Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi"

Transcription

1 Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1

2 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est de gérer une firme virtuelle et de construire une position concurrentielle solide dans un secteur, la production de verre (verre plat et verre creux), marqué par des préoccupations fortes et croissantes de développement durable et de préservation de l environnement. Dans ce secteur, le nombre de firmes virtuelles gérées par des groupes d étudiants dans chaque univers se situe entre quatre au minimum et huit au maximum. A la prise de fonction des étudiants en période 0, chaque firme «Artemis» fabrique et commercialise un produit Silis. Dès la période 1, la firme «Artemis» a la possibilité de lancer un nouveau produit, qui n est pas un substitut au Silis. Ce nouveau produit, l Exolis, est issu de l innovation et s inscrit dans une logique écologique de réduction des émissions de CO2, d économie d énergie et de développement durable. La tendance des indices de demande prévisionnelle figure dans le tableau ci-dessous. Cependant, ces indices ne sont que des prévisions et il n est pas exclu que des mouvements conjoncturels (à la hausse ou à la baisse) impactent l évolution de la demande au cours des deux prochaines années. Tableau 1 : Indices de demande Silis et Exolis Trimestres Silis Exolis Production En période 0, chaque firme «Artemis» dispose de 10 usines de type Stand, qui sont détenues depuis plusieurs années et s amortissent linéairement sur dix années. Les usines Stand ne peuvent produire que des produits Silis. Le nouveau produit ne peut pas être fabriqué dans une usine de type Stand car celle-ci n est pas aux normes écologiques et de développement durable que requiert la production d Exolis. Le nouveau produit ne peut être fabriqué que dans une nouvelle usine de type Green. Il est possible d investir dans des usines Stand et Green mais ces usines peuvent également être cédées. Dans ce dernier cas, la valeur de cession de l usine correspond a priori à sa valeur nette comptable. Cependant, en cas de revente massive d usines par différentes firmes sur le marché de l occasion, il n est pas à exclure une décote du prix de ces usines. Dans ce cas là, la moins-value figurera sous la forme p. 2

3 d un montant négatif dans la rubrique «autres recettes» de la trésorerie et dans la rubrique «autres produits» du compte de résultat. En cas de cession d une ou plusieurs usines (ou de mise en inactivité de ces usines 1 ), la firme devra supporter des frais de licenciement du personnel des usines (équivalents à un trimestre de masse salariale par usine). Ainsi la cession d une usine Stand déclenche automatiquement des frais de licenciement égaux à 600 K (hors effet de l investissement en développement humain cf. infra) et la cession d une usine Green déclenche automatiquement des frais de licenciement égaux à 900 K (hors effet de l investissement en développement humain). En revanche, les ouvriers présents dans une usine Stand cédée peuvent être affectés à une usine Green achetée dans la même période. Dans ce cas, il n y a pas de frais de licenciement. Cependant, du fait de la différence de masse salariale associée aux usines Green ans le cas où des ouvriers affectés initialement à une usine Green sont réaffectés à une usine Stand (vente d une usine Green et achat d une usine Stand par exemple), les frais de licenciement s élèvent à la différence de la masse salariale des usines Green et de la masse salariale des usines Stand ; ainsi par exemple pour une usine, les frais de licenciement seront de 300K (hors effet de l investissement en développement humain), soit «masse salariale usine Green masse salariale usine Stand». Dans le cas des décisions d investissement ou de cession d usines, celles-ci sont effectives dans la période, ce qui signifie qu il n y pas de décalage temporel. Les caractéristiques de ces deux types d usine sont présentées dans le Tableau 2. 1 NB : Dans le cas où l entreprise dispose d un nombre d usines supérieur à son besoin mais ne souhaite pas céder ces usines dans l immédiat, elle a la possibilité de rendre ces usines «inactives» (cf. décision «nombre d usines actives»). Dans le cas de ma mise en inactivité d une usine, le coût du chômage technique des ouvriers est de un trimestre de la masse salariale. p. 3

4 Tableau 2 : Caractéristiques des usines Stand et Green Usine standard Usine green Investissement K /usine K /usine Type de production Silis Exolis Capacité de production unités/trimestre unités/trimestre Masse salariale Production 600 K /trimestre/usine 900 K /trimestre/usine Encadrement Durée d amortissement Montant d amortissement Coût administratif Entre 1 et 6 usines Entre 7 et 21 usines Au-delà de 21 usines K (somme fixe de 1 à 6 usines) K (somme fixe de 7 à 20 usines) K (somme fixe au-dessus de 20 usines) 10 années 200 K /trimestre/usine K K /trimestre/usine K K /trimestre/usine K K /trimestre/usine Emission de CO tonnes/usine 750 tonnes/usine Consommation d énergie Entre 1 et 20 usines Au-delà de 20 usines 200 K /trimestre/usine 150 K /trimestre/usine 160 K /trimestre/usine 120 K /trimestre/usine L usine Stand possède une capacité normale de production par trimestre de produits Silis et l usine Green de produits Exolis. Plusieurs facteurs peuvent permettre d accroître cette capacité de production : 1/ Les heures supplémentaires peuvent être utilisées dans une limite de 20% de la capacité normale de production totale. Celles-ci entrainent un surcoût de 50% de la masse salariale (de production et d encadrement) correspondant à l accroissement de production. 2/ L investissement en R&D améliore le processus de production. Plus précisément, il permet de diminuer la consommation d énergie et de réduire les émissions de CO2. Cependant, il est difficile de prévoir l impact exact de l investissement de R&D sur ces variables compte tenu du caractère non linéaire de la relation qui les unit. 3/ L investissement en développement humain (formation professionnelle, mobilité, gestion des carrières, mesures d employabilité) permet d améliorer le climat social de l entreprise. C est pourquoi en cas de licenciement (vente de machines ou ordre de production réduit), une politique de développement humain active permet de limiter p. 4

5 les coûts liés au plan social qui est automatiquement déclenché. A l inverse, un investissement en développement humain qui s avérerait insuffisant peut contribuer à augmenter de manière notable les coûts de licenciement. En effet, en cas de conflit social qui pourrait déclencher une menace sur l outil de production, la politique de l entreprise est systématiquement de protéger l outil de production quitte à verser des indemnités conséquentes aux ouvriers. Un indice de développement humain est communiqué à chaque période pour suivre la politique de développement humain. En période 0, l entreprise investit environ 10% de sa masse salariale en développement humain. Par ailleurs, l investissement en développement humain affecte la productivité des ouvriers (avec un effet retard d une période ; c est à dire que l IDH de la période n impacte la productivité en période n+1). Concrètement, l IDH permet ainsi d augmenter la capacité des machines pour une masse salariale ouvrier qui reste stable ; a contrario, une baisse de l IDH dégrade la productivité et diminue la capacité des machines pour une masse salariale ouvrier qui reste stable. A titre d exemple, en période 1, un IDH de 100 permet de maintenir la capacité théorique des usines (soit unités pour les usines Stand et unités pour les usines Green), un IDH de 80 dégrade la productivité de 10% et un IDH de 125 améliore la productivité de 5%. Cependant, ces données sont communiquées à titre d exemple car la relation entre IDH et productivité n est pas linéaire. Le coût administratif d une usine correspond à l ensemble des charges directes et indirectes d origine administrative, industrielle, commerciale et logistique. Ce coût administratif se décompose en deux parties, quel que soit le type (Stand ou Green) d usine : une somme globale de K qui est fixe de 7 à 21 usines (qui passe à K au-delà de 21 usines ; à K en deçà de 7 usines) et une somme variable de 100 K par usine. Le processus de production des usines Stand et Green a un impact différencié sur l environnement et l écosystème. Plus précisément, ces derniers sont affectés par la consommation d énergie et les émissions de CO2 propres à chaque usine. L usine Stand a une consommation d énergie par trimestre de 200 K /usine et l usine Green de 150 K /usine. Dans les deux cas, cette consommation est dégressive selon la capacité totale de production. En ce qui concerne les émissions de CO2, l usine Stand rejette tonnes de CO2 par trimestre et l usine Green 750 tonnes. p. 5

6 3. Approvisionnement et Stockage Les firmes «Artemis» peuvent produire Silis et/ou Exolis. Les caractéristiques de ces deux produits sont présentées dans le Tableau 3. Prix de vente Tableau 3 : Caractéristiques des produits Silis et Exolis Produit Silis En période 0 : 530 /produit p. 6 Produit Exolis Les études de marché montrent que ce produit pourrait se vendre entre 700 et 900 Unité de MP 1 1 Répartition MP Stand et Green Libre Minimum de 50% de MP Green Les produits Silis et Exolis sont tous les deux fabriqués à partir d une unité de matières premières MP. Il existe deux types de MP utilisables pour la fabrication des produits Silis et Exolis : les MP Stand et les MP Green. Les MP Green sont des MP Stand recyclées. Les MP Stand et les MP Green peuvent être utilisées indifféremment pour fabriquer des produits Silis et Exolis. Seuls, les produits Exolis requièrent un minimum de 50% de MP Green dans leur composition. D une période à l autre, les usines Stand et Green peuvent modifier (à la hausse ou à la baisse) la proportion de MP Green dans les produits fabriqués. Cependant, ces modifications ont un double impact : d une part, elles affectent le pourcentage de MP Green dans les produits finis issus de la production en cours ainsi que dans ceux des stocks ; d autre part, selon l intensité de ces modifications (voir détail ci-après), celles-ci peuvent entraîner la vente en soldes des stocks (à hauteur de 80% du coût de production du stock initial) : 1/ En cas de modification de moins de 10 points de la proportion de MP Green pour la production de la période par rapport au stock final de la période précédente, il y a amélioration du pourcentage de MP Green dans les produits finis issus de la production en cours ainsi que dans ceux des stocks (le pourcentage de MP Green final est calculé sur la base de la moyenne pondérée) ; ainsi par exemple, dans le cas où une firme dispose de unités de Silis à 10% de MP green en stock et décide de produire unités de Silis à 5% de MP Green, alors son stock disponible à la vente sera de unités à 7,5% de MP Green. 2/ En cas de modifications de plus de 10 points de la proportion de MP Green pour la production de la période par rapport au stock final de la période précédente, il y a

7 vente en soldes des stocks (à hauteur de 80% du coût de production du stock initial). Ainsi par exemple, dans le cas où une firme dispose de unités de Silis à 10% de MP Green en stock et décide de produire unités de Silis à 25% de MP green, alors son stock de Silis à 10% est soldé au coût de production et elle dispose de unités de Silis à 25% de MP Green disponible à la vente. NB : Ces différences de pourcentage de MP Green ne sont considérées que «produit par produit». Ainsi par exemple, le fait de lancer un produit Exolis avec une proportion de MP Green de 50% ne déclenchera pas de solde des produits Silis fabriqués avec une proportion de 10% de MP Green. En période 0, le prix d achat des MP Stand sur le marché des matières premières est de 150 /unité ; celui des MP Green est de 280 /unité. Dans les deux cas, les tarifs sont dégressifs selon les quantités achetées (voir Tableau 4). Tableau 4 : Tarif des MP Stand et Green Nombre d unités de MP (MP Stand et MP Green confondues) Dégressivité du tarif Jusqu à unités/trimestre 100% Entre et unités/trimestre 95% Entre et unités/trimestre 90% Entre et unités/trimestre 85% Au-delà de unités/trimestre 80% Il est possible de stocker les matières premières, MP Stand et MP Green, tout comme les produits finis, Silis et Exolis. Le stock de matières premières, MP Stand et MP Green, est valorisé au coût moyen pondéré. Le coût de stockage des matières premières est identique pour les MP Stand et les MP Green et il correspond à 5% de la valeur totale du stock final de la période précédente. Un stock de produits finis, Silis ou Exolis, se constitue dès lors que la production est supérieure à la vente de produits finis dans la période. Ce stock de produits finis, Silis ou Exolis, est valorisé au coût moyen pondéré de production. Le coût de stockage des produits finis est identique pour les produits finis, Silis ou Exolis, et il correspond à un cout fixe de K auquel s ajoute un pourcentage de la valeur totale du stock de la période. Ce pourcentage est variable selon le ratio (stock en unités de la période P n) / (ventes en unités de la période P n-1 ) (voir Tableau 5). p. 7

8 Tableau 5 : Coût de stockage des produits finis Silis et Exolis Ratio (stock en unités de la période P n) / (ventes en unités de la période P n-1 ) En % de la valeur totale du stock final de la période Ratio de 0 à 1 (inclus) 2% Ratio de 1 (exclus) à 2 (inclus) 3% Ratio de 2 (exclus) à 3 (inclus) 4% Ratio supérieur à 3 (exclus) 7% 4. Leviers Marketing et Accréditation A côté de la politique de prix, un certain nombre de facteurs liés au marketing sont présents dans la simulation «Artemis». Ces différents leviers marketing affectent directement le volume des ventes. Cependant, il est difficile de prévoir leur impact exact compte tenu du caractère non linéaire de la relation qui les unit au volume des ventes. Il faut noter également qu ils sont spécifiques à chaque produit, Silis et Exolis. Il est ainsi possible de moduler pour chaque produit l investissement dans ces leviers marketing. Ces différents leviers d action marketing sont les suivants : 1/ L investissement en effort commercial inclut le nombre de vendeurs et leur rémunération (à rapporter au nombre de produit vendu pour avoir un ratio). 2/ L investissement en communication concerne essentiellement les dépenses de publicité et permettent de créer une forte image de marque pour les produits Silis et Exolis. 3/ L investissement qualité améliore la performance des produits Silis et Exolis (sur les critères de résistance, de solidité, de poids, de transparence, d isolation phonique, d isolation thermique etc.) et contribue à obtenir l accréditation Label Qualité (voir détail ci-dessous). 4/ L investissement en R&D a également un impact sur la qualité des produits fabriqués par le biais de l amélioration du processus de production et de son efficacité. Cet investissement permet d optimiser le processus de production et de limiter les risques de produits non-conformes ou ne correspondant pas aux exigences de performance sur les critères de résistance, de solidité, de poids, de transparence, d isolation phonique, d isolation thermique etc. En outre, cet investissement permet une réduction de la consommation d énergie et des émissions de CO2. p. 8

9 5/ L investissement développement durable permet de mettre en place en interne dans les différentes usines un processus de production et de distribution qui s inscrit dans une logique écologique et de développement durable. Cet investissement permet le développement du recyclage et la mise en place d une éco-logistique, et contribue par là même à obtenir l accréditation Label Développement durable (voir détail cidessous). Deux accréditations, Label Qualité et Label Développement durable, peuvent être obtenues dans le cadre de cette simulation d entreprise. L obtention de ces accréditations produit un effet positif sur l image de marque des firmes «accréditées» et permet d accroitre leurs ventes. La première accréditation, Label Qualité, récompense les firmes qui ont fait des efforts substantiels pour obtenir un produit Silis ou Exolis présentant une forte qualité intrinsèque (forte performance du produit). L accréditation Label Qualité est obtenue dès lors que l investissement qualité par produit dépasse le seuil suivant : 30 par produit (produits fabriqués + produits en stock) + montant fixe 210 K lorsque l entreprise ne dispose pas de l accréditation lors de la période précédente. Lorsque l entreprise dispose de l accréditation lors de la période précédente, l accréditation Label Qualité est obtenue dès lors que l investissement qualité par produit est strictement supérieur au seuil suivant : 30 par produits fabriqués + montant fixe 210 K. La deuxième accréditation, Label Développement Durable, récompense les firmes qui ont fait des efforts substantiels pour développer un processus de production et de distribution qui s inscrive dans une logique écologique et de développement durable. Cela passe par une réduction drastique de la consommation d énergie et des émissions de CO2, par le développement du recyclage et par la mise en place d une éco-logistique. Lorsque l entreprise ne dispose pas de l accréditation lors de la période précédente, l accréditation Label Développement Durable s obtient par la satisfaction des quatre conditions suivantes : 20,10 d investissement durable par produit (produits fabriqués + produits en stock) + émission CO2 par usine inférieure au seuil de tonnes + consommation d énergie par usine inférieure ou égale au seuil de 150 K /usine + % de MP Green strictement supérieur au seuil de 50%. Lorsque l entreprise dispose de cette accréditation lors de la période précédente, alors, l accréditation Label Développement Durable s obtient par la satisfaction des quatre conditions suivantes : 20,10 d investissement durable par produits fabriqués + émission CO2 par usine inférieure au seuil p. 9

10 de tonnes + consommation d énergie par usine inférieure ou égale au seuil de 150 K /usine + % de MP Green supérieur au seuil de 50%. 5. Logistique Les coûts logistiques correspondent à l ensemble des charges directes et indirectes liées au processus de gestion de la logistique aval (entreposage, transport, différenciation retardée, distribution ). Ces coûts logistiques se décomposent en deux parties, quel que soit le type (Stand ou Green) d usine : une somme globale de K qui est fixe de 1 à 21 usines (qui augmente à K au-delà de 21 usines) et une somme variable de 20 /produit dont la dégressivité est décrite dans le Tableau 6. Tableau 6 : Coût unitaire de distribution des produits Stand et Green Nombre de produits distribués (produits Silis et Exolis confondus) Dégressivité du coût unitaire Jusqu à produits/trimestre 100% Entre et unités/trimestre 85% Entre et unités/trimestre 70% Au-delà de unités/trimestre 60% 5. Finance - L entreprise vient de contracter (en période -4) un emprunt de sur 24 périodes à 6%/an - 50% des ventes aux clients sont payées immédiatement et 50% à 90 jours (période 1) - 50% des achats aux fournisseurs de MP Stand et Green sont payés immédiatement et 50% à 90 jours (période 1) - Les participants ont la possibilité de recourir à un escompte client pour augmenter leurs encaissements comptant. Avec un taux d escompte client proposé équivalent au taux de la dette à court terme, on estime à 15% environ le nombre de clients prêts à payer comptant. - Les taux d intérêt à court terme (CT) et à long terme (LT) sont disponibles en page d accueil de l interface de chaque équipe. Ceux-ci sont actualisés à chaque nouvelle période. Le taux du découvert est de 20% / an ; les emprunts CT sont remboursables en une fois dans p. 10

11 la période suivant leur encaissement et les emprunts LT sont remboursables en 6 périodes, à partir de la période suivant leur encaissement. - L encours d emprunt maximum (CT + LT) est fixé en période 1 à 40% de la somme des capitaux propres et des réserves de la période précédente (période 0). Cette limite peut être amenée à évoluer en fonction de la politique des établissements bancaires. Les firmes Artemis seront informées de ces évolutions par le biais des notes de conjoncture. - Le taux d impôt sur les sociétés est fixé à 32%. - Le taux d escompte bancaire est à 90% du taux à CT 6. Votre mission Votre mission, si vous l acceptez, consiste à prendre en charge la gestion de cette entreprise en acceptant votre nomination au Directoire. En effet, les firmes Artemis sont des Sociétés Anonymes (SA) à Directoire et Conseil de Surveillance (structure «à l allemande»). Le directoire est l entité en charge de la gestion de l entreprise et est composé de 4 à 5 membres (obligatoirement personnes physiques) nommés par le Conseil de Surveillance qui peut les révoquer ou les renouveler. Votre équipe doit immédiatement s organiser et répartir les responsabilités au sein de ses membres (nomination des Directeurs). Votre équipe de direction sera alors chargée de maximiser la rentabilité de la firme en collaboration avec le conseil de surveillance présidé par votre «Professeur-Administrateur» (PA). Votre mission durera entre 6 et 8 trimestres en fonction du mandat qui vous sera délivré en début de simulation. Vous serez tout d abord évalué sur la base de votre capacité à maximiser la performance de l entreprise ; l indicateur retenu ici sera celui de la rentabilité financière moyenne (ou Average Return On Equity) au cours des trimestres gérés (moyenne du ROE de la période -3 à la dernière période). Cette première évaluation sera ensuite combinée à l évaluation de la qualité des comptes rendus réguliers qui vous seront demandés par votre PA ainsi qu à l évaluation de votre compte rendu d activité final dans lequel vous devrez défendre votre bilan de gestionnaire et justifier vos choix dans l objectif de voir votre mandat de gestion renouvelé. Ce compte rendu final interviendra à l issue de votre mandat de gestion (soit à la fin des 6 ou 8 trimestres). Des notes de conjoncture régulière vous préciseront la nature et le contenu des documents à fournir. Dans tous les cas, ces documents devront être envoyés par le biais de la messagerie interne de la simulation en adressant un p. 11

12 courrier (accompagné des pièces jointes demandées en version PDF) à votre PA (cf. cidessous). p. 12

13 7. Notes personnelles p. 13

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY 1. ETATS FINANCIERS Bilan au 01/09/N Actif immobilisé Fonds commercial 1 Bâtiment Equipement Actif Actif circulant Stocks voitures neuves Stocks voitures d occasion Stock essence,

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Le contrôle budgétaire. Le contrôle budgétaire 1. Définition. Le contrôle budgétaire 1. Définition

Le contrôle budgétaire. Le contrôle budgétaire 1. Définition. Le contrôle budgétaire 1. Définition Le contrôle budgétaire Définition Les différents budgets, leur enchaînement La validation des budgets Le Contrôle budgétaire Le contrôle budgétaire 1. Définition Un budget est établi à partir d une prévision,

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

Domotix ... ShadowManager. Manuel du participant. Simulation de gestion d entreprise d électronique grand public

Domotix ... ShadowManager. Manuel du participant. Simulation de gestion d entreprise d électronique grand public ShadowManager Domotix.......... Simulation de gestion d entreprise d électronique grand public Manuel du participant Fernando Acosta et Georges Bessis 2007 www.simulnet.com Introduction Vous allez participer

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Jean-Christophe Scilien Manel Benzerafa - Alilat Durée : 1h30 Plusieurs réponses correctes possibles Les réponses incorrectes seront sanctionnées

Plus en détail

ECG 2014. Shadow Manager. Confort de Chauffe ... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle. Manuel du participant

ECG 2014. Shadow Manager. Confort de Chauffe ... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle. Manuel du participant Shadow Manager ECG 2014 Confort de Chauffe.......... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle Manuel du participant Fernando Acosta et Georges Bessis www.simulnet.com Introduction

Plus en détail

LE PETIT FINANCE. Les notions clés en 22 fiches. Fabrice Briot

LE PETIT FINANCE. Les notions clés en 22 fiches. Fabrice Briot LE PETIT 2014 FINANCE Les notions clés en 22 fiches Fabrice Briot Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-070617-4 Table des matières Fiche 1 Fiche 2 Fiche 3 Fiche 4 Fiche 5 Fiche 6 Fiche 7 Fiche 8 Fiche 9 Finalités

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité 10/505N/05/A. 1. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Comprendre et maîtriser l évolution du BFR 10/505N/05/A. 2. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Le suivi de l activité : constats

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

Bec Fin ... Shadow Manager. Manuel du participant. Simulation de gestion d entreprise agro-alimentaire

Bec Fin ... Shadow Manager. Manuel du participant. Simulation de gestion d entreprise agro-alimentaire Shadow Manager Bec Fin.......... Simulation de gestion d entreprise agro-alimentaire Manuel du participant Fernando Acosta et Georges Bessis 2011 www.bessis.com Introduction Vous allez participer à une

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC PARTIE 1 Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC THÈME 2 Le traitement des charges : les charges directes et indirectes EXERCICE 2 Méthode des centres d analyse et méthode simplifiée

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde (GEO) LEVEQUE Florian (RICM) SECURIX Simulation de gestion d entreprise Univers A Entreprise 4 Année 2010-2011 Sommaire Introduction - Stratégie

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/5 Durée : 6 heures Série : G SESSION 2010 CLASSES DE TERMINALE TECHNIQUE COMPTABLE

CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/5 Durée : 6 heures Série : G SESSION 2010 CLASSES DE TERMINALE TECHNIQUE COMPTABLE CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/5 10 T CGS 10 01 Durée : 6 heures SESSION 2010 TECHNIQUE COMPTABLE DOSSIER 1 : COMPTABILITE ANALYTIQUE (06 points) EXERCICE 1 COUTS COMPLETS L entreprise «ABC» fabrique des

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

Chapitre 2 Introduction aux objectifs des coûts. Pr. Zoubida SAMLAL-Doctorante en Risk Management MBA, CFA

Chapitre 2 Introduction aux objectifs des coûts. Pr. Zoubida SAMLAL-Doctorante en Risk Management MBA, CFA Chapitre 2 Introduction aux objectifs des coûts Pr. Zoubida SAMLAL-Doctorante en Risk Management MBA, CFA Objectif du chapitre Faire la différence entre les coûts et les charges Définir les inducteurs

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN L'objectif de ce module est de vous familiariser avec le vocabulaire comptable et de vous faire comprendre ce que décrit un bilan Une entreprise vit dans le monde économique

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Becca Distribution Inc

Becca Distribution Inc Becca Distribution Inc 12-31-2008-12-31-2009 Becca Distribution Inc - Becca_2008.opt Page 3 Mesures clés du rendement de l'entreprise Seuil de rentabilité Valeur cible % Rentabilité % Rentabilité = 0 Période

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

DCG session 2010 UE11 Contrôle de gestion Corrigé indicatif

DCG session 2010 UE11 Contrôle de gestion Corrigé indicatif DCG session 2010 UE11 Contrôle de gestion Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CALCUL DES COUTS 1. Présenter le tableau de répartition des charges. Calculer le coût de production des particules obtenues. Tableau

Plus en détail

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux»)

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux») Liste des formules (Consultez également «Liste des tableaux») Table des matières LES CALCULS COMMERCIAUX... 4 Le coefficient multiplicateur... 4 Montant de TVA... 4 TVA collectée... 4 TVA déductible...

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Présentation du cours de trésorerie

Présentation du cours de trésorerie Présentation du cours de trésorerie Chapitres étudiés : 1. Budget de trésorerie et BFR normatif 2. Environnement financier et bancaire de l entreprise 3. Gestion des liquidités en date de valeur 4. Instruments

Plus en détail

Exemple de sujet d examen

Exemple de sujet d examen Exemple de sujet d examen Durée : 3 heures Table financière et calculatrice scientifique autorisées Les étudiants ont à répondre aux exercices joints Notation : EX 1 (3 pts.) ; EX 2 (5 pts.) EX 3 (6 pts.)

Plus en détail

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier Primopierre Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

CONTRÔLE DE GESTION. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

CONTRÔLE DE GESTION. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif CONTRÔLE DE GESTION DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 MISE EN PLACE D OUTILS D AIDE A LA DECISION Question 1 : Rédiger une note d environ une page destinée au directeur général visant à lui

Plus en détail

L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI

L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI COMPTABILITÉ DE GESTION Méthode du coût variable Cas n 1 : une association décide de faire un voyage. La compagnie d autocars demande 400 par car quel que soit le

Plus en détail

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI PRIMOPIERRE Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

L analyse de la Chaîne de Valeur

L analyse de la Chaîne de Valeur L analyse de la Chaîne de Valeur Présentation de la chaîne de valeur En principe, une entreprise cherche à obtenir un avantage concurrentiel et se donne pour mission de créer de la valeur pour ses clients.

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Introduction aux documents financiers

Introduction aux documents financiers Introduction aux documents financiers 3 questions ==> 3 documents Une photo instantanée : quelle est la situation actuelle de l entreprise? Bilan Deux films : L entreprise a-t-elle vendu à profit? Compte

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008

RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008 SOCIETE OBER Société Anonyme au Capital de 2 061 509 Euros. 31, rue de Bar 55000 LONGEVILLE EN BARROIS RCS Bar le Duc B 382 745 404 RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008 Le groupe OBER a

Plus en détail

: LE PUBLIC VISE FINALITES ET UTILISATIONS POSSIBLES LE CONTENU DU LIVRET

: LE PUBLIC VISE FINALITES ET UTILISATIONS POSSIBLES LE CONTENU DU LIVRET : LE PUBLIC VISE Les élèves de baccalauréats professionnels commerciaux : commerce, vente, services et de baccalauréats comptabilité et secrétariat FINALITES ET UTILISATIONS POSSIBLES -Introduction aux

Plus en détail

Rapport de gestion consolidé

Rapport de gestion consolidé GROUPE EVADIX (Société-mère : Evadix S.A.) Rapport de gestion consolidé Rapport du Conseil d Administration à l Assemblée Générale Ordinaire du 9 mai 2011 Messieurs les actionnaires, Conformément à l article

Plus en détail

Guide utilisateur Application Gestion de club. Accès à l application GESTION DE CLUB. Les étapes :

Guide utilisateur Application Gestion de club. Accès à l application GESTION DE CLUB. Les étapes : Accès à l application GESTION DE CLUB Les étapes : 1/ Ouverture d un accès club : En la sollicitant auprès du Comité. Qui fera envoyer par mail les paramètres de connexion au super administrateur. 2/A

Plus en détail

Techniques des prévisions de ventes

Techniques des prévisions de ventes Techniques des prévisions de ventes Introduction Les techniques des prévisions de ventes servent à : Anticiper, à éviter les risques et à maitriser au mieux l avenir dans un contexte concurrentiel. PLAN

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009

NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 02 : STOCKS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3 1.1.2. Le champ d application

Plus en détail

Gestion de la trésorerie 3-211-02

Gestion de la trésorerie 3-211-02 Gestion de la trésorerie 3-211-02 Séance 1 Introduction aux cours Qu est que la gestion de trésorerie???? Notion peu enseignée dans les écoles de gestion au Canada. Néanmoins, il s agit d un sujet d une

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Simulateur de gestion d entreprise

Simulateur de gestion d entreprise Page 1 Simulateur de gestion d entreprise Société de construction navale Présentation du simulateur aux équipes 1 Sommaire du diaporama 1. Gagnez les clés de votre entreprise! 1.1. Connectez-vous sur votre

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

1 re partie. Introduction et définitions

1 re partie. Introduction et définitions 1 re partie Introduction et définitions 7 Fiche 1 : Définition et objectifs de la comptabilité analytique Définition de la comptabilité analytique La comptabilité analytique est un outil d aide à la prise

Plus en détail

Les différentes catégories de charges

Les différentes catégories de charges Coûts variables - Seuil de rentabilité Les différentes catégories de charges Devant la difficulté à répartir certaines charges dans les coûts, la solution qui peut être retenue est celle des coûts partiels

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise ENTREPRISES EN DIFFICULTE Gestion de la crise Gestion de la crise Faire face à la crise. S entourer: sortir de son environnement habituel pour s entourer de professionnels spécialisés: avocats, experts-comptables,

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Exercices de Gestion en vidéo - BTS MUC & BTS NRC. Liste des tableaux. (Consultez également «Liste des formules»)

Exercices de Gestion en vidéo - BTS MUC & BTS NRC. Liste des tableaux. (Consultez également «Liste des formules») Liste des tableaux (Consultez également «Liste des formules») Table des matières Le bilan comptable... 2 Le bilan fonctionnel... 3 Le compte de résultat... 4 Les soldes intermédiaires de gestion (SIG)...

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

EXERCICE 1 : Le plan de financement (cours du 05/06/2004)

EXERCICE 1 : Le plan de financement (cours du 05/06/2004) EXERCICE 1 : Le plan de financement (cours du 05/06/2004) L examen du vendredi 18 juin requiert une connaissance du principe de fonctionnement d un plan de financement. Pour rappel, l exercice de résolution

Plus en détail

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR 1/5 10T 36 A R Durée : 5 heures OFFICE DU BACCALAUREAT Coef. 6 Téléfax (221) 864 67 39 - Tél. : 824 95 92-824 65 81 E T U D E D E C A S DOSSIER N I : COMPTABILITE ANALYTIQUE

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entreprises 2004/2005 C.M. : M. Godlewski FINANCE Décisions d investissement en avenir certain Critères de choix d investissement Le critère de la VAN

Plus en détail

LES OBSERVATIONS INSTANTANEES

LES OBSERVATIONS INSTANTANEES LES OBSERVATIONS INSTANTANEES Fiche «Connaissances» Fiche méthodologique Application guidée n 1 Application guidée n 2 Thème récapitulatif : LUXE - FRANCE LES OBSERVATIONS INSTANTANEES FICHE «CONNAISSANCES»

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75. alexandre.tellier@a-t-consulting.com

Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75. alexandre.tellier@a-t-consulting.com L évaluation Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75 alexandre.tellier@a-t-consulting.com L'évaluation Alexandre Tellier 1 L évaluation La démarche globale de reprise

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail