Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi"

Transcription

1 Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1

2 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est de gérer une firme virtuelle et de construire une position concurrentielle solide dans un secteur, la production de verre (verre plat et verre creux), marqué par des préoccupations fortes et croissantes de développement durable et de préservation de l environnement. Dans ce secteur, le nombre de firmes virtuelles gérées par des groupes d étudiants dans chaque univers se situe entre quatre au minimum et huit au maximum. A la prise de fonction des étudiants en période 0, chaque firme «Artemis» fabrique et commercialise un produit Silis. Dès la période 1, la firme «Artemis» a la possibilité de lancer un nouveau produit, qui n est pas un substitut au Silis. Ce nouveau produit, l Exolis, est issu de l innovation et s inscrit dans une logique écologique de réduction des émissions de CO2, d économie d énergie et de développement durable. La tendance des indices de demande prévisionnelle figure dans le tableau ci-dessous. Cependant, ces indices ne sont que des prévisions et il n est pas exclu que des mouvements conjoncturels (à la hausse ou à la baisse) impactent l évolution de la demande au cours des deux prochaines années. Tableau 1 : Indices de demande Silis et Exolis Trimestres Silis Exolis Production En période 0, chaque firme «Artemis» dispose de 10 usines de type Stand, qui sont détenues depuis plusieurs années et s amortissent linéairement sur dix années. Les usines Stand ne peuvent produire que des produits Silis. Le nouveau produit ne peut pas être fabriqué dans une usine de type Stand car celle-ci n est pas aux normes écologiques et de développement durable que requiert la production d Exolis. Le nouveau produit ne peut être fabriqué que dans une nouvelle usine de type Green. Il est possible d investir dans des usines Stand et Green mais ces usines peuvent également être cédées. Dans ce dernier cas, la valeur de cession de l usine correspond a priori à sa valeur nette comptable. Cependant, en cas de revente massive d usines par différentes firmes sur le marché de l occasion, il n est pas à exclure une décote du prix de ces usines. Dans ce cas là, la moins-value figurera sous la forme p. 2

3 d un montant négatif dans la rubrique «autres recettes» de la trésorerie et dans la rubrique «autres produits» du compte de résultat. En cas de cession d une ou plusieurs usines (ou de mise en inactivité de ces usines 1 ), la firme devra supporter des frais de licenciement du personnel des usines (équivalents à un trimestre de masse salariale par usine). Ainsi la cession d une usine Stand déclenche automatiquement des frais de licenciement égaux à 600 K (hors effet de l investissement en développement humain cf. infra) et la cession d une usine Green déclenche automatiquement des frais de licenciement égaux à 900 K (hors effet de l investissement en développement humain). En revanche, les ouvriers présents dans une usine Stand cédée peuvent être affectés à une usine Green achetée dans la même période. Dans ce cas, il n y a pas de frais de licenciement. Cependant, du fait de la différence de masse salariale associée aux usines Green ans le cas où des ouvriers affectés initialement à une usine Green sont réaffectés à une usine Stand (vente d une usine Green et achat d une usine Stand par exemple), les frais de licenciement s élèvent à la différence de la masse salariale des usines Green et de la masse salariale des usines Stand ; ainsi par exemple pour une usine, les frais de licenciement seront de 300K (hors effet de l investissement en développement humain), soit «masse salariale usine Green masse salariale usine Stand». Dans le cas des décisions d investissement ou de cession d usines, celles-ci sont effectives dans la période, ce qui signifie qu il n y pas de décalage temporel. Les caractéristiques de ces deux types d usine sont présentées dans le Tableau 2. 1 NB : Dans le cas où l entreprise dispose d un nombre d usines supérieur à son besoin mais ne souhaite pas céder ces usines dans l immédiat, elle a la possibilité de rendre ces usines «inactives» (cf. décision «nombre d usines actives»). Dans le cas de ma mise en inactivité d une usine, le coût du chômage technique des ouvriers est de un trimestre de la masse salariale. p. 3

4 Tableau 2 : Caractéristiques des usines Stand et Green Usine standard Usine green Investissement K /usine K /usine Type de production Silis Exolis Capacité de production unités/trimestre unités/trimestre Masse salariale Production 600 K /trimestre/usine 900 K /trimestre/usine Encadrement Durée d amortissement Montant d amortissement Coût administratif Entre 1 et 6 usines Entre 7 et 21 usines Au-delà de 21 usines K (somme fixe de 1 à 6 usines) K (somme fixe de 7 à 20 usines) K (somme fixe au-dessus de 20 usines) 10 années 200 K /trimestre/usine K K /trimestre/usine K K /trimestre/usine K K /trimestre/usine Emission de CO tonnes/usine 750 tonnes/usine Consommation d énergie Entre 1 et 20 usines Au-delà de 20 usines 200 K /trimestre/usine 150 K /trimestre/usine 160 K /trimestre/usine 120 K /trimestre/usine L usine Stand possède une capacité normale de production par trimestre de produits Silis et l usine Green de produits Exolis. Plusieurs facteurs peuvent permettre d accroître cette capacité de production : 1/ Les heures supplémentaires peuvent être utilisées dans une limite de 20% de la capacité normale de production totale. Celles-ci entrainent un surcoût de 50% de la masse salariale (de production et d encadrement) correspondant à l accroissement de production. 2/ L investissement en R&D améliore le processus de production. Plus précisément, il permet de diminuer la consommation d énergie et de réduire les émissions de CO2. Cependant, il est difficile de prévoir l impact exact de l investissement de R&D sur ces variables compte tenu du caractère non linéaire de la relation qui les unit. 3/ L investissement en développement humain (formation professionnelle, mobilité, gestion des carrières, mesures d employabilité) permet d améliorer le climat social de l entreprise. C est pourquoi en cas de licenciement (vente de machines ou ordre de production réduit), une politique de développement humain active permet de limiter p. 4

5 les coûts liés au plan social qui est automatiquement déclenché. A l inverse, un investissement en développement humain qui s avérerait insuffisant peut contribuer à augmenter de manière notable les coûts de licenciement. En effet, en cas de conflit social qui pourrait déclencher une menace sur l outil de production, la politique de l entreprise est systématiquement de protéger l outil de production quitte à verser des indemnités conséquentes aux ouvriers. Un indice de développement humain est communiqué à chaque période pour suivre la politique de développement humain. En période 0, l entreprise investit environ 10% de sa masse salariale en développement humain. Par ailleurs, l investissement en développement humain affecte la productivité des ouvriers (avec un effet retard d une période ; c est à dire que l IDH de la période n impacte la productivité en période n+1). Concrètement, l IDH permet ainsi d augmenter la capacité des machines pour une masse salariale ouvrier qui reste stable ; a contrario, une baisse de l IDH dégrade la productivité et diminue la capacité des machines pour une masse salariale ouvrier qui reste stable. A titre d exemple, en période 1, un IDH de 100 permet de maintenir la capacité théorique des usines (soit unités pour les usines Stand et unités pour les usines Green), un IDH de 80 dégrade la productivité de 10% et un IDH de 125 améliore la productivité de 5%. Cependant, ces données sont communiquées à titre d exemple car la relation entre IDH et productivité n est pas linéaire. Le coût administratif d une usine correspond à l ensemble des charges directes et indirectes d origine administrative, industrielle, commerciale et logistique. Ce coût administratif se décompose en deux parties, quel que soit le type (Stand ou Green) d usine : une somme globale de K qui est fixe de 7 à 21 usines (qui passe à K au-delà de 21 usines ; à K en deçà de 7 usines) et une somme variable de 100 K par usine. Le processus de production des usines Stand et Green a un impact différencié sur l environnement et l écosystème. Plus précisément, ces derniers sont affectés par la consommation d énergie et les émissions de CO2 propres à chaque usine. L usine Stand a une consommation d énergie par trimestre de 200 K /usine et l usine Green de 150 K /usine. Dans les deux cas, cette consommation est dégressive selon la capacité totale de production. En ce qui concerne les émissions de CO2, l usine Stand rejette tonnes de CO2 par trimestre et l usine Green 750 tonnes. p. 5

6 3. Approvisionnement et Stockage Les firmes «Artemis» peuvent produire Silis et/ou Exolis. Les caractéristiques de ces deux produits sont présentées dans le Tableau 3. Prix de vente Tableau 3 : Caractéristiques des produits Silis et Exolis Produit Silis En période 0 : 530 /produit p. 6 Produit Exolis Les études de marché montrent que ce produit pourrait se vendre entre 700 et 900 Unité de MP 1 1 Répartition MP Stand et Green Libre Minimum de 50% de MP Green Les produits Silis et Exolis sont tous les deux fabriqués à partir d une unité de matières premières MP. Il existe deux types de MP utilisables pour la fabrication des produits Silis et Exolis : les MP Stand et les MP Green. Les MP Green sont des MP Stand recyclées. Les MP Stand et les MP Green peuvent être utilisées indifféremment pour fabriquer des produits Silis et Exolis. Seuls, les produits Exolis requièrent un minimum de 50% de MP Green dans leur composition. D une période à l autre, les usines Stand et Green peuvent modifier (à la hausse ou à la baisse) la proportion de MP Green dans les produits fabriqués. Cependant, ces modifications ont un double impact : d une part, elles affectent le pourcentage de MP Green dans les produits finis issus de la production en cours ainsi que dans ceux des stocks ; d autre part, selon l intensité de ces modifications (voir détail ci-après), celles-ci peuvent entraîner la vente en soldes des stocks (à hauteur de 80% du coût de production du stock initial) : 1/ En cas de modification de moins de 10 points de la proportion de MP Green pour la production de la période par rapport au stock final de la période précédente, il y a amélioration du pourcentage de MP Green dans les produits finis issus de la production en cours ainsi que dans ceux des stocks (le pourcentage de MP Green final est calculé sur la base de la moyenne pondérée) ; ainsi par exemple, dans le cas où une firme dispose de unités de Silis à 10% de MP green en stock et décide de produire unités de Silis à 5% de MP Green, alors son stock disponible à la vente sera de unités à 7,5% de MP Green. 2/ En cas de modifications de plus de 10 points de la proportion de MP Green pour la production de la période par rapport au stock final de la période précédente, il y a

7 vente en soldes des stocks (à hauteur de 80% du coût de production du stock initial). Ainsi par exemple, dans le cas où une firme dispose de unités de Silis à 10% de MP Green en stock et décide de produire unités de Silis à 25% de MP green, alors son stock de Silis à 10% est soldé au coût de production et elle dispose de unités de Silis à 25% de MP Green disponible à la vente. NB : Ces différences de pourcentage de MP Green ne sont considérées que «produit par produit». Ainsi par exemple, le fait de lancer un produit Exolis avec une proportion de MP Green de 50% ne déclenchera pas de solde des produits Silis fabriqués avec une proportion de 10% de MP Green. En période 0, le prix d achat des MP Stand sur le marché des matières premières est de 150 /unité ; celui des MP Green est de 280 /unité. Dans les deux cas, les tarifs sont dégressifs selon les quantités achetées (voir Tableau 4). Tableau 4 : Tarif des MP Stand et Green Nombre d unités de MP (MP Stand et MP Green confondues) Dégressivité du tarif Jusqu à unités/trimestre 100% Entre et unités/trimestre 95% Entre et unités/trimestre 90% Entre et unités/trimestre 85% Au-delà de unités/trimestre 80% Il est possible de stocker les matières premières, MP Stand et MP Green, tout comme les produits finis, Silis et Exolis. Le stock de matières premières, MP Stand et MP Green, est valorisé au coût moyen pondéré. Le coût de stockage des matières premières est identique pour les MP Stand et les MP Green et il correspond à 5% de la valeur totale du stock final de la période précédente. Un stock de produits finis, Silis ou Exolis, se constitue dès lors que la production est supérieure à la vente de produits finis dans la période. Ce stock de produits finis, Silis ou Exolis, est valorisé au coût moyen pondéré de production. Le coût de stockage des produits finis est identique pour les produits finis, Silis ou Exolis, et il correspond à un cout fixe de K auquel s ajoute un pourcentage de la valeur totale du stock de la période. Ce pourcentage est variable selon le ratio (stock en unités de la période P n) / (ventes en unités de la période P n-1 ) (voir Tableau 5). p. 7

8 Tableau 5 : Coût de stockage des produits finis Silis et Exolis Ratio (stock en unités de la période P n) / (ventes en unités de la période P n-1 ) En % de la valeur totale du stock final de la période Ratio de 0 à 1 (inclus) 2% Ratio de 1 (exclus) à 2 (inclus) 3% Ratio de 2 (exclus) à 3 (inclus) 4% Ratio supérieur à 3 (exclus) 7% 4. Leviers Marketing et Accréditation A côté de la politique de prix, un certain nombre de facteurs liés au marketing sont présents dans la simulation «Artemis». Ces différents leviers marketing affectent directement le volume des ventes. Cependant, il est difficile de prévoir leur impact exact compte tenu du caractère non linéaire de la relation qui les unit au volume des ventes. Il faut noter également qu ils sont spécifiques à chaque produit, Silis et Exolis. Il est ainsi possible de moduler pour chaque produit l investissement dans ces leviers marketing. Ces différents leviers d action marketing sont les suivants : 1/ L investissement en effort commercial inclut le nombre de vendeurs et leur rémunération (à rapporter au nombre de produit vendu pour avoir un ratio). 2/ L investissement en communication concerne essentiellement les dépenses de publicité et permettent de créer une forte image de marque pour les produits Silis et Exolis. 3/ L investissement qualité améliore la performance des produits Silis et Exolis (sur les critères de résistance, de solidité, de poids, de transparence, d isolation phonique, d isolation thermique etc.) et contribue à obtenir l accréditation Label Qualité (voir détail ci-dessous). 4/ L investissement en R&D a également un impact sur la qualité des produits fabriqués par le biais de l amélioration du processus de production et de son efficacité. Cet investissement permet d optimiser le processus de production et de limiter les risques de produits non-conformes ou ne correspondant pas aux exigences de performance sur les critères de résistance, de solidité, de poids, de transparence, d isolation phonique, d isolation thermique etc. En outre, cet investissement permet une réduction de la consommation d énergie et des émissions de CO2. p. 8

9 5/ L investissement développement durable permet de mettre en place en interne dans les différentes usines un processus de production et de distribution qui s inscrit dans une logique écologique et de développement durable. Cet investissement permet le développement du recyclage et la mise en place d une éco-logistique, et contribue par là même à obtenir l accréditation Label Développement durable (voir détail cidessous). Deux accréditations, Label Qualité et Label Développement durable, peuvent être obtenues dans le cadre de cette simulation d entreprise. L obtention de ces accréditations produit un effet positif sur l image de marque des firmes «accréditées» et permet d accroitre leurs ventes. La première accréditation, Label Qualité, récompense les firmes qui ont fait des efforts substantiels pour obtenir un produit Silis ou Exolis présentant une forte qualité intrinsèque (forte performance du produit). L accréditation Label Qualité est obtenue dès lors que l investissement qualité par produit dépasse le seuil suivant : 30 par produit (produits fabriqués + produits en stock) + montant fixe 210 K lorsque l entreprise ne dispose pas de l accréditation lors de la période précédente. Lorsque l entreprise dispose de l accréditation lors de la période précédente, l accréditation Label Qualité est obtenue dès lors que l investissement qualité par produit est strictement supérieur au seuil suivant : 30 par produits fabriqués + montant fixe 210 K. La deuxième accréditation, Label Développement Durable, récompense les firmes qui ont fait des efforts substantiels pour développer un processus de production et de distribution qui s inscrive dans une logique écologique et de développement durable. Cela passe par une réduction drastique de la consommation d énergie et des émissions de CO2, par le développement du recyclage et par la mise en place d une éco-logistique. Lorsque l entreprise ne dispose pas de l accréditation lors de la période précédente, l accréditation Label Développement Durable s obtient par la satisfaction des quatre conditions suivantes : 20,10 d investissement durable par produit (produits fabriqués + produits en stock) + émission CO2 par usine inférieure au seuil de tonnes + consommation d énergie par usine inférieure ou égale au seuil de 150 K /usine + % de MP Green strictement supérieur au seuil de 50%. Lorsque l entreprise dispose de cette accréditation lors de la période précédente, alors, l accréditation Label Développement Durable s obtient par la satisfaction des quatre conditions suivantes : 20,10 d investissement durable par produits fabriqués + émission CO2 par usine inférieure au seuil p. 9

10 de tonnes + consommation d énergie par usine inférieure ou égale au seuil de 150 K /usine + % de MP Green supérieur au seuil de 50%. 5. Logistique Les coûts logistiques correspondent à l ensemble des charges directes et indirectes liées au processus de gestion de la logistique aval (entreposage, transport, différenciation retardée, distribution ). Ces coûts logistiques se décomposent en deux parties, quel que soit le type (Stand ou Green) d usine : une somme globale de K qui est fixe de 1 à 21 usines (qui augmente à K au-delà de 21 usines) et une somme variable de 20 /produit dont la dégressivité est décrite dans le Tableau 6. Tableau 6 : Coût unitaire de distribution des produits Stand et Green Nombre de produits distribués (produits Silis et Exolis confondus) Dégressivité du coût unitaire Jusqu à produits/trimestre 100% Entre et unités/trimestre 85% Entre et unités/trimestre 70% Au-delà de unités/trimestre 60% 5. Finance - L entreprise vient de contracter (en période -4) un emprunt de sur 24 périodes à 6%/an - 50% des ventes aux clients sont payées immédiatement et 50% à 90 jours (période 1) - 50% des achats aux fournisseurs de MP Stand et Green sont payés immédiatement et 50% à 90 jours (période 1) - Les participants ont la possibilité de recourir à un escompte client pour augmenter leurs encaissements comptant. Avec un taux d escompte client proposé équivalent au taux de la dette à court terme, on estime à 15% environ le nombre de clients prêts à payer comptant. - Les taux d intérêt à court terme (CT) et à long terme (LT) sont disponibles en page d accueil de l interface de chaque équipe. Ceux-ci sont actualisés à chaque nouvelle période. Le taux du découvert est de 20% / an ; les emprunts CT sont remboursables en une fois dans p. 10

11 la période suivant leur encaissement et les emprunts LT sont remboursables en 6 périodes, à partir de la période suivant leur encaissement. - L encours d emprunt maximum (CT + LT) est fixé en période 1 à 40% de la somme des capitaux propres et des réserves de la période précédente (période 0). Cette limite peut être amenée à évoluer en fonction de la politique des établissements bancaires. Les firmes Artemis seront informées de ces évolutions par le biais des notes de conjoncture. - Le taux d impôt sur les sociétés est fixé à 32%. - Le taux d escompte bancaire est à 90% du taux à CT 6. Votre mission Votre mission, si vous l acceptez, consiste à prendre en charge la gestion de cette entreprise en acceptant votre nomination au Directoire. En effet, les firmes Artemis sont des Sociétés Anonymes (SA) à Directoire et Conseil de Surveillance (structure «à l allemande»). Le directoire est l entité en charge de la gestion de l entreprise et est composé de 4 à 5 membres (obligatoirement personnes physiques) nommés par le Conseil de Surveillance qui peut les révoquer ou les renouveler. Votre équipe doit immédiatement s organiser et répartir les responsabilités au sein de ses membres (nomination des Directeurs). Votre équipe de direction sera alors chargée de maximiser la rentabilité de la firme en collaboration avec le conseil de surveillance présidé par votre «Professeur-Administrateur» (PA). Votre mission durera entre 6 et 8 trimestres en fonction du mandat qui vous sera délivré en début de simulation. Vous serez tout d abord évalué sur la base de votre capacité à maximiser la performance de l entreprise ; l indicateur retenu ici sera celui de la rentabilité financière moyenne (ou Average Return On Equity) au cours des trimestres gérés (moyenne du ROE de la période -3 à la dernière période). Cette première évaluation sera ensuite combinée à l évaluation de la qualité des comptes rendus réguliers qui vous seront demandés par votre PA ainsi qu à l évaluation de votre compte rendu d activité final dans lequel vous devrez défendre votre bilan de gestionnaire et justifier vos choix dans l objectif de voir votre mandat de gestion renouvelé. Ce compte rendu final interviendra à l issue de votre mandat de gestion (soit à la fin des 6 ou 8 trimestres). Des notes de conjoncture régulière vous préciseront la nature et le contenu des documents à fournir. Dans tous les cas, ces documents devront être envoyés par le biais de la messagerie interne de la simulation en adressant un p. 11

12 courrier (accompagné des pièces jointes demandées en version PDF) à votre PA (cf. cidessous). p. 12

13 7. Notes personnelles p. 13

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Livret du joueur KEY FLASH. Montage et commercialisation de clés USB originales. Sommaire

Livret du joueur KEY FLASH. Montage et commercialisation de clés USB originales. Sommaire Livret du joueur KEY FLASH Montage et commercialisation de clés USB originales Sommaire Préambule page approvisionnement page 4 production page 6 marketing page 10 administration finance page 1 Partenaires

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux»)

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux») Liste des formules (Consultez également «Liste des tableaux») Table des matières LES CALCULS COMMERCIAUX... 4 Le coefficient multiplicateur... 4 Montant de TVA... 4 TVA collectée... 4 TVA déductible...

Plus en détail

... Shadow Manager. Manuel du participant. Simulation de gestion d entreprise

... Shadow Manager. Manuel du participant. Simulation de gestion d entreprise Shadow Manager......... Simulation de gestion d entreprise. Cette activité n a d intérêt que si elle est suivie dans son intégralité. Manuel du participant www.simulnet.com NOTE AUX PARTICIPANTS OBJET

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

Becca Distribution Inc

Becca Distribution Inc Becca Distribution Inc 12-31-2008-12-31-2009 Becca Distribution Inc - Becca_2008.opt Page 3 Mesures clés du rendement de l'entreprise Seuil de rentabilité Valeur cible % Rentabilité % Rentabilité = 0 Période

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7//09 7:31 PM Page 475 Chapitre : Les placements Les placements Les sujets abordés pour chacun des travaux suggérés Dans tous les exercices et problèmes, nous calculons

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

LA GESTION BUDGETAIRE LA DIVERSITÉ DES BUDGETS - LE BUDGET DE TRÉSORERIE

LA GESTION BUDGETAIRE LA DIVERSITÉ DES BUDGETS - LE BUDGET DE TRÉSORERIE LA GSTION BUDGTAI LA DIVSITÉ DS BUDGTS - L BUDGT D TÉSOI La comptabilité générale et la comptabilité analytique renseignent le gestionnaire sur une situation passée : - la comptabilité générale permet

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement Plan Maximisation et création de valeur Le concept de Valeur Actuelle Nette Les différents types d investissements Les critères du choix d investissement

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Jean-Christophe Scilien Manel Benzerafa - Alilat Durée : 1h30 Plusieurs réponses correctes possibles Les réponses incorrectes seront sanctionnées

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

TURBOS Votre effet de levier sur mesure

TURBOS Votre effet de levier sur mesure TURBOS Votre effet de levier sur mesure Société Générale attire l attention du public sur le fait que ces produits, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations,

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2012-2013

(en millions d euros) 2013-2014 2012-2013 supplémentaires.. POLITIQUE D INVESTISSEMENTS (en millions d euros) 01-01 01-01 Investissements corporels et incorporels et investissements chez les clients 9 1 Acquisitions de titres de participations

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Mode d emploi du tableur >> ARC1

Mode d emploi du tableur >> ARC1 >> Analyse de la Rentabilité du Compostage Mode d emploi du tableur >> ARC1 Le tableur >>ARC1 se décompose en 11 feuillets : Feuillet 1 : Description des activités Feuillet 2 : Description des équipements

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse :

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse : V3/ 01-02-11 FORMULAIRE DE DECLARATION DE FRANCHISSEMENT(S) DE SEUIL(S) ET D INTENTION ARTICLES L. 233-7 ET L. 233-9 DU CODE DE COMMERCE ET 223-11 ET SUIVANTS DU REGLEMENT GENERAL DE L AMF I ) Déclaration

Plus en détail

Rapport financier semestriel 2011

Rapport financier semestriel 2011 Information réglementée. Bruxelles, le 25 octobre 2011, 19h00 Rapport financier semestriel 2011 Polygone International S.A. communique ses résultats semestriels consolidés à fin juin 2011. Ces comptes

Plus en détail

INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION

INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION Eric Astien 2007/2008 0 introduction Si la comptabilité générale La comptabilité de gestion doit fournir, d une manière générale, tous les éléments de nature à éclairer

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Financez. votre activité

PROFESSIONNELS. Financez. votre activité PROFESSIONNELS Financez votre activité Sommaire pages 4-5 Financez votre cycle d'exploitation Le financement de votre quotidien en toute sérénité Faites face à vos besoins de trésorerie. Gérez votre Poste

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011 Relatif au modèle abrégé d annexe des comptes annuels Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier VIRGIN REAL ESTATE INVEST PRIVATE EQUITY La solidité et la prospérité du marché suisse Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier L excellence de la place luxembourgeoise. ADEJE

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

TSTT ACC OUTILS DE GESTION COMMERCIALE FICHE 1 : LES MARGES

TSTT ACC OUTILS DE GESTION COMMERCIALE FICHE 1 : LES MARGES TSTT ACC OUTILS DE GESTION COMMERCIALE FICHE 1 : LES MARGES Coût de revient du produit + Marge du fabricant = Prix de vente HT au distributeur Prix d'achat HT du distributeur + Marge du distributeur =

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise ENTREPRISES EN DIFFICULTE Gestion de la crise Gestion de la crise Faire face à la crise. S entourer: sortir de son environnement habituel pour s entourer de professionnels spécialisés: avocats, experts-comptables,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement NOTE TECHNQUE du CBE FORMULES d NDEXATON des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement Depuis 2010, l interprofession du bois énergie s est mobilisée pour refondre et adapter

Plus en détail

La gestion budgétaire

La gestion budgétaire Partie 3 1. Prévisions financières 1.1. Gestion budgétaire 1.2. Elaboration d un «business plan» 1.3. Influence des marchés financiers La gestion budgétaire Cette technique permet de «garder le cap» pour

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES

LE BUDGET DES VENTES LE BUDGET DES VENTES Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o Elaboration du budget des ventes. Connaissances du processus "ventes". Principes, Synthèse, Application. TABLE DES MATIERES Chapitre

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25 Organisation de votre guide pratique du trésorier CE... 3 Guide de première connexion... 5 Accéder à votre publication sur : mode d emploi... 7 Rechercher un modèle sur www.editions-tissot.fr... 8 Sommaire

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP)

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) MAPPP/12-16 FICHE : CRISTALLISATION DES TAUX MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) Introduction Cette note examine les différentes modalités de couverture du risque

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA Sommaire Partie 1 : Analyse des documents de synthèse Cours 1 - Soldes Intermédiaires de Gestion... 3 Cas 1-1 : Marie (SIG sans retraitement)...

Plus en détail

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008 SOMMAIRE Faits marquants du 1 er trimestre 2008 2 Analyse de la production Locindus au 31 mars 2008 3 Analyse des activités 4 Analyse des comptes de résultats 5 Finance et trésorerie 7 Comptes consolidés

Plus en détail

Mondial Manager. Simulation de Commerce International. Manuel du participant

Mondial Manager. Simulation de Commerce International. Manuel du participant Manuel du participant Table des matières Mondial Manager Introduction... 3 Votre Entreprise... 4 Situation initiale de l entreprise... 6 Paramètres de la session...6 Etudes Générales...6 Etudes Export...7

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Rédaction d un Plan d affaires

Rédaction d un Plan d affaires Rédaction d un Plan d affaires Catherine Raymond 2001 INTRODUCTION Raisons qui ont motivé la rédaction du plan d affaires Personnes ou organismes qui ont collaboré à l élaboration du plan d affaires Sommaire

Plus en détail

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES entre [Nom du Client] et Indép'AM [Date] Convention de service - Mandat Global entre [Nom du Client] et Indép AM Page

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 Ce document présente les conditions dans lesquelles la société de gestion HSBC Global Asset Management (France) entend exercer les droits

Plus en détail