!"#$$#$$% &'()*(&+%+,%'-./(0.,(1)%2+% 3.(01)0%&.00(4+0% UN MODULE DU «FONCTIONNEMENT DE LA MAISON ECOLOGIQUE !"#$%&'%"()$*'+,'$*)-$%

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "!"#$$#$$% &'()*(&+%+,%'-./(0.,(1)%2+% 3.(01)0%&.00(4+0% UN MODULE DU «FONCTIONNEMENT DE LA MAISON ECOLOGIQUE !"#$%&'%"()$*'+,'$*)-$%"

Transcription

1 &'()*(&+%+,%'-./(0.,(1)%2+% 3.(01)0%&.00(4+0% Module de formation Réseau Chênelet Construction UN MODULE DU «FONCTIONNEMENT DE LA MAISON ECOLOGIQUE F1: Protéger l'habitant durablement Q1: Résistance structurelle Q2: Etanchéité à l'eau F2: Un habitat confortable et sain Q1: Etanchéité à l'air Q2: Isolation Q3: Inertie Q4: Matériaux chauds Q5: Confort acoustique Q6: Air Intérieur F3: Respecter l'environnement Q1: Eco-matériaux Q2: Faibles besoins énergétiques Conception bâtiments basse énergie Conception bâtiments passifs Q3: Energies renouvelables Q4: Economies d'eau Q5: Biodiversité TYPE CHENELET»!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 5%!"#$%&'%"()$*'+,'$*)-$% Utopie ou réalité? Un peu d histoire Constructions passives, principes L enveloppe et sa qualité Les systèmes de production d énergie Exemples de réalisation Première maison passive certifiée par le PHI du Nord Pas de Calais, Tourmignies!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.'!% $%

2 .-$/*+0.*)-$/%!#//),'/1%% 0*-!)'%-0%+2#")*2%3% E8C%B==8?:%89:%>:FAG?B>8?:%C9>G?C:8?%;<9H<?>BIJ:%:9%G>G% ;<FF:%:9%KCD:?L%=B9=%BD<C?%?:;<8?=%M%89%=N=>OF:%P:% T *K:FC9G:%M%C9=:?>% T GF:Z:8?=%U?BPCB>:8?=Y% T &<[J:%M%I<C=%UH<?>:%A8C==B9;:Y% T -F:Z:8?=%M%:Q:>%\<8J:%U?BPCB>:8?=%GJ:;>?CE8:=Y% T T &<FA:=%M%;KBJ:8?%UBC?#BC?L%BC?#:B8L%:B8#:B8Y%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 6%.-$/*+0.*)-$/%!#//),'/1%% 0*-!)'%-0%+2#")*2%3% «Maison passive»! Usage passif des énergies disponibles dans l environnement de la construction - Rayonnement solaire - Apports métaboliques (habitants) - Sources de chaleur interne : appareils =<JBC?:%AB==CD:%```%*:%P:?9C:?%>:?F:%9:%;<??:=A<9P%BI=<J8F:9>%AB=%B8% =>B9PB?P%AB==CH%>:J%E8:%PGW9C>%AB?%J:%&a(%:9%.JJ:FBR9:%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' ]% 0$%!'0%&(:)/*-)+'%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' b% 5%

3 0$%!'0%&(:)/*-)+'%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' c% 0$%!'0%&(:)/*-)+'%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' d% 0$%!'0%&(:)/*-)+'% /:=%F8?=%=<9>%?:;<8D:?>=%P:%H:8>?:%R<8P?<99GL% :9=8C>:%Pm89:%GABC==:8?%P:%JCOR:L%BA?O=%89:% La première F:98C=:?C:%P:%=BAC9L%A8C=%M%9<8D:B8%89:% maison ;<8;K:%P:%H:8>?:L%A8C=%89%JC9<J:8F%G>B9;K:%M% passive JmBC?%:>%:9W9%89:%9<8D:JJ:%I<C=:?C:j%.C9=CL%CJ=%<9>% : Le «Fram» de Fridtjof :9%><8>%89:%GABC==:8?%Pm:9DC?<9%6"%;Fj%/B% Nansen* H:9[>?:%AB?%JBE8:JJ:%J:%H?<CP%A<8??BC>%:9>?:?% (1883) P8%>?CAJ:%DC>?BR:%:>%PmB8>?:%FB9CO?:j%(;CL%;m:=>%89% JC:8%P:%=G\<8?%BR?GBIJ:%:>%;<9H<?>BIJ:j%n8:%J:% >K:?F<FO>?:%P:=;:9P:%P:%]o%<8%P:%!"o%=<8=% VG?<L%9<8=%9mBD<9=%AB=%P:%H:8%PB9=%J:%A<[J:j%/B% BD:;%JmCPG:%P:%F:%PGIB??B==:?%P8%A<[J:r%CJ%:=>% =8?><8>%PB9=%J:%;K:FC9% f%g2b9=%jb%98c>%:>%jb%rjb;:hl%ij%)b9=:9%$ddck%llljh?bfjf8=:8fj9<#:9%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' e%!%

4 0$%!'0%&(:)/*-)+'% 1990 : les maisons «basse énergie» sont courantes en Suède et au Danemark Dr Wolfgang Feist (Darmstadt, DE) & Bo Adamson (Lund, Suède) : maison passive = ne bénéficiant pas de système de chauffage actif conventionnel Définition élargie à tous les types d énergie utilisés dans l habitat + limite globale en énergie primaire (Ep)!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' $"% "#%.-;!*#<)")*2% 2$'+=2*)>0'?% +9:?RC:%W9BJ:%s%+9:?RC:% JmG9:?RC:%HB;>8?G:%B8% ;<9=<FFB>:8?% +9:?RC:%A?CFBC?:%s%+9:?RC:% ic9bj:%s%4:;>:8?% $$% "#%.-;!*#<)")*2% 2$'+=2*)>0'?% i?b9;:% ',%5""]% i?b9;:%% 08C==:%U0(.T a&+tuu*%5""]% 3C9:?RC:vY% wbv#w<8j% $% $% $% $L$% +J:;>?C;C>G% 5L]d% 5L]d% 5% 5Lc%.JJ:FBR9:% U3BC=<9=%!% JC>?:=T &B==CDmKB8=vY% u<c=% $% "Lb% "L]% "L5% 0<JBC?:% >K:?FCE8:% "% "% "% "% 0<JBC?:% AK<><D<J>BxE8:% "% $% 5% "Lc%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' $5% 6%

5 0$%!'0%&(:)/*-)+'% 1 ères maisons passives : 1991 à Darmstadt / Kranichstein Hiver rigoureux de 1995 : pas de problème particulier pour maintenir le confort intérieur Équipement malgré tout de radiateurs qui n ont jamais servi 9G;:==BC?:% ;<9;:A>%AB==CH%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' $!% 0$%!'0%&(:)/*-)+'% Interview de Wolfgang Feist (Be.passive 01) EN 18 ans d utilisation, comment ces logements fonctionnent-ils aujourd hui? «Tout va bien! En 18 ans, rien n a changé. Aucun des composants n a dû être remplacé ni réparé. Nous avons même remarqué que la maison réclame moins d entretien aujourd hui. Cela s explique par le fait que nous avons moins de poussières dans la maison grâce aux filtres de la VMC. Ceci nous coûte moins cher que si nous avions dû repeindre l intérieur (rire)».!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' $6% 2 principes fondamentaux pour concevoir et réaliser selon le standard «passif» 1. Minimiser à outrance les pertes d énergie 2. Optimiser les éléments techniques de base!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' $]% ]%

6 1. Minimiser à outrance les pertes d énergie Importance et proportion des déperditions pour 3 types de maisons en fonction des standards maison non maison RT maison basse standards/pertes isolée 2005 énergie toiture ventilation menuiseries murs ponts thermiques dalle besoins de chauffage (énergie finale) à à 30!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' $b% 1. Minimiser à outrance les pertes d énergie Meilleure stratégie : réduire les pertes de chaleur = + efficace (sous nos climats) que l utilisation passive ou active d énergie solaire Pour réduire les pertes de chaleur, il faut isoler (sur-isoler ) et assurer une très bonne étanchéité à l air (voir contenu de formation dédié)!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' $c% L isolation thermique : Matériau isolant thermique: NF P : «tout matériau dont la résistance thermique est supérieure ou égale à 0,5 m 2 K/W et le lambda < 0,065 W/ M.K» Matériaux : Coefficient de conductivité thermique (lambda), Résistance thermique équivalente (R) Parois : somme des R (R tot) et calcul du coefficient de déperditions surfaciques (U)!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' $d% b%

7 DJU Lille sur 1 année 2300,00 épaisseur d'isolation lambda ouate R U déperditions annuelles m W/m.K m2.k/w W/m2.K en kwh pour 1 m2 de parois 0,05 0,04 1,19 0,84 46,37 0,10 0,04 2,38 0,42 23,18 0,15 0,04 3,57 0,28 15,46 0,20 0,04 4,76 0,21 11,59 0,25 0,04 5,95 0,17 9,27 0,30 0,04 7,14 0,14 7,73 0,35 0,04 8,33 0,12 6,62 0,40 0,04 9,52 0,11 5,80 0,45 0,04 10,71 0,09 5,15 0,50 0,04 11,90 0,08 4,64 1,00 0,04 23,81 0,04 2,32 Valeurs R, U et déperditions thermiques par année à Lille (DJU) pour 1 m2 de parois extérieure isolée en ouate de cellulose, pour différentes épaisseurs d isolant!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' $e% 2. Optimiser les éléments de base Rendre plus performants les équipements indispensables dans toute maison : - Fenêtres - Ventilation - Appoint de chaleur L appoint de chaleur : redistribution de la chaleur récupérée sur l air vicié extrait.!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 5"% Les critères du standard maison passives (définis par le PHI de C(46DEF7D% -9:?RC:%A<8?%J:% ;KB8QBR:% GE7HIED% +8%z%$]%{lK%#F5#B9% +9:?RC:%W9BJ:% +H%z%65%{lK%#F5#B9%,<8>:=% ;<FA?C=% +9:?RC:%A?CFBC?:% +A%z%$5"%{lK%#F5#B9L% :SCR:9;:%%,<8>:=% ;<FA?C=% 5$% c%

8 Les critères du standard maison passives (définis par le PHI de Darmstadt) GE7HIED% -9:?RC:%=<JBC?:% DC>?BR:=% i:9[>?:=%>?o=% C=<JB9>:=% 6"% %P:%JB%;KBJ:8?% 9G;:==BC?:%A<8?% ;<FA:9=:?%J:=%A:?>:=% tr%z%"ld%}#f5j~j%r%k% ]"% %URBC9=%k%A:?>:=Y% th%z"ld%}#f5j{% P:=%5"Tb"Y%,?CAJ:%DC>?BR:% 6T$bT6T$bT6%{?NA><9% 2<?FB9>%FB==CH%C=<JG%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 55% Les critères du standard maison passives (définis par le PHI de Darmstadt) GE7HIED% +9D:J<AA:% t%z%"l$]%}#f5j~% -ABC==:8?=%PmC=<JB9>%7%!"%;F%F8?=L%6"%;F% ><C>L%5"%;F%AJB9;K:?j%% /CBC=<9=L%\<C9>=L%?B;;<?P=% t%z%"l"$%}#fj~%.i=:9;:%p:%a<9>=% >K:?FCE8:=% +>B9;KGC>G%M%JmBC?% 9]"%s%"Lb%D<J#KT$% 0<FF:%P:=%H8C>:=%s% ;B?>:%P:%DC=C>:j%)<?F:% +)%$!d5ej%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 5!% Les critères du standard maison passives (définis par le PHI de Darmstadt) +4GKM4EB896%CD%GNBLDKE% GE7HIED% KB8>%?:9P:F:9>L%?GRJBR:% P:%JmBC?%U*<5L%a' jjjy%% +;KB9R:8?%RG<>K:?FCE8:% BC?%#%=<J% +;KB9R:8?%BC?%#%BC?%'P>%k% d"% %,o*%p:%jmbc?%9:8h%k%"o*j% wbc9%p:%>:fag?b>8?:%k% do*% -;KB9R:8?%P<8IJ:%y8S% G>B9;K:% &?G;KB8QBR:%J:=%\<8?=% H?<CP=L%:>%?:H?<CPC==:F:9>% J:=%\<8?=%>?O=%;KB8P=%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 56% d%

9 Les critères du standard maison passives (définis par le PHI de Darmstadt) 'LDGHE7G7H4% GE7HIED% 0AG;CWE8:% ;<FAJGF:9>BC?:=% +A%z%$5"%{lK%:A#F5L%P<9>% '.0% PmGJ:;>?C;C>G%=AG;CWE8:% A?C=:=%:9%;<FA>:%7% :;B;:=%U.T.Ä#.ÄÄY% &?G;<9C=:?%J:%?:;<8?=%M% GF:Z:8?=%M%:Q:>%\<8J:% UGJ:;>?C;C>GYj%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 5]% Construction passive : construction conventionnelle ou filière d éco-construction? Exemple de construction passive en Allemagne : polystyrène expansé, OSB menuiseries aluminium, étanchéité bitume coulé!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 5b% Construction passive : construction conventionnelle ou filière d éco-construction? Énergie grise des matériaux vs consommation d énergie sur DVT conso nrj vs energie grise base 100 conso energie energie 'exploitation grise ) maison normale maisin normale et eco materiaux maison passive maison passive et eco materiaux $6"% $5"% $""% d"% b"% 6"% 5"% :9:?RC:%R?C=:% "% FBC=<9% FBC=C9% FBC=<9% FBC=<9% 9<?FBJ:% 9<?FBJ:%:>% AB==CD:% AB==CD:%:>% :;<% :;<% FB>:?CB8S% FB>:?CB8S%!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 5c% e%

10 L éco-construction selon Chênelet construction : - Logement social - Avec des personnes en insertion - Avec des matières premières locales peu transformées (bois, argile, paille, chanvre, lin ) - Utilisation de matériaux sains, à faible impact (écobilan), générant de la valeur ajoutée (h de main d œuvre) - Constructions à charges maîtrisées - Utilisation des énergies gratuites et renouvelables (conception bioclimatique, solaire ou biomasse)!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 5d% Conception bioclimatique : favoriser les apports solaires gratuits Compacité : minimiser les surfaces déperditives pour un même volume habitable Vitrages très performants Favoriser l inertie : la régulation naturelle du climat intérieur Isolation thermique : point crucial en hiver (murs), très important pour dormir l été (toiture) Ventilation nocture : le rafraichissement «free cooling»!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 5e% Les ponts thermiques : concevoir et réaliser des bâtiments sans ponts thermiques (psi <0,01 W/ m.k) L étanchéité à l air : tout mouvement d air au sein des éléments constructifs dégrade considérablement le pouvoir isolant équivalent. Une absolue nécessité en design passif!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.'!"% $"%

11 La conception bioclimatique!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.'!$% La Compacité : minimiser les surfaces déperditives pour un même volume habitable!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.'!5% L inertie (capacité thermique globale)!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.'!!% $$%

12 L isolation thermique : 30 cm murs, 40 cm toiture, 20 cm dalles!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.'!6% Ventilation nocturne : le Free Cooling!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.'!]% Les ponts thermiques : un savoir faire «français»!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.'!b% $5%

13 Les ponts thermiques : un savoir faire «français»!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.'!c% L étanchéité à l air (mais pas à la migration de vapeur )!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.'!d% C(46DEF7D% Ventilation double flux avec échangeur à haut rendement : favoriser les apports solaires gratuits Production de l eau chaude sanitaire : minimiser les surfaces déperditives pour un même volume habitable Besoins de chauffage complémentaires!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.'!e% $!%

14 C(46DEF7D% Ventilation double flux : un des équipements certifiés par le PHI (hwww.passiv.de/03_zer/komp/z_komp_f.htm) Qq marques certifiées par le PHI : Paul, Zenhder, Plugit, Stiebel, Tecalor, MECO, HELIOS, AEREX!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 6"% C(46DEF7D% Production de l eau chaude sanitaire : favoriser les énergies renouvelables!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 6$% '>0)!';'$*/%2"'.*+)>0'/% Un principe : équiper la maison en appareils Électrodomestiques à très faible consommation d énergie Voir le très bon site d olivier sidler : Enertech Dernière note technique sur les usages spécifiques de l électricité dans le secteur résidentiel (2009) Enertech 65% $6%

15 - Film maison passive au Luxembourg C7c - Projet bâtiment passif paille à Landrethun le nord (conception en cours Chênelet construction) - Projet coopérative Baraka, Roubaix!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 6!% Projet bâtiment passif paille à Landrethun le nord (conception en cours Chênelet construction, SCI Chênelet Habitat. Mathieu Marty Architecte)!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 66% Projet bâtiment passif paille à Landrethun le nord (conception en cours Chênelet construction, SCI Chênelet Habitat. Mathieu Marty Architecte)!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 6]% $]%

16 Principe et réalisation de maisons passives Projet bâtiment passif paille à Landrethun le nord (conception en cours Chênelet construction, SCI Chênelet Habitat. Mathieu Marty Architecte)!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 6b% Principe et réalisation de maisons passives Projet bâtiment passif paille à Landrethun le nord (conception en cours Chênelet construction, SCI Chênelet Habitat. Mathieu Marty Architecte)!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 6c% Projet coopérative Baraka, Roubaix. Restaurant biologique dédié à l insertion par l activité de personnes en difficulté. Mathieu Marty architecte.!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 6d% $b%

17 Projet coopérative Baraka, Roubaix. Restaurant biologique dédié à l insertion par l activité de personnes en difficulté. Mathieu Marty architecte.!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' 6e% Projet coopérative Baraka, Roubaix. Restaurant biologique dédié à l insertion par l activité de personnes en difficulté. Mathieu Marty architecte.!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' ]"% Projet coopérative Baraka, Roubaix. Principe de ventilation double flux avec mur capteur. Ingénierie SCOP SPL!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' ]$% $c%

18 PHI : Passiv Hauss Institut, le site officiel du standard passif La maison passive France : le site de la maison passive France, association de professionnels portant la promotion de la conception passive en France (y compris cours en ligne) Plate forme belge «maison passive» : le site de la plate forme belge professionnelle dédiée à la promotion du standard passif en Belgique (pmp plate forme maison passive sur google). Lire la très bonne publication «Be.passive» disponible sur Coopérative baraka : Chenelet construction : avec modules de formation thématiques en ligne (chênelet construction)!"##$%&'()'*$%+,-$.'/01.)2)&'/$.3&%"4-$.' ]5% $d%

Les fondamentaux du bioclimatisme. JC Mengoni, Conseils en éco construction

Les fondamentaux du bioclimatisme. JC Mengoni, Conseils en éco construction Autrefois Architecture pratique mais sans confort (vie dans les champs) Longue connaissance/expérience de la nature, du soleil, des vents Guerre 14 1.400.000 morts en France Perte des techniques traditionnelles

Plus en détail

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS)

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) Les économies d énergie dans le bâtiment sont aujourd hui une priorité : comme nous l avons vu, les secteurs résidentiel et tertiaire représentent 44% de la consommation

Plus en détail

«Habitat et Maîtrise de l énergie»

«Habitat et Maîtrise de l énergie» «Habitat et Maîtrise de l énergie» Réunion d information Introduction l ALEC SQY - le CAUE MDE écogestes - petits travaux Isolation et Architecture Rénovation isolation - préconisations Énergie chauffage

Plus en détail

L application de la réglementation thermique RT 2012

L application de la réglementation thermique RT 2012 L application de la réglementation thermique RT 2012 Présentation du 30 mai 2013 à l ASDER Alain GUILLOT Service Habitat et Construction de la DDT Savoie 1 La réglementation RT 2012 à compter du 1 er janvier

Plus en détail

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE 1 OBJET L objet du présent document est l analyse et l optimisation de la thermique d'hiver d un projet de construction de maison individuelle à ossature

Plus en détail

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005 TELECHARGEMENT Comprendre la Réglementation Thermique 2005 SOMMAIRE DE LA RT 2000 A LA RT 2005...3 LES VALEURS DE REFERENCE ET GARDE-FOUS...3 VALIDATIOND UN PROJET...4 LEXIQUE...5 TEXTES DE REFERENCE...6

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION RT 2012 : Le cas du logement collectif Ulrich ROCHARD Ingénieur génie climatique / thermicien POUGETS Consultants, Paris Mardi 8 novembre 2011 La RT 2012 : le départ est donné

Plus en détail

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A La Maison Passive La Maison Passive, souvent appelée «maison sans chauffage», repose sur un concept de construction très basse consommation, basé sur l utilisation de la chaleur passive du soleil, sur

Plus en détail

Bâtiments Passifs à structures bois. et Transition énergétique

Bâtiments Passifs à structures bois. et Transition énergétique Bâtiments Passifs à structures bois et Transition énergétique Auvergne Promobois Origine du concept bâtiment passif Développement du concept bâtiment passif Objectif du concept bâtiment passif Critères

Plus en détail

LE POLE EDUCATIF ROUSSEAU-MOLIERE

LE POLE EDUCATIF ROUSSEAU-MOLIERE 2 COLLOQUE EFFECACITE ENERGETIQUE SEINE AVAL 17 MAI 2011 LE POLE EDUCATIF ROUSSEAU-MOLIERE Maitrise d ouvrage: LES MUREAUX 78 - SEM 92 LE PROJET DE RENOUVELLEMENT URBAIN L ENVIRONNEMENT ET LES AMENAGEMENTS

Plus en détail

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012 RT 2005 Maison BBC RT 2012 Maison Passive Avec le guide pratique de la RT2012, appréhendez la nouvelle règlementation thermique en vigueur pour les maisons individuelles depuis le 1er janvier 2013. Principes

Plus en détail

Exemples de solutions techniques pour économiser l énergie

Exemples de solutions techniques pour économiser l énergie Exemples de solutions techniques pour économiser l énergie Sylvie FEUGA LQE sylvie.feuga@lqe.fr Tél : 03 83 31 09 88 1 [ Priorités en rénovation ] Déperditions énergétiques moyennes d une maison individuelle

Plus en détail

Label Bâtiment Basse Consommation

Label Bâtiment Basse Consommation JUMELAGE Eco-Construction Label Bâtiment Basse Consommation CETE Mediterranée Nicolas Cabassud Bruno Cornen TUNIS 30-31 Janvier 2012 SOMMAIRE 1 Présentation du label Bâtiment Basse Consommation 2 Maitrise

Plus en détail

énergétique La rénovation des bâtiments existants Matinale de l Energie 15 mars 2012 Matinale rénovation des bâtiments Page 1

énergétique La rénovation des bâtiments existants Matinale de l Energie 15 mars 2012 Matinale rénovation des bâtiments Page 1 Matinale de l Energie La rénovation énergétique des bâtiments existants 15 mars 2012 Matinale rénovation des bâtiments Page 1 Introduction Le contexte économique et écologique o Hausse inexorable des prix

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012. Réunion Publique du 3 juillet 2013

Réglementation Thermique 2012. Réunion Publique du 3 juillet 2013 Réglementation Thermique 2012 Réunion Publique du 3 juillet 2013 Déroulement de la présentation Présentation de l Espace Info Energie La RT 2012 : les enjeux nationaux Conciliation enjeux énergétiques

Plus en détail

RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE

RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE Caroline KINTS & Marc OPDEBEECK 10-11 septembre 2011 1 Contenu de l exposé État des lieux Pourquoi rénover Confort thermique isolation, étanchéité Rénovation énergétique

Plus en détail

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Le point sur La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Bâtiment isolé thermiquement Bâtiment étanche à l air La chaleur est conservée Bâtiment avec ventilation efficace Objectif

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS 2.1 RÉCAPITULATIF 2.2 VERSION DE BASE 2.3 OPTION N 1 2.4 OPTION

Plus en détail

Expertise thermique et environnementale. Bâtiment en rénovation passive

Expertise thermique et environnementale. Bâtiment en rénovation passive Dominique LOIR-MONGAZON Consultant en thermique et environnement : 06.20.41.45.31 : contact@kephir-environnement.com Expertise thermique et environnementale 1 Bâtiment en rénovation passive Date de réalisation

Plus en détail

Comment obtenir une ouverture (porte, fenêtre) lors du coffrage d'un mur? Quelles autres structures métallique connaissez-vous?

Comment obtenir une ouverture (porte, fenêtre) lors du coffrage d'un mur? Quelles autres structures métallique connaissez-vous? LES MURS D'UNE MAISON 1. Quelle est la fonction d'usage de la maison? Besoin de s'abriter, se protéger 2. Quelle est la fonction de service assurée par les MURS d'une maison? Résister... 3. Voici les solutions

Plus en détail

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE 30/06/2011 CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE NOTICE EXPLICATIVE Page 1 I. QUE SIGNIFIE LA NORME BBC & RT 2020? A. Qu est-ce qu une Maison BBC? Pour obtenir le Label BCC, Effinergie a

Plus en détail

Grenelle de l'environnement. Bâtiment Grenelle 2 et réglementation

Grenelle de l'environnement. Bâtiment Grenelle 2 et réglementation 28 avril 2011 Grenelle de l'environnement Bâtiment Grenelle 2 et réglementation Assises nationales de l'aménagement et de l'économie durables en Montagne Commissariat Général au Développement durable Direction

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Suivi d une crèche à Redon. Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA

Suivi d une crèche à Redon. Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA Suivi d une crèche à Redon Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA 22 Avril 2014 Sommaire Présentation de l opération Le chantier et l instrumentation Résultats Consommations brutes et recalculées Confort

Plus en détail

GREEN CONSTRUCT GREEN CONSTRUCT

GREEN CONSTRUCT GREEN CONSTRUCT GREEN CONSTRUCT GREEN CONSTRUCT 2 LES DEFIS A RELEVER : La fin de l ère fossile. Le réchauffement climatique. La réponse à ces défis vient en partie de ce type de construction : Le standard passif ne participe

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION RT 2012 en maison individuelle : obligation d emploi des énergies renouvelables Jean-Jacques BARREAU Union des Maisons Françaises 10 novembre 2011 Les Énergies renouvelables

Plus en détail

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie Isolation globale 1. Maîtriser la consommation d énergie Le confort et l éco-performance d une habitation sont fortement liés à son isolation. Celle-ci doit être homogène et adaptée aux caractéristiques

Plus en détail

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB Sommaire 1. Objectifs, méthode d élaboration 2. Exigences et évolutions / RT2005 3. Bbio, Cep, Tic 4. Exigences minimales 5. Synthèse d étude standardisée 6. Calendrier 7. Coût : maison individuelle 8.

Plus en détail

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

principes clés de votre maison Homaïa

principes clés de votre maison Homaïa principes clés de votre maison Homaïa 1 intégration des ressources naturelles Le soleil ressource naturelle capter la chaleur du soleil en hiver et s en protéger l été Le soleil source inépuisable et toujours

Plus en détail

UN HABITAT ÉCONOME EN ÉNERGIE

UN HABITAT ÉCONOME EN ÉNERGIE LES FICHES D INFORMATION pour les consommateurs d énergies de la Loire ÉCONOMISER SON ÉNERGIE 5 UN HABITAT ÉCONOME EN ÉNERGIE RÉNOVER OU CONSTRUIRE PERFORMANT L énergie est de plus en plus chère et la

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison DTT Avec Maisons CTVL www.maison-dtt.fr La réglementation

Plus en détail

CHOISIR UN MATÉRIAU DE CONSTRUCTION

CHOISIR UN MATÉRIAU DE CONSTRUCTION Conférence Mardi 22/05/2012 Cycle «Construire durable» Avec le soutien du programme européen LIFE+ CHOISIR UN MATÉRIAU DE CONSTRUCTION Marie Darul, consultante en éco-construction (association CD2E) Lors

Plus en détail

Généralités et Exigences

Généralités et Exigences Généralités et Exigences Fédération Française du Bâtiment Basse-Normandie lenotref@bnormandie.ffbatiment.fr 02.31.27.70.53-06.48.77.95.04 Respect de tous les gardes fous RT2005 + 50 kwh EP /m 2.an + étanchéité

Plus en détail

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments?

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments? Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement Hôtel de la Région Rhône-Alpes Sylvain Charlot 27 avril 2012 Une RT2012 pour quels bâtiments? Les orientations de la RT2012 Les bâtiments visés Tous

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux Les Besoins Gestion des Apports Solaires Les Systèmes La Synthèse Site Climat & Ressources Ventilation QAI Typologie Bâtiment & les usages Isolation Thermique

Plus en détail

pmp pmp Les principes d une maison passive

pmp pmp Les principes d une maison passive Les principes d une maison passive Le 29 novembre 2010 Energie & Habitat Namur Adeline Guerriat Plate-forme Maison Passive 1.Le standard passif 2. Aspect technique 3. Aspect financier 4. Aspect architectural

Plus en détail

Fiche d opération Construction neuve à maçonner, Maison individuelle sur 3 niveaux ~~~ La maison du bord de mer ~~~

Fiche d opération Construction neuve à maçonner, Maison individuelle sur 3 niveaux ~~~ La maison du bord de mer ~~~ Fiche d opération Construction neuve à maçonner, Maison individuelle sur 3 niveaux ~~~ La maison du bord de mer ~~~ Cd2e/Réseau Ecoconstruction Nord-Pas-de-Calais www.cd2e.com 1/7 La maison de Leffrinckoucke

Plus en détail

Etude thermique réglementaire RT 2012 sur une extension d habitation Phénix

Etude thermique réglementaire RT 2012 sur une extension d habitation Phénix Etude thermique réglementaire RT 2012 sur une extension d habitation Phénix Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina 1 I. Objet de l étude L étude consiste en la réalisation

Plus en détail

Performance énergétique et mise en

Performance énergétique et mise en Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois 5 à 7 de l éco-construction Pierre LERICHE et Stéphane BRUNIERE GUILHERAND GRANGES le 26/02/2015 Présentation de CERIBOIS Présentation

Plus en détail

Rénovation performante : les bases à connaître

Rénovation performante : les bases à connaître Rénovation performante : les bases à connaître Enjeux de la performance des bâtiments Approche globale En pratique Les incitations financières Choisir un professionnel Grand Paris Seine Ouest Energie 2,

Plus en détail

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005 THERMIQUE RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Construire une maison bien isolée et faiblement consommatrice d énergie est devenu une priorité. Les systèmes constructifs en béton sont d ores et déjà prêts

Plus en détail

Calculs et bilan des déperditions thermiques

Calculs et bilan des déperditions thermiques Calculs et bilan des déperditions thermiques Calculer les déperditions thermiques c'est déterminer la quantité de chaleur à fournir pour le chauffage d'une pièce à température donnée. Cette chaleur fournie

Plus en détail

Oze mai 2012. Le fonctionnement thermique d un bâtiment. Le coût d un bâtiment. RT 2012 / Passivhaus

Oze mai 2012. Le fonctionnement thermique d un bâtiment. Le coût d un bâtiment. RT 2012 / Passivhaus Le fonctionnement thermique d un bâtiment Le coût d un bâtiment RT 2012 / Passivhaus Le concept du Passivhaus La conception L outil de calculs Les contrôles Les mesures (garantir les consommations) La

Plus en détail

Bilans énergétique et environnemental par simulation d un bâtiment passif équipé d un échangeur air-sol

Bilans énergétique et environnemental par simulation d un bâtiment passif équipé d un échangeur air-sol CENTRE ÉNERGÉTIQUE ET PROCÉDÉS Bilans énergétique et environnemental par simulation d un bâtiment passif équipé d un échangeur air-sol Stéphane THIERS, Bruno PEUPORTIER 6 & 7 novembre 2008, Lyon Conférence

Plus en détail

Les 5 à 7 de l éco-construction

Les 5 à 7 de l éco-construction Les 5 à 7 de l éco-construction Le double flux : l avenir de la ventilation? POURQUOI ON VENTILE? 1 POURQUOI ON VENTILE? QUALITE DE L'AIR ==> HYGIENE, SANTE APPORT AIR NEUF EVACUATION DES POLLUANTS (CO2,

Plus en détail

Bâtiments Collectifs Maisons Individuelles

Bâtiments Collectifs Maisons Individuelles MÉMO THERMIQUE SOMMAIRE 1. Environnements d application 2. Comment s y retrouver? 3. Qu est ce que R =(m²k/w)? 4. Qu est ce que U =(W/m²K)? 5. Qu est ce que RSE & RSI =(m²k/w)? 6. Qu est ce que Ψ =(W/mK)?

Plus en détail

ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE

ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE L ATELIER DE LA GRANGE EN QUELQUES MOTS L Atelier de la Grange est une équipe de 12 personnes, implantée en zone rurale, à Daverdisse,

Plus en détail

Chauffage, isolation et ventilation écologiques

Chauffage, isolation et ventilation écologiques Chauffage, isolation et ventilation écologiques Paul de haut Deuxième édition 2011 Groupe Eyrolles 2007, 2011 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12998-4 PARTIE 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

La Communauté de Communes montre l exemplel LA MAISON A ENERGIE POSITIVE

La Communauté de Communes montre l exemplel LA MAISON A ENERGIE POSITIVE La Communauté de Communes montre l exemplel LA MAISON A ENERGIE POSITIVE Objectif Encourager la construction de bâtiments «exemplaires» sur le Pays des Herbiers : - consommant très peu d énergie - utilisant

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

FICHE CHANTIER BIOFIB ISOLATION

FICHE CHANTIER BIOFIB ISOLATION PROJETS BIOFIB ISOLATION Mars 2016 FICHE CHANTIER BIOFIB ISOLATION CONSTRUCTION 100% CHANVRE / béton de chanvre Construction d une maison particulière en béton de chanvre. La marque française, Biofib Isolation,

Plus en détail

Alain CROMBEZ Chef du Service Construction, Habitat & Ville (DDE)

Alain CROMBEZ Chef du Service Construction, Habitat & Ville (DDE) Conférence débat sur la rénovation énergétique des bâtiments publics Saint-Pourçain/Sioule 13 octobre 2009 La réglementation thermique en vigueur L expérience de la Direction Départementale de l Équipement

Plus en détail

Bâtiments basse énergie l exemple suisse du programme MINERGIE

Bâtiments basse énergie l exemple suisse du programme MINERGIE Bâtiments basse énergie l exemple suisse du programme MINERGIE AJENA, qui sommes nous? L AJENA, Energie et Environnement en Franche-Comté association loi de 1901 à but non lucratif plus de 400 adhérents

Plus en détail

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 MAITRE D OUVRAGE CHB - COOP HABITAT BOURGOGNE 69 Avenue Boucicaut 71100 CHALON SUR SAÔNE Tél : 03 85 46 16 63 - Fax : 03 85 46 55 32 ARCHITECTE NAOS ATELIER D ARCHITECTURE

Plus en détail

Isolation, principes et grandes lignes directrices

Isolation, principes et grandes lignes directrices Isolation, principes et grandes lignes directrices La réduction de la quantité d énergie utilisée à partir de ressources fossiles est le facteur le plus important de la promotion de la démarche de développement

Plus en détail

Les Bâtiments Basse Consommation Energétique. Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest

Les Bâtiments Basse Consommation Energétique. Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest Les Bâtiments Basse Consommation Energétique Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest Ph BONNE Responsable Département Energie RT 2000 RT 2005 RT 2012 2020 Historique de la réglementation

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE SOMMAIRE 4 1. LE CONTEXTE 1.1 Enjeux environnementaux 1.2 Cadre réglementaire 1.3 Réglementation thermique 2005 1.4 DPE «Etiquette énergie» 1.5 Loi Grenelle: L urgence écologique 1.6 Protéger l environnement

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê 2 011,Ê I SBNÊ :Ê 9 78-2 - 212-12979 - 3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie

Plus en détail

RT2012 études de cas

RT2012 études de cas RT2012 études de cas 14/02/2011 Salon BlueBat Lyon Contact: Nathalie TCHANG Directrice adjointe 206 rue de Belleville / 75020 PARIS Tél. : 01.43.15.00.06 / Fax : 01.43.15.01.80 e-mail : mail@tribu-energie.fr

Plus en détail

RT 2012. FT2i SIRET : 521 257 808 00019 NAF :7120 B Centre d'affaires Atlantis, 8 rue Louis Blériot 56400 AURAY

RT 2012. FT2i SIRET : 521 257 808 00019 NAF :7120 B Centre d'affaires Atlantis, 8 rue Louis Blériot 56400 AURAY RT 2012 I. Evolution de la RT 2005 et du label BBC à la RT 2012 Sommaire Les échecs de la RT 2005 Le BBC RT 2012: Les nouvelles obligations Le Bbio Le Cep Le TIC Le Q4 Les nouvelles technologies Suivi

Plus en détail

RAPPORT. Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux.

RAPPORT. Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. RAPPORT Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. Je soussigné : Sentagnes représentant de la société Sentagnes situé à : Numéro 9 Voie route

Plus en détail

Le «Clair de Terre» à Décines, 34 logements BBC. Livraison 2010

Le «Clair de Terre» à Décines, 34 logements BBC. Livraison 2010 Le «Clair de Terre» à Décines, 34 logements BBC. Livraison 2010 Présentation du projet Maître d ouvrage: GRANDLYON HABITAT Maître d œuvre: ATELIER ARCHE 34 logements (31 PLUS 3 PLAI) Label BBC 2005 Ordre

Plus en détail

De la conception à la réalisation

De la conception à la réalisation De la conception à la réalisation d une maison BBC, à énergie positive Gaël LHENRY et Hélène SINGEZ 09 avril 2010 Un pôle de compétences au service des maîtres d ouvrage publics et privés CAeP, versdes

Plus en détail

Construction d une maison Passive écologique. Le Stanco 22300 LANNION. Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS

Construction d une maison Passive écologique. Le Stanco 22300 LANNION. Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS Construction d une maison Passive écologique Le Stanco 22300 LANNION Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS Architecte : Atelier Rubin / tonquedec Constructeur : Tycoat construction / Plestin les grèves

Plus en détail

Rencontres énergivie Colmar 4.3.05. Standard et pénétration du marché du bâtiment

Rencontres énergivie Colmar 4.3.05. Standard et pénétration du marché du bâtiment Rencontres énergivie Colmar 4.3.05 Standard et pénétration du marché du bâtiment Charly Cornu Ingénieur mécanicien EPFL SIA BatSynergie société coopérative CH 36 Bussy-Chardonney Minergie Stratégie Marché

Plus en détail

Vers des Bâtiments à Energie Positive

Vers des Bâtiments à Energie Positive Vers des Bâtiments à Energie Positive Economie d Energie Efficacité Energétique Energies Renouvelables et Locales Daniel QUENARD CSTB-Grenoble Dpt Enveloppes et Revêtements / Physique des Matériaux quenard@cstb.fr

Plus en détail

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire?

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Réunion technique CAP INNOVATION RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Olivier Servant Directeur des marchés Saint Gobain Habitat Le contexte énergétique et environnemental

Plus en détail

Top départ pour la RT 2012!

Top départ pour la RT 2012! Top départ pour la RT 2012! La poursuite du Grenelle de L'Environnement dans sa volonté de pérenniser la dynamique impulsée par les "bâtiments basse consommation" : De tous les secteurs économiques, celui

Plus en détail

Présentation du Groupe Logement Français. Politique construction neuve. Politique patrimoine existant. Exemple de réhabilitation énergétique

Présentation du Groupe Logement Français. Politique construction neuve. Politique patrimoine existant. Exemple de réhabilitation énergétique ! " "# #$ Présentation du Groupe Logement Français Bilan énergétique Politique construction neuve Politique patrimoine existant Exemple de réhabilitation énergétique *+(,,-./+.*%/,&+,( 80 572 logements

Plus en détail

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Troisième session ANNEXES 2 octobre 2009 SOMMAIRE Annexe 1 - Evolution

Plus en détail

Construction de la Maison des arts et de la Vie Associative Epernay

Construction de la Maison des arts et de la Vie Associative Epernay Construction de la Maison des arts et de la Vie Associative Epernay Présentation de la conception et de la démarche environnementale Présentation du 21 Mai 2014 1 Présentation générale du projet L équipe

Plus en détail

Le solaire à capteur photovoltaïque (production d'électricité)

Le solaire à capteur photovoltaïque (production d'électricité) Le solaire à capteur photovoltaïque (production d'électricité) Les panneaux solaires photovoltaïques, appelés modules photovoltaïques ou simplement panneaux solaires, convertissent la lumière en électricité.

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

REGLEMENTATION THERMIQUE RT 2012

REGLEMENTATION THERMIQUE RT 2012 Novembre 2010 REGLEMENTATION THERMIQUE RT 2012 Adequation email : m.adequation@gmail.com tel : 06 76 45 31 75 LES NOUVELLES RT2012 3 exigences de performances globales Coefficient Bbio remplace de le Ubat

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Rapport réalisé par ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Réhabilitation et extension de la maison Bailleul à Toulouse ville, Maison Bailleul

Plus en détail

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation thermique d une maison de bourg Localisation : 49250 Saint-Mathurin-sur-Loire

Plus en détail

PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET

PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET 1 - SITUATION Le projet est situé en périphérie de la commune de Villeurbanne, 12 rue Jules Guesde. Il s agit d une réhabilitation d une maison de l après guerre.

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les isolants pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex 15 Tél.

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

THEME. Solaire passif en construction neuve

THEME. Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif CATEGORIES constructions neuves O. Sidler La quantité d'énergie reçue sur Terre par le rayonnement solaire toutes les 45 minutes suffit à

Plus en détail

RAPPORT. Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux.

RAPPORT. Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. RAPPORT Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. Je soussigné : Jacques VIARD représentant de la société ESI situé à : Numéro 7a Voie avenue

Plus en détail

Audit énergétique maison individuelle

Audit énergétique maison individuelle Exemple d'audit réalisé Maison individuelle NANTES Etude structurelle puis détaillée du bâti. Examen des équipements. Contexte Logement de 1971 nécessite une rénovation globale Shab : 245 m2 / 2 niveaux

Plus en détail

RÈGLEMENTATION THERMIQUE 2012

RÈGLEMENTATION THERMIQUE 2012 RÈGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Performance énergétique et permis de construire Présentation de la règlementation thermique 2012 et de son vocabulaire 24 janvier 2013 / CNFPT Daniel Crison LA RÈGLEMENTATION

Plus en détail

Programme ECO-Designer / Technicien ENR

Programme ECO-Designer / Technicien ENR Programme ECO-Designer / Technicien ENR ENERGIES RENOUVELABLES Enjeux - Objectifs - Ressources - Valorisation energétiques - Solaire thermique/photovoltaïque - CESI -SSC - Equipements - Exploitation -

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. Par François TURLAND & Bernard LORIOT

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. Par François TURLAND & Bernard LORIOT LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Par François TURLAND & Bernard LORIOT Séminaire Technique UMF Malte Nov.2012 CONTETE Les consommations d énergie en France Industrie 21% Autres 5% Transport 31% Bâtiment

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 3.1 Systèmes : Introduction Piotr Wierusz-Kowalski PRINTEMPS 2015 p.kowalski@mkengineering.be www.mkengineering.be 2 OBJECTIF(S) DE LA

Plus en détail

Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux.

Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. RAPPORT 20 janv. 2011 Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. Ministère de l'ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Les critères de performance énergétique des fenêtres aluminium Impact des fenêtres sur la consommation d un bâtiment d

Plus en détail

Rénovation passive ou basse énergie Marc Opdebeeck Architecte www.modelmo.be

Rénovation passive ou basse énergie Marc Opdebeeck Architecte www.modelmo.be Rénovation passive ou basse énergie Marc Opdebeeck Architecte www.modelmo.be 10 et 11 septembre 2011 10h 1 Atelier g logement passif 15 kwh par m2/an Transforma)on d un atelier en logement à Bruxelles

Plus en détail

Quelles fenêtres pour un bâtiment passif?

Quelles fenêtres pour un bâtiment passif? Quelles fenêtres pour un bâtiment passif? Adeline GUERRIAT, administratrice PMP, communication, gestion de projets Température constante dans le bâtiment Equilibre entre les apports et les pertes de chaleur

Plus en détail

Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. SPECIMEN

Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. SPECIMEN Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. Je soussigné : Rafael PEDREGAL représentant de la société NRJ Diags situé à : Numéro Voie Cité

Plus en détail

LA CONSTRUCTION BOIS GRANDE HAUTEUR RETOUR D EXPERIENCE. Antoine PAGNOUX Architecte ASP ARCHITECTURE Saint-Dié-des-Vosges

LA CONSTRUCTION BOIS GRANDE HAUTEUR RETOUR D EXPERIENCE. Antoine PAGNOUX Architecte ASP ARCHITECTURE Saint-Dié-des-Vosges LA CONSTRUCTION BOIS GRANDE HAUTEUR RETOUR D EXPERIENCE Antoine PAGNOUX Architecte ASP ARCHITECTURE Saint-Dié-des-Vosges NOTRE AGENCE NOTRE EQUIPE - ERIC SCHMITT ARCHITECTE D.P.L.G. - ANTOINE PAGNOUX ARCHITECTE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 30 Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 32 rue mirabeau 59 000 Lilles Informations

Plus en détail