La Conférence internationale de Genève sur la gestion des marques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Conférence internationale de Genève sur la gestion des marques"

Transcription

1 10. INTERNATIONALES MARKENTECHNIKUM La Conférence internationale de Genève sur la gestion des marques Les marques sous la pression de la mondialisation Dr. Carsten Suckrow, Siemens Home and Office Communication: «Notre concurrent principal ne pratique même pas des prix plus élevés en Chine qu en Europe» Arnold Schmied, Silhouette USA: «Les américains adorent notre qualité européenne» Prof. Dr. Carl Christian v. Weizsäcker, expert en sciences économiques: «Le discount n est pas l avenir de l économie» Le 14 et 15 Septembre 2006

2 10. INTERNATIONALES MARKENTECHNIKUM La Conférence internationale de Genève sur la gestion des marques À l occasion de la 10 ème Conférence internationale de Genève, des chefs d entreprise et des managers se retrouveront, les 14 et 15 Septembre 2006, lors de la manifestation de référence qui se consacre entièrement à la gestion et à la fonction de la marque. L Institut für Markentechnik expose, une fois par an, ses analyses et ses réponses aux problèmes actuels de la gestion des marques. La conférence est conçue afin de présenter aux participants une chaîne de solutions cohérentes issue de son expérience quotidienne. La Conférence internationale de Genève est une initiative de l Institut für Markentechnik qui ne donne pas lieu à la présentation de concepts contradictoires. Les connaissances et les conseils préconisés sont étayés par des présentations scientifiques et des cas réels d entreprises.

3 Les Marques sous la pression de la mondialisation Des marchés qui s ouvrent représentent un défi pour les marques. Sous la pression de la mondialisation, les marques s adaptent davantage aux marchés visés et s adonnent souvent au bas de gamme. Ce processus est perçu comme normal, voire inévitable et est fréquemment justifié par cette phrase: «on ne peut pas faire autrement». Cette réaction signifierait que les marques doivent naturellement subir les conditions des marchés visés pour réaliser leur chiffre d affaires plutôt que de chercher à les faire évoluer. Pourtant, dans la «nature de la marque», tout tend vers le contraire: Une marque est en fait une offre qui se différencie des autres par l adoption d une position spécifique. L ensemble des marques et leurs concurrents constituent le marché qui est influencé par l interaction de marques de différentes valeurs et de différents prix. Par conséquent, il ne peut pas être considéré comme un environnement figé d autant plus dans un cadre mondialisé: chaque marché développe à terme sa propre structure constituée par les offres des marques. Afin d imposer leur potentiel et leur influence dès l entrée sur un nouveau marché, les marques d un niveau de qualité supérieur ont souvent intérêt à recréer leur position d origine. Cet investissement coûteux s est toujours avéré profitable. La future rentabilité se décide donc dès l entrée sur un nouveau marché. Lors de la Conférence internationale de Genève, ces questions et celles concernant les conséquences de la concurrence mondiale sur les prix pour les entreprises européennes seront traitées de façon théorique et pratique. Une attention toute particulière sera portée au cas des entreprises occidentales appartenant traditionnellement au secteur du haut de gamme qui adopteraient sur ces marchés une position bas de gamme. Nous mesurerons alors les répercussions de cette décision sur leur politique de prix menée dans leur marché domestique. L Institut für Markentechnik vous invite cordialement à la 10 ème Conférence internationale de Genève. Président Otto Manhardt Membre du directoire Prof. Dr. Alexander Deichsel Membre du directoire Société de conseil internationale en gestion stratégique et opérationnelle des marques

4 Le programme de la conférence 10 ème Conférence internationale de Genève Les marques doivent résister à la pression de la mondialisation S implanter sur les nouveaux marchés internationaux en adoptant le bon positionnement des prix La Chine, l Inde et les autres pays émergeants aspirent au niveau de qualité européen. Le monde occidental, hautement industrialisé, joue le rôle de pourvoyeur du savoir-faire et tente ainsi de se faire une place sur les nouveaux marchés. L erreur de base à ne pas commettre parallèlement à cette approche serait de considérer que le potentiel sur ces marchés pour sa propre marque se trouve dans le segment du bas de gamme. La présentation exposera les moyens dont disposent les entreprises industrielles occidentales pour s adapter aux évolutions de la concurrence mondiale. Aujourd hui dans les pays émergeants, il semble évident qu une grande partie de la population rejoindra le niveau du pouvoir d achat européen. En Chine, on évalue à au moins quatre cents millions (!) de personnes avec de tels moyens et ne désirant rien de plus au monde que de consommer des produits occidentaux. Cette même perspective se retrouve en Inde. C est donc sur ces marchés que le réel potentiel pour les marques adoptant une position de qualité supérieure demeure. Président de l Institut für Markentechnik Genève. Auparavant Président du directoire de Telefunken, Directeur général Thomson CE Allemagne et Senior Executive Vice President Nokia CE Europe. Domaines de spécialisation: gestion stratégique et opérationnelle des marques, stratégie internationale des marques, architecture des systèmes multimarques, stratégie de la distribution et des gammes, management des prix et des conditions. Le marché mondial ou la concurrence des origines Une marque arrivant sur un marché étranger bénéficie par avance d une supériorité lorsqu elle importe son image. Même si le nom n est pas encore localement connu, l origine et l histoire créent auprès des individus un capital confiance, presque une sensation de familiarité. Cela représente déjà le ticket d entrée permettant d adopter un positionnement correspondant à ses valeurs. Il suffit d observer le comportement des entreprises occidentales lors de leur implantation sur les nouveaux marchés pour constater, qu en pratique, elles n accordent qu une importance étonnamment faible à leur origine et à leur histoire. En effet, de nombreuses entreprises affichent un profil bas sans communiquer leur supériorité. Est-ce de la courtoisie? Dans tous les cas, cette approche crée, dès l entrée sur le marché, un obstacle supplémentaire sur le chemin de leur réussite. Prof. Dr. Alexander Deichsel Membre du directoire à l Institut für Markentechnik Genève. Professeur à l Université de Hambourg. Père de la sociologie des marques. Domaines de spécialisation: les marques en tant que systèmes d alliance, analyse de clientèle, réalisation d expertises fondées sur la «Markentechnik» en cas de différends juridiques. Auteur de nombreuses publications et livres sur la Marque. Discutez avec les intervenants Nous vous invitons à participer en posant vos questions lors des présentations. Leur déroulement est prévu pour un débat animé. Cette brochure vous permettra de vous préparer aux sujets qui vous semblent être les plus importants. Nous pensons pouvoir vous donner quelques idées afin de vous inspirer dans vos propres projets et même, peut-être, trouver quelques solutions sur place.

5 Comment Siemens Home Communication est devenu le n 1 en Chine? Que s est-il passé pour qu une marque vende aujourd hui ses produits en Chine à un prix supérieur à celui pratiqué en Europe devenant ainsi le leader du marché? L intervenant répondra de façon détaillée à cette question en exposant les concepts décisifs, stratégiques et opérationnels employés. Dès le départ, Siemens Home Communication était décidée à imposer sa marque sur le marché chinois. Pour se faire, le management a orienté ses analyses vers l identification et la compréhension de sa niche de marché. La présentation exposera une approche analytique et opérationnelle permettant à une marque d imposer ses propres objectifs économiques ainsi que ses valeurs dans un pays généralement considéré comme un marché de bas de gamme. Aujourd hui, en Chine, Siemens Home Communication est le leader de son secteur et la marque est devenue une référence. L ensemble du portefeuille correspond à présent à un niveau de qualité européen. Une part de marché supérieure à 30% est d autant plus remarquable lorsque l on sait que la Chine produit plus de 70% des téléphones fixes dans le monde. Dr. Carsten Suckrow President Sales Distribution Siemens Home and Office Communication Devices. Auparavant chez Siemens Cordless Products dans le secteur du marketing et distribution où il s est occupé du renforcement de la marque en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient. Ses expériences lui ont permis de conquérir le marché chinois. Quels risques engendrent des politiques de prix contradictoires? Aujourd hui, la plupart des marques luttent sur leur marché domestique contre le dérapage des prix dont elles sont souvent elles-mêmes responsables. L Institut für Markentechnik s est concentré ces dernières années sur ce phénomène. L Institut a acquis des connaissances portant sur l ensemble des branches et les différentes étapes de la spirale de la baisse des prix. Dans tous les cas observés, quelles que soient les raisons ayant entraîné une marque à adopter une politique de prix incohérente, les conséquences se sont toujours avérées néfastes. Il est donc capital de ne pas renouveler cette erreur sur ces nouveaux marchés. Les marques du segment haut de gamme ne pourront survivre à la concurrence mondiale qu à la condition d y imposer leur valeur et leur politique de prix. Thomas Fröhlich Directeur général et Executive Consultant à l Institut für Markentechnik Genève. Domaines de spécialisation: conseil stratégique et opérationnel des marques; stratégie des marques et de distribution, stratégie de dynamisation des marques, transmission d entreprise et coaching. Comment la Chine tend à se positionner dans le monde des marques? La Chine est sur le point de s approprier une place à sa mesure dans l économie mondiale. Ses leaders économiques sont différemment perçus des leaders des pays industrialisés. Les importations actuelles concernent en majorité des produits du segment bas de gamme. La Chine donne l impression de pouvoir devenir l usine productrice du bas de gamme pour les marques du monde entier. Pourtant, son projet est tout autre. La Chine se considère pleinement capable d atteindre le niveau d excellence des marques mondiales et s y est bien préparée. Les premiers pas ont consisté à établir des coopérations avec une multitude d entreprises reconnues du monde industrialisé. Une initiative importante de formation a également été mise en place en envoyant des étudiants chinois dans les meilleures universités du monde. Lors de la conférence, M. Rengang Huang révèlera, aux participants, des informations essentielles concernant la future position de la Chine dans la concurrence mondiale des marques. Aujourd hui, il est déjà évident que classer la Chine tout en bas de l échelle de la consommation serait une erreur fatale. Rengang Huang Minister Counsellor of the Permanent Mission of the People s Republic of China to the World Trade Organization, Geneva. Auparavant Ministry of Foreign and Economic Cooperation of China; M.A International Business and Economics, Beijing; MBA Business School, Wales.

6 Le programme de la conférence 10 ème Conférence internationale de Genève Le «discount» n est pas l avenir de l économie Aujourd hui, chaque marque est attirée vers un segment de prix plus bas, soit en proposant des produits moins chers, soit en étant référencée par un «discounter». Bien que de nombreux responsables sachent que cette stratégie ne permet pas d améliorer la réputation et la rentabilité, de plus en plus d entreprises participent à ce phénomène dévalorisant. L idée selon laquelle le discount serait la formule magique du futur et représenterait une voie inévitable tend à se répandre. Malgré la confusion générale qui s installe largement quant à la future évolution du discount, un constat est déjà certain: le discount ne peut pas être la formule économique de l avenir. Sa pratique revient à vendre en dessous du seuil de productivité. Afin d assumer cette baisse de rentabilité, le chef d entreprise se retrouve confronté au choix de risquer son pouvoir d investissement ou de diminuer la qualité de sa production. Il s ensuit une réduction des quantités de travail qui le conduira à se séparer de ses employés. Cette spirale affaiblit, d une façon réciproque, la qualité de l offre et le pouvoir d achat. La présentation analysera l évolution du discount du point de vue de l économie politique et confortera dans leurs choix les managers qui n ont jamais succombé aux règles du discount, prenant ainsi le risque de sacrifier leur rentabilité. Prof. Dr. Carl Christian von Weizsäcker Professeur en économie politique au sein des universités de Heidelberg, Massachusetts Institute of Technology (MIT), Bielefeld, Bonn, Berne et dernièrement à Cologne. Membre du conseil scientifique du Ministère national de l économie et du travail. Domaines de spécialisation: politique de concurrence, théorie de l économie de marché dans l ère de la mondialisation. Auteur de nombreuses publications économiques. Comment des marques de luxe ont-elles évité de s adapter aux conditions mondiales? Traditionnellement, le luxe s est toujours adressé à une clientèle internationale. Il appartient donc à part entière à la concurrence mondiale. Les spécialistes du marketing considèrent que, pour les marques de luxe, il serait plus facile de se différencier des autres produits. En réalité, durant les trente dernières années, aucune autre branche n a été autant confrontée à la problématique des imitations et des articles de substitution que ce secteur d activité. Aujourd hui, il existe une multitude d entreprises dont la spécialité consiste à offrir aux consommateurs des paillettes et du glamour avec des imitations à moindre coût. La vente de ces produits ne s embarrasse même plus de scrupules, n hésitant pas à faire allusion ou à citer la marque copiée en présentant une version «démocratique». On observe actuellement cette méthode dans les émissions de Télé-achat. Pourtant, les marques de luxe continuent de s imposer sur les marchés mondiaux. Cela n a rien de miraculeux. Le secret de leur succès réside dans la capacité à gérer la marque tout en préservant sa valeur. Afin de distinguer une marque de celles du bas de gamme et des imitations, il serait insuffisant de compter uniquement sur les éléments de différenciation externe, visibles à l œil nu par tout un chacun. Les expériences dans le secteur du luxe constituent un bon exemple des moyens permettant de «faire vivre» les valeurs intrinsèques d une marque et de l imposer face à la piraterie et les substitutions bas de gammes. Le programme de la conférence 9h00 10h30 11h00 12h30 14h00 15h00 15h45 16h15 17h30 18h30 1 re journée, le 14 Septembre 2006 Michel Guten Président de l Institut Supérieur de Marketing du Luxe. Vice-Président délégué du Comité des Champs Elysées. Auparavant Président de Lancel, Vice-Président Cartier (Groupe Richemont) S implanter sur les nouveaux marchés internationaux en adoptant le bon positionnement des prix Café Comment Siemens Home Communication est devenu le n 1 en Chine? Dr. Carsten Suckrow Déjeuner Le marché mondial ou la concurrence des origines Prof. Dr. Alexander Deichsel Quels risques engendrent des politiques de prix contradictoires? Thomas Fröhlich Café Comment la Chine tend à se positionner dans le monde des marques? Rengang Huang Fin de la première journée Rdv et départ pour la soirée donnant suite au programme

7 Comment impose-t on le positionnement d une marque européenne sur le marché nord-américain? À l origine, Silhouette s était implantée sur le marché nord-américain de la façon dont la plupart des marques européennes sont coutumières. Silhouette avait analysé le marché, consulté des optométristes et des ophtalmologues et engagé un manager ayant une solide connaissance du marché optique américain. Les autres processus se déroulèrent de façon classique et habituelle. Silhouette positionna ses produits originaux européens comme une gamme marginale, racheta une gamme large en provenance de l Extrême-Orient et importa d Italie une ligne de produit «bon marché» commercialisée sous une marque inconnue. Après des années déficitaires, les propriétaires décidèrent de reprendre le contrôle de la marque. Après une première phase d assainissement, Silhouette a adopté et imposé, en Amérique du Nord, la stratégie de marque qui était déjà particulièrement rentable en Europe. Les produits phares de la marque constituaient le coeur de cette stratégie. Aujourd hui, Silhouette est considérée comme une référence en terme de design, de qualité de ses produits et de ses concepts. La présentation montre le parcours d une affaire déficitaire, adaptée aux conditions locales, vers une marque rentable et forte d un dynamisme croissant. Arnold Schmied CEO Silhouette USA, membre du directoire et copropriétaire du groupe Silhouette. Son objectif est de redéfinir mondialement le niveau de valeur et de qualité dans la branche en fixant des standards exemplaires avec sa propre marque. Quel comportement doit adopter une marque face aux contrefaçons du segment bas de gamme? De nouveaux concurrents émergent avec des contrefaçons bas de gammes et nous attaquent sur notre propre marché. Comment devons-nous réagir à ce défi? Devons nous leur laisser le champ libre tout en trouvant des moyens de nous différencier? Sommes nous prêts à relever le défi du prix lancé par notre nouvel adversaire? Devons nous accepter des compétitions au niveau des promotions? Comment pouvons-nous éviter tout ceci et sortir vainqueur de cette situation? Disposons nous d une marge ou pouvonsnous en créer une qui nous permettrait de nous différencier sans subir de préjudice, tout en évitant d entamer des mesures juridiques? Des questions régulièrement rencontrées par l Institut qui, dans le cadre de la conférence, présentera les options stratégiques et les conséquences opérationnelles de cette problématique. Les conseils et les méthodes protègent la marque et la renforcent face à la concurrence du bas de gamme. Ces solutions sont conçues pour que les participants puissent euxmêmes les transférer immédiatement dans leur entreprise. Président de l Institut für Markentechnik Genève. 2 e journée, le 15 Septembre 2006 Le programme de la soirée 9h00 Comment impose-t on le positionnement d une marque européenne sur le marché nord-américain? Arnold Schmied 10h30 11h00 12h00 13h30 Café Le «discount» n est pas l avenir de l économie Prof. Dr. Carl Christian von Weizsäcker Déjeuner Comment des marques de luxe ont-elles évité de s adapter aux conditions mondiales? Michel Guten (Sous réserves de modifications) Au terme de la première journée, l Institut für Markentechnik aura le plaisir de vous convier à un cocktail sur le Lac Léman, suivi d un dîner au restaurant «Parc des Eaux-Vives» à Genève. 14h30 15h30 Quel comportement doit adopter une marque face aux contrefaçons du segment bas de gamme? Clôture de la 10 ème Conférence internationale de Genève Par la suite, l Institut vous invite à un échange d idées autour d une collation. La conférence est tenue en allemand et en français (traduction simultanée).

8 Société de conseil internationale en gestion stratégique et opérationnelle des marques 12, avenue des Morgines CH 1213 Genève Tél.: +41 (0) Fax: +41 (0) ch ch

Trois modèles de croissance

Trois modèles de croissance Trois modèles de croissance Par Jean Berg Senior Vice President, Estin & Co Il existe trois modèles de croissance : la croissance organique, la croissance par acquisition organique, la croissance par acquisition

Plus en détail

Pricing : la technique ne suffit pas

Pricing : la technique ne suffit pas Pricing : la technique ne suffit pas Par Frédéric Milgrom Vice President, Estin & Co Optimiser les prix recèle un potentiel d amélioration des résultats significatif et plus aisé à atteindre que des réductions

Plus en détail

Le Groupe Volvo est l un des principaux constructeurs de camions, d autobus et d autocars, et équipements de chantier, de systèmes de propulsion pour

Le Groupe Volvo est l un des principaux constructeurs de camions, d autobus et d autocars, et équipements de chantier, de systèmes de propulsion pour Groupe Volvo 2015 Le Groupe Volvo est l un des principaux constructeurs de camions, d autobus et d autocars, et équipements de chantier, de systèmes de propulsion pour des applications marines et industrielles.

Plus en détail

Les stratégies gagnantes

Les stratégies gagnantes Les stratégies gagnantes Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co A l occasion des crises, on mesure de façon évidente à quel point les entreprises font face à un cercle vicieux destructeur. Faible

Plus en détail

Commercialisation. Formation

Commercialisation. Formation OPTIMISER SA PRODUCTIVITÉ COMMERCIALE Repérer les axes de développement commerciaux, choisir des actions à mener, optimiser des méthodes et outils de performance commerciale et analyser leur rentabilité.

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Enseignement supérieur et Formation continue en Chine

Enseignement supérieur et Formation continue en Chine Enseignement supérieur et Formation continue en Chine Enjeux Est / Ouest Défis à relever et position française Michel PANET Consultant international mpanet@wanadoo.fr Professeur vacataire en Masters :

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR AJOUTÉE DE SES PARTENAIRES

RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR AJOUTÉE DE SES PARTENAIRES LA GARANTIE DE L AUTOMOBILE LA COMPAGNIE AUTOMOBILE D ASSURANCE ET DE REASSURANCE ASSOCIÉES est une société de souscription et de gestion en assurance et en réassurance qui RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne 1 Sommaire 3 Introduction 4-6 Faites votre choix Une fiche d identité des

Plus en détail

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents Séminaire de travail du 9 juin 2015 France Stratégie Internet des objets : quelles stratégies européennes pour faire émerger des plateformes d envergure mondiale? Restitution des débats Les conditions

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

QUIMBAYA TOURS, UNE AGENCE RECEPTIVE A DIMENSION INTERNATIONALE EN QUETE D UNE CLIENTELE NOUVELLE

QUIMBAYA TOURS, UNE AGENCE RECEPTIVE A DIMENSION INTERNATIONALE EN QUETE D UNE CLIENTELE NOUVELLE QUIMBAYA TOURS, UNE AGENCE RECEPTIVE A DIMENSION INTERNATIONALE EN QUETE D UNE CLIENTELE NOUVELLE Catarina Pascoal Equipe M Himali Patabendi 2013-2014 Sandrine Tan TABLE DES MATIERES I - Quimbaya Tours

Plus en détail

LE PARTENARIAT SOCIETE GENERALE SECURITIES SERVICES CREDIT SUISSE ASSET MANAGEMENT : UNE ETUDE DE CAS

LE PARTENARIAT SOCIETE GENERALE SECURITIES SERVICES CREDIT SUISSE ASSET MANAGEMENT : UNE ETUDE DE CAS SECURITIES SERVICES LE PARTENARIAT SOCIETE GENERALE SECURITIES SERVICES CREDIT SUISSE ASSET MANAGEMENT : UNE ETUDE DE CAS Compte tenu des contraintes réglementaires grandissantes, de la complexité accrue

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

La force du partenariat

La force du partenariat La force du partenariat Bienvenue Solutions en informatique de virtualisation et de Cloud Computing leader sur le marché, programmes primés, rentabilité maximale En rejoignant le réseau de partenaires

Plus en détail

Grow your own way. Tes possibilités de carrière. www.pwc.ch/careers. The opportunity of a lifetime:

Grow your own way. Tes possibilités de carrière. www.pwc.ch/careers. The opportunity of a lifetime: www.pwc.ch/careers Grow your own way Tes possibilités de carrière The opportunity of a lifetime: Audit Conseil juridique et fiscal Conseil économique Services internes Une mine d expériences: éditorial

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux.

Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux. Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux. NCR SERVICES Brochure Title Goes Here Gestion Sub-header proactive, / description maintenance goes here

Plus en détail

Rencontres & perspectives 2015

Rencontres & perspectives 2015 Rencontres & perspectives 2015 Le développement du marché suisse du travail temporaire Le développement du marché suisse du travail temporaire évolue très rapidement. Vous devez régulièrement vous adapter

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur

Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur Avec vous, nous nous engageons pour construire vos solutions de gestion Face à la globalisation des marchés, au développement des systèmes

Plus en détail

Les Champions Cachés du XXI e Siècle :

Les Champions Cachés du XXI e Siècle : : Les stratégies à succès de ces leaders méconnus Théorie & pratique Entreprise et Progrès Jeudi 7 mai 2015 Eric Massebeuf, Clufix Stéphan Guinchard, Ixens Introduction : les Champions Cachés Un terme

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

Une stratégie efficace et pragmatique pour les

Une stratégie efficace et pragmatique pour les Cercle Leprince-Ringuet www.cerclelpr.fr Think tank du Corps des Mines sur le Numérique Une stratégie efficace et pragmatique pour les Objets Connectés Industriels en Europe Auteurs Daniel NABET Président

Plus en détail

Executive Education. Afrique Océan Indien

Executive Education. Afrique Océan Indien Executive Education Afrique Océan Indien 2 3 Relever les défis, préparer l avenir Depuis sa création en 1995, Analysis est animé par la volonté d accompagner les entreprises et les institutions de la région

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

GLION EN BREF. Mme Alexia Robinet Responsable Senior des Relations Publiques Internationales

GLION EN BREF. Mme Alexia Robinet Responsable Senior des Relations Publiques Internationales GLION EN BREF Personne de Contact: Addresse: Mme Alexia Robinet Responsable Senior des Relations Publiques Internationales Laureate Hospitality Education Rue du Lac 118, 1815 Clarens Suisse Contacts: Tél

Plus en détail

Séminaire des Acheteurs d Energie Européens

Séminaire des Acheteurs d Energie Européens Séminaire des Acheteurs d Energie Européens Paris, 14 Juin 2012 Quel avenir pour le marché de l énergie en Europe? 2 cas pratiques dont un présenté par Michelin sur la gestion de son portefeuille énergétique

Plus en détail

L innovation numérique

L innovation numérique ç ç 2ème Colloque ISD «Information Systems Dynamics» Programme International de Recherche L innovation numérique au service de la transformation des entreprises Chapitre 5 Colloque jeudi 23 septembre 2010

Plus en détail

Executive MBA programme

Executive MBA programme Executive MBA programme 1 2 Introduction Bienvenue au programme Executive MBA proposé conjointement par Frankfurt School et UPC. La RDC est un pays avec un potentiel énorme, son économie se développe rapidement

Plus en détail

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Klako Group Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Beijing Hong Kong Shanghai Shenzhen Visitez notre site web à http://www.klakogroup.com Notre société

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE JACKY BOUDEVILLE PROFESSEUR ESCP EUROPE CONSULTANT ADMINISTRATEUR DE SOCIETES PLAN D INTERVENTION UN TITRE

Plus en détail

M09/3/BUSMT/SP2/FRE/TZ0/XX. COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN. Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes

M09/3/BUSMT/SP2/FRE/TZ0/XX. COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN. Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes 22095026 COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN ÉPREUVE 2 Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes Instructions destinées aux candidats N ouvrez pas cette épreuve avant d'y être autorisé(e). Section A

Plus en détail

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing Stéphanie MICHEL AMATO Consultante AJEM Consultants Avec le témoignage de François CHALUMEAU Directeur GlobaWare International

Plus en détail

Implanter un tableau de bord stratégique de type «Balanced ScoreCard» en contexte PME : pourquoi et comment?

Implanter un tableau de bord stratégique de type «Balanced ScoreCard» en contexte PME : pourquoi et comment? Implanter un tableau de bord stratégique de type «Balanced ScoreCard» en contexte PME : pourquoi et comment? Le cas «Didan Sport SPRL» 22 avril 2005 Institut des Experts-Comptables, Verviers Par Didier

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile

Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile TNS Automotive PRINCIPAUX RESULTATS Contacts TNS Sofres: Muriel GOFFARD 01 40 92 27 47 muriel.goffard@tns-sofres.com Définir la

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

BACHELOR COMMERCE ET MARKETING

BACHELOR COMMERCE ET MARKETING BACHELOR COMMERCE ET MARKETING Institut Supérieur JUVENTHERA Esthétique Parfumerie Hygiène Diététique Produits de luxe 254 rue du Faubourg Saint Martin 75010 PARIS Tél. 01.53.32.85.70 Fax 01.42.09.65.85

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

Economic Crime Intelligence (ECI) Division

Economic Crime Intelligence (ECI) Division 10 ans ECI Division Economic Crime Intelligence (ECI) Division Mardi, 4 décembre 2012 Scalaris Intelligence Day Genève Entreprises à la recherche de l avantage informationnel: opportunités et risques Avec

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

Solutions EMC Documentum pour les assurances

Solutions EMC Documentum pour les assurances Caractéristiques d EMC Documentum La famille de produits EMC Documentum aide les compagnies d assurance à gérer tous les types de contenu de plusieurs départements au sein d un seul référentiel. Grâce

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

LD EXPERTISE Laurent DAVID - 06 26 80 22 56 laurent.david@ldexpertise.com

LD EXPERTISE Laurent DAVID - 06 26 80 22 56 laurent.david@ldexpertise.com Valorisation de l entreprise par son activité commerciale «Si le navigateur ne sait pas dans quel port il se situe ni vers quel port il doit se diriger, aucun vent ne lui sera favorable» Sénèque Marge

Plus en détail

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Gestion obligataire Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Nous pensons que la répression financière se prolongera encore plusieurs années. Dans cet intervalle, il sera de plus en

Plus en détail

I) Le diagnostic externe

I) Le diagnostic externe Le diagnostic stratégique est la première étape de la démarche stratégique et consiste à analyser le diagnostic externe et interne de l entreprise. L analyse FFOM (SWOT) résume les conclusions de ces deux

Plus en détail

Décrivez le micro-environnement de l entreprise, puis son macro-environnement.

Décrivez le micro-environnement de l entreprise, puis son macro-environnement. THÈME 1 L environnement de l entreprise EXERCICE 1 Environnement et marché Vous êtes un des leaders mondiaux sur le marché du café, vous avez su développer depuis des années de nouveaux produits pour vous

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

PATRICK M. GEORGES ANDRÉ LECLERCQ - EMMANUEL RÉTIF - FRANÇOIS MOUCHET MANAGER UN SERVICE RESSOURCES HUMAINES LES GUIDES PRATIQUES RESSOURCES HUMAINES

PATRICK M. GEORGES ANDRÉ LECLERCQ - EMMANUEL RÉTIF - FRANÇOIS MOUCHET MANAGER UN SERVICE RESSOURCES HUMAINES LES GUIDES PRATIQUES RESSOURCES HUMAINES PATRICK M. GEORGES ANDRÉ LECLERCQ - EMMANUEL RÉTIF - FRANÇOIS MOUCHET MANAGER UN SERVICE RESSOURCES HUMAINES LES GUIDES PRATIQUES RESSOURCES HUMAINES Manager un service Ressources Humaines Stratégie, marketing,

Plus en détail

Une offre performante, la clé du succès Techniques Marketing pour PME, TPE et Indépendant

Une offre performante, la clé du succès Techniques Marketing pour PME, TPE et Indépendant Les clés de la Réussite Une offre performante, la clé du succès Techniques Marketing pour PME, TPE et Indépendant E-learning 14 heures Tarif : 490 Le manque d approche Marketing pénalise les petites structures.

Plus en détail

Robert Bosch GmbH Postfach 10 60 50 D-70049 Stuttgart Allemagne Téléphone +49 711 811-0 Fax +49 711 811-45000 www.intranet.bosch.

Robert Bosch GmbH Postfach 10 60 50 D-70049 Stuttgart Allemagne Téléphone +49 711 811-0 Fax +49 711 811-45000 www.intranet.bosch. Robert Bosch GmbH Postfach 10 60 50 D-70049 Stuttgart Allemagne Téléphone +49 711 811-0 Fax +49 711 811-45000 www.intranet.bosch.com Ce qui nous motive, ce qui nous rassemble, ce que nous représentons.

Plus en détail

le leader mondial du voyage de groupe

le leader mondial du voyage de groupe le leader mondial du voyage de groupe 2 Qui sommes-nous? www.kuonigrouptravel.com le leader mondial du voyage de groupe Kuoni Group Travel Experts est né de la fusion de deux départements exceptionnellement

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont DOSSIER : Gestion d entreprise La gestion des partenariats : les bons principes pour améliorer la gestion d un réseau de distributeurs Dans un grand nombre de secteurs, la distribution indirecte a pris

Plus en détail

MRK-66728 : Marketing pharmaceutique

MRK-66728 : Marketing pharmaceutique Université Laval MBA Laval Faculté des sciences de l administration Gestion pharmaceutique Département de marketing Hiver 2006 MRK-66728 : Marketing pharmaceutique Chargé de cours : 450-622-5725 1 OBJECTIFS

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes

Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes L empire du milieu est le pays qui compte le plus grand

Plus en détail

Plan marketing 2010-2014. Doubs tourisme (Cdt)

Plan marketing 2010-2014. Doubs tourisme (Cdt) Plan marketing 2010-2014 Doubs tourisme (Cdt) Pourquoi un plan marketing? Le schéma départemental de développement touristique Ce schéma (SDDT) définit cinq grands axes pour le développement touristique

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne 1 er juillet 2010 Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne Olivier SAUTEL, économiste (Microeconomix, OFCE) Microeconomix SAS au capital

Plus en détail

MESSAGES TYPES POUR UNE PRISE DE CONTACT

MESSAGES TYPES POUR UNE PRISE DE CONTACT MESSAGES TYPES POUR UNE PRISE DE CONTACT 1. Les principes à retenir Personnalisez vos messages La solidarité au sein des réseaux est étonnante, mais les membres sont des gens occupés. Personnalisation,

Plus en détail

M06/3/BUSMT/HP2/FRE/TZ0/XX+ COMMERCE ET Gestion. Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes

M06/3/BUSMT/HP2/FRE/TZ0/XX+ COMMERCE ET Gestion. Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes IB DIPLOMA PROGRAMME PROGRAMME DU DIPLÔME DU BI PROGRAMA DEL DIPLOMA DEL BI COMMERCE ET Gestion Niveau supérieur ÉPREUVE 2 22065024 Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes Instructions destinées

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts L E S C O N F E R E N C E S D E L I R E S T CYCLE 2014-2015 L Institut de Recherche et d Etudes Supérieures du Tourisme (IREST) Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a le plaisir de vous inviter à la conférence

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente FORMATIONS COMMERCIALES MANAGEMENT Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter I - Techniques de vente «Basic» - 6 modules II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Bref portrait. LGT Bank (Suisse) SA

Bref portrait. LGT Bank (Suisse) SA Bref portrait LGT Bank (Suisse) SA S.A.S. le Prince Max von und zu Liechtenstein (à gauche) et Heinrich Henckel (à droite) Votre partenaire pour des générations Chère cliente, cher client, Au cours de

Plus en détail

>> Une grande idée pour l électricité. La smart fortwo electric drive.

>> Une grande idée pour l électricité. La smart fortwo electric drive. >> Une grande idée pour l électricité. La fortwo electric drive. >> Faite pour rouler, pas juste pour être admirée. La fortwo electric drive a rencontré un franc succès avant même d être lancée. a déjà

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul Stage à la Société Générale Ingénierie Financière Note de Prise de Recul I. Rôle et Missions Assignés a. Description de l environnement de travail Au cours de mon stage, je travaille au sein du département

Plus en détail

REUNION CLIFF / FFCI. Rouen 6 mai 2010

REUNION CLIFF / FFCI. Rouen 6 mai 2010 REUNION CLIFF / FFCI Rouen 6 mai 2010 Le Groupe BIC Un modèle économique durable bénéficiant de positions fortes dans le monde entier Une politique d utilisation de la trésorerie claire et une rémunération

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Mobilité des entreprises multinationales : Ou comment la Suisse peut gagner la bataille pour les implantations d entreprises!

Mobilité des entreprises multinationales : Ou comment la Suisse peut gagner la bataille pour les implantations d entreprises! Mobilité des entreprises multinationales : Ou comment la Suisse peut gagner la bataille pour les implantations d entreprises! Une étude réalisée par la Swiss-American Chamber of Commerce et The Boston

Plus en détail

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises Palais du Luxembourg Jeudi 4 avril 2013 Jacques Hérard Groupe Cegos La formation des actionnaires salariés

Plus en détail

Cegid Business Restaurant

Cegid Business Restaurant CegidBusinessRestaurant Cegid Business Restaurant Encaissement Gérer efficacement tous les aspects de votre métier Facturation Avec Cegid Business Restaurant, dotez-vous d un véritable système d information

Plus en détail

Le Marketing Direct : une communication qui fait vendre

Le Marketing Direct : une communication qui fait vendre Le Marketing Direct : une communication qui fait vendre C est quoi le marketing direct? Pourquoi est-ce la technique la plus adaptée? Comment la mettre en œuvre? Comment créer des documents efficaces?

Plus en détail

Qu est-ce que le commerce équitable?

Qu est-ce que le commerce équitable? FAIR TRADE RULES! Position du mouvement international du commerce équitable en vue de la VI e Conférence Ministérielle de l OMC à Hong Kong Octobre 2005 «Nous, les membres du mouvement international du

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

Présentation de l entreprise Un regard tourné vers l avenir. Amadeus Vision

Présentation de l entreprise Un regard tourné vers l avenir. Amadeus Vision Présentation de l entreprise Un regard tourné vers l avenir Amadeus Vision Des investissements & des idées pour l avenir Combinant excellence technologique et expertise de pointe, notre regard reste résolument

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET. Christian Poirier

NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET. Christian Poirier NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET Christian Poirier Journée Société Générale - 20 juin 2000 Sommaire Analyse F.F.O.R. (forces, faiblesses, opportunités et risques) Positionnement / Objectifs

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail