LE FINANCEMENT DURABLE DE LA VACCINATION Relevé sommaire Volume 4, Numéro 3 Septembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE FINANCEMENT DURABLE DE LA VACCINATION Relevé sommaire Volume 4, Numéro 3 Septembre 2012"

Transcription

1 LE FINANCEMENT DURABLE DE LA VACCINATION Relevé sommaire Volume 4, Numéro 3 Septembre 2012 Newsletter Date Dans ce numéro : Le 4eme Colloque Asiatique Sousregional Met en Evidence le Progrès Legislatif Misa a Jour sur la Législation en Ouganda Révision du PPAc en RDC Mise a Jour sur Mali et Sénégal Mise a Jour sur le Liberia et le Nigeria L Equipe de SIF se Réunit pour sa Réunion Annuelle de Planification Mise a Jour sur le Congo (Brazzaville) et la RDC Le Programme SIF Initie des Activités de Plaidoyer en Mongolie Résume des Nouvelles du Programme SIF Champion de Vaccination SIF Les résultats du Programme de Financement Durable de la Vaccination pour cette Période Now in French! Maintenant en français! Visitez nous enligne! Le Quatrième Colloque Asiatique Sous-régional Met en Evidence le Progrès Législatif Les 4-5 juillet, le 4ème colloque asiatique sous-régional et le 2ème briefing sous-national parlementaire ont eu lieu à Phnom Penh, Cambodge, parrainés par Sabin. Étaient présents les 60 parlementaires, des élus et des représentants du gouvernement du Cambodge, du Sri Lanka et du Népal, ainsi que des représentants de l'oms, l'unicef, la Banque mondiale et le Club Rotary de Phnom Penh. Représentant Programme SIF de Sabin étaient les points focaux du programme (SPO) Devendra Gnawali, Jonas Mbwangue et la SPO nouvellement recrutée, Khongorzul Dari, qui développe les nouveaux projets SIF au Bhoutan, en Mongolie et au Vietnam. Le colloque a porté sur deux thèmes: les pratiques budgétaires et législatives. Dans son discours de bienvenue S.E. Mme Ho Noun, président du comité de santé de l'assemblée nationale du Cambodge a déclaré: «Les parlements des pays les moins avancés de l'asie devrait commencer l'élaboration des lois sur le financement durable de la vaccination pour l'avenir". Dr Pieter van Maaren, Représentant de l'oms au Cambodge a attiré l attention sur le Plan d'action mondial pour les vaccins et a déclaré que le briefing parlementaire est opportun. Dr Devendra Gnawali, point focal de Sabin Vaccine Institute, a stipulé que les déclarations faites par les parlementaires sont un engagement politique pour atteindre les objectifs du financement durable de la vaccination. Il nous faut maintenant traduire ces engagements en pratique. Professeur Eng Huot, secrétaire d'etat à la Santé a déclaré que la vaccination est une responsabilité partagée de tous les partenaires, ce type d'effort collectif permettra de développer des mécanismes pour soutenir le programme de vaccination dans le pays. Hon. Lalitha Dissanayake, vice-ministre de la Santé du Sri Lanka, a déclaré que l'interaction avec les parlementaires aiderait beaucoup dans l appropriation du programme de la vaccination, en le rendant viable à long terme. Dans ses remarques préliminaires, S.E. Khuon Sodary, 2e vice-président de l'assemblée nationale du Cambodge, a relié les dispositions légales sur l augmentation des taxes sur le tabac et d'autres produits nocifs pour la santé des enfants à une solution possible pour le financement durable de la vaccination. Lors de la Journée 1, les pairs ont travaillé en deux sessions techniques. La première session a porté sur les tendances dans le financement de la vaccination dans les pays et la deuxième session sur la législation. Pendant la Journée 2, le groupe s'est rendu à la province de Kampong Speu, où ils ont rencontré des représentants du secteur de la santé et des gouvernements locaux de quatre provinces cambodgiennes qui avaient déjà participé à un briefing sousrégional similaire parrainé par Sabin en L'objectif de ce symposium était la législation sur la vaccination et l'appropriation nationale du programme de vaccination et de financement de la vaccination. Dans leur exposé, les délégués Sri Lankais ont décrit les progrès accomplis dans l'élaboration d'un document de politique générale sur la vaccination. Une étape nécessaire à l'introduction de la législation, la politique est sur le point d'être examinée par le Parlement. La législation sur la santé du Sri Lanka est relativement avancée. Le gouvernement a fourni des services de santé gratuits depuis les années Entre autres dispositions, la mise à jour législative comprendra langage réglementation du secteur privé, qui offre maintenant des services de vaccination dans le pays. Entre autres dispositions, la mise à jour législative aidera dans la régulation du secteur privé, qui offre maintenant des services de vaccination dans le pays. Le Népal est un pas en avant dans le processus législatif. Les délégués du Népal ont décrit le processus de rédaction du projet de loi par un comité spécial d'experts gouvernementaux. Le projet sera bientôt soumis au Conseil des ministres. Si approuvé, le projet de loi sera ensuite soumis au Parlement. Toutefois, le Parlement du Népal a été dissous plus tôt cette année. De nouvelles élections législatives sont prévues pour l Avril de l'année prochaine. Les participants au 4eme Colloque Asiatique sous-regional a Phnom Penh, Cambodge, 4-5 juillet,

2 Page 2 Le Quatrième Colloque Asiatique Sous-régional Met en Evidence le Progrès Législatif (continué) La législation du Népal est novatrice en ce qu'elle prévoit la création d'un nouveau fonds national de l'immunisation. Le Cambodge n'a pas encore lancé un projet de loi sur l'immunisation. En Octobre, trois représentants du Ministère des finances du Népal se sont rendus à Phnom Penh pour un échange des pairs parrainé par SIF. Ils ont travaillé avec leurs pairs du Ministère des finances cambodgien pour élaborer des stratégies législatives qui aideront le pays à se rapprocher de l objectif du financement durable de la vaccination. Les délégués étaient ravis d'apprendre sur la loi pour la vaccination de la Mongolie. Le point focal SIF, Khongorzul Dari a fait la présentation au nom du directeur du PEV de la Mongolie, le Dr Narangerel Dorj, qui n'a pas pu assister. Adoptée en 2000 et actualisée en 2011, la Loi nationale sur la vaccination de la Mongolie prévoit un financement fédéral des services de vaccination de routine et une exécution des budgets de vaccination au niveau sous-national (dans les 21 aimags). Parmi ses dispositions est la création d'un fonds national de vaccination. L'un des 29 de ces fonds publics spéciaux, le fonds de vaccination reçoit à la fois des recettes publiques et des dons privés. Les produits sont destinés à des vaccins, des fournitures de vaccin et les activités de vaccination. SPO Jonas Mbwangue a donné aux délégués un aperçu des projets législatifs en cours dans six pays africains SIF. Les parlementaires ont résumé leurs recommandations en rédigeant la Déclaration de Kampong Speu. Elle met en évidence le rôle que les gouvernements locaux doivent jouer dans la réalisation de l'appropriation nationale du programme de vaccination. Elle mentionne la nécessité d'établir des partenariats avec le secteur privé national et de collaborer plus étroitement avec les organisations de la soci été civile. Les parlementaires ont décidé d'introduire la déclaration à leurs parlements respectifs comme ils ont fait avec les déclarations similaires faites pendant les trois colloques sous-régionaux asiatiques précédents. Reconnaissant l'absence temporaire d'un parlement dans son pays, le délégué népalais, M. Pandey Atmaram, secrétaire adjoint de la Commission nationale du Secrétariat, a ajouté la Déclaration de «Kampong Speu» à l'ordre du jour de la réunion de la Commission nationale de planification. Elle a été approuvée et transmise aux ministères compétents pour la mise en œuvre. Mise a Jour sur la Législation sur la Vaccination de l Ouganda Comme indiqué dans notre précédent Résumé Condensé (SIF Résumé Condensé Volume 4, numéro 2) l'ouganda a fait des progrès rapides sur le plan législatif. Après une série de discussions avec les principales parties prenantes, les homologues gouvernementaux et parlementaires ont rédigé un projet de loi sur la vaccination. Lors d'une réunion le 22 Juin, des intervenants internationaux ont conclu que: «Les lois existantes sur la vaccination sont insuffisantes et dispersés dans diverses législations et règlements subsidiaires. La plupart des dispositions relatives à la vaccination des enfants contre les maladies évitables par la vaccination s'appliquent aux districts particuliers. D'où la nécessité d'avoir une législation complète et harmonisée en matière de vaccination.» Dans une deuxième réunion, que s est tenue le 27 Août dans le bureau du commissaire par intérim, Services de santé et de planification, le gouvernement et ses homologues parlementaires ont discuté des implications financières et pratiques du projet de loi. Les participants ont voulu avant tout faire en sorte que le Ministère de la Santé soit en plein accord avec le projet de loi et donne son appui dans la rédaction des dispositions financières. Constitutionnellement, les députés ne peuvent pas présenter un projet de loi ayant des incidences financières. Un certificat d'autorisation financière est requis du gouvernement pour tout projet de loi qui a des incidences sur le fonds national consolidé. Le représentant du groupe consultatif technique national sur la vaccination (ACVI) de l'ouganda, le professeur George Kirya, a souligné la nécessité de définir l'engagement actuel du gouvernement envers le financement de la vaccination. La loi doit reconnaître le fait que le gouvernement couvre déjà les coûts pour les vaccins traditionnels, le cofinancement et les opérations. Dans la vue de M James Mugisha, planificateur principal de la santé (MinSante), les principaux coûts encourus par ce projet de loi seraient d'assurer l'approvisionnement en vaccins et de veiller à l'application des règlements et des sanctions en cas de non-vaccination. Dr George Bagambisa (MoH) a déclaré que cette loi est attendue depuis longtemps. Il sera soutenu par le Ministère de la Santé et par le Bureau du Président, at-il prédit, parce que la vaccination est un élément essentiel, et une intervention préventive des soins de santé avec un très bon rapport coût-efficacité. «À mon avis, nous avons besoin de la loi hier", a ajouté le Dr Mugisha (MinSante). Dr Jacinta Sabiiti, le Directeur du PEV de l'ouganda (UNEPI), a souligné la nécessité pour le projet de loi de clairement définir les rôles de tous les joueurs, en particulier les parents, les fournisseurs de santé et le gouvernement. La loi, at-elle ajouté, devrait facilement permettre l'introduction de nouveaux vaccins et l'ajustement des calendriers nationaux selon les besoins. Troisièmement, la loi devrait assurer la protection des fonds de vaccination, par le cantonnement comme c'est le cas avec les autres fonds publics. Les participants ont également discuté de la révision de la Loi sur la santé publique de l'ouganda, qui contient plusieurs dispositions importantes sur la vaccination. Il a été décidé que le projet de loi fera référence à la Loi sur la santé publique révisée et vice-versa. Une fois que l accord sera conclu sur ses dispositions, la stratégie consiste pour un député du Forum parlementaire de vaccination à présenter le projet de loi comme un Projet de loi émanant d'un député. Le parlement confirmera alors une date d'audience et le projet de loi sera remis au Ministère de la santé pour consultation avec les parties prenantes et pour l'intégration des inserts et des implications financières. Le projet de loi révisé sera ensuite soumis à nouveau pour approbation finale au parlement. Révision du PPAc en RDC Une revue du Plan pluriannuel complet pour la vaccination (PPAc) de la République démocratique du Congo pour la période , a eu lieu du en Août dans la ville de Matadi, province du Bas Congo. Y ont assisté les membres de l équipe du Programme national élargi de vaccination (PEV), des représentants des ministères de la Santé, de la Planification, du Budget et des Finances et deux membres 2

3 Les Revision du PPAc en RDC du Parlement, l'hon. Grégoire Lusenge et l'hon. Grégoire Kiro. Les homologues de L'OMS et de l'unicef ont également participé, comme l'a fait le Coordinateur du programme SIF Alice Nader et le point focal SIF, Dr Hélène Mambu-Ma-Disu. Comme dans d'autres pays, l'objectif principal de cet exercice annuel était de planifier stratégiquement les activités du PEV pour les trois prochaines années. Les participants ont été répartis en 7 groupes, chacun s'est vu attribuer un sujet dans le PEV. Les sujets comprenaient les nouveaux vaccins, les activités spéciales de vaccination, la surveillance, la logistique, la communication, la gestion du programme et la collecte et l achèvement de données PPAc. Chaque groupe, à l'exception de celui qui s occupait de la collecte et de l achèvement des données PPAc, a été invité à suivre une méthode analytique en huit étapes. Cela comprenait une analyse de la situation sur la base des résultats d'une étude externe du Programme PEV réalisée plus tôt cette année. Les sept groupes ont définis les priorités et les objectifs qui répondent aux faiblesses et aux défis identifiés dans l'examen externe. Le plan de travail résultant s'aligne sur le Plan d'action mondial pour les vaccins, propose un calendrier des activités de renforcement pour le Programme PEV, attribue les budgets et définit les mécanismes de mise en œuvre. Abou Nader, qui a travaillé avec le groupe de la collecte et d'achèvement de données, a décrit comment le groupe a utilisé l'outil PPAc pour analyser les coûts du programme en Sur la base de ces coûts de l'année de référence, le groupe a projeté des budgets pour les activités proposées par les autres groupes. «Cette méthodologie a été extrêmement fructueuse», a déclaré Abou Nader. «Elle a encouragé la communication entre tous les homologues nationaux impliqués dans le PEV. À la fin de la réunion, chaque groupe avait bien défini les objectifs, les activités et les budgets pour les trois années prévues». Les documents produits par chaque groupe sont actuellement en cours d'élaboration dans un récit pour accompagner le budget révisé de PPAc qui a été mis à jour et finalisé en Septembre avec l'appui technique d'alexis Satoulou de l'oms IST basé à Ouagadougou. L'examen PPAc a été suivi par deux jours de la «réunion de revitalisation» du PEV. Les participants ont à nouveau été divisés en groupes pour développer davantage les activités décrites dans le PPAc mis à jour, mettant l'accent sur les faiblesses identifiées devant être traités aux niveaux national et sous-national. A la fin de la réunion, le Dr Paul Lame, vice-directeur du PEV (Directeur Adjoint du PEV), a félicité tous les participants pour avoir créé un tel document techniquement sophistiqué avec une aide extérieure limitée. Les participants ont démontré leur dévouement et leur persévérance tout au long des deux réunions, a t-il ajouté. Page 3 financement durable de la vaccination. Un briefing parlementaire a été proposé pour Novembre. L'ordre du jour portera sur l'élaboration d'un projet de loi sur la vaccination et une stratégie législative pour accélérer son approbation. Il ya aussi du progrès du côté du budget. Le Juin, SIF a parrainé deux membres de l'équipe du PEV du Sénégal pour assister à la Première réunion annuelle Ouest Africaine sur la Finance et les logistiques de la vaccination, organisée par l'oms, à Grand Bassam, en Côte d'ivoire. Dans leur plan de mise en œuvre à court terme, les échangeurs pairs sénégalais ont convenu d'harmoniser leur PPAC récemment mis à jour avec le processus budgétaire national de santé et d'engager leur ministère des Finances et de l économie et ses homologues dans le processus. A Bamako, Mbwangue s'est également entretenu avec l'équipe du PEV du ministère de la Santé malien et avec les parlementaires actifs dans le domaine de vaccination. Les homologues des deux institutions ont convenu d'un plan stratégique de plaidoyer pour l'année Le plan comprend un atelier législatif en Octobre. Les députés et l'équipe du MinSante PEV ont fixé les dates, ont identifié les participants et ont décrit le programme de l'atelier. L'attelier va atteindre deux objectifs: (a) de partager des outils législatifs et des études de cas pour d'autres pays et (b) d'élaborer un projet de loi nationale pour la vaccination. Trois Maliens ont assisté à l atelier de Grand-Bassam en juin en tant qu échangeurs pairs parrainés par Sabin: Directeur du PEV Dr Aboucary Touré, Directeur du budget du Ministère de la Santé, M. Amadou Doumbia et Mme Mariam Coulibaly Waigalo, qui suit le secteur de la santé au sein du Bureau du budget national (Direction générale du budget). Dans leur plan de mise en œuvre, les trois ont convenu de développer de nouveaux outils et méthodes pour suivre les dépenses de vaccination. Ils se serviront de cette information, en collaboration avec le PPAc du Mali nouvellement mis à jour, pour préparer un dossier sur l investissement PEV pour la demande budgétaire du PEV pour Mise a Jour sur le Liberia et le Nigeria Point focal Clifford Kamara rapporte une nouvelle série d'activités de sensibilisation que SIF déploie au Liberia et au Nigeria. Du 4 au 9 Septembre, Kamara a rencontré gouvernement libérien, parlementaires et leurs homologues des partenaires extérieurs à Monrovia. Les discussions ont porté sur la mise en œuvre des recommandations émises dans un briefing sous-régional parrainé par SIF à Buchanan, comté de Grand Bassa, le 15 Juin passé. Cet événement a attiré plus de soixante participants, dont des responsables locaux, des fonctionnaires Mise a Jour sur Mali et Senegal Le Septembre, le point focal de Sabin, Jonas Mbwangue, s'est rendu au Mali et au Sénégal. Les récents événements politiques ont retardé le travail de plaidoyer dans les deux pays. A Dakar, Mbwangue a conféré avec l'équipe du Ministère de la Santé et de prévention nouvellement nommé, sur les stratégies de plaidoyer et des activités pour l'année à venir. Mbwangue a aussi rencontré des membres nouvellement élus du parlement du Sénégal. Les homologues du Ministère et les députés ont tous deux exprimé leur intérêt à maintenir les progrès du pays vers le Visite de courtoisie au vice-président de la Chambre des représentants, l honorable Hans M. Barchue (assis). Debout sur la droite Spécialiste de l OMS de gestion des données, Roland Tuopileyi, Delegue l honorable William Dakel, et le point focal SIF Sabin Dr Clifford Kamara. 3

4 Mise a Jour sur le Liberia et le Nigeria (continué) du Ministère de la Santé et des affaires sociales et du Ministère des Finances et, ainsi que des députés du Sénat et de la Chambre des représentants. Deux homologues de l'oms à Monrovia ont fourni un appui technique. Une des recommandations de la réunion de Buchanan est que les législateurs participent pleinement à tous les niveaux dans la planification de la vaccination et dans le cycle budgétaire. Une deuxième recommandation appelle à un suivi plus étroit des dépenses de vaccination à tous les niveaux. Afin de faciliter ces recommandations, l un des échangeurs pairs SIF, l honorable William Dakel, a accepté de former un Forum pour l immunisation au Sénat et la Chambre des députés, qui se tiendra au courant des activités du programme PEV et l appuiera dans ses demandes budgétaires annuelles. Du côté du gouvernement, l officier budgétaire du PEV M. Ruben Harris et l officier de la logistique du PEV M. Tomy Faulkner, qui ont tous deux participé à l atelier de l'oms sur le financement de la vaccination et la logistique de la vaccination, en juin dernier à Gran Bassam, Côte d'ivoire, élaborent de nouvelles façons d accéder aux données sur les dépenses. Sur le plan législatif, Kamara a demandé à ses homologues libériens d examiner les dispositions relatives à la vaccination dans la législation sur la santé actuelle et de rédiger une nouvelle législation pour assurer un financement durable de la vaccination. Directeur du PEV, Mme Mary Momolu, a donné son accord pour identifier un expert juridique qui dirigera l'examen législatif et proposera un langage approprié pour le projet de loi sur la vaccination. Plaidoyer de haut niveau pour le financement durable de la vaccination est déjà en cours au Libéria. Au cours du cycle budgétaire 2012, l'hon. Dr Peter Sonpon Coleman et ses collègues du Sénat ont convaincu le gouvernement d'augmenter le budget national de vaccination. "Hon. Coleman est un vrai champion SIF ", a déclaré Kamara. Une confirmation supplémentaire provenait du Vice Ministre de la Santé et des Affaires sociales, l honorable Tolbert Nyenswah, qui a dit a Kamara qu il ya maintenant une vague de soutien politique en faveur de la vaccination de la part de la Présidence de la République, du Sénat et de la Chambre des représentants. Du 24 au28 Septembre, le SIF directeur Mike McQuestion et point focal, Cliff Kamara, ont rencontré leurs homologues gouvernementaux et non gouvernementaux sur les questions de vaccination à Abuja, au Nigeria. L'objectif était d'élaborer des stratégies de plaidoyer sur le financement de la vaccination pour assurer le suivi du Sommet national sur les vaccins, qui a eu lieu à Abuja en avril dernier. Le Sommet a attiré plus de 1500 participants, dont des représentants des 36 Etats du Nigeria [voir l'article dans le Résumé Condensé, 4 (2)]. Parmi leurs recommandations, les délégués au Sommet ont appelé à redoubler d'efforts pour financer et améliorer durablement la performance des services de vaccination de routine du pays. Les délégués ont noté en particulier la nécessité de rendre le financement de la vaccination fondé sur les résultats, de rendre la budgétisation de la vaccination plus responsable et d augmenter le soutien politique pour la vaccination, jusqu'au niveau de l'administration locale. Sur la base de leurs discussions, Kamara et McQuestion ont produit une proposition de mesures collectives à court terme qui combinerait le renforcement des capacités sur la budgétisation de vaccination avec des initiatives législatives dans tous les 36 états. Les homologues de l'agence nationale de soins de santé primaires pour le développement (NPHCDA), qui coordonne le programme national de vaccination, ont accepté d'étudier la proposition. Page 4 L équipe de SIF se Réunit pour sa Réunion Annuelle de Planification Du 31 juillet au 2 août, l'équipe SIF s est réunie au siège de Sabin à Washington DC pour évaluer les réalisations du programme et pour discuter des plans nationaux pour l'année à venir. Les points focaux du programme ont partagé leurs expériences, mettant en évidence les réalisations et les défis qui restent à surmonter pour atteindre l'objectif de financement durable dans leurs pays respectifs. Cette année, le Programme SIF a progressé dans 14 de ses 15 pays. D août 2011 au juillet 2012, les cinq points focaux du programme (SPO) ont organisé 31 visites de terrain dans leurs 10 pays ou ils ne résident pas. Ensemble avec leurs homologues nationaux, les points focaux ont organisé 18échanges entre pairs et 25 échanges entre parlementaires et au moins un événement de sensibilisation dans chacun des 14 pays ou le programme est actif. L'action collective entre les ministères de la santé, les ministères des finances, les parlements et les gouvernements locaux pour parvenir à un financement durable de la vaccination est en cours dans 11 des 15 pays SIF. L'équipe Sabin a travaillé avec ses homologues nationaux et avec les organismes partenaires de l'oms, l'unicef, GAVI et la Banque mondiale afin de maintenir cette action et de susciter des innovations organisationnelles. Au cours de l'année civile 2011, les budgets de vaccination de routine ont été augmentés en 6 (République démocratique du Congo, le Libéria, le Mali, le Sri Lanka, le Népal et l'ouganda) sur des pays SIF 8 qui rapporté leurs budgets approuvés pour les fournisseurs de services. Au cours de l'année 2011, les budgets de vaccination de routine ont été augmentés en 6 (République Démocratique du Congo, le Libéria, le Mali, le Sri Lanka, le Népal et l'ouganda) sur ses 8 pays SIF, qui ont rapporté leurs budgets approuvés aux points focaux SIF. Les budgets ont également été augmentés dans 5 des 6 pays qui ont déclaré leurs résultats au programme SIF (Cambodge, Cameroun, République démocratique du Congo, au Liberia et Mali) en Madagascar a fait rapport de son budget approuvé pour 2012, mais les valeurs de 2011 n'ont pas été fournies, ce qui rend difficile l observation d une tendance. Les montants budgétaires approuvés n'ont malheureusement pas encore été signalés par les 8 pays restants. À ce jour, les activités de plaidoyer SIF ont été insérées dans les plans pluriannuels complets de vaccination (PPAc) de douze pays. Equipe de SIF Sabin, 1ere rangee: Michael McQuestion (Directeur SIF, Washington); rengee du milieu, de gauche a droite: Khongorzul Dari (Mongolie); Devendra Gnawali (Nepal); Helene Mambu-Ma-Disu (RDC); Alice Nader (Washongton); Diana Kizza-Mugenzi (Ouganda); Jonas Mbwangue (Cameroun), derniere rangee, de gauche a droite: Tobias Breuer (Washington); Mariya Savchuk (Washington); Clifford Kamara (Sierra Leone). 4

5 Page 5 L équipe de SIF se Réunit pour sa Réunion Annuelle de Planification (continué) Sur le plan législatif, le Cameroun, le Népal et l'ouganda progressent rapidement et ont déjà rédigé leurs lois de vaccination. Le Népal a présenté son projet de loi sur la vaccination au Conseil des ministres. RDC, le Kenya, le Libéria, le Mali, le Sénégal et le Sri Lanka ont commencé le processus et sont aux différents stades de l'élaboration des stratégies, de la réalisation d'études de fond, et de la mise en place de groupes d'experts pour rédiger la législation. L'augmentation des activités de plaidoyer s'est poursuivie au niveau sous-national cette année. SIF a parrainé 12 briefings sous-nationaux dans 8 pays (le Cambodge, le Cameroun, la RDC, le Libéria, le Népal, la Sierra Leone, le Sri Lanka et l Ouganda). L engagement des homologues gouvernementaux au niveau régional, provincial et local (gouverneurs et autres fonctionnaires élus) a permis d élargir la base des parties prenantes pour SIF, générant une pression supplémentaire pour le financement des vaccinations souverain. En dépit de ces progrès, les efforts de plaidoyer à la fois sur le plan budgétaire et le plan législatif ont été entravés par des taux de roulement élevés au sein des gouvernements et des parlements et l'instabilité politique. Au cours de cette période, des élections ont eu lieu en République Démocratique du Congo (Novembre 2011) et le Libéria (Octobre 2011). Les élections ont eu lieu en Ouganda (Février 2011) et au Nigeria (Avril 2011) l année précédente. Les prochaines élections sont prévues en Sierra Leone (Novembre 2012), au Népal (Février 2013) et au Kenya (Mars 2013). Plusieurs pays ont connu des périodes de troubles politiques importants, notamment le Mali, le Sénégal et le Népal. Ces événements constituent des obstacles temporaires, mais proposent également des nouvelles opportunités de plaidoyer. Les points focaux SIF ont introduit des députés nouvellement élus aux groupes interinstitutionnels de travail au Cameroun, à Madagascar et au Népal et ont aidé à organiser de nouveaux groupes parlementaires pour la vaccination en Ouganda et en RDC. Grâce à un échange entre pairs SIF prévu pour Novembre, les députés ougandais nouvellement élus dirigeront leurs efforts de plaidoyer au niveau sous-régional pour le financement durable de la vaccination à l'assemblée Législative de l Afrique de l'est (EALA). L action législative de cette instance affecte directement chacun des pays membres de l'eala (Burundi, Kenya, Rwanda, Tanzanie, Ouganda). Sur le plan budgétaire, le Programme SIF analyse les dépenses du PEV de routine ( ) déclarées par les pays par le biais de Joint Reporting Form de l'oms/unicef. Les résultats montrent que les investissements gouvernementaux par enfant survivant sont en augmentation progressive dans les pays éligibles à GAVI. Des fiches d'évaluation ont été préparées pour chaque pays SIF, résumant les tendances récentes de financement. Le programme diffuse ces résultats auprès des gestionnaires du PEV, des députés et d'autres parties prenantes. Mise a Jour sur le Congo (Brazzaville) et la RDC Ce trimestre, Dr Hélène Mambu-Ma-Disu, point focal SIF basée à Kinshasa, a fait deux visites en République du Congo (Brazzaville). Hélène Mambu et le directeur national du PEV, Dr Herman Boris DIDI NGOSSAKI, ont examiné le projet de budget de vaccination pour Dr DIDI a assisté à l'atelier de formation sur les couts des programmes de vaccination organisé pas l OMS à Douala, au Cameroun en juin dernier, en tant qu un échangeur de pair SIF. Il est en train de guider le programme PEV à travers le processus de "graduation" GAVI. Dès l'année prochaine, le pays ne sera plus admissible aux subventions de GAVI et devra financer intégralement ses couts pour les vaccins et ses activités du programme. Au Sénat, Hélène Mambu a rencontré la Première Secrétaire, la Vénérable, Mme. Philomène FOUTY SOUNGOU. En février dernier, L Honorable FOUTY a commencé à former un réseau de parlementaires des deux chambres qui sont intéressés par les questions de vaccination. Comme dans d'autres pays, les députés du réseau de vaccination accordent une attention particulière au budget de vaccination, soutiennent la nouvelle législation pour la vaccination et suivent de près les activités de vaccination dans leurs circonscriptions respectives. Hélène Mambu et ses homologues organisent un briefing pour l'assemblée Nationale nouvellement élue. En outre, un changement de Ministère de la Santé a eu lieu le 26 Septembre. Le briefing va également atteindre les nouveaux responsables du Ministère de la santé à la suite de la récente réorganisation. «Nous allons essayer de faire d une pierre deux coups», a rit Hélène Mambu. Au cours de ce trimestre, le gouvernement de la RDC a décaissé un montant total de USD en financement de la vaccination à l'unicef. Selon les informations reçues, 1, USD doit être utilisé pour le cofinancement de nouveaux vaccins et USD est pour l'achat de vaccins traditionnels. C'est la deuxième fois cette année que le gouvernement a déboursé des ressources pour le cofinancement des vaccins. Le Programme SIF Initie des Activités de Plaidoyer en Mongolie Khongorzul Dari, le plus récent point focal SIF, a officiellement pris ses fonctions dans sa ville natale, Oulan-Bator en Mongolie, le 1 Août Dari a déjà commencé à travailler avec ses homologues nationaux au sein du ministère de la Santé (MOH), le ministère des Finances (MOF), l'oms, l'unicef, la Direction générale de la fiscalité nationale (GDNT) ainsi que plusieurs organisations de la société civile de Mongolie. Elle se réjouit de l'établissement de liens avec le Parlement quand il se réunit plus tard ce mois-ci. Comme ces relations se matérialisent, Dari est en train d élaborer un cadre de plaidoyer pour le financement national de vaccination. Le cadre implique une collaboration directe avec les responsables du Ministère de la Santé, ministère des Finances, et de deux commissions parlementaires pour démontrer l'efficacité et l'efficience du programme de vaccination de la Mongolie. Elle a également rencontré des représentants de la Direction générale de la fiscalité nationale (DGFN). Ensemble ils ont examiné comment Sabin et la DGFN peuvent travailler ensemble sur la politique fiscale qui affecte le financement de la vaccination. Le cadre de plaidoyer mongole comprendra une composante innovatrice dans laquelle la Direction générale de la fiscalité nationale collaborera avec le ministère de la Santé pour diffuser des informations sur la manière dont les recettes fiscales financent la vaccination. Dans les prochains mois, l'équipe du fonds de la vaccination préparera un plan de travail en collaboration avec le programme SIF. Un autre pays qui sera bientôt diplômé de GAVI, la Mongolie se joint au programme SIF avec une avance considérable sur les autres pays. La Mongolie a déjà mis en place un fonds de vaccination. Il existe aussi une loi de vaccination nationale compréhensive. Comm e le nouveau gouvernement et le Parlement prennent forme, l'équipe de vaccination du Ministère de la Santé et DARI sont en train de préparer un plan de travail détaillé du plaidoyer. Dari et ses homologues vont analyser le budget national de vaccination et estimer les investissements récents du pays par enfant vacciné. 5

DEROULEMENT DU SECOND COLLOQUE ORGANISE PAR SABIN SUR LE FINANCEMENT DURABLE DE LA VACCINATION (SIF) DAKAR, SENEGAL 5-6 AOUT, 2013

DEROULEMENT DU SECOND COLLOQUE ORGANISE PAR SABIN SUR LE FINANCEMENT DURABLE DE LA VACCINATION (SIF) DAKAR, SENEGAL 5-6 AOUT, 2013 DEROULEMENT DU SECOND COLLOQUE ORGANISE PAR SABIN SUR LE FINANCEMENT DURABLE DE LA VACCINATION (SIF) DAKAR, SENEGAL 5-6 AOUT, 2013 Remerciements Le financement du Programme SIF est assuré par de généreuses

Plus en détail

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC 8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC Compte rendu Par Julie GAGOE Date : Jeudi 05-04-12 Lieu : Bureau du SE COMIFAC Agenda 1. Evaluation de la feuille de route 2011 2. Défis et priorités

Plus en détail

Editorial. d emplois pour moins de pauvreté. Programme d Appui à la Promotion de l Emploi et à la Réduction de la Pauvreté (2011-2014) Décembre 2013

Editorial. d emplois pour moins de pauvreté. Programme d Appui à la Promotion de l Emploi et à la Réduction de la Pauvreté (2011-2014) Décembre 2013 APERP Plus d emplois pour moins de pauvreté Programme d Appui à la Promotion de l Emploi et à la Réduction de la Pauvreté (2011-2014) Décembre 2013 Editorial Bien connu des acteurs de l emploi des pays

Plus en détail

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP 17 Septembre 2013, 9h00 Tunis, Tunisie Monsieur le Directeur du Département Assurance

Plus en détail

Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant

Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant Dr Alice N. Soumare & Secrétariat de HHA, Brazzaville Mme Kadi

Plus en détail

Réseau des pays du Mouvement SUN : Rapport de la 17 e réunion - 26 Janvier au 2 février 2015

Réseau des pays du Mouvement SUN : Rapport de la 17 e réunion - 26 Janvier au 2 février 2015 Réseau des pays du Mouvement SUN : Rapport de la 17 e réunion - 26 Janvier au 2 février 2015 La 17 e réunion du Réseau des points focaux nationaux du Mouvement SUN s'est tenue du 26 janvier au 2 février

Plus en détail

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AVIS DE RECRUTEMENT: CHEF DE BUREAU RÉGIONAL, RÉSEAU AFRICAIN D EXPERTISE EN BIOSÉCURITÉ (ABNE) NO.VA/NPCA/22 L Union Africaine (UA), créée en tant qu

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées NA (mission régionale) Appui à l élaboration d

Plus en détail

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition)

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Introduction Le 20 décembre 2013, l'assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution en

Plus en détail

(Guinée EX.CL/671 (XIX)

(Guinée EX.CL/671 (XIX) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 32433 Telephonee 517700 Cables: OAU, ADDIS ABA ABA Website: www.africa u union.org CONSEIL EXECUTIF Dix-neuvième session ordinaire

Plus en détail

Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial

Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme Quatrième reconstitution des ressources (2014-2016) Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial Avril 2013 Introduction 1. Fin

Plus en détail

6-8 Mai 2014, Dakar, Sénégal

6-8 Mai 2014, Dakar, Sénégal Atelier régional HHA pour le renforcement des capacités de la société civile, des parlementaires et des media dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant 6-8 Mai

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC)

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Principes régissant les travaux du GIEC Appendice B PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Adoptées à la douzième session du GIEC (Mexico, 11-13

Plus en détail

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA CONFÉRENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES EN CHARGE DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION (CITMC-4) 4 ème SESSION ORDINAIRE KHARTOUM,

Plus en détail

Action de renforcement du système sanitaire par un financement basé sur la performance dans 7 pays entre 2010-2012

Action de renforcement du système sanitaire par un financement basé sur la performance dans 7 pays entre 2010-2012 Action de renforcement du système sanitaire par un financement basé sur la performance dans 7 pays entre 2010-2012 Évaluation à mis-parcours Rapport Rwanda Équipe d'évaluation MARIA PAALMAN ERNEST SCHOFFELEN

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Libreville 14 & 15 mars 2013 RAPPORT FINAL

Libreville 14 & 15 mars 2013 RAPPORT FINAL Atelier de planification opérationnelle du Projet COMIFAC-FAO relatif aux «systèmes de surveillance et de MNV nationaux avec une approche régionale pour les pays du Bassin du Congo» Libreville 14 & 15

Plus en détail

BP 3243, Addis Abeba, Ethiopie. Téléphone : +251 11 5517700 Fax : +251 11 5517844 Site Web : www.au.int COMEDAF VI

BP 3243, Addis Abeba, Ethiopie. Téléphone : +251 11 5517700 Fax : +251 11 5517844 Site Web : www.au.int COMEDAF VI AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA BP 3243, Addis Abeba, Ethiopie. Téléphone : +251 11 5517700 Fax : +251 11 5517844 Site Web : www.au.int COMEDAF VI PREMIERE SESSION EXTRAORDINAIRE DU BUREAU

Plus en détail

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS)

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Exposé succinct I. Introduction II. Objet de la gestion des données du secteur des transports III. Efforts passés et présents par le SSATP

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 1 Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 2 1. Fidèles aux principes de fraternité et de solidarité entre les peuples, tel que stipulés dans

Plus en détail

STATUTS Révisés 23 mars 2012

STATUTS Révisés 23 mars 2012 Association Nationale des Equipes Contribuant à l Action Médico-Sociale Précoce STATUTS Révisés 23 mars 2012 TITRE I - DÉNOMINATION ET BUTS Article 1 - Dénomination Il a été créé le 2 août 1982, conformément

Plus en détail

CONFÉRENCE DE L UNION AFRICAINE Dix-neuvième session ordinaire 15 16 juillet 2012 Addis-Abeba (Ethiopie) Assembly/AU/7(XIX) Original : Anglais

CONFÉRENCE DE L UNION AFRICAINE Dix-neuvième session ordinaire 15 16 juillet 2012 Addis-Abeba (Ethiopie) Assembly/AU/7(XIX) Original : Anglais AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone +2511517700 Fax: +251115517844 Website: www.africa-union.org SC7786 CONFÉRENCE DE L UNION AFRICAINE Dix-neuvième

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI DECRET N 98-228/P-RM Fixant l organisation et les modalités de fonctionnement de la chambre de commerce et d industrie du Mali. Le Président de la République, Vu la Constitution ; Vu la Loi n 94-009 du

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

la confiance dans l économie de l information

la confiance dans l économie de l information C o n f é r e n c e d e s N at i o n s U n i e s s u r l e c o m m e r c e e t l e d é v e l o p p e m e n t SERVICES fournis La Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED propose les

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ (version amendée à Kampala, en Ouganda, le 19 août 2003) 2 Les signataires des présents Statuts, Reconnaissant

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

SREP/SC.13/3 19 avril 2015. Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour

SREP/SC.13/3 19 avril 2015. Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015 SREP/SC.13/3 19 avril 2015 Point 3 de l'ordre du jour RAPPORT D'ACTIVITÉ SEMESTRIEL DU SREP (RÉSUMÉ) DÉCISION PROPOSÉE Ayant examiné le Rapport

Plus en détail

Société française d'économie rurale

Société française d'économie rurale Article 1 : L'association dite «Société Française d'économie Rurale}} est régie par la loi du 1er juillet 1901 et par les présents statuts. Article 2 : Le siége social de la SFERest au 19 avenue du Maine,

Plus en détail

Programme d achat groupé haut débit

Programme d achat groupé haut débit Programme d achat groupé haut débit Hutchison Global Communications est fier d annoncer que 9 nouveaux pays d Afrique de l Ouest ont rejoint son programme d achat groupé haut débit. Ces nouvelles recrues

Plus en détail

INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES

INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES TERMES DES REFERENCES Pour Le développement des Normes Minimales de Performance Energétique pour les Climatiseurs et Réfrigérateurs dans la Région CEDEAO

Plus en détail

D. 30-01-2014 M.B. 09-04-2014

D. 30-01-2014 M.B. 09-04-2014 Docu 39922 p.1 Décret relatif à l'enseignement supérieur inclusif D. 30-01-2014 M.B. 09-04-2014 Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : CHAPITRE

Plus en détail

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ARCHIVES INFORMATION DOCUMENTATION ET RELATIONS PUBLIQUES TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT TECHNIQUE

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final Il y a un astérisque quand des renseignements sensibles ont été enlevés aux termes de la Loi sur l'accès à l'information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. BUREAU DU CONSEIL

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS

BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS UNITED NATIONS NATIONS UNIES BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS Plate-forme des femmes pour l Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération Objet

Plus en détail

INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS

INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS Adopté au Bureau des gouverneurs le 22 avril 2015 Entériné à l'assemblée générale des membres le XXX 2015 Table des matières 1. Nom... 3 2. Siège social et adresse... 3 3. Définition...

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) 36 ème REUNION ORDINAIRE DU CONSEIL DES GOUVERNEURS LISTE DE DECISIONS

ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) 36 ème REUNION ORDINAIRE DU CONSEIL DES GOUVERNEURS LISTE DE DECISIONS AHOClATIOH DES BA.NQUES ({NTRA.lES AflUCAltm ASSOCIATION Of AfRICAtI CENTRAL BAt!KS ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) 36 ème REUNION ORDINAIRE DU CONSEIL DES GOUVERNEURS (Alger, Algérie,

Plus en détail

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821 Termes de Référence de l évaluation externe du projet: «Dialoguer et Participer l Interaction Institutionnalisée entre Acteurs étatiques et non-étatiques» Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

(Dakar 13-14 octobre 2003) ---------------------------------------------

(Dakar 13-14 octobre 2003) --------------------------------------------- RAPPORT SUR L ATELIER DES EXPERTS EN TECHNOLOGIE DE L INFORMATION DES BANQUES CENTRALES MEMBRES DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) (Dakar 13-14 octobre 2003) ---------------------------------------------

Plus en détail

Politique de divulgation de l information de la Société financière internationale Examen et mise à jour

Politique de divulgation de l information de la Société financière internationale Examen et mise à jour Politique de divulgation de l information de la Société financière internationale Examen et mise à jour Aperçu du processus de consultation et d engagement Société financière internationale 26 août 2009

Plus en détail

NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale

NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale Réunion Ad hoc NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale F Distr. : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.HLTIC/13/Inf.1 Février : 2013 Original : Français Ad Hoc

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT

ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT CONTRIBUTION de M. José PEDRO MONTERO Secrétaire de la Chambre des Députés (Uruguay), à la communication

Plus en détail

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES ASSEMBLEE NATIONALE.. SECRETARIAT GENERAL. SECRETARIAT GENERAL ADJOINT DIRECTION DES AFFAIRES LEGISLATIVES DE LA COOPERATION INERPARLEMENTAIRE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES REPUBLIQUE DU CONGO Unit

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 DECLARATION Nous, femmes parlementaires de Côte d Ivoire, Conscientes de notre rôle de représentantes des femmes et des hommes ivoiriens,

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement des Agences régionales de Développement. RAPPORT DE PRESENTATION En application

Plus en détail

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint Panzi Fondation : Assistant Program Manager FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint La Fondation Panzi RDC était créée en 2OO8 pour la gestion et la Coordination des projets qui vont au- delà

Plus en détail

Politiques et lignes directrices

Politiques et lignes directrices Politiques et lignes directrices En vigueur le 13 janvier 2014 Le mandat du diplômes de droit (le «CNE») est d évaluer les titres de compétences et l expérience professionnelle des candidats ayant fait

Plus en détail

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Considérations stratégiques et objectifs 1. L objet du Fonds international pour la diversité

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT Date 22/05/2014 Pays: Maroc Description de la mission: Consultant(e) National(e): Évaluation nationale du cadre juridique et institutionnel

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST

INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST 4 INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST Cette partie du rapport procède à une brève analyse d'une autre opportunité manquée d'accroître la base fiscale dans l'espace CEDEAO : les avantages fiscaux.

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013 membre de wohnbaugenossenschaften schweiz verband der gemeinnützigen wohnbauträger coopératives d habitation Suisse fédération des maîtres d ouvrage d utilité publique STATUTS Adoptés par l Assemblée générale

Plus en détail

ACTUALITÉS LÉGISLATIVES ET RÉGLEMENTAIRES. Août - Septembre 2013

ACTUALITÉS LÉGISLATIVES ET RÉGLEMENTAIRES. Août - Septembre 2013 ACTUALITÉS LÉGISLATIVES ET RÉGLEMENTAIRES SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX Août - Septembre 2013 Notre équipe de droit de la santé vous propose, mensuellement, une vigie des textes législatifs et réglementaires

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

FÉDÉRATION SUISSE DES JARDINS FAMILIAUX S T A T U T S. Fédération suisse des jardins familiaux / Schweizer Familiengärtner-Verband

FÉDÉRATION SUISSE DES JARDINS FAMILIAUX S T A T U T S. Fédération suisse des jardins familiaux / Schweizer Familiengärtner-Verband FÉDÉRATION SUISSE DES JARDINS FAMILIAUX S T A T U T S Fédération suisse des jardins familiaux / Schweizer Familiengärtner-Verband Les présents statuts ont été adoptés par l assemblée ordinaire des délégués

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER

FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER Cet ensemble d outils a été conçu pour renforcer la capacité des parties prenantes clefs de s impliquer

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

Statuts Psychomotricité Suisse. Contenu. 29 mai 2013, Comité Central Psychomotricité Suisse adopté par les membres lors de l Assemblée générale

Statuts Psychomotricité Suisse. Contenu. 29 mai 2013, Comité Central Psychomotricité Suisse adopté par les membres lors de l Assemblée générale Statuts Psychomotricité Suisse 29 mai 2013, Comité Central Psychomotricité Suisse adopté par les membres lors de l Assemblée générale Contenu 1 Généralités 2 2 Membres 2 3 Organisation 4 4 Finances 9 5

Plus en détail

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Dossier de presse 30 mars 2012 Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Création de la Carsat Alsace-Moselle La démarche de fusion de la CRAM et de la CRAV trouve son origine dans

Plus en détail

Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III)

Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III) Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III) E/ECA/STATCOM/3/7 décembre

Plus en détail

NOUVELLES DU SECAAR. pour l amélioration des conditions de vie des familles et pour le développement des communautés Chrétiennes

NOUVELLES DU SECAAR. pour l amélioration des conditions de vie des familles et pour le développement des communautés Chrétiennes NOUVELLES DU SECAAR Le salut de Dieu en Jésus-Christ veut rétablir tout l homme et toute la création dans son intégrité 4 ème trimestre 2006 N 136 Editorial: Les petits crédits aux femmes des communautés,

Plus en détail

1 Informations générales

1 Informations générales PAMEC-CEEAC Programme d Appui aux Mécanismes de Coordination et au renforcement des capacités de la CEEAC pour la mise en œuvre et le suivi du PIR Communauté Economique des Etats de l Afrique Centrale

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014

Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014 Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014 Règlement Règlement du Programme de bourses de recherche de l UEFA 1. Conditions de participation Tout candidat à ce programme doit: posséder un

Plus en détail

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Lois 31723 p.1 Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française D. 12-01-2007 M.B.

Plus en détail

Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B.

Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B. Lois 30746 p.1 Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B. 06-07-2006 modifications : D. 25-05-07 (M.B. 01-06-07) D. 09-05-08

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2007-2008

Rapport annuel au Parlement 2007-2008 Rapport annuel au Parlement 2007-2008 L administration de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415-1 Avant-propos Le présent rapport annuel au Parlement a été rédigé sous l autorité

Plus en détail

S T A T U T S. de la. Fédération Suisse des Centres Fitness et de Santé FSCF

S T A T U T S. de la. Fédération Suisse des Centres Fitness et de Santé FSCF S T A T U T S de la Fédération Suisse des Centres Fitness et de Santé FSCF 1. DISPOSITIONS GENERALES Article 1, Raison sociale, but La FÉDÉRATION SUISSE DES CENTRES FITNESS ET DE SANTÉ FSCFS a pour but

Plus en détail

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Programme des Nations Unies pour le développement LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Les élections

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES Université Moulay Ismail Faculté des Sciences et Techniques Errachdia REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES CEDOC-ST DENOMINATION DU CEDOC Article 1: Le Centre d Etudes

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2015/27 Conseil économique et social Distr. générale 19 novembre 2014 Français Original : anglais Commission de statistique Quarante-sixième session 3-6 mars 2015 Point 4 h) de l ordre

Plus en détail

Ouverture de l appel : 04 Septembre 2015 Clôture de l appel : 18 Septembre 2015 ---------- AMI N 33.2015

Ouverture de l appel : 04 Septembre 2015 Clôture de l appel : 18 Septembre 2015 ---------- AMI N 33.2015 Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts.

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts. STATUTS VERSION 2014 I. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 L Association des Commerçants de Collonge-Bellerive et Vésenaz (ci-après l'association) est une association de droit suisse au sens des articles

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT TRAITE PORTANT CREATION DU PARLEMENT DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE PREAMBULE

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI

SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI POUR LE FINANCEMENT DE LA BONIFICATION PARTIELLE DES INTERETS

Plus en détail