Fiche conseil n : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail"

Transcription

1 Fiche conseil n 1 POLITIQUE 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO EMAS 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale SST OHSAS : Politique de santé et sécurité au travail Correspondance avec ILO OSH : Politique de sécurité et de santé au travail 2. Introduction et points particuliers La politique est l'élément fondateur du système de management. Elle traduit, dans un contexte donné, la volonté et l'engagement de la direction en matière d'environnement et/ou définit les orientations en matière de maîtrise des risques SST. Sa qualité de mise en œuvre déterminera la performance de l'organisme. Il est primordial que la direction accorde une attention toute particulière à la politique et s'implique dans son élaboration, sa diffusion, sa promotion et le suivi de son application. Cette politique doit être en cohérence totale avec les préoccupations réelles de l organisme concerné, ceci est d autant plus vrai si cet organisme appartient à un groupe industriel. La politique doit être «définie» (ISO et EMAS) ou autorisée (OHSAS) par la direction à son plus haut niveau [Renvoi Fiche n 5]. En d autres termes, il est nécessaire qu'elle soit signée par une personne située au bon niveau hiérarchique. Dans l hypothèse ou cette responsabilité est partagée par plusieurs personnes, il est nécessaire que l approbation du document soit collégiale. Par définition le (ou les) responsable(s) qui appose(nt) leur(s) signature(s) sur ce document possède(nt) à lui seul (ou à eux seuls) les compétences, les moyens et l autorité nécessaires pour mettre en oeuvre la totalité de la politique ainsi définie. Il est également important de définir et de justifier, à ce stade du processus, le domaine d application du SM [Renvoi Introduction- Domaine d application du SM]; ceci peut être documenté dans la politique de l organisme. La direction doit ensuite veiller à une bonne déclinaison de cette politique dans l ensemble des services de l organisme, qui doivent se l approprier le plus rapidement possible et avec le plus d intérêt possible. FC1_V1 1 / 6

2 3. Vue synthétique des actions à réaliser Politique groupe (éventuellement) Enjeux et contraintes de l'organisme Volonté et orientations de la direction de l'établissement Impacts Environnementaux (IE) et risques SST Avis des parties intéressées Retour d'expérience Contexte socio-politique (ex : développement durable) Définir la politique SSE de l'organisme Politique écrite Communiquer la politique à tout le personnel Tenir la politique à disposition du public / des parties intéressées Mettre en œuvre la politique Connaissance de la politique par le personnel Description de la mise à disposition Responsabilités Programme de management et indicateurs Ensemble du système Evaluer et réviser la politique Compte-Rendu de revue de direction Politique révisée FC1_V1 2 / 6

3 4. Actions à mettre en œuvre ➊ DEFINIR LA POLITIQUE SSE DE L ORGANISME POLITIQUE ECRITE Qui définit la politique? La direction à son plus haut niveau représente la personne ou le groupe de personnes qui possède la responsabilité et surtout l autorité concernant le fonctionnement de l'organisme. Il s'agit de la personne ou du groupe de personnes qui aura le pouvoir de prendre les décisions pour mettre en œuvre en totalité la politique, d'affecter les ressources, d'engager des moyens pour la réalisation d'un programme de management, de mettre en place, de maintenir et d améliorer le Système de Management (SM). Il s'agit donc le plus souvent du directeur du site ou parfois, du directeur du groupe lorsque les responsables sur site ne disposent pas de l autorité nécessaire, plus rarement le directoire ou le comité de direction dans son ensemble. Cela va essentiellement dépendre du périmètre et du champ d application du SM. Quoiqu il en soit, celui qui a la responsabilité opérationnelle des activités du site concerné par le SM, même s il n en a pas le responsabilité administrative (ou que partiellement), doit personnellement s engager a veiller à la bonne mise en oeuvre de cette politique sur son site (engagement SSE, déclaration d adhésion à la politique groupe...). Ceci est souvent le cas pour les unités industrielles d un grand groupe, leurs filiales ou encore des grands chantiers. ENGAGEMENT SSE Dans le cas d une collectivité locale (zone d activité, services municipaux), l'instance qui détient le pouvoir décisionnaire en terme de budget (comité syndical, conseil municipal ) signera la politique. Il est conseillé d'envisager une co-signature entre ses représentants et la direction opérationnelle de l'organisation mettant en œuvre le système. Que doit aborder la politique? Les spécificités de l'organisme La politique doit "être appropriée : à la nature, à la dimension et aux impacts environnementaux de ses activités, produits et services". à la nature et à l'étendue des risques pour la SST". Il est nécessaire que la politique intègre les spécificités du site. Il serait, par exemple, regrettable pour un site classé SEVESO, de ne pas faire figurer la notion de risques liés aux substances dangereuses. L'OHSAS introduit la notion de "bon sens" qui doit effectivement être à la base de l'écriture de la politique. L'ambition doit être adaptée aux moyens humains, financiers, techniques disponibles dans l'organisme (cohérence avec le programme qui sera mis en place). L'engagement de mise à disposition des moyens peut par exemple être rédigé ainsi : "Je m'engage à allouer les moyens et ressources nécessaires pour mettre en œuvre notre politique et atteindre nos objectifs tels qu ils seront arrêtés lors de nos revues de directions annuelles." L'organisme peut bien évidemment s'intéresser à ce que font les concurrents en matière de prévention des risques SSE pour définir ses engagements. Les périmètre et champ d'application [Renvoi Introduction-Domaine d application du SM] Il est souhaitable qu'ils soient explicités dans la politique, notamment si le périmètre comprend plusieurs sites. Toutes les exclusions d activités produits et services doivent être évitées et, en tous cas, justifiées. Une fois le domaine d application défini, il est impératif de prendre en compte, dans cette politique, l ensemble des activités, produits et services concernés. Les engagements de principe obligatoires Ceux-ci doivent être écrits de manière explicite. Il s'agit des engagements de : "prévention de la pollution", Il est permis de s'interroger sur l'absence d'engagement équivalent à l engagement de prévention de la pollution dans le référentiel OHSAS En tout état de cause, il apparaît indispensable de faire figurer au sein de la politique SST un engagement de prévention des dommages aux personnes, qu ils soient accidentels ou chroniques. "conformité à la réglementation et aux autres exigences auxquelles l organisme a souscrit", "amélioration continue". L'amélioration continue porte non seulement sur la performance environnementale ou SST, mais aussi sur l'amélioration des performances opérationnelles du système de management en soit. FC1_V1 3 / 6

4 Il est exigé en SST que la politique "indique clairement les objectifs généraux en termes de santé et sécurité et reflète l'engagement pris pour améliorer les performances de santé et sécurité". Il n existe pas d'exigence équivalente en environnement, cependant les grands axes d'amélioration étayant les engagements cités ci-dessus sont généralement énumérés. - Exemples d'engagements : améliorer la gestion au quotidien des déchets produits, concevoir les produits de manière à minimiser leur impact sur l'environnement, dans les phases de production, d'utilisation et de mise au rebut, autres exemples : voir ISO 14001, diminuer les risques de maladies professionnelles, prévenir les accidents du travail, de trajet, faire baisser les taux de fréquence et de gravité, éduquer et former le personnel, établir une bonne communication avec les parties intéressées. Ces engagements peuvent parfois être relativement précis en terme d axe d amélioration, en particulier dans les organismes de petite taille (ex : réduire les consommations d eau). Dans ce cas, ceci peut conduire à réviser plus fréquemment la politique. Chaque engagement cité dans la politique doit pouvoir se décliner en objectif(s). Tous ces objectifs doivent pouvoir être mesurables et si possible quantifiés. Un cadre pour l'établissement et l'examen des objectifs Il est spécifié que la politique doit donner "un cadre pour l'établissement et l'examen des objectifs et cibles environnementaux". Il n existe pas d'exigence équivalente en SST, cependant il est intéressant d'introduire également cette notion. Il s agit de préciser dans la politique les éléments importants pris en compte par la direction pour permettre d aboutir à l établissement d objectifs et de cibles, par exemple : L avis des médias, des scientifiques, des parties intéressées diverses ; Le retour d expérience ; La prise en compte de la sensibilité de l environnement dans lequel évolue l entreprise ; La prise en compte des performances du site en matière de maîtrise des pollutions ; La volonté de s appuyer sur les meilleures techniques disponibles ; La prise en compte des attentes du personnel ; La prise en compte des performances du site en matière de maîtrise des risques SST. Il peut être utile, dans la politique, de décrire le processus général qui permet d aboutir aux objectifs, de les suivre et de les réviser sans aller pour autant jusqu à expliquer dans le détail comment l'organisme procède. Quel lien entre la politique HSE et les autres politiques du groupe ou de l'établissement? La politique ou l engagement site doit être cohérente avec la ou les politiques du groupe Il s agit donc de décliner la politique groupe au niveau local en prenant en compte les spécificités de l organisme en particulier la nature de ses risques SSE. Il faut également veiller, dans le cas ou l organisme dispose de plusieurs systèmes de management distincts (qualité, environnement, sécurité...) à ce que l ensemble de ces politiques soient cohérentes ; le mieux bien sûr étant de ne disposer que d une seule politique, par exemple QSSE. Quand écrire la politique? Il est plus pertinent pour les petites entreprises d'écrire la politique à l'issue de l'identification des AES / risques SST. L'organisme possède une meilleure vision de ces impacts environnementaux et/ou de ses risques pour la SST et peut donc définir une politique qui tient compte des constats effectués. Ecrire et surtout expliquer et justifier auprès du personnel la politique SSE en début de démarche peut faire naître un intérêt du personnel qui souvent ne voit pas de résultat concret de cet engagement avant la fin de la phase d'analyse et de mise en œuvre des actions sur le terrain. Une déclaration de la direction (sous la forme d une note de service par exemple) se révèle, en tout état de cause, nécessaire au lancement du projet afin que le personnel soit directement informé de la démarche et qu il prenne conscience qu une contribution lui sera demandée. Cet engagement peut notamment faire part de l'objectif de la démarche et de son intérêt pour l ensemble de l entreprise, des premières étapes qui seront réalisées, des personnes désignées et de la structure qui sera mise en place pour mener à bien le projet. Cet engagement, permet enfin d afficher clairement l importance du projet par rapport aux autres objectifs stratégiques de l entreprise. Cette lettre d'engagement est donc à distinguer totalement de la politique. DECLARATION DE LA DIRECTION FC1_V1 4 / 6

5 ➋ COMMUNIQUER LA POLITIQUE A TOUTE PERSONNE TRAVAILLANT POUR OU POUR SON COMPTE Que ce soit pour le personnel de l'organisme ou pour le personnel travaillant pour son compte (intérimaires, certains sous-traitants [Renvoi Fiche n 11]), l'entité doit communiquer sa politique. Il ne s'agit de simplement remettre un document mais bien d'expliciter les engagements de la direction et de s'assurer que ceux-ci sont compris. ➌ TENIR LA POLITIQUE A DISPOSITION DU PUBLIC / DES PARTIES INTERESSEES [Renvoi Fiche n 8] La politique est le seul document du système de management devant, au vu des exigences des référentiels, être tenu à la disposition du public et des parties intéressées. ➍ METTRE EN ŒUVRE LA POLITIQUE La politique est mise en œuvre essentiellement à travers le ou les programme(s) de management dont les objectifs reprennent les grandes orientations édictées par la politique et l ensemble des processus de management du SME (veille réglementaire, surveillance, traitement des non-conformités, audits internes...) ➎ EVALUER ET REVISER LA POLITIQUE La politique est un élément qui doit être relativement pérenne, en l absence d évolutions significatives du contexte. Les valeurs et engagements qu'elle comporte doivent s'inscrire dans le moyen, voire long terme. Cependant, il est nécessaire de s'assurer périodiquement que la politique reste adaptée à l'organisme, pour, si le besoin s'en ressent, la faire évoluer. Quand réviser la politique? - périodiquement : Les référentiels demandent que la revue de direction aborde les éventuels besoins de changement au niveau de la politique, des objectifs et autres éléments du SM [Renvoi Fiche n 17]. L'OHSAS impose en particulier une revue périodique de la politique. La politique sera donc systématiquement examinée et éventuellement révisée, en général au moins une fois par an. - ponctuellement : Au-delà de la révision périodique, la direction peut réviser la politique quand elle le juge nécessaire. Cela sera notamment fait en cas de modifications ayant des répercussions sur les orientations définies dans la politique : évolution de la politique groupe, changement important dans l'organisation, changement de direction, accident ou incident, évolution du contexte économique et commercial, des connaissances SSE, de la réglementation, de l'environnement local de l entreprise, etc. MANUEL FC1_V1 5 / 6

6 5. Compléments Exemple de présentation Le schéma ci-après est un exemple de présentation, sur un seul document, de la ou des politique(s) SST et environnement ainsi que des objectifs SST et environnement. Des objectifs qualité peuvent venir compléter cette politique lorsqu un tel système est en place au sein de l organisme. Objectifs SST Objectifs Environnement POLITIQUE(S) SST ET ENVIRONNEMENT Il est, de plus, intéressant de noter que beaucoup d objectifs peuvent être communs ou complémentaires à ces deux types de systèmes de management par exemple : la volonté de diminuer le nombre de produits dangereux, le bruit, etc. A éviter "Nous mettons en place un système de management environnemental ou SST selon la norme ISO ou le référentiel OHSAS afin d obtenir la certification" : Ecrit dans la politique, d'une part ce type de phrase la rend caduque une fois la certification obtenue. D'autre part, il est judicieux d'éviter d afficher un objectif unique de résultat qui, lorsqu il est atteint, semble mettre en défaut le principe d amélioration continu. Une façon de contourner la difficulté d avoir une politique "d actualité" avant et après la certification est par exemple : "nous sommes engagés dans la mise en place et le maintien d un système de management environnemental conforme aux exigences de la norme ISO 14001" ou bien encore "La certification OHSAS concrétisant nos efforts en matière de maîtrise des risques SST...". Par ailleurs, il vaut mieux éviter les phrases du type "Nous engagerons tous les moyens nécessaires " et préférer un engagement à réaliser le programme de management défini. Politique intégrée SSE et QSSE Dans le cas ou il existe d autres systèmes de management dans l entreprise, il faut à tout prix que l organisme essaie de définir une stratégie et une politique unique. Ceci évitera de perturber la bonne compréhension par le personnel de la stratégie globale de l entreprise et de ses priorités. Cette disposition évitera par ailleurs toute forme de conflits et de contradiction du style "il faut tout faire pour respecter les délais de livraison" et "il faut stopper toute activité dès qu un risque SSE est mis en évidence". Elle donnera beaucoup plus de sens, de clarté et de cohérence à la stratégie de l entreprise. La définition d une politique commune SSE est l élément préalable à toute forme de réflexion en matière d intégration de systèmes de management. FC1_V1 6 / 6

Fiche conseil n 5 Structure et responsabilité

Fiche conseil n 5 Structure et responsabilité STRUCTURE ET RESPONSABILITE 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.4.1 : Ressources, rôles, responsabilité et autorité EMAS Annexe I.-A.4.1 Structure et responsabilité SST OHSAS 18001

Plus en détail

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus 1 2 3 Ordre d jour Les surveillances et mesures Rappel des étapes niveau 2 Lancement niveau 3 Les surveillances et mesures Présentation des tableaux de bord par chaque exploitant Reprendre la politique

Plus en détail

Quelles sont les données d entrée de la revue de direction QSE?

Quelles sont les données d entrée de la revue de direction QSE? Quelles sont les données d entrée de la revue de direction QSE? Les normes ISO 9001 : 2015, ISO 45001/DIS et ISO 14001 : 2015 sont parfaitement alignées au niveau des 10 chapitres. Les exigences de revue

Plus en détail

Fiche conseil n 10. 4.4.6 : Maîtrise opérationnelle

Fiche conseil n 10. 4.4.6 : Maîtrise opérationnelle Fiche conseil n 10 MAITRISE OPERATIONNELLE - AES/RISQUES SST Les exigences des référentiels en matière de maîtrise opérationnelle sont, au sein de ce guide, traitées d une part en ce qui concerne les opérations

Plus en détail

L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR?

L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR? 1 FORMATION DES INSPECTEURS HYGIENE SECURITE OCTOBRE 2008 L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR? Dominique VACHER 2 Enjeux du domaine Santé Sécurité Social et Environnemental : pas de Développement

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

qualité des prestations des

qualité des prestations des Plateforme d appui aux entreprises et à la formation technique du BTP Renforcer la qualité des prestations des entreprises pour augmenter leurs opportunités de marché Renforcer la qualité des prestations

Plus en détail

Politique Achats. Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats. p. 1/8

Politique Achats. Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats. p. 1/8 Politique Achats Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats p. 1/8 Fournisseurs Objectifs Principes / Moyens Indicateurs / Preuves Améliorer le niveau de qualité fourni.

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

MANUEL DE GESTION ENVIRONNEMENTAL ISO 14001 2004 DÉVELOPPEMENT DURABLE Collège Sainte-Anne

MANUEL DE GESTION ENVIRONNEMENTAL ISO 14001 2004 DÉVELOPPEMENT DURABLE Collège Sainte-Anne MANUEL DE GESTION ENVIRONNEMENTAL ISO 14001 2004 DÉVELOPPEMENT DURABLE Collège Sainte-Anne 16 mars 2015 4.1.1-10 COLLÈGE SAINTE-ANNE, JUIN 2011 Page 1 Table des matières 1. INTRODUCTION ET DOMAINE D'APPLICATION...

Plus en détail

Management SMQ. Programme. Système de management en pratique. La planification de la démarche Méthodologie Structure et gestion de projet Les 7 étapes

Management SMQ. Programme. Système de management en pratique. La planification de la démarche Méthodologie Structure et gestion de projet Les 7 étapes Management SMQ Programme Système de management en pratique La planification de la démarche Méthodologie Structure et gestion de projet Les 7 étapes La mise en oeuvre de la démarche L objectif de départ

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015

Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015 Association Suisse pour Systèmes de Qualité et de Management (SQS) Service à la clientèle SQS Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015 Règles de transition Table des matières 1. Publication

Plus en détail

Renouvellement du mandat du Secrétaire du Traité

Renouvellement du mandat du Secrétaire du Traité Octobre 2015 F Point 18 de l'ordre du jour provisoire SIXIÈME SESSION DE L ORGANE DIRECTEUR Rome (Italie), 5-9 octobre 2015 Renouvellement du mandat du Secrétaire du Traité Le tirage du présent document

Plus en détail

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international Une perspective LRQA Mai 2014 Introduction La publication du Projet de Norme Internationale (DIS) de la norme (ISO/DIS 9001:2014) dessystème de

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

La gestion du risque

La gestion du risque La gestion du risque Enjeux Le risque est consubstantiel à l entreprise. Sans prise de risque, l entreprise ne peut assurer une rentabilité décente pour ses actionnaires. Mais, comme des exemples récents

Plus en détail

Le Management de l Environnement selon l ISO 14001. Superviseur HSE

Le Management de l Environnement selon l ISO 14001. Superviseur HSE Le Management de l Environnement selon l ISO 14001 Superviseur HSE La Norme Internationale - ISO 14001 Famille ISO 14 000 : ISO 14050 : 2002 : Management Environnemental «Vocabulaire»; ISO14004 : 2004

Plus en détail

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT SOMMAIRE INTRODUCTION > Chapitre 1 L environnement et le Développement durable 9 S engager > Chapitre 2 Principes de mise en œuvre 19 Comprendre Savoir-faire Partager

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

L entreprise : fonction Qualité. La fonction Qualité

L entreprise : fonction Qualité. La fonction Qualité La fonction Qualité Sommaire 1. Définition... 1 La qualité externe... 1 La qualité interne... 1 L'objet de la qualité... 1 2. La non-qualité... 2 3. Notion d'amélioration permanente... 2 4. Démarche qualité...

Plus en détail

POLITIQUE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION (PGSSI)

POLITIQUE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION (PGSSI) POLITIQUE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION (PGSSI) Date : 15.06.2011 Version : 1.0 Auteur : DSI Statut : Approuvé Classification : Publique Destinataires : ACV TABLE DES MATIÈRES 1 RESUME

Plus en détail

Montrouge, le 3 décembre 2015

Montrouge, le 3 décembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 3 décembre 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-035633 Monsieur le Directeur Direction du Parc Nucléaire et Thermique EDF Site Cap Ampère 1 place

Plus en détail

Contenu de la norme ISO 50001-2011

Contenu de la norme ISO 50001-2011 Contenu de la norme ISO 50001-2011 22 novembre 2011 Virginie BUCHHEIT Luxcontrol 1, av. des Terres Rouges BP 349 L-4004 Esch/Alzette Tel : +352 54 77 11 281 Fax : +352 54 77 11 266 www.luxcontrol.com Email:

Plus en détail

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001 Quand le dernier arbre aura été abattu, Quand la dernière rivière aura été empoisonnée, Quand le dernier poisson aura été péché, Alors on saura que l argent ne se mange pas. Géronimo, chef apache SYSTEMES

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

Norme ISO 9001 version 2000

Norme ISO 9001 version 2000 Norme ISO 9001 version 2000 Page 1 Plan Introduction : QQOQCP «comprendre les enjeux pour l organisme» 1.Les 8 principes du Management de la Qualité 2.ISO 9001 : 2000 et cycle PDCA 3.Le système documentaire

Plus en détail

DU MANAGEMENT DE LA SANTE ET LA SECURITE AU TRAVAIL A LA RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES. PREVENTICA Lille - 24 janvier 2008

DU MANAGEMENT DE LA SANTE ET LA SECURITE AU TRAVAIL A LA RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES. PREVENTICA Lille - 24 janvier 2008 DU MANAGEMENT DE LA SANTE ET LA SECURITE AU TRAVAIL A LA RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES PREVENTICA Lille - 24 janvier 2008 1 PROGRAMME Valérie RAVEZ AFNOR - Action régionale Comment intégrer

Plus en détail

Bâtir un système intégré

Bâtir un système intégré Florence GILLET-GOINARD Bâtir un système intégré Qualité/Sécurité/Environnement De la qualité au QSE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3651-8 Table des matières Introduction............................................

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS Construire l avenir, c est notre plus belle aventure J e suis convaincu que la performance globale de Bouygues est intrinsèquement liée à celle de nos fournisseurs

Plus en détail

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004 Référence de la publication EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO 14001 : 2004 OBJECTIF Le présent document a été élaboré par un groupe de travail sous la

Plus en détail

3 ème Edition du Forum RSE

3 ème Edition du Forum RSE 3 ème Edition du Forum RSE Dakar, 22 24 Mars 2011 --------------------- Présentation de la Norme ISO 26000 : Lignes directrices sur la responsabilité sociétale Par Barama Sarr Directeur Général ASN, Vice

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Fiche conseil n 11. Environnement ISO 14001 4.4.6 : Maîtrise opérationnelle Annexe II.-A.4.6 : Maîtrise opérationnelle

Fiche conseil n 11. Environnement ISO 14001 4.4.6 : Maîtrise opérationnelle Annexe II.-A.4.6 : Maîtrise opérationnelle Fiche conseil n 11 MAITRISE OPERATIONNELLE - ACHATS Les exigences des référentiels en matière de maîtrise opérationnelle sont, au sein de ce guide, traitées d une part en ce qui concerne les opérations

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

NF AMEUBLEMENT NF MOBILIER PROFESSIONNEL NF OFFICE EXCELLENCE CERTIFIE NF AMEUBLEMENT ENVIRONNEMENT

NF AMEUBLEMENT NF MOBILIER PROFESSIONNEL NF OFFICE EXCELLENCE CERTIFIE NF AMEUBLEMENT ENVIRONNEMENT Annule et remplace MQ-CERT 13-344 du 16/10/2013 Approuvé par la Directrice Générale d AFNOR Certification, le 21/11/2013 Date de mise en application : 02/09/2015 NF AMEUBLEMENT NF MOBILIER PROFESSIONNEL

Plus en détail

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011)

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) Actualisation du plan stratégique 2010-2014 de l AERES décembre 2011 (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) SOMMAIRE Une actualisation du plan stratégique 2010-2014, indispensable

Plus en détail

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement Salariés ou futurs salariés des entreprises qui auront pour missions d animer et/ou participer à la mise en œuvre de la politique prévention, sécurité,

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Charte Sûreté Nucléaire

Charte Sûreté Nucléaire Charte Sûreté Nucléaire LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE UN IMPÉRATIF ABSOLU Le maintien du plus haut niveau de sûreté a toujours constitué pour AREVA un impératif absolu : il en est ainsi pour la sûreté de nos produits,

Plus en détail

Sécurité industrielle 70%

Sécurité industrielle 70% Sécurité industrielle 70% de PPRT approuvés (285 sur 407 PPRT à l échelle nationale). L objectif du Ministère de l Ecologie est d approuver 95% des PPRT à fin 2014. La gestion de la sécurité et son amélioration

Plus en détail

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1.

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1. EIOPABoS16/071 FR Orientations préparatoires sur les modalités de gouvernance et de surveillance des produits par les entreprises d assurance et les distributeurs de produits d assurance 1/13 Introduction

Plus en détail

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 CERTIBAT est un organisme de certification dans le domaine de la construction. Il a la fiabilité et la compétence nécessaires qui lui permettent de certifier les systèmes de management.

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

SOSUCAM Offre d emploi Responsable RSE

SOSUCAM Offre d emploi Responsable RSE SOSUCAM Offre d emploi Responsable RSE La Société Sucrière du Cameroun (SOSUCAM), basée sur les sites de Mbandjock et Nkoteng, au Cameroun, est une entreprise sucrière de droit Camerounais qui alimente

Plus en détail

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES)

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) 1) Désignation du métier et des fonctions Responsable d'études et de travaux en Hygiène Sécurité et Conditions de Travail. Au sein des établissements du

Plus en détail

Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux. Le Réseau d échanges 25 septembre 2006

Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux. Le Réseau d échanges 25 septembre 2006 Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux Le Réseau d échanges 25 septembre 2006 1 PLAN Qu est-ce qu un système de gestion environnementale (SGE)?

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ Arrêté du 19 décembre 2014 modifiant les modalités de validation d une démarche qualité

Plus en détail

Séries AS/EN 9100 Aviation, Aérospatiale et Défense

Séries AS/EN 9100 Aviation, Aérospatiale et Défense Séries AS/EN 9100 Aviation, Aérospatiale et Défense Guide Produit Qu est-ce que l AS 9100 Management de la Qualité de l Aérospatiale? Les normes de l aérospatiale sont une série de normes basées sur l

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF SECURITE FEU TUBES ET RACCORDS PVC PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE. Rappels des notions fondamentales. (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012

LE DOCUMENT UNIQUE. Rappels des notions fondamentales. (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012 LE DOCUMENT UNIQUE Rappels des notions fondamentales (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012 LE DOCUMENT UNIQUE Le D.U. : une obligationdepuis 2001 Ca fait 11 ans

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Accompagnement. à la certification MASE

Accompagnement. à la certification MASE Accompagnement à la certification MASE Le MASE pour quoi? Historique du MASE Novembre 1992, l explosion à la raffinerie TOTAL de la Mède sur l étang de Berre provoque 6 morts. Les grands acteurs industriels

Plus en détail

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle.

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. 1. De l affirmation du droit à la qualification à son «effectivité». L accès à la

Plus en détail

Générer de la Satisfaction. Management de la qualité par les processus

Générer de la Satisfaction. Management de la qualité par les processus Générer de la Satisfaction Management de la qualité par les processus Hervé DOURY 21 Novembre 2014 - Plan Définition, vocabulaire et intérêts du concept Système de Management de la Qualité ISO 9000:2005

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 Mise à jour : 19 mai 2016 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015. Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3.

Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015. Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3. Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015 Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3.fr Page 2 SOMMAIRE 1. (Pré)Histoire de la Qualité 2. ISO

Plus en détail

ANNEXES Partie Les métiers du Groupe

ANNEXES Partie Les métiers du Groupe ANNEXES Partie Les métiers du Groupe Mesures de réduction des nuisances sonores... 2 Services et prestations en vue de diminuer la consommation d'eau... 3 Démarche de certification environnementale...

Plus en détail

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Faits saillants Étant donné que, d après les prévisions, la croissance du trafic aérien doublera au cours des 15 prochaines années, il faut s occuper proactivement

Plus en détail

Reporting RSE* selon l article 225 de la loi «Grenelle 2» Retours d expérience à la plateforme RSE

Reporting RSE* selon l article 225 de la loi «Grenelle 2» Retours d expérience à la plateforme RSE Reporting RSE* selon l article 225 de la loi «Grenelle 2» Retours d expérience à la plateforme RSE Julien Rivals Directeur, Services en RSE 11 février 2014 *Responsabilité sociétale des entreprises Deloitte,

Plus en détail

FICHE ACTIONS ISORE BATIMENT

FICHE ACTIONS ISORE BATIMENT FICHE ACTIONS ISORE BATIMENT ACTIONS GLOBALES Certifications ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 Charte DD de la direction depuis 2008 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Création de son propre pôle de formation

Plus en détail

Par François H. Rivard, président ainsi que Manon Mercier T.P., conseillère. Service du développement des affaires

Par François H. Rivard, président ainsi que Manon Mercier T.P., conseillère. Service du développement des affaires Par François H. Rivard, président ainsi que Manon Mercier T.P., conseillère Service du développement des affaires Atelier: La planification efficace des échéanciers dans les travaux de rénovation Le marché

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

Baccalauréat. Document ressources

Baccalauréat. Document ressources Baccalauréat Document ressources "#$%&'(&($)*+&,'(-.))$+/.0,&+&,'(*1.)).2.*#3.'45678 Sommaire du document d accompagnement "##$%&'()*()"+*#',-().$++"#/$0,'#',-1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111112

Plus en détail

Les éléments à mentionner dans son mémoire technique

Les éléments à mentionner dans son mémoire technique Les éléments à mentionner dans son mémoire technique Voici les éléments et parties qu'il est indispensable de mentionner dans son mémoire technique : I. Profil Général de la société Nom et raison sociale

Plus en détail

DGFiP - Bureau CL1B décembre 2014 DGOS. Fiche n 15

DGFiP - Bureau CL1B décembre 2014 DGOS. Fiche n 15 DGFiP - Bureau CL1B décembre 2014 DGOS Fiche n 15 Calendrier de remise des comptes annuels et des documents nécessaires à la certification, au certificateur des établissements publics de santé dont les

Plus en détail

MANUEL. Santé Sécurité Environnement. Schlumberger Private

MANUEL. Santé Sécurité Environnement. Schlumberger Private MANUEL Santé Sécurité Environnement Schlumberger Private Sommaire Objet et domaine d'application... page 2 Politique Santé-Sécurité-Environnement... page 3 Nos missions et nos clients... page 4 Organisation...

Plus en détail

"le développement durable vise à concilier efficacité économique, respect de l'environnement et équité sociale" DÉVELOPPEMENT DURABLE

le développement durable vise à concilier efficacité économique, respect de l'environnement et équité sociale DÉVELOPPEMENT DURABLE "le développement durable vise à concilier efficacité économique, respect de l'environnement et équité sociale" DÉVELOPPEMENT DURABLE 30 Exemples de bonnes pratiques Développement durable 31 Saut technologique

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville

Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville RAPPORT D EVALUATION Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville Décembre 2015 Introduction Le Cégep de Drummondville a adopté une nouvelle version de sa Politique

Plus en détail

FORMATION DES DIRIGEANTS LIGUE de JUDO JUJITSU ET D.A. des PAYS DE LA LOIRE Préparation olympiade 2012/2016

FORMATION DES DIRIGEANTS LIGUE de JUDO JUJITSU ET D.A. des PAYS DE LA LOIRE Préparation olympiade 2012/2016 FORMATION DES DIRIGEANTS LIGUE de JUDO JUJITSU ET D.A. des PAYS DE LA LOIRE Préparation olympiade 2012/2016 Maîtriser les bases de la gestion associative est essentiel pour tous les dirigeants bénévoles

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

L'ENREGISTREMENT EMAS

L'ENREGISTREMENT EMAS A RETENIR Toute modification ou mise en place d un système de gestion nécessite des moyens, tant humains que financiers. En l occurrence, mettre en place un système de gestion de l environnement qui suive

Plus en détail

L administrateur et l investisseur

L administrateur et l investisseur L administrateur et l investisseur Enjeux Désigné par l assemblée générale, le conseil doit agir dans l intérêt et pour le compte de tous les actionnaires. A long terme, l intérêt social doit nécessairement

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE L audit interne

Plus en détail

Qu est-ce qu une convention avec l Agefiph?

Qu est-ce qu une convention avec l Agefiph? Qu est-ce qu une convention avec l Agefiph? C est une modalité de contractualisation avec l Agefiph traduisant l engagement de la direction de l entreprise de mettre en place une politique d emploi des

Plus en détail

Pacte Mondial. Communication sur le Progrès

Pacte Mondial. Communication sur le Progrès Pacte Mondial Communication sur le Progrès I. Déclaration de renouvellement de l engagement En 2010, CAVAS s est engagé à respecter les 10 principes fondateurs regroupés au sein de 4 thèmes fondamentaux

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Continuer de bien gérer l environnement. Un cadre de gestion environnementale pour Construction de Défense Canada

Continuer de bien gérer l environnement. Un cadre de gestion environnementale pour Construction de Défense Canada Un cadre de gestion environnementale pour Construction de Défense Canada Mai 2002 Table des matières La politique de gestion environnementale de CDC 1 Message du président et chef de la direction 2 À propos

Plus en détail

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces 1 Origine du Responsible Care Démarche volontaire de l'industrie

Plus en détail

3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1)

3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1) 3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1) 3.6.1 L Organisation doit s efforcer d appliquer les pratiques de gestion les mieux adaptées à sa mission, à son fonctionnement et à sa structure

Plus en détail

E 39. Audit interne QSE. Annexes. Objectif du module : Réalisation de l'audit interne selon l'iso 19 011 pour pouvoir :

E 39. Audit interne QSE. Annexes. Objectif du module : Réalisation de l'audit interne selon l'iso 19 011 pour pouvoir : E 39 Objectif 1 Domaine 2 Normes 3 Définitions 4 Principes 4.1 Principes de management 4.2 Principes d'audit 4.3 Performance du SMI 5 Programme d'audit5.1 Généralités 5.2 Objectifs 5.3 Etablissement 5.4

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

Khalfa Mohamed Consultant expert international en management qualité ISO 9001

Khalfa Mohamed Consultant expert international en management qualité ISO 9001 Octobre 2003 Décision de lancer la revue systématique pour ISO 9001/9004 Juillet 2004 Enquête menée au niveau international et résultats Décembre 2004 Premiers projet de cahiers des charges Mai 2005 Second

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Génie analytique. Master en génie analytique

Profil professionnel. Section : Génie analytique. Master en génie analytique Section : Génie analytique Page 1/8 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions

Plus en détail

Préambule. Ce faisant, l ECPAR poursuit les objectifs suivants :

Préambule. Ce faisant, l ECPAR poursuit les objectifs suivants : Préambule L Espace québécois de concertation sur les pratiques d approvisionnement responsable (ECPAR) a pour mandat d optimiser les efforts des donneurs d ordres en vue de diffuser et de mettre en œuvre

Plus en détail

Chantier n 2.7 - Diffuser et communiquer

Chantier n 2.7 - Diffuser et communiquer Chantier n 2.7 - Diffuser et communiquer Objectif général Le projet fixe une ambition mobilisatrice pour l'agriculture française. Son succès dépendra de son appropriation par l'ensemble des acteurs et

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) POLITIQUE N O 2 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) Modifiée le 12 mai 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration :optée lu conseil d administration :

Plus en détail