Encourager la création des trois premiers emplois. Constats et concrétisation de l Accord de Gouvernement Di Rupo 1 er.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Encourager la création des trois premiers emplois. Constats et concrétisation de l Accord de Gouvernement Di Rupo 1 er."

Transcription

1 1 Encourager la création des trois premiers emplois. Constats et concrétisation de l Accord de Gouvernement Di Rupo 1 er. Résumé : Jean-François KRENC Expert au Cabinet de la Ministre des Indépendants, des PME Conseiller à l Union des Classes moyennes Chaussée de Marche, WIERDE L Accord de Gouvernement Di Rupo 1 Er prévoit «qu au-delà des réductions de cotisations sociales actuellement octroyées aux employeurs qui engagent leurs 3 premiers travailleurs, en augmentant l importance de la réduction de cotisation sociale et pour une période plus longue. Ces employeurs ne payeront presque plus de charge sociale pendant les 2 premières années pour les travailleurs avec des salaires faibles ou moyens, et des charges réduites pendant la 3ème année». La mesure est susceptible de créer emplois et générer un effet retour positif de 642,198 millions d euros. La présente étude dresse certains constats quant au déficit d esprit d entreprendre en Belgique et nos carences en termes de compétitivité salariale, et envisage, dans un second temps, les modalités de concrétisation de la mesure. Mots clefs : Plan+1, esprit d entreprise, coin salarial, handicap salarial, compétitivité, taux d emploi, PME, TPE, micro-entité, employeurs.

2 2 Plan Introduction Chapitre 1.- Constats Section 1.- Un déficit d esprit d entreprendre 1.- Les entreprises : le moteur de l économie 2.- 2,73% de la population active 3.- Un esprit d entreprendre des plus faibles d Europe 4.- Charges sociales et pression fiscale : 47% des freins à l entrepreneuriat Section 2.- Un coût du travail trop élevé 1.- La problématique du coin salarial 2.- Un handicap salarial de 15% Section 3.- De l absolue nécessité de créer de l emploi Section 4.- Les PME freinées dans la création d emploi Chapitre 2.- Modalités de concrétisation du Plan +1 Section 1.- Description du mécanisme existant 1.- Dispositions légales 2.- Principes 3.- Préalable 4.- Employeurs visés 5.- Travailleurs visés 6.- Travailleurs non visés 7.- Conditions Al.1.- Réduction groupe-cible «premier travailleur» Al. 2.- Réduction groupe-cible «deuxième travailleur» Al. 3.- Réduction groupe-cible «troisième travailleur» 8.- Principe de la non-personnalisation de l avantage 9.- Montant de l avantage 10.- Formalités 11.- Transformation de la structure juridique de l employeur Section 2.- Concrétisation de l Accord gouvernemental 1.- Définition des salaires faibles et moyens Al. 1.- Salaire bas, médian, moyen et haut Al. 2.- Courbe des salaires des salariés du secteur privé en Belgique 2.- Simulation des coûts Al. 1.- Rappels Al. 2.- Méthode

3 3 Al. 3.- Simulations Simulations pour le RMMG (Revenu Minimum Moyen Garanti) Simulation pour le bas salaire Simulation pour le salaire médian Simulation pour le salaire moyen 3.- Transposition de l Accord de gouvernement 4.-Trois modifications Al. 1.- Création de deux montants supplémentaires Al. 2.- Modification de la temporalité des deux montants Al. 3.- Augmentation des montants Al. 4.- Quid de l allongement des droits aux réductions? Al. 5.- Intervention dans les débours de l employeur auprès d un secrétariat social agréé en cas de première embauche Al. 6.- Visibilité des réductions 5.- Deux scénarii Al. 1.- Scénario n 1 : porter le montant «G8» de 1000 à 2100 par trimestre et porter le montant «G9» de 400 à 700 par trimestre. Al. 2.- Scénario 2 : porter le montant «G8» de 1000 à 2400 par trimestre et porter le montant «G9» de 400 à 800 par trimestre 6.- Estimation budgétaire Al. 1.- Coût de la mesure actuelle Al. 2.- Coût de la mesure projetée pour le scénario 1: 214,5 millions d euros/an Al. 3.- Coût de la mesure projetée pour le scénario 2 : 321,86 millions d euros/an 7.- Effets retours Al. 1.- Hypothèse basse (création de 7080 emplois) : 221,3 millions d euros/an Al. 2.- Hypothèse moyenne (création de emplois) : 321,35 millions d euros/an Al. 3.- Hypothèse haute (création de emplois) : 964,058 millions d euros/an 8.- Leviers législatifs Al. 1.- L article 336 de la loi-programme du 24 décembre 2002 Al. 2.- L article 338 de la loi-programme du 24 décembre 2002 Al. 3.- L article 2, alinéa 1, 4 de l arrêté royal du 16 mai 2003 pris en exécution du Chapitre 7 du Titre IV de la loi-

4 4 programme du 24 décembre 2002, visant à harmoniser et à simplifier les régimes de réductions de cotisations de sécurité sociale Al. 4.- L article 2, alinéa 1, 4 de l arrêté royal du 16 mai 2003 pris en exécution du Chapitre 7 du Titre IV de la loiprogramme du 24 décembre 2002, visant à harmoniser et à simplifier les régimes de réductions de cotisations de sécurité sociale Al. 5.- Le Chapitre IV de l arrêté royal du 16 mai 2003 pris en exécution du Chapitre 7 du Titre IV de la loiprogramme du 24 décembre 2002, visant à harmoniser et à simplifier les régimes de réductions de cotisations de sécurité sociale Conclusion

5 5 Introduction 1.- Les PME constituent la maille fine de notre économie. Selon les chiffres publiés par la Commission européenne, les PME - selon la définition européenne - représentent en Belgique 99,8% des entreprises, 66,9% des emplois occupés et 57,7% de la valeur ajoutée par les entreprises (soit 96 milliards ). Il est donc primordial de les accompagner et de prendre des mesures en faveur de l entreprenariat. 2.- La Déclaration de politique générale du Gouvernement Di Rupo 1 er prévoit que «le Gouvernement dégagera des marges en 2013 pour des initiatives nouvelles en dépenses, comme ( ) des réductions additionnelles de cotisations sociales pour les 3 premiers engagements dans les PME. Au-delà des réductions de cotisations sociales actuellement octroyées aux employeurs qui engagent leurs 3 premiers travailleurs, en augmentant l importance de la réduction de cotisation sociale et pour une période plus longue. Ces employeurs ne payeront presque plus de charge sociale pendant les 2 premières années pour les travailleurs avec des salaires faibles ou moyens, et des charges réduites pendant la 3ème année». La présente étude vise à poser certains constats visant à démontrer la pertinence de la mesure et, d autre part, à proposer les modalités de sa concrétisation.

6 6 Chapitre 1.- Constats Section 1.- Un déficit d esprit d entreprendre 1.- Les entreprises : le moteur de l économie 3.- Selon une étude de Delta Lloyd, 70% des Belges estiment que les entrepreneurs constituent le moteur de notre économie, mais seuls 2% envisagent de devenir entrepreneurs dans les 2 ans à venir. En outre, seuls 11% des personnes interrogées estiment que le climat économique actuel incite à entreprendre ,73% de la population active 4.- L'esprit d'entreprise en Belgique est le plus faible parmi 40 pays participant à la huitième édition de l'étude mondiale "GlobalEntrepreneurship Monitor" 2. Selon cette étude, moins de 2,73 % de la population belge âgée de 18 à 64 ans gérait l'an dernier une affaire naissante ou était propriétaire d'une entreprise opérationnelle depuis moins de 42 mois. A l'échelle mondiale, le taux d'activité entrepreneuriale (TEA) est de 9,29 pc (+0,99 %) tandis qu'il atteint 5,01 pc dans l'ue (-0,19 %). 3.- Un esprit d entreprendre des plus faibles d Europe 5.- Par ailleurs, selon une récente étude de la Commission européenne 3, seuls 30% des Belges souhaitent devenir leur propre patron, un pourcentage qui est le plus faible d Europe, à l exception de la Slovaquie. La moyenne européenne est de 45% de candidats entrepreneurs, comparée aux 55% aux Etats-Unis. Un sondage Eurobaromètre confirme ce constat. Ainsi, seuls 18% des Belges souhaitent devenir indépendants l'un des chiffres les plus bas d'europe, seule l'autriche faisant moins bien que nous avec un taux de 16% - la 1 Etude Delta Lloyd Live 2008 sur l esprit d entreprise en Belgique. 2 Etude GEM, 10 janvier Etude de la Commission européenne du 4 juin 2010, «L esprit d entreprise belge à la traîne», 4 juin 2010.

7 7 moyenne européenne, quant à elle, est de 28%, contre 42% aux États- Unis Charges sociales et pression fiscale : 47% des freins à l entrepreneuriat 6.- Dans le cadre d une étude similaire à questionnaire «fermé», 31% des répondants pointent du doigt la difficulté de trouver des sources de financement et l'accès difficile au secteur bancaire, devant l'importance des charges sociales (29%), la pression fiscale (18%) et les lourdeurs administratives (16%). Seulement 6% des sondés invoquent la difficulté de trouver du personnel compétent 5. Selon l étude Delta Lloyd, les leviers qui contribuent effectivement à un meilleur climat d'entreprise sont l'enseignement et l'éducation, un abaissement du coût du travail, un changement des mentalités et une simplification des formalités administratives. Section 2.- Un coût du travail trop élevé 1.- La problématique du coin salarial 7.- La Belgique reste l un des pays les moins séduisants au plan du salaire, et ce, malgré la hausse de la fiscalité dans plusieurs pays européens. Une récente étude de Deloitte compare les charges sociales belges avec celles de dix autres pays européens. En Belgique, le salaire net moyen est assez bas par rapport à ceux en vigueur en Europe. Ainsi, un employé isolé a le salaire net le plus faible parmi les pays étudiés. Dans le cas d'un employé isolé, par exemple, le salaire net apparaît presque toujours comme le plus faible. Un employé touchant euros bruts par an aura, en net, euros de moins que son homologue français s'il est marié, et euros de moins s'il est isolé. Seuls les ouvriers s'en tirent comparativement mieux 6. 4 Etude relayée par La Libre Belgique «Pas très entreprenants, les belges», 10 octobre Etude «Quel esprit d entreprise en Belgique», 21 mars Ceci dit, comparé aux autres pays européens, le Belge qui vit de ses revenus passifs (intérêts et dividendes) est moyennement imposé, précise le quotidien économique : un rentier paie en Belgique environ 25 % d'impôts sur ses revenus mobiliers, soit grosso modo la moyenne européenne.

8 8 Par ailleurs, le coût salarial pour un employeur est parmi les plus élevés d'europe. Pour un ouvrier faiblement rémunéré (11 euros de l'heure), l'employeur belge devra payer près de euros de plus par an que son homologue allemand. Pour un employé moyen, la différence grimpe à quelque euros. Plus le salaire brut est élevé, plus le fossé entre la Belgique et le reste de l'europe se creuse. Une des explications tient au caractère illimité des contributions de sécurité sociale chez nous, alors que six des dix autres pays étudiés les plafonnent. Le taux belge est également très élevé (environ 35 %). 8.- En 2012, sur base du salaire mensuel brut moyen (3027 euros), le travailleur belge coûte annuellement euros de plus qu un salarié voisin, rémunérations mensuelles, treizième mois et double pécule compris. 2.- Un handicap salarial de 15% 9.- Selon la FEB, entre 1988 et 1994, les coûts salariaux belges ont crû 10% plus rapidement que dans les trois pays voisins. La loi de 1996 relative à la promotion de l'emploi et à la sauvegarde préventive de la compétitivité est entrée en vigueur en réponse à ce constat. L'objectif de cette loi était de ne pas autoriser une évolution de nos coûts salariaux plus rapide que dans les pays limitrophes. La loi a plus ou moins atteint son but jusqu'en Depuis, notre handicap en termes de coûts salariaux a recommencé à augmenter. Selon le Conseil central de l'économie, le handicap salarial supplémentaire accumulé depuis 1996 s'élèvera à 4,6% fin Livret Statistique de la FEB 2011.

9 Le Conseil central de l économie mesure l'évolution, depuis 1996, des coûts salariaux belges par rapport aux trois pays voisins. Il s'agit ici, en d'autres termes, d'une mesure relative, qui ne renseigne pas sur le coût d'une heure de travail (exprimée en EUR par heure) en Belgique, comparée à ses principaux partenaires commerciaux L institut de recherche allemand IDW Köln révèle, dans son étude annuelle, que le coût salarial d'un travailleur dans l'industrie en Belgique s'élevait, en 2010, à 39,3 EUR/heure. Il s'agit là du niveau le plus élevé de la zone euro, supérieur de 13,6% à celui de la France (34,6 EUR/heure), de 13,9% à celui de l'allemagne (34,5 EUR/heure) et de 22,8% à celui des Pays-Bas (32 EUR/heure). Notre handicap absolu en termes de coûts salariaux par rapport à la moyenne pondérée des trois pays voisins s élève à 15% 8. 8 Livret statistique de la FEB 2011.

10 Selon une étude de l Union européenne 9, la différence entre ce que l employeur paie et ce que le travailleur touche après les charges sociales et l imposition s élève en Belgique à 49,2% des coûts salariaux. C est le pourcentage le plus élevé relevé par la Commission européenne. Au Pays-Bas, ce taux est de 40,6% (-8,6%), 30,6% au Grand-Duché de Luxembourg (-19%), 44,5 pc en France (-4,7%) et 47,4 pc en Allemagne (-1,8%). Des études démontrent efficacité des mesures de ciblage des subsides salariaux sur les bas et moyens salaires en termes de création d emploi 10. Section 3.- De l absolue nécessité de créer de l emploi 13.- En 2000, 65,8% des personnes de 20 à 64 ans en Belgique travaillaient. Dix ans plus tard, ce chiffre a augmenté de 1,8 point de pour cent, pour passer à 67,6%. Selon le Bureau fédéral du plan, à politique inchangée, il ne dépassera pas 69,8% en 2020, ce qui est largement en dessous de l'objectif de 73,2% en faveur duquel nous nous sommes engagés vis-à-vis de l'europe. Pour atteindre un tel taux d emploi, il faudra créer plus d'un demi-million d'emplois supplémentaires par rapport à la situation actuelle Etude de la Commission européenne. Lire «Les bas salaires belges sont les plus taxés», in La Libre Belgique, 20 août Lire à ce sujet l avis n du Conseil National du Travail du 31 janvier Livret statistique FEB 2011.

11 11 Section 4.- Les PME freinées dans la création d emploi 14.- Selon une récente étude de la Commission européenne 12, ce sont les PME - et particulièrement les TPE - qui créent massivement l emploi : en Europe, lorsque une grande entreprise crée un poste, 4 TPE créent un emploi. Les PME et TPE doivent être encore davantage soutenues : la Belgique s est engagée à atteindre un taux d emploi de 73,2% en 2020, soit une augmentation de 5% du taux d emploi de 2011 (67,8%) : l étude prouve que les PME sont le meilleur levier. Entreprise Salariés Croissance Croissance occupés annuelle de annuelle de l emploi en l emploi en UE BE Grande 250 et plus 0,4% 1% Petites et 1 à 249 1% 0,9% moyennes Microentreprise 1 à 9 1,7%? La Belgique est dans la moyenne de croissance du taux d emploi européen (0,9%). Alors qu en Europe, les PME (occupant 1 à 249 salariés) sont à l origine de 85% des emplois créés alors qu elles représentent 67% de l emploi total, en Belgique, les PME constituent 12 Lire : «Emploi : les PME belges moins efficaces», Le Soir, 16 janvier 2012.

12 12 moins le moteur de la croissance de l emploi, comparativement à la moyenne européenne.

13 13 Chapitre 2.- Modalités de concrétisation du Plan La Déclaration de politique générale prévoit que «le Gouvernement dégagera des marges en 2013 pour des initiatives nouvelles en dépenses, comme ( ) des réductions additionnelles de cotisations sociales pour les 3 premiers engagements dans les PME. Audelà des réductions de cotisations sociales actuellement octroyées aux employeurs qui engagent leurs 3 premiers travailleurs, en augmentant l importance de la réduction de cotisation sociale et pour une période plus longue. Ces employeurs ne payeront presque plus de charge sociale pendant les 2 premières années pour les travailleurs avec des salaires faibles ou moyens, et des charges réduites pendant la 3ème année». Section 1.- Description du mécanisme existant 1.- Dispositions légales 16.- Deux dispositions légales régissent la matière. D une part, la loiprogramme du 24 décembre 2002 (MB 31 décembre 2002), modifiée par la loi-programme du 22 décembre 2003 et, d autre part, l arrêté royal du 16 mai 2003 pris en exécution du Chapitre 7 du Titre IV de la loiprogramme du 24 décembre 2002 (I), visant à harmoniser et à simplifier les régimes de réductions de cotisations de sécurité sociale (MB 6 juin 2003), modifié par l arrêté royal du 21 janvier Principes 17.- Selon les cas, l'employeur pourra engager un premier, un deuxième ou un troisième travailleur et ouvrir une période de 20 trimestres au cours desquels il pourra choisir un certain nombre de trimestres de réduction. La période de 20 trimestres au regard de 13 trimestres potentiels de réductions est justifiée par la circonstance qu un travailleur peut opter pour un congé parental, un crédit-temps, un congé de maternité pendant lequel l employeur verse moins de charges patronales. Pour éviter que l employeur bénéficie de réductions durant des périodes pendant lesquelles ses charges sont allégées, il peut choisir,

14 14 dans les 20 trimestres, les trimestres durant lesquels il désire que la réduction soit effective afin de maximaliser ses gains. 3.- Préalable 18.- Cette mesure s applique en complément à la réduction structurelle et au Maribel social. Toutefois, ces réductions ne peuvent dépasser le montant des principales cotisations patronales de sécurité sociale (32,25%). Pour les ETA (entreprises de travail adapté), le montant du Maribel social n est pas imputé sur ce plafond. L idée est donc que l employeur peut, le cas échéant, par le jeu des réductions structurelles, le Maribel social et le Plan+1 voir ses charges patronales réduites à néant. Il ne peut cependant pas avoir un solde positif après l application des réductions. 4.- Employeurs visés 19.- Les employeurs du secteur privé qui occupent des travailleurs soumis à la loi du 27/06/1969 concernant la sécurité sociale des travailleurs (= travailleurs assujettis à l ONSS). Ne sont notamment pas concernés par la réduction : les employeurs du secteur public, les fabriques d église, 5.- Travailleurs visés 20.- Les travailleurs assujettis à la loi du 27/06/1969 concernant la sécurité sociale des travailleurs (= travailleurs soumis à l ONSS). Le travailleur ne doit pas répondre à une quelconque condition particulière lors de son engagement (par ex. ne doit pas être obligatoirement chômeur complet indemnisé la veille de son engagement. 6.- Travailleurs non visés 21.- Certaines catégories de travailleurs ne sont toutefois jamais prises en compte ni pour la détermination de la qualité de nouvel employeur, ni pour l'octroi de la réduction. Il s'agit :

15 15 des travailleurs jusqu'au 31 décembre de l'année au cours de laquelle ils atteignent l'âge de 18 ans; des travailleurs sous contrat apprenti classes moyennes, stagiaire en formation de chef d'entreprise, apprenti industriel, apprenti sous convention d'insertion socio-professionnelle (Céfa); des travailleurs domestiques; des travailleurs occasionnels dans les secteurs de l'agriculture et de l'horticulture; des gardien(nes) d'enfants; de tous les travailleurs qui ne sont pas dans le champ d'application de la loi du 27/06/1969 (étudiants jobistes soumis à la cotisation de solidarité, P.F.I., ). Ces travailleurs sont exclus car ils répondent à des statuts spécifiques, souvent accompagnés de fortes réductions de cotisations (tels les étudiants). 7.- Conditions 22.- Puisque ce type de réduction concerne l engagement des 3 premiers travailleurs, l employeur doit répondre à certaines conditions : Al.1.- Réduction groupe-cible «premier travailleur» 23.- Au moment de l'engagement, l'employeur n a jamais été soumis à la loi du 27 juin 1969 concernant la sécurité sociale des travailleurs ou doit avoir cessé, au minimum pendant 4 trimestres consécutifs, d'être soumis à cette loi en raison de l'occupation de travailleurs. Si cette seconde condition est rencontrée, il faut vérifier si plusieurs employeurs ne constituent pas une même unité technique d'exploitation (UTE). En effet, le premier travailleur ne peut pas remplacer un travailleur qui a été occupé dans la même unité technique d'exploitation au cours des quatre trimestres qui précèdent le trimestre d'engagement.

16 16 Al. 2.- Réduction groupe-cible «deuxième travailleur» 24.- Au moment de l'engagement, l'employeur ne peut pas avoir occupé plus d'un travailleur simultanément au cours des 4 trimestres qui précèdent le trimestre de l'engagement et le deuxième travailleur ne peut en outre pas remplacer un travailleur qui a été occupé dans la même unité technique d'exploitation au cours des quatre trimestres qui précèdent le trimestre d'engagement. Pour déterminer s'il y a remplacement dans la même unité technique d'exploitation, il y a lieu de procéder d'une manière similaire à celle exposée pour l'engagement du premier travailleur. Lorsque les conditions qui précèdent sont réunies, l'employeur peut bénéficier de la réduction liée à l'engagement d'un deuxième travailleur si deux travailleurs au moins sont occupés au cours du trimestre (de manière simultanée ou non). Lorsque deux travailleurs sont occupés de manière simultanée au cours du trimestre, l'engagement du deuxième travailleur fixe une période de 20 trimestres au cours de laquelle la réduction pourra être demandée. Al. 3.- Réduction groupe-cible «troisième travailleur» 25.- Au moment de l'engagement, l'employeur ne peut pas avoir occupé plus de deux travailleurs simultanément au cours des 4 trimestres qui précèdent le trimestre de l'engagement; et le troisième travailleur ne peut en outre pas remplacer un travailleur qui a été occupé dans la même unité technique d'exploitation au cours des quatre trimestres qui précèdent le trimestre d'engagement. Pour déterminer s'il y a remplacement dans la même unité technique d'exploitation, il y a lieu de procéder d'une manière similaire à celle exposée pour l'engagement du premier travailleur.

17 17 Lorsque les conditions qui précèdent sont réunies, l'employeur peut bénéficier de la réduction liée à l'engagement d'un troisième travailleur si trois travailleurs au moins sont occupés au cours du trimestre (de manière simultanée ou non). Lorsque trois travailleurs sont occupés de manière simultanée au cours du trimestre, l'engagement du troisième travailleur fixe une période de vingt trimestres au cours de laquelle la réduction pourra être demandée. 8.- Principe de la non-personnalisation de l avantage 26.- La réduction n'est pas liée à un travailleur particulier. L'employeur peut, chaque trimestre, désigner le travailleur auquel elle s'applique. Il n'est pas nécessaire que le travailleur qui a ouvert le droit soit encore occupé. 9.- Montant de l avantage Type Montant Durée RGC travailleur» «premier EUR / trim. Pendant 5 trimestres 400 EUR/ trim. Pendant les 8 trimestres suivants RGC «deuxième travailleur» RGC «troisième travailleur» 400 EUR / trim. Pendant 13 trimestres 400 EUR / trim. Pendant 9 trimestres Le droit aux réductions débutent respectivement le trimestre d engagement des 1 er, 2 e ou 3 e travailleurs et peuvent être octroyées sur une période de 20 trimestres débutant le trimestre d engagement.

18 Formalités 27.- Aucune formalité particulière n est prévue légalement. Généralement, les secrétariats sociaux calculent d office ces réductions en fonction de l occupation d un premier, deuxième ou troisième travailleur Transformation de la structure juridique de l employeur 28.- En cas de modification de la structure juridique de l employeur (passage en société, fusion, scission, reprise de l activité, ), les réductions groupes-cibles ne sont pas transférées, sauf cas explicitement prévus par la loi. Section 2.- Concrétisation de l Accord gouvernemental 29.- La Déclaration de politique générale prévoit que «le Gouvernement dégagera des marges en 2013 pour des initiatives nouvelles en dépenses, comme ( ) des réductions additionnelles de cotisations sociales pour les 3 premiers engagements dans les PME. Audelà des réductions de cotisations sociales actuellement octroyées aux employeurs qui engagent leurs 3 premiers travailleurs, en augmentant l importance de la réduction de cotisation sociale et pour une période plus longue. Ces employeurs ne payeront presque plus de charge sociale pendant les 2 premières années pour les travailleurs avec des salaires faibles ou moyens, et des charges réduites pendant la 3ème année». 1.- Définition des salaires faibles et moyens Al. 1.- Salaire bas, médian, moyen et haut 30.- La norme «bas salaire» telle qu actuellement fixée dans le cadre des réductions structurelles de cotisations sociales est fixée, s élève, depuis le 1 er janvier 2012, à 5870,71 euros bruts trimestriels, soit 1956,90 euros mensuels bruts. Elle avait été fixée pour une durée déterminée (31 décembre 2011) à 6030 euros trimestriels bruts, soit 2010 euros mensuels bruts. Il est à noter que les partenaires sociaux considéraient, lors de la négociation de la simplification des plans d embauche, en 2009, qu un bas salaire s élevait à 2200 euros mensuels bruts. Par ailleurs, des

19 19 instructions ONSS en date de janvier 2012 font état d une indexation de cette norme. Il semble toutefois que les partenaires sociaux se sont accordés récemment uniquement sur une indexation de la norme haut salaire, actuellement euros mensuels bruts Le salaire «médian» s élève actuellement, selon les chiffres du SPF Economie, à 2640 euros mensuels bruts. 50% des salariés du secteur privé proméritent un salaire inférieur à ce montant Le salaire «moyen» s élève actuellement, selon les chiffres du SPF Economie, à 3027 euros mensuels bruts. Il résulte de la somme totale des rémunérations des salariés du secteur privé divisé par le nombre de travailleurs de ce secteur La norme «haut salaire», tel qu actuellement fixé dans le cadre des réductions structurelles de cotisations sociales s élève à euros bruts trimestriels, soit euros mensuels bruts. Cette norme est indexée annuellement, de sorte que le montant suit l indexation automatique des salaires des salariés du secteur privé L Accord gouvernemental ne vise que les salaires bas (a fortiori le RMMG) et les salaires moyens. Al. 2.- Courbe des salaires des salariés du secteur privé en Belgique

20 Le graphique ci-dessus ne tient pas compte des TPE occupant moins de 10 travailleurs. Or, ces TPE rémunèrent 10 à 15% en deçà de la moyenne des entreprises. Par ailleurs, les entreprises ayant leur siège en Région de Bruxelles-Capitale rémunèrent 15% au-dessus de ces moyennes. Enfin, les entreprises ayant leur siège en Région wallonne rémunèrent 8% en-deçà des entreprises ayant leur siège en Région flamande. 2.- Simulation des coûts Al. 1.- Rappels 36.- En plus du salaire brut, l'employeur paie aussi des cotisations sociales patronales pour la sécurité sociale. Le salaire brut est le salaire avant déduction du précompte professionnel et des cotisations sociales personnelles. Après la déduction du précompte professionnel et des cotisations sociales, on obtient le salaire net, c est-à-dire le salaire qui est versé sur le compte du travailleur Les cotisations patronales de base varient selon que le travailleur soit sous le statut ouvrier ou employé. S agissant des ouvriers, les cotisations patronales de base s élèvent à 38,44% du salaire brut. A ces 38,44% s ajoute, le cas échéant, toute une série de cotisations supplémentaires : Fonds de Fermeture d Entreprise (FFE) : pour les entreprises avec finalité lucrative ; Fonds de Fermeture d Entreprise Spécial : pour toutes les entreprises, sauf s il s agit de l engagement d apprentis sous contrat, de médecins stagiaires, de stagiaires FCE ou de sportifs rémunérés ; Plan d accompagnement des chômeurs (PAC) pour toutes les entreprises, sauf les comités scolaires et les ateliers protégés ; Fonds pour l emploi et la formation ; Fonds de sécurité d existence selon le secteur auquel appartient l employeur ; Cotisation chômage si l entreprise compte plus de 10 travailleurs.

21 21 A ces charges, s ajoute, une fois par an, l allocation vacances correspondant à 10,27 % de la rémunération brute annuelle de l année antérieure majorée à 108 %. S agissant des employés, le montant de base des cotisations patronales est de 32,44 % du salaire brut. Des cotisations complémentaires sont également ajoutées selon les cas : Fonds de Fermeture d Entreprise (FFE) : pour les entreprises avec finalité lucrative ; Fonds de Fermeture d Entreprise Spécial : pour toutes les entreprises, sauf s il s agit de l engagement d apprentis sous contrat, de médecins stagiaires, de stagiaires FCE ou de sportifs rémunérés ; Plan d accompagnement des chômeurs (PAC) pour toutes les entreprises, sauf les comités scolaires et les ateliers protégés ; Fonds pour l emploi et la formation ; Fonds de sécurité d existence selon le secteur auquel appartient l employeur ; Cotisation chômage si l entreprise compte plus de 10 travailleurs ; Fonds social employé En conclusion, le coût patronal, estimé à 35% ne représente pas, de loin, la totalité des coûts supportés par l employeur. Il faut y ajouter l ensemble des cotisations qui peuvent être décidées par les commissions paritaires dont il relève, les divers Fonds sectoriels et intersectoriels. Al. 2.- Méthode 39.- Pour estimer les charges patronales trimestrielles versées par l employeur, il convient d adopter la méthode suivante. Il convient de retenir 35% du salaire mensuel brut examiné afin de déterminer le coût patronal. Ce montant est ensuite pondéré de 13/12 (8%) afin de tenir compte, outre des 12 mensualités de rémunération, du 13 ème mois versé à l employeur. Ce montant est ensuite multiplié par trois pour connaître les charges patronales trimestrielles supportées par l employeur. Lorsque le salaire étudié est inférieur à 1956,67 euros mensuels bruts, il convient d imputer la réduction structurelle bas salaire.

22 22 La réduction structurelle bas salaire se calcule comme suit : [(5870,71 le salaire mensuel brut examiné x 3) x 0,1620]. La réduction est, en outre, le cas échéant, pondérée suivant l occupation à temps partiel du travailleur visé. Les hypothèses de calcul tiennent compte d équivalents temps plein. Elles tiennent également compte des travailleurs relevant, dans le cadre de ces réductions structurelles, de la catégorie 1, représentative de la grande majorité des travailleurs du secteur privé. Deux autres catégories existent : une catégorie 2 pour les travailleurs étant dans le champ d application du Maribel social (CP 319, 229, 330, 331, 332) et une catégorie 3 qui intègre en son sein les travailleurs occupés dans une entreprise de travail adapté (CP 327) et les ateliers sociaux. Ces deux catégories résiduelles ouvrent le droit à des réductions spécifiques mais d une ampleur relativement similaire. Al. 3.- Simulations Simulations pour le RMMG (Revenu Minimum Moyen Garanti) 40.- Le RMMG s élève, au 1 er février 2012, pour un salarié âgé de plus de 21 ans, à 1472,40 euros mensuels bruts. Il concerne 2% des salariés du secteur privé. Frappé de 35% (cotisations patronales), on obtient 1987,74 euros. Le différentiel est donc de 515,34 euros. Afin de tenir compte du 13 ème mois, on frappe ce montant de 13/2 (8%) : 556,56, soit des charges patronales trimestrielles de 1669,70 euros. Ce salaire ouvrant le droit à la réduction structurelle bas salaire, il convient de déduire de ce montant 635,46 euros par trimestre : 400 euros + [(5870, ,2) x 0,1620] = 635,46 Afin de supprimer totalement les charges patronales sur cet emploi, il convient d octroyer une réduction complémentaire de 1034,24 euros par trimestre à l employeur.

11.11. Les jeux de lois des aides à l emploi

11.11. Les jeux de lois des aides à l emploi 11.11. Les jeux de lois des aides à l emploi Besoin d'un petit coup de pouce financier pour l'embauche? Bonne nouvelle, cela existe! Les réductions de cotisations sociales (les aides à l'emploi), primes

Plus en détail

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais Commission Paritaire pour les employés du commerce international, du transport et de la logistique Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013 traduction du texte original rédigé et signé

Plus en détail

Office. des régimes particuliers. de sécurité sociale

Office. des régimes particuliers. de sécurité sociale Office des régimes particuliers de sécurité sociale (ORPSS) + Statut social des accueillant(e)s d enfants Dernière mise à jour : 22/04/2015 (version 2015.2) GÉNÉRALITÉS... 3 CHAMP D APPLICATION... 3 LE

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/07/167 DÉLIBÉRATION N 07/063 DU 6 NOVEMBRE 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL)

Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL) Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL) Statut social des gardien(ne)s d enfants 01 01 2009 Contenu A. Généralités... 1 B. Champs d application... 1 C.

Plus en détail

Note informative sur les vacances supplémentaires, les vacances jeunes et les vacances seniors

Note informative sur les vacances supplémentaires, les vacances jeunes et les vacances seniors Département des Ressources humaines Avenue FD Roosevelt 50 ~ CP 115 ~ 1050 BRUXELLES E-mail drh@ulb.ac.be Note informative sur les vacances supplémentaires, les vacances jeunes et les vacances seniors

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier Les petits déjeuners de l ADP 19 juin 2015 Florence DELOGNE Directrice adjointe du Ministre des Pensions 1 L accord de gouvernement prévoit

Plus en détail

Réduction individuelle et temporaire des prestations

Réduction individuelle et temporaire des prestations L adaptation temporaire du temps de travail de crise Mesure : Il s agit d une réduction collective du temps de travail s appliquant à l ensemble des travailleurs de l entreprise ou à une catégorie spécifique

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

9.4. Le nouveau plan d embauche pour les jeunes et les demandeurs d emploi âgés. Dossier de presse. Le nouveau plan d embauche en détails

9.4. Le nouveau plan d embauche pour les jeunes et les demandeurs d emploi âgés. Dossier de presse. Le nouveau plan d embauche en détails 9.4. Le nouveau plan d embauche pour les jeunes et les demandeurs d emploi âgés Bruxelles, le 18 janvier 2010 Dossier de presse Le nouveau plan d embauche en détails Sur proposition de la Vice-Première

Plus en détail

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013.

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. PROPOSITION DE LOI visant à réintroduire la défiscalisation

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2013 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2013 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2013 Rejeté PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 - (N 1395) AMENDEMENT N o I-CF52 présenté par M. Mariton, M. Carrez, M. Baroin, M. Bertrand, M. Blanc, M. Carré, M. Censi,

Plus en détail

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264 Indexation Indexation des plafonds en matière d impôts sur les revenus pour l exercice d imposition 2015 On trouvera ci-dessous les plafonds indexés applicables aux impôts sur les revenus pour l exercice

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

L'employeur peut cependant décider de prendre en charge ces frais de déplacement.

L'employeur peut cependant décider de prendre en charge ces frais de déplacement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les frais de déplacement entre le domicile et le lieu de travail

Plus en détail

COMMUNICATION 2015/03

COMMUNICATION 2015/03 COMMUNICATION 2015/03 Madame Monsieur le Gouverneur Bourgmestre Président de CPAS Président de l'intercommunale Président du Collège de police Président du Collège de la zone de secours direction Sécurité

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires 2008 Xavier Remongin/Min.agri.fr Soutien à l emploi et au pouvoir d achat Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires Depuis le 1er octobre 2007, les employeurs agricoles qui ont

Plus en détail

- Finalité : favoriser l insertion des jeunes sur le marché du travail.

- Finalité : favoriser l insertion des jeunes sur le marché du travail. La Convention Premier Emploi - Finalité : favoriser l insertion des jeunes sur le marché du travail. - Base légale : 24 DECEMBRE 1999 - Loi en vue de la promotion de l'emploi (plusieurs mises à jour Rosetta

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS

COMPTE EPARGNE-TEMPS COMPTE EPARGNE-TEMPS n 2010-531 du 20 mai 2010, qui a modifié le décret n 2004-878 du 26 août 2004 ; on pourra également se référer à la circulaire du 31 mai 2010 présentant la réforme Par rapport à l

Plus en détail

Les employeurs dont les salariés entrent dans le champ de l'assurance chômage. A NOTER :

Les employeurs dont les salariés entrent dans le champ de l'assurance chômage. A NOTER : Loi n 2003-47 du 17 janvier 2003 Décret 2003-487 du 11 juin 2003 Loi n 2004-1484 du 30 décembre 2004 Décret 2007-968 du 15 mai 2007 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 Loi n 2010-1594 du 20 décembre

Plus en détail

Plafond de la sécurité sociale pour 2015

Plafond de la sécurité sociale pour 2015 Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales Direction des Relations Sociales, des Règles RH et du Logement Social Règles RH Destinataires Diffusion narionale Tous services Contact Tél :

Plus en détail

LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR)

LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR) LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR) Les zones de revitalisation rurale Les entreprises implantées en zone de revitalisation rurale (ZRR), ainsi que les organismes d'intérêt général implantés en ZRR

Plus en détail

Le salaire et les indemnités des assistants maternels

Le salaire et les indemnités des assistants maternels Le salaire et les indemnités des assistants maternels Les assistants maternels sont des salariés à part entière, ils perçoivent donc un salaire mensuel et des indemnités dont les modalités de calcul sont

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE Pour mieux comprendre COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE LE GOUVERNEMENT S ENGAGE L agriculture est un secteur stratégique pour l économie française et dispose d atouts considérables. Avec ses 450 000

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LE COMPTE EPARGNE-TEMPS L E S S E N T I E L Cette fiche présente le dispositif du compte épargne-temps (CET) tel qu il a été réformé par le décret n 2010-531 du 20 mai

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES AUX EMPLOYEURS ONSS

INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES AUX EMPLOYEURS ONSS 1 of 12 INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES AUX EMPLOYEURS ONSS O N S S Trimestre :201501 2 of 12 3 of 12 Table des matières L'assujettissement limité Secteur privé Secteur public 4 of 12 5 of 12 Un certain nombre

Plus en détail

Nouvelle formule des allègements "Fillon" et réduction de cotisation d'allocations familiales en 2015 - Un impact atténué en TRM

Nouvelle formule des allègements Fillon et réduction de cotisation d'allocations familiales en 2015 - Un impact atténué en TRM OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM COUTS SALARIAUX DE PERSONNELS DE CONDUITE DU TRM MAI 2015 Nouvelle formule des allègements "Fillon" et réduction de cotisation d'allocations familiales en 2015 - Un impact

Plus en détail

La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement

La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement Les dispositions des mesures anti-crise sont valables jusqu au 31 décembre 2010. A. Les mesures

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières

Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières 1. Bases légales et réglementaires 2. Généralités 3. Détermination

Plus en détail

LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015)

LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015) LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015) 1. COMMENT UTILISER LE BARÈME FISCAL?... 4 2. RÉDUCTION POUR ENFANTS À CHARGE ET AUTRES CHARGES FAMILIALES... 5 2.1. Réduction pour

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/137 DÉLIBÉRATION N 09/075 DU 1 ER DÉCEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

effectif engagé dans les liens d un contrat de travail, exprimé en équivalent temps plein, au 30 juin de l année précédente, multiplié par 4.

effectif engagé dans les liens d un contrat de travail, exprimé en équivalent temps plein, au 30 juin de l année précédente, multiplié par 4. CCT MISE A JOUR 1 ER mars 2014 COMMISSION PARITAIRE DES ENTREPRISES D ASSURANCES (CP 306) CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL DU 13 FEVRIER 2014 RELATIVE A L ACCORD SECTORIEL 2013-2014 1 1. Champ d application

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

REGISTR.'ÉNRE6l5ïft. 0 8-11- 2007 NR

REGISTR.'ÉNRE6l5ïft. 0 8-11- 2007 NR 1 6-10- 2007 REGISTR.'ÉNRE6l5ïft. 0 8-11- 2007 NR Commission paritaire pour employés des carrières de porphyre du canton de Lessines, de Bierghes-lez- Hal et de Quenast Convention collective de travail

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

Inventaire des principales mesures d aide à l emploi 2015

Inventaire des principales mesures d aide à l emploi 2015 Inventaire des principales mesures d aide à l emploi 2015 Cet inventaire des principales mesures en faveur de l emploi est une photographie à un moment bien précis et est en perpétuel mouvement. Il est

Plus en détail

A V I S N 1.608 ----------------------- Séance du mardi 24 avril 2007 -----------------------------------------

A V I S N 1.608 ----------------------- Séance du mardi 24 avril 2007 ----------------------------------------- A V I S N 1.608 ----------------------- Séance du mardi 24 avril 2007 ----------------------------------------- Exécution de l'accord interprofessionnel pour la période 2007-2008 - Congé-éducation payé

Plus en détail

DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL. Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011

DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL. Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011 DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011 DUREE LEGALE DU TRAVAIL Depuis le 1 er janvier 2002, la durée légale du travail est de 35 heures par semaine dans toutes les entreprises.

Plus en détail

2g - L emploi d une tierce personne

2g - L emploi d une tierce personne 2g - L emploi d une tierce personne Si vous êtes en situation de handicap et souhaitez employer un salarié à votre domicile, vous devez, en tant que particulier-employeur, respecter certaines formalités.

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Service Règlementation Avis relatif à l'indexation automatique en matière d'impôts sur les revenus

Plus en détail

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION?

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION? boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT

Plus en détail

ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012

ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012 ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012 PRECISION SUR LE NOUVEAU REGIME SOCIAL DES HEURES SUPPLEMENTAIRES... 2 PRECISION SUR LE NOUVEAU REGIME DE FORFAIT SOCIAL... 5 LES HEURES SUPPLEMENTAIRES ET COMPLEMENTAIRES

Plus en détail

1) S inscrire comme demandeur d emploi

1) S inscrire comme demandeur d emploi 1) S inscrire comme demandeur d emploi Lorsque vous avez terminé vos études, vous devenez un demandeur d emploi. Si vous êtes domicilié en région bruxelloise, la première chose que vous devez effectuer

Plus en détail

NOTE D INFORMATION LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2006 (II)

NOTE D INFORMATION LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2006 (II) NOTE D INFORMATION CV/ NT Réf. : II-13-1 et II-13-3-3 1 er septembre 2006 05 63 60 16 50 L:/CIRCULAIRES/loi financ. Sécurité sociale 06 Indemnités journalières LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT

Plus en détail

FICHE n 4 Les éco-chèques

FICHE n 4 Les éco-chèques FICHE n 4 Les éco-chèques 1. Revendication Négocier la conversion des éco-chèques en salaire brut. 2. Législation a. En générale L accord interprofessionnel 2009-2010 instituait avec les éco-chèques un

Plus en détail

LA COORDINATION DECISIONS DE REFORMES PORTANT SUR LA FISCALITE ET LA PARAFISCALITE

LA COORDINATION DECISIONS DE REFORMES PORTANT SUR LA FISCALITE ET LA PARAFISCALITE REPUBLIQUE DU CONGO -------------------------- LA COORDINATION DECISIONS DE REFORMES PORTANT SUR LA FISCALITE ET LA PARAFISCALITE Mai 2013 Sommaire Sommaire...2 A - La situation Congo avant des les réformes

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/256 DÉLIBÉRATION N 13/123 DU 3 DÉCEMBRE 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L OFFICE

Plus en détail

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants 1 Introduction: l assurance maladie-invalidité L assurance maladie-invalidité (AMI) forme une des branches du système belge de la sécurité sociale;

Plus en détail

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 -

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 - L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES Travail des étudiants Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 - J ai travaillé

Plus en détail

Numéro 1. Initialement conçue comme mesure temporaire, la préretraite a été définitivement ancrée dans la législation du travail.

Numéro 1. Initialement conçue comme mesure temporaire, la préretraite a été définitivement ancrée dans la législation du travail. le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Aperçus Septembre 212 Numéro 1 Roland Moes LA PRÉRETRAITE 1 DISPOSITIONS LÉGALES Initialement conçue comme mesure

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 06.15 du 15/01/15 Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2015 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

1. PFI (plan formation insertion) ou FPI (formation professionnelle individuelle)

1. PFI (plan formation insertion) ou FPI (formation professionnelle individuelle) 1. PFI (plan formation insertion) ou FPI (formation professionnelle individuelle) Contexte de l application L objectif de la mesure est de permettre l insertion d un demandeur d emploi auprès d un employeur.

Plus en détail

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Le modèle de la formule de déclaration pour l exercice d imposition 2015

Plus en détail

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul Déjeuner-débat ELSA Florence Navarro 2 juillet 2014 Le principe des 3 piliers en matière de pension 1 er pilier Sécurité sociale

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

CIRCULAIRE. Relance : réduction des charges fiscales et parafiscales

CIRCULAIRE. Relance : réduction des charges fiscales et parafiscales Anneleen Bettens Conseiller adjoint Departement sociale zaken T +32 2 515 09 27 F +32 2 515 09 13 ab@vbo-feb.be CIRCULAIRE CI13/056F.AB-VvE Relance : réduction des charges fiscales et parafiscales 23 décembre

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES PROTECTION SOCIALE. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES PROTECTION SOCIALE. Direction de la sécurité sociale PROTECTION SOCIALE Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

TAXE D'APPRENTISSAGE

TAXE D'APPRENTISSAGE TAXE D'APPRENTISSAGE La taxe d apprentissage a pour objet de faire participer les employeurs au financement des premières formations technologiques et professionnelles. 27/08/2015 Lorsqu il existe un comité

Plus en détail

Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065

Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065 Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065 Décret n 2002-634 du 29 avril 2002, modifié, version du 6 novembre 2008 Art. 1 Il est institué dans la fonction

Plus en détail

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Les Analyses du Centre Jean Gol La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Décembre 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Le SMIC au 1 er janvier 2016

Le SMIC au 1 er janvier 2016 Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 26.15 du 24/12/15 Le SMIC au 1 er janvier 2016 Publication du décret portant relèvement du SMIC et du minimum garanti I Le relèvement du SMIC

Plus en détail

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement Loi du 5 septembre 2001 portant garantie d'une réduction continue de la dette publique et création d'un Fonds de vieillissement (Moniteur belge du 14 septembre 2001), modifiée par la loi du 20 décembre

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents

Plus en détail

Les collaborateurs occasionnels du service public

Les collaborateurs occasionnels du service public Les collaborateurs occasionnels du service public Textes de référence : Article L 311-3-21 du code de la sécurité sociale Décret n 2000-35 du 17 janvier 2000 Arrêté du 21 juillet 2000 Décret n 2008-267

Plus en détail

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ----------------------------------------

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- Convention collective de travail n 118 du 27 avril 2015 fixant, pour 2015-2016, le cadre interprofessionnel

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS ASSOCIATIFS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d'emplois pérennes

Plus en détail

Accord de gouvernement

Accord de gouvernement Titel Subtitel + auteur 1 Accord de gouvernement 2 12-2014 1 Saut d index Modération salariale Réduction des charges sociales Mesures fiscales Crédit-temps temps RCT Pension Pensions complémentaires Modernisation

Plus en détail

REDUCTION D IMPOT EN FAVEUR DES PME DE CROISSANCE

REDUCTION D IMPOT EN FAVEUR DES PME DE CROISSANCE REDUCTION D IMPOT EN FAVEUR DES PME DE CROISSANCE Le développement des petites et moyennes entreprises constituant un enjeu majeur de l économie française, la loi de finances pour 2007 contient des mesures

Plus en détail

Démarches à l embauche d un travailleur salarié en Belgique 05/07/2012

Démarches à l embauche d un travailleur salarié en Belgique 05/07/2012 Démarches à l embauche d un travailleur salarié en Belgique 05/07/2012 Ordre du jour Les affiliations obligatoires La DIMONA Le contrat de travail & le règlement du travail Le barème salarial & les sursalaires

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Service Règlementation Avis relatif à l'indexation automatique en matière d'impôts sur les revenus

Plus en détail

Édition du 3 mars 2014

Édition du 3 mars 2014 1 Édition du 3 mars 2014 LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS SOMMAIRE Ce qui est dû à l apprenti

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

Montant de l aide APE pour les employeurs du secteur non-marchand et les pouvoirs locaux

Montant de l aide APE pour les employeurs du secteur non-marchand et les pouvoirs locaux Les Aides à la Promotion de l'emploi (APE) consistent à octroyer sous la forme de points, une aide annuelle visant à subsidier partiellement la rémunération de travailleurs, une réduction importante des

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail