VUC13:4Sn5. Date : 01/10/2014 Pays : FRANCE Page(s) : Périodicité : Mensuel Surface : 388 % Tous droits de reproduction réservés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VUC13:4Sn5. Date : 01/10/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 44-48 Périodicité : Mensuel Surface : 388 % Tous droits de reproduction réservés"

Transcription

1 Nouvelle dans les transactions s ère BF i,^..;:i i ti II f VUC13:4Sn5 Dématérialisation et

2 4( : i4gg n45b234b ^S234jP?3^G5234BF?' n Zb2. ^1. quisepassedanslemondede à une véritablecourse ressemble contre montre», confie )ean-marc Ce Angeard,directeurcommercial de l'activité ctivité BPOdu prestataire louve,acteurprésent dansbanqueavecentreautresréférencesbnpparibas,hn un mot,consolidationvabontraindansle petitmondede, technologie devenueindispensablepourde nombreux projets de dématérialisation.cert Europea été reprispar ()odrive,raméricaindocusign s'est sest rapprochéd'open- dopen- 'IVust IVustdanslecadred'un dun partenariatexclusifalorsque Dictao,en pointe danslesecteur bancaire,vienttout justed'être dêtre rachetéparle groupe MorphoḌictaova ainsibénéficierde l'ancrage ncrage internationaldeson nouvel actionnaire,masausside son savoirfairedansle secteurdebiométrie.cetteconsolidationintervient alorsquenouvelle réglementationeuropéenne crée unespaceeuropéen de oùles pratiquesserontharmonisées, créantun vrai marché où unjugepolonaisne pourraplusremettreen causeun contrat signé électrojiiquement enfrance», ainsi que le faitremarquerbertrandbraux, responsable marketinget communicationchez Cryptolog, acteurde égalementprésent danslesecteurde finance, Incontournablen ligne comme en agence, électrsnique devient un enjeumajeurdanslesprojets de dématérialisationdesbanquesḷes paiementsn'échappent néchappent pas à cette logique à l'heure lheure oùune nouvelle réglementation européenneest annoncée, préfigurantune nouvelleère dans les transactionss. RÉGLEMENTATION ETCONSOLIDATION UNENOUVELLEÉTAPEPOURLA SIGNATUREÉLECTRONIQUE «Lanouvelle réglementationapporteplus decrtéet confèreune valeuraucachetde l'entreprise, lentreprise, lesceau estime NathalieSchiang,directrice de communicationchez.oodrivc.le document ne peut être refuséau titre de preuveen justice seulmotifqu'il au il seprésentesousforme. «C'est Cest l'aube ube d'une dune nouvelleère pour car, dans un monde où le numérique faitencoretropsouventpeur,cea lemérited'être dêtre écrit dans loi ajoute Bertrand Braux.«Cette nouvelleréglementation,qui arriveau momentoù se développentles mobileset le cloud, va amener des changements radicauxdans lespratiques bancaires, notammentau niveaumarketingḷescontrats transfrontaliersavecvaleurlégaleetprobantevontse généraliser-»,estimepour sa part PascalColin, directeur générald'opentrust. dopentrust. Un étudiantà l'étraiiger létraiiger pourra ainsi recevoirun virementde ses parents sur une autre banquede manièreentièrement...au plus tard à partir du 1erjuillet2016, date à quelle directive1999/93/csera abrogée au profit denouvelleréglementation cetteéchéance,ellepourraentrerenvigueurdèsle17 Ẹnattendant septembre 2014.«La vaaussi trouverson terraind'application dapplication danslespaiements

3 Oney sur Banque Accord se positionne Nouvelleoffensive dansledomainede dématérialisationavec ledéploiement,paroney BanqueAccord,d'une dune nouvellesolutionde de contrat.90magasinsleroy Merlin,41Boungeret26 Alinéa proposent àleurs clientsdesouscrireàcarte depaiementdel'enseigne lenseigne ensignantlecontratsur tablettegrâceàsolution de développéeparoneybanque Accord.«Lorsdel'ouverture louverture decartedel'enseigne, lenseigne, leclientsignesoncontrat surtablette.les pièces justificativessont scannées etdirectementintégrées audossierḷecontratn'est nest plusimprimésurpce», indiqueoneybanque Accord,ajoutantquele systèmepemietungainde temps,unéquipementplus simple(scannerettablette) etunavantageécologique. «La descontratsesttrèsbien accueillieparlesclients. Lorsd'une dune étudemenéeen magasin,100xdesclients ontacceptécettenouvelle manièredesignerles contratset 100 desclients sesontdécréssatisfaitset jugentcetoutil moderneet dansl'air ir dutemps.outrele gaindetemps, faciliteet sécurisel'accès ccès aucontrat, grâceàsonstockageet sonarchivagesurl'espace lespace Banque Accorddu client. Leclientconservebiensûr possibilitédedemander uneversionimpriméedeson contrat»,poursuitl'entité. lentité. «C'est Cest unevéritableavancée pournotresecteuret nos partenairescommerçants. Noussommeslespremiers àdéployercettesolution àgrandeéchellequiva danslesensdel'histoire lhistoire et permetà nospartenaireset leursclientsdegagneren temps,ensimplicitéeten sécurisation.cedéploiement estunenouvellepreuvede capacitéd'innovation dinnovation et d'agilité dagilité deoneybanque Accord»,expliqueNicos Dreyfus,directeurgénéralde OneyBanqueAccordFrance. SEPA»,prévoitSébastienFrançois,directeur général de Docusignșociétéaméricainespécialiséedans dématérialisationqui faitsespremierspasen France avectechnologieded'open- dopen- Trust.«Dansl'univers lunivers dub2b,cechangementradical vapermettred'effectuer deffectuerdespaiements avec et ainsi fluidifierle business», ajoute PascalColin,convaincuquel'on lon entredans l'ère lère du digitaltransactionmanagementẹncir, l'automatisation utomatisation et fluidificationdes échanges commerciaux vont permettre mise en pcede workflowsavec dans les entreprisescomme danslesétablissements financiers. LECONTRÔLEDESDOCUMENTS MIS ENEXERGUE Pourlesbanques,ceschangementsjuridiques une bonnenouvelle sont puisque l'heure lheure n'est nest plus pilotes,maisaux aux déploiements à grande échelle.la a fait ses preuvesen ligne commeen agence. Le choixd'un dun acteur technologique pour assurer tbnctionde n'est nest doncplusd'actualité. dactualité. Il yen plusieurs sur lemarché.l'acte Lacte techniquen'est nest d'ailleurs dailleurs plus significatif une coûtait2à 3ë il y a quatreans,ellecoûtemoinsd'un dun euroaujourd'hui. Enoutre,peu de nouveautésont marqué technologie proprementdite,à l'exception lexception de en modedéconnectéd'open dopen Trustqui offrelesmêmes garantieslégalesqu'une une manuscrite.cette transactions oftline permetde ne pas interrompre les lorsqu'il n'y ny a pas de réseau.résultat «L'attention Lattention se dépce de proprement diteversle traitementdespièces justificatives aumomentdel'enrôlement lenrôlementduclient,en ligne ouen agence»,confiejean-marcangeardạvecson offrejouvemobilecapture,jouvea pris unecertaine avancesurlesujeten assurantun contrôlede pièces tellesque carte d'identité, didentité, le RIB,lesjustificatifs de domicileou le bulletinde saireen quasi-temps réel.la photographie de cespiècessur sraartphone ou tablettepèsejusqu'à à 5Mo qu'il fauttraiter sur pteformesaasen moinsde troissecondes,ce que Jouvea réussià faire grâce à sonexpérience mondedu traitementde dansle l'image. limage. «Nousarrivonsà contrôlertroispiècesjustificativesen moinsde neuf secondes»,précise en effetjean-marcangeard.la cohérencedesdonnéesestun facteurclédans l'analyse nalyse des piècesjustificativespuisqu'elle puisqu elle comptepour deuxtiersdes causesde rejetde dossiers.en partenariat avecl'éditeur léditeur AriadNext,spécialisé dans le contrôlede documents,certeuropc,filialed'oodoodrive,a suivilemouvementavecuneoffresimiire, baptiséecheck&sign. «Latabletteoulescancontrôle une carted'identité didentité en quelques secondes»,précise NathalieSchngẸnoutre,solutionretranscrit automatiquement lesdonnéessaisiesen OCRdans les champsd'un dun contratpré-rempli.cederniern'a na plus qu'à à être signéà l'aide ide de l'outil loutil CertSign quidélivre immédiatementuncertificataunom du client pour luipermettrede signer.«gaindetempset réductiondescoûtspapiersont lesprincipaux bénéfices»,constatenathalie Schng. Les banques deviennent conscientes que ces contrôlesa priorideviennentnécessairescar, l'expérience lexpérience montreque prèsde 20 desdossiersclients sontrejetésịlsconditionnentl'accélération ccélérationdes processus et l'amélioration mélioration de l'expérience lexpérience client. D'ailleurs, Dailleurs, certaines banques tbnt appelà ces fonctionnalités de contrôle proposées en Webservicessur

4 «de eldas», nouvelle réglementation LeConseildel'Union lunion Européenneaannoncéle 23juillet dernierl'adoption doption définitivedunouveau règlementdit «eldas sur l'identification lidentification et lesservicesdeconfiance pourlestransactions sauseindu marchéintérieur.ce texte, retivementechniquesi l'on lon encroitbertrandbraux decryptolog,renouvellele cadrejuridiqueeuropéen sur lesservicesdepreuve.cedernier n'avait navait pasconnude modificationdepuis directivede1999sur. Lerèglementinstaureun cadrejuridiquebeaucoup plusgénéralpourdifférents typesdetransactions sausein dumarchéintérieurạ l'instar linstar decequiavait étéfait enfranceavecle RGS,lerèglementdéfinit et encadrel'utilisation lutilisation de différentstypesdeservices deconfiancequivontde l'identification lidentification àl'authentification uthentification desites Internet(certificatsSSL)en passantparl'horodatage, lhorodatage,,lecachet,etlesservices d'envois denvois recommandés sḷes intemautesseront ainsiimmédiatement informésqu'ils ils peuvent faireconfianceàun serviceenlignelorsqu'ilslorsqu ils effectuentunetransaction. LesdifférentsÉtatsseront désormaistenusde référencerdansdeslistesles serviceset lesprestataires qualifiésetbellisésau sensdurèglementeuropéen. Accessiblepardesmachines oupardesutilisateurs, ceslistesconstituerontun référentielindiscutablepour vérifierqu'une une, uncachetserveur,une identitéestqualifiée,et qu'un un servicerespectecette nouvelleréglementation européenne.«ellesigne entousfin dudogmede carteàpuce estimeen touscasbertrandbraux. Alorsquedirectivede 1999préconisaitl'usage lusage decertificatssursupports physiquessécurisés,cen'est nest pluslecasaveclenouveau règlementquiimpose toutefoisauxprestatairesde servicesqualifiésdevérifier l'identité lidentité dudemandeuren saprésencelorsderemise d'un dun certificatqualifié. Autrenouveautéimportante, cerèglementintroduit unnouveauconcept juridique qui n'existait nexistait pasendroit Français à savoirde personnemoraleoucachet.«c'est Cest une avancéesignificative estimenathalieschiang. DéjàenusageenFrance, l'horodatage lhorodatageestintroduit auniveaueuropéenḷa réglementationtraiteaussi deconservationdes ss surdetrèslonguesdurées. pkte-formesaasde )ouvequi renvoieun scoring aprèsanalysedes piècesenvoyées.fn raison de fraiidecroissanteà carte d'identité, didentité, Jouveentend aller plus loinquel'analyse nalyse ducodede lignemrz de carted'identité didentité réaliséepar lesacteurs du marché. Enetfet,les techniquesdesfraudeursévoluent sanscesseet les équipes R&D de louves'appuient sappuient égalementsur d'autres dautres contrôlesvisuelsinnovants qui.serontplusdifficilesàfalsifier. LEBOUTENBOUTS'IMPOSE SIMPOSE Lasijjnaturereprenddonc.sonstatutde petit boutonintégréau documentqui regagneson statutdevéritablemoteurdesprojets. «En ligne ou en proximité, lesbanquesveulentdeplusen plusdes solutionsdeboutenbout».affirmepascalcolin.sur ce terrain, Docusign a développé une pte-forme de dématérialisationdesprocessusmétieren mode SaaSintégrantdirectementlesinterfacespourles500 progicielslesplusrépandusdu marché.on y trouve entreautre ceuxde SAPet ceuxde Microsoft.Cette démarchea séduitdesbanquestellesque Santander ou INCen Europe. Lesfilialesde plusieursbanques [rançaisesutilisentdéjàpte-formedocusign. Notons que lesecteurde finance représente à cejour 30 de sonactivitémondiale.«leretoursur investissement estlepointde fortdenotre pte-forme qui compteà ce jourplusde 41millionsd'utilisateurs dutilisateurs», préciseencoresébastienfrançois.ellepermet de rationaliserlesprocessmétieret d'assurer dassurer une traçabilité de bouten bout, un discoursen phase lesnouvellesattentesdesbanques, aussi bienpour avec dématérialisationde leurscontratsquepour les opérations depaiementsepa.

5 La «de au affirme En plus dématérialisation Crédit ligne en Pascal ou plus en Agricole Colin, proximité, les Brie des solutions de bout en bout directeur banques général Picardie d'opentrust dopentrust veulent», «Leprocessusde dématérialisations'accélère saccélère aucréditagricolebrie Picardie»,confiePhilippe Cannent,responsabledu servicecomptabilitéde banqueḍanslecadredu grandprojetnicedugroupe, les220 agences decaisse régionales'équipent séquipent de tablettesavec.ceprojet n'est nest quepartievisiblede l'iceberg liceberg carbanqueest engagéedansunedémarche dedématérialisationdepuis 2008.«Toutacommencé parl'instaltion linstaltion d'une dune solutiondecedd'itesoft ditesoft racontephilippecarment. C'est Cest alorsquel'idée lidée de dématérialiserlesfactures s'est sest imposéecommeune évidence.itesoftaaidéà miseenœuvredeceprojet courant2009.lasolution apermisdetraiterdans unpremiertemps30000 facturesparan.aujourd'hui, grâceauxregroupements defacturesréalisésavec desprestatairestelseofou Orange, solutionnetraite plusque25000factures paran.lesprocessuset les workfiowsontétéaffinés avecletemps. Les factures auformatpdfsontvalidées par desresponsablesdebudgets debanqueavantd'être dêtre automatiquementrenvoyées àcomptabilitépour règlementlesoir même. «Cefiabiliselecircuitde traitementdefactureet nouspermetderéaliserun gaindetempsconsidérable (desgainsdeproductivité deplusde30 X)»,précise PhilippeCarment.Prochaine étape,l'automatisation utomatisationsera pousséeuncranplusloin. Lesfacturesn'arriveront narriveront plus parcourriermaispar , paréchangeinformatisé (EDI)aveccertains fournisseurset enfmpar unportaildedépôtspour lesautresfournisseurs,qui pourrontainsi,surunsite sécuriséșuivrefacture émise.lamiseenchantier estprévuepour2015/2016. Si dématérialisationavec dématérialisation en agence.«lecrédit,qui représenteun en face-à-facemet les banques en pleine effen'es- escence, logiquemétier n'est nest jamaisperdu de vue, modèlesde formuireselonlescaissesrégionales, importantprocessusmétieravecen outredifiérents quelquesoit le type de contratà traiter. Principale sera100 dématérialiséà source pour êtreensuite raison «La maniputiondu papierreste chère», rappelle à traitéauniveaudubackoffice»,confiehichcmjabalh, directeurgénéralde CréditAgricole cesujetjérômemendie,responsabledes alliancesetpartenariatscheznumen,prestataire Technologies. Ace jour, une vingtaine desproduitsfinanciers européen de dématérialisation- I.adématérialisation du Crédit Agricolepeuvent êtresouscritsen lignede s'impose simpose d'autant dautant plusquelorsde l'entrée lentrée en retion bout-en-bout. L'objectif Lobjectif de banque avecun client,80 desdocumentssontémispar verte est banque elle-mêmealors d'arriver darriver à tout dématérialiserà terme. D'ici Dici à 2015,le queles20 restantne sont que les mode«dépose permettraauxconseillers d'envoyer denvoyer justificatifsapportésparleclientḷesbénéfices à leurs clientsdes propositionsnumériques dans denon-matérialisationà sourcesontdonc un espacesécurisé.cesderniersn'auront substantiels. Nous poussons toujourslesbanquesà nauront plus qu'à à signer. partager cesbénéficesde dématérialisationavecleurs La banquedéveloppeparailleursune ouverture decomptesurmobile qui seradéployéefin2014. clients»,préciseau passage JérômeMendie.Detels Qu'en est-ilde dématérialisationensituationd'itiditinérance Lesbanquesrestentsurles starting blocks projetsde dématérialisationavec enface-à-face comportent une phased'analyse, danalyse, alors que l'assurance ssurance faitsespremierspas.ainsi, unephasede réengineering desprocessmétier,une depuis unan,prèsde3000sariésitinérantsdu groupe phasepiloteet enfinune phasede déploiement.plus Axavendentdel'assurance-vie ssurance-viesurleur ipad grâce à longsque lesprojetsavecélectroniqu en de Cryptolog. Ce projet est ligne,leurduréepeutallerde sixà douzemois. suivipar Rappelons aussique Numen dématérialiselescontrats professioncarl'assurance-vie ssurance-viepassepour un contrat complexe nécessitantdes sécurités d'offres doffres deprêtsimmobilierspourlesparticuliersde caissesd'épargne dépargne et juridiques dansun environnementdefaiblesconnexions assurele traitementdes pièces justificatives. Crédit Agricole a fait réseau.rappelonsque solutionsoond'ouverture douverture le choix de decomptemobiled'axa daxa Banqueutiliseaussi technologieopentrustpour ses projets de decryptolog. JOCOHEN

Prise de position de l Université de Genève (UNIGE) concernant l'audit PricewaterhouseCooper (PWC) du 25 août 2006

Prise de position de l Université de Genève (UNIGE) concernant l'audit PricewaterhouseCooper (PWC) du 25 août 2006 Prise de position de l Université de Genève (UNIGE) concernant l'audit PricewaterhouseCooper (PWC) du 25 août 2006 AVERTISSEMENT Le rectorat publie, comme il s y est engagé, le rapport PWC 05. Les passages

Plus en détail

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Evolution du prix d'un compte à vue entre 2011 et 2015... 2 2.1. Méthode... 2 2.2. Résultats... 5

Plus en détail

La nouvelle loi sur la vente aux enchères et ses conséquences sur Internet

La nouvelle loi sur la vente aux enchères et ses conséquences sur Internet Fermer la fenêtre La nouvelle loi sur la vente aux enchères et ses conséquences sur Internet Lancer l'impression La nouvelle loi du 20 juillet 2011 de libéralisation des ventes volontaires de meubles aux

Plus en détail

Olivier Mauras. Directeur R&D Beemo Technologie

Olivier Mauras. Directeur R&D Beemo Technologie Olivier Mauras Directeur R&D Beemo Technologie La sauvegarde informatique est-elle une composante de la politique de sécurité? Oui, à condition qu'elle s'intègre dans un plan global - Introduction - La

Plus en détail

***I PROJET DE RAPPORT

***I PROJET DE RAPPORT PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des transports et du tourisme 20.6.2013 2011/0327(COD) ***I PROJET DE RAPPORT sur la proposition de directive du Parlement européen et du Conseil modifiant la directive

Plus en détail

La carte achat dans la sphère État. Emmanuel SPINAT Directeur de la division technique de l Agence pour l Informatique Financière de l État (AIFE)

La carte achat dans la sphère État. Emmanuel SPINAT Directeur de la division technique de l Agence pour l Informatique Financière de l État (AIFE) La carte achat dans la sphère État Emmanuel SPINAT Directeur de la division technique de l Agence pour l Informatique Financière de l État (AIFE) Sommaire Présentation de la fonctionnalité carte achat

Plus en détail

Documentation produit SAP Business ByDesign Mai 2014. Achats

Documentation produit SAP Business ByDesign Mai 2014. Achats Documentation produit PUBLIC Achats Table des matières 1 Achats.... 6 2 Contexte de gestion... 8 2.1 Gestion de la relation fournisseurs... 8 2.2 Approvisionnement opérationnel... 16 2.3 Acquisition d'immobilisations

Plus en détail

www.cnepbanque.dz BANCASSURANCE

www.cnepbanque.dz BANCASSURANCE News www.cnepbanque.dz Revue de la -Banque Banque Nouvelle édition BANCASSURANCE CARDIF Banque Signature de l accord de partenariat -Banque / CARDIF El Djazaïr Tout savoir sur la Bancassurance Deux questions

Plus en détail

Fiche FOCUS. Les téléprocédures

Fiche FOCUS. Les téléprocédures Fiche FOCUS Les téléprocédures Créer un espace professionnel simplifié et adhérer aux services (accessible avec une adresse électronique / un mot de passe) Dernière mise à jour : avril 2015 Sommaire 1.

Plus en détail

Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur

Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur Cette partie introductive situe la place de l'algorithmique dans le développement logiciel et fournit au lecteur des conseils : conseils pour bien analyser

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 ---------------------------------------

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- Projet d'arrêté royal en exécution des articles 5 à 14 de la loi du portant des dispositions

Plus en détail

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1 Réf.AQ-Q1 Les Systèmes d'information des entreprises réglementées font l'objet d'exigences spécifiques. Celles-ci sont souvent difficiles à appréhender pour les spécialistes métier de l'assurance Qualité,

Plus en détail

L'identité numérique du citoyen Exemples Internationaux

L'identité numérique du citoyen Exemples Internationaux L'identité numérique du citoyen Exemples Internationaux Assises Territoriales, Vannes 20-mai-2015 Fulup Le Foll Architecte Internet Des Soucis Globaux Efficacité, Souplesse, Réactivité, Coût Des problèmes

Plus en détail

1. SITE WEB... 2 1.1. HOME... 3 1.2. OFFRES ET DEMANDES... 5 1.3. SUR L'ECHANGE DE COPRODUITS... 6 1.4. CONTATO... 7

1. SITE WEB... 2 1.1. HOME... 3 1.2. OFFRES ET DEMANDES... 5 1.3. SUR L'ECHANGE DE COPRODUITS... 6 1.4. CONTATO... 7 Guide de l'outil Internet dédié au marché des co-produits 1. SITE WEB... 2 1.1. HOME... 3 1.2. OFFRES ET DEMANDES... 5 1.3. SUR L'ECHANGE DE COPRODUITS... 6 1.4. CONTATO... 7 2. ENREGISTRER UN NOUVEL UTILISATEUR/

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

La connectivité, un facilitateur pour l'usage des véhicules électriques?

La connectivité, un facilitateur pour l'usage des véhicules électriques? La connectivité, un facilitateur pour l'usage des véhicules électriques? Colloque EnergTIC3 Valérie Fraleu-Laville Labs Lannion 26 mars 2013, Colloque Energ&TIC3, Lannion. sommaire partie 1 & la voiture

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2014. 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1

30 SEPTEMBRE 2014. 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1 30 SEPTEMBRE 2014 Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit et Avocat au barreau de Paris Avocat communautaire au barreau de Bruxelles (Liste E) Chargé d enseignement à l Université

Plus en détail

BudgetInMind, une appli Mac et ipad simple et qui soulage

BudgetInMind, une appli Mac et ipad simple et qui soulage BudgetInMind, une appli Mac et ipad pour piloter ses finances sur le bout des doigts Les Français ont tous des objectifs, des rêves, des besoins ou des envies : devenir propriétaire d'un bien immobilier,

Plus en détail

Fonctionnement des organes Pascale Blondiau et Sylvie Bollen - Janvier 2003

Fonctionnement des organes Pascale Blondiau et Sylvie Bollen - Janvier 2003 Fonctionnement des organes Pascale Blondiau et Sylvie Bollen - Janvier 2003 Peut-on envoyer les convocations du conseil communal par simple voie électronique (e-mail)? Semblable envoi rencontre-t-il le

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS DE PAIEMENT ET AUTRES

Plus en détail

CONCEPTS ET MISE EN PRATIQUE POUR LA VALIDATION DE GRANDS SYSTÈMES

CONCEPTS ET MISE EN PRATIQUE POUR LA VALIDATION DE GRANDS SYSTÈMES MODEL-BASED TESTING (MBT) CONCEPTS ET MISE EN PRATIQUE POUR LA VALIDATION DE GRANDS SYSTÈMES Le Model-Based Testing est une pratique de test en plein développement dans l'industrie pour accroitre l'efficacité

Plus en détail

Management de l'énergie en entreprise, du diagnostic à la certification

Management de l'énergie en entreprise, du diagnostic à la certification www.entreprenezenlorraine.fr / Management de l'énergie en entreprise, du diagnostic à la certification Source : Chambre de commerce et d'industrie de Paris - inforeg Date de mise à jour : 04/07/2014 Qu'est-ce

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 13.5.2014 L 138/45 RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N o 481/2014 DE LA COMMISSION du 4 mars 2014 complétant le règlement (UE) n o 1299/2013 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne des règles particulières

Plus en détail

Bachelier en Comptabilité

Bachelier en Comptabilité Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Bachelier en Comptabilité Catégorie Économique HELHa Mons - Campus 159 Chaussée de Binche 7000 MONS Tél : +32 (0) 65 40 41 44 Fax

Plus en détail

Rapport sur le crédit renouvelable réalisé par Management pour le Comité consultatif du secteur financier (CCSF)

Rapport sur le crédit renouvelable réalisé par Management pour le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) Rapport sur le crédit renouvelable réalisé par Management pour le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) Dossier de synthèse présenté le 11 décembre 2008 à la demande de Madame Christine LAGARDE,

Plus en détail

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques L'adoption de la directive européenne 1999/93/CE du 13 décembre 1999 établit un cadre communautaire pour l'utilisation de signatures

Plus en détail

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu :

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu : BODI - Texte DGI n 2003/54 - Note commune n 35/2003 OBJET : Commentaire des dispositions des articles 21, 22 et 23 de la loi n 2002-101 du 17 décembre 2002, portant loi de finances pour l'année 2003 relatives

Plus en détail

CAHIER TECHNIQUE N 6. «Lancement du Catalogue RésALIS 2103!» Atelier de Travail du Mercredi 27 MARS 2013 à POMPAIRE

CAHIER TECHNIQUE N 6. «Lancement du Catalogue RésALIS 2103!» Atelier de Travail du Mercredi 27 MARS 2013 à POMPAIRE CAHIER TECHNIQUE N 6 «Lancement du Catalogue RésALIS 2103!» Atelier de Travail du Mercredi 27 MARS 2013 à POMPAIRE SOMMAIRE DU CAHIER TECHNIQUE N 6 PREAMBULE FICHE N 1 FICHE N 1 FICHE N 1 FICHE N 1 PROCESSUS

Plus en détail

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS!

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! COMMUNIQUÉ DE PRESSE DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! Le Crédit Agricole Toulouse,ère banque de Haute-Garonne à déployer la signature électronique dans toutes ses agences. LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE Le Crédit

Plus en détail

"Se tromper dans la conception et la rénovation de son hôtel peut coûter très cher" par Mark Watkins

Se tromper dans la conception et la rénovation de son hôtel peut coûter très cher par Mark Watkins "Se tromper dans la conception et la rénovation de son hôtel peut coûter très cher" par Mark Watkins Créer ou rénover un hôtel coûte évidemment cher. Or, malgré les précautions et parfois la grande expérience

Plus en détail

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux?

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? COMITÉ : ECO SOC ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? Membres de l Etat Major : Hira Yassine ; Cantor Brian François Hollande : «Nous pouvons

Plus en détail

Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation

Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation Les articles L 311-1 et suivants protègent le consommateur pour tout crédit, location vente

Plus en détail

Semaine de l'innovation / ESC Bretagne Brest 2010

Semaine de l'innovation / ESC Bretagne Brest 2010 Semaine de l'innovation / ESC Bretagne Brest 2010 SAS Auris Solutions - 2, avenue de Provence, CS 23 812, 29 238 Brest Tel 02 29 00 62 03 Fax 02 22 44 20 96 Mobile 06 75 31 51 20 Capital 11 000 - Siret

Plus en détail

Arrêtons. «Article 11

Arrêtons. «Article 11 Projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 11 novembre 2003 pris en exécution de la loi du 16 avril 2003 relative à l'assurance obligatoire de la responsabilité civile

Plus en détail

MASTER 2 MENTION DROIT DE L'ENTREPRISE, PARCOURS DROIT BANCAIRE ET FINANCIER

MASTER 2 MENTION DROIT DE L'ENTREPRISE, PARCOURS DROIT BANCAIRE ET FINANCIER MASTER 2 MENTION DROIT DE L'ENTREPRISE, PARCOURS DROIT BANCAIRE ET FINANCIER RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Mention : Droit de l'entreprise

Plus en détail

Contro ler un ordinateur a distance avec Chrome

Contro ler un ordinateur a distance avec Chrome Contro ler un ordinateur a distance avec Chrome Par Clément JOATHON Dernière mise à jour : 10/03/2016 Vous souhaitez pouvoir accéder à votre ordinateur à distance pour y effectuer des manipulations ou

Plus en détail

Service d enrichissement de données de contrepartie

Service d enrichissement de données de contrepartie L'un des principaux défis que doivent relever les parties soumises à une obligation de déclaration en liaison avec une délégation à une contrepartie réside dans la collecte, le stockage et la mise à jour

Plus en détail

_ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _

_ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _ _ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _ Appel à votre sens des responsabilités Rappel des Quatre Niveaux de Vérifications Lois Contre l'usurpation et la Falsification d'identité Prévention

Plus en détail

Cycle Innovation & Connaissance 67 petit déjeuner

Cycle Innovation & Connaissance 67 petit déjeuner En quoi le digital transforme t-il le business et les entreprises? L exemple de SMC Cycle Innovation & Connaissance 67 petit déjeuner Sylvain GUEROULT SMC 15 avril 2014 8h30-10h Sophia Antipolis Animatrice

Plus en détail

Les services financiers sur mobile d Orange

Les services financiers sur mobile d Orange Fiche d informations presse Février 2016 Les services financiers sur mobile d Orange Orange positionne les services financiers sur mobile parmi les deux axes de diversification de son plan stratégique

Plus en détail

Création d'un logiciel de comptabilité générale

Création d'un logiciel de comptabilité générale Création d'un logiciel de comptabilité générale Description du thème Propriétés Intitulé long Date de publication Présentation Description Développement d'un logiciel de comptabilité générale avec Access

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

La génération Software pour l'ère digital

La génération Software pour l'ère digital 00101001010110101 10110001011101010 11101010101010011 01101110111001110 11101001101010000 La génération Software pour l'ère digital ABACUS révolutionne le Business Software Gagner du temps et de l'argent

Plus en détail

IR Crédit d'impôt afférent aux dépenses en faveur de l'aide aux personnes Modalités d'application du crédit d'impôt

IR Crédit d'impôt afférent aux dépenses en faveur de l'aide aux personnes Modalités d'application du crédit d'impôt IR Crédit d'impôt afférent aux dépenses en faveur de l'aide aux personnes Modalités d'application du crédit d'impôt 1 Sont successivement examinés : - le fait générateur du crédit d'impôt ; - le mode d'imputation

Plus en détail

PROCÉDURE. Classification des clients. DATE DE MISE À JOUR Mars 2014. Procédure de classification des clients Mars 2014 1

PROCÉDURE. Classification des clients. DATE DE MISE À JOUR Mars 2014. Procédure de classification des clients Mars 2014 1 PROCÉDURE Classification des clients DATE DE MISE À JOUR Mars 2014 1 Procédure de classification des clients SOMMAIRE SOMMAIRE 2 1. PRÉSENTATION DE LA MIFID 3 1.1. Buts de la MiFID 3 1.2. Champ d application

Plus en détail

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale Date : 02/11/1992 Origine : DGR ACCG Mmes et Mrs les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance Maladie des Caisses Générales de Sécurité

Plus en détail

Université Paris-Est Créteil Val de Marne Faculté Administration et échanges internationaux Master 2 AEI Spécialité Commerce Électronique

Université Paris-Est Créteil Val de Marne Faculté Administration et échanges internationaux Master 2 AEI Spécialité Commerce Électronique Université Paris-Est Créteil Val de Marne Faculté Administration et échanges internationaux Master 2 AEI Spécialité Commerce Électronique Sécurisation des Réseaux & Télécoms Travaux dirigés 2013/2014 Jalal

Plus en détail

La signature électronique en ligne ou en face à face

La signature électronique en ligne ou en face à face ot Digital Signature La signature électronique en ligne ou en face à face Choisissez le leader Européen de la signature électronique Pourquoi la signature électronique? Accélérer votre business en mode

Plus en détail

TECHNOLOGIE SOFTWARE DU FUTUR. Logiciel de gestion d entreprise pour le Web

TECHNOLOGIE SOFTWARE DU FUTUR. Logiciel de gestion d entreprise pour le Web TECHNOLOGIE SOFTWARE DU FUTUR Logiciel de gestion d entreprise pour le Web LogicieL de gestion d'entreprise pour Le web La génération internet ABACUS vi est un logiciel de gestion d'entreprise entièrement

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : des Caisses Primaires d'assurance Maladie 09/04/90 des Caisses Générales

Plus en détail

Modèles de licence de SQL Server 2012

Modèles de licence de SQL Server 2012 Modèles de licence de SQL Server 2012 Date de publication : 3 novembre 2011 SQL Server 2012 est une version majeure qui réunit les avantages d'une plateforme pour applications critiques (haute disponibilité,

Plus en détail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 8.2 Dépenses de bureau et frais administratifs

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 8.2 Dépenses de bureau et frais administratifs Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 8.2 Dépenses de bureau et frais administratifs 2 Fiche 8.2 Dépenses de bureau et frais administratifs Index 1 Dépenses

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Proposition de Bruxelles, le 25.7.2001 COM(2001) 425 final 2001/0173 (COD) RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL concernant les denrées alimentaires et les

Plus en détail

PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL

PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL.I) INSTRUMENTS DE PAIEMENT: A) LE CHÈQUE: - Chèque: Moyen de paiement à vue. - Chèque bancaire: Il présente une garantie bancaire. - Chèque de l'entreprise Il

Plus en détail

Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage

Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage Principaux résultats Synthèse L'informatique en nuage permet d'utiliser l'informatique en tant que service, en tout lieu

Plus en détail

Fonctions pour la France

Fonctions pour la France Fonctions pour la France Microsoft Corporation Publié : novembre 2006 Microsoft Dynamics est une ligne de solutions de gestion d'entreprise intégrées et adaptables qui vous permet, ainsi qu'à vos employés,

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537 RÉSULTATS DES TRAVAUX du : CONSEIL en date du : 6 décembre 2001 n doc. préc. : 14378/01

Plus en détail

HP Application Lifecycle Management. Manuel des pratiques conseillées en matière de modèles de processus métier

HP Application Lifecycle Management. Manuel des pratiques conseillées en matière de modèles de processus métier HP Application Lifecycle Management Manuel des pratiques conseillées en matière de modèles de processus métier Date de publication de la documentation : Juin 2015 Date de lancement du logiciel : Juin 2015

Plus en détail

Guide DinkeyWeb. DinkeyWeb solutions d authentification et de contrôle d accès WEB

Guide DinkeyWeb. DinkeyWeb solutions d authentification et de contrôle d accès WEB Guide DinkeyWeb DinkeyWeb solutions d authentification et de contrôle d accès WEB Protégez les données et les revenus de vos portails Internet (Extranet, Intranet, Espace client) Etude de cas Contact commercial

Plus en détail

I. PLAINTE II. DESCRIPTION DU SERVICE CONCERNE

I. PLAINTE II. DESCRIPTION DU SERVICE CONCERNE Bruxelles, 2 mars 2004 Résultat de l enquête administrative relative à la plainte de La Poste contre M.G.S. LEGAL MAIL pour cause de violation de l article 144octies de la loi du 21 mars 1991 portant réforme

Plus en détail

STAGE ZAP DU 24 JANVIER 2012. Rapport entre veille et innovation. Fondements et enjeux de l'innovation

STAGE ZAP DU 24 JANVIER 2012. Rapport entre veille et innovation. Fondements et enjeux de l'innovation STAGE ZAP DU 24 JANVIER 2012 Rapport entre veille et innovation Fondements et enjeux de l'innovation 1 1 A/ Quatre approches de l'innovation : 1/ Définition et origine : Concept récent, date des années

Plus en détail

RE-ENGINEERING DU RESEAU : LE PROGRAMME "4D"

RE-ENGINEERING DU RESEAU : LE PROGRAMME 4D Le réseau Société Générale RE-ENGINEERING DU RESEU : LE PROGRMME "4D" Jacques Roger Journée Société Générale - 20 juin 2000 Sommaire La vision Le déploiement du Programme et les "victoires rapides" Une

Plus en détail

CHAPITRE 2 COMMENT OBTENIR L'ACCÈS À MON INFORMATION POUR EXTRAIRE LA VALEUR MAXIMALE?

CHAPITRE 2 COMMENT OBTENIR L'ACCÈS À MON INFORMATION POUR EXTRAIRE LA VALEUR MAXIMALE? CHAPITRE 2 COMMENT OBTENIR L'ACCÈS À MON INFORMATION POUR EXTRAIRE LA VALEUR MAXIMALE? LA NÉCESSITÉ DE DÉMATÉRIALISER LES PROCESSUS GUIDE ÉLECTRONIQUE DE L'ÉCONOMIE DE L'INFORMATION POURQUOI VOUS DEVEZ

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.6.2012 SWD(2012) 136 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

Fiche FOCUS. Les téléprocédures

Fiche FOCUS. Les téléprocédures Fiche FOCUS Les téléprocédures Créer un espace et adhérer aux service (Mode de création simplifié) (accessible avec une adresse électronique / un mot de passe) Dernière mise à jour : avril 2014 Sommaire

Plus en détail

UP : Unified Process

UP : Unified Process UP : Unified Process 1 UP : Unified Process Table des matières 1DÉFINITION... 2 1.1UP est itératif... 2 1.2UP est centré sur l'architecture...2 1.3UP est piloté par les cas d'utilisation d'uml... 2 2VIE

Plus en détail

RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009

RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009 RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009 Approuvé par le Conseil national en sa séance du 24 avril 2009. Vue d ensemble 1. Terminologie 2. Dispositions générales 3. Assurés 4. Objet

Plus en détail

Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001).

Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001). Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001). La Commission, Considérant la 14e recommandation de la Commission portant sur le libellé de la question

Plus en détail

ENJEUX JURIDIQUES DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012

ENJEUX JURIDIQUES DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012 DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012 ENJEUX JURIDIQUES Me Cathie-Rosalie Joly Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit et Avocat au barreau de Paris Avocat communautaire au

Plus en détail

Décision 00/36/ILT du 23 mai 2000. Portabilité de numéros téléphoniques

Décision 00/36/ILT du 23 mai 2000. Portabilité de numéros téléphoniques Décision 00/36/ILT du 23 mai 2000 Portabilité de numéros téléphoniques Vu la loi du 21 mars 1997 sur les télécommunications et notamment l'article 33; Vu le règlement grand-ducal du 22 décembre 1997 fixant

Plus en détail

RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012

RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012 7.3.2 RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012 LE BUREAU, - vu le règlement (CE, Euratom) n 354/83 du Conseil du 1 er février 1983 concernant

Plus en détail

AUDITS DES EMPLOIS. Les audits de l emploi : de quoi s agit-il? pour quoi faire? Qu'est-ce-que l'audit?

AUDITS DES EMPLOIS. Les audits de l emploi : de quoi s agit-il? pour quoi faire? Qu'est-ce-que l'audit? AUDITS DES EMPLOIS D'après Audit des emplois et gestion prévisionnelle des ressources humaines Georges Egg Première Partie Avant Propos : Cette fiche constitue le premier volet d'une série de documents

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 318. Résolution :

RÈGLEMENT NUMÉRO 318. Résolution : RÈGLEMENT NUMÉRO 318 Résolution : Règlement d'application de la MRC de Montcalm numéro 318 concernant les constructions, ouvrages et travaux admissibles à une dérogation dans les plaines inondables ainsi

Plus en détail

Solutions sécurisées pour garantir la confiance dans les échanges électroniques. Certificats électroniques Signature électronique Horodatage

Solutions sécurisées pour garantir la confiance dans les échanges électroniques. Certificats électroniques Signature électronique Horodatage Certificats électroniques Signature électronique Horodatage Solutions sécurisées pour garantir la confiance dans les échanges électroniques www.certeurope.fr Assurer la confidentialité, l intégrité et

Plus en détail

162/06/Monday 09h10. J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule. belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation

162/06/Monday 09h10. J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule. belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule Rapport au Roi Table des matières Version néerlandaise Conseil d'etat belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation Titre

Plus en détail

Avec Primus Finance, découvrez le crowdlending

Avec Primus Finance, découvrez le crowdlending Avec Primus Finance, découvrez le crowdlending Et donner vie à vos projets Le contexte actuel De nombreux projets pourtant novateurs restent encore non-financés Les procédures d'obtention de prêts sont

Plus en détail

Cours 10701A - Configuration et gestion de Microsoft SharePoint 2010

Cours 10701A - Configuration et gestion de Microsoft SharePoint 2010 Cours 10701A - Configuration et gestion de Microsoft SharePoint 2010 INTRODUCTION Ce cours apprend aux stagiaires comment installer, configurer et administrer SharePoint, ainsi que gérer et surveiller

Plus en détail

Fiche méthodologique Matrice des activités d'un projet d'ebusiness

Fiche méthodologique Matrice des activités d'un projet d'ebusiness Fiche méthodologique Matrice activités d'un projet d'ebusiness Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Objectifs et usages de la matrice : illustrations 3 : Structuration de la matrice 4 :

Plus en détail

Manuel d'utilisation Nokia Drive 2.0

Manuel d'utilisation Nokia Drive 2.0 Manuel d'utilisation Nokia Drive 2.0 Édition 1 2 Sommaire Sommaire À propos de Nokia Drive 3 Aller en voiture jusqu'à votre destination 3 Obtenir une assistance vocale 4 Télécharger ou supprimer des cartes

Plus en détail

Comment s associer avec un partenaire du Sud

Comment s associer avec un partenaire du Sud Comment s associer avec un partenaire du Sud FCM 15/11/12 1 DLO / POLE COMEX Les Etapes du Processus La Relation Commerciale Comment vais-je m implanter? Croissance organique/interne Croissance externe

Plus en détail

7) le fait qu il doit s agir d une consommation irrégulière, de manière intentionnelle ;

7) le fait qu il doit s agir d une consommation irrégulière, de manière intentionnelle ; PRIX ET TARIFS 1. Recommandation : tarif pour consommation sans contrat en Région Bruxelles-Capitale DESCRIPTION La SPRL M. conteste les tarifs que le gestionnaire de réseau de distribution SIBELGA applique

Plus en détail

Le financement des start-ups

Le financement des start-ups Corporate Finance Le financement des start-ups Comment négocier un contrat avec un investisseur? Petit déjeuner des start-ups Vendredi 27 juin 2003 Boris Meylan, Directeur adjoint Processus de négociation

Plus en détail

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce 7 mars 203 Mehdi KETTANI Vice-président de la Commission R&D, e-entreprise et relation avec l Université Commission

Plus en détail

Vivre selon nos moyens : des solutions abordables pour les coopératives d'habitation du Canada

Vivre selon nos moyens : des solutions abordables pour les coopératives d'habitation du Canada Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires de 2014 Vivre selon nos moyens : des solutions abordables pour les coopératives d'habitation du Canada Nicholas

Plus en détail

Le non-développement du marché des futures immobilier

Le non-développement du marché des futures immobilier Le non-développement du marché des futures immobilier Résumé - Depuis plus d'une vingtaine d'années au moins, plusieurs économistes, dont en particulier, Karl Case et Robert Shiller, prônent la mise en

Plus en détail

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012 Vitro Paris Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2012 Nous sommes le 1 er octobre 2012 et vous êtes à votre deuxième semaine de travail chez Vitro Paris. La fin d'année est le 31 juillet 2012 de ce

Plus en détail

LES NIVEAUX D'ABSTRACTION DE MERISE...2 GRAPHE DE FLUX...3. Modèle de Flux...4 CYCLE DE VIE DES OBJETS...5

LES NIVEAUX D'ABSTRACTION DE MERISE...2 GRAPHE DE FLUX...3. Modèle de Flux...4 CYCLE DE VIE DES OBJETS...5 Table des matières LES NIVEAUX D'ABSTRACTION DE MERISE...2 GRAPHE DE FLUX...3 Modèle de Flux...4 CYCLE DE VIE DES OBJETS...5 CVO d'un sinistre...5 Cycle de vie d'un salarié...5 MODÈLE CONCEPTUEL DES TRAITEMENTS...6

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CHAMBRE FUNÉRAIRE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CHAMBRE FUNÉRAIRE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CHAMBRE FUNÉRAIRE ARTICLE 1 : La chambre funéraire Zone artisanale de l'ayguette a été autorisée par arrêté du Préfet du Vaucluse en date du 20 mai 2003. La vérification de conformité,

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES?

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? Que dit exactement la Loi Lagarde? Publiée en juillet 2010, et entrée en vigueur le 2 septembre 2010, la loi Lagarde prévoit des obligations

Plus en détail

Une nouvelle référence dans cette année de jubilé

Une nouvelle référence dans cette année de jubilé 64 Pages romandes Une nouvelle référence dans cette année de jubilé Pour ce 25 ème anniversaire, les développeurs ont entièrement reprogrammé le logiciel de gestion ABACUS. Le résultat: une solution de

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Module : M 54 Relation commerciale Objectif général du module : Conduire une relation technico-commerciale Indications

Plus en détail