Audit de la filière agritouristique en Martinique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Audit de la filière agritouristique en Martinique"

Transcription

1 Audit filière agritouristique Martinique Note synthèse Etu réalisée Janvier Juill 00 par B pour le compte Chambre d Agriculture Martinique, avec le concours financier l Odéadom l Union européne Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Téléphone : (33) (0) Tour Cristal Parc Télécopie : (33) (0) Boulevard Stalingrad Intern : F-6966 Villeurbanne Cex Daniel Bonnabeau Associé Sommaire :. Contexte problématique.... Approche man agri-touristique Martinique Analyse agri-touristique martiniquaise Principa oritations stratégiques pn d actions Conclusions... Audit filière agritouristique Martinique Chambre d Agriculture Martinique, ODEADOM, UE - Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Tous droits réservés 00

2 . Contexte problématique Avec Ha SAU, plus exploitations, dont e majorité sont pite taille (inférieur 0 Ha), l agriculture martiniquaise connaît d importantes mutations, comme témoigne comparaison du RGA 000 avec celui 989 : disparition près moitié s exploitations agrico ( - 47%), réduction 3% SAU, sous pression du développemt urbain. Une agriculture mutation Les pites moynes exploitations, majoritaires déj très diversifiées au niveau leurs productions, se sont professionnalisées ont développé nouvel activités plus forte valeur ajoutée afin conforter leur situation économique. Ainsi, on a vu apparaître davantage produits transformés nouveaux circuits commercialisation, plus courts. Le dynamisme l activité touristique Martinique, a couragé certains exploitants développer s activités d accueil, notammt proposant s produits d hébergemt sur leurs exploitations. Une filière émergte dont il convit d évaluer pottialités vue sa structuration l organisation son développemt Face ce constat, compte tu l intérêt qu ils portt l agritourisme, agriculteurs martiniquais ont éboré, mars 000, avec le souti Chambre d Agriculture Martinique, premier programme sectoriel agritourisme (PSA). Ce programme prévoit le cadre développemt filière agritouristique Martinique sur pério mise œuvre du DOCUP, soit Prant considération besoins financiers matériels humains pour assurer le développemt pérne filière, ainsi que mesures d ai annoncées dans le Contrat Pn Etat Région le DOCUP, le programme comprd 3 principaux axes d actions: R évaluer pottialités l agritourisme Martinique. R organiser structurer filière agritourisme. R favoriser qualité diversité s produits agritouristiques Dans ce cadre, Chambre d Agriculture Martinique, avec participation financière s l Oadom l Union Europénne, a confié e réflexion stratégique Ernst & Yog vue : R connaître précisémt l état filière, ses caractéristiques, ses atouts, mais aussi ses points faib, au travers d audit actuelle émergte, R caractériser man, ses évolutions marchés pottiels pour Martinique R apporter regard critique sur conditions développemt conditions d adaptation du PSA R définir modalités mise œuvre d e stratégie permtant l émergce d e filière plus performante compétitive Audit filière agritouristique Martinique Chambre d Agriculture Martinique, ODEADOM, UE - Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Tous droits réservés 00

3 Une consultation très rge s intervants La méthodologie mise œuvre pour atteindre différts objectifs a été fondée sur e approche privilégiant consultation construction avec acteurs filière. Ainsi, ont été réalisés : R e soixantaine d tris face face, dont près d e trtaine auprès s porteurs proj exploitants ayant déj e activité agritouristique, e vingtaine auprès responsab acteurs institutionnels (CA, DRAF, PRNM,..), e dizaine auprès s acteurs institutionnels donneurs d ordre du tourisme martiniquais tels que l Agce Régionale pour le Développemt du Tourisme Martinique (ARDTM), l Office Départemtal du Tourisme Martinique (ODTM), spécialistes du tourisme (agces voyage,...). R diagnostic man fondé d e part, sur l exploitation s documts existants (bins l activité touristique réalisés par l ARDTM, rapport d activité chambre d agriculture, programme sectoriel, étu s données sur le tourisme l agri-tourisme, ) d autre part sur le contu s tris cités précémmt; R e approche s marchés français, néo-calédoni, gualoupé réionnais, titre comparaison ; R réalisation cinq comités pilotage trois groupes travail sur qualification l éboration scénarii, R plusieurs séances travail avec Chambre d Agriculture l Oadom. Une définition variable l agritourisme selon acteurs, qui mérite d être précisée Pour plupart s agriculteurs, l agritourisme constitue e source diversification, permtant «compléter leurs revus». La définition l agritourisme rir est celle définie par institutionnels professionnels agrico martiniquais savoir «e activité touristique li avec e activité agricole. A ce titre, l exploitant doit bénéficier l AMEXA. Une activité qui doit être complémtaire l agriculture dont revus ne doivt pas excér ( générale) ceux issus vte s produits l exploitation qui doit contribuer conforter situation économique l exploitation». Au niveau du marché touristique, l agritourisme est e activité générant s produits loisirs, vte produits agrico frais transformés, d hébergemt restauration prant appui sur s exploitations agrico. Les TO agces voyage ont e vision floue, souvt globée dans le cadre plus global du tourisme vert. Au regard s différtes définitions données par acteurs, définition l agritourisme Martinique doit core être réaffirmée pour que l semble s acteurs s opérateurs partagt e vision comme qu ils véhicult s messages cohérts, partir squels e meilleure image pourra être conçue. Face ces jeux, il apparaît pertint mesurer dans quel mesures l agritourisme peut constituer e opportité terme d offre nouvelle, complémtaire s produits touristiques martiniquais existants, vectrice d e image différciante. Audit filière agritouristique Martinique Chambre d Agriculture Martinique, ODEADOM, UE - Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Tous droits réservés 00 3

4 Une man globale baisse. Approche man agritouristique Martinique Le secteur touristique constitue s pô d activités majeurs du secteur marchand martiniquais, rrière le commerce l agriculture. Selon l ARDTM, le secteur touristique au ss rge, c est dire incluant toutes activités périphériques (location voitures, transports, excursions, commerce, ), aurait, 00, induit millions d euros dépses directes part s visiteurs (95% provint s touristes séjour). Depuis 998, le tourisme Martinique connaît globalemt s difficultés qui se traduist par e baisse ssible fréqutation : R visiteurs 998 R visiteurs 000 R visiteurs 00, soit e baisse d vrion 30% puis 998 R l année 00 registre core e baisse significative semble-t-il Les principa raisons avancées pour expliquer cte désaffection stination Martinique ( plus globalemt s Dom Tom) sont : R Un vieillissemt d autant plus remarqué que concurrce d autres î s Caraïbes a fortemt augmté avec s prestations qualité e politique promotionnelle active, R Des difficultés développer réellemt e diversification (aussi bi au niveau promotion que du développemt nouveaux projs, nouvel clitè ), R Des carces matière qualité s services l accueil, amant s rapports qualité / prix d autant plus défavorab Martinique que le coût stination est élevé comparaison avec d autres pays Caraïbe, R Une clitèle esstiellemt métropolitaine, insuffisammt diversifiée, e faible notoriété sur principaux autres marchés émteurs internationaux, R Une image core très imprégnée certes par aspects balnéaires, mais qui reste insuffisammt attractive aujourd hui, R Des choix stratégiques contestab s transporteurs aéris, qui ont supprimé plusieurs lignes créant ainsi e carce sièges e diminution du service, maintue e politique tarifaire élevée sur le prix s bills d avion alors que le marché s ajustait baisse, R Et plus récemmt l impact du raltissemt économique lié aux évènemts du septembre 00 Dans ce contexte, pouvoirs publics ont adopté e série mesures supplémtaires faveur du secteur touristique (moratoire s ttes fisca socia, rforcemt du budg promotion, comman d diagnostic l AFIT), vant notammt s ajouter s fonds affectés au tourisme représtant dotation du DOCUP pour pério Aussi, dans l vironnemt caribé qui reste e stination prisée disposant Audit filière agritouristique Martinique Chambre d Agriculture Martinique, ODEADOM, UE - Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Tous droits réservés 00 4

5 d e forte notoriété, Martinique se doit relever ux défis pour rayer chute l activité son secteur touristique, observée ces rnières années : R Le premier, majeur, consiste mieux adapter offrir e offre attractive (prix, prestations, ) fonction s atttes d e clitèle exigeante, versatile, plus internationale, R Le uxième vise l amélioration l image Martinique par effort coordonné soutu promotion sur marchés émteurs. La filière d agritourisme n échappe malheureusemt pas c vironnemt défavorable même si sa taille son positionnemt rnt moins ssible conjoncture externe. Une man touristique qui ne se limite plus s produits balnéaires, ni e clitèle exclusivemt métropolitaine Si Martinique reste avant tout e stination tourisme balnéaire, comme témoigne conctration s activités hôtellières zone littoral, notammt dans commes du sud-est l île, on observe e augmtation fréqutation s musées, s visites s sites dits «verts», tels que réserves naurel, ou jardins botaniques. On observe outre nombre croissant d treprises qui se crét côté d organismes type associatif pour développer s activités d excursion, randonnées visites guidées ( le nombre annuel visiteurs s sites selon l observatoire du tourisme martiniquais du PNRM). Parmi ces visiteurs, on peut estimer que touristes séjour, esstiellemt provance métropole, constitut e part majeure. Cepdant, il semble que clitèle martiniquaise locale, constitue égalemt e part significative, croissance. Ainsi, selon l Observatoire du Tourisme, 65% s martiniquais fréqutt e institution vocation patrimoniale (musée ou site naturel). Au-l cte approche man vis--vis produits non-balnéaires, fréqutation s gîtes ruraux perm égalemt d apprécier man globale pour s produits agri-touristiques Martinique. En 999, 000 touristes ont choisi le gîte rural pour leur séjour Martinique, soit moins 3% clitèle séjour. En sachant, qu au niveau mondial, 0% clitèle touristique se décre concernée par l écotourisme (données l Office Mondial du Tourisme), on peut pser qu il existe pottiel siginificatif pour le tourisme vert dont l agritourisme Martinique (concepts bi différcier). Notons qu il n existe pas actuellemt données spécifiques pour l agritourisme permtant suivre l évolution cte activité que ce vit impératif terme d avoir ces tableaux bord. Caractéristiques man pour s produits agritouristiques Martinique A l issue s tris més auprès s exploitants agrico développant d ores déj e activité agritouristique (e vingtaine, 00), man agri-touristique peut se définir au travers cinq grans caractéristiques : R Une clitèle qui provit principalemt l extérieur, notammt métropole qui se caractérise par : e retive exigce services rapport qualité/ prix, recherche d momt vie authtique, découverte partage, Source : Association Martiniquaise pour le Tourisme Espace Rural (AMATER) Audit filière agritouristique Martinique Chambre d Agriculture Martinique, ODEADOM, UE - Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Tous droits réservés 00 5

6 e retive mobilité (démt véhicule loué, 30% s touristes résidant gîte effectue lors séjour dans ux gîtes différts, ) e coexistce ux typologies clitèle niveau revu moy supérieur : d e part famille (35 50 ans avec 3 fants par exemple), recherchant e proximité avec nature, pour «être au calme», d autre part rraités, dont séjours s effectut souvt groupe ou couple. R Une man locale émergte, très spécifique : mans loca sont plus plus dévelopées notammt pour prestations découverte restauration groupe. Ces mans concernt public soit jee (scoires) pour s produits découverte pédagogique, soit âgé (associations, excursionnistes), notammt pour produits restauration. Il existe égalemt e man, plus individuelle (couple) pour produits d hébergemt pour s séjours courte durée. R Une man saisonnière conctrée sur périos : De novembre avril (60% l activité annuelle, clitèle esstiellemt métropolitaine), Juill/ août : clitèle martiniquaise vivant France R Une durée moyne séjour variant d e semaine trois semaines selon pério (tre novembre avril, durée est d e semaine général d mois pour rraités ; tre juill août, martiniquais vivant France effectut s séjours d au moins 3 semaines) R Un mo prospection faisant généralemt (même s il y a plusieurs exceptions) peu intervir agces voyage, caractérisé par e recherche individuelle, e prise contact direct e réservation 3 4 semaines l avance. Synthèse : man existe, mais reste difficile capter La clitèle martiniquaise est animée par e volonté (re)découvrir, préserver valoriser son patrimoine. Elle recherche davantage d authticité dans produits. De même manière, clitèle métropolitaine manifeste le souhait d avoir possibilité développer vraies retions humaines, découvrir «l autre Martinique», mais ne perçoit pas priori spécificités s différts produits tourisme vert d agritourisme. Ainsi, si man pour s produits agritouristiques reste aujourd hui parfois initiée par e recherche d hébergemt moindre coût, il existe égalemt e recherche produits permtant découvrir «traditions vraies». En conclusion, il apparaît indéniable que man vrait progresser terme sur Martinique. Si aujourd hui elle meure faible, pottiel reste capter adaptant dans e politique globale organisée avec autres produits touristiques interne dans produits d agritourisme. Rappelons que l historique l agritourisme est tout réct Martinique qu ce titre produits prestations ont été impntés sur le marché majoritairemt il y a moins 3 ans. Audit filière agritouristique Martinique Chambre d Agriculture Martinique, ODEADOM, UE - Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Tous droits réservés 00 6

7 3. Analyse agri-touristique martiniquaise Produit mixte Hébergemt seul Produit(s) sans hébergemt Une offre récte, rgemt dominée par s produits d hébergemt, qui td se diversifier L offre agritouristique résulte d processus long qui a été accéléré partir 996, l issue d actions ssibilisation. Globalemt, reste localisée dans zone nord l île (zone Lear II) concerne s exploitations très hétérogènes. En revanche, ces exploitations sont conduites soit par jee agriculteur, vant s installer, soit par chef d exploitation plus âgé, qui peut être installé puis plus quinze ans être dans e logique valorisation/ transmission son exploitation, ou avoir eu parcours hors l agriculture, avec e ssibilité plus développée aux problématiques d accueil. Ce sont généralemt recherche d revu complémtaire, valorisation leur production qui constitut principa motivations s exploitants pour développer e activité agritouristique. Si l on exclue du champ d analyse prestations visite proposées par distilleries (e dizaine viron) ou prant support dans grands domaines culture, moins d e trtaine d exploitations agritouristiques peuvt être recsées fin 00. Ces activités sont souvt constituées par s produits récts (au plus, 0 ans d âge) qui intéresst l agriculture moyne (tre 0 ha). Plus 30% s produits agritouristiques référcés dispost d e offre mixte combinant produit d hébergemt (gîte esstiellemt, chambre d hôte) d autres formu d accueil prestations. Les formu chambres d hôtes tab d hôtes sont peu représtées, exploitants résidant raremt sur. Les animations pédagogiques direction s éco (visites + démonstration + apprtissage) sont hausse mais ce produit ne répond pas aujourd hui cahier s charges spécifique. Il existe cepdant e réflexion cours au niveau du PNRM au niveau national (groupes d experts interministériel). Au niveau s nouveaux projs réalisés 00 (7 émergce : e même exploitation pouvant proposée plusieurs produits) /ou attte réalisation évtuelle sur années suivantes (e dizaine projs création), on note développemt plus important s produits restauration / ou d animation. Par ailleurs, il existe e combinaison plus systèmatique s produits découverte avec s produits restauration / ou d hébergemt. L activité restauration meure celle qui est le plus hausse avec celle s visites pédagogiques, notammt réponse e man locale croissante (repas groupes le week-d, visites groupes scoires). Bi qu on ne puisse pas définir avec exactitu le taux d activité s exploitations agritouristiques, raison d e absce système suivi précis, le taux d occupation s gîtes ruraux, suivi par l AMATER, perm disposer d indicateur. Ce rnier meure proche 33% moyne, avec s variations fortes selon l impntation géographique l historique l activité. Notons que gîtes ruraux représtait plus 000 lits 998 (avec nombreuses constructions puis prévision) que gîtes chambres d hôtes d agritourisme représteront terme moins 50 lits (soit 5 Les chiffres mtionnés corresponnt recsemt effectué Mai 00, sur base données exhaustives (croisemt s données chambre d agriculture Martinique du PNRM) Audit filière agritouristique Martinique Chambre d Agriculture Martinique, ODEADOM, UE - Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Tous droits réservés 00 7

8 0% tourisme vert) seulemt,5% capacité d hébergemt touristique Martinique (8.000 lits). Cte présce faible l agritourisme résulte d certain nombre faibses qui rnt perfectible le positionnemt agritouristique martiniquaise par rapport d autres départemts français, métropole ou d outre-mer. Facteurs clés succès Système qualité garanti (par tiers) Capacité s organiser au-l s clivages syndicaux historiques Capacité mtre œuvre e véritable stratégie marking Capacité se mobiliser dans l acte commercial (vte) Spécificité typicité Qualité compétces humaines Articution avec celle l semble du secteur touristique martiniquais caribé Mise comme moys services supports pour promotion, l animation vte Positionnemt martiniquaise Pas réelle concrétisation, malgré s souhaits s initiatives Absce vision ccmme ce que doit être qualité Manque vision partagée Confusion tre objectifs niveaux moys d organistion Absce stratégie d outil marking Des initiatives individuel interessantes qui mériterait d être prises compte dans contexte global promotion filière Un manque concertation tre opérateurs agritouristiques ceux chargés vte : rapprochemt s impose pour e connaissance réciproque Une typicité cours définition qui doit être confortée notammt au niveau s exploitations ne reposant que sur produit d hébergemt Une prise conscice insuffisante s qualités humaines requises pour développer générer e activité service (disponibilité, pédagogie, animation, ss du contact, ) Absce réflexion comme Des rapprochemt cours (CA/ ODTM/ PNRM) Pas réelle coopération inter-régionale Des structures isolées dont moys projs restt dispersés sans réelle cohérce Audit filière agritouristique Martinique Chambre d Agriculture Martinique, ODEADOM, UE - Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Tous droits réservés 00 8

9 4. Principa oritations stratégiques pn d actions Synthèse : martiniquaise reste core trop éctée ne répond pas core suffisamt aux exigces d véritable produit touristique L offre d agritourisme constituée par 6 exploitations agrico fin 00, propose s produits mixtes (hébergemt + visite l exploitation) mais reste éctée, n est pas aujourd hui préstée dans sa globalité (non organisée réel produit touristique avec prestations service d accueil qualité, e qualification, ). Elle meure par conséqut trop parcelire au sta actuel pour être perceptible aux yeux s consommateurs métropolitains voire même martiniquais insuffisammt crédible aux yeux s professionnels du tourisme, particulier ceux chargés promotion Martinique. Au regard du diagnostic man, il apparaît que le principal jeu filière agritouristique consiste s organiser passer logiques individuel e stratégie concertée développemt que pourront accompagner pouvoirs publics. Le tableau ci-ssous préste le pottiel d ici 006 dans chace s activités En activité Ouverture prévue 00 Exploitations, intifiées 00 comme ayant proj agritouristique Pottiel d ici 006 Actions recommandées d ici 006 Ferme auberge Consolir projs actuels cours, sauf exception limiter l accroissemt Tab d hôtes Consolir projs émergce sur 00 accroître [+ 0 5]; prospecter Vte produits fermiers Consolir projs émergce sur 00 accroître [+5 0]; prospecter Ferme découverte Consolir actuelle émergte, synergie avec le développemt vte produits fermiers Ferme pédagogique Consolir projs émergce sur 00 accroître [+ 5 0]; prospecter Gîte Consolir actuelle émergte limiter l accroissemt Chambre d hôte Accroître [+0 5][+ 5 0], synergie avec le développemt s tab d hôte; prospecter inciter Camping Être atttif aux opportités; prospecter d agritourisme m exergue oritations préconisées. Ainsi il s agit consolir projs existants - cours réalisation mieux cibler le développemt futur : R Rationaliser produits existants d hébergemt gîte, ferme auberge, ferme découverte, pour obtir e bonne rtabilité R Cibler courager le développemt futur l agritourisme autour s produits fermes pédagogique, tab chambres d hôte, vte produits fermiers, moins coûteux investissemts, R Équilibrer l activité touristique autour trois pô : animation/ restauration/ hébergemt Ainsi, nous recommandons mer e stratégie permtant construire e filière organisée autour d objectifs partagés dont le développemt permte fois rforcemt situation économique s exploitations agrico ainsi qu e diversification touristique martiniquaise. Audit filière agritouristique Martinique Chambre d Agriculture Martinique, ODEADOM, UE - Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Tous droits réservés 00 9

10 Cinq axes stratégiques sont développer pour le redéploiemt filière agritouristique Martinique. A- A- Appuyer Appuyer mise mise d d comité comité départemtal départemtal l agritourisme l agritourisme accompagner accompagner son son activité activité A- A- Mtre Mtre e e organisation organisation concertée concertée efficace efficace B- B- Rdre Rdre plus plus visible visible A- A- Installer Installer bureau bureau l agritourisme l agritourisme s s locaux locaux appropriés appropriés A3- Créer s fonctions supports logistiques regroupées A3- Créer s fonctions supports logistiques regroupées A4- A4- Mtre Mtre contrôle contrôle suivi suivi qualité qualité A5- A5- Mtre Mtre s s bases bases données données spécifiques spécifiques sur sur l agri-tourisme l agri-tourisme créer créer ««observatoire observatoire»» B- B- Recser, Recser, actualiser, actualiser, organiser organiser traiter traiter l information l information retive retive B- B- Créer Créer diffuser diffuser e e pqute pqute générique générique préstation préstation + + fiches fiches produit produit B3- B3- Créer Créer s s pqutes pqutes spécifiques spécifiques préstation préstation chaque chaque produit, produit, diffusion diffusion ciblée ciblée C- C- Définir Définir critères critères permtant permtant qualifier qualifier spécifier spécifier agritouristique agritouristique martiniquaise martiniquaise C- C- Qualifier Qualifier C-Mtre C-Mtre gérer gérer système système suivi suivi contrôle contrôle qualité, qualité, reposant reposant sur sur s s critères critères précis précis C3- C3- Mtre Mtre jour jour structures structures concernées concernées : : mise mise aux aux normes normes D- D- Mieux Mieux vdre vdre produits produits existants existants futurs futurs E- E- Encourager Encourager le le développemt développemt maîtrisé maîtrisé D- D- Mtre Mtre œuvre œuvre e e ctrale ctrale réservation réservation D- D- Développer Développer s s actions actions prospection prospection d animation d animation ciblée ciblée D3- D3- Développer Développer s s manifestations manifestations permtant permtant promouvoir promouvoir l activité l activité auprès auprès d d rge rge public public E- E- Rforcer Rforcer l appui l appui aux aux porteurs porteurs proj proj afin afin garantir garantir pérnité pérnité leur leur activité activité E- E- Encourager Encourager le le développemt développemt produits produits ciblés ciblés vue vue d équilibrer d équilibrer l activité l activité agritouristique agritouristique Six actions prioritaires pour réussir le développemt Parmi 6 actions qu il est recommandé mtre œuvre, six apparaisst prioritaires : R - Mtre e organisation concertée efficace : création d' comité l Agritourisme, qui, grâce l affectation moys humains financiers significatifs, mis disposition l semble s acteurs, sera mesure garantir maîtrise du développemt qualité s prestations ; R - Créer e véritable équipe d animation d organisation filière : mise disposition compétces humaines qui vront compléter favoriser l gagemt s professionnels ; R 3- Mieux vdre actuelle pottielle, au travers création d e ctrale réservation, conduite prospections ciblées par segmt marché (produit/ clit) l organisation manifestations «grand public» ; R 4- Rdre plus lisible actuelle pottielle : par s guis préstant globalité s borchures plus spécifiques par produits ; R 5- Qualifier spécifier martiniquaise par s critères qui permtront suite d offrir plus lisibilité garantie aux consommateurs Cte action vra être complétée par mise aux normes s produits existants mise d système suivi contrôle ; R 6- Encourager le développemt maîtrisé, au travers appui mise œuvre s projs l octroi sélectif d ais aux investissemts (ai conditionnée aux respects critères spécifiques pré-définis) La maîtrise du développemt filière apparaît indispsable afin d assurer l émergce d e offre qualité, équilibrée diversifiée (tre produits d hébergemt, restauration d animation) ; Audit filière agritouristique Martinique Chambre d Agriculture Martinique, ODEADOM, UE - Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Tous droits réservés 00 0

11 A différce du programme sectoriel initialemt proposé, qui tdait privilégier s actions formation, le prést proj développemt validé par le Comité Pilotage favorise davantage mise disposition fonctions supports (conseil, formation, information) qui permtront structurer plus rapimt mieux consolir l activité agritouristique Martinique. Ce pn d actions nécessite investissemt global près 5 Millions d Euros si l semble s actions est mise. Ainsi, l horizon 006, il pourrait être caractérisé par : R Une cinquantaine d exploitations ayant développées e activité agritouristique l horizon 006, R Une offre correspondante plus 50 produits, avec e répartition équilibrée tre produits d animation (ferme découverte, ferme pédagogique), produits restauration (ferme auberge, table d hôtes vte produits fermiers) produits d hébergemt (gîte, chambres d hôte). R Une activité économique générant plein régime 006 tre 3 millions d Euros 4,8 millions d Euros Chiffre d affaires annuel créant e cinquantaine d emplois. 5. Conclusions C audit a permis confirmer principaux axes du programme sectoriel, tout repositionnant fortemt jeux, actions moys mtre œuvre. Il confirme tout l intérêt porter cte activité mais fixe bi pn travail validé par le Comité Pilotage professionnels martiniquais le 8 le 9 juill rnier. L agritourisme apparaît comme e réelle opportité saisir : R présce d réel marché, dont le pottiel ne pourra être capté qu avec réel professionnalisme, e rigueur s démarches trepreuria (initiatives, dynamisme, ) l semble s acteurs l agritourisme martiniqsuais ; R l agritourisme constitue e réelle activité diversification pour l agriculture martiniquaise, dont le développemt connaît s mutations fortes ; La réussite ce pn d action est bi tdu conditionnée par capacité s professionnels mtre œuvre au plus vite ces premières actions R l agritourisme représte e activité diversification du tourisme martiniquais, dont le repositionnemt plus global s impose compte tu s difficultés s évolutions sur rnières années ; Cte situation pourra être atteinte si, au cours s ux prochaines années, principaux professionnels acteurs filière agritourisme : R mtt œuvre rapimt création d comité l agritourisme Martinique. R témoignt leur gagemt sur le pn d actions recommandé notammt rforçant compétces d animation filière mise œuvre d e politique marking concertée, R réussisst mobiliser avec l appui s partaires budg global pour 4 ans 5 millions d Euros. Audit filière agritouristique Martinique Chambre d Agriculture Martinique, ODEADOM, UE - Ernst & Yog Entrepreurs Conseil Tous droits réservés 00

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. taillée e de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. taillée e de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Pn dépcemtsd au Cœur Stratégie s Entreprises détailld taillée e d d P.D.E. 25 janvier 2006 Documt 7ème SS libre d utilisation sous réserve d citer source ou commt donner ss vos dépcemts Mise d P.D.E

Plus en détail

Principales questions d un audit de conseil d administration

Principales questions d un audit de conseil d administration Principales questions d un audit de conseil d administration Afin d accompagner les établissemts de santé et de services sociaux dans la mise place d un outil diagnostic des pratiques de gouvernance des

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE CONSEILLER DE CLIENTELE DE PARTICULIERS MULTICANAL

LICENCE PROFESSIONNELLE CONSEILLER DE CLIENTELE DE PARTICULIERS MULTICANAL LICENCE PROFESSIONNELLE CONSEILLER DE CLIENTELE DE PARTICULIERS MULTICANAL Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Spécialité : Banque, assurance, finance Préstation Préstation Composante UFR économie

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation s Nations Unies pour le développemt industriel Distr. générale 5 juin 205 Français Original: anglais Conseil du développemt industriel Quarante-troisième session Vine, 23-25 juin 205 Point

Plus en détail

AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE DE REPRÉSENTATION LÉGALE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU

AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE DE REPRÉSENTATION LÉGALE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU FICHE V AU TONO MIE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU MINEUR ISOLÉ ÉTRANGER AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE, REPRÉSENTATION LÉGALE 1. A. PRINCIPES Incapacité GÉNÉRAUX B. La représtation juridi s s C. Actes non-

Plus en détail

N 3626 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 3626 ASSEMBLÉE NATIONALE N 3626 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidce de l Assemblée nationale le 6 juillet 2011. RAPPORT D INFORMATION DÉPOSÉ application de l article

Plus en détail

IT Gouvernance. Le point sur la mise en œuvre. ANDSI Association Nationale des Directeurs de Systèmes d Information.

IT Gouvernance. Le point sur la mise en œuvre. ANDSI Association Nationale des Directeurs de Systèmes d Information. IT Gouvernance. Le point sur mise œuvre. ANDSI Association Nationale s Directeurs Systèmes d Information. 12 janvier 2010 Salons Etoile Wagram, 16, avue Wagram, Paris 8 ème. Jean-Pierre Delvaux, CGEIT

Plus en détail

DE L ASSOCIATION» Objectif : Être capable de concevoir une démarche personnalisée de recherche de moyens financiers externes à l association.

DE L ASSOCIATION» Objectif : Être capable de concevoir une démarche personnalisée de recherche de moyens financiers externes à l association. Service aux clubs Fiche TERRITOIRE BOURGUIGNON «DEVELOPPER LES RESSOURCES DE FINANCEMENTS PRIVES DE L ASSOCIATION» DFE Objectif : Être capable de concevoir une démarche personnalisée de recherche de moys

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

25 projets FSE en 2012

25 projets FSE en 2012 25 projets FSE 2012 www.fse.gouv.fr Avec le Ce documt est cofinancé par l'union européne 25 projets FSE 2012 3 Sommaire France Sommaire Axe d intervtion 1 : Contribuer à l adaptation des travailleurs et

Plus en détail

Le Le Financement Mutuel entre les Entreprises des Pays de la la Loire

Le Le Financement Mutuel entre les Entreprises des Pays de la la Loire Dossier presse 27 mai 2013 Mutuel tre Entreprises s Loire Mutuel tre Entreprises s Loire Société anonyme coopérative M, 29 avril 2013 à capital variab Institut Automobi M Technoc s 24H, Chemin bœufs Société

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS TYPES 2012 ET NOTES D ORIENTATION. Présenter ses états financiers selon les IFRS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS TYPES 2012 ET NOTES D ORIENTATION. Présenter ses états financiers selon les IFRS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS TYPES 2012 ET NOTES D ORIENTATION Préster ses états financiers selon les IFRS Avis important : Cette publication a été élaborée à titre de documt d information et elle vise

Plus en détail

LE PRESTIGE DU NOM LA FORCE DE L ENSEIGNE!

LE PRESTIGE DU NOM LA FORCE DE L ENSEIGNE! LE PRESTIGE DU NOM LA FORCE DE L ENSEIGNE! Un supplémt au journal Meuse jeudi 2 octobre 2014 LE MEILLEUR SERVICE, LE MEILLEUR CHOIX LE LE MEILLEUR MEILLEUR SERVICE, SERVICE, LE LE MEILLEUR MEILLEUR CHOIX

Plus en détail

Poids des Leviers Payants

Poids des Leviers Payants 2011 Poids s viers Payants Indicateurs Clés site (source Econda) Taux Visites Commans CA Généré rebond Taux conion 427 370 15,00% 13973 205 143 3,27% Sources Trafic (source Econda) Accès Direct Sites référts

Plus en détail

Management de projet et l innovation : l apport de la gestion de projet. J. Renaud AFITEP/INPL

Management de projet et l innovation : l apport de la gestion de projet. J. Renaud AFITEP/INPL Managemt proj l innovation : l apport la gestion proj Enjeux instriels : Innover Proposer s proits sans cesse innovants rouvelés aux délais conception les plus courts. Les treprises sont vus «Chrono-comp

Plus en détail

Base réglementaire communautaire

Base réglementaire communautaire MESURE 311 : DIVERSIFICATION VERS DES ACTIVITES NON AGRICOLES Base réglementaire communautaire Articles 52.a.i et 53 du Règlement CE 1698/2005 Article 35 et annexe II du Règlement d application CE 1974/2006

Plus en détail

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Les missions du Pays touristique (inscrites dans les statuts du Syndicat Mixte). 1. Élaborer et participer à la mise en œuvre d un projet de développement touristique

Plus en détail

Édito. à savoir. Sommaire Financements complémentaires : de nouvelles possibilités s offrent à vous! p. 1-2 Enquête Pôle Emploi sur les Besoins

Édito. à savoir. Sommaire Financements complémentaires : de nouvelles possibilités s offrent à vous! p. 1-2 Enquête Pôle Emploi sur les Besoins Juilt 201 - N 48 Association Développemt s formations s instries la Métallurgie AIN Sommaire Financemts complémtaires nouvels possibilités s offrt à vous! p. 1-2 Enquête Pô Emploi sur s Besoins Édito Main

Plus en détail

FICHE CONSEIL : JE SOUHAITE OUVRIR UN MEUBLE DE TOURISME

FICHE CONSEIL : JE SOUHAITE OUVRIR UN MEUBLE DE TOURISME JE SUIS PORTEUR D'UN PROJET TOURISTIQUE FICHE CONSEIL : JE SOUHAITE OUVRIR UN MEUBLE DE TOURISME SOMMAIRE : 1/ Qu'est ce qu'un hébergemt de type "meublé de tourisme"? 2/ Classer son hébergemt «meublé de

Plus en détail

EMPLOI MODE D EMPLOi Chantier et entreprise d insertion, régie DE quartiers MODE D EMPLOi

EMPLOI MODE D EMPLOi Chantier et entreprise d insertion, régie DE quartiers MODE D EMPLOi EMPLOI MODE D EMPLOi Chantier et treprise d insertion, régie DE quartiers MODE D EMPLOi Fonds social europé Investit pour votre avir IAE insertion par l activité économique L Activité économique : Un dispositif

Plus en détail

RAWAJ Plan d Action 2008-2012

RAWAJ Plan d Action 2008-2012 Ministère de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies RAWAJ Plan d Action 2008-2012 Ahmed Réda Chami 28 avril 08 Faiblesses du secteur Absence d outils permettant une planification des activités

Plus en détail

FRÉQUENTATION ESTIVALE 2012

FRÉQUENTATION ESTIVALE 2012 FRÉQUENTATION ESTIVALE 2012 DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE DU MARDI 23 OCTOBRE 2012 Contact presse : Tanguy Massines : T. 02 51 17 49 82 / tanguy.massines@lvan.fr Thomas Jaglin : T. 02 72 65 30 16 / thomas.jaglin@lvan.fr

Plus en détail

tarifs CONTACTS Jean Patrice BASSANO Contacts Directeur Régional Grand Sud

tarifs CONTACTS Jean Patrice BASSANO Contacts Directeur Régional Grand Sud tarifs 2015 201 CONTACTS Marc BRUNSTEIN Directeur général au développemt commercial tél. : 01 9 22 7 9 I port. : 06 82 00 1 80 e-mail : eric.trehel@comediance.fr Serge CANTÓ Directeur Publicité tél. :

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

Schéma directeur d aide à l insertion professionnelle de l Université d Evry Janvier 2009

Schéma directeur d aide à l insertion professionnelle de l Université d Evry Janvier 2009 Schéma directeur d aide à l insertion professionnelle de l Université d Evry Janvier 2009-1 - Sommaire I. Préambule Page 1 II. La stratégie de l établissemt matière d aide à l insertion professionnelle

Plus en détail

SAISIR EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU

SAISIR EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU FICHE II AU TONO MIE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU MINEUR ISOLÉ ÉTRANGER SAISIR Le/ DES ENFANTS 1. A. LE La RôLE protection DU/ DE s LA mineur e s JUGE DES ENFANTS : mission DANS confiée LA PROTECTION

Plus en détail

25 novembre 201 / Journée agri tourisme Axat

25 novembre 201 / Journée agri tourisme Axat 25 novembre 201 / Journée agri tourisme Axat La marque collective territoriale «Le Pays Cathare» : un outil de structuration de l offre agritouristique, un outil d aide à la commercialisation Florence

Plus en détail

La diversification agricole en Camargue

La diversification agricole en Camargue La diversification agricole en Camargue Agritourisme, circuits-courts et démarche qualité Capucine SER, chargée de mission tourisme durable au Parc naturel régional de Camargue Contexte, définition et

Plus en détail

25 novembre 2010 Journée agri tourisme Axat. La marque collective territoriale «Le Pays Cathare» un outil de structuration de l offre agritouristique

25 novembre 2010 Journée agri tourisme Axat. La marque collective territoriale «Le Pays Cathare» un outil de structuration de l offre agritouristique 25 novembre 2010 Journée agri tourisme Axat La marque collective territoriale «Le Pays Cathare» un outil de structuration de l offre agritouristique Florence OLLIER : Responsable démarche Pays Cathare

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme CRT Picardie Enquête auprès des acteurs du tourisme 1 Votre entreprise ou structure / organisme institutionnel Votre nom : Votre titre : Votre e-mail : (pour pourvoir vous envoyer le résultat de l enquête)

Plus en détail

Les différents niveaux d aide

Les différents niveaux d aide Les aides de l Anah 2015 et Propriétaires occupants et bailleurs Fiche réalisée par l ALE Agglo Mise à jour RL : octobre 2015 Introduction Les aides de l Agce nationale de l habitat (Anah) vist à réhabiliter

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Nicolas Bricas, Cirad, UMR Moisa, Montpellier. 4 mars 2011

Nicolas Bricas, Cirad, UMR Moisa, Montpellier. 4 mars 2011 Suivi des facteurs de risques de crise alimtaire Février 2011 Nicolas Bricas, Cirad, UMR Moisa, Montpellier 4 mars 2011 En complémt de la note sur les risques de crise liés à la hausse des prix internationaux

Plus en détail

PARCOURS DIGITAL EN GARE DE PARIS-MONTPARNASSE. 5 juillet 2013

PARCOURS DIGITAL EN GARE DE PARIS-MONTPARNASSE. 5 juillet 2013 PARCOURS DIGITAL EN GARE DE PARIS-MONTPARNASSE 5 juill 2013 Contact presse : Pauline Thomas : 01-80-50-04-30 / pauline.thomas@sncf.fr www.-connexions.com Photothèque http://phototheque.-connexions.com/

Plus en détail

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Enjeu stratégique : Créer des emplois par l innovation et le partenariat *** Précision préalable : le terme «entreprise» comprend

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

CHARTE REGIONALE POUR STIMULER LA DEMANDE DE RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS PRIVES

CHARTE REGIONALE POUR STIMULER LA DEMANDE DE RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS PRIVES CHARTE REGIONALE POUR STIMULER LA DEMANDE DE RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS PRIVES 57% du parc ligérien de logements est antérieur à 1975. Considérant que 46% des consommations d énergie sont liées

Plus en détail

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014 STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR CRB 3 juin 2014 Une démarche de co-construction depuis 2010 : 1 - Diagnostic partagé (état de la biodiversité, relations homme-nature,

Plus en détail

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL Les Parcs naturels régionaux, institués il y a maintenant 40 ans, ont pour objectif de protéger le patrimoine naturel et culturel remarquable d'espaces ruraux de qualité

Plus en détail

Offre valable au 01 juillet 2012

Offre valable au 01 juillet 2012 Fiche descriptive de l offre de fourniture d électricité au tarif règlemté, pour les clits : - PARTICULIERS, desservis par le GRD «Gascogne Energies Services» (Communes d Aire sur l Adour et Barcelonne

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

1) INTRODUCTION 2.2 LES TRANSPORTS TOURISTIQUES 3) L OFFRE DE PRODUITS TOURISTIQUES 3.1 LE VOYAGE A FORFAIT

1) INTRODUCTION 2.2 LES TRANSPORTS TOURISTIQUES 3) L OFFRE DE PRODUITS TOURISTIQUES 3.1 LE VOYAGE A FORFAIT L OFFRE TOURISTIQUE 1) INTRODUCTION 2) L OFFRE RELEVANT DE SECTEURS SPÉCIFIQUES 2.1 LES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES 2.1.1 LES HEBERGEMENTS COMMERCIAUX 2.1.2 LES HEBERGEMENTS NON-COMMERCIAUX 2.1.3 LES PARTS

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU TOURISME DE L AGGLOMÉRATION NANTAISE

OBSERVATOIRE DU TOURISME DE L AGGLOMÉRATION NANTAISE OBSERVATOIRE DU TOURISME DE L AGGLOMÉRATION NANTAISE Synthèse de l enquête de fréquentation touristique estivale 2014 Estimation de la fréquentation touristique d agrément et des retombées économiques

Plus en détail

Nouvelle estimation de l emploi touristique

Nouvelle estimation de l emploi touristique Nouvelle estimation de l emploi touristique Piver «emploi présentiel» Betty Becuwe- Chargée d études à l Insee Qu est ce que l emploi touristique? On cherche à mesurer l emploi généré par le tourisme local,

Plus en détail

Communiqué de de Presse Presse Communiqué de Presse

Communiqué de de Presse Presse Communiqué de Presse Communiqué Presse Presse Communiqué Presse Communiqué Presse - L UNEDESEP fête son 50ème Congrès L UNEDESEP L UNEDESEP fête son 50ème Congrès Un réseau d associations Communiqué rouvelle toujours plus

Plus en détail

EXCEPTE DANS LA DESTINATION AVIGNON

EXCEPTE DANS LA DESTINATION AVIGNON Saison estivale 2015 en Vaucluse FREQUENTATION EN REPLI ANNUEL, EXCEPTE DANS LA DESTINATION AVIGNON SAISON ESTIVALE 2015 EN VAUCLUSE La saison touristique 2015 touche à sa fin et les observations convergent

Plus en détail

PSADER du Haut-Bugey. du programme d actions. Comité PRADR Vendredi 7 janvier 2011

PSADER du Haut-Bugey. du programme d actions. Comité PRADR Vendredi 7 janvier 2011 PSADER du Haut-Bugey Présentation du programme d actions Comité PRADR Vendredi 7 janvier 2011 Territoire du Haut-Bugey Un bassin de 60 000 habitants (géographiquement très concentrés) Deux «capitales»

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

Ensemble, écrivons le Parc de demain Elaboration de la Charte de PNR : Volet 3 : Boite à idées issue des Ateliers 2009-2010

Ensemble, écrivons le Parc de demain Elaboration de la Charte de PNR : Volet 3 : Boite à idées issue des Ateliers 2009-2010 Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d Emeraude Commissions de travail mai-juin 2013 Ensemble, écrivons le Parc de demain Elaboration de la Charte de PNR : Volet 3 : Boite à idées issue des Ateliers

Plus en détail

Décembre 2014 Observatoire Régional du Tourisme

Décembre 2014 Observatoire Régional du Tourisme Objectifs et principes méthodologiques de l étude 3 L offre d hébergements 5 La fréquentation des hébergements 6 La consommation touristique 7 La production des entreprises touristiques 8 L emploi lié

Plus en détail

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le numérique transforme en profondeur les modes de vie, bouleverse l organisation et les marchés des entreprises traditionnelles,

Plus en détail

Séminaire évaluation du réseau des espaces naturels du grand sud-est et de l arc alpin Synthèse

Séminaire évaluation du réseau des espaces naturels du grand sud-est et de l arc alpin Synthèse Séminaire évaluation du réseau des espaces naturels du grand sud-est et de Synthèse Jardin des Rosiers 3 avenue de Castelnau 34090 Montpellier Tél : 04-67-02-29-02 roudier@edater.fr carrillo@edater.fr

Plus en détail

Syndicat Mixte pour le Sundgau

Syndicat Mixte pour le Sundgau IGT.ITG 22 rue Saint-Louis 67000 STRASBOURG Tél : 09 52 38 37 65 Fax : 09 57 38 37 65 Courriel : igt.itg@igt-itg.eu www.igt-itg.eu Cabinet ARGOS 8 rue Raymond Bank BP 1523 38025 GRENOBLE cedex 1 Tel :

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION Maître d ouvrage : Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de Camargue Objet de la consultation : Passation d'une commande pour prestation de services

Plus en détail

L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I

L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I CHIFFRES CLÉS GROUPE EXPERTISE OFFRE sommaire s o m m a i r e préambule l avenirsedécideaujourd hui Depuis toujours l immobilier d investissement fait partie

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

APPEL A PROJETS «ITINERAIRES DE DECOUVERTE DANS LE VIGNOBLE ALSACIEN»

APPEL A PROJETS «ITINERAIRES DE DECOUVERTE DANS LE VIGNOBLE ALSACIEN» APPEL A PROJETS «ITINERAIRES DE DECOUVERTE DANS LE VIGNOBLE ALSACIEN» La création d itinéraires thématiques qui permettent, sous une forme renouvelée, la découverte du vignoble alsacien et apportent une

Plus en détail

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles 10ème COLLOQUE International de SIFFE «Évaluation environnementale et développement d une agriculture durable» Angers, 20-24 juin 2005 Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité

Plus en détail

La nouvelle donne fiscale pour 2013...

La nouvelle donne fiscale pour 2013... 14, rue Charles V 75004 Paris 09.53.64.33.11 La nouvelle donne fiscale pour 2013... Un astéroïde fiscal vit de percuter la planète France... Il convit d'évaluer toutes les conséquces des mesures adoptées

Plus en détail

TOURISME DES JEUNES ACCES AUX VACANCES DES ENFANTS D AGE SCOLAIRE

TOURISME DES JEUNES ACCES AUX VACANCES DES ENFANTS D AGE SCOLAIRE TOURISME DES JEUNES Le développement du tourisme des jeunes est l une des préoccupations majeures de la direction du Tourisme. L accès aux vacances participe à la formation et à la socialisation des jeunes

Plus en détail

Atelier Groupe. Rennes, le 2 novembre 2009. Atelier Groupe. 02/11/2009, Rennes

Atelier Groupe. Rennes, le 2 novembre 2009. Atelier Groupe. 02/11/2009, Rennes Rennes, le 2 novembre 2009 Objectifs : Renforcer la notoriété de la Bretagne auprès des prescripteurs groupes en présentant une image dynamique, moderne et des infrastructures de qualité. Etablir et affiner

Plus en détail

Les dispositifs régionaux d appui aux entreprises touristiques

Les dispositifs régionaux d appui aux entreprises touristiques Les dispositifs régionaux d appui aux entreprises touristiques 1 1 Les entreprises touristiques en Aquitaine Le tissu des entreprises touristiques est composé en majorité de TPE dont l activité est marquée

Plus en détail

Pays : France. Contribution à la Taskforce sur l Investissement Exemples de projets et programmes d investissement 14/11/2014.

Pays : France. Contribution à la Taskforce sur l Investissement Exemples de projets et programmes d investissement 14/11/2014. Pays : France Contribution à la Taskforce sur l Investissemt Exemples de s et s 14/11/2014 Introduction Comme prévu dans le caldrier des travaux de la task force, nous préstons une liste indicative de

Plus en détail

Avec près des deux tiers des

Avec près des deux tiers des Les Dossiers de l Observatoire Régional du Tourisme n 42 - mars 2012 Le poids économique de l hôtellerie de plein air en Pays de la Loire Plus de 600 campings Un chiffre d affaires annuel de 230 millions

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES Le Conseil Régional, l Etat, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés), les partenaires sociaux, avec le concours de l AGEFMA ont réalisé des CEP (Contrats

Plus en détail

FICHE CONSEIL : JE SOUHAITE CREER UNE OU DES CHAMBRE(S) D'HOTES

FICHE CONSEIL : JE SOUHAITE CREER UNE OU DES CHAMBRE(S) D'HOTES JE SUIS PORTEUR D'UN PROJET TOURISTIQUE FICHE CONSEIL : JE SOUHAITE CREER UNE OU DES CHAMBRE(S) D'HOTES SOMMAIRE : 1/ Qu'est ce qu'un hebergemt de type "chambre d'hotes"? 2/ Y a-t-il des demarches reglemtaires

Plus en détail

ACCUEILLIR DE NOUVEAUX TOURISTES CHINOIS : Un protocole d accord avec TUNIU Numéro 1 du Voyage en ligne en Chine

ACCUEILLIR DE NOUVEAUX TOURISTES CHINOIS : Un protocole d accord avec TUNIU Numéro 1 du Voyage en ligne en Chine TOURISME, UN CHALLENGE COLLECTIF ACCUEILLIR DE NOUVEAUX TOURISTES CHINOIS : Un protocole d accord avec TUNIU Numéro 1 du Voyage en ligne en Chine DOSSIER DE PRESSE 10 MARS 2015 PROTOCOLE D ACCORD TRIPARTITE

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

Schéma Local de Développement touristique de Paimpol-Goëlo

Schéma Local de Développement touristique de Paimpol-Goëlo Schéma Local de Développement touristique de Un SLDT, c est quoi? Document cadre dont l objectif est de formaliser des orientations stratégiques et de mettre en œuvre un programme d actions. Concrètement,

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME

REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME I - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Dispositions générales Article 2 : Conditions générales d éligibilité Article 3 : Zones littorales

Plus en détail

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009 ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN 7 avril 2009 Objectifs de l enquête Définir les caractéristiques des clientèles touristiques du Limousin : motivations, profils et comportements Mesurer leur

Plus en détail

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1 CHAPITRE VII L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I plan du chapitre Diapo 1 L approche intégrée et multisectorielle Niveau I Diapo 2 Deux traditions méthodologiques Niveau II Diapo 3 Le tout

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Comité Départemental du Tourisme des Hautes-Alpes

Comité Départemental du Tourisme des Hautes-Alpes Annexe 1 2 Comité Départemental du Tourisme des Hautes-Alpes Renforcer la dynamique partenariale et opérationnelle engagée autour de la stratégie touristique 2013-2015 Qu il s agisse de la promotion, de

Plus en détail

Diagnostic DéVELOPPEMENT evénementiel et Territoire. strictement confidentiel

Diagnostic DéVELOPPEMENT evénementiel et Territoire. strictement confidentiel , Par définition, l évènement se caractérise par une transition, voire une rupture, dans le cours des choses. Il doit être ambitieux! Il véhicule une «image» il est donc un formidable outil de communication.

Plus en détail

QUATRE ORIENTATIONS POUR REUSSIR, 33 ACTIONS POUR LA GIRONDE

QUATRE ORIENTATIONS POUR REUSSIR, 33 ACTIONS POUR LA GIRONDE QUATRE ORIENTATIONS POUR REUSSIR, 33 ACTIONS POUR LA GIRONDE Orientation 1 : Positionner la Gironde sur le marché du tourisme par la promotion et la commercialisation Axe 1.1 : La création d une destination

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

MarchéS asiatiques Courte et humble présentation de Paul Arseneault, Réseau de veille en tourisme

MarchéS asiatiques Courte et humble présentation de Paul Arseneault, Réseau de veille en tourisme MarchéS asiatiques Courte et humble présentation de Paul Arseneault, Réseau de veille en tourisme Visiteurs au Québec en Agrément 2006 Visite parents et amis Affaires Total Japon 24 000 55 % 5 000 11 %

Plus en détail

SCoTEMS Démarche / Contexte

SCoTEMS Démarche / Contexte SCoTEMS Démarche / Contexte EMS : Communauté de Communes Eure Madrie Seine 23 communes 30 000 habitants 1 Le SCoTEMS Démarche entamée en 2006 Le SCoTa été validé le 28 septembre 2010 Rapport de Présentation

Plus en détail

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Juin 2014 Édito Adopté en séance plénière de janvier 2014 suite à une large concertation avec les acteurs privés et publics de

Plus en détail

Tunisie : une politique nationale d efficacité énergétique

Tunisie : une politique nationale d efficacité énergétique Tunisie : une politique nationale d efficacité énergétique NEJIB OSMAN/JUILLET 2012 Nejib Osman est directeur Études et Planifications à l Agence Nationale pour la Maîtrise d Energie (ANME) en Tunisie.

Plus en détail

Cahier des charges & Règlement

Cahier des charges & Règlement Concours Affiche Evènement «Le mois des Monts» Cahier des charges & Règlement A lire attentivement & à retourner signé Toute affiche ne respectant pas l un des points de ce règlement ne pourra être retenue.

Plus en détail

Réalisation 1. Réalisation 2. Réalisation 3. Réalisation 4. 3 formations internes. visites chez les locataires

Réalisation 1. Réalisation 2. Réalisation 3. Réalisation 4. 3 formations internes. visites chez les locataires L évaluation des actions Agenda 21 Mardi 22 mai 2012 Définition des indicateurs d évaluation «Indicateur de suivi» - «Indicateur de Réalisation» : vérifier si les actions sont réalisées, et dans quelle

Plus en détail

Post. Bac. Ministère de l Éducation de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Post. Bac. Ministère de l Éducation de l Enseignement supérieur et de la Recherche Gui d oritation 2014 Post Bac Ministère l Éducation l Enseignemt supérieur Recherche Après BAC NOTES (adresses, contacts, formations, dates importantes, questions diverses...) Mes notes Contacts -) Mes

Plus en détail

Le Parc naturel régional du Gâtinais français. Déplacement Bas Saint Laurent 1

Le Parc naturel régional du Gâtinais français. Déplacement Bas Saint Laurent 1 Le Parc naturel régional du Gâtinais français Déplacement Bas Saint Laurent 1 46 Parcs naturels régionaux en France Déplacement Bas Saint Laurent 2 Les missions d'un Parc Protéger et mettre en valeur les

Plus en détail

SOMMAIRE. 2/ Phase de travaux et de lancement

SOMMAIRE. 2/ Phase de travaux et de lancement SOMMAIRE Tout projet doit être mûrement réfléchi pour juger de sa pertinence, de sa faisabilité et des enjeux économiques qui en résultent, de ses coûts et finalement de sa rentabilité. La constitution

Plus en détail

Vers une politique agricole sur La Cub respectueuse de la biodiversité

Vers une politique agricole sur La Cub respectueuse de la biodiversité Vers une politique agricole sur La Cub respectueuse de la biodiversité Enjeu métropolitain : Sécurité alimentaire de l'agglomération (1 jour d'autosuffisance alimentaire sur La Cub) Une agriculture de

Plus en détail

Pour un aménagement de votre territoire cohérent, durable et concerté

Pour un aménagement de votre territoire cohérent, durable et concerté Élus locaux Pour un aménagement de votre territoire cohérent, durable et concerté La Safer vous accompagne dans la mise en œuvre de vos projets Constat Besoins alimentaires et énergétiques croissants Altération

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable Former des cadres à la conception et la gestion de projets sur le territoire Le master intégre les critères de durabilité

Plus en détail

TOURISME: IMPACTS ECONOMIQUE ET SOCIAL

TOURISME: IMPACTS ECONOMIQUE ET SOCIAL TOURISME: IMPACTS ECONOMIQUE ET SOCIAL Communication n 2 au Séminaire de formation des cadres de la DGAE/MEF Cotonou, du 31 Janvier au 03 Février 2012 Par: M. Aboubakar GOMINA(DPP/MCAT) SOMMAIRE Définitions

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

Thème1. La mondialisation en fonctionnement. Chapitre 1 : L iphone, un produit mondialisé. Introduction. Problématique

Thème1. La mondialisation en fonctionnement. Chapitre 1 : L iphone, un produit mondialisé. Introduction. Problématique 1 Chapitre 1 : L iphone, un produit mondialisé. Introduction Documt 1 : situation géographique de la Silicon Valley. Documt 2 : Action Apple. En 2007, la FTN Apple implantée dans la Silicon Valley lance

Plus en détail