension pour inhalation

Plus en détail

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT 3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT DIFFÉRENTES CLASSES THÉRAPEUTIQUES ET LEURS RÔLES RESPECTIFS Component 4 : Asthma Management and Prevention Program DÉFINITION

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME L asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes, caractérisée par une obstruction bronchique variable dans le temps. Sous-diagnostiqué et insuffisamment pris en charge dans la population

Plus en détail

Toux persistante. Classification selon durée. Mécanisme de la toux. Toux aiguë: étiologie. Toux sub-aiguë: étiologie. Toux chronique: étiologie

Toux persistante. Classification selon durée. Mécanisme de la toux. Toux aiguë: étiologie. Toux sub-aiguë: étiologie. Toux chronique: étiologie Classification selon durée Toux persistante 6 novembre 2008 Dr Jean-Paul Ketterer Pneumologue FMH La Chaux-de-Fonds Toux aiguë < 3 semaines Toux sub-aiguë 3 à 8 semaines Toux chronique > 8 semaines Mécanisme

Plus en détail

ECONOMIE DE LA SANTE. Critères de jugement et indicateurs. L Evaluation des Technologies Médicales: LES CRITERES DE JUGEMENT LES CRITERES DE JUGEMENT

ECONOMIE DE LA SANTE. Critères de jugement et indicateurs. L Evaluation des Technologies Médicales: LES CRITERES DE JUGEMENT LES CRITERES DE JUGEMENT UNIVERSITE RENE DESCARTES Faculté de Pharmacie MASTERE 2007-2008 ECONOMIE DE LA SANTE L Evaluation des Technologies Médicales: LES CRITERES DE JUGEMENT Professeur Robert LAUNOIS REES Réseau d Evaluation

Plus en détail

Sally E Wenzel. Asthma phenotypes: the evolution from clinical to molecular approaches Nature Medicine 2012;18:716 725

Sally E Wenzel. Asthma phenotypes: the evolution from clinical to molecular approaches Nature Medicine 2012;18:716 725 Pr Ali Ben Kheder Astra Zeneca Mars 2014 Sally E Wenzel. Asthma phenotypes: the evolution from clinical to molecular approaches Nature Medicine 2012;18:716 725 GINA TTT APCI ASTHME NON CONTRÔLE! A QUI

Plus en détail

Séminaire BPCO. Les médicaments du traitement de fond. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé

Séminaire BPCO. Les médicaments du traitement de fond. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé Séminaire BPCO Les médicaments du traitement de fond Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé 1 Mes liens d intérêt Spécialiste en médecine générale, je déclare n avoir aucun lien,

Plus en détail

TRAITEMENTS PAR INHALATION SILVIA VIGNA THEYTAZ PROF. PIERRE-OLIVIER BRIDEVAUX SERVICE DE PNEUMOLOGIE HÔPITAL DE SION

TRAITEMENTS PAR INHALATION SILVIA VIGNA THEYTAZ PROF. PIERRE-OLIVIER BRIDEVAUX SERVICE DE PNEUMOLOGIE HÔPITAL DE SION TRAITEMENTS PAR INHALATION SILVIA VIGNA THEYTAZ PROF. PIERRE-OLIVIER BRIDEVAUX SERVICE DE PNEUMOLOGIE HÔPITAL DE SION http://www.hopitalvs.ch/pneumocolloque CATHERINE ESCHER-REVAZ ET JEAN BORIS VON ROTEN,

Plus en détail

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Actualités dans la prise en charge de la BPCO Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Rappels épidémiologiques 5 10% de la population adulte 3,5 milliards d euros/an

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 février 2012 ASMANEX TWISTHALER 200 µg/dose, poudre pour inhalation Inhalateur de 30 doses (CIP : 359 243-2) Inhalateur de 60 doses (CIP : 359 244-9) ASMANEX TWISTHALER

Plus en détail

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Santé respiratoire

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Santé respiratoire LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Santé respiratoire : asthme et rhume des foins L obstruction des voies respiratoires et les symptômes de l asthme, ainsi que les manifestations similaires du rhume des foins,

Plus en détail

Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois

Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois Manon Belhassen 1,2, Jacques de Blic, Laurent Laforest, Valérie Laigle, Céline Chanut-Vogel,

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE L ASTHME

LES TRAITEMENTS DE L ASTHME A. LES TRAITEMENTS DE L ASTHME 08/06/09 Dr Ausias Pharmaco I. Généralités II. Thérapeutiques inhalées A. Particules B. Les différents systèmes 1. Aérosols doseurs 2. Les chambres d inhalation 3. Les inhalateurs

Plus en détail

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Dr Brès 09 octobre 2013 jacques.bres@chi-eureseine.fr 1 Plan Définitions, épidémiologie Causes Obstruction bronchique Clinique Examens complémentaires

Plus en détail

Qu est-ce que l hyperréactivité bronchique? Quelle importance pour le clinicien?

Qu est-ce que l hyperréactivité bronchique? Quelle importance pour le clinicien? Qu est-ce que l hyperréactivité bronchique? Quelle importance pour le clinicien? Prof. Jean-William Fitting Colloque du 6 février 2014 Service de pneumologie Centre Hospitalier Universitaire Vaudois Lausanne,

Plus en détail

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements 1 à 20 H 30 au Muséum Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements Sous l'égide du Comité orléanais de la Fondation pour la Recherche Médicale Avec : - Isabelle COUILLIN,

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique Dyspnée Aiguë Au SAU Echographie Cardio Thoracique Dr Jean-Philippe REDONNET Pôle Anesthésie Urgences Réanimation CH LOURDES INTRODUCTION Motif de recours aux urgences fréquent Diagnostic étiologique difficile

Plus en détail

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive 5éme Journées Aurassiennes de Pneumo-phtisiologie Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009 Définition de la BPCO Maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente

Plus en détail

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT Pr. Amine EL HASSANI MG Maroc. Rabat 29.5.2011 PROBLEMATIQUES Littérature Française Anglaise Etudes non Comparables Définition: Preschool Recurrent Wheeze

Plus en détail

ASTHME et ALLERGIE ALIMENTAIRE chez l enfant Quel lien? Dr Anne DEPRAS AART 14 octobre 2014

ASTHME et ALLERGIE ALIMENTAIRE chez l enfant Quel lien? Dr Anne DEPRAS AART 14 octobre 2014 ASTHME et ALLERGIE ALIMENTAIRE chez l enfant Quel lien? Dr Anne DEPRAS AART 14 octobre 2014 Lien entre AA et asthme 10% des enfants sont asthmatiques 10% des asthmatiques sont all alimentaires (2% chez

Plus en détail

Traitement de la crise : Particularités s pédiatriquesp. Pr Christophe Delacourt Necker

Traitement de la crise : Particularités s pédiatriquesp. Pr Christophe Delacourt Necker Traitement de la crise : Particularités s pédiatriquesp Pr Christophe Delacourt Necker Mots clés Silence auscultatoire Fréquence respiratoire Elocution difficile TA Réponse β2 DEP SaO2 Corticoïdes Bronchodilatateurs

Plus en détail

Asthmatiques, osez parler!

Asthmatiques, osez parler! Asthmatiques, osez parler! Membre de la Fédération Française de Pneumologie Avec les parrainages du Ministère de la Santé et des Solidarités et de l EFA L asthme est une maladie chronique qui va durer

Plus en détail

La dyspnée : On soupçonne de l asthme lorsqu un patient se. est-ce de l asthme? Comment poser le diagnostic et procéder à l évaluation?

La dyspnée : On soupçonne de l asthme lorsqu un patient se. est-ce de l asthme? Comment poser le diagnostic et procéder à l évaluation? : est-ce de l asthme? Par Paolo Renzi, MD, FRCPC Présenté par l Université de Montréal dans le cadre des 12 e Journées annuelles du Département de médecine, le 14 novembre 2003 Le cas de Madeleine Madeleine,

Plus en détail

Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle. I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823

Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle. I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823 Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823 Particularités physiologiques du NRS Plus grande facilité

Plus en détail

INDICE DE MASSE CORPORELLE AVANT LA GROSSESSE, PRISE DE POIDS PENDANT LA GROSSESSE ET DIABETE GESTATIONNEL

INDICE DE MASSE CORPORELLE AVANT LA GROSSESSE, PRISE DE POIDS PENDANT LA GROSSESSE ET DIABETE GESTATIONNEL INDICE DE MASSE CORPORELLE AVANT LA GROSSESSE, PRISE DE POIDS PENDANT LA GROSSESSE ET DIABETE GESTATIONNEL Nguyen Thi Mai Phuong, Faculté de Médecine de Haiphong Pham Thi Thanh Hien, Université de Médecine

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 22 juin 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 9 avril 2000 (JO du 9 avril 2000) BUVENTOL EASYHALER 100

Plus en détail

Quelle place pour les bronchodilatateurs de longue action dans le traitement de la BPCO?

Quelle place pour les bronchodilatateurs de longue action dans le traitement de la BPCO? Quelle place pour les bronchodilatateurs de longue action dans le traitement de la BPCO? Mise à jour mai 2009 Trois bronchodilatateurs inhalés de longue durée d'action (LA) sont disponibles en France dans

Plus en détail

Du dosage de la vitamine D à la réadaptation du protocole de correction des carences dans le pôle EHPAD/USLD du CHRU de Brest

Du dosage de la vitamine D à la réadaptation du protocole de correction des carences dans le pôle EHPAD/USLD du CHRU de Brest Du dosage de la vitamine D à la réadaptation du protocole de correction des carences dans le pôle EHPAD/USLD du CHRU de Brest Journées communes de la SGOC et de la SBG Le 18 juin 2010 V. Mercier, N. Le

Plus en détail

- Où en est-on aujourd hui des indications, de l efficacité de l ITA? 8 Rencontres Rhône-Alpines De FMC en Allergologie. H Dhivert Donnadieu

- Où en est-on aujourd hui des indications, de l efficacité de l ITA? 8 Rencontres Rhône-Alpines De FMC en Allergologie. H Dhivert Donnadieu - Où en est-on aujourd hui des indications, de l efficacité de l ITA? 8 Rencontres Rhône-Alpines De FMC en Allergologie H Dhivert Donnadieu Philippe 55 ans, habite à Amiens Antc: symptômes polliniques

Plus en détail

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler»

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Dr Anna RIBERA CANO Pneumoallergologie pédiatrique SMUR pédiatrique Introduction Motif d appel fréquent 21% appels SMUR pédiatrique

Plus en détail

Dossier progressif. Unité d enseignement 11. 354 Détresse respiratoire aiguë de l'adulte

Dossier progressif. Unité d enseignement 11. 354 Détresse respiratoire aiguë de l'adulte Dossier progressif Unité d enseignement 7 Unité d enseignement 10 Unité d enseignement 11 Item Inflammation - Immunopathologie 182. Hypersensibilités et allergies chez l'enfant et l'adulte 184. Hypersensibilités

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Particularités communes! Ac monoclonaux «humanisés»! AMM 1999 pour le palivizumab, 2006 pour omalizumab!

Plus en détail

Chapitre 4 Asthme et Entretien Pharmaceutique

Chapitre 4 Asthme et Entretien Pharmaceutique Chapitre 4 Asthme et Entretien Pharmaceutique 1) Pourquoi? En France, il y a actuellement entre 2,5 et 3 millions de personnes souffrant de maladie asthmatique et 2000 asthmatiques qui en meurent chaque

Plus en détail

Accompagnement des malades asthmatiques

Accompagnement des malades asthmatiques Accompagnement des malades asthmatiques Comité de suivi asthme du 27 juin 2013 Page n 1 Ordre du jour 1. La segmentation 2. Les supports de recrutement et d accompagnement 3. Le rôle des PS et l articulation

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

L immunothérapie sublinguale. Carnet Patient

L immunothérapie sublinguale. Carnet Patient L immunothérapie sublinguale Carnet Patient Introduction Le traitement des maladies allergiques respiratoires (rhinite, asthme), comprend le contrôle de l environnement, l éviction de l allergène, l utilisation

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron DIPAT5815F Doit être pris une fois par jour au petit-déjeuner, comme prescrit par votre médecin. Produit en tant que service pour la médecine, et ce, à l intention des patients traités par Diamicron MR.

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR Un article de synthèse paru dans les Folia de septembre 2000 sur le traitement médicamenteux de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) attirait

Plus en détail

Asthme allergique (lié à des causes «extérieures» au patient).

Asthme allergique (lié à des causes «extérieures» au patient). Lexique ALLERGÈNE : Protéine qui provoque la formation d IGE en quantité élevée chez les patients atopiques déclenchant ensuite une réaction allergique. On distingue les allergènes alimentaires ou trophallergènes

Plus en détail

Asthme et BPCO. Recommandations et listes des médicaments

Asthme et BPCO. Recommandations et listes des médicaments Asthme et BPCO Recommandations et listes des médicaments Sommaire Sommaire 1 Introduction 3 1 e Partie Asthme 5 I. Asthme: recommandation 6 1. Posez le diagnostic 6 2. Choisissez le traitement chronique

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 2 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 2 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 2 novembre 2005 SPIRIVA 18 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 3 plaquettes thermoformées de 10 gélules avec inhalateur (CIP: 368

Plus en détail

Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices

Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices CHAMBRE DE COMMERCE LUXEMBOURG Actualité & tendances n 16 Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices 20 octobre 2014 1 CHAMBRE DE COMMERCE LUXEMBOURG Sommaire 1. Actualité

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Sofiane a 3mois sous hydrolysat extensive de LV pour APLV depuis un mois il commence une gène respiratoire et un sifflement. On annonce à la maman

Sofiane a 3mois sous hydrolysat extensive de LV pour APLV depuis un mois il commence une gène respiratoire et un sifflement. On annonce à la maman Sofiane a 3mois sous hydrolysat extensive de LV pour APLV depuis un mois il commence une gène respiratoire et un sifflement. On annonce à la maman que Sofiane fait de L asthme et qu un TRT par CSI est

Plus en détail

Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD

Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD ou une première approche de troubles bien fréquents dans nos structures Janvier 2012 / Rédacteur : A. Mazoyer médecin coordonnateur

Plus en détail

ASTHME de l ENFANT > 5 ANS

ASTHME de l ENFANT > 5 ANS ASTHME de l ENFANT > 5 ANS Alain Proust Nîmes ASTHME Maladie chronique la plus fréquente chez l enfant Fréquence 10 % des enfants Classe de 25 à 30 élèves: 2 à 3 asthmatiques Augmentation de cette prévalence

Plus en détail

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Toux Caractéristiques Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Se méfier Présence de sang dans les expectorations Altération marquée de l état général Apparition

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen. HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.fr PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS Réaction immédiate : < 1

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 6 juillet 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 26 mai 2000 (JO du 8 juin 2000) ASMABEC CLICKHALER 100

Plus en détail

La bronchiolite pas de panique!

La bronchiolite pas de panique! La bronchiolite pas de panique! Guide à l usage des familles Sommaire P. 2 C est quoi la bronchiolite? Comment se présente la bronchiolite? Que faire? P. 3 A quoi sert la kinésithérapie respiratoire? P.

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Définitions IRC-IRA Capacité de gérontologie Cours du 6 fevrier 2007 E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique(irc): incapacité du système respiratoire à assurer l oxygénation

Plus en détail

Prise en charge au long cours de l asthme

Prise en charge au long cours de l asthme Prise en charge au long cours de l asthme Conférence de consensus sur la prise en charge des crises d asthme aigües graves 2002 Guide affection de longue durée asthme (HAS Octobre 2006) Le consensus OMS

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

ASTHME ET SPORT. JP GRIGNET DENAIN avril 2005

ASTHME ET SPORT. JP GRIGNET DENAIN avril 2005 ASTHME ET SPORT JP GRIGNET DENAIN avril 2005 Qu est ce que l asthme? L asthme est une maladie inflammatoire chronique (durable) des bronches Les manifestations peuvent être: - La toux souvent sèche, quinteuse,

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Phénotypage de l asthme : En pratique. Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue

Phénotypage de l asthme : En pratique. Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue Phénotypage de l asthme : En pratique Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue Asthme du nourrisson Enfant d âge préscolaire < 3 ans Diagnostic d asthme la première année de vie : épisodes itératifs de

Plus en détail

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme DU soins infirmiers en réanimation, SSPI et urgences Module 10-surveillance postopératoire à court terme CRITERES DE SORTIE DE SSPI Critères de sortie SSPI But principal du séjour en SSPI réduire les complications

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

N 73 ADDICTION AU TABAC

N 73 ADDICTION AU TABAC N 73 ADDICTION AU TABAC 1. Combien y a-t-il de fumeurs en France? (QRU) a. 20 millions de personnes b. 15 millions de personnes c. 10 millions de personnes d. 5 millions de personnes e. 7 millions de personnes

Plus en détail

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud 2 ème rencontre du Réseau Santé Psychique Suisse Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud Charles Bonsack SFr. 4'500'000.00 SFr. 4'000'000.00 SFr. 3'500'000.00

Plus en détail

La Rhinite Allergique : L Approche de l Allergologue Dr A.BENYOUNES

La Rhinite Allergique : L Approche de l Allergologue Dr A.BENYOUNES La Rhinite Allergique : L Approche de l Allergologue Dr A.BENYOUNES RHINITE ALLERGIQUE : PROBLEME IMPORTANT CAR: > Prévalence: 5 à 50% dans la population générale (600 millions). Estimée à 15% en Algérie

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE- Asthme de l'adulte. Asthme de l'adulte

APPAREIL RESPIRATOIRE- Asthme de l'adulte. Asthme de l'adulte 23/10/2013 LEVY Manon L3 Appareil respiratoire Pr. CHARPIN 10 pages Asthme de l'adulte Plan : A. Généralités I. Épidémiologie II. Définition de l'asthme B. Physiopathologie C. Diagnostic I. Circonstances

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention Fédération Française des Associations et Amicales de malades, Insuffisants ou handicapés Respiratoires. www.ffaair.org 66 Boulevard Saint-Michel - 75006 PARIS Tél. :

Plus en détail

Asthme: prise en charge au bureau S Z E M A N T S E, M D C M M P H F R C P C P N E U M O L O G U E P É D I A T R I Q U E

Asthme: prise en charge au bureau S Z E M A N T S E, M D C M M P H F R C P C P N E U M O L O G U E P É D I A T R I Q U E Asthme: prise en charge au bureau S Z E M A N T S E, M D C M M P H F R C P C P N E U M O L O G U E P É D I A T R I Q U E CHU S A I N T E - J U S T I N E S Z E. M A N. T S E @ U M O N T R E A L. C A Conflit

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

Enquête sur la rémunération des médecins généralistes

Enquête sur la rémunération des médecins généralistes Enquête sur la rémunération des médecins généralistes Clément Bousson Soutenance de thèse 4 Juin 2013 Introduction Paiement à l acte Mode de rémunération majoritaire, pilier de la médecine libérale en

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 Par Denis Bérubé Une maladie très fréquente...15 Physiopathologie et

Plus en détail

La pratique du médecin du travail en entreprise UNITE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

La pratique du médecin du travail en entreprise UNITE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL La pratique du médecin du travail en entreprise UNITE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Introduction Thèmes Contexte de mon activité de médecin du travail Mission du médecin du travail Travail et santé Les

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

Rhinite et conjonctivite allergiques

Rhinite et conjonctivite allergiques Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Rhinite et conjonctivite allergiques de l adulte Rhinite et conjonctivite allergiques de l adulte Ce qu il faut savoir Qu appelle-t-on

Plus en détail

De l identification du médecin traitant à l inscription générale des patients

De l identification du médecin traitant à l inscription générale des patients De l identification du médecin traitant à l inscription générale des patients Colloque Presser le pas de la FCRSS Novembre 2010, Montréal François Dubé Ministère de la Santé et des Services sociaux Facteurs

Plus en détail