LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats"

Transcription

1 LE FINANCEMENT DES PME ET TPE Synthèse des résultats Le 17 décembre 2007

2 I- Les besoins de financement des PME et TPE Les besoins de financement des PME et TPE varient fortement en fonction de la taille de l entreprise. Ainsi, les PME font plus souvent appel à du financement externe que les TPE qui se financent d abord et avant tout par le recours à leurs fonds propres. Les dépenses que ces financements visent à couvrir sont également différentes, le point commun entre PME et TPE étant que ces demandes sont principalement adressées à des banques. 1. Des besoins de financement externe plus importants dans les PME que dans les TPE - De manière générale, les PME font plus souvent appel à des financements externes que les TPE, et ce quel que soit le type de financement. Au total, 72% des PME ont cherché à obtenir du financement externe pour leur entreprise au cours des 12 derniers mois (dont 77% dans les PME de 100 à 249 salariés), contre 40% des TPE (32% seulement dans les entreprises sans salariés, 67% dans celles de 6 à 19 salariés dont le comportement est en cela très poche de celui des PME). La taille de l entreprise est donc le principal facteur explicatif de la demande de financement externe. o C est surtout par le recours à leur fonds propres que les TPE se financent : 71% disent avoir déjà eu recours à ce mode de financement depuis leur création. Dans une moindre mesure, les TPE s appuient également sur les emprunts à plus de 3 ans (58% d utilisation), du découvert ou crédit de caisse (44%), du crédit bail (41%) ou des emprunts à moins de 3 ans (38%). o Le recours aux fonds propres est également fréquemment mobilisé dans les PME (68%), mais à un moindre degré que les emprunts à plus de 3 ans ou le crédit bail, auxquels ont recours 81% des PME. L utilisation de découvert (60%) et les emprunts à moins de 3 ans (56%) sont également des pratiques courantes. o Dans une moindre mesure, les PME recourent à l escompte (39%), à des subventions publiques (31%, mais 51% dans les entreprises de 100 à 249 salariés) ou à des augmentations de capital réservées à des personnes privées (29%) des modes de financement utilisés en revanche par moins de 15% des TPE. o Enfin, dans les PME comme dans les TPE, environ 20% des entreprises ont fait appel au soutien financier de leurs proches, tandis que très rares sont ceux qui utilisent des augmentations de capital réservées à des fonds de capital risque. Synthèse, le 17/12/2007 2/8

3 - Parmi les entreprises déclarant ne pas avoir fait de demande de financement au cours des douze derniers mois, la principale raison mise en avant par les dirigeants est que l entreprise n a pas eu besoin de financement externe (réponse citée par 93% des PME, 79% des TPE). o Ainsi, à entendre les patrons de TPE et PME, les justifications liées à la complexité d une telle démarche, à sa lenteur, à son coût ou à la crainte d un refus de la part de l organisme contacté n interviennent que marginalement pour expliquer qu aucun financement externe n ait été demandé dans l année passée. o Cela étant, si les freins semblent peu présents, ils ne sont pas totalement absents pour autant : 10% des dirigeants de PME et surtout 22% de ceux de TPE mettent en avant une explication de ce type ce qui signifie que les difficultés existent. o Une des justifications fréquemment mises en avant par les patrons de TPE est également le fait qu ils «n aiment pas avoir de dettes» (49%, contre 21% dans les PME). On observe donc dans cette population une certaine réticence à l égard de l emprunt, qui se traduit par la volonté d autonomie financière de leur entreprise alors même que du financement externe pourrait éventuellement lui être profitable. 2. Les types de financement sollicités ainsi que les raisons de recours au financement externe diffèrent également selon la taille de l entreprise - Quand l entreprise a fait une demande de financement au cours des douze mois écoulés, les besoins que celle-ci visait à satisfaire varient en fonction de la taille de l entreprise : o Les besoins de financement des TPE portent surtout sur le financement de leur fonds de roulement (pour 37% de ceux qui ont sollicité un financement externe au cours des 12 derniers mois) et l achat de véhicules (36%). Un tiers évoque aussi l achat de matériel informatique ou de bureau, un quart l achat d autres équipements ou des travaux d aménagement dans les locaux de l entreprise. o Dans les PME, le financement du fonds de roulement n est que la 5 ème raison évoquée par ceux qui ont demandé du financement externe depuis un an (31% de citations). Les raisons principales sont en effet l achat de véhicules (49%) et l achat d autres équipements (47%), suivis par des travaux d aménagement dans les locaux (36%) et l achat de matériel informatique ou de bureau (34%). o Enfin, les actions de promotion et de marketing ainsi que les investissements en Recherche et développement ne sont que très marginalement cités comme expliquant la demande de financement externe hormis dans les PME les plus grosses pour la R&D (17% de citations). Synthèse, le 17/12/2007 3/8

4 - Le type de financement recherché diffère également selon la taille de l entreprise : o Dans les TPE, c est surtout du découvert ou crédit de caisse qui a été mobilisé au cours des douze derniers mois (24%) ce qui semble cohérent avec des besoins concernant surtout le financement du fonds de roulement. Certaines de ces entreprises ont également eu recours à des emprunts (15% pour les emprunts à plus de 3 ans, 8% pour ceux à moins de 3 ans). Les autres types de financement sont comme plutôt marginaux. o Dans les PME, le crédit bail (44%) et les emprunts à long terme (38%) apparaissent comme les modes de financement les plus fréquemment sollicités, devant, entre autres, le découvert (32%), l escompte (22%) ou les emprunts à court terme (18%). - Le recours à l emprunt n est donc pas le même dans les PME et dans les TPE. o La majorité des TPE (70%) n a pas souscrit d emprunt auprès de banque au cours des 12 derniers mois. Quand un emprunt est souscrit par ces entreprises, il porte principalement sur des petites sommes (seuls 10% ont souscrit pour plus de ). o Le profil des PME est bien différent, puisqu elles recourent plus facilement que les TPE à l emprunt, et pour des montants plus importants. Ainsi, seules 40% des PME n ont pas souscrit d emprunt après de banques au cours de l année passée, tandis qu elles sont presque aussi nombreuses 36% à avoir souscrit un emprunt pour un montant supérieur à (44% dans les PME les plus grosses). - Ces constatations sont vérifiées quand l on s intéresse non plus aux demandes de financement effectuées au cours des douze mois passés, mais aux demandes prévues pour les douze mois à venir. o 60% des PME disent avoir l intention de chercher à obtenir du financement externe au cours des douze prochains mois, principalement par un emprunt à plus de 3 ans ou du crédit bail (33% prévoient d y recourir dans l année à venir), du découvert (18%) ou de l escompte (15%). Des demandes de financement dont l objectif est principalement d acheter des véhicules ou d autres équipements. o Dans les TPE, les anticipations de demande de financement externe sont moindres 29% et concernent surtout du découvert (13%) ou un emprunt à plus de 3 ans (12%). Le but étant là encore d acheter des véhicules ou de financer le fonds de roulement. - Le recours plus important à du financement externe dans les PME que dans les TPE se traduit par des frais financiers plus élevés. 76% des TPE ont payé moins de de frais financiers au cours de leur dernier exercice ce qui n est le cas que de 32% des PME, alors que 36% d entre elles paient plus de de frais financiers. Synthèse, le 17/12/2007 4/8

5 3. En revanche, TPE comme PME s adressent principalement à des banques Les entreprises ayant fait une demande de financement externe au cours des douze derniers mois se sont adressées dans leur très grande majorité à une ou plusieurs banques, et ce quelle que soit la taille de l entreprise (92% dans les PME comme dans les TPE). Reflet de leur utilisation plus fréquente du crédit-bail, 35% des PME se sont également adressées à des sociétés de crédit bail (44% dans les PME de plus de 100 salariés, 19% seulement dans les TPE). II- Les entreprises et leur banque : une relation de proximité - Les TPE comme les PME s adressent principalement à des banques lorsqu elles ont besoin de financement externe pour leur entreprise, et cette démarche s inscrit en règle générale dans le cadre d une relation de proximité avec un interlocuteur familier. Cependant, leur attitude diffère en partie : o Les TPE s adressent le plus souvent à une seule banque (c est le cas de 63% de ceux qui ont fait une demande de financement à une ou plusieurs banques), qui est dans la quasi totalité des cas la banque habituelle de leur entreprise. Et si plusieurs banques sont contactées, la banque finalement retenue est généralement également la banque habituelle de l entreprise (65%). o En revanche, dans les PME, la mise en concurrence de plusieurs banques est la norme (80%, dont 43% qui s adressent à au moins 3 banques). Mais la relation de proximité joue également un rôle essentiel : que la PME contacte une seule ou plusieurs banques, l établissement retenu est généralement la banque habituelle de l entreprise qui peut être également celle qui offre les meilleures conditions quand plusieurs banques sont mises en concurrence. - Cette bonne relation qu entretiennent les TPE et PME avec leur banque s illustre dans le très fort taux d acceptation de la demande de financement (96% quand une seule banque est contactée, tandis que, quand plusieurs banques sont mises en concurrence, les refus sont plus fréquents mais restent rares), ainsi que dans l importante satisfaction que témoignent les dirigeants à l égard de la prestation de la banque : plus de neuf chefs d entreprise sur 10 s en disent satisfaits (dont 42% très satisfaits dans les TPE, 48% dans les PME). Cette satisfaction est particulièrement forte quand l entreprise n a contacté qu une seule banque. Synthèse, le 17/12/2007 5/8

6 - La proximité se traduit également par le fait que, dans six cas sur dix, l organisme de financement contacté ne demande pas d apporter de garantie au dossier de financement. o Quand une garantie est demandée, elle porte surtout sur les biens personnels du / des propriétaire(s) de l entreprise (pour 21% des TPE) ou sur les biens appartenant à l entreprise (19% des PME). Il est très rare que l on demande à une personne autre que le propriétaire de l entreprise de se porter caution (4%), ou que l entreprise fasse appel à une société de caution mutuelle (2%). o Cependant, le type de garantie demandée varie en fonction du montant emprunté, plus que de la taille de l entreprise. Quand le financement ne consiste pas en un emprunt auprès de banque, ou consiste en un emprunt de faible valeur (moins de ) il est fréquent qu aucune garantie ne soit demandée. En revanche, pour les emprunts d un montant supérieur, une garantie est demandée dans la moitié des cas elle porte en général sur les biens personnels du propriétaire, voire sur les biens appartenant à l entreprise dans le cas des sommes les plus importantes. - Malgré cette relation privilégiée entre les entreprises et leur banque, les banquiers ne sont pas les seuls vers qui se tournent les entreprises qui recherchent des conseils ou des informations sur leur financement o Les banques sont naturellement des interlocuteurs évidents : elles sont sollicitées par 66% des TPE et 69% des PME. o Cependant, les experts-comptables sont aussi des interlocuteurs de premier plan sur cette question : 61% des TPE et 55% des PME disent s adresser à eux pour obtenir des conseils et informations sur le financement de l entreprise. Alors que les avocats (13% de citations dans les PME) ou les chambres de commerce et de métier (18% dans les TPE, 23% dans les entreprises sans salarié) n arrivent que loin derrière. o Dans les TPE, experts comptables et banques sont presque cités au même niveau les premiers devançant même les seconds dans les entreprises de 6 à 19 salariés. En revanche, quand la taille de l entreprise augmente, et que les chefs d entreprise disposent de ressources en interne sur ces questions, les banques prennent le devant : dans les PME de plus de 100 salariés, 74% s adressent à une banque et 35% à un expert-comptable pour obtenir des conseils sur le financement de leur entreprise. Dans ces grosses PME, les contacts professionnels sont également une source de conseils et d information appréciée (23% de citations). Synthèse, le 17/12/2007 6/8

7 III- Les difficultés rencontrées en matière de financements Les patrons dans leur ensemble ne semblent pas rencontrer de véritables problèmes quand ils ont besoin de financement externe. Cependant, la perception n est pas la même pour toutes les entreprises, et les difficultés rencontrées semblent plus importantes dans les entreprises les plus récemment crées, ainsi que, dans une moindre mesure, dans les entreprises les plus petites. 1. En moyenne, l accès au financement ne pose pas de réel problème aux entreprises - Dans leur grande majorité, les dirigeants de TPE et PME estiment que leur entreprise dispose de financements suffisants pour mener à bien leurs projets (92% dont 66% tout à fait dans les PME, 81% dont 52% tout à fait dans les TPE). - De même, ces entreprises jugent globalement qu il n y a pas de barrière empêchant l accès aux prêts bancaires : 68% des PME et 56% des TPE pensent que l accès aux prêts octroyés par les banques est facile. - Et la crise financière de l été dernier n inquiète pas outre mesure ces dirigeants, qui pensent à 50% dans les TPE, à 61% dans les PME que cela ne va rien changer pour l obtention de financement par les entreprises comme la leur (respectivement 38% et 32% pensent que cela va rendre l obtention de financement moins facile). - Enfin, les dirigeants d entreprise ne se plaignent pas particulièrement du montant des frais financiers qu ils supportent. Ils les jugent en effet en général adaptés à la situation de leur entreprise : o 55% des patrons de PME jugent leur montant normal, 20% élevé et 19% excessif. o Dans les TPE, 42% estiment ce montant normal, 25% élevé et 23% excessif. o Ce jugement dépend donc de la taille de l entreprise plus que du montant des frais financiers supportés : 42% des entreprises sans salariés jugent le montant payé normal et 26% excessif, contre respectivement 65% et 11% dans les entreprises de plus de 100 salariés. Synthèse, le 17/12/2007 7/8

8 2. Certaines entreprises les plus petites et les plus récentes paraissent cependant plus en difficultés - Malgré ce tableau plutôt positif, la proportion de dirigeants qui estiment que l accès aux prêts bancaires est difficile n est pas négligeable surtout dans les entreprises les plus petites : 40% partagent cette opinion dans les entreprises sans salariés. - La satisfaction à l égard des financements dont dispose l entreprise ainsi que le sentiment que l accès aux prêts est facile varient surtout en fonction de l ancienneté des entreprises : o Dans les entreprises de plus de 30 ans d existence, 56% des dirigeants estiment avoir tout à fait suffisamment de financement pour mener à bien leurs projets, et 65% jugent l accès aux prêts bancaires facile. o En revanche, ce n est le cas que de 36% et 35% dans les entreprises de 5 ans ou moins. Dans ces entreprises les plus récentes, près de deux tiers des dirigeants trouvent au contraire l accès aux prêts bancaires difficile. - Ce sont également ces entreprises récentes qui craignent le plus l effet néfaste que peut avoir la crise financière sur l accès au financement. 53% estiment en effet que la crise financière des derniers mois rendra l obtention de financement par les entreprises comme la leur moins facile. Fiche technique : cette étude a été réalisée entre le 7 et le 17 septembre 2007 par téléphone auprès d un échantillon national de 800 dirigeants de TPE (entreprises de 0 à 19 salariés) et de PME (entreprises de 20 à 249 salariés) représentatif des entreprises de 0 à 249 salariés, selon la méthode des quotas (taille d entreprise croisée par le secteur d activité, région). L échantillon a été raisonné pour disposer d environ 400 dirigeants de TPE et 400 dirigeants de PME. Lors du traitement informatique des résultats, chaque catégorie a été remise à son poids réel afin d assurer la représentativité des résultats, au regard des critères de la taille de l entreprise, du secteur d activité et du découpage géographique par région. Synthèse, le 17/12/2007 8/8

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

L impact de l innovation sur l emploi vu par les salariés du privé Rapport d étude Octobre 2014

L impact de l innovation sur l emploi vu par les salariés du privé Rapport d étude Octobre 2014 L impact de l innovation sur l emploi vu par les salariés du privé Rapport d étude Octobre 2014 BVA Opinion Adélaïde Zulfikarpasic- Directrice 01 71 16 90 96 Conseil d Orientation pour l Emploi Laurence

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Prévoyance collective

Prévoyance collective Prévoyance collective Résultats de l étude CTIP / Crédoc sur la perception de la gestion paritaire des institutions de prévoyance par les employeurs Dossier de presse Jeudi 7 avril 2011 Contact Presse

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Comment redéfinir la relation bancaire

Comment redéfinir la relation bancaire Comment redéfinir la relation bancaire 22 novembre 2011 1 A quoi ressemblera une banque demain? 2012: risque d augmentation des défaillances d entreprises Polémique sur la séparation des activités de détail

Plus en détail

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas FERT / Chargé d études sénior 01 44 94 59 62 2 Sondage

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête 2013 auprès des emprunteurs hypothécaires Lorsqu ils

Plus en détail

Le financement public des associations entre subventions et commandes

Le financement public des associations entre subventions et commandes Le Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l Éducation populaire et de la Vie associative www.associations.gouv.fr Le financement public des associations entre subventions et commandes État des lieux

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

FD/FM/CLL N 17950 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Frédéric Micheau / Cécile Lacroix-Lanoë Tél : 01 45 84 14 44 cecile.lacroix-lanoe@ifop.com.

FD/FM/CLL N 17950 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Frédéric Micheau / Cécile Lacroix-Lanoë Tél : 01 45 84 14 44 cecile.lacroix-lanoe@ifop.com. FD/FM/CLL N 17950 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Frédéric Micheau / Cécile Lacroix-Lanoë Tél : 01 45 84 14 44 cecile.lacroix-lanoe@ifop.com pour Le regard des Français sur la consommation électrique et

Plus en détail

Enquête 2015 : DRH & Cabinets de recrutement

Enquête 2015 : DRH & Cabinets de recrutement Jobtruster Enquête 2015 : DRH & Cabinets de recrutement L utilisation des cabinets de recrutement en 2015 et les attentes des entreprises pour 2016 [Nom de l auteur] [Date] Enquête DRH 2015 Table des matières

Plus en détail

Enquête sur le Crédit à la Consommation - APSF - 2007. Résumé des résultats de l enquête

Enquête sur le Crédit à la Consommation - APSF - 2007. Résumé des résultats de l enquête Résumé des résultats de l enquête 1. Connaissance des sociétés de crédit à la consommation Près de la moitié (46%) connait le nombre de sociétés de crédit à la consommation et situe ce nombre entre 11

Plus en détail

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011 Baromètre Generali CSA LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE Synthèse n 1100079 Avril 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

22 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique

22 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique DOSSIER DE PRESSE Le 10 Mars 2016 22 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique Synthèse Pour la 22 ème année consécutive, l enquête logistique 2015-2016 de l AFT

Plus en détail

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF Le contexte du rapport Publié en février 2013, ce rapport est issu d une enquête par questionnaire, réalisée par

Plus en détail

L image des banques auprès des TPE/PME

L image des banques auprès des TPE/PME Shanghai Paris Toronto Buenos Aires www.ifop.com L image des banques auprès des TPE/PME 1002 entreprises ont été interrogées en février 2008 : 377 micro-entreprises (0 à 5 salariés) 261 TPE (6 à 19 salariés)

Plus en détail

Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015

Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015 Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015 Enquête - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique Le Crédit d Impôt Recherche est une mesure fiscale destinée à soutenir l'effort

Plus en détail

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 Observatoire régional des métiers du sanitaire et du social Enquêtes sur l insertion professionnelle des jeunes diplômés L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 - Diplômés 2014

Plus en détail

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination Issy-les-Moulineaux, le 20 juillet 2007 2 e édition de l enquête Cegos sur la diversité et la discrimination en entreprise Comment favoriser la diversité en entreprise? Réponses croisées des responsables

Plus en détail

Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer

Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer Enquête «miroir» auprès des Français de l'hexagone originaires et non-originaires d Outre-Mer A l occasion de la 5 ème édition de la JOMD (Journée Outre-Mer

Plus en détail

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création.

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création. n 182 - mai 2016 L économie en Île-de-France Enjeux Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création En 2013, hors statut de l auto-entrepreneur, les trois

Plus en détail

L emploi par-delà la crise Note de synthèse

L emploi par-delà la crise Note de synthèse L emploi par-delà la crise Note de synthèse Conseil d orientation pour l emploi Laurence Gaune Tél : 01 42 75 63 33 06 28 46 20 76 Contacts TNS Sofres Emmanuel Rivière Eric Chauvet Céline Azzi 16/06/2010

Plus en détail

ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES

ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES 9 octobre 2014 ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES Présentation des résultats Préambule Depuis 2010, le pôle de compétitivité Systematic-Paris-Region commandite chaque année une enquête téléphonique

Plus en détail

Financement des PME Bienvenue - Welkom

Financement des PME Bienvenue - Welkom Financement des PME Bienvenue - Welkom 1 Présentation Beci Vision, mission et valeurs Pour atteindre et concrétiser cette vision, BECI travaille sur quatre priorités : 1. Développer un climat favorable

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online Carte de crédit : près de 4 des Suisses l utilisent pour acheter online L utilisation d une carte de crédit doit être avant tout pratique et simple. C est ce qui ressort de l étude comportementale de bonus.ch

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE

ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE Synthèse des principaux résultats Conseil Régional du Centre Septembre 2003 BVA OPINION 191 avenue du Général

Plus en détail

Baromètre 2013 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Résultats du Volet "salariés-parents" 26 avril 2013

Baromètre 2013 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Résultats du Volet salariés-parents 26 avril 2013 Baromètre 2013 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale Résultats du Volet "salariés-parents" 26 avril 2013 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 Tableau de bord 6

Plus en détail

Synthèse. Les Français et le grand âge. Ce rapport a été rédigé dans le respect des procédures Qualité de TNS Sofres.

Synthèse. Les Français et le grand âge. Ce rapport a été rédigé dans le respect des procédures Qualité de TNS Sofres. Synthèse Les Français et le grand âge Cinquième vague du Baromètre Fédération Hospitalière de France Auteurs TNS SOFRES Fabienne SIMON Laurence BEDEAU Ce rapport a été rédigé dans le respect des procédures

Plus en détail

3. Le service des permis de construire jugé par les architectes

3. Le service des permis de construire jugé par les architectes 3. Le service des permis de construire jugé par les architectes Le service des permis de construire 8 Genève () 14% 13% % 8% 6% 4% 3% Les principaux points forts, en spontané La disponibilité L'amabilité

Plus en détail

II. Les délais de paiement

II. Les délais de paiement -17- II. Les délais de paiement 1/ La négociation des délais de paiement Une bonne maîtrise du délai client impose une bonne compréhension du délai réel de crédit qui est accordé au client. Une condition

Plus en détail

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan Présentation et éléments de compréhension du Business Plan La préparation, la méthodologie, le fond, la forme et les pièges à éviter 1 Objectifs de la formation Connaitre et comprendre les différentes

Plus en détail

Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés

Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés Communiqué de presse Paris, le 7 avril 2014 Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés Malakoff Médéric qui assure la santé

Plus en détail

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Observatoire de la Vie Etudiante L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Résultats de l enquête sur le devenir des diplômés 2009 de master au 1 er décembre

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

IMAGE DES METIERS DU TOURISME. Mars 2013

IMAGE DES METIERS DU TOURISME. Mars 2013 IMAGE DES METIERS DU TOURISME Mars 2013 AMéthodologie page 2 Méthodologie Volet Jeunes de 15 à 25 ans : Echantillon de 519 personnes, représentatif des Français âgés de 15 à 25 ans, constitué selon la

Plus en détail

Premier crédit et fidélité du client

Premier crédit et fidélité du client Premier crédit et fidélité du client Mardi 26 octobre 2004 Marc Roesch Dans les rapports d activités des IMF on trouve presque toujours un graphique présentant l évolution du nombre d adhérents ou du nombre

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Communiqué de presse Paris le 27 juin 2013

Communiqué de presse Paris le 27 juin 2013 Communiqué de presse Paris le 27 juin 2013 Sondage Agefa PME / Ifop auprès des dirigeants de PME et des enseignants du secondaire et du supérieur L image de l apprentissage progresse tandis que 93% des

Plus en détail

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT 2011/2014 Enquête auprès des anciens ou actuels doctorants Cifre ayant participé à une des éditions des 24H Chrono de l entrepreneuriat organisées par l ANRT et

Plus en détail

Enquête sur la formation professionnelle

Enquête sur la formation professionnelle Enquête sur la formation professionnelle Regards croisés DRH / Chefs d entreprise & Jeunes Ce sondage est réalisé par pour l LEVEE D EMBARGO DES A PRESENT 1 Contact BVA : Céline BRACQ, Directrice Adjointe

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Les Français, l e-administration, l enregistrement de données personnelles en ligne et l Open Data

Les Français, l e-administration, l enregistrement de données personnelles en ligne et l Open Data NOTE DETAILLEE Les Français, l e-administration, l enregistrement de données personnelles en ligne et l Open Data Sondage Harris Interactive pour Berger-Levrault Enquête téléphonique réalisée par l'institut

Plus en détail

RECRUTER UN CADRE : ENTRE SÉLECTION ET RISQUE DE DISCRIMINATION

RECRUTER UN CADRE : ENTRE SÉLECTION ET RISQUE DE DISCRIMINATION RECRUTER UN CADRE : ENTRE SÉLECTION ET RISQUE DE DISCRIMINATION LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-01 JANVIER 2013 SYNTHÈSE Les discriminations à l embauche ont-elles disparu? Les critères de recrutement

Plus en détail

Les Français et les déserts médicaux

Les Français et les déserts médicaux Collectif Inter-associatif Sur la Santé Les Français et les déserts médicaux Octobre 2015 Résultats complets Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles BVA Opinion Thomas Genty Chargé d

Plus en détail

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins Synthèse Ipsos / CNOM Jeudi 30 mars 2006 Ipsos Public Affairs Ipsos a interrogé, en parallèle, 949 personnes constituant un échantillon

Plus en détail

L environnement et la maîtrise de l énergie dans les PME

L environnement et la maîtrise de l énergie dans les PME L environnement et la maîtrise de l énergie dans les PME Sondage réalisé après des chefs d entreprises de 1 à 249 salariés Février 2007 Contact TNS Sofres : Département Stratégies d Opinion Fabienne SIMON

Plus en détail

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Chapitre 5 Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Depuis l introduction de la télédiffusion des débats parlementaires, Internet est l innovation technologique

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

Bilan du Plan de Relance & du Grand Emprunt. Regard croisé Patrons de TPE / Grand Public

Bilan du Plan de Relance & du Grand Emprunt. Regard croisé Patrons de TPE / Grand Public Bilan du Plan de Relance & du Grand Emprunt Regard croisé Patrons de TPE / Grand Public Octobre 2009 FIDUCIAL, est le leader des services pluridisciplinaires aux petites entreprises, artisans, commerçants,

Plus en détail

Loi (9524) sur la fondation d'aide aux entreprises (FAE)

Loi (9524) sur la fondation d'aide aux entreprises (FAE) Loi (9524) sur la fondation d'aide aux entreprises (FAE) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève, vu la loi en faveur du développement de l économie et de l emploi, du 20 janvier 2000; vu

Plus en détail

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS Selon l enquête de satisfaction et de devenir des bénéficiaires

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

SONDAGE DE CBC/RADIO-CANADA AUPRÈS DES PARTIES INTÉRESSÉES 2013 FAITS SAILLANTS DE LA RECHERCHE

SONDAGE DE CBC/RADIO-CANADA AUPRÈS DES PARTIES INTÉRESSÉES 2013 FAITS SAILLANTS DE LA RECHERCHE SONDAGE DE CBC/RADIO-CANADA AUPRÈS DES PARTIES INTÉRESSÉES 2013 FAITS SAILLANTS DE LA RECHERCHE Ce rapport sommaire présente quelques-uns des résultats du sondage en ligne mené par Phoenix SPI auprès des

Plus en détail

Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire

Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire Fonds Social Européen Gestion des âges "Du dire au faire" Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire Panels 1374 sur trois banques en France (banques A, B et C) et une banque en Europe (la D) (1).

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

REPRENDRE UN CLUB DE FITNESS DEFINIR SON PROJET

REPRENDRE UN CLUB DE FITNESS DEFINIR SON PROJET économie par Stéphane Ritterbeck REPRENDRE UN CLUB DE FITNESS CE QU IL FAUT SAVOIR De nombreuses opérations de cession - acquisition de salles de sport n aboutissent jamais par manque de méthodologie et

Plus en détail

Peut-on encore devenir propriétaire en France?

Peut-on encore devenir propriétaire en France? Peut-on encore devenir propriétaire en France? 1 locataire sur 2 se résigne à ne jamais le devenir Pour la première fois en 2010, le logement devenait la quatrième préoccupation des Français derrière l

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

Un environnement général plus anxiogène mais qui ne détériore pas le souhait d accession à la propriété

Un environnement général plus anxiogène mais qui ne détériore pas le souhait d accession à la propriété Un environnement général plus anxiogène mais qui ne détériore pas le souhait d accession à la propriété Deux ;ers (65%) des 25-65 ans se montrent pessimistes sur la situa;on économique actuelle. A l opposé,

Plus en détail

Perspectives 2011. 1 er semestre. Emploi et formation dans les TPE-PME. Cahier spécial. OPCA et réformes de la formation professionnelle

Perspectives 2011. 1 er semestre. Emploi et formation dans les TPE-PME. Cahier spécial. OPCA et réformes de la formation professionnelle Perspectives 2011 1 er semestre Emploi et formation dans les TPE-PME Cahier spécial OPCA et réformes de la formation professionnelle 8 décembre 2010 Perspectives 2011 1 er semestre 1 Perspectives 2011

Plus en détail

L investissement en nue-propriété

L investissement en nue-propriété L investissement en nue-propriété Résultats et analyses de l étude réalisée auprès de CGPI, partenaires de PERL PERL - Septembre 2009-1 Les équipes PERL vous remercient de votre confiance et de votre fidélité

Plus en détail

Evaluation des Accords Seniors : Enquête auprès des employeurs Aquitains

Evaluation des Accords Seniors : Enquête auprès des employeurs Aquitains aria direccte a q u i t a i n e Collection «Études» N 21 Mars 2013 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI service études, statistiques, évaluation

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL PROJETS DE SERVICES & USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL PROJETS DE SERVICES & USAGES NUMERIQUES Direction Recherche, innovation, enseignement supérieur Unité Développement Sous-direction de la recherche et de l innovation APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Sondage réalisé par pour et Publié le mardi 23 décembre 2014 Levée d embargo le lundi 22 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : Qu en pensent les PME?

Réforme de la formation professionnelle : Qu en pensent les PME? Résultats d une enquête menée auprès de 500 PME adhérentes à AGEFOS PME Réforme de la formation professionnelle : Qu en pensent les PME? Le Droit Individuel à la Formation et le contrat de professionnalisation

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE

Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE Etabli le : 15.03.2004 Actualisé le : 24.01.2007 Soutenu par: Mobilservice Pratique c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse 22, 3011

Plus en détail

Projet sur les compétences institutionnelles de l OCRCVM

Projet sur les compétences institutionnelles de l OCRCVM Avis administratif Généralités Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Inscription Institutions Opérations Pupitre de négociation Personne-ressource

Plus en détail

Financement de la création d entreprise: qui, quoi, comment?

Financement de la création d entreprise: qui, quoi, comment? Financement de la création d entreprise: qui, quoi, comment? Présentation des résultats Sandrine Plana, Responsable des Etudes APCE Intervention d Alain Belais, Directeur Général de APCE Intervention de

Plus en détail

L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE

L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE Durant la dernière décennie, le taux d endettement des entreprises s est allégé en France. La présente étude, après un rappel historique, compare

Plus en détail

Evaluation des diplômes Masters Vague B. Présentation de la mention. Indicateurs ACADEMIE : CAEN. Etablissement : Université de Caen Basse-Normandie

Evaluation des diplômes Masters Vague B. Présentation de la mention. Indicateurs ACADEMIE : CAEN. Etablissement : Université de Caen Basse-Normandie Evaluation des diplômes Masters Vague B ACADEMIE : CAEN Etablissement : Université de Caen BasseNormandie Demande n S3MA120000016 Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Banque, finance, assurance

Plus en détail

Observatoire des Services Clients 2012

Observatoire des Services Clients 2012 Observatoire des Services Clients 2012 Septembre 2012 Contact BVA Marie Laure SOUBILS marie-laure.soubils@bva.fr 06.20.26.22.50 Contact Viséo Conseil : 01 71 19 46 30 Sommaire Méthodologie Principaux enseignements

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

«Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL

«Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL «Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL Enquête menée auprès des étudiants dans toute la France, en septembre

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

- Mars 2013 CONGRES CFE CGC : DONNER DU SENS A VOTRE FUTUR. Présentation des résultats. Contact :

- Mars 2013 CONGRES CFE CGC : DONNER DU SENS A VOTRE FUTUR. Présentation des résultats. Contact : CONGRES CFE CGC : DONNER DU SENS A VOTRE FUTUR - Mars 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Présentation des résultats Note méthodologique

Plus en détail

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël www.snf.ch Wildhainweg 3, case postale 8232, CH-3001 Berne Division Carrières Bourses Evaluation du Programme des bourses du Fonds national suisse (FNS) Résumé du rapport Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe,

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 3 Septembre 2009

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 3 Septembre 2009 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 3 Septembre 2009 Baromètre annuel vague 3-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise

Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise L année 2009 a été le témoin d un grand bouleversement en matière de création d entreprises avec la mise en place du régime de l auto-entrepreneur. Institué

Plus en détail

Conférence de presse SMCA 28 janvier 2013. Les seniors précaires créateurs d entreprise

Conférence de presse SMCA 28 janvier 2013. Les seniors précaires créateurs d entreprise Conférence de presse SMCA 28 janvier 2013 Les seniors précaires créateurs d entreprise Objectifs de l étude Établir un diagnostic des projets de création d entreprise par les seniors précaires Profil des

Plus en détail

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie.

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. SOMMAIRES EN LANGAGE SIMPLE Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. Sommaire par T. Scott Murray Quel est le sujet de cette étude? Ce rapport, préparé par Doug Willms de l

Plus en détail

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente La population des sortants des formations des spécialités du commerce et de la vente (cf. méthode) est à dominante féminine que la formation

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 11 - Janvier Edition Lyon Rhône LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE Au cours des derniers mois de l année, le niveau d activité

Plus en détail

La reprise et la transmission d'entreprises

La reprise et la transmission d'entreprises CSOEC ACFCI APCE Conseil Supérieur de l Ordre Assemblée des Chambres Françaises Agence Pour la des Experts-Comptables de Commerce et d Industrie Création d Entreprises La reprise et la transmission d'entreprises

Plus en détail

UE10 Comptabilité approfondie

UE10 Comptabilité approfondie SESSION 2013 UE10 Comptabilité approfondie Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre information. Matériel

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail