Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM"

Transcription

1 Documen de ravail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015

2 France e Allemagne : Une hisoire du désajusemen européen Mahilde Le Moigne Xavier Rago OFCE, Mars 2015 Résumé La divergence économique enre la France e l Allemagne depuis 1993 es impressionnane. Alors que les deux pays éaien dans des siuaions comparables à la fin des années 1990, l Allemagne es aujourd hui au voisinage du plein emploi - en dépi d inégaliés en hausse - e es un des pays les plus exporaeurs du monde. La France connai un chômage hisorique e voi ses performances commerciales se dégrader coninûmen. Plusieurs explicaions à cee divergence on éé proposées. Ce aricle quanifie la conribuion pariculière de la modéraion salariale allemande débuan oure-rhin au milieu des années 1990 sur l écar de performances économiques franco-allemand. En effe, les salaires allemands son resés exraordinairemen sables après la réunificaion allemande, e ce esseniellemen dans les services. À l aide d un modèle quaniaif de commerce inernaional, nous rouvons que la modéraion salariale allemande es responsable de l ordre de la moiié de l écar de performances à l exporaion de la France par rappor à l Allemagne, e explique environ 2% du aux de chômage français. Le problème de l offre en France es esseniellemen le résula du désajusemen européen. Absrac The economic divergence beween France and Germany since 1993 is impressive. Whereas France and Germany boh experienced similar economic siuaions a he end of he 1990s, Germany now reaches full employmen - despie increasing inequaliies - and is one of he bigges world exporers. France however experiences hisorical levels of unemploymen and a deerioraing rade balance. Several causes have been pu forward o explain such diverging rends. The curren paper quanifies he specific role of wage moderaion in Germany since Indeed, Germany is an oulier in Europe: is uni labor coss remain excepionally low during he las wo decades, mosly in he service secor due o nominal wage moderaion. Using a quaniaive model of inernaional rade, we find ha he German wage moderaion is responsible for roughly half of he divergence in erms of rade balance, and explain an increase of more han 2% of he French unemploymen rae. The French supply side problem is parly explained by he European divergence. JEL : E24, E66, E02. Mos-clés : France Allemagne, divergence européenne, marché du ravail. Les aueurs iennen à remercier Chrisophe Blo, Odile Chagny e Philippe Marin pour leurs remarques e leurs correcions sur ce ravail. OFCE, ENS Ulm. OFCE, CNRS, PSE. 1

3 1 Inroducion Depuis la crise économique européenne de 2009, ous les regards convergen vers l Allemagne. Alors que la France peine à redresser son acivié économique, l Allemagne semble en bien meilleure sané. Les sympômes du malaise français son la faible croissance, un aux de chômage aeignan des niveaux hisoriques, des peres de pars de marché à l exporaion, e un défici de la balance courane. De l aure côé du Rhin, nore voisin, proche du plein-emploi, es un des pays les plus exporaeurs du monde. Pouran la proximié enre la France e l Allemagne n es plus à démonrer : proximié hisorique - les deux pays son au coeur de la consrucion européenne e du marché commun -, mais égalemen proximié économique, puisque les deux pays son exposés au même environnemen macro-économique, e présenen des srucures d offre similaires en ermes de produis Fonagné and Gaulier, 2008). La comparaison enre la France e l Allemagne es devenu un exercice classique du déba public, mais se nourri souven d une vision ronquée ou parielle du modèle allemand Blo e al., 2015). L explicaion des divergences enre la France e l Allemagne a donné lieu à une moisson de causes possibles, que l on peu résumer en 5 caégories. 1. Parmi les principaux faceurs avancés, la capacié d innovaion e de monée en gamme des exporaeurs allemands es un argumen récurren. Sraégie «hisorique» de l Allemagne depuis les années 1980 Sorge and Sreeck, 1988), elle serai rendue possible par une organisaion indusrielle pariculière, le Mielsand. Cee organisaion es décrie par Herrigel 1995) comme un «ordre indusriel décenralisé», composé d une muliude de peies e moyennes enreprises hauemen spécialisées, e encadrées par une législaion favorisan l innovaion e la formaion de main d oeuvre qualifiée. Caracérisé par un mode d organisaion des enreprises favorable à l implicaion des salariés le «parenaria conflicuel», Müller-Jensch 1986) ), il perme par ailleurs, comme le souligne Boyer 2015), une large décenralisaion des négociaions salariales. De fai, la qualié des produis allemands, la capacié de mainenir un service après-vene qui s adape à la demande, e le consan effor d innovaion semblen avoir mainenu l avanage hors-prix de l Allemagne par rappor à la France sur les dernières décennies. 2. Une seconde explicaion concerne la meilleure inégraion de l Allemagne dans le commerce inernaional. En pariculier, les enreprises allemandes on pu exernaliser ceraines âches de producion vers les pays européens de l ex-bloc de l es, où les coûs salariaux son bien plus faibles Grömling, 2008). Si cerains économises on perçu cee évoluion comme un risque pour l Allemagne Sinn 2006), «économie de bazar»), cee «opimisaion des chaînes de valeur» aurai donné un avanage en ermes de compéiivié-coû à l Allemagne. À ce phénomène d ousourcing s ajouerai un posiionnemen sraégique de l Allemagne, exporaeur de biens d équipemen pour l esseniel, sur le marché des économies émergenes foremen demandeurs de els produis Boyer, 2015). 3. Une roisième cause pour expliquer la divergence franco-allemande renvoie à la différence du coû du ravail enre les deux pays. La modéraion salariale allemande au cours des ving dernières années, résula de la double influence de la réunificaion allemande e d une radiion de négociaions salariales décenralisées Dusmann e al., 2014), a éé exraordinaire parmi les pays européens. Si celle-ci a principalemen concerné les seceurs des biens non-échangeables, elle a indirecemen fourni un avanage de compéiivié-coû aux seceurs exporaeurs, uilisaeurs de services aux enreprises non-échangeables dans leur processus de producion. Il es probable que la sabilié des prix immobiliers en 2

4 Allemagne alors qu ils éaien mulipliés par plus de 2 en France depuis la fin des années 1990) ai égalemen grandemen favorisé cee modéraion salariale au cours des dernières années Agliea and Rago, 2015). 4. Dans le même ordre d idée, une quarième cause avancée de manière récurrene dans les débas es l influence des réformes du marché du ravail allemand en , à la suie de la mise en place des lois Harz Agenda 2010) sur le aux de chômage de nore voisin. Visan le seceur eriaire en priorié, ces réformes avaien pour bu de renforcer la lue conre le chômage en favorisan la créaion d emplois à faibles salaires Harz II), en imposan les condiions d accepabilié de l emploi e de mobilié pour les chômeurs Harz I), e en diminuan les indemniés chômage dès 2005 Harz IV). De nombreux aueurs Fizenberger 2009), pour une synhèse criique) soulignen la flexibilisaion du marché du ravail induie, ainsi que le renforcemen de la segmenaion enre le marché «couver» Dusmann e al., 2014) de l emploi dans le seceur exposé concenran des ravailleurs hauemen qualifiés e les haus salaires), e le marché du ravail «découver» dans le seceur abrié basses qualificaions e faibles niveaux de revenus). De elles réformes n on pu, selon les analyses, que renforcer le déséquilibre des négociaions salariales en faveur des employeurs - au moins dans le seceur des services - e l augmenaion des inégaliés salariales en Allemagne Blo e al., 2015). Il y a cependan consensus sur la conribuion de ces lois à la réducion du chômage oure-rhin jusqu en Enfin, une dernière explicaion proposée es la différence dans les srucures de concurrence enre les deux pays. Une organisaion plus concurrenielle des seceurs abriés de la concurrence inernaionale en Allemagne services, immobiliers) - résula hypohéique des réformes Harz Boyer, 2015) - rendrai possible une baisse des aux de marge e donc des prix dans ces seceurs, induisan une dévaluaion relaive du aux de change allemand par rappor au aux de change français Bénassy-Quéré and Coulibaly, 2014). L augmenaion du conenu en services des expors européens d une par Chepea e al., 2014), e l augmenaion des recours aux services dans les processus de producion indusriels d aure par Croze and Mile, 2014) accenuen encore l impac d un el décalage de concurrence dans des seceurs a priori exclus de la compéiion inernaionale Gaulier and Vicard, 2012). Il semble qu à ce jour il n exise pas d éudes permean de réellemen discriminer les ordres de grandeur de chacune des explicaions avancées. Parmi les causes menionnées ci-dessus, quels son les faceurs réellemen imporans? Pour répondre à cee quesion, nous présenons dans ce aricle l hisoire économique française e allemande de 1993 à 2012, en différencian deux seceurs d acivié économique : le seceur des biens échangeables e donc exposés à la concurrence inernaionale - comme l indusrie e les services échangeables - e le seceur des biens non-échangeables - comme la consrucion ou les services à la personne. Une elle représenaion du issu producif perme d appréhender l esseniel des divergences européennes e de reproduire l inerdépendance commerciale de la France e de l Allemagne. On reconsrui égalemen les demandes domesiques e exérieures de ces produis, ainsi que la formaion des prix de chaque seceur, afin de mere en valeur la formaion des coûs e des prix en France e en Allemagne. On peu ainsi reproduire, sur des séries longues de 1993 à 2012), la dynamique des prix, des marges, des salaires, des coûs uniaires ainsi que des coefficiens echniques pour chaque pays. Nous consruisons un modèle permean d incorporer les explicaions présenées plus hau de la divergence franco-allemande, en se focalisan sur les déerminans de la compéiivié-prix e hors-prix de chaque pays. Ce modèle perme de réaliser des «hisoires ficives» ou conrefacuels permean de quanifier le rôle des différens 3

5 faceurs proposés pour expliquer l écar si imporan des balances commerciales française e allemande. La conclusion des analyses développées dans ce aricle es que la modéraion salariale qui a éé observée en Allemagne au cours des deux dernières décennies explique à elle seule 40% de l écar des performances exporarices enre la France e l Allemagne. De ce fai, la modéraion salariale allemande a foremen pénalisé le seceur exporaeur français. Le rese de l écar s explique par l amélioraion de la qualié des biens allemands e probablemen la meilleure orienaion géographique de l Allemagne dans ses exporaions. Il es imporan de noer que dans cee analyse, nous ne prenons pas en compe l effe indirec de la dégradaion de la posiion commerciale de la France sur la capacié des enreprises françaises à invesir, moner en gamme e améliorer la qualié de leurs biens. Cee analyse sous-esime donc l impac économique de la modéraion salariale allemande sur le relèvemen à long-erme de l économie française. Il apparaî ainsi que le problème du «reard producif français» relève en grande parie pour 40% au moins) des désajusemens nominaux enre la France e l Allemagne. L analyse de ce effe sur l écar des aux de chômage enre les deux pays es plus incerains. Une esimaion conservarice es que ce écar d évoluion des coûs a conribué à une hausse du chômage en France de 2%. 2 La divergence franco-allemande La balance commerciale d un pays résume la capacié d une économie à vendre plus qu elle n achèe au rese du monde. Une comparaison des balances commerciales française e allemande résume l hisoire de la divergence du couple franco-allemand, e explique en parie le décalage de l Allemagne avec le rese de la zone euro. Figure 1 Balances commerciales française e allemande en % du PIB naional 4

6 Les balances commerciales française e allemande suiven une rajecoire similaire de 1991 à 2000, avan de diverger brualemen au débu des années Alors que la France es déficiaire en 2012 de -2% de PIB, l Allemagne enregisre un excéden commercial de 6% du PIB. Alors que les imporaions françaises e allemandes suiven des rajecoires similaires sur ou la période, le débu des années 2000 es caracérisé en France par un ralenissemen de la croissance des exporaions, à un aux inférieur à celui des imporaions, ce qui explique la dégradaion rapide de la balance commerciale. Le lancemen de l euro au débu des années 2000 semble au conraire marquer un rebond des exporaions allemandes, qui croissen de manière plus imporane à parir de 2003, à un ryhme bien plus élevé que les imporaions 10 poins de plus enre 2003 e 2007). Ce graphe reflèe un aspec imporan du déséquilibre européen acuel : l esseniel de la croissance allemande provien de la croissance exerne noammen des grands émergens), qui perme à l Allemagne d êre proche du plein emploi. Elle se siue à ce égard en conrepoin du rese de l Europe : au cours des années 2000, la demande inérieure allemande n augmenai que de 10%, andis qu elle augmenai de près de 35% en moyenne dans le rese de la zone euro enre 2000 e Alors que le rese de l Europe voi sa croissance irée ou mainenue en sagnaion) par la demande inérieure, l Allemagne doi sa croissance à ses performances commerciales, e l orienaion géographique de ses exporaions figure 8 en annexe). Quels son alors les déerminans du succès commercial allemand? Ce succès se fai-il au dérimen d aures économies européennes e noammen de la France? Pour répondre à ces quesions, la secion suivane éudie la différence enre les seceurs exporaeurs français e allemands. 3 Les seceurs échangeables e non-échangeables en France e en Allemagne Dans cee secion, nous simplifions la srucure des économies française e allemande en consruisan - par l agrégaion des branches secorielles des compabiliés naionales de la France e de l Allemagne - deux seceurs d acivié par pays : le seceur des biens échangeables e le seceur des biens non-échangeables. Cela perme de présener les principales différences enre la France e l Allemagne sur la période 1993 à 2012, pour laquelle les données annuelles son oues disponibles. Le choix de la décomposiion de la producion en deux seceurs abrié e exposé répond à un riple objecif de simplificaion des données, de rigueur par rappor à la liéraure sur les quesions de commerce inernaional 1, e à une nécessaire prise en compe des différences insiuionnelles enre les seceurs échangeables e nonéchangeables au sein des deux pays. 3.1 Qu es-ce que le seceur des biens échangeables? On considère de manière classique que le seceur exposé rassemble l ensemble des biens desinés à l exporaion, e l on range donc dans cee caégorie l agriculure, 1. On pense ici à l effe Balassa-Samuelson e aux écars de produciviés induisan des effes sur les indices de prix à la consommaion. 5

7 sylviculure e pêche, l agro-alimenaire, l indusrie manufacurière e exracive, les echnologies d informaion e de communicaion, e les services financiers e d assurance. Le seceur abrié rassemble l ensemble des biens non exporables : la consrucion, le commerce de gros e de déail, le ranspor, l hébergemen e la resauraion, les services immobiliers, les aures services, noammen les services principalemen non marchands. Les décomposiions françaises e allemandes des seceurs d acivié dans la compabilié naionale son assez proches, sans pour auan êre exacemen équivalenes. La nomenclaure allemande recouvre en effe moins de caégories que la décomposiion française, ce qui n empêche pas pour auan d idenifier clairemen la parie exposée à la concurrence inernaionale de la parie abriée de l économie. On considère que les services aux enreprises son des biens mixes, dans la mesure où une parie seulemen de ces produis peu êre exporée. Cee dénominaion recouvre noammen en France les «aciviés spécialisées scienifiques e echniques» exporables e délocalisables), ainsi que les «aciviés de services adminisraifs e de souien» acivié domesique propre à l adminisraion française) 2. En Allemagne, la dénominaion «Unernehmendiensleiser» recoupe la même disincion 3. On a donc répari ces services, proporionnellemen aux poids relaifs des deux seceurs dans l économie naionale. La par du seceur exposé à la concurrence inernaionale dans la valeur ajouée en France es plus faible que celle de l Allemagne. La différence provien esseniellemen de la aille du seceur indusriel, plus grande en Allemagne. La par du seceur exposé en France s élevai à 26% au débu de la période qui nous inéresse, en 1991, e a légèremen augmené à parir de la fin des années 1990, pour aeindre près de 29% en À l inverse en Allemagne, la par du seceur exposé dans la VA naionale a diminué au débu des années 1990 passan de 42% à 38% enre 1991 e 1996, résula vraisemblable du démanèlemen d une parie de l indusrie es-allemande devenue obsolèe suie à la réunificaion) pour ensuie se sabiliser auour de 40% de la VA jusqu en Ces chiffres révèlen une différence iniiale essenielle enre la France e l Allemagne, avec un seceur abrié de la concurrence inernaionale beaucoup plus conséquen en France que chez son voisin. Une analyse proposée par Boyer 2015) pour expliquer la relaive peie aille du seceur exposé français souligne l imporance hisorique en France du souien de l Éa cenralisé à quelques grands champions indusriels, souien qui a éé progressivemen abandonné à parir du débu des années Par conrase, l organisaion du issu producif allemand reposan sur une myriade de peies e moyennes enreprises a mainenu la aille du seceur des biens échangeables relaivemen consane au cours de deux dernières décennies. 3.2 Les sources de divergence enre la France e l Allemagne Coûs uniaires de producion La divergence producive enre la France e l Allemagne es largemen visible dans l évoluion des coûs uniaires de producion depuis Les coûs uniaires de producion son les coûs oaux nominaux de la producion d une unié de biens absracion faie de l évoluion de son prix de vene). 2. Définiion INSEE, nomenclaure NAF rév ) 3. Klassifikaion der Wirschafszweige 2008), SaisichesBundesam. 6

8 a) Seceur exposé b) Seceur abrié Figure 2 Coûs uniaires de producion On consae que dans le seceur exposé à la concurrence inernaionale, les coûs de producion uniaires français son en moyenne inférieurs aux coûs allemands, quoique l écar se réduise significaivemen à parir de 2006, dae à laquelle les coûs uniaires de producion se meen à augmener plus rapidemen en France qu en Allemagne. Dans le seceur des biens non-échangeables en revanche, la divergence enre les deux pays es flagrane. Alors que les coûs uniaires français dans le seceur abrié croissen coninûmen enre 1993 e 2012, e s apprécien de 47% sur la période, les coûs uniaires allemands augmenen à un ryhme beaucoup plus len, e son dépassés en niveau par les coûs français dès Sur la période, ils n on augmené que de 17%. Ainsi en 2012, les coûs de producion uniaires français dans le seceur exposé ne son que 8% plus élevés que les coûs allemands par rappor aux niveaux de 1993, alors qu ils son 30% plus élevés dans le seceur des biens non-échangeables. Évoluion des prix La différence des coûs nominaux enre les seceurs ne s es pas raduie linéairemen par une différence enre les prix de vene des biens dans les deux seceurs. a) Seceur exposé b) Seceur abrié Figure 3 Indices des prix En effe, une comparaison de l indice des prix enre les deux pays révèlen qu en niveau, les prix allemands n on fai que raraper les prix français enre 1991 e le milieu des années Deux endances se disinguen : dans le seceur des biens échangeables, les prix français son demeurés relaivemen sables sur oue la période, e on même diminué à parir du débu des années En 2012, l indice des prix français du seceur exposé s es déprécié de 3% par rappor à son niveau de L indice des prix allemands à l inverse, s es coninûmen apprécié sur la période , e a augmené de 17% par rappor à son niveau de Dans le seceur abrié de la concurrence inernaionale en revanche, les prix français 7

9 on augmené beaucoup plus rapidemen que ceux du pays voisin, avec une appréciaion de 54 poins enre 1993 e 2012, andis que les prix allemands ne se son appréciés que de 21% dans la même période. Il apparaî donc que dans le seceur des biens échangeables, les prix français on moins augmené que les coûs nominaux, andis que dans le seceur proégé, ils on bien suivi l évoluion des coûs de producion. Cela condui à une hausse imporane du prix relaif des biens non-échangeables par rappor aux biens échangeables en France. Taux de marge Une aure représenaion de ce phénomène es la chue des aux de marge français de plus de 20 poins enre 1998 e 2012 dans le seceur des biens échangeables, à l opposé du aux de marge allemand mainenu sable sur la même période. a) Seceur exposé b) Seceur abrié Figure 4 Taux de marge Ce graphe révèle un réel effor de marge de la par des enreprises françaises pour mainenir leur compéiivié-prix ce que soulignen les rappors du CEO e du CE- PII), le aux de marge éan uilisé comme variable d ajusemen face à l appariion de nouveaux compéieurs. Il reflèe égalemen la faible élasicié prix des exporaions allemandes dans le commerce inernaional, les enreprises allemandes occupan une posiion d oligopole sur leurs biens exporés Ducoudré and Éric Heyer, 2014; Arus, 2010). En revanche dans le seceur abrié, le aux de marge des enreprises françaises s apprécie rès légèremen de 4 poins, e demeure là encore consan en Allemagne, révélan ainsi une différence dans la srucure compéiive de ces seceurs poin sur lequel insise le rappor Gallois 2011)). La fore augmenaion des marges françaises dans le seceur abrié reflèe un cerain dysfoncionnemen du marché français dans ce seceur, ainsi qu un problème sur la formaion des salaires. Salaires nominaux En France, les salaires on augmené régulièremen e de manière comparable dans les deux seceurs. Le salaire individuel moyen coisaions sociales incluses) dans le seceur exposé à la concurrence inernaionale a augmené de près de 70% enre 1993 e 2012, andis que le salaire individuel moyen dans le seceur abrié augmenai de 52% dans le même emps. Cee dynamique es dans la moyenne européenne, e la France ne fai donc pas figure d excepion à ce égard. En revanche, l évoluion des salaires nominaux allemands paraî beaucoup plus aypique, noammen dans le seceur des biens non-échangeables, où le salaire individuel moyen es resé exraordinairemen sable sur près de dix ans. En effe, alors que les salaires nominaux dans le seceur des biens échangeables s apprécien de 51% enre 1993 e 2012, le salaire moyen dans le seceur abrié ne s apprécie que de 10% enre 1993 e 2001, e rese ensuie à ce niveau jusqu en 2008, dae à laquelle il recommence à augmener légèremen. En 2012, 8

10 les salaires nominaux allemands dans le seceur des biens non-échangeables ne se son donc apprécié que de 25% par rappor au niveau de 1993, soi moiié moins que la France. a) Seceur exposé b) Seceur abrié Figure 5 Salaires nominaux Deux causes principales peuven expliquer cee sabilié des salaires en Allemagne. La première es la résulane de la chue du mur de Berlin en 1990, e de la mauvaise gesion de la réunificaion des deux Allemagne Dusmann e al., 2014). Le choix poliique fai en 1990, de considérer la parié oale enre un Mark de l oues e un Mark de l es, a conribué à une considérable augmenaion du coû du ravail à l es, les salaires en RDA n éan pas corrélés à la producivié réelle des enreprises esallemandes Sinn, 2000; Grömling, 2008). L explosion du chômage e des faillies à l es a enrainé des ransfers asronomiques enre l Allemagne de l oues e l Allemagne de l es qui son esimés par les expers allemands à 900 milliards d euros enre 1991 e 2003, soi 50% du PIB moyen d une année, e rois fois la valeur oale de la dee grecque. Ces monans on éé payés sans solidarié européenne par les Allemands eux-mêmes. Dusmann e al. 2014) avancen l idée que ce choc macroéconomique a considérablemen changé le rappor de force enre les salariés e les enreprises. Cela, couplé à des formes de négociaions décenralisées des salaires, a condui à une modéraion salariale durable. Bien que Dusmann e al. 2014) récusen l argumen d une sraégie de dumping social allemande, d aures aueurs soulignen égalemen le rôle, ceres reconnu moindre mais non négligeable, des réformes Harz menées en Allemagne en L un des impacs de ces lois a noammen éé la créaion d emplois à rès faibles revenus e avec une couverure sociale pour le moins précaire dans les seceurs d acivié les moins compéiifs mini-jobs e midi-jobs, esseniellemen dans les services). Il n es pas non plus à exclure une explicaion plus classique e moins propre à l Allemagne que son les pressions induies par l inernaionalisaion des processus de producion liée à la mondialisaion, avec la menace implicie de délocalisaion qui a pu conribuer à la modéraion salariale dans le cadre d accords compéiivié-emploi. Cee modéraion salariale allemande se radui aujourd hui par des écars considérables enre la France e l Allemagne. Si l on considère la double différence enre 1993 e 2012, à la fin de nore période les salaires nominaux allemands son 20% inférieurs à ceux de la France dans le seceur exposé, e 30% inférieurs dans le seceur abrié, en comparaison de leur niveau en Le choix de l année 1993 comme année de référence peu oujours êre débaue. Si l on prenai l année 2000 comme année de base les résulas seraien peu différens. Néanmoins on consae que ces écars son similaires en niveau voir figure 7 en annexe) : en 2012 le salaire individuel moyen français es de 18% supérieur au salaire allemand dans le seceur exposé, e de 31% 9

11 dans le seceur abrié 4. 4 L écar de compéiivié-coû enre la France e l Allemagne Pour expliquer la divergence des performances exporarices enre la France e l Allemagne nous revenons aux deux composanes fondamenales de la concurrence inernaionale : la compéiivié-prix e la compéiivié hors-prix, qui es une mesure de la qualié des biens. La compéiivié-prix d un pays peu se décomposer enre la compéiivié-coû d une par, e l effor sur les aux de marge d aure par. Une composane essenielle de la compéiivié-prix es donc l évoluion du coû de producion. On a vu plus hau que le aux de marge des enreprises françaises s es considérablemen rédui dans le seceur exposé au cours de la période Cee secion s inéresse mainenan à la compréhension de la seule différence de compéiivié-coû enre la France e l Allemagne. Commen expliquer la différence des coûs de producion enre ces deux pays dans le seceur des biens échangeables? 4.1 Décomposiion des coûs uniaires de producion Enre 1993 e 2012, le coû uniaire de producion dans le seceur des biens échangeables a augmené de 26% en France e de seulemen 18% en Allemagne. Ainsi, la France a perdu 8% sur la période en ermes de compéiivié-coû. Afin d appréhender plus précisémen les causes des endances précédenes, nous reconsruisons la srucure de producion de chaque seceur échangeable e nonéchangeable) pour chaque pays France e Allemagne) pour chaque année de 1993 à 2012, ou en enan compe du rese du monde. Les caégories de consommaions inermédiaires uilisées dans la producion son les biens en provenance des seceurs échangeables de l Allemagne, de la France e enfin les biens inermédiaires échangeables en provenance du rese du monde RDM). Nous supposons que le rese du monde produi un ype de biens inermédiaires pour l Allemagne e un aure ype pour la France. Cela nous perme de considérer deux indices des prix pour les biens imporés du RDM par la France e l Allemagne e ainsi de prendre en compe la baisse relaive des inrans acheés par l Allemagne). Enfin, les enreprises de chaque seceur dans chaque pays peuven égalemen uiliser les biens non-échangeables produis domesiquemen. Dès lors, une analyse de la conribuion de chaque faceur de producion à la divergence des coûs es possible. C es l obje du ableau suivan. La méhodologie es présenée en Annexe. Le ableau représene la conribuion de chaque faceur à l écar de coû enre la France e l Allemagne sur la période La seconde colonne indique la conribuion oale du faceur. Une conribuion posiive indique que le faceur a conribué à une hausse plus grande des coûs français. Une conribuion négaive indique que le faceur a conribué à une hausse plus grande des coûs allemands. La somme des conribuions de ous les faceurs colonne 2) es 1 : elle explique donc l inégralié de l écar de coû. La roisième e la quarième colonnes décomposen la conribuion de chaque faceur en un effe prix e un effe volume : un faceur peu devenir plus cher 4. Selon les calculs de COE-Rexecode ces écars son plus peis en 2014, dans la mesure où le coû horaire du ravail n a progressé que de 0,2% en France, alors qu il progressai de 2,2% en Allemagne enre 2013 e 2014 Ferrand, 2015). 10

12 Effe oal Conrib. écar prix Conrib. écar volume Biens imporés du RDM Biens imporés d All Biens imporés de Fr Biens non-échangeables Travail Somme Table 1 Décomposiion de l écar de coû uniaire oal enre France e Allemagne car on achèe un même volume plus cher, ou parce que l on achèe un volume plus grand au même prix. La première ligne présene la conribuion des biens imporés du rese du monde par la France e par l Allemagne. L effe es foremen négaif, noammen pour les volumes. Cela signifie que l Allemagne a subsaniellemen accru l acha de biens inermédiaires provenan du rese du monde -1.80). Il es imporan de souligner ici que ce ousourcing plus imporan en Allemagne qu en France se fai à un coû plus élevé oure-rhin -0.43). En effe, l indice du déflaeur des imporaions incluan donc le prix des consommaions inermédiaires imporées) s es apprécié de près de 25% pour l Allemagne enre 1991 e 2012, alors qu il se dépréciai de 4% en France voir figure 10 en annexe). En niveau, le prix des imporaions allemandes en provenance du rese du monde n on fai que raraper les prix français jusqu au milieu des années 2000, pour ensuie les dépasser figure 9 en annexe). Noons que ce coefficien révèle deux choses. Tou d abord, il apparaî que l Allemagne aurai disposé en niveau d un avanage-coû imporan sur les prix de ses consommaions inermédiaires imporées au débu de la réunificaion. Ce avanage a pu êre exploié au débu de la période considérée, favorisan vraisemblablemen les marges d une parie des enreprises allemands ayan exernalisé une parie de leur producion cf. figure 4). Second consa : ce avanage s es régulièremen amenuisé pour disparaîre au cours des années Cela correspond probablemen à l effor de monée en gamme des enreprises allemandes, qui imporen des consommaions inermédiaires plus chères car de plus grande qualié que les consommaions inermédiaires imporées françaises. Les deuxième e roisième lignes présenen l effe des biens imporés d Allemagne e de France dans l évoluion des coûs de producion. Pour ces biens, il n y a pas d effe prix car ces biens son payés au même prix par les deux pays. On voi que l Allemagne a acheé plus de biens en provenance d Allemagne e la France plus de biens en provenance de France, e donc à des prix en niveau relaivemen équivalen figure 3). La quarième ligne monre la conribuion des biens non échangeables. La srucure du seceur abrié de chaque économie explique une parie de l écar de coûs enre les deux pays. La France a consommé plus de bien non-échangeables français e plus chers figure 3) par rappor à la consommaion de biens non-échangeables allemands dans la producion allemande. À ce égard, il es imporan de souligner que la eriarisaion croissane des économies développées Croze and Mile, 2014) e le recours de plus en plus imporan à l exernalisaion des services aux enreprises pèse ici lourdemen dans la réducion des coûs de producion allemands par rappor à la France. La dernière ligne indique la conribuion du seul faceur ravail dans le seceur des 11

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Incidence du commerce international sur les salaires des Canadiens

Incidence du commerce international sur les salaires des Canadiens Incidence du commerce inernaional sur les salaires des Canadiens par Omar Zakhilwal N o 156 11F0019MPF N o 156 ISSN: 1200-5231 ISBN: 0-660-96431-7 Prix : 5 $ le numéro, 25 $ annuellemen Éudes de la Famille

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada Les reombées économiques de l Accord de libre-échange canada-chili Bureau de l économise en chef Affaires érangères e Commerce inernaional Canada Le 30 mai 2013 Table des maières Sommaire... 1 1. Inroducion...

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre 2008-9 Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des

Plus en détail

PIB réel, RIB réel et gains commerciaux : Canada, 1981-2005

PIB réel, RIB réel et gains commerciaux : Canada, 1981-2005 IB réel, RIB réel e gains commerciaux : Canada, 1981-005 Ulrich Kohli 1 Banque naionale suisse RÉSUMÉ Le produi inérieur bru réel (IB) ne rend pas compe des peres e des gains commerciaux qui découlen de

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes L effe des aciviés hors bilan sur la renabilié e la volailié des revenus des banques canadiennes Nicolas Pellerin * Déparemen des Sciences Adminisraives Universié du Québec en Ouaouais Essai du D.E.S.S.

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Quels sont les liens entre monnaie et inflation?

Quels sont les liens entre monnaie et inflation? 6 mai 9 - N 16 Quels son les liens enre monnaie e inflaion? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédaceur : Sylvain Broyer Il es éviden que le risque inflaionnise par l économie es inexisan aujourd hui. Mais il se pose

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Retraite et chômage en Belgique : les jeunes bénéficient-ils des préretraites? Mathieu Lefèbvre 1

Retraite et chômage en Belgique : les jeunes bénéficient-ils des préretraites? Mathieu Lefèbvre 1 Reraie e chômage en Belgique : les jeunes bénéficien-ils des préreraies? Mahieu Lefèbvre 1 Résumé Dans ce aricle, nous décrivons les principaux changemens survenus dans l accès aux préreraies au cours

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES DT 07/2002 Ressources Humaines e Libéralisaion : une approche sraégique Cas du seceur élecrique en Afrique subsaharienne Samuel AMBAPOUR

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca L'inensié énergéique du seceur manufacurier de 1976 à 1996 Québec, Onario, Albera e Colombie-Briannique Par Jean-Thomas Bernard jber@ecn.ulaval.ca e Bruno Côé bruno.coe@finances.gouv.qc.ca Chaire en économique

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude N 08 ENJEUX ECONOMIQUES ET COMMERCIAUX DE L ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT PRIVE AU SENEGAL : Une Approche V.A.R Structurel

LES DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT PRIVE AU SENEGAL : Une Approche V.A.R Structurel REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe Inserion professionnelle e dépar du domicile parenal : une relaion complexe Thomas Couppié, Céline Gasque * L'enrée dans la vie adule es un phénomène mulidimensionnel don la complexificaion es soulignée

Plus en détail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail Conribuion Delalande e ransions sur le marché du ravail Luc Behaghel, Bruno Crépon, Béarice Sédillo. Résumé On évalue l impac de la «conribuion Delalande», axe sur le licenciemen des ravailleurs âgés en

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT E9904 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian HESSE, Benoî MERLAT 3 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian

Plus en détail

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo. Union monéaire e impac du commerce bilaéral inra zone : approche par les VAR srucurels dans la zone CFA Laif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.fr Oumy Laye layendiaye78@yahoo.fr Résumé Ce aricle ene de répondre

Plus en détail

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun WP/13/144 Viabilié budgéaire, invesissemen public e croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naurelles: le cas du Cameroun Issouf Samake, Priscilla Muhoora e Bruno Versailles 2013

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique Sabilié des prix e sraégie de poliique monéaire unique Chrisian Bordes 1 e Lauren Clerc 2 Décembre 2003 Résumé Ce aricle pore sur l objecif de sabilié des prix dans le cadre de la sraégie de poliique monéaire

Plus en détail