RESISTANCE AUX ANTI-PLAQUETTAIRES QUELS OUTILS DE DEPISTAGE? QUELLE PERTINENCE CLINIQUE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESISTANCE AUX ANTI-PLAQUETTAIRES QUELS OUTILS DE DEPISTAGE? QUELLE PERTINENCE CLINIQUE?"

Transcription

1 RESISTANCE AUX ANTI-PLAQUETTAIRES QUELS OUTILS DE DEPISTAGE? QUELLE PERTINENCE CLINIQUE? I. ELALAMY UNITE HEMOSTASE-THROMBOSE THROMBOSE HOPITAL TENON ER2 UPMC PARIS

2 Récepteurs plaquettaires

3 Inhibition de plus de 95% de la synthèse de TxA2 Site actif de la cyclooxygénase 0,5 mg.kg -1.j -1 Acétylation irréversible Ser 529 (Cox-1) Ser 516 (Cox-2) Aspirine Effet transitoire Acide Arachidonique

4 ADP ATP P2Y1 P2Y 12 P2X 1 Protéine Gq + Phospholipase C - Adenylyl cyclase Protéine Gi Ca 2+ Mobilisation du Ca Changement de forme Initiation de l agrégation Synthèse d AMPc Sécrétion granulaire Stabilité des agrégats

5 CLOPIDOGREL, MÉCANISME M D ACTIOND ADP O H 3 COOC H P2Y 1 P2Y 12 HO HS N Cl Active metabolite Cytochrome P450 3A4 Ca 2+ AMPc initiation amplification agrégation S H 3 COOC N Cl H Clopidogrel = prodrogue

6 Effects of Antiplatelet Therapy on Vascular Events in High Risk Patients Treatment No. of trials with data No. of patients % odds reduction (MI, stroke, or vascular death) All trials , Any ASA 64 59, Dipyridamole 15 5, Ticlopidine 42 5, Clopidogrel* 1 19, Antithrombotic Trialists Collaboration. BMJ 2002; 324: Fisher LD et al. Am Heart J 2001; 141:

7 Efficacité clinique des antiplaquettaires en prévention secondaire Réduction relative du risque (IDM, AVC, Décès) : 20 à 30 % Risque absolu d ECV : 4 à 9 % par an Cas particulier des thromboses aigues sur stents coronaires avec l association aspirine + clopidogrel : 1 à 3% Antithrombotic Trialists Collaboration. BMJ Fontana et al. Eur J Vasc Endovasc Surg. 2007

8 Resistance : Une affaire d état plaquettaire? «PLAQUY FAIT DE LA RÉSISTANCE»

9 Prevalence de la résistance à l aspirine en fonction du test fonctionnel plaquettaire % 51.7% 22.9% 17.9% 18.0% 10.3% 4.0% 6.7% 2.8% Aspirin resistance prevalence LTAAA 1.6 mm (0.5 mg/ml) LTAADP 5 µm LTAADP 10 µm LTAADP 20 µm LTAAA + LTA ADP 10 µm WBA PFA-100 VerifyNow Aspirin Urinary dt x B2 Lordkipanidzé M et al, European Heart Journal 2007

10 QUELLE METHODE UTILISER?... Chrono-log impendance aggregometry Flow cytometry PFA-100 Accumetrics Plateletworks (platelet count) born aggregation (optical platelet aggregometry) Multiplate analyzer

11 Étude de l agrégation plaquettaire par technique photométrique Source lumineuse polychromatique 5- Barreau métallique 2- Filtre monochromatique 6- Moteur rotatif 1100 tours/min 3- Faisceau monochromatique 7- Lumière transmise 4- Cuve contenant du PRP 8- Diode photoélectrique 9- Enregistreur

12 Exemple d une agrégation plaquettaire Ac Arachidonique ADP µm 5 µm 2 µm + Aspirine + Aspirine sous Kardegic seul (75 mg/j)

13 Exemple d une agrégation plaquettaire 70% 30% Agonists: 1 Collagène 2.5 mg/l 2 ADP 5 µmol/l 3 ADP 20 µmol/l 4 TRAP 25 µmol/l sous Plavix seul (75 mg/j)

14 Variabilité Interindividuelle au Clopidogrel Number of patients ,2% Hyperrépondeurs n=544 < -20 [-10,0] [11,20] [31,40] [51,60] [71,80] [91,100] Delta 5µM ADP 4,8% Hyporépondeurs Serebruany et al. JACC 2005 ; 45 :

15 Variabilité de réponse : question de temps? 300mg % Nonresponders (D Aggr <10%) Elective Stenting Clopidogrel: : LD 300/ MD 75 Light Transmittance Plat Aggr N= h 24 h 5 d 30 d µm 20 µm Gurbel et al. Circulation. 2003;107:2908

16 Faster Onset of Action and Higher Level of Platelet Inhibition (Dose (Dose-Effect) (%) Inhibition Maximum Inhibition of Platelet Aggregation (ADP 20 µmol/l) 300 mg LD 600 mg LD 900 mg LD 10 5 P<.05 vs 300 mg LD Time (hours) Montalescot et al. The ALBION study

17 Variabilité de réponse : question de dose? 300 vs 600mg Gurbel et al. JACC, 2005;45:1392-6

18 RÉSISTANCE AGREGOMETRIQUE À L ASPIRINE ET RISQUE CARDIOVASCULAIRE Etude en aveugle et prospective ATCD cardiovasculaires (n=326) Aspirine 325 mg/j 7 j Résistance si réponse 70% à l ADP 10 µm et/ou 20% à l AA (0.5 mg/ml) 5% sont résistants (n=17)=> suivi moyen 2 ans Gum et al, J Am Coll Cardiol 2003

19 Risque d accident vasculaire majeur chez les patients coronariens stables traités par aspirine en fonction du statut aggrégom gométrique Taux d évènements % (4) HR= 3.12 (95% CI, ) p=0.03 (30) 0 Résistant (n=17) Placebo Sensible (n=309) Gum PA et al, J Am Coll Cardiol 2003

20 EXCELSIOR Study 802 pts 600mg of clopidogrel prior to PCI Light transmission aggregometry W. Hochholzer, D. Trenk, F-J. Neumann Herz-Zentrum Bad Krozingen, Germany JACC 2006

21 Platelet Aggregation During PCI and Outcome 30-day MACE (%) 5 4 p = /209 1/198 6/196 7/199 1st quartile 2nd quartile 3rd quartile 4th quartile (< 4 %) (4 13 %) (14 32 %) (> 32 %) Light transmission aggregometry 5µmol ADP EXCELSIOR, JACC 2006

22 Platelet Aggregation During PCI and Outcome Incidence of MACE, % th quartile 3rd quartile Days after PCI 2nd quartile 1st quartile 30 EXCELSIOR, JACC 2006

23 RESISTANCE AGREGOMETRIQUE ET RISQUE DE THROMBOSE DE STENT? Etude cas contrôle ATCD de Thrombose de Stent (ST; n=23) Porteurs de stent (> 6 mois) (contrôles; n=50) Volontaires sains (n=9) Aspirine 100 mg/j pdt 1mois => tests + Clopidogrel (300 mg; 75 mg/j) pdt 1mois => tests Résistance si réponse 70% à l ADP 5 ou 20 µm et/ou 20% à l AA (0.5 mg/ml) Wenaweser et al, JACC 2005

24 STENT THROMBOSIS IS ASSOCIATED WITH AN IMPAIRED RESPONSE TO ANTIPLATELET THERAPY Wenaweser et al, JAAC 2005

25 Meta-analyse analyse en angioplastie 25 études n=3688 Résistance au Clopidogrel 21% Snoep et al, Am Heart J 2007 Am Heart J 2007;154:221231

26 123/161 22/38 8/38 5/38 3/38 NON REPONDEURS 24% => 5% Neubauer et al Thromb Haemost 2008

27 Monitoring platelet function using the Multiplate analyzer Impédancemétrie en sang total ASA 500 mg i.v.

28 Principe du Multiplate adhésion et agrégation des plaquettes sur la surface accroît la résistance électrique entre les électrodes

29 Platelet Reactivity Following Clopidogrel Treatment Assessed With Point-of-Care of-care Multiplate Analysis And Early Drug-Eluting Stent Thrombosis 1608 consecutive patients with CAD and planned drug-eluting stent implantation Before PCI all patients received 600 mg clopidogrel The primary endpoint was definite ST at 30 days Sibbing et al J Am Coll Cardiol. 2009

30 Rapide Facile Précis Insérer la cartouche Ajouter échantillon Résultats en quelques minutes

31 Mixing Chambers/ Detection Well

32 VerifyNow TM mime L agrégation plaquettaire in vivo Le sang total du patient est mis dans la cartouche Agoniste Les agonistes VerifyNow, arachidonate, ADP, TRAP Activent les plaquettes Les plaquettes activées se fixent au fibrinogène lié aux microparticules et autres plaquettes activées et forment des agrégats Light Measurement

33 VerifyNow TM : évaluation de l inhibition plaquettaire +++ Pas de lumière Source lumineuse Specimen non inhibé Specimen Inhibé

34 SCRIPPS Clinic Sudy 380 pts 600 mg of clopidogrel VerifyNow (Accumetrics) High-reactivity pts - upper tertile of aggregation Price et al Eur Heart J 2008

35 Distribution of Post-Treatment Reactivity Mean PRU=184 ± 85 Upper Tertile: PRU > 235 # of Patients High posttreatment reactivity Post- Treatment Reactivity (PRUs) Price et al Eur Heart J 2008

36 Out-of-hospital 6 Months Outcomes Stratified By Reactivity In Patients On Consistent Clopidogrel Therapy n=321 % of Patients Low Post-Treatment Reactivity High Post-Treatment Reactivity p=0.04 2,8% p=0.6 p= ,6% 1,8% 1,0% 1,0% 0% 0% p= ,5% CV Death non-fatal MI ST CV Death/MI/ST *on clopidogrel at 30 day & 6 month FU, or reached an endpoint on clopidogrel by 6 month FU Price et al Eur Heart J 2008

37 N=380 VerifyNow P2Y12 post-bolus Cut-off optimal (analyse ROC) PRU 235 unités VPP 78% pour MACE à 6 mois Décès CV 2.8 vs 0% p=0.04 Thromb. Stent 4.6 vs 0% p=0.004 Critère composite 6.5 vs 1% p=0.008 Price et al Eur Heart J 2008

38 PFA-100 Platelet Function Analyzer Mime une brèche vasculaire (artériole) Simulation in vitro des conditions hémorhéologiques in vivo Adhésion puis activation plaquettaire clou plaquettaire

39 Principe du PFA-100 Hémostase In Vivo PFA-100 cellule endothéliale collagène - 40 mbar Epinéphrine ou ADP ouverture 150 µm membrane collagène facteur Willebrand facteur Willebrand fibrinogène plaquette érythrocyte lumière FLUX érythrocyte plaquette capillaire 200 µm

40

41 Temps d Occlusion (TO) Obstruction du flux par la constitution d un thrombus blanc (plaquettes + facteur Willebrand +++)

42 Pourcentages de résistance à l aspirine lorsqu elle est diagnostiquée par l allongement des temps d occlusion sur Cartouche Coll/Epinephrine sur PFA-100 (d après, Feuring et al.*) Dose d aspirine Gum et al. Macchi et al. Christiaens et al. Anderson et al. Grau et al. Roller et al. Mueller et al. Ziegler et al. (mg/j) (%) de résistance à l ASA 9, ,6 * Semin Thromb Hemost 2005 ; 31:411-5

43 PFA-100 TM temps d occlusion et résistance à l aspirine Rôle important du Facteur Von Willebrand Agrégation Collagène Collagène F vw ( DO) Adrénaline ADP (%) Temps d occlusion (sec) Groupe témoin (n=32) ± ± ± 31 Bon répondeurs (n=27) ++ >300*** 100 ± ± 34 Mauvais répondeurs (n=28) ± ± 19** 159 ± 43* *p<0,01 **p<0,001 ***p<0,0001 (Chakroun et al, Br J Haematol 2004)

44 Identification of platelet hyper-reactivity measured with a portable device immediately after PCI predicts in-stent thrombosis 256 consecutive patients Stable angina (n=103) and ACS (n=153) CEPI CT 30±8 h after PCI and at D30 Mean follow-up 9 months IST 2.3% (bifurcation lesions +++) Death or MI? CEPI-CT < 190 sec 4.6% vs 0.7% CEPI-CT > 190 sec CEPI-CT < 190 sec within the first 24 h: independent risk factor of in-stent Thrombosis Hazard Ratio : 9.74 [ ] (p=0.002) Jacopo et al Thromb Res 2008

45 Aspirin nonresponders = unprolonged CEPI-CT Grunmann [ ] Hobikoglu [ ] Pamukcu [ ] Yilmaz [ ] Linden [ ] Malek [2.0-41] Poulsen [ ] Total 2.9 [ ] p< * Non prospective studies n=1466 Reny et al J Thromb Haemost 2008

46 Aspirin nonresponders = unprolonged CEPI-CT Andersen [ ] Gum [ ] Gianetti [1.5-21] Marcucci [ ] Pamukcu [2.0-18] Atiemo [ ] Hobikoglu [ ] Pamukcu [ ] Total 2.1 [ ] p<0.001 * Prospective studies n= Reny et al J Thromb Haemost 2008

47 LIMITES DE L ACTION DE L ASPIRINE ACTIVATION PLAQUETTAIRE DEPENDANTE DU TxA2 ACTIVATION PLAQUETTAIRE INDEPENDANTE DU TxA2 - shear-stress - stress oxydatif (isoprostanes) - thrombine - complexes leuco-plaquettaires (CD62, CD40L ) - coopération plaquettes-érythrocytes (Santos et al., 2008)

48 Activation plaquettaire et Réaction Inflammatoire Les plaquettes activées sont capables de se lier aux leucocytes Leucocyte P-selectine (CD62) CD40 Ligand Complexes leucoplaquettaires

49 Cellule endothéliale ou monocyte AA PGH2 Cox-1 X COX-2 Inflammation Aspirine faible dose PGH2 AA Cox-1 X PGH2 TxA2 TxA2 Plaquette Tx synthétase - coopération plaquettes-cellules monocytaires (Cippollone et al., 1997) - risque accru de récidive ischémique (Eikelboom et al, 2002)

50 11 DEHYDRO TxB 2 URINAIRE ET RISQUE CARDIOVASCULAIRE n=488 ng/mmol créatinine < >33.7 p IDM/AVC/décès OR P IDM (n=378) OR P AVC (n=80) OR P Décès CV (n=244) OR P <

51 Cytométrie en flux - Ac monoclonaux fluorescents - Quantification protéine surface / intracellulaire - Appareillage important /personnel

52 EFFET ANTIPLAQUETTAIRE DU CLOPIDOGREL ADP Clopidogrel P2Y 12 Agrégation AMPc Protéine Gi Agrégation Modification conformationnelle des GPIIb-IIIa (Geiger et al, 1999) P-VASP VASP AMPc Modification conformationnelle des GPIIb-IIIa

53 78±5% 79±4% 33% de «résistance» 61±17% Aleil et al, J Thromb Haemost 2005

54 P-VASP = Index of VASP Plavixation? Identify risk of recurrent ischemic event? PRI-VASP Cut-off 53% : negative predictive value 99% Frere et al Thromb Haemost 2007 PRI-VASP Cut-off 50% : negative predictive value 100% Bonello et al J Thromb Haemost 2007 PRI-VASP Cut-off 48% : negative predictive value 100% Blindt et al Thromb Haemost 2007 No correlation with : microparticules,scd62, sgpv prothrombotic status in low responders Morel et al Thromb Haemost 2008

55 RESISTANCE A L ASPIRINE ET PHARMACOGENETIQUE Polymorphisme (études) OR 95%IC GPIIIa PlA1/A2 (n=10) GPIa C807T (n=4) Cox-1 A842G (n=3) P2Y12 H1/H2 (n=3) P2Y1 A1622G (n=2) (Goodman et al, Br J Clin Pharmacol 2008)

56 Polymorphisme PlA1/A2 de la GPIIIa des patients coronariens stables et évènements vasculaires à un an IDM, AVC, Angor instable, Décès 14.4% vs. 3.6%, p=0.01 Décès d origine cardiaque 9.6% vs 1.2%, p=0.014 N=188 OR=4.5 (CI95% ) OR=8.8 (CI95% ) (Addad et al, soumis)

57 Relation génotype plaquettaire et profil de résistance par le Temps d Occlusion PlA1/A1 n=104 PlA1/A2 ou PlA2/A2 n=84 P CEPI-CT 190.6± ± Non Répondeurs % % 0.01 Bon Répondeurs % % PlA1/A1 : moins sensibles à l Aspirine en conditions de turbulences et risque d épisode ischémique avec mauvais pronostic (Addad et al, soumis) NS

58 Cytochrome P-450 P Polymorphisms and Response to Clopidogrel Carriers of reduced-function CYP2C19 allele (34% of the study population) : significantly lower levels of the active metabolite of clopidogrel diminished platelet inhibition a higher rate of MACE, including stent thrombosis Mega et al N Engl J Med 2009

59 BIODISPONIBILITÉ compliance Posologie faible l accès au site actif : Salicylate, AINS, IPP INTERACTIONS VASCULAIRES plaquettes/gr Plaquettes/GB Plaquettes/endothélium TxA2 monocytes/macrophages RESISTANCE? DIVERS noradrénaline Tabac Stress oxydatif 8 iso PGF2α POLYMORPHISMES GÉNÉTIQUES Récepteurs Collagène Cox-1 et Cox-2 Tx synthétase Enzymes/métabolisme AA PlA 1 / PlA 2 des GPIIIa val34leu du FXIII FONCTION PLAQUETTAIRE Turn over Cox-2 réponse à l ADP±Collagène thrombine

60 Profil clinique du patient résistant potentiel? Non compliant? (+++ traitements concomittants oraux) (Pignatelli et al J Thromb Haemost 2008) Lésions vasculaires complexes multifocales Sujet âgé (Ferguson et al Heart Inst J 2008) Diabétique (Angiolillo et al Am J Cardiol 2006) Fumeur (Macchi et al Thromb Res 2002) Troubles de l Absorption? Pb de biodisponibilité? (Catella-Lawson et al New Engl J Med 2001, Lee et al Am J Med 2005) The significant association between antiplatelet non response and recurrent events should encourage to pursue intensive investigation to establish a real phenomenon of important clinical relevance Crescente et al Thromb Haemost 2008

61 UN ETAT= UN RISQUE? Réactivité plaquettaire => thrombogénicité? Réponse cellulaire => Echec thérapeutique? In vitro / Ex vivo / In vivo => Pertinence clinique? Plaquettes en examen => Seules coupables?

Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires

Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires Nadine Ajzenberg Laboratoire d hématologie & INSERM U698 Hôpital Bichat nadine.ajzenberg@bch.aphp.fr 3/12/12 Plan

Plus en détail

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI T Cuisset, C Frere, J Quilici, MC Alessi, JL Bonnet Pôle Cardiovasculaire, CHU Timone, Marseille Inserm, U626, Faculté de Médecine,

Plus en détail

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone Complications digestives des antiplaquettaires L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone 108 Progrès dans l antiaggregation ASA 22% ASA + Clopidogrel 20% ASA + New P2Y12 blockers Réduc6on

Plus en détail

Mots-clés Antiplaquettaires, résistance, surveillance, agrégation plaquettaire, PFA-100, cytométrie en flux. Traitement

Mots-clés Antiplaquettaires, résistance, surveillance, agrégation plaquettaire, PFA-100, cytométrie en flux. Traitement Laurence Camoin-Jau* Résistance au clopidogrel Résumé Le clopidogrel (Plavix ) est un anti-plaquettaire oral, appartenant à la famille des thiénopyridines. Il est utilisé dans la prévention des complications

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

Les plaquettes vues du coté hémostase

Les plaquettes vues du coté hémostase Les plaquettes vues du coté hémostase G. Dine Hématologie CH Troyes Département EMV Centrale Paris Biologie humaine IBT Troyes «Aux confins de la cytologie quantitative (qualitative) et des analyses de

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Dr Bertrand NAPOLEON

Dr Bertrand NAPOLEON Dr Bertrand NAPOLEON Anti agrégants et endoscopie Connaître les recommandations SFED SFAR Connaître les modalités d arrêt, de relais et de reprise des différents traitements anti-agrégants en fonction

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau Mes conflits d intérêt : Merci à Frans Van de Werf pour ses diapos Jeudi 11 avril 2013

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Statines et angioplastie coronaire

Statines et angioplastie coronaire Statines et angioplastie coronaire RÉSUMÉ : Trois études, ARMYDA-ACS, NAPLES II et ARMYDA-RECAPTURE, démontrent l efficacité de l administration d atorvastatine 8 mg avant une angioplastie coronaire, avec

Plus en détail

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Problème de plomberie 101 Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Aucun à déclarer Conflits d intérêt Cas 68 ans AP: MVAS, MPOC, HTA, DLPD Plusieurs épisodes perte de vision monoculaire

Plus en détail

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Compte rendu du Second Belgian Congress on Acute Cardiac Care. Partie 2 Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Sofie Gevaert Le 11 juin, le (BIWAC) organisait son deuxième

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

adhésion thérapeutique

adhésion thérapeutique adhésion thérapeutique aux antiagrégants CHEZ LE PATIENT CORONARIEN D. Le g r a n d (1), V. Le g r a n d (2) RÉSUMÉ : Le traitement antiagrégant a prouvé son intérêt clinique chez les patients à haut risque

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

EBM : critères de jugement

EBM : critères de jugement EBM : critères de jugement -«End point» pertinent? (biologique CT, paraclinique HTA, clinique IDM) -«End point» intermédiaire ou de substitution (TVP et EP) Essai CAST (N.Engl.J.Med.1989; 321-406) N=1727

Plus en détail

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Analyse d article Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg M1 UE8b 21/3/2013 Pubmed http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Structure d un article original Titre Résumé structuré : Contexte scientifique, objectifs,

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Au cours des deux dernières décennies, et

Au cours des deux dernières décennies, et Les nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12 : un effet classe? pour quels patients? New P2Y12 receptor inhibitors: a class effect? for which patients? J. Silvain*, T. Cuisset** J. Silvain * Institut de

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique?

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? Dominique Lacroix Université de Lille, L i l l e 2 Université du Droit et de la

Plus en détail

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate métastatique 24 novembre 2012 Actualités, innovations

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

INTERACTIONS STATINES - CLOPIDOGREL

INTERACTIONS STATINES - CLOPIDOGREL UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DE MEDECINE Section de médecine clinique Département de Médecine Interne Service de Cardiologie Thèse préparée sous la direction des Professeurs Ulrich Sigwart et François

Plus en détail

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR P. Commeau Polyclinique Les Fleurs Ollioules cardiorun2014.org Conflits d intérêt Cardiologue interventionnel Consultant pour Abbott BSCI Medtronic

Plus en détail

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs D.Crochet, P.Guérin Inserm U915 l institut du thorax Euro-Pharmat 2011 Angioplastie Coronaire: le problème de la Resténose Résultat immédiat

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

LES GRANDES ETUDES DANS LE DIABETE DE TYPE 2

LES GRANDES ETUDES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 LES GRANDES ETUDES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 Dr Ariane Sultan Dépt Endocrinologie, Diabète, Nutrition Équipe Nutrition-Diabète CHU Lapeyronie, Montpellier Les données épidémiologiques 1/Relation + HbA1c

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST-

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- C est la forme la plus fréquente du syndrome coronarien aigu. En dépit des progrès réalisés, la mortalité globale reste élevée, équivalente à celle du SCA ST + à 6 mois. Il

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy. Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.fr Congrès de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du 12 au 15 juin

Plus en détail

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005 Aspects médicoéconomiques des prothèses actives Jacques Machecourt Cardiologie & Urgences Cardiologiques - CHU de Grenoble Qu est-ce

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase Chap.3 L HEMOSTASEL I- I- Les Mécanismes M de de l Hémostase 1) 1) L Hémostase L Primaire 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse II- Les Troubles de de l Hémostase Quand le sang ne coagule

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Lyon, Mardi 11 octobre 2011 Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Dr. François ROUBILLE Département de Cardiologie CHU, Montpellier Leaders : suivi à 3 ans de l'essai clinique prospectif

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Prévention secondaire des AVC

Prévention secondaire des AVC Prévention secondaire des AVC S.ZEKRI*, N. DAMMENE-DEBBIH** *Service de Médecine Interne Clinique Arezki Kehal Hôpital Birtraria El Biar Alger **Service de Médecine Interne Hôpital Central de l Armée Ain

Plus en détail

Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009

Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009 revue Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009 Rev Med Suisse 2009 ; 5 : 303-7 P. Fontana H. Bounameaux Dr Pierre Fontana Pr Henri Bounameaux Service d angiologie et d hémostase Département

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

Les traitements antiplaquettaires

Les traitements antiplaquettaires Revues Générales Thérapeutique Gestion des antiagrégants plaquettaires en chirurgie non cardiaque Résumé : La gestion des antiplaquettaires chez des patients porteurs de stent représente une situation

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Problématiques Quelle est la place du Rituximab? Quels arguments pour une intensification

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants UE :Cardio-vasculaire Pharmacologie Date :22/11/2011 Plage horaire : 17h/18 Promo : PCEM2 Enseignant : bouchet Ronéistes : Goya Alice goia_alice@yahoo.com Neggia Gillian maudibb@voila.fr Les anti-agrégants

Plus en détail

Antiplatelets. Prasugrel (CS-747) Ecraprost S-18886 NCX-4016 Ticagrelor Cangrelor NM-702 Liprostin INS-50589. CLB-1309 Xemilofiban SL-650472

Antiplatelets. Prasugrel (CS-747) Ecraprost S-18886 NCX-4016 Ticagrelor Cangrelor NM-702 Liprostin INS-50589. CLB-1309 Xemilofiban SL-650472 Actualités sur les antiplaquettaires et les anticoagulants (avec ajout de deux diapositives pour les relais AVK- Rivaroxaban en réponse aux questions de l auditoire) Professeur A.M. FISCHER (service d

Plus en détail

Biomatériaux et technologies vasculaires

Biomatériaux et technologies vasculaires Biomatériaux et technologies vasculaires Pr Nabil CHAKFE Service de Chirurgie Vasculaire - GEPROVAS Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg Société Française d Angéiologie 2012 Paris, 28 janvier 2012 Quoi de

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton Les Nouveaux Anti- Thrombotiques DESC Réanimation Médicale Limoges Sept 2008 B. Honton La coagulation pour les Nuls LA PROBLEMATIQUE en réanimation SEPSIS et ARDS: Activation de la voie extrinsèque Augmentation

Plus en détail

Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires

Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires Focus sur les indications de transfert pour angioplastie coronarienne et sur les inhibiteurs des récepteurs de l ADP Jean Pierre

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

XTRA POL. Pollution atmosphérique particulaire, repolarisation ventriculaire, inflammation et coagulation : l étude d Erfurt (Allemagne)

XTRA POL. Pollution atmosphérique particulaire, repolarisation ventriculaire, inflammation et coagulation : l étude d Erfurt (Allemagne) e Analyses commentées Pollution atmosphérique particulaire, repolarisation ventriculaire, inflammation et coagulation : l étude d Erfurt (Allemagne) Repolarization changes induced by air pollution in ischemic

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

les Facteurs de la Coagulation

les Facteurs de la Coagulation LA COAGULATION plan Définition les Facteurs de la Coagulation Déroulement de la coagulation A. la thrombinoformation B. Fibrinoformation Les inhibiteurs physiologiques de la coagulation Définition étape

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Les thrombopathies. I. Rappel des étapes de l hémostase primaire

Les thrombopathies. I. Rappel des étapes de l hémostase primaire Les thrombopathies Thrombopathies = anomalies fonctionnelles des plaquettes. Elles sont constitutionnelles ou acquises. Elles peuvent concerner chaque étape de la physiologie plaquettaire. Le diagnostic

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest

10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest 10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest 29 et 30 Mai 2015 AOD ET SCA Philippe Castellant CHU de Brest, Département de Cardiologie UBO, EA 4324 ORPHY Femme

Plus en détail

OACR : Quel traitement au SAU en attendant l ophtalmo? Cédric CLEOPHAX Symposium DAU-SMUR Poissy Avril 2007

OACR : Quel traitement au SAU en attendant l ophtalmo? Cédric CLEOPHAX Symposium DAU-SMUR Poissy Avril 2007 OACR : Quel traitement au SAU en attendant l ophtalmo? Cédric CLEOPHAX Symposium DAU-SMUR Poissy Avril 2007 Rationnel «Vraie urgence ophtalmologique» «Time is rétine». Difficulté d avis spécialisé 24h/24,

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Genetic correlates in response to antidepressants

Genetic correlates in response to antidepressants Genetic correlates in response to antidepressants Daniel Souery Laboratoire de Psychologie Médicale Université Libre de Bruxelles and PsyPLuriel Belgium PHARMACOGENETIQUE La pharmacogénétique permet d

Plus en détail

Estimation du risque Cardiovasculaire

Estimation du risque Cardiovasculaire Estimation du risque Cardiovasculaire Estimation du risque Cardiovasculaire Vignette 1: Cadre masculin de 51 ans AF CV négative Tabac + 1 pqt/j TAH systol 130 mmhg Cholestérol tot 7,34 mmol/l HDL

Plus en détail

Statines. Gilles LEBUFFE. hydroxy-3- méthylglutaryl. coenzymz A (HMG CoA) réductase. (statine)

Statines. Gilles LEBUFFE. hydroxy-3- méthylglutaryl. coenzymz A (HMG CoA) réductase. (statine) SESSION REANIMATION PHARMACOLOGIE Les Statines Pr Gilles LEBUFFE Pôle d Anesthésie- Réanimation Hôpital Huriez, CHRU de Lille, France g-lebuffe@chru-lille.fr 1 Statines Gilles LEBUFFE Pôle d Anesthésie-Réanimation

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail