VUC13:4Sn5. Date : 01/10/2014 Pays : FRANCE Page(s) : Périodicité : Mensuel Surface : 388 % Tous droits de reproduction réservés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VUC13:4Sn5. Date : 01/10/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 44-48 Périodicité : Mensuel Surface : 388 % Tous droits de reproduction réservés"

Transcription

1 Nouvelle dans les transactions s ère BF i,^..;:i i ti II f VUC13:4Sn5 Dématérialisation et

2 4( : i4gg n45b234b ^S234jP?3^G5234BF?' n Zb2. ^1. quisepassedanslemondede à une véritablecourse ressemble contre montre», confie )ean-marc Ce Angeard,directeurcommercial de l'activité ctivité BPOdu prestataire louve,acteurprésent dansbanqueavecentreautresréférencesbnpparibas,hn un mot,consolidationvabontraindansle petitmondede, technologie devenueindispensablepourde nombreux projets de dématérialisation.cert Europea été reprispar ()odrive,raméricaindocusign s'est sest rapprochéd'open- dopen- 'IVust IVustdanslecadred'un dun partenariatexclusifalorsque Dictao,en pointe danslesecteur bancaire,vienttout justed'être dêtre rachetéparle groupe MorphoḌictaova ainsibénéficierde l'ancrage ncrage internationaldeson nouvel actionnaire,masausside son savoirfairedansle secteurdebiométrie.cetteconsolidationintervient alorsquenouvelle réglementationeuropéenne crée unespaceeuropéen de oùles pratiquesserontharmonisées, créantun vrai marché où unjugepolonaisne pourraplusremettreen causeun contrat signé électrojiiquement enfrance», ainsi que le faitremarquerbertrandbraux, responsable marketinget communicationchez Cryptolog, acteurde égalementprésent danslesecteurde finance, Incontournablen ligne comme en agence, électrsnique devient un enjeumajeurdanslesprojets de dématérialisationdesbanquesḷes paiementsn'échappent néchappent pas à cette logique à l'heure lheure oùune nouvelle réglementation européenneest annoncée, préfigurantune nouvelleère dans les transactionss. RÉGLEMENTATION ETCONSOLIDATION UNENOUVELLEÉTAPEPOURLA SIGNATUREÉLECTRONIQUE «Lanouvelle réglementationapporteplus decrtéet confèreune valeuraucachetde l'entreprise, lentreprise, lesceau estime NathalieSchiang,directrice de communicationchez.oodrivc.le document ne peut être refuséau titre de preuveen justice seulmotifqu'il au il seprésentesousforme. «C'est Cest l'aube ube d'une dune nouvelleère pour car, dans un monde où le numérique faitencoretropsouventpeur,cea lemérited'être dêtre écrit dans loi ajoute Bertrand Braux.«Cette nouvelleréglementation,qui arriveau momentoù se développentles mobileset le cloud, va amener des changements radicauxdans lespratiques bancaires, notammentau niveaumarketingḷescontrats transfrontaliersavecvaleurlégaleetprobantevontse généraliser-»,estimepour sa part PascalColin, directeur générald'opentrust. dopentrust. Un étudiantà l'étraiiger létraiiger pourra ainsi recevoirun virementde ses parents sur une autre banquede manièreentièrement...au plus tard à partir du 1erjuillet2016, date à quelle directive1999/93/csera abrogée au profit denouvelleréglementation cetteéchéance,ellepourraentrerenvigueurdèsle17 Ẹnattendant septembre 2014.«La vaaussi trouverson terraind'application dapplication danslespaiements

3 Oney sur Banque Accord se positionne Nouvelleoffensive dansledomainede dématérialisationavec ledéploiement,paroney BanqueAccord,d'une dune nouvellesolutionde de contrat.90magasinsleroy Merlin,41Boungeret26 Alinéa proposent àleurs clientsdesouscrireàcarte depaiementdel'enseigne lenseigne ensignantlecontratsur tablettegrâceàsolution de développéeparoneybanque Accord.«Lorsdel'ouverture louverture decartedel'enseigne, lenseigne, leclientsignesoncontrat surtablette.les pièces justificativessont scannées etdirectementintégrées audossierḷecontratn'est nest plusimprimésurpce», indiqueoneybanque Accord,ajoutantquele systèmepemietungainde temps,unéquipementplus simple(scannerettablette) etunavantageécologique. «La descontratsesttrèsbien accueillieparlesclients. Lorsd'une dune étudemenéeen magasin,100xdesclients ontacceptécettenouvelle manièredesignerles contratset 100 desclients sesontdécréssatisfaitset jugentcetoutil moderneet dansl'air ir dutemps.outrele gaindetemps, faciliteet sécurisel'accès ccès aucontrat, grâceàsonstockageet sonarchivagesurl'espace lespace Banque Accorddu client. Leclientconservebiensûr possibilitédedemander uneversionimpriméedeson contrat»,poursuitl'entité. lentité. «C'est Cest unevéritableavancée pournotresecteuret nos partenairescommerçants. Noussommeslespremiers àdéployercettesolution àgrandeéchellequiva danslesensdel'histoire lhistoire et permetà nospartenaireset leursclientsdegagneren temps,ensimplicitéeten sécurisation.cedéploiement estunenouvellepreuvede capacitéd'innovation dinnovation et d'agilité dagilité deoneybanque Accord»,expliqueNicos Dreyfus,directeurgénéralde OneyBanqueAccordFrance. SEPA»,prévoitSébastienFrançois,directeur général de Docusignșociétéaméricainespécialiséedans dématérialisationqui faitsespremierspasen France avectechnologieded'open- dopen- Trust.«Dansl'univers lunivers dub2b,cechangementradical vapermettred'effectuer deffectuerdespaiements avec et ainsi fluidifierle business», ajoute PascalColin,convaincuquel'on lon entredans l'ère lère du digitaltransactionmanagementẹncir, l'automatisation utomatisation et fluidificationdes échanges commerciaux vont permettre mise en pcede workflowsavec dans les entreprisescomme danslesétablissements financiers. LECONTRÔLEDESDOCUMENTS MIS ENEXERGUE Pourlesbanques,ceschangementsjuridiques une bonnenouvelle sont puisque l'heure lheure n'est nest plus pilotes,maisaux aux déploiements à grande échelle.la a fait ses preuvesen ligne commeen agence. Le choixd'un dun acteur technologique pour assurer tbnctionde n'est nest doncplusd'actualité. dactualité. Il yen plusieurs sur lemarché.l'acte Lacte techniquen'est nest d'ailleurs dailleurs plus significatif une coûtait2à 3ë il y a quatreans,ellecoûtemoinsd'un dun euroaujourd'hui. Enoutre,peu de nouveautésont marqué technologie proprementdite,à l'exception lexception de en modedéconnectéd'open dopen Trustqui offrelesmêmes garantieslégalesqu'une une manuscrite.cette transactions oftline permetde ne pas interrompre les lorsqu'il n'y ny a pas de réseau.résultat «L'attention Lattention se dépce de proprement diteversle traitementdespièces justificatives aumomentdel'enrôlement lenrôlementduclient,en ligne ouen agence»,confiejean-marcangeardạvecson offrejouvemobilecapture,jouvea pris unecertaine avancesurlesujeten assurantun contrôlede pièces tellesque carte d'identité, didentité, le RIB,lesjustificatifs de domicileou le bulletinde saireen quasi-temps réel.la photographie de cespiècessur sraartphone ou tablettepèsejusqu'à à 5Mo qu'il fauttraiter sur pteformesaasen moinsde troissecondes,ce que Jouvea réussià faire grâce à sonexpérience mondedu traitementde dansle l'image. limage. «Nousarrivonsà contrôlertroispiècesjustificativesen moinsde neuf secondes»,précise en effetjean-marcangeard.la cohérencedesdonnéesestun facteurclédans l'analyse nalyse des piècesjustificativespuisqu'elle puisqu elle comptepour deuxtiersdes causesde rejetde dossiers.en partenariat avecl'éditeur léditeur AriadNext,spécialisé dans le contrôlede documents,certeuropc,filialed'oodoodrive,a suivilemouvementavecuneoffresimiire, baptiséecheck&sign. «Latabletteoulescancontrôle une carted'identité didentité en quelques secondes»,précise NathalieSchngẸnoutre,solutionretranscrit automatiquement lesdonnéessaisiesen OCRdans les champsd'un dun contratpré-rempli.cederniern'a na plus qu'à à être signéà l'aide ide de l'outil loutil CertSign quidélivre immédiatementuncertificataunom du client pour luipermettrede signer.«gaindetempset réductiondescoûtspapiersont lesprincipaux bénéfices»,constatenathalie Schng. Les banques deviennent conscientes que ces contrôlesa priorideviennentnécessairescar, l'expérience lexpérience montreque prèsde 20 desdossiersclients sontrejetésịlsconditionnentl'accélération ccélérationdes processus et l'amélioration mélioration de l'expérience lexpérience client. D'ailleurs, Dailleurs, certaines banques tbnt appelà ces fonctionnalités de contrôle proposées en Webservicessur

4 «de eldas», nouvelle réglementation LeConseildel'Union lunion Européenneaannoncéle 23juillet dernierl'adoption doption définitivedunouveau règlementdit «eldas sur l'identification lidentification et lesservicesdeconfiance pourlestransactions sauseindu marchéintérieur.ce texte, retivementechniquesi l'on lon encroitbertrandbraux decryptolog,renouvellele cadrejuridiqueeuropéen sur lesservicesdepreuve.cedernier n'avait navait pasconnude modificationdepuis directivede1999sur. Lerèglementinstaureun cadrejuridiquebeaucoup plusgénéralpourdifférents typesdetransactions sausein dumarchéintérieurạ l'instar linstar decequiavait étéfait enfranceavecle RGS,lerèglementdéfinit et encadrel'utilisation lutilisation de différentstypesdeservices deconfiancequivontde l'identification lidentification àl'authentification uthentification desites Internet(certificatsSSL)en passantparl'horodatage, lhorodatage,,lecachet,etlesservices d'envois denvois recommandés sḷes intemautesseront ainsiimmédiatement informésqu'ils ils peuvent faireconfianceàun serviceenlignelorsqu'ilslorsqu ils effectuentunetransaction. LesdifférentsÉtatsseront désormaistenusde référencerdansdeslistesles serviceset lesprestataires qualifiésetbellisésau sensdurèglementeuropéen. Accessiblepardesmachines oupardesutilisateurs, ceslistesconstituerontun référentielindiscutablepour vérifierqu'une une, uncachetserveur,une identitéestqualifiée,et qu'un un servicerespectecette nouvelleréglementation européenne.«ellesigne entousfin dudogmede carteàpuce estimeen touscasbertrandbraux. Alorsquedirectivede 1999préconisaitl'usage lusage decertificatssursupports physiquessécurisés,cen'est nest pluslecasaveclenouveau règlementquiimpose toutefoisauxprestatairesde servicesqualifiésdevérifier l'identité lidentité dudemandeuren saprésencelorsderemise d'un dun certificatqualifié. Autrenouveautéimportante, cerèglementintroduit unnouveauconcept juridique qui n'existait nexistait pasendroit Français à savoirde personnemoraleoucachet.«c'est Cest une avancéesignificative estimenathalieschiang. DéjàenusageenFrance, l'horodatage lhorodatageestintroduit auniveaueuropéenḷa réglementationtraiteaussi deconservationdes ss surdetrèslonguesdurées. pkte-formesaasde )ouvequi renvoieun scoring aprèsanalysedes piècesenvoyées.fn raison de fraiidecroissanteà carte d'identité, didentité, Jouveentend aller plus loinquel'analyse nalyse ducodede lignemrz de carted'identité didentité réaliséepar lesacteurs du marché. Enetfet,les techniquesdesfraudeursévoluent sanscesseet les équipes R&D de louves'appuient sappuient égalementsur d'autres dautres contrôlesvisuelsinnovants qui.serontplusdifficilesàfalsifier. LEBOUTENBOUTS'IMPOSE SIMPOSE Lasijjnaturereprenddonc.sonstatutde petit boutonintégréau documentqui regagneson statutdevéritablemoteurdesprojets. «En ligne ou en proximité, lesbanquesveulentdeplusen plusdes solutionsdeboutenbout».affirmepascalcolin.sur ce terrain, Docusign a développé une pte-forme de dématérialisationdesprocessusmétieren mode SaaSintégrantdirectementlesinterfacespourles500 progicielslesplusrépandusdu marché.on y trouve entreautre ceuxde SAPet ceuxde Microsoft.Cette démarchea séduitdesbanquestellesque Santander ou INCen Europe. Lesfilialesde plusieursbanques [rançaisesutilisentdéjàpte-formedocusign. Notons que lesecteurde finance représente à cejour 30 de sonactivitémondiale.«leretoursur investissement estlepointde fortdenotre pte-forme qui compteà ce jourplusde 41millionsd'utilisateurs dutilisateurs», préciseencoresébastienfrançois.ellepermet de rationaliserlesprocessmétieret d'assurer dassurer une traçabilité de bouten bout, un discoursen phase lesnouvellesattentesdesbanques, aussi bienpour avec dématérialisationde leurscontratsquepour les opérations depaiementsepa.

5 La «de au affirme En plus dématérialisation Crédit ligne en Pascal ou plus en Agricole Colin, proximité, les Brie des solutions de bout en bout directeur banques général Picardie d'opentrust dopentrust veulent», «Leprocessusde dématérialisations'accélère saccélère aucréditagricolebrie Picardie»,confiePhilippe Cannent,responsabledu servicecomptabilitéde banqueḍanslecadredu grandprojetnicedugroupe, les220 agences decaisse régionales'équipent séquipent de tablettesavec.ceprojet n'est nest quepartievisiblede l'iceberg liceberg carbanqueest engagéedansunedémarche dedématérialisationdepuis 2008.«Toutacommencé parl'instaltion linstaltion d'une dune solutiondecedd'itesoft ditesoft racontephilippecarment. C'est Cest alorsquel'idée lidée de dématérialiserlesfactures s'est sest imposéecommeune évidence.itesoftaaidéà miseenœuvredeceprojet courant2009.lasolution apermisdetraiterdans unpremiertemps30000 facturesparan.aujourd'hui, grâceauxregroupements defacturesréalisésavec desprestatairestelseofou Orange, solutionnetraite plusque25000factures paran.lesprocessuset les workfiowsontétéaffinés avecletemps. Les factures auformatpdfsontvalidées par desresponsablesdebudgets debanqueavantd'être dêtre automatiquementrenvoyées àcomptabilitépour règlementlesoir même. «Cefiabiliselecircuitde traitementdefactureet nouspermetderéaliserun gaindetempsconsidérable (desgainsdeproductivité deplusde30 X)»,précise PhilippeCarment.Prochaine étape,l'automatisation utomatisationsera pousséeuncranplusloin. Lesfacturesn'arriveront narriveront plus parcourriermaispar , paréchangeinformatisé (EDI)aveccertains fournisseurset enfmpar unportaildedépôtspour lesautresfournisseurs,qui pourrontainsi,surunsite sécuriséșuivrefacture émise.lamiseenchantier estprévuepour2015/2016. Si dématérialisationavec dématérialisation en agence.«lecrédit,qui représenteun en face-à-facemet les banques en pleine effen'es- escence, logiquemétier n'est nest jamaisperdu de vue, modèlesde formuireselonlescaissesrégionales, importantprocessusmétieravecen outredifiérents quelquesoit le type de contratà traiter. Principale sera100 dématérialiséà source pour êtreensuite raison «La maniputiondu papierreste chère», rappelle à traitéauniveaudubackoffice»,confiehichcmjabalh, directeurgénéralde CréditAgricole cesujetjérômemendie,responsabledes alliancesetpartenariatscheznumen,prestataire Technologies. Ace jour, une vingtaine desproduitsfinanciers européen de dématérialisation- I.adématérialisation du Crédit Agricolepeuvent êtresouscritsen lignede s'impose simpose d'autant dautant plusquelorsde l'entrée lentrée en retion bout-en-bout. L'objectif Lobjectif de banque avecun client,80 desdocumentssontémispar verte est banque elle-mêmealors d'arriver darriver à tout dématérialiserà terme. D'ici Dici à 2015,le queles20 restantne sont que les mode«dépose permettraauxconseillers d'envoyer denvoyer justificatifsapportésparleclientḷesbénéfices à leurs clientsdes propositionsnumériques dans denon-matérialisationà sourcesontdonc un espacesécurisé.cesderniersn'auront substantiels. Nous poussons toujourslesbanquesà nauront plus qu'à à signer. partager cesbénéficesde dématérialisationavecleurs La banquedéveloppeparailleursune ouverture decomptesurmobile qui seradéployéefin2014. clients»,préciseau passage JérômeMendie.Detels Qu'en est-ilde dématérialisationensituationd'itiditinérance Lesbanquesrestentsurles starting blocks projetsde dématérialisationavec enface-à-face comportent une phased'analyse, danalyse, alors que l'assurance ssurance faitsespremierspas.ainsi, unephasede réengineering desprocessmétier,une depuis unan,prèsde3000sariésitinérantsdu groupe phasepiloteet enfinune phasede déploiement.plus Axavendentdel'assurance-vie ssurance-viesurleur ipad grâce à longsque lesprojetsavecélectroniqu en de Cryptolog. Ce projet est ligne,leurduréepeutallerde sixà douzemois. suivipar Rappelons aussique Numen dématérialiselescontrats professioncarl'assurance-vie ssurance-viepassepour un contrat complexe nécessitantdes sécurités d'offres doffres deprêtsimmobilierspourlesparticuliersde caissesd'épargne dépargne et juridiques dansun environnementdefaiblesconnexions assurele traitementdes pièces justificatives. Crédit Agricole a fait réseau.rappelonsque solutionsoond'ouverture douverture le choix de decomptemobiled'axa daxa Banqueutiliseaussi technologieopentrustpour ses projets de decryptolog. JOCOHEN

Olivier Mauras. Directeur R&D Beemo Technologie

Olivier Mauras. Directeur R&D Beemo Technologie Olivier Mauras Directeur R&D Beemo Technologie La sauvegarde informatique est-elle une composante de la politique de sécurité? Oui, à condition qu'elle s'intègre dans un plan global - Introduction - La

Plus en détail

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Evolution du prix d'un compte à vue entre 2011 et 2015... 2 2.1. Méthode... 2 2.2. Résultats... 5

Plus en détail

Fiche FOCUS. Les téléprocédures

Fiche FOCUS. Les téléprocédures Fiche FOCUS Les téléprocédures Créer un espace professionnel simplifié et adhérer aux services (accessible avec une adresse électronique / un mot de passe) Dernière mise à jour : avril 2015 Sommaire 1.

Plus en détail

La nouvelle loi sur la vente aux enchères et ses conséquences sur Internet

La nouvelle loi sur la vente aux enchères et ses conséquences sur Internet Fermer la fenêtre La nouvelle loi sur la vente aux enchères et ses conséquences sur Internet Lancer l'impression La nouvelle loi du 20 juillet 2011 de libéralisation des ventes volontaires de meubles aux

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2014. 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1

30 SEPTEMBRE 2014. 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1 30 SEPTEMBRE 2014 Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit et Avocat au barreau de Paris Avocat communautaire au barreau de Bruxelles (Liste E) Chargé d enseignement à l Université

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS DE PAIEMENT ET AUTRES

Plus en détail

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Les opérations à crédit Les comptes Caisse et Banque ne suffisent pas à décrire les opérations de l'entreprise car certaines génèrent des paiements différés

Plus en détail

Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage

Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage Principaux résultats Synthèse L'informatique en nuage permet d'utiliser l'informatique en tant que service, en tout lieu

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2012

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Editions ENI Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Collection Solutions Informatiques Extrait Alimenter l'entrepôt de données avec SSIS Business

Plus en détail

RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009

RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009 RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009 Approuvé par le Conseil national en sa séance du 24 avril 2009. Vue d ensemble 1. Terminologie 2. Dispositions générales 3. Assurés 4. Objet

Plus en détail

Manuel Administrateur

Manuel Administrateur Documentation Utilisateur DATE : 20/04/2005 Auteur : EAS Ver : 1.6 Nb. Pages : 43 Référence : Stamp : 14e0-38 Logiciel Gestion de centre de Bronzage Domaine Manuel Administrateur Version La version du

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F PRAT COM - compétence territoriale A2 Bruxelles, le 26 mai 2011 MH/AB/JP A V I S sur UNE PROPOSITION DE LOI MODIFIANT LA LOI DU 6 AVRIL 2010 RELATIVE AUX

Plus en détail

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux?

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? COMITÉ : ECO SOC ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? Membres de l Etat Major : Hira Yassine ; Cantor Brian François Hollande : «Nous pouvons

Plus en détail

RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012

RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012 7.3.2 RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012 LE BUREAU, - vu le règlement (CE, Euratom) n 354/83 du Conseil du 1 er février 1983 concernant

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant la RECOMMANDATION DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant la RECOMMANDATION DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 18.7.2011 SEC(2011) 907 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant la RECOMMANDATION DE LA COMMISSION sur l'accès

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

BudgetInMind, une appli Mac et ipad simple et qui soulage

BudgetInMind, une appli Mac et ipad simple et qui soulage BudgetInMind, une appli Mac et ipad pour piloter ses finances sur le bout des doigts Les Français ont tous des objectifs, des rêves, des besoins ou des envies : devenir propriétaire d'un bien immobilier,

Plus en détail

Cloud Computing : forces et faiblesses

Cloud Computing : forces et faiblesses Chapitre 7 Cloud Computing : forces et faiblesses 1. Présentation Cloud Computing : forces et faiblesses Le monde informatique a connu une véritable révolution ces dernières années avec l'apparition d'un

Plus en détail

Carte nationale d'identité

Carte nationale d'identité Carte nationale d'identité Principe Le changement d'adresse sur la carte nationale d'identité est facultatif. Il ne peut être fait que sur demande de l'intéressé de délivrance d'une nouvelle carte nationale

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 ---------------------------------------

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- Projet d'arrêté royal en exécution des articles 5 à 14 de la loi du portant des dispositions

Plus en détail

Compte rendu de la table ronde :

Compte rendu de la table ronde : Compte rendu de la table ronde : DU RISQUE SI AUX RISQUES BUSINESS Jeudi 5 mars 2015 SOMMAIRE Du risque SI au risque business. Pour le développement d'une culture numérique responsable Rui Teixeira Guerra,

Plus en détail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail VOLUME 12 NO 3 FÉVRIER/MARS 2010 LE MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE QUÉBEC Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise 13 chemin du Pied-de Roi, Lac-Beauport (Québec) G3B 1N6 ENVOI DE PUBLICATION

Plus en détail

IR Crédit d'impôt afférent aux dépenses en faveur de l'aide aux personnes Modalités d'application du crédit d'impôt

IR Crédit d'impôt afférent aux dépenses en faveur de l'aide aux personnes Modalités d'application du crédit d'impôt IR Crédit d'impôt afférent aux dépenses en faveur de l'aide aux personnes Modalités d'application du crédit d'impôt 1 Sont successivement examinés : - le fait générateur du crédit d'impôt ; - le mode d'imputation

Plus en détail

Crédit à la consommation: Principes généraux

Crédit à la consommation: Principes généraux Crédit à la consommation: Principes généraux Protection du consommateur: Pour tout achat faisant appel à un crédit, vous bénéficiez de la protection prévue dans le droit de la consommation (obligation

Plus en détail

Fiche FOCUS. Les téléprocédures

Fiche FOCUS. Les téléprocédures Fiche FOCUS Les téléprocédures Créer un espace et adhérer aux service (Mode de création simplifié) (accessible avec une adresse électronique / un mot de passe) Dernière mise à jour : avril 2014 Sommaire

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.6.2012 SWD(2012) 136 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques L'adoption de la directive européenne 1999/93/CE du 13 décembre 1999 établit un cadre communautaire pour l'utilisation de signatures

Plus en détail

I. PLAINTE II. DESCRIPTION DU SERVICE CONCERNE

I. PLAINTE II. DESCRIPTION DU SERVICE CONCERNE Bruxelles, 2 mars 2004 Résultat de l enquête administrative relative à la plainte de La Poste contre M.G.S. LEGAL MAIL pour cause de violation de l article 144octies de la loi du 21 mars 1991 portant réforme

Plus en détail

www.cnepbanque.dz BANCASSURANCE

www.cnepbanque.dz BANCASSURANCE News www.cnepbanque.dz Revue de la -Banque Banque Nouvelle édition BANCASSURANCE CARDIF Banque Signature de l accord de partenariat -Banque / CARDIF El Djazaïr Tout savoir sur la Bancassurance Deux questions

Plus en détail

Comment exploiter la mobilité pour améliorer les ventes. Exposé général

Comment exploiter la mobilité pour améliorer les ventes. Exposé général Comment exploiter la mobilité pour améliorer les ventes Exposé général Un exposé général QuinStreet. 2012 Introduction Les commerciaux sont bien plus souvent en déplacement qu'au bureau. Lors de leurs

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

Numéro du rôle : 367. Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T

Numéro du rôle : 367. Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T Numéro du rôle : 367 Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T En cause : le recours en annulation de l'article 7 de la loi du 20 juillet 1991 portant des dispositions budgétaires, introduit par Bertrand

Plus en détail

Charte du G8 sur l'accessibilité des données : annexe technique. Introduction

Charte du G8 sur l'accessibilité des données : annexe technique. Introduction Charte du G8 sur l'accessibilité des données : annexe technique Introduction 1. Nous, membres du G8, avons consulté des experts techniques afin d'identifier les bonnes pratiques (1ère partie) et les actions

Plus en détail

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Livre Blanc Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Sponsorisé par : Microsoft Sebastien Lamour mai 2014 QUELS SONT LES NOUVEAUX BENEFICES POTENTIELS ISSUS

Plus en détail

Service d enrichissement de données de contrepartie

Service d enrichissement de données de contrepartie L'un des principaux défis que doivent relever les parties soumises à une obligation de déclaration en liaison avec une délégation à une contrepartie réside dans la collecte, le stockage et la mise à jour

Plus en détail

162/06/Monday 09h10. J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule. belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation

162/06/Monday 09h10. J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule. belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule Rapport au Roi Table des matières Version néerlandaise Conseil d'etat belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation Titre

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Centrale des crédits aux particuliers Analyse des données statistiques 2013 La Centrale des crédits aux particuliers est un outil qui vise à lutter contre le surendettement grâce à l'enregistrement de

Plus en détail

Groupe de travail «article 29» sur la protection des données

Groupe de travail «article 29» sur la protection des données Groupe de travail «article 29» sur la protection des données 1676/13/FR WP 208 Document de travail n 02/2013 énonçant des lignes directrices sur le recueil du consentement pour le dépôt de cookies Adopté

Plus en détail

Questions et réponses sur l'installation et l'activation de Microsoft Office. Juin 2013

Questions et réponses sur l'installation et l'activation de Microsoft Office. Juin 2013 Questions et réponses sur l'installation et l'activation de Microsoft Office Juin 2013 Ce document est conçu pour aider les revendeurs à comprendre comment pratiquer le téléchargement, l'installation et

Plus en détail

modifié par le règlement n 2002-07 du 21 novembre 2002 et les arrêtés du 15 mai 2006, du 18 décembre 2009 et du 15 mai 2014

modifié par le règlement n 2002-07 du 21 novembre 2002 et les arrêtés du 15 mai 2006, du 18 décembre 2009 et du 15 mai 2014 Règlement n 99-14 du 23 septembre 1999 relatif à la garantie des titres détenus, pour le compte d'investisseurs, par les établissements de crédit, les entreprises d'investissement et les autres intermédiaires

Plus en détail

Théories de la Business Intelligence

Théories de la Business Intelligence 25 Chapitre 2 Théories de la Business Intelligence 1. Architectures des systèmes décisionnels Théories de la Business Intelligence Depuis les premières requêtes sur les sources de données OLTP consolidées

Plus en détail

1. SITE WEB... 2 1.1. HOME... 3 1.2. OFFRES ET DEMANDES... 5 1.3. SUR L'ECHANGE DE COPRODUITS... 6 1.4. CONTATO... 7

1. SITE WEB... 2 1.1. HOME... 3 1.2. OFFRES ET DEMANDES... 5 1.3. SUR L'ECHANGE DE COPRODUITS... 6 1.4. CONTATO... 7 Guide de l'outil Internet dédié au marché des co-produits 1. SITE WEB... 2 1.1. HOME... 3 1.2. OFFRES ET DEMANDES... 5 1.3. SUR L'ECHANGE DE COPRODUITS... 6 1.4. CONTATO... 7 2. ENREGISTRER UN NOUVEL UTILISATEUR/

Plus en détail

Un film à partir de photos avec windows movie maker

Un film à partir de photos avec windows movie maker Un film à partir de photos avec windows movie maker -Windows movie maker est un logiciel de montage vidéo gratuit qui est normalement déjà installé sur les ordinateurs sous windows (xp, vista et 7). Il

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

LE TRAITEMENT DE TEXTE À L'ÉCOLE

LE TRAITEMENT DE TEXTE À L'ÉCOLE 101 LE TRAITEMENT DE TEXTE A L'ECOLE Jean VINCENT Mon propos est ici de m'interroger sur les qualités que devrait avoir un traitement de texte utilisable en classe, de donner quelques conseils d'utilisation

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

4. La comptabilité de détail est utilisée dans les points de vente et les rayons suivants:

4. La comptabilité de détail est utilisée dans les points de vente et les rayons suivants: ÉVALUATION DES STOCKS INTRODUCTION 1. Il existe différentes méthodes d'évaluation des stocks. La méthode utilisée dépend de plusieurs facteurs, y compris le degré de contrôle désiré, le taux de rotation

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES FINANCES 1000 Bruxelles, le

CONSEIL SUPERIEUR DES FINANCES 1000 Bruxelles, le CONSEIL SUPERIEUR DES FINANCES 1000 Bruxelles, le Rue de la Loi 121 octobre 1990 CSF/90/N5. AVIS DE LA SECTION "INSTITUTIONS ET MARCHES FINANCIERS" CONCERNANT LA CREATION D'UN MARCHE BELGE D'OPTIONS ET

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

La déontologie de l'agent immobilier

La déontologie de l'agent immobilier La déontologie de l'agent immobilier Introduction Déontologie: «L'Ensemble des règles et des devoirs qui régissent une profession, la conduite de ceux qui l'exercent, les rapports entre ceux-ci et leurs

Plus en détail

PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL EN LIGNE: LA QUESTION DES ADRESSES IP *

PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL EN LIGNE: LA QUESTION DES ADRESSES IP * PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL EN LIGNE: LA QUESTION DES ADRESSES IP * Peter J. Hustinx ** 1. Introduction Si la protection des données à caractère personnel dans le cadre d'internet suscite

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MARCHE DE SERVICE. LOT UNIQUE : Dématérialisation et reprographie des dossiers de consultation de Maine-et-Loire Habitat

CAHIER DES CHARGES MARCHE DE SERVICE. LOT UNIQUE : Dématérialisation et reprographie des dossiers de consultation de Maine-et-Loire Habitat Office Public de l'habitat 11 rue du Clon - B.P. 70146 49001 - ANGERS Cedex 01 Tél. : 02.41.81.68.00 CAHIER DES CHARGES LOT UNIQUE : Dématérialisation et reprographie des dossiers de consultation de Maine-et-Loire

Plus en détail

ENJEUX JURIDIQUES DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012

ENJEUX JURIDIQUES DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012 DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012 ENJEUX JURIDIQUES Me Cathie-Rosalie Joly Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit et Avocat au barreau de Paris Avocat communautaire au

Plus en détail

Description des services de KBC-Mobile Banking

Description des services de KBC-Mobile Banking Description des services de KBC-Mobile Banking Vous trouverez ci-dessous un aperçu des services. Le contractant qui utilise KBC-Mobile Banking à des fins non seulement privées mais aussi professionnelles

Plus en détail

LES STATISTIQUES DE L'ETAT-CIVIL ET DES RECENSEMENTS EN FRANCE ET LEUR CONTRIBUTION A L'ANALYSE DES COMPORTEMENTS FAMILIAUX

LES STATISTIQUES DE L'ETAT-CIVIL ET DES RECENSEMENTS EN FRANCE ET LEUR CONTRIBUTION A L'ANALYSE DES COMPORTEMENTS FAMILIAUX LES STATISTIQUES DE L'ETAT-CIVIL ET DES RECENSEMENTS EN FRANCE ET LEUR CONTRIBUTION A L'ANALYSE DES COMPORTEMENTS FAMILIAUX Jean-Claude LABAT et Michel de SABOULIN (Institut National de la Statistique

Plus en détail

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR PREFECTURE DE LA MANCHE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DE LA REGLEMENTATION Bureau de la Circulation LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR Code des transports Articles L 3120-1 à L 3120-5 Articles

Plus en détail

Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES

Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES 105 2012-161 Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES COMPOSITION Présidente : Catherine Overney Juges : Adrian Urwyler, Françoise Bastons Bulletti Greffier : Luis da Silva PARTIES

Plus en détail

TIC. Panorama. L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise

TIC. Panorama. L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise TIC (Technologies de l'information et de la communication) Panorama L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise La taille du marché (en PIB réel) des technologies

Plus en détail

GUIDE DES DROITS D'AUTEUR À L'USAGE DES ENSEIGNANTS ET CHERCHEURS

GUIDE DES DROITS D'AUTEUR À L'USAGE DES ENSEIGNANTS ET CHERCHEURS Université Catholique de Louvain GUIDE DES DROITS D'AUTEUR À L'USAGE DES ENSEIGNANTS ET CHERCHEURS Prof. Mireille Buydens 2 INTRODUCTION Enseigner ou poursuivre des recherches, quel qu'en soit le domaine,

Plus en détail

POLITIQUE DE RESPECT DE LA VIE PRIVÉE

POLITIQUE DE RESPECT DE LA VIE PRIVÉE POLITIQUE DE RESPECT DE LA VIE PRIVÉE En tant qu'utilisateur de www.candycrushperfumes.com, veuillez lire attentivement cette politique de respect de la vie privée. Vous pourrez accéder ici à toutes les

Plus en détail

Publication. Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013

Publication. Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013 Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013 Avec la nouvelle version 2013, Microsoft achève l'intégration complète de MS Project à SharePoint Server et met une nouvelle infrastructure à disposition.

Plus en détail

FORMATION « SOUS LIBRE OFFICE TRAITEMENT DE TEXTE TYPES ET MODÈLES. Le 30 Janvier 2015

FORMATION « SOUS LIBRE OFFICE TRAITEMENT DE TEXTE TYPES ET MODÈLES. Le 30 Janvier 2015 FORMATION «COURRIERS TRAITEMENT DE TEXTE» TYPES ET MODÈLES SOUS LIBRE OFFICE Le 30 Janvier 2015 DROITS D'AUTEURS Licence Ce document est sous licence GNU Free documentation 1.3, hormis les dessins, ceci

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

FAQ GENERALISATION DES TELEPROCEDURES FAQ GENERALE. 01 - Mon entreprise est-elle concernée par l'obligation de recourir aux téléprocédures?

FAQ GENERALISATION DES TELEPROCEDURES FAQ GENERALE. 01 - Mon entreprise est-elle concernée par l'obligation de recourir aux téléprocédures? FAQ GENERALISATION DES TELEPROCEDURES FAQ GENERALE 01 - Mon entreprise est-elle concernée par l'obligation de recourir aux téléprocédures? Si votre entreprise relève d'un régime réel d'imposition, normal

Plus en détail

ODS Look des ODS Outil de modification cosmétique

ODS Look des ODS Outil de modification cosmétique Filière d informatique de gestion Laboratoire de Génie Logiciel ODS Outil de modification cosmétique Version 1.0 / Juin 2007 Table des matières 1 Concept... 3 2 Limites et contraintes de l'outil... 3 3

Plus en détail

Offre de services. PHPCreation Inc. info@phpcreation.com - www.phpcreation.com. Date : 2015. Présenté à : À l'attention de : Représentant :

Offre de services. PHPCreation Inc. info@phpcreation.com - www.phpcreation.com. Date : 2015. Présenté à : À l'attention de : Représentant : Date : 2015 Offre de services Présenté à : À l'attention de : Représentant : PHPCreation Inc. T- info@phpcreation.com - www.phpcreation.com Table des matières OFFRE DE SERVICES... 3 SOMMAIRE EXÉCUTIF...

Plus en détail

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2011 ORTHOPHONIE AMBULATOIRE 11.041

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2011 ORTHOPHONIE AMBULATOIRE 11.041 CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2011 ORTHOPHONIE AMBULATOIRE 11.041 Rapport du Conseil d'etat au Grand Conseil à l'appui d'un projet de décret portant octroi d un crédit supplémentaire urgent de 1.595.000

Plus en détail

Quelles signatures pour quels effets?

Quelles signatures pour quels effets? Quelles signatures pour quels effets? KEYNECTIS et la signature électronique Signature électronique en Algérie Signature électronique en Europe La Directive Européenne France Signature électronique avec

Plus en détail

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies Lecture du mercredi 30 mars 2011 Société Betclic Enterprises Limited M. Stirn, président M. Xavier de Lesquen, rapporteur M. Thiellay Jean-Philippe,

Plus en détail

Code Signing THAWTE EST UN FOURNISSEUR MONDIAL MAJEUR DE CERTIFICATS DE CODE SIGNING

Code Signing THAWTE EST UN FOURNISSEUR MONDIAL MAJEUR DE CERTIFICATS DE CODE SIGNING Code Signing THAWTE EST UN FOURNISSEUR MONDIAL MAJEUR DE CERTIFICATS DE CODE SIGNING code signing...1 Qu est-ce que le Code Signing?...1 À quoi sert le Code Signing?...1 Ce que le Code Signing ne fait

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Les expériences dans les collectivités locales

Les expériences dans les collectivités locales CHAPITRE 4 Les expériences dans les collectivités locales Diverses expérimentations de la carte d'achat dans la sphère publique ont été menées à partir de 2001 afin d'étudier les conditions de la généralisation

Plus en détail

Évolution 2008 de l'iso 9001

Évolution 2008 de l'iso 9001 Évolution 2008 de l'iso 9001 accueil offre de services me contacter dossiers téléchargements liens plan du site La Norme ISO 9001 évolue C'est une étape normale, qui aurait même pu intervenir avant (la

Plus en détail

Mode d'emploi Wordpress Administration du contenu. http://slconstantia.com/wp-admin/

Mode d'emploi Wordpress Administration du contenu. http://slconstantia.com/wp-admin/ Mode d'emploi Wordpress Administration du contenu http://slconstantia.com/wp-admin/ Sommaire I. Connexion à l'espace privé 1. 2. 3. Où est-ce? Identification Présentation de l'interface II. Notions fondamentales

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

La Bourse aux Financements Solidaires (BFS)

La Bourse aux Financements Solidaires (BFS) La Bourse aux Financements Solidaires (BFS) 1/ Contexte Socio-économique global La BFS est née d'un double constat. D'une part, le parcours d'un créateur d'entreprise ou d'activité est difficile, particulièrement

Plus en détail

La régularisation du contrat de crédit pour lequel des facilités de paiement ont été accordées est comprise sous le point b).

La régularisation du contrat de crédit pour lequel des facilités de paiement ont été accordées est comprise sous le point b). RAPPORT AU ROI Sire, La loi du 10 août 2001 relative à la Centrale des Crédits aux Particuliers réorganise la Centrale des Crédits aux Particuliers qui existe au sein de la Banque nationale de Belgique.

Plus en détail

Règlement grand-ducal portant nomenclature des actes et services des médecins - dentistes pris en charge par l'assurance maladie

Règlement grand-ducal portant nomenclature des actes et services des médecins - dentistes pris en charge par l'assurance maladie MEDECINS-DENTISTES Règlement grand-ducal portant nomenclature des actes et services des médecins - dentistes pris en charge par l'assurance maladie Caractère personnel de l'acte Art. 1er.- Les actes et

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-5 Détermination de la nécessité de recourir à un expert... 6-7 Compétence et objectivité de l'expert...

Plus en détail

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat.

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat. Secrétariat général DIRECTION DE L'EVALUATION DE LA PERFORMANCE, ET DES AFFAIRES FINANCIERES ET IMMOBILIERES SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES IMMOBILIERES SLAC/N AFFAIRE SUIVIE PAR : Pierre AZZOPARDI Tél :

Plus en détail

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1 Réf.AQ-Q1 Les Systèmes d'information des entreprises réglementées font l'objet d'exigences spécifiques. Celles-ci sont souvent difficiles à appréhender pour les spécialistes métier de l'assurance Qualité,

Plus en détail

I. PLAINTE II. DESCRIPTION DU SERVICE CONCERNE

I. PLAINTE II. DESCRIPTION DU SERVICE CONCERNE Bruxelles, le 2 mars 2004 Résultat de l enquête administrative relative à la plainte de La Poste contre D.V.M./D.V. MEDICAL pour cause de violation de l article 144octies de la loi du 21 mars 1991 portant

Plus en détail

(Informations) CONSEIL

(Informations) CONSEIL C 119/2 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2009 IV (Informations) CONSEIL INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS ET ORGANES DE L UNION EUROPÉENNE Conclusions du Conseil du 12 mai 2009 concernant

Plus en détail

OUTIL DE RAPPORT DES VENTES EN LIGNE D'AIR CANADA FOIRE AUX QUESTIONS

OUTIL DE RAPPORT DES VENTES EN LIGNE D'AIR CANADA FOIRE AUX QUESTIONS À PROPOS OUTIL DE RAPPORT DES VENTES EN LIGNE D'AIR CANADA FOIRE AUX QUESTIONS Pourquoi le site Web de l'outil de rapport a-t-il été créé? L'outil a été conçu pour réunir toutes les ventes en ligne à un

Plus en détail

RÈGLEMENTS. du 3 novembre 2008

RÈGLEMENTS. du 3 novembre 2008 29.11.2008 FR Journal officiel de l'union européenne L 320/1 I (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (CE) N o 1126/2008 DE LA COMMISSION

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES N 1 APPEL D OFFRES N 02/2013 «CONSTRUCTION D UN SYSTEME D INFORMATION GLOBAL (SIG) GENERATION 2

QUESTIONS/REPONSES N 1 APPEL D OFFRES N 02/2013 «CONSTRUCTION D UN SYSTEME D INFORMATION GLOBAL (SIG) GENERATION 2 Direction de l Administration et des finances Sous-direction des achats QUESTIONS/REPONSES N 1 APPEL D OFFRES N 02/2013 «CONSTRUCTION D UN SYSTEME D INFORMATION GLOBAL (SIG) GENERATION 2 AO 02/2013 Questions/Réponses

Plus en détail

L'AGENT D'ASSURANCES LIÉ

L'AGENT D'ASSURANCES LIÉ Intermédiaires d assurance F.284 - L'AGENT D'ASSURANCES LIÉ par Geoffroy Regout Avocat (Altius) I. INTRODUCTION Dans le cadre de la réforme Twin Peaks II (1) qui visait notamment à appliquer les règles

Plus en détail

Document d information relatif à Ia catégorisation des clients (1)

Document d information relatif à Ia catégorisation des clients (1) Document d information relatif à Ia catégorisation des clients (1) 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE La Banque procède à la classification du Client dans les catégories suivantes selon le type

Plus en détail

Manuel utilisateur logiciel Salles. Version 1.1

Manuel utilisateur logiciel Salles. Version 1.1 Manuel utilisateur logiciel Salles Version 1.1 juin 2015 Sommaire Accès au logiciel Salle...4 Se connecter au logiciel... 4 Configuration du planning...5 Personnaliser les éléments affichés sur le planning...

Plus en détail

Fiche de l'awt Matrice des activités d'un projet d'ebusiness

Fiche de l'awt Matrice des activités d'un projet d'ebusiness Fiche de l'awt Matrice des activités d'un projet d'ebusiness Les activités de cette matrice concernent les canaux de communication électronique et les interfaces avec les systèmes d'information de l'entreprise

Plus en détail

Transfert des factures sans interruption la Comptabilité des créanciers sans papier apporte de nombreux avantages

Transfert des factures sans interruption la Comptabilité des créanciers sans papier apporte de nombreux avantages Programmes, produits, technologies 19 Transfert des factures sans interruption la Comptabilité des créanciers sans papier apporte de nombreux avantages Les processus de la Comptabilité des créanciers peuvent

Plus en détail

LA TAXATION DES AVOCATS : LE TYPE MEME DE LA FAUSSE BONNE IDEE

LA TAXATION DES AVOCATS : LE TYPE MEME DE LA FAUSSE BONNE IDEE Août 2014 LA TAXATION DES AVOCATS : LE TYPE MEME DE LA FAUSSE BONNE IDEE Dans le débat sur la réforme du financement de l aide juridique apparaît, aux côtés des propositions de taxation des actes juridiques

Plus en détail

SOCIETE D'INFORMATIQUE MULTI-SOLUTIONS INC.

SOCIETE D'INFORMATIQUE MULTI-SOLUTIONS INC. SOCIETE D'INFORMATIQUE MULTI-SOLUTIONS INC. Facturation (FH) Version 7.02 Novembre 2001 SERVO-GESTION Facturation (FH) Si vous ne l'avez pas déjà fait, nous vous invitons à lire, avant de commencer à utiliser

Plus en détail