La musicothérapie : une alternative non médicamenteuse chez l enfant douloureux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La musicothérapie : une alternative non médicamenteuse chez l enfant douloureux"

Transcription

1 La musicothérapie : une alternative non médicamenteuse chez l enfant douloureux Sabine Métayer*, Dr Jacques Merckx**, Pr Stéphane Blanche*** * Musicothérapeute, Unité d immunologie-hématologie pédiatrique, Unité douleur ** Anesthésiste-réanimateur honoraire *** Unité d immunologie-hématologie pédiatrique Hôpital Necker-Enfants malades, Paris Contexte Le plan ministériel d amélioration de la prise en charge de la douleur [1] identifie quatre priorités parmi lesquelles : priorité n 1 : améliorer la prise en charge des douleurs des populations les plus vulnérables notamment des enfants et des adolescents, des personnes polyhandicapées, des personnes âgées et en fin de vie. priorité n 3 : améliorer les modalités de traitements médicamenteux et d utilisation des méthodes non pharmacologiques pour une prise en charge de qualité : «le traitement médicamenteux ne constitue pas la seule réponse à la demande des patients douloureux. Les techniques non médicamenteuses de prise en charge de la douleur existent. Les professionnels et les usagers les reconnaissent comme efficaces. Il s agit de traitements réalisés par des professionnels de santé qualifiés : méthodes psychocorporelles ou comportementales (relaxation, hypnose )». La musicothérapie, encore méconnue dans ces domaines d application, s inscrit dans cette dynamique de prise en charge de la douleur. Elle est un élément participant aux traitements, d ordre non médicamenteux, en complémentarité des autres traitements, en fonction des indications. Elle s adresse à tout patient, mais dans notre pratique, à tout hospitalisé en secteur pédiatrique. Technique Présentation La musique, le monde sonore, moyen de communication et d expression par essence, tient une place prépondérante dans la vie du nourrisson, puis de l enfant et de l individu. Depuis la nuit des temps, dans les différentes cultures, la musique est un élément de la vie ; elle est langage des émotions. Ses effets physiques, affectifs, sociaux, rejoignant l être humain dans toutes les sphères de son développement, nous permettent de définir la musicothérapie comme «la prise en compte du complexe son être humain, que le son soit musical ou non, dans l élaboration de méthodes diagnostiques et dans la recherche d une efficacité thérapeutique. La musicothérapie utilise le langage des sons, la mélodie, le rythme, le corps et la voix dans la relation au patient selon des techniques très précises.» [2] La musicothérapie est efficace pour créer un environnement sécurisant et non menaçant, pour favoriser le développement global de l être humain quel que soit son âge. 10

2 Description La technique est la relaxation psychomusicale. Son élaboration s inspire d études cliniques (Gardner et al. [3], Curtis [4], etc.) réalisées sur l influence de la musique sur la douleur, qui démontraient que l écoute musicale provoquait des changements neurophysiologiques, émotionnels et entraînait une diminution de la douleur. Sa réalisation a fait l objet d études scientifiques «Études psychologique et neuro endocrinienne chez des volontaires sains» [5], validant son action. Cette technique de gestion de la douleur, pour mettre en avant la possibilité d un contrôle mental de la douleur par rapport au contrôle médicamenteux, est donc à visée relaxative (la douleur est un vécu très subjectif. Sa composante émotionnelle très importante résulte de l histoire du patient, de sa culture, de sa compréhension, des expériences antérieures, de ses possibilités de contrôle, etc.). La musicothérapie est non invasive, procurant la possibilité à l enfant de faire face non seulement à la douleur, mais également aux actes invasifs et situations anxiogènes associées ou non à ces actes. Elle s inspire des techniques de relaxation classique : training autogène de J.H. Schultz et relaxation progressive d E. Jacobson [6]. L application de la musique aux méthodes de relaxation est particulièrement intéressante, car elle a cette particularité d être sans stimulation, basée sur les caractères apaisants de programmes musicaux spécifiques, procurant une enveloppe sonore. Aucune pharmacopée musicale ou bande miracle n existe, la musique ne se prescrit pas. En dehors de certaines formes musicales (militaire, religieuse, comptines, berceuses, etc.), la musique comporte beaucoup trop de variables pour dire que tel ou tel type agit de telle ou telle façon. Le programme musical est sélectionné en tenant compte du patient, de sa personnalité, son vécu, sa pathologie, son rapport à la musique, ses goûts musicaux. Pour l élaboration de bandes musicales, nous puisons ensuite dans le répertoire musical en tenant compte des paramètres musicaux comme le timbre, le rythme, la forme, la régularité des motifs, la répétition des phrases mélodiques et rythmiques, l intensité et le choix instrumental [7]. La construction d une bande musicale est un travail autour des paramètres musicaux principaux, avec une diminution progressive de chacun pour obtenir un état de relaxation, puis la réintroduction de ceux ci, nuancés, permettant un éveil. Son adaptation, en contexte de soins, a fait l objet de travaux préliminaires [8, 9]. Élaboration d une bande musicale Cette élaboration nécessite de partir de l état présumé de l enfant quant à la vitesse pulsative ; nous accompagnons celui ci progressivement. Le corps s adapte à ce qui est entendu. C est 11

3 pourquoi une bande musicale linéaire ne peut être entendue d emblée par un enfant douloureux et anxieux. Il n est pas dans cet état d écoute. Il importe de faire perdre progressivement la mesure du temps vers la plage de relaxation, permettre une déconnexion progressive, une diminution de l angoisse associée ; maintenir cet état le temps nécessaire (la variabilité de ce temps est fonction du type et de la durée du soin). Les choix musicaux se portent sur des extraits musicaux peu entendus du grand public. Des expériences ont montré que le fait de reconnaître une musique peut entraver, voire annuler l effet de relaxation recherché, par le souvenir. Ces choix sont exclusivement des extraits musicaux instrumentaux, permettant une concentration maximum, la parole pouvant parasiter l écoute. Le choix doit être judicieux quant aux timbres, sonorités, présence instrumentale. Le développement du sens musical se fait progressivement chez l enfant ; aussi pour le jeune enfant, sensible avant tout au contour mélodique et non à la richesse instrumentale, nous réduisons la présence instrumentale, introduisons des sonorités cristallines, aux fréquences plus aiguës. Notre expérience nous amène cependant à privilégier la voix modulée selon la technique de relaxation psychomusicale, l écoute musicale par le biais d un casque s avérant bien souvent un élément intrusif mal supporté par les petits. Modalités d intervention de la musicothérapie dans la lutte contre la douleur Effets physiologiques de la musique La musique et l être humain sont des réalités complexes. De nombreuses études ont démontré l influence de la musique sur notre métabolisme en agissant sur la respiration, le rythme cardiaque et la pression artérielle : la musique est une représentation physique du phénomène tension/détente. La musique occidentale, fondée sur le système tonal, présente des mouvements tension/détente créés par les éléments musicaux. Nous constatons cette alternance tension/détente dans le battement cardiaque et la respiration. Le corps, qui vit des tensions, a besoin de moments pour récupérer ou se détendre. Ces phénomènes, inhérents au fonctionnement, occupent une place importante en musicothérapie, car nos écoutes musicales spécifiques entraînent le corps dans un mouvement identique. Des travaux menés auprès de l enfant prématuré montrent que «la musicothérapie, les berceuses en particulier, ont des effets bénéfiques sur son développement global». On note entre autres une amélioration de la stabilité des cycles éveil sommeil, un gain de poids, une baisse du stress et du nombre de jours d hospitalisation. Musique et berceuses favoriseraient en outre la consommation d oxygène et la régulation du rythme cardiaque [10]. La musique a également pour effet de stimuler la production d endorphines, morphine naturelle qui calme la douleur. En écoutant une musique qui lui plaît, une personne accroît sa production d endorphines. Ce phénomène devient un atout quand on l applique à des enfants qui vivent des situations douloureuses. Actions de la musicothérapie sur la douleur La douleur provoque des manifestations physiques et psychiques. L action de musicothérapie se situe autour de la dimension psychique, responsable d une certaine variabilité de son ressenti. Dans le contrôle de la douleur, la diffusion musicale spécifique agit sur deux composantes : elle joue sur la composante cognitive : dans un premier temps, elle permet une altération de la perception douloureuse ; elle détourne l attention du sujet, la focalise sur un élément autre que cette sensation (dans ce contexte, l écoute musicale ne demande pas d efforts cognitifs) et la fractionne. Elle joue sur une déconnexion progressive, favorisant le lâcher prise avec l environnement, procurant une détente physique et psychique. Elle 12

4 entraîne une altération des processus sensoriels, perceptifs et psychophysiologiques. Le patient modifie son seuil de sensibilité à la douleur ; les éléments musicaux de la bande musicale qui agissent sur cette déconnexion progressive et les émotions positives induites par les choix spécifiques ont un impact également sur la composante émotionnelle rattachée à la douleur, accrue par la peur et l angoisse. Les montages musicaux offrent la possibilité d exprimer ce qui est ressenti ; l émotion a alors moins d emprise sur la personne, cette part émotionnelle qui fait référence aux expériences antérieures, son inscription dans le corps, à l histoire du sujet. Nous constatons des modifications au niveau de : l état de conscience : le patient lâche prise avec l environnement ; l état de vigilance : il ne reste pas polarisé sur la sensation douloureuse, mais sur l écoute musicale ; l équilibre physiologique : avec une diminution des constantes, signe de détente ; l état psychique : dans une atténuation ou sédation de l angoisse, de l appréhension des gestes douloureux. Indications La musicothérapie est un élément constitutif des traitements. Elle entre en synergie avec les différentes prises en charge d ordres médical, paramédical et psychologique. La prise en charge de la douleur repose sur le choix de stratégie de celle ci, médicamenteuse ou dans une complémentarité des techniques médicamenteuses et non médicamenteuses. L indication est posée par l équipe pluridisciplinaire, médicale, paramédicale et psychologique (équipes des différents services, infirmières ressources douleur et médecins de l équipe douleur) et discutée avec la musicothérapeute. La musicothérapie s adapte à l enfant, aux moments opportuns évalués par l équipe, en étroite collaboration. Elle s applique, isolée ou associée, aux techniques médicamenteuses : actes invasifs (myélogrammes, ponctions lombaires, explorations douloureuses, pansements, poses de voies veineuses, injections, etc.) en amont, pendant et après le soin ; préparation à l anesthésie pour pose de cathéters centraux et explorations ; douleur aiguë ; douleur chronique (migraines, céphalées de tension, etc.), sous forme de séances hebdomadaires ; accompagnement de fin de vie, au rythme de plusieurs fois dans la journée, avec souplesse et adaptabilité permanentes. Études cliniques de l effet de la musicothérapie sur la douleur Nous avons évalué deux applications de musicothérapie : au bloc opératoire en amont de l induction anesthésique en orthopédie pédiatrique, et en unité d immuno hématologie. Ces évaluations ne présentent pas tous les caractères scientifiques d une étude randomisée en aveugle. Il s agit d études ouvertes prospectives. Les objectifs communs aux deux études sont : action sur la composante émotionnelle de la douleur, majorée par les angoisses ; altération de la perception douloureuse, avec focalisation sur l écoute musicale ; perte progressive de la mesure du temps, déconnexion favorisant une diminution du seuil de douleur, sédation de l angoisse associée. 13

5 Critères d inclusion Étude en amont de l induction anesthésique Chaque enfant présentait un état physique douloureux, majoré par l angoisse. Ces enfants étaient pris en charge pour : des traumatismes, malformations majeures congénitales ou acquises, tumeurs osseuses, maladies chroniques ; la pose de cathéters centraux, pour des pathologies graves. Après accord familial et/ou personnel, l indication a été proposée par le médecin anesthésisteréanimateur, en fonction de l état douloureux de l enfant, de sa personnalité et de la gravité de l intervention. Une prémédication anxiolytique ou sédative faiblement dosée a été prescrite et administrée (hydroxyzine ou midazolam). Population Soixante treize patients, de la naissance à 19 ans, étaient concernés. Ils ont été répartis en 3 groupes : groupe I : 18 patients de 0 à 2 ans, hospitalisés régulièrement depuis la naissance ; groupe II : 17 patients de 2 à 6 ans, pour lesquels le vécu de la douleur est tributaire des expériences antérieures liées aux vécus hospitalier et opératoire ; groupe III : 38 patients de 7 à 19 ans, capables de décrire leur douleur et également en comprendre la cause. Critères d évaluation Suivant l âge du patient, nous avons eu recours à : Méthode 0 à 6 ans : méthode d hétéroévaluation : score EDIN modifié, score sur 12 (l item «sommeil» a été supprimé, non adapté au contexte), pour les groupes I et II ; 7 à 19 ans : méthode d autoévaluation : Échelle numérique simple de 0 à 10 à partir de 5 6 ans pour le groupe III. Un recueil de données a été fait par la musicothérapeute, à partir des informations fournies par l équipe soignante et les parents de l enfant. Les bandes musicales composées d extraits musicaux en rapport avec l âge du patient étaient diffusées pendant 25 min en amont de l induction anesthésique au moyen d un casque semiouvert. Une fiche d évaluation de la douleur était remplie lors de l arrivée de l enfant puis au terme des 25 min de diffusion musicale. La musicothérapeute accompagnait l enfant pendant toute la durée de l acte. Résultats Les moyennes et extrêmes des scores de douleur relevés avant et après diffusion musicale, étaient respectivement (fig. 1) : pour le groupe I : 6,4 (11 2) ; 1 (4 0) ; pour le groupe II : 5,5 (11 2) ; 1,4 (4 0) ; pour le groupe III : 5,7 (8 2) ; 3,4 (6 1). 14

6 Score Score EDIN Échelle numérique simple ans 2-6 ans 7-19 ans Fig. 1 : Variation, selon l âge, de la moyenne des scores de douleur avant et après diffusion musicale. La réduction des moyennes des scores était pour les groupes I, II et III respectivement de 85, 75 et 41 %. Critères d inclusion Étude en unité d immuno-hématologie Les enfants concernés sont en traitement chimiothérapique pour déficits immunitaires combinés sévères, traitement ou rechute de leucémie, ou dans un processus de fin de vie. Chaque enfant présente un état douloureux physique, lié à l évolution de la maladie, aux effets secondaires des traitements, aux actes invasifs répétés, majorés par des états d angoisse. Population Neuf enfants de 8 à 13 ans sont concernés. Critères d évaluation Nous avons utilisé l Échelle numérique simple de 0 à 10. Méthode Les bandes musicales sont diffusées sur une durée de 25 à 30 min, au chevet de l enfant. Les séances sont mises en place conjointement aux traitements antalgiques. Elles ne peuvent se faire qu en présence et dans une relation de confiance avec la musicothérapeute. La douleur est cotée avant et après la séance de relaxation psychomusicale. Résultats Cinquante séances sont réalisées pour ces 9 enfants (nombre de séances variables, en fonction de la répétition d actes douloureux ou besoins de l enfant). La moyenne des scores varie de 6,7 à 3,4 (fig. 2). 15

7 Score 7 6 Échelle numérique simple Avant diffusion musicale Après diffusion musicale Fig. 2 : Variation des moyennes des scores de douleur avant et après diffusion musicale en hématologie. La réduction de moyenne des scores est de 49 %. Discussion Les résultats des deux études ouvertes prospectives confirment les avantages cliniquement manifestes et montrent l efficacité de la technique. Nous n avons pas rencontré de refus ni de réticence des enfants, ou de leurs parents lors de la proposition de ce travail. Un seul groupe a été évalué en unité d immuno hématologie, celui des plus grands enfants. Les différents scores mettent en évidence une réduction significative de l intensité douloureuse : un bénéfice majeur pour les enfants de la naissance à 2 ans (85 %), une diminution importante pour les enfants de 2 à 6 ans (75 %), une baisse, en pourcentage moins importante, mais notable? auprès de l enfant d âge supérieur à 6 ans et l adolescent (41 et 49 % respectivement). L efficacité de ce protocole, à notre avis, s explique par : son action sur la «subjectivité» de la douleur ; la spécificité de la technique : le travail autour des composantes musicales a une incidence majeure dans le processus de diminution de la douleur, alors qu une écoute musicale sans construction particulière, choisie par le patient, entraîne une diminution de la douleur, mais le bénéfice est mineur et l application clinique semble non évidente, comme le prouvent 51 études menées sur l efficacité potentielle de la musique dans le traitement de la douleur [11]. La dimension relationnelle musicothérapeute patient est un paramètre important pour permettre une efficacité majeure ; le processus de maturation progressif dans le développement de l enfant : chez le tout petit : en raison de son incapacité à mentaliser, à se représenter les expériences vécues et à comprendre la douleur, cette technique fonctionne comme une enveloppe sonore apaisante, qui calme et rassure, pour l enfant de 2 à 6 ans, la diffusion permet de se détacher de l environnement en connectant son imaginaire sur cette écoute. Elle permet progressivement un apprivoisement de celui ci, passant par l acceptation du toucher, bien souvent impossible d emblée, pour l enfant d âge supérieur à 6 ans et chez l adolescent, la composante anxieuse majore la douleur. Cependant, ils acceptent volontiers cette approche ; ils sont, au besoin, demandeurs de renouvellement, expriment la focalisation sur 16

8 un élément autre que la douleur «un moment où je suis bien où je ne pense à rien je me laisse porter par la musique ça m aide beaucoup ça me rassure, la musique et toi» Une des études récentes menées par le Centre de recherche unique sur la neuroscience, la psychologie et la musique, à l université de Montréal, démontre que «la musique atténue bien la douleur et que l effet positif n est pas lié à la distraction suscitée par la musique, mais à l émotion qu elle induit» [12]. Nos évaluations vérifient cette hypothèse : il s agit bien d un travail sur la composante émotionnelle de la douleur, véhiculée par la dimension émotionnelle de l écoute musicale particulière, et non une «simple distraction permettant une action sur la douleur», comme le concluaient la majorité des études cliniques, dont les conditions étaient diffusion musicale ou non pendant un soin L évaluation de l effet antalgique de la musique nécessite encore l élaboration d études scientifiques rigoureuses afin d optimiser les protocoles et de permettre le développement de cette technique non médicamenteuse. La réalisation nous apparaît difficile, une des limites résidant dans la diversité des situations cliniques rencontrées, nécessitant adaptations et modulations du protocole dans l instant. Conclusion En guise de conclusion, nous évoquerons la prise en charge d une petite patiente : D. est une petite fille âgée de 5 ans. Africaine, elle arrive en France, en unité d immunologie et hématologie, pour la prise en charge d une pathologie très complexe et très sévère, au terme d un passé hospitalier lourd et douloureux dans son pays d origine. Sa prise en charge nécessite la répétition d actes invasifs (ponctions lombaires, myélogrammes, explorations diverses invasives et répétées, pose de cathéter central sous anesthésie générale). Son hospitalisation précédente en Afrique a entraîné des souvenirs particulièrement douloureux lors de certains actes invasifs, en particulier les ponctions lombaires. À l évocation de renouvellement de ces actes dans le service, D., outre un état douloureux, exprime une peur panique, se traduisant par des hurlements, des pleurs, une agitation importante, impossible à raisonner. La prémédication, sédation centrale et analgésie périphérique, MEOPA et EMLA, s avère insuffisante. Il lui est proposé des séances de relaxation psychomusicale en amont (20 à 25 min), pendant et après le soin, sachant qu elle apprécie énormément la musique. Un choix de mélodies est proposé et adapté par la musicothérapeute en fonction des divers éléments recueillis. Elles deviennent impératives lors des différents soins reçus, douloureux et/ou anxiogènes. La répétition de ces actes invasifs, dans ces nouvelles conditions, a permis de constater : chez l enfant et les soignants une meilleure gestion des actes et traitements ; chez l enfant : une capacité à s extraire du contexte douloureux, et l immersion dans l écoute musicale, une capacité à se détendre psychiquement et physiquement lors des moments douloureux (la douleur était majorée par des angoisses liées à son histoire, son vécu et une anticipation anxieuse de la douleur), un «rituel» dans cette complémentarité, avec la demande de présence de la musicothérapeute dès qu elle ne va pas bien et de reprise des mêmes mélodies, un ancrage pour aborder ces moments douloureux, dans «son milieu» mais également lors de ses passages dans d autres unités thérapeutiques, 17

9 une appropriation de cette approche, où l interaction médicamenteuse et non médicamenteuse est devenue incontournable. Elle nous montrait que c était un tout, indissociable. Ce travail et notre vécu montrent que cette approche musicothérapeutique constitue une ressource importante pour les enfants mais également pour leurs familles ; elles mêmes s apaisent lorsqu elles voient leur enfant calme et détendu, et savent qu une continuité de traitement est effective lors des différentes prises en charge. Pour diminuer et/ou supprimer la douleur de l enfant mais aussi leur «douleur», les familles, les équipes soignantes sont demandeuses d un «traitement» certes médicamenteux, mais également non médicamenteux. Elles sont très attachées à cette approche, la préconisent et la réclament, participant ainsi à l amélioration de la qualité de vie de leurs patients. Remerciements Nous remercions les équipes d immuno hématologie et anesthésie pédiatriques, l équipe douleur (Dr Brigitte Charron, médecin coordonnateur ; Dr Pascaline de Dreuzy ; les infirmières ressources douleur) pour leur aimable collaboration. Bibliographie [1] Ministère de la Santé et des Solidarités. Plan d amélioration de la prise en charge de la douleur , [2] Verdeau Paillès J. La troisième oreille et la pensée musicale. Fuzeau, Courlay, [3] Gardner C et al. Suppression of pain by sound. Science 1960 ; 132. [4] Curtis S. The effect of music on pain relief and relaxation of the terminally ill. J Music Ther 1986 ; 23. [5] Pouget R, Guiraud Caladou JM, Petit P, Kerdelue B, CNRS Jouy en Josas. La réceptivité musicale en musicothérapie : études psychologique et neuro endocrinienne chez des volontaires sains. Journal de psychiatrie biologique et thérapeutique 1990 ; 4. [6] Durand de Bousingen R. La relaxation. PUF, Paris, [7] Guiraud Caladou JM. La musique du fou intelligent. Fuzeau, Courlay, [8] Métayer S, Merckx J. Effets de musicothérapie en adjonction de la prémédication de 50 enfants. 4 e colloque Pédagogie, Pratique et Recherche en musicothérapie. Montpellier, [9] Métayer S, Merckx J. Protocole de musicothérapie en milieu préopératoire. 6 e colloque Pédagogie, Pratique et Recherche en musicothérapie, Montpellier, [10] Baril D. La musique pourrait atténuer la douleur chez le prématuré, Forum 2006 ; 41. [11] Cepeda MS, Carr DB, Lau J, Alvarez H. Music for pain relief. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 2. [12] Baril D. La musique atténue la douleur. iforum Université de Montréal 2005 ; 39 (16). 18

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la douleur

Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la douleur Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la Mme C. Toulouse, Centre Huguenin- St Cloud 1. Présentation du geste

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Hypnose et Douleurs Aiguës. Dr Claude VIROT - depuis 1994 PROGRAMME 2015 PARIS. !Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences

Hypnose et Douleurs Aiguës. Dr Claude VIROT - depuis 1994 PROGRAMME 2015 PARIS. !Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences PROGRAMME 2015 PARIS Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences 1 1. OBJECTIFS" 1. Savoir" 1. Acquérir un savoir validé sur la relation thérapeutique, l hypnose médicale appliquée à la douleur

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

«LA PLEINE CONSCIENCE»

«LA PLEINE CONSCIENCE» «LA PLEINE CONSCIENCE» Dominique Lanctôt PhD Psychologue Colloque de la 3ième journée de formation des 3L La survivance Vendredi 25septembre 2015 MONTRÉAL Plan de présentation 1-Définition de la pleine

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

A healthy decision LA DOULEUR

A healthy decision LA DOULEUR A healthy decision Mieux vivre avec LA DOULEUR Tout à propos de la douleur, de ses causes et de ses possibilités de traitement. Parlez-en avec votre médecin ou pharmacien. Contenu Qu est-ce que la douleur

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT!

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! Douleur induite Douleur induite Douleur de courte durée, causée par le soignant ou une thérapeutique dans des circonstances de survenue prévisibles et susceptibles

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Page -1- Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Ce qu'il faut savoir avant tout, c'est que les douleurs persistantes sont des "douleurs particulières", qui doivent donc être traitées en

Plus en détail

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

FORMATION A LA SOPHROLOGIE PRATIQUE & A LA COMMUNICATION P.N.L DIPLÔME DU SOPHROLOGUE PRATICIEN ******

FORMATION A LA SOPHROLOGIE PRATIQUE & A LA COMMUNICATION P.N.L DIPLÔME DU SOPHROLOGUE PRATICIEN ****** FORMATION AU DIPLÔME DU SOPHROLOGUE PRATICIEN FORMATION A LA SOPHROLOGIE PRATIQUE ET A LA COMMUNICATION P.N.L La particularité de notre Ecole de Sophrologie, réside dans l'équilibre entre les Techniques

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Quelques définitions des termes utilisés Nommer : Désigner par un nom. Identifier : Déterminer la nature de

Plus en détail

FACE A LA DOULEUR QUI PERSISTE

FACE A LA DOULEUR QUI PERSISTE FACE A LA DOULEUR QUI PERSISTE AVANT-PROPOS Cette brochure est destinée aux patients souffrant de douleurs persistantes, mal soulagées par les méthodes habituelles de traitement. Son but est de les aider

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur

Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur Jessica FRIPPIAT Psychologue clinicienne Service d Hémato-oncologie Unité de Psychologie Hôpital Universitaire des enfants Reine Fabiola

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION ASSOCIATION POUR LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DE L ENFANT journées La douleur de l enfant Quelles réponses? Vendredi 9 décembre 2011 SÉANCES Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Constat de la situation existante. Facteurs favorisant les TCPO

Constat de la situation existante. Facteurs favorisant les TCPO Enquête Sparadrap : Anesthésie et pédiatrie Constat de la situation existante Un projet qui nous tient à cœur Dédramatiser l anesthésie Observation de troubles comportementaux liés à une anesthésie Anxiété

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg

A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg Sommeil de courte durée, vigilance et travail de nuit A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg Sommeil de

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU PIANO

PLAN D ÉTUDES DU PIANO PLAN D ÉTUDES DU PIANO INTRODUCTION La formation permet aux élèves d acquérir progressivement une autonomie musicale et instrumentale liée au développement artistique de leur personnalité à travers la

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Journal de la migraine

Journal de la migraine Sandoz Pharmaceuticals SA Hinterbergstrasse 24 6330 Cham 2 Tél. 041 748 85 85 Fax 041 748 85 86 www.generiques.ch a Novartis company 50001252/mars 2008 Journal de la migraine avec le questionnaire sur

Plus en détail

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Journée ARS «Qualité et efficience dans la prise en charge des personnes âgées et handicapées» 08/11/2012 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Travail de Fin d Etudes Diplôme d Etat d Infirmier

Travail de Fin d Etudes Diplôme d Etat d Infirmier INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS D HENRI MONDOR Travail de Fin d Etudes Diplôme d Etat d Infirmier «Les parents sont les interlocuteurs privilégiés des enfants, Ce sont de réels partenaires de

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Table des matières. Première partie : Énergie et Polarité... 23 REMERCIEMENTS... 11 NOTE DE L AUTEURE... 13 COMMENT UTILISER CE GUIDE...

Table des matières. Première partie : Énergie et Polarité... 23 REMERCIEMENTS... 11 NOTE DE L AUTEURE... 13 COMMENT UTILISER CE GUIDE... Table des matières su REMERCIEMENTS... 11 NOTE DE L AUTEURE... 13 COMMENT UTILISER CE GUIDE... 15 À QUI S ADRESSE CE LIVRE... 17 INTRODUCTION... 19 Première partie : Énergie et Polarité... 23 CHAPITRE

Plus en détail

La douleur chronique : témoignage de patiente

La douleur chronique : témoignage de patiente La douleur chronique : témoignage de patiente A lire sur place Jocelyne PADERI Jocelyne PADERI La complexité de la douleur chronique 14èmes rencontres du Réseau Régional Douleur en Basse Normandie CAEN

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES

LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES DE QUOI PARLE-T-ON? A l heure actuelle, la maladie d Alzheimer est une pathologie dont on ne guérit pas! Mais absence de traitement curatif ne veut pas

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ «Un atelier de deux jours en spécialité EMDR» Présenté par Dr Steven MARCUS,, Ph.D 30 AVRIL & 1er MAI 2011 A PARIS SAMEDI 30 AVRIL : 9H - 16H30 - DIMANCHE 1ER

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier)

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Introduction ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Nombres de postes : 24 Nombres de patients chroniques : 96 ZLe service d hémodialyse à l hôpital André

Plus en détail

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat.

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat. Expertis Étude Stress Stress sur le Éléments statistiques Dr Brigitte Lanusse-Cazalé Production : Le Laussat. Les réactions au stress Les phases de stress + le stress dure, + le capital d adaptation s

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Partageons. talents. nos. Projet Investir pour mieux soigner. Programme Santé

Partageons. talents. nos. Projet Investir pour mieux soigner. Programme Santé Partageons nos talents Projet Investir pour mieux soigner Programme Santé L IME Lino Ventura Quartier Humanicité, 3 rue Théodrore Monod, 59 160 Lomme L IME : ses missions L Institut médico-éducatif Lino

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Pourquoi un tel essor du développement personnel?

Pourquoi un tel essor du développement personnel? Pourquoi un tel essor du développement personnel? Ces dernières années, on ne peut que constater l'émergence de nouvelles méthodes dont le but principal est l'épanouissement individuel. Le développement

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Autisme Questions/Réponses

Autisme Questions/Réponses Autisme Questions/Réponses 1. Quelle est la définition de l autisme et des autres troubles envahissants du développement établie dans l état des connaissances élaboré et publié par la HAS? Les définitions

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Education Thérapeutique (ETP)

Education Thérapeutique (ETP) Education Thérapeutique (ETP) Enfant diabétique type I Marie Caron Infirmière puéricultrice référente en éducation thérapeutique Maryse Tamburro Cadre puéricultrice Centre initiateur de pompes à insuline

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Sommaire L Entreprise Page 3 Qu est-ce que la PNL? Page 4 Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Préparation mentale pour sportif Page 8 Arrêter de fumer Page 11 Mincir par l hypnose Page 12 Traitement

Plus en détail

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Écrit par Jocelyn Théoret, directeur en gestion de l expérience client, Groupe-conseil en stratégie et performance de Raymond Chabot Grant Thornton, en collaboration avec

Plus en détail

Trouble d anxiété généralisée

Trouble d anxiété généralisée Les troubles anxieux Le choix d une thérapie simple ou combinée est un choix personnel. Pour faire un choix éclairé, adapté à votre condition actuelle et répondant à vos besoins, oser poser toutes vos

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur?

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Dr Philippe Poulain Unité Territoriale de Soins Palliatifs Polyclinique de l Ormeau Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Placebo: de

Plus en détail