BILAN DU RENDEZ- VOUS NATIONAL SUR LES INEGALITES SOCIALES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BILAN DU RENDEZ- VOUS NATIONAL SUR LES INEGALITES SOCIALES"

Transcription

1 BILAN DU RENDEZ- VOUS NATIONAL SUR LES INEGALITES SOCIALES Mars 2015

2 TABLE DES MATIERES 1. BILAN DU RENDEZ- VOUS NATIONAL : UN CONSENSUS FERME EN FAVEUR DE LA RÉDUCTION DES INÉGALITÉS SOCIALES 1 LES FAITS SAILLANTS DU RENDEZ- VOUS NATIONAL DIX FACTEURS DE SUCCES DE L EVENEMENT LE RENDEZ- VOUS STRATEGIQUE SUR LES INEGALITES SOCIALES 2. BILAN DU SONDAGE 6 3. BILAN DES ATELIERS DELIBERATIFS 7 ATELIER 1 : COMMENT MISER SUR L EGALITE EN MODIFIANT LA FISCALITE DES PARTICULIERS? ATELIER 2 : COMMENT MISER SUR L EGALITE EN MODIFIANT LA FISCALITE DES ENTREPRISES? ATELIER 3 : COMMENT MISER SUR L EGALITE EN MODIFIANT LES TRANSFERTS SOCIAUX? ATELIER 4 : COMMENT MISER SUR L EGALITE EN MODIFIANT LES SERVICES PUBLICS? ATELIER 5 : COMMENT MISER SUR L EGALITE EN MODIFIANT LE MARCHE DU TRAVAIL? ATELIER 6 : COMMENT MISER SUR L EGALITE EN PRODUISANT DE LA SOLIDARITE? 4. BILAN DE LA SIMULATION 11 OBJECTIFS DEROULEMENT BILAN ET RETROSPECTIVE 5. BILAN DE LA PARTICIPATION 17 REPRÉSENTATION RÉGIONALE NIVEAU DE SCOLARITÉ GROUPE D ÂGE ET GENRE ÉVALUATION DE L EVENEMENT 6. LES RETOMBEES ET SUITES DU RENDEZ- VOUS NATIONAL SUR LES INEGALITES 20 ANNEXE 1 PROGRAMMATION ANNEXE 2 ÉQUIPE DE L EVENEMENT ANNEXE 3 CONFERENCIERS ANNEXE 4 PARTENAIRES DE L EVENEMENT Dans le présent document, les termes employés pour désigner des personnes sont pris au sens générique; ils ont à la fois valeur de féminin et de masculin i

3 1. Bilan du Rendez- vous national : Un consensus ferme en faveur de la réduction des inégalités sociales Après deux ans de consultations, de délibérations et de communications autour de la question, l Institut du Nouveau Monde (INM) a tenu son Rendez- vous national sur les inégalités sociales. L événement a eu lieu au Cœur des sciences de l UQÀM à Montréal, les 24 et 25 octobre 2014, et a réuni des acteurs socio- économiques, des experts et des citoyens de toutes les régions du Québec autour des moyens à prioriser pour réduire les inégalités. Avec des gouvernements au niveau provincial et fédéral qui souhaitent réformer les missions et façons de faire de l État, ce grand événement est plus pertinent que jamais. L INM y a invité les citoyennes et citoyens à discuter des moyens pour réduire les inégalités au Québec. L événement a permis d explorer les principes et priorités à mettre de l avant pour diminuer les inégalités économiques et sociales. Ce fut également l occasion de susciter l intérêt du grand public, des médias et des décideurs sur la question des inégalités sociales. Le bilan de l événement est clair, confirmé par les résultats d un sondage : il existe un consensus ferme au Québec en faveur de la réduction des inégalités sociales. Les faits saillants du Rendez- vous national Un événement ayant mobilisé 245 personnes des quatre coins du Québec. Un taux de satisfaction des participants envers l événement de 92 %. La présence de deux conférenciers internationaux de prestige : James K. Galbraith, professeur d économie à l Université du Texas à Austin et Romain Rancière, professeur à la Paris School of Economics et chercheur au Fonds monétaire international. Une simulation à grande échelle inédite, réunissant 100 participants représentatifs du Québec aux niveaux socioéconomique et géographique. Un total de 15 présentations et conférences d experts. La production d un numéro spécial de la Revue vie économique sur les inégalités, remis à chaque participant. Un sondage national réalisé dans les semaines précédant le Rendez- vous qui démontre que la majorité des Québécois sont en accord avec le fait que la réduction des inégalités sociales soit une priorité au Québec. 1

4 Six ateliers délibératifs permettant d aborder la question des inégalités sociales sous différents angles : la fiscalité des particuliers et des entreprises, les transferts sociaux, les services publics, la régulation du marché du travail et la solidarité. L appui essentiel de douze partenaires qui, grâce à leur soutien financier ou en services, ont permis la réalisation d un événement dynamique et inspirant : Le Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales du gouvernement du Québec, la Fondation Lucie et André Chagnon, la succession Paul- Bernard, l Université du Québec à Montréal, la Centrale des syndicats du Québec, Unifor, la Revue vie économique, Keolis Canada, Intercar, Autobus Maheu, Le pain dans les voiles, Café Rico. Une plénière de clôture réunissant des acteurs- clés de la société civile : Jacques Létourneau (président de la Confédération des syndicats nationaux), Michèle Bazin (vice- présidente du Conseil du patronat du Québec), Alexa Conradi (présidente de la Fédération des femmes du Québec), Damien Auger (vice- président exécutif de Force Jeunesse). Dix facteurs de succès de l événement 1. Le caractère non partisan de l INM, sa notoriété croissante et sa réputation de professionnalisme ; 2. La diversité sociodémographique et géographique des participants ; 3. La pertinence et l actualité de la question des inégalités sociales ; 4. La variété des solutions abordées et l obligation de résultat liée aux ateliers délibératifs ; 5. Le grand nombre de conférenciers, spécialistes et animateurs présents ; 6. L accessibilité de l événement aux personnes à faible revenu et en régions ; 7. Le travail d une équipe d organisation expérimentée et audacieuse ; 8. L esprit d innovation dans les méthodes d animation et de recrutement ; 9. Les bonnes relations avec les partenaires et les commanditaires ; 10. Le lieu central et rassembleur. 2

5 Le Rendez- vous stratégique sur les inégalités sociales Une démarche d envergure sur un sujet incontournable Les inégalités sont en hausse et elles nuisent à l économie, à la démocratie et à la société. Souvent présentées comme inéluctables, elles sont le reflet de choix de société. C est dans cette perspective que l INM a lancé en février 2013 le Rendez- vous stratégique sur les inégalités sociales, vaste démarche délibérative qui vise à faire émerger une volonté sociale claire pour les réduire. Le Rendez- vous national était l aboutissement de cette démarche. Les Rendez- vous stratégiques ont pour objectif de dégager, par des débats informés et ouverts à l ensemble des citoyens, une vision du Québec dans lequel nous voulons vivre dans 20 ans. La démarche fait appel à l'imagination et à la capacité des citoyens de se projeter dans l'avenir pour aboutir, ensemble, à la formulation et à l'adoption de propositions d'action. L'INM propose une démarche délibérative structurée basée sur cette formule : 1. «Informer» passe par la contribution de tous aux discussions ainsi que la mise à disposition d'une documentation variée et accessible. L'information circule grâce à un dialogue entre experts, praticiens et citoyens. 2. «Débattre» est au cœur de l'exercice démocratique. À partir d'une information commune et des expériences et connaissances de chacun, les citoyens débattent des grands enjeux, confrontent leurs visions, leurs points de vue, leurs idées. 3. «Proposer» est la suite logique des étapes d'information et de débats. Les citoyens sont invités à énoncer des pistes d'action, à proposer des solutions aux défis de l'heure. Ils sont également appelés à voter en faveur des propositions qui leur paraissent prioritaires. Les objectifs du Rendez- vous stratégique sur les inégalités sociales sont : Produire et rendre disponible à divers publics de la connaissance sur les enjeux liés aux inégalités sociales. Renforcer le message voulant qu une société plus égalitaire profite à l ensemble de la société. Favoriser le dialogue entre les experts, les citoyens de différents statuts socio- économiques, les décideurs et acteurs clés autour des inégalités sociales. Donner la parole aux citoyens et faire émerger des choix sociaux, des valeurs et des priorités d action en matière de réduction des inégalités. 3

6 Mobiliser les décideurs et les acteurs socio- économiques autour de l importance d agir en matière d inégalités sociales. Influencer les décideurs et les politiques publiques. Activités Depuis le lancement du Rendez- vous stratégique sur les inégalités sociales en février 2013, l INM a déployé une large programmation, dont les résultats sont éloquents : La consultation de 5000 citoyens et citoyennes de toutes les régions du Québec, par le biais d un sondage Léger, d une Caravane citoyenne, de 25 Cafés citoyens, d une simulation à grande échelle et d un Rendez- vous national. La participation de 1500 personnes à des conférences offertes par l INM, notamment pour l Association des économistes québécois, Centraide Québec et Centraide Estrie, l Association des retraités en enseignement du Québec et la Centrale des syndicats du Québec. La mise à disposition de la plus grande encyclopédie en ligne sur les inégalités au monde La contribution de 41 chercheurs de 5 pays pour la publication d un ouvrage collectif (Miser sur l égalité), d un numéro spécial de la Revue Vie économique et de textes pour l encyclopédie en ligne. La mise en ligne d un simulateur interactif, développé par l INM, à l aide duquel les utilisateurs peuvent comparer leur revenu annuel avec celui de 14 Québécois représentatif du marché du travail. Des interventions régulières dans les médias et ; Une invitation à participer à une consultation sur les inégalités de revenus au Canada par le Comité permanent des Finances du Parlement du Canada. L INM y a déposé un mémoire. Suite Le Rendez- vous stratégique ne fait pas que donner la parole aux citoyens : il la diffuse auprès des décideurs. Ce printemps, l INM organisera une tournée des décideurs pour rencontrer députés, maires, ministres et hauts fonctionnaires pour leur présenter les résultats. De plus, l INM produira un livret, rassemblant des faits, décortiquant des mythes et recensant des leviers efficaces et consensuels pour réduire les inégalités. 4

7 Comité directeur Le Rendez- vous stratégique sur les inégalités sociales se fonde sur un solide comité directeur, composé d experts, de scientifiques et de praticiens de divers milieux : François Benoit, responsable, Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé Serge Petitclerc, porte- parole, Collectif pour un Québec sans pauvreté André Dontigny, directeur, Direction de la prévention et de la promotion de la santé au ministère de la Santé et des Services sociaux Martin Dufour, professionnel de recherche, Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Vivian Labrie, chercheuse autonome Paul Makdissi, professeur titulaire au département de science économique, Université Ottawa Alain Noël, professeur titulaire au département de science politique, Université de Montréal Marie- France Raynault, directrice du Centre Léa- Roback et directrice du Centre Léa- Roback et médecin conseil à la Direction de la santé publique de Montréal Joan Tremblay, Déléguée au Front commun des personnes assistées sociales du Québec et présidente du Collectif pour un Québec sans pauvreté Céline Trudel, Centraide Québec, membre du Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Alexis Gagné, analyste stratégique, Fondation Lucie et André Chagnon 5

8 2. Bilan du sondage Dans le cadre du Rendez- vous national sur les inégalités sociales, l INM a commandé un sondage Léger exclusif afin de connaitre l avis des Québécois sur les priorités à accorder à cet enjeu. Principaux constats Il y a un large appui pour que la réduction des inégalités de revenus au Québec soit une priorité pour le gouvernement du Québec (70% des répondants favorables, 22% en désaccord). Le niveau de revenus des répondants influence de manière significative les réponses; le taux de répondants favorables à la réduction des inégalités oscille entre 66% et 78% pour ceux ayant un revenu inférieur à $, alors qu il baisse à 50% pour ceux ayant un revenu supérieur à $. Pour réduire les inégalités de revenus au Québec, les répondants privilégient l imposition des plus riches et le renforcement de la progressivité du système fiscal (40%), ainsi que le renforcement de la qualité et l accès universel à l éducation (30%) et aux soins de santé (28%). La réduction des écarts de salaires au sein des entreprises et l assurance que les prestations d assistance sociale couvrent les besoins de base récoltent également un bon appui (23% et 20%, respectivement). Seulement 8% des répondants ne favoriseraient aucune de ces mesures et 6% préfèrent ne pas répondre. Toutefois, seulement 22% sont prêts à payer plus d impôts ou de taxes dans le but de réduire les inégalités de revenus au Québec. 29% des répondants ayant un revenu inférieur à $ répondent favorablement à cette option, alors que ce taux est de 18% pour ceux ayant un revenu supérieur à $. Le gouvernement du Québec a récemment lancé deux projets de réforme : de la fiscalité et des programmes. 57% des répondants considèrent que ces réformes devraient avoir comme objectif de ne pas augmenter les inégalités de revenus, alors que 25% considèrent que ce n est pas un critère pertinent et 18% ont préféré ne pas répondre. 73% des répondants considèrent que lorsque les gouvernements mettent en place, modifient ou abolissent des programmes sociaux ou des services publics, ils devraient publier des études d impacts quant aux effets de ces changements sur l évolution des inégalités de revenus, alors que 17% sont défavorable à cette idée. 6

9 3. Bilan des ateliers délibératifs La portion délibérative du Rendez- vous national fut concentrée autour des six ateliers thématiques. Ce fut l occasion pour les participants de se prononcer sur les solutions à privilégier pour réduire les inégalités au Québec et proposer une vision d avenir. L objectif des ateliers fut d outiller les participants en informations pertinentes pour leurs délibérations, tout en offrant un cadre de discussions et d échanges avec un accès à des experts, afin qu ils se prononcent sur les moyens à explorer pour réduire les inégalités. Pour chacun des six ateliers, les participants devaient produire un message de 150 mots qui fut présenté en plénière à la fin du Rendez- vous national. Deux experts par atelier accompagnèrent les participants dans leurs réflexions en répondant à leurs questions et en faisant une courte présentation sur le sujet. Un animateur modéra les échanges. Atelier 1 : Comment miser sur l égalité en modifiant la fiscalité des particuliers? Animation : Sébastien Jodoin, Professeur adjoint à la Faculté de droit de l'université McGill Spécialiste : Nicolas Zorn, chargé de projet à l INM Principes et priorités de l atelier 1 (résultat des délibérations) : Pour réduire les inégalités au Québec, la fiscalité des particuliers est un levier essentiel. D abord, il nous semble essentiel d éliminer les échappatoires fiscales et de rendre plus transparente la gestion des dépenses publiques, pour redonner confiance aux citoyens. Pour miser sur l égalité, il serait nécessaire de revoir le traitement différencié des sources de revenus, en révisant le privilège d incorporation fiscale des travailleurs autonomes s ils n ont qu un client (l État). Imposer davantage les patrimoines élevés devrait faire partie de la solution. Aussi, l adoption d un revenu minimum garanti permettrait de simplifier la fiscalité, tout en la rendant plus efficace et équitable. De plus, la spéculation pourrait être réduite en surtaxant les transactions immobilières à court terme (FLIP). Il faudrait également revoir la fiscalité pour favoriser l accès à la propriété. Finalement, il faut miser sur la coopération entre États pour empêcher l utilisation des paradis fiscaux. Atelier 2 : Comment miser sur l égalité en modifiant la fiscalité des entreprises? Animation : Alexandre Brodeur, ingénieur Spécialistes : Érik Bouchard- Boulianne, économiste à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) Gabriel Monette, chercheur et auteur 7

10 Principes et priorités de l atelier 2 (résultat des délibérations) : Pour réduire les inégalités, le Québec devrait miser sur la fiscalité des entreprises, considérant leur responsabilité sociale et environnementale, les principes suivants s appliquent : payer leur juste part à la collectivité, assurer la transparence et la reddition de compte, renforcer la régulation sectorielle, tenir compte du contexte mondial concurrentiel, encourager la création de richesse au profit de la collectivité. Voici les propositions prioritaires envisagées : réglementer le recours aux paradis fiscaux, taxer les liquidités dormantes des entreprises, taxer le capital des institutions financières, établir des taux d imposition corporatifs plus progressifs, établir des taux d imposition effectifs plus élevés, empêcher la délocalisation offshore des profits, prélever plus de redevances sur les ressources naturelles, exiger des garanties financières en cas de dégâts environnementaux, établir des mécanismes de redditions publiques de compte et revoir les critères d allocation des subventions. Atelier 3 : Comment miser sur l égalité en modifiant les transferts sociaux? Animation : Noémie Brière- Marquez, agente de participation citoyenne, Forum jeunesse de l île de Montréal Spécialistes : Alexis Gagné, économiste et analyste stratégique à la Fondation Lucie et André Chagnon Vivian Labrie, chercheuse autonome Principes et priorités de l atelier 3 (résultat des délibérations) : Considérant que le manque de revenus a des conséquences néfastes importantes pour notre société, particulièrement pour les personnes seules, que les transferts sociaux sont importants pour réduire les inégalités et favoriser l inclusion sociale et que certains types de transferts causent la stigmatisation et l exclusion. Nous recommandons : d augmenter le niveau des transferts sociaux pour garantir à toute personne la couverture de ses besoins de base selon la Mesure du panier de consommation, et d apporter du soutien net jusqu à la sortie de la pauvreté; de modifier le système de transferts selon ces principes : renforcer l égalité des chances et des conditions tout au long de la vie, respecter la dignité des personnes, rendre le gouvernement responsable d informer sur les inégalités, les droits des personnes, les soutiens et mesure disponible et adopter une approche harmonisée et globale tenant compte de l ensemble des politiques publiques. Finalement, de reconnaître et soutenir l action citoyenne pour promouvoir, défendre et atteindre ces objectifs. 8

11 Atelier 4 : Comment miser sur l égalité en modifiant les services publics? Animation : Marie- Laure Landais, Chargée de projet Prends ta place! au Forum jeunesse de l île de Montréal Spécialistes : Mario Jodoin, économiste Gabriel Ste- Marie, professeur d économie au cégep de Joliette Principes et priorités de l atelier 4 (résultat des délibérations) : Pour réduire et prévenir les inégalités, le Québec devrait baser ses politiques publiques sur une distribution universelle et équitable de services payés par l ensemble de la population tout en s assurant de protéger les plus démunis et les plus vulnérables. La notion de personne et son épanouissement devraient être au centre des services. Nous recommandons de réformer le système de manière à obtenir une gestion efficace qui assure l accès à des services publics de qualité pour tous. Nous recommandons entre autres, de miser sur la gratuité en éducation, l assurance universelle au niveau des médicaments et des soins dentaires, sur l accès des logements abordables et sur l éducation d un citoyen bien informé. Atelier 5 : Comment miser sur l égalité en modifiant le marché du travail? Animation : Marc Pronovost, consultant et animateur Spécialistes : Marie- Thérèse Chicha, professeure titulaire à l École de relations industrielles de l Université de Montréal Pierre- Antoine Harvey, économiste à la CSQ Principes et priorités de l atelier 5 (résultat des délibérations) : Pour réduire les inégalités, le Québec devrait miser sur l égalité de revenus et d opportunités sur le marché du travail en : 1) luttant contre la précarisation 2) renforçant la lutte contre les discriminations 3) rééquilibrant le rapport de force entre employeurs / employés 4) responsabilisant davantage les employeurs afin que le poids de la flexibilité ne soit pas que sur le dos des individus 5) assurant l application des mesures de régulation déjà en place et exiger l imputabilité et la reddition de compte, notamment les programmes d accès à l emploi, la loi sur l équité salariale et de la formation qualifiante 6) changeant l approche du monde du travail en favorisant un esprit de coopération et de collaboration. 9

12 Atelier 6 : Comment miser sur l égalité en produisant de la solidarité? Animation : Alexandre Warnet, chargé de projet, INM Spécialistes : Jocelyne Bernier, chercheuse communautaire Miriam Fahmy, conseillère stratégique et directrice de L état du Québec à l INM Principes et priorités de l atelier 6 (résultat des délibérations) : Principes : cohésion sociale, reconnaissance de l interdépendance et de la diversité, responsabilité partagée, respect des droits civils, politiques, sociaux, économiques, culturels, inclusion et mixité sociale et démocratie participative. Réformes : Donner les moyens aux citoyens de participer à la vie démocratique et à l action collective. Réformer les transferts sociaux pour mieux partager la richesse collective. Favoriser la mixité sociale et lutter contre les préjugés. Rendre obligatoires les espaces de dialogue entre les élus et le peuple à tous les échelons. Développer l éducation à la citoyenneté dès le plus jeune âge. Protéger et améliorer les services publics (santé, éducation, services à la famille, culture). Appliquer et renforcer les clauses d évaluation d impact des lois- cadres (pauvreté, environnement, santé). Critères : Universalité, gratuité, accessibilité, adaptation à la diversité des besoins et des intérêts, proximité, prévention, transversalité, intergénérationnelle, égalité des sexes. 10

13 4. Bilan de la simulation Une simulation à grande échelle, mettant en scène un Québec réduit symboliquement à une centaine de personnes, a eu lieu durant la journée du 24 octobre, en prélude de l événement. À l aide de mises en situation et de jeux de rôle représentant les différentes réalités socio- économiques et politiques, cette représentation statistique de la société québécoise à petite échelle a permis aux participants de facilement saisir et comprendre les mécanismes complexes derrière les inégalités sociales. L équipe d animation comprenait un maître de jeu, accompagné d une équipe de 5 coanimateurs. Ils étaient les yeux et les oreilles du maître de jeu et stimulèrent la réflexion des participants durant l ensemble de l activité. Ainsi, chaque groupe avait son animateur spécifique. Objectifs La simulation remplissait deux objectifs : d abord, sensibiliser les participants de la simulation à la répartition des richesses, aux problèmes et injustices causés par les inégalités (santé, mobilité sociale, mérite, bonheur, risques sociaux, conditions de travail, sentiment d injustice). Ensuite, leur démontrer le fonctionnement concret et les leviers permettant de les réduire. Autrement dit, l INM souhaitait permettre aux participants de réfléchir à ces trois principes: 1. Les inégalités sociales nuisent à l économie, la démocratie et la société; 2. Les inégalités limitent les choix de vie d un individu, malgré sa liberté de choix, ses efforts et ses talents; 3. Le niveau des inégalités est un choix de société; elles ne sont pas une fatalité. Le second principe a été au cœur de la simulation, présent dans la plupart des actions et possibilités offertes aux participants. Il était également le plus visible. Les deux autres principes étaient en quelque sorte à l arrière- plan, toujours présent, mais moins visibles. Le premier principe avait été présenté aux participants lors de la miniconférence d ouverture et ils en vivaient concrètement les effets négatifs dans leur progression (individuelle et en groupe) au cours de la simulation. Quant à lui, le troisième principe se manifestait concrètement dans l action des participants puisque les cinq classes sociales devaient influencer le gouvernement dans ses actions de réduction des inégalités, alors que le gouvernement lui- même devait proposer une réforme majeure de l'état en ce sens. Comme l a mentionnée l une des coanimatrices : «À mon avis, l objectif qui était de réfléchir sur les inégalités sociales a été atteint. Le contexte du jeu a favorisé des prises de conscience sur les enjeux qui entourent la justice sociale.» 11

14 Ceci dit, une majorité de participants avaient déjà pris part à une simulation auparavant. De plus, ils étaient déjà sensibilisés ou à tout le moins se sentaient concernés et préoccupés par la question des inégalités. Dans un monde idéal, il aurait été plus intéressant de réunir des participants choisis au hasard, plutôt que volontaires parmi un grand échantillon représentatif. Nous doutons toutefois que nos efforts aient pu être davantage représentatifs de la population, puisque les non- intéressés et les opposants à l égalité sociale ne peuvent être forcés à participer à la simulation (sic). Second objectif, l INM souhaitait influencer le grand public et les participants du Rendez- vous national, en fonction des mêmes trois messages. Les participants au rendez- vous national ont eu l occasion d entendre le témoignage d une participante de la simulation. Le scénario et les mécanismes de la simulation étant complexe, nous considérons qu il devait toutefois être difficile pour une personne ne l ayant pas vécu d en comprendre les tenants et aboutissants. C est pourquoi l INM a commandé la production d un documentaire vidéo, afin d immortaliser cette activité unique, tout en rassemblant les principaux constats tirés de la simulation. L INM espère que la diffusion du documentaire (en ligne et lors de conférences) permettra de répandre les leçons vécues par les participants. Finalement, l INM avait également comme objectif d expérimenter une méthodologie participative, question d approfondir une réflexion concernant la répartition de la richesse. L exercice aura permis à l ensemble des personnes concernées par la simulation (animateurs, membres de l équipe, participants) de mieux comprendre et illustrer les mécanismes propres aux inégalités. L INM a réussi son pari de produire une activité unique et originale d une grande qualité sans en sacrifier la complexité. Déroulement De l avis de tous, l'activité fut un grand succès. Elle aura permis aux participants de comprendre et de vivre les inégalités sociales le temps d'une journée, en démontrant certains de leurs effets néfastes (risques de santé, mobilité sociale réduite, peu d influence sur le processus politique et autres handicaps) et leurs effets bénéfiques (ascension sociale, rapports de force favorables, prestige et autres privilèges), pour ceux qui en vivent les conséquences. Ainsi, la probabilité d être frappé ou béni par certains effets des inégalités est proportionnellement plus élevée chez certaines classes sociales. Les participants furent fortement affectés par cette facette de la simulation, en particulier par le temps de parole inégal et le service du dîner par ordre d importance des classes sociales (des plus riches aux moins nantis). Après une courte conférence sur les inégalités, chaque participant était aléatoirement réparti dans l un des six groupes (cinq classes socio- économiques et un gouvernement). Les participants adoptèrent un profil spécifique à son personnage (nom, profession, revenu annuel). Seule exception à ce processus : dix participants formèrent le Conseil exécutif et se sont choisi une Présidente. Ces dix élus formaient un gouvernement issu 12

15 d une coalition de cinq partis politiques, aux idéologies fort différentes. Le Conseil exécutif avait comme mandat électoral de mener une réflexion en profondeur sur la répartition de la richesse. Pour ce faire, il a lancé une consultation auprès de la population pour l aider à préparer ses stratégies. Les participants tentaient d influencer le Conseil pour en orienter les objectifs et politiques à adopter, en fonction de leurs convictions et de leur classe sociale. Les participants ont rapidement adopté leur personnage, typé, mais crédible, rôles qu ils ont généralement fort bien tenus. Ils ont défendu leur position, et à l intérieur de la plupart des groupes, l échantillonnage était assez varié pour donner lieu à de vifs échanges. Les participants ayant adopté un rôle plus éloigné de leurs convictions personnelles étaient plus revendicatifs que les autres. Bien que les participants conservent leur libre arbitre, la distribution des ressources au sein des différents groupes avait une influence certaine sur les moyens à leur disposition pour influencer le Conseil exécutif. Les animateurs et le scénario laissèrent une place significative à l improvisation et aux suggestions d actions des participants. La salle était aménagée en conséquence ; chaque groupe avait son espace de travail et une agora au centre de la salle servait aux annonces publiques, aux périodes média et aux présentations. Pour faire avancer l action dans l orientation prescrite et satisfaire les exigences du jeu (se faire entendre par le gouvernement) les participants ont dû, pour la plupart, parler en leur nom et se distancier de leur personnage. Les exigences du jeu donnaient à plusieurs l impression de faire appel à leur vision personnelle, plutôt qu à celle de leur personnage. Plusieurs joueurs justifiaient leurs propositions en disant des choses comme : «maintenant, je sors de mon personnage pour défendre un point de vue, or mon personnage lui n a pas la même opinion». Dans la simulation, il y avait des périodes d annonces médias, qui prenaient la forme d un téléjournal (animé par l équipe d animation). Les médias permettaient de diffuser certaines informations stratégiques dans le jeu, en révélant des informations qui avaient un impact sur son déroulement. La simulation se termina par une élection, où le gouvernement sortant et une coalition de deux partis dissidents mordirent la poussière face à un troisième parti politique, lancé à la dernière heure par trois des cinq classes sociales. Les dernières heures de la simulation furent l'occasion de tractations et de négociations intenses. Deux initiatives majeures des participants à la simulation: lancement d une radio citoyenne et formation de la Coalition du centre. Radio citoyenne a permis de proposer un média alternatif et a véhiculé des idées originales qui n ont pas été abordées par le téléjournal. La Coalition du centre a été une initiative qui a émergé notamment suite à un certain flou et à un manque de leadership des partis au pouvoir. Cette initiative a dynamisé la deuxième portion de la simulation, en après- midi. Plutôt que de négocier 13

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain)

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) PRÉSENTATION PROGRAMMATION DU FORUM Le leadership et la mobilisation

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Plan d action de développement durable 2009-2013 MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Il me fait plaisir de présenter le plan d action de développement durable du Centre de la francophonie des Amériques

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À

Plus en détail

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes ATELIER : Motiver et engager les jeunes dans leur parcours Présenté par : Éric Darveau, Directeur général

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ Adopté par le conseil d administration de l ASPQ Le 11 octobre 2013, et amendée le 12 avril 2014, version finale Dans le

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE Une nouvelle analyse du livre pêche Juin 2009 Initiative : une ville pour toutes les femmes IVTF L est un partenariat entre des femmes

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada?

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? 31 mars 2011 0 À l annonce du déclenchement des élections fédérales 2011, le Réseau FADOQ se fait la voix des aînés

Plus en détail

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont Formations Automne 2014 / Hiver 2015 Explorer la pérennité pour des changements durables MONTRÉAL QUAND : 15 et 16 octobre 2014 (Durée de 2 jours) ANIMATION : Marie-Denise Prud Homme et François Gaudreault,

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

La démarche «Jeunes et Métropole»

La démarche «Jeunes et Métropole» La démarche «Jeunes et Métropole» du Conseil de développement de la métropole lilloise Novembre 2003 septembre 2004 1 Une volonté d être à l écoute des jeunes Objectif fixé: 4000 questionnaires Objectifs

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

Carnet de voyage. Un périple au cœur des besoins en développement des compétences des acteurs et actrices engagées en mobilisation locale

Carnet de voyage. Un périple au cœur des besoins en développement des compétences des acteurs et actrices engagées en mobilisation locale Les Rendez-vous des Grands rassembleurs Carnet de voyage Un périple au cœur des besoins en développement des compétences des acteurs et actrices engagées en mobilisation locale Dynamo Ressource en mobilisation

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait...

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait... OUTILS DE RÉALISATION D UN PORTRAIT DE MILIEU IEU DANS LE CADRE DE L L OPÉRATION QUARTIER Août 2003 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Mise en contexte...4 Fédéral...5 National (Québec)...5 Régional...6

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

l évaluation participative

l évaluation participative l évaluation participative Mardi du RIOCM par le Centre de formation populaire Décembre 2008 Pourquoi ce thème Maîtriser la notion d évaluation Démystifier ce qu est l évaluation participative Discuter

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie

Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie Directeur général des élections du Québec, 2009 Dépot légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 Bibliothèque nationale

Plus en détail

POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE

POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE www.ekos.com POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE [Ottawa 22 mai 2013] Selon un nouveau sondage commandé par la Coalition canadienne de la santé (CCS) et la Fédération

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC

RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC Novembre 2014 UN BREF RAPPEL : Pourquoi ce sondage a été réalisé? Parce que l opinion du citoyen est importante. La Municipalité

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LIBERTÉ - EGALITÉ - FRATERNITÉ DELEGATION AUX DROITS DES FEMMES ET A L EGALITE DES CHANCES ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Paris, le 24 janvier 2013 L accueil de la petite enfance,

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Plan d action de la COPHAN. Adopté par l'assemblée générale annuelle le 8 juin 2015

Plan d action de la COPHAN. Adopté par l'assemblée générale annuelle le 8 juin 2015 Plan d action de la COPHAN Adopté par l'assemblée générale annuelle le 8 juin 2015 2015-2016 Table des matières Introduction... 3 Les valeurs de la COPHAN... 4 Les actions de la COPHAN en 2015-2016...

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PRÉAMBULE Le présent document est la première politique de développement durable du Musée Stewart, développée et mise en œuvre en collaboration avec le Musée McCord.

Plus en détail

Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com

Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa www.legermarketing.com Table des matières 3 4 6 7 8 9 10 11 12 14 17 18 21 Présentation et méthodologie Principaux constats Résultats

Plus en détail

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc.

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc. L avenir de l éducation médicale au Canada Volet sur l éducation médicale postdoctorale Rapport à l intention du public www.afmc.ca/fmecpg Un projet financé par Santé Canada 1 Introduction Le volet sur

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC

QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC 43 Objectif : Public : Déroulement : Ce quiz a pour objectif de faire découvrir quelques événements qui ont joué un rôle majeur dans le développement

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail