Andrzej Mączyński. La succession et la famille. [Pologne]

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Andrzej Mączyński. La succession et la famille. [Pologne]"

Transcription

1 Andrzej Mączyński La succession et la famille [Pologne] I. L évolution du système Les dispositions régissant les successions sont contenues dans le quatrième (le dernier) livre du code civil du 23 avril Le droit de la famille est réglé en dehors du code civil dans le code de la famille et de la tutelle du 25 février Ce dernier entra en vigueur à la même date que le code civil, soit le 1 er janvier A l heure actuelle, ce code est considéré comme constituant un livre du code civil et non pas comme une codification d une branche de droit séparée. Il y a lieu de rappeler qu après la reconstitution de l État polonais en 1918, sur le territoire de la Pologne étaient en vigueur des systèmes de droit étranger, qui y furent instaurés après le partage de l ancien État polonolithuanien entre la Russie, la Prusse et l Autriche. Sur le territoire de la Pologne centrale restaient en vigueur les dispositions du code de Napoléon et, dans le Sud de la Pologne, celles du droit autrichien (et hongrois), dans l Ouest et le Nord les dispositions du droit allemand, tandis que dans l Est les dispositions du droit russe. Les travaux sur des projets de droit de la famille et sur les successions, menés pendant la période de l entre-deux-guerres par la Commission de la Codification fonctionnant en vertu de la loi de 1919, furent interrompus en 1939 par la 2 e guerre mondiale. Ces projets visaient à instaurer un droit qui synthétiserait des éléments germaniques et romains. Leurs auteurs tenaient compte des droits qui, jusqu alors, furent en vigueur sur les territoires de la Pologne, des droits des autres pays et, dans certains domaines, proposèrent des solutions originales. Pendant la 2 e guerre mondiale, à une partie du territoire polonais furent imposées les dispositions du droit allemand et, à l autre partie celles du droit soviétique. L instauration, sur le territoire polonais entier, du droit unifié se fut par l adoption, en , de quelques décrets, qui s appuyaient, dans une large mesure, sur des projets d avant-guerre. Dans la première moitié des années 50, des tendances se manifestèrent à introduire de nouvelles dispositions d obédience soviétique. Il s agissait, par ex. de 1

2 n admettre que la succession limitée à la «propriété personnelle», de restreindre la liberté de tester et de limiter le cercle des héritiers légaux. Heureusement, ces postulats ne furent pas réalisés. Le décret sur les successions de 1946 resta applicable jusqu à l entrée en vigueur du code civil, et les décrets régissant le droit de la famille furent remplacés, dès 1950, par le code de la famille, identique à celui qui fut mis en vigueur, à l époque, en Tchécoslovaquie. Dans sa rédaction originale, le code de la famille et de la tutelle de 1964, contenaient des dispositions qui s inscrivaient dans la continuité des solutions adoptées dans le code de la famille de 1950, qui différèrent de celles adoptées en En outre, les dispositions du livre IV du code civil furent similaires à celles du décret de La différence essentielle consista en insertion, dans le code, des dispositions spéciales régissant la succession des exploitations agricoles. Ces dispositions furent, à plusieurs reprises, modifiées (1971, 1982, 1990), et, en 2001, elles perdirent presque entièrement l applicabilité en vertu d un arrêt de la Cour Constitutionnelle. Après la chute du communisme en 1989, les dispositions du code de la famille et de la tutelle furent profondément remaniées suite à des modifications successives (intervenues en 1995, 1998, 2004, 2008). Les modifications introduites à l époque aux dispositions sur les successions ne furent pas considérables. En revanche, la modification des dispositions sur la succession ab intestat, opérée par la loi du 1 er avril 2009, revêt une importance capitale. Aussi bien le droit successoral que le droit de la famille constitue en Pologne un système entièrement laïc. Le seul élément confessionnel est la possibilité, instaurée en 1998, de reconnaître l effet civil au mariage célébré sous sa forme religieuse (face à un ministre du culte), ce qui n exclut ni l application des dispositions législatives laïques sur les conditions substantielles du mariage, ni la nécessité d enregistrer le mariage au service de l état civil. L avantage reçu par voie de succession est soumis aux impôt sur le successions et donations. Les dispositions concernant ledit droits furent modifiés à plusieurs reprises et, pour autant, elles ne sont toujours pas entièrement harmonisées avec celles du droit civil. II. La dévolution légale de la succession. 2

3 1. Il existe, dans la science du droit polonaise, la conviction selon laquelle les dispositions sur la dévolution légale de la succession devraient répondre à la volonté présomptive du défunt ; et, dans une situation type, il est conforme à cette volonté d appeler à la succession les personnes appartenant à la famille de celui-ci. Après les changements politiques de 1989, se manifesta une très forte tendance à réduire au maximum le nombre de situations où un sujet du droit public l Etat ou la commune fait partie des héritiers légaux. Des postulats extrêmes furent ainsi formulés d englober dans le cercle des héritiers légaux les parents du défunt les plus éloignés en degré. Cependant, les tentatives de contester, devant la Cour Constitutionnelle, les dispositions définissant le cercle des héritiers légaux n apportèrent aucun résultat. La Cour Constitutionnelle expliqua que, d une part, la Constitution polonaise de 1997 garantissait à toute personne la possibilité de disposer de ses biens en cas de mort et, d autre part, qu elle ne garantissait à personne l obtention d un avantage du patrimoine de la personne décédée. 2. Le droit polonais rejette le principe romain: nemo pro parte testatus, pro parte intestatus decedere potest. La dévolution légale peut concerner soit la totalité soit une part de la succession (si le défunt n a pas désigné d héritier ou si personne parmi les héritiers appelés ne veut ou ne peut être héritier). Parmi les héritiers légaux sont classées les personnes qui restent liés au défunt (à la date de sa mort) par un lien de parenté déterminé. Ce lien peut être: la filiation (y compris l adoption), le mariage, et, depuis 2009, l alliance. Le droit polonais met en œuvre dans le domaine du droit successoral également deux principes primordiales : celui d égalité entre les hommes et les femmes et celui d'égalité des filiations légitime et naturelle. Le lien de parenté n est constaté qu en vertu d un acte de l état civil. Le droit polonais ne prévoit pas, non plus, de dévolution légale de la succession entre les personnes qui ne sont pas liés avec le défunt par un lien de parenté réglé par la loi. Ceci concerne, notamment, la personne qui a vécu, avec le défunt, en union libre. Le droit polonais ne prévoit pas l enregistrement de telles unions et, à la lumière de la Constitution de 1997, ne peut être qualifié de mariage que la seule union d un homme et d une femme. A défaut d héritiers légaux appartenant à la famille du défunt, la succession est recueillie - selon la loi - par la commune du dernier domicile du défunt et, si la succession se situe en dehors du territoire de la Pologne par l Etat (Fisc). La modification de 2009 élargit le cercle des héritiers légaux, ce 3

4 qui fut motivé par la tendance à limiter les cas où la succession est dévolue à la commune ou au Fisc. Ce cercle fut plus large que celui prévu par les projets d avant-guerre. Le premier ordre des héritiers légaux comprend le conjoint du défunt et ses enfants. La succession leur revient en parts égales, sauf que la part incombant au conjoint ne peut être inférieure à un quart. Cette disposition n a pas été modifiée, bien qu elle puisse être jugée comme privilégiant excessivement le conjoint par rapport aux descendants du défunt. Au regard des dispositions sur la dévolution légale de la succession le fait, que les enfants du défunt ne soient pas, en même temps, ceux de son conjoint survivant appelé à la succession, n a pas d impact sur la part successorale de conjoint. Quand l enfant du défunt est prédécédé (le code dispose: s il n a pas survécu à l ouverture de la succession ), la part successorale lui revenant incombe, en parts égales, à ses enfants (aux petits-enfants du défunt), et ceci indépendamment du fait si la succession de l enfant prédécédé du défunt est réglée selon la dévolution légale ou en vertu d un testament. Cette disposition s applique aussi aux descendants en degrés plus éloignés. Selon la loi, en l absence de conjoint susceptible, la totalité de la succession revient aux descendants du défunt. La disposition concernant la dévolution de la succession dans la situation où le défunt ne laisse pas de descendants, fut modifiée par la loi de En deuxième lieu - en l absence de descendants du défunt - sont appelés à succéder, selon la loi, le conjoint et les père et mère du défunt. La part revenant à chacun des père et mère représente un quart de la succession. Si le père ou la mère n ont pas survécu à l ouverture de la succession la part leur revenant est recueillie par les frères et sœurs du défunt en parts égales. Ceci s applique à tous les frères et sœurs du de cujus, et non seulement à ceux qui sont enfants du parent décédé de celui-ci. Si l un des frères ou sœurs du défunt n a pas survécu à l ouverture de la succession, sa part successorale revient à ses descendants selon les mêmes règles que celles qui régissent la succession dévolue aux descendants plus éloignés du défunt. La part revenant au conjoint appelé à la succession à côté des père et mère du défunt, de ses frères et sœurs et des descendants de ceux derniers s élève à la moitié de la succession. En l absence de parents susceptibles de deuxième ordre, la totalité de la succession est recueillie, selon la dévolution légale, par le conjoint survivant. La modification de 2009 a introduit une régulation, se prêtant d ailleurs à beaucoup de controverses, et concernant la situation où la filiation paternelle du 4

5 de cujus n a pas été établie. Dans cette situation, à la mère du défunt revient une double part successorale. En troisième ordre, la succession est dévolue aux grands-parents du défunt. Cette possibilité leur a été reconnue par la loi de Les grandsparents recueillent la succession en parts égales. La part revenant au grand-père, qui n a pas survécu à l ouverture de la succession, est dévolue à ses descendants. Si celui-ci n a pas de postérité sa part vient accroître celles revenant aux autres grands-parents. En l absence de conjoint du défunt et de parents - héritiers légaux du de cujus, la succession revient aux enfants du conjoint du défunt (aux beauxenfants du défunt), dont aucun des parents n a survécu à l ouverture de la succession. Cette disposition, insérée par la modification de 2009, soulève des controverses. Elle n est pas cohérente avec la disposition prévue par le code de la famille et de la tutelle régissant l obligation alimentaire due entre les beaupère et belle-mère et les beau-fils ou belle-fille. 3. Le lien de parenté qui constitue le fondement de la dévolution légale de la succession doit, en principe, exister (déjà et encore) au moment du décès du de cujus. Il n est donc pas possible que la succession soit recueillie par la personne prédécédée ou celle décédée en même temps que le du cujus. Cependant, sont possibles des situations où le cercle des héritiers légaux change après le décès du défunt. Le mariage n est possible que dans la situation où les deux personnes contractant mariage sont en vie. En revanche, l acte de mariage peut être établi par l officier de l état civil indépendamment du fait que les deux personnes ayant déclaré solennellement d avoir contracté mariage soient ou non en vie. Le mariage constitue le fondement pour la dévolution légale de la succession si l union a duré jusqu au décès du de cujus. Le fait qu ils aient ou non eu une vie commune est sans importance au regard des dispositions sur la dévolution légale de la succession. La durée du mariage n a pas, non plus, d importance. La dissolution du mariage par divorce fait que les époux divorcés sont exclus du cercle des héritiers légaux. Au regard de la dévolution légale de la succession, la séparation de corps produit les mêmes effets que le divorce. Ceci 5

6 découle du principe que la séparation produit les mêmes effets que le divorce, sous réserve des dispositions légales contraires. Le prononcé du divorce ou de la séparation de corps ne peut pas intervenir après la cessation du mariage ; en cas de décès de l un des conjoints, la demande en divorce ou en separation devient caduque. Chacun des héritiers légaux, appelés à la succession à côté du conjoint survivant, peut demander l exclusion de celui-ci de la succession si le défunt avait introduit une action en divorce ou en séparation de corps pour faute de l autre conjoint et que la demande ait été fondée. L annulation du mariage ne peut être prononcée que dans les cas limitativement énumérés par le code de la famille et de la tutelle et, en principe, du vivant des deux conjoints. Cependant le mariage contracté par une personne qui reste mariée avec une autre personne et le mariage entre les parents en ligne directe ou entre les frère et sœur peuvent être annulés après la dissolution de l union par la mort de l un des époux. Peut avoir la qualité d héritier l enfant qui a été conçu avant le décès du défunt et qui est né vivant. Le droit polonais admet la présomption de paternité de l époux de la mère. Il est possible de contester cette présomption ; l action en contestation de paternité peut être introduite après la mort de l époux de la mère, mais n est pas possible après le décès de l enfant. L action en contestation de la maternité n est pas non plus possible après le décès de l enfant. L établissement de la filiation paternelle par le juge peut avoir lieu après la mort du père présumé. La reconnaissance de l enfant par le père (la reconnaissance paternelle) est possible après la mort de l enfant. La reconnaissance paternelle peut être reconnue sans effet après la mort de l homme qui a reconnu l enfant. Les personnes unies par les liens de l adoption sont considérées sur le principe d égalité avec les parents du défunt. Le droit polonais connaît trois formes de l adoption qui diffèrent entre elles par l intensité du lien unissant l adoptant à l adopté. Pour les désigner, nous avons recours à la terminologie latine ; ainsi il y a : adoptio minus quam plena, adoptio plena et adoptio plenissima. La distinction de deux premières formes revêt une importance dans la dévolution légale de la succession. Indépendamment de la forme de l adoption, le lien qui en découle, comprend non seulement l adoptant et l adopté, mais aussi les descendants de l adopté. Dans des situations exceptionnelles, le jugement de l adoption peut être rendu après le décès du parent adoptif. En revanche, la dissolution de l adoption ne peut intervenir ni après le décès de l adoptant ni après celui de l adopté, exception faite de la 6

7 situation où l adoptant est décédé après l introduction de l action en dissolution de l adoption. Au regard des dispositions sur la dévolution légale de la succession l existence d un lien émotionnel positif entre le défunt et son parent héritier n a pas d importance. En revanche, l héritier peut être exclu de la succession s il avait commis des fautes très graves à l égard du défunt (exclusion pour cause d indignité). Les grands-parents du défunt qui se trouvent dans l indigence et ne peuvent obtenir les aliments des personnes sur qui pèse l obligation alimentaire légale, sont en droit de demander à l héritier (légal ou testamentaire) des moyens de subsistance nécessaires en fonction de leurs besoins et de l importance de la part successorale recueillie par l héritier. Ce dernier peut s exempter de cette obligation en versant aux grands-parents la valeur équivalente à un quart de la part successorale qui lui avait été dévolue. 4. Dans le droit polonais, le régime matrimonial se fonde sur le principe de la communauté réduite aux acquêts. Ainsi les biens acquis pendant la durée du mariage par les deux époux ou par l un d entre deux, constituent les biens communs des époux. Ces biens constituent la communauté indivise (sans répartition en quotes-parts). En cas de dissolution du mariage (notamment par décès), cette communauté se transforme en communauté en quotes-parts (égales idéales). La quote-part revenant à chacun des époux représente la moitié des biens, à moins que, dans un cas concret, le tribunal ne fixe une autre proportion des quotes-parts en tenant compte du degré auquel chacun des époux a contribué à la création du patrimoine. On tient aussi compte de l industrie personnelle au sens de l implication dans l éducation des enfants et dans le foyer commun. Une telle demande peut être formulée par le conjoint survivant ou par les héritiers du défunt; ceux derniers ne peuvent agir que dans le cas où le défunt a introduit une action en divorce, en séparation de corps ou en annulation du mariage. Les biens énumérés limitativement dans le code ne font pas partie des biens communs, mais relèvent des biens propres de chacun des époux. La succession du conjoint décédé englobe donc les biens propres du défunt et sa quote-part dans les acquêts. Les époux sont en droit de signer une convention par laquelle ils peuvent restreindre ou élargir la communauté légale ou instaurer le régime de séparation des biens, ou la séparation des biens avec récompense des acquêts. Constitue 7

8 l acquêt l accroissement de la valeur des biens du conjoint après la signature de lq convention par les époux. La récompense des acquêts par paiement ou transfert des droits se fait après la cessation du régime de séparation des biens. En cas de décès de l un des conjoints, la récompense est réalisée entre le conjoint survivant et les héritiers de l époux décédé. L importance de la part successorale revenant au conjoint du défunt ne dépend pas du régime matrimonial existant entre les époux. Le conjoint recueillant la succession avec les parents du défunt (exception faite des ceux des descendants qui habitaient avec le du cujus au moment du décès) peut demander que lui reviennent, hors sa part successorale, les équipements du foyer dont il se servait du vivant du de cujus, soit conjointement avec lui, soit tout seul. Ce droit ne lui est pas reconnu s il y a eu une rupture de la vie commune avant le décès du défunt. Cette dernière disposition relève du groupe de dispositions régissant les effets légaux de la séparation de fait entre les époux. III. La succession testamentaire. 1. La liberté de tester a été et demeure l un des principes fondamentaux du droit successoral polonais, bien qu il n ait été exprimé expressis verbis dans aucune disposition du code civil. Ce principe garantit au de cujus la possibilité de décider de ce qui deviendrait, après sa mort, son patrimoine. Le testament est, dans le droit polonais, le seul instrument légal par lequel le de cujus peut réaliser cette possibilité. Le testament est défini comme l acte unilatéral et révocable à cause de mort. Le droit polonais ne donne pas la possibilité de passer un contrat de succession, dont l objet porte sur la désignation de l héritier et ne règle pas, non plus, la donation à cause de mort. Toute convention sur la succession d une personne vivante est nulle. La loi n admet qu une convention sur la renonciation à la succession. En cas de signature d une telle convention par le futur de cujus avec la personne relevant du cercle de ses héritiers légaux, cette personne est exclue de la succession. Le droit polonais n admet pas un testament commun le testament ne peut contenir que les dispositions d un seul testateur. 8

9 Le testament établi peut être à tout moment révoqué par le testateur et ceci pour quelque raison que ce soit. Est prohibée par la loi la convention par laquelle le de cujus s engagerait à établir un testament ou à ne pas révoquer le testament déjà établi. L établissement d un nouveau testament sans révocation expresse du testament précédent n entraîne que la nullité des stipulations qui ne peuvent être conciliées avec celles du nouveau testament. Le testament peut être établi par toute personne physique qui possède la capacité juridique, c est-à-dire celle qui a dix-huit ans révolus (où celle qui est émancipée car mariée avant d avoir terminé 18 ans, ce que peut faire une fille de 16 ans après l autorisation préalable du tribunal), si elle n a pas été déclarée incapable. Le testament ne peut être établi que personnellement par le testateur. La loi règle plusieurs formes de l établissement du testament. Les formes ordinaires sont les suivantes: testament olographe, testament notarié (fait par devant le notaire) et testament sous la forme d un acte authentique requérant la présence d un agent habilité (entre autres, de l officier de l état civil chef du service de l état civil) et de trois témoins. Parmi les formes spéciales, il y a le testament nuncupatif (dernière volonté exprimée en présence de trois témoins), les formes militaires (admises en cas de mobilisation ou de guerre), et celles auxquelles il est admis d avoir recours lors d un voyage à bord d un navire ou d un aéronef. Les régulations concernant les vices de déclaration de dernière volonté diffèrent de celles concernant les autres actes juridiques en général. Notamment les conditions de deux de ces vices - l erreur et la violence sont réglées plus libéralement que celles prévues par les dispositions générales du code civil. Les règles d interprétation du testament diffèrent aussi de celles qui s appliquent aux autres actes juridiques. Le testament doit être interprété de manière à assurer, le plus pleinement possible, la réalisation de la volonté du testateur. S il est possible d en donner des interprétations différentes, il y a lieu de retenir celle qui permet de maintenir la disposition du testateur et lui donner un contenu raisonnable. 2. Le testateur peut contenir dans son testament des stipulations très différentes. Évidemment, celle essentielle concerne l institution d un ou de plusieurs héritiers. Peut être héritier toute personne physique, aussi bien celle qui est comprise dans le cercle des héritiers légaux que celle qui n en relève pas. 9

10 Une personne morale peut aussi être instituée comme héritière. L institution de l héritier ne requiert pas l emploi des termes définis. Si le testateur dispose qu une personne désignée recueille les objets définis dans le testament et qui épuisent presque toute la succession, en cas de doute, ladite personne est considérée comme l héritier institué pour recevoir la totalité de la succession. Si les dispositions similaires concernent plusieurs personnes, en cas de doute, celles-ci sont considérées comme héritiers institués pour recevoir la totalité de la succession en quote-part équivalant à la valeur des objets qui leur reviennent. Il n est pas admis d instituer l héritier susceptible de recevoir seulement un seul objet concret, faisant partie de la succession. Il n est pas admis d instituer l héritier sous réserve d une condition ou d un délai. En revanche, seule est admise une substitution vulgaire, c est-à-dire l institution de l héritier susceptible de recevoir la succession dans le cas où l héritier institué en premier lieu ne peut ou ne veut pas la recueillir. En revanche, il n est pas admis d imposer à l héritier l engagement de sauvegarder la succession reçue et de la transmettre à une autre personne. Une disposition similaire dans le testament (substitution fidéicommisaire) peut être considérée comme l institution d un héritier subrogeant le premier (allors comme une substitution vulgaire). Le testateur peut se limiter, dans son testament, à exclure de la succession une personne relevant du cercle des héritiers légaux, ce qui fait accroître les parts revenant aux autres héritiers légaux. L héritier exclu de cette manière garde le droit à la réserve. L institution de l héritier ne constitue pas un élément indispensable du testament. Le testateur peut inclure aussi, à côté ou en lieu et place de l institution de l héritier, d autres stipulations. Il peut, par ex. stipuler l obligation à laquelle sera tenu l héritier, d exécuter une prestation définie au profit d une personne déterminée, y compris d un autre héritier. Il peut aussi stipuler un legs à consentir par l héritier. Une consigne constitue une autre stipulation admise dans le testament. Par une recommandation le testateur oblige l héritier ou le légataire à une action déterminée, mais contrairement à la disposition il ne désigne pas de créancier. Le testateur peut aussi instituer l exécuteur du testament. La liberté de tester n est pas illimitée. La disposition selon laquelle est nul tout acte juridique illégal, tendant à contourner la loi ou incompatible avec les 10

11 principes de coexistence sociale (ce dernier terme désignant une clause générale dont le contenu est équivalant aux clauses telles que par ex. l ordre public, les bonnes mœurs) peut revêtir une certaine signification pour délimiter la liberté de tester. La jurisprudence polonaise ne donne pas d exemples d application de cette disposition au testament. La doctrine, en revanche, propose des exemples d insertion dans le testament de la clause par laquelle le testateur, en stipulant un avantage patrimonial en faveur d une personne définie, a l intention de l inciter à commettre un acte prohibé par la loi, ou de la récompenser pour la commission d un tel acte, ou encore de faire pression sur cette personne pour qu elle accomplisse un acte juridique qui, par son essence, doit relever de la libre décision de celle-ci. IV. La réserve héréditaire (ou légale). La question comment assurer aux membres les plus proches de la famille de du cujus un avantage de la succession indépendamment et même contrairement à la volonté du défunt, a été vivement discutée en Pologne dès le commencement des travaux sur la codification du droit successoral. En s inspirant des solutions retenues dans les systèmes juridiques qui restèrent en vigueur sur le territoire polonais jusqu à la fin de 1946, on prit en considération, notamment, deux institutions : la réserve (quotité des biens obligatoire), retenue dans le code de Napoléon et la réserve en tant que créance, retenue dans le droit autrichien et allemand. En définitive, le système «autrichien» de réserve légale a été retenu aussi bien dans le droit successoral de 1946 que dans le code civil de Le cercle des personnes habilitées à recevoir la réserve héréditaire est plus restreint que celui des héritiers légaux. Il comprend le conjoint du défunt, les descendants et les père et mère de celui-ci mais seulement dans le cas où, par la loi, ils seraient appelés à la succession. Ceci signifie que, par ex., les père et mère du de cujus n ont pas droit à la réserve si le défunt a laissé les descendants. Les grands-parents et les frères et sœurs n ont pas droit à la réserve héréditaire. Chacun des héritiers réservataire a droit à la moitié de la valeur de la part successorale qui lui reviendrait dans la dévolution légale de la succession. L héritier réservataire qui est (au moment du décès du de cujus) mineur ou atteint d une incapacité totale au travail a droit aux deux tiers d une telle part. Si l héritier réservataire n a reçu la réserve qui lui est due ni sous la forme d une 11

12 donation consentie par le du cujus, ni n a été appelé à la succession, ni ne l a obtenue sous la forme d un legs il a droit de demander le paiement de la somme d argent d un montant équivalant à la réserve qui lui est due, minorée, éventuellement, de la valeur de l avantage patrimoniale qui lui a été consenti par le du cujus par voie de la donation, le fait de l appeler à une part de la succession ou par legs testamentaire. Sont considérés comme l avantage de ce type les frais de l éducation, de la formation générale et professionnelle supportés par le défunt, si ceux-ci dépassent la moyenne admise dans le milieu qui était le sien. La détermination du montant de la réserve a été précisément réglée dans les dispositions légales. Deux questions sont essentielles en la matière. Premièrement pour le calcul de la réserve, la valeur de la succession est modifiée ; d une part, elle est augmentée par l addition de certaines donations consenties par le de cujus de son vivant, mais, d autre part, elle se trouve réduite par la déduction des montants des legs et consignes grevant la succession. Deuxièmement pour déterminer la valeur de la part successorale constituant le fondement pour la détermination de la réserve, on ne prend pas en considération les héritiers qui ont renoncé à l héritage ou ont été déshérités; en revanche, on compte les héritiers qui ont été déclarés indignes ou qui ont refusé la succession. L héritier réservataire peut réclamer le paiement d une somme d argent, en premier lieu, à l héritier qui a recueilli la succession dans sa totalité ou en partie. L héritier réservataire ne peut pas réclamer la délivrance de la part lui revenant en nature. Il est créancier du successeur. Si, cependant, il ne peut être désintéressé par le successeur, il peut réclamer le paiement à la personne à qui le de cujus avait consenti la donation, qui est venue augmenter la valeur de la succession pour le calcul du montant de la part réservataire. Le droit à la réserve est transmissible par la succession, mais il n est transmis par la succession qu à la personne qui est comprise dans le cercle des héritiers réservataires qui ont droit à la réserve leur revenant dans la succession du premier défunt. Le défunt peut priver de réserve ses descendants, les père et mère et son conjoint, en insérant la stipulation convenable dans le testament. En polonais ont dit exhérédation (wydziedziczenie), ce qui est fortement trompeur parce que ce terme suggère qu il s agit d exclure de la succession un héritier légal. L insertion d une telle stipulation dans le testament n est permise que pour les 12

13 raisons définies dans le code et qui consistent d une manière générale en un comportement blâmable de l héritier concerné, par ex. en manquement durable ou répété aux obligations familiales à l égard du testateur ou en une infraction concrète, commise à l égard du testateur ou d une des personnes les plus proches de celui-ci. La raison pour laquelle une personne est privée de droit à la réserve devrait découler du contenu du testament. Si le testateur a pardonné à l héritier réservataire le comportement pour lequel il aurait pu le déshériter, il ne peut plus le déshériter. V. L acquisition de la succession Selon le droit polonais, l acquisition de la succession se fait ipso jure au moment du décès du de cujus. L héritier qui ne veut pas hériter, peut refuser la succession en faisant une déclaration dans la forme prévue. La décision du tribunal constatant l acquisition de la succession n est qu un élément de preuve. Le certificat d hérédité, délivré par le notaire, revêt (depuis 2008) la même importance. VI. La transmission des droits ne relevant pas de la succession. Les dispositions spéciales concernant la transmission du droit au logement, après le décès de la personne qui en était titulaire, sont contenues dans les dispositions relatives aux formes du droit aux logements. La régulation concernant le bail y revêt la plus grande importance pratique. L essentielle de cette régulation consiste en l entrée en bail par les personnes définies, qui se fait de manière automatique, sans qu aucun acte ne soit accompli ni par les personnes tendant à devenir locataires, ni par le bailleur. Il est requis et c est une condition indispensable que ces personnes aient habité avec le défunt jusqu à sa mort dans le logement concerné. Les dispositions qui ont, successivement, été en vigueur, définissaient différentes méthodes servant à déterminer le cercle de ces personnes. Il y en a eu qui employaient une notion générale de personne proche du locataire ; d autres encore, la concrétisaient en déterminant le lien de parenté devant unir ces personnes au locataire. Cette méthode a été retenue dans la disposition actuellement en vigueur. Cette dernière énumère le conjoint du locataire décédé, les enfants du locataire et les enfants de son conjoint et les autres personnes à l égard desquelles le locataire aurait été tenu à l obligation alimentaire. Et, chose 13

14 caractéristique, à côté des membres définis de la famille du locataire, est aussi énumérée la personne qui mène une vie commune avec le locataire. C est l une des rares dispositions dans le droit polonais qui règle la position juridique de la personne vivant en union libre (en couple). Pour que la personne intéressée puisse entrer en location après le décès du locataire, il était requis qu elle ait habité dans le logement avec le locataire. En cas de décès du locataire marié, le conjoint survivant devient locataire exclusif du logement concerné parce que, à la lumière du droit polonais, les époux occupant le logement sont locataires de celui-ci, bien que le contrat de bail n ait été signé que par l un d entre eux, à condition, cependant, que le contrat de bail ait été signé après le mariage. Une régulation spéciale concerne les logements qui sont l objet d un droit subjectif spécifique, inhérent au membre de la coopérative de logements, appelé le «droit coopératif au logement, reconnu au locataire». Ces dernières années, le nombre de logements, objets de ce droit, a radicalement chuté parce que restent en vigueur des dispositions facilitant l acquisition de la propriété des logements dans les immeubles appartenant aux coopératives de logements. Le droit en question ne peut appartenir qu à une personne physique ou aux époux. Il n est pas héréditaire. En cas de décès d un des époux, titulaires dudit droit, le conjoint survivant en devient le titulaire exclusif. Si, en revanche, une seule personne était titulaire dudit droit celui-ci s éteint au moment de son décès, mais les personnes énumérées dans la loi sont en droit de demander que la coopérative de logements leur octroi le même droit au même logement, et ce droit ne peut être reconnu qu à une seule personne d entre elles. Ces personnes sont les suivantes: descendants, ascendants, frères et sœurs, enfants des frères et sœurs, conjoint, adoptant et adopté et la personne qui a mené une vie commune avec le locataire décédé. Il n est pas requis que ces personnes aient habité dans ledit logement. Indépendamment du fait de quel droit au logement la personne décédée a été le titulaire, les personnes proches qui ont habité avec elle dans ce logement jusqu à sa mort peuvent, pendant trois mois qui suivent la date du décès, utiliser ledit logement et ses équipements. VII. L appréciation générale. 14

15 La régulation du droit successoral et du droit de la famille actuellement en vigueur en Pologne peut être qualifiée comme fondée sur des principes traditionnels. La modification récente des dispositions régissant la dévolution légale de la succession est digne d être appréciée dans la mesure où elle inclut les grandsparents dans le cercle des héritiers légaux. En revanche, cette appréciation devient douteuse dès lors que sont compris dans ledit cercle les descendants des grands-parents et les beaux-enfants du défunt. Le cercle des héritiers légaux ainsi élargi est plus étendu que celui prévu dans les projets d avant-guerre et, en outre, il n est pas identique au cercle des personnes à l égard desquelles le défunt a été tenu à l obligation alimentaire. Actuellement, les liens émotionnels unissant ces personnes au de cujus sont, en général, faibles et, de plus, habituellement, elles n ont pas contribué au moindre degré à la constitution des biens successoraux. La régulation relative à la position du conjoint en tant qu héritier légal soulève aussi des réserves. L octroi au conjoint d une part successorale plus importante que celle revenant aux enfants du défunt ne paraît pas équitable (ce qui possède une importance pratique au moment où le défunt a laissé plus de trois enfants). Ceci est particulièrement choquant quand la succession est dévolue aux enfants d un premier mariage et quand le de cujus s est remarié peu avant sa mort. Et en l absence d enfants et de père et mère du défunt, le conjoint devrait recueillir toute la succession, en précédant les frères et sœurs du de cujus. Il est difficile de justifier la position privilégiée de la mère du défunt dans la situation où la filiation paternelle n a pas été établie. Elle n est pas conditionnée par le fait que la mère a élevé le du cujus enfant comme mère célibataire ; et un tel privilège n est pas reconnu à la veuve qui, toute seule, élève le futur de cujus. La régulation concernant la réserve héréditaire soulève aussi des critiques. Il ne s agit pas de la détermination du cercle des héritiers réservataires ni du montant de celle-ci, mais du fait de retenir comme condition substantielle exclusivement l existence d un lien de parenté, sans tenir compte des relations qui ont effectivement existé entre l héritier réservataire et le défunt. Les régulations polonaises présentent aussi le défaut découlant de l existence de nombreuses dispositions spéciales, régissant la succession de certains droits (par ex. les dispositions présentées ci-dessus et afférentes aux logements). Le droit successoral et le droit de la famille sont des domaines dont la régulation légale est fortement tributaire de la tradition et des convictions de la 15

16 société. Pour cette raison les postulats de les harmoniser à l échelle européenne paraissent irréels. En revanche, il est indispensable d harmoniser le plus rapidement possible les règles de conflits du droit international privé indiquant le droit applicable et, aussi, les normes régissant l efficacité des jugements étrangers rendus dans les affaires des successions. 16

Revue Fiduciaire Novembre 2008 Page 1

Revue Fiduciaire Novembre 2008 Page 1 LEXIQUE Ab intestat En l absence de testament. Les biens constituant la succession sont répartis entre les héritiers suivant les règles légales. Abattement Part de la valeur des biens imposables non soumise

Plus en détail

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier?

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? 49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? Toute personne majeure et capable (aussi depuis peu certaines personnes sous statut d administration provisoire dans certaines conditions)

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières A. LES ASPECTS DE L'UNION LIBRE

Textes de référence : Table des matières A. LES ASPECTS DE L'UNION LIBRE LES ASPECTS MATRIMONIAUX DE L'UNION LIBRE ET LES COUPLES HOMOSEXUELS EN ITALIE Textes de référence :! Constitution (art. 2, 29, 30)! Code civil (art. 3l7bis, 540, 1322, 2043)! Loi n 392 du 27.07.1978 (art.

Plus en détail

Personnes et familles. Transmettre. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Transmettre. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles Transmettre Transmettre La rédaction d un testament permet d organiser sa succession en décidant soi-même qui va hériter et de quoi. Il est ainsi possible d attribuer un bien particulier

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR L AIDE AUX PERSONNES À CHARGE. L.R.T.N.-O. 1988, ch. D-4. (Mise à jour le : 19 août 2012)

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR L AIDE AUX PERSONNES À CHARGE. L.R.T.N.-O. 1988, ch. D-4. (Mise à jour le : 19 août 2012) CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR L AIDE AUX PERSONNES À CHARGE (Mise à jour le : 19 août 2012) MODIFIÉE PAR LA LOI DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST SUIVANTE : L.T.N.-O. 1998, ch. 17 MODIFIÉE PAR

Plus en détail

N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 7 novembre 2012. PROJET DE LOI ouvrant le mariage aux couples de

Plus en détail

Gabon. Code de la nationalité

Gabon. Code de la nationalité Code de la nationalité Loi n 37-1998 Art.1.- La présente loi, prise en application des dispositions de l article 47 de la Constitution, porte sur le Code de la nationalité aise. Art.2.- La nationalité

Plus en détail

LIVRE VERT sur les «successions et testaments»

LIVRE VERT sur les «successions et testaments» LIVRE VERT sur les «successions et testaments» REGLES DE CONFLIT DE LOIS Question 1 : Quelles questions faut-il rattacher à la loi successorale? En particulier, les règles de conflit de loi devraient-elles

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

DataCard. A propos de la succession. Société Fiduciaire Suisse SA

DataCard. A propos de la succession. Société Fiduciaire Suisse SA DataCard A propos de la succession Société Fiduciaire Suisse SA Remarques préliminaires Au décès d une personne, la totalité de ses valeurs patrimoniales passent dans la succession (masse successorale).

Plus en détail

DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL

DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL DROIT PATRIMONIAL Depuis la loi du 3 décembre 2001, entrée en vigueur le 1er juillet 2002, le conjoint survivant prime les frères

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE

LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE Moniteur No Avril.. DÉCRET DU 4 AVRIL 1974 SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE DÉCRET

Plus en détail

Qu est-ce qu une donation?

Qu est-ce qu une donation? Qu est-ce qu une donation? Fiche 1 Une donation (*) est une convention par laquelle une personne (le donateur) transfère immédiatement et irrévocablement à une autre personne (le donataire), qui l accepte,

Plus en détail

SUCCESSIONS ET TESTAMENTS DES PRÊTRES. Obligation morale

SUCCESSIONS ET TESTAMENTS DES PRÊTRES. Obligation morale L1 TESTAMENTS Révisée : mai 2000 De l utilité d un testament - A quoi penser en le rédigeant? Références : guide administratif 1998 chapitre 1 SUCCESSIONS ET TESTAMENTS DES PRÊTRES TITRE I LES SUCCESSIONS

Plus en détail

LA LEGISLATION CIVILE RUSSE ET LES GARANTIES DES DROITS PATRIMONIAUX DES MINEURS

LA LEGISLATION CIVILE RUSSE ET LES GARANTIES DES DROITS PATRIMONIAUX DES MINEURS Rostovzeva Natalia LA LEGISLATION CIVILE RUSSE ET LES GARANTIES DES DROITS PATRIMONIAUX DES MINEURS Le mineur est un sujet autonome des droits patrimoniaux et extrapatrimoniaux. Si on parle de la protection

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants La donation du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations,

Plus en détail

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Par Michelle POESS, étudiante en droit et Karl H. BELTZ,

Plus en détail

LES SUCCESSIONS PREPAREES

LES SUCCESSIONS PREPAREES LES SUCCESSIONS PREPAREES Avec ce document vous allez comprendre quelles sont les règles qui s appliquent en manière de transmission du patrimoine, et comment elles fonctionnent. Les définitions sont extraites

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

TRANSMETTRE DE SON VIVANT

TRANSMETTRE DE SON VIVANT TRANSMETTRE DE SON VIVANT Quel que soit le montant de votre patrimoine, préparer votre succession permet de transmettre vos biens dans des conditions optimales, car étudiées auparavant (ce qui est particulièrement

Plus en détail

CODE DE L ACTION SOCIALE

CODE DE L ACTION SOCIALE CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES PARTIE LEGISLATIVE Dernière modification parue au Journal Officiel le 28 juin 2005 Article L. 211-1 Ont le caractère d associations familiales au sens des dispositions

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

"Mariage et cohabitation (hétéro/homo) dans un contexte international"

Mariage et cohabitation (hétéro/homo) dans un contexte international "Mariage et cohabitation (hétéro/homo) dans un contexte international" QUELQUES CHIFFRES En France entre 2001 et 2011 le nombre de mariage est passé de 295 720 à 241 000 alors que celui des Pacs est passé

Plus en détail

Réponses au Livre vert présenté par la Commission européenne, relatif aux successions et testaments (COM(2005) 65 final)

Réponses au Livre vert présenté par la Commission européenne, relatif aux successions et testaments (COM(2005) 65 final) Réponses au Livre vert présenté par la Commission européenne, relatif aux successions et testaments (COM(2005) 65 final) 1. Quelles questions faut-il rattacher à la loi successorale? En particulier, les

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

LE DROIT D'USAGE ET D'HABITATION: UN OUTIL UTILE POUR TOUTE PROTECTION

LE DROIT D'USAGE ET D'HABITATION: UN OUTIL UTILE POUR TOUTE PROTECTION LE DROIT D'USAGE ET D'HABITATION: UN OUTIL UTILE POUR TOUTE PROTECTION Article juridique publié le 15/10/2014, vu 14688 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine Le propriétaire d'un logement peut céder, son

Plus en détail

MEMORIAL Journal Officiel Amtsblatt du Grand-Duché de des Großherzogtums Luxembourg

MEMORIAL Journal Officiel Amtsblatt du Grand-Duché de des Großherzogtums Luxembourg MEMORIAL 759 MEMORIAL Journal Officiel Amtsblatt du Grand-Duché de des Großherzogtums Luxembourg Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A - N 23 6 avril 1982 SOMMAIRE Loi du 12 mars 1982 modifiant certaines

Plus en détail

La convention fiscale de non double imposition du 12.10.2006 entrée en vigueur en avril 2009

La convention fiscale de non double imposition du 12.10.2006 entrée en vigueur en avril 2009 La convention fiscale de non double imposition du 12.10.2006 entrée en vigueur en avril 2009 1. Domaine d application de la convention 2 a) Les impôts visés 2 b) La définition du domicile fiscal 2 c) Clause

Plus en détail

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500 31 Pacte fiscal Présentation du régime d exonération partielle... 2500 L engagement collectif de conservation Titres pouvant faire l objet d un pacte... 2501 Personnes physiques ou morales signataires

Plus en détail

Le droit des successions et la structure du patrimoine

Le droit des successions et la structure du patrimoine Le droit des successions et la structure du patrimoine CHAPITRE 1 La succession désigne à la fois un procédé de transmission des droits subjectifs par le décès, le patrimoine ou une partie du patrimoine

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-159 QPC du 5 août 2011. Mme Elke B. et autres (Droit de prélèvement dans la succession d un héritier français)

Commentaire. Décision n 2011-159 QPC du 5 août 2011. Mme Elke B. et autres (Droit de prélèvement dans la succession d un héritier français) Commentaire Décision n 2011-159 QPC du 5 août 2011 Mme Elke B. et autres (Droit de prélèvement dans la succession d un héritier français) La première chambre civile de la Cour de cassation a renvoyé au

Plus en détail

DOSSIER. Comment donner tout en gardant le contrôle?

DOSSIER. Comment donner tout en gardant le contrôle? DOSSIER Comment donner tout en gardant le contrôle? La donation est l un des instruments de planification patrimoniale les plus connus. Afin de donner un coup de pouce financier à leurs enfants et de neutraliser

Plus en détail

Numéro du rôle : 5529. Arrêt n 151/2013 du 7 novembre 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5529. Arrêt n 151/2013 du 7 novembre 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5529 Arrêt n 151/2013 du 7 novembre 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 745octies, 1er, alinéa 1er, du Code civil, posée par le Tribunal de première

Plus en détail

II. Les techniques de donation

II. Les techniques de donation Vente en SARL, SNC, SAS ou en SCOP Impacts fiscaux - Les droits d enregistrement sont à la charge de votre repreneur. - Vous payerez la plus-value résultant de la vente au titre de votre impôt sur le revenu

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503

SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503 SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503 IMMOBILISÉ AU FONDS DE REVENU VIAGER SUIVANT LE RÈGLEMENT EN APPLICATION DE LA LOI SUR LES

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Fiscalité / Succession -

NOTE JURIDIQUE. - Fiscalité / Succession - Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - Fiscalité / Succession - OBJET : L impact de la loi réformant le droit des successions sur les personnes

Plus en détail

La loi de réforme sur les successions et les libéralités en date du 23 juin 2006, entrée en vigueur le 1er janvier 2007

La loi de réforme sur les successions et les libéralités en date du 23 juin 2006, entrée en vigueur le 1er janvier 2007 La loi de réforme sur les successions et les libéralités en date du 23 juin 2006, entrée en vigueur le 1er janvier 2007 La loi de réforme sur les successions et les libéralités en date du 23 juin 2006,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DROIT DES SUCCESSIONS : CE QUI CHANGE LE 17 AOÛT 2015

DOSSIER DE PRESSE DROIT DES SUCCESSIONS : CE QUI CHANGE LE 17 AOÛT 2015 DOSSIER DE PRESSE DROIT DES SUCCESSIONS : CE QUI CHANGE LE 17 AOÛT 2015 Contacts Presse Chambre des Notaires de Paris Agence Albera Conseil Elise EROUT Louis JUBLIN 01 44 82 24 32 01 48 24 04 50 relationspresse@paris.notaires.fr

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC ET L ANALYSE DU PATRIMOINE

LE DIAGNOSTIC ET L ANALYSE DU PATRIMOINE Chapitre 3 LE DIAGNOSTIC ET L ANALYSE DU PATRIMOINE Cette phase de la démarche patrimoniale globale consiste à analyser la situation du titulaire du patrimoine dans toutes ses composantes au regard des

Plus en détail

Personnes et familles. Vie familiale, vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie familiale, vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles Vie familiale, vie à deux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux Le pacte civil de solidarité (PACS) est un contrat permettant à deux personnes (les partenaires), de

Plus en détail

Les successions et la fiscalité

Les successions et la fiscalité Ministère du Revenu du Québec www.revenu.gouv.qc.ca Les successions et la fiscalité Cette publication vous est fournie uniquement à titre d information. Les renseignements qu elle contient ne constituent

Plus en détail

Information sur le Droit de la Famille

Information sur le Droit de la Famille Information sur le Droit de la Famille Conformément au décret 2002-1556 du 23/12/02 modifié par décrets 2006-640 du 1er/06/06 1 par décrets 2006-640 du 1er/06/06 Ce document est destiné à donner une information

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011. Mlle Fazia C. et autres

Commentaire. Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011. Mlle Fazia C. et autres Commentaire Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011 Mlle Fazia C. et autres (Effets sur la nationalité de la réforme de la filiation) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 26 juillet

Plus en détail

Droit de la protection de l adulte

Droit de la protection de l adulte 26 CHAPITRE 3 Droit de la protection de l adulte A l issue de longs travaux préparatoires, le droit de la protection de l adulte (art. 360 à 456 CC 21 ) a été adopté par les Chambres fédérales le 19 décembre

Plus en détail

Les transferts de propriété entre le gouvernement et les personnes physiques ou morales; disposition des biens excédentaires

Les transferts de propriété entre le gouvernement et les personnes physiques ou morales; disposition des biens excédentaires Les transferts de propriété entre le gouvernement et les personnes physiques ou morales; disposition des biens excédentaires Gilles Roy* Introduction............................ 329 1. Le nouveau règlement....................

Plus en détail

LIVRE VERT SUR LE DROIT SUCCESSORAL ET TESTAMENTAIRE COM(2005) 65 final - Réponses du ministère finlandais de la justice

LIVRE VERT SUR LE DROIT SUCCESSORAL ET TESTAMENTAIRE COM(2005) 65 final - Réponses du ministère finlandais de la justice Le 15 septembre 2005 LIVRE VERT SUR LE DROIT SUCCESSORAL ET TESTAMENTAIRE COM(2005) 65 final - Réponses du ministère finlandais de la justice La Commission européenne a demandé que des réponses soient

Plus en détail

LES MANDATS SUCCESSORAUX

LES MANDATS SUCCESSORAUX Promotion Jacques de Maleville du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, janvier 2013 LES MANDATS SUCCESSORAUX

Plus en détail

Traduction. Article 1 er : Champ d application

Traduction. Article 1 er : Champ d application Loi sur la libre circulation générale des citoyens de l Union (FreizügG/EU), en date du 30 juillet 2004 (publiée au Journal officiel de la République fédérale d Allemagne BGBl. I, p. 1950, 1986), modifiée

Plus en détail

Loi fédérale sur l acquisition et la perte de la nationalité suisse

Loi fédérale sur l acquisition et la perte de la nationalité suisse Loi fédérale sur l acquisition et la perte de la nationalité suisse (Loi sur la nationalité, LN) 1 141.0 du 29 septembre 1952 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse,

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 638 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2000-2001 8 février 2001 PROPOSITION DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

GENERALITES DE L AIDE SOCIALE

GENERALITES DE L AIDE SOCIALE GENERALITES DE L AIDE SOCIALE CONDITIONS GENERALES DE L AIDE SOCIALE RESIDENCE : art. L111-1 du CASF Pour prétendre à l aide sociale, il faut résider en France de façon habituelle et non passagère. Elle

Plus en détail

Loi sur les dessins et modèles

Loi sur les dessins et modèles Loi sur les dessins et modèles (no 125 du 13 avril 1959, modifiée en dernier lieu par la loi no 116 de 1994)* TABLE DES MATIÈRES** Chapitre I er : Chapitre III : Chapitre III : Chapitre IV : Section 1

Plus en détail

LE DROIT DES SUCCESSIONS ET LES PARTICULARITES AUX ILES-SOUS-LE-VENT (Polynésie française)

LE DROIT DES SUCCESSIONS ET LES PARTICULARITES AUX ILES-SOUS-LE-VENT (Polynésie française) PLAN LE DROIT DES SUCCESSIONS ET LES PARTICULARITES AUX ILES-SOUS-LE-VENT (Polynésie française) Maître André HAMELIN Notaire à UTUROA (Ile de RAIATEA) (Extraits des bulletins de la Chambre des Notaires

Plus en détail

Lettre d actualité juridique

Lettre d actualité juridique Lettre d actualité juridique Mai - Juin 2009 Tutelle-Curatelle I. Les effets de la curatelle et de la tutelle quant à la protection de la personne Vous trouverez en annexe un tableau traitant des droits

Plus en détail

Table des matières. Code civil du Bas Canada LIVRE TROISIÈME DE L ACQUISITION ET DE L EXERCICE DES DROITS DE PROPRIÉTÉ [...]

Table des matières. Code civil du Bas Canada LIVRE TROISIÈME DE L ACQUISITION ET DE L EXERCICE DES DROITS DE PROPRIÉTÉ [...] Table des matières Avant-propos........................................... vii Table des abréviations..................................xxxix Code civil du Bas Canada LIVRE TROISIÈME DE L ACQUISITION ET

Plus en détail

ASSOCIATION HENRI CAPITANT DES AMIS DE LA CULTURE JURIDIQUE FRANÇAISE RECONNUE D'UTILITÉ PUBLIQUE (DÉCRET DU 12 JUILLET 1939) JOURNEES ROUMAINES

ASSOCIATION HENRI CAPITANT DES AMIS DE LA CULTURE JURIDIQUE FRANÇAISE RECONNUE D'UTILITÉ PUBLIQUE (DÉCRET DU 12 JUILLET 1939) JOURNEES ROUMAINES ASSOCIATION HENRI CAPITANT DES AMIS DE LA CULTURE JURIDIQUE FRANÇAISE RECONNUE D'UTILITÉ PUBLIQUE (DÉCRET DU 12 JUILLET 1939) JOURNEES ROUMAINES Bucarest et Cluj Napoca 23 mai 28 mai 2010 LES SUCCESSIONS

Plus en détail

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES Maison de retraite «Séguin» à Cestas Rapport n 2012-0358 Audience publique du 12 décembre 2012 Lecture en séance publique du 06 février 2013 Trésorerie de Pessac (033 041 976) (département de la Gironde)

Plus en détail

REGIME INVALIDITE-DECES INDEMNITES JOURNALIERES DES CHIRURGIENS DENTISTES 1

REGIME INVALIDITE-DECES INDEMNITES JOURNALIERES DES CHIRURGIENS DENTISTES 1 REGIME INVALIDITE-DECES INDEMNITES JOURNALIERES DES CHIRURGIENS DENTISTES 1 TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES ET CONDITIONS Article 1 INSTITUTION - BUTS ET AFFILIATION Il est institué, conformément à l

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

Assurance-vie souscrite par des conjoints communs en biens : avantages anéantis par la jurisprudence Jeudi, 29 Juillet 2010 09:11

Assurance-vie souscrite par des conjoints communs en biens : avantages anéantis par la jurisprudence Jeudi, 29 Juillet 2010 09:11 ASSURANCE-VIE SOUSCRITE PAR DES CONJOINTS COMMUNS EN BIENS : LES AVANTAGES EN DROIT VIVIL ET DROIT FISCAL ANEANTIS PAR LA JURISPRUDENCE CIVILE ET LA DOCTRINE FISCALE L assurance-vie profite d avantages

Plus en détail

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs Statuts de l ASP Création : Dépôt légal 13 décembre 1984 Journal officiel du 2 janvier 1985 Modifications des statuts approuvées par l Assemblée générale des 17 mai 1999, 06 mai 2003, 17 mai 2005 et 22

Plus en détail

Section 2. Les règles de filiation par le sang

Section 2. Les règles de filiation par le sang Section 2. Les règles de filiation par le sang Il convient de distinguer les règles de droit positif et les règles issues de l ordonnance du 4 juillet 2005, applicables à compter du 1 er juillet 2006.

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU Entre les soussignés : Monsieur, Madame Né (e) le.. 19. à et demeurant à B.P : Téléphone. Ci-après dénommé «Le Bailleur», d une part, Monsieur, Madame Né (e) le 19. à..

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 8 M-1-08 N 54 du 21 MAI 2008 PLUS-VALUES IMMOBILIERES DES PARTICULIERS. AMENAGEMENTS DES DISPOSITIONS APPLICABLES EN CAS DE PARTAGE

Plus en détail

Loi de 1996 sur les successions non testamentaires

Loi de 1996 sur les successions non testamentaires 1 successions non testamentaires, 1996 ch. I-13.1 Loi de 1996 sur les successions non testamentaires Chapitre I-13.1 des Lois de la Saskatchewan de 1996 (en vigueur à partir du 1 er novembre 1996) tel

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

Aperçu des successions et la Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux

Aperçu des successions et la Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux Aperçu des successions et la Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux Formation nationale de BIM pour les Nations de PGETR du 16 au 18 juin 2015 Sommaire

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009)

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009) RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009) Copie certifiée conforme du règlement du Régime de retraite des employés de la Société des casinos

Plus en détail

Sur le premier moyen :

Sur le premier moyen : Assurance sur la vie Procédure fiscale - Contrôle des déclarations de succession - Procédure de répression des abus de droit Cass. com., 26 octobre 2010, N de pourvoi: 09-70927, Non publié au bulletin

Plus en détail

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER.

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. NOUVEAUX STATUTS Dénomination et siège Article 1 Il est constitué une association professionnelle régie par la loi du

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

Loi sur la nationalité suisse

Loi sur la nationalité suisse Délai référendaire: 9 octobre 2014 Loi sur la nationalité suisse (LN) du 20 juin 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 38 de la Constitution 1, vu le message du Conseil fédéral

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1435 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance de Namur.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1435 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance de Namur. Numéro du rôle : 4801 Arrêt n 101/2010 du 16 septembre 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1435 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance de Namur.

Plus en détail

Compte rendu du 21/11/2012

Compte rendu du 21/11/2012 Compte rendu du 21/11/2012 Intervenants : - Maitre Jean-Marc MATEU, notaire 01 34 67 00 02 ou etude-mateu@notaires.fr - Maitre Anne BULOT, avocate - Mme Isabelle CHEVALIER, Conseillère en Economie Sociale

Plus en détail

Numéro du rôle : 4946. Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4946. Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4946 Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 15 de la loi du 1er mars 1958 relative au statut des officiers de carrière des forces

Plus en détail

B) Concernant la situation matrimoniale et/ou testamentaire

B) Concernant la situation matrimoniale et/ou testamentaire FICHE I LE ROLE ET LA COMPETENCE D UN NOTAIRE FRANÇAIS DANS LE REGLEMENT D UNE SUCCESSION EN FRANCE Résumé : Cette fiche vous explique les démarches à accomplir après le décès d une personne proche, vous

Plus en détail

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION Entre les soussignés : - - M (indiquer identité et adresse) - M (indiquer identité et adresse) Il est établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société en participation

Plus en détail

Numéro du rôle : 5226. Arrêt n 109/2012 du 20 septembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5226. Arrêt n 109/2012 du 20 septembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5226 Arrêt n 109/2012 du 20 septembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 8, alinéa 6, 3, du Code des droits de succession, posée par le Tribunal de

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

Trusts internationaux à Chypre

Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux chypriotes critères de qualification La Loi sur les trusts internationaux de 1992 complète la Loi sur les fiduciaires, elle-même basée sur la Loi britannique

Plus en détail

La liste des sujets de dissertation comprend des sujets des quatre domaines suivants :

La liste des sujets de dissertation comprend des sujets des quatre domaines suivants : La liste des sujets de dissertation comprend des sujets des quatre domaines suivants : A. Droit B. Comptabilité et administration C. Fiscalité D. Enjeux internationaux Vous pouvez choisir un sujet parmi

Plus en détail

Legs Donations Assurances-vie

Legs Donations Assurances-vie Legs Donations Assurances-vie en faveur de l Œuvre d Assistance aux Bêtes d Abattoirs - OABA - Une des fermes du Bonheur où sont accueillis des animaux confiés à l OABA Association reconnue d Utilité Publique

Plus en détail

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX A. LES DIFFERENTS REGIMES MATRIMONIAUX La présence d un conjoint peut modifier de façon radicale la préparation de la transmission d un patrimoine. Cette

Plus en détail

LE DROIT SUCCESSORAL EUROPÉEN AVANT ET APRÈS LE RÈGLEMENT EUROPÉEN DU 4 JUILLET 2012

LE DROIT SUCCESSORAL EUROPÉEN AVANT ET APRÈS LE RÈGLEMENT EUROPÉEN DU 4 JUILLET 2012 Promotion Pierre Catala du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, juin 2013 LE DROIT SUCCESSORAL EUROPÉEN

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/maroc... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/maroc... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 6 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention bilatérale MAROC Textes de référence : - Le code de statut personnel et des successions ou Moudawana du 18 décembre 1957. - Loi

Plus en détail

La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique

La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique Par Isabelle Lammerant Centre International de Référence pour la Protection de l'enfant dans l'adoption - SSI L analyse juridique de la Convention

Plus en détail

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales.

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. Les présentes conditions générales s appliqueront de plein droit à toute prestation de

Plus en détail

DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON. LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale)

DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON. LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale) DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON Partie 1 : LES SOURCES DES OBLIGATIONS LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale) Ils existent deux types d actes juridiques

Plus en détail

LE CAPITAL DECES (Fonctionnaires affiliés à la CNRACL)

LE CAPITAL DECES (Fonctionnaires affiliés à la CNRACL) Mise à jour : 02/03/2016 LE CAPITAL DECES (Fonctionnaires affiliés à la CNRACL) Le capital décès est une prestation à la charge de la collectivité (Article 119 - Loi n 84-53 du 26.01.1984 ; Article L.

Plus en détail

Titre vingt-troisième: De la société simple

Titre vingt-troisième: De la société simple Titre vingt-troisième: De la société simple A. Définition B. Rapports des associés entre eux I. Apports II. Bénéfices et pertes 1. Partage des bénéfices 2. Répartition des bénéfices et des pertes III.

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 Les libéralités... 13. Titre 1 Les conditions de fond de formation des libéralités... 15. Sommaire...

Table des matières. Partie 1 Les libéralités... 13. Titre 1 Les conditions de fond de formation des libéralités... 15. Sommaire... Sommaire................................ 5 Partie 1 Les libéralités........................... 13 1. Propos introductifs Notion de libéralité.......................... 14 Titre 1 Les conditions de fond

Plus en détail

Avenant. Texte original

Avenant. Texte original Texte original Avenant à la Convention entre la Suisse et la France en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune signée à Paris le 9 septembre 1966 (et son

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-7-06 N 126 du 27 JUILLET 2006 MUTATIONS A TITRE GRATUIT DONATIONS PASSIF ASSIETTE DU DROIT DE DONATION. (C.G.I., art. 776 bis et L.P.F., art.

Plus en détail