ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)"

Transcription

1 ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) CONTEXTE POSITION CGPME La loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes en situation de handicap pose le principe de l accessibilité généralisée du cadre bâti aux personnes en situation de handicap quel que soit le type de handicap (physique, sensoriel, cognitif, mental ou psychique). A compter du 1 er janvier 2015, les ERP devront se conformer aux nouvelles règles d accessibilité afin d être en mesure d accueillir des personnes en situation de handicap. Des dérogations exceptionnelles accordées par les Commissions Consultatives Départementales de Sécurité et d Accessibilité (CCDSA) ont été limitativement énumérées dans un décret du 17 mai Il s agit : - de l impossibilité technique de procéder à la mise en accessibilité, - de contraintes liées à la conservation du patrimoine architectural, - de conséquences excessives sur l activité de l établissement. La CGPME est totalement favorable aux objectifs fixés par la loi. Néanmoins, le point d étape réalisé au bout de 7 années permet à la Confédération de constater une sous-estimation des difficultés pratiques et techniques ainsi que des contraintes budgétaires liés à la mise en accessibilité Le rapport de l IGAS précise d ailleurs qu à 3 ans de l échéance le niveau de réalisation de la mise en accessibilité est de l ordre de 15% ; Sans évolution de la législation, la viabilité de nombreux ERP est incertaine et notamment celle des commerces de proximité indépendants qui rendent actuellement des services indispensables aux personnes en situation de handicap. La CGPME a été sensibilisée aux nombreuses difficultés rencontrées par ses adhérents concernant la mise en conformité exigée par la loi du 11 février Position CGPME 1

2 PREALABLE Au préalable, la CGPME tient à préciser ses intentions et son champ d intervention. - la CGPME observe que les problématiques recensées par ses adhérents liées à l accessibilité des ERP ne concernent pas les bâtiments neufs. Seules les ERP existants devant être mis aux normes posent des difficultés. Les demandes de la Confédération ne concerneront donc que le cadre bâti existant. - La CGPME tient également à clairement indiquer que les dérogations accordées pour certains travaux d accessibilité ne dispensent pas de l obligation de la mise en conformité pour les autres handicaps. - La CGPME souhaite attirer l attention sur le fait qu il existe des entreprises exerçant des activités réglementées et qu il ne serait pas admissible que l accessibilité devienne un critère d obtention de l agrément. PROBLEMATIQUES Ces problématiques sont de différentes natures : - Problématiques d ordre administratif : Lors de son groupe de travail sur l accessibilité des ERP, la Confédération a constaté certaines disparités d un département à l autre concernant les dérogations accordées par les CCDSA. La Confédération souhaite attirer l attention des pouvoirs publics sur cet état de fait préjudiciable, source d insécurité juridique et d incompréhension pour les entreprises. Nombre d adhérents de la CGPME considèrent être en face d une procédure administrative lourde et contraignante notamment en ce qui concerne les dérogations. En effet, plusieurs demandes sont parfois nécessaires. Cela rend les démarches pesantes et ne permettent pas d inciter les entreprises à anticiper. - Problématiques financiers Certaines entreprises adhérentes s inquiètent de l impact des travaux de mise en conformité sur leur chiffre d affaires futur. En effet, prenons l exemple d un hôtel avec 32 chambres au départ qui se retrouverait avec 29 chambres afin de se conformer à la législation sur l accessibilité des ERP. Les 3 chambres qu il ne pourra plus exploiter rendent légitimes ses craintes relatives à son CA. En outre, cet impact sur le chiffre d affaire futur de l entreprise n est pas sans incidence sur le financement des travaux eux-mêmes. Les banques ont en effet tendance à se baser sur une future augmentation du CA pour accorder des prêts. Il reste difficile, voire impossible, de demander un prêt en expliquant que les travaux à financer ne permettront pas de générer de CA supplémentaire. La répartition de la prise en charge des travaux d accessibilité entre le propriétaire et le locataire est souvent conflictuelle. Pour les baux commerciaux, la répartition des charges est fixée librement par les parties. Les clauses des baux étant souvent mal rédigées ou ambigües, cela crée de nombreux contentieux. Position CGPME 2

3 - Problématiques techniques La voierie est quelque fois un obstacle à l accessibilité. En effet, il se peut que, dans certains cas (ex : certaines rues de Montmartre), elle ne puisse jamais être praticable aux personnes à mobilités réduites. Dans ces conditions, il paraît difficile de faire comprendre à une entreprise qu elle doit se mettre en accessibilité alors que la chaîne de déplacement ne permettra probablement jamais à une personne à mobilités réduites d accéder à son installation.. Il est également fréquent qu il y ait des problèmes de faisabilité. La dérogation étant une procédure contraignante, la CGPME s interroge sur la flexibilité des règles techniques. Lors qu on ne peut faire autrement, la «qualité d usage» ne permettrait-elle pas une application effective et raisonnée de la loi? La difficulté pour les adhérents de la CGPME de trouver des «professionnels» compétents a également été invoquée. En effet, la loi de 2005 a prévu de nombreuses obligations sans indication concernant les moyens matériels permettant la réalisation des travaux d accessibilité. Cela est également source d inquiétudes pour les entreprises. - Problématiques humaines S organiser pour mettre en œuvre la mise en conformité n est pas une tâche facile pour des chefs d entreprise indépendants actuellement préoccupés par la crise. Certains adhérents ont indiqué à la Confédération qu ils manquaient de référant fiable sur le sujet. De nombreux chefs d entreprise arrivent en fin de carrière. Beaucoup ont indiqué à la CGPME qu ils réfléchissaient à prendre leur retraite de manière anticipée compte tenu des contraintes liées à la mise en accessibilité. Cette réflexion touche notamment les professions de santé. Compte tenu de ce constat, la CGPME souhaite formuler quelques propositions afin que la mise en conformité en matière d accessibilité des ERP aux personnes en situation de handicap puisse être assurée de manière efficiente en tenant compte des réalités économiques et financières des entreprises. PROPOSITIONS ❶ CONCERNANT LES CCDSA : 1. MODIFIER LA REGLEMENTATION POUR OBTENIR UNE REELLE PARITE AU SEIN DES COMMISSIONS CONSULTATIVES DEPARTEMENTALES DE SECURITE ET D ACCESSIBILITE Les professionnels concernés par la ou les demandes de dérogation de mise en accessibilité de leurs locaux s estiment mal représentés (3 représentants des propriétaires ou exploitants d ERP pour 4 représentants d association d handicapés). La solution proposée par la CGPME est de demander une modification de la réglementation existante (Article 6 du décret n du 8 mars 1995 modifié par le décret du 27 février 2009) pour obtenir Position CGPME 3

4 la parité au sein de ces commissions : 4 représentants des exploitants ou propriétaires pour 4 représentants des associations de personnes en situation de handicap. 2. PERMETTRE A UN REPRESENTANT DE LA FEDERATION PROFESSIONNELLE DU DEMANDEUR DE LA DEROGATION DE SIEGER AU SEIN DES COMMISSIONS CONSULTATIVES DEPARTEMENTALES DE SECURITE ET D ACCESSIBILITE (CCDSA) A LA PLACE D UN DES 3 SIEGES DEVOLU AUX PROPRIETAIRES Pour cela, il suffirait de «transposer» au sein des Commissions Consultatives Départementales de Sécurité et d Accessibilité ce qui existe dans les Commissions départementales des impôts directs et des taxes sur le chiffre d'affaires. Ces Commissions départementales des impôts directs et des taxes sur le chiffre d'affaires 1 sont des organismes de recours saisis par les contribuables ayant fait l'objet d'un contrôle fiscal et qui sont en désaccord avec les conséquences de ce contrôle. Les commissions interviennent dans un cadre précis, avant toute procédure contentieuse, pour donner un avis sur les faits lorsqu il y a désaccord entre les contribuables et l'administration fiscale. Sa composition varie selon la catégorie socioprofessionnelle du contribuable (BIC, BA...) ou selon la nature de la matière imposable (bénéfices professionnels, rémunérations excessives, valeur vénale des biens soumis à TVA immobilière...). La CGPME demande donc qu au sein de cette commission départementale de sécurité, l un des 3 sièges dévolu aux propriétaires soit destiné à un représentant de la fédération professionnelle du demandeur de la dérogation : il s agirait d un poste interchangeable. Cela permettra à un des représentants des professionnels de connaître précisément les difficultés que peut rencontrer le professionnel concerné. 3. CREATION D UNE INSTANCE NATIONALE DE «REGULATION» POUR GOMMER LES DISPARITES EXISTANTES ENTRE LES DEROGATIONS ACCORDEES PAR LES CCDSA Les dérogations accordées par les Commissions consultatives départementales de sécurité et d accessibilité diffèrent trop d un département à l autre. Un sentiment d injustice et d insécurité se développe chez les commerçants. Pour pallier à cela, la CGPME propose de faire remonter ces disparités au niveau du ministère concerné : le Ministère de l Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement et plus spécifiquement la Délégation Ministérielle à l Accessibilité (DMA). La Confédération souhaite la mise en place d une instance nationale de «régulation» qui veillera à la cohérence des décisions rendus par les CCDSA. 1 Article 1651 et suivants du code général des impôts &cidTexte=LEGITEXT &dateTexte= Position CGPME 4

5 ❷ CONCERNANT UNE APPLICATION LOGIQUE, PRAGMATIQUE ET RAISONNEE DE LA LOI 4. CREATION D UNE QUATRIEME EXONERATION, PERMANENTE OU TEMPORAIRE, EN CAS D INACCESSIBILITE DE LA VOIERIE PAR LES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Le décret du 17 mai 2006 permet, dans certains cas, de s exonérer des obligations fixées par la loi du 11 février Ces dérogations exceptionnelles pouvant être accordées aux ERP par les commissions consultatives départementales de sécurité et d accessibilité sont énumérées limitativement: - impossibilité technique de procéder à la mise en accessibilité, - contraintes liées à la conservation du patrimoine architectural, - conséquences excessives sur l activité de l établissement. Une circulaire interministérielle du 30 novembre 2007 relative à l accessibilité des établissements recevant du public, modifiée par une circulaire du 20 avril 2009, précise notamment les cas de figure pour lesquels il est possible de demander ces dérogations. Or, il arrive que la voierie, elle-même, ne permette pas la mise en conformité de l ERP compte tenu des spécificités topographiques (terrains escarpées, inaccessibles, voirie impraticables ). Prenons le cas d un hôtelier de la Butte Montmartre à Paris. Est-il logique d exiger de sa part que son hôtel soit totalement conforme à la nouvelle législation alors que la rue, elle- même, ne sera pas accessible? Cela soulève par ailleurs un autre problème défiant toute logique pour la mise en œuvre de la loi de 2005 : aucun délai de mise en conformité ne pèse sur les collectivités locales concernant la mise en conformité de la voirie alors que les établissements recevant du public devront, eux, être conforme à compter du 1 er janvier Pourtant, on ne peut nier qu il existe une interdépendance entre l accessibilité de la voierie et l accessibilité des ERP Afin de ne pas se retrouver dans des situations ubuesques, la CGPME demande que soit prévue une 4éme exonération permettant aux établissements recevant du public de pouvoir déroger en partie ou totalement au principe de l accessibilité généralisée du cadre bâti aux personnes en situation de handicap quel que soit le type de handicap dans le cas où la voierie desservant cet établissement est elle-même inaccessible. Concernant la dérogation temporaire et en gage de sa bonne foi, le propriétaire ou l exploitant de l ERP s engagerait à mettre ses locaux en conformité avec la loi de 2005 dés que la voirie sera ellemême rendue conforme. Position CGPME 5

6 5. VALORISER ET FACILITER LA MISE EN PLACE DE MOYENS DE SUBSTITUTION ET L ASSISTANCE HUMAINE Les financements à mettre en place pour respecter la nouvelle législation sont très onéreux. Ils existent cependant des moyens de substitution efficaces mais leur utilisation n est pas toujours facilitée. Prenons l exemple des rampes d accès fixes ou amovibles. La solution envisagée pour de nombreux commerces qui donnent sur la voie publique par une volée d une ou de quelques marches est de demander une dérogation pour pouvoir installer une rampe d accès fixe qui empiète sur la voie publique ou la mise en place d une rampe d accès rétractable. Dans les deux cas, le problème se matérialise, d une part, par le fait que le commerçant ne se voit pas toujours attribuer une autorisation d empiétement sur la voie publique, et d autre part, par le fait que ce type de moyens de substitution n est pas souvent considéré comme satisfaisant par les Commissions consultatives départementales de sécurité et d accessibilité. Pourtant, il est nécessaire de favoriser au maximum ces solutions pratiques pour que les ERP puissent répondre matériellement aux obligations qui leur sont imposées. La CGPME demande donc la valorisation par la Délégation Ministérielle à l Accessibilité de ces différents moyens de substitution auprès des CCDSA et la prise en compte de l assistance humaine comme une alternative satisfaisante. 6. CREATION DE REFERENTIELS POUR CHAQUE TYPE D ACTIVITE PAR LE MINISTERE Cela consiste à identifier les besoins de mise en conformité pour chaque secteur et créer un référentiel permettant aux professionnels de s inspirer de «bonnes pratiques» mises en évidence. Depuis l adoption de cette loi en 2005, de nombreux professionnels se sont autoproclamés spécialistes de l accessibilité. Leur diagnostic n est cependant pas toujours fiable. De plus, les référentiels mis en place par les professionnels du diagnostic ou les organismes vérificateurs agréés sont, de l avis des adhérents de la CGPME, trop généraux et trop complexes d utilisation. Selon ces derniers, des référentiels établis pour un secteur seraient plus «efficaces». Il est vrai que la mise en conformité d une boulangerie n est pas la même que celle d un hôtel. Chaque secteur a ses spécificités. Compte tenu des dépenses importantes en jeu, la CGPME demande au ministère concerné : le Ministère de l Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement et plus spécifiquement la Délégation Ministérielle à l Accessibilité (DMA) de travailler avec les associations d handicapés et les organisations professionnelles à la création de référentiels de branche permettant d informer et conseiller les propriétaires d ERP sur la manière et les moyens permettant de se mettre en conformité d ici Le guide élaboré pour les cafés, hôtels, restaurants et discothèques, par l Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie (UMIH), le Syndicat National des Hôteliers Restaurateurs Cafetiers Traiteurs Position CGPME 6

7 (SYNHORCAT) et la Fédération Autonome Générale de l Industrie Hôtelière Touristique (FAGIHT) en partenariat avec le Ministère de l Ecologie, du développement durable, des transports et du logement en est un bon exemple. 7. FINANCEMENT PLUS LARGE PAR LE BIAIS DU FISAC Créé en 1989, le FISAC (Fonds d'intervention pour les Services, l'artisanat et le Commerce) a pour objectif de favoriser la création, le maintien, la modernisation, l'adaptation ou la transmission des entreprises du commerce, de l'artisanat et des services afin de préserver ou développer un tissu d'entreprises de proximité. La Loi de Modernisation de l Economie (LME) a élargi le champ d action du FISAC. La CGPME propose que le FISAC puisse financer, dans une plus grande mesure, les équipements nécessaires aux commerçants pour se mettre en conformité et respecter le principe d accessibilité généralisée aux personnes en situation de handicap. De plus, les entreprises qui ont déjà bénéficié d une aide FISAC doivent attendre deux années à compter de la date du dernier versement pour reformuler une demande portant sur le même objet et le même territoire. Ce délai de carence pourrait être supprimé lorsqu il est question de travaux permettant de se mettre en conformité avec la loi de février ❸ CONCERNANT LES SANCTIONS 8. ASSOUPLISSEMENT DES REGLES CONCERNANT LES SANCTIONS EN CAS TRAVAUX DE MISE EN ACCESSIBILITE DEBUTES ET FAISANT L OBJET D UN ECHEANCIER Lorsque la mise en conformité aux règles d accessibilité de l ERP est engagée mais n est pas terminée, la présentation d un échéancier des travaux permettrait : - de démontrer la bonne foi de l exploitant, - de reporter la sanction. Cette mesure nécessitera des mesures d encadrement afin de ne pas apparaître comme un moyen de contourner la loi. Position CGPME 7

1er janvier 2015. Le principes de la loi du 11 février 2005

1er janvier 2015. Le principes de la loi du 11 février 2005 ACCESSIBILITÉ CHRD Le principes de la loi du 11 février 2005 La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès à tout pour tous». Les entreprises commerciales et artisanales qui reçoivent du public

Plus en détail

PREEMPTION COMMERCIALE

PREEMPTION COMMERCIALE PREEMPTION COMMERCIALE CONSTAT : Le droit de préemption urbain permet à une collectivité territoriale de se substituer à l acquéreur lors de la vente de biens. Seuls, les biens immobiliers sont visés.

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES Le législateur exige de l employeur qu il évalue les risques auxquels sont soumis les salariés, alors même qu aucun accident du travail ne s est produit et qu

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Juillet 2015 FICHE N 1 - LE CONTEXTE REGLEMENTAIRE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Juillet 2015 FICHE N 1 - LE CONTEXTE REGLEMENTAIRE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Juillet 2015 FICHE N 1 - LE CONTEXTE REGLEMENTAIRE LA LOI DU 11 FEVRIER 2005 Loi pour l égalité des droits

Plus en détail

4 ème Rencontre des Entrepreneurs de la Communauté de Communes. Mise en accessibilité de votre commerce ou de votre entreprise. Vendredi 28 juin 2013

4 ème Rencontre des Entrepreneurs de la Communauté de Communes. Mise en accessibilité de votre commerce ou de votre entreprise. Vendredi 28 juin 2013 4 ème Rencontre des Entrepreneurs de la Communauté de Communes Mise en accessibilité de votre commerce ou de votre entreprise Vendredi 28 juin 2013 Point d actualité Sommaire La mise en accessibilité de

Plus en détail

Circulaire du 4 septembre 2009

Circulaire du 4 septembre 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat NOR : BCFF0920191C Circulaire du 4 septembre 2009 relative à l organisation, aux attributions

Plus en détail

LES 4 PILIERS DE LA LOI

LES 4 PILIERS DE LA LOI ACCESSIBILITE QUESTIONS / REPONSES Loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées La loi a pour ambition de changer le regard

Plus en détail

AUDITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR

AUDITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR AUDITION DE LA CONFEDERATION GENERALE DES PME SUR LA PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR La Commission Européenne a rédigé un premier rapport sur «l état du marché intérieur

Plus en détail

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale Fiche pratique : La fiscalité des associations A retenir : l association loi 1901 est par nature non lucrative. Cependant, dans la mesure où beaucoup d associations développent des activités économiques,

Plus en détail

Conseil de Développement du Douaisis COMMISSION 1 «Environnement, Transports et Développement Durable»

Conseil de Développement du Douaisis COMMISSION 1 «Environnement, Transports et Développement Durable» Conseil de Développement du Douaisis COMMISSION 1 «Environnement, Transports et Développement Durable» AVIS DU CONSEIL DE DEVELOPPEMENT RELATIF A LA QUESTION DE L ACCESSIBILITE UNIVERSELLE Présenté par

Plus en détail

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés»

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES 3 ET 4 AVRIL 2009 COMMISSION DES RÈGLES ET USAGES L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» Avant-projet de décision à caractère normatif Portant réforme du Règlement Intérieur

Plus en détail

SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010. Maître Joël FERRION Le 19/01/2011

SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010. Maître Joël FERRION Le 19/01/2011 SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010 Maître Joël FERRION Le 19/01/2011 Faut-il ou non une nouvelle convention collective? A l origine l idée de l autonomisation

Plus en détail

Programme. 1- Préambule & rappels. 2- Présentation générale de l Ad AP. 3- Demandes de dérogation. 4- Procédures de dépôts et approbation de l Ad AP

Programme. 1- Préambule & rappels. 2- Présentation générale de l Ad AP. 3- Demandes de dérogation. 4- Procédures de dépôts et approbation de l Ad AP Paris le 11-02-15 Programme 1- Préambule & rappels 2- Présentation générale de l Ad AP 3- Demandes de dérogation 4- Procédures de dépôts et approbation de l Ad AP 5- Suivi et Achèvement de l Ad AP 6- Ad

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

La loi de réforme sur les successions et les libéralités en date du 23 juin 2006, entrée en vigueur le 1er janvier 2007

La loi de réforme sur les successions et les libéralités en date du 23 juin 2006, entrée en vigueur le 1er janvier 2007 La loi de réforme sur les successions et les libéralités en date du 23 juin 2006, entrée en vigueur le 1er janvier 2007 La loi de réforme sur les successions et les libéralités en date du 23 juin 2006,

Plus en détail

C est dans cette optique qu elle formule les observations suivantes :

C est dans cette optique qu elle formule les observations suivantes : Mars 2013 POSITION DE LA CGPME SUR LE PROJET DE LOI RELATIF A LA SÉCURISATION DE L EMPLOI DEPOSÉ SUR LE BUREAU DE L ASSEMBLÉE NATIONALE, NOTAMMENT SOUS L ANGLE DE LA CORRESPONDANCE AVEC L ACCORD NATIONAL

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public accessibilité l essentiel > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public Loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et

Plus en détail

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Introduction Le présent document a vocation dans le cadre de l expérimentation à mieux identifier la place et le rôle de chacun au regard des prérogatives

Plus en détail

L organisation du conseil de prud hommes

L organisation du conseil de prud hommes L organisation du conseil de prud hommes Fiche 1 Objectif Comprendre la structure du conseil de prud hommes. Connaître la section compétente. Prérequis Lecture des articles R. 1423-34, R. 1432-4, R. 1423-5

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Paris, le 28 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Référentiel national des espaces de rencontre

Référentiel national des espaces de rencontre Annexe 1 1 Référentiel national des espaces de rencontre 1. Définition des espaces de rencontre A. Objectifs et nature de l activité des espaces de rencontre L espace de rencontre est un lieu permettant

Plus en détail

CCIRE/CHB/ avril 2014 APPEL A CANDIDATURE

CCIRE/CHB/ avril 2014 APPEL A CANDIDATURE APPEL A CANDIDATURE Diagnostic d accessibilité des commerces, cafés-hôtels restaurants, artisans double-inscrits dans la circonscription de la Chambre de Commerce et d Industrie de Reims et Epernay (E.R.P

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi

REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Famille, de la Solidarité Nationale de L Entreprenariat Féminin et de la Micro Finance -------------- Direction du Développement Communautaire

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ 1. CONTEXTE La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès

Plus en détail

SUR L AVANT-PROJET DE DÉCRET ET ARRÊTÉS D EXÉCUTION

SUR L AVANT-PROJET DE DÉCRET ET ARRÊTÉS D EXÉCUTION AVIS A.1170 SUR L AVANT-PROJET DE DÉCRET ET ARRÊTÉS D EXÉCUTION RELATIFS AUX IMPLANTATIONS COMMERCIALES ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 10 FÉVRIER 2014 PBx/PhC/FDe/CRi 2014/A.1170 PRÉAMBULE Afin d organiser

Plus en détail

Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel

Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel DGT/ RT3 01/09/2009 Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel (PUCE) L article 2 de la loi du 10 août 2009 réaffirmant le principe du repos dominical et visant à adapter les dérogations à ce

Plus en détail

LA DÉCISION DROIT AU SÉJOUR POUR RAISON MÉDICALE LES CINQ CONDITIONS DE LA RÉGULARISATION (ART. L313-11 11 DU CESEDA)

LA DÉCISION DROIT AU SÉJOUR POUR RAISON MÉDICALE LES CINQ CONDITIONS DE LA RÉGULARISATION (ART. L313-11 11 DU CESEDA) L obtention pour raison médicale de la carte de séjour temporaire, mention «vie privée et familiale», est soumise à cinq conditions cumulatives. La décision appartient au préfet après avis du Médecin inspecteur

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES

DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES AUX MARCHÉS PUBLICS Conformément aux orientations du Gouvernement en matière de simplification, le décret n 2014-1097 du 26 septembre 2014 portant mesures

Plus en détail

ANNEXES PROTOCOLE D ACCORD RELATIF AUX CONDITIONS D EMPLOI ET DE TRAVAIL DES EMPLOYÉS À TEMPS PARTIEL DANS L INDUSTRIE HÔTELIÈRE

ANNEXES PROTOCOLE D ACCORD RELATIF AUX CONDITIONS D EMPLOI ET DE TRAVAIL DES EMPLOYÉS À TEMPS PARTIEL DANS L INDUSTRIE HÔTELIÈRE ANNEXES Texte non annoté PROTOCOLE D ACCORD RELATIF AUX CONDITIONS D EMPLOI ET DE TRAVAIL DES EMPLOYÉS À TEMPS PARTIEL DANS L INDUSTRIE HÔTELIÈRE Dispositions préalables Il est préalablement exposé que

Plus en détail

Mise en conformité à la réglementation sur l accessibilité à destination des établissements de formation à la conduite.

Mise en conformité à la réglementation sur l accessibilité à destination des établissements de formation à la conduite. PREFET DE LA GIRONDE Mise en conformité à la réglementation sur l accessibilité à destination des établissements de formation à la conduite. La loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des chances,

Plus en détail

Le Schéma Directeur d Accessibilité des Transports

Le Schéma Directeur d Accessibilité des Transports Le Schéma Directeur d Accessibilité des Transports I. L Objet du document... 2 II. Les finalités du Schéma Directeur d Accessibilité des Transports... 2 III. Les objectifs de la loi.... 3 IV. Les étapes

Plus en détail

MAITRE D OUVRAGE : xxxxx «COMMERCE»

MAITRE D OUVRAGE : xxxxx «COMMERCE» DIAGNOSTIC DES CONDITIONS D ACCESSIBILITE DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5 éme CATEGORIE : COMMERCES MAITRE D OUVRAGE : xxxxx CONSULTATION POUR LA REALISATION D

Plus en détail

Rôle des représentants du personnel. dans l emploi des travailleurs handicapés

Rôle des représentants du personnel. dans l emploi des travailleurs handicapés Rôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés Qu est-ce que OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche 2011-2015 relatif à l Obligation

Plus en détail

Accessibilité des ERP Loi du 5 août 2015

Accessibilité des ERP Loi du 5 août 2015 Service juridique, des affaires réglementaires et européennes du 21/08/2015 Accessibilité des ERP Loi du 5 août 2015 La loi du 5 août 2015 vient modifier et compléter l ordonnance du 26 septembre 2014

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail

MAIRIE DE BEAUFORT RAPPORT DE DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE HANDICAPES EGLISE

MAIRIE DE BEAUFORT RAPPORT DE DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE HANDICAPES EGLISE MAIRIE DE BEAUFORT À l attention de Monsieur LE MAIRE RAPPORT DE DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE HANDICAPES EGLISE DATE : 05 DECEMBRE 2012 INDICE 02 PAGE : 2/13 MANDATAIRE : CABINET JEAN-MICHEL SIMON 7&9 chemin

Plus en détail

NOTE DESTINEE AUX EXPERTS SUR LES SPECIFICITES DU TRIBUNAL

NOTE DESTINEE AUX EXPERTS SUR LES SPECIFICITES DU TRIBUNAL Tribunal de Commerce de Paris NOTE DESTINEE AUX EXPERTS SUR LES SPECIFICITES DU TRIBUNAL Du fait de sa vocation, consacrée par les dispositions légales, le tribunal de commerce de Paris ne traite que des

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

2005-2015. 1 million d établissement recevant du public : commerce, théâtres, cinémas, cabinets libéraux, mairies, établissements scolaires, etc

2005-2015. 1 million d établissement recevant du public : commerce, théâtres, cinémas, cabinets libéraux, mairies, établissements scolaires, etc 2005-2015 12 millions de français déclarent avoir un problème important de santé depuis au moins 6 mois et rencontrer des difficultés importantes dans leur activité quotidienne ou avoir un accident de

Plus en détail

Guide pratique Répercussion Gazole

Guide pratique Répercussion Gazole Guide pratique Répercussion Gazole Introduction Dans le transport routier, la répercussion de la hausse du gazole dans les prix ne se fait habituellement que tardivement et partiellement. Elle arrive avec

Plus en détail

Politique d achat responsable et solidaire

Politique d achat responsable et solidaire Politique d achat responsable et solidaire Adoptée par le Conseil d administration de la caisse d économie solidaire Desjardins le 26 septembre 2007 Préparé par Brenda Plant et Odette Dallaire Table des

Plus en détail

LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC

LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC Manifeste de la CFTC pour la mise en œuvre d un label «Traçabilité Sociale» Confirmant que la France souhaite toujours

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

Restructurations. Analyse des besoins des élus. Réponses apportées par le cabinet VRILLAC. Cabinet Barbara VRILLAC- Avocat

Restructurations. Analyse des besoins des élus. Réponses apportées par le cabinet VRILLAC. Cabinet Barbara VRILLAC- Avocat Restructurations Plan de Sauvegarde de l Emploi Analyse des besoins des élus Réponses apportées par le cabinet VRILLAC Introduction Même si elles sont devenues fréquentes, les restructurations d entreprises

Plus en détail

LE SYSTEME DE REMUNERATION

LE SYSTEME DE REMUNERATION LE SYSTEME DE REMUNERATION Le système de rémunération est un outil clé en termes de management, même s il ne s agit du seul outil de motivation. Le système de rémunération doit être adapté aux commerciaux

Plus en détail

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Bill Wigglesworth Directeur général adjoint, Offtel, R-U 1984-94 (Directeur général par intérim 1992-93) Processus de réforme des télécoms

Plus en détail

La loi et le Label Tourisme et Handicap

La loi et le Label Tourisme et Handicap La loi et le Label Tourisme et Handicap La Loi du 11 février 2005 sur l égalité de droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées Que dit cette loi?. Le principe de

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES N 87-46

CIRCULAIRE AUX BANQUES N 87-46 Tunis, le 18 Décembre 1987 CIRCULAIRE AUX BANQUES N 87-46 OBJET : Division, couverture des risques et suivi des engagements. L objet de la présente circulaire est de fixer les règles à adopter en matière

Plus en détail

Charte de la Médiation de l eau

Charte de la Médiation de l eau Charte de la Médiation de l eau 1 La Médiation de l eau a pour objectif de favoriser le règlement amiable des litiges entre les consommateurs et leur service d eau ou d assainissement en leur proposant

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Handicap et emploi : qu en pensent les Français?

Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Etude CSA pour CED* Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Plus de 4 Français sur 5 se disent à l aise à l idée de travailler aux côtés d une personne en situation de handicap Le 25 septembre

Plus en détail

Obligations de réaliser et de publier un rapport ou un document incombant aux administrations de l État

Obligations de réaliser et de publier un rapport ou un document incombant aux administrations de l État PRE MIER MI NI ST RE CONSEIL D ORIENTATION DE L ÉDITION PUBLIQUE ET DE L INFORMATION ADMINISTRATIVE Obligations de réaliser et de publier un rapport ou un document incombant aux administrations de l État

Plus en détail

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise La comptabilité dite générale ou privée est une technique quantitative conventionnelle de traitement de l information à caractère monétaire prenant

Plus en détail

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins Synthèse Ipsos / CNOM Jeudi 30 mars 2006 Ipsos Public Affairs Ipsos a interrogé, en parallèle, 949 personnes constituant un échantillon

Plus en détail

Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques

Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques Un point de contact national contribue à la résolution des questions soulevées par la mise en œuvre des principes directeurs dans des circonstances spécifiques

Plus en détail

CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION

CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens et lutter contre le sentiment d insécurité, la Commune de Périgueux a mis en place un système de vidéoprotection.

Plus en détail

REFERE ADMINISTRATIF

REFERE ADMINISTRATIF REFERE ADMINISTRATIF Les procédures de référé permettent d obtenir du juge - plus précisément du «juge des référés» - et dans un délai plus ou moins rapide des mesures provisoires ou conservatoires c est-à-dire

Plus en détail

N 323 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 323 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 323 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 octobre 2012. PROPOSITION DE LOI tendant à encadrer le financement

Plus en détail

La réforme de l accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d habitation neuf (décret et arrêté du 24 décembre 2015)

La réforme de l accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d habitation neuf (décret et arrêté du 24 décembre 2015) La réforme de l accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d habitation neuf (décret et arrêté du 24 décembre 2015) Deux textes réglementaires datés du 24 décembre 2015 viennent de modifier

Plus en détail

professionnelle, et ressources RTH (Reconnaissance Travailleur Handicapé) 1 Activités, orientations adultes

professionnelle, et ressources RTH (Reconnaissance Travailleur Handicapé) 1 Activités, orientations adultes 1 professionnelles et ressources adultes RTH Reconnaissance Travailleur Handicapé) Pour ma recherche d emploi, j aurai besoin d aide pour sélectionner les offres où mon handicap ne sera pas pénalisant.

Plus en détail

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Le gouvernement a entériné, dans la loi de finances pour 2011, une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX PAYS SYNTHÈSE DES RÉPONSES

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX PAYS SYNTHÈSE DES RÉPONSES QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX PAYS SYNTHÈSE DES RÉPONSES Pour préparer la réunion du Comité de la Gouvernance publique au niveau ministériel, un questionnaire a été adressé aux pays. Le présent document se

Plus en détail

Les activités sociales et culturelles du C.E.

Les activités sociales et culturelles du C.E. Les activités sociales et culturelles du C.E. 1 Définition 2 Financement 3 Gestion 4 Caractéristiques a) Bons d achat b) Cadeaux c) Retraites d) 1% Logement e) Mutuelles et assurances f) Prêts g) Secours

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Assistant ressources humaines de l Université Lille 2 - Droit et Santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL?

QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL? PARTIE 1 QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL? Le droit du travail est avant tout un droit protecteur visant à définir et garantir les droits du salarié face à l entreprise. De ce fait, c est un droit impératif

Plus en détail

Questions / Réponses Prime d activité et gestion des non-salariés Sommaire

Questions / Réponses Prime d activité et gestion des non-salariés Sommaire Questions / Réponses Prime d activité et gestion des non-salariés Sommaire 1. Les non-salariés qui déclarent un bénéfice... 3 1.1. Les NSA au réel... 3 1.1.1. Les conditions d accès propres... 3 1.1.2.

Plus en détail

Texte adopté par l Assemblée nationale. Texte adopté par le Sénat - 26 - «Art. L. 124-2. L établissement d enseignement est chargé :

Texte adopté par l Assemblée nationale. Texte adopté par le Sénat - 26 - «Art. L. 124-2. L établissement d enseignement est chargé : - 25 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant au développement, à l encadrement des stages et à l amélioration du statut des stagiaires Article 1 er Proposition de loi tendant au développement,

Plus en détail

Conforter la politique d accessibilité. L Agenda d Accessibilité Programmée

Conforter la politique d accessibilité. L Agenda d Accessibilité Programmée Conforter la politique d accessibilité L Agenda d Accessibilité Programmée 1 Conforter l accessibilité Le Premier ministre demande un rapport à la sénatrice Claire-Lise Campion sur l accessibilité - rendu

Plus en détail

LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE

LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE I. Définition Acte juridique Il crée des droits et des obligations au profit ou à la charge des personnes auxquelles il s'applique. Acte individuel Il s'impose directement

Plus en détail

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES CHARTE HANDICAP JUILLET 2009

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES CHARTE HANDICAP JUILLET 2009 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES CHARTE HANDICAP JUILLET 2009 SOMMAIRE 1. PRÉAMBULE page 2 2. LA CHARTE HANDICAP page 4 LE RECRUTEMENT DES PERSONNES HANDICAPÉES AU CENTRE POMPIDOU L ACCUEIL ET L INTÉGRATION

Plus en détail

ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT. Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur

ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT. Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L EDUCATION

Plus en détail

MAINTENIR DANS L EMPLOI

MAINTENIR DANS L EMPLOI Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 MAINTENIR DANS L EMPLOI un collaborateur handicapé l Les bonnes questions à se poser l Quelles démarches? l Les aides de l Agefiph dont vous pouvez

Plus en détail

Projet de délibération. Exposé des motifs. Mesdames, Messieurs,

Projet de délibération. Exposé des motifs. Mesdames, Messieurs, Direction du Patrimoine et de l Architecture Service Technique du Bâtiment Durable Section Réglementation et Développement 2015 DPA 14G ERP et IOP départementaux parisiens Demandes d approbation des agendas

Plus en détail

I. Cadre juridique. A. Les dispositions du CPCE

I. Cadre juridique. A. Les dispositions du CPCE Décision n o 2014-0626-RDPI de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 27 mai 2014 portant ouverture en application de l article L. 32-4 du code des postes et

Plus en détail

Evolution de l Ecoprêt de 2009 à 2011 dans l Oise

Evolution de l Ecoprêt de 2009 à 2011 dans l Oise Evolution de l Ecoprêt de 2009 à 2011 dans l Oise La Société de Gestion du Fonds de Gestion de l Accession Sociale a mis à la disposition du réseau ANIL-ANIL ses statistiques concernant la production des

Plus en détail

Certification des comptes et rôle des ISC

Certification des comptes et rôle des ISC Séminaire des 18 et 19 septembre 2008 «L importance des systèmes de contrôle dans la réussite des réformes comptables des Etats» Certification des comptes et rôle des ISC Stéphanie Flizot Maître de conférences

Plus en détail

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires PROPOSITIONS D AMENDEMENTS DE L UNASEA L UNASEA est favorable à l objectif affiché

Plus en détail

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Chapitre 8 L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Notions Processus : nature et présentation Progiciels de gestion dans les métiers de l organisation : approche

Plus en détail

CERTIFICAT DE CONFORMITÉ

CERTIFICAT DE CONFORMITÉ CERTIFICAT DE CONFORMITÉ Le présent certificat atteste que l Office municipal d habitation de conformité avec les exigences du Règlement sur l attribution des logements à loyer modique. a adopté les résolutions

Plus en détail

DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION. Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004

DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION. Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004 FAL/12-WP/12 13/1/04 DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004 Point 3 : 3.2 : Mise en œuvre de mesures modernes de facilitation et de sûreté dans le transport

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES EXTERNES POUR L APPLICATION DE L ARTICLE 62 DE LA NOUVELLE LOI BANCAIRE

LIGNES DIRECTRICES EXTERNES POUR L APPLICATION DE L ARTICLE 62 DE LA NOUVELLE LOI BANCAIRE 1/5 LIGNES DIRECTRICES EXTERNES POUR L APPLICATION DE L ARTICLE 62 DE LA NOUVELLE LOI BANCAIRE TYPES DE LIMITATIONS EN MATIERE DE CUMUL - STRUCTURE DE L'ARTICLE 62 Les limitations légales en matière de

Plus en détail

Les Stages. Eléments de cadrage Dares

Les Stages. Eléments de cadrage Dares Les Stages Eléments de cadrage Dares Le stage : une définition Selon l article L. 612-8 du code de l éducation Depuis la loi du 22 juillet 2013 Le stage est une période temporaire de mise en situation

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICES Procédure adaptée - articles 28 et 77 du CMP CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

MARCHE PUBLIC DE SERVICES Procédure adaptée - articles 28 et 77 du CMP CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE SERVICES Procédure adaptée - articles 28 et 77 du CMP CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Objet du marché Lot n 2 : Réalisation de diagnostics de performance énergétique (DPE)

Plus en détail

Synthèse de rapport. La gouvernance des sociétés cotées

Synthèse de rapport. La gouvernance des sociétés cotées Synthèse de rapport La gouvernance des sociétés cotées (Version française) Rapport pour la Commission Européenne, remis par la Fondation pour le droit continental et rédigé par Michel Germain, Véronique

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/COM.2/ISAR/L.4 18 septembre 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

REPAIRE (Recherche et Exploitation de Plans pour l Aide à l Intervention Rapide dans un Etablissement).

REPAIRE (Recherche et Exploitation de Plans pour l Aide à l Intervention Rapide dans un Etablissement). REPAIRE (Recherche et Exploitation de Plans pour l Aide à l Intervention Rapide dans un Etablissement). Il s agit d un prototype développé lors de l hackathon #NecMergitur qui s est déroulé du 15 au 17

Plus en détail

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 Directive ------------------------------- Règles minimales communes applicables aux GIE et associations de moyens Les CIL sont des associations régies par la

Plus en détail

Notice d application de la réforme relative aux guides-conférenciers. et à la délivrance des cartes professionnelle

Notice d application de la réforme relative aux guides-conférenciers. et à la délivrance des cartes professionnelle Notice d application de la réforme relative aux guides-conférenciers et à la délivrance des cartes professionnelle Le décret n 930-2011 du 1 er août 2011, publié au Journal Officiel du 4 août 2011, modifie

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-I PANTHÉON SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-I PANTHÉON SORBONNE Plan du rapport de stage UNIVERSITÉ PARIS-I PANTHÉON SORBONNE U.F.R. 01 DROIT ADMINISTRATION ET SECTEURS PUBLICS 12, PLACE DU PANTHÉON 75005 PARIS Master 1 Plan du rapport de stage L'intelligence est «l'aptitude

Plus en détail

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Septembre 2001 : Un mois avant la mise en place «anticipée» de l ARTT, l administration n a toujours pas consulté le personnel,

Plus en détail

Fiche thématique. Le principe d'accessibilité des bâtiments et locaux aux personnes handicapées

Fiche thématique. Le principe d'accessibilité des bâtiments et locaux aux personnes handicapées Fiche thématique Accessibilité des ERP (établissements recevant du public) aux personnes handicapées Le principe d'accessibilité des bâtiments et locaux aux personnes handicapées La loi n 2005-102 du 11

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1128380L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1128380L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Royaume de Norvège sur l

Plus en détail