La common law. 1. Définition de la common law

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La common law. 1. Définition de la common law"

Transcription

1 1. Définition de la common law - La common law est un ensemble de règles de droit élaborées par les tribunaux judiciaires dans l exercice de leur fonction habituelle de trancher des litiges. - Ces règles, une fois créées, sont ensuite appliquées par les tribunaux dans d autres litiges présentant des situations suffisamment semblables. - Lorsqu un tribunal applique une règle tirée d une décision de justice antérieure, on appelle cette autre décision un précédent. Nous revenons plus loin sur la définition d un précédent judiciaire.

2 Les règlements 1. Définition de la common law - Au Canada, l autorité des règles de droit contenues dans la common law viennent au quatrième et dernier rang, derrières celles de la Constitution formelle, des lois et de leurs règlements d application.

3 2. Auteurs des règles de la common law - Les tribunaux judiciaires sont donc l auteur collectif de la common law. - Il est de leur pouvoir, non seulement de créer les règles de la common law, mais aussi de les changer pour faire évoluer le droit.

4 3. Règle du précédent La common law - Règle du précédent: un tribunal est lié par les décisions des tribunaux qui lui sont hiérarchiquement supérieurs. Cour d appel de l Ontario Cour suprême du Canada Cour d appel du Nouveau-Brunswick Cour d appel fédérale - Un tribunal doit donc se conformer aux règles de droit élaborées par les tribunaux qui se trouvent plus haut, dans la même hiérarchie judiciaire. Cour supérieure de justice de l Ontario Cour du banc de la reine du Nouveau- Brunswick Cour fédérale

5 3. Règle du précédent - Il est vrai que Les tribunaux judiciaires sont l auteur collectif de la common law. Mais, en raison de la règle du précédent, plus un tribunal est haut dans la hiérarchie judiciaire, plus les règles de common law qu il a élaborées ont de chances de s intégrer durablement dans le corps des règles de la common law. - En pratique, cela signifie que la Cour suprême du Canada est la principale responsable de l évolution de la common law au Canada. La common law

6 4. Organisation judiciaire au Canada

7 4. Organisation judiciaire: tribunal de 1 e instance - Définition d un tribunal de 1e instance: un tribunal de première instance est tout simplement le premier à entendre un litige. Il lui revient, non seulement de juger du droit applicable, mais surtout d évaluer la qualité de la preuve présentée par les parties.

8 4. Organisation judiciaire: tribunal d appel - Définition d un tribunal d appel: un tribunal d appel a pour tâche de revoir la décision du tribunal de 1e instance afin d examiner la justesse de sa décision. - Le tribunal d appel peut maintenir la décision originale ou la réformer (l infirmer ou la renverser) pour lui substituer sa propre décision. - Le rôle du tribunal d appel n est donc pas de refaire le procès, mais seulement d évaluer de manière critique le travail accompli par le tribunal de première instance. La common law

9 4. Organisation judiciaire: tribunal d appel - Comme il ne refait pas le procès, un tribunal d appel n entend pas normalement de témoins. Il travaille à partir du dossier constitué en première instance, complété par les plaidoiries écrites et orales des avocats des parties au procès.

10 4. Organisation judiciaire: tribunal d appel - La partie au procès qui porte en appel une décision de justice est désignée comme un «appelant». - S il lui est permis de le faire, un appelant, par hypothèse mécontant d une décision de justice, va porter en appel cette décision devant une instance supérieure, autrement dit devant un «tribunal d appel». - Pour réussir à faire renverser une décision de première instance par le tribunal d appel, l appelant devra invoquer une erreur que le premier tribunal aurait commise: soit une erreur portant sur les faits (erreur de fait), soit une erreur portant sur le droit (erreur de droit).

11 4. Organisation judiciaire: tribunal d appel - Pour réussir en appel, l appelant doit démontrer, à la satisfaction du tribunal d appel, que le tribunal de première instance a commis une erreur déterminante, autrement dit une erreur importante au point qu elle aurait changé l issu du litige.

12 4. Organisation judiciaire: tribunal d appel - Comme le tribunal d appel n entend pas de témoins, et qu il ne peut donc apprécier la force probante de leur témoignage (leur crédibilité), il ne renversera pas les conclusions de fait du juge de première instance, du moins lorsque celles-ci reposent sur la crédibilité des témoins. - Seule une erreur de fait qui apparaît à la lecture du dossier écrit (transcription des témoignages et éléments de preuve matérielles) pourrait amener un tribunal d appel à corriger une erreur commise en première instance. - Il est conséquemment difficile d invoquer une erreur de fait pour renverser en appel une décision de première instance. - Sur le plan du droit, toutefois, le tribunal d appel se trouve en aussi bonne position que le tribunal de première instance. Il ne se gênera donc pas pour renverser une décision, s il conclut qu une erreur de droit déterminante a été commise.

13 4. Organisation judiciaire: Cour suprême du Canada La common law - La Cour suprême du Canada est le tribunal de dernière instance au Canada. Elle entend des appels dans tous les domaines du droit. - La Cour est composée de neuf juges. La loi sur la cour suprême exige que trois proviennent du Québec. Et il est coutume que sur les six autres juges, trois proviennent de l Ontario, deux de l Ouest du pays, et un des provinces maritimes. - La Cour peut entendre un litige avec un banc complet de neuf juges, ou encore avec seulement sept ou cinq juges.

14 4. Organisation judiciaire: Cour suprême du Canada - Les jugements de la Cour suprême du Canada sont définitifs, i.e. finals et sans appel. Ils acquièrent donc automatiquement la force de la chose jugée. - En effet, on ne peut porter en appel les jugements de la Cour suprême du Canada devant un plus haut tribunal. La common law

15 4. Organisation judiciaire: Cour suprême du Canada - Sauf quelques exceptions en matière criminelle, la Cour suprême du Canada n entend des appels que sur permission et non de plein droit. Cela signifie que l appelant doit demander à la Cour la permission de présenter sa cause devant elle. La Cour peut accepter ou refuser. Si la Cour accepte, une date de procès sera fixée pour que les parties puissent plaider devant elle. La common law

16 4. Le précédent - Rappelons la règle du précédent: «un tribunal est lié par les décisions des tribunaux qui lui sont hiérarchiquement supérieurs». - Mais qu est-ce qui peut être considéré comme un précédent en matière judiciaire? Quand un tribunal devra-t-il conclure qu il est lié par la décision d un tribunal hiérachiquement supérieur?

17 4. Le précédent - Trois conditions doivent être respectées pour que le tribunal auquel on a soumis un litige puisse conclure à l existence d un précédent: 1. La décision doit d abord provenir d un tribunal hiérarchiquement supérieur au tribunal à qui a été soumis le litige à trancher (aspect déjà étudié plus haut). 2. Les faits pertinents doivent être identiques. 3. Lorsque la décision porte sur l interprétation d une règle du droit législatif (loi ou règlement), la règle doit être la même.

18 4. Le précédent: notion de tribunal hiérarchiquement supérieur - Quand un tribunal est-il considéré comme étant hiérarchiquement supérieur à un autre tribunal? - Il faut que ce premier tribunal puisse éventuellement renverser la décision prise par le second tribunal au moyen d un appel judiciaire.

19 4. Le précédent: notion de tribunal hiérarchiquement supérieur - La procédure d appel est le mécanisme qui permet à un tribunal de faire respecter ses décisions par un tribunal inférieur. En effet, s il n est pas satisfait de cette décision, parce qu elle ne respecte pas ses précédents, il va la renverser pour lui substituer sa propre décision. - Même si elle est plus haut dans la hiérarchie judiciaire, la Cour d appel du Nouveau-Brunswick ne se situe pas dans la même hiérarchie judiciaire que la Cour supérieure de justice de l Ontario. - En effet, la cour néo-brunswickoise ne peut renverser un jugement rendu par la cour ontarienne.

20 4. Le précédent: notion de tribunal hiérarchiquement supérieur - Puisque la Cour suprême du Canada est situé au sommêt de la hiérarchie judiciaire, ses jugements lient donc tous les autres tribunaux judiciaires canadiens. - Les règles de common law reconnues par la Cour suprême du Canada dans ses précédents vont conséquemment lier l ensemble des tribunaux judiciaires au Canada.

21 4. Le précédent: identité des faits pertinents - Non seulement la décision doit-elle provenir d un tribunal hiérarchiquement supérieur, ses faits pertinents doivent en plus être les mêmes que ceux du litige actuel. - Les faits pertinents sont les faits qui sont déterminants sur le sort d un litige. - Bien qu un litige ne soit jamais parfaitement identique à un autre, cela ne l empêche pas de constituer un précédent, à la condition que ses faits pertinents soient les mêmes.

22 4. Le précédent: identité de la règle législative - La règle du précédent ne s applique pas uniquement en matière de common law. Elle s applique également lorsqu il s agit d interpréter et d appliquer une règle du droit législatif (loi ou règlement). - Lorsque le précédent concerne l interprétation et l application d une règle législative, les faits pertinents doivent aussi être les mêmes dans l affaire actuelle et dans le précédent invoqué. - Il faut également que la règle législative interprétée soit la même, autrement dit qu elle soit demeurée inchangée enter les deux litiges.

23 4. Le précédent: raisonnement par analogie et technique de la distinction - Pour bien saisir l idée de précédent, il faut comprendre le raisonnement par analogie et la technique de la distinction. - RAISONNEMENT PAR ANALOGIE - Le raisonnement par analogie se résume ainsi: un litige dont les principaux aspects se comparent à ceux d une affaire antérieure devrait normalement être tranché de la même façon. En ce cas, on considèrera que les faits pertinents sont les mêmes et que l affaire antérieure constitue donc un précédent. - TECHNIQUE DE LA DISTINCTION - Mais si les faits du litige soumis à un tribunal sont trop différents d une affaire antérieure, on ne voudra pas le trancher de la même façon. On considèrera donc que les faits pertinents des deux affaires ne sont pas les mêmes. En résumé, on distinguera les deux affaires pour conclure que l affaire antérieure ne constitue pas un précédent.

24 4. Le précédent: raisonnement par analogie - Comme exemple d absence de précédent, en raison d une distinction portant sur les faits pertinents, lire le résumé de la décision rendue dans l affaire Gladu aux pages 254 et 255 de votre livre. - Cette affaire concerne une infraction à un règlement de circulation routière (arrêt obligatoire non respecté par Madame Gladu) et l application d une défense de common law (impossibilité de respecter le règlement).

25 4. Le précédent: raisonnement par analogie et technique de la distinction - RÔLE DES AVOCATS LORS D UN PROCÈS - Lorsqu il y voit son avantage, une avocat essaiera d invoquer une ancienne décision pour la présenter au tribunal comme un précédent dans la cause qu il plaide. - L avocat de la partie adverse, pour qui cette ancienne décision défavorise au contraire son client, voudra convaincre le tribunal qu il ne s agit pas réellement d un précédent. Il tentera donc de démontrer au tribunal que les deux affaires sont trop différentes pour adopter la même solution. Autrement dit, il prétendra que les faits pertinents des deux affaires ne sont pas identiques.

Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. J. B., 2015 TSSDA 674. Commission de l assurance-emploi du Canada J. B.

Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. J. B., 2015 TSSDA 674. Commission de l assurance-emploi du Canada J. B. [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. J. B., 2015 TSSDA 674 Date : Le 2 juin 2015 Numéro de dossier : AD-14-230 DIVISION D APPEL Entre: Commission de l assurance-emploi

Plus en détail

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences)

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences) [TRADUCTION] Citation : D. A. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 685 Date : Le 3 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-168 DIVISION D APPEL Entre: D. A. Demandeur et Ministre

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison?

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison? Chapitre 2 : La police Partie 1: Contact avec la police 1. Quand puis-je être en contact avec la police? La police pourrait entrer en contact avec toi si elle a des motifs raisonnables de croire que tu

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à une demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à une demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : C. C. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 358 N o d appel : AD-13-631 ENTRE : C. C. Demanderesse et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

RÉSIDENCE D UNE FIDUCIE

RÉSIDENCE D UNE FIDUCIE 1 Dossier LA DÉCISION FUNDY SETTLEMENT : LE «NOUVEAU» CRITÈRE D ÉTABLISSEMENT DE LA RÉSIDENCE D UNE FIDUCIE Alexandra Fortin Avocate, LL.M. fisc. Hardy, Normand & Associés, s.e.n.c.r.l. afortin@hardynormand.com

Plus en détail

Citation : P. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 987 P. G.

Citation : P. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 987 P. G. [TRADUCTION] Citation : P. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 987 Date : Le 17 août 2015 Numéro de dossier : AD-15-260 DIVISION D APPEL Entre: P. G. Appelant et Ministre

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS (en matière civile) (Mise à jour : janvier 2016)

FOIRE AUX QUESTIONS (en matière civile) (Mise à jour : janvier 2016) FOIRE AUX QUESTIONS (en matière civile) (Mise à jour : janvier 2016) 1. Quel est le rôle de la Cour d appel du Québec? La Cour est le tribunal général d appel pour la province du Québec. Sauf exception,

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 B. G. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 B. G. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 Date : Le 30 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-164 DIVISION D APPEL Entre: B. G. Demandeur et Commission de

Plus en détail

Exigences pour les demandeurs qui proposent de vendre du gaz naturel

Exigences pour les demandeurs qui proposent de vendre du gaz naturel Exigences pour les demandeurs qui proposent de vendre du gaz naturel 11(2) La demande doit contenir l appellation légale au complet du titulaire proposé du certificat ainsi que l adresse de son établissement,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : K. R. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 1 ENTRE : K. R. N o d appel : 2013-0701 Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. G. P., 2015 TSSDA 653. Commission de l assurance-emploi du Canada G.P.

Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. G. P., 2015 TSSDA 653. Commission de l assurance-emploi du Canada G.P. Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. G. P., 2015 TSSDA 653 Date : 27 mai2015 Dossier : AD-13-1175 DIVISION D APPEL Entre: Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et G.P.

Plus en détail

Citation : D. I. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 970 D. I. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : D. I. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 970 D. I. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : D. I. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 970 Date : Le 10 août 2015 Numéro de dossier : AD-15-314 DIVISION D APPEL Entre: D. I. et Demanderesse Commission

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : V. L. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 22 Appel n o : GE-14-30 ENTRE : V. L. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI)

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI) ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI) Pour les transferts faits conformément à la Loi sur les prestations de pension (Nouveau-Brunswick)

Plus en détail

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario Annexe 2 ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO CODE DE PROCÉDURE DU COMITÉ DE DISCIPLINE Adoptée par l

Plus en détail

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Le 30 octobre 2006 TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Monsieur le maire. Lors de mes interventions au Conseil, vous m avez indiquez que je mélangeait les choses que je ne comprenais

Plus en détail

Citation : B. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 687 B. B. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : B. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 687 B. B. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : B. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 687 Date : 3 juin 2015 Numéro de dossier : AD-14-213 DIVISION D APPEL Entre: B. B. Appelant Commission de l assurance-emploi

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 296 Appel No : 2013-0127 ENTRE : A. D. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2539 Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 81, alinéas 4 et 8, et 104, alinéas 3 et 7, du Code judiciaire, posée par

Plus en détail

Article A-1A03 Procédure d'admission

Article A-1A03 Procédure d'admission RÈGLE A-1A ADHÉSION À LA SOCIÉTÉ Article A-1A01 Admissibilité aux fins d'adhésion a) Pour présenter une demande d adhésion, un candidat doit être : i) un membre ou un participant agréé en règle auprès

Plus en détail

Guide pratique genevois Tribunal des prud hommes

Guide pratique genevois Tribunal des prud hommes Guide pratique genevois Tribunal des prud hommes Vous avez un litige avec votre employeur ou votre employé? Edition octobre 2014 Sommaire Sommaire Préambule 3 Compétence du Tribunal genevois des prud hommes

Plus en détail

USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR

USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR 1. Qu est-ce qu un usage? 2. Quels sont les critères constitutifs de l usage? 3. Qu est-ce qu un engagement unilatéral de l employeur? 4. Quelle est la

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : K. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 101 Appel n o : GE-14-945 ENTRE : K. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2014 du brevet.

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2014 du brevet. FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 04 du brevet Droit (e) : Durée de l'examen : Nombre de pages de l épreuve (y compris la page

Plus en détail

LES CASIERS JUDICIAIRES D ADULTES

LES CASIERS JUDICIAIRES D ADULTES LA LOI DE LA RUE no.25 25-1 LES CASIERS JUDICIAIRES D ADULTES Qu est-ce qu on retrouve dans les dossiers de la police? Les policiers conservent des dossiers au sujet de leurs interactions avec vous. Les

Plus en détail

DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA

DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA N 35892 DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) ENTRE : PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA et AGENCE DU REVENU DU CANADA DEMANDEURS (Appelants) ET

Plus en détail

Cour d'appel fédérale. Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER

Cour d'appel fédérale. Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER Cour d'appel fédérale Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER Allocation prononcée à la Conférence du 40 e anniversaire des Cours fédérales, Ottawa, le 28 octobre 2011 Le fondement de l

Plus en détail

[Traduction du Greffe] OPINION DISSIDENTE DE M. LE JUGE P. CHANDRASEKHARA RAO

[Traduction du Greffe] OPINION DISSIDENTE DE M. LE JUGE P. CHANDRASEKHARA RAO [Traduction du Greffe] OPINION DISSIDENTE DE M. LE JUGE P. CHANDRASEKHARA RAO 1. La raison principale pour laquelle je suis en désaccord avec la décision du Tribunal international du droit de la mer (ci-après

Plus en détail

Numéro du rôle : 3897. Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3897. Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3897 Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 184, 185, 191, 192 et 261 du Code des sociétés, posée par la Cour d appel

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel [TRADUCTION] Citation : E. K. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 360 N o d appel : AD-13-1061 ENTRE : E. K. Appelante et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

AVIS COUR DU BANC DE LA REINE

AVIS COUR DU BANC DE LA REINE AVIS COUR DU BANC DE LA REINE OBJET : DEMANDE D ADMINISTRATION DANS LES CAS OÙ, AU MOMENT DE SON DÉCÈS, LE DÉFUNT AVAIT UN CONJOINT OU AU MOINS UN CONJOINT DE FAIT I. Directives générales Si, au moment

Plus en détail

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs Le présent document a été

Plus en détail

Attentes : expliquer comment le droit criminel s applique aux jeunes. 1- Faire la lecture dans le livre des pages 232 à 243.

Attentes : expliquer comment le droit criminel s applique aux jeunes. 1- Faire la lecture dans le livre des pages 232 à 243. École secondaire catholique Renaissance Sophie Ouellet Les jeunes contrevenants Comprendre le droit canadien CLU3M Attentes : expliquer comment le droit criminel s applique aux jeunes. Consignes : 1- Faire

Plus en détail

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE Septembre 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils sont notamment

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Résumé des dispositions de la directive visant à améliorer l accès à la justice dans les affaires transfrontalières par l établissement de

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à une demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à une demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : G. H. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 239 No d appel : AD-14-302 ENTRE : G. H. Demanderesse et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC Section des affaires sociales En matière d'indemnisation Date : 26 janvier 2009 Référence neutre : 2009 QCTAQ 01356 Dossier : SAS-Q-129787-0608 Devant les juges administratifs

Plus en détail

Bulletin d information n o 3 Preuve d adhésion Généralités

Bulletin d information n o 3 Preuve d adhésion Généralités Bulletin d information n o 3 Preuve d adhésion Généralités Toute mention à la Loi et aux Règles de procédure, dans le présent bulletin, renvoie à la Loi sur les relations industrielles et au Règlement

Plus en détail

Conditions générales 2010/2011

Conditions générales 2010/2011 Conditions générales 2010/2011 SCP Berger avocats 36, av. Amans-Rodat 12000 Rodez MAJ 22/11/2010 RCS RODEZ 389 879 099 Table des matières I N T R O D U C T I O N 2 CHAPITRE 1 Dossiers classiques 4 CHAPITRE

Plus en détail

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES LA COUR C ON S T I T U T I O N N E L LE D E B E LG I QU E P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES 2014 3 TABLE DES MATIERES 1 1. DE LA COUR D ARBITRAGE À LA COUR CONSTITUTIONNELLE 5 a) Création de la Cour

Plus en détail

Statut du Tribunal Etudiant pour le. Règlement des différends internationaux (TERDI)

Statut du Tribunal Etudiant pour le. Règlement des différends internationaux (TERDI) !!! Statut du Tribunal Etudiant pour le Règlement des différends internationaux (TERDI) TERDI Les membres du Centre de droit international de l Université libre de Bruxelles, Constatant l existence de

Plus en détail

Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 M. F. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 M. F. Commission de l assurance-emploi du Canada Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 Date : 24 septembre 2015 Dossier : AD-13-108 DIVISION D APPEL Entre: M. F. Appelante Commission de l assurance-emploi du

Plus en détail

Brochure d information cybersurveillance

Brochure d information cybersurveillance Brochure d information cybersurveillance I. Cybersurveillance : un mot d explication Le 2 mai 2012, la Commission vie privée a émis une recommandation sur le contrôle par l employeur de l utilisation de

Plus en détail

Claude Sicard Demandeur-intimé c. Dr Maria Subak, entreprise Appelante et Commission d'accès à l'information du Québec & Michel Laporte Mis en cause

Claude Sicard Demandeur-intimé c. Dr Maria Subak, entreprise Appelante et Commission d'accès à l'information du Québec & Michel Laporte Mis en cause REJB 2000-18782 Texte intégral Cour du Québec (Chambre civile) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT de Montréal 500-02-077338-999 DATE : 29 mai 2000 EN PRÉSENCE DE : Armando Aznar, J.C.Q. Claude Sicard Demandeur-intimé

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

2- Avant la commande

2- Avant la commande FICHE PRATIQUE : LES ACHATS EN LIGNE 1- Des règles particulières Article L121-16 et suivants du Code de la Les achats sur internet se généralisent en France. Pourtant un client sur deux aurait rencontré

Plus en détail

Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail

Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail Environnement et Travail Santé et sécurité au travail Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail «Quels sont mes droits en vertu de la loi?» «De quelle façon mon

Plus en détail

RECOMMANDATION n 2008-015. relative à la saisine de Madame V du 8 février 2008. concernant un litige avec X

RECOMMANDATION n 2008-015. relative à la saisine de Madame V du 8 février 2008. concernant un litige avec X Réf. 480718-160680409/MJZ RECOMMANDATION n 2008-015 relative à la saisine de Madame V du 8 février 2008 concernant un litige avec X La saisine Le médiateur national de l énergie a été saisi le 8 février

Plus en détail

SERVICES DE TRANSPORT SCOLAIRE NIPISSING-PARRY SOUND PROCÉDURES CONCERNANT L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDÉO

SERVICES DE TRANSPORT SCOLAIRE NIPISSING-PARRY SOUND PROCÉDURES CONCERNANT L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDÉO PROCÉDURES CONCERNANT L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDÉO Définitions a) Renseignements personnels Renseignements consignés ayant trait à un particulier qui peut être identifié, ce qui comprend, sans toutefois

Plus en détail

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES L obtention d un prêt hypothécaire est souvent l engagement financier le plus important qu un Canadien prendra. Les prêts hypothécaires présentent

Plus en détail

Citation : M. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 790 M. S. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : M. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 790 M. S. Commission de l assurance-emploi du Canada Citation : M. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 790 Date : 23 juin 2015 Dossier : AD-14-549 DIVISION D APPEL Entre: M. S. Appelant Commission de l assurance-emploi du Canada

Plus en détail

COUR DU BANC DE LA REINE DU MANITOBA MÉMOIRE DE CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE AU PROCÈS

COUR DU BANC DE LA REINE DU MANITOBA MÉMOIRE DE CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE AU PROCÈS COUR DU BANC DE LA REINE DU MANITOBA MÉMOIRE DE CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE AU PROCÈS REMARQUES 1. Cette formule doit être déposée par le procureur de la Couronne désigné et par l avocat de chacune des personnes

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992 Affaire C-204/90 Hanns-Martin Bachmann contre État belge 1. Par arrêt du 28 juin 1990, parvenu à la Cour le 5 juillet suivant, la Cour de cassation de Belgique a

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL F E D E R A L P U B L I C D E F E N D E R O F F I C E 1 2 6 C O L L E G

Plus en détail

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL»

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» 1 ER FORUM DE MEDIATION BEYROUTH 26, 27 ET 28 JUIN 2008 «LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» Silvestre TANDEAU

Plus en détail

NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2015 QCCTQ 1969 DATE DE LA DÉCISION : 20150730. DATE DE L AUDIENCE : 20150727, à Montréal

NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2015 QCCTQ 1969 DATE DE LA DÉCISION : 20150730. DATE DE L AUDIENCE : 20150727, à Montréal NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2015 QCCTQ 1969 DATE DE LA DÉCISION : 20150730 DATE DE L AUDIENCE : 20150727, à Montréal NUMÉRO DE LA DEMANDE : 273491 OBJET DE LA DEMANDE : Évaluation du comportement d un conducteur

Plus en détail

Conditions Générales d intervention

Conditions Générales d intervention Claudine EUTEDJIAN Docteur en Droit Nathalie MOULINAS LE GO I.A.E. de PARIS Avocats au Barreau de TARASCON Cabinet d Avocats Sud-Juris Conditions Générales d intervention Le Cabinet est libre d accepter

Plus en détail

L Office a décidé qu il y avait lieu, aux termes de l article 16.1 de la Loi, de préserver le caractère confidentiel des réponses aux DR 1.2.

L Office a décidé qu il y avait lieu, aux termes de l article 16.1 de la Loi, de préserver le caractère confidentiel des réponses aux DR 1.2. Dossier : OF-Tolls-Group1-T260-2012-05 01 Le 30 janvier 2013 Destinataires : Toutes les parties à l ordonnance d audience AO-001-MH-002-2012 Ordonnance d audience AO-001-MH-002-2012 datée du 21 août 2012

Plus en détail

Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012)

Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012) Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012) S5 Les membres du CIAS sont désignés pour une période renouvelable de quatre ans. Les nominations doivent avoir

Plus en détail

Pour bénéficier du service, vous devez satisfaire aux conditions suivantes :

Pour bénéficier du service, vous devez satisfaire aux conditions suivantes : Qu est-ce que le SAH? Le SAH est un service juridique disponible à l aide juridique qui permet aux parents de demander la modification d un jugement déjà obtenu, lorsque celui-ci porte sur la garde d enfant,

Plus en détail

Citation : T. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 965 T. K. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : T. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 965 T. K. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : T. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 965 Date : Le 6 août 2015 Dossier : AD-14-625 DIVISION D APPEL Entre: T. K. Demandeur et Commission de l assurance-emploi

Plus en détail

VENTE D UNE CHOSE VICIÉE DANS LES CONTRATS FRANCO-ALLEMANDS : QUEL DROIT EST LE PLUS FAVORABLE?

VENTE D UNE CHOSE VICIÉE DANS LES CONTRATS FRANCO-ALLEMANDS : QUEL DROIT EST LE PLUS FAVORABLE? VENTE D UNE CHOSE VICIÉE DANS LES CONTRATS FRANCO-ALLEMANDS : QUEL DROIT EST LE PLUS FAVORABLE? A l heure où les échanges internationaux des marchandises sont monnaie courante, il n est plus rare que les

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Paris, le 28 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Le seul fait de participer à ce jeu implique l'acceptation pure et simple et sans réserve de la totalité des dispositions du présent règlement.

Le seul fait de participer à ce jeu implique l'acceptation pure et simple et sans réserve de la totalité des dispositions du présent règlement. ARTICLE 1 ORGANISATION La Société PASHMINA dont le siège social est situé PASHMINA, VAL THORENS 73440 SAINT MARTIN DE BELLEVILLE immatriculée sous le numéro 81055961700016 représentée par Monsieur Cédric

Plus en détail

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE L ENQUETE SOCIALE en neuf pas... Une enquête sociale, qu est-ce que c est? Une enquête sociale, pourquoi? Qui fait l

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen du Code régissant

Plus en détail

Examen écrit de 2h sous forme d un cas pratique portant sur la matière enseignée durant le semestre.

Examen écrit de 2h sous forme d un cas pratique portant sur la matière enseignée durant le semestre. ECOLE D AVOCATURE DIRECTIVES POUR LES EXAMENS Examen écrit de procédure (coefficient 3) Examen écrit de 2h sous forme de cas pratique portant sur les trois matières enseignées durant le semestre, le sujet

Plus en détail

Vous êtes cité. devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel

Vous êtes cité. devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel Vous êtes cité devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel Introduction Si vous devez comparaître devant le tribunal de police ou le tribunal correctionnel, vous vous posez peut-être

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

Citation : H. D. M. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 774 H. D. M. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : H. D. M. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 774 H. D. M. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : H. D. M. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 774 Date : Le 22 juin 2015 Dossier numéro : AD-13-907 DIVISION D APPEL Entre: H. D. M. Demandeur Commission de l

Plus en détail

Que de copropriétaires se plaignent légitimement d aberrations liées à des actes de base inadaptés, qui génèrent des crispations au sein des AG.

Que de copropriétaires se plaignent légitimement d aberrations liées à des actes de base inadaptés, qui génèrent des crispations au sein des AG. LA MISE EN CONFORMITE OBLIGATOIRE DES STATUTS : UN OUTIL ET UNE OPPORTUNITE POUR LES COPROPRIETAIRES LESES Pierre ROUSSEAUX/S.N.P. ARTICLES PR6279-20140307-1112-SE note De Pierre ROUSSEAUX, avocat, Président

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à la demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à la demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. J. B., 2015 TSSDA 233 No d appel : AD-14-230 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Demanderesse et J. B. Intimé DÉCISION

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

LES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS AU CANADA

LES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS AU CANADA LES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS AU CANADA Guide en langage simplifié pour les personnes faiblement alphabétisées Avril 2007 Table des matières Pourquoi ce guide. 4 Un tribunal, c est quoi?... 5 Un tribunal

Plus en détail

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles Fiche 1 La définition et les sources du droit commercial Les objectifs de la fiche Définir le champ d application du droit commercial Comprendre les particularités du droit commercial par rapport au droit

Plus en détail

Guide pratique sur le droit de la famille

Guide pratique sur le droit de la famille Droit de la famille Modification d une ordonnance de divorce (si l autre partie habite à l extérieur du Yukon) : Guide étape par étape Guide pratique sur le droit de la famille istockphoto.com Sources

Plus en détail

RÈGLE 39 OFFRE DE RÈGLEMENT AMIABLE

RÈGLE 39 OFFRE DE RÈGLEMENT AMIABLE RÈGLE 39 OFFRE DE RÈGLEMENT AMIABLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Applicabilité «défendeur» Vise également l intimé. ("defendant") «demandeur» Vise également

Plus en détail

N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Adoptée : Le 1 er janvier 2005 1. Préambule HEC Montréal reconnaît le droit de tout membre de la communauté

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION Introduction Le Code criminel confère au ministre de la Justice du Canada le pouvoir de réviser une condamnation pour une infraction à une

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Aller en cour : déroulement d un procès au criminel Si vous avez été accusé d un crime et que votre dossier n a pas été écarté du système

Plus en détail

TIERS ET PROCÉDURE Journées internationales Henri Capitant Panama 2015 Claude Champagne, Juge à la Cour supérieure du Québec

TIERS ET PROCÉDURE Journées internationales Henri Capitant Panama 2015 Claude Champagne, Juge à la Cour supérieure du Québec TIERS ET PROCÉDURE Journées internationales Henri Capitant Panama 2015 Claude Champagne, Juge à la Cour supérieure du Québec INTRODUCTION Ø Le procès implique seulement les parties, normalement, il ne

Plus en détail

I. Les faits pertinents. renouveler son parc informatique. familiers avec le produit. La Régie présume aussi que l utilisation des logiciels

I. Les faits pertinents. renouveler son parc informatique. familiers avec le produit. La Régie présume aussi que l utilisation des logiciels JUIN 2010 BULLETIN DROIT DE LA CONSTRUCTION, INGÉNIERIE, CAUTIONNEMENT ET DÉTOURNEMENT LA COUR SUPÉRIEURE SE PRONONCE SUR L APPLICATION DE L EXCEPTION PRÉVUE À L ARTICLE 12(4) DU RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS

Plus en détail

Objet : Plaintes sur des réunions à huis clos réunions extraordinaires à huis clos du Conseil le 24 septembre 2012 et le 9 juillet 2013

Objet : Plaintes sur des réunions à huis clos réunions extraordinaires à huis clos du Conseil le 24 septembre 2012 et le 9 juillet 2013 Le 8 novembre 2013 Glenn Miller, préfet Judy Kosowan, CA/secrétaire-trésorière Canton de Ryerson R.R. 1, 28, chemin Midlothian Burks Falls (Ontario) P0A 1C0 Objet : Plaintes sur des réunions à huis clos

Plus en détail

Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée (LDIPVP) Orientation municipale

Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée (LDIPVP) Orientation municipale Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée (LDIPVP) Orientation municipale Automne 2012 Grandes lignes La LDIPVP est une nouvelle loi qui remplace deux anciennes lois est fondée

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1195 Tribunal administratif Distr. limitée 30 septembre 2004 Français Original : anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1195 Affaire No 1290 : NEWTON Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

Nous sommes là pour vous aider

Nous sommes là pour vous aider Nous sommes là pour vous aider N 50717#03 Demande de fixation d une contribution aux charges du mariage. (Article 214 du Code Civil, Articles1070 à 1074, 1137 et suivants du Code de Procédure Civile 1

Plus en détail