Coopération multilatérale: un instrument indispensable à la coopération suisse au développement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Coopération multilatérale: un instrument indispensable à la coopération suisse au développement"

Transcription

1 Coopération multilatérale: un instrument indispensable à la coopération suisse au développement

2 Qu entend-on par Coopération multilatérale? La coopération multilatérale est, au même titre que la coopération bilatérale, un instrument qui permet de contribuer aux objectifs du Message concernant la coopération internationale de la Suisse La coopération au développement fait partie de la politique étrangère suisse. La coopération multilatérale, qui inclut la coopération avec les institutions financières internationales, les agences des Nations Unies et des Fonds de développement, permet de contribuer à une meilleure image de la Suisse à l étranger et crée des conditions favorables pour le renforcement de ses alliances bilatérales, de ses réseaux internationaux et donc de ses possibilités d intervention en politique étrangère. Actuellement, environ 25% de l aide suisse au développement (40% du crédit cadre sud de la DDC) est réalisé au travers de contributions à des organisations multilatérales. Le message prévoit une contribution à ces organisations s élevant à 2,7 milliards (crédit cadre sud). Six raisons pour la Suisse de contribuer aux efforts des organisations multilatérales La Suisse agit au sein des organisations multilatérales comme actionnaire, co-financier et partenaire. Elle s engage financièrement et politiquement pour les raisons suivantes : 1. Faire face aux défis et risques globaux Les organisations multilatérales permettent de mobiliser et coordonner les efforts nécessaires pour faire face aux défis et risques qui dépassent les frontières nationales : le changement climatique, l insécurité alimentaire, la migration, l accès aux ressources naturelles et à l eau, les pandémies et la crise économique constituent des défis dont les pays pauvres subissent les conséquences de plein fouet et qui nécessitent des solutions globales. 2. Faire valoir les intérêts de la Suisse La Suisse bénéficie de sa contribution aux organisations multilatérales. N étant ni membre du G8, du G20 ou de l Union Européenne, sa participations aux organisations multilatérales lui permet de lutter contre son isolement. Son image de pays source d innovation et prêt à assumer les charges et risques liés à la globalisation (burdensharing) est renforcée à l étranger. De plus, elle profite des normes internationales sur la protection des biens publics globaux (global public goods). De plus, son implication dans les organisations multilatérales lui permet de promouvoir efficacement la Genève Internationale. Enfin, les retombées économiques pour la Suisse sont importantes. Les achats de biens et services effectués par les organisations multilatérales auprès de fournisseurs suisses dépassent largement le volume des contributions de la Suisse à l ONU. Dès 2009, la Suisse est le deuxième pays fournisseur de biens et services du système onusien en termes de volume d achats, derrière les Etats-Unis. Proportionnellement à la taille de son économie, elle s est hissée au premier rang des fournisseurs du système des Nations Unies. Elle figure également parmi les principaux clients de la Banque Mondiale. 3. Normes internationales et gouvernance globale Les organisations multilatérales, en particulier les organisations onusiennes, sont essentielles dans l élaboration de normes internationales reconnues. Ces normes sont une contribution à la gouvernance globale au même titre que les institutions elles-mêmes. Elles orientent l élaboration des législations nationales 4. Lutter efficacement et de manière coordonnée contre la pauvreté Les organisations multilatérales sont indispensables dans la lutte contre la pauvreté et la diminution des risques globaux. Seule une communauté internationale organisée est capable de définir des objectifs communs comme les objectifs du Millénaire. La présence universelle des organisations multilatérales ainsi que leurs ressources importantes permettent à la Suisse, par leur intermédiaire, d avoir un impact qui va bien au-delà de ses pays prioritaires. Elles assument par ailleurs un rôle de coordination des donateurs dans les pays bénéficiaires; rôle d autant plus important dans des contextes fragiles ou dans des situations de crise. Elles contribuent ainsi activement à limiter la fragmentation de l aide. Les organisations multilatérales mènent un dialogue soutenu avec les gouvernements et constituent des partenaires reconnus pour l élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques. Elles traitent des thèmes politiquement sensibles chers à la Suisse comme les droits de l homme sans pour autant que notre pays ne doive s exposer à des risques politiques dans des contextes sensibles. En termes d efficacité: Les organisations multilatérales sont surveillées par leurs membres et figurent parmi les organismes pionniers en matière de gestion axée sur les résultats. Elles ont été les premières à introduire des systèmes d évaluation indépendants pertinents portant sur l efficacité et l efficience de leur travail. Enfin, la Suisse bénéficie de leurs larges connaissances et des expériences acquises dans le monde entier.

3 5. La coopération multilatérale est complémentaire à l aide bilatérale de la Suisse La coopération au développement et l aide humanitaire de la Suisse se doivent d atteindre leurs objectifs de manière efficace. Pour cela, elles combinent deux instruments complémentaires et qui se renforcent mutuellement: l aide multilatérale et l aide bilatérale. La coopération bilatérale suisse est flexible, adaptée aux contextes et permet de développer des expériences innovatrices sur le terrain. Les organisations multilatérales permettent à ces expériences d être répliquées à grande échelle et d en assurer l intégration dans des politiques et stratégies nationales. Les connaissances et expériences des autres donateurs et des organisations multilatérales elles-mêmes sont une source d inspiration pour la coopération bilatérale suisse. Les organisations multilatérales assument un rôle de diffusion d expériences qui alimentent de manière concrète les projets mis en œuvre par la DDC et le SECO sur le terrain. Enfin, l aide bilatérale permet à la Suisse d acquérir une certaine visibilité dans les pays concernés, grâce à la mise en œuvre directe de projets. La diffusion de ces expériences au niveau international se fait grâce au dialogue avec les organisations multilatérales. La visibilité de la Suisse est donc également assurée au niveau global. 6. La Suisse contribue à l amélioration des organisations multilatérales. Les organisations multilatérales reconnaissent un besoin de s améliorer et la Suisse s engage avec elles. Les limites des organisations multilatérales sont inhérentes à leur nature : leur grande taille engendre parfois des procédures et processus de décisions lourds et bureaucratiques. Le grand nombre d organisations présentes sur le terrain conduit parfois à une fragmentation de l aide et peut engendrer des problèmes de duplications et donc d efficacité. Conscient de ce problème, Kofi Annan avait lancé en 2006 un ensemble de réformes du système opérationnel des Nations Unies. Un des défis importants du système opérationnel onusien aujourd hui, est d unifier les procédures entre les agences. Durant les dernières années, de grands progrès ont été accomplis dans la systématisation des résultats obtenus et dans la mise en place de mécanismes internes et externes d évaluation. La communauté internationale, et la Suisse en particulier, soutient activement ces réformes

4 Comment la Suisse coopère-t-elle avec les organisations multilatérales? La collaboration de la Suisse avec les organisations multilatérales se réalisent au travers d un dialogue politique soutenu, sur la mise à disposition d expertise et d appui technique, ainsi que sur des contributions financières. Ces appuis abordent des dimensions institutionnelles (ex : amélioration de l efficacité des agences) et opérationnelles (thèmes prioritaires du Message ). La Suisse est membre depuis 20 ans des institutions de Bretton Woods et depuis 10 ans des Nations-Unies. Elle a donc, depuis son adhésion, la possibilité de participer plus activement aux organes de gouvernance des organisations multilatérales. Le montant des contributions de la Suisse aux institutions financières internationales est défini par une clé de répartition entre pays actionnaires (burdensharing). Dans le cas des agences onusiennes, le montant des contributions financières est volontaire et la Suisse peut donc les cibler sur les institutions dont le mandat correspond à sa politique de développement. Les modalités de collaboration opérationnelles entre la Suisse et les organisations multilatérales sont de trois types : Les contributions financières générales aux programmes des fonds, agences et institutions financières, accompagnées d un dialogue politique sur les orientations stratégiques et les résultats de ces institutions (core contributions, coopération multilatérale) Mise en œuvre de projets financés par la Suisse, au travers d une organisation multilatérale parfois conjointement avec d autres donateurs (coopération multi-bilatérale) Appui ciblé sur des thèmes ou des régions géographiques spécifiques avec le but de renforcer le fonctionnement du système international, de favoriser l échange d expérience entre les acteurs de la coopération internationale (earmarked contributions, coopération multi-bilatérale). Cet appui peut être réalisé sous forme de contributions financières ou de mise à disposition d expertise Orientation aux résultats : Le dialogue suisse avec les organisations multilatérales à ce sujet, vise à renforcer le système opérationnel, c està-dire l efficacité des opérations menées sur le terrain ainsi qu une meilleure harmonisation des pratiques et procédures des agences, fonds et programmes. Un dialogue soutenu est mené avec ces organisations, conjointement avec les autres donateurs, afin de promouvoir une orientation aux résultats et une meilleure reddition des comptes tant envers les pays bénéficiaires de l aide que les pays donateurs. La Suisse participe activement aux examens faits par les donateurs des différentes organisations et elle a développé durant les dernières années des instruments qui lui permettent de faire un suivi régulier des résultats des organisations priorisées ainsi que des résultats obtenus grâce au dialogue mené par notre pays avec ces organisations. La Suisse participe également activement à la formulation de normes édictées par l ONU, dans la mesure où ces dernières ont un impact sur le système opérationnel. La Suisse renforce activement sa présence et son influence au sein des organisations multilatérales partenaires. Au-delà de son rôle au sein des organes de gouvernance, la Suisse vise à accroître le nombre de Suissesses et de Suisses dans le personnel des organisations et promouvoir les opportunités d affaires et de partenariat pour le secteur privé suisse. Par ailleurs, des efforts concrets sont déployés pour favoriser l accès d experts suisses (consultants, milieu académique, NGO) dans les groupes de réflexion ou stratégiques des organisations multilatérales.

5 Avec quelles organisations la Suisse coopère-t-elle? En 2005, le Conseil Fédéral a décidé de concentrer ses contributions sur 16 organisations multilatérales prioritaires. Afin d avoir une influence sur le travail institutionnel et contribuer à la mise en œuvre de la politique de développement de la Suisse, le message prévoit de prioriser 13 organisations. Il est donc proposé au parlement de renforcer cet effort de concentration afin de pouvoir assurer un suivi et un dialogue efficace avec ces organisations. La Suisse priorise les organisations avec lesquelles elle travaille sur la base de quatre critères : Intérêts économiques et de politique extérieure de la Suisse, pertinence du point de vue de la politique suisse de développement, résultats obtenus par les organisations, possibilité d exercer une influence politique et stratégique au sein de l organisation concernée. Toutes les organisations n ont cependant pas la même importance en termes d activités opérationnelles et de décisions politiques. La Suisse se doit d avoir des relations, au travers de contributions financières et d un dialogue politique, avec les organisations les plus importantes (p. ex.: Banque Mondiale, PNUD) et qui sont déterminantes pour la problématique du développement, tant au sein du système des Nations Unies que parmi les institutions de Bretton Woods. Exemple 1 : la recherche agricole indispensable à la sécurité alimentaire La Suisse est membre fondateur du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR) depuis Le CGIAR est constitué de 15 centres internationaux de recherche agronomique dont les résultats ont généré des effets positifs mesurables dans les pays en développement. En effet, 7-8% de nourriture supplémentaire y sont produits grâce à des rendements agricoles plus stables, ce qui permet d éviter annuellement à millions d enfants d être malnutris. Les onze banques de gènes du CGIAR, qui rassemblent et maintiennent la plus grande collection au monde de biodiversité des cultures, contiennent plus de souches. Cette source vitale de données permet d améliorer la qualité des variétés cultivées, leur potentiel d adaptation au changement climatique et leur résistance aux maladies. Le rendement estimé de l investissement total dans la recherche du CGIAR pour l amélioration des cultures varie entre 39% en Amérique Latine, à plus de 100% en Asie, au Moyen Orient et en Afrique. L échelle des résultats obtenus et la complémentarité des programmes du CGIAR avec la coopération bilatérale au développement dans le secteur agricole sont convaincants, ce qui fait de la Suisse un fervent partisan d un partenariat productif et renforcé avec le CGIAR auquel elle fournit des ressources financières, scientifiques et techniques, tout en exerçant une influence déterminante sur ses orientations stratégiques. Exemple 2 : Plus de coordination pour une meilleure efficacité dans les contextes fragiles Depuis 2008, les organisations multilatérales cherchent activement à améliorer leur coopération dans les contextes fragiles. La Suisse est très active pour soutenir cet effort. Elle a notamment contribué au World Development Report (WDR) de la Banque Mondiale sur «conflit, sécurité et développement» et à la mise en place d un partenariat entre la Banque Mondiale et l ONU pour une meilleure coopération dans les contextes fragiles. La mise en œuvre des recommandations du WDR a déjà permis des actions concrètes dans six pays : Madagascar, Yémen, Sud Soudan, Guinée Bissau, Irak and Liberia. De plus, la coordination entre la Banque Mondiale, les banques régionales de développement et l ONU s est améliorée et des solutions communes ont été élaborées comme par exemple des programmes de recherche communs sur les déplacements forcés ou la génération d emplois dans les contextes fragiles sont mis en œuvre. Le partenariat entre la Banque Mondiale et l ONU, soutenu par la Suisse depuis 2010, a généré des initiatives et solutions communes en République Démocratique du Congo, au Liberia, en République Centre Africaine et en Guinée Bissau. Exemple 3 : Renforcer l architecture globale dans le secteur de l eau et assainissement La Suisse a une expérience et un savoir reconnus au niveau international dans le secteur de l eau notamment grâce à ses projets sur le terrain. Par sa participation active et compétente dans les organisations multilatérales, elle peut diffuser ses résultats et connaissances au niveau mondial. La Suisse contribue financièrement et par son expertise à diverses organisations et initiatives multilatérales impliquant la Banque Mondiale et les agences onusiennes (UNICEF, OMS) qui ont permis de développer des systèmes d indicateurs au niveau national pour le suivi de l accès à l eau et assainissement. Grâce à ces initiatives, neuf pays ont augmenté leurs dépenses publiques dans ce secteur, 10 pays mettent en œuvre des plans nationaux pour l eau et l assainissement et 7 pays ont considérablement amélioré leurs systèmes d information et de suivi dans ce secteur.

6 Exemple 4 : Aide humanitaire - Appui au Ministère de l éducation nationale en Haïti pour la reconstruction d écoles. Suite au tremblement de terre du 12 janvier 2010 en Haïti, l aide humanitaire de la Confédération a mis à disposition de l UNICEF plusieurs experts qui ont œuvré à l élaboration de plans-type d écoles semi-permanentes, construites en réutilisant les structures métallique des tentes mises à disposition dans les semaines qui ont suivi le tremblement de terre. Par la suite, les experts suisses ont soutenu l UNICEF dans un programme de construction de 200 écoles semi-permanentes, avec l engagement de plusieurs ingénieurs et architectes locaux. Aujourd hui, deux ans après le tremblement de terre et grâce à la coopération entre la DDC et l UNICEF en Haïti, les 200 écoles sont pratiquement terminées. De plus, la DDC a mis sur pied un groupe de concertation institutionnelle qui travaille en partenariat avec le Ministère de l Education Nationale et de la Formation Professionnelle à l élaboration de prototypes d écoles permanentes. Exemple 5 : Réformer le système opérationnel de l ONU La réforme des activités de développement des Nations Unies, aussi appelé «One UN» vise à rendre le système opérationnel des Nations Unies plus efficace, plus cohérent et capable de mieux s adapter à l évolution du contexte de la coopération multilatérale. La Suisse est un acteur important dans ce processus. Depuis 2001, au sein des instances de gouvernance des organisations onusiennes et par son action sur le terrain, elle s engage à soutenir cette réforme. L engagement de la Suisse a notamment permis la mise en place de structures de coordination et de programmes conjoints dans des pays comme la Tanzanie, Le Rwanda, l Albanie et le Népal. La Suisse a soutenu la fusion de quatre entités dédiées à l égalité des genres en une organisation unique : UNWomen. L ONU est ainsi dotée d une seule entité universelle pour la promotion de l égalité des sexes et l autonomisation de la femme, possédant à la fois des prérogatives normatives et des capacités opérationnelles. Le système onusien a gagné en efficacité. Contact: Direction du développement et de la coopération DDC Division Institutions globales Freiburgstrasse 130, 3003 Bern Secrétariat d'etat à l'économie SECO Coopération multilatérale Holzikofenweg 36, 3003 Berne

Conférence CID. La collaboration entre les Agences des Nations Unies en Mauritanie

Conférence CID. La collaboration entre les Agences des Nations Unies en Mauritanie Conférence CID La collaboration entre les Agences des Nations Unies en Mauritanie Objectif de la conférence Constat : le grand public a souvent une vision partielle des interventions des NU en Mauritanie.

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Politiques des Organisations internationales sur l accès aux médicaments

Politiques des Organisations internationales sur l accès aux médicaments Politiques des Organisations internationales sur l accès aux médicaments Exposé présenté par Emmanuel MAINA DJOULDE à l occasion de la Table ronde de REMED sur le thème: «Pérennité des systèmes de santé

Plus en détail

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche Le RBA du PNUD et l UNITAR - soutenir les priorités stratégiques de développement de l Afrique Alors que nous nous approchons de la nouvelle année, il est important de méditer ce qui a été accompli. Tout

Plus en détail

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017 27 juillet 2015 Original : anglais À titre d information Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Deuxième session ordinaire de 2015 8-10 septembre 2015 Point 5 de l ordre du jour

Plus en détail

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Valeur ajoutée d une stratégie intersectorielle

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Stratégie de la Banque Mondiale 2012 2022 Protection sociale et emploi

Stratégie de la Banque Mondiale 2012 2022 Protection sociale et emploi Page1 Stratégie de la Banque Mondiale 2012 2022 Protection sociale et emploi Étude préliminaire de la stratégie 1 Ref : 2012-44 Le 16 Mars 2012, la Banque Mondiale a soumis à concertation sa stratégie

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

UN MONDE POUR LES ENFANTS.

UN MONDE POUR LES ENFANTS. WORLD VISION SUISSE UN MONDE POUR LES ENFANTS. NOUS SOMMES PARTENAIRES DU RÉSEAU MONDIAL WORLD VISION ET SOUTENONS PLUS DE 100 PROJETS DANS PLUS DE 30 PAYS. 12,2 % 6,5 % 81,3 % Utilisation des dons En

Plus en détail

Groupe de soutien à l Action Anti-Mine/Mine Action Support Group

Groupe de soutien à l Action Anti-Mine/Mine Action Support Group Groupe de soutien à l Action Anti-Mine/Mine Action Support Group Vendredi 4 avril 2008-04-07 Paris, Centre de Conférence International du Ministère des affaires Etrangères et Européennes Résumé Alors que

Plus en détail

Rapport Financier 2009

Rapport Financier 2009 Rapport Financier 2009 ACTED - Rapport financier 2009 1 Sommaire 1. Avant propos... 3 2. Eléments principaux et significatifs 2009... 4 3. Analyse du résultat... 5 4. Emplois : Missions Sociales, Frais

Plus en détail

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours)

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours) Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition Synthèse du projet de rapport (travaux en cours) Au vu de l urgente nécessité d accroître les investissements dans l agriculture,

Plus en détail

Changement climatique. un programme global de la DDC

Changement climatique. un programme global de la DDC Changement climatique un programme global de la DDC Pourquoi la DDC considère le changement climatique comme une priorité majeure Le changement climatique et ses effets ne connaissent pas de frontières.

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plan d action national en faveur du commerce équitable préparé sous la coordination des MINISTRE DELEGUE CHARGE DU DEVELOPPEMENT MINISTRE DELEGUE CHARGE DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET DE LA CONSOMMATION Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plus en détail

Initiative populaire fédérale. ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015

Initiative populaire fédérale. ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015 Initiative populaire fédérale * ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015 Déclaration de M. Cornelio Sommaruga Vi saluto nella

Plus en détail

Ce chapitre offre un aperçu du processus de

Ce chapitre offre un aperçu du processus de Identification des be Introduction Ce chapitre offre un aperçu du processus de planification qui sert à déterminer les besoins des réfugiés, des apatrides et des autres personnes relevant de la compétence

Plus en détail

Agence Française de Développement Délégation de l'union européenne en République du Bénin IRD Ambassade de France au Bénin SCAC Banque Mondiale

Agence Française de Développement Délégation de l'union européenne en République du Bénin IRD Ambassade de France au Bénin SCAC Banque Mondiale Agence Française de Développement Catherine BONNAUD Boulevard de France, 01 BP 38, Cotonou, BENIN. Tél. : - (229) 21 31 35 80 - (229) 21 31 45 81 - (229) 21 31 34 53 Fax : - (229) 21 31 20 18 Mail : afdcotonou@afd.org

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais 29 mars 2012 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-sixième session 27 février-9 mars 2012 Point 3 a) ii) de l ordre du jour Suivi de la Quatrième Conférence mondiale

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

Les Nations Unies : le forum central de la gouvernance globale. Conférence donnée par

Les Nations Unies : le forum central de la gouvernance globale. Conférence donnée par Les Nations Unies : le forum central de la gouvernance globale Conférence donnée par M. Joseph Deiss, Président de la 65 ème session de l Assemblée générale de l ONU Institut des Hautes études internationales

Plus en détail

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez,

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Traduction de la lettre d introduction 23 janvier 2015 Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Au nom de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU ),

Plus en détail

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul 5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel Déclaration ministérielle d Istanbul Ministère des Affaires étrangères de Turquie Conseil mondial de l eau 22 mars 2009 Déclaration ministérielle d Istanbul

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Un partenaire pour assurer une éducation de qualité pour tous en Afrique «Je n ai jamais encore rencontré de donateur comme celui-ci : il écoute

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

Programme d'efficacité énergétique dans les bâtiments

Programme d'efficacité énergétique dans les bâtiments Programme d'efficacité énergétique dans les bâtiments Vincent Kitio Chef, Unité Énergie Urbaine Département des Services Urbains de Base ONU-Habitat Sommaire de la présentation Le Mandat d'onu-habitat;

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

70 Rapport global 2013 du HCR

70 Rapport global 2013 du HCR Une déplacée prépare à manger dans une cuisine de fortune installée sur le terrain de l église catholique romaine de Bossangoa (République centrafricaine). 70 Rapport global 2013 du HCR L engagement auprès

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/60/487)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/60/487)] Nations Unies A/RES/60/188 Assemblée générale Distr. générale 17 février 2006 Soixantième session Point 51 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de la Deuxième

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2014/CRP.2 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes Première session ordinaire de 2014 20 janvier 2014 Point de l

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde

Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde 1. Cadres de planification stratégique pour la protection et la gestion

Plus en détail

14.09.2015. Eau et sécurité Lignes d action du DFAE

14.09.2015. Eau et sécurité Lignes d action du DFAE 14.09.2015 Eau et sécurité Lignes d action du DFAE 1. INTRODUCTION L eau est une ressource vitale en vue d un développement durable de l humanité. Une pénurie globale d eau menace : la demande que ce soit

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE»

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Groupe de la Banque africaine de développement The African Development Bank Group Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Présentation de Monsieur

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes :5 Rédigé par les membres du Groupe de travail informel sur les droits des femmes une organisation

Plus en détail

24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009

24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 1 avril 2009 24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 Déclaration de l Association du Personnel du Secrétariat de l ONUSIDA Document préparé par

Plus en détail

Investir dans un avenir commun! Prise de position de Caritas sur le Message du Conseil fédéral concernant la coopération internationale 2013 2016

Investir dans un avenir commun! Prise de position de Caritas sur le Message du Conseil fédéral concernant la coopération internationale 2013 2016 Investir dans un avenir commun! Prise de position de Caritas sur le Message du Conseil fédéral concernant la coopération internationale 2013 2016 Papier de position de Caritas_mai 2012 Solidarité avec

Plus en détail

Recherche de solutions durables

Recherche de solutions durables L un des principaux objectifs de la protection internationale est la recherche de solutions au sort des réfugiés. Pourtant, des millions de réfugiés à travers le monde s enlisent dans des situations d

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

CONVENTION-CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA FONDATION PRINCE ALBERT II DE MONACO

CONVENTION-CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA FONDATION PRINCE ALBERT II DE MONACO CONVENTION-CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA FONDATION PRINCE ALBERT II DE MONACO ET L UICN, UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE ET DE SES RESSOURCES EN PRESENCE DE L INSTITUT OCEANOGRAPHIQUE,

Plus en détail

GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM. NOTE D INFORMATION sur le GAFSP

GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM. NOTE D INFORMATION sur le GAFSP GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM NOTE D INFORMATION sur le GAFSP Présentée par Ndiogou Fall Comité de pilotage GAFSP Aout 2010 1 La crise alimentaire de 2008 a relancé le débat sur la situation

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

DEFINITION D EMPLOI TYPE DE COORDONNATEUR RESIDENT DES NATIONS UNIES 1

DEFINITION D EMPLOI TYPE DE COORDONNATEUR RESIDENT DES NATIONS UNIES 1 GROUPE DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT DEFINITION D EMPLOI TYPE DE COORDONNATEUR RESIDENT DES NATIONS UNIES 1 I. Informations relatives au poste Titre fonctionnel : Classe : Lieux d affectation

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

La Coopération gouvernementale belge compte depuis 2004 18 pays partenaires (AR du 26 janvier 2004), répartis sur plusieurs régions :

La Coopération gouvernementale belge compte depuis 2004 18 pays partenaires (AR du 26 janvier 2004), répartis sur plusieurs régions : SELECTION DES 14 PAYS PARTENAIRES DE LA COOPERATION GOUVERNEMENTALE : EXPLICATION DE LA DECISION DU CONSEIL DES MINISTRES DU 21 MAI 2015 Les pays suivants sont sélectionnés comme pays partenaires de la

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 Version courte du guide pour le l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 APC présente une version courte de notre plan d'action stratégique destiné à nos membres,

Plus en détail

Responsabilité partagée Facteur déterminant pour obtenir de meilleurs résultats

Responsabilité partagée Facteur déterminant pour obtenir de meilleurs résultats Troisième table ronde internationale sur la gestion axée sur les résultats en matière de développement Hanoï, Viet Nam du 5 au 8 février 2007 Responsabilité partagée Facteur déterminant pour obtenir de

Plus en détail

Entreprendre autrement avec le Global Compact 24 octobre 2013 World Forum Lille

Entreprendre autrement avec le Global Compact 24 octobre 2013 World Forum Lille Entreprendre autrement avec le Global Compact 24 octobre 2013 World Forum Lille Session animée par Geert Demuijnck, professeur d éthique de l entreprise à l EDHEC Business School PLAN I. Présentation du

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2015-2016 Rapport du commissaire au développement durable Printemps 2015 Observations du commissaire au développement durable,

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX ATELIER DE VALIDATION DU PROJET DE PLAN D ACTIONS POUR LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DE BASE A ACCES UNIVERSEL AU CAMEROUN YAOUNDE, HOTEL MONT FEBE 05-06 FEVRIER 2015 Yaoundé, Cameroun, 04-06

Plus en détail

(b) les denrées alimentaires au sens de l art. 3 de la loi fédérale du 9 octobre 1992 sur les denrées alimentaires (LDAl);

(b) les denrées alimentaires au sens de l art. 3 de la loi fédérale du 9 octobre 1992 sur les denrées alimentaires (LDAl); Accord sur la coopération en matière de denrées alimentaires, médicaments, dispositifs médicaux et produits cosmétiques entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République populaire de

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Vers un partenariat fort entre le Canada et l Afrique basé sur le respect et les intérêts mutuels

Vers un partenariat fort entre le Canada et l Afrique basé sur le respect et les intérêts mutuels Vers un partenariat fort entre le Canada et l Afrique basé sur le respect et les intérêts mutuels I) Introduction Le Groupe de Réflexion sur l Afrique (GRA), fondé en 2007 et affilié au Conseil International

Plus en détail

UN NEW DEAL POUR L ENGAGEMENT DANS LES ÉTATS FRAGILES

UN NEW DEAL POUR L ENGAGEMENT DANS LES ÉTATS FRAGILES UN NEW DEAL POUR L ENGAGEMENT DANS LES ÉTATS FRAGILES LE CONSTAT 1,5 milliards de personnes vivent dans des États fragiles ou en conflit. Environ 70 % des États fragiles ont été affectés par un conflit

Plus en détail

Principes internationaux de bonne pratique pour l exercice de la division du travail et de la complémentarité sous la conduite des pays

Principes internationaux de bonne pratique pour l exercice de la division du travail et de la complémentarité sous la conduite des pays Principes internationaux de bonne pratique pour l exercice de la division du travail et de la complémentarité sous la conduite des pays Groupe de travail sur l efficacité de l aide mars 2009 Principes

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Nations Unies DP/2011/1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Distr. générale 4 novembre 2010 Français Original

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme Les Pays-Bas, un candidat engagé pour le Conseil des droits de l homme Notre candidature Les Pays-Bas ont chaleureusement accueilli la création du Conseil des droits de l homme. Membre actuel du Conseil

Plus en détail

TELEPHONE BUREAU : 50 34 21 15 E-MAIL : grefco@fasonet.bf; personnel : thieba@fasonet.bf SITE WEB : www.grefco.net

TELEPHONE BUREAU : 50 34 21 15 E-MAIL : grefco@fasonet.bf; personnel : thieba@fasonet.bf SITE WEB : www.grefco.net Curriculum vitae 1- IDENTITE NOM & PRENOMS : THIEBA Daniel Armand DATE DE NAISSANCE : 9 Décembre 1958 NATIONALITE : Burkinabé PROFESSION : Consultant LANGUES : - Français : très bien - Anglais : (très

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

Routes d Apprentissage

Routes d Apprentissage Renforcercement des capacités des pays SUN pour promouvoir la nutrition à travers des Routes d Apprentissage L expérience de la Route d apprentissage au Pérou et au Sénégal En tant que mouvement global,

Plus en détail

POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des actions prises aujourd hui pour demain

POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des actions prises aujourd hui pour demain POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Des actions prises aujourd hui pour demain POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PRÉAMBULE L Assemblée générale des Nations Unies constituait la Commission mondiale de l

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2015/CRP.1 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Distr. : générale 23 décembre 2014 Original : anglais Première

Plus en détail

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire Les problèmes de politisation Comprendre l Indice de réponse humanitaire 2010 Les donateurs sont essentiels / Les donateurs jouent un rôle essentiel lorsqu il s agit de garantir que l aide parvienne aux

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION sur

NOTE D ORIENTATION sur NOTE D ORIENTATION sur L ETABLISSEMENT D UNE ALLIANCE DE LA SOCIETE CIVILE DANS UN PAYS SUN - UNE SOCIETE CIVILE COORDONNEE POUR LE RENFORCEMENT DE LA NUTRITION Cette note d orientation a pour objectif

Plus en détail

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail

dossier de presse septembre 2011 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES

dossier de presse septembre 2011 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES dossier de presse septembre 2011 DE 32 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES La Santé n est pas un Luxe La Santé n est pas un Luxe médecins du monde alerte La santé

Plus en détail

Approche stratégique de la gestion internationale des produits chimiques

Approche stratégique de la gestion internationale des produits chimiques Distr: LIMITÉE E/ECA/CFSSD/6/20 Août 2009 NATIONS UNIES COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE FRANÇAIS Original: ANGLAIS Sixième session du Comité de la sécurité alimentaire et du développement durable

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA Janvier 2015 Annulation de la dette extérieure pour les pays touchés par la maladie à virus Ébola ANNULATION DE LA

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Remarques introductives du Dr Jean PING Président de la Commission de l Union africaine à l ouverture de la 11 ème Réunion du Mécanisme de Coordination Régionale

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Remise de 6 ambulances et de matériel pour la lutte contre l épidémie Ebola

COMMUNIQUE DE PRESSE. Remise de 6 ambulances et de matériel pour la lutte contre l épidémie Ebola AMBASSADE DU JAPON Conakry, le 9 mars 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Remise de 6 ambulances et de matériel pour la lutte contre l épidémie Ebola Le 9 mars 2015, Son Excellence Monsieur Naotsugu Nakano, Ambassadeur

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail