Evaluation des politiques sociales et fiscales. Modèles de micro simulation: un outil d aide daide à la décision et d évaluation ex ante

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation des politiques sociales et fiscales. Modèles de micro simulation: un outil d aide daide à la décision et d évaluation ex ante"

Transcription

1 Modèles de micro simulation: un outil d aide daide à la décision et d évaluation ex ante

2 Le cauchemar du décideur (économique, politique)

3 Problématique Politiques économiques, sociales, fiscale est un processus interactif: Besoins socio-économiques (constat) Propositions Programme: évaluation ex ante ( résultats, coût) Ati Action (éli (réalisation, financement t) Evaluation ex post continuation, correction, abandon Approbation ou sanction Enjeux économiques d évaluation

4 Enjeux économiques d évaluation Coûts budgétaires du chômage: directs (prestations), politique active (formation ), mesures incitatives (taxes, impôts, cotisations ) Millions euros Allocations de chômage 20659, , , , , ,23 Politique active pro -emploi 26526, , , , , ,25 mesures incitatives (taxes, impôts, cotisations ) 11576, , , , , ,43 Total , , , , , ,91 PIB % 4,34 4,48 4,65 4,66 4,51 4,35 source DARES, 2007

5 Problèmatique Trois étapes distinctes t (peuvent être indépendantes) d 1. La conception des réformes (mesures, programmes) et l appréciation ex ante de leurs effets. 2. L expérience contrôlée (essais pilotes, groupes pilotes, régions pilotes) 3. L application et l évaluation ex post Objectifs: aide à la décision dans les difficiles questions des reformes sociales et de leurs financements (impôts et prélèvements, protection sociale(retraite, famille)) Difficultés objectives par rapport aux domaines scientifiques: Le manque d information et de données expérimentales L hétérogénéité de situations et de comportements individuels, Manque de groupe de contrôle ainsi on cherche «un modèle» expérimental aussi proche de la réalité que possible Difficultés propres au systèmes socio- fiscaux: la complexité de l ensemble du dispositif itif (la superposition des différentes mesures et les interaction entre elles ).

6 Problèmatique Critères d évaluations des reformes et des programmes sociaux: Adéquation Efficience Efficacité sont bien ciblées et bien définies. sont économiquement rationnels et peuvent être équitablement financés. remplissent les objectifs Tout programme et toute mesure doit être évalué selon ces critères ex ante, ex post et (ou) en continu (monitoring) Cela se fait d une manière de plus en plus fréquente, mais en France c est relativement récent: (exemple: RMI (1989) - une première en France : un dispositif d évaluation associé au moment de l introduction). Toutefois l arbitraire domine encore souvent: les parts fiscales, prime pour l emploi.

7 Réformes fiscales et les réformes de l Etat Providence des années 1980 sont à l origine des développements des méthodes de microsimulation, d où leur champ d application particulier liée à la redistribution. Mais aussi le développement des méthodes économétriques et des sources de données microéconomiques. Micro- parce qu ils utilisent les unités individuelles comme observations et s appuient de ce fait sur les bases des données organisées au niveau individuel, avec toutes les caractéristiques disponibles au niveau individuel et peuvent intégrer les effets de comportements individuels face aux réformes. Simulation parce qu ils utilisent différentes variantes des règles du domaine social, fiscal ou démographiques. L application de cet ensemble des règles donne différents effets en terme de l état et de comportements.

8 Ces règles peuvent être: déterministes (le barème fiscal) ou stochastique (événements démographiques comme les mariages, les naissances, les divorces, mais aussi probabilité du chômage, de trouver un emploi ). Effets mesurés sont exprimés en termes globaux (dépense fiscale totale) mais aussi en termes de répartition entre les individus. Indicateurs les plus fréquents relèvent des questions sur l inégalité pauvreté l inégalité, pauvreté l équité (justice) l incitation (taux marginaux d imposition)

9 Modèles de microsimulation: i un outil d aide à la décision i et d évaluation ex ante Structure d un modèle de micro simulation 1. Module de règles exogènes applicables (système socio-fiscal financementdépenses) 2. Bases de données individuelles (enquêtes, données administratives) avec des modèles d actualisation et d appariement, probabilité de transition (essentiel) 3. Modèles de comportements: les conséquences et les réactions individuelles à l application des règles. Par exemple: l offre du travail comportement de consommation (TVA), l évasion fiscale (IR, ISF),la fraude fiscale, le travail au noir, participation au marché noir sont une f(prélèvements -transferts),

10 la base de données La base de données individuelles est un élément essentiel d un modèle de microsimulation. Une source exhaustive en ce qui concerne tous les revenus, les dépenses, le statut t t social, la situation ti démographique, le statut d activité...) est indispensable. Ces données doivent être constamment actualisées et enrichies en fonction de l évolution du contexte socio-économique. Aucune enquête ne pourra jamais satisfaire i toutes t les exigences d un modèle englobant tl l ensemble du système redistributif. Pour cette raison, dans la microsimulation, on fait souvent appel aux techniques d actualisations, d appariement et d imputation. H bit ll t h i it i t d dé t êt ( b d t d f ill ) Habituellement on choisit comme point de départ une enquête (par ex. budgets des familles) ou une source administrative (échantillon des déclarations fiscales). Ensuite, on utilise les techniques d imputation et d appariement pour enrichir l information initiale.

11 la base de données (actualisation)

12 la base de données (appariement)

13 Exemple actualisation - imputation Modèle INES (INSEE) ERF97 PPE IR PP cotisations A ctualisation BASE B aa ss ee cc aa ss - t yy pp ee ss génération des cas-types E nn qq uu êê t ee L oo gg ee m ee nn t Passage du foyer fiscal à la fam ille CAF A01 A02 A03 Loyers imputés APE AF APJE CF ASF AAH CAAH MINV AES Bourses API API RMI1 RMI2 RMI2 AL APL ARENT itérations

14 A.- Modèles statiques: Evaluation des politiques sociales et fiscales typologie a1. Premier étage Modèle de cas types qui, à consiste à définir les structures démographiques imputer les revenus d activité et de transferts et, à appliquer les barèmes fiscaux et sociaux. C'est un exercice très simple, mais à l interprétation limitée aux effets de seuil des barèmes. On n observe pas de situations réelles. a2. Deuxième étage Modèle statistiques sans comportements. On remplace les cas type par un échantillon de ménages réellement observés (une enquête, base de données individuelles). On observe les changements de position dans la répartition des revenus des différents individus (ménages) en fonction des modifications dans le système socio-fiscal, mais on suppose que les individus ne change pas de comportement. L échantillon ne changent pas de structure et ne vieillit pas. a3. Troisième étage Modèles statiques avec comportements: au modèle statique on ajoute un module de modélisation des comportements. Cela permet d affiner les estimations par la prise en compte des réactions individuelles

15 typologie Modèles dynamiques : Leur structure est semblable à celle observée dans le cas des modèles statiques. On introduit seulement la dimension du temps à l analyse. En pratique cela signifie que l on fait «vieillir» les individus de la base de données tout en observant les changements dans l environnement socio- économique et en appliquant éventuellement les modèles de comportement dynamiques b1. Premier étage Cas types dynamiques (les cas types dans le cycle de vie): on fait «vieillir» les familles types en appliquant différentes hypothèses sur les changements démographique, dans l offre du travail, avec des conséquences adéquates sur les revenus, les impôts et transferts (Madinier, Sahut d Izarn, 1992).

16 Modèles dynamiques : b2. Deuxième étage Evaluation des politiques sociales et fiscales typologie Modèles dynamiques avec comportements instantanés, sans feed-back. Un échantillon d individus (ménages) subit dans un premier temps une simulation économétrique d évolution démographique (mariage, naissance, divorces, décès... avec des modèles démographiques appropriés. Ensuite on y ajoute l évaluation probable de leur situation économique (revenus, patrimoine). Enfin on applique le module qui retrace l évolution du système redistributif Ne sont pas pris en compte les interactions entre les comportements individuels et les changements dans le système redistributif (par exemple: l augmentation de la TVA - l augmentation des prix, la baisse de la consommation ). b3. Troisième étage Modèles dynamiques avec comportements instantanés ou inter temporels (dynamique) et avec feed-back: idem que b2, mais on introduit les modèles des choix inter temporels et on «gère» le feed-back.

17 typologie A.- Modèles statiques: Modèle de cas types On construit les unités d observation (les structures sociodémographiques), On impute les revenus d activité (salaires, bénéfices, indemnités, plus values) On applique les barèmes fiscaux et sociaux : on déduit les impôts (IR, cotisations, contributions, impôts indirects) et on ajoute les prestations sociales (monétaire, non monétaires) C'est Cest un exercice très simple sur le principe, mais complexe avec beaucoup d hypothèses limitatives Permet de comprendre le fonctionnement des barèmes socio fiscaux (règles), leurs interactions et surtout l effet combiné de l ensemble. Mais à l interprétation limitée aux effets de seuil des barèmes (points de rupture), évaluation des taux marginaux d imposition du barème, On n observe pas de situations réelles. Faible couverture de la population des ménages.

18 i i Analyse par cas types De faibles gains de revenus nets en cas de reprise d activité pour les titulaires de minima sociaux En France, dans certaines situations familiales, l arbitrage entre minimum social et activité déclarée peut être défavorable à l activité déclarée lorsqu elle est exercée à temps partiel. Le retour à l emploi d un bénéficiaire du RMI ou de l allocation de parent isolé (API) ne se traduit pas toujours par un gain net de pouvoir d achat, en raison des pertes possibles de prestations sociales sous condition de ressources et de l augmentation des prélèvements induits. Les bénéficiaires de ces minima sociaux peuvent ainsi se trouver pénalisés lorsqu ils reprennent un emploi. De telles situations sont appelées trappes à inactivité. Ainsi, en l absence d intéressement, le passage du RMI à une situation d activité à mi-temps rémunérée é ée au SMIC entraîne e une diminution i du revenu e disponible ible pour un isolé et pour un célibataire avec un enfant. De manière générale, même lorsque le revenu disponible augmente lors de la reprise d une activité, les gains financiers enregistrés restent extrêmement modestes lors du passage du RMI à une activité à temps plein.

19 analyse par cas types Un mécanisme d intéressement a été institué, puis modifié, afin de ne pas pénaliser les titulaires de minima sociaux lors de la reprise d une activité, notamment à temps partiel. Ce dispositif permet à ces personnes de cumuler temporairement un revenu d activité avec tout ou partie du minimum social il qu elles ll touchaient hi initialement. iiil Pour les bénéficiaires bééfiii du RMI qui accèdent à un emploi, lile cumul est intégral pendant les trois premiers mois, puis partiel (50 %) au cours des neuf mois suivants. Cette mesure a deux effets: Elle procure aux titulaires i du RMI qui recouvrent un emploi à mi-temps un gain de revenu disponible par rapport à leur situation antérieure. Les intéressés bénéficient en effet à la fois du complément de RMI versé au titre de l intéressement et, surtout, de l intégralité des aides au logement. Le mécanisme de l intéressement encourage donc la reprise d activité de personnes marginalisées par rapport au marché du travail et qui, du même fait, sont peu à même d accéder à des emplois à plein temps. - L intéressement atténue par ailleurs le caractère différentiel du RMI. Il divise ainsi par deux, en régime de croisière, iè les taux marginaux effectifs au début de la distribution ib i des revenus, soit entre 0 et 0,4 SMIC pour un célibataire. - Il reste que l intéressement n a pas vocation à apporter une aide pérenne aux titulaires de minima sociaux qui reprennent un emploi. En effet, l abattement accordé aux anciens titulaires du RMI est consenti pour une durée maximale d un an. A la fin de la période d éligibilité ibilité à l intéressement, t le salarié subit donc une chute brutale de revenu, due à la fois à la perte de l intéressement et à la baisse des allocations logement.

20 analyse par cas type Tableau 7 - Passage du RMI à une situation d activité : gains pour le ménage (en Francs) ½SMIC ½SMIC 1SMIC sans intéressement avec intéressement Célibataire - sans enfant Célibataire - un enfant Couple marié - sans enfant Couple marié - un enfant Couple marié - deux enfants Couple marié - trois enfants Lecture : un signe + désigne un gain pour le ménage. Source : maquette Pâris de calcul du coin fiscal et social, Direction de la Prévision, bureau des Etudes fiscales, bureau des Transferts sociaux. Note : pour l intéressement, les calculs sont effectués sous l hypothèse d un abattement de 50 % sur le revenu d activité. On fait l hypothèse d un ménage titulaire de l allocation logement et habitant en zone 1 (Paris et région parisienne).

21 analyse par cas type Exemple: taux marginal d imposition* où YD = revenu disponible; YT = revenu de travail; YA = revenus privés autres que le revenu de travail; T = impôts et taxes (incluant les cotisations sociales); TR = transferts sociaux; avec T = T (YT, YA, Z) et TR = TR (YT, YA, Z) où Z est un vecteur de caractéristiques de l individu. YD = YT + YA T + TR, (1) Nous avons donc le revenu disponible: YD = YT + YA T (YT, YA, Z) + TR (YT, YA, Z). *Source: Jean-Yves Duclos, Bernard Fortin et Andrée-Anne Fournier,L'Actualité économique, vol. 84, n 1, 2008, p. 5-46

22 analyse par cas type Exemple: taux marginal d imposition (TMEI)(suite) En différentiant par rapport au revenu du travail YT (nous supposons que T( ) et TR( ) sont différentiables en YT

23 analyse par cas type Exemple: taux marginal d imposition (suite) Le TMEI est le résultat de la hausse des impôts et des taxes, conjuguée, le cas échéant, à la baisse des transferts suite à un accroissement marginal du revenu de travail (YT). Le TMEI comprend ainsi une composante explicite et une composante «implicite». Cette dernière (qu on appelle aussi le taux de récupération ou de réduction des programmes d aide) se définit par la proportion du montant reçu en transferts qui est perdue à la suite d une hausse marginale du revenu de travail.

24 i analyse par cas type, TMEI Exemple: taux marginal d imposition (suite) Source: Jean-Yves Duclos, Bernard Fortin et Andrée-Anne Fournier,L'Actualité économique, vol. 84, n 1, 2008, p. 5-46

25 i analyse par cas type, TMEI Exemple: taux marginal d imposition (suite) Source: Jean-Yves Duclos, Bernard Fortin et Andrée-Anne Fournier,L'Actualité économique, vol. 84, n 1, 2008, p. 5-46

26 i analyse par cas type, TMEI Exemple: taux marginal d imposition (suite) Source: Jean-Yves Duclos, Bernard Fortin et Andrée-Anne Fournier,L'Actualité économique, vol. 84, n 1, 2008, p

27 modèle de cas types (fiscalité: gains et pénalités au mariage - impôt net de PPE (exemple du couple sans enfant), S. Guérin INSEE, Et. Sociales Salaires déclarés par Madame (en Euros) Effet de la PPE Double décote pour les concubins Salaires déclarés par Monsieur (en Euros) avantage aux couples mariés équivalent avantage aux couples en concubinage

28 Scénario 1 Evaluation des politiques sociales et fiscales (modèle statique) Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations C'est une simulation qui consiste à remplacer les cotisations maladie par un prélèvement type Contribution Sociale Généralisée (CSG) non déductible du revenu -donc imposable, à l'instar de la première version de la CSG.Aux cotisations maladie se substitue donc 4,5 points de CSG et une hausse d'impôt, effet de la non déductibilité de la CSG. Sé Scénario 2 C'est une simulation plus diversifiée que la précédente : comme dans le scénario 1, il s'agit de supprimer les cotisations maladie, et de les remplacer par une contribution type CSG de moindre ampleur que précédemment, ééd 3 points au lieu de 4,5 45et par un changement partiel ildu barème de l'impôt sur le revenu : uppression de la décote dans le barème de l'impôt sur le revenu, abaissement du seuil de non imposition à 1000 euros et abaissement du plafond du quotient familial (plafond actuel divisé par 3). Scénario 3 La suppression des cotisations maladie est compensée par une forte augmentation de la CSG (5,5 points) assortie d'une réforme plus importante du barème de l'impôt sur le revenu : suppression de la décote et tranche de non imposition à francs comme dans le scénario précédent et baisse générale des taux d'imposition marginaux, la dernière tranche étant imposée à 47% au lieu de 56,8% actuellement.

29 (modèle statique) Modèle INES (INSEE) Exemples des simulations Dans les 3 scénarii, les masses prélevées ne changent pas : le taux de prélèvement global reste constant : - dans le premier scénario, les cotisations sont remplacées à 81% par la CSG et à 19% par l'accroissement de l'impôt sur le revenu dû à l'augmentation du revenu imposable résultant de la non déductibilité de la CSG (tableau II-1-1), - dans le second scénario, les cotisations sont remplacées à 54% par la CSG et à 46% par le changement de structure de l'impôt sur le revenu (effet CSG + élargissement de l'assiette de l'impôt, suppression de la décote, 1ère tranche à 1000 euros et plafond du quotient familial divisé par 3), - dans le troisième scénario les cotisations sont remplacées à 100% par la CSG et l'accroissement - dans le troisième scénario, les cotisations sont remplacées à 100% par la CSG et l accroissement de la recette fiscale due à la non déductibilité de la CSG est entièrement compensé par la baisse des taux d'imposition combinée avec l'élargissement de l'assiette.

30 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations

31 6 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations SCENARIO N tion en % variat tous centiles du revenu disponibles en % prélèvement cotisation csg impôt Scénario 1 Suppression des cotisations sociales maladie financée par CSG :+ 4,5 points et augmentation de l impôts par la non déductibilité de la CSG

32 Modèles de microsimulation un outil d aide à la décision et d évaluation ex ante des politiques sociales et fiscales Tableau II-1-2 SCENARIO 1, variation en % rapportée au revenu déclaré initial du prélèvement total selon la Cs du chef du ménage et le type de famille personn es homme femme famille couple tous en % agriculteurs exploitants pota ts artisans, commerçants chefs d'entreprise et cadres supérieurs et professions libérales professions intermédiaires sans lien de famille seul seule monoparental e sans enfant avec 1 ou 2 enfants avec 3 enfants ou plus ménage s employés ouvriers retraités et inactifs toutes CS

33 i Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations GINI de l impôt sur le revenu du revenu disponible du revenu disponible par UC 1996 référence Scénario

34 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations 4 SCENARIO N variation en % tous centiles du revenu disponible en % prélèvement cotisation csg impôt Suppression des cotisations maladie + CSG : +3 points + Impôts : la non déductibilité de la CSG, suppression décote- 1ère tranche à francs, plafond Quotient Familial divisé par 3

35 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations Scénario 1- résultats - Selon le niveau de revenu Ce scénario avantage les bas revenus : ces derniers paient un peu plus d'impôts mais beaucoup moins de cotisations et le prélèvement global diminue nettement pour eux. Autour du 70ème centile, le prélèvement global reste le même : la suppression des cotisations est compensée par la hausse de la CSG et des impôts. Il n'y ny a pas de gain ou de perte. Au delà, la hausse de la CSG et celle des impôts sont plus importantes que la baisse des cotisations : le prélèvement global est donc plus élevé à partir du 80ème centile. - Selon le type de famille et la catégorie sociale La baisse du prélèvement est la plus forte pour les ménages dont le chef est ouvrier et particulièrement pour ceux qui ont une famille nombreuse. Par contre, les retraités et les indépendants non agricoles voient leur taux de prélèvement augmenter sensiblement quelles que soient leurs charges de famille pour les indépendants, et pour les retraités qu'ils vivent seuls ou en couple. Pour les catégories moyennes (professions intermédiaires, employés) les prélèvements diminuent d'autant t plus que les charges de famille sont élevées é ou s'il s'agit de familles monoparentales. Au total, (tableau II-1-3), on note une quasi stabilité du degré d'inégalité, une légère déconcentration de l'impôt sur le revenu et une plus forte concentration du prélèvement global.

36 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations variation en % rapportée au revenu déclaré initial du prélèvement total selon les centiles du revenu disponible 4 SCENARIO N variation en % tous centiles du revenu disponible en % prélèvement cotisation csg impôt Suppression des cotisations maladie financée par: + CSG : 3 points + Impôts :- effet fiscal de la non déductibilité de la CSG - suppression décote - 1ère tranche à 1000 euros - plafond QF/3

37 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations SCENARIO 2, variation i en % rapportée au revenu déclaré é initial i i du prélèvement total selon la Cs du chef de ménage et le type de famille personnes homme femme famille couple tous en % sans lien de famille seul seule monoparentale sans enfant avec 1 ou 2 enfants avec 3 enfants ou plus agriculteurs exploitants ménages artisans, commerçants et chefs d'entreprise cadres supérieurs et professions libérales professions intermédiaires employés ouvriers retraités et inactifs toutes CS Suppression des cotisations maladie financée par: + CSG : 3 points + Impôts :- effet fiscal de la non déductibilité de la CSG - suppression décote - 1ère tranche à 1000 euros - plafond QF/3

38 en % centiles Evaluation des politiques sociales et fiscales Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations personnes homme femme famille couple tous sans lien seul seule monoparentale sans avec 1 ou avec 3 ménages de famille enfant 2 enfants enfants ou plus tous centiles Suppression des cotisations maladie financée par: + CSG : 3 points + Impôts :- effet fiscal de la non déductibilité de la CSG - suppression décote - 1ère tranche à 1000 euros - plafond QF/3

39 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations SCENARIO 2, indices de concentration GINI de l impôt sur le revenu du revenu disponible du revenu disponible par UC 1996 référence Scénario Suppression des cotisations maladie financée par: + CSG : 3 points + Impôts :- effet fiscal de la non déductibilité de la CSG - suppression décote - 1ère tranche à 1000 euros - plafond QF/3

40 Scénario 2 Résultats Evaluation des politiques sociales et fiscales Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations Dans ce scénario, on essaie de voir les effets d'une modification du barème de l'impôt : on élargit d'une part l'assiette de l'impôt par le bas et d'autre part on réduit l'avantage du quotient familial pour les ménages aisés. La hausse des impôts affecte ainsi quasiment tous les ménages quel que soit leur niveau de revenu (graphique II-1-1.2). Mais les ménages les plus pauvres ont un prélèvement global beaucoup plus faible. Les ménages à revenu moyen bénéficient également d'un prélèvement global plus faible. Ce n'est qu'à partir du 90ème centile que le prélèvement s'alourdit sensiblement mais moins fortement que dans le scénario précédent. Au total, les gains sont répartis sur un nombre un peu plus important de ménages et les pertes sont un peu moins élevées pour les hauts revenus. En ce qui concerne la catégorie sociale et le type de famille, (tableau II-1-4), les gagnants et les perdants sont à peu près les mêmes que dans le scénario précédent (familles nombreuses ouvrières, indépendants non agricoles et retraités), avec toutefois des gains ou des pertes un peu plus élevés. Toutefois, parmi les cadres supérieurs et les professions libérales qui restent en moyenne peu affectés par les 2 scénarios, les familles nombreuses ou monoparentales sont particulièrement pénalisées, ce qui n'était pas le cas dans le scénario 1. Cette hausse de prélèvement n'affecte sensiblement que les familles qui appartiennent au dernier quintile (tableau II-1-5). Comme dans le scénario précédent, le degré d'inégalité reste pratiquement inchangé (tableau II-1-6). La concentration de l'impôt baisse sensiblement.

41 i Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations variati ion en % SCENARIO N tous centiles du revenu disponible en % prélèvement cotisation csg impôt Suppression des cotisations maladie financée par: + CSG : 5,5 points Pas de hausse des impôts : effet fiscal CSG, suppression décote, 1ère tranche à 1000 euros sont compensés par la baisse des taux marginaux.

42 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations SCENARIO 3, variation en % rapportée au revenu déclaré initial du prélèvement total selon la Cs du chef de ménage et le type de famille personnes homme femme famille couple tous sans lien seul seule mono- sans avec 1 ou avec 3 ménages en % de famille parentale enfant 2 enfants enfants ou plus agriculteurs exploitants artisans, commerçants et chefs d'entreprise cadres supérieurs et professions libérales professions ntermédiaires employés ouvriers etraités et inactifs outes CS Suppression des cotisations maladie financée par: + CSG : 5,5 points Pas de hausse des impôts : effet fiscal CSG, suppression décote, 1ère tranche à 1000 euros sont compensés par la baisse des taux marginaux.

43 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations GINI de l impôt sur le revenu du revenu disponible du revenu disponible par UC 1996 référence Scénario Suppression des cotisations maladie financée par: + CSG : 5,5 points Pas de hausse des impôts : effet fiscal CSG, suppression décote, 1ère tranche à 1000 euros sont compensés par la baisse des taux marginaux.

44 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations TABLEAU II-1-9 TAUX MOYEN D IMPOSITION SELON LE CENTILE D IMPOT centiles d impôt référence Scénario 1 Scénario 2 Scénario Tous

45 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations TABLEAU II NOMBRE DE MENAGES IMPOSES référence Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Nombre de ménages imposés en millions proportion de ménages imposés en %

46 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations TABLEAU II-1-11 CONCENTRATION DE L IMPOT : MASSE CUMULEE D IMPOT PAR CENTILE D IMPOT centiles d impôt référence Scénario 1 Scénario 2 Scénario

47 Modèle INES (INSEE), Politique Familiale

48 Modèle INES (INSEE), Politique Familiale

49 Modèle INES (INSEE) Exemples de simulations Imposition des prestations ti familiales l (projet Jospin, 1997) Il s agit du projet de la mise sous conditions de ressources des allocations familiales et de la majoration de l allocation de rentrée scolaire proposé par le gouvernement Jospin en 1997, mis en application en 1998 et révoqué en Les mesures simulées 1. Majoration forfaitaire de l allocation de rentrée scolaire (A.R.S.) à francs situation de référence 416 francs 2. La mise sous condition de ressources des allocations familiales. Elle s effectue selon les modalités résumées dans le tableau ci-dessous : Plafond annuel de ressources prises en compte après abattements 1 ménage avec deux enfants majoration pour double activité ou parent isolé majoration par enfant supplémentaire au delà du deuxième

Evaluation des politiques sociales et fiscales. Modèles de micro simulation: un outil d aide à la décision et d évaluation ex ante

Evaluation des politiques sociales et fiscales. Modèles de micro simulation: un outil d aide à la décision et d évaluation ex ante Modèles de micro simulation: un outil d aide à la décision et d évaluation ex ante Schéma institutionel Problématique Politiques sociales dans un cadre démocratique est un processus interactif: Besoins

Plus en détail

PARMI les diverses réformes introduites ces dernières années pour réduire

PARMI les diverses réformes introduites ces dernières années pour réduire Réformes des allocations logement: quels impacts sur les ménages à bas revenus? Lisa Fratacci (Dp) PARMI les diverses réformes introduites ces dernières années pour réduire les trappes à inactivité (prime

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions

par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions La réforme des aides au logement dans le secteur locatif par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions En 1999, par le biais des aides au logement (aide personnalisée au logement et allocation

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Journées d économie de Lyon

Journées d économie de Lyon Journées d économie de Lyon Mercredi 9 novembre 2011 Clément Schaff, Mahdi Ben Jelloul www.openfisca.fr 1 Plan Présentation générale Présentation du logiciel Exemple de réformes: Bourguignon Muet Sterdyniack

Plus en détail

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France Christophe Daniel (GRANEM, Université d Angers), Anne Lavigne (LEO, Université d Orléans), Stéphane Mottet(GRIEF, Université de Poitiers), Jésus-HerellNzeObame(GRANEM,

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Séminaire évaluation des politiques sociales

Séminaire évaluation des politiques sociales Séminaire évaluation des politiques sociales L ÉVALUATION DES POLITIQUES SOCIALES EN FRANCE Une évaluation des politiques sociales incontournable 2 1990 : Evaluation inscrite au cœur des administrations

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 29 janvier 212 EFFETS REDISTRIBUTIFS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Résultats actualisés et simulations de l INSEE 1 SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 1 INTRODUCTION 1) Motivations

Plus en détail

SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES

SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES Luxembourg, le 21 novembre 2013 SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES 1/17 SOMMAIRE 1. Remarques préliminaires : 3 2. Introduction 4 3. Simulations 5 3.1 Le modèle de microsimulation et les

Plus en détail

Évolution de la pauvreté

Évolution de la pauvreté PREMIÈRE PARTIE Évolution de la pauvreté CAHIER 1 Actualisation des données relatives à la pauvreté Niveaux de vie et pauvreté monétaire en 2007, Jérôme Pujol, Magda Tomasini (INSEE) 17 Niveaux de vie

Plus en détail

La redistribution : état des lieux en 2012

La redistribution : état des lieux en 2012 Revenus La redistribution : état des lieux en 2012 Marie-Cécile Cazenave, Jonathan Duval, Tania Lejbowicz, Juliette Stehlé* Les prestations sociales et les prélèvements réduisent les écarts de revenus

Plus en détail

N 008 2015. Octobre 2015

N 008 2015. Octobre 2015 N 008 2015 Octobre 2015 (1) Lorsqu un chômeur reprend un emploi, les montants des diverses prestations sociales dont il peut bénéficier (RSA, allocations logement, prime d activité, indemnités chômage)

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Panorama de la fiscalité des retraites

Panorama de la fiscalité des retraites DIRECTION DE LA PRÉVISION SOUS-DIRECTION D Paris, le 28 novembre 2002 BUREAU DES ÉTUDES FISCALES 139, RUE DE BERCY - TÉLÉDOC 75572 PARIS CEDEX 12 Référence : D2-02-044 Damien ECHEVIN Dominique BRIAIRE

Plus en détail

Séminaire évaluation des politiques sociales

Séminaire évaluation des politiques sociales Séminaire évaluation des politiques sociales TRAPPES À INACTIVITÉ --- DU RMI AU RSA LES ÉVALUATIONS AU COURS D UNE RÉFORME Du RMI au RSA : supprimer les trappes à inactivité 2 La problématique des trappes

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

RSA et assurance chômage

RSA et assurance chômage RSA et assurance chômage -Allocation d aide au retour à l emploi (ARE) -Allocation de solidarité spécifique (ASS) ARE : régime des activités réduites permet de cumuler une partie de l ARE avec le salaire

Plus en détail

Groupe de travail «Perspectives démographiques et financières de la dépendance» Compte rendu de la réunion du 18 mai 2011

Groupe de travail «Perspectives démographiques et financières de la dépendance» Compte rendu de la réunion du 18 mai 2011 Groupe de travail «Perspectives démographiques et financières de la dépendance» Compte rendu de la réunion du 18 mai 2011 En introduction, le modérateur du groupe présente ses excuses pour le report de

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Contributivité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie

Contributivité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie Contributivité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie Séminaire Inégalités 16 Janvier 2015 Yves Dubois Anthony Marino Introduction La réforme de 2014 : Document annuel de

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

ENTRE 1989, année de sa création, et 2003, le montant du Rmi a progressé

ENTRE 1989, année de sa création, et 2003, le montant du Rmi a progressé Rmistes et bas salaires : quelles évolutions des ressources depuis 1989? Valérie Albouy, François Bouton et Christel Colin (Insee) ENTRE 1989, année de sa création, et 2003, le montant du Rmi a progressé

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 B-9-01 N 44 du 2 MARS 2001 5 F.P. / 30 INSTRUCTION DU 12 FEVRIER 2001 IMPOT SUR LE REVENU. DISPOSITIONS GENERALES, LIQUIDATION DE L IMPOT. COMMENTAIRE

Plus en détail

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants 1 Les prestations 2 Les prestations maladie-maternité 1/2 Les prestations maladie en nature (médicaments, honoraires ) sont les mêmes que les

Plus en détail

Annexe VIII pièce jointe n 2. Contribution de la DGTPE pour le groupe de travail sur la réforme du financement de la protection sociale

Annexe VIII pièce jointe n 2. Contribution de la DGTPE pour le groupe de travail sur la réforme du financement de la protection sociale Annexe VIII pièce jointe n 2 Contribution de la DGTPE pour le groupe de travail sur la réforme du financement de la protection sociale Transferts entre entreprises : un scénario de modulation portant sur

Plus en détail

BUDGET 2014 : QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES?

BUDGET 2014 : QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES? QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES? Les notes de l IPP n 9 Novembre 2013 Antoine Bozio Malka Guillot Marianne Tenand www.ipp.eu Résumé Rendu public fin septembre, le projet de loi de finances

Plus en détail

REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE. Présentation au Conseil d Orientation de l Emploi

REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE. Présentation au Conseil d Orientation de l Emploi REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE Présentation au Conseil d Orientation de l Emploi I. POURQUOI LE RSA? 1. Evolution et limites des minima sociaux 2. Les nouvelles problématiques de la pauvreté en emploi 3.

Plus en détail

VERS LA FUSION DE L IMPÔT SUR LE REVENU ET DE LA CSG? *

VERS LA FUSION DE L IMPÔT SUR LE REVENU ET DE LA CSG? * VERS LA FUSION DE L IMPÔT SUR LE REVENU ET DE LA CSG? * Guillaume Allègre, Gérard Cornilleau et Henri Sterdyniak OFCE La France se caractérise par la coexistence d un impôt sur le revenu (IR) progressif,

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques.

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques. Si vous remplissez certaines conditions vous pourrez avoir droit à l allocation veuvage, à la retraite de réversion, à certaines aides pour la famille et le logement. Faites attention aux possibles récupérations

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Aspects économiques et redistributifs des réformes fiscales engagées depuis juin 1997

Aspects économiques et redistributifs des réformes fiscales engagées depuis juin 1997 Aspects économiques et redistributifs des réformes fiscales engagées depuis juin 1997 La politique fiscale du gouvernement depuis juin 1997 poursuit trois objectifs principaux : objectifs de plein emploi,

Plus en détail

Divorcer à la retraite : quelle variation des revenus?

Divorcer à la retraite : quelle variation des revenus? CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 15 octobre 2014 à 14 h 30 «Structure des ménages, comportements conjugaux et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Union Nationale des Entreprises Adaptées

Union Nationale des Entreprises Adaptées Union Nationale des Entreprises Adaptées Calcul du ROI Février 2014 Sommaire 1. Synthèse 2 2. Méthodologie 11 3. Détail des dépenses 17 4. Détail des recettes 29 1 Synthèse Synthèse L UNEA a demandé à

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 26 DU 28 MARS 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-7-11 INSTRUCTION DU 14 MARS 2011 IMPOT SUR LE REVENU. DISPOSITIONS GENERALES. LIQUIDATION DE L IMPOT. COMMENTAIRE

Plus en détail

Niveaux de vie comparés des retraités et des actifs : évolutions récentes

Niveaux de vie comparés des retraités et des actifs : évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 octobre 2009 9 h 30 «Niveau de vie des retraités» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Niveaux de vie comparés des retraités

Plus en détail

Solidarité Active: RSA

Solidarité Active: RSA L'expérience du Revenu de Solidarité Active: RSA François Bourguignon Paris School of Economics Collège de France, 23 juin 2011 1 Historique des transferts aux bas revenus en France 1988: Revenu Minimum

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Muriel Nicolas Florence Thibault CNAF Direction des Statistiques, des Études et de la Recherche. Département des Statistiques, des Prévisions

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Simulation et première évaluation de ce dispositif

Simulation et première évaluation de ce dispositif les notes N 2 / 29 septembre 2011 Faut il revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires? Simulation et première évaluation de ce dispositif Éric Heyer Parmi les mesures du plan d économies

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Se marier ou non : le droit fiscal peut-il aider à choisir?

Se marier ou non : le droit fiscal peut-il aider à choisir? FISCALITÉ Se marier ou non : le droit fiscal peut-il aider à choisir? Élise Amar et Sophie Guérin * L idée que le maria ge permet de faire des économies d impôt est largement répandue. En réalité, des

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

FRANCE 1997. Tout salarié a le devoir d être affilié par son employeur au régime d assurance chômage.

FRANCE 1997. Tout salarié a le devoir d être affilié par son employeur au régime d assurance chômage. FRANCE 1997 1. Revue générale du système / Overview of the System Les demandeurs d emploi sont protégés par deux régimes successifs: un régime d assurance chômage pour lequel salariés et employeurs cotisent,

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives TC12 : Protection sociale et solidarités collectives 1 Etat providence et protection sociale 11 L apparition de l Etat providence DOC 1 Q1 Qu est-ce que la société libérale? C est une société dans laquelle

Plus en détail

5 Rémunérations. 5-1 Généralités. Définitions et méthodes. 106 Fonction publique

5 Rémunérations. 5-1 Généralités. Définitions et méthodes. 106 Fonction publique 5 Rémunérations 5-1 Généralités L évolution du salaire des fonctionnaires dépend des mesures générales d augmentation de la valeur du point, des mesures catégorielles et de l effet de structure, dit GVT

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés DÉPENSE FISCALE N 110211 Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés SOMMAIRE 1. IDENTITÉ DE LA DÉPENSE... 1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004 Loi de finances pour 2004 et loi de finances rectificative de 2003 : principales dispositions fiscales Bernard PLAGNET Professeur à l Université des Sciences Sociales de Toulouse Malgré un contexte budgétaire

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

IDEP Analyses. Olivier Bargain, Adrien Pacifico et Alain Trannoy. Fiscalité des familles aisées : vers une forfaitarisation de l enfant.

IDEP Analyses. Olivier Bargain, Adrien Pacifico et Alain Trannoy. Fiscalité des familles aisées : vers une forfaitarisation de l enfant. 1 IDEP Analyses N 6 Juin 2015 Fiscalité des familles aisées : vers une forfaitarisation de l enfant Olivier Bargain, Adrien Pacifico et Alain Trannoy IDEP Analyses n 6 Olivier Bargain est professeur de

Plus en détail

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040?

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Projections à l aide du modèle de microsimulation Destinie C. Marbot D. Roy INSEE et CREST Niort - 16 mai 2012 Le contexte : coût de la dépendance La dépendance

Plus en détail

Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFRSS 2014

Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFRSS 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFRSS 2014 Mercredi 18 juin 2014-1 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 3 Les dates clés du Pacte

Plus en détail

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale»

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» SOMMAIRE Préambule Le PEE Le PERCO L intéressement La participation Les dernières informations Autres

Plus en détail

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak Simulation de l évolution du taux de remplacement net des salaires pour 4 cas-type, nés en 1960, selon les réformes du système de retraite, à l horizon 2020 Henri Sterdyniak L évolution du système de retraite

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Paramètres de calcul de la pension et choix du moment du départ en retraite

Paramètres de calcul de la pension et choix du moment du départ en retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 11 juin 2002 «Age et travail» Fiche n 5 Paramètres de calcul de la pension et choix du moment du départ en retraite Dans sa conclusion le premier

Plus en détail

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES ENQUÊTE TYPOLOGIQUE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des dossiers recevables recensés

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

DR version 4.3.0.0. Cette notice vous présente toutes les nouveautés et améliorations de cette nouvelle version.

DR version 4.3.0.0. Cette notice vous présente toutes les nouveautés et améliorations de cette nouvelle version. DR version 4.3.0.0 Cette notice vous présente toutes les nouveautés et améliorations de cette nouvelle version. Nous vous rappelons la nécessité de procéder à des sauvegardes régulières de chacun de vos

Plus en détail

Les effets du RSA sur le taux de retour à l emploi des bénéficiaires

Les effets du RSA sur le taux de retour à l emploi des bénéficiaires Les effets du RSA sur le taux de retour à l emploi des bénéficiaires Rapport pour le Comité National d Evaluation du rsa En réponse à l appel d offre de la Mission Analyse Economique, DARES, Ministère

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Comment orienter votre patrimoine dans le nouvel environnement économique et fiscal? Nous débuterons la conférence à 19H L épargne se construit progressivement et de

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

SOUTIEN PUBLIC. Ce chapitre décrit la panoplie des allocations et l'effort public de soutien aux familles ayant de jeunes enfants.

SOUTIEN PUBLIC. Ce chapitre décrit la panoplie des allocations et l'effort public de soutien aux familles ayant de jeunes enfants. SOUTIEN PUBLIC Les pouvoirs publics, État, Caisses d'allocations familiales, collectivités locales principalement, ont à la fois une politique de soutien aux familles nombreuses et une politique de soutien

Plus en détail

Inégalités de niveau de vie et pauvreté

Inégalités de niveau de vie et pauvreté Inégalités de niveau de vie et pauvreté Cédric Houdré, Nathalie Missègue, Juliette Ponceau* En 2010, le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse, après avoir faiblement augmenté l

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

C.S.G. / C.R.D.S. Revenus de remplacement Au 1 er janvier 2015

C.S.G. / C.R.D.S. Revenus de remplacement Au 1 er janvier 2015 QUESTIONS SOCIALES Note d information n 1508 du 18 février 2015 C.S.G. / C.R.D.S. Revenus de remplacement Au 1 er janvier 2015 Références Loi n 20141554 relative au financement de la sécurité sociale pour

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Franck von Lennep Directeur de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques 17/09/2014 1 Un

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries EXTRAITS DU N 45 NOVEMBRE 2010 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries Des

Plus en détail

Evaluation de la répartition sectorielle du crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Evaluation de la répartition sectorielle du crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Paris, le 19 novembre 2012 Note d actualité Evaluation de la répartition sectorielle du crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Pascale SCAPECCHI pscapecchi@coe-rexecode.fr Tel : 01 53 89 20 89

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

Chapitre XVI La fonction redistributive des prestations familiales conditionnées par les ressources

Chapitre XVI La fonction redistributive des prestations familiales conditionnées par les ressources Chapitre XVI La fonction redistributive des prestations familiales conditionnées par les ressources LA FONCTION REDISTRIBUTIVE DES PRESTATIONS FAMILIALES CONDITIONNEES PAR LES RESSOURCES 461 PRESENTATION

Plus en détail

Actualité de la retraite

Actualité de la retraite Actualité de la retraite Le 26 Octobre 2015 Thèmes Introduction : présentation du Groupe Audiens 1. Principes généraux de notre système de retraite 2. Les réformes et les modalités de départ en retraite

Plus en détail

Version 8.1 Mars 2013

Version 8.1 Mars 2013 Version 8.1 Mars 2013 Principales évolutions 1 Evolutions législatives... 2 1.1 Fiscalité Impôt sur le revenu... 2 1.1.1 Gel du barème 2013 appliqué aux revenus de 2012, revalorisation de la décote et

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

La défiscalisation des heures supplémentaires : quels impacts micro et macro-économique 1

La défiscalisation des heures supplémentaires : quels impacts micro et macro-économique 1 - 201 - La défiscalisation des heures supplémentaires : quels impacts micro et macro-économique 1 La défiscalisation des heures supplémentaires et son exonération de cotisations sociales est centrale dans

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite?

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite? face à face Et si on parlait de votre retraite? K. Dodge / Masterfile Nous allons vivre longtemps... Espérance de vie à la naissance 100 90 80 70 60 63,4 69,2 74,6 82,9 82,7 L allongement de l espérance

Plus en détail

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

Avis du Conseil d'etat sur la taxation des rémunérations les plus élevées - Réaction du Gouvernement -

Avis du Conseil d'etat sur la taxation des rémunérations les plus élevées - Réaction du Gouvernement - PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES BERNARD CAZENEUVE MINISTRE DELEGUE AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES, CHARGE DU BUDGET Communiqué de presse www.economie.gouv.fr Communiqué

Plus en détail

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014 M. BONUS Louis mercredi 15 octobre 2014 1 Sommaire Sommaire... 2 La méthode de raisonnement... 3 Le graphique... 4 Le tableau de synthèse... 4 Les données saisies... 19 Les tableaux intermédiaires de calcul...

Plus en détail