Crowdfunding : Les ambiguïtés d un modèle au cœur d une économie culturelle en mouvement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Crowdfunding : Les ambiguïtés d un modèle au cœur d une économie culturelle en mouvement"

Transcription

1 Institut d Etudes Politiques de Toulouse Crowdfunding : Les ambiguïtés d un modèle au cœur d une économie culturelle en mouvement Mémoire préparé sous la direction de : M. Xavier Pareille & M. François-Xavier Tramond Présenté par Jérémy Fretin Année universitaire 2012/2013

2 Je souhaiterais remercier chaleureusement mes deux co-directeurs de mémoire, M. Xavier Pareille et M. François-Xavier Tramond, en particulier ce dernier qui m a introduit à la finance participative et aux problématiques qu elle soulève, sujet ayant instantanément suscité ma curiosité. Mes remerciements vont aussi à l ensemble des personnes qui ont contribué à la réalisation de ce travail, pour leurs réflexions, leurs conseils et leurs encouragements.

3 Table des matières Introduction CHAPITRE 1 : Fragilisation des formes de financement classiques et révolution numérique, facteurs favorables à l émergence du crowdfunding Une économie culturelle, fondée sur l articulation entre public et privé, en mouvement.8 A. La tradition interventionniste française.. 9 B. Un financement privé pyramidal Des habitudes de consommation chamboulées par la dématérialisation des œuvres culturelles 17 A. Une nouvelle génération de consommateurs culturels ébranlant les usages médias traditionnels. 17 B. Les industries culturelles poussées à revoir leurs stratégies. 19 C. Une concurrence en provenance des géants de l informatique.. 22 CHAPITRE 2 : Le crowdfunding, un modèle à l histoire ancienne et au caractère protéiforme Origines et définition du phénomène 25 A. Un concept décliné du crowdsourcing 25 B. Une pratique à l histoire ancienne Formes et modèle économique des plateformes de crowdfunding 31 A. Un mode de financement protéiforme. 32 a) Le crowdfunding philanthropique b) Le crowdfunding à dimension spéculative..35 B. Un modèle économique instable et équivoque...41 a) Taux de commission et de transaction 41 b) Un modèle économique tributaire des formes de financement plus classiques..42 3

4 CHAPITRE 3 : Un outil au cœur de l économie collaborative inexorablement lié à la puissance publique La finance participative au cœur de l économie collaborative Vers une porosité croissante des liens entre artistes et consommateurs, professionnels et amateurs..50 A. Une articulation poreuse entre savoir profane et culture savante. 50 B. Un test de validité pour l artiste-créateur.51 C. L immixtion du consommateur dans le processus de création Une réappropriation du phénomène par la puissance publique.59 A. La nécessité d une refonte du droit d auteur.59 B. Vers un financement participatif territorialisé?...65 Conclusion

5 «Les nouvelles technologies nous ont condamnés à devenir intelligents ; c est-à-dire que nous avons le savoir devant nous, comme nous avons l imagination devant nous. Nous sommes à distance du savoir, à distance de l imagination et de la cognition en général ; il ne nous reste exactement que l inventivité». Michel Serres, «Révolution culturelle et cognitive» (40 ème anniversaire de l INRIA, 2007) La récente annonce de la maison de disques Universal Music de son projet de lancement d une plateforme de financement participatif qui viserait à récolter des fonds pour un service de rééditions d albums rares et épuisés en format vinyle, a reçu un accueil des plus mitigés. Entre diatribes et quolibets, les internautes, les professionnels de l industrie de la musique, la presse généraliste et spécialisée ont dénoncé la tentative de l une des plus grandes entreprises du secteur du disque, dont le chiffre d affaires avoisinait 4,5 milliards de dollars en , de surfer maladroitement sur la vague du financement participatif. Depuis quelques années, il est effectivement difficile de passer à côté du crowdfunding, modèle qui désigne le fait de recourir aux contributions d un grand nombre d individus pour financer un projet. Jusqu à récemment chasse gardée du continent américain, cet outil s est profondément développé et est aujourd hui en pleine phase d expansion en France, comme dans le reste de l Europe. Son apparition puis son déploiement sont d autant plus intéressants à appréhender qu ils sont à replacer dans un contexte de changements profonds dans le monde, à l époque d une massification des nouvelles technologies qui nous pousse à nous interroger sur notre rapport aux êtres humains qui nous entourent, mais aussi aux biens matériels que nous possédons ou qui nous sont rendus accessibles. Le crowdfunding rencontre un écho singulier dans le secteur de la culture, qui se traduit par une prolifération des plateformes spécialisées dans les projets artistiques. Il irrigue maintenant l ensemble des secteurs de la création. La réduction des subventions publiques, la difficulté pour les porteurs de projet de valoriser leurs initiatives auprès d entreprises privées à une période marquée par une conjoncture économique délicate, la généralisation d une offre culturelle gratuite sont autant 1 Morgane GIULIANI, «Le crowdfunding d Universal moqué», Le Figaro, Hubert DE VAUPLANE H.. «Crowdfunding : adapter le cadre réglementaire pour faciliter son 5

6 d éléments qui tendent à interroger l avenir de la culture et son inscription dans un environnement instable. La contribution citoyenne, si elle n est pas nouvelle, apparaît pour certains comme une solution pour encourager la création et inventer un nouveau modèle qui permettrait de trouver un équilibre entre une liberté d accès aux œuvres culturelles et une juste rémunération des artistes en retour. Le finalement participatif conduit finalement aussi à replacer l individu au cœur du processus de création et à la rapprocher du porteur de projet, à une période de défiance accrue des citoyens envers les institutions publiques, les industries culturelles et le secteur financier. Si les montants engendrés sur les plateformes de crowdfunding restent encore bien loin de ceux relatifs aux formes traditionnelles de financement de la culture, leur croissance est révélatrice d un phénomène en plein essor qui fait l objet d une attention médiatique de plus en plus intense et suscite l intérêt croissant des chercheurs et théoriciens en économie de la culture. Le crowdfunding attire aussi progressivement la curiosité des autorités publiques, à l instar du gouvernement français qui, à l occasion des dernières Assises de l entreprenariat, a annoncé son souhait de «regarder (...) quels pourraient être les verrous réglementaires à faire sauter pour faciliter ce type de financements» 2. A travers l analyse qui sera fournie, notre questionnement général relèvera de l évaluation et de la portée d un outil qui serait potentiellement susceptible d ébranler les conceptions traditionnelles relatives à l économie de la culture. En filigrane de cette étude, diverses interrogations seront soulevées, des interrogations auxquelles des éléments de réponse tenteront d être apportés avec nuance et en confrontant les théories défendues par des auteurs qui appartiennent à des courants variés. Il s agira de voir dans quelle mesure cette étude en profondeur du crowdfunding, phénomène disparate et protéiforme, est révélatrice des ambiguïtés inhérentes à ce modèle de financement de la culture atypique. Nous nous pencherons dans un premier temps sur les conditions qui ont été favorables à l émergence du crowdfunding, notamment à travers l ébranlement des modèles de financement traditionnels et l avènement des nouvelles technologies. 2 Hubert DE VAUPLANE H.. «Crowdfunding : adapter le cadre réglementaire pour faciliter son développement», Le Cercle Les Echos,

7 Nous nous attacherons ensuite à décrypter le phénomène, à travers les formes multiples qu il revêt et son organisation pléthorique qui soulèvent moult interrogations quant aux liens entretenus par le crowdfunding avec la finance traditionnelle. Enfin, nous nous appliquerons à mettre en lumière l interdépendance existante entre les pouvoirs publics et la finance participative, à partir du prisme de son inscription au cœur de l économie collaborative. *** 7

8 CHAPITRE 1 : Fragilisation des formes de financement classiques et révolution numérique, facteurs favorables à l émergence du crowdfunding 1. Une économie culturelle, fondée sur l articulation entre public et privé, en mouvement Les économistes ont tardé à s intéresser à l art et à la culture en dehors de leur appréciation personnelle de ce champ d activité ; sans le savoir, ils ont contribué toutefois chacun à leur façon à poser les jalons, dès leur époque, des concepts qui allaient façonner bien plus tard l économie culturelle à la fin du XXème siècle. Adam Smith ou David Ricardo cantonnaient les affaires culturelles à des activités de loisirs qui n avaient pas vocation à produire de la richesse pour la nation, tout en reconnaissant la spécificité du secteur, les investissements longs et coûteux dont il a besoin et les effets externes qu il est susceptible de produire. Quelques décennies plus tard, Alfred Marshall est le premier à se pencher sur la question des consommations artistiques et à aller à l encontre de la théorie de la décroissance de l utilité marginale qui prévalait jusque là en économie («plus je consomme un bien, moins j en retire satisfaction»: ce serait pour l économiste l inverse en ce qui concerne les arts). John Maynard Keynes, quant à lui, encourage certains grands mécènes à participer à une caisse collectant des fonds à destination des artistes peinant à vivre de leurs œuvres. Longévité des investissements, existence d effets externes, utilité marginale croissante, imbrication du secteur privé dans le financement des arts, besoin d une rémunération spécifique pour permettre aux acteurs du secteur de vivre de leur travail sont autant de concepts qui contribueront à faire éclore une analyse économique rattachée au champ culturel dont la reconnaissance institutionnelle vient parachever la structuration en 1994 avec la publication d un sondage à l initiative de David Throsby dans le Journal of Economic Litterature. 8

9 L évaluation des politiques culturelles, la mesure de l impact économique en termes de revenus, d emplois des arts et de la culture, l élargissement des champs couverts par l économie politique avec l émergence des nouvelles technologies font partie des éléments qui ont amplement contribué à la constitution d une économie de la culture 3. Au cœur de celle-ci se trouvent les tumultueuses questions du financement des projets artistiques et du statut juridique des institutions culturelles. Il n existe pas de modèle unifié qui réponde à ces interrogations, mais les enjeux qui les sous-tendent relèvent principalement de la question de la répartition du financement de la création entre ressources propres d une part, et ressources extérieures d autre part, partagées entre subventions publiques et apports d acteurs privés 4. L appréhension de ces problématiques, largement tributaires d un héritage historique prégnant, est primordiale à considérer dans la mesure où elle influence fortement la manière dont sont approchées les évolutions que connaît actuellement le secteur culturel, entre autres avec l apparition de modèles de financement de projets artistiques tels que le crowdfunding qui dépasse la simple articulation entre subventions publiques et fonds privés, et la réponse des pouvoirs publics qui est apportée face à ces mutations en cours. Il convient ainsi de revenir brièvement sur les modèles traditionnels de financement qui caractérisent le secteur culturel en France. A. La tradition interventionniste française Les historiens attribuent à diverses époques et dates-clés les prémisses de la politique culturelle française telle que nous la connaissons aujourd hui ; certains évoquent la Révolution Française de 1789, d autres le Front Populaire à la fin des années 1930 ou encore la création du ministère des Affaires culturelles d André Malraux en Déjà sous l Ancien Régime, si le financement de la création artistique était encore globalement l affaire de grands mécènes (François Ier, Louis XIV parmi d autres), les premières institutions (académies, écoles, théâtres) voient le jour. Peu à peu la politique en matière artistique prend forme, les grandes institutions culturelles apparaissent, une administration vaste et hiérarchise se centralise avant 3 Françoise BENHAMOU, L économie de la culture, La Découverte, Paris : 2011, p.13 4 Françoise BENHAMOU, «Statut et financement du secteur culturel : un état des débats», Arch. phil. droit, 1997, p.2 9

10 de s implanter en parallèle en province, la législation se perfectionne en vue de protéger le patrimoine culturel du pays. S il serait difficile de tirer de manière suffisamment pertinente les grandes lignes de la politique culturelle menée en France jusqu à aujourd hui, du fait de la grande diversité de régimes politiques qui se sont succédés ces derniers siècles, il convient néanmoins de souligner le tournant qu ont constitué «les années Malraux». L approfondissement de la politique culturelle, fortement lié à l attachement à la notion de «service public à la française» 5, s est traduit par : - un renforcement de l administration dans la conduite des projets issus de la filière artistique; - un vaste développement de l offre culturelle sur l ensemble du territoire français, - un affinement de la législation en vigueur 6, avec des objectifs toujours en cours aujourd hui 7 et les ambitions de démocratisation de la culture (en partie par le biais des fameuses maisons de culture, «cathédrales du XXème siècle», chères à Malraux) dont les résultats sont, un demi-siècle plus tard, pour le moins mitigés. Cette structuration progressive est à rapprocher du concept d exception culturelle, qui prend un sens singulier en France 8 et qui a guidé l action du Ministère depuis ses fondements dans le soutien au secteur de la culture et de la création 5 «(...) Le musée est d abord et avant tout un foyer de la connaissance, dans son double mouvement de mémoire et d invention, et un instrument d éducation. Connaissance, mémoire, invention, éducation : ce sont des notions délicates et désintéressées que seule la puissance publique est en mesure d assumer parce qu elles sont d intérêt public dans une société civilisée, héritière des Lumières» (Marc Furamoli dans Les musées au service du public. Les origines - Edouard BONNEFOUS, Eric PEUCHOT et Laurent RICHER, Paris; Droit au musée. Droit des musées. 1994, p. 11) 6 Pierre MOULINIER, Politiques publiques de la culture en France, Paris : Puf, 5 ème édition, 2010, p.5 7 Le décret fondateur du 24 juillet 1959 évoque les principales missions du Ministère qui sont de «rendre accessibles les œuvres capitales de l humanité, et d abord de la France, au plus grand nombre possible de français, d assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel, et de favoriser la création des œuvres de l art et de l esprit qui l enrichissent». 8 L exception culturelle est définie dans la synthèse de la «Mission «Acte II de l exception culturelle» : Contribution aux politiques culturelles à l ère numérique» menée par Pierre Lescure pour le Ministère de la Culture et de la Communication en 2013 comme un concept qui «repose sur l idée que la culture ne saurait, en raison des enjeux qui s attachent à la création et à la diffusion des œuvres, être intégralement soumise aux règles du droit commun et de l économie de marché. Sans nier la dimension économique de la culture, l exception culturelle vise à reconnaître et protéger sa dimension éthique, politique et sociale, qui en fait l un des fondements de la dignité humaine. 10

11 artistique, et d autant plus à partir du premier septennat de François Mitterrand avec l arrivée de Jack Lang à la tête du Ministère. En France, le Ministère de la Culture se distingue par sa taille (près de seize mille agents en prenant en compte les établissements publics) et le poids budgétaire qu il représente (4,1 milliards d euros en 2012), soit près de 1% du budget total de l Etat que revendiquait déjà dans les années 1960 le créateur du Festival d Avignon Jean Vilar. Cet investissement de la puissance publique dans le domaine culturel en France est sans commune mesure en comparaison avec ses voisins, comme les pays anglo-saxons. S ajoutent aussi les contributions des collectivités locales (556 millions d euros pour les régions, 1,3 milliards pour les départements, 4,4 milliards pour les communes en 2006) et des autres Ministères (tels que les Ministères de l Education Nationale, des Affaires Etrangères ou encore de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, pour un total de 4,5 milliards d euros en ), destinées principalement à l éducation artistique, la conservation des bibliothèques et du patrimoine, le développement de la culture française à l étranger et la communication. L Etat contrôle l utilisation qui est faite de son budget grâce à plusieurs instruments, tels qu une forte politique de réglementation qui encadre le système des prix et ou encore les marchés publics qui régulent le jeu de la concurrence. Il apporte son soutien aux institutions culturelles non marchandes par le biais de subventions qui alimentent des fonds de garantie de prêts et de taxes parafiscales qui permettent un mécanisme de redistribution intra-professionnel. Ainsi le cas de la France est atypique du fait de son attachement particulier à ce que les affaires culturelles soient du ressort de la puissance publique. Les critiques à l égard des politiques culturelles sont pourtant assez virulentes et se déclinent sur de nombreux tableaux. Certaines, influencées par le libéralisme anglo-saxon, déplorent des réglementations inefficaces et trop strictes qui minent le jeu du marché ; pallier les défaillances du marché et l incapacité de certains produits culturels de dégager des gains de productivité ne constituant pas une justification légitime pour une intervention des pouvoirs publics dans le secteur culturel. Bien au contraire, pour les économistes proches de l école du Public Choice, l effet provoqué par un encadrement trop strict et 9 Françoise BENHAMOU, L économie de la culture, op.cit., 2011, p.13 11

12 une bureaucratisation exacerbée pourrait aller à l encontre de la créativité et la liberté artistique 10. L écrivain et haut fonctionnaire Michel Schneider avance quant à lui l idée que les contraintes auxquelles sont soumises les institutions publiques (chaînes de télévision, radios par exemple), par exemple en termes d audimat et de conquête des publics, le conduisent à opérer des choix arbitraires en faveur de projets artistiques dépourvus d originalité et d audace et d aller dans le sens d une marchandisation croissante de la création 11. Les diatribes à l encontre des pouvoirs publics au sujet de leur immixtion dans les affaires culturelles ne sont pas récentes et relèvent en partie d oppositions idéologiques construites dans le temps et l espace. Toutefois, l intervention publique est d autant plus mise à mal de nos jours qu elle doit compter avec une conjoncture économique qui l oblige à effectuer des coupes budgétaires conséquentes. En France, le changement de majorité en 2012 s est accompagné de l annonce d une diminution du budget du Ministère de la Culture et de la Communication (-4,3% en 2013 selon le Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS)) et l abandon ou le report de plusieurs projets culturels de grande envergure amorcés sous la présidence de Nicolas Sarkozy comme la Maison de l Histoire de France 12. Cette décision a été l occasion pour les professionnels du milieu de dénoncer la gabegie dans la distribution des subventions. Le manque d organisation, les choix arbitraires et la dilution des responsabilités qu occasionne la superposition de strates de compétences (Etat, régions, départements, communes) en seraient les principaux responsables 13. Ce mille-feuille et la lourdeur des démarches à entreprendre découragerait les initiatives des artistes souvent hostiles à la rigueur et au manque de souplesse qui caractérisent dans une certaine mesure l administration publique 14. La baisse continuelle des crédits alloués à la culture 10 «Notre thèse est que les effets externes positifs que produisent les arts ne suffisent pas à justifier l aide de l État en leur faveur. L intervention massive des pouvoirs publics dans le domaine culturel est, en effet, à l origine d un certain nombre de difficultés qui peuvent limiter la spontanéité et la liberté de l expression artistique» (Bruno FREY, Werner POMMEREHNE, «La culture a t elle a un prix? Essai sur l économie de l art», Plon, 1993) 11 Michel SCHNEIDER, La comédie de la culture, Seuil, Claire BOMMELAER, «Aurélie Filippetti fait table rase des projets Mitterrand», Le Figaro, Claire BOMMELAER, «Culture : le grand gaspillage des subventions», Le Figaro, «Les subventions publiques sont de moins en moins grasses et toujours aussi difficiles à obtenir. Un parcours du combattant pour Manuel Pons, auteur et comédien. «Pour avoir des subventions il faut déjà avoir des dates prévues, ou un book, or c est pour faire cela que nous 12

13 prévue selon le budget triennal confirme la tendance actuelle et interroge ainsi sur la position que l Etat français sera amené à occuper à l avenir dans la conduite des affaires culturelles. S il serait excessif de parler de véritable retrait de la puissance publique, qui reste en France un acteur au rôle prédominant pour le traitement et la survie du secteur de la culture, cette situation explique en partie les raisons pour lesquelles les conditions à l émergence d autres modèles de financement du secteur sont à l heure actuelle particulièrement bien réunies. B. Un financement privé pyramidal Si le poids du mécénat dans le financement de la culture en France est bien moins important que dans les pays anglo-saxons, du fait de traditions historiques différentes et d une certaine méfiance à l encontre du secteur privé qui perdure dans notre pays 16, les dispositifs d incitation par voie fiscale mis en place depuis une trentaine d années vont dans le sens d un appel de pied aux entreprises et aux particuliers afin d encourager la création artistique. La loi définit le mécénat comme «un soutien matériel apporté sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire à une œuvre ou à une personne pour l exercice d activités présentant le caractère d intérêt général, s étendant aux champs de la culture, de la solidarité et de l environnement» 17. Le mécénat peut se décliner sous forme de dons en numéraire, dons en nature, apports en savoir-faire, détachement de personnel, simple bénévolat. Il se distingue du parrainage pour lequel la retombée doit être quantifiable et proportionnelle à l investissement initial et avons besoin d argent. Quand on a déjà tout ça, et qu on est éligible, l État met trois mois pour nous répondre et tout autant pour nous verser l argent.»» (Sarra BEN CHERIFA, «Débat : Tous Mécènes?», Libération, 2013) 15 Dépêche AFP «France : Le budget de la Culture en baisse de 4,3%, plusieurs projets abandonnés», «L'Etat détient le monopole de l'intérêt général et que toute initiative extérieure à lui qui prétendrait concourir au bien commun est nécessairement suspecte, se situant quelque part entre une congrégation religieuse vue par les anticléricaux du temps du père Combes, et une association de malfaiteurs» (Jacques RIGAUD, L exception culturelle: Cultures et pouvoirs sous la Vième République, Paris : Grasset, 1995). 17 Journal Officiel des 31 janvier 1989 et 22 septembre

14 qui s inscrit ainsi dans une dimension commerciale et promotionnelle clairement affirmée. Les lois du 13 mars 1985 et du 13 juillet 1987 organisent le mécénat privé, celle du 4 juillet 1990 donne la possibilité aux entreprises de créer des fondations qu elles pourront soutenir financièrement par la suite. La loi du 1 er août 2003, dite loi Aillagon, relative au mécénat, aux associations et aux fondations, est venue considérablement élargir le dispositif. Elle prévoit qu un versement effectué par une entreprise lui ouvre le droit à une réduction d impôts égale à 60% du montant du don (plafonné à hauteur de 0,5% du chiffre d affaires hors taxes) ; en ce qui concerne les dons de particuliers, la réduction d impôt est égale à 66% de la somme versée, le plafond étant fixé à 20% du revenu imposable. S il y a contrepartie, celle-ci ne doit pas excéder 25% du montant apporté. Pour ouvrir droit à la réduction fiscale, l organisme doit être d intérêt général (c est-àdire que l activité ne doit pas être lucrative, la gestion doit être désintéressée et le cercle de personnes visées ne doit pas être restreint). Le financement privé par les entreprises en France s organise de manière pyramidale. En haut de la pyramide se trouve le cercle des grandes fondations d entreprise loi 1990 créées par de grands groupes français tels que France Télévisions, EDF, L Oréal, EADS. Au milieu, les entreprises de taille intermédiaire ont la possibilité soit d imiter les grands groupes et de créer leurs propres fondations d entreprise de plus petite taille et d être placées sous la tutelle de la Fondation de France soit de se calquer sur le modèle des très petites entreprises (TPE) et des petites et moyennes entreprises (PME), au dernier étage de la pyramide, qui concluent le plus souvent des conventions de mécénat avec les chambres de commerce et d industrie et le Ministère de la Culture. Il est moins facile pour ces entreprises de plus petite taille de conduire une stratégie de mécénat solide du fait des plafonnements encadrés par la loi (0,5% du chiffre d affaires d une TPE étant susceptible de représenter un montant dérisoire). A noter qu actuellement, 32% des entreprises de moins de 100 salariés et 27% des moyennes et grandes entreprises sont mécènes. Les PME représentent à ce jour 93% des mécènes. A ces fondations d entreprises s ajoutent les fondations reconnues d utilité publique ; les fondations abritées ; les fondations partenariales, les fondations 14

15 universitaires ; les fondations de coopération scientifiques (ces trois dernières étant très peu nombreuses) et surtout les fonds de dotation, en plein essor, dont le développement a été fortement encouragé par la loi de modernisation de l économie du 4 août Fin 2012, on compte fonds de dotation et fondations en France 19. Parmi tous les champs d activités visés par les actions du mécénat d entreprise, la culture a un poids des plus importants puisqu elle totalise pour l année 2011 plus d un quart du budget total du mécénat, soit l équivalent de près de 500 millions d euros (derrière les actions sociales 43% du budget total 20 ). Le total des montants collectés pour la culture a augmenté de 30% par rapport à l année 2010, le signe d un intérêt significatif du secteur pour les entreprises. La signature, en décembre 2011, d un accord entre le Ministère de la Culture et de la Communication et le Mouvement des entreprises de France (MEDEF) afin de renforcer le dialogue traditionnellement houleux entre les acteurs culturels et le monde économique est révélatrice de l interpénétration croissante entre le secteur culturel et celui les entreprises, d autant plus en période de restriction budgétaire pour la puissance publique. Pour autant, le mécénat culturel reste encore faible en comparaison aux montants des subventions publiques et ne saurait être appréhendé en marge de la politique culturelle menée qui reste très liée à son évolution 21. L étude réalisée en 2010 par l institut OpinionWay 22 et commandée par \EXCEL, agence spécialisée en fundraising et engagement sociétal, montre par 18 "Le fonds de dotation est une personne morale de droit privé à but non lucratif qui reçoit et gère, en les capitalisant, des biens et droits de toute nature qui lui sont apportés à titre gratuit et irrévocable et utilise les revenus de la capitalisation en vue de la réalisation d'une œuvre ou d'une mission d'intérêt général ou les redistribue pour assister une personne morale à but non lucratif dans l'accomplissement de ses œuvres et de ses missions d'intérêt général." (Extrait de l'article 140 de la loi n o du 4 août 2008) 19 Statistiques en date du 31 décembre 2012 produites par l'observatoire de la Fondation de France en partenariat avec Centre Français des Fonds et Fondations 20 Ces chiffres sont issus de l enquête ADMICAL 2012 sur le mécénat d entreprise en France. 21 «Le mécénat est très clairement lié à l'affirmation d'une politique culturelle forte (Martine Tridde-Mazloum, directrice de la Fondation BNP Paribas Marie-Aude ROUX, Le mécénat d entreprise desert la culture, Le Monde, 2011).. 22 Étude réalisée les 17 et 18 novembre 2010 auprès d un échantillon de 1015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. 15

16 ailleurs que les français sont relativement peu enclins à faire des dons pour un établissement culturel (21% seulement se déclaraient prêts à le faire). Susciter l engouement philanthropique relève donc d un défi pour les entreprises culturelles dans un pays comme la France qui est historiquement assez peu familier de la pratique du don et de l adhésion individuelle à un projet, d autant plus dans le secteur culturel. Ce dernier est souvent perçu comme chasse gardée de l Etat-Providence et l objet d opérations de communication de grande envergure à l initiative de puissantes entreprises privées. Un autre point important à souligner est que près des deux tiers des entreprises du secteur culturel sont des TPE, dont une grande partie n a pas de stratégie de financement à un an (20% n en auraient même pas du tout! 23 ), ce qui rend dès lors bien plus compliquée toute démarche en direction de potentiels contributeurs privés. Si les grandes institutions culturelles françaises se sont dotées depuis plusieurs années d un service interne spécialisé dans la recherche de fonds privés, il n en va pas de même pour une majorité des entreprises culturelles de plus petite taille et aux moyens forcément plus limités. La tendance des investisseurs privés à se tourner vers des projets artistiques de grande ampleur, qui présentent l avantage d une visibilité accrue auprès du grand public, ne jouent pas en la faveur de ces entreprises culturelles. Si les modèles de financement classiques en France sont donc en pleine mouvance, avec une puissance publique en léger retrait et un mécénat certes croissant mais instable dans le temps, les réponses apportées du côté du secteur public comme de celui des entreprises pour permettre un soutien tangible à la création artistique restent encore fragiles. Elles le sont d autant plus dans un contexte de mutations profondes des consommations culturelles à l aune de la massification des technologies de l information et de la communication qui nécessite une articulation entre monde réel et espaces numériques. 23 Étude de la Commission européenne confiée à l École des Arts d Utrecht (Utrecht School of the Arts),

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Rappel du «dispositif mécénat» issu de la Loi Aillagon, un dispositif unique au monde La loi n 2003-709 du 1er août 2003 relative

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Les financements privés : les tendances, les chiffres clés et le cadre juridique

Les financements privés : les tendances, les chiffres clés et le cadre juridique Les financements privés : les tendances, les chiffres clés et le cadre juridique 2 LES FINANCEMENTS PRIVES Le contexte des financements privés : tendances et chiffres clés Le cadre juridique : quelles

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu LES MODÈLES ÉCONOMIQUES DU LIVRE ET LE NUMÉRIQUE 15 JUIN 2010 Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu P-J. Benghozi (Ecole polytechnique CNRS) Pierre-Jean.Benghozi@polytechnique.edu

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Monique Millot-Pernin Présidente de la Commission Secteur non-marchand, Secteur public de la CNCC

Monique Millot-Pernin Présidente de la Commission Secteur non-marchand, Secteur public de la CNCC Mécénat, parrainage Monique Millot-Pernin Présidente de la Commission Secteur non-marchand, Secteur public de la CNCC 1 Sommaire Introduction 1. Distinction entre mécénat et parrainage 2. Cadre juridique

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES 17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES Partage des revenus de la musique enregistrée : Les vrais chiffres Pour définir exactement la réalité du partage

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Lancement d un comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour le respect du droit d auteur et des droits voisins

Lancement d un comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour le respect du droit d auteur et des droits voisins Lancement d un comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour le respect du droit d auteur et des droits voisins Jeudi 10 septembre 2015 Contacts presse Cabinet de Michel

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au Comité sénatorial des transports et des communications sur l étude sur la Société Radio-Canada 23 octobre 2014 Confédération des syndicats

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique Intervenante : Dominique MÉGARD Présidente Cap Com, réseau de la communication publique et territoriale La communication publique, une

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse :

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse : Dossier de presse Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire Contacts presse : Sandrine Bonamy Tél. : 01 56 03 59 03 06 86 17 48 76 - s.bonamy@adie.org Audrey Thirot Tél. : 01

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée PARTICIPANTS PLATEFORMES Allomusic VOD Mania Vaziva Orange Vidéo @ Volonté Beezik Universal Ecompil Fnac Arte VOD Quickpartitions Alter Musique Qobuz Every

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

EDUKLAB. Le crowdfunding pour votre école

EDUKLAB. Le crowdfunding pour votre école EDUKLAB Le crowdfunding pour votre école Le crowdfunding dans l éducation Nos offres pour les écoles Ils nous font confiance Qui nous sommes Nous contacter Le crowdfunding dans l éducation Le crowdfunding

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Introduction. Monsieur, Madame

Introduction. Monsieur, Madame Étude portant sur l application de la Convention de l UNESCO de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles à l ère du numérique Monsieur, Madame Introduction Dans

Plus en détail

LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ

LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ Marketing Services LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ Une étude réalisée en collaboration avec ! Objectif L ÉTUDE Ø Faire le point sur l utilisation des terminaux mobiles en entreprise par des populations

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Analyse et synthèses des réponses au questionnaire L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Quelques éléments préalables 47 réponses pour 93 questionnaires envoyés Base de réponse de 50% Les principaux

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les dirigeants.

Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société, entre pérennité et changement Contact : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI LES PRATIQUES des ENTREPRISES MULTINATIONALES en MATIÈRE D EMPLOI au CANADA : développer les capacités organisationnelles et les institutions pour favoriser l innovation Jacques Bélanger, Pierre-Antoine

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles?

Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles? Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles? Sophie Vulliet-Tavernier, directrice des études, de l innovation et de la prospective Congrès big data 20 et 21 mars 2012 La protection

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets NON PAPIER FRANCAIS Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets 1- Une économie de la connaissance en transformation profonde L économie de la propriété intellectuelle subit des modifications

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Le mécénat La réduction d impôt mécénat

Le mécénat La réduction d impôt mécénat Le mécénat La réduction d impôt mécénat Janvier 2014 Sommaire 2 PAGES Introduction 3-4 Le cadre juridique 5-6 La réduction impôt mécénat 7-8 Exemple 10-11 Le mécénat La réduction d impôt mécénat 3 Introduction

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant.

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Communiqué de presse 9 octobre 2012 bsw leading swiss agencies Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Les agences

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances 1 2 Constats en bénévolat Le milieu appelle des solutions Les organisations de la Montérégie placent le recrutement de la relève en priorité des défis à relever Le recrutement et le soutien des bénévoles

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Quels financements privés pour mon association?

Quels financements privés pour mon association? Quels financements privés pour mon association? Romain Bazin Pôle d Economie Solidaire Isabelle Boucher-Doigneau DRAC Bourgogne Virginie Taupenot - Co-Alliance 2 Quels financements privés pour mon association?

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

SERDALAB - INFORMATION NUMERIQUE B2B - SOMMAIRE

SERDALAB - INFORMATION NUMERIQUE B2B - SOMMAIRE SERDALAB - INFORMATION NUMERIQUE B2B - SOMMAIRE REMERCIEMENTS... DATAPUBLICA... GFII... ABSTRACT... INTRODUCTION... 1... CONTEXTE... 1. Contexte économique... 2. Le marché de l information B2B et grand

Plus en détail