Point mensuel de conjoncture

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Point mensuel de conjoncture"

Transcription

1 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Septembre 2015 Le point mensuel de conjoncture est publié au plus tard 30 jours après la fin du mois.

2 Page 1 CROISSANCE ECONOMIQUE MONDIALE: croissance mondiale plus lente que prévue en 2015 Au terme des trois premiers quarts temps de l année 2015, l économie mondiale peine toujours à décoller, au vu des dernières estimations de croissance du FMI. En effet, l Institution monétaire a ramené à 3,1% l expansion de la production mondiale en 2015, après l avoir initialement prévue à 3,5% puis à 3,3%. Cette sous-performance économique pourrait se poursuivre, à court terme. En effet, il existe encore d importants risques susceptibles de réduire encore plus la croissance globale, quand bien même certains facteurs favorables à un raffermissement de l activité, à moyen terme, existeraient. Ainsi, à l horizon de fin 2015, la progression de l économie mondiale pourrait ralentir davantage si l économie chinoise s affaiblit encore plus, entraînant dans son sillage le ralentissement de nombreuses économies émergentes, tributaires des marchés d exportations de la zone de l Asie-Pacifique. En Europe, la reprise balbutiante dans la zone euro, 1,5% au deuxième trimestre 2015, en glissement annuel, pourrait être compromise par la baisse de l activité du secteur industriel touché par la diminution de la demande d exportations vers la Chine, dans un contexte d intensification du problème des migrants. Point mensuel de conjoncture Néanmoins, l expansion globale devrait être bien soutenue par la consolidation de la croissance des économies anglosaxonnes, particulièrement les Etats-Unis et le Royaume-Uni. En effet, la croissance de 2,6% du PIB américain, au deuxième trimestre, pourrait encore augmenter, grâce surtout à une hausse des dépenses des consommateurs, induite par une augmentation des possibilités d emplois, un raffermissement des tendances des revenus et une forte amélioration de la situation financière des ménages. Le Royaume-Uni pourrait aussi continuer de consolider sa croissance de long terme grâce à une poursuite des entrées de capitaux et à une forte activité dans le secteur de la construction. Au deuxième trimestre, l expansion britannique est estimée à 2,5%. Au sein des pays émergents, la croissance devrait être bien portée par l amélioration de la demande américaine, la hausse du dollar et la baisse des cours du pétrole. Qui plus est, l inflation étant faible, les banques centrales de la plupart des grandes économies pourraient favoriser la croissance par des politiques de grande détente, telle la mise en œuvre des politiques d assouplissement quantitatif. MARCHE FINANCIER ET MONETAIRE: baisse de l euro face au dollar en septembre 2015 Dans ce contexte de croissance molle, les inquiétudes continuent de s'accumuler sur les marchés financiers internationaux dont les acteurs semblent désorientés par le comportement des responsables de la Réserve fédérale américaine, qui n'ont pas apporté les indications tant attendues sur la date du relèvement des taux de refinancement, même si les prévisions tablent sur un premier relèvement en décembre Pour rappel, depuis la crise de 2008, les principales banques centrales des pays du nord ont maintenu leur taux directeur à des niveaux très bas : 0,25% aux États-Unis, 0,05% en zone euro, 0,10% au Japon et 0,5% au Royaume-Uni. Sur le marché de change, l euro poursuit sa dépréciation par rapport aux principales monnaies occidentales. En septembre, la monnaie unique européenne s est dépréciée face au dollar, à la livre et au yen respectivement de 13%, 3% et 7% sur un an. Sur les neuf premiers mois de 2015, le rythme mensuel de dépréciation de l euro est estimé à 0,4%, 0,2% et 0,6% vis-à-vis de ces mêmes monnaies, toujours dans le même ordre. Entre le dollar et le yen, la monnaie américaine s est appréciée de 12%, en septembre 2015, sur un an, avec un rythme mensuel de 0,2%. Graphique 1: Evolution du cours de l euro par rapport au dollar US Source: Les Echos, DPEE INFLATION: un niveau d inflation faible en septembre 2015 S agissant de la variation du niveau général des prix à la consommation, elle est globalement négative en septembre en zone euro et semble remettre la pression sur la Banque centrale européenne, même si le risque d une tendance à la déflation n'est pas à l'ordre du jour. En effet, dans la zone euro, l'inflation a baissé de 0,08% en septembre, après avoir renoué avec la progression depuis avril, soit un mois après la mise en œuvre du programme de rachat de dette du secteur public de la BCE. Dans plusieurs pays de la zone, l inflation, en glissement annuel, a baissé ou est restée stable. En Allemagne et en France, la variation des prix a affiché respectivement 0,0% et 0,03% en septembre après 0,2% et 0,05% en août. Ailleurs, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, l inflation est également dans le rouge, avec des taux respectifs de -0,04% et -0,02%. Cette nouvelle baisse serait fortement liée au repli des prix du pétrole et des produits alimentaires. Dans les grands pays émergents, l inflation est estimée très forte en Russie (15,7%) et au Brésil (9,5%), et, dans une moindre mesure, en Inde (4,3%). En Chine, la variation des prix à la consommation est estimée à 1,6%.

3 Page 2 MARCHE DES MATIERES PREMIERES: recul de l indice global en septembre 2015 Sur le marché des matières premières, les cours poursuivent leur tendance baissière amorcée depuis le début du second semestre En septembre 2015, les cours ont globalement reculé de 1% et 16,6%, respectivement en rythme mensuel et en glissement annuel. Cette baisse est portée principalement par les prix des produits alimentaires, en baisse de 3,9% sur un mois et de 11,7% sur un an. S agissant des céréales, les cours ont baissé de 1,8%, en septembre 2015, en rythme mensuel. Toutefois, les évolutions sont différenciées entre les cours du blé de Chicago et du riz thaïlandais A1, qui ont reculé respectivement de 2,6% et 4,6%. Par contre, le prix du maïs a progressé de 1,9%, en raison de la baisse prévue de 3,6% de la production mondiale. Concernant les oléagineux, les cours ont reculé de 5,1%, en variation mensuelle, en liaison aux baisses respectives de 1,2%, 2% et 0,8% des huiles de soja, de palme et d arachide. Pour ce qui est du sucre, le cours s est raffermi de 6%, en variation mensuelle, du fait des conditions météorologiques défavorables au Brésil et en Thaïlande, premiers exportateurs mondiaux de sucre. En variation glissante sur un an, les cours des céréales, des oléagineux et du sucre ont baissé respectivement de 9,1%, 19,9% et 22,5%. S agissant des produits industriels, une augmentation des cours de 1,2% est enregistrée, en rythme mensuel, contre une baisse de 20,8%, en variation annuelle. Graphique 2: Evolution des cours des matières premières Tableau 1: Les cours des matières premières Source: INSEE, DPEE * : indice ; Autres : cours en $ Source: INSEE, DPEE Sur le marché du pétrole brent, en septembre 2015, le Graphique 3 :Evolution des cours du cours du pétrole brent cours a légèrement progressé de 0,5%, en variation mensuelle, en raison de la baisse de la production de pétrole, notamment celle des Etats-Unis. En effet, selon l AIE (Agence Internationale de l Energie) la production américaine de schiste a reculé de barils par jour, par rapport au mois d août. En glissement annuel, le baril de brent a perdu 51,5% de sa valeur en septembre Source: Lefigaro.fr, DPEE

4 Page 3 ACTIVITE ECONOMIQUE INTERNE: baisse de l IGA en septembre 2015 En rythme mensuel, l activité économique (hors agriculture et sylviculture) s est contractée de 2,9%, au mois de septembre Cette situation résulte des contreperformances des secteurs primaire, secondaire et tertiaire qui se sont respectivement repliés de 21,1%, 5,3% et 2,1% sur la période. Sur un an, un repli de 3,4% de l activité est, observé, en septembre 2015, en liaison avec le tertiaire (-4%), le secondaire (-9,7%) et le primaire (-7,6%). Par contre, l administration publique s est bien comportée, au mois de septembre 2015, avec une croissance de 6,3%, en glissement annuel. Tableau 2: Indice Général d Activité (IGA) SECTEUR PRIMAIRE (HORS AGRICULTURE) : recul de l activité en septembre 2015 En septembre 2015, l activité du secteur primaire (hors agriculture et sylviculture) s est repliée de 21,1%, en variation mensuelle. Cette contraction traduit les contreperformances simultanées de l élevage (-14,2%) et de la pêche (-46,3%). Dans ce dernier sous-secteur, la baisse de l activité est, principalement, expliquée par les faibles résultats de la composante artisanale (-54,5%). Sur une base annuelle, le secteur primaire (hors agriculture et sylviculture) s est, également, replié de 7,6%, en septembre 2015, en liaison avec, aussi bien, l élevage (-7,3%) que la pêche (-8,8%). Tableau 3: Indice Général d Activité (IGA) dans le secteur primaire Graphique 4: Evolution de l activité dans le sous-secteur de la pêche Source: DPM, PAD, DPEE Graphique 5: Evolution de l activité dans le sous-secteur de l élevage Source: DPM, PAD, SOGAS, DPEE Source: SOGAS, DPEE SECTEUR SECONDAIRE: contraction de l activité en septembre 2015 L activité du secteur secondaire a enregistré une baisse mensuelle de 5,3%, en septembre Cette situation est principalement, attribuable aux faibles résultats notés dans la construction (-22,1%), la fabrication de matériaux de construction (- 8,1%), les «autres industries manufacturières» (-11,4%) et la métallurgie - fonderie. Par contre, les conserveries de viande et poissons (+39,8%), les industries chimiques (+51,8%), le travail de bois (+22,1%), la fabrication de cuir (+43,2%) et l activité des corps gras alimentaires (+110,2%) se sont bien comportés sur la période. Sur un an, l activité du secteur secondaire s est repliée de 9,7%, du fait, essentiellement, de la construction (-25,2%), de la production de sucre (-100%), en liaison avec l arrêt technique, des industries extractives (-27,2%) et de la fabrication de matériaux de construction (-18,9%). En revanche, les conserveries de viande et de poisson (+22,3%), les industries chimiques (+27,9%), l énergie (+3,1%) et le raffinage de pétrole (+7,4%) ont enregistré de bons résultats. Graphique 6: Evolution de l activité dans le secteur secondaire Tableau 4: Indice Général d Activité dans le secteur secondaire

5 Page 4 SECTEUR TERTIAIRE: baisse de l activité en septembre 2015 Dans le secteur tertiaire, l activité a baissé de 2,3%, en variation mensuelle, au mois de septembre 2015, du fait, principalement, des transports et télécommunications (-4,3%) et du commerce (-1,2%). Comparativement à la même période en 2014, un recul de 5,1% est, également, observé, en septembre 2015, essentiellement imputable au commerce (-10,8%), aux services financiers (- 4,0%) et aux services d'hébergement et de restauration (- 10,4%). Graphique 7: Evolution de l activité dans le secteur tertiaire Tableau 5: Indice Général d Activité dans le secteur tertiaire EMPLOI SALARIE DANS LE SECTEUR MODERNE: baisse des effectifs en septembre A fin septembre 2015, l emploi salarié dans le secteur moderne est ressorti en baisse de 0,8% par rapport au mois passé. Cette évolution est imputable à la diminution des effectifs dans le secteur secondaire (-3,2%), notamment au niveau des industries (-3,6%). Pour sa part, l emploi dans le secteur tertiaire a progressé de 1,9% sur la période sous revue, en liaison avec la hausse du nombre de salariés dans le commerce (+5,3%). Sur un an, l emploi salarié s est accru de 0,6% au mois de septembre 2015, du fait de la hausse des effectifs du tertiaire (+8,1%). Par contre, des pertes nettes d emplois sont enregistrées dans les industries (-5,4%) et les BTP (-8,4%). Tableau 6: Evolution de l emploi salarié dans le secteur moderne OPINION DES CHEFS D ENTREPRISES DANS LE SECONDAIRE ET LE TERTIAIRE En septembre 2015, les industriels interrogés sur les contraintes qui limitent leurs activités ont, pour la plupart, cité la baisse de la demande (20%) et la concurrence supposée déloyale (19%). Par ailleurs, la production et les carnets de commandes baisseraient, en rythme mensuel. S agissant des stocks de produits finis, les niveaux ont augmenté, en rythme mensuel, selon les enquêtés. En perspectives, les industriels estiment que les niveaux de production et de commandes se dégraderaient légèrement, au mois d octobre Concernant les bâtiments et travaux publics, les difficultés de recouvrement des créances (44%), la concurrence supposée déloyale (22%) ainsi que la fiscalité (22%) sont considérées, par les entrepreneurs, comme les principaux facteurs ayant affecté le sous-secteur durant le mois de septembre Toutefois, selon les chefs d entreprise, l activité et les commandes (publiques et privées) se sont bien orientées. En prévision, les chefs d entreprise de BTP anticipent, pour le mois d octobre 2015, une activité et des commandes (publiques et privées) en progression par rapport au mois précédent. S agissant des services, le non recouvrement des créances (31%), la concurrence supposée déloyale (20%), l accès difficile aux crédits (11%) et la fiscalité (11%) sont cités comme les principales contraintes qui ont entravé l activité du sous-secteur, au mois de septembre En outre, le chiffre d affaires augmenterait, en septembre 2015, sous les effets combinés d une augmentation des carnets de commandes et

6 Page 5 d une légère hausse des tarifs pratiqués. En anticipation, les tarifs et les carnets de commandes devraient baisser légèrement, en octobre Pour ce qui est de l activité commerciale, les difficultés de recouvrement des créances (21%), la concurrence supposée déloyale (18%) et la baisse de la demande (18%) ont été les principales contraintes au courant du mois de septembre Toutefois, le chiffre d affaires se serait amélioré malgré la baisse des commandes et le léger accroissement des stocks de produits finis. Pour le mois d octobre 2015, les commandes diminueraient, selon les commerçants. Tableau 7: Indice du climat des affaires* PRIX A LA CONSOMMATION: hausse du niveau général des prix en septembre En septembre 2015, les prix à la consommation ont cru de 1,4%, en rythme mensuel, tirés principalement par les renchérissements respectifs du poisson frais (+11,8%) et des légumes frais en fruits ou en racines (+12,2%). Sur un an, le niveau général des prix a augmenté de 0,8%, en septembre 2015, en liaison avec la hausse des produits alimentaires et boissons non alcoolisées (+3,5%). Pour sa part, l inflation sous-jacente (hors produits frais et énergétiques) est ressortie à 0,1%, en rythme mensuel, et à 0,3%, sur une base annuelle. En terme d origine, les prix des produits importés et locaux ont, respectivement, augmenté de 0,6% et 1,8%, en variation mensuelle, durant le mois de septembre Comparativement à la même période de 2014, les prix des produits importés ont reculé de 0,9% tandis que ceux des produits locaux se sont appréciés de 1,4%, en septembre Tableau8: Indice Harmonisé des Prix à la Consommation Source: ANSD TAUX DE CHANGE EFFECTIF REEL : perte de compétitivité¹ au mois de septembre Au courant du mois de septembre 2015, l économie sénégalaise a enregistré une perte de compétitivité-prix de 2,8% par rapport au mois précédent. Cette situation est imputable aux effets conjugués de l appréciation du franc CFA par rapport au panier de monnaies des partenaires commerciaux (+1,4%) et du différentiel d inflation défavorable (+1,4%). Vis-à-vis des pays partenaires membres de la zone euro, une perte de compétitivité de 1,4% est enregistrée en variation mensuelle, au courant du mois de septembre 2015, imputable au différentiel d inflation défavorable. Par rapport aux partenaires membres de l UEMOA, le différentiel d inflation défavorable s est, également, traduit par une perte de compétitivité évaluée à 1,9%. Par contre, en glissement annuel, des gains de compétitivité de l économie nationale évalués à 2,4% sont notés, au mois de septembre 2015, à la faveur de la dépréciation du franc CFA (- 1,0%) et du différentiel d inflation favorable (- 1,4%). Sur les neuf (9) premiers mois de 2015, la compétitivité-prix de l économie sénégalaise s est renforcée de 5,4% par rapport 1 Compétitivité-prix *Normalisé de moyenne 100 et d écart type 10 - Enquête mensuelle d opinion sur la conjoncture à la même période de 2014, en liaison avec la dépréciation du franc CFA (-3,1%) et le différentiel d inflation favorable (-2,3%). Tableau 9: Taux de change effectif réel (Base 100 = 2005)

7 Page 6 ECHANGES AVEC L EXTERIEUR: amélioration du déficit commercial en septembre 2015 Durant le mois de septembre 2015, les échanges commerciaux de biens du Sénégal se sont traduits par une atténuation de 18,8 milliards du déficit commercial qui s est établi à 119,1 milliards contre 146,7 milliards le mois précédent. Cette situation reflète le repli des importations (-40,6 milliards) légèrement atténué par celui des exportations de biens (-8,1 milliards), en variation mensuelle. Par conséquent, le taux de couverture des importations par les exportations s est amélioré de 2,4 points de pourcentage, passant, ainsi, de 33,8% à 36,2% entre août et septembre Les exportations de biens sont estimées à 83,4 milliards au mois de septembre 2015 contre 91,5 milliards le mois précédent, soit une baisse de 8,9% (-8,1 milliards). Cette situation est attribuable, essentiellement, au repli des ventes à l étranger d acide phosphorique (-7,6 milliards), de produits alimentaires (-2,8 milliards) et de ciment hydraulique (-2,4 milliards). En revanche, les exportations de produits pétroliers se sont inscrites en hausse de 4,4 milliards. Au titre des produits alimentaires, les ventes à l étranger de produits arachidiers et produits halieutiques ont enregistré, respectivement, des baisses de 1,3 milliard (-79,1%) et de 1,1 milliard (-6,9%). En glissement annuel, les exportations de biens ont affiché une baisse de 28% (-32,4 milliards) au mois de septembre Cette contreperformance est imputable, principalement, au repli des exportations de produits pétroliers (-28,4 milliards), d or brut (-7,6 milliards), de produits arachidiers (-4,1 milliards) et de ciment (-3,6 milliards). Cette tendance a été atténuée par le renforcement des ventes à l étranger d acide phosphorique (+5,6 milliards). En cumul sur les neuf (9) premiers mois de 2015, la valeur des exportations de biens s est améliorée de 85,9 milliards, s établissant, ainsi, à 1025,8 milliards contre 939,8 milliards à la même période de l année précédente. Ce renforcement est lié, en particulier, à la hausse des exportations de produits alimentaires (+63,4 milliards), d acide phosphorique (+29,6 milliards) et de ciment (+7,9 milliards). En revanche, les exportations de produits pétroliers, d or brut et d «engrais minéraux et chimiques» se sont, respectivement, repliées de 44,1% (-70,5 milliards), de 7,2% (-8,4 milliards) et de 51,3% (- 4,1 milliards) par rapport à la même période de l année précédente. S agissant des exportations du Sénégal vers l UE- MOA, elles sont estimées à 24,7 milliards au mois de septembre 2015 contre 24,9 milliards le mois précédent, soit une légère baisse de 0,6% (-0,2 milliard). Elles ont, ainsi, représenté 29,6% de la valeur totale des exportations de marchandises au titre du mois de septembre 2015 contre 27,2% un mois auparavant, soit une perte de 2,4 points de pourcentage. La part des produits acheminés vers le Mali, principale destination des exportations du Sénégal dans l Union, est passée de 53,6% à 53,3% sur la période, soit une perte de 0,3 point de pourcentage. Le ciment reste le principal produit exporté vers le Mali avec une part évaluée à 32,8% en septembre 2015 contre 50,9% le mois précédent. Concernant les importations de biens, elles sont passées de 270,7 milliards au mois d août 2015 à 230,1 milliards au mois de septembre 2015, soit une baisse de 15% (-40,6 milliards). Ce repli est en liaison, principalement, avec la diminution de la valeur des achats à l étranger de produits pétroliers (-42,6 milliards) et de «machines, appareils et moteurs» (-14,1 milliards). A l inverse, les achats à l étranger de produits alimentaires, de «véhicules, matériels de transport et de pièces détachées automobiles» se sont inscrits en hausse, respectivement, de 17,1 milliards et de 3,1 milliards. En glissement annuel, les importations de biens ont baissé de 31,3%, sous l effet, notamment, des produits pétroliers (-73,2 milliards), des produits alimentaires (-8,7 milliards), des «véhicules, matériels de transport et de pièces détachées automobiles» (-5,3 milliards) et des «machines, appareils et moteurs» (-1,2 milliard). Au titre des produits pétroliers, la baisse observée est liée, essentiellement, au repli des importations des huiles brutes de pétrole de 53,7 milliards (-99,9%). En cumul sur les neuf (9) premiers mois de 2015, les importations de biens sont évaluées à 2249,8 milliards contre 2159,1 milliards un an auparavant, soit une hausse de 4,2% (+90,7 milliards), imputable essentiellement aux achats de «machines, appareils et moteurs» (+107,7 milliards), de «véhicules, matériels de transport et pièces détachées automobiles» (+10,9 milliards) et de produits pharmaceutiques (+2,1 milliards). Les importations de produits pétroliers se sont, pour leur part, repliées de 9,8%, en liaison avec la baisse des achats des autres produits pétroliers (- 76 milliards). En ce qui concerne les importations de biens en provenance des pays de l UEMOA, elles sont évaluées à 7,8 milliards au mois de septembre 2015 contre 8 milliards le mois précédent, soit une baisse de 0,2 milliard. Elles ont, ainsi, représenté 3,4% de la valeur totale des importations de biens au courant du mois de septembre 2015 contre 3% le mois précédent. La Côte d Ivoire demeure le principal fournisseur du Sénégal au sein de la zone, avec une part évaluée à 82,7% en septembre 2015 contre 94% le mois précédent, soit une perte de 11,3 points de pourcentage. Les importations en provenance de la Côte d Ivoire ont principalement porté sur les «huiles et graisses animales et végétales» et les «bois et ouvrages», qui

8 Page 7 Tableau 10: Exportations en valeur (millions FCFA) Tableau 11: Importations en valeur (millions FCFA) Source: ANSD Source: ANSD FINANCES PUBLIQUES: progression modérée des ressources et exécution prudente des dépenses En cumul sur les neuf premiers mois de l année 2015, l exécution budgétaire s est traduite par un déficit estimé à 197,6 milliards, soit, en deçà du plafond chiffré à 255 milliards pour fin septembre Ce résultat reflète l augmentation modérée des ressources combinée à une exécution prudente des dépenses publiques. En effet, les ressources mobilisées sont évaluées globalement à 1389,6 milliards contre 1329,5 milliards un an auparavant, soit une hausse de 4,5%. Pour leur part, les dépenses totales et prêts nets, estimés à 1587,2 milliards, ont augmenté de 1,7% en glissement annuel. Les ressources mobilisées sont constituées de recettes budgétaires évaluées à 1223,8 milliards, de ressources Mittal pour 28,3 milliards, des dons estimés à 111,4 milliards ainsi que des ressources au titre du FSE évaluées à 26,2 milliards. S agissant des recettes budgétaires, elles ont enregistré une hausse de 78 milliards (+6,8%). Cet accroissement est porté par le recouvrement satisfaisant, d une part, des impôts directs, en l occurrence, l impôt sur le revenu (194,4 milliards) et l impôt sur les sociétés (140,7 milliards), en hausse respectivement de 14% et 11,8%, et d autre part, de la TVA intérieure hors pétrole qui s est confortée de 7,2% pour se situer à 172,6 milliards. Quant aux recouvrements au cordon douanier, évalués à 380,6 milliards, ils s inscrivent en amélioration de 1,1%. En revanche, les recouvrements au titre de la taxe sur les conventions d assurances et ceux portant sur la contribution spéciale des produits de mines et carrières se sont repliés pour des montants respectifs de 1 milliard. S agissant des dépenses totales et prêts nets, le léger accroissement observé est en liaison avec le repli des dépenses de fonctionnement atténué par la hausse des dépenses d investissement, de la masse salariale et des intérêts sur la dette. En effet, les dépenses de fonctionnement, évaluées à 480,7 milliards, se sont inscrites en baisse 8,7%, sous l effet des mesures de rationalisation des dépenses publiques. La masse salariale et les charges d intérêt sur la dette publique estimées respectivement à 402,3 milliards et 110 milliards ont, pour leur part, augmenté de 10,4% et 18,9%. Globalement, les dépenses courantes ressortent à 993 milliards, en une légère hausse de 1%. S agissant des dépenses en capital, elles sont évaluées globalement à 594,2 milliards, progressant de 4,2% à la faveur des investissements financés sur ressources internes. Ces derniers se sont raffermis de 46 milliards (+14,1%) pour s établir à 372,9 milliards. Quant aux dépenses en capital sur ressources extérieures, évaluées à 221,4 milliards, elles ont connu une baisse de 9% en liaison avec le niveau élevé des dons en capital exécutés en 2014 dans le cadre, notamment, du Millenium Challenge Account (MCA).

9 Page 8 Point mensuel de conjoncture MONNAIE ET CREDIT A fin juillet 2015, la situation des institutions monétaires comparée à celle de la fin du mois précédent, fait ressortir une diminution des avoirs extérieurs nets et un renforcement de l encours du crédit intérieur. En contrepartie, une expansion de la masse monétaire est notée sur la période sous revue. Les avoirs extérieurs nets des institutions monétaires se sont situés à 1091,4 milliards à fin juillet 2015, en diminution de 21,8 milliards par rapport à la fin du mois précédent. Cette situation est attribuable à la Banque centrale, dont les avoirs extérieurs nets ont baissé de 81 milliards pour s établir à 862,3 milliards. Quant aux avoirs extérieurs nets des banques primaires, ils se sont situés à 229,1 milliards à fin juillet 2015, en hausse de 59,2 milliards, en rythme mensuel. Comparativement à la même période de 2014, les avoirs extérieurs nets des institutions monétaires ont augmenté de 85,7 milliards ou 8,5%. A fin juillet 2015, l encours du crédit intérieur s est renforcé de 191,8 milliards, par rapport à fin juin 2015, pour s établir à 2868,1 milliards. Ce renforcement est imputable d une part, aux créances nettes du système bancaire à l Etat qui sont ressorties en hausse de 107,2 milliards, en rythme mensuel, pour se situer à 264,1 milliards, soit une progression de 83,8 milliards (+3,3%), en variation mensuelle. D autre part, les crédits au secteur privé sont évalués à 2603,2 milliards à fin juillet Cette situation est entièrement expliquée par les crédits ordinaires qui sont estimés à 2585,8 milliards, les crédits de campagne restant à leur niveau du mois précédent (17,5 milliards). En glissement annuel, l encours du crédit intérieur s est renforcé de 464,3 milliards ou 19,3%, à fin juillet Reflétant l évolution de ses contreparties, la masse monétaire a augmenté de 51,7 milliards, en variation mensuelle, pour se situer à 3639,5 milliards, à fin juillet Cette situation est perceptible à travers la circulation fiduciaire (+27 milliards) qui est évaluée à 759 milliards et les dépôts en banques (+24,8 milliards) qui sont ressortis à 2872,6 milliards. Sur un an, la liquidité globale de l économie est en expansion de 505,9 milliards ou 16,1%, à fin juillet Tableau 12: Situation monétaire intégrée (en milliards de FCFA) Source: BCEAO

10 Page 9 ANNEXES *: données provisoires *: données provisoires en août et septembre 2015 **: données provisoires depuis janvier 2015 T: trimestre *: données provisoires

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE Juin 2014 1 TABLE DES MATIERES Résumé... 5 INTRODUCTION...

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

PERSPECTIVES ECONOMIQUES DES ETATS DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE EN 2010

PERSPECTIVES ECONOMIQUES DES ETATS DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE EN 2010 PERSPECTIVES ECONOMIQUES DES ETATS DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE EN 2010 VULNERABILITE DES COMPTES COURANTS DANS LE CONTEXTE DE LA CRISE FINANCIERE INTERNATIONALE TABLE DES MATIERES

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

rapport CCE 2015-1250

rapport CCE 2015-1250 rapport CCE 2015-1250 La conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 CCE 2015-1250 Rapport sur la conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 Personnes de contact Gautier Gérome

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

RESUME SYNTHETIQUE DE L IMPACT DES DELESTAGES SUR L ACTIVITE ECONOMIQUE ET LE BIEN ETRE DES POPULATIONS

RESUME SYNTHETIQUE DE L IMPACT DES DELESTAGES SUR L ACTIVITE ECONOMIQUE ET LE BIEN ETRE DES POPULATIONS RESUME SYNTHETIQUE DE L IMPACT DES DELESTAGES SUR L ACTIVITE ECONOMIQUE ET LE BIEN ETRE DES POPULATIONS La période récente a été marquée au Sénégal par des perturbations importantes dans la distribution

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Wali. Directeur général. commissaire Du gouvernement. conseil. M. Abdellatif JOUAHRI. M. Abdellatif FAOUZI. M. Le Wali. M. Le Directeur Général

Wali. Directeur général. commissaire Du gouvernement. conseil. M. Abdellatif JOUAHRI. M. Abdellatif FAOUZI. M. Le Wali. M. Le Directeur Général EXERCICE 2014 Wali M. Abdellatif JOUAHRI Directeur général M. Abdellatif FAOUZI commissaire Du gouvernement conseil M. Le Wali M. Le Directeur Général M. Abdellatif BELMADANI M. Mohammed BENAMOUR Mme

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : afny@missioneco.org 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2013 Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2013 Executive summary 3 1 Evolution économique globale 1.1 Economie internationale 1.2 Suisse

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009?

Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009? Note expresse N 61 juin 2009 Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009? Moteur essentiel du dynamisme économique réunionnais, la commande publique a contribué

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des

L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des sous-directions Diagnostic et prévisions, Financement international

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 Introduction L économie canadienne est tributaire des exportations, en particulier dans les secteurs agricoles et

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

GHANA. Les relations commerciales de la Belgique avec le

GHANA. Les relations commerciales de la Belgique avec le Les relations commerciales de la Belgique avec le GHANA Cette note est également disponible sur le site internet de l Agence pour le Commerce extérieur : www.abh-ace.be P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES 1 La

Plus en détail