CELLULES ET ORGANES DU SYSTEME IMMUNITAIRE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CELLULES ET ORGANES DU SYSTEME IMMUNITAIRE"

Transcription

1 CELLULES ET ORGANES DU SYSTEME IMMUNITAIRE L'IMMUNITE L'immunité peut être définie comme l'ensemble des mécanismes biologiques permettant à un organisme de reconnaître et de tolérer ce qui lui appartient en propre (le soi) et de reconnaître et de rejeter ce qui lui est étranger (le non soi) : les substances étrangères ou les agents infectieux auxquels il est exposé, mais aussi ses propres constituants altérés (comme des cellules tumorales). Le soi et le non-soi : les protéines membranaires La reconnaissance d'un agent infectieux comme étranger suppose que le système immunitaire : reconnaisse certaines structures qui lui sont spécifiques et qui constituent le soi, les distingue de structures qui ne lui appartiennent pas et qui constituent le non-soi. SYSTÈME IMMUNITAIRE Le système immunitaire a pour rôle de défendre l'organisme contre les infections. Lorsqu'il est envahi par un organisme étranger ( virus, bactérie ) ou par des molécules étrangères (celles du pollen, par ex.), le système immunitaire réagit très vite pour s en débarrasser. A la différence d'autres systèmes, le système immunitaire est constitué de cellules isolées qui ne constituent pas des tissus. Ensemble des cellules dont le rôle est de défendre l'organisme contre les infections : 1. Dans un premier temps il est capable de reconnaître une molécule étrangère, appelé antigène. 2. Dans un second temps, il est capalble de la neutraliser en produisant des anticorps. Un anticorps est une protéine complexe utilisée par le système immunitaire pour détecter et neutraliser les agents pathogènes comme les bactéries et les virus. Les anticorps sont sécrétés par des cellules dérivées des lymphocytes B, les plasmocytes, et reconnaissent des antigènes de manière spécifique. NB: Les anticorps constituent l'immunoglobuline principale du sang, aussi on utilise parfois le terme immunoglobuline à la place du mot anticorps, mais cet emploi est abusif. Un antigène est une substance naturelle ou synthétique, étrangère à l'organisme considéré, mais reconnue par des anticorps ou des cellules du système immunitaire et capable d'engendrer une réponse

2 immunitaire. Les antigènes sont généralement des protéines.. Le système immunitaire est composé de cellules (lymphocytes, globules blancs, ), elles sont appelées cellules immunocompétentes et d'organes lymphoïdes (thymus, moelle osseuse). Les Organes du système immunitaires ou organes lymphoïdes ont un rôle de : Soit de production Soit de stockage Les organes lymphoïdes sont : 1. Les organes lymphoïdes primaires ou centraux PRODUCTION Le THYMUS la MOELLE EPINIERE 2. Les organes et tissus lymphoïdes secondaires ou périphériques Ganglions, Rate, Tissus lymphoïdes associés aux bronches Amygdales et végétation, Ganglions mésentériques Plaques de Peyer (volumineux agrégats de follicules lymphoïdes primaires et secondaires siégeant dans la muqueuse de la partie terminale de l'iléon.) Tissus lymphoïde urogénital.

3 Anatomie : Système immunitaire

4 Organes centraux ou production A - Le Thymus C'est une glande endocrine qui disparaît vers 50 ans d'où son appellation d'"organe de 'jeunesse". C'est là que les lymphocytes 'T' parvienne à maturation. Lymphocytes (Moelle) Thymus Lymphocytes T Le Thymus est situé derrière le sternum, juste au-dessus du cœur et est irrigué par l'artère thoracique. Sa fonction est de permettre aux lymphocytes de parvenir à maturation en devenant des lymphocytes "T".

5 Après 50 ans le thymus est remplacé par une masse de tissus adipeux. B - La Moelle osseuse C'est le lieu de toute la production des cellules immunocompétentes. La moelle osseuse, comme sont nom l'indique, se situe dans les os, au niveau de l'os spongieux, surtout au niveau des os plats. C'est aussi le lieu de maturation et de différenciation des lymphocytes "B". La moelle osseuse contient des cellules adipeuses et des tissus hémopoïetiques.

6 Organes périphérique ou de stockage A - Les ganglions lymphatiques Les ganglions lymphatiques appartiennent au système lymphatique. Les ganglions lymphatiques sont de petites structures ovales ayant normalement la taille de haricots. Ils se regroupent généralement en amas à proximité des veines, au niveau de points stratégiques situés le long des vaisseaux lymphatiques de taille moyenne du genou, du coude, de l'aisselle, de l'aine, du cou, de l'abdomen et du thorax. Le sang est nettoyé et filtré dans les ganglions lymphatiques, où les cellules luttant contre les germes se rassemblent au cours d'une maladie. Cette filtration évite que des bactéries, cellules cancéreuses, et autres agents infectieux pénètrent dans le sang et circulent dans l'organisme. Les ganglions lymphatiques constituent les centres de production et de stockage de certains types de globules blancs, appelés lymphocytes et monocytes, qui sont des éléments importants de la défense immunitaire de l'organisme. Au cours d'une infection, les ganglions se développent dans leurs zones de drainage en raison de la multiplication des lymphocytes dans le ganglion. Les ganglions stockent les cellules immunitaires mais aussi les déchets du combat défensif auxquels ces cellules ont participés. Les ganglions lymphatiques est surtout le lieu où s'initient les réactions immunitaires.

7 Fig. Coupe d'un ganglion lymphatique

8 B - La Rate La rate est un organe fragile, profond, situé dans l'hypochondre gauche en regard de la 10 e côte (côte splénique). Elle est donc en position thoraco-abdominale. Elle a deux rôles essentiels : rôle dans l'immunité, notamment l'immunité cellulaire, elle fait ainsi partie des organes lymphoïdes secondaires, rôle dans la régulation de la formation et de la destruction des éléments figurés du sang : on dit que la rate est le «cimetière des globules rouges». Irriguée par des vaisseaux sanguins, elle est en permanence au contact avec les antigènes présents dans le sang. La rate est entourée d'une capsule très fragile envoyant des cloisons conjonctives à l'intérieur du parenchyme splénique. Celui-ci est constitué de deux sortes de tissus : la pulpe rouge, détruit les vieux lymphocytes "B" la pulpe blanche correspondant à des follicules lymphoïdes, intervenant dans l'immunité. C'est le lieu de stockage (Lymphocyte "T" et "B", macrophage et polynucléaires neutrophiles). La rate est plaquée contre la coupole diaphragmatique. Par son intermédiaire elle entre en rapport avec la plèvre et le poumon. Plus à distance se trouve la paroi thoracique. La projection de la rate sur cette paroi correspond à une surface elliptique dont le grand axe répond à la 10ème côte.

9 C - Les tissus Lymphoïdes associés aux muqueuses Comme ceux des : amygdales et végétations Tissus lymphoïdes associés aux bronches Tissus lymphoïde urogénital Plaques de Peyer (volumineux agrégats de follicules lymphoïdes primaires et secondaires siégeant dans la muqueuse de la partie terminale de l'iléon.) Ils assurent la défense immunitaire, comme par exemple : Les amygdales et les végétations assure la défense du système respiratoire, Les Plaques de Peyer, celle des intestins. Quelles sont les cellules immunocompétentes?

10

11 1. Les lymphocytes (20 à 45 %) Dans la moelle osseuse, les cellules souches se différencient en cellules non matures appelées "cellule lymphoïde". Elles passent ensuite de la moelle osseuse dans le sang, où elles deviennent des "Lymphocytes", elles acquièrent alors leurs compétences immunitaires et deviennent les lymphocytes "B" ou, après leurs passage dans le Thymus, des lymphocytes "T". Les lymphocytes "T" sont capable alors d'agir directement sur les antigènes alors que les lymphocytes "B" agiront sur les antigènes au travers des anticorps. 2. Les Monocytes (4 à 8 %) Dans la moelle osseuse, les cellules souches se différencient en cellules non matures appelées "Monocytes". Amenés près des tissus lésés par les capillaires, ils traversent la paroi du capillaire et migrent vers la lésion. Se faisant ils se transforment en Macrophage et attaquent les corps étrangers (ou antigène) en les phagocytant (phagocytose). Le Macrophage sera aussi le cas échéant la cellule présentatrice de l'antigène au lymphocyte. 3. Les Polynucléaires (granulocytes) 3.1 Les Polynucléaires Neutrophiles (40 à 70%) Ils sont les plus nombreux mais aussi les premiers à arriver sur le site contaminé par les antigènes. Comme les autres cellules immunocompétentes ils naissent dans la moelle osseuse en provenance des cellules souches et deviennent les Myéloblastes. Ils passent ensuite dans le sang pour continuer leur maturation et deviennent alors des Granulocytes qui à leurs tours vont se diversifier en devenant des Polynucléaires Neutrophiles. Ils prédominent en cas d'infection inflammatoire aigüe. 3.2 Les Polynucléaires Eosinophiles (1 à 4%) Comme les autres cellules immunocompétentes ils naissent dans la moelle osseuse en provenance des cellules souches et deviennent les Myéloblastes. Ils passent ensuite dans le sang pour continuer leur maturation et deviennent alors des Granulocytes qui à leurs tours vont se diversifier en devenant des Polynucléaires Eosinophiles. En cas d'allergie leur nombre d'allergie. 3.3 Les Polynucléaires Basophiles (0,5 à 1%) Comme les autres cellules immunocompétentes ils naissent dans la moelle osseuse en provenance des cellules souches et deviennent les Myéloblastes.Ils passent ensuite dans le sang pour continuer leur

12 maturation et deviennent alors des Granulocytes qui à leurs tours vont se diversifier en devenant des Polynucléaires Basophiles 'mastocytes). On ne connait pas encore leur fonction. La réaction immunitaire L'immunité met en jeu deux processus apparus successivement au cours de l'évolution des espèces : l'immunité non spécifique, d'action immédiate, qui fait intervenir des cellules responsables de la phagocytose, On parle de Réaction Immunitaire Non Spécifique : RINS INNEE (Macrophages) l'immunité spécifique, qui se développe en quelques jours et dépend de la reconnaissance spécifique de la substance étrangère, prélude à sa destruction ; elle garde le souvenir de la rencontre. On parle de Réaction Immunitaire Spécifique : RIS ACQUISE (Anticorps) Agression Tissulaire ////////////////////////////////////// Barrière Naturelle ////////////////////////////////////////// Traumatisme des tissus Pénétration de corps étrangers Réaction immunitaire Non Spécifique RIS OK Non OK Réparation Cicatrisation Réaction immunitaire Spécifique RIS

13 La Réaction Immunitaire Non Spécifique RINS Il s'agit de la résistance naturelle, innée à une agression par des agents infectieux quel qu'elle soit. Et les moyens sont les mêmes quelque soit l'agresseur. Cette immunité n'est pas sélective Elle est grossière, non spécifiquement adapté à l'agresseur, C'est cette réponse non sélective qui va se mettre en œuvre au cours de l'exposition de l'organisme à une substance étrangère. Les autres moyens de défense Ce sont des moyens de défense non-spécifiques. Ils peuvent être : Mécaniques Il s'agit de la peau et des poils (narines, oreilles), mais ils perdent toute leur efficacité dans le cas de rupture de la barrière naturelle qu'est la peau (lésion) La peau : Enveloppe défensive de première importance, elle ne peut être franchie que si elle est lésée ou brûlée. Ce sont ses glandes sudoripares et sébacées qui vont secréter des substances toxiques pour de nombreux germes. En cas de lésion de la peau, il y a inflammation. Les poils : Ils servent de système de filtrage pour les porte d'entrée naturelle comme les oreilles et le nez. Chimiques Caractérisés par : o sécrétions lacrymales o Mucus o Sécrétion ORL (cérumen) o Salive (protection contre l'acidité) o Sucs gastriques, La réaction inflammatoire Déclenchée lors de l'effraction d'une barrière naturelle de l'organisme par un corps étranger. C'est une réaction locale qui traduit la mise en œuvre de défense immunitaire de type RINS d'abord avec l'arrivée sur site attaqué des Polynucléaires Neutrophiles, puis celle des macrophages afin d'éviter une invasion générale (puis en cas d'échec on observera la mise en œuvre de RIS, on n'est plus dans ce cas dans la phase d'inflammation mais dans la phase d'infection).

14 Cliniquement, cette réaction inflammatoire provoque une rougeur, une chaleur locale, une tuméfaction et une douleur liée à l'hyperpression locale. Localement, il se produit un exsudat, produit de l'hyperperméabilité membranaire et des déchets des cellules mortes, c'est le pus. L'œdème inflammatoire est un phénomène actif dû au passage, à partir des vaisseaux congestifs, vers le milieu interstitiel, d'un liquide proche du plasma. Ce passage est surtout lié à l'augmentation de la perméabilité de la paroi des capillaires et des veinules. On distingue 3 étapes dans la réaction inflammatoire : 1. La première étape est caractérisée par une vasodilatation (après la vasoconstriction nécessaire à la formation du clou plaquettaire (voir hémostase primaire) et par une augmentation de la perméabilité capillaire afin de permettre aux cellules immunitaires présentes dans le sang de migrer vers la zone lésée. 2. La deuxième étape est celle de la migration des cellules leucocytaires, des Monocytes et des polynucléaires Neutrophiles vers le tissu lésé. Il s'agit d'une migration massive conséquente de la vasodilatation (plus de flux doc plus de cellule immunocompétentes). Cette deuxième étape contient trois phases : 1. La MARGINATION, les leucocytes se collent contre la paroi interne du capillaire.

15 2. La DIAPEDESE, le Polynucléaire, collé contre la paroi du capillaire va progressivement la traversé (cette paroi étant devenu perméable. Cet te éta pe Pol ynu clé aire neu tro phi le de sortir du capillaire sanguin et de rejoindre le tissus lésé pour phagocyter les corps étrangers ayant pénétré l'organisme. Alors que pour le monocyte, si la "diapédèse" est identique, le monocyte en traversant la paroi capillaire devient mature est Phagolysosome prend le nom de Macrophage. C'est le Macrophage qui va phagocyter les corps étrangers (antigènes). Les polynucléaires neutrophiles et les macrophages entament alors leur migration vers le tissus lésé, cette migration se fait par CHIMIOTACTISME. Les globules blancs (polynucléaires neutrophyles)sont attirés par des molécules libérées par les bactéries: c'est le chimiotactisme La troisième étape la PHAGOCYTOSE La phagocytose décline elle aussi en 4 phases : 1. La phase d'attraction (par chimiotactisme) amène l'ag au contact de la membrane du Phagocyte (phase d'adhérence) 2. La phase d'adhérence, l'ag est au contacte de la membrane du phagocyte. 3. La phase d'ingestion ou invagination, le phagocyte va prendre l'ag en se déformant, puis une fois pris il va l'ingérer. L'Ag va se trouver ainsi 'piégé' dans une sorte de vésicule, on parle alors de 'Phagosome' Tout autour du phagosome vont s'agglutiner les lysosomes, formant ainsi un "Phagolysosome". 4. La phase de digestion. Les enzymes lysosomiques des lysosome vont lyser le micro-organisme (Ag).

16 5. La phase d'exocytose, les décher de la lyse de l'ag sont éjectés, ils rejoindront alors le système lymphatique. La Réaction Immunitaire Spécifique RIS

17 La Réaction Immunitaire Spécifique RIS Elle est acquise et sélective. La RIS est une réaction sélective à une substance donnée ce qui nécessite une exposition préalable de l'organisme à cette substance (acquise). A noter : Tous les lymphocytes proviennent des mêmes cellules de la moelle osseuse que les autres globules sanguins. Suivant leur lieu de maturation, on obtient des lymphocytes B (moelle osseuse) ou des lymphocytes T (thymus). Les lymphocytes B et les lymphocytes T portent des récepteurs antigéniques spécifiques sur leurs membranes plasmiques. Pour les lymphocytes B, les récepteurs sont des anticorps. La spécificité et la diversité du système immunitaire dépendent donc de la présence sur chaque lymphocyte B ou lymphocyte T de récepteurs qui leur confèrent la capacité de reconnaître un antigène particulier et d'y réagir. Quand un antigène se lie au récepteur de surface d'un lymphocyte, celui-ci se divise et donne naissance à une population de lymphocytes effecteurs : - immunité humorale : les lymphocytes B donnent des plasmocytes qui sécrètent des anticorps qui contribuent à éliminer l'antigène. - immunité à médiation cellulaire : les lymphocytes T donnent des lymphocytes T cytotoxiques, qui détruisent les cellules infectées et les cellules cancéreuses, et des lymphocytes T auxiliaires. Quelques jours, quelques semaines après la première rencontre entre les microorganisme (antigènes) et le système immunitaire une résistance très puissante s'organise contre tout microorganisme du même type sur le moment et pour l'avenir, il s'agit ici de la Mémoire immunitaire. Cette Mémoire immunitaire peut s'acquérir de deux façons :

18 -1- De manière Passive : La Sérothérapie C'est d'introduire dans l'organisme d'un sujet des antigènes afin de lui permettre de fabriquer des anticorps. Le sujet est alors immunisé contre une ou plusieurs maladies, selon la nature du vaccin. 2- De manière Active : La vaccination C'est d'introduire dans l'organisme d'un sujet des antigènes afin de lui permettre de fabriquer des anticorps. Le sujet est alors immunisé contre une ou plusieurs maladies, selon la nature du vaccin. VACCIN (antigène) Action préventive : Le vaccin protège une personne contre l'agression microbienne. SERUM (anticorps) Action curative : Le sérum guérit une personne malade. Immunité active : L'organisme fabrique lui-même ses propres anticorps. Immunité passive : L'organisme reçoit les anticorps d'un autre organisme. Immunité tardive : L'immunité devient effective après plusieurs injections. (3) Immunité durable : L'immunité dure plusieurs années si les rappels sont faits dans les temps. Immunité immédiate : L'immunité est effective immédiatement. Immunité temporaire : L'immunité ne dure que 3 semaines. (il faudra vacciner le patient pour le protéger durablement) Le vaccin se fait en une ou plusieurs injection (selon la nature) Le sérum se fait en une seule injection (très lentement). Les vaccins sont souvent associés. (ex: Dt-Coq-Polio) Les sérums ne sont jamais associés. Risques d'accidents : Assez rares, sauf si problèmes rénaux. Risques d'accidents : Si terrain allergique ou injection trop rapide. Mode de préparation : On utilise des microbes tués ou atténués par les moyens suivants: - la chaleur, Mode de préparation : On utilise des anticorps présents dans le sérum sanguin : - d'origine animale (ex: sérum antidiphtérique ou antitétanique),

19 - un antiseptique, La dessiccation, - le vieillissement. - d'origine humaine ( ex: sérums de convalescents ou gammaglobulines). Deux types de réaction en fonction du moyen de médiation utilisé : celle où l'immunité est acquise via le sérum : l'immunité à médiation humorale qui entraîne la production d'ac, qui circulent dans le plasma sanguin et fait intervenir certains globules blancs en particulier les lymphocytes 'B'. celle où l'immunité est acquise via les lymphocytes "T' : l'immunité à médiation cellulaire qui repose sur l'action directe des lymphocytes 'T'. Attention : La réaction à médiation humoral et la réaction à médiation Cellulaire fonctionnent en même temps. -

20 -I- La Réaction Immunitaire Spécifique Humorale Avant tout contact avec un antigène donné, les Lb présentent chacun un type d'anticorps membranaires Pénétration de l'antigène dans l'organisme antigène 1. Sélection clonale Seuls les LB portant l'anticorps membranaire correspond à l'antigène reconnaissent cet antigène Ces LB sont dits activés

21 2. Prolifération clonale = multiplication par mitoses des LB activés, ayant reconnu l'antigène 3. différentiation des LB en plasmocytes sécrétrices d'anticorps spécifiques de l'antigène en LB mémoire cellules Activation, prolifération puis différentiation des lymphocytes B suite à la rencontre avec un antigène Les cellules B à mémoire sont formées spécifiquement contre les antigènes rencontrés lors de la réponse immunitaire primaire ; comme elles peuvent vivre longtemps, ces cellules peuvent réagir rapidement lors d'une seconde exposition à leur antigène spécifique. Les plasmocytes sont donc des lymphocytes B activés et capables de produire des anticorps dirigés contre l'antigène activateur. Parfois aidé par les "Helper", Lymphocytes "T4" (Lth) les plasmocytes secrètent des anticorps qui se chargent de la destruction des antigènes en se liant à ceux-ci afin qu'ils deviennent des proies plus faciles pour les phagocytes;

22 Dans la réaction immunitaire spécifique "humorale", qui se fait en parallèle avec la réaction immunitaire "cellulaire", les macrophages (parce qu'il y en a trop ou qu'ils sont trop puissants), vont présenter les Antigènes au lymphocytes présents dans les tissus lymphoïdes (ensemble de cellules et d organes dont dépendent les réactions de défense du corps, comme les ganglions lymphatiques ou la rate) En effet, pour être actifs, d'autres globules blancs tels que les macrophages, doivent leur présenter des fragments d'antigène, afin qu'ils se transforment en plasmocytes. Ces lymphocytes possèdent bien plus de vésicules de Golgi, qui permettent de fabriquer des anticorps en masse, afin de neutraliser efficacement les antigènes. Les plasmocytes sont donc des lymphocytes B activés et capables de produire des anticorps dirigés contre l'antigène activateur. Attention : Les polynucléaires neutrophiles ne sont jamais présentateur des antigènes aux lymphocytes car leur fonction est de phagocyter les antigènes et rien d'autre. Ils sont d'ailleurs les premiers arrivés sur site. Lors d'une primo-infection, la réaction immunitaire spécifique humorale, analysée en terme de ration "nombre de Lb / temps" peut se décomposer en trois phases : Phase 1 : Phase de latence Elle correspond à la phase d'activation des Lymphocytes 'B'. Pendant cette phase, les macrophages vont présenter l'antigène aux lymphocytes présents dans les tissus lymphoïdes..

23 Phase 2 : Phase d'élévation Multiplication par mitose des Lymphocytes 'B' activés ayant reconnu l'antigène. Différenciation : o Certains Lymphocytes 'B' activés deviennent des cellules sécrétrices d'anticorps qui se chargent de la destruction des antigènes en se liant à ceux-ci afin qu'ils deviennent des proies plus faciles pour les phagocytes. Cellules sont appelées Plasmocytes. Plasmocytes = Lymphocytes 'B' activés o D'autres lymphocytes 'B' activés deviennent des cellules B à mémoire qui sont formées spécifiquement contre les antigènes rencontrés lors de la réponse immunitaire primaire ; comme elles peuvent vivre longtemps, ces cellules peuvent réagir rapidement lors d'une seconde exposition à leur antigène spécifique. Ces cellules sont appelées Lymphocyte 'B' Mémoire. Phase 3 : Phase de décroissance Le travail immunitaire étant terminé, le nombre de lymphocytes ('B' et 'T') décroit rapidement pour atteindre un taux résiduel (>0) correspondant aux lymphocytes 'b' Mémoire.

24 -II- La Réaction Immunitaire Spécifique Cellulaire

25 Il s'agit d'un groupe cellulaire distinct, de grand lymphocytes granuleux. Leur nom, lymphocytes T, (T= Tueur) vient du fait que ces cellules ont la capacité de tuer de manière non spécifique, une cellule tumorale ou infectée. Contrairement aux lymphocytes habituels, qui eux réagissent à un agent pathogène spécifique, les L T ont la capacité d'attaquer n'importe quelle cellule. Leur mécanisme de différenciation est toujours inconnu. Ils font donc partie du système de défenses non spécifique. L'immunité est acquise via les lymphocytes (les cellules): l'immunité à médiation cellulaire qui repose sur l'action directe des lymphocytes.

26 LT CD8 Cytotoxique (Cytokinine) Destructeur Attaque les membranes des cellules portant à leur surface le fragment AG LT Mémoire LT CD4 Auxiliaire (Helper) Marqueur CD4 Il augmente la sécrétion d'anticorps et stimule les lymphocytes 'B' LT Suppresseur Bloque l'augmentation de la sécrétion d'anticorps et diminue la LT cytokine LT Sécréteur Sécréteur de la cytokine Les cellules T cytotoxiques (CD 8 +) détruisent les cellules infectées. Ces cellules fonctionnent comme des cellules tueuses ('killer' en anglais) ou cytotoxiques car elles sont à même de détruire des cellules cibles qui expriment des antigènes spécifiques qu'elles reconnaissent. Les cellules CD4+ (en anglais T-Helper) sont des intermédiaires de la réponse immunitaire et prolifèrent pour activer quantité d'autres types de cellules qui agiront de manière plus directe sur la réponse. Les cellules CD 4 + régulent ou 'aident' à la réalisation d'autres fonctions lymphocytaires. On sait qu'elles sont la cible de l'infection à VIH; le SIDA entraîne la chute de leur population. Les T régulateurs aident à prévenir l'activation des lymphocytes auto-immuns qui détruisent les cellules de leur propre organisme. Auparavant appelés «T suppresseurs», ils sont très importants pour le maintien de l homéostasie. Le rôle principal est de réprimer l activité des cellules de l immunité, soit auto-immune, soit en fin de réaction immunitaire. Ils se distinguent facilement des autres lymphocytes T :

27 ils portent à leur surface les marqueurs CD4 et CD25 à leur état basal, et expriment la molécule FOXP3 dans leur cytosol. Les lymphocytes NKT sont un type de lymphocytes présentants des marqueurs de cellule T (CD3) et des marqueurs de cellules NK. Ils sont donc un lien entre le système immunitaire inné et le système immunitaire adaptatif. Contrairement aux lymphocytes T conventionnels, dont le TCR reconnaît un peptide présenté dans une molécule du CMH, les NKT sont capables de reconnaître un glyclipide présenté dans une molécule appelé CD1d, structurellement proche du CMH de classe un. Une fois activés, les NKT sont capables de lyser les cibles et de sécréter des cytokines. Les cellules γδ T cells représentent une population de cellules T ayant un TCR particulier. La plupart des T possèdent un TCR composé de deux glycoprotéines, les chaines α and β. Cependant, les cellules γδ possèdent un TCR fait d une chaine γ et d une chaine δ. Ces lymphocytes sont moins abondants que les αβ (ils représentent 5% du total des LT), mais se retrouvent en plus grande quantité dans la muqueuse intestinale, parmi la population lymphocytaires nommée lymphocytes intraépithéliaux. Le determinant antigènique auquel répondent ces lymphocytes est inconnu à l heure actuelle. Leur TCR ne semble pas restreint à la reconnaissance d un peptide, mais serait capable de réagir à la présence d une protéine entière, sans nécessiter la présentation via les molécules du CMH. L'immunité cellulaire (la réponse immunitaire vis-à-vis d'organismes pathogènes à l'intérieur des cellules) implique l'activation des cellules T. CD 4 et CD 8 font référence aux antigènes caractéristiques à la surface des différents soustypes de lymphocytes T. Ces molécules CD sont des marqueurs diagnostiques utiles pour identifier et quantifier ces cellules par cytométrie au moyen d'anticorps dirigés contre eux. Anciennement, au lieu de CD 4 et CD 8, etc., on parlait de OKT 4 et OKT 8,... et même de T 4 et T 8

28

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée - I - Approche globale des réactions immunitaires Mécanismes de défense de l organisme en réponse à la pénétration de microorganismes

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé TS-Thème 6 : immunologie N. Pidancier 2010-2011 Correction des exercices d'immunologie 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé ''la souris

Plus en détail

Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique?

Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Évaluations formatives Module 1 Introduction 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Le système de défense spécifique est en fait le système immunitaire. C est

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Ghislaine Sterkers et Marie-Anne Gougerot-Pocidalo I-Introduction... 2 II-Systèmes immunitaires impliqués dans la défense anti-infectieuse... 3 II-1.Immunité

Plus en détail

Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas.

Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas. Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas. La rate. La Rate en MTC : La Rate en MTC est un emblème représentant les fonctions organiques d une grande partie du système digestif (l estomac,

Plus en détail

CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes

CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes Obj. cognitifs : Définir le système immunitaire. Une réaction rapide-la phagocytose, réalisée

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE

ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE 1. Définition L'inflammation ou réaction inflammatoire est la réponse des tissus vivants, vascularisés, à une agression. 2. Causes des réactions

Plus en détail

ABSENCE DE MEMOIRE IMMUNOLOGIQUE

ABSENCE DE MEMOIRE IMMUNOLOGIQUE Immunite innee Ancienne chez tous les organismes multicellulaires Rapide premiere ligne de defense Immediate pas besoin d activation prealable Forte Elimine la majorite des pathogenes / microorganismes

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

LES TISSUS CONJONCTIFS

LES TISSUS CONJONCTIFS LES TISSUS CONJONCTIFS UE2 Les tissus conjonctifs (TC) sont un mélange en proportion variable de : Cellules + fibres + substance fondamentale Ils permettent de faire le lien entre les tissus et les organes.

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr 4/5 Tissus et Organes Les Tissus Un ensemble de cellules qui ont une structure semblable et qui remplissent la même fonction constitue un tissu. Quatre tissus primaires s enchevêtrent pour former la «trame»

Plus en détail

Le système immunitaire

Le système immunitaire Le système immunitaire L organisme doit se protéger des agressions qu il subit continuellement de la part du milieu externe. Cette protection consiste tout d abord en l interposition d une barrière entre

Plus en détail

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse Mort cellulaire Lara Chalabreysse 1 1/ Apoptose 2 Définition Forme de mort cellulaire Eliminer les cellules indésirables Étapes coordonnées programmées Gènes dédiés à cette tache Implications Développement

Plus en détail

Sciences 8 le système immunitaire exercices

Sciences 8 le système immunitaire exercices Sciences 8 le système immunitaire exercices Exercice 1 : Remplis les blancs. 1. Les organismes qui sont la cause de maladies comme les bactéries et les virus sont appelés. 2. Les maladies peuvent être

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

Chap.2: L HEMATOPOIESE

Chap.2: L HEMATOPOIESE Chap.2: L HEMATOPOIESE PLAN I- Définition II- Localisation II- Déroulement III- Régulation IV- L Érythropoïèse Durée de vie des cellules du sang Érythrocytes Leucocytes Thrombocytes 120 jours 2 à 10 jours

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES)

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) I/Rappel A/ Description Noyau polylobé d où le terme polynucléaire Cytoplasme granuleux d où le terme granulocyte. Selon la coloration des granulations on

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes.

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes. Class: 3 ème. Secondaire (S.V.) Matière: Biologie Exercice I: L albinisme et ses causes. Examen de Mi-d'année Points: 20 pts. Durée: 180 min. (4.5 pts.) L albinisme résulte d un manque général de la pigmentation

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats Vacciner protège Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats 2 VACCINER PROTÈGE Les vaccins sont-ils vraiment nécessaires? La réponse est clairement OUI! On voit encore et toujours des chats

Plus en détail

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux Les différentes méthodes de détection des cellules du système immunitaire 1 - Etude morphologique Elle est réalisée sur 2 types

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Polynucléaires, monocytes et macrophages.

Polynucléaires, monocytes et macrophages. Polynucléaires, monocytes et macrophages. Marianne Gougerot-Pocidalo, Lionel Prin, Sylvie Chollet-Martin I-Introduction... 2 II-Facteurs chimio-attractants... 2 III-Origine et devenir des polynucléaires

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires

NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires stage de formation 5 & 6 février 2015 atelier n 2 NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires Nathalie Noris contact nathalie.davoust-nataf@ens-lyon.fr informations et ressources http://acces.ens-lyon.fr/acces/ressources/immunite-et-vaccination

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Chapitre 2 : L immunité adaptative, prolongement de l immunité innée

Chapitre 2 : L immunité adaptative, prolongement de l immunité innée 1 Chapitre 2 : L immunité adaptative, prolongement de l immunité innée Introduction : L immunité innée ne permet pas toujours l élimination des éléments étrangers qui peuvent alors infecter l organisme.

Plus en détail

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes.

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes. Atomes Molécules Tissu : Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Cellules Tissus Organes Systèmes 1. Le tissu épithélial: Les épithéliums Membrane basale Formés de cellules

Plus en détail

Contrôle de l apprentissage

Contrôle de l apprentissage Niveau 2 07 / Le sang Information pour l enseignant 1/6 Sujet Cahier de travail dans son intégralité Devoir Les élèves résolvent le test. Matériel Solution Type de travail Travail individuel Durée 45 minutes

Plus en détail

Inflammations granulomateuses

Inflammations granulomateuses Pathologie Générale Inflammation et Cicatrisation Inflammations granulomateuses Pr Gérard ABADJIAN USJ 2014 Définitions et introduction Granulome inflammatoire ensemble des éléments cellulaires (leucocytaires,

Plus en détail

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur LES ANTIBIOTIQUES Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Rapide Historique Généralités Les grandes familles d'antibiotiques Surveillance Evaluation de l'efficacité du traitement Education

Plus en détail

Partie 1 : Immunologie

Partie 1 : Immunologie Partie 1 : Immunologie Le maintien de l'intégrité de l'organisme Video 1 Video 1 bis Quelques rappels... 1. L'infection microbienne : 2. Les premières défenses : 3. La défense par les lymphocytes : Chapitre

Plus en détail

Les fonctions du système génital chez l homme

Les fonctions du système génital chez l homme 1 Les fonctions du système génital chez l homme Une fonction exocrine : production des spermatozoïdes (= spermatogenèse) Une fonction endocrine : sécrétion de testostérone Spermatogenèse La spermatogenèse

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie. CM3.1 Structure et polymorphisme du CMH; Présentation de l antigène au TCR

DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie. CM3.1 Structure et polymorphisme du CMH; Présentation de l antigène au TCR DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie CM3.1 Structure et polymorphisme du CMH; Présentation de l antigène au TCR Adrien Six (adrien.six@upmc.fr) Phnom Penh Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Les étapes de la réaction inflammatoire

Les étapes de la réaction inflammatoire Réaction inflammatoire 2. Détection par les cellules sentinelles PRR Motif moléculaire Agent (bactérie) Phagocytose des agents Macrophage Leucocyte (cellule dendritique) 3. Libération de messages chimiques

Plus en détail

LA CICATRISATION. I - Reconstitution tissulaire. Cicatrisation primaire - Cicatrisation secondaire

LA CICATRISATION. I - Reconstitution tissulaire. Cicatrisation primaire - Cicatrisation secondaire LA CICATRISATION I - Reconstitution tissulaire La cicatrisation d'une plaie est un phénomène biologique naturel. Les tissus humains et animaux sont capables de réparer des lésions localisées par des processus

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

MHN. En utilisant cette pièce tragique, vous justifierez le concept de mémoire immunitaire.

MHN. En utilisant cette pièce tragique, vous justifierez le concept de mémoire immunitaire. MHN En utilisant cette pièce tragique, vous justifierez le concept de mémoire immunitaire. Acte 1, scène 1 : On transfuse du sang de Madame Poteau (Rhésus moins : Rh-) à Madame Piquet (Rhésus plus : Rh+)

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

Cellules présentatrices d'antigènes et allergie : phénotype, propriétés, fonctions

Cellules présentatrices d'antigènes et allergie : phénotype, propriétés, fonctions DESC d Immunologie Clinique et Allergologie 2014 Module 0 «Immunologie» Cellules présentatrices d'antigènes et allergie : phénotype, propriétés, fonctions Circulation et domiciliation des cellules immunitaires

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

Le Système Immunitaire

Le Système Immunitaire Formation des Maîtres de l UPMC : Agrégation interne Notions Complémentaires en IMMUNOLOGIE Maître de Conférences Université Pierre & Marie Curie (Paris VI) Centre de Recherche des Cordeliers INSERM UMRS

Plus en détail

L APPAREIL CARDIO-VASCULAIRE

L APPAREIL CARDIO-VASCULAIRE L APPAREIL CARDIO-VASCULAIRE LE COEUR A- ANATOMIE I- Généralités - le coeur est situé dans le thorax entre les 2 poumons, dans le médiastin antérieur - forme conique et sa pointe repose sur le diaphragme

Plus en détail

Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon

Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon 09.10.2015 Le Le système immunitaire est est composé de de plusieurs éléments Cellules immunitaires -cell.phagocytaires

Plus en détail

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin ITEM 201 a LES BRULURES Pr J.P. Chavoin 1 DEFINITIONS ET CAUSES La brûlure est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous-jacents, consécutive à l action d agents : - thermiques, - électriques,

Plus en détail

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l La régulation de la glycémie Introduction : Qu est ce que la glycémie? Quelles sont les valeurs normales de la glycémie? Document 1: bilan sanguin d une personne non diabétique (à jeun) Docteur P Pharmacien

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? Les valences vaccinales* destinées aux chats sont regroupées en deux catégories : les valences dites «essentielles» conseillées

Plus en détail

BASES IMMUNOLOGIQUES DE L HYPERSENSIBILITE LIEE AUX IgE

BASES IMMUNOLOGIQUES DE L HYPERSENSIBILITE LIEE AUX IgE Dr Cécile BORDES, MCU-PH Laboratoire d Immunologie Université Victor Segalen, CHU Pellegrin Bordeaux BASES IMMUNOLOGIQUES DE L HYPERSENSIBILITE LIEE AUX IgE Objectifs Présenter les bases physiopathologiques

Plus en détail

leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation

leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation Les protéines peuvent être classées sur la base de: leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation leur

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale RALANDISON Stéphane Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Soirée Rhumato, 28 février 2013 Introduction Habitudes pratiques:

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par :

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par : CODE DU TRAVAIL Art. R. 231-60.- La présente section fixe les règles particulières de prévention et de protection des travailleurs contre les risques résultant d'une exposition à des agents biologiques.

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

Article Insulib. Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale

Article Insulib. Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale Article Insulib Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale Le diabète et les chiffres Le diabète est une maladie dont l essor ne cesse de croître

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

: motifs moléculaires inducteurs d une d réponse

: motifs moléculaires inducteurs d une d réponse «Antigènes, nes, haptènes : motifs moléculaires inducteurs d une d réponse immune» F. Bérard Inserm U851 - Service d Immunologie Clinique CHU Lyon-Sud Jeudi 5 novembre 2009 16h-18h 18h Antigènes = substances

Plus en détail

Explications des réponses

Explications des réponses Explications des réponses Explications des réponses Question 1 : Un vaccin, c est... (information adaptée de l ouvrage Avoir la piqûre pour la santé de votre enfant, 3e édition, page 10) La vaccination

Plus en détail

Évaluations formatives. Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique?

Évaluations formatives. Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique? Évaluations formatives Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique? Le système de défense non spécifique est constitué d un ensemble d éléments qui protègent

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Introduction Les neurones et les hématies sont des cellules ultra spécialisées qui ne consomment que du glucose. L approvisionnement

Plus en détail

Anatomie fonctionnelle des lymphocytes Dr Sébastien Lepers

Anatomie fonctionnelle des lymphocytes Dr Sébastien Lepers Anatomie fonctionnelle des lymphocytes Dr Sébastien Lepers MSBM / 29.11.2001 Immunité Ensemble des mécanismes biologiques permettant à un organisme pluricellulaire de maintenir la cohérence des cellules

Plus en détail

Buvez, buvez... éliminez!!!

Buvez, buvez... éliminez!!! Buvez, buvez... éliminez!!! 1. L'urine: produit d'une régulation. Afin que les cellules fonctionnent à plein rendement, le milieu intérieur dans lequel elles baignent doit présenter une composition aussi

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

16/ Infections chez l enfant

16/ Infections chez l enfant SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 16/ Infections chez l enfant I. Epidémiologie des maladies infectieuses en pédiatrie Mortalité infantile aux USA, 1870-1900 Enfant < 5 ans =

Plus en détail

Massage et cancer Partie 1

Massage et cancer Partie 1 http://blog.cliniquealtermed.com/massage et cancer partie 1/407 Massage et cancer Partie 1 Publié le 5 septembre 2011 par Johanne Roussy Au cours de ma pratique, j entends souvent de nombreux commentaires

Plus en détail

Défense de l organisme

Défense de l organisme Module 1 Défense de l organisme Soit par Soit par Système de défense non spécifique Système de défense spécifique Première ligne -Barrières naturelles Deuxième ligne -Défenses cellulaires et chimiques

Plus en détail

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 1 Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 2 L'estomac humain L'estomac est un organe qui fait partie de l'appareil digestif. Il est en forme de poche, et il est situé entre l'œsophage en haut, et le duodénum

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire Les problèmes du système excréteur urinaire http://www.bioweb.lu/anatomie/rein/rein.jpg Guide de l enseignant Document de travail RienST_guide de l'enseignant modifié.doc 1 Nous avons choisi façon de présenter

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire.

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire. L'atteinte des gencives et de l'os et est une affection qui évolue à bas bruits et ne se manifeste pour le patient que lorsque le mal est déjà fait. Ces pathologies proviennent de la prolifération bactérienne.

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Rachel Frély. Les allergies. alimentaires. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol

Rachel Frély. Les allergies. alimentaires. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Rachel Frély Les allergies alimentaires Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol CHAPITRE 1 Les allergies alimentaires en questions 1. Quels sont les mécanismes de l allergie? Au début du

Plus en détail