RAPPORT D ENQUÊTE (Version dépersonnalisée)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ENQUÊTE (Version dépersonnalisée)"

Transcription

1 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport RAPPORT D ENQUÊTE (Version dépersonnalisée) Accident grave survenu à trois travailleurs et un président le 11 août 2010 sur un chantier situé au 6970 rue Dumas à Montréal, arrondissement du Sud-Ouest EN Direction régionale de Montréal 1 Inspecteurs : Jean-François Beaudry, ing. Pierre-Luc Labelle, ing. Date du rapport : 19 mai 2011

2 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport Rapport distribué à : Monsieur C, président, Construction Eiffel inc. Monsieur E, président, Toiture Léon inc. Monsieur F, président, Les Isolations Girbec inc. Monsieur G, président, Groupe ABS inc. Monsieur Sylvain Gendron, président, Syndicat québécois de la construction Monsieur Yves Mercure, président, FTQ Construction Monsieur Pierre Labelle, président, CPQMC Monsieur Aldo Miguel Paolinelli, président, CSN Construction Monsieur Patrick Daigneault, président, CSD Construction Monsieur Richard Lessard, directeur, Direction de la santé publique, Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre

3 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport TABLE DES MATIÈRES 1 RÉSUMÉ DU RAPPORT 1 2 ORGANISATION DU TRAVAIL STRUCTURE GÉNÉRALE DU CHANTIER ORGANISATION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL MÉCANISMES DE PARTICIPATION GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ 4 3 DESCRIPTION DU TRAVAIL DESCRIPTION DU LIEU DE TRAVAIL DESCRIPTION DU TRAVAIL À EFFECTUER 7 4 ACCIDENT: FAITS ET ANALYSE CHRONOLOGIE DE L'ACCIDENT CONSTATATIONS ET INFORMATIONS RECUEILLIES ÉNONCÉS ET ANALYSE DES CAUSES LA PLANIFICATION DES TRAVAUX DE CONSOLIDATION DU HAUT DU MUR QUI EST EN ÉQUILIBRE PRÉCAIRE EST DÉFICIENTE LES TRAVAUX D ENLÈVEMENT DES SOLINS MÉTALLIQUES SONT EFFECTUÉS EN PRÉSENCE DE TRAVAILLEURS EN CONTREBAS CONCLUSION CAUSES DE L'ACCIDENT AUTRES DOCUMENTS ÉMIS LORS DE L ENQUÊTE 17 ANNEXES ANNEXE A : Liste des accidentés 18 ANNEXE B : Liste des témoins et des autres personnes rencontrées 20 ANNEXE C : Références bibliographiques 21 ANNEXE D : Rapport d expertise 22

4 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport SECTION 1 1 RÉSUMÉ DU RAPPORT Description de l'accident Le 11 août 2010, alors que des travaux de consolidation du mur nord et des travaux de toiture sont en cours à l école Saint-Jean-de-Matha, une section du mur s effondre sur trois travailleurs et sur le président d une entreprise qui se trouvent dans une plate-forme de travail élévatrice à ciseaux positionnée au bas du mur. Conséquences Deux travailleurs et le président subissent des blessures diverses (fractures, contusions, etc.) alors qu un troisième travailleur subit un traumatisme crânien et thoracique avec hémorragie (état critique). Photo 1: Mur nord (source: CSST) Abrégé des causes L enquête a permis de retenir les causes suivantes : - La planification des travaux de consolidation du haut du mur qui est en équilibre précaire est déficiente; - Les travaux d enlèvement des solins métalliques sont effectués en présence de travailleurs en contrebas. École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 1

5 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport Mesures correctives Le 11 août 2010, suite à l accident, l accès à la zone clôturée à la base du mur nord est interdit et les travaux de toiture sont arrêtés aux fins d enquête. Une interdiction d utilisation de la plate-forme élévatrice à ciseaux est signifiée puisqu elle a été endommagée à la suite de l accident. Le rapport RAP est émis le 11 août 2010 pour interdire l accès à la base du mur, les travaux de toiture du côté nord et l utilisation de la plate-forme élévatrice à ciseaux. Le 23 août 2010, suite à la sécurisation du mur nord conformément aux directives d un ingénieur, l accès à la zone située à la base du mur nord de l école est autorisé. Le rapport RAP est émis le 24 août 2010 pour lever l interdiction d accès et permettre le nettoyage de la zone. Le 25 août 2010, une méthode de travail pour la continuation des travaux de maçonnerie et de toiture est transmise par Construction Eiffel inc. à la CSST. Cette méthode est analysée et la reprise des travaux de maçonnerie est autorisée. Le rapport RAP est émis autorisant la reprise des travaux de maçonnerie sur le chantier. Le 21 octobre 2010, suite à la réception du certificat d inspection structurale signé par un ingénieur, le rapport RAP est émis afin de lever l interdiction d utilisation de la plate-forme élévatrice à ciseaux. Le présent résumé n'a pas comme tel de valeur légale et ne tient lieu ni de rapport d'enquête, ni d'avis de correction ou de toute autre décision de l'inspecteur. Il ne remplace aucunement les diverses sections du rapport d'enquête qui devrait être lu en entier. Il constitue un aide-mémoire identifiant les éléments d'une situation dangereuse et les mesures correctives à apporter pour éviter la répétition de l'accident. Il peut également servir d'outil de diffusion dans votre milieu de travail. École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 2

6 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport SECTION 2 2 ORGANISATION DU TRAVAIL 2.1 Structure générale du chantier Construction Eiffel inc., située à Joliette, est un entrepreneur général qui œuvre dans différents secteurs d activité. L entreprise emploie en moyenne trois (3) travailleurs. Construction Eiffel inc. a obtenu un contrat de la Commission scolaire de Montréal (ci-après nommée CSDM) pour effectuer la réfection de la toiture et d une partie de la maçonnerie de l école Saint-Jean-de- Matha située au 6970 rue Dumas à Montréal. Le projet est évalué à dollars. Construction Eiffel inc. est responsable de l ensemble du projet et est le maître d œuvre des travaux (rapport RAP , émis le 15 juillet 2010). Sur le chantier, le maître d œuvre est représenté par monsieur C, président, et monsieur H,secrétaire-trésorier. L entreprise Les Architectes Massicotte et Dignard est mandatée par la CSDM pour établir le devis de construction et les différents plans ainsi qu effectuer le suivi du projet. Le maître d œuvre confie en sous-traitance la réfection de la toiture à Toitures Léon inc., située à Le Gardeur. Cette entreprise se spécialise dans les travaux de toiture dans les secteurs suivants : résidentiel, commercial, institutionnel et industriel. Elle emploie environ soixante (60) travailleurs. Sur le chantier, l entreprise est représentée par monsieur I, contremaître. Il y a environ dix (10) travailleurs de Toitures Léon inc. sur le chantier le jour de l accident. Les travaux de toiture sont surveillés par un inspecteur en toiture de l entreprise Groupe ABS inc. Cette firme emploie plus de cent quarante (140) employés. Pour le chantier, la CSDM engage Groupe ABS inc. pour s assurer de la qualité des travaux. Un inspecteur en toiture, monsieur D, est présent sur le chantier le jour de l accident. Pour l isolation du mur de maçonnerie, Construction Eiffel inc. fait appel à l entreprise Les Isolations Girbec inc. Cette compagnie, située à Laval, emploie en moyenne huit (8) travailleurs et œuvre dans le domaine de l isolation et de l insonorisation (polyuréthane giclé et cellulose soufflée). L entreprise est représentée sur le chantier par le président, monsieur F. Deux (2) travailleurs de la compagnie Les Isolations Girbec inc. sont également présents sur le chantier le jour de l accident. Les travaux de maçonnerie sont confiés par le maître d œuvre à Maçonnerie Martin Bélanger inc. Le jour de l accident, il n y a personne de cette entreprise sur le chantier. 2.2 Organisation de la santé et de la sécurité du travail Mécanismes de participation Construction Eiffel inc. est membre d une mutuelle de prévention depuis 10 ans. Toitures Léon inc. est quant à elle membre d une mutuelle de prévention depuis 2 ans alors que Les Isolations Girbec inc. l est depuis 9 ans. École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 3

7 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport Gestion de la santé et de la sécurité Le maître d œuvre du chantier, Construction Eiffel inc., dispose d un programme de prévention pour le chantier de construction. Ce dernier n est pas spécifique au chantier puisque certains risques identifiés ne sont pas présents sur le chantier de la rue Dumas. Dans la section intitulée «démolition», on identifie comme risque d être écrasé ou coincé par la chute de matériaux. Les mesures préventives préconisées dans le programme de prévention sont d interdire l accès aux endroits situés en dessous de l aire de travail et de s assurer que tous les travailleurs œuvrent sur un même niveau. Or, dans le présent cas, des travaux de toiture (enlèvement de solins métalliques) sont exécutés au-dessus de la zone de consolidation du mur de briques (travaux superposés). Selon le programme de prévention, le surveillant de chantier (ou contremaître) doit voir à surveiller de façon soutenue le déroulement des travaux pour s assurer que les mesures de prévention sont appliquées. L entreprise Toitures Léon inc. possède un programme de prévention. On y indique, à la fiche 23, qu un périmètre de sécurité doit être installé afin d empêcher les travailleurs et le public d avoir accès à une zone dangereuse. De plus, selon la disposition du chantier, un périmètre de sécurité doit être installé autour de tout autre espace de travail qu on jugera nécessaire de protéger. Or, sur le chantier, aucun périmètre de sécurité n a été mis en place alors que des travaux superposés sont exécutés. Sur les chantiers de Toiture Léon inc., c est le contremaître qui doit veiller à l application du programme de prévention. Le sous-traitant Les Isolations Girbec inc. possède également un programme de prévention. Selon ce document, avant d effectuer une tâche, le travailleur doit s assurer que l environnement est sécuritaire. Il n y a toutefois aucun élément dans le programme de prévention qui traite des travaux superposés. École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 4

8 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport SECTION 3 3 DESCRIPTION DU TRAVAIL 3.1 Description du lieu de travail Le chantier est situé au 6970 rue Dumas à Montréal. Les travaux consistent à refaire la toiture et une partie de la maçonnerie de l école Saint-Jean-de-Matha. Selon le plan de l architecte, l école mesure environ 48 m (158 pieds) par 22 m (72 pieds) et a une hauteur d environ 15 m (52 pieds). Côté nord Photo 2: Emplacement du chantier (source : Google) Les murs de maçonnerie de l école sont constitués de trois rangs de briques d épaisseur (voir photo 3). La partie supérieure du parapet est constituée d un couronnement en bois et en briques (voir photos 3 et 4). Des solins métalliques recouvrent la partie supérieure (communément appelé «cap») et la partie intérieure du parapet (voir photo 3). École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 5

9 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport Couronnement en bois Solin métallique supérieur «cap» Parapet et mur en briques (3 rangs) Solin métallique intérieur Photo 3: Parapet (source : CSST) Briques à l intérieur du couronnement en bois Couronnement en bois Photo 4: Composition du couronnement en bois (source : CSST) École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 6

10 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport Du côté de la façade nord, les principaux travaux de maçonnerie sont effectués dans le haut du mur audessus de la moulure de couronnement en béton (voir figure 1). Moulure de couronnement en béton Zone principale des travaux de maçonnerie Figure 1: Élévation nord (source : Construction Eiffel inc.) 3.2 Description du travail à effectuer Le jour de l accident, des travaux sont effectués sur le toit de l école ainsi que sur la façade nord. Au niveau du toit, deux travailleurs de Toitures Léon inc. sont assignés à l enlèvement des solins métalliques qui recouvrent le parapet du côté nord. Ils enlèvent tout d abord les solins intérieurs à l aide d une arracheuse. Cet outil est utilisé pour soulever les solins et arracher les clous qui les fixent au parapet (voir photo 5). Les travaux d enlèvement des solins intérieurs sur le parapet nord débutent du côté ouest en progressant vers l est. D autres travaux de toiture sont en cours sur le reste du toit. École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 7

11 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport Photo 5: Arracheuse (source : CSST) Du côté nord de l école, des travaux de projection d uréthane et de consolidation du mur de maçonnerie sont en cours. Ils sont effectués à partir d une plate-forme élévatrice à ciseaux. Les deux premiers rangs de briques (à partir de l extérieur) sont enlevés à partir du haut jusqu à la moulure de couronnement en béton. Le couronnement en bois et en briques est toujours en place. La projection d uréthane est effectuée par un travailleur à l aide d un fusil applicateur sur la surface du mur afin de créer une barrière isolante. Au moment de l accident, l uréthane est giclé sur une petite partie du haut du mur nord (voir photo 6). Il est à noter que de l uréthane avait également giclé sur une partie du mur de maçonnerie qui s est effondré. Simultanément à la projection d uréthane, deux travailleurs poursuivent la consolidation du haut du mur nord qui a été amorcé la veille. Les travaux de consolidation consistent à fixer une série de contreplaqués entre les briques en boutisse (voir photo 6), et ce, conformément aux directives de l architecte au dossier, monsieur J de la compagnie Les Architectes Massicotte et Dignard. Pour ce faire, la surface du mur de maçonnerie est d abord nettoyée à l aide d un marteaupiqueur afin d enlever les excès de mortier. Par la suite, le contreplaqué est installé entre les deux rangées de briques en boutisse. Des trous sont faits à l aide d une perceuse à percussion, puis des vis à béton sont utilisées pour fixer le contreplaqué aux briques. École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 8

12 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport Briques en boutisse Contreplaqués Uréthane giclée Couronnement en béton Photo 6: Zone des travaux sur la façade nord (source : CSST) École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 9

13 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport 4 ACCIDENT : FAITS ET ANALYSE 4.1 Chronologie de l'accident SECTION 4 Le chantier débute le 12 juillet Les travaux de dégarnissage du 1 er rang de briques extérieur sont exécutés à cette date. Une section de briques est déjà retirée lorsqu on constate que le 2 e rang de briques n est pas solide. Monsieur C, de Construction Eiffel inc., communique alors avec l architecte responsable du dossier, monsieur J de la compagnie Les Architectes Massicotte et Dignard, pour que ce dernier vienne constater l état du 2 e rang de briques. L architecte se présente sur le chantier le 12 juillet Il constate alors que des joints sont évidés et qu il ne s agit que d un rang de remplissage ne pouvant être utilisé pour soutenir les ancrages du 1 er rang de briques. Il demande alors à l entrepreneur d arrêter les travaux afin de revoir les détails de construction. Un nouveau plan est émis le 14 juillet 2010 indiquant que le 2 e rang de briques doit être enlevé et remplacé par une structure de bois. De l uréthane doit ensuite être projeté sur cette surface de bois. Un projet de modification est émis le 15 juillet 2010 demandant à Construction Eiffel inc. un prix pour la nouvelle procédure de travail. Le chantier est alors arrêté pour une période de deux semaines (vacances estivales soit du 18 au 31 juillet 2010). Au retour des vacances de la construction, un prix est émis par l entrepreneur pour les changements. Le 5 août 2010, une réunion se tient entre monsieur H et monsieur C de Construction Eiffel inc., monsieur J, l architecte, et monsieur K, chargé de projet de la CSDM : on désire réduire les coûts liés aux changements des directives de travail. Entre-temps, l enlèvement du 2 e rang de briques débute. Le 5 août 2010, monsieur C communique avec monsieur L, de Toitures Léon inc. Ce dernier l informe qu ils vont commencer les travaux de toiture le 9 août 2010 afin qu ils soient complétés avant la rentrée scolaire. Le 6 août 2010, l architecte inspecte le 3 e rang de briques du côté nord et il considère que celui-ci est en bon état. Il émet un nouveau croquis indiquant que des boulons et des plaques d acier doivent être installés pour fixer le rang de briques existant aux membrures de l entretoit (annexe D, rapport d expertise, annexe E). Un nouveau prix est demandé à Construction Eiffel inc. Le 9 août 2010, les travaux de toiture débutent du côté sud de l école en progressant vers le côté nord. Le maître d œuvre informe l architecte des coûts liés à l installation des plaques d acier. Le 10 août 2010, à la suite des échanges entre le maître d œuvre et l architecte, on décide de remplacer les plaques d acier par des feuilles de contreplaqués de 0,61 m de haut (24 pouces) installées entre les briques en boutisse. Aucun plan ou croquis n est émis concernant ce changement. Le 10 août 2010, des travailleurs de Maçonnerie Martin Bélanger inc. installent sur le 3 e rang de briques des supports qui serviront de soutien au nouveau parement de briques. Suite à École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 10

14 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport l installation des supports, les travaux de consolidation du mur à l aide de contreplaqués débutent. Deux feuilles de contreplaqués sont installées le 10 août (à partir du coin nord-ouest). Le 11 août 2010, les travaux débutent vers 7 h. monsieur M, travailleur de Construction Eiffel inc., et monsieur A, travailleur de la compagnie Les Isolations Girbec inc., continuent la pose de contreplaqués alors que monsieur B, autre travailleur de la compagnie Les Isolations Girbec inc., effectue la projection d uréthane. Ils utilisent tous les trois la plate-forme élévatrice à ciseaux pour s élever jusqu au haut du mur nord. Monsieur F, président de la compagnie Les Isolations Girbec inc., est également présent dans la plate-forme élévatrice et soulève une toile de protection pour permettre la projection d uréthane. Pendant ce temps, les travaux sur le toit continuent. Deux (2) travailleurs de Toitures Léon inc. enlèvent les solins métalliques intérieurs qui recouvrent le parapet nord. Ils débutent du côté ouest et progressent vers l est. Monsieur C se présente sur le chantier avec des tiges d acier devant servir à fixer les contreplaqués à la structure de bois de l entretoit. Monsieur D du Groupe ABS se présente également sur les lieux. La plate-forme élévatrice est redescendue au sol pour aller chercher le matériel dans le camion de monsieur C. Monsieur F descend de la plate-forme pour s assurer qu il n y a pas eu d uréthane projeté dans l environnement. Pendant que monsieur M se rend chercher le matériel, monsieur C informe ce dernier qu il va monter l inspecteur en toiture, monsieur D, sur le toit avec la plate-forme élévatrice et qu il va redescendre le chercher. Les deux (2) travailleurs de l entreprise Les Isolations Girbec inc. se trouvent toujours dans la plate-forme élévatrice. L accident se produit vers 7 h 45 alors que la plate-forme élévatrice est au sol et que les travailleurs s apprêtent à remonter. Une partie du haut du mur de maçonnerie de même que le couronnement en bois et en briques s effondrent au sol. Les quatre (4) personnes présentes dans la plate-forme élévatrice sont frappées par les débris. Messieurs C, D et B subissent des blessures diverses (fractures, contusions, etc.) alors que monsieur A subit un traumatisme crânien et thoracique avec hémorragie. Les premiers secours sont appelés sur les lieux et les blessés sont dirigés vers le centre hospitalier. 4.2 Constatations et informations recueillies Conditions intrinsèques du mur de maçonnerie - Selon les experts mandatés par la CSST, les points suivants ont été observés et analysés concernant le mortier liant les briques sur la façade nord (voir annexe C, rapport d expertise) : o Le mortier est absent ou son adhérence est déficiente à plusieurs endroits; o Le mortier présente une teneur élevée en chaux causant une réduction de la résistance et de l adhérence à la brique à long terme. La composition du mortier rappelle celle École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 11

15 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport d un mortier de Type K (1 part de ciment pour 3 parts de chaux et 10 parts de sable) qui n est plus utilisée dans la construction neuve, mais courante dans les maçonneries massives anciennes; o Le rang de briques restant est dans un état détérioré. - Le mur est composé de trois épaisseurs de briques non armées; - Le mur de briques nord n est pas attaché à la structure de l entretoit. Conditions du mur de maçonnerie au moment de l accident - Étant donné leur état, les deux premiers rangs de briques sont retirés à la demande de l architecte; - Le mur nord-est alors constitué d un seul rang de briques surmonté du couronnement de bois; - Lorsque réduit à un seul rang de briques, le parapet est incapable de résister seul à un quelconque effort latéral (annexe C, rapport d expertise, p. 17); - Le mur de maçonnerie nord, lorsque réduit à un seul rang de briques, est dans un état d équilibre précaire (annexe C, rapport d expertise, p. 15); - Les éléments non structuraux de solins métalliques intérieurs du parapet et le couronnement en tôle et en bois en tête du parapet sont les seuls éléments stabilisateurs restants, une fois la maçonnerie amincie à un seul rang de brique (annexe C, rapport d expertise, p. 17); - Le couronnement en bois et en briques constitue une masse excentrée au sommet du mur qui tend à faire fléchir le mur vers l extérieur (annexe C, rapport d expertise, p. 15); - L architecte, monsieur J, n a pas émis de directives concernant l enlèvement du couronnement en bois; - Une toile protectrice est fixée sur la longueur du parapet par enroulement autour de morceaux de bois de 38 mm x 64 mm (2 po x 3 po) cloués à la structure de bois au sommet du parapet; - Lors de la projection de l uréthane, la toile protectrice est tirée vers l extérieur pour dégager l espace ce qui crée un effort de traction sur le couronnement de bois du parapet. Consolidation du mur de maçonnerie - Suite à la constatation de l état du 2 e rang de briques, de nouvelles instructions sont données par l architecte pour la réfection du mur de maçonnerie nord; École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 12

16 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport - Des contreplaqués sont installés entre les briques en boutisse pour consolider le mur de briques restant; - L installation des contreplaqués s effectue de l est vers l ouest; - Le vissage des panneaux de contreplaqués à l aide d un appareil à percussion a pu fragiliser davantage l adhérence entre les briques et le mortier (annexe C, rapport d expertise, p. 15). Enlèvement des solins métalliques - Les deux travailleurs affectés à l enlèvement des solins métalliques commencent par enlever les solins métalliques intérieurs, et ce, de l ouest vers l est; - Pour enlever les solins intérieurs, les couvreurs utilisent une arracheuse; - L enlèvement des solins intérieurs nécessite l application d un effort de traction dans la partie basse du parapet (annexe C, rapport d expertise, p. 8); - L enlèvement des solins métalliques crée des efforts de rotation sur le mur (annexe C, rapport d expertise, p. 17); - Ces efforts de rotation sont concentrés de plus en plus vers l est lorsque les tôles sont enlevées dans le secteur ouest (annexe C, rapport d expertise, p. 17); - La structure du parapet transmet les efforts causés par l arrachement des tôles vers les secteurs où les tôles sont encore présentes (annexe C, rapport d expertise, p. 17); - À partir d un certain point, la portion restante du mur, déjà instable et fragilisée, ne peut plus soutenir l effort de rotation (annexe C, rapport d expertise, p. 17); - Au moment de l accident, environ la moitié des solins intérieurs est enlevée; - Les solins métalliques qui recouvrent la partie supérieure du couronnement de bois sont toujours en place; - Au moment de l effondrement, seuls les travaux d enlèvement des solins intérieurs sont en cours du côté nord de l école. Divers - Lors de l installation des supports de maçonnerie sur le 3 e rang de briques, une perceuse à percussion est utilisée et les supports sont fixés à l aide de vis à béton; - Le jour de l accident, les travaux d enlèvement de solins sur le parapet nord se déroulent au même moment que les travaux de consolidation du mur nord; École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 13

17 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport - Dans le devis de construction (section Matériaux et équipements 01600), il est spécifié qu avant de commencer tout travail, l entrepreneur doit examiner les ouvrages en place et aviser l architecte par écrit de toute condition susceptible d affecter la qualité des travaux à effectuer. De plus, l entrepreneur doit obtenir une directive écrite quant aux corrections à faire ou à la nouvelle marche à suivre; - Les dépassements de coûts du projet ne peuvent excéder 10 % du montant total du projet sans quoi la CSDM doit retourner devant le comité des commissaires afin de faire approuver les dépassements de coûts; - Lors de la réunion du 5 août 2010, les discussions entre l architecte et l entrepreneur visent à faire le plus de travaux possible en maçonnerie sans dépasser le 10 % de coûts supplémentaires. 4.3 Énoncés et analyse des causes La planification des travaux de consolidation du haut du mur qui est en équilibre précaire est déficiente. Le plan pour construction émis le 22 juin 2010 prévoit l enlèvement du 1 er rang de briques puis sa reconstruction. De plus, la structure de bois du parapet doit être reconstruite. Or, à la suite de l enlèvement d une partie du 1 er rang de briques, le maître d œuvre constate que le 2 e rang de briques est dans un état détérioré et n est pas solide. Conformément aux directives dans le devis de construction, monsieur C, président de Construction Eiffel inc., communique avec l architecte au dossier, monsieur J. Ce dernier se présente sur le chantier et inspecte le mur de maçonnerie nord. Il constate que des joints sont évidés et que le 2 e rang de briques sert uniquement de remplissage. Le mur ne sera pas en mesure de soutenir les ancrages pour le 1 er rang de briques. L architecte demande alors à l entrepreneur d arrêter les travaux afin de revoir les détails de construction. Un nouveau plan est émis le 14 juillet 2010 indiquant que le 2 e rang de briques doit être enlevé et remplacé par une structure de bois. L architecte ne donne aucune directive à l entrepreneur quant à la séquence de réalisation des travaux. Le maître d œuvre enlève le 2 e rang de briques en laissant le couronnement en bois en place. Il ne reste alors plus qu un seul rang de briques. Le couronnement en bois et en briques constitue ainsi une masse excentrée au sommet du mur qui tend à faire fléchir ce dernier vers l extérieur. À la suite de l enlèvement du 2 e rang de briques, l architecte inspecte le 3 e rang de briques du côté nord et considère que ce dernier est en bon état. Il émet un nouveau croquis indiquant que des boulons et des plaques d acier doivent être installés pour fixer le rang de briques existant aux membrures de l entretoit. Aucune directive n est émise quant à l enlèvement du couronnement en bois. École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 14

18 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport Selon le rapport d expertise, le mur est instable parce qu il a été aminci à un seul rang de briques, que la cohésion du mur restant est faible à cause de la piètre condition du mortier et que le mur n est pas attaché à l ossature de bois de l entretoit. L utilisation d outils à percussion pour installer les ancrages et les contreplaqués peut avoir contribué à affaiblir davantage le lien entre les briques et le mortier de même que les tractions exercées par les toiles protectrices. De plus, la présence du couronnement contribue à accentuer le caractère instable du mur étant donné qu il s agit d une masse excentrée par rapport au sommet du mur tendant à faire fléchir le mur vers l extérieur. Or, le mur de briques même une fois aminci et instable ne s écroule pas. Selon le rapport d expertise, les éléments non structuraux de solins métalliques intérieurs du parapet ainsi que le couronnement en tôle et en bois en tête du parapet sont les seuls éléments stabilisateurs restants, une fois le mur de maçonnerie aminci à un seul rang de briques. Ils empêchent l effondrement du mur et du parapet. L enlèvement des solins métalliques crée des efforts de rotation sur le mur. La structure du parapet transmet les efforts causés par l arrachement des tôles vers les secteurs où les tôles sont encore présentes c est-à-dire vers le côté est. À partir d un certain point, la portion restante du mur, déjà instable, ne peut plus soutenir l effort de rotation et le mur s effondre. Compte tenu de l état du 2 e rang de briques, l architecte a décidé de modifier la nature des travaux à exécuter. La séquence de travaux n a toutefois pas été revue. Or, étant donné les conditions intrinsèques du mur de briques (qualité du mortier et absence d attache à l ossature de l entretoit), il aurait fallu, suite à ce constat, procéder à l enlèvement complet du parapet et du couronnement de bois avant de procéder au retrait du 2 e rang de briques. Par ailleurs, selon les experts mandatés par la CSST, il aurait même mieux valu, étant donné l état du 3 e rang de briques et l absence d ancrages, démolir ce dernier au lieu de tenter de le conserver. La planification des travaux de consolidation du haut du mur qui est en équilibre précaire est déficiente. Cette cause est retenue Les travaux d enlèvement des solins métalliques sont effectués en présence de travailleurs en contrebas. Tel qu il est décrit dans la cause précédente, le haut du mur de maçonnerie nord, une fois aminci à un rang de briques, est dans un état instable. Le 11 août 2010, deux travailleurs de Toitures Léon inc. sont affectés à l enlèvement des solins métalliques du côté nord. Or, le même jour, les travaux de consolidation du mur nord sont en cours. Il y a donc des travaux d enlèvement des solins sur le parapet alors que des travailleurs se trouvent en contrebas dans la plate-forme élévatrice (travaux superposés). École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 15

19 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport Le programme de prévention du maître d œuvre, dans la section intitulée «démolition», indique un risque d être écrasé, coincé par la chute de matériaux. Les mesures préventives préconisées sont d interdire l accès aux endroits situés en dessous de l aire de travail et s assurer que tous les travailleurs œuvrent sur un même niveau. Or, dans le présent cas, des travaux de toiture (enlèvement de solins métalliques) sont exécutés au-dessus de la zone de consolidation du mur de briques engendrant une situation de travaux superposés. Les mesures prévues dans le programme de prévention du maître d œuvre ne sont donc pas appliquées. Par ailleurs, selon le programme de prévention de Toitures Léon inc., un périmètre de sécurité doit être installé afin d empêcher les travailleurs et le public d avoir accès à une zone dangereuse. De plus, selon la disposition du chantier, un périmètre de sécurité doit être installé autour de tout autre espace de travail qu on jugera nécessaire de protéger. Or, sur le chantier, il n y a pas eu de mise en place de périmètre de sécurité à la base du mur nord alors que les travaux d enlèvement de solins métalliques sont en cours. Si un périmètre interdisant l accès avait été mis en place, comme qu exigé dans le programme de prévention du maître d œuvre et du sous-traitant, l effondrement du mur de maçonnerie et du parapet n aurait probablement pas fait de blessés puisqu il n y aurait alors pas eu de travailleurs en contrebas. Cette cause est retenue. École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 16

20 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport SECTION 5 5 CONCLUSION 5.1 Causes de l'accident L enquête a permis de retenir les causes suivantes : - La planification des travaux de consolidation du haut du mur qui est en équilibre précaire est déficiente; - Les travaux d enlèvement des solins métalliques sont effectués en présence de travailleurs en contrebas. 5.2 Autres documents émis lors de l enquête - Le rapport RAP est émis le 11 août 2010 pour interdire l accès à la base du mur, interdire les travaux de toiture et l utilisation de la plate-forme élévatrice à ciseaux; - Le rapport RAP est émis le 24 août 2010 pour lever l interdiction d accès à la zone située à la base du mur nord et permettre le nettoyage de la zone; - La reprise des travaux de maçonnerie est autorisée le 25 août Le rapport RAP est émis pour autoriser la reprise des travaux de maçonnerie; - Le rapport RAP est émis le 22 octobre 2010 afin de lever d interdiction d utilisation de la plate-forme élévatrice à ciseaux. École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 17

21 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP ANNEXE A Liste des accidentés Dossier d intervention Numéro du rapport Nom, prénom : A Sexe : Masculin Âge : 42 ans Fonction habituelle : Manœuvre Fonction lors de l accident : Manœuvre Expérience dans cette fonction : Environ 1 an Ancienneté chez l employeur : Environ 1 an Syndicat : CSN Construction Nom, prénom : B Sexe : Masculin Âge : 33 ans Fonction habituelle : Manœuvre Fonction lors de l accident : Manœuvre Expérience dans cette fonction : Environ 1 an Ancienneté chez l employeur : Environ 1 an Syndicat : CSN Construction École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 18

22 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP Dossier d intervention Numéro du rapport Nom, prénom : C Sexe : Masculin Âge : 56 ans Fonction habituelle : Président Fonction lors de l accident : Président Expérience dans la construction : Environ 30 ans Nom, prénom : D Sexe : Masculin Âge : 50 ans Fonction habituelle : Inspecteur en toiture Fonction lors de l accident : Inspecteur en toiture École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 19

23 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP ANNEXE B Liste des témoins et des autres personnes rencontrées Dossier d intervention Numéro du rapport - Monsieur H, secrétaire-trésorier, Construction Eiffel inc. - Monsieur C, président, Construction Eiffel inc. - Monsieur M, travailleur, Construction Eiffel inc. - Monsieur N, travailleur, Construction Eiffel inc. - Monsieur B, travailleur, Les Isolations Girbec inc. - Monsieur F, président, Les Isolations Girbec inc. - Monsieur L, gérant de projet, Toitures Léon inc. - Monsieur I, contremaître, Toitures Léon inc. - Monsieur O, travailleur, Toitures Léon inc. - Monsieur P, travailleur, Toitures Léon inc. - Monsieur Q, ing., B. arch., CIMA+ - Monsieur R, architecte associé, Les Architectes Massicotte et Dignard - Monsieur J, architecte, Les Architectes Massicotte et Dignard - Monsieur S, régisseur, CSDM - Monsieur T, ing., Ph.D., chargé de projet, Simco Technologies inc. - Monsieur U, ing., Ph.D., président, Paul Croteau et associés inc. - Monsieur V, président, Maçonnerie Louis St-Martin École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 20

24 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP ANNEXE C Références bibliographiques Dossier d intervention Numéro du rapport GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Loi sur la santé et sécurité du travail, L.R.Q., chapitre S-2.1 : Éditeur officiel du Québec, Bibliothèque Nationale du Québec, 18 avril 2000, 75 p. GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Code de sécurité pour les travaux de construction, L.R.Q., chapitre S-2.1, r.6 : Éditeur officiel du Québec, Bibliothèque Nationale du Québec, 13 décembre 2008, 258 p. École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 21

25 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP ANNEXE D Rapport d expertise Dossier d intervention Numéro du rapport École Saint-Jean-de-Matha, 6970 rue Dumas à Montréal, le 11 août 2010 page 22

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

45

46

47

48

49

50

51

52

53

54

55

56

57

58

59

60

61

62

63

64

65

66

67

68

69

70

71

72

73

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003730 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur le 21 novembre 2007 sur le chantier situé au 969, rue St-Timothée à Montréal Inspecteurs : Patrick

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4114836 RAP0584290 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4114836 RAP0584290 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides EN003785 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale des Laurentides Accident survenu le 13 mars 2009 sur un chantier de construction situé au 709, rue du Docteur-Gervais à Mont-Tremblant, entraînant le décès

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE. Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE. Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est RAPPORT D ENQUÊTE EN003929 Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est Direction régionale de Montréal-1 Inspecteurs : Pierre-Luc Labelle ing.

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 EN003429 RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 PAUL LÉTOURNEAU, ING., INSPECTEUR TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4164780 RAP0823108 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4164780 RAP0823108 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003945 Accident survenu à deux travailleurs de l'entreprise Revêtements de la Capitale inc. le 30 mars 2012, sur un chantier sis au 215, boulevard Louis XIV à Québec Direction régionale

Plus en détail

Rapport d'intervention

Rapport d'intervention EN003294 Rapport d'intervention Numéro du rapport d'intervention R985572 Numéro du dossier d'intervention PIMC0010792 Identification du destinataire LES ENTREPRISES JPG BERGERON INC 53, rue Principale

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003598 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel d un travailleur de l entreprise Av-Tech inc. le 4 novembre 2005 alors qu il exécutait des travaux électriques à Place Montréal

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4211398 RAP1012159 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4211398 RAP1012159 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004048 Accident mortel survenu à un travailleur de l'entreprise Michel Sylvain, le 10 novembre 2014, sur un chantier situé au 881, rang de l Achigan Nord à L Épiphanie Direction régionale

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4229183 RAP1065154 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4229183 RAP1065154 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004090 Accident mortel survenu à un travailleur de l entreprise Constructions Brodeur et Brault Inc., le 7 décembre 2015, sur un chantier de construction situé au [ ] à Lac-Supérieur

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4140565 RAP0722816 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4140565 RAP0722816 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003874 Accident mortel survenu au président de l entreprise Multi Rénovations le 27 septembre 2010 sur le chantier situé au 1288 rue Sherbrooke est à Montréal Direction régionale de

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4200407 RAP0990913 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4200407 RAP0990913 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004028 Accident mortel survenu à un travailleur de l'entreprise Toitures Laflamme inc., le 25 avril 2014, sur un chantier situé au 1175, rue du Havre à Mascouche Direction régionale

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003937 RAPPORT D ENQUÊTE Accident mortel d un travailleur de l entreprise Roger Tremblay et fils inc. survenu le 30 mars 2012 au 1319, Rang 4 à Normandin Direction régionale du Saguenay Lac-Saint-Jean

Plus en détail

Rapport d intervention

Rapport d intervention Rapport d intervention EN003087 Nom et adresse du destinataire N du rapport N du dossier d intervention 166 RUE SULLIVAN VALLEYFIELD (QUEBEC) J6S2J3 N Éta ou ENL I201928 3157351 N de chantier Adresse du

Plus en détail

Réfection de la statue de Madeleine de Verchères PROJET 5P207-14-0904. Agence Parcs Canada Unité de gestion de la Mauricie et de l Ouest du Québec

Réfection de la statue de Madeleine de Verchères PROJET 5P207-14-0904. Agence Parcs Canada Unité de gestion de la Mauricie et de l Ouest du Québec Réfection de la statue de Madeleine de Verchères PROJET 5P207-14-0904 Agence Parcs Canada Unité de gestion de la Mauricie et de l Ouest du Québec Septembre 2014 Sommaire 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. DESCRIPTION

Plus en détail

Travail en hauteur Plan d action

Travail en hauteur Plan d action fide Travail en hauteur Plan d action 2015 Réalisation : APSAM Rédaction : Pascal Gagnon Version originale : 29 octobre 2015 Crédits photo : sakhorn/shutterstock.com Le générique masculin est utilisé sans

Plus en détail

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La méthode d enquête de la CNESST Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La CNESST (Janvier 2016) Mission : La CNESST est une porte d entrée unique pour

Plus en détail

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME RÈGLES DE QUALIFICATION DES ENTREPRENEURS

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME RÈGLES DE QUALIFICATION DES ENTREPRENEURS CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME RÈGLES DE QUALIFICATION DES ENTREPRENEURS AVRIL 2013 Table des matières 1) But 2) Champ d application 3) Portée 4) Qualifications 5) Mesures

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4211329 RAP1016014 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4211329 RAP1016014 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004052 Accident grave survenu le 27 novembre 2014 à un travailleur de la compagnie Services MRO inc. lors de travaux de nettoyage de gouttières d une résidence située sur l avenue Maplewood

Plus en détail

Stores en bois Guide d installation

Stores en bois Guide d installation Stores en bois Guide d installation C est si simple! BTG 468207 Rev0610_FR Avant de commencer Vos nouveaux stores en bois Le Marché du Store MD sont fabriqués selon vos spécifications avec des matériaux

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure enquête et analyse d accident/incident

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure enquête et analyse d accident/incident Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 10 juin 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 11 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif d

Plus en détail

39HQ Centrale de traitement d air Airovision

39HQ Centrale de traitement d air Airovision 39HQ Centrale de traitement d air Airovision Instructions de montage TABLE DES MATIÈRES 1 - INSTRUCTIONS DE TRANSPORT ET DE MANUTENTION...3 1.1 - Généralités...3 1.2 - Transport et stockage...3 1.3 - Protection

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TOME II

MANUEL DE GESTION TOME II MANUEL DE GESTION Type de document : Directive et procédure Code : 38 Page 1 de 16 Titre : Déclaration d accident et d incident du travail Expéditeur : Direction des ressources humaines Approuvé le : 1984-12-18

Plus en détail

MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DU COMTÉ DE MEMPHRÉMAGOG

MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DU COMTÉ DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DU COMTÉ DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ LOCALE DU CANTON D ORFORD RÈGLEMENT NUMÉRO 814 CONCERNANT LA GESTION DES SOLS ET DES EAUX DE RUISSELLEMENT Considérant que Considérant que Considérant

Plus en détail

REALISATION D UN PARKING PROVISOIRE SUR LA PELOUSE CENTRALE

REALISATION D UN PARKING PROVISOIRE SUR LA PELOUSE CENTRALE REALISATION D UN PARKING PROVISOIRE SUR LA PELOUSE CENTRALE SITE DES LABORATOIRES SANTE ANIMALE ET SECURITE ALIMENTAIRE 22, RUE PIERRE CURIE - 94700 MAISONS-ALFORT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

Marche à suivre en cas d accident

Marche à suivre en cas d accident Ce document permet de rencontrer les obligations légales relatives aux premiers secours ainsi qu à l enquête d accident. En combinant ces deux registres, on facilite le suivi des accidents de travail et

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

DESCRIPTION SOMMAIRE

DESCRIPTION SOMMAIRE DESCRIPTION SOMMAIRE Le bâtiment à vocations commerciale et résidentielle visité en date du 30 décembre 2009 comprend une première section construite en 1972 et une deuxième construite en 1989. SECTION

Plus en détail

Guide d installation TABLE DES MATIÈRES REVÊTEMENT ISOLÉ PAR ROYAL

Guide d installation TABLE DES MATIÈRES REVÊTEMENT ISOLÉ PAR ROYAL MD REVÊTEMENT ISOLÉ PAR ROYAL Guide d installation TABLE DES MATIÈRES AVIS IMPORTANTS...1 Barrières d étanchéité...2 Entreposage et transport...2 Outils et équipement...2 Choix des fixatifs...2 Préparation

Plus en détail

Prévention des chutes de toits. de haut. Un accident est vite arrivé le danger est présent chaque jour pour les travailleurs en bordure des toits.

Prévention des chutes de toits. de haut. Un accident est vite arrivé le danger est présent chaque jour pour les travailleurs en bordure des toits. DC 500-141-1 2008 (final).qxd 20/05/08 10:40 Page 1 Prévention des chutes de toits de haut Un accident est vite arrivé le danger est présent chaque jour pour les travailleurs en bordure des toits. Table

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4214973 RAP1025070 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4214973 RAP1025070 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004059 Accident mortel survenu à un travailleur le 26 février 2015 à l entreprise Côme Richer située au 1849, chemin de la Lièvre Sud à Mont-Laurier (Québec) Direction régionale des

Plus en détail

Les entreprises pourront éventuellement sous leur responsabilité présenter des variantes avec du matériel de

Les entreprises pourront éventuellement sous leur responsabilité présenter des variantes avec du matériel de 18.1 GÉNÉRALITÉS DE CONSISTANCE ET DE DESCRIPTION DE TRAVAUX 18.1.1 Préambule Ce CCTP fait partie intégrante de l'ensemble du CCTP comportant les Prescriptions Communes TCE et 19 lots dont le présent lot

Plus en détail

Installation des plafonds suspendus

Installation des plafonds suspendus SYSTÈMES DE PLAFONDS [Ensemble, nos idées prennent forme. MC ] Installation des plafonds suspendus Version internationale 1 Installation des plafonds suspendus Armstrong Un plafond suspendu Armstrong en

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU CERTIFICAT DE GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ ET : LA GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ INC.

ARBITRAGE EN VERTU DU CERTIFICAT DE GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ ET : LA GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ INC. ARBITRAGE EN VERTU DU CERTIFICAT DE GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ ENTRE : LES PROJETS EUROPA INC. (L «ENTREPRENEUR») ET : LA GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ INC. (L «ADMINISTRATEUR»)

Plus en détail

Rapport d'intervention

Rapport d'intervention Rapport d'intervention EN003113 SCIERIE DES OUTARDES CAMP LA BLACHE CAMP FORESTIER SDO KILOMÈTRE 170 ROUTE FORESTIÈRE DE LA SCIERIE (901) I216751 3211885 12 CAMP FORESTIER SDO KILOMÈTRE 170 ROUTE FORESTIÈRE

Plus en détail

CODE CANADIEN DU TRAVAIL PARTIE II SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL. Syndicat canadien de la fonction publique Section locale 375

CODE CANADIEN DU TRAVAIL PARTIE II SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL. Syndicat canadien de la fonction publique Section locale 375 CODE CANADIEN DU TRAVAIL PARTIE II SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL Terminus Racine (Montréal) Ltée demandeur et Syndicat canadien de la fonction publique Section locale 375 syndicat Décision n 05-005 Le 20

Plus en détail

GUIDE RÉALISER UN PROJET D ENFOUISSEMENT DE LIGNES DE DISTRIBUTION EXISTANTES

GUIDE RÉALISER UN PROJET D ENFOUISSEMENT DE LIGNES DE DISTRIBUTION EXISTANTES GUIDE RÉALISER UN PROJET D ENFOUISSEMENT DE LIGNES DE DISTRIBUTION EXISTANTES Le présent guide traite de la réalisation d un projet d enfouissement de lignes de distribution existantes à la demande d une

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

ÉLARGISSEMENT ET RÉPARATION DES PONTS EN ARC NORD ET SUD SITUÉS SUR L AUTOROUTE 20 AU-DESSUS DE LA RIVIÈRE CHAUDIÈRE À SAINT-ROMUALD

ÉLARGISSEMENT ET RÉPARATION DES PONTS EN ARC NORD ET SUD SITUÉS SUR L AUTOROUTE 20 AU-DESSUS DE LA RIVIÈRE CHAUDIÈRE À SAINT-ROMUALD ÉLARGISSEMENT ET RÉPARATION DES PONTS EN ARC NORD ET SUD SITUÉS SUR L AUTOROUTE 20 AU-DESSUS DE LA RIVIÈRE CHAUDIÈRE À SAINT-ROMUALD Jacques Blouin, ing. M. Sc. Directeur Ouvrage d art GENIVAR Société

Plus en détail

2.9 LES ÉLÉMENTS D ORNEMENTATION

2.9 LES ÉLÉMENTS D ORNEMENTATION 2.9 LES ÉLÉMENTS D ORNEMENTATION 2.9.1 GÉNÉRALITÉS Les volets À l époque, aucune des maisons de la première phase de construction n était ornée de volets, sauf les types E-05 (non illustré), K-02 et L-01

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITE

GESTION DE LA CO-ACTIVITE GESTION DE LA CO-ACTIVITE Plan de prévention Protocole Chargement/Déchargement Permis de Feu Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES TRAVAUX DANGEREUX

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003818 RAPPORT D ENQUÊTE Accident mortel survenu à un travailleur œuvrant pour Les entreprises P.A. Électrique inc. le 30 mai 2009 au 500, rue Sherbrooke Ouest à Montréal Direction régionale de Montréal-1

Plus en détail

Dossier OF-Fac-Oil-E101-2012-10 02 Le 5 février 2015

Dossier OF-Fac-Oil-E101-2012-10 02 Le 5 février 2015 Dossier OF-Fac-Oil-E101-2012-10 02 Le 5 février 2015 Monsieur Jesse Ho Analyste principal de la réglementation Pipelines Enbridge Inc. 425, Première Rue S.-O., 30 e étage Calgary (Alberta) T2P 3L8 Télécopieur

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ PLAN DE PRÉVENTION B 7 PROTOCOLE CHARGEMENT / DÉCHARGEMENT B 8 PERMIS DE FEU B 9 B 7 Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES

Plus en détail

Modifications Règlementaires au RSST et CSTC. Cadenassage & Autres Méthodes de Contrôle des Énergies

Modifications Règlementaires au RSST et CSTC. Cadenassage & Autres Méthodes de Contrôle des Énergies Modifications Règlementaires au RSST et CSTC Cadenassage & Autres Méthodes de Contrôle des Énergies Présenté le 4 Mai 2016 par: Henri Bernard, ing. & Éric Deschênes, ing. Conseillers-experts DGPI Nom de

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DU COMTÉ DE MEMPHRÉMAGOG

CODIFICATION ADMINISTRATIVE MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DU COMTÉ DE MEMPHRÉMAGOG CODIFICATION ADMINISTRATIVE MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DU COMTÉ DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ LOCALE DU CANTON D ORFORD RÈGLEMENT NUMÉRO 814 CONCERNANT LA GESTION DES SOLS ET DES EAUX DE RUISSELLEMENT Considérant

Plus en détail

VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION APPROVISIONNEMENTS APPEL D OFFRES PUBLIC SP-14-128

VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION APPROVISIONNEMENTS APPEL D OFFRES PUBLIC SP-14-128 VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION APPROVISIONNEMENTS APPEL D OFFRES PUBLIC SP-14-128 SERVICES PROFESSIONNELS EN ARCHITECTURE POUR LE RÉAMÉNAGEMENT DE L AGORA-PHASE II POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY 1. GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 10 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-023737 Monsieur le directeur (du CH de Sarreguemines) Hôpital de Freyming-Merlebach Service de Médecine Nucléaire

Plus en détail

Par François H. Rivard, président ainsi que Manon Mercier T.P., conseillère. Service du développement des affaires

Par François H. Rivard, président ainsi que Manon Mercier T.P., conseillère. Service du développement des affaires Par François H. Rivard, président ainsi que Manon Mercier T.P., conseillère Service du développement des affaires Atelier: La planification efficace des échéanciers dans les travaux de rénovation Le marché

Plus en détail

TRAVAUX PAR POINTS CHAUDS

TRAVAUX PAR POINTS CHAUDS PROCÉDURE SERVICE DE LA SÉCURITÉ TRAVAUX PAR POINTS CHAUDS 1 INTRODUCTION 1.1 Cette procédure s applique à tous les travaux utilisant une flamme nue ou produisant de la chaleur ou des étincelles, notamment

Plus en détail

ANNEXE A DONNÉES RELATIVES AU TRAVAILLEUR DÉCÉDÉ. Fonction habituelle : Assembleur-Soudeur

ANNEXE A DONNÉES RELATIVES AU TRAVAILLEUR DÉCÉDÉ. Fonction habituelle : Assembleur-Soudeur AN003309 ANNEXE A DONNÉES RELATIVES AU TRAVAILLEUR DÉCÉDÉ Nom : M..."A" Prénom : Sexe : Masculin Date de naissance 1 mars 1963 Fonction habituelle : Assembleur-Soudeur Expérience dans cette fonction :

Plus en détail

Personnel de l établissement

Personnel de l établissement INFORMATION DE GESTION IG-G4-1070-01 Prise des congés annuels Responsable de l application : Directeur des services administratifs À l usage de : Documents de référence : Personnel de l établissement Dispositions

Plus en détail

CHARTE DE PARTENARIAT

CHARTE DE PARTENARIAT Commission Paritaire Professionnelle Nationale du Travail Temporaire CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE, DIRECTION DE LA SECURITÉ ET DE LA CIRCULATION ROUTIÈRES

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4037813 RAP0227224

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4037813 RAP0227224 EN003459 Commission de la santé et de la sécurité du travail Direction régionale des Laurentides Rapport d enquête sur l accident mortel d un travailleur le 2 avril 2004 chez RESCO CANADA INC. Jocelyn

Plus en détail

Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail

Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail Trois décrets du 30 août 2010 modifient les obligations de l employeur en cas d utilisation d installations électriques

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

Le permis d urbanisme en Wallonie

Le permis d urbanisme en Wallonie Le permis d urbanisme en Wallonie Table des matières: 1. INTRODUCTION... 2 2. QU EST-CE QUE LE PERMIS D URBANISME?... 2 3. QUAND FAUT-IL UN PERMIS D URBANISME?... 2 4. QUI DOIT DEMANDER CE PERMIS?... 3

Plus en détail

Rapport d intervention

Rapport d intervention Rapport d intervention EN003230 Nom et adresse du destinataire N du rapport N du dossier d intervention MARC FILIATREAULT COUVREUR INC I189159 29216774 2183 RUE MONTEREY LAVAL QUÉBEC H7L3T6 N Éta ou ENL

Plus en détail

La prédalle de qualité avec armature integrée

La prédalle de qualité avec armature integrée I n s t r u c t i o n s d e p o s e La prédalle de qualité avec armature integrée Le plan de pose On établit pour chaque plafond un plan de pose (figure 1). Il contient toutes les indications importantes

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE MONTAGE ET UTILISATION. Ref. 111117

NOTICE TECHNIQUE MONTAGE ET UTILISATION. Ref. 111117 ECHAFAUDAGE ROULANT R300 NOTICE TECHNIQUE MONTAGE ET UTILISATION Ref. 111117 révision du 31/01/2006 Echafaudage R300 P 1/10 Caractéristiques générales Construction: Structure acier, galvanisé Charge admise:

Plus en détail

13.07.3 Lecture et adoption du procès-verbal 13-06 (8 mai 2013)

13.07.3 Lecture et adoption du procès-verbal 13-06 (8 mai 2013) Procès-verbal de la réunion -07 du conseil local du patrimoine, tenue le 5 juin 20 à 18 h 30, à la salle de conférence E-345, à l Hôtel de Ville, 4250, chemin de la Savane, Longueuil, sous la présidence

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail Guide de la personne déléguée Déclaration des accidents de travail Décembre 2007 Introduction Toute enseignante ou tout enseignant peut être victime d un accident de travail. Le présent document se veut

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

2.4 LES REVÊTEMENTS DE TOITURES

2.4 LES REVÊTEMENTS DE TOITURES 2.4 LES REVÊTEMENTS DE TOITURES 2.4.1 GÉNÉRALITÉS SITUATION 1 Bardeaux d amiante en quinconce ou rectangulaires La majorité des maisons de la première phase de construction furent recouvertes avec des

Plus en détail

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN Circulaire n 14/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 avril 2008 Màj juin 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

VĐLLE DE NÎMES OPÉRATION «PIERRE SÈCHE» CAHIER DES CHARGES 2 ème MODIFICATION (2012)

VĐLLE DE NÎMES OPÉRATION «PIERRE SÈCHE» CAHIER DES CHARGES 2 ème MODIFICATION (2012) VĐLLE DE NÎMES OPÉRATION «PIERRE SÈCHE» CAHIER DES CHARGES 2 ème MODIFICATION (2012) CAPITELLES ET MURS DE CLÔTURE EN LIMITE DU DOMAINE PUBLIC SUBVENTION MUNICIPALE «AIDE Á LA PIERRE» RÈGLEMENT D ATTRIBUTION

Plus en détail

Revêtement extérieur sans clou SYSTÊME MAXI-CLIP DEVIS DESCRIPTIF

Revêtement extérieur sans clou SYSTÊME MAXI-CLIP DEVIS DESCRIPTIF Revêtement extérieur sans clou SYSTÊME MAXI-CLIP DEVIS DESCRIPTIF Contenu : INFORMATION GÉNÉRALE DU DEVIS GÉNÉRALITÉS PRODUITS EXÉCUTION 1.1 Étendue des travaux 1.2 Échantillons 1.3 Fiche d entretien et

Plus en détail

M. Le Maire de LANDUDAL - M. MESSAGER Place Jacques-Le-Page 29510 LANDUDAL. A l attention Le Maire de LANDUDAL - M. MESSAGER

M. Le Maire de LANDUDAL - M. MESSAGER Place Jacques-Le-Page 29510 LANDUDAL. A l attention Le Maire de LANDUDAL - M. MESSAGER Assainissement Diag Expertise A.D.E Frédéric LALLA Pont Rouz 29150 CAST Tél : 09 60 51 50 44 ou 06 88 15 62 63 Email : ade.lalla@orange.fr Rapport n : 2016-086-MAIRIE LANDUDAL Date : 07/04/2016 Page :

Plus en détail

Note sur les textes régissant l enquête publique Document soumis à enquête publique

Note sur les textes régissant l enquête publique Document soumis à enquête publique Dossier d enquête SYNDICAT MIXTE DU BASSIN VERSANT DE LA BIEVRE SAGE Bièvre Note sur les textes régissant l enquête Document soumis à enquête Juin 2015 I Préambule Note sur les textes régisssant l enquête

Plus en détail

Contrôle des soudures

Contrôle des soudures DESTINATAIRES : Ingénieurs responsables des structures en DT Ingénieurs et techniciens du Service de la conception et du Service de l entretien de la Direction des structures DATE : Le 4 juin 2009 OBJET

Plus en détail

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DE LEVAGE

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DE LEVAGE Sécurité dans les Opérations SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX H 2 5 Ingénieurs en Sécurité Industrielle TRAVAUX DE LEVAGE I DÉFINITIONS RÉGLEMENTATION... 1 1 Définitions...1 2 Réglementation...2 II MATÉRIELS

Plus en détail

Régie du Bâtiment Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat de garantie no: Dossier : 050815001

Régie du Bâtiment Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat de garantie no: Dossier : 050815001 Régie du Bâtiment Soreconi Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat de garantie no: Dossier : 050815001 Syndicat de copropriété des maisons de ville Notre- Dame M. Bruno Landry es qualité Bénéficiaire

Plus en détail

Fiches Guides. Intervention des Entreprises Extérieures dans une Entreprise Utilisatrice. Direction des Risques Professionnels Service Prévention

Fiches Guides. Intervention des Entreprises Extérieures dans une Entreprise Utilisatrice. Direction des Risques Professionnels Service Prévention Direction des Risques Professionnels Service Prévention Fiches Guides Intervention des Entreprises Extérieures dans une Entreprise Utilisatrice Titre du document INTERVENTION DES ENTREPRISES EXTÉRIEURES

Plus en détail

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures NOVEMBRE 2014 Examen des rapports d enquête microbiologique Sommaire Introduction... 2 Les rapports d enquête microbiologique... 2 Contenu commun

Plus en détail

Comment Choisir Mon Système de Quais?

Comment Choisir Mon Système de Quais? 1-800-585-1237 Comment Choisir Mon Système de Quais? QUAIS FIXES : Voici tous les Kits Quai Hybride Fixes offerts avec toutes les configurations possibles que vous pourriez faire avec ceux-ci. Vous pouvez

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE P.P.S.P.S. Indice Date Nature de la modification Rédacteur 00 Emission initiale

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE P.P.S.P.S. Indice Date Nature de la modification Rédacteur 00 Emission initiale Du bon sens et un peu de temps Entreprise Nom Logo PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE P.P.S.P.S. Chantier Nom de l opération Adresse du chantier: Période d'exécution: Lot : Maître

Plus en détail

2.3 SÉCURITÉ SUR LES CHANTIERS

2.3 SÉCURITÉ SUR LES CHANTIERS sghhhf hhfhhj gbjgbj bsghh hfhh jgbjgbbs bbsghhhf ;y dpi LA GESTION DES TRAVAUX h jgbjgbjg hjkoop;y hlkjg gbjgbbsgh fhhj koop;y hlk bjgbjgb hlkj jgbbsghh koop;y op;y hfhhjko op;y hlkj gbjgbjgbbsghh hhfhhjkoop

Plus en détail

PRESTATIONS D ASSURANCE-EMPLOI OU D ASSURANCE PARENTALE

PRESTATIONS D ASSURANCE-EMPLOI OU D ASSURANCE PARENTALE PRESTATIONS D ASSURANCE-EMPLOI OU D ASSURANCE PARENTALE INFORMATIONS GÉNÉRALES RELEVÉ D EMPLOI POUR LA PÉRIODE DES FÊTES 2008-2009 COMMUNIQUÉ IMPORTANT PÉRIODE DES FÊTES 2008-2009 RELEVÉ D EMPLOI POUR

Plus en détail

Éléments préfabriqués de béton

Éléments préfabriqués de béton Éléments préfabriqués de béton DEVIS NORMALISÉ VILLE DE GATINEAU TABLEAU DES MODIFICATIONS / RÉVISIONS CAHIER : A Généralités 1. Les modifications ou révisions effectués dans le présent cahier, par rapport

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2016-020183 TOTAL RAFFINAGE France Etablissement pétrolier de Gargenville 40 avenue Jean Jaurès 78440 GARGENVILLE

N/Réf. : CODEP-PRS-2016-020183 TOTAL RAFFINAGE France Etablissement pétrolier de Gargenville 40 avenue Jean Jaurès 78440 GARGENVILLE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 27 mai 2016 N/Réf. : CODEP-PRS-2016-020183 TOTAL RAFFINAGE France Etablissement pétrolier de Gargenville 40 avenue Jean Jaurès 78440 GARGENVILLE Objet :

Plus en détail

RÈGLEMENT # 318-11. Établissement d une politique municipale pour le drainage pluvial des routes dans les périmètres urbains

RÈGLEMENT # 318-11. Établissement d une politique municipale pour le drainage pluvial des routes dans les périmètres urbains RÈGLEMENT # 318-11 Établissement d une politique municipale pour le drainage pluvial des routes dans les périmètres urbains ATTENDU QUE ATTENDU QUE ATTENDU QUE ATTENDU QU la Municipalité se doit d établir

Plus en détail

ORGANISATION DE MANIFESTATIONS ET DE GRANDS RASSEMBLEMENTS

ORGANISATION DE MANIFESTATIONS ET DE GRANDS RASSEMBLEMENTS 29 avril 2015 PRÉFET DU GERS ORGANISATION DE MANIFESTATIONS ET DE GRANDS RASSEMBLEMENTS DÉFINITIONS «Manifestation» : rassemblement de personnes sur la voie publique. Toute manifestation est soumise à

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X

DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X DEC/GX DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X Ce formulaire de demande concerne les déclarations prévues aux 1 et 3 de l article R.1333-19 du code de la santé

Plus en détail

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE Adoptées par le conseil des commissaires le 25 janvier 2016 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE PRÉAMBULE

Plus en détail

Les dossiers d exportation et de reprise de sources radioactives scellées examinés par les inspecteurs sont conformes à la réglementation.

Les dossiers d exportation et de reprise de sources radioactives scellées examinés par les inspecteurs sont conformes à la réglementation. RÉPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DU TRANSPORT ET DES SOURCES Montrouge, le 10 Novembre 2015 Nos Réf. : CODEP-DTS-2015-044057 IPSI 102, rue J.B. CHARCOT 92400 COURBEVOIE Objet : Suite d une inspection de

Plus en détail

LOT 01 Gros Œuvre - Ravalement

LOT 01 Gros Œuvre - Ravalement Maître d œuvre : C3C CAPELLE Cyrille 21, rue Normande 28230 EPERNON Tél : 06 32 89 12 95 Maître de l ouvrage Lycée Michelet 5, rue Jullien 92170 VANVES --------- - TRAVAUX DE REPARATION D UNE PARTIE DU

Plus en détail

االتحاد التونسي للصناعة و التجارة و الصناعات التقليدية

االتحاد التونسي للصناعة و التجارة و الصناعات التقليدية االتحاد التونسي للصناعة و التجارة و الصناعات التقليدية FEDERATION NATIONALE DES ENTREPRENEURS DE BTP FRORMATION DES RESPONSABLES DE SECURITE DANS LES CHANTIER DE BTP Cours : ASPECTS LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu

RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu EN003715 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu Un travailleur de Plomberie St-Luc inc. chute mortellement au chantier du restaurant La Banquette (9179-4388 Québec inc.) à Saint-Jean-sur-Richelieu

Plus en détail

NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2015 QCCTQ 1969 DATE DE LA DÉCISION : 20150730. DATE DE L AUDIENCE : 20150727, à Montréal

NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2015 QCCTQ 1969 DATE DE LA DÉCISION : 20150730. DATE DE L AUDIENCE : 20150727, à Montréal NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2015 QCCTQ 1969 DATE DE LA DÉCISION : 20150730 DATE DE L AUDIENCE : 20150727, à Montréal NUMÉRO DE LA DEMANDE : 273491 OBJET DE LA DEMANDE : Évaluation du comportement d un conducteur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-22582 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

MADAME MANON THIVIERGE ET MONSIEUR STÉPHANE PARENT LA GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS DE L APCHQ INC.

MADAME MANON THIVIERGE ET MONSIEUR STÉPHANE PARENT LA GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS DE L APCHQ INC. ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Société pour la résolution

Plus en détail

Article premier - La demande du permis de construire est établie conformément au modèle annexé au présent arrêté.

Article premier - La demande du permis de construire est établie conformément au modèle annexé au présent arrêté. MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS DES TRANSPORTS DE LA CONSTRUCTION ET DES POSTES ET TELECOMMUNICATIONS ---------- Arrêté n 3321 du 21 décembre 1963 fixant les modalités d enregistrement des permis de construire

Plus en détail

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Démarches à suivre en vue de L'habilitation des personnes en électricité Table

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 4 juin 2014

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 4 juin 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 4 juin 2014 N/Réf. : CODEP-CAE-2014-026149 Monsieur le Directeur Centre Henri Becquerel 1 rue d Amiens 76038 ROUEN Cedex OBJET : Inspection

Plus en détail

POSSIBILITÉ QUE DES MATELAS D ISOLATION THERMIQUE ET ACOUSTIQUE CONTAMINÉS AINSI QUE DES DÉBRIS PROPAGENT UN INCENDIE

POSSIBILITÉ QUE DES MATELAS D ISOLATION THERMIQUE ET ACOUSTIQUE CONTAMINÉS AINSI QUE DES DÉBRIS PROPAGENT UN INCENDIE RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA ET DE LA FEDERAL AVIATION ADMINISTRATION À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRONAUTIQUE A02-05 POSSIBILITÉ QUE DES MATELAS D ISOLATION THERMIQUE

Plus en détail

Récépissé de depôt d une déclaration préalable

Récépissé de depôt d une déclaration préalable Récépissé de depôt d une déclaration préalable MINISTÈRE CHARGÉ Madame, Monsieur, Vous avez déposé une déclaration préalable à des travaux ou aménagements non soumis à permis. Le délai d instruction de

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT EN0003387 RAPPORT RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE MAURICIE-CENTRE-DU-QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN POMPIER LE 28 FÉVRIER 2003 À VICTORIAVILLE Ville de Victoriaville, 28 février 2003 Page 1

Plus en détail

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 1 er juin 2016 CODEP-LIL-2016-021748 Mesdames les Drs X et Y Clinique Vétérinaire Les Cigognes 4, Boulevard André Lepoivre 62710 COURRIERES Objet : Inspection

Plus en détail