CHAPITRE 5 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 5 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE"

Transcription

1 CHAPITRE 5 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE I. Comment l'activité économique est-elle financée? A. Rôle et évolution du système financier 1. Il permet la circulation du capital financier entre épargnants et emprunteurs. Tous les agents économiques (secteurs institutionnels ) y participent Ces agents sont emprunteurs ou prêteurs Le système financier comprend les intermédiaires financiers et les marchés financiers.. La part du financement direct par les marchés financiers augmente au profit du financement indirect Mais l importance accordée à cette désintermédiation doit être relativisée 2. Le système financier permet de trouver les capitaux nécessaires à l investissement L achat de biens de production peut être financé sur ressources propres ou par augmentation de capital Ou grâce à l emprunt bancaire ou obligataire à un prix appelé taux d intérêt B. L'essor de la nouvelle finance : avantages et risques 1. Déterminants et manifestation de la financiarisation de l économie La financiarisation est. Les marchés de capitaux sont décloisonnés, dérèglementés et globalisés depuis les années 80 Le marché des produits dérivés sont rentables mais très risqués. 2. Cette nouvelle finance comporte quelques avantages mais également beaucoup de risques Elle facilite l'accès au logement, à l'investissement et au financement public Mais accroit les risques : de bulles spéculatives, de crédit, de liquidités, et de taux La crise financière de 2008 : définition, facteurs et mécanismes. Les agences de notations très critiquées C. Prêts pour le contrôle 1. Synthèse p Exercices en plus p Vers le bac p 117 II. La monnaie : A quoi sert elle? Et qui la crée? A. Cet actif liquide assure des fonctions économiques et sociales 1. En matière économique C est une unité de compte Un intermédiaire des échanges Une réserve de valeur 2. Les fonctions sociales et politiques de la monnaie La monnaie participe à la mise en place d un lien social.elle repose sur des relations de confiance Elle symbolise la puissance d un Etat sur une zone et favorise le sentiment d appartenance nationale B. Elle a plusieurs formes 1. Elle s est progressivement dématérialisée Historiquement on a connu Aujourd hui, la monnaie est essentiellement scripturale 2. La masse monétaire est classée en trois agrégats monétaires classés par ordre de liquidité décroissante. M1 : regroupe l ensemble des moyens de paiement M2 : M1 + comptes sur livrets M3 : M2 + placements à terme sur le marché monétaire C. Qu est-ce que la création monétaire? 1. La création temporaire de monnaie scripturale a plusieurs origines La monnaie est créée par les banques quand elles consentent des crédits La monnaie créée est un élément du passif d une banque commerciale accepté comme moyen de payement Mais aussi par les autres créances 2. Ce processus est cependant limité et contrôlé par la banque centrale Il est limité par le besoin des banques en monnaie banque centrale (besoin de refinancement) Ce qui permet à la Banque centrale de la contrôler en intervenant sur le marché monétaire L objectif de ces interventions est de limiter l inflation Le rôle actuel de la banque centrale européenne (BCE) D. Prêts pour le contrôle? 1. Synthèse et notions à connaitre p Exercices en plus p Vers le bac p 137 1

2 I. Comment l'activité économique est-elle financée? A. Rôle et évolution du système financier 1. Il permet la circulation du capital financier entre épargnants et emprunteurs. Tous les agents économiques (secteurs institutionnels) y participent Les sociétés non financières (entreprises) Les ménages Les administrations publiques (Etat central, collectivités locales, Sécurité sociale) Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) Les sociétés financières (banques, sociétés d assurance, OPCVM) Le reste du monde est un secteur institutionnel fictif créé pour enregistrer les opérations des unités résidentes avec l extérieur. Ces agents sont emprunteurs ou prêteurs P 101 D2 Les emprunteurs ou agents à besoin de financement sont essentiellement les administrations publiques et les sociétés non financières. En 2009 leurs besoins de financement s élevaient respectivement à et 22.9 milliards d euros Les épargnants ou agents à capacité de financement sont essentiellement les ménages. Ils placent leur épargne sous forme de livrets, de SICAV, de fonds de pension, d actions, d obligations leur capacité de financement en 2009 s élevait à 88.4 milliards d euro L économie nationale a un besoin d apport de financement de 54.1 milliard d euros vis-à-vis du reste du monde. Le système financier comprend les intermédiaires financiers et les marchés financiers. P 100 pt notion Les sociétés financières (banques et assurances) produisent des services marchands financiers, collectent des fonds (primes d assurances, épargne), et proposent des placements (plan épargne logement, assurance vie.) Elles comprennent des banques de dépôts (BNP, LCL,..) Qui gèrent les dépôts (épargne et comptes) et accordent des prêts aux particuliers et aux PME. Les banques d affaire prennent des participations dans le capital des entreprises et montent des dossiers concernant les introductions en bourse, les augmentations de capital, les OPA. Les sociétés d assurance (le Gan, la MACIF) garantissent la couverture des risques (d accidents de voiture, de chéquiers ou d emplois Les organismes de placements collectifs en valeurs mobilières OPCVM (SICAV, fonds de pension) gèrent pour les particuliers un portefeuille de titres financiers (obligations, actions, devises..) en cherchant un bon équilibre entre risques et rentabilité 2

3 Les marchés financiers sont des lieux où se rencontrent l offre et la demande de titres financiers ou de contrats portant sur des capitaux. (Marché monétaire, bourse, marché des changes, marché des produits dérivés ) La part du financement direct par les marchés financiers augmente au profit du financement indirect Le financement direct met en relation les agents à capacité de financement qui achètent des titres et ceux qui ont un besoin de financement et donc les vendent. Ex émission d actions par une entreprise. P 104 q 28, 29, 30,31 Le financement indirect intermédié s établit par le crédit bancaire. Les banques collectent les ressources sous forme de dépôts et effectuent des prêts aux entreprises ou aux ménages. En 2009 en France, les crédits octroyés par les institutions financières résidentes représentaient 40 % environ du total des financements obtenus par les agents non financiers (SNF, APU, Ménages, ISBLSM.) Ce taux était de 54 % en La baisse est donc de 14 points Ce mouvement se fait au profit de financements direct (vente d actions, d obligations ) Mais l importance accordée à cette désintermédiation doit être relativisée Les banques jouent un rôle important sur les marchés des capitaux notamment comme gestionnaires d OPCVM La majeure parties des entreprises n a pas accès au marché financier Depuis 1995, c est surtout l internationalisation des financements qui provoque la baisse du taux d intermédiation. P 102 q 12,13 2. Le système financier permet de trouver les capitaux nécessaires à l investissement L achat de biens de production peut être financé sur ressources propres ou par augmentation de capital L autofinancement consiste à acheter des biens de production grâce aux ressources passées de l entreprise. (Dotation aux amortissements, réserves ) L émission d actions consiste à augmenter le capital d une société anonymes en vendant des Une titres de propriété, donnant droit de vote à l assemblée générale des actionnaires et à un dividende. 13. a. Emprunt obligataire. b. Autofinancement. c. Émission d actions. d. Emprunt bancaire. e. Émission de titres de créance négociables Ou grâce à l emprunt bancaire ou obligataire à un prix appelé taux d intérêt Les grandes entreprises peuvent recourir à l emprunt peut être obligataire (quand les obligations sont émises pour plus de cinq ans) l obligation est un titre de créance. L obligation rapporte un intérêt fixe ou variable selon l évolution des taux à court terme, Les ménages et les PME finance leur logement ou leur achat de capital technique par l emprunt t bancaire moyennant le paiement d un taux d intérêt. P 100 Q a, b c Par exemple, pour acheter un appartement à , il leur faut emprunter = , donc s endetter sur au moins 15 ans. Pour l appartement à , il leur faut emprunter = , donc s endetter sur plus de 20 ans. Emprunter sur une durée longue est une solution qui permet d alléger les mensualités de remboursement mais cette solution accroit considérablement le coût du crédit 3

4 Le taux d intérêt est un coût pour l'emprunteur (crédit immobilier). Il augmente avec la durée du prêt et peut être fixe (mensualités constantes) ou variables (en fonction des taux d intérêt du marché. Les seconds sont moins élevés car c est l emprunteur qui assume les risques d une augmentation p 107q 45 Les subprimes par exemple étaient des crédits garantis par un bien immobilier à taux variables par des établissements non soumis à la réglementation bancaire, sans considération de leur incapacité à rembourser Le taux d intérêt est aussi une rémunération pour le prêteur (la banque) ou l épargnant : (livret de caisse d Epargne, bon du trésor, obligation sur la dette grecque ) B. L'essor de la nouvelle finance : avantages et risques 1. Déterminants et manifestation de la financiarisation de l économie La financiarisation est. Le recours croissant à l'endettement, de la part des agents économiques. La multiplication exponentielle des types d'actifs financiers et des opérations financières dans les pays développés Une gestion de l entreprise centrée beaucoup plus sur la distribution de dividendes à court terme que sur une gestion du capital productif et humain à long terme Les marchés de capitaux sont décloisonnés, dérèglementés et globalisés depuis les années 80 Dérèglementés : le contrôle des opérations financières est très allégé, les paradis fiscaux et bancaires sont nombreux. Les mouvements de capitaux sont libres conformément aux principes du libéralisme économique. La banque centrale ne contrôle plus la quantité de crédits distribuée à l'économie. Globalisés : les marchés financiers sont interconnectés et internationaux Décloisonnés : Les capitaux circulent désormais du marché monétaire (argent à court terme) au marché financier (capitaux à long terme) en passant par les marchés des changes (des devises) ou les marchés de produits dérivés. Le marché des produits dérivés sont rentables mais très risqués. Il porte sur des contrats de promesse d achat ou de vente dont la valeur dépend d éléments dit sous-jacents (action, taux d intérêt.) Un des signataires du contrat cherche à limiter le risque sur ses transactions, l autre espère une plus-value. P 106 q42 Exo2 p 108 Une banque achète pour 5 un contrat lui permettant d acheter pendant 6 mois une action Total au cours de 40, 4 mois plus tard l action Total vaut 53.Elle réalise l achat (on dit qu elle lève les options) et revend immédiatement son action avec une plus-value de = 8 par action Un trader achète un contrat sur 50 millions de baril de pétrole à 75 $ et dépose 10/100 X 7.5 X 50 = 375 millions de dollars de garantie auprès de l autorité des marchés financier. Si le prix du pétrole passe à 100 $, il réalise l option et gagne 25 $par baril soit 1250 million d pour sa banque et 2/100 x 1250 = 25 millions de $ de prime.si le cours du pétrole descend à 60$ Sa banque essuie une perte de 15 $ par baril, donc de 750 millions de dollars. Le trader, quant à lui, ne touchera pas de prime, mais ne perd rien personnellement Les produits dérivés de crédit permettent aux banques de transférer les risques de défaut de paiement de leur clients sur des hedge funds (Sociétés de capitaux à risques mais très rentables) ou des banques d investissement. (Titrisation de subprimes par exemple) désigne la Par exemple la titrisation des subprimes a permis de transformer les créances des clients en titres négociables vendus à des OPCVM.Le risque élevé étant compensé par une rémunération importante. Le spread (prime de risque) 4

5 2. Cette nouvelle finance comporte quelques avantages mais également beaucoup de risques Elle facilite l'accès au logement, à l'investissement et au financement public Accès au logement Investissement Déficit (ressources des administrations publique inférieurs aux dépenses) et dette publique (stocks des emprunts contractés pour y faire face) augmente Mais accroit les risques : de bulles spéculatives, de crédit, de liquidités, et de taux P 113 q 3 L augmentation des liquidités disponibles a encouragé la création de bulles spéculatives dans les domaines de la finance ou de l immobilier. La nouvelle finance augmente les risques de crédit (défaut de paiement des emprunteurs) P 112 q1, 2,3 Les risque de liquidité si les banques n arrivent pas à se procurer les ressources courtes dont elle a besoin lorsque ses emprunts viennent à échéance) Les risques de taux sont liés à la transformation bancaire : en effet les capitaux des banques sont empruntés à court terme et prêtés à long terme). Si les taux courts augmentent et dépassent les taux auxquels la banque a prêté à sa clientèle.les banques deviennent insolvables. La crise financière de 2008 : définition, facteurs et mécanismes. La crise financière est à la fois une crise de liquidité bancaire, (les banques et autres établissements financiers refusent de se prêter mutuellement de l argent entre eux), une crise boursière (chute des cours de bourse) et une crise de la dette publique. La crise s explique par des prises de risques mal maîtrisées (subprimes, titrisation), la dégradation de la solvabilité de certains emprunteurs publics ou privés, le comportement spéculatif de certains opérateurs et une dérégulation importante. P 111 q 67, 68 Les crises bancaires sont suivies avec un décalage de quelques années, par une montée des crises d endettement des administrations publiques notamment vis-à-vis du reste du monde. Ce qui peut s expliquer par le fait que les États viennent généralement à la rescousse du secteur bancaire, comme prêteur en dernier ressort, lorsque celui-ci est défaillant. On constate également que les crises financières sont plus fréquentes en période de dérégulation (crise de 29 ou dérèglementation des années 80). Les 30 glorieuses étant une période d interventionnisme des Etats et des banques centrales 5

6 Les agences de notations très critiquées Moody s, Standard & Poor s, Fitch sont chargées d évaluer le risque de défaut de paiement ( des banques des Etats.) sous forme de lettres, AAA étant la meilleure note possible Plus la note est élevée et plus l'entreprise trouvera des fonds à des taux d'intérêt faibles. P 111 q , 66 Elles n'ont jamais été capables d'anticiper les crises. Elles ont toutes trois accordé la note maximale à des entreprises au bord de la faillite, comme pour la banque Lehmann Brothers ou l'assureur AIG Elles sont payées par les entreprises qu'elles évaluent. Le conflit d'intérêts est probable Une fois que la santé d'une entreprise ou d'un État est visiblement dégradée, l'agence finit par abaisser la note. Or cela ne fait que «l'enfoncer» davantage, puisqu'une mauvaise note signifie bien souvent un taux d'intérêt plus élevé. C. Prêts pour le contrôle 1. Synthèse p Exercices en plus p Vers le bac p 117 II. La monnaie : A quoi sert elle? Et qui la crée? A. Cet actif liquide assure des fonctions économiques et sociales 1. En matière économique C est une unité de compte Elle permet de mesurer la valeur des biens Et de les comparer Un intermédiaire des échanges Un moyen de paiement. Un bien intermédiaire accepté par tous (depuis la fin du troc) Une réserve de valeur Qui permet de reporter du pouvoir d achat dans le temps. Et donc d épargner (une réserve pour une consommation ultérieure avec 2 motifs : la précaution et la spéculation) C est une réserve qui n est pas toujours sûre car elle peut perdre du pouvoir d achat en cas d inflation ou de crise économique. P 121 q Les fonctions sociales et politiques de la monnaie La monnaie participe à la mise en place d un lien social.elle repose sur des relations de confiance Le lien social est ce qui rattache les individus et les groupes d une société les uns aux autres. Le lien marchand en fait partie. Pour un individu, la monnaie représente le moyen de réaliser ses échanges et de satisfaire ses besoins. Elle est également le reflet de sa richesse donc de sa représentation sociale. 6

7 La solidarité intergénérationnelle familiale se manifeste par des prêts et des dons Dans les sociétés dites primitives, le paiement de la dot symbolise le lien entre la fiancée et la famille de son futur mari. Les individus acceptent une monnaie à partir du moment où ils ont confiance dans la valeur de l étalon utilisé. Si cette confiance disparait on constate un phénomène de fuite devant la monnaie (assignats sous la Révolution française, hyperinflation allemande des années 1920, cuba et le peso..).les agents cherchent à s en débarrasser au profit de l or d une monnaie étrangère par exemple Elle symbolise la puissance d un Etat sur une zone et favorise le sentiment d appartenance nationale Les communautés de paiement sont aussi des espaces politiques Sur les monnaies papier figurent des symboles de la nation (la reine sur les livres) ou des croyances religieuses (sur le $ in God we trust) C est une prérogative de la puissance publique : le faux monnayage est sévèrement réprimé L est un cas particulier puisque la monnaie commune a précédé le sentiment de solidarité et la constitution d un Etat fédéral européen. B. Elle a plusieurs formes 1. Elle s est progressivement dématérialisée Historiquement on a connu Q 4 p 120 La monnaie marchandise (coquillages, sel, thé, bétail, puis or, argent ) La monnaie divisionnaire (pièces frappées par les pouvoirs publics) : La monnaie fiduciaire (billets) : Aujourd hui, la monnaie est essentiellement scripturale Elle est constituée par les dépôts bancaires dans les comptes courants ou compte-chèques. P124 q bac, 29, % de la masse monétaire en 2010 contre 33 % en Aujourd hui les pièces et les billets ne représentent plus que 16.7% de la monnaie contre 67% en Elle est véhiculée par des moyens de paiement scripturaux : chèques, cartes bancaires, virements, prélèvements. Un chèque par exemple n est pas de la monnaie car il peut être sans provision et donc être refusé à l encaissement. C est donc un simple instrument de circulation de la monnaie scripturale. 2. La masse monétaire est classée en trois agrégats monétaires classés par ordre de liquidité décroissante. M1 : regroupe l ensemble des moyens de paiement C est la monnaie au sens étroit du terme.elle ne nécessite aucune transformation préalable pour être un intermédiaire des échanges. P 125 q40, 41,43 Elle comprend la monnaie fiduciaire et les dépôts à vue (comptes bancaires) M2 : M1 + comptes sur livrets Susceptibles d être transformés rapidement et sans coût en moyens de paiement Livrets d épargne, Compte épargne logement M3 : M2 + placements à terme sur le marché monétaire SICAV monétaires, Bons du trésor.et autres titres de créances négociables à court terme. Ces placements sont beaucoup moins liquides puisque leurs ventes peuvent occasionner des moinsvalues et se traduire par des frais. 7

8 C. Qu est-ce que la création monétaire? 1. La création temporaire de monnaie scripturale a plusieurs origines La monnaie est créée par les banques quand elles consentent des crédits P 126 Q 44,45 49 En effet, lorsqu'un banquier prête de l'argent à un ménage pour acheter une voiture, il ne prélève pas l'argent sur le compte d'un autre client : il crée de la monnaie pour un montant équivalent au montant du prêt accordé et le crédite sur le compte bancaire du ménage. «Les crédits font les dépôts» La monnaie créée est cependant détruite à terme quand les agents remboursent leurs créances En août 2010, le montant des concours au secteur privé (crédits accordés par les banques de la zone euro s élevait à milliards d euros soit un montant 3,6 fois plus élevé que le montant des deux autres contreparties (concours aux administrations publiques + créances nettes sur l extérieur La monnaie créée est un élément du passif d une banque commerciale accepté comme moyen de payement Un client, l entreprise X demande un prêt de à une banque, qui accepte ce crédit compte tenu des garanties de remboursement, capital et intérêt, que lui apporte l entreprise X En acceptant ce contrat, la banque se contente de créditer du montant emprunté le compte à vue (au passif de la banque) de l entreprise X, en échange de la garantie de remboursement considérée comme une créance (à l actif de la banque) Le bilan de la banque devient donc : ACTIF PASSIF Ce que la banque possède Ce que la banque doit Créance sur l entreprise X Dépôt de l entreprise X (compte courant) Ce sont donc «les crédits qui font les dépôts» c est l augmentation de l actif de de la banque qui entraîne celle de son passif Elle résulte également des créances sur les APU et sur l extérieur P 127 q 50,51,55 P 130 q 68,70, 74 P 128 q 56,57 Ces créances sur le trésor public peuvent être des crédits accordé par la banque centrale (concours au Trésor), mais elles prennent surtout la forme d obligations et de TCN Sur l'extérieur (devises). Les agents économiques résidents qui échangent des $ contre des dans une banque crédite leur compte d un montant établi par le taux de change 2. Ce processus est cependant limité et contrôlé par la banque centrale En effet les banques de second rang ont besoin de monnaie banque centrale (besoin de refinancement) Cette monnaie est constituée par les réserves obligatoires détenues auprès de la Banque centrale 10 % de leurs dépôts et des TCN qu elles détiennent. Elles doivent respecter un certain ratio de liquidité entre les crédits qu'elles accordent et la monnaie banque centrale qu'elles détiennent. Elles doivent faire face à la compensation interbancaire : opération par laquelle une banque échange la valeur des chèques de leurs clients en monnaie banque centrale. Le refinancement consiste à remplacer des titres de créances négociables à court terme par de la monnaie banque centrale en provenance du marché monétaire ou de la BCE pour distribuer à nouveau des crédits ou assurer le remboursement des dettes déjà contractées. 8

9 Ce qui permet à la Banque centrale de la contrôler en intervenant sur le marché monétaire P 129 q 59 Q 60, Q 63 Marché des capitaux à court terme (moins d un an) sur lequel les banques commerciales viennent se financer. La monnaie banque centrale est échangée contre des titres de créances à court terme Le taux d intérêt de ce marché dépend des interventions de la banque centrale. Le compartiment réservé aux banques est appelé marché interbancaire. Selon les monétaristes la création monétaire est à l origine de l inflation L objectif de ces interventions est de limiter l inflation On parle d inflation quand le niveau général des prix augmente de façon durable. Depuis les années 80 nous sommes en période de désinflation (ralentissement de la croissance des prix) Cette modération des prix a plusieurs causes : concurrence plus forte résultant de l ouverture des frontières au commerce, modération salariale résultant du niveau élevé de chômage et politique monétaire restrictive conduite par la banque centrale. En effet l inflation a des conséquences négatives : baisse du pouvoir d achat (salaire réels) ; perte de compétitivité extérieure, perte de valeur éventuelle du patrimoine financier Elle a également des conséquences positives : en réduisant les taux d intérêt réel (déflaté) ce qui facilite les emprunts y compris ceux des APU Le rôle actuel de la banque centrale européenne (BCE) Est la régulation du crédit via le taux de refinancement des banques Son objectif prioritaire est la lutte contre l inflation contrairement à la banque centrale américaine (Fed) Elle est indépendante des pouvoirs politiques pour éviter le financement directs des déficits publics. Certains économistes plaident pour le retour de cette possibilité afin de réduire mécaniquement le montant de la dette publique La Banque centrale a le rôle de prêteur en dernier ressort. En fournissant les liquidités nécessaires pour faire face aux défaillances des établissements de crédit et éviter ainsi une insolvabilité globale du système financier. D. Prêts pour le contrôle? 1. Synthèse et notions à connaitre p Exercices en plus p Vers le bac p 137 9

1 Les fonctions et les formes de la monnaie

1 Les fonctions et les formes de la monnaie 1 Les fonctions et les formes de la monnaie A. Les fonctions de la monnaie 1 Quels sont les effets du troc? a. il permet d accélérer les échanges b. il ralentit les échanges c. il peut permettre l accès

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Les institutions financières : Première partie : La monnaie

Les institutions financières : Première partie : La monnaie Les institutions financières : Première partie : La monnaie 1. La monnaie : Définition. La monnaie (ou la masse monétaire) est l ensemble des moyens de payements dont disposent les agents économiques pour

Plus en détail

La monnaie et le financement

La monnaie et le financement La monnaie et le financement Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Chapitre 1 : L économie financière

Chapitre 1 : L économie financière Chapitre 1 : L économie financière Quels sont les causes de l augmentation des mouvements de capitaux : Augmentation des besoins de financement (état, entreprise) Surpression des obstacles aux mouvements

Plus en détail

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable :

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable : CHAPITRE 2 LA MONNAIE DANS L ECHANGE SYNTHESE SCHEMATIQUE DEFINITIONS Un actif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique positive. Des biens aussi variés qu une maison, une voiture, une

Plus en détail

Le fi nancement de l économie

Le fi nancement de l économie Le fi nancement de l économie Fiche 1 Objectif Prérequis Mots-clefs comprendre les mécanismes des marchés dans le financement de l économie. définition de la monnaie et de l économie monétaire. besoin

Plus en détail

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation.

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation. Thème 6 Monnaie et prix Questions Vrai ou Faux 1. La monnaie et la richesse sont des synonymes. 2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire

Plus en détail

Observation et conjoncture économique

Observation et conjoncture économique Observation et conjoncture économique Les Comptes d Accumulations L accumulation de la richesse des SI est retracée dans les comptes d accumulations - Le compte de capital: la richesse non financière -

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

L ENTREPRISE ET LA BANQUE

L ENTREPRISE ET LA BANQUE L ENTREPRISE ET LA BANQUE 1. Le financement bancaire des entreprises L intermédiation bancaire dans les économies modernes peut-être appréhendée à travers les multiples fonctions qui sont assumées par

Plus en détail

Chapitre 2 La monnaie et l inflation

Chapitre 2 La monnaie et l inflation Chapitre 2 La monnaie et l inflation 1 1. Pourquoi les prix augmentent-ils? 2. Section 1. La monnaie: Définition 3. Quelle politique économique peut-on mettre en place pour lutter contre l inflation? 3

Plus en détail

Comprendre la dette publique en quelques minutes

Comprendre la dette publique en quelques minutes http://www.youtube.com/watch?v=aayyp_zewte Comprendre la dette publique en quelques minutes Depuis plusieurs décennies, la dette publique à laquelle sont confrontés des pays développés n a cessé de croitre

Plus en détail

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure CHOIX DE PLACEMENTS Service Education des Epargnants Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières CDVM http://www.cdvm.gov.ma/espace-epargnants But de la brochure Le but de la présente brochure est de

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Dominique Plihon Alternatives Economiques Hors-série n 105 - avril 2015 Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Depuis trois décennies, les marchés financiers connaissent une montée en

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

LE MARCHE DE LA MONNAIE

LE MARCHE DE LA MONNAIE LE MARCHE DE LA MONNAIE 1 Monnaie : Formes et Fonctions 2 La Création de Monnaie 3 La Banque Centrale 4 Théories Economiques et Monnaie 5 L Inflation 1 1 La monnaie : formes et fonctions Monnaie = ensemble

Plus en détail

Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle financée?

Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle financée? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle

Plus en détail

Comptabilité appliquée à l officine

Comptabilité appliquée à l officine Comptabilité appliquée à l officine I. Le compte de résultat spécifique Rappel ; qu est ce qu un compte de résultat? Il sert à analyser le résultat de l activité : PRODUIT 7. CHARGES 6. = résultat Il sert

Plus en détail

Moyens de paiement utilisés par agents économiques non financiers. Payer des dettes suites à des transactions commerciales

Moyens de paiement utilisés par agents économiques non financiers. Payer des dettes suites à des transactions commerciales Monnaie et Création monétaire (Mai 2009) Définition Fonctions Formes Quoi? : Moyens de paiement utilisés par agents économiques non financiers Pourquoi? : Payer des dettes suites à des transactions commerciales

Plus en détail

1 ère ES. Test de Science économique

1 ère ES. Test de Science économique 1 ère ES. Test de Science économique Dans les propositions suivantes, sélectionner la réponse la plus appropriée. Chapitre 1. Les grandes questions que se posent les économistes. I. Dans un monde aux ressources

Plus en détail

Monnaies Fonctionnement et dysfonctionnements Le cas de l euro. Dominique Plihon Université d automne d Attac 63 Clermont-Ferrand, 30 novembre 2013

Monnaies Fonctionnement et dysfonctionnements Le cas de l euro. Dominique Plihon Université d automne d Attac 63 Clermont-Ferrand, 30 novembre 2013 Monnaies Fonctionnement et dysfonctionnements Le cas de l euro Dominique Plihon Université d automne d Attac 63 Clermont-Ferrand, 30 novembre 2013 I/ Monnaie : les principaux rouages d après l analyse

Plus en détail

PRÉSENTATION DU BILAN

PRÉSENTATION DU BILAN Chapitre 1: PRÉSENTATION DU BILAN Introduction L actif, le passif et le hors bilan sont présentés chacun sur un feuillet conformément au modèle en annexe. Les rubriques de l actif qui font l objet d amortissements

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

IOGS 1A. TD Economie Les bases du marché boursier

IOGS 1A. TD Economie Les bases du marché boursier IOGS 1A TD Economie Les bases du marché boursier 1 -Une bourse est un marché où s échangent des biens et services - La bourse des valeurs est un marché où s échangent valeurs financières - Il ne s agit

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

Introduction. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Introduction. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE. Centrale de refinancement des banques, la CRH emprunte : - pour refinancer certains prêts acquéreurs au Logement éligibles

CADRE JURIDIQUE. Centrale de refinancement des banques, la CRH emprunte : - pour refinancer certains prêts acquéreurs au Logement éligibles CADRE JURIDIQUE Le 28 août 2008 CMF : Code monétaire et financier - Parties législative et réglementaire Statuts : Statuts de la RI : Règlement Intérieur de la approuvé par l'assemblée générale des actionnaires

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

Grèce. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Grèce. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Grèce Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit Rappels de macro-économie La monnaie et le crédit Les différents types de monnaie La monnaie fiduciaire : pièces et billets : M1 La monnaie scripturale : avoirs bancaires M2 La masse monétaire : M = M1

Plus en détail

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle INTRODUCTION Logique financière vs logique industrielle Multiplication des faillites de PME/ difficultés d accès au crédit bancaire. Difficultés de grands groupes pourtant performants au niveau industriel

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Systèmes financiers et financement de l économie

Systèmes financiers et financement de l économie Systèmes financiers et financement de l économie Plan du cours I. Généralités sur les systèmes financiers. II. Les besoins et les capacités de financement. III. Le financement bancaire et le développement

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 2. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 2. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

La politique monétaire

La politique monétaire Conclusion : Le problème de la neutralité monétaire La politique monétaire Introduction : qui conduit la politique monétaire? I) La dynamique de la création monétaire 1 La notion de masse monétaire 2 Comment

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

TD N 11 LA CREATION MONETAIRE

TD N 11 LA CREATION MONETAIRE TD N 11 LA CREATION MONETAIRE Objectifs : à partir des exercices proposés, comprendre comment les banques de second rang créent de la monnaie, les risques qu'elles prennent dans cette création et le rôle

Plus en détail

Tikehau Taux Variables

Tikehau Taux Variables Informations clés pour l investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Fiche 2.2. : Comment mesurer la performance de l entreprise?

Fiche 2.2. : Comment mesurer la performance de l entreprise? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.2. : Comment mesurer la performance

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 LISTE DES ABREVIATIONS BAM FHADES FMI CCP CEN D.T.S M OPCVM PL : Bank Al-Maghrib : Fonds Hassan II pour le développement économique

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

La monnaie dévoilée. A quoi sert la monnaie? Comment se pratiquait l'échange autrefois? trouve des exemples appropriés à ces 3 inconvénients.

La monnaie dévoilée. A quoi sert la monnaie? Comment se pratiquait l'échange autrefois? trouve des exemples appropriés à ces 3 inconvénients. La monnaie dévoilée Préalable sur ce chapitre: I. Qu'est-ce que la monnaie? 1.1 L'utilité de la monnaie A quoi sert la monnaie? Comment se pratiquait l'échange autrefois? 1.1.1 Le troc et ses inconvénients

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

Annexes GLOSSAIRE DÉFINITIONS DES RISQUES DES INSTRUMENTS FINANCIERS

Annexes GLOSSAIRE DÉFINITIONS DES RISQUES DES INSTRUMENTS FINANCIERS Annexes GLOSSAIRE Avertissement Ce glossaire n a pas pour objet de présenter de manière exhaustive les risques associés aux instruments financiers. Il a pour but de fournir au Titulaire des informations

Plus en détail

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE Politique d investissement Cette politique est en vigueur depuis le 18 juin 2009 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. GÉNÉRALITÉS P R É A M B U L E Le Musée canadien

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Octobre 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Contrôle. Consultation CDEC

Contrôle. Consultation CDEC Chapitre 1 : Monnaie et financement de l économie marocaine Financement de l activité économique Financement Direct Financement Indirect Marché financier Marché monétaire Marché hypothécaire Banques Stés.

Plus en détail

INEDIT PEA COURT TERME

INEDIT PEA COURT TERME PROSPECTUS SIMPLIFIE INEDIT PEA COURT TERME PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte Code ISIN : FR0000990483 Dénomination : INEDIT PEA COURT TERME Forme juridique : Fonds Commun de Placement (FCP) de

Plus en détail

CLASSE 1 OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE ET OPÉRATIONS INTERBANCAIRES 10 CAISSE 101 Billets et monnaies 109 Autres valeurs 11 BANQUES CENTRALES ET OFFICES

CLASSE 1 OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE ET OPÉRATIONS INTERBANCAIRES 10 CAISSE 101 Billets et monnaies 109 Autres valeurs 11 BANQUES CENTRALES ET OFFICES CLASSE 1 OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE ET OPÉRATIONS INTERBANCAIRES 10 CAISSE 101 Billets et monnaies 109 Autres valeurs 11 BANQUES CENTRALES ET OFFICES DES CHÈQUES POSTAUX 111 Banques centrales 112 Offices

Plus en détail

UFF lance UFF ACTIO RENDEMENT 2016 en partenariat avec Société Générale

UFF lance UFF ACTIO RENDEMENT 2016 en partenariat avec Société Générale PARIS, LE 16 juin 2016 UFF lance UFF ACTIO RENDEMENT 2016 en partenariat avec Société Générale Dans un contexte de taux historiquement faibles et afin de répondre aux attentes des investisseurs à la recherche

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009. LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Landesbank Saar Ursulinenstraße 2 66111 Sarrebruck TÉL +49 681 383-1362 FAX +49 681 383-1200. service@saarlb.de www.saarlb.de. HRA 8589 TI Sarrebruck

Landesbank Saar Ursulinenstraße 2 66111 Sarrebruck TÉL +49 681 383-1362 FAX +49 681 383-1200. service@saarlb.de www.saarlb.de. HRA 8589 TI Sarrebruck Communiqué de presse La SaarLB en 2014 : meilleure performance et moins de risques l approche commerciale de la «banque régionale franco-allemande» est bien établie et donne de bons résultats Très bon

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

2-2 La politique monétaire

2-2 La politique monétaire 2-2 La politique monétaire 2-2-1 La monnaie 2-2-1-1 Les formes de la monnaie Définition de la monnaie: La monnaie est constituée de l ensemble des moyens de paiement dont disposent les agents économiques

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

Economie monétaire internationale

Economie monétaire internationale Economie monétaire internationale Olivier Lamotte ESG2 Octobre-Décembre 2007 Pourquoi étudier la monnaie? La monnaie joue un rôle important dans la production des fluctuations économiques. Ex.: relation

Plus en détail

Tableau de bord de l Epargne en Europe

Tableau de bord de l Epargne en Europe STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Juin 2014 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits, ou

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 16/20 Un dossier de surendettement est déposé en France

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 31 décembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 31 décembre 2015 (en millions de

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

GESTION DES RELATIONS BANQUES ENTREPRISES. M. Jean François LOUIS Franz.nabholtz@wanadoo.fr

GESTION DES RELATIONS BANQUES ENTREPRISES. M. Jean François LOUIS Franz.nabholtz@wanadoo.fr GESTION DES RELATIONS BANQUES ENTREPRISES M. Jean François LOUIS Franz.nabholtz@wanadoo.fr Alexandre Nowacki Master MBA MS2 05/11/2008 Sommaire Objectifs :...3 1. Préambule...3 1.1. L organigramme (Banque

Plus en détail

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France La monnaie Offre et demande de monnaie Financement de l économie La monnaie 1. La masse monétaire: mesure 2. La création monétaire o le multiplicateur monétaire 3. Le rôle de la monnaie sur l économie

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Royaume du Maroc Département de l Economie, l des Finances Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Division de l Information l 15 10 5 0-5 -10-15 Tableau de bord annuel de

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY 1. ETATS FINANCIERS Bilan au 01/09/N Actif immobilisé Fonds commercial 1 Bâtiment Equipement Actif Actif circulant Stocks voitures neuves Stocks voitures d occasion Stock essence,

Plus en détail