Chapitre I. La nature et l étendue du contrat d entreprise ou de service

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre I. La nature et l étendue du contrat d entreprise ou de service"

Transcription

1 Barreau du Québec, Contrats, sûretés, publicité des droits et droit international privé, Collection de droit , Volume 6, Cowansville, Yvon Blais, 2010 Chapitre I [Page 25] M e François Beauchamp M e Hélène Mondoux La nature et l étendue du contrat d entreprise ou de service 1- La nature et la caractéristique du contrat d entreprise ou de service (art et 2099 C.c.Q.) Le contrat d entreprise ou de service est celui par lequel une personne, selon le cas, l entrepreneur ou le prestataire de service, s engage envers une autre personne, le client, à réaliser un ouvrage matériel ou intellectuel ou à fournir un service moyennant un prix que le client s oblige à lui payer. L entrepreneur est donc celui qui réalise un ouvrage alors que le prestataire de service est celui qui fournit un tel service. Par ailleurs, le contrat de service se distingue du mandat en ce que le mandataire a le pouvoir de représenter le mandant dans l accomplissement d un acte juridique 1. Il est également possible qu il y ait coexistence d un contrat de service et d un contrat de mandat pour l accomplissement d une tâche complexe 2. A- L ouvrage/le service L ouvrage peut être tant matériel qu intellectuel. En pratique, il pourra être difficile de fixer de manière précise les limites réciproques de ces deux types de contrats puisque certains contrats pourront comporter des éléments tantôt matériels et tantôt intellectuels. À titre d exemple, nous pouvons parler du contrat pour la préparation d un logiciel informatique et de manuels d instructions qui paraît tenir à la fois de l ouvrage intellectuel et matériel. Le Code civil du Québec fait cependant peu de distinctions entre l ouvrage intellectuel et matériel puisque de nombreuses dispositions s appliquent indépendamment à l un et à l autre. Le législateur a tout de même tenu à préciser certaines règles particulières relatives aux ouvrages immobiliers. 1. Canaque International Construction Inc. c. James Richardson International (Quebec) Ltd., REJB (C.A.); Québec Inc. c. Diesel Rioux & Fils Inc., REJB (C.A.); Universal Paper Export Co. c. Tembec Inc., REJB (C.S.). 2. Thémis Multifactum Inc. c. Brassard, REJB (C.Q.), [2000] R.J.Q (C.A.).

2 Lorsqu un contrat a pour objet l exécution de services, le fait que l un des objets du contrat ne se rapporte pas à l exécution de services, par exemple la cession de matériaux, n en change pas la nature 3. B- Le client Celui qui contracte avec l entrepreneur ou le prestataire de service est désigné comme le client. Il est celui envers qui l entrepreneur ou le prestataire de service s engage à réaliser un ouvrage ou à fournir un service moyennant un prix que le client s oblige à payer. Dans le cas du contrat de service, la notion de client pourra correspondre à deux personnes distinctes, puisque, dans certaines circonstances, la personne à qui le service est rendu n est pas celle qui s oblige à en payer le prix. C- Les autres caractéristiques du contrat d entreprise L article 2099 C.c.Q. énonce l autonomie de l entrepreneur ou du prestataire de service dans le contrat d entreprise ou de service. En effet, il est admis depuis longtemps que la nature de la prestation suppose que l entrepreneur ou le prestataire de service a, par rapport au client, une indépendance quasi absolue dans la manière dont s exécute le contrat 4. L entrepreneur assume la [Page 26] direction des travaux et a le libre choix des moyens d exécution du contrat. Il n existe entre lui et le client aucun lien de subordination quant à son exécution 5. Même si le contrat oblige généralement l entrepreneur à fournir un résultat précis dans un délai imparti et répondant à certaines normes de qualité convenues, il reste maître de l exécution du travail, bien que le client conserve un droit de surveillance général 6. Le lien d indépendance entre le client et le prestataire de service ou l entrepreneur n a pas à être total 7. Cette absence de lien de subordination est le critère qui est reconnu par la jurisprudence pour distinguer le contrat d entreprise ou de service du contrat de travail 8. Quant aux critères établis par la jurisprudence pour reconnaître la présence d un lien de subordination, ils varient puisqu ils dépendent de l ensemble des faits. 3. Centre régional de récupération C.S. Inc. c. Service d enlèvement de rebuts Laidlaw (Canada) Ltd., REJB (C.A.). 4. Comtois c. Martin et ass., J.E (C.Q.); Voca-Tel Communications Inc. c. Vidéotron Ltée, EYB (C.S.). 5. Construction Methot Inc. c. Entreprises Opticom Inc., REJB (C.A.); D.M.C. soudure Inc. c. Équipements industriels Robert Ltée, REJB (C.S.). 6. St-Paul Fire & Marine Insurance Co. c. Parsons & Misiurak Construction Ltd., REJB (C.S.); Dumont c. Constructions Léo Quirion Inc., REJB (C.Q.); Poirier c. Goyette, Duchesne, Lemieux Inc., REJB (C.Q.). 7. Groupe Yoga Adhara c. Coopérative de travail Le Collège de Saint-Césaire, REJB (C.S.). 8. Seitz c. Entraide populaire de Lanaudière Inc., REJB (C.Q.); Procureur général du Québec c. Courchesne, REJB (C.Q.).

3 Seront notamment considérés, les éléments suivants : le pouvoir de contrôle exercé, le mode de rémunération ou encore la qualité d expert ou de professionnel L étendue du contrat d entreprise ou de service (art C.c.Q.) Suivant l article 2100 C.c.Q., l entrepreneur et le prestataire de service sont tenus d agir au mieux des intérêts de leur client avec prudence et diligence 10. Ce devoir se rattache aux nombreuses décisions que ce dernier doit prendre dans le cadre normal de son travail en raison de son expertise. Ces décisions seront donc appréciées en fonction des intérêts propres du client et spécifiques à celui-ci. C est ainsi que, dans la décision Les Constructions François & Richards Inc. c. Audet 11, la Cour supérieure a reproché à l entrepreneur général de ne pas avoir tenu compte des particularités du terrain, ni du fait que les maisons voisines étaient surélevées. Jugeant qu il n avait pas pris les précautions nécessaires, ni protégé l intérêt de ses clients en ne les informant pas des conséquences prévisibles des travaux, la cour a retenu sa responsabilité. Ils sont aussi tenus, suivant la nature de l ouvrage à réaliser ou du service à fournir, d agir conformément aux usages et règles de leur art et de s assurer, le cas échéant, que l ouvrage réalisé ou le service fourni est conforme au contrat 12. En renvoyant aux usages et règles de l art, le Code civil du Québec oblige l entrepreneur ou le prestataire à se servir de méthodes reconnues dans son domaine particulier d expertise et à utiliser les techniques et moyens qui prévalent dans sa profession au moment de l exécution du contrat 13. L entrepreneur et le prestataire de service devront aussi se conformer aux multiples dispositions législatives et réglementaires qui pourront s appliquer au travail fourni 14. Par ailleurs, même si certaines normes ne trouvent pas application, elles pourront servir de guide pour déterminer si l entrepreneur a effectué les travaux conformément aux règles de l art 15. Également, l absence de devis et de précisions au 9. Ferme Richard Brault Enr. c. Constructions Primeau Inc., REJB (C.Q.); Systèmes informatiques Boily Inc. c. Assistance système L.D. Inc., REJB (C.Q.); St-Louis c. Lamontagne, REJB (C.S.); Jean-Louis BAUDOUIN, La Responsabilité civile délictuelle, 4 e éd., Cowansville, Éditions Yvon Blais, p. 361 et s. 10. St-Gelais c. Entreprises Dero Inc., REJB (C.S.); Café NDL (1995) Inc. c. Forensic Technology Wai Inc., REJB (C.S.); Garantie (La), compagnie d assurance de l Amérique du Nord c. Beauchamp, Babin & Ass. Inc., EYB (C.S.), en appel. 11. EYB (C.S.). 12. Poirier c. Goyette, Duchesne, Lemieux Inc., précité, note 6; Maçonnerie Demers Inc. c. Genivar Construction Inc., EYB (C.S.); Factory Mutual Insurance Company c. Richelieu Métal Québec Inc., EYB (C.S.), en appel. 13. Sultan c. Gitman, EYB (C.S.). 14. Motel Lévesque Inc. c. Industries Desjardins Ltée, EYB (C.S.); DNA Fruitonix Inc. c. Monsieurnoni.com Inc., EYB (C.Q.); Medeiros c. R.P. Entreprises enr., EYB (C.Q.). 15. Milzi c. Construction André Taillon Inc., EYB (C.Q.); Factory Mutual Insurance Company c. Richelieu Métal Québec Inc., précité, note 12.

4 contrat quant à l ouvrage à effectuer ne relèvera pas l entrepreneur de son obligation de respecter les règles de l art 16. Cette disposition, susceptible de s appliquer dans une grande variété de contextes, énonce d une manière générale les obligations auxquelles sont tenues l entrepreneur et le prestataire de service. L article 2100 C.c.Q. prévoit le cas où le prestataire de service ou l entrepreneur s est engagé à exécuter une obligation de résultat ou encore, une obligation de moyens. [Page 27] Il faudra donc se référer aux décisions de tribunaux et à nos textes de doctrine pour établir l intensité de l obligation à laquelle s est engagé le débiteur, soit une obligation de résultat ou de moyen 17. Dans le cas où le prestataire de service ou l entrepreneur s est engagé à s assurer que l ouvrage est réalisé ou le service fourni conformément au contrat, seuls les cas de force majeure lui permettront de se libérer de cette obligation 18. Le Code civil du Québec définit la notion de force majeure à l article 1470 comme étant un événement imprévisible et irrésistible. Par ailleurs, dans l affaire Groulx c. Habitation unique Pilacan Inc. 19, la Cour d appel a souligné qu une obligation de résultat ne confère pas nécessairement le droit d exiger après coup la reprise des travaux afin d atteindre la perfection. Suivant la jurisprudence et la doctrine existantes, l intensité de l obligation dépend d abord de la nature du contrat, de son objet et de sa complexité et ce sont les termes mêmes du contrat qui nous permettront d établir l intensité de l obligation assumée 20. L intensité de l obligation pourra aussi être déterminée en fonction du manquement reproché. Ainsi, dans l affaire Ace-Ina Insurance c Canada Inc. 21, la Cour supérieure a examiné l intensité de l obligation d un entrepreneur plus spécifiquement en relation avec la variation des sols, jugeant qu il n assumait à cet égard, qu une obligation de moyens. 3- Les dispositions générales applicables à tous les contrats 16. Giustini c. Expo ornemental Inc., EYB (C.A.). 17. I.A.V. Multimedia Corp. c. Excelnet Communications Inc., REJB (C.S.); Giustini c. Expo ornemental Inc., précité, note 16; Groupe Simoneau Inc. c. Demilec Inc., EYB (C.S.). 18. P. Talbot Inc. c. Entreprises Mirgil Inc., REJB (C.A.); Canada Inc. c. A.C. Line Info Inc., REJB (C.A.); Stadacona, s.e.c./papier White Birch c. Oslo Construction Inc., EYB (C.S.); Guardian du Canada (Nordique (La)), compagnie d assurances du Canada c. Rimouski (Ville de), EYB (C.S.), appel rejeté sur requête le 6 octobre EYB (C.A.). 20. Gagnon c. Roger Bisson Inc., REJB (C.S.); Sperandio c Québec Inc., EYB (C.S.); Fondation des Sourds du Québec Inc. c. Oralys Inc., EYB (C.S.). 21. EYB (C.S.).

5 Le contrat d entreprise ou de service est également régi par les dispositions générales que nous retrouvons tant dans la section générale des obligations que dans les sections plus spécifiques telle celle de la prescription. A- Les règles de formation du contrat La formation du contrat se fait par la seule rencontre des volontés portant sur les éléments essentiels de celui-ci. Il peut être verbal ou écrit (art C.c.Q.) 22. Les principes qui s appliquent à l offre et à l acceptation de l offre sont également applicables. Ainsi, constitue une offre de contracter, la proposition qui comporte tous les éléments essentiels du contrat envisagé et qui indique la volonté de son auteur d être lié par l acceptation 23. L offre se distingue donc d une simple invitation à contracter ou de pourparlers préliminaires. Suivant la Cour d appel, c est le caractère sérieux, ferme et précis d une offre qui permet de les distinguer 24. L auteur de l offre est la personne qui prend l initiative du contrat, qui en détermine le contenu ou qui présente le dernier élément essentiel du contrat projeté. En pratique, les contrats de construction sont souvent précédés d un appel d offres qui comporte les documents de soumission et ce sera la réponse à cet appel d offres qui inclura les éléments essentiels du contrat et, conséquemment, constituera l offre. C est la solution qui fut retenue par la Cour supérieure dans la décision J.G. Normand Inc. c. Banque Nationale du Canada 25, alors qu elle devait déterminer le lieu de formation du contrat. Dans l affaire Beaurivage & Methot Inc. c. Corporation de l Hôpital de Saint- Sacrement 26, le juge Tyndale souligne que la soumission est une acceptation de l appel d offre et crée un lien irrévocable dès qu elle est ouverte. Cette position a été réaffirmée par la Cour suprême du Canada dans M.J.B. Enterprises Ltd. c. Construction de Défense (1951) Ltée 27, où le tribunal a énoncé que la présentation d une soumission pouvait donner naissance à des obligations contractuelles distinctes de celles découlant du contrat d entreprise. [Page 28] L offre peut s adresser au public en général ou à une personne déterminée et doit contenir les éléments principaux du contrat envisagé. Elle peut être assortie ou non d un délai pour son acceptation. En l absence d un délai exprès, l offre est révocable tant que l offrant n aura pas reçu l acceptation. Quant à l offre assortie d un 22. Construction Polaris Inc. c. Conseil de bande Micmacs de Gesgapegiag, REJB (C.Q.); Gestion Charles Clément Ltée c. Betcon Inc., EYB (C.S.); Construction RDF Inc. c. Fernand Gilbert Ltée, EYB (C.S.). 23. Construction Albert Jean Ltée c. Agenco Inc., REJB (C.Q.). 24. Howick Apparel Ltd. c. Champoux, EYB (C.A.). 25. EYB (C.S.). 26. [1986] R.J.Q (C.A.), EYB REJB (C.S.C.).

6 délai, elle est irrévocable avant l expiration du délai prévu pour son acceptation sauf si l offre prévoit qu elle peut être retirée en tout temps (art à 1392 C.c.Q.) 28. Si l acceptation n est pas substantiellement conforme à l offre, elle ne vaudra pas acceptation et rendra l offre révocable 29. Le lieu de formation des contrats entre absents est déterminé par la théorie de la réception, c est-à-dire que le contrat est formé au moment et au lieu où l offrant reçoit l acceptation finale et ce, quel que soit le moyen utilisé pour communiquer l acceptation (art C.c.Q.) 30. B- La bonne foi L article 7 C.c.Q. prévoit qu aucun droit ne peut être exercé en vue de nuire à autrui ou d une manière excessive ou déraisonnable allant à l encontre des exigences de la bonne foi, et s applique au contrat d entreprise ou de service. La bonne foi doit gouverner la conduite des parties tant au moment de la naissance de l obligation qu à celui de son exécution ou de son extinction (art C.c.Q.) 31. C- Le contrat d adhésion Les règles spécifiques que l on trouve au chapitre des obligations et qui traitent du contrat d adhésion peuvent également être applicables. Ainsi, lorsque les stipulations essentielles que le contrat comporte ont été imposées par l une des parties ou rédigées par elles, pour son compte ou suivant ses instructions et qu elles ne pouvaient être librement discutées, nous serons en présence d un contrat d adhésion (art C.c.Q.). Si le contrat de service ou d entreprise peut être qualifié de contrat d adhésion, des dispositions spécifiques en vue de protéger le cocontractant de celui qui aura imposé les conditions s appliqueront. Il s agit notamment de celles traitant de la clause externe, de la clause illisible ou incompréhensible et de la clause abusive. Les tribunaux se sont prononcés à quelques occasions sur les dispositions relatives au contrat d adhésion dans le cadre d un contrat d entreprise. Une décision antérieure à l entrée en vigueur du nouveau Code civil du Québec, soit Communauté urbaine de Montréal c. Ciment Indépendant Inc. 32, a souligné que, même si à certains égards la liberté d exécution a pu être mitigée par l immixtion du propriétaire dans le cadre d un contrat d entreprise, cette immixtion est prévue au contrat et elle n a pas pour effet d annuler toute liberté comme s il s agissait d un contrat d adhésion. Il énonce à la page 41 : 28. Gestion Charles Clément Ltée c. Betcon Inc., précité, note Entreprises Vibec Inc. c. Coffrage Alpine Inc., REJB (C.S.). 30. J.G. Normand Inc. c. Banque Nationale du Canada, précité, note 25; Claude Rivard & Associés Inc. c. Sterigen Inc., REJB (C.Q.). 31. Boless Inc. c. Résidence Denis Marcotte, EYB (C.S.); Développement Tanaka Inc. c. Commission scolaire de Montréal, REJB (C.A.). 32. EYB (C.A.).

7 «Il est inexact de dire que l entrepreneur n a pas d autre liberté que de soumettre un prix ou de n en pas soumettre. L entrepreneur, qui au départ est présumé avoir l expertise requise pour soumissionner sur un ouvrage du genre, reste libre d employer la main-d oeuvre de son choix, voire même de recourir aux méthodes d exécution de son choix pourvu qu il respecte certains critères de base pour assurer la solidité de l oeuvre selon les plans et devis qui lui sont fournis.» Dans l affaire de Boless Inc. c. Résidence Denis Marcotte 33, la Cour supérieure a conclu que le contrat d entreprise était un contrat d adhésion puisque toutes les exigences étaient celles du propriétaire. La même conclusion fut retenue dans les décisions G.M.C. Construction Inc. c. Ville de Terrebonne 34, B. Fregeau & Fils Inc. c. Société québécoise d assainissement des eaux 35 et Construction BSL Inc. c. Ste- Agathe-de-Lotbinière (Municipalité de) 36, mais écartée dans Walsh & Blais Inc. et Sabrice Ltée c. C.U.M. et al. 37. Également, la Cour d appel a statué que les importants contrats d entreprise accordés par le gouvernement, les grandes sociétés publiques et les organismes publics sont des contrats d adhésion. La cour a précisé toutefois que, pour la qualification du contrat d adhésion, ce qui [Page 29] importe est la volonté du stipulant d une application générale sans modification majeure des conditions essentielles du contrat et l acceptation de l adhérent de s y soumettre sans possibilité de discussion. De plus, la Cour d appel a ajouté que la qualification d un contrat comme étant un contrat d adhésion ne peut impliquer une protection de l adhérent qui irait à l encontre de la nature même du contrat et des buts poursuivis par le mécanisme d appel d offres 38. Sur cette question des contrats d adhésion, la Cour d appel a décidé dans une autre affaire que le code et l entente relative au bureau des soumissions déposées du Québec (B.S.D.Q.) ne constituaient pas un contrat d adhésion puisque l entente était le fruit de la volonté de différents organismes représentant les parties impliquées 39. Dans un autre jugement, la Cour supérieure a souligné qu en l absence de preuve prima facie que les parties ont été dans l impossibilité d en négocier le contenu, il ne s agissait pas d un contrat d adhésion 40. D- La clause externe 33. EYB (C.S.). 34. EYB (C.S.). 35. REJB (C.S.), REJB (C.A.), appel accueilli sur d autres motifs. 36. EYB (C.S.), appel accueilli en partie sur un autre point juridique, EYB (C.A.). 37. C.S. Montréal, n o , 1 er février 1996, j. Trudeau. 38. Régie d assainissement des eaux du Bassin de La Prairie c. Janin Construction (1983) Ltée, REJB (C.A.). 39. Alta Ltée c. Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec, REJB (C.A.), requête en autorisation de pourvoi rejetée. 40. Robert Carrier Inc. c. Transamerica Vie Canada, EYB (C.S.), requête pour permission d en appeler rejetée, EYB (C.A.).

8 Le contractant a l obligation de porter expressément à la connaissance de l adhérent, la présence de la clause externe et cela lors de la formation du contrat, à défaut de quoi, la clause pourra être annulée. Cependant, la nullité sera évitée si le contractant prouve que, même s il n a pas respecté son obligation d informer l adhérent de la clause externe, ce dernier en avait connaissance. En matière de contrat de construction par exemple, nous pourrions penser au contrat qui renvoie à des règles de sécurité ou à des normes écrites applicables à certains genres de travaux, tels les travaux de structure, d électricité ou de finition intérieure. E- La clause illisible ou incompréhensible La clause qui est illisible ou incompréhensible pour une personne raisonnable apparaissant dans un contrat d adhésion est nulle si la personne qui adhère en souffre un préjudice à moins que l autre partie ne prouve que des explications adéquates sur la nature et l étendue de la clause ont été données à l adhérent (art C.c.Q.). En matière de contrat de construction, il sera difficile de parler de clause incompréhensible alors que la plupart des intervenants possèdent une expertise dans le domaine pour lequel ils contractent. L expertise de l entrepreneur a d ailleurs été considérée dans l affaire Communauté urbaine de Montréal c. Ciment Indépendant Inc. 41, où la majorité a retenu que l expertise de celui-ci ou du sous-traitant était de beaucoup supérieure à celle de l organisme public chargé de s assurer de la solidité du produit fixé. F- La clause abusive Une clause abusive est celle qui désavantage l adhérent d une manière excessive et déraisonnable allant ainsi à l encontre des exigences de la bonne foi. Est abusive la clause qui est éloignée des obligations essentielles qui découlent des règles gouvernant habituellement le contrat qu elle dénature (art C.c.Q.). Une telle clause peut être annulée ou les obligations qui en découlent réduites. C est ainsi qu a été déclarée abusive, une clause prévoyant qu aucun intérêt ne serait payé par une municipalité pour les retards dans les paiements et les remboursements de retenues 42. De même, une clause d exonération de responsabilité relativement aux conditions de sol imprévues pourra être jugée abusive si elle a pour effet de libérer le donneur d ouvrage de son obligation de renseignement 43. Enfin, une clause d un contrat permettant de refuser la somme réclamée par l entrepreneur à titre de perte de profit pour l annulation de certains travaux fut écartée par la Cour supérieure, mais la Cour d appel a infirmé la décision sur cette question, étant d avis que la clause n était 41. EYB (C.A.). 42. Fernand Gilbert Ltée c. St-Gervais (Municipalité), REJB (C.S.), appel rejeté REJB (C.A.). 43. Walsh & Brais Inc. c. Montréal (Communauté urbaine), REJB (C.A.).

9 pas abusive puisqu elle ne visait que les situations où la modification des travaux était inférieure à 15 % du coût de la soumission 44. Les clauses d exonération de responsabilité ne peuvent s appliquer au préjudice corporel ou moral causé à autrui (art C.c.Q.), et ces clauses doivent être portées à la connaissance du cocontractant au moment de la formation du contrat. [Page 30] Par ailleurs, on ne peut par un avis, exclure ou limiter son obligation de réparer à l égard des tiers (art C.c.Q.). G- La clause pénale Dans le cas des clauses pénales, elles sont valables mais peuvent être réduites 45 ou annulées par le tribunal si elles sont jugées abusives, et ce même si le contrat ne constitue pas un contrat d adhésion (art. 1437, 1622 et 1623 C.c.Q.) 46. Par exemple, il fut jugé qu une clause prévoyant une pénalité pour résiliation correspondant à 20 % du prix du contrat était inéquitable et exorbitante puisqu elle prévoyait le paiement d un montant supérieur à celui pouvant être légalement accordé en vertu de l article 2129 C.c.Q. 47. Également, a été jugée abusive, une clause pénale reliée à une contravention à une clause de non-concurrence prévue dans un contrat de service au motif qu il y avait un écart considérable entre la pénalité et le préjudice réellement subi et que la clause ne tenait pas compte de la nature de la contravention 48. H- La mise en demeure Le créancier d une obligation doit mettre son débiteur en demeure (art C.c.Q.) 49. Le débiteur peut être en demeure par les termes mêmes du contrat lorsqu il stipule que le seul écoulement du temps aura cet effet, par la demande écrite extrajudiciaire ou par l action en justice formée contre lui (art C.c.Q.). Le créancier doit accorder à son débiteur un délai d exécution suffisant eu égard à la nature de l obligation ou aux circonstances (art C.c.Q.) 50. Le débiteur peut aussi être en demeure de plein droit de par la loi. Par exemple, il en sera ainsi lorsque l obligation ne peut être exécutée utilement que dans un certain temps et que ce temps est écoulé, ou lorsque, malgré l urgence, le débiteur n exécute pas l obligation immédiatement (art C.c.Q.). Dans l affaire Stadacona, s.e.c./ 44. Ste-Agathe-de-Lotbinière (Municipalité de) c. Construction BSL Inc., précité, note Québec Inc. c. Société immobilière GCS Inc., EYB (C.Q.). 46. Construction Jag Inc. c Québec Inc., REJB (C.S.). 47. As de la Construction Inc. c. Habitations Raymond & Associés Inc., EYB (C.Q.) Canada Inc. c. Multi-marques Inc., EYB (C.S.). 49. Saint-Laurent c. Jacques Fortin Construction Inc., REJB (C.S.); Construction Injection EDM Inc. c. Société de construction Gératek Ltée, REJB (C.A.); Desmarais c. Schulz, EYB (C.Q.); Construction Voyer Inc. c. Sabloff, EYB (C.S.). 50. Construction Lavalco Inc. c. Taillefer, REJB (C.S.); Picard équipement de boulangerie c Canada Inc. (Aliments Lloydies), EYB (C.S.).

10 Papier White Birch c. Oslo Construction Inc. 51, la Cour supérieure a considéré que l entrepreneur était en demeure de plein droit quant aux retards encourus en raison des termes du contrat qui prévoyaient une date d échéance pour l exécution du contrat. Également, il sera en demeure de plein droit, lorsqu il aura clairement manifesté au créancier son intention de ne pas exécuter l obligation 52. Dans l affaire de Emballages Alpha Inc. c. Industries Rocan Inc. 53, le tribunal a considéré qu une mise en demeure extrajudiciaire n est pas requise lorsque l incompétence manifestée par le débiteur s avère telle que le créancier est justifié de ne plus avoir la confiance requise pour lui demander de reprendre la prestation mal exécutée. En présence de débiteurs solidaires, la mise en demeure adressée à l un vaudra pour les autres. Il en ira ainsi par exemple, dans le cas d un recours pour la perte de l ouvrage suivant l article 2118 C.c.Q. 54. Dans l affaire St-Louis c. Lamontagne 55, la Cour supérieure soulignait conserver une discrétion pour décider de l utilité de la mise en demeure. 51. Précité, note Deschênes c. Construction Rouillard Enr., REJB (C.Q.). 53. EYB (C.S.), en appel. 54. Résidences-hôtellerie Harmonie Inc. c. Résidences-hôtellerie R.G.L., s.e.c., EYB (C.S.), requête pour permission d en appeler rejetée. 55. Précité, note 9.

LE CONTRAT D ADHÉSION Caractéristiques et Conséquences Juridiques

LE CONTRAT D ADHÉSION Caractéristiques et Conséquences Juridiques LE CONTRAT D ADHÉSION Caractéristiques et Conséquences Juridiques À la conclusion d un contrat, il n est pas rare que les parties contractantes ne soient pas sur un pied d égalité. On a qu à penser aux

Plus en détail

INFORMATIONS SUR QUELQUES CLAUSES CONTRACTUELLES D ACTUALITÉ DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION

INFORMATIONS SUR QUELQUES CLAUSES CONTRACTUELLES D ACTUALITÉ DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION MAI 2008 INFORMATIONS SUR QUELQUES CLAUSES CONTRACTUELLES D ACTUALITÉ DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION Par: Maître Paul Gouin de l étude Gouin & Associés 407, boul. Saint-Laurent, bureau 200 Montréal

Plus en détail

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L.

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS Présentation du 27 octobre 2008 Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. I- CONTRAT D ASSURANCE COLLECTIVE A) Définition du contrat d assurance

Plus en détail

Fondation du Barreau

Fondation du Barreau Professeur Frédéric Levesque Faculté de droit - Université Laval Fondation du Barreau L obligation in solidum en droit privé québécois Montréal - 12 juin 2012 Origine - Notion - Régime juridique Lorsque

Plus en détail

Chapitre IV. Les cautionnements de contrats de construction

Chapitre IV. Les cautionnements de contrats de construction Barreau du Québec, Contrats, sûretés, publicité des droits et droit international privé, Collection de droit 2010-2011, Volume 6, Cowansville, Yvon Blais, 2010 Chapitre IV [Page 53] M e François Beauchamp

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé Employé, travailleur autonome ou employé incorporé MODÉRATEUR : Ronald J. McRobie Fasken Martineau PANÉLISTES : Jean-François Cloutier Fasken Martineau Serge Gloutnay Fasken Martineau 3e Symposium Fasken

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

JOURNEES COLOMBIENNES

JOURNEES COLOMBIENNES JOURNEES COLOMBIENNES 24 28 SEPTEMBRE 2007 Questionnaire relatif au thème n 1 LES CONTRATS DU CONSOMMATEUR Monsieur le Recteur Fernando HINESTROSA Professeur à l Université Externado de Colombie Calle

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014 Assurance pour les projets de construction Agenda Assurance chantier Assurance wrap-up Autres assurances Cautionnement

Plus en détail

Pour en finir avec les articles 2125 et 2129 C.c.Q. en contexte de contrats de services informatiques. Michel Généreux

Pour en finir avec les articles 2125 et 2129 C.c.Q. en contexte de contrats de services informatiques. Michel Généreux Pour en finir avec les articles 2125 et 2129 C.c.Q. en contexte de contrats de services informatiques Michel Généreux 2 Aujourd hui L ouverture au droit à la résiliation sous 2125 C.c.Q. La portée de l

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ autionnement Guide explicatif Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ Ce guide est conçu pour vous aider à remplir adéquatement le formulaire de demande d adhésion

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Introduction 5. larcier 347

Introduction 5. larcier 347 TABLE DES MATIÈRES Introduction 5 Chapitre I L accès à la profession : l autorisation d établissement 7 Section 1. Le champ d application de la loi d établissement 8 A. Les personnes nécessitant une autorisation

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Accord d Hébergement Web Mutualisé

Accord d Hébergement Web Mutualisé Les Conditions qui suivent s appliquent aux services d hébergement Web mutualisé et aux services associés de Radiant achetés sur le site Web de Radiant ou sur les sites d autres partenaires. D autres services

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol.

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. top ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. 19 n 3 Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu en pense la Cour suprême du Canada? Réunion annuelle de Corporations Canada Délais des services

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5653-4530 No du rôle : 28.d-C-15 Date : 28 août 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur STÉPHANIE AIRAUD ET BERNHARD AINETTER REQUÉRANTS

Plus en détail

Note de présentation Responsabilité civile BET ingénierie

Note de présentation Responsabilité civile BET ingénierie BET ingénierie Proposant Nom :.. Adresse :... Ville : Code siret mail :. _ Effectif Nombre : Qualification Antécédents professionnels _ Domaines d activité Description précise de l activité 1. Description

Plus en détail

1.2 Les conditions standards de l Acheteur sont expressément exclues par les présentes conditions.

1.2 Les conditions standards de l Acheteur sont expressément exclues par les présentes conditions. CONDITIONS GÉNÉRALES DE LIVRAISON D ALPHA DEUREN INTERNATIONAL B.V. dont le siège et les bureaux sont établis à Didam, inscrit au registre du commerce de la Chambre de commerce de la Gueldre centrale sous

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

CAHIER DES GARANTIES ET ASSURANCES

CAHIER DES GARANTIES ET ASSURANCES COLLECTE SÉLECTIVE DEVIS NORMALISÉ FOURNITURE DE SERVICES CAHIER DES GARANTIES ET ASSURANCES PRÉPARÉ PAR : MRC DE DRUMMOND NOVEMBRE 2004 DEVIS NORMALISÉ FOURNITURE DE SERVICES CAHIER DES GARANTIES & ASSURANCES

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES

CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES PAGE PRÉAMBULE... 10 0.00 INTERPRÉTATION... 11 0.01 Terminologie... 11 0.01.01 Activités... 12 0.01.02 Bail... 12 0.01.03 Cas de Défaut... 12 0.01.04 Changement

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET DE LIVRAISON

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET DE LIVRAISON CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET DE LIVRAISON de la société KULLEN GmbH & Co KG, Reutlingen 1. Conditions générales 1.1 Nous n assumons les commandes et livraisons en tout genre que conformément aux clauses

Plus en détail

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE TABLE DES MATIÈRES Votre procuration est un document important Mise en garde 4 Pour bien comprendre la procuration Note explicative 6 1. Qu est-ce qu une procuration?...

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Chapitre 3 3.1 Les contrats d assurance 3.2 Les intervenants au contrat d assurance 3.3 Les éléments du contrat d assurance 3.4 Les caractéristiques du contrat

Plus en détail

CONTRAT D'ENTREPRISE I. DEFINITION ET IDENTIFICATION II. FORMATION III. EFFETS IV. DENOUEMENT 17/11/2011

CONTRAT D'ENTREPRISE I. DEFINITION ET IDENTIFICATION II. FORMATION III. EFFETS IV. DENOUEMENT 17/11/2011 CONTRAT D'ENTREPRISE 17/11/2011 Dans le code civil, le contrat d entreprise est nommé «contrat de louage d ouvrage» dans les articles 1779 à 1799. C est un contrat qui oblige à un travail non subordonné,

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail

Conditions d entreprise

Conditions d entreprise 1. Contenu du contrat 1.1. Tout entrepreneur qui exécute des travaux pour le compte de (nommé ci-après BASF) accepte l application de ces conditions générales à l exclusion de ses propres conditions standards.

Plus en détail

LA SITUATION DES TIERS EN DROIT QUÉBÉCOIS

LA SITUATION DES TIERS EN DROIT QUÉBÉCOIS TIERS ET CONTRAT Dans le cadre des Journées internationales Henri Capitant - Journées panaméennes - Marie Annik Grégoire, professeure, Faculté de droit, Université de Montréal * Mariève Lacroix, professeure,

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE)

Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE) Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE) 1. Généralités Les conditions énoncées ci-après sont valables pour

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

L inspection préachat sous la loupe du consommateur. Par Me Isabelle Viens

L inspection préachat sous la loupe du consommateur. Par Me Isabelle Viens L inspection préachat sous la loupe du consommateur Par Me Isabelle Viens Introduction L abondance des jugements traitant de poursuites pour vices cachés ne fait pas de doute et souvent ceux-ci mettent

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR Vs avez incorporé une compagnie vs y songez sérieusement? Plusieurs bonnes raisons vs incitent en effet à exploiter votre entreprise ss une forme incorporée 1. Les compagnies

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

La relation entre les courtiers et les gestionnaires en valeurs mobilières et leurs clients : quelques observations sur l influence du

La relation entre les courtiers et les gestionnaires en valeurs mobilières et leurs clients : quelques observations sur l influence du La relation entre les courtiers et les gestionnaires en valeurs mobilières et leurs clients : quelques observations sur l influence du Code civil du Québec Stéphane ROUSSEAU* Julie BIRON** Les courtiers

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES ACGC06/2007 ARTICLE 1. QU ENTEND-ON PAR? VOUS : le Preneur d assurance, c est-à-dire la personne qui conclut le contrat d assurance. NOUS : la Compagnie

Plus en détail

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ MAGASINS À RAYONS PEOPLES INC. (SYNDIC DE) C. WISE LIENS DU CURRICULUM: Le droit canadien et international, 12e année, cours préuniversitaire (CLN4U) Comprendre le droit canadien, 11e année, cours préuniversitaire/

Plus en détail

GUIDE DE DISTRIBUTION

GUIDE DE DISTRIBUTION GUIDE DE DISTRIBUTION F.P.Q. N o 5 - Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (Assurance de remplacement) Affilié à : La Capitale assurances générales inc.

Plus en détail

Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux?

Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux? Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux? Par : Paul Mayer, du cabinet d avocats Fasken Martineau La réponse à cette question, qui rend perplexe tant les

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 29/05/2013 Cour Administrative d Appel de Nancy N 12NC00126 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. LAPOUZADE, président Mme Pascale ROUSSELLE, rapporteur M. WIERNASZ, rapporteur public

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

Le bail commercial : les aspects importants à vérifier

Le bail commercial : les aspects importants à vérifier Le bail commercial : les aspects importants à vérifier Le choix d un local commercial est une étape cruciale dans le développement d une entreprise. L endroit choisi peut sembler prometteur mais il faut

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS ET CHARTE DE DÉONTOLOGIE 26 AVENUE VICTOR HUGO 75116 PARIS Tél.: 01-53-64-91-91 Fax.: 01-53-64-91-92 www.snpi.com PRÉAMBULE Le SNPI, organisme professionnel national

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé

ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé La société "Eurobéton" dont le siège est à Bordeaux a commandé par Internet 10 ordinateurs pour la gestion de l'entreprise sur le site du distributeur de matériel

Plus en détail

Conditions générales de vente Leeuwenburgh Fineer B.V.

Conditions générales de vente Leeuwenburgh Fineer B.V. Conditions générales de vente Leeuwenburgh Fineer B.V. Conditions générales Leeuwenburgh Fineer B.V, sise Raamsdonksveer, Bliek 9-13 (4941 SG) et enregistrée à la Chambre de commerce et d industrie sous

Plus en détail

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur Étape 2 Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur n Les règles applicables aux relations entre professionnels (relations b to b) Des

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

Assurance de garantie de construction

Assurance de garantie de construction Assurance de garantie de construction Informations client selon la LCA et conditions générales d assurance (CGA) Table des matières Page Informations client selon LCA Edition 11/2008 2 Conditions Générales

Plus en détail

Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl

Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl 1 Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl 1 Généralités champ d application 1. Seules nos conditions générales d achat sont applicables ; nous ne reconnaissons pas de conditions du fournisseur

Plus en détail

La responsabilité professionnelle des ingénieurs et architectes

La responsabilité professionnelle des ingénieurs et architectes La responsabilité professionnelle des ingénieurs et architectes Association des ingénieurs-conseils du Québec 8 février 2012 Me John G. Murphy, associé directeur Groupe Construction, ingénierie, cautionnement

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle de la SHDM

Politique de gestion contractuelle de la SHDM Politique de gestion contractuelle de la SHDM Adoptée par les membres du conseil d administration le 22 octobre 2013 Direction des affaires juridiques et corporatives Politique de gestion contractuelle

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation.

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Chapitre II. Les droits et les obligations des parties

Chapitre II. Les droits et les obligations des parties Barreau du Québec, Contrats, sûretés, publicité des droits et droit international privé, Collection de droit 2010-2011, Volume 6, Cowansville, Yvon Blais, 2010 Chapitre II M e François Beauchamp M e Hélène

Plus en détail

LE CONTRAT D ADHÉSION

LE CONTRAT D ADHÉSION LE CONTRAT D ADHÉSION Brigitte LEFEBVRE* INTRODUCTION....................... 441 1. LA NOTION DE CONTRAT D ADHÉSION........ 442 1.1 La définition du contrat d adhésion au Code civil du Québec................

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS KG N 1402316 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme Ali R. M. Ellie Rapporteur M. Salvi Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Poitiers (2 ème chambre)

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Roussillon (Municipalité régionale de comté de) c. Construction Frank Catania & Associés inc. COUR SUPÉRIEURE JUGEMENT

Roussillon (Municipalité régionale de comté de) c. Construction Frank Catania & Associés inc. COUR SUPÉRIEURE JUGEMENT Roussillon (Municipalité régionale de comté de) c. Construction Frank Catania & Associés inc. 2007 QCCS 3607 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : 505-17-002122-051 DATE :

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Principes d UNIDROIT relatifs aux contrats du commerce international 2004 *

Principes d UNIDROIT relatifs aux contrats du commerce international 2004 * Principes d UNIDROIT relatifs aux contrats du commerce international 2004 * PREAMBULE (Objet des Principes) Les Principes qui suivent énoncent des règles générales propres à régir les contrats du commerce

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

Karl Delwaide, associé et responsable du groupe de pratique national Protection de l information et de la vie privée de Fasken Martineau

Karl Delwaide, associé et responsable du groupe de pratique national Protection de l information et de la vie privée de Fasken Martineau La protection des renseignements personnels en entreprise en vertu des lois fédérale et québécoise en la matière L Institut des Secrétaires et des Administrateurs Agréés du Canada Division Québec Le 6

Plus en détail

Impôt de solidarité sur la fortune La holding animatrice malmène le conseil

Impôt de solidarité sur la fortune La holding animatrice malmène le conseil Impôt de solidarité sur la fortune La holding animatrice malmène le conseil Publié le 17.04.2015 Fotolia Par Valentine Clément (vclement@agefi.fr) Les entrepreneurs usent fréquemment du caractère animateur

Plus en détail

Notre retraite : prendre en main COLLECTIVEMENT notre avenir

Notre retraite : prendre en main COLLECTIVEMENT notre avenir La responsabilité fiduciaire et l assurance responsabilité des comités de retraite : Comment s y retrouver sans perdre sa chemise Michel Gilbert, avocat Luc Brunet, B.A.A., C. D A. Ass. Notre retraite

Plus en détail

MD Marque déposée d Interac Inc. Utilisée sous licence.

MD Marque déposée d Interac Inc. Utilisée sous licence. Conditions Veuillez lire la présente convention attentivement avant d utiliser les Services bancaires par Internet. Elle renferme des exclusions et des limitations de responsabilité de même que d autres

Plus en détail

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES Plus de 250 régimes de prescription différents selon la cour de cassation, des délais souvent inadaptés, des points de départ différents, des divergences importantes

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 1. PÉRIODE DU CONCOURS : Le concours 25 000 $ de rénos

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Résolution CM13 0552 du conseil municipal le 17 juin 2013 et Résolution CG13 0246 du conseil d agglomération du 20 juin 2013 CONTEXTE L article 573.3.1.2 de la Loi sur les cités et villes oblige les municipalités

Plus en détail

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine Conditions Générales d Utilisation du Service «Nom de domaine pro» Les présentes Conditions Générales d Utilisation ont pour objet de définir les conditions dans lesquelles le Relais Internet, département

Plus en détail

Cahier des Clauses Particulières

Cahier des Clauses Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Centre Hospitalier du Bois Petit Direction des services économiques, logistique, technique et informatique Services économiques 8 avenue de la Libération

Plus en détail